Vous êtes sur la page 1sur 12

ECOLE SUPERIEURE DE GENIES (ESGE)

CHAPITRE 2 :
ETUDE DES SYSTEMES
PAR LA METHODE
OPERATIONNELLE

M. Oumar DIOR, ESGE


Ingénieur Electromécanicien
METHODE OPERATIONNELLE

Chapitre 2: ETUDE DES SYSTEMES PAR


LA METHODE OPERATIONNELLE
2.1. Le théorème de Laplace

A toute fonction 𝑓(𝑡), Laplace fait correspondre une fonction 𝐹(𝑃) telle que :
+∞
𝐹 (𝑃 ) = ∫ 𝑓 (𝑡 ). 𝑒 −𝑝𝑡 𝑑𝑡
0

→ où P est l’opérateur de Laplace


→ F(P) est l’image de f(t) par la transformée de Laplace
→ f(t) est l’original de F(P) par la transformée de Laplace

Exemples :

Soit 𝑓1 (𝑡 ) = 3

+∞
𝐹1 (𝑃) = ∫0 3𝑒−𝑃𝑡 𝑑𝑡

+∞ 3
𝐹1 (𝑃) = 3 ∫0 𝑒 −𝑃𝑡 𝑑𝑡 = − [𝑒 −𝑃𝑡 ]+∞
0𝑃

3 3 3
𝐹1 (𝑃) = − [𝑒 −∞ − 𝑒 0 ] = ⟹ 𝐹1 (𝑃) =
𝑃 𝑃 𝑃

𝐾
L’image d’une constante K est égale à la constante divisée par P : ( )
𝑃

Soit 𝑓2 (𝑡 ) = 𝑒 −2𝑡

+∞
𝐹2 (𝑃) = ∫0 𝑒 −2𝑡 . 𝑒 −𝑃𝑡 𝑑𝑡

+∞ 1 +∞
𝐹2 (𝑃) = ∫0 𝑒 −(2+𝑃)𝑡 𝑑𝑡 = − [𝑒 −(2+𝑃)𝑡 ]0
−(2+𝑃)

−1 1 1
= [𝑒 −∞ − 𝑒 0 ] = ⟹ 𝐹2 (𝑃) =
𝑃+2 𝑃+2 𝑃+2

1 1
𝑒 ∝𝑡 → ; 𝑒 −∝𝑡 →
𝑃−∝ 𝑃+∝

𝐾
𝐾𝑒 ∝𝑡 → avec K un coefficient
𝑃−∝

M. OUMAR DIOR, ESGE 1


METHODE OPERATIONNELLE

Remarque :

𝑑 1
→ P ; ∫ 𝑑𝑡 →
𝑑𝑡 𝑃

Exemple 1 :
𝑑𝑖 𝑑𝑖(𝑡)
𝑈𝐿 = 𝐿 𝑑𝑡 ; 𝑈𝐿 (𝑡) = 𝐿 𝑖(𝑡) → 𝐼(𝑃)
𝑑𝑡
𝑈𝐿 (𝑡) → 𝑈𝐿 (𝑃)
𝑑
→ P ;
𝑑𝑡
𝑈𝐿 (𝑃) = 𝐿. 𝑃. 𝐼(𝑃)

Exemple 2 :
1
𝑈𝐶 (𝑡 ) = ∫ 𝑖𝑑𝑡 𝑈𝐶 (𝑡) → 𝑈𝐶 (𝑃)
𝐶
𝑖(𝑡) → 𝐼(𝑃)
1
∫ 𝑑𝑡 → 𝑃
1
𝑈𝐶 (𝑃) = 𝐼(𝑃)
𝐶𝑃

 L’impédance opérationnelle d’une inductance


𝑈𝐿 (𝑃) 𝐿𝑃𝐼(𝑃)
Ζ𝐿 (𝑃) = = = 𝐿. 𝑃 ⟹ Ζ𝐿 (𝑃) = 𝐿. 𝑃
𝐼(𝑃) 𝐼(𝑃)

 L’impédance opérationnelle d’un condensateur


1
𝑈𝐶 (𝑃) 𝐼(𝑃) 1 1
𝐶𝑃
Ζ𝐶 (𝑃) = = = ⟹ Ζ𝐶 (𝑃) =
𝐼(𝑃) 𝐼(𝑃) 𝐶.𝑃 𝐶.𝑃

2.2. Applications

Exercice 1 :

Soit le circuit ci-contre


Supposons que 𝑈 = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒
1) Déterminer l’impédance
opérationnelle du circuit.
2) Déterminer 𝐼(𝑃) et en déduire 𝑖(𝑡).

M. OUMAR DIOR, ESGE 2


METHODE OPERATIONNELLE

Solution :

Transformons le circuit en opérationnel.

1) Déterminons l’impédance
opérationnelle du circuit

𝑈(𝑃) − 𝑈𝐶 (𝑃) − 𝑈𝑅 (𝑃) = 0


1
𝑈(𝑃) = 𝑈𝐶 (𝑃) + 𝑈𝑅 (𝑃) = 𝐶𝑃 𝐼(𝑃) + 𝑅𝐼(𝑃)
1+𝑅𝐶𝑃
𝑈(𝑃) = 𝐼(𝑃) ( )
𝐶𝑃

𝑈(𝑃) 1+𝑅𝐶𝑃 1+𝑅𝐶𝑃


𝑍(𝑃) = = ⟹ 𝑍(𝑃) =
𝐼(𝑃) 𝐶𝑃 𝐶𝑃

2) Déterminons 𝐼(𝑃)
𝑈(𝑃) 𝑈(𝑃) 𝑈(𝑃).𝐶𝑃
𝐼(𝑃) = = 1+𝑅𝐶𝑃 ⟹ 𝐼(𝑃) =
𝑍(𝑃) 1+𝑅𝐶𝑃
𝐶𝑃

𝑈
𝑈 = 𝑐𝑠𝑡𝑒 ⟹ 𝑈(𝑃) = 𝑃
𝑈𝐶𝑃
𝑃 𝑈𝐶 𝑈𝐶
𝐼(𝑃) = = 1+𝑅𝐶𝑃 = 1
1+𝑅𝐶𝑃 𝑅𝐶( +𝑃)
𝑅𝐶

𝑈 1 1
𝐼(𝑃) = 𝑅(𝜔 avec 𝜔0 = 𝜏 = 𝑅𝐶
0 +𝑃) 0

𝑈 1 1 𝑈
𝐼(𝑃) = 𝑅 . 𝜔 = 𝐼0 . 𝜔 avec 𝐼0 =
0 +𝑃 0 +𝑃 𝑅

Déduisons 𝑖(𝑡).

𝐼0
𝑖(𝑡) = = 𝐼0 . 𝑒 −𝜔0 𝑡
𝑒 𝜔0 𝑡

Exercice 2 :

𝑑𝑥 𝑑𝑦
−2 𝑑𝑡 + 3𝑥 − + 2𝑦 =2
𝑑𝑡
{
𝑑𝑥 𝑑𝑦
+ 2𝑥 − 3 𝑑𝑡 − 𝑦 = 0
𝑑𝑡

Déterminer 𝑋(𝑃) et 𝑌(𝑃)

M. OUMAR DIOR, ESGE 3


METHODE OPERATIONNELLE

2
−2𝑃. 𝑋(𝑃) + 3𝑋(𝑃) − 𝑃. 𝑌(𝑃) + 2𝑌(𝑃) = 𝑃
{
𝑃. 𝑋(𝑃) + 2𝑋(𝑃) − 3 𝑃. 𝑌(𝑃) − 𝑌(𝑃) = 0

2
𝑋(𝑃). (−2𝑃 + 3) + 𝑌(𝑃)(2 − 𝑃) = 𝑃 (1)
{
𝑋(𝑃). (𝑃 + 2) − 𝑌(𝑃)(3𝑃 + 1) = 0 (2)

(3𝑃+1)
(2) 𝑋(𝑃)(𝑃 + 2) = 𝑌(𝑃)(3𝑃 + 1) ⟹ 𝑋(𝑃) = (𝑃+2)
. 𝑌(𝑃) (3)

(3𝑃+1)(−2𝑃+3) 2
(3) dans (1) [ + (2 − 𝑃)] 𝑌(𝑃) = 𝑃
𝑃+2

𝑃(3𝑃+1)(3−2𝑃) 𝑃(2−𝑃)(2+𝑃) 2(𝑃+2)


[ + ] 𝑌(𝑃)+= 𝑃(𝑃+2)
𝑃(𝑃+2) 𝑃(𝑃+2)

𝑃[(3𝑃 + 1)(3 − 2𝑃) − (𝑃 − 2)(𝑃 + 2)]𝑌(𝑃) = 2(𝑃 + 2)

𝑃[−6𝑃2 + 9𝑃 − 2𝑃 + 3 − 𝑃2 + 4]𝑌(𝑃) = 2(𝑃 + 2)

2(𝑃+2)
𝑃(−7𝑃2 + 7𝑃 + 7)𝑌(𝑃) = 2(𝑃 + 2) ⟹ 𝑌(𝑃) = 7𝑃(𝑃2 −𝑃−1)

(3𝑃+1) −2(3𝑃+1)(𝑃+2)
(3) donne alors ⟹ 𝑋(𝑃) = . 𝑌(𝑃) =
(𝑃+2) 7𝑃(𝑃 2 −𝑃−1)

2.3. Détermination des originales des fonctions opérationnelles

Introduction :

Toutes les fonctions opérationnelles ont des zéros et des pôles.

On appelle zéro, une racine qui annule le numérateur d’une fonction opérationnelle.

On la note 𝑍𝑖 avec 1 < 𝑖 < 𝑛 − 1 où n est le degré du dénominateur de la fonction


opérationnelle.

Les « 𝑖 » déterminent le nombre de racines qui annulent le numérateur de la fonction.

On appelle pôle, une racine qui annule le dénominateur de la fonction opérationnelle.

M. OUMAR DIOR, ESGE 4


METHODE OPERATIONNELLE

Elle est noté 𝑃𝑖 avec 𝑖 un entier allant de 1 à 𝑛. Cela veut dire que toutes les fonctions
opérationnelles sont des quotients dont le degré du numérateur est supérieur au degré du
dénominateur.

Ces fonctions qui sont des fonctions complexes sont généralement décomposées en somme de
fonctions simples dont les originales se trouvent dans le tableau de Laplace.

Cette décomposition dépendra de la nature des pôles. Ainsi nous avons des fonctions à pôles
réels simples, des fonctions à pôles complexes et des fonctions à pôles doubles.

2.3.1. Les fonctions à pôles réels simples


𝑃−𝑍1
Elles sont de la forme : 𝐹 (𝑃 ) = avec 𝑍1 -le zéro de la fonction
(𝑃−𝑃1 )(𝑃−𝑃2 )
𝑃1 et 𝑃2 les pôles de la fonction
𝑃−𝑍1 𝐴 𝐵
𝐹 (𝑃 ) = = + 𝐴 et 𝐵 sont des résidus à déterminer
(𝑃−𝑃1 )(𝑃−𝑃2 ) 𝑃−𝑃1 𝑃−𝑃2

 Déterminons 𝐴 et 𝐵
(𝑃−𝑍1 )(𝑃−𝑃1 ) (𝑃−𝑃 ) (𝑃 −𝑍 )
lim = 𝐴 + 𝐵 (𝑃−𝑃1) ⟹ 𝐴 = (𝑃1−𝑃1 )
𝑃→𝑃1 (𝑃−𝑃 1 )(𝑃−𝑃2 ) 2 1 2

(𝑃−𝑍1 )(𝑃−𝑃2 ) (𝑃−𝑃 ) (𝑃 −𝑍 )


lim = 𝐴 (𝑃−𝑃2 ) + 𝐵 ⟹ 𝐵 = (𝑃2−𝑃1 )
𝑃→𝑃2 (𝑃−𝑃1 )(𝑃−𝑃2 ) 1 2 1

𝑓(𝑡 ) = 𝐴𝑒 𝑃1 𝑡 + 𝐵𝑒 𝑃2𝑡

Exemple :
(𝑃+1)(𝑃−2)
𝐹 (𝑃 ) =
(𝑃+5)(𝑃2 −4)

Déterminer l’original 𝑓(𝑡)

Solution :

 Méthode analytique
(𝑃+1)(𝑃−2) (𝑃+1)(𝑃−2)
𝐹 (𝑃 ) = =
(𝑃+5)(𝑃2 −4) (𝑃+5)(𝑃−2)(𝑃+2)

(𝑃+1) 𝐴 𝐵
𝐹 (𝑃 ) = = +
(𝑃+5)(𝑃+2) 𝑃+5 𝑃+2

M. OUMAR DIOR, ESGE 5


METHODE OPERATIONNELLE

(𝑃+1)(𝑃+5) (𝑃+5) −5+1 4


lim = 𝐴 + 𝐵 (𝑃+2) ⟹ 𝐴 = −5+2 ⟹ 𝐴=3
𝑃→−5 (𝑃+5)(𝑃+2)

(𝑃+1)(𝑃+2) (𝑃+2) −2+1 1


lim = 𝐴 (𝑃+5) + 𝐵 ⟹ 𝐵 = −2+5 ⟹ 𝐵 = −3
𝑃→−2 (𝑃+5)(𝑃+2)

4 1
𝑓(𝑡 ) = 𝑒 −5𝑡 − 𝑒 −2𝑡
3 3

Cette méthode est encore appelé la méthode analytique. On peut également appliquer la
méthode graphique pour déterminer l’original des fonctions.

 Méthode graphique

On place les pôles et les zéros dans le plan complexes ; les pôles sont identifiés par des croix
et les zéros par des ronds. S’il s’agit d’un pôle double (racine double), le pôle est identifié par
un carré.

Supposons que :

𝑃1 < 0

𝑃2 > 0

𝑍1 > 0

𝑍1 < 𝑃2

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑗𝑎𝑟𝑔(𝑍
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃1 ‖⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃1 ‖𝑒 1 𝑃1 )
𝐴⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑗𝑎𝑟𝑔(⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃2 𝑃1 ‖⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃2 𝑃1 ‖𝑒
𝑃2 𝑃1)

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑗𝑎𝑟𝑔(𝑍
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ‖⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃2 ‖𝑒 1 𝑃2 )
⃗⃗ = 𝑍1 𝑃2 =
𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃1 𝑃2 𝑗𝑎𝑟𝑔(⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃1 𝑃2)
‖⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃1 𝑃2 ‖𝑒

𝑦 −𝑦
Posons 𝜑1 = 𝑎𝑟𝑔 (⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃1 ) = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 (𝑥𝑃1−𝑥𝑍1)
𝑃1 𝑍1

𝑦 −𝑦
𝜑2 = 𝑎𝑟𝑔 (⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃2 ) = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 (𝑥𝑃2−𝑥𝑍1)
𝑃2 𝑍1

𝑦 −𝑦
𝜑3 = 𝑎𝑟𝑔 (⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃2 𝑃1 ) = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 (𝑥𝑃1−𝑥𝑃2)
𝑃1 𝑃2

𝑦 −𝑦
𝜑4 = 𝑎𝑟𝑔 (⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃1 𝑃2 ) = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 (𝑥𝑃2−𝑥𝑃1)
𝑃2 𝑃1

M. OUMAR DIOR, ESGE 6


METHODE OPERATIONNELLE

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑍 2
1 𝑃1 ‖ = √(𝑥𝑃 1 − 𝑥𝑍 1 ) +(𝑦𝑃 1 − 𝑦𝑍 1 )
2

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑍 2
1 𝑃2 ‖ = √(𝑥𝑃 2 − 𝑥𝑍 1 ) +(𝑦𝑃 2 − 𝑦𝑍 1 )
2

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑃 2
1 𝑃2 ‖ = √(𝑥𝑃 2 − 𝑥𝑃 1 ) +(𝑦𝑃 2 − 𝑦𝑃 1 )
2

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑃 2
2 𝑃1 ‖ = √(𝑥𝑃 1 − 𝑥𝑃 2 ) +(𝑦𝑃 1 − 𝑦𝑃 2 )
2

Correction de l’exercice précédent en utilisant la méthode graphique.

(𝑃+1)(𝑃−2) (𝑃+1)
𝐹 (𝑃 ) = =
(𝑃+5)(𝑃2 −4) (𝑃+5)(𝑃+2)

Déterminons 𝑃1 et 𝑃2

Posons (𝑃 + 5)(𝑃 + 2) = 0 alors 𝑃+5=0 ⟹ 𝑃1 = −5


𝑃+2=0 ⟹ 𝑃2 = −2
𝑃+1=0 ⟹ 𝑃 = −1 ⟹ 𝑍1 = −1

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃1
𝐴⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃2 𝑃1

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗ = 𝑍1 𝑃2
𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃1 𝑃2

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑗𝑎𝑟𝑔(⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃1 )
‖𝑍 𝑃 ‖𝑒
‖𝐴⃗‖ = 1 1 𝑗𝑎𝑟𝑔(⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃 𝑃 )
‖⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃2 𝑃1 ‖𝑒 2 1

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑍 2 2 2 2
1 𝑃1 ‖ = √(𝑥𝑃 1 − 𝑥𝑍 1 ) +(𝑦𝑃 − 𝑦𝑍 ) = √(−5 + 1) +(0) = 4
1 1

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑃 2 2 2 2
2 𝑃1 ‖ = √(𝑥𝑃 1 − 𝑥𝑃 2 ) +(𝑦𝑃 1 − 𝑦𝑃 2 ) = √(−5 + 2) +(0) = 3

M. OUMAR DIOR, ESGE 7


METHODE OPERATIONNELLE

4 4 4
‖𝐴⃗‖ = 𝑒 𝑗(𝜋−𝜋) = 𝑒 𝑗(0) ⟹ ‖𝐴⃗‖ =
3 3 3

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑍 2 2 2 2
1 𝑃2 ‖ = √(𝑥𝑃 2 − 𝑥𝑍 1 ) +(𝑦𝑃 2 − 𝑦𝑍 1 ) = √(−2 + 1) +(0) = 1

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑃 2 2 2 2
1 𝑃2 ‖ = √(𝑥𝑃 2 − 𝑥𝑃 1 ) +(𝑦𝑃 2 − 𝑦𝑃 1 ) = √(−2 + 5) +(0) = 3

⃗⃗‖ = 1 𝑒 𝑗(𝜋−0) = 1 𝑒 𝑗(𝜋)


‖𝐵 ⟹ ⃗⃗‖ = 1 (𝑐𝑜𝑠𝜋 + 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜋) ⟹ ‖𝐵
‖𝐵 ⃗⃗‖ = − 1
3 3 3 3

4 1
𝑓 (𝑡 ) = 𝑒 −5𝑡 − 𝑒 −2𝑡
3 3

2.3.2. Les fonctions à pôles complexes

𝑃−𝑍1
Elles sont de la forme 𝐹 (𝑃 ) = 2
𝑃 +∝𝑃+𝛽

2 2
avec ∆ = ∝2 − 4𝛽 < 0 ⟹ ∆ = −(4𝛽 − ∝ ) = 𝑗2 (4𝛽 − ∝ )
−∝ − √𝑗 2 (4𝛽 − ∝2 ) −∝ √4𝛽 − ∝2 −∝ √4𝛽 − ∝2
𝑃1 = = −𝑗 ⟹ 𝑃1 = −𝑗
2 2 2 2 2

−∝ + √𝑗 2 (4𝛽 − ∝2 ) −∝ √4𝛽 − ∝2 −∝ √4𝛽 − ∝2


𝑃2 = = +𝑗 ⟹ 𝑃2 = +𝑗
2 2 2 2 2

−∝ √4𝛽 − ∝2
Posons 𝑎 = 2
et 𝑏=𝑗 ; 𝑃1 = 𝑎 + 𝑗𝑏 et 𝑃2 = 𝑎 − 𝑗𝑏
2

𝑓(𝑡 ) = 𝐾𝑒 𝑎𝑡 . cos(𝑏𝑡 + 𝜑)
𝐾 = 𝑛𝐴 𝑛→ nombre de racines ; 𝐴 = ‖𝐴⃗‖
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍 1 𝑃1
avec 𝐴⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ; 𝜑 = arg 𝐴⃗
𝑃2 𝑃1

NB : Il est recommandé pour les fonctions à pôles complexes d’appliquer la méthode


graphique pour déterminer les originales des fonctions.

Remarque : On applique le sinus si le numérateur est une constante ; par contre lorsque le
numérateur comporte un zéro (ou est un monôme), on applique le cosinus.
Exercice :
𝑃+2
𝐹1 (𝑃) = ∆ = (2)2 − 4(3) = 4 − 12 = −8 < 0
𝑃2 +2𝑃+3

∆ = 𝑗 2 8 → la fonction admet deux pôles complexes


−𝑏+ √∆ −2+ √𝑗 2 8 −2+ 2𝑗 √2
𝑃1 = = = = −1 + 𝑗√2
2𝑎 2 2

M. OUMAR DIOR, ESGE 8


METHODE OPERATIONNELLE

−𝑏−√∆ −2− √𝑗 2 8 −2− 2𝑗√2


𝑃2 = = = = −1 − 𝑗√2
2𝑎 2 2

𝑓(𝑡) = 𝐾𝑒 𝑎𝑡 . cos(𝑏𝑡 + 𝜑) = 𝐾𝑒 −𝑡 . cos(√2𝑡 +


𝜑)

𝐾 = 𝑛𝐴 ; 𝑛=2

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃1
𝐴 = ‖𝐴⃗‖ ; 𝐴⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃2 𝑃1

𝑍1 = −2

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑍 1 𝑃1 ‖ = √(𝑥𝑃 1 − 𝑥𝑍 1 ) +(𝑦𝑃 1 − 𝑦𝑍 1 ) = √(−1 + 2) +(√2 − 0)
2 2 2 2 ⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑍 1 𝑃1 ‖ = √3

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑃 2 𝑃1 ‖ = √(𝑥𝑃 1 − 𝑥𝑃 2 ) +(𝑦𝑃 1 − 𝑦𝑃 2 ) = √(−1 + 1) +(√2 + √2)
2 2 2 2 ⟹ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝑃 2 𝑃1 ‖ =

2√2
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
√3𝑒 𝑗𝑎𝑟𝑔(𝑍1 𝑃1 ) √2
‖𝐴⃗‖ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑡𝑎𝑛 ∝ = ⟹ ∝ = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 √2 = 54,73°
2√2𝑒 𝑗𝑎𝑟𝑔(𝑃2𝑃1 ) 1

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
√3𝑒 𝑗𝑎𝑟𝑔(54,73°) √3 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
‖𝐴⃗‖ = ⃗⃗⃗⃗⃗)
= 𝑒 𝑗𝑎𝑟𝑔(−35,26°)
2√2𝑒 𝑗𝑎𝑟𝑔(90 2√2
√3 √3 3
𝐾 = 2𝐴 = 2 × 2
√2
= √2 = √2 ; 𝜑 = −35,26°

3
𝑓(𝑡) = √ 𝑒 −𝑡 . cos(√2𝑡 − 35,26°)
2

2.3.3. Les fonctions à pôles doubles

On peut aussi bien appliquer la méthode analytique que la méthode graphique. Elles sont de la
forme :
𝑃−𝑍1 𝐴 𝐴 𝐴3
𝐹 (𝑃) = (𝑃−𝑃 )2 − (𝑃−𝑃1 )2 + (𝑃−𝑃
2
)
+
1 (𝑃−𝑃2 ) 1 1 (𝑃−𝑃2 )

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑍1 𝑃1
𝐴⃗1 = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃2 𝑃1

M. OUMAR DIOR, ESGE 9


METHODE OPERATIONNELLE

1 1
𝐴⃗2 = ‖𝐴⃗1 ‖ [⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗]
𝑍1 𝑃1 𝑃2 𝑃1

𝑍 𝑃2⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴⃗3 = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗1 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑃1 𝑃2 .𝑃1 𝑃2

𝐴1 (𝑃−𝑃2 )+𝐴2 (𝑃−𝑃1 )(𝑃−𝑃2 )+𝐴3 (𝑃−𝑃1 )2 𝐴1 𝑃−𝐴1 𝑃2 +𝐴2 (𝑃2 −𝑃𝑃2 −𝑃𝑃1 +𝑃1 𝑃2 )+𝐴3 (𝑃2 −2𝑃𝑃1 +𝑃1 2 )
(𝑃−𝑃1 )2 (𝑃−𝑃2 )
= (𝑃−𝑃1 )2 (𝑃−𝑃2 )

𝐴1 𝑃−𝐴1 𝑃2 +𝐴2 𝑃2 −𝐴2 𝑃𝑃2 −𝐴2 𝑃𝑃1 +𝐴2 𝑃1 𝑃2 +𝐴3 𝑃2 −2𝐴3 𝑃𝑃1 +𝐴3 𝑃1 2
= (𝑃−𝑃1 )2 (𝑃−𝑃2 )

𝑃2 (𝐴2 +𝐴3 )+𝑃(𝐴1 −𝐴2 𝑃2 −𝐴2 𝑃1 −2𝐴3 𝑃1 )−𝐴1 𝑃2 +𝐴2 𝑃1 𝑃2 +𝐴3 𝑃1 2


= (𝑃−𝑃1 )2 (𝑃−𝑃2 )

Par identification on a :

𝐴2 + 𝐴3 = 0 (1)
⟹ {𝐴1 − 𝐴2 𝑃2 − 𝐴2 𝑃1 − 2𝐴3 𝑃1 = 1 (2)
−𝐴1 𝑃2 + 𝐴2 𝑃1 𝑃2 + 𝐴3 𝑃1 2 = 𝑍1 (3)

On détermine 𝐴1 , 𝐴2 et 𝐴3 en résolvant ce système.


𝑓(𝑡) = 𝐴1 𝑡𝑒 𝑃1 𝑡 + 𝐴2 𝑒 𝑃1 𝑡 + 𝐴3 𝑒 𝑃2 𝑡

𝑓(𝑡) = 𝑒 𝑃1 𝑡 (𝐴1 𝑡 + 𝐴2 ) + 𝐴3 𝑒 𝑃2 𝑡

Exercice d’application :

𝑃
𝐹2 (𝑃) =
(𝑃2 +10𝑃+25)(𝑃+3)

Déterminons 𝑓2 (𝑡 )

𝑃 𝐴1 𝐴2 𝐴3 𝐴1 (𝑃+3)+𝐴2 (𝑃+5)(𝑃+3)+𝐴3 (𝑃+5)2


𝐹2 (𝑃) = = + + =
(𝑃+5)2 (𝑃+3) (𝑃+5) 2 (𝑃+5) (𝑃+3) (𝑃+5)2 (𝑃+3)

𝐴1 𝑃+3𝐴1 +𝐴2 𝑃 2 +3𝐴2 𝑃+5𝐴2 𝑃+15𝐴2 +𝐴3 𝑃2 +10𝐴3 𝑃+25𝐴3


= (𝑃+5)2 (𝑃+3)

𝑃2 (𝐴2 +𝐴3 )+𝑃(𝐴1 +8𝐴2 +10𝐴3 )+3𝐴1 +15𝐴2 +25𝐴3


=
(𝑃+5)2 (𝑃+3)

Par identification :

M. OUMAR DIOR, ESGE 10


METHODE OPERATIONNELLE

𝐴2 + 𝐴3 = 0 (1)
⟹ {𝐴1 + 8𝐴2 + 10𝐴3 = 1 (2)
3𝐴1 +15𝐴2 + 25𝐴3 = 0 (3)

(1) 𝐴2 + 𝐴3 = 0 ⟹ 𝐴2 = −𝐴3 (4)

(4) dans (2) et (3)

𝐴1 − 8𝐴3 + 10𝐴3 = 1 𝐴 + 2𝐴3 = 1 (5) × −3


⟹ { ⟹ { 1
3𝐴1 −15𝐴3 + 25𝐴3 = 0 3𝐴1 +10𝐴3 = 0 (6)

−3𝐴1 − 6𝐴3 = −3
⟹ {
3𝐴1 +10𝐴3 = 0
3
4𝐴3 = −3 ⟹ 𝐴3 = −
4
3
⟹ 𝐴2 = −𝐴3 ⟹ 𝐴2 =
4

Remplaçons 𝐴3 par sa valeur dans (6)


3 5 5
3𝐴1 + 10 (− ) = 0 ⟹ 3 (𝐴1 − ) = 0 ⟹ 𝐴1 =
4 2 2

5 3 3
𝐹2 (𝑃) = 2 + −
2(𝑃+5) 4(𝑃+5) 4(𝑃+3)

5 3 3 5 3 3
⟹ 𝑓2 (𝑡 ) = 𝑡𝑒 −5𝑡 + 𝑒 −5𝑡 − 𝑒 −3𝑡 = ( 𝑡 + ) 𝑒 −5𝑡 − 𝑒 −3𝑡
2 4 4 2 4 4

1
𝑓2 (𝑡 ) = [(10𝑡 + 3)𝑒 −5𝑡 − 3𝑒 −3𝑡 ]
4

Application :
Déterminer les originales :
𝑃2 −9
1) 𝐹1 (𝑃) =
(𝑃2 +6𝑃+9)(𝑃−1)

𝑃2 +10𝑃+25
2) 𝐹2 (𝑃) = ;
(𝑃2 +4𝑃+4)(𝑃2 −25)
𝑃+3
3) 𝐹3 (𝑃) =
𝑃2 +𝑃+2

M. OUMAR DIOR, ESGE 11

Vous aimerez peut-être aussi