Vous êtes sur la page 1sur 1

L’ORGANISATION FINANCIÈRE DE LA POLITIQUE CULTURELLE  ❮  85

en 2000). Une directive annuelle établit les priorités dans l’allocation des
subventions, qui sont principalement administrées au niveau régional
par les Drac.

Le parrainage des entreprises


Les entreprises françaises n’ont jamais joué un rôle significatif dans le finan-
cement des activités culturelles. Cependant, la situation a changé du fait de
la loi de 2003 qui accorde des incitations fiscales comparables, voire plus
intéressantes que celles des autres pays européens. Il n’en reste pas moins
que ces ressources sont fragiles, car liées en partie aux performances éco-
nomiques des entreprises. Dans un contexte de difficultés économiques,
il n’est pas certain que le niveau des dépenses de mécénat se maintienne,
les résultats de la dernière enquête de l’Admical/CSA8 semblant confirmer
ce pressentiment : pour les seules entreprises de plus de 20 salariés, le taux
de mécénat a baissé de 10 points entre 2012 et 2014, et le budget global
de 1,9 à 1,8 milliard d’euros. Le mécénat culturel recueille 13 % de ce
budget, soit 364 millions d’euros, ce qui est sensiblement en baisse par
rapport à 2012 (494 millions d’euros).
La participation des entreprises est limitée : en incluant les dépenses de
publicité, de parrainage ou de mécénat, elle représente 8 % des dépenses
totales pour la culture.
C’est pourquoi la situation française est très différente de celle d’autres pays
et ceci pour deux raisons. L’État a historiquement joué un rôle dominant
dans le financement de la culture, marginalisant par là-même la contri-
bution des entreprises et entretenant l’idée selon laquelle la culture est un
bien public (un service public) devant de ce fait être financée sur fonds
publics. Si l’argument de l’insuffisance des incitations fiscales en faveur du
parrainage n’est plus de mise aujourd’hui, le champ de la culture stricto sensu
est cependant concurrencé par le champ social en période de difficultés
économiques, d’où le développement d’actions de mécénat croisé : une
entreprise va soutenir une institution culturelle pour un projet d’insertion
sociale par la culture…9 Toutefois, en raison des limitations croissantes
du financement public, de nombreux acteurs, dont l’État, commencent à
considérer que les entreprises pourraient être une source de financement
alternative pour les activités culturelles. Mais cela reste très variable d’un
secteur à l’autre, et fonction de la taille et du statut des établissements

8. Cf Admical/CSA, Le mécénat d’entreprise en France, Résultats de l’enquête Admical-CSA


2014, 2014.
9. Cf. Sylvie Pflieger (dir.), L’atelier d’écriture et de jeu du Théâtre national de la Colline ; le lien
social à travers l’art théâtral, L’Harmattan, Paris, 2013, Sylvie Pflieger, « Les mécènes sont-
ils vraiment généreux ? », in Jacqueline Deguise-Leroy, Eric Letonturier, Sylvie Pflieger et
Bernard Valade (dir.), La générosité, L’Harmattan, Paris, 2013.

Vous aimerez peut-être aussi