Vous êtes sur la page 1sur 41

Plan QHSE

QUALITE Hygiène Sécurité


& Enivrement

Titre du projet:
N° de contrat:

Réaliser par : HICHAM KABOUZ Révise par : SALAH EDDIN Date : 14/01/2021
Responsable HSE Directeur de travaux REF : 2 HSE S

1
Sommaire
INTRODUCTION : 4

Définitions et abréviations : 5

1. DOCUMENTS EN REFERENCES 5

2. GENERALITES CONCERNANT LE CHANTIER 5

2.1 PRESENTATION DES PRINCIPAUX INTERVENANTS 5

2.2 REGLEMENTATION 5

2.3 RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS 5

3. Politique HSE 6

4. LES OBJECTIFS DE NOTRE plan HSE 7

5. NOTRE RÈGLES GÉNÉRALES

6. Nature et consistance des travaux

7. Effectif personnelle

8. Organigramme

9. Définitions des responsabilités

9.1 Le Directeur des travaux


9.2 Responsable HSE

9.3 Les Conducteurs des travaux, les chefs de chantier et les chefs d’équipes.

9.4 Responsabilité des travailleurs

9.5 Responsabilité des visiteurs

10. DISPOSITIONS EN MATIERE DE SECOURS ET D’EVACUATION


10.1SERVICES D’URGENCE

10.2 Sortie de secours, Points de rassemblement

10.3 Travailleurs secouristes

11. MESURES DE SANTÉ ET D’HYGIÈNE et sécurité

11.1. Santé

11.2. Hygiène

11.3. MESURES DE SECURITE


2
12.1 Co activité engins piétons

12.2Vérifications Générales Périodiques (VGP)

12.3Entretien et maintenance

12.4 Signalisation, accès, éclairage

12.5 Fouilles et tranchées

12.6 Manutention

12.7 Stockage

12.8 Chargement et déchargement

12.9 Électricité

12.10 Disséqueuses et autres matériels électroportatifs

12.11Les règles de sécurité en cas d’incendie

13. EVALUTITONS DES RISQUES SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAILE

3
INTRODUCTION :
L’objet de ce document « plan QHSE » et sa note d’organisation générale est de définir
tous les éléments d’organisation concourant à la réalisation en toute sécurité et des services
travaux de génie civil par l'entreprise SOMAD.

Il a pour objectif de :

 Veiller sur le respect des exigences OCP.


 Assurer la sécurité de l’ensemble des salariés et les riverains du
projet.
 Assurer un produit ou un service de qualité qui satisfait les exigences
des clients.
 Définir et décrire les responsabilités et les autorités de chaque
intervenant en matière d’hygiène, de santé, et de sécurité
pendant l’exécution du projet.
 Mettre en place les règles pour planifier et coordonner les travaux en
toute sécurité ;
 Mettre en place les actions en cas d’accidents et d’incidents.
 Mettre en place les actions en cas d’incendie ou évacuation.
 Mettre en œuvre la maîtrise opérationnelle des aspects HSE
 Mettre en œuvre l’analyse des risques HSE
 Maîtrise des déchets
Le PQHSE est un document évolutif en fonction des précisions et des modifications intervenues
pendant le déroulement du chantier.

Ce PQHSE sera appliqué à l’ensemble du personnel de SOMAD durant la durée du projet.

4
Définitions et abréviations
Tous les termes utilisés dans le présent document sont définis dans le dictionnaire de
définitions et abréviations du management de Projet de CONTRACTANT sauf les exceptions
suivantes :
HSE = qualité, hygiène, Environnent
PQHSE = PLAN qualité, hygiène, Environnent
MO = maitre de ouvrage
CE = consulting entreprise
ADC = l’arbre des cause
Accidents corporels : accidents mortels, accidents avec séquelles (incapacité permanente),
accidents avec arrêt (incapacité temporaire), accidents sans arrêt déclarés, accidents de
trajet, accidents
soignés à l’infirmerie.
Taux de fréquence TF = [nombre d’accidents avec arrêt / nombre d’heures travaillées] x
106), Taux de gravité TG = [nombre de journées perdues suite à un accident et ou
incident /nombre d’heures travaillées] x 103)
Indice de gravité des incapacités permanentes IG = [total des taux d’incapacité
permanente / nombre d’heures travaillées] x 106).
Incident et ou incident environnemental : Est un événement non souhaité survenu au cours du
travail n’ayant pas entraîné des lésions corporelles (installation, équipements, matériels, produits…)
Danger : source ou situation pouvant nuire par blessure ou atteinte à la santé, dommage à
la propriété, l’environnement du lieu de travail ou une combinaison de ces éléments
Risque : combinaison de la probabilité et de la (des) conséquence(s) de la survenue d’un
événement dangereux spécifié.

1. DOCUMENTS EN REFERENCES
 Contrat du marché
 Normes marocaines
 Annexe S
 Politique HSE de l’entreprise

2. GENERALITES CONCERNANT LE CHANTIER


2.1PRESENTATION DES PRINCIPAUX INTERVENANTS :
2.1.1MAITRE D’OUVRAGE

2.1.2MAITRE D’ŒUVRE

2.1.3 ENTREPRISE

2.2 REGLEMENTATION
La réglementation applicable sur ce chantier est la réglementation Marocaine en vigueur. 2.3
RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS
2.3.1 ORGANISMES DE PREVENTION
• Inspecteur du travail : délégation de l’emploi à (indique le nom de ville)

5
3. Politique HSE
En cohérence avec l’objectif fondamental de développement de notre Société, nous engageons
résolument à œuvrer pour :
 Améliorer continuellement la sécurité des personnes, des biens et des
installations de nos sites
 Protéger et sauvegarder notre Environnement Pour atteindre ces objectifs que
nous nous sommes fixés, nous axons notre politique sur le respect des engagements
& actions stratégiques suivants :
. Etre en conformité avec toutes les lois et règlementations applicables à notre entreprise,
et en l’absence de réglementation, appliquer des Normes fixées de manière responsable ;
. Satisfaire les exigences de nos clients en matière de Sécurité & Environnement
. De l’analyse et de conformité aux exigences et standards OCP ;
. De l’identification et la prévention des risques pour la santé, installations, et environnement ;
. De la participation et engagement des parties intéressées.
. Identifier, évaluer et réduire les risques pour la santé, la sécurité et l’environnement au
travail liés à nos activités, et qui pourraient affecter notre personnel, nos clients, nos sous-
traitants ainsi que nos équipements et installations ;
. Acquérir et utiliser des équipements conformes aux normes et règlements en vigueur en
matière Sécurité et Environnement
. Assurer la formation et la sensibilisation de tout le personnel de nos sites sur les aspects
Sécurité & Environnement
. Maîtriser nos consommations énergétiques pour agir en faveur de la sauvegardées
ressources naturelles ;
. Maîtriser nos rejets, optimiser la gestion de nos déchets par une élimination contrôlée
. Maintenir un niveau élevé d’exigence environnementale et de sécurité auprès de notre
personnel, de nos clients et de nos différents fournisseurs
. Assurer une communication efficace auprès de notre personnel, de nos clients et sur les
objectifs fixés, les actions planifiées et les résultats obtenus.
Parce que l’amélioration continue de nos performances Qualité, Santé, Sécurité et
Environnement est vitale pour nous, nous devons tous nous mobiliser pour l’application et le
strict respect des exigences, procédures et consignes que nous nous sommes fixées.

J’invite chaque membre du personnel à partager sans réserve ces engagements et à s’impliquer
au quotidien dans la mise en œuvre.

Révisé par: Signature: Date:


6
4. LES OBJECTIFS DE NOTRE plan QHSE
Le respect des règles et consignes HSE doit être considéré comme un objectif prioritaire
pour chacun d’entre nous.

Le suivi de l’analyse des accidents, incidents ou anomalies de nos activités sont mises en
œuvre automatiquement par un rapport pour les mesures préventives et correctives
adaptées.

Afin d’améliorer la SECURITE, nos efforts de formation en matière HSE seront poursuivis.

Pour l’ensemble du personnel SOMAD, cette charte n’est pas seulement un mot d’ordre
ou une directive, mais surtout une manière d’ETRE, de PENSER et d’AGIR qui vise l’intérêt du
salarié dans la recherche de l’excellence en matière HSE.

La mise en œuvre d’un système HSE vise à continuellement améliorer la sécurité du


personnel et la protection de l’environnement.

Au-delà de ce principe fondamental, notre démarche HSE permette :

- favoriser la réduction des accidents du travail ;

- améliorer les conditions de travail ;

- réduire l’impact de nos activités sur l’environnement ;

- améliorer notre conformité à la réglementation ;

- avoir une démarche responsable dans le sens du développement durable ;

« Un système HSSE performant est le reflet d’une entreprise performante »

L’amélioration de la sécurité et de la protection de l’environnement est possible grâce à


Votre adhésion et à votre sensibilité HSSE. C’est pour cette raison que ce guide vous est
remis. Il vous permettra de mieux comprendre le Système HSSE, de valoriser notre démarche
en externe et d’avoir les clés pour agir concrètement

5. NOTRE RÈGLES GÉNÉRALES


Les règles principales peuvent être résumées comme suit :

1. Connaître l'emplacement des extincteurs et le point de rassemblement. Quand l’alarme


incendie retentit, toutes les personnes se rassembleront au point de
rassemblement, immédiatement. Identifier l’urgence existe à tous les temps.
2. En cas d'urgence, informer le responsable HSE et donner des détails.
3. Porter des vêtements de protection personnelle et d'équipement requis pour l’emploi.
4. Soyez prudent au travail. Restez vigilant. Identifier le danger. Pensez à ce qui peut
mal se passer et comment le prévenir. (Manque d'attention crée des risques).

7
5. Ne soyez pas trop confiant. Demander en cas de doute.
6. Évitez hâtive et bousculades au travail.
7. Un bon entretien est essentiel. Ne pas laisser d'outils d'où ils peuvent tomber.
8. Ne pas faire fonctionner du matériel / véhicule pour lequel, vous n'êtes pas autorisé.
9. Fumer est strictement interdit, sauf dans la zone de fumer
10. Le tabagisme est un problème majeur de santé et des risques de sécurité
11. Évitez les arrangements de fortune.
12. Sont conformes à la réglementation, à tout moment, ils sont là pour vous protéger.
13. En cas de blessure, obtenir immédiatement les premiers soins.
14. Rapport, tous les accidents évités de justesse / accidents / incidents / accidents Actes
et conditions dangereuses immédiatement. HSE" Pas de blâme » culture. Vous devez
déclarer non, d’être pénalisé, mais pour aider HSE d'apprendre et de prévenir la
récidive dans l’avenir.
15. Maintenir des normes élevées d’hygiène.
16. Gardez zone / travail propre et bien rangé.
17. Jeter des déchets est interdit. Retirez tous les matériaux non désirés à la poubelle
tag marqué le plus proche même que les ordures.
18. Protéger l’environnement, autant que possible, réduire les déchets, de prévenir les
déversements et l'impact sur l’environnement.

6. Nature et consistance des travaux


Les composantes principales de ce projet sont :

Aménagement divers.

7.Effectif personnelle

L’effectif prévisible du personnel sur le chantier sera environs de 53personnes (hors sous-

traitants) Le nombre du personnel employé durant l’exécution des travaux sera répartit

comme suit :

- 1 personnel d’encadrements ;

- 8 agents de maitrises ;

- 10 ouvriers qualifiés ;

- 30 manœuvres

8
8. Organigramme

SALAH SABIR
DIRECTEUR
GENERALE

Hanane BENZIDIA

GERANT ET COMERSIAL

Directeur de
ABDERRAHIM ENNADIFY
travaux RESPONSABLE HSE RH
Conducteur de travaux
SALAH EDDINE HICHAM KABOUZ ABDOULAHH
SAABAR

RESPONSABLE
CHEFS LOGISTITIQUE
CHANTIERS ABDLAALI LAHLAL

LAHOUCINE EL
GOUZOULI

LARBI BOUMHOUT

SAAID KARAFI

9
9. Définitions des responsabilités
9.1 Directeur de travaux
Il est responsable de la mise en œuvre et de l’application de la politique d’hygiène, de
santé et de sécurité de l’entreprise et s’assure que celle-ci est bien répercutée auprès du
personnel sous son autorité en Général, et en particulier auprès des nouvelles recrues.
Il s’assure que tous les Opérateurs son contrôle sont avertis et conscients de leurs
Responsabilités en matière d’hygiène, santé et sécurité et ne prennent aucun risque inutile.
Il organise les chantiers dont il a la charge de manière à ce que tous les travaux à y
exécuter présentent Le minimum de risques pour les employés, le public, l’équipement et
le matériel.
Il garantit des soins à tout son personnel aussi bien en cas de blessures que de maladies
professionnelles.
Il met en place une organisation avec les sous-traitants et autres intervenants visant à éviter
toute confusion des domaines de compétence en matière de santé, hygiène et sécurité.
Il s’assure que des dispositions adéquates incluant toutes prescriptions spéciales sont prises
dans le cadre de la prévention des incendies sur toutes les installations de son chantier.
Il collabore avec le Responsable Hygiène Santé et Sécurité et sollicite son avis avant l’adoption
de nouvelles méthodes de travail ou l’exécution de toute manipulation présentant de sérieux
risques pour la sécurité ou la santé.
Il s’assure que chaque accident qui survient sur n’importe quel chantier sous sa responsabilité
est rapporté conformément à la présente procédure.
De plus, il a la charge de mener les premières investigations pour tout accident ou incident
avec arrêt de travail.
Enfin, il montre l’exemple en respectant les diverses consignes de sécurité
9.2 Responsable HSE
Vérifier les réglementations HSE du cahier des charges et des besoins HSE spécifiques du projet
Définir et/ou mettre en œuvre la politique HSE en y associant des indicateurs et des
processus de contrôle mettre en place le plan QHSE, rédiger des procédures si nécessaire
et surveiller sa performance assister les équipes en interne et en externe dans le déploiement
des objectifs HSE et dans le suivi des actions Conseiller le Chef de Projet sur les problématiques
HSE du projet en accord avec les exigences du client et les standards HSE de l'entreprise
Organiser des inspections sur chantier pour s'assurer du respect des règles HSE Assurer la
mise en place des programmes de formation, sensibilisation et Mettre en place des systèmes
d'amélioration continue, enquêter sur les accidents et proposer des améliorations Evaluer les
risques professionnels et organiser la mise en place des acteurs en cas d'évacuation et de
secours
9.3 Les Conducteurs des travaux, les chefs de chantier.
Ils devront assimiler la politique sécurité de l’entreprise et veiller à sa bonne application
par les Ouvriers placés sous leur autorité.
Ils devront connaître les risques attachés aux travaux à exécuter et insister auprès de leur
personnel pour que les mesures de sécurité préconisées soient respectées.
Pour cela, ils animeront une fois par semaine des rassemblements au cours desquels ils
sensibiliseront les ouvriers sur l’observation des prescriptions liées à la santé, l’hygiène et la
sécurité. Ils interdiront toutes prises de risques inutiles ainsi que les jeux dangereux sur les
aires de travail

10
Et prendront des mesures disciplinaires à l’encontre de ceux qui enfreindront ces règles.

Ils noteront les voies et moyens d’améliorer la sécurité, la santé et l’hygiène de leur personnel
et feront des propositions à la hiérarchie.

9.4Responsabilité des travailleurs


• Se familiariser avec le plan HSE
• Participer à toutes les formations offertes par l'employeur ou le client
• Suivre les normes HSE et se conformer aux règles et législations
• Signaler des conditions dangereuses ou des actes à son superviseur
• Refuser d'exécuter un travail lorsque des conditions dangereuses existent
• Signaler tous les incidents et les accidents évités de justesse à leur superviseur
• Utiliser un équipement de protection et de sécurité requis
• Inspecter les outils, l'équipement et les véhicules avant de les utiliser
• Se familiariser avec le plan d'intervention d'urgence et l'emplacement des premiers secours,
de lutte contre l'incendie et de l'équipement de communication

9.5 Le responsable des ressources humaines


Il sera chargé en collaboration avec le responsable HSE, du suivi des accidentés :
- Informer les familles des accidentés ;
- Déclarer l’accident à la clinique ;
- Veiller à la disponibilité des soins ;
- Suivre l’évolution de l’état de santé des accidentés ;
- Collaborer avec le médecin traitant en vue de l’obtention du certificat de reprise de travail,
même en travail à temps partiel si nécessaire.
Ils transmettront au Directeur de projet ou des travaux, les effectifs des travailleurs à la fin du mois.
9.6 Responsable logistique
Responsable de l’entretien des camionnettes et la logistique des commande des travaux dans
des conditions sécurité dans le cadre de la respecte de code de travail
L’évacuation des déchets hors site de travail
9.7 Responsabilité des visiteurs
• Suivre les instructions du responsable HSE SOMAD
• Porter un équipement de protection individuelle à tout moment
• Etre accompagné durant la visite par un animateur HSE ou tout autre personne qualifié
10. DISPOSITIONS EN MATIERE DE SECOURS ET D’EVACUATION
Chaque personne intervenant sur le chantier (salarié, prestataire, visiteur accompagné, mission de
contrôle…) doit connaître les moyens et la façon d’appeler les secours, les points de
rassemblements et la conduite à tenir selon ses compétences et ses fonctions.
10.1SERVICES D’URGENCE
Les numéros d’urgence sont :

 Pompiers : 15
 Gendarmerie : 177
 Clinique en convention : ………………………TEL……………….
 Ambulance : ………………………TEL……………
RENSEIGNEMENTS AFFICHES SUR LE CHANTIER
Sur le site, le RHSE doit tenir à jour un panneau d’affichage où sont indiqués :
11
• Les noms des personnes responsables sécurité, environnement et incendie,
• Le numéro de téléphone d’astreinte,
• Le numéro de téléphone d’urgence pour les secours (pompiers),
• Liste de contacts d’urgence de l’entreprise et client,
• Les affiches requises par l’entreprise

Fiche d’alerte : à afficher sur le tableau d’affichage au lieu de travail :

En cas d’accident, le témoin doit alerter les personnes ci-dessous tout


en respectant les consignes suivantes

Numéro de
Personnes à alerter Cosignes à suivre
téléphone
Mr Alerter le plus rapidement possible et
Chef de projet
décrire la situation des blessés :
06 Conscient ?
Saigne ?
Superviseur des travaux
Mr
Respire normalement ?
OCP Le nombre de blessé ?
06
⮚ Le lieu d’accident ?
Poste de secours 06 ⮚ La nature de l’accident ?
⮚ Circonstances… ?
RESPONSABLE HSE 06
Evaluer la situation et les possibilités
DCI OCP d’intervention

10.2 Démarche de maîtrise de la situation d’urgence

Face à un accident de travail ayant entraîné des lésions corporelles,


il est impératif de suivre la démarche de prévention suivant :
Protéger :
Arrêt des
travaux au
niveau de
lieu de
l’incident.
Protection et
balisage de
lieu de
l’incident
Alerter :
L’information doit être précise et comporter les renseignements utiles tels que :
 Le lieu exact de l’accident : site, zone, installation avoisinante…
 Le nombre de victime et leur état de gravité
12
 La nécessité d’un matériel spécial pour dégager la victime

Secourir :
 Garder son calme
 Fournir les premiers soins aux blessés
 Fournir d’autres sources d’aide médicale en cas de besoin
 Faire un bilan des blessures : commencer par les blessés ayant une atteinte des
fonctions vitales conscience ;
 Respiration ; circulation
Sécuriser
Calmer l’angoisse de la victime et diminuer de l’effet psychologique de l’accident
Evacuer
Le plus rapidement possible du blessé
Face à un incident environnemental (pollution atmosphérique, déversement, fuite, ex.…) Suivre
les instructions Suivantes :
Arrêt des travaux
 Evacuation du personnel de la zone siégée de l’incident
 Identification de la source de danger
 Eloignement de tout équipement et ou produit constituant une source de danger
 Alerter l’équipe d’intervention
 Maîtrise de la source de danger sans s’exposer face au risque en cas
d’incapacité et sans être habileté à une telle intervention : arrêt de la fuite, de
bruit, de déversement,

A partir de l’analyse préliminaire des risques


professionnels relatifs au projet et de l’étude de danger,
les situations d’urgences possibles peuvent être
recensées dont la maîtrise peut être planifiée à
l’avance

13
.

Source d’information APR

Etude de danger

Mesures préventives

Identification des situations d’urgence possibles/les moyens

De maîtrise existants et les besoins supplémentaires

•Besoin en mesures •Accident potentiel •Sensibilisation

Préventives/Protection nouvelle

Organisation de la communication pour répondre

aux Situations d’urgence

• Plan d’urgence/ d’intervention •


fiabilité a la communication
• Prévention/Protection/ Intervention

14
10.4 Consignes d’évacuation générale du chantier
Lors de déclenchement de l’alerte générale :
• Suspension des travaux
• Arrêt des machines et postes de travail
• Aménagement de tout équipement, matériel ; produit et ou
engin pouvant compromettre l’accès des véhicules
De secours ou d’autre moyen de secours
• Abondamment de tout outillage manuel
• Direction vers le point de rassemblement le plus près sans
courir ni adopter les raccourcis et attendre Calmement les ordres des
responsables. Une fois que le personnel ait pu rejoindre le point de
rassemblement, une vérification de la présence est obligatoire afin
d’identifier l’identité des absences et déclencher les mesures de
secours nécessaires.
La matrice de communication interne est développée au niveau du
plan d’urgence générale
10.5 Sortie de secours, Points de rassemblement
Les voies de secours, ainsi que le point de rassemblement en cas d’urgence, seront
localisés sur le Plan d’accès et de circulation au chantier.
La sortie de secours doit être libre en permanence pour permettre l’accès des
pompiers sur le chantier.
Le RHSE devra contrôler au cours de la journée que la sortie de secours est libre et dans
un état de propreté permettant l’accès du véhicule des pompiers. Si un véhicule est présent
devant ce portail.
Ce point est facilement identifiable par un panneau (exemple ci-contre)

15
10.3 Travailleurs secouristes
L’entreprise dispose des secouristes sur le chantier

Nom et prénom Fonction Numéro téléphone Intitulé de


la
Formation
ABDRAHIM ENADIFI Chef projet 06.64.08.19.27 SST
Larbi BOUMHAOUT Chef chantier SST
Hicham KABOUZ Responsable HSE 06.42.84.21.08 SST
IMAD EL MASTI Animateur HSE SST
SST

La liste des secouristes est tenue à jour sur le chantier, au fur et à mesure des entrées, des
sorties et des formations du personnel. Elle est affichée au panneau d’affichage.
11. MESURES DE SANTÉ ET D’HYGIÈNE et sécurité
Règles générales d'hygiène et de sécurité
-Nettoyage régulier des locaux de travail et annexes ;
- Installations sanitaires dans un local aéré ;
-Aération et ventilation des locaux et éclairage suffisant ;
- Sol propre, non encombré, avec balisage des allées de circulation piétons/véhicules le cas échéant ;
- Sources de chaleur isolées, interventions par points chauds uniquement dans des zones
spécifiques, extincteurs poudre;
- Évacuation adaptée des gaz, fumés, vapeurs explosives ;
-Réseau électrique conforme et régulièrement contrôlé (installation, câbles, prolongateurs.) ;
-Mise à la terre des appareils électriques, prises de courant protégées ;
-Réduction du bruit à la source, isolation des machines, port de protection individuelle ;
-Stockage des produits dangereux dans les locaux aérés et bien ventilés, loin d'une source de
chaleur. Produits étiquetés ;
-Au poste de travail : limiter la quantité de produits présents, utiliser la signalisation de sécurité ;
- Contrôle régulier des équipements et tenue des registres de maintenance ;
- Dotation et port des EPI ;
-Mise en place des équipements de protection collective ; etc.
11.1. Santé

A. INFIRMERIE DU CHANTIER :

Pour les accidents mineurs, une trousse de premier secours sera disponible. Elle sera vérifiée
et complétée à intervalles réguliers par le RHSE. Un tableau récapitulatif de son utilisation
sera tenu à jour.
Le contenu minimum d’une trousse de premier secours doit être suffisant pour tout le personnel
du site jusqu’à un maximum de 50 personnes. Son contenu est le suivant :
• Gants en vinyle,
• Dose individuelle de solution physiologique,
• Compresses bactériennes,
16
• Compresses stériles,
• Rouleau de bande adhésive,
• Bandage,
• Bandage adhésif,
• Bandage de rétention,
• Echarpe triangulaire,
• Bande de 10cm
• Bande étirable de 5cm
• Lotion oculaire,
• Médicament analgésique,
• Emulsion calmante,
• Tablettes de sel.

B. Politique en matière d’alcool, drogue et substances non autorisées


La possession, la consommation ou la distribution de l’alcool, de la drogue ou des substances
non autorisées sont formellement interdites sur tous les postes de travail du présent
projet.
Les employés arrivant au travail ou exerçant leur tâche sous l’influence de ces produits
seront sévèrement sanctionnés.
Une formation par affichage se fera sur les sites où seront disposés des babillards expliquant
les effets nocifs sur la santé et interdisant, l’introduction et la consommation de l’alcool, la
drogue et substances non autorisées sur les sites de travaux
C. Gestion des Matières et Substances Dangereuses en Service
Des fiches de données de sécurité (FDS) des produits de cette gamme seront disponibles chez
le Responsable HSE et mise à disposition auprès des personnels utilisateurs ainsi qu’au magasin
du chantier.
Des affiches seront judicieusement fixées pour rappeler aux uns et aux autres les risques encourus

11.2.Hygiène
Les installations de la base intégreront des lieux d’aisance pour l’ensemble du personnel
de l’entreprise.
Des vestiaires seront aménagés afin de permettre aux ouvriers d’échanger les vêtements.
La propreté des installations sera assurée par une équipe d’agents d’entretien qui y veilleront
au quotidien.
De ce fait, des poubelles ou des bennes identifiées seront disposées aux endroits indiqués
pour accueillir les déchets ordinaires constitués essentiellement de matières organiques pour
les zones bureaux.
Ce type de déchet sera collecté, stocké, enlevé et traité suivant les recommandations du
plan de gestion des déchets. Voir plan GESTION DES DECHETS
Sur site, les aires de travaux seront dégagées de tous les résidus (chutes de planche, de
fer, de câble…) À l’avancement et en fin de journée. Ces résidus seront mis en tas,
collectés et stockés suivant les Recommandations du Plan de Gestion de l’Environnement.
Les postes de travail seront laissés propres et bien rangés.
Des campagnes de sensibilisation sur l’hygiène corporelle et la propreté seront menées auprès
du personnel et des femmes vendant quotidiennement des repas aux abords des lieux de
travail.
L’eau potable sera accessible à tous les ouvriers.
Les installations mises à disposition du personnel sont les suivantes :

17
Vestiaire Des containers vestiaires sont mis à la disposition des ouvriers pour leur
permettre d’échanger leurs vêtements avant et après le travail. Ces
vestiaires seront équipés de bancs et d’accroche linges.
Sanitaire Des bâtiments toilettes composés de douches, de laves mains, de
cabinets d’aisance pour le personnel masculin et féminin, avec
aération et éclairage
suffisante seront mis en place à la base administrative, à la base technique et
à la
carrière.
Réfectoire Deux réfectoires équipés de tables et bancs ou de chaises sont disponibles
pour la
prise du repas à la pause.
Point d’eau Des points d’eau potable seront mis en contribution pour permettre aux
ouvriers
de s’hydrater.
Gestion Des poubelles ou des bennes identifiées seront disposées aux endroits
déchet indiqués
pour accueillir les déchets.

11.3. MESURES DE SECURITE et discipline sur site


11.3.1 Installation de chantier
L’installation de chantier sera délimitée par une clôture comportant deux d’accès.
Des cabines à usage bureautiques, un réfectoire et local sanitaires seront aménagées dans un
espace séparé du chantier, l’aspect hygiène générale des lieux doit être sérieusement pris
en charge.
La zone de bureau sera équipée de moyens de lutte contre l’incendie approprié au type du
risque et en nombre suffisant au minimum un extincteur par 150 m2.
L’air de stockage de matériel sera implanté au lieu déjà choisis et approuvés par le maître
d’ouvrage. Un moyen d’évacuation d’urgence mis à la disposition du personnel assisté par
une personne habileté à conduire des premiers secours.
Des zones seront désignées pour fumeur.
A l’entrée du l’installation de chantier, un tableau d’affichage sera accroché à la clôture
11.3.2 Accès au chantier
Toute personne accédant au site est tenue de se présenter avec son badge et ou sa carte
d’identité au niveau du premier poste de garde du MO.
Juste à l’entrée du chantier un bureau HSE sera implanté pour y gérer les inductions et les
formations HSE.
Chaque personne devant effectuer un travail à l’intérieur du site doit être en possession
d’une habilitation ; cette habilitation est à obtenir après une formation animer par le
responsable HSE. Pour les travaux à l’intérieur du site, l’accès des véhicules et engins est
subordonné à l’établissement d’une autorisation D’accès délivrée au préalable par le MO.
Ne sont autorisées à accéder au chantier que les personnes dotées d’une tenue de travail
portant le sigle de l’entreprise, de protections individuelles et en possession de badge et
ayant reçu une induction HSE.
Des badges spécifiques seront attribués aux visiteurs, en effet, tout visiteur accédant au
chantier est tenu de donner sa carte d’identité à l’agent du poste de garde en échange
d’un badge d’accès.
11.3.3 Instructions générales et obligations
Tout le personnel et sans exception est tenu au strict respect du règlement intérieur du maître
d’ouvrage. Ainsi toute
Personne responsable d'une infraction aux règles de sécurité, d'hygiène et d'ordre fera l'objet
d'une exclusion et sans réserve.
Tous les appareils de levage intervenants doivent être en bon état de marche.
18
Les conducteurs d’engins doivent être en possession d’un certificat de
qualification. Respect des vitesses limites qui est fixée à :
 20 Km/h pour les poids lourds et autobus
 30 Km/h pour les voitures de tourisme et camionnettes
Une seule personne doit être désignée, par le responsable site, comme guide
grutier Tout engin et véhicule n’ayant pas d’utilité doit sortir du site.
Fumer est strictement interdit sur les lieux de travail, exceptés dans les zones fumeurs
désignées à cet effet.
Il est interdit de toucher aux dispositifs de lutte contre l’incendie sauf en cas
d’incendie. A la fin de la journée :
 Tous les engins et véhicules doivent être stationnés au parking désigné.
 Nettoyage de chantier.
 Stockage matériel et équipement dans la zone désignée à cet effet.
11.3.4 Mesures disciplinaires
Chaque mensuelle, une évaluation ou un audit HSE globale du personnel sera réalisée.
Toutefois, il arrive qu’un employé omette de façon volontaire ou non de respecter une ou
plusieurs règles de sécurité et suite à une identification des causes du comportement
inadéquat, des actions correctives seront prises visant à améliorer le comportement du
personnel.
Lors d’un abus successif et selon la gravité de l’infraction, là CE (consultative d’entreprise)
fixera des mesures disciplinaires strictes telles qu’une suspension, en effet, l’intensité des
sanctions disciplinaires peut varier du simple avertissement verbal au congédiement, en
passant de
l’avertissement écrit, la mise à pied disciplinaire à la rétrogradation
. A. Accueil de chantier
L'ensemble du personnel qui intervient sur le chantier suivra au préalable un type de
formation d’accueil sécurité sur le chantier à savoir :
Une formation / sensibilisation
HSE. Cette formation sera
fondée sur :
- La politique HSE de l’entreprise ;
- La description des installations médicales et le plan d’évacuation;
- Les mesures disciplinaires en cas de violation des règles de sécurité ;
- Les équipements de protection collective et individuelle ;
- Les procédures d’urgence ;
- Les rassemblements hebdomadaires de sécurité et prés Start meeting;
- Les procédures d’alerte Accident/Incident du travail/incendie
; Il sera remis au personnel accueilli :
- Le règlement intérieur de l’entreprise SOMAD BTP
Les éventuels visiteurs quant-à eux peuvent recevoir des consignes de sécurité et sont
accompagnés sur le site lors de la visite.
Une formation accueil au poste de travail qui traitera le volet technique et le respect des règles
de sécurité.
- La présentation du chantier ;
- La présentation de l’équipe des responsables hiérarchiques;
- Les risques spécifiques liés au poste de travail ;
- Les mesures d'hygiène et de sécurité spécifiques au chantier ;
- Le plan de circulation

19
B. HORAIRES D’OUVERTURE
Les zones chantier ne sont accessibles au personnel y travaillant que pendant les
horaires d’ouverture de celles-ci. En dehors des heures d’ouverture, ces zones sont interdites
excepté dans le cas d’heures supplémentaires autorisé par le chef du chantier et approuvé
par le responsable du chantier.
Les horaires d’ouverture de la zone chantier sont :
• Le matin : 8 : 00
• L’après-midi : 18 : 00
En dehors de ces heures d’ouverture, le portail d’accès au chantier doit être fermé.

C.REUNIONS DE CHANTIER
Les réunions de chantier doivent commencer par la minute de Sécurité HSE et peuvent
débuter par une tournée de chantier. Les responsables HSE doivent également participer à
ces réunions de façon mensuelle. Les réunions HSE seront documentées : Heure et date de la
réunion, Présences, Sujets et Commentaires, Assignations - Partie responsable, date de
correction (s'il y a lieu)

D. Quart d’heure sécurité


Des quarts d’heure sécurité seront animés par les responsables d’équipes (chef projet,
chefs chantiers) dans chaque section du chantier au moins une fois par semaine en accord
avec le responsable HSE.
Tous les salariés du chantier obligation d’y assister.
Une feuille d’émargement sera signée par chaque participant, par l’animateur du quart d’heure
sécurité, le Conducteur de Travaux et le responsable
HSE.

20
C. Pré Start meeting ou Analyse de taches sécuritaire (ATS)
Les analyses de tâches sécuritaires (ATS) participent de façon significative au succès de notre
culture HSE et à la réduction des incidents.
Ce processus interactif demande que les chefs/projet/chantier ainsi que tous les employés doivent:
- Définir la tâche principale pour chaque activité ;
- Identifier les risques connus et potentiels associés à la tâche à effectuer ;
- Déterminer les méthodes de travail pour exécuter la tâche en toute sécurité ;
- Adresser les besoins en EPI pour tout le personnel ;
- Faire en sorte que toutes les équipes / employés du département comprennent ces informations ;
- Exécuter la tâche décrite en toute sécurité.
-Chaque employé a le pouvoir de participer à l'amélioration continue de notre politique
ZERO accident mortel.
Si les conditions changent, l'ATS doit être refait en conséquence.
L’affichage de cette ATS à un emplacement visible pendant toute la durée de la tâche est
recommandé dans les mesures du possible.
E. Formations spécifiques
En fonction des conclusions des inspections menées, l’entreprise organisera des formations
spécifiques de sécurité. Celles-ci seront dispensées soit par le responsable QHSE pays, soit
par le responsable HSE, soit par nos différents prestataires de service, soit par un
personnel interne disposant d’une bonne expérience sur le sujet, objet de la formation.
Toutes ces formations seront coordonnées par le responsable HSE et les programmes
pourront porter sur :
1.Plan HSE et Objectifs HSE de l’OCP
2. Consignes générales HSE du site :
Exemple :
⮚ EPI
⮚ Exigences générales
⮚ Dispositifs de protection collective
⮚ Circulation
⮚ Conduite à tenir en cas d’urgence
⮚ Organisation de secours
⮚ Fiche d’alerte
⮚ Formulaires de sécurité : autorisation de travail, SOR, SPA, FPR, permis…

3. Exigences spécifiques du projet : formations sur les standards OCP selon la nature du
projet. Exemple :
⮚ Travaux en hauteur
⮚ Risques des travaux sur installations électriques et Consignation,
⮚ Espaces confinés,
⮚ Conduite des engins

4. Dangers et risques spécifiques au milieu de travail

21
Exemple :
⮚ Interférence,
⮚ Co-activité,
⮚ Circulation,
⮚ Conditions d’ambiance,
⮚ Bruit,
⮚ Vibration,
⮚ Poussière …etc.
Par la suite, la formation en sécurité se fera également à travers des réunions de sensibilisation
dont la périodicité sera fonction du degré d’application des mesures de sécurité sur le
terrain par l’ensemble du personnel de l'entreprise. Ces actions de formation seront menées
par les personnes les plus compétentes chacune en sa matière (Chef chantier, chef
d’équipe)
F. Sensibilisation
Toute personne faisant partie intégrante de l’équipe projet doit suivre une formation en
système de management intégré suivant la norme ISO 9001.
Toute personne permanente ou visiteur doit suivre une induction HSE sur chantier
illustrant les consignes et les procédures internes en matière de santé, sécurité au travail et
environnement. Tout visiteur accédant au site doit être accompagné par l’agent HSE ou par
une personne ayant reçu la susdite induction.
La sensibilisation est un moyen de :
 Gestion des situations d’urgence
 Prévention des risques Professionnel et ceux relatif à la qualité
 De sensibilisation et de formationTous les employés participant à la tâche concernée
doivent signer cette ATS.

G. Informations du personnel et communication


Un exemplaire du présent document est mis à la disposition du personnel dans les bureaux
du Directeur des Travaux, des responsables de travaux de chantier de chaque section
d’activités (Terrassement, Assainissement, …) et dans le bureau du Service HSE du
chantier.
Des panneaux sont installés à l’entrée et dans le site, indiquant :
- La désignation et le lieu du chantier ;
- Les résultats sécurité (en accidents du travail et en jours d’arrêt de travail)
- Les EPI obligatoires ;
-Des affiches illustrées reprennent certaines règles d’or de l’entreprise dites non-négociables,
essentielles pour la sécurité et la prévention.
22
Ces affiches sont placées à différents endroits choisis par l’encadrement dans la zone des
installations de chantier et parfaitement lisibles de tous.
Les règles rappelées concernent :
- Le port des E.P.I. ;
- L’interdiction de l’accès au chantier par le public ;
- Le port de la ceinture de sécurité dans les véhicules ;
- Le respect des limitations de vitesse ;
- La non-consommation d’alcool au volant et au travail.
Des modèles de panneaux sont disponibles auprès du Service HSE du site afin de
communiquer certaines règles de travail (obligations et interdictions diverses).
Les différents responsables disposent des moyens de communication modernes (téléphonie
mobile) leur permettant de demander conseil ou de recevoir toute information liée à la
prévention des accidents. Ces équipements sont aussi utilisés en cas d’urgence.
Protection du personnel sur Chantier
11.3.5 Gestion de produit chimique
Il convient de demander automatiquement, à chaque approvisionnement ou bien utilisation du produit, la
communication de la fiche de données de sécurité.
On procède par suite à l’étiquetage des produits selon les prescriptions de la réglementation tunisienne
et selon les normes et les référentiels de la QAULITE et sécurité, santé au travail et environnement, il est
impératif d’y mettre
(PJN°7 : Liste de produits dangereux et PJN°8 : Inventaire substances dangereuses):
 L’identification du produit
 L’identité du fournisseur
 Les pictogrammes de danger
 Les mentions d’avertissement
 Les mentions de danger
 Les conseils de prudence lors de stockage et de manipulation et pictogrammes de mise en garde
 Les informations supplémentaires à définir par le
fabricant La zone de stockage ne doit pas compromettre les voies
de circulation
Le magasin de stockage doit être suffisamment aéré et éloigné de toute source de
chaleur On évitera le voisinage de produits incompatibles ainsi que le rangement
en hauteur.
Stockage des liquides en dessous des solides.
Présence d’un lavabo équipé d’eau et ou de bacs à
douche. Les bouchons douteux doivent être changés
Les produits classés très toxiques doivent être rangés à part dans une armoire fermant à clé
11.3.6 Mettre en œuvre l’analyse des risques HSE
Une analyse des risques et une fiche de suivi des mesures préventives sera réalisée pour toute
exécution de travaux, en effet, pour chaque fiche d’activité élaborée par le préparateur travaux une
évaluation des risques spécifique lui sera attribuée validant ainsi l’analyse initiale en tenant compte
des situations réelles (condition climatique, travaux avoisinant,).
11.3.7 Maîtrise des déchets
Il s’agit d’instaurer un plan de maîtrise d’élimination des déchets, de la bonne gestion des produits et
gestion de la Consommation des ressources. (PJN°12: Fiche déchet).
Il convient de :
 Lister, de classer et quantifier les déchets susceptibles d’être généré lors de la phase
d’exécution des travaux et ce en situation normale et accidentelle.
 Décrire des modalités de gestion sur le site (repérage des conteneurs, zones de stockage
préliminaire, collecte interne,)
 Décrire des modalités d’élimination (détenteur, filière et procédé élimination).
 Proposer des mesures à prendre afin d’en réduire la production de déchets sur site.
Des zones préliminaires de stockage des déchets seront identifiés et repérés sur site en accord avec le MO.

23
Des conteneurs et des récipients de collecte provisoires seront mis à la proximité de chaque zone de
travail afin d’en gérer la collecte et le tri des déchets.
A la fin de chaque activité, on procédera à l’évacuation des déchets vers les zones de stockage
préliminaires. La gestion des déchets d’emballage est à la charge du Monter diction d’accès aux
personnes non autorisés Les déchets sont classés en 3 classes :
Classe I : Déchets Inertes (DI) : ne se décomposent pas, ne brûlent pas et ne produisent aucune réaction
chimique, physique ou biologique durant le stockage.
Classe II : Déchets Industriels Banals (DIB) : également classés comme « déchets ménagers et assimilés » :
sont produits par l’industrie, artisanat, le commerce et les services, ne présentent pas de caractère
dangereux ou toxiques et ne sont pas inertes.
Classe III : Déchets Industriels Spéciaux (DIS) ou Déchets Industriels Dangereux (DID) : contiennent des
substances toxiques et nécessitent des traitements spécifiques à leur élimination.

Déchets Inertes (DI) Déchets Industriels Banals (DIB) Déchets Industriels Spéciaux
(DIS) ou Déchets Industriels
Dangereux (DID
- Terre - Plâtre + filasse - Produits de protection du bois
- Pierre - Plâtre+ mélange de carton, - Produits de peinture
- Béton bois et acier contenants des
- Ciment - Béton solvants
- Céramique - Métaux
- Plâtre - Verre
- Plâtre cartonné - Bois non traité
- Plastiques
- PVC
- Pots de peinture et vernis à
l’eau
- Emballages de papier,
carton, plastique
A. Règles de bases pour la gestion des déchets solides
Chaque entreprise est responsable de la gestion et de l’élimination des déchets qu’elle
produit. Ainsi, il est conseillé de :
- proposer l’utilisation de matériaux moins polluants, recyclés et recyclables
- veiller à la réduction des déchets à la source (emballages consignés, limiter les chutes...)
- réaliser un tri sur le chantier en séparant au minimum les 3 catégories de déchets
- orienter les déchets vers les filières conformes à la réglementation
- assurer la traçabilité des déchets (voir tableau inventaire de déchets)
Les premiers acteurs de la construction/démolition/ réhabilitation sont les ouvriers présents sur le
chantier et doivent être sensibilisés pour avoir une attitude responsable.
Des comportements simples et quotidiens de la part des ouvriers d’un chantier, contribueraient
certainement à la préservation et à la protection de la nature.
Parmi, les comportements à adopter sur un chantier :
- Interdiction de brûler les déchets sur le chantier
- Ne pas enfouir des déchets autres qu’inertes sur le chantier
- Utiliser les bennes de chantier
- Respecter le tri des déchets dans les bennes
- Réaliser un nettoyage du chantier régulièrement
- Ne pas mettre de déchets dangereux dans les bennes à ordures ménagères
- Evacuer les déchets de démolitions hors site

24
11.3.8 Traitement des accidents et des incidents
Il s’agit de rechercher l’ensemble des causes des accidents, des incidents et des situations
dangereuses selon une Méthodologie depuis la phase de recueille des faits jusqu’à l’élaboration du
plan d’actions correctives et préventives.
L’analyse des événements HSE par la méthode de l’arbre des causes ne se limite pas aux
circonstances immédiates des Dégâts mais remonte aussi loin que possible toutes les pistes qui se
présentent à partir des faits vérifies
11.3.9 Objectifs de la méthode de l’ADC
La méthode recherche la sensibilisation des gens du terrain à tous les niveaux hiérarchiques, pour
traiter directement les Problèmes de sécurité.
Elle vise à ouvrir le dialogue entre:
- Le personnel d'exécution : entrepreneur, partenaires, sous-traitant et client
- L'encadrement ;
Elle cherche à obtenir une description objective de l'accident, en se limitant à la recherche des faits en
excluant les jugements.
Elle induit des effets secondaires :
- De déceler des risques nouveaux ;
- De connaître des risques inédits.
L'ADC mettant en évidence des causes effectives permet d'apporter:
- Des corrections immédiates ;
- De traiter les causes profondes ;
- De supprimer les risques potentiels similaires dans les autres secteurs de

l'entreprise. Ex ;

Méthodologie
L’analyse comporte trois phases :
 Recueille :
Il s’agit d’identifier les fais qui se sont réellement passés sans jugement de valeur ni interprétation en
analysant les composantes du système « Hommes/machine/milieu et environnement »
C’est une démarche collective reposant sur un travail en groupe, à cet effet, lors de surgis
d’événement HSE des formulaires de témoignage (PJN°13 : Fiche de témoignage) seront attribué à
remplir par le personnel se trouvant sur le lieu de l’incident.

25
 Représentation des causes
C’est la construction graphique de l’arbre des antécédents de l’incident en situant chaque fait par
rapport aux autres à partir du fait ultime lors d’une réunion de l’équipe de pilotage.
 Elaboration du rapport et du plan d’action
Après avoir accompli l’étape de recueil des informations relatives aux faits, il est indispensable de
reconstruire le déroulement de l’incident (Rapport d’accident, Rapport d’Incidents et ou d’incidents
environnementaux et afin d’en déduire un plan d’action.
L’élaboration des mesures de prévention doit tenir compte de la stabilité, de la portée, du coût et du
non déplacement du risque.
Chaque mesure préventive prise doit faire l’objet d’une évaluation des risques afin d’éviter la
juxtaposition et l’aggravation du danger.
11.3.10 Protection collective
L’usage de protection collective contre les dangers (chute de hauteurs, chute d’objet etc.)
est privilégié à la protection individuelle. Tous les équipements de protection collective font
l’objet d’un suivi périodique.
Pour mémoire, les gardes corps doivent être fixes, immobiles et rigides.
Ils comportent une lisse et une sous lisse. Pour les puits, un grillage de maille 5 x 5 cm
maximum sera ajouté aux gardes corps.
Le démontage partiel ou total d’une protection collective est strictement interdit sans
mesure(s) compensatoire(s) et sans l’accord du directeur du chantier et du Responsable
HSE.
Toute personne qui constate un défaut de protection collective doit avertir immédiatement
le chef de chantier ou le conducteur de travaux.

11.3.11 Protection Individuelle


Elle sera caractérisée par le port des E.P.I. de bases obligatoires suivantes :
- Casque de sécurité avec jugulaire ;
- Chaussures de sécurité ;
- Tenue de travail couvrante ;
- Gilet de sécurité de classe 2 ;
Les E.P.I. spécifiques, dont la liste n’est pas exhaustive, aux différents postes sont fournis
au personnel concerné sur demande :
- Lunettes de sécurité avec protection latérale ;
- Bouchons d’oreilles, coquilles ou casques antibruit ;
- Gants de manutention.
- Bottes de sécurité en PVC ;
- Gants de différents types (soudeur, PVC) ;
- Masque de protection respiratoire (poussières, gaz, …) ;
- Lunettes de protection spécifiques (meulage, soudure, oxycoupage…) ;
26
- Tabliers et autres vêtements de travail spécifiques ;
- Ensembles de pluie, etc.
Dans le cas général, le service HSE est chargé de veiller à l’approvisionnement et la distribution
de ces
E.P.I., en relation avec le Responsable HSE.

11.3.12 Transport du personnel


Le transport du personnel vers les chantiers (aller-retour) est assuré par un mini bus
transport du personnel (. Le transport des ouvriers dans les bennes de camion, les engins où à
l’arrière des pick‐up est strictement interdit.

12. MESURES DE PREVENTION DES DANGERS


12.1Co activité engins piétons
Un plan de circulation sera élaboré et matérialisé sur le site pour éviter les risques de
collision et de heurte entre les engins et les piétions
Engins et véhicules
Tout le personnel doit respecter le code de la route sur l’espace public et les règles de
circulation sur le chantier. La signalisation et les consignes internes au chantier doivent
être respectées.
Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire, dès le démarrage du moteur, dans tous les
engins et tous les véhicules.
Il est rappelé aux conducteurs d’engins qu’ils doivent descendre des cabines avec prudence,
face à l’engin, sans sauter ni précipitation, en se tenant en 3 points (2 mains 1 pied ou 1
main 2 pieds).
La limitation de vitesse :
- 30 Km/h sur le chantier
Allumer les gyrophares et les feux de code pour les véhicules et engins la nuit et lors la
Visibilité est faible (nuage de poussières, pluies et brouillard) Les engins sont équipés d’alarmes
de recul lorsque le contrôle visuel direct n’est pas possible dans tous les angles de
conduite.
27
Stationnement et arrêt Ainsi, à titre préventif, tous les engins ou les véhicules qui
stationnent devront avoir :
Le moteur éteint ;
Le frein à main serré ;
Les patins des engins descendus.
Au moins 2 cales sont placées derrières les roues de tous les engins ne pouvant assurer ces
dispositions (notamment les remorques).
A l’arrêt, tous les engins ou les véhicules ont :

Le frein à main serré ;


Le levier de vitesse au point neutre.
En cas de panne, tout véhicule ou engin doit être évacué dans les meilleurs délais.
Autorisation de conduite Pour conduire un engin ou un véhicule, toute personne doit être
en possession d’une autorisation de conduite délivrée par son employeur ou la direction du
chantier, après vérification des compétences et de l’aptitude médicale.
Cette autorisation ne permet pas à son titulaire de conduire de son propre chef, les engins
pour lesquels il est habilité. La conduite d’un engin pour exécuter une tâche doit être
demandée par son supérieur hiérarchique.
Les conducteurs d’engin, chauffeurs de véhicules légers, de camionnettes, de semi-
remorques doivent disposer du permis de conduire adéquat en cours de validité pour avoir une
autorisation de conduire.
Toute personne qui se voit retirer son permis de conduire par les autorités doit
immédiatement avertir sa hiérarchie.
Nettoyage
Les conducteurs d’engins ou de véhicules :
Entretiennent leur poste de conduite par un balayage régulier du plancher. Ils évacuent les
boues séchées et les cailloux qui peuvent entraver le bon fonctionnement des commandes ;
S’assurent d’une bonne visibilité par un entretien régulier de toutes les surfaces vitrées et
des rétroviseurs ; veillent au bon fonctionnement de l’éclairage.
Tout objet non indispensable à la conduite n’est pas accepté dans la cabine. Les effets
personnels absolument nécessaires doivent être bien arrimés.
Les chefs de chantier s’assurent que ces dispositions sont respectées.
Ces mesures sont indépendantes de l’entretien, de la maintenance et des contrôles réglementaires.
12.2 Vérifications Générales Périodiques (VGP)
L’entreprise s’engage à utiliser des machines dont les vérifications périodiques annuelles
ou semestrielles sont effectuées. Le service HSE procédera à des inspections régulières.
Les rapports des vérifications des machines sont conservés par le responsable du matériel de
l’atelier centrale avec une copie chez le responsable HSE.
12.2 .1 objet
Cette procédure définit le matériel et les outils qui, au vu leur criticité pour la
sécurité, doivent faire l’objet d’inspections périodiques formalisées.
Elle précise également la fréquence de ces inspections et le service en charge
d’organiser et/ou réaliser cette inspection

28
Cette procédure ne couvre pas les opérations de maintenance, qui font l’objet d’un
programme spécifique.
Elle ne couvre pas les inspections et vérifications journalières que doit entreprendre
chaque utilisateur avant de travailler avec les outils et équipements mis à sa
disposition.

Extincteurs outillages

Plan Particulier de Prévention et Protection de la Santé

12.2.2 Programme d’inspection


EQUIPEMENTS FREQUENCE TYPE D’EXAMEN PAR Statut inspection
Équipements mécanique Trimestriel Visuel Chef atelier Code couleur
ARMOIRE PHARMACIE ATELIER Trimestriel Visuel HSE Code couleur
Outils électriques trimestriel Visuel Chef atelier Code couleur

Extincteurs Annuel Visuel HSE Code couleur


Maintenance Contrôle externe Tag

Identification DE L’INSPECTION
Les équipements ayant passé avec succès une inspection sont facilement identifiables. Les
moyens d‘identification varient selon les équipements, tel qu’indiqué dans le tableau ci-
dessus.

 Étiquettes
Des étiquettes, avec la date d’inspection et le nom de l’inspecteur, seront apposées sur
l’équipement.
Ces étiquettes sont notamment utilisées pour le matériel faisant l’objet d’une inspection semestrielle
ou annuelle.

 Code couleur
Un code couleur est apposé sur le matériel faisant l’objet d’une inspection
trimestrielle ou mensuelle, suivant le tableau ci-dessous.

29
Période Couleur COULEUR
ADDITIONNELLE
Trimestrielle
ANNUEL
Janvier Vert
Février Vert
Mars Vert
Avril Blanc
Mai Blanc
Juin Blanc
Juillet Bleu MAROUN
Aout Bleu
Septembre Bleu
Octobre Jaune
Novembre Jaune
Décembre Jaune

 Le matériel non conforme est mis en hors service. Il peut alors être soit mis au
rebut, soit réparé. Une étiquette spécifique « ne pas utiliser » et/ou un code de
couleur rouge indique la mise hors service de l’équipement.

Une vérification quotidienne est faite au magasin avant sortie du matériel, quand un de ces
équipements est défectueux ou n’a pas le bon code couleur, mettez-le hors service et
prévenez

Le chef atelier au numéro : +212 664-081927

12.3 Entretien et maintenance


Les engins sont entretenus et sont en parfait état de fonctionnement
Les opérations d’entretien devant se faire sous benne levée ou godet de chargeur (ou de
pelle) en position haute, seront précédées du calage de ces équipements (consignation
mécanique). Les dispositifs prévus pour les calages seront :
 La béquille de calage de la benne pour les camions de transport de matériaux ;
 Le réducteur d’articulation des bras pour la tractopelle et le chargeur ;
 Un tréteau à hauteur convenable pour la pelle hydraulique.

30
Lors du gonflage des roues, celles – ci doivent être placées dans une cage de sécurité et
l’opérateur adoptera une position décalée, le mettant à l’abri de toute projection d’une partie
de la jante de suite d’un excès de gonflage ;
Il sera interdit d’utiliser l’air du compresseur pour se débarrasser de la poussière sur les
vêtements qu’on porte.
Les joints entre le flexible et le compresseur doivent être régulièrement vérifiés. Une
estrope de sécurité sera mise en place pour prévenir des désaccouplements accidentels entre le
flexible et le compresseur.
12.4 Signalisation, accès, éclairage
Signalisation
La présence des travaux et les emprises de chantier sont signalées. Les panneaux et leur
disposition répondent aux règles et bonnes pratiques en vigueur.
Accès
Les accès des camions pour l’évacuation des déblais sont conçus pour éviter les
manœuvres. L’arrivée et la sortie de l’emprise se font en marche avant.
Lors de l’arrivée ou la sortie de camions, qui imposent des manœuvres, une personne avec
des vêtements de haute visibilité aide le conducteur à manœuvrer en toute sécurité tant pour
les usagers de la route que pour le personnel du chantier. Lors de la manœuvre, le contact
visuel entre le conducteur et le piéton est permanent.
La conduite en marche arrière doit être exceptionnelle (nécessité technique) et assistée
d’une personne (piéton) équipée de vêtements haute visibilité de couleur orange.
Les engins seront équipés d’un dispositif de recul sonore et lumineux permanant et en état
de fonctionnement (klaxon, feu de recul).
De plus, les véhicules doivent être munis d’un gyrophare de couleur
orange. Éclairage
Éclairage
Les installations sont correctement éclairées et vérifiées par un organisme agréé.
Chaque atelier de travail sera suffisamment éclairé de manière procurer une sensation de
confort visuel à tous les opérateurs.
12.5 Fouilles et tranchées
Dès que l’avancement des travaux le permet, les tranchées et les fouilles seront talutés
ou blindées, les étrésillons, des étais ou des butons seront posés.
Le blindage ou le talutage est systématiquement pour toute fouille d’une profondeur supérieure
à 1,3 mètre. En cas de blindage, les fouilles seront entourées de plinthes et une berme de
retenue sera maintenue à tout moment en cas de non évacuation des déblais.
12.6 Manutention
Le matériel, les produits et les déchets seront déplacés à l’aide des engins.
La manutention manuelle n’intervient que lors des opérations ponctuelles pour des charges
faibles et d’encombrement réduit.
Le port des gants est obligatoire lors de manutention.
Le personnel adopte une bonne position pour éviter toute lésion de la colonne vertébrale.
L’utilisation des « tortillards » et des sangles mises en place par le ferrailleur est interdite.
Manutentionnez les fagots d’armatures et les panneaux de treillis avec les élingues du
chantier. L’état des élingues, des crochets et de l’amarrage est vérifié avant levage.
12.7 Stockage

31
Les matériaux, le matériel et les déchets sont stockés avec des équipements dédiés et conçus à
cet usage.
Aucun fut métallique n’est découpé et réutilisé pour le
stockage. Les emprises de chantiers sont rangées et
propres.
12.8 Chargement et déchargement
Les opérations de chargement et de déchargement sont effectuées dans les emprises de
chantier. Les camions sont guidés par un piéton lors de leur arrivée et leur sortie.
Le camion ou assimilé que l’on charge ou décharge a impérativement le frein de stationnement
serré et le levier de vitesse au point neutre. En cas de pente, des cales sont utilisées pour
compléter l’immobilisation. Le moteur est éteint.
Le personnel intervenant pour le chargement ou le déchargement utilise exclusivement le
matériel, appartenant à son entreprise, pour lequel il est formé et dûment autorisé.
L’utilisation de matériel ou d’engins de l’entreprise par un tiers (sous-traitants, livreurs…)
est strictement interdite.
Distribution du carburant
Une surface bétonnée sera construite avec une canalisation reliée à un déshuileur pour la
récupération des eaux de ruissèlement pendant les intempéries et du déversement accidentel
lors de la distribution du carburant.
Des extincteurs, des douches de grand brulé et des couvertures anti-feux seront mis à
contribution pour la protection incendie.
Une mise à la terre des installations sera faite pour les opérations de dépotage du carburant.
Des panneaux interdisant de fumer à proximité et de couper le moteur pendant le
ravitaillement seront installés.
Des engins à chenilles ne pouvant se déplacer que sur porte char, se feront ravitailler sur le
chantier à l’aide des camions citerne équipés d’extincteurs, de couverture anti feux et de
kit absorbant.
12.9 Électricité
Les installations électriques sont conçues, installées et maintenues par du personnel qualifié.
Le personnel est formé et détient des habilitations adéquates.
Toutes les armoires électriques sont fermées et cadenassées (ou équivalent). Toute
intervention sur du matériel électrique est réalisée par un électricien. Les masses métalliques
sont mises à latere. Seuls les électriciens sont autorisés à intervenir sur une installation
électrique.
Un examen de conformité des installations électriques est réalisé par un organisme agréé
lors de la mise en service. Cette vérification initiale fait l’objet d’un rapport.
Chaque année, L’entreprise missionne un organisme compétent pour vérifier la conformité
de ses installations électriques. Un rapport de vérification est établi. En présence de
remarques, les dispositions adéquates sont prises pour les lever.
Par ailleurs, le service électrique de l’entreprise ou de l’entreprise procède à la
surveillance des installations.
12.10 Disséqueuses et autres matériels électroportatifs
Toute disséqueuse présente sur le chantier comporte un frein de disque, un limiteur de
couple ou s’arrête automatiquement en cas de disque coincé.
En cas de disque bloqué dans la pièce à découper, le moteur doit être arrêté avant de
retirer la disséqueuse. L’ensemble du matériel électroportatif présent sur le chantier doit être
en état parfait état de Fonctionnement et être conforme aux normes en vigueur.

32
Tout problème lors du fonctionnement ou toute détérioration doit être signalé au
responsable mécanique ou chef électricien le cas échéant afin que le matériel soit remis
en conformité ou remplacé.

12.11Les règles de sécurité en cas d’incendie


Il faut intervenir de toute urgence :
• Arrêter les pompes (si possible sans s’exposer aux risques) ;
• Fermer les vannes d’arrivée (si possible sans s’exposer aux risques) ;
• Fermer le couvercle des cuves à bitume (si possible sans s’exposer aux risques) ;
• Arrêter le chauffage ;
• Recouvrir le bitume enflammé avec du sable ou éteindre à l’aide d’extincteurs à poudre
ou à dioxyde de carbone ;
• Ne pas utiliser de l’eau pour éteindre le feu (risque de moussage, de débordement et
d’éclaboussures).

13. EVALUTITONS DES RISQUES SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAILE


1 Terrassement

Poste Famille de danger Risque Moyen de maitrise

Abattage, Danger électrique Electrisation Permis d AT (PERMIS de


fouilles, EC et autre sil
Electrocution
exigence dans le
Décapage, Danger sonores Surdité terrassement) Port des
EPI adaptés;
Chut hauteur Chut personne
Masque a poussières
Fouille, Ambiance poussière Blessure respiratoire
Mise en place des
Éboulement
protections collectives
Excavations, - Chute de Sensibiliser les travailleurs
Danger lie à l’orgonomie matériaux situés à sur les risque de
de manutention manuelle
poste proximité (poids tolères pour la
nettoyage de
chantier manutention, bon gestes
de manutention) 25 kg
pour les hommes

Arrosage de chantier
avant nettoyage
En cas de présence de
réseaux enterrés effectué
des travaux manuels;

Blinder les tranchées


d’une profondeur de plus
de

33
1,25m

Contrôler le blindage
après de fortes averses,
de longues
immobilisations de

Travail, ...

Installer des passerelles


sécurisées

Délimiter des zones de


sécurité entre les bords
des tranchées et les
engins

De chantier

Protéger les lieux par


des garde-corps

Signaler les travaux


de fouilles en
tranchées en bordure
de voies de

circulation
2 maçonneries

Constriction Effondrer un mur Blessure corporelle Habilitation de travail

Démolition Poussière, bruit Blessure respiratoire Balisage zone de


/ surdités
Mortier des ciments Danger lié à l’ergonomie travail Porte des EPI
TMS
Formation sur la
manutention manuelle

Revêtement sol et mur

Décapage Danger machine rotatif Coupure, bruit Habilitation de travail pour


chaque operateur
Excavation Danger électrique Electrisation
Vérification état des
Pose carrelage sur Danger lié à TMS
matérielle avant chaque
mur Et sur sol l’ergonomie Danger lie Blessure respiratoire utilisation

à la poussière Porte masque a poussière

4 peintures

Préparation les murs Odeur /Vapeur Incendie Odeur /Vapeur Travail dans l’aire libre
Déversement de la peinture Port obligatoire des EPI
Allergie au produit chimique Sensibilisation SPA
Danger lié à l’ergonomie Affichage sécurité
Chute plain-pied Présence d’extincteur dans
Irritation peau/yeux la zone de travail si
Peinture nécessaire
Consultation des FDS
34
Brulure produite chimique

Maux de tète

Vomissement,
nausée

5 maçonnerie

Découpage Danger mécanique Cisaillement, Port des EPI


coupure
Fixation
Perforation
Ponçage Danger bruit Habilitation de travail
Surdités
Vernis Danger lie à la
Blessure respiratoire
poussière Et vapeurs Porte obligatoire
Irritation peau/yeux casque anti bruit
Brulure Masque anti
Maux de tète poussière type ffp2
Vomissement, Travail dans l’aire libre
nausée
Consultation des FDS
produite chimique

6 menuiseries aluminium

Découpage Danger mécanique Cisaillement, Habilitation de travail


coupure
Fixation Danger bruit Porte obligatoire
Perforation casque anti bruit
Danger lié à l’ergonomie
Surdités Sensibiliser les travailleurs
sur les risque de
Fatigue
manutention manuelle
TMS (poids tolères pour la
manutention, bon gestes
de manutention) 25 kg
pour les hommes

7 électricités

Changement les Danger électrique Choc électrique EPI conforme au


lampes risque électrique
Chute en hauteur Incendie
Et les prises Présence extincteur abc
de courant

8 plomberies

35
Installation pièces Danger de blèse par Blessure par Porte des EPI
sanitaire outils des travaux
Cisaille, Scie
Démontage Danger électrique
Electrisation Vérification état des
pièces sanitaire
Incendie matérielle avant chaque
Installation conduit utilisation
Incendie
PPR PVC CPVC Présence un extincteur
lors
abc dans la zone de
opération
Brûlure travail
de soudure
Danger lie à ergonomie Sensibilisation SPA
Brulure des
de poste
mains TMS

Les annexe s

36
Enfreprise de travaux divers et tous corps d'état

Page :

Date :
Registre des équipement individuelle

Projet : date

Site :

Date casque ChaussureLunettegants masque Anti Autre : Nom etsignature


bruit prénom

Responsable HSE site :


Visa :

37
Zone Industriel, 14, Lot n° 38, Chantier Tit Mellil, 20640 Casablanca, Maroc Tél. : 00212 5 22 51 09 B4 - Fax : 00212 5 22 51 1 41
SOMAD Sarl AU : TP : 37195339 - RC : 249175 - IF : 40450965 - CNSS : 8959241 - ICE 000024718000071
Cours d’induction HSE Page :

Date :

STE :

Date : Début :

Fin :

Thème généraux Thème spécifique

Politique QHSE Inspection HSE

Equipement de protection individuelle Réunion / meeting HSE

Equipement de protection collective Echafaudage

Première secours Echelle

Habilitation de travail Excavation / tranche

Risque mécanique Sante / sécurité

Risque électrique Manutention des stockages

Travail en hauteur Allergie au ciment

Gestion de déchet Substance dangereuse / toxique

Règle et instruction générale Outillage portatif

Communication et orientation d’urgence Secourisme

Risque majeur Type extincteur

Incendie Analyse de risque

Autre
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………….

Responsable HSE
Nom et prénom : Visa :

38
Enfreprise de travaux divers et tous corps d'état

Inventaire des substances Page :


dangereuses
date :

N° DésignationCodeLieu deLieude
stockageutilisation

39
Zone Industriel, 14, Lot n” 38, Chantier Tit Mel/il, 20640 Casablanca, Maroc
Tél :002J2h22h4 0984 Fax :002J2 522 5J l1 4J
SOMAD Sarl AU : TP : 37195339 - RC : 249175 - IF : 40450965 - CNSS : 8959241 - ICE : 0000247180 O 00T1
Enfreprise de travaux divers et tous corps d'état

40
Zone Industriel, 14, Lot n° 38, Chantier Tit Mellil, 20640 Casablanca, Maroc Tél. : 00212 5 22 51 09 B4 - Fax : 00212 5 22 51 1 41
SOMAD Sarl AU : TP : 37195339 - RC : 249175 - IF : 40450965 - CNSS : 8959241 - ICE 000024718000071

Vous aimerez peut-être aussi