Vous êtes sur la page 1sur 39

Ministère de l’Environnement

Plan d’Action pour l’Environnement

Rapport intérimaire
Aménagement du Territoire

Jean-François Tardieu 04/04/96


Sommaire
Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

1.- Nécessité d'une approche globale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4


1.1.- L'aménagement du territoire comme thème intégrateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.- Une perspective nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3.- Cadre de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.1. - Cadre théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.2. - Cadre méthodologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

2.- Problématique de la dégradation de l'environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12


2.1.- Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.2.- Genèse sociale de la dégradation de l'environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

3.- Orientations politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15


3.1.- Problèmes fondamentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
3.2.- Priorités d'action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2.1. - La réduction des inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2.2. - La protection des ressources naturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.2.3. - L'environnement urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

4.- Stratégie proposée pour le PAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20


4.1.- Le PAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.1.1. - Nécessité d'un document initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.1.2. - Place de l'action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.1.3. - Projets pilotes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.1.4. - Initiatives privées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.1.5. Infrastructure système-client . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.1.6. - Modèle de cheminement méthodologique . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.2.- L'aménagement du territoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Bibliographie sélective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

Structures de l’État dans le domaine de la cartographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39


PAE - Aménagement du Territoire
Rapport préliminaire
Ce rapport préliminaire a pour but, à ce stade, de situer l’intervention en Aménagement du
Territoire au PAE comme un élément intégrateur des autres thèmes, ainsi que de permettre les
réactions des autres consultants et des autres responsables du PAE.
Résumé

Le Plan d’Action pour l’Environnement constitue un instrument de gestion visant à faciliter


l’utilisation optimale de ressources limitées en vue de la protection de l’environnement en Haïti.

Pour être efficace, cet instrument doit considérer l’environnement dans son contexte global,
multisectoriel et national. Ce document propose que l’aménagement du territoire serve de thème
intégrateur dans la conceptualisation de ce Plan. Un cadre théorique structuraliste est proposé
pour aborder les problèmes d’environnement et une approche recherche/action est mise de
l’avant.

La dégradation de l’environnement est ici considéré comme étant avant tout le résultat de
l’appropriation du surplus par une couche de la population avide de gains rapides et qui n’a pas
investi dans la conservation des ressources qui lui permettent de s’enrichir.

Les actions prioritaires à entreprendre seraient la réduction des inégalités sociales et spatiales,
la protection des ressources naturelles et une refonte de l’armature urbaine du pays.

Dans le cadre de la recherche/action, il est recommandé que le PAE soit rédigé pendant que des
projets pilotes soient entrepris dans certaines communes et à travers des projets à caractère
sectoriel. Il est également recommandé que le plan soit réalisé avec une structure comprenant:
C un sous-système de recherche comprenant le Secrétariat du PAE et des commissions
consultatives techniques et
C un sous-système d’action comprenant le MDE, les collectivités territoriales et les
plateformes.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 3


1.- Nécessité d'une approche globale
Le PAE constitue l'une des trois priorités du MDE. C'est «un instrument important de gestion devant
faciliter l'utilisation rationnelle des ressources limitées accessibles1».

Pour être efficace, cet instrument doit considérer l'environnement dans une optique globale.
L'approche doit être multisectorielle et nationale. Les actions étant quant-à elles plutôt sectorielles
et limitées dans l'espace (régionalisées, particulièrement au niveau des communes). D'autre part,
sans une approche théorique assez solide et adaptée, le risque est grand de se fourvoyer, que ce soit
dans la compréhension des problèmes que dans les stratégies adoptées.

1.1.- L'aménagement du territoire comme thème intégrateur


Sans une perspective qui englobe à la fois le social et l'environnement physique, le PAE ne pourra
déboucher sur des actions efficaces. L'expérience démontre en effet que lorsque les pays définissent
les problèmes de développement dans un contexte sectoriel étroit, ils n'arrivent pas à résoudre ces
problèmes de façon adéquate.

«Dû au fait que souvent les problèmes sectoriels requièrent des solutions
multisectorielles, l'objectif est de réaliser des études avec une vision technique
suffisamment large2».
Le cas de la Jamaïque peut être pris en exemple. Ce pays sollicita l'aide de l'OEA pour préparer un
plan de développement du secteur forestier.

«Cependant, la solution du problème du développement forestier nécessita


finalement la réalisation d'une étude intégrée des ressources naturelles de cette
petite île, et la préparation d'un plan de développement multisectoriel. Sans un plan
intégrant ces caractéristiques, le développement forestier aurait probablement eu
des effets négatifs sur d'autres secteurs économiques et vice-versa.3»

1- MDE: Plan d'action pour l'environnement (PAE) termes de Références. Port-au-Prince sep. 1995
p. 1.

2- OEA: Planificación del desarrollo regional integrado: directrices y estudios de casos extraidos
de la experiencia de la OEA. OEA, Washington, D.C. 1984. p. 19.

3- ibid.

4 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


La protection de l'environnement constitue un problème de société complexe car il s'agit
d'environnement humain. Pour être réaliste cela implique que l'objectif de la gestion de
l'environnement doit être d'améliorer la qualité de vie. Ainsi, les impacts environnementaux négatifs
doivent être considérés comme le résultat de «la destruction, de l'appauvrissement, du mauvais
usage ou du non-usage de biens et services plutôt que le résultat de l'activité humaine ou de
désastres naturels4». Ce type d'approche de gestion économique et sociale des problèmes
environnementaux demande la conception d'un cadre général dans lequel les différents problèmes
spécifiques puissent être intégrés.

L'aménagement du territoire constitue le thème approprié pour permettre cette intégration. En effet,
c'est l'essence même de cette discipline que de donner des outils pour la planification du
développement d'une société dans un contexte géographique donné. Il est de plus généralement
reconnu que dans la pratique, l'aménagement du territoire à l'échelle d'un pays vise à réduire les
inégalités sociales et régionales; la recherche dans ce domaine a révélé que les inégalités sociales
et les inégalités régionales sont liées5. Or les problèmes environnementaux découlent généralement
des mêmes structures qui génèrent ces inégalités. De plus, la nécessité d’une décentralisation fait
l’unanimité dans la société6. Dès lors, plutôt que de dire que l'aspect "aménagement du territoire"
doit être considéré au niveau de chaque thème, le thème "aménagement du territoire" devrait
constituer le thème intégrateur du PAE. Les résultats des recherches thématiques devraient y être
synthétisés. C'est aussi à partir de l'orientation déterminée en accord avec les autres thèmes que
l'aménagement du territoire devrait orienter l'ensemble des recherches thématiques.

1.2.- Une perspective nationale


En plus de la nécessité d'une approche multisectorielle, approche globale intégrant les différents
thèmes, le PAE devrait être réalisé dans une perspective nationale. Il ne faudrait pas croire qu'un
plan d'action national peut résulter d'une quelconque sorte de compilation de plans départementaux.
En effet, si l'un des résultats escomptés est une meilleure distribution des ressources dans la société

4- OEA: Minimum Conflict: Guidelines for Planning the Use of American Humid Tropic
Environments. OEA, Washington D.C. 1987, p. 9.

5- Cf.: Ricardo CIBOTTI in: Ensayos sobre Planificación Regional del Desarrollo. Siglo XXI,
Mexico 1976, pp. 11-17.

6- Même si tout le monde ne s’entend pas sur le type de décentralisation a effectuer ni sur les
modalités pour y aboutir.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 5


et dans l'espace (équité), il est évident que l'interdépendance des régions est un élément clef. Comme
le fait valoir ANGLADE, c’est au XIXe siècle, alors que la structure dominante d’espace était la
régionalisation qu’une mosaïque de plans régionaux aurait pu être pratiquée. ROUZIER dirait peut-
être que le palier critique ne se situe pas au niveau départemental. Aujourd’hui, il faut travailler avec
la structure centralisée, même dans un objectif de décentralisation. Nulle part mieux qu'en Haïti il
est juste de dire que «ce que la centralisation a fait, elle seule peut le défaire7». L'argument le plus
important militant pour une planification nationale (tenant compte des réalités régionales) qui sera
ensuite régionalisée (avec bien sûr des pouvoirs réels délégués aux régions –surtout aux
communes–) est «la nécessité de prendre en compte toutes les ressources nationales pour accélérer
le développement8».

Au-delà même de la perspective nationale, certaines considérations doivent être faites sur le
système-monde. Il y a un demi-siècle déjà, LÖSCH, tout en mentionnant l'avantage certain en terme
de sécurité économique que procurait la solidarité nationale, même pour des nations de faible
dimension, montrait que la mondialisation de l'économie conduisait inéluctablement à une certaine
spécialisation, même dans le cas des plus grandes cités9. Avec la baisse des coûts et l’augmentation
de la vitesse de transport, avec la quasi-disparition de la distance en ce qui a trait aux
communications, un processus de mondialisation est en cours dans lequel il faut nécessairement
s’inscrire d’une façon ou d’une autre de crainte de s’y voir intégrer sans s’en rendre compte.

Les propositions d'action devront découler d'une compréhension des tenants et aboutissants des
problèmes environnementaux à l'échelle nationale. Ce n'est qu'ensuite que peuvent se réaliser les
plans régionaux axés avant tout sur les communes pour les interventions et sur les départements pour
le contrôle, et que peut s’installer la dynamique entre plans régionaux et plan national.

7- MONOD J.; de CASTELBAJAC, P.: L'aménagement du Territoire. PUF, Paris 1993, p. 47.

8- ONU, Programme en Développement Régional in: Ensayos sobre Planificación Regional del
Desarrollo. Siglo XXI, Mexico 1976, p. 32.

9- LÖSCH, August: The economics of Location. Yale University Press, New Haven 1954,
pp.216-217 et 192-196.

6 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


1.3.- Cadre de recherche

1.3.1. - Cadre théorique

Quoique l'aménagement du territoire soit une discipline encore jeune, et quoique qu'un
questionnement sérieux sur la pertinence de théories conçues pour des pays développés ne date que
d'un quart de siècle10, quoique et peut-être justement à cause de cela, une réflexion théorique est
nécessaire pour élaborer des politiques de planification régionale qui globales qui sectorielles dans
un pays comme Haïti.

Sans une réflexion théorique sur laquelle s'appuyer, on risque d'aboutir par exemple à des solutions
faciles telles le "désenclavement" de zones isolées mais axées directement vers Port-au-Prince.
Pourtant cela peut avoir pour conséquence une gestion encore plus déplorable de l'environnement;
c'est le renforcement des systèmes régionaux qui pourraient permettre de sortir du marasme. Le fait
d’établir certaines infrastructures en dehors de Port-au-Prince ne signifie pas travailler pour la
décentralisation. «Désenclaver» sans vision peut au contraire renforcer indûment la centralisation
et jouer à terme contre les régions bénéficiaires. Sans cette réflexion théorique, il est facile aussi de
tomber dans le piège séduisant de la création d’une ville nouvelle semblable au rêve de bien des
planificateurs de pays sous-développés qui «rêvent de capitales splendides —Brazilia, Chandigarh
ou Islamabad— au lieu d’un réseau hiérarchique de marchés spatialement dispersés11» Seule une
vision plus large orientée vers l'armature des lieux centraux pris dans leur ensemble (et en priorisant
même les marchés) est capable de garantir à long terme la protection de l'environnement. D'ailleurs,
comme nous le verrons, la structure des marchés est révélatrice de la situation environnementale:
plus une zone possède une structure de marchés forte et peu axée sur la structure urbaine actuelle,
moins les problèmes environnementaux se font sentir.

L’environnement humain est pris comme un système dont les schèmes de fonctionnement sont à
caractère social. L’aspect économique est important à considérer si l’on se donne pour objectif la
mise en valeur et l’usage adéquat de biens et services rares (pris au sens large) et qui plus est, parfois
non ou difficilement renouvelables telles les ressources en sol.

10- ILPES (Instituto Latinoamericano de Planificación Económica y Social): Ensayos sobre


Planificación Regional del Desarrollo. Siglo XXI, Mexico 1976, p. 19.

11- JOHNSON, E.A.J.: The organization of Space in Developing Countries. Harvard University
Press, Cambridge 1970 p.137.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 7


Figure 1: Système de gestion de l’environnement
La figure 1 schématise le fonctionnement du système de gestion de l’environnement. L’homme en
société interagit avec son environnement. Celui-ci lui fournit des ressources et lui impose des limites
(E). Mais ces intrants de l’environnement sont traités en fonction de l’univers perceptuel que
possèdent ou se donnent le système social global, et plus spécifiquement son sous-système de
gestion. Deux phénomènes se produisent alors:

T une partie de l’information n’atteint pas le système de gestion (appauvrissement, pertes);

T des “bruits” sont perçus comme faisant partie de l’information utile.

L’homme s’adapte (A) aux stimuli de l’environnement et intervient (I) sur celui-ci en vue de le
transformer (T) à son avantage, en principe.

A partir des interventions sur le milieu, deux types de feed-back sont renvoyés au système de
gestion. Des feed-back sont produits sur les interventions elles-mêmes (contrôle immédiat) tandis
que d’autres viennent sur les transformations résultant des interventions. L’appauvrissement et les
bruits font aussi partie du processus de réception des feed-back.

8 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


Ce schéma général peut être utilisé quel que soit l’angle de vision (thème). Une prise de conscience
des schèmes de gestion, des processus d’adaptation et du fonctionnement des feed-back permet
d’intervenir plus efficacement sur l’environnement. Bien sûr, quand plusieurs schèmes sociaux
interviennent ou s’affrontent, la dynamique est plus complexe.

En matière d’aménagement du territoire, la Théorie des Places Centrales développée par Walter
CHRISTALLER puis August LÖSCH est un outil initial important pour aborder la planification
spatiale.

Dans le cas d’Haïti, ANGLADE a montré comment la dégradation de notre environnement est le
résultat de deux siècles d’appropriation (sociale) inéquitable de l’espace, cela à travers quatre
époques: l’époque du morcellement, celle de la régionalisation, celle de la centralisation et celle
(actuelle) de la métropolisation. Il fait aussi ressortir que l’on doit traiter différemment les systèmes
de gestion environnementaux selon l’échelle à laquelle ils correspondent (micro ou macro)12.

ROUZIER fait valoir que pour transformer la gestion économique de l’espace, il faut rechercher les
paliers critiques (les catégories de lieux et d’acteurs sur lesquels une action pour le changement a
le plus de chances d’aboutir)13.

Nous avons nous-mêmes mis en lumière la dualité de notre société et l’impact de cela sur
l’organisation de l’espace. Nous avons également mis en place un cadre théorique structuraliste pour
l’étude de la gestion conflictuelle de l’espace14, gestion qui a abouti à une dégradation aiguë de notre
environnement.

Sur la base de ces acquis théoriques et celles d'ordre général en économie régionale et en géographie
économique, nous pourrons nous doter d’outils nous permettant d’assimiler les informations issues
des agents d’intervention et proposer en conséquence des batteries de programmes d’actions
appropriées.

12- ANGLADE, Georges: Atlas critique d’Haïti. ERCE & CRC, Motréal 1982, pp.50-54. Voir aussi
Cartes sur table, t.1: Itinéraires et raccourcis. Deschamps, Port-au-Prince & ERCE, Montréal 1990.

13- ROUZIER, Philippe: Échange et développement (cadre théorique pour une alternative). Éd. de
l'Uni. d'Ottawa, Ottawa 1981.

14- TARDIEU, Jean-François: Entre bords de mer et marché ruraux. Areytos, Port-au-Prince 1986.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 9


1.3.2. - Cadre méthodologique

Pour nécessaire qu'elle soit la considération d'un cadre théorique approprié ne suffit pas à donner
une légitimité au Plan ni à garantir sa réussite. Les acteurs qui auront à intervenir pour améliorer
notre environnement doivent être partie prenante dans la réalisation du Plan. C'est à cette condition
que les mesures recommandées puissent bénéficier d'une certaine garantie de réalisation sans
mesures incitatives artificielles ni mesures coercitives. «Impliquer davantage la société civile et les
collectivités territoriales dans les activités étatiques est d'une nécessité absolue. La coordination
de celles-ci se fera sur la base de partenariats responsabilisés15». Les activités du PAE devront ainsi
être mises en continuité avec celles du MDE et des autres acteurs. Il s'agit de recherche/action, mais
il est important de définir plus précisément l'approche méthodologique pour mener à bien les
recherches devant aboutir à la rédaction du Plan.

Cette précision est nécessaire puisqu'il ne suffit pas d'indiquer que la recherche implique la société
civile et les collectivités territoriales ni que les actions se feront sur une base de partenariats
responsabilisés. En effet, les activités et les recommandations, les modes d'implication et de
partenariat dépendent des finalités qu'on donne au système recherche/action. Si une réflexion n'est
pas menée dans ce sens (mieux vaux tôt que tard), on se retrouvera d'office dans le cadre d'une
action conservatrice d'adaptation aux schèmes sous-tendus par le statut quo (ante?).

Une telle attitude est risquée, d'autant plus que nous vivons des temps de crises où ces schèmes sont
remis en question. D'ailleurs, ces schèmes sont à ce point anachronique (voir 2.3) qu'une action
d'adaptation ne pourra aboutir qu'à une opération cosmétique ne pouvant conduire à l'amélioration
durable de la qualité de vie ni sur la protection durable de l'environnement.

La finalité de la recherche/action devrait dès lors être la transformation des rapports sociaux qui ont
abouti à la situation dramatique dans laquelle se trouve l'environnement en Haïti. Le PAE devrait
se retrouver à notre sens dans une catégorie de recherche/action dite intégrale:

(1) Elle tâche d'élucider les déterminants (causes) et les effets de l'action et propose des
scénarios;

(2) Elle implique les acteurs dans le choix des actions;

15- MDE: op. cit. p.2.

10 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


(3) Elle implique les acteurs dans la recherche et les chercheurs dans l'action;

(4) Elle vise la transformation des structures; c'est un projet politique critique;

(5) Ce sont les acteurs qui ont, au bout du compte l'initiative (points 2 et 3);

(6) Elle se réalise dans l'action16.

LE DIAGNOSTIC
Identification ou
définition du problème

DÉFINITION DE LA PLANIFICATION DE
CONNAISSANCES L’ACTION
NOUVELLES Étude de divers programmes
Identification des découvertes d’action susceptibles de
d’intérêt général solutionner le problème
Développement
de
l’infrastructure
d’un
système-client

L’ÉVALUATION RÉALISATION
Étude des effets DE L’ACTION
du programme Choix d’un
d’action programme d’action

Fig. 2: Le processus de recherche/action


La figure 2 résume le principe circulaire de la démarche recherche/action proposée17. Le processus
inclus cinq étapes:

16- Les trois premiers points correspondent à la typologie d'Henri DESROCHE et les trois derniers
à celle de Benoît GAUTHIER. Cf. GOYETTE & LESSARD-HÉBERT: La recherche-action, ses
fonctions, ses fondements et son instrumentation. Presses de l'Université du Québec, Sillery
(Québec) 1987.

17- Tiré de GOYETTE & LESSARD-HÉBERT: op. cit., p.167.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 11


(1) Le diagnostic,

(2) la planification,

(3) la réalisation de l’action, action qui comprend:


÷ des projets sectoriels,
÷ des projets intégrés locaux,
÷ des actions globales,
(4) l’évaluation,
(5) la définition des connaissances nouvelles.
Bien que les cinq étapes comprennent une participation des acteurs de l’action à partir d’une
infrastructure système-client, seule la réalisation de l’action est sous la responsabilité de ces acteurs,
les autres étapes étant sous la responsabilité de l’équipe de recherche. Dans ce cadre, la mission
même des plateformes devrait être étudiée de façon plus approfondie de sorte a ce que la modalité
de fonctionnement ne soit apparentée ni à la propagande, ni à la manipulation, ni à la démagogie
politique. Font partie de l’infrastructure système-client: le secrétariat du PAE, les plateformes, des
personnes clefs, le MDE, les assemblées représentant les collectivités territoriales à différents
niveaux, la population dans son ensemble.
Au fur et à mesure, des compétences de recherche devraient être transférées aux acteurs, de sorte
à ce qu’ils puissent prendre en charge la gestion de la recherche, quitte à requérir des expertises
externes selon leurs besoins.

2.- Problématique de la dégradation de l'environnement


2.1.- Bilan
Les ressources naturelles du pays (en particulier les ressources renouvelables) ont longtemps été et
sont encore exploitées de façon inadéquate. Cela a abouti à un appauvrissement de ces ressources:
C ressources en sol,
C ressources en eau,
C ressources en matière de biodiversité,
C ...
En certains endroits, la situation est telle que un retour en arrière en termes de remise en valeur de
ces ressources est devenu quasi impossible. Dans d'autres cas une menace existe en ce sens. Cela
aboutit aussi à une détérioration des infrastructures et à des problèmes de santé publique.
D'un autre côté, en milieu urbain les déchets solides et les eaux usées s'accumulent; la pollution
atmosphérique se fait de plus en plus ressentir. Ainsi, le cadre de vie se détériore de jour en jour.

12 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


Cela a aussi un impact négatif sur les infrastructures et sur la santé publique. Il y a aussi que
l’incapacité technique (niveau technologique) de gérer la population de la capitale conduit à des
engorgements au niveau des réseaux de communication, des infrastructures sanitaires et de l’énergie
notamment.
Quelques données chiffrées rendent compte de la gravité de la situation:
T 36.6 millions de tonnes métriques de terre arable sont perdues annuellement par les eaux;
cela aboutit à ce qu’aujourd’hui, 21% de la surface totale du pays a atteint un stade
d’érosion irréversible ou presque.
T La couverture forestière qui comptait en 1923 pour 60% du territoire n’était plus que de 7%
en 1978 et atteint aujourd’hui moins de 2% du territoire.
T Des 1.000 tonnes métriques de déchets solides produites par la population, 25% seulement
sont collectés.
T 82% des sources alimentant Port-au-Prince en eau potable présentent une pollution fécale
prononcée.
T 52 espèces animales sont menacées d’extinction.
Conséquence de ce qui précède: la productivité dans tous les secteurs de l'économie est atteinte, en
particulier dans le secteur agricole.
En dehors de ces problèmes de détérioration du cadre physique, on constate que les investissements
en infrastructures sont considérablement plus importants au niveau de l'armature urbaine qu'au
niveau de l'armature des lieux centraux non encore urbanisés. Cela conduit à un cercle vicieux
puisque investir pour empêcher la détérioration des conditions de vie à la capitale sans améliorer les
conditions de vie dans les bourgs et le milieu rural équivaut à favoriser l’immigration métropolitaine,
ce qui rend la gestion encore plus difficile et plus coûteuse par tête d’habitant. En termes de
problèmes sociaux et de stabilité politique, nul ne peut prévoir à quoi l’on aboutira avec une
population qui passerait de 7 à 10 millions d’âmes en mois d’une génération avec des ressources de
plus en plus limitées.

2.2.- Genèse sociale de la dégradation de l'environnement


Une bonne analyse des problèmes environnementaux en Haïti conduit à conclure que la dégradation
des ressources et les autres problèmes écologiques viennent d’abord du caractère dualiste ne notre
société. Roger DORSAINVILLE a fort bien décrit cette problématique prise sous l’angle d’une
société urbaine inconséquente:
«Tristes, poussiéreuses, abattues, elles [les villes] essaient des remèdes de
rebouteux, rebelles à la leçon que, en géographie solidaire, ce sont les jardins verts
qui fardent la joue des villes.
Les villes sans tête n'avaient pas prévu cela; sans coeur, elles n'avaient fait
qu'exploiter sans étoffer leurs racines.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 13


Il restait une ville apparemment brillante: c'était l'oeil du borgne. Port-au-Prince
des prostituées et des politiciens à l'affût du «coup», des courtiers combinards,
collecteurs des grappilles. Ville de mendicité, de vente par morceaux de patrimoine
à coups de concessions de fausses fermes, de fausses mines, de fausses usines, de
casinos, de bordels. Ville d'oisifs à langues longues suivant à la piste les réputations.
Jacques Roumain l'a saisie en 1930 sur la pente où elle glissait: elle est maintenant
au fond18».
Paradoxalement donc, il faudrait trouver l’explication de la dégradation de l’environnement rural
fondamentalement dans la société urbaine.
Mais en réalité, ce sont les rapports d’une société néo-coloniale boiteuse avec une société marronne
qui sont à prendre en considération en premier lieu.
Le dilemme est que la société néocoloniale s’approprie pour elle et pour l’étranger la majeure partie
du surplus sans réellement investir dans le développement agricole ou industriel. Pour sa part, la
société marronne ne dispose pas d’une part suffisamment importante du surplus pour initier ce
développement. Cette réalité est abordée de façon un peu simplifiée à notre sens dans le programme
triennal du MPCE quand il y est fait mention qu’il y a une «guerre d’usure menée par les fractions
non solidaires des élites contre les masses rurale et urbaine19». Nous avons donc affaire à deux
systèmes contradictoires
Cette situation est renforcée par d’autres facteurs tels la pression démographique, par les problèmes
d’insécurité foncière, par la demande croissante pour le bois de chauffe, par la fluctuation des prix
des denrées sur les marchés internationaux, par l’amélioration des conditions de vie des migrants
en milieu urbain et la détérioration des conditions de vie dans plusieurs zones rurales.

3.- Orientations politiques


3.1.- Problèmes fondamentaux
Depuis plus de deux siècles, les ressources naturelles du pays sont gérées comme s’il s’agissait de
biens inépuisables. Il en résulte que ces ressources s’épuisent. En première analyse, les problèmes
centraux posés par une telle situation est que:
T cela conduit à la détérioration de la situation de la majorité de la population,
T cela nuit à tout effort en vue d’une croissance économique durable,
T cela augmente les risques d’instabilité politique,
T notre écosystème est dévalorisé à cause d’une diminution de la biodiversité.

18- Roger DORSAINVILLE: Jacques Roumain. Présence Africaine, Paris 1981, p. 24-25.

19- MPCE: Programme triennal glissant période 1995/1996 - 1997-1998. Port-au-Prince, 1995, p.9.

14 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


En seconde analyse, il faut distinguer les échelles de gestion.
«Le thème de la dégradation pose un problème d’échelle car il faut répondre de
l’ampleur du désastre écologique de l’ensemble national (macro-échelle) alors que
les principes d’organisation du jardin paysan (micro-échelle) sont remarquables
d’ingéniosité de survie dans la conservation des ressources végétales et animales20».
Si au niveau micro on peut parler de lever les contraintes posées aux agents susceptibles d’intervenir
positivement sur l’environnement, au niveau macro, il faut une nouvelle donne.
Le développement de l'armature urbaine quant-à elle s’est effectuée dans cette perspective de
prélèvements abusifs au profit de l’oligarchie économique et politique pour qui les arrières pays
n’ont jamais rien constitué d’autre qu’un réservoir pour les prélèvements. Dans un tel contexte les
déséconomies d'échelle (compte tenu de la technologie) ne seront jamais correctement évaluées, ce
qui conduit à une croissance relative trop importante de Port-au-Prince. Cela rend ces espaces
urbains de plus en plus ingérables.
L’une des fonctions fondamentales de l’échelle que nous appelons macro (l’échelle nationale) est
de faire le lien avec le monde. Cette fonction a été prédominante en Haïti. Si les responsables de la
gestion de cette échelle se sont structurés pour prélever au maximum sans «étoffer leurs racines»,
c’est que peut-être quelque part, ils ne sont pas enracinés au pays. Cette structure porte dans son
projet (dans le sens téléologique du terme) la dégradation de l’environnement et l’excentration de
l’économie. Dans le modèle du système de gestion présenté à la figure 1, on peut dire qu’au niveau
de la macro-échelle, des bruits sont systématiquement produits pour que l’environnement ne soit pas
protégé au dépends de l’appropriation à court terme des surplus par une infime minorité de la
population. Mais, sortie de la logique de résistance, du marronnage, germe une autre logique de
centralisation équilibrée. Elle procède de la micro-échelle fertile en pouvoir d’adaptation face aux
multiples contraintes qui lui ont toujours été imposées. Elle peut être rendue visible par une carte
des marchés.
Pour illustrer l’importance de ce problème d’articulation de l’espace, prenons l’exemple du Plateau
Central. Une étude effectuée dans cinq sous-bassins versants de l’Artibonite indique que plus une
zone est liée à la structure urbaine plutôt qu’à celle des marchés publics,
T plus elle s’inscrit dans un processus de dégradation de l’environnement,
T plus les blocages socio-économiques à la restauration de l’environnement sont importants,
T plus le potentiel interne au développement économique est faible.

20- ANGLADE, Georges: Atlas critique d’Haïti. ERCE & CRC, Motréal 1982, p.50.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 15


Tableau 1: Structure urbaine et dégradation21

Gravite Indicateurs de blocage Indicat. de potentiel écono. et social


autour de % ménages % ménages Valeur % exercice %
utilisant possédant vénale du de métiers entrepreneurs
V M l’usure une hache cheptel non-agricoles potentiels:
i a comme “patrons”22
l r principale
source de
l c financement
e h pour
é plantation

Thomonde X 25% 23% $137 17% 5%

Félician X 13% 16% $199


16% 6%

Cange X 12% 12% $154 5% 4%

Rio-Frio X 4% 11%
$169 22% 8%
Fond-Bleu X 3% 6%
$227 44% 13%

L’explication de ce phénomène est que la structure urbaine a toujours eu, en Haïti comme fonction
principale de prélever le surplus. Les villes n’ont jamais rempli un rôle de pôles de croissance pour
l’économie. COUSTEAU décrit cette triste réalité:
“Dans ce pays presqu’entièrement dévasté, il reste encore une petite parcelle de ce
qui fut le paradis d’antan: la péninsule du sud, vierge de routes, reste à l’abri
d’Haïti et ses misères23”.

21- A partir de: BLOT, E.; NOËL, M.A.; PIERRE, Y.F.; TARDIEU, C.; TARDIEU,Ch.;
TARDIEU, J.F.: Étude socio-économique de cinq sous-bassins du Plateau Central. OEA / CDRH,
Port-au-Prince 1988.

22- Le “patron” est un paysan qui jouit d’un status social (plus précisément socio-productif)
privilégié et qui a le potentiel de faciliter la diffusion d’une innovation.

23- Jean-Yves COUSTEAU cité par BALUTANSKY, Edwige; SMARTH, Rony: Haïti, Terre
délabrée. CRESDIP, Pétion-Ville 1990, page couverture.

16 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


Ce n’est pas la centralisation en soi qu’il faut avant tout remettre en question puisque Port-au-Prince
n’est que “l’oeil du borgne”. Ce qui est fondamental c’est de réduire le drainage sans contre-partie
du surplus vers la structure urbaine.

3.2.- Priorités d'action


3.2.1. - La réduction des inégalités
Cela dit, la dynamique de liaison entre les échelles indique que la levée des contraintes ne peut se
faire de façon significative et durable qu’à travers une nouvelle donne à la macro échelle. A la
micro-échelle, «les interventions n’auront de chance de réussite que si sur le court, moyen et long
terme, il y a de fortes présomptions que, pour une fois, les transformations ne conduiront pas à l’une
des formes habituelles de sur-exploitation ou de dépossession24». Il faut donc promouvoir d’autres
structures pour remplir les fonctions de cohésion (économique en particulier) nationale et de liaison
avec l’étranger. Cette promotion ne peut se faire qu’à travers une réduction des inégalités par une
meilleure distribution du surplus économique et une meilleure répartition du pouvoir politique sur
les axes province ø capitale, rural ø urbain, homme ø femme, micro/petite
entrepriseømoyenne/grande entreprise, Étatøsociété civile.
Les assemblées représentant les collectivités territoriales ont un rôle important à ce stade pour
garantir que le pouvoir et le surplus soient convenablement répartis aux différentes échelles. Elles
devraient aussi constituer une instance institutionnelle décisive dans la réorientation de l’armature
des lieux centraux, action, comme nous l’avons vu, déterminante pour assurer un développement
économique harmonieux dans l’espace, et, par conséquent, la protection de l’environnement.
La refonte de l’armature urbaine est sans doute le point focal d’une politique d’aménagement de
territoire pour la protection de l’environnement. Cette refonte doit considérer une hiérarchie spatiale
complexe tenant compte de l’opportunité de spécialisations régionales ou locales. Elle doit
également s’inscrire dans une dynamique participative où les choix par l’État de localisation
d’infrastructures ne soient pas guidés uniquement par des critères choisis a priori, mais aussi par la
volonté active de la société civile. D’autre part, la chronologie des actions revêt une importance
capitale. Par exemple, le développement d’un pôle secondaire sur les lieux d’un grand marché public
non urbain ou peu urbanisé peut être compromis par l’amélioration des routes vers un pôle de niveau
supérieur si des actions préalables ne sont entreprises pour promouvoir des activités économiques
ou sociales assurant que le pôle secondaire demeure effectivement un pôle de développement actif
pour l’aire d’influence prévue. La création de routes de pénétration devrait aussi être, dans un
premier temps, prioritaire par rapport à l’amélioration des routes départementales ou nationales.
Le réaménagement de l’armature urbaine devrait certes conduire à une certaine décentralisation.
Cependant, il ne faudrait pas croire qu’il est dans l’intérêt national d’affaiblir Port-au-Prince. Au
contraire, il faudrait penser à renforcer la capitale pour que cette ville puisse garder sa position de
métropole économique nationale. Il ne faut pas remettre en question la valeur centrale de Port-au-
Prince. Ce qui est à bannir c’est le fonctionnement quasi exclusif de Port-au-Prince comme centre

24- ANGLADE, Georges: Atlas critique d’Haïti. ERCE & CRC, Motréal 1982, p. 53.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 17


d’accaparement des surplus. Il serait peut-être approprié d’encourager la diversification des activités
et le développement de la haute technologie car ce n’est certes pas la sous traitance qui peut garantir
cette position. Il est clair que Port-au-Prince gravite actuellement autour de Miami, tout comme
Santo-Domingo. Mais il n’est pas évident qu’il soit souhaitable que Port-au-Prince devienne un
satellite de Santo-Domingo ou de La Havane. Il n’est pas évident non plus qu’il soit souhaitable que
Cap Haïtien cesse de graviter autour de Port-au-Prince pour passer directement sous l’influence de
Miami (ou pire sous l’influence de Santo-Domingo ou de La Havane).
3.2.2. - La protection des ressources naturelles
La réduction des inégalités est une action qui entraîne des réactions spontanées en faveur de la
protection des ressources naturelles. Mais il est nécessaire tout de même d’entreprendre des
interventions concernant spécifiquement la protection de ces ressources, dans le but premier de
coordonner, d’orienter et d’appuyer les actions spontanées.
Dans la mesure où l’on prend en considération les acteurs (spécialement les paysans), leurs intérêts
et motivations dans la panification et le choix des actions, l’étude économique occupe une place
prioritaire. En ce qui concerne les ressources naturelles, les contraintes existant au niveau des
exploitations agricoles et la dynamique liée à ces contraintes constitue la base de la planification.
La figure 3 résume cette dynamique. La dégradation de l’environnement y est présentée comme
inscrite dans un cercle vicieux. Des actions sont proposées en fonction des contraintes générant ce
cercle. Ces mesures devraient orienter les acteurs vers une agriculture conservationiste,
particulièrement vers l’arboriculture fruitière. Le domaine d’intervention le plus dynamique est le
développement de l’artisanat, artisanat artistique mais surtout artisanat utilitaire. Par exemple, la
transformation des fruits peut aboutir:
T à une diminution des pertes post-récoltes par la conservation,
T à la réduction de la pression sur la production agricole en offrant d’autres opportunités de
revenus,
T à la protection des ressources en sol et en eaux par la promotion des cultures arbustives,
T à l’augmentation de l’épargne en augmentant les revenus locaux,
T à fixer l’épargne dans le secteur agricole ou agro-artisanal.

18 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


Réforme
agraire
Renforcement Transfer de l’épargne
de l’artisanat vers des activités
non-agricoles
Insécurité
Prélèvements foncière
importants

Faible Faible Faible


productivité épargne investissement

Pression
démographique
sur les terres Crédit

Fortes
pertes Infrastructures réduites
post-récolte décapitalisation,
dégradation

Amélioration des
infrastructures

Légende:

Cercle vicieux

Action sur les contraintes


Figure 3: Cercle vicieux générant la dégradation
Si la protection de l’environnement est prise comme une priorité dans le cadre d’un développement
durable et d’une participation au mieux-être à l’échelle planétaire, des mesures spécifiques doivent
aussi être prises en rapport de la protection des sols, des eaux et de la bio-diversité par la mise en
place de parcs et de réserves.
3.2.3. - L'environnement urbain
Tout comme pour la protection des ressources naturelles, l’amélioration du cadre de vie dans les
villes aura fort à gagner dans une réduction des inégalités. En particulier, la refonte de l’armature
urbaine est importante pour contenir le flot migratoire vers Port-au-Prince et les autres grandes
villes.
L’État ne pourra se passer de la responsabilisation de la population s’il veut aboutir à une
amélioration de la qualité de vie dans ces villes. Cette responsabilisation implique une délégation
des pouvoirs au niveau de dimensions spatiales réduites. Elle implique également une participation
de la société civile dans les affaires communautaires: les quartiers urbains et leurs comités, les
regroupements de comités. La dimension de ces quartiers devrait être réduite au voisinage proche.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 19


Par exemple, la Cité Soleil devrait être représentée par une association de dizaines de tels comités.
La responsabilisation de la société civile à plusieurs échelles géographiques devrait permettre un
certain désengagement de l’État dans l’action directe. 86, 90

4.- Stratégie proposée pour le PAE


4.1.- Le PAE
4.1.1. - Nécessité d'un document initial
Pour une utilisation la plus productive possible des ressources mises à la disposition du PAE,
celui-ci devrait emprunter une démarche recherche-action. Dans cette optique, il faudrait un
document initial d'orientation assez structuré et détaillé pour permettre d'entreprendre des actions
immédiates au niveau des communes (projets pilotes) et au niveau des projets privés en cours (entre
autres par les ONG). Le PAE sera élaboré à partir du document initial corrigé en fonction des
résultats obtenus, et revu et augmenté en fonction des particularités régionales. En toutes
circonstances, le niveau d'intervention sera (sauf exception) sous la responsabilité des communes.
Il ne suffit pas de dire que la participation de la population est prioritaire; à quel niveau l'est-elle?
Selon quelles modalités? Il faut un cadre de base heuristique qui sera corrigé, adapté à la longue,
entre-autres dans le processus de consultation avec la population. Si une enquête auprès de la
population est utile pour fixer (non déterminer) les grandes orientations, la population et les
organisations de premier niveau devraient participer et jouer un rôle de décision surtout dans les
mesures concrètes entreprises dans le but (à notre point de vue et non nécessairement au leur) de
protéger l'environnement.
Dès (et particulièrement à) cette étape du développement du cadre initial, le MDE devrait
développer des relations privilégiées avec l'UEH. Cela permettrait à la fois de se procurer des
ressources de recherche et de renforcer l'UEH dans la formation de cadres compétents pour la mise
en application du Plan. Cette relation se ferait dans le cadre de commissions de consultation
techniques.
Le séminaire de lancement tel que conçu actuellement revêt plus un aspect de promotion que de
réflexion. Il n’est pas certain que la clientèle large qu’il vise et le grand nombre de participants qu’il
prévoit recevoir permette d’avancer de façon très significative dans la conception du PAE.
Cependant, si un document préliminaire complet y est présenté, ce document pourra être modifié
en fonction des résultats du séminaire (voir fig. 6). A la fin du séminaire, on devrait disposer:
T d’un cadre initial global, intégré et
T de l'orientation spécifique pour les groupes de travail thématique en fonction des actions à
entreprendre.

20 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


4.1.2. - Place de l'action
Si l'approche recherche-action est retenue, les interventions pilotes doivent être intégrées au
calendrier. De plus, une place relative plus importante devrait être réservée aux actions sectorielles
et communales qu'aux séminaires. Cela évitera de tomber dans un long processus consultatif
technocratique qui ne sera pas productif.
4.1.3. - Projets pilotes
Par ailleurs, en particulier hors des centres urbains, l'essentiel des décisions de planification
quant-aux mesures concrètes devrait être relégué au niveau communal, dans le cadre de la
décentralisation.
Dans cette optique, de façon aussi urgente que les actions sectorielles entreprises, des projets pilotes
au niveau de quelques communes devraient être mis en route pendant même la rédaction du Plan
National. C'est au niveau des communes surtout que l'on pourra évaluer le réalisme d'interventions
nécessairement innovatrices et le sérieux des agents sensés intéressés aux différents secteurs.
Cependant, certaines activités sectorielles prioritaires qu'il n'est pas propice de gérer au niveau
communal devraient être entreprises comme projets pilotes dans la même orientation
recherche-action. C'est là où les plateformes prennent toute leur importance.
La mise en place de ces projets pilotes est probablement la façon la plus productive d'utiliser les
ressources du PAE. Il est important de tester les stratégies d'action; plus important que de faire la
promotion d'un plan théorique, plus important que de déclencher une vaste enquête pour chercher
la participation des gens dans une démarche abstraite qui est hors de leur portée. En effet, une vaste
enquête (avec des ressources toutes aussi vastes à y consacrer) n'est pas nécessaire pour évaluer les
préoccupations concrètes de la population. Ces préoccupations sont assez connues pour qu'on puisse
commencer à travailler avec très peu d'informations complémentaires. Elles se préciseront dans
l'action. Il vaut mieux alors entreprendre des actions plutôt que d'utiliser des ressources pour préciser
ces préoccupations en termes d'opinions verbalisées. Le type d'information complémentaire qu'il est
intéressant de rechercher est de savoir quelles responsabilités les différents acteurs sont prêts à
assumer.
Si l'on veut réussir une politique de protection de l'environnement en Haïti, l'innovation doit être
considérée comme un élément essentiel. Or, l'expérimentation est nécessaire pour vérifier les
l'efficacité des actions proposées, même dans un cadre général. Cela devrait se faire, en principe,
à l'échelle des communes.
4.1.4. - Initiatives privées
Pendant que l'État se prépare pour jouer rationnellement son rôle d'orientation, de contrôle et (au
niveau local surtout) d'intervention dans le domaine de l'environnement, de nombreuses
organisations et entreprises privées travaillent déjà ou auront à l'impliquer dans la protection de
l'environnement ou dans l'utilisation des ressources naturelles dans une perspective
conservationniste ou non. Le MDE et le PAE doivent assumer cette réalité et, dans le cadre du Plan:
T déterminer les rôles et obligations des partenaires non-étatiques,

1996-04-04 JFT MDE-pae04 21


in f o r m a tio n s C o m m is s io n s
Sous-système de recherche S e c r é ta r ia t c o n s u lta tiv e s
PAE C o n s e ils te c h n iq u e s

Sous-système d’action

Di
re c
Directives

tiv
Propositions

Pro
es

es
tiv

p os
rec

i ti o
s
Di

ion

ns
s it
po
Pro

appui
in f o r m a tio n s + in f o r m a tio n
C o lle c tiv ité s MDE + n o rm es P la te f o r m e s
te r r ito r ia le s appui
in f o r m a tio n s
+ in f o r m a tio n
+ n o rm es

Figure 4: Infrastructure système-client

T tester, parallèlement aux projets pilotes communaux ou sectoriels, des modalités d'interaction
entre ces partenaires et le PAE et le MDE sur un échantillon de projets (intégrés ou
sectoriels) en cours.

4.1.5. Infrastructure système-client


La figure 4 résume l’infrastructure système-client proposée pour la réalisation du Plan. Le secrétariat
du Plan constitue une entité de conseil et de gestion mais pas une instance décisionnelle. Les
commissions consultatives techniques constituent une instance de consultation pour le secrétariat
du PAE. Le Ministère exerce un contrôle mais n’est pas en principe directement impliqué dans
l’action. Ce sont principalement les collectivités territoriales qui agissent avec l’ensemble de la
population. Les plateformes constituent quant à elles une interface entre les actions sectorielles (qui
dépassent le cadre des collectivités décentralisées) et le MDE.
En fait, le modèle comporte un sous-système de recherche (PAE et commissions techniques)
impliqué indirectement dans l’action, et un sous-système d’action (MDE, collectivités et
plateformes) impliqué indirectement dans la recherche.
4.1.6. - Modèle de cheminement méthodologique
L'approche proposée se veut pratique, dynamique et structurée (globale). L’agencement proposé
assure l’intégration des approches sectorielles et des actions locales. Il comprend 3 étapes
fondamentales:

22 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


Dominante Dominante
sectorielle globale
Rapports
sectoriels Document
préliminaires préliminaire

Niveau Rapports
sectoriels
Séminaire de Document
lancement
central initiaux initial

Projets PAE
sectoriels

Contrôle
Niveau départemental
ou sectoriel
local
Projets
locaux

Figure 5: Modalité d’intégration du PAE


(1) La rédaction de rapports sectoriels préliminaires en fonction d’orientations politiques
définies. Et la production d'un document préliminaire complet à partir des rapports
sectoriels, et conformément à l’orientation politique définie.
ABOUTISSEMENT: Séminaire national de lancement.
(2) La production d’un document initial complet intégrant des rapports sectoriels.
ABOUTISSEMENT: Projets locaux et projets sectoriels.
(3) La production du PAE en relation dynamique avec la réalisation des projets. Un
contrôle des autorités départementales (ou sectoriels) est exercé sur les actions
entreprises, et ceci dès la définition des projets.
ABOUTISSEMENT: PAE.
La figure 6 illustre comment, avant de rentrer totalement dans la dynamique recherche/action (voir
fig. 2), l’esprit de participation est respecté honnêtement en faisant intervenir:

1996-04-04 JFT MDE-pae04 23


T les connaissances et expériences des consultants,
T l’apport de commissions consultatives,
T l’apport des plateformes,
T l’apport des participants au séminaire de lancement.

Littérature Commissions
expérience consultatives
DÉFINITION
DES PROBLÈMES

REDÉFINITION

DIAGNOSTIC
Redéfinition
REDÉFINITION

DÉFINITION DE REDÉFINITION
CONNAISSANCES Infrastructure Plateformes
système/client
cf.:fig. 4.

Séminaire
National
Projets pilotes
sectoriels

ÉVA;LUATION Légende:
Pr.pil. locaux
DE L’ACTION
Actions globales Version du Plan d’Action

Processus d’élaboration

Fig. 6: Approche proposée pour le déroulement du PAE

24 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


4.2.- L'aménagement du territoire
En ce qui a trait à l’aménagement du territoire, un comité de consultation technique d’orientation
devrait être formé pour valider l’approche générale et l’ensemble des interventions proposées.
Les consultants du PAE en:
T environnement urbain et industriel,
T cadre légal et institutionnel,
T biodiversité
devraient être intégrés à ce comité.
Nous suggérons aussi que le travail avec cette commission soit effectué avant tout sur la base de
contacts personnels. Les personnes visées recevraient des documents écrits et seraient appelées à
donner leur avis par écrit ou oralement.
Par ailleurs, compte tenu de l’identification des problèmes et de l’existence d’autres thèmes, les
plateformes suivantes pourraient être considérées:
T Collectivités territoriales, assemblées et problèmes d’environnement.
T Refonte de l’armature urbaine.
T Rôle et structuration des comités de quartier.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 25


Bibliographie sélective
ANGLADE, Georges: Atlas critique d’Haïti. ERCE & CRC, Montréal 1982.
ANGLADE, Georges: Cartes sur table, t.1: Itinéraires et raccourcis. Deschamps, Port-au-Prince
& ERCE, Montréal 1990.
BAGUENARD, Jacques: La décentralisation. PUF, Paris 1985.
BALUTANSKY, Edwige; SMARTH, Rony: Haïti, Terre délabrée. CRESDIP, Pétion-Ville 1990.
BARDOS-FÉLTORONYI, Nicolas: Géo-économie: État, espace, capital. De Boeck-Wesmael,
Bruxelles 1991.
BLOT, E.; NOËL, M.A.; PIERRE, Y.F.; TARDIEU, C.; TARDIEU,Ch.; TARDIEU, J.F.: Étude
socio-économique de cinq sous-bassins du Plateau Central. OEA / CDRH, Port-au-Prince 1988.
CHRISTALLER, Walter: Central Places in Southern Germany. Prentice-Hall, Englewood Cliffs
N.J. 1966.
DORSAINVILLE, Roger: Jacques Roumain. Présence Africaine, Paris 1981.
GOYETTE, Gabriel; LESSARD-HÉBERT, Michelle: La recherche-action, ses fonctions, ses
fondements et son instrumentation. Presses de l'Université du Québec, Sillery (Québec) 1987.
HAITI, Ministère de l'Environnement: Plan d'action pour l'environnement (PAE) termes de
Références. Port-au-Prince sep. 1995
HAÏTI, MPCE: Programme triennal glissant période 1995/1996 - 1997-1998. Port-au-Prince, 1995.
HAITI, Secrétairerie d'État du Plan: Schéma d'aménagement du territoire, diagnostic et image à
long terme. Port-au-Prince 1981.
ILPES (Instituto Latinoamericano de Planificación Económica y Social): Ensayos sobre
Planificación Regional del Desarrollo. Siglo XXI, Mexico 1976.
JOHNSON, E.A.J.: The organization of Space in Developing Countries. Harvard University Press,
Cambridge 1970
LAJUGIE, Joseph; DELFAUD, Pierre; LACOUR, Claude: Espace régional et aménagement du
territoire. Dalloz, Paris 1985.
LÖSCH, August: The economics of Location. Yale University Press, New Haven 1954.
MAGNY, Edmond : Haïti, Ressources naturelles, environnement: Une nouvelle approche.
Deschamps, Port-au-Prince,1991.
MONOD, Jérôme; de CASTELBAJAC, Philippe: L'aménagement du Territoire. PUF, Paris
1993.
OEA: Planificación del desarrollo regional integrado: directrices y estudios de casos extraidos
de la experiencia de la OEA. OEA, Washington, D.C. 1984.

26 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


OEA: Minimum Conflict: Guidelines for Planning the Use of American Humid Tropic
Environments. OEA, Washington D.C. 1987.
ONU, PNUD-HAÏTI (Unité de Coordination et de suivi de l’environnement): Haïti 1994,
indicateurs environnementaux de base, étude préliminaire. Port-au-Prince 1994.
POLESE, Mario: Économie urbaine et régionale: Logique spatiale des mutations économiques.
Economica, Paris 1994.
REMY, Jean; VOYÉ, Liliane: La ville et l'urbanisation. Duculot, Gembloux 1974.
ROUZIER, Philippe: Échange et développement (cadre théorique pour une alternative). Éd. de
l'Uni. d'Ottawa, Ottawa 1981.
TARDIEU, Jean-François: Entre bords de mer et marché ruraux. Areytos, Port-au-Prince 1986.
TESSIER, Roger; TELLIER, Yvan: Changement planifié et développement des organisations:
théorie et pratique. EPI, Paris & IFG, Montréal 1973.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 27


Bibliographie
La liste de documents qui suit a été rassemblée à partir de plusieurs sources. Elle est également
remise avec le rapport sous forme de fichiers dBase. Il est possible d’uniformiser ces fichiers et
de les regrouper dans un seul fichier afin de pouvoir l’interroger à partir d’un logiciel de gestion
documentaire.
Un logiciel écrit en dBase ver. IV.2 est également fourni pour l’utilisation exclusive au PAE et
au MDE. Ce logiciel permet d’intégrer un résumé pour chacun des documents. Des résumés sont
déjà rédigés pour un certain nombre de documents qui figurent dans les listes de la “Xerox
University Microfilms”.
La majorité des documents sont disponibles aux bureaux du PNUD et de l’USAID à Port-au-
Prince, ou sur commande à la “Xerox University Microfilms” .

HHH
ABU-LUGHOD, JANET; HAY, RICHARD JR.: THIRD-WORD URBANISATION.
MAAROUFA,CHICAGO 1977
ADAMS, LARK EMERSON: A DYNAMIC MODEL OF FIRM MIGRATION. Thèse PHD,
UNIVERSITYOF SOUTH CAROLINA (0202), 1984.
AHLERS, THEODORE HENRY: A MICROECONOMIC ANALYSIS OF RURAL URBAN
MIGRATION IN HAITI.. Thèse PHD, FLETCHER SCHOOL OF LAW AND DIPLOMACY
(TUFTS UNIVERSITY) (0930), 1979.
AKMAN, GERALDINE R. C.: BOTH SIDES NOW: GENDER RELATIONS IN CREDIT
AND AGRICULTURE COOPERATIVES IN RURAL HAITI (CREDIT COOPERATIVES).
Thèse PHD, MCGILL UNIVERSITY (CANADA) (0781), 1992.
ALAN FUNDED BY UNITED STATES AGENCY FOR INTERNATIONAL
DEVELOPMENT: HAITI-COUNTRY EVIRONMENTAL PROFILE- A FIELD STUDY.
ALIX, W.; GEORGES, F.; JEAN-PIERRE, J.; JEROME, P.; NOEL, F.; TARDIEU, J.F.:
NOUVEL AMENAGEMENT AGRICOLE DE FONDS PARISIEN. FAMV, DAMIEN 1977
ALLEN, MICHAEL JOSEPH: IMPERFECT CAPITAL MARKETS AND REGIONAL
DEVELOPMENT: A GAME THEORETIC APPROACH. Thèse PHD, BOSTON COLLEGE
(0016), 1992.
ANGLADE, GEORGES: ATLAS CRITIQUE D'HAITI. ERCE & CRC, MONTREAL 1982.
ASPAAS, HELEN RUTH: WOMEN'S SMALL-SCALE ENTERPRISES IN RURAL KENYA:
COPING WITH THE DYNAMICS OF ISOLATION (RURAL WOMEN). Thèse PHD,
UNIVERSITY OF COLORADOAT BOULDER (0051), 1992.

28 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


ASSAD, JEAN-CLAUDE: THE ROLE OF FINANCIAL INTERMEDIARIES IN THE
GROWTH OF THEHAITIAN ECONOMY. Thèse PHD, HOWARD UNIVERSITY (0088),
1987.
ASSOCIATES IN RURAL DEVELOPMENT: GUIDE PST POUR L'ETABLISSEMENT ET
L'AMENAGEMENT DES HAIES VIVES. A.R.D.
BAER, KATHERINE OLGA: DECENTRALIZATION AND REGIONAL ECONOMIC
DEVELOPMENT: AN ECONOMETRIC ANALYSIS OF PUBLIC EXPENDITURE,
REGIONAL GROWTH AND STRUCTURAL CHANGE IN BOLIVIA. Thèse PHD,
CORNELL UNIVERSITY (0058), 1994.
BAGUENARD, JACQUES: LA DECENTRALISATION. PUF, PARIS 1980
BATAILLON, CLAUDE: ETAT, POUVOIR ET ESPACE DANS LE TIERS-MONDE. PUF,
PARIS 1977
BEAUBOEUF, CLAUDE: HAITI'S TUMULTUOUS TRANSITION TOWARDS
DEMOCRACY, FEBRUARY 1986 - FEBRUARY 1988. Thèse PHD, UNIVERSITY OF
MIAMI (0125), 1991.
BEDET, J.: REFORESTATION : FORMATION FORESTIERE EN HAITI - CENTRE DE
FORMATION (AMENAGEMENT DES MORNES PHASE -. FAO 1986
BERRY, BRIAN J.L.(ED.): URBANIZATION AND CONTER-URBANIZATION. SAGE
PUBLICATIONS, BEVERLY HILLS (CA.) 1976
BEYNA, LARRY; MARCUS INGLE; KLAUSS, RUDI: MANAGING
DECEBTRAKUZATION:AN ANOTATED BIBLIOGRAPHY. FRINIG ,MAXCELL
BODINI, HUGO C. C.: VIABILITY OF SMALL-FARMER COMMUNITIES IN THE
ENRIQUILLO -CUL DE SAC DEPRESSION OF HISPANIOLA (CHILE). Thèse PHD, THE
UNIVERSITY OF TENNESSEE (0226), 1984.
BRINKERHOFF, DERICK: ADMINISTRATION REFORMAND PLAS FOR
DECENTRALIZATIO IN HITI PROBLEMS. PROGRESS AN PROJECTS.
P-AU-P,HAITI/USAID NOV 1981
BRINKERHOFF,W . Derick and ARTHUR ,A. GODSMITH: ADMINISTRATIVE REFORM
AND DECENTRRALIZATION IN POST DUVALIER HITI :RECENT ACTIONS AD
CURRENT CHOICES. HAITI/USAID JULLY 1987
BRITTON, EDWARD CAMERON: PEASANT SUBSISTENCE IN NORTHWESTERN
HAITI: GEOGRAPHY, CULTURAL ECOLOGY, AND RURAL DEVELOPMENT. Thèse
PHD, THE LOUISIANA STATE UNIVERSITY AND AGRICULTURAL AND
MECHANICAL COL. (0107), 1993.
BROWN, RAYMOND LEWIS: INDIGENOUS ENTREPRENEURSHIP IN LESS
DEVELOPED COUNTRIES: THE IMPORTANCE OF ENTREPRENEURS TO THE
DEVELOPMENT PROCESS. Thèse PHD, CLAREMONT GRADUATE SCHOOL (0047),
1983.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 29


BUREAU, J. C.: NOTE DE SYNTHESE SUR LES ACTIONS DE CONSERVTION DES
SOLSEN HAITI-MARNDR-FACULTE D'AGRICLT ET DE RED VETER- MISSION
FRACAISE E COOPERAT ET D'ACTION CULTURELLE.
BURREAU FOR PRIVATE ENTREPRISE: COORPERATIVES IN DEVELOPMENT A
REVIEW BASEDON THE ESPERIENCE OF US. COOPERATIVE DEVELOPMENT
ORGAISATIONS.
BUTON,H.NADINE: ETUDES DES RELATIONS VILLES ,CAMPAGNES DANS LE SUD
D'HAITI (REGION DES CAYES). UIVERSITY DE BRDEAU DEC 1983
C,BERGER; C .LILIN: PROPOSITION POUR UN PROJET NATIONAL DE
CONSERVATIONDES SOLS ET D'AMENAAGEMET DES BASSINS VERSANTS.
PAM/FAO JAVIER 87
CARLE MONDE ;ANTHONY RBIER; MICHELE O.SPRUMONT;JEAN FRITZ;SUZE
MATHIEU:ETUDE DES POSSIBILITES D'AUGMENTATION DU LOYER DES TERRES
RURALES DE L'ETAT. NOVEMBRE 1989
CARLOS,Venegas; NEGRON,JORGE;: BIODIVERSIDAD-CLTUROS Y CULTURA.
CASE, ANNE CATHERINE: ANALYZING SPATIAL PATTERNS IN DEVELOPING
COUNTRY DATA. Thèse PHD, PRINCETON UNIVERSITY (0181), 1988.
CHALES A. WOODS. FLORIDA STATE MUSENN UNIVERSITYOF FLORIDA:
EXECUTIVE SOMARY OF STEWARDSHIP PLAN FOR THE NATIONAL PARKS OF
HAITI. USAID
CHANCY, MARIE BIBIANE: POUR UNE REORGANISATION DE LA COOPERATIVE
AGRICOLE GABART LE VAILLANT A DONDON (HAITI): REALITES ET MODALITES
DE DEVELOPPEMENT (FRENCH TEXT). Thèse MADMIN, UNIVERSITE DE
SHERBROOKE (CANADA) (0512), 1992.
CHARLES LILI A.P.KOOHAFKAN.: TECHIQUES BIOLOGIUES DE CONSERVATION
DES SOLS EN HAITI- CENTRE DE FORMATION EN AMENAGEMENT INTEGRE DES
MORNES. ARD/PS5
CHARLES, Stevenson: Histoire de l'erosion dans le nord d'Haiti - UNIVERSITE ROI
CHRISTOPHE ,CAP-HAITIEN.
COHEN, Warren B.: Environmental Degradation in HAITI an Analysis of Aerial Photography.
CONADEP;TPTC;ONU.: PROJET PLANIFICATION.
DAMISSE ,Emile: strtegies for archieving optimal development and improving
watermnagement practicesin the artibonite river basin.- In patial fullment of the requirements for
th. COLLINS ,COLORADO SEPT 1988
DARISME, JOSEPH WILKIE: AGRICULTURAL ADOPTION IN RURAL HAITI: A
PARTIAL APPLICATION AND EXTENSION OF THE ROGERS AND SHOEMAKER'S

30 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


MODEL OF INNOVATION-DIFFUSION (ADOPTION). Thèse PHD, THE GEORGE
WASHINGTON UNIVERSITY (0075), 1984.
DAVID, PIERRE: A PEDOLOGICAL STUDY OF CLAYEY SOILS OF SAVANE DIANE,
CENTRAL PLATEAU, HAITI. Thèse PHD, RUTGERS THE STATE UNIVERSITY OF NEW
JERSEY - NEW BRUNSWICK (0190), 1984.
DERISCA,Jodelle: Influence du facteur foncier sur la mise en valeur dessols basaltiques erodes
de kavial et productivité a court terme des parcelles restaurees. Mémoire de sortie, FAMV 1980
DESFIL (DEVELOPPEMENT STRATEGIES FORFRAGILE LAUDE: WATERSHED
MANAGEMENT IN THE MAISSAIDE COMMUNE OF HAITI. JUNE 1988
DORSAINVIL, KATHLEEN: CAPITAL CONTROLS AND THE PARALLEL EXCHANGE
RATE MARKET IN THE HAITIAN ECONOMY (HAITI, EXCHANGE RATES). Thèse PHD,
THE PENNSYLVANIA STATE UNIVERSITY (0176), 1992.
DOURLENS, C.; VIDAL-NAQUET, P.; ARNODIN-CHENOT, LORRAINE: AUTONOMIE
LOCALE ET DECENTRALISATION. ANTHROPOS, PARIS 1986
EGGER,Kurt;DR MARTENS,Bigitta;INSTITUT BOTANIQUE DE L'UNIVERS. DE
HERDELB.: ETUDE PRELIMINAIRE PORTANT SUR L'EVENTUALITE DE LA
FORMATION D'UNE ENTREPRIE AGRICOLOGIQUE DANS LE NORD D'AHITI.
EHRLICH, Marko(consultant): Environmental Analysis for the secondairy reads .Development
Project july 1982.
ELVER, HARRY ADOLF, III: FACTORS AFFECTING SEEDLING MORTALITY IN
HAITIAN AGROFORESTRY. Thèse MS, THE UNIVERSITY OF ARIZONA (0009), 1990.
ESCOFFIER, GUY: Renforcement institutionnel en aménagement du territoire - Shéma
d'aménagement dE L'USD DE JACMEL. MINISTERE DU PLAN / CNEH, PORT-AU-PRINCE
1989, 99P.
FELIX, Alix; LOWENTEIN, Printz Zu: Le deboisement du perimetre "pic macaya" et son
impact sur la plaine des Cayes.
FLEURIVAL ,Frantz: rapport final sur la construction de 16 citernes individuelles a Guilbert,
kenscoff. USAID /HAITI/DIC 1987
FRANGOS, ANASTASSIOS V.: CLASSICAL LOCATION THEORY, SPATIAL
COMPETITION AND GENERAL EQUILIBRIUM ANALYSIS. Thèse PHD, WAYNE STATE
UNIVERSITY (0254), 1985.
FRANKLIN,, Alex W.; SNYDER, Stanley E.: Recommandations de musures de conservation
pour le controle de l'erosion en Hait. USAID, WASHINGTON 1975
FREGE, XAVIER: LA DECENTRALISATION. LA DECOUVERTE, PARIS 1986
FRIEDMAN, JOHN; WULFF, ROBERT: THE URBAN TRANSITION: COMPARATIVE
STUDIES OF NEWLY INDUSTRIALIZING SOCIETIES. EDWARD ARNOLD

1996-04-04 JFT MDE-pae04 31


GEBRIAN, BETTE JEANNE: COMMUNITY PARTICIPATION IN PRIMARY HEALTH
CARE IN RURAL HAITI: AN ECOLOGICAL APPROACH (HEALTH SERVICES, FOLK
HEALERS). Thèse PHD,THE UNIVERSITY OF CONNECTICUT (0056), 1993.
GERARD, MICHEL (ET AL): MANUEL D'URBANISME EN PAYS TROPICAL VOL.2:
ARTISANAT EQUIPEMENTS COMMERCIAUX. MINISTERE DE LA COOPERATION,
PARIS 1976
GIRAULT, CHRISTIAN ANTOINE: HABITANTS, SPECULATEURS ET
EXPORTATEURS: LE COMMERCE DU CAFE EN HAITI. Thèse PHD, MCGILL
UNIVERSITY (CANADA) (0781), 1980.
GLENN R SMUCKER: DECISIONS AND MOTIVATIONS IN PEASANT TREE FARMING:
MORNE-FRANCK AND THE PADE CYCLE OF VILLAGES STUDIES. PWOJE PYEBWA.
HAITI AGROFORSRY AUTRECH PROJECT. PAN AMERICAIN DEVELOPPEMENT
FODATION
Glenn R.Srucker,(ED): Planting Trees with Small Farmers- An Planting Workshop- pan
american developmant fondation. PAN AMERICAN DEVLOPMENT FOUNDATION
GRANT, RICHARD JOHN: THE POLITICAL ECONOMY OF INTERNATIONAL TRADE:
A GEOGRAPHICAL PERSPECTIVE ON THE WORLD-ECONOMY. Thèse PHD,
UNIVERSITY OF COLORADO AT BOULDER (0051), 1991.
Groupe de recherche pour le developpement: modes de tenure en Hiti et "dege de securite".
MADIAN SALAGNAC, SEPT 1979
HABITAT/INT.: PROPOSITION FINANCIERE. PLAN DIRECTEUR D'URBANISME DE
PORT-AU-PRINCE PHASE I: SOUS-CONTRAT D'ASSISTANCE TECHNIQUE, DOSSIER
#49837. LAVALIN/HABITAT, MONTREAL 1987 (2 VOL.)
HAITI/CROPS-LIVESTOCK-FISHERIES: POTENTIALS AGRICULTURAL AND RURAL
DEVELOPMENT IN LTIA AMERICA AND THE CARAIBEAN. 1988
HAITI/DATPE-Secretairerie du plan - Direction de l'amenagement du territ.: Demande de l'eau
potable a long terme dans le secteur urbain juin 1981.
HAITI/MARNDR-SECRETARIAT TECH. A L'AMENAGEMENT DES BASSINS
VERSANTS: Centre pilote de plantation de bois de feu a l'arcahaie, evaluation d'unestrategie
sept 1989. AOUT 1991
HAITI/MARNDR: MACAYA ET LA PLAINE DES CAYES : UNE REGIONN MENACEE.
MARNDR
HAITI/MARNDR: RAPPORT ATELIER NATIONAL SUR L'AMENAGEMENT DES
VERSANTS. P-AU-P,14-15 OCTOBRE 1985
HAITI/Project Design: Land Tenure and Agroforestry in Haiti - A Case Study in Anthroplogical
Project Design. DRAFT

32 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


HALL, ROBERT BURNETT: THE GEOGRAPHY OF THE REPUBLIC OF HAITI, A
STUDY IN THE STRUCTURE AND EVOLUTION OF LANDSCAPE. Thèse PHD, THE
UNIVERSITY OF MICHIGAN (0127), 1927.
HELSLEY, ROBERT WARREN: ECONOMIES OF AGGLOMERATION AND URBAN
SPATIAL STRUCTURE. Thèse PHD, PRINCETON UNIVERSITY (0181), 1985.
HERICHON, EMMANUEL: LA DECENTRALISATION. HATIER, PARIS 1983
HOLDRIDGE, LESLIE R.: THE PINE FOREST AND ADJACENT MOUNTAIN
VEGETATION OF HAITI CONSIDERED FROM THE STANDPOINT OF A NEW
CLIMATIC CLASSIFICATION OF PLANT FORMATIONS. Thèse PHD, THE UNIVERSITY
OF MICHIGAN (0127), 1947.
J.S.M.: MISE EN VALEURDU PLATEAU CENTRAL. FEVRIER 84
JACOB, Jean Pierre; BARRETO, Simon PERREIRA: ITINERAIRE NOTE ET
TRAVAUX-RESSOURCES NATURELLES ET CONDITION SOCIO-ECONOMIQUE EN
HAITI U BILAN DES PROBLEMES-. INSTITUT UNIVERSITAIRE D'ETUDES DU
DEVLOPPEMENT
JANNOUD, CLAUDE; PINEL, MARIE-HELENE: LA PREMIERE VILLE NOUVELLE.
MERCURE DE FRANCE, S.L.1974
JOLIBOIS, SYLVAN CLEMENT, JR.: STATE VERSUS NONGOVERNMENTAL
ORGANIZATION MANAGEMENT OF TRANSPORTATION RESOURCES: A
COMPARISON OF RURAL DEVELOPMENT PROJECTS IN HAITI. Thèse PHD,
UNIVERSITY OF CALIFORNIA, BERKELEY (0028), 1993.
JOSEPH FELIX (AGRONOME): MARNDR-RAPPORT DE MISION A BRASILIA -
REUNIONDE HAUT NIVEAU ET DE HAUT IVEAU ET DE MINISTRE DE
L'ENVIRONNEMENT EN AMERIQUE LATINE ET DES CARAIBES. 27 AU 31 MARS 1989
JOSEPH, A.Sabor: soils and soil managemet in the maissaide commune of Haiti.
JOSEPH,Hugues: systeme frocier a bAYOAIS. 1984
KESLER, STEPHEN EDWARD: THE GEOLOGY AND ORE DEPOSITS OF THE
MEME-CASSEUS DISTRICT, HAITI.. Thèse PHD, STANFORD UNIVERSITY (0212), 1966.
KILGOUR, MARY CAMERON: THE TELEPHONE IN THE ORGANIZATION OF SPACE
FOR DEVELOPMENT. Thèse PHD, HARVARD UNIVERSITY (0084), 1982.
KIM, YOUNG JONG: A MODEL BUILDING OF BUREAUCRATIC CORRUPTION IN
DEVELOPING COUNTRIES: THE CASE OF KOREA. Thèse PHD, THE FLORIDA STATE
UNIVERSITY (0071), 1985.
KUNCORO, ARI: INDUSTRIAL LOCATION CHOICE IN INDONESIA. Thèse PHD,
BROWN UNIVERSITY (0024), 1994.
LAFONT, ROBERT: AUTONOMIE, DE LA REGION A L'AUTOGESTION. GALLIMARD,
PARIS 1976

1996-04-04 JFT MDE-pae04 33


LAJUGIE, JOSEPH; DELFAUD, PIERRE; LACOUR, CLAUDE: ESPACE REGIONAL ET
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE. DALLOZ, PARIS 1985
LATORTUE, PHILOME: BILAN DE LA FONCTIONNALITE DE L'ORGANISME DE
DEVELOPPEMENT DU NORD (HAITI) (FRENCH TEXT). Thèse MSC, UNIVERSITE DU
QUEBEC A CHICOUTIMI (CANADA) (0862), 1993.
LAURIN,Raymond: amenagement des basins verst concepts,pratiques, techniques. BLEMUR ,
MARGUERITE 1985
LOCHER, HULDRYCH CASPAR: THE FATE OF MIGRANTS IN URBAN HAITI - A
SURVEY OF THREE PORT-AU-PRINCE NEIGHBOURHOODS.. Thèse PHD, YALE
UNIVERSITY (0265), 1978.
LOHIER, GERARD; DUVIVIER, LUCIEN; DORVILLE, RENE; DENIZARD,
JOSEPH-REYNOLD;: CONTROLE DE L'EROSION AU MORNE L'HOPITAL, POUR LA
PROTECTION DE LA VILLE DE PORT-AU-PRINCE. IICA, PORT-AU-PRINCE 1974
LOWENTHAL, Ira P.: Social Soundness Analysis of the National Program for Agroforestry.
DRAFT
LOWETHAL, IRA P. IN COLLABORATION WITH HARLAN: INTEGRATED RURAL
EVELOPMENT IN HAITI . SOME PROBLEMSS, TWO CASE STUDIES, ANDA
PROPOSAL. HAITI/USAID MARCH 1979 C.1
MARCELIN, Fritz Sauveur: Predicting Soil Erosion From Cap Rouge Plateau, Haiti.. M.S.
THESIS, TEXAS E&M UNIVERSITY 1985
MARCHAL, ANDRE: L'INTEGRATION TERRITORIALE. PUF, PARIS 1965
MARTINEZ, SAMUEL: LABOR CIRCULATION AND PEASANT SOCIAL
REPRODUCTION: HAITIAN MIGRANTS AND DOMINICAN REPUBLIC SUGAR
PLANTATIONS. Thèse PHD, THE JOHNS HOPKINSUNIVERSITY (0098), 1992.
MCCLURE, MARIAN: THE CATHOLIC CHURCH AND RURAL SOCIAL CHANGE:
PRIESTS, PEASANT ORGANIZATIONS, AND POLITICS IN HAITI (CARIBBEAN,
POLITICAL PARTICIPATION, LATIN AMERICA). Thèse PHD, HARVARD UNIVERSITY
(0084), 1986.
MCLAIN,J. Rebecca;DOUGLAS,M.STIENBARGER: TENURE ET UTILISATION DS
TERRES DANS LE SUD D'HAITI , ETUDE DES CAS VERSANTS, DES ANGLAIS ET DE
LARAVINES U SUD.
MERORES, LEO: HAITI AND THE DOMINICAN REPUBLIC: A CASE FOR ECONOMIC
INTEGRATION.. Thèse PHD, NEW YORK UNIVERSITY (0146), 1973.
MISSION D'EVALUATION D'AVRIL: EVALUATION APOSTERIORI DE LA ROUTE
CARREFOUR DU FORT-JACMEL EN HAITI; ETUDE DES DOCUMENTS SUR LE
DEVELOPPEMENT GRICOLE DU SUD-EST. MARNDR

34 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


MU, XINMING: MODELING RURAL WATER DEMAND BEHAVIOR: A STUDY OF THE
CONTINGENT VALUATION METHOD. Thèse PHD, THE UNIVERSITY OF NORTH
CAROLINA AT CHAPEL HILL (0153), 1988.
MURRAY, Gerald F.: agricultural development amog haitiaan peasants. AUGUST 25,1978
MURRAY, Gerald F.: HAITIAN PEASANT CONTOUR RIDGES: THE EVOLUTION OF
INDIGENOUS EROSION CONTROL TECHNOLOGY. HARVARD UNIVERSITY, MARCH
1980
MURRAY, Gerald F.: LAND TENURE LAND SECURITY, AND PLANNED
AGRICULTURAL DEVELOPMENT AMONG HAITIAN PEASANTS.. US AGENCY FOR
INTERNATIONAL DEVELOPMENT
MURRAY, Gerald F.: THE EVOLUTION OF HAITIAN PEASANT LAND : ACASE STUDY
IN VOLUME 1. UIVERSITY MICROFILMS INTERNATIONAL
MURRAY, Gerald F.: Terraces, Trees, and the Haitian Peasant: an assessmentof Twenty-five
Years of Erosion Control in Rural Haiti. USAID/HAITI, 1979
NAULT, VITAL: CARTOGRAPHIE PAR INFORMATIQUE DE L'ETAT DE LA FERTILITE
DES SOLS DE RIZIERES DE LA VALLEE DE L'ARTIBONITE, HAITI (1990) (FRENCH
TEXT). Thèse MSC, UNIVERSITE LAVAL (CANADA) (0726), 1992.
NOEL, Joseph-Carlo: Rapport: La sysviculture paysane face aux problèmesde dégradation.
HAITI, MARNDR 1989
ONU: ENQUETE ET DEMONSTRATIONS AGRICOLES DANS LA PENISULTES SUD.
HAITI SITUATION ECONOMQIUE ET PERSPECTIVE DE DEVELOPMENT. ROME 1973
ORIOL, Michele: Protection de l'environnement contre systeme agraire Considerat. Sociol.et
Prop. pour l'implantion du parc Maccaya. Dec. 1992.
PARISIEN, Lionel (MEMOIRE DE LICENCE ) UNIVERSIT D'ETAT D'HAITI FDSE: ESSAI
D'ANALYSE DE QUELQUES IMPACTS ECOMIQUES DE LA DEGRADATION DE
L'ENVIROEMENT PHYSIQUE EN HAITI.
PAUL CLANCY: FACES OF DESPAIN, FACES OF HOPE. CALYPSO LOG DEC
1993-JUNUARY 1994
PHILIPPINE STRATEGY FOR SUSTAINABLE DEVEOPMET: DEPARTMENTAL
ENVIRONNEMENT AND NATURAL RESSOUCES- A CONCEPTURAL FRAMEWORK
PART.1.
PIERRE GUERBY CHARLES; LERINE,Jn Claude; JOSEPH,Loeau Fleurantin: secretariat
technique a l'amenagement des bssins versats (S.T.A.B.V.).
PIERRE LOUIS, Claude C.: Haiti 2000 bois et reboisement. Contribution ala formulation d'une
politique forestiere pour Haiti mai 1986.
PREVIL, CARLO: ELABORATION D'UN CADRE REFERENTIEL POUR
L'AMENAGEMENT D'UN ESPACE REGIONAL EN HAITI: L'ARRONDISSEMENT DE

1996-04-04 JFT MDE-pae04 35


MIRAGOANE (FRENCH TEXT). Thèse MATDR, UNIVERSITE LAVAL (CANADA) (0726),
1993.
PRYSOR-JONES, SUZANNE GAIL: CONTRASTING MODELS OF CHANGE: THE CASE
OF COMMUNITY HEALTH WORKERS. Thèse EDD, HARVARD UNIVERSITY (0084),
1985.
ROBERT, MAGUIRE: BOTTON-U DEVELOPMEN IN Haiti. BRSILIN ,PATRICK OCT
1979
ROBERTO OFFO WILLIAM SUGRUE. ASSISTED RICHAARD MIDE BENGE,BARRY
BURNET:A PROPOSAL FOR ENVIRONETAL ACTION IN HAITI. AOUT 1980
RONALD, Thoussaint J.: Les apports d'une demarche dans le controle des erosifs dans le
plateau central. Haiti..
SAINT-LOUIS, LORETTA JANE PRICHARD: MIGRATION EVOLVES: THE POLITICAL
ECONOMY OF NETWORK PROCESS AND FORM IN HAITI, THE U.S. AND CANADA
(UNITED STATES). Thèse PHD, BOSTON UNIVERSITY (0017), 1988.
SCIECE AND TECHNOLOG DIVISIO, LIBRARY OF COGRESS WASINGTON,D.C:
DRAFT ENVIRONMENTAL REPORT ON HAITI. JUNUARY 1979
SEPTEMBRE, ABNER: PAYSANNERIE ET DEVELOPPEMENT: ETUDE DE
L'EXPERIENCE DE VALLUE (FRENCH TEXT, HAITI). Thèse MA, UNIVERSITY OF
OTTAWA (CANADA) (0918), 1992.
SIEW TUAN CHEW , SENIOR SOCIAL SCIENCE ANALIST: NATURAL RESSOURCE
MANAGEMENT. AGENCYFOR INTERNATIONAL DEVELOP OCCTOBER 1990 W.D.C
20523
SMOLIKOWSKI, Berard (responsablede l'operation): document de project :projet de
rechercheappliquee sur l'amenagementitegre dans les territoires insulaires craibes.
SMUCKER, Glenn R.: Social and organizational conditions for tree planting in the northwest of
Haiti AUGUST,1982.
SMUCKER, GLENN RICHARD: PEASANTS AND DEVELOPMENT POLITICS: A STUDY
IN HAITIANCLASS AND CULTURE. Thèse PHD, NEW SCHOOL FOR SOCIAL
RESEARCH (0145), 1983.
SMUCKER,K.Glenn; JOSEPH,R.Thome: land tenure ceter university of wisconsion
madison,wisconsin. JUNE,1987.
ST-DIC, Roosevelt: SYSTEMES DE TENURE ET LUTTE ANTI-EROSIVE EN HAITI. Thèse
M.Sc. Université Laval 1981.
STARR, D. Paul; D'AQUIN, Sigrid; RORISON, M.Kthleen: agroforestry know ledge, attitudes
and practice in northwest Haiti- Haiti agroforestry research project south east consortium for
international dev (au burn uni. SECID/2 1990

36 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


STAVINS, JOANNA WROBLEWSKA: SPATIAL LOCATION AND INDUSTRY MARKET
STRUCTURE: AN EMPIRICAL ANALYSIS OF THE PERSONAL COMPUTER MARKET.
Thèse PHD, HARVARD UNIVERSITY (0084), 1993.
STREET, JOHN M.: HISTORICAL AND ECONOMIC GEOGRAPHY OF THE
SOUTHWEST PENINSULAOF HAITI. Thèse PHD, UNIVERSITY OF CALIFORNIA,
BERKELEY (0028), 1960.
THOMAS, LOUIS C.: LES COMMUNES DE LA REPUBLIQUE D'HAITI A L'EPREUVE
DESMUTATIONS DU XXEME SIECLE. IMP. RODRIGUEZ, PORT-AU-PRINCE 1986
TOUSSAINT ,Wesly: L'URBANISME A P-AU-P.
TPTC/USAID: PROJET DE REHABILITATION URBAINE, DOCUMENT DE
PRESENTTION 3e PHASE.
UNITED STATES. AGENCY FOR INTERNATIONALDEVELOPPEMENT: THE
INSPECTOR CONPONENTS MANAGED BY THE ORGANIZATION FOR THE
REHABILITATION OF THE ENVIRONMENT. REGINAL INSPECTOR GERAL .
TEGUCIGALPA 17,O7,1985-30,4,1988
USAID : A PILOT DECENTRALIZATION PROJECT SPONSORED BY THE ALLIANCE
SECTEUR PRIVE. A FEASIBILIT RPPORT TO THE ALLIANCE SECTEUR PRIVE.
HAITI/AID MISSION IN P-AU-P, OCT 1986
USA.I.D. Agency International Devloppement: Preliminairy Indicators for Monitoring Changes
in the Naturel Ressource Base.
VICTOR, Jean Andre (CONSULTANT): RAPPORT SUR LA SITUATION DE
L'AGRICULTURE ET DE L'ENVIRONNEMENT- PROGRAMME DES NATIONS-UNIS
POUR LE DEVELOPPEMENT (1 OCT 991- 31 JAN 1992. (PNUD)
WANG, HAIJIANG: DECENTRALIZATION AND ITS IMPACT ON ELECTRIC POWER
SECTOR. AN EMPIRICAL STUDY FOR A CENTRALLY PLANNED ECONOMY: CHINA.
Thèse PHD, UNIVERSITY OF PENNSYLVANIA (0175), 1993.
WARREN B COHEN (CANDIDAT AU DOCTOTAT SCIENCE SYLVICOLES.
UNIVERSITE D'ETAT: DEGRADATION DE L'ENVIRONEMENT EN HAITI .UNE
ANALYSE DE PHOTOGRAPHIE AERIENNE. JUIN-DEC 1984
WHITE, T. Anderson: POLICY LESSONS FROM HISTORY AD NATURAL RESSOURCES
PROJECT IN HAITI - THE ENVIRONMENTAL AND NATURAL RESSOURCES AND
TRAINING PROJECT. DEPT OF FOREST RESSOURCES - UNIVERST OF MINNESOTA
17 NOV 94
WHITE, THOMAS ANDERSON: COLLECTIVE ACTION FOR WATERSHED
MANAGEMENT: LESSONS FROM HAITI. Thèse PHD, UNIVERSITY OF MINNESOTA
(0130), 1994.
WILLIAM J.COFFEY ABD LAURENCEA.LEWIS: UPER ARTIBONITE RIVER BASIN .-
IDENTIFICATIO AND ASSESSMENT OF PLANNIG UNITS. AVRIL 1984

1996-04-04 JFT MDE-pae04 37


WINGFIELD, ROLAND: HAITI, A CASE STUDY OF AN UNDERDEVELOPED AREA.
Thèse PHD, THE LOUISIANA STATE UNIVERSITY AND AGRICULTURAL AND
MECHANICAL COL. (0107), 1966.
WOJTUSIK, TIMOTHY: DEVELOPING GRAFTING TECHNIQUES FOR CAPTURING
MATURE, ELITEPROSOPIS GERMPLASM. Thèse MS, TEXAS A&I UNIVERSITY (0510),
1992.
WOOD, HAROLD ARTHUR: THE DEPARTEMENT DU NORD, REPUBLIC OF HAITI: A
STUDY OF LAND UTILIZATION AND SETTLEMENT. Thèse PHD, UNIVERSITY OF
TORONTO (CANADA) (0779), 1958.
WOOD, HAROLD: GEOGRAPHICL INVESTIGATIO OF THE DEPARTMENT DU NORD.
UIVERIY OF TORONTO PRESS 1963
WOOD, MARIE V.: AGRICULTURAL DEVELOPMENT AND RURAL LIFE IN HAITI,
1934 TO 1953. Thèse PHD, THE AMERICAN UNIVERSITY (0008), 1955.
WOODS, Charles; HARRIS, Lawrence: STEWARDSHIP PLAN FOR THE NATIONAL
PARKS OF HAITI. USAID.

38 MDE-pae04 JFT 1996-04-04


Structures de l’État dans le domaine de la cartographie
L’État ne dispose d’aucune structure appropriée ni d’aucun moyen moderne pour la gestion des
données géographiques.
Ni l’Unité d’Aménagement du Territoire du ministère de la Planification, ni le service de
géodésie du Ministère des Travaux Publics ne possède de matériel et de logiciels informatiques
appropriés: pas de digitaliseur, pas d’ordinateur d’imprimante ou de table traçante adéquats, pas
de logiciel informatique professionnel permettant la saisie et le traitement des données
géographiques ni le tracé de cartes.
Il y a aussi une carence en ressources humaines.
Même les services traditionnels offerts par la Géodésie, c’est à dire la fourniture de cartes à la
clientèle, sont réduits, beaucoup de cartes n’étant plus disponibles.
D’après les informations recueillies, l’État semble avoir pris le parti de miser sur le service de
géodésie. Le PNUD a été sollicité et serait en passe de répondre aux besoins exprimés en deux
temps: un projet d’une durée de un an et un autre d’une durée de trois ans, ce dernier projet
devant être initié début 1997.
Ces projets visent à restructurer le service de géodésie en élargissant sa mission. La nouvelle
structure aurait pour mission non seulement la gestion des données géodésiques mais aussi:
T la collecte de données,
T une gestion de toute les données géoréférencées existantes sur Haïti,
T la diffusion des données et de l’information géographiques,
T la documentation en matière de cartographie et d’analyse de l’espace (bibliothèque,
cartothèque, données informatisées),
T l’analyse des données spatiales,
T la formation en cartographie et en analyse spatiale.
Une documentation sur ces projets est disponible au Ministère des Travaux Publics.

1996-04-04 JFT MDE-pae04 39