Vous êtes sur la page 1sur 42

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

___________

BTP135 - Génie Parasismique

Chapitre 4

Principes de dimensionnement
Eurocode 8

Enseignant : Joseph PAIS 2020-2021


CNAM BTP135 – Génie Parasismique 2

Sommaire
4. L’EUROCODE 8 .................................................................................................................................................... 3
4.1 . INTRODUCTION ................................................................................................................................................. 3
4.1.1. Présentation de l’Eurocode 8 .................................................................................................................. 3
4.1.2. Les objectifs visés par l’Eurocode 8........................................................................................................ 5
4.1.3. La notion de dimensionnement en capacité ........................................................................................... 6
4.1.4. Exigences générales pour la construction (§2 de l’EN1998-1-1). .......................................................... 7
4.1.5. Plan de système Qualité (§2.2 de l’EN1998-1-1) ................................................................................... 9
4.2 . L’ACTION SISMIQUE ........................................................................................................................................10
4.2.1. Le risque sismique (arrêté du 22/10/2010) ...............................................................................................10
4.2.2. Les classes de sols (§3.1 de l’EN1998-1-1) ..............................................................................................12
4.2.3. Les catégories d’importance des bâtiments ..............................................................................................12
4.3 . LES SPECTRES DE REPONSE EC8 (§3.2 DE L’EN1998-1-1) .............................................................................16
4.3.1. Définition du spectre élastique Se(T) horizontal .......................................................................................16
4.3.2. Définition du spectre élastique Sve(T) vertical ..........................................................................................19
4.3.3. Définition du spectre de calcul Sd(T) horizontal ........................................................................................19
4.3.4. Définition du spectre de calcul Svd(T) vertical ..........................................................................................21
4.3.5. Coefficient de correction de l’amortissement ............................................................................................21
4.3.6. Coefficient de topographie ST ...................................................................................................................22
4.4 . DIMENSIONNEMENT DES BATIMENTS SELON L’EN1998-1-1 ..............................................................................22
4.4.1. Simplicité de la structure (§4.2.1.1 de l’EN1998-1-1)................................................................................22
4.4.2. Uniformité et symétrie (§4.2.1.2 de l’EN1998-1-1) ....................................................................................23
4.4.3. Résistance et rigidité dans les deux directions (§4.2.1.3 de l’EN1998-1-1)..............................................24
4.4.4. Résistance et rigidité en torsion (§4.2.1.4 de l’EN1998-1-1) ....................................................................25
4.4.5. Action des diaphragmes au niveau des planchers....................................................................................25
4.4.6. Les fondations appropriées (§4.2.1.6 de l’EN1998-1-1) ...........................................................................26
4.4.7. Bâtiments réguliers et irréguliers ...............................................................................................................27
4.4.8. Choix de la méthode de calcul [§ 4.2.3.1 EC8] .........................................................................................29
4.4.9. Détermination des masses M [§ 4.2.4 EC8] .............................................................................................29
4.4.10. Interaction Sol-Structure ..........................................................................................................................30
4.5 . PRINCIPE DU CALCUL LINEAIRE EQUIVALENT [§ 5.2 DE L’EN1998-1-1] ...............................................31
4.5.1. Champ d’application ..................................................................................................................................31
4.5.2. Le coefficient de comportement q .............................................................................................................31
4.5.3. La classe de ductilité .................................................................................................................................32
4.5.4. Coefficient de comportement en Béton Armé [§5.3 de l’EN1998-1-1] ......................................................33
4.5.5. Coefficient de comportement en construction métallique [§6.3 de l’EN1998-1-1] ...................................35
4.6 . VERIFICATIONS DE SECURITE [§ 4.4 DE L’EN1998-1-1] ...................................................................................38
4.6.1. Sécurité vis à vis des états ultimes [§ 4.4.2.2 de l’EN1998-1-1] ..............................................................38
4.6.2. Sécurité vis à vis des déformations [§ 4.4.3.2 EC8] .................................................................................39
4.6.3. Conditions de joint sismique [§ 4.4.2.7].....................................................................................................40
4.7 . QUELQUES MOTS SUR LA MAÇONNERIE ............................................................................................................41

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 3

4. L’Eurocode 8

4.1 . Introduction
4.1.1. Présentation de l’Eurocode 8

L’Eurocode 8 fait partie du corpus des normes Européennes appelées communément « Eurocodes » et qui doivent
appliquées dans leur ensemble. Il se compose de 6 parties (toutes publiées et homologuées NF avec leurs annexes
nationales) :
• Partie 1 : Règles générales, actions sismiques et règles pour les bâtiments
• Partie 2 : Ponts
• Partie 3 : Evaluation et renforcement des bâtiments
• Partie 4 : Silos réservoirs et canalisations
• Partie 5 : Fondations, ouvrages de soutènement et aspects géotechniques
• Partie 6 : Tours, mâts et cheminées

La partie 1 est la partie la plus importante et représente le socle de base des autres parties. L’Eurocode 8 doit être
appliqué avec les différents arrêtés et décrets d’application correspondants. Par exemple, l’arrêté du 22 octobre 2010
définit les zones sismiques et les accélérations de calcul applicable en France. En mars 2015, l’AFNOR a publié le
document FD P06-031 qui est un fascicule de documentation sur l’application de l’Eurocode 8.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 4

L’application de l’Eurocode 8 est donc gérée par une liste de décrets et arrêtés qui se sont succédé :
• Décrets n° 2010-54 et 2011-55 du 22 octobre 2010 => Ils définissent le nouveau zonage sismique en
France.
• L’arrêté du 22 octobre 2010 est relatif à la classification des structures et aux règles de construction
parasismique applicables aux bâtiments à risque normal.
o Arrêté modificatif du 19 juillet 2011 concernant les accélérations verticales.
o Arrêté modificatif du 25 octobre 2012 prolonge l’application des PS92 (avec les accélérations de
l’arrêté 20/2010) jusqu’au 1 janvier 2014.
o Arrêté du 15 septembre 2014: différentes modifications.
o Arrêté du 24 janvier 2011 fixant les règles parasismiques applicables à certaines installations
classées.
o Arrêté du 26 octobre 2011 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique
applicables aux ponts de la classe « risque normal ».
o Décret n°2015-5 du 6 janvier 2015 qui modifie le zonage sismique pour deux communes

Le décret du 15 septembre 2014 est un des plus importants (après le décret d’Octobre 2010) qui a apporté de
nombreuses modifications. Parmi les plus importantes, on peut citer les suivantes :
• Ajout de précisions sur les centres de production collective d’énergie (article 2) :

• Modification des clauses concernant l’ajout ou le remplacement des éléments non structuraux dans les
bâtiments existants: pour les bâtiments existants, la justification au séisme des éléments non-
structuraux n’est exigée que lorsque des travaux lourds sont engagés sur le gros-œuvre (ajout ou
suppression de planchers, suppression de contreventements verticaux).
• Restriction du recours aux règles PS-MI (maisons individuelles) pour les établissements scolaires situés
en zone 2:

ATTENTION, l’arrêté du 15 septembre 2014 fait toujours référence à l’annexe nationale de décembre 2007 =>
l’annexe nationale de décembre 2013 n’a aucun statut réglementaire et ne peut donc pas être utilisée.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 5

Les principales différences entre l’annexe nationale décembre 2007 et celle de décembre 2013 sont les suivantes
(qui représentent les principaux points de discussions\débats) :
• La classe de ductilité des bâtiments :
o L’annexe nationale de décembre 2007 oblige à concevoir la grande majorité des bâtiments en
classe de ductilité moyenne (DCM) : seuls les bâtiments de catégorie I ou II, en zone 2 de
sismicité, peuvent être calculés en DCL.
o L’annexe nationale de décembre 2013 autorise l’utilisation de la classe DCL selon pour les
bâtiments de catégorie III en zone 2.
• La reprise des murs de contreventement :
o Dans l’annexe nationale de décembre 2007, l’article 5.4.1.2.5 (1)P stipule :

o L’annexe de décembre 2013 (§5.4.1.2.5(4)) permet de reprendre un voile primaire de


contreventement par une poutre de reprise dont la hauteur doit être supérieure au 1/3 de sa
portée.
o Dans les deux annexes nationales, il est demandé que la rigidité des éléments secondaires ne
représente pas plus de 15% de la rigidité des éléments primaires.

4.1.2. Les objectifs visés par l’Eurocode 8

Les nouvelles normes parasismiques appelées EC8 sont publiées sous forme de norme française homologuée
depuis le 5 Août 2005. Elles peuvent donc être utilisées pour la prévention sismique de constructions récentes. Leur
utilisation peut être valable dans tous les pays adoptant cette norme en ajustant les coefficients nationaux aux risques
sismiques et au niveau de protection décidé par le législateur.

Le but de ces normes est de s’assurer qu’en cas de séisme :


• Les vies humaines sont protégées
• Les dommages sont limités
• Les structures importantes pour la protection civile restent opérationnelles

Les structures spéciales telles que les centrales nucléaires, les structures en mer et les grands barrages ne sont pas
couvertes par celles-ci.

L’esprit général des EC8 se rapproche des PS92, l’ingénieur pourra donc rapidement faire une correspondance entre
ces règlements.

De façon similaire aux normes PS92, les normes EC8 permettent de calculer la réponse à une action sismique par
2 méthodes :
• La méthode générale qui reprend l’équation générale de la dynamique :
 + C.X
M.X  + K.X = −M.V.R (T)
Dans le cas des EC8, le spectre de calcul R(T) est égal soit à Se(T) pour les calculs de bâtiments devant
rester dans le domaine élastique soit égal à Sd(T) pour ceux qui admettent un comportement post
élastique.
• La méthode simplifiée, que l’on appelle « Méthode d’analyse par les forces latérales », valable pour
des bâtiments répondants à des critères de régularité.

Toutefois les EC8 permettent l’utilisation d’autres méthodes d’analyse notamment les méthodes non linéaires (non
décrites dans ce cours) :
• Analyse « push over »
• Analyse temporelle

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 6

Le diagramme ci-dessous présente la synthèse d’une démarche parasismique d’un bâtiment selon les EC8 :

• Le calculateur définit dans un 1er temps son action sismique en fonction de la zone sismique, de la
géologie et de l’importance de l’ouvrage.
• La méthode de calcul adéquate sera déterminée en fonction de la régularité du bâtiment.
• La ductilité de la structure sera estimée et prise en compte via le coefficient de comportement.
• Une fois que le calcul (dynamique ou statique équivalent) aura permis de détermination les sollicitations
sismiques dans la structure, le concepteur devra :
o Dimensionner les éléments de contreventement pour reprendre ces sollicitations.
o Mettre en place les dispositions constructives pour assurer la ductilité locale.

4.1.3. La notion de dimensionnement en capacité

L’Eurocode 8 introduit la notion de « dimensionnement en capacité » (de l’Anglais « capacity design ») : il s’agit
de dimensionner et de positionner les zones de dissipation importante d’énergie de façon à contrôler le mode de
ruine de la structure. Ces zones sont appelées « Zones Critiques » et font l’objet d’une attention toute particulière
dans la conception de structures en zone sismique.

Prenons l’exemple d’une ossature Poteaux-Poutres : en réalité, le moment qui peut être atteint dans une rotule est
le moment résistant réel et non le moment de dimensionnement. Le premier est déduit du second en le multipliant
par un « Coefficient de surcapacité Rd » (valant usuellement 1,2 à 1,3) :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 7

Ce coefficient rend compte par exemple de l’effet de l’écrouissage des armatures sur la résistance à la flexion d’une
section en béton armé. Aussi, les accélérations auxquelles la structure est soumise sont déterminées par les
moments résistants et non par les moments de dimensionnement. Ce surcroît d’accélération (par rapport à la valeur
de calcul) est pris en compte pour le dimensionnement des éléments qui ne sont pas censés se plastifier (d’où le
nom de la méthode).

Le cas de l’ossature permet d’illustrer certains aspects de cette méthode : pour assurer que les rotules plastiques
apparaissent là où le concepteur le souhaite et que l’énergie se dissipe selon le mécanisme prévu, les zones à
l’extérieur des rotules doivent être dimensionnées pour rester élastiques lorsque les zones critiques se plastifient.
Connaissant les moments résistants dans les zones critiques, les autres zones sont surdimensionnées par rapport
à ces moments résistants. C’est, par exemple, la méthode mise en œuvre pour éviter que les mécanismes mettent
en jeu des rotules plastiques dans les poteaux, car si celles-ci sont trop nombreuses, le risque d’instabilité est plus
grand.

Pour atteindre cet objectif, il suffit d’organiser un mécanisme dans lequel les rotules se produisent principalement
dans les poutres, ce qui conduit à dimensionner les zones critiques potentielles des poteaux en respectant l’inégalité
:

Où les moments Mc (respectivement Mb) sont les moments résistants de dimensionnement des poteaux
(respectivement des poutres)

Nous reviendrons un peu plus loin dans ce cours sur cette vérification.

4.1.4. Exigences générales pour la construction (§2 de l’EN1998-1-1).

En zone sismique, les structures doivent être conçues et construites de sorte que les exigences suivantes soient
respectées, chacune avec un degré de fiabilité adéquate :
• Exigence de non-effondrement (§2.1)
• Exigence de limitation des dommages (§2.2)

Exigence de non-effondrement

La structure doit être construite de manière à résister à des actions sismiques de calcul définies, sans effondrement
local ou général, pour conserver ainsi son intégrité structurale et une capacité portante résiduelle après séisme.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 8

La résistance et la capacité de dissipation d’énergie à conférer à la structure dépendent de la façon dont on fait appel
à son comportement non linéaire. En pratique, un tel arbitrage entre résistance et capacité de dissipation d’énergie
est caractérisé par les valeurs du coefficient de comportement q et les classes de ductilité associées.

Exigences de limitation des dommages

La structure doit être conçue et construite pour résister à des actions sismiques présentant une probabilité de se
produire plus importante que les actions sismiques de calcul, sans qu’apparaissent des dommages et des limitations
d’exploitation, dont le coût serait disproportionné par rapport à celui de la structure.

Exemple de façades vitrées qui ont été brisées lors d’un séisme plus faible

Pour satisfaire aux exigences fondamentales, limiter les incertitudes et favoriser le bon comportement des structures
sous l’effet d’actions sismiques, il faut, dans l’établissement du projet (phase de conception), prendre en compte les
aspects suivants :

(1) Lors de la phase « projet », s'attacher d'abord à la conception architecturale, en tenant compte de la fonction de
l'édifice et des sujétions d'exploitation propres à cette fonction. Rechercher aussitôt après, le type de structure qui
s'adapte le mieux à ce parti. Ce choix est conditionné par des considérations esthétiques et économiques. Il convient,
d'ailleurs, de souligner la dépendance dans laquelle se trouvent, dès l'avant-projet, l'architecture et la structure, le
choix de cette dernière risquant d'influencer le parti architectural lui-même au point de l'assujettir, dans certains cas,
à des nécessités d'ordre purement technique.

(2) Avant toute étude de structure, savoir que la conception d'une construction dans le cadre d'une situation normale
sans le risque sismique et son incorporation a posteriori dans le cas d'une situation sismique est une mauvaise
méthode; qu'il ne peut en résulter que des dépenses supplémentaires.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 9

(3) Intégrer le fait que les exigences de sécurité propres aux situations sismiques sont définies par les règlements.
Elles s'ajoutent aux exigences définies dans des situations non sismiques, mais les dispositions auxquelles elles
conduisent ne se superposent pas, pour autant, aux dispositions du projet habituel. Bien souvent, elles conditionnent
le choix structural et le projet lui-même.

(4) Prendre en considération les aspects particuliers propres aux situations sismiques dès les premières phases de
la conception et arrêter le parti constructif en conséquence: c'est la seule façon de préserver un maximum de liberté
de conception. L'expérience montre, en effet, que des ouvrages de mauvaise conception parasismique peuvent subir
des désordres importants, voire un effondrement, même pour de faibles séismes.

(5) Ne pas oublier qu'un séisme est, pour une construction, une sorte d'épreuve de vérité au cours de laquelle sont
infailliblement sanctionnés tous les manquements aux règles de bonne construction. Il est, par ailleurs, important de
savoir que le bon comportement d'une structure et de ces composantes (second œuvre et équipements) est, entre
autres, directement fonction de ses possibilités de déplacement, celui-ci devant être compatible avec la destination
de l'ouvrage.

(6) Noter, par ailleurs, que les règles parasismiques sont, par excellence, des textes fréquemment révisés. Les
progrès rapides en génie sismique, l'amélioration des méthodes d'évaluation de l'aléa sismique, l'expérience sur le
comportement des ouvrages, fournis par les régions soumises à des séismes majeurs, obligent à cette remise en
question quasi permanente. Les enseignements tirés de l'observation et de l'analyse des effets sismiques ont été et
continuent d'être à la base des mesures de prévention et notamment des codes parasismiques. Ce caractère
expérimental du génie parasismique doit être souligné avec force, à une époque où le recours à l'ordinateur et la
soumission aveugle à ses prédictions tiennent souvent lieu de religion, en particulier chez certains décideurs.

(7) Garder présent à l'esprit que l'optimisation d'un projet consiste à affiner la solution d'origine en fonction de la
technologie d'exécution de l'entreprise. L'optimisation en phase d'exécution ne remplace pas la phase,
indispensable, de conception du projet au moment de l'étude de l'avant-projet.
L'optimisation n'est pas une démarche isolée de l'entreprise. Au contraire, elle est le résultat de la prise en compte
permanente des exigences du Maître d'Ouvrage, du Maître d'œuvre et du Bureau d'études d'exécution.

C'est pourquoi l'optimisation requiert, de la part de la Maîtrise d'œuvre et de la Maîtrise d'ouvrage, une participation
permanente et une approbation en continu.

Ainsi, l'optimisation de l'ouvrage commence dès l'appel d'offres, se poursuit pendant la phase de préparation du
chantier et continue presque pendant toute la durée de l'exécution, au fur et à mesure de l'avancement (définition)
du projet d'exécution.

4.1.5. Plan de système Qualité (§2.2 de l’EN1998-1-1)

Dans le cadre d’une construction faisant l’objet d’un plan Qualité, les documents du projet doivent indiquer :
• Les dimensions,
• Les dispositions constructives,
• Les caractéristiques des matériaux constituant les éléments structuraux,
• Les caractéristiques des dispositifs spéciaux s’il y en a,
• Les distances entre les structuraux et non structuraux,
• Les dispositions relatives à la maitrise de la qualité,
• Les méthodes de vérification à utiliser pour les éléments d’importance structurels,

Les éléments d’importance structurels nécessitant des vérifications spéciales pendant la mise en œuvre doivent être
identifiés sur les plans.

Dans les zones de forte sismicité et pour les éléments d’importance structurels il convient d’utiliser un plan Qualité
« formel » couvrant le dimensionnement, l’exécution et l’utilisation en complément des procédures de contrôle des
autres Eurocodes.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 10

4.2 . L’action sismique


Comme nous l’avons vu au chapitre VI sur les éléments de sismologie, l’action sismique est définie par :
• Le risque sismique fonction de la zone géographique (mouvement des plaques)
• Les conditions de sol (transmission dans le sol des ondes depuis le foyer du séisme)
• La catégorie d’importance de l’ouvrage (pour la sauvegarde des personnes).

4.2.1. Le risque sismique (arrêté du 22/10/2010)

.3.1.1. En France Métropolitaine et dans les DOM-TOM


Le « risque sismique » est associé aux effets que le séisme produirait sur les « enjeux » : structures, sols (glissements
de terrain, etc…), humains, activité économique. Il dépend donc de l’action (alea), des constructions ou sols et des
enjeux. Si on peut caractériser les constructions ou sols par un paramètre « vulnérabilité » et qu’on s’intéresse
spécifiquement au risque associé aux constructions, on a:

Risque sismique = alea sismique x vulnérabilité

Chaque autorité nationale peut diviser son territoire en zones sismiques en fonction de l’aléa local. Cet aléa
est pris en compte par un seul paramètre correspondant à l’accélération maximale de référence d’un sol de
classe A, appelé agR. => Accélération de référence au niveau du sol, pour un sol de classe A.

L’arrêté du 22 Octobre définie les zones de sismicité sur le territoire Français et dans les DOM-TOM :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 11

En fonction de la zone de sismicité, on applique l’accélération de référence suivante :

agr (m/s²)
Zone de sismicité

1 (Très faible) 0,4


2 (Faible) 0,7
3 (Modérée) 1,1
4 (Moyenne) 1,6
5 (Forte) 3

Cette accélération de référence est ensuite pondérée en fonction de deux paramètres :


• La classe de sol
• La catégorie d’importance de l’ouvrage.

.3.1.2. Pour le Liban


L’administration Libanaise L’administration Libanaise a fixé une accélération constante de 2.5m/s² sur tout le
territoire :

𝑎𝑔𝑅 = 2.5𝑚/𝑠²

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 12

4.2.2. Les classes de sols (§3.1 de l’EN1998-1-1)

Le sol est classé en 5 familles : A, B, C, D et E en fonction du paramètre vs,30 valeur moyenne de la vitesse des
ondes de cisaillement.

Classe de Description du sol Paramètre


sol vs,30 en (m/s)
Rocher ou autre formation géologique de ce type comportant une
A couche superficielle d’au plus 5 m de matériau moins résistant > 800

Dépôts raides de sable, de gravier ou d’argile sur-consolidé, d’au


moins plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur, caractérisés par
B une augmentation progressive des propriétés mécaniques avec la 360-800
profondeur.

Dépôts profonds de sable de densité moyenne, de gravier ou


d’argile moyennement raide, ayant des épaisseurs de quelques
C 180-360
dizaines de mètres à plusieurs centaines.

Dépôts de sol sans cohésion de densité faible à moyenne ( avec ou


sans couches cohérentes molles) ou comprenant une majorité de
D < 180
sols cohérents mous à fermes

Profil de sols comprenant une couche superficielle d’alluvions avec


des valeurs de vs de classe C ou D et une épaisseur comprise entre
E 5 m environ et 20 m, reposant sur un matériau plus raide avec v s >
800 m/s

Il existe 2 classes spéciales S1 et S2 pour lesquelles une attention particulière doit être menée pour la définition de
l’action sismique :

Dépôts composés ou contenant une couche d’au moins 10 m


d’épaisseur d’argiles molles/vases avec au indice de plasticité élevé
S1 < 100
et une teneur en eau importante

S2 Dépôts de sols liquéfiables d’argiles sensibles ou tout autre profil de


sol non compris dans les classes A à E ou S1

4.2.3. Les catégories d’importance des bâtiments

L’arrêté du 22/10/2010 définit un coefficient d’importance i qui multiplie l’accélération de référence afin d’obtenir
l’accélération nominale ag :

𝑎𝑔 = 𝑎𝑔𝑅 × 𝛾𝑖

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 13

Les catégories d’importance et le coefficient correspond sont définis à partir du tableau suivant :

Catégorie Bâtiments Coefficient Période Correspondance


d’importance d’importance de PS92
γl retour
Bâtiments d’importance mineure pour la
sécurité des personnes, par exemple
I 0,8 A
bâtiments agricoles

Bâtiments courants n’appartenant pas


II aux autres catégories 1,0 50 ans B

Bâtiments dont la résistance aux séismes


est importante compte tenu des
conséquences d’un effondrement, par
III 1,2 C
exemple : écoles, salles de réunion,
institutions culturelles etc
.
Bâtiments dont l’intégrité en cas de
séisme est d’importance vitale pour la
protection civile, par exemple : hôpitaux,
IV 1,4 D
casernes de pompiers, centrales
électriques etc.

Nota : Les valeurs de γl sont fixées par l’administration et peuvent changer d’un pays à un autre. Il est important
de se référer à l’annexe nationale pour connaître les valeurs adoptées dans le pays considéré. Les valeurs du
tableau ci-dessus sont issues de l’arrêté du 22/10/2010.

Exemples d’ouvrages de catégorie I :


• Perrons et escaliers posés à même le sol, murs de clôture de moins de 1.80m de hauteur ;
• Constructions agricoles à usage principal de logement de cheptel vif, de remisage du matériel et des
récoltes dans les exploitations individuelles,
• Constructions en simple RdC à usage de garage ou d’atelier privé, etc.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 14

Exemples d’ouvrages de catégorie II :


• Habitations, bureaux, locaux à usage commercial, ateliers, usines, garages à usage collectif, etc.

Exemples d’ouvrages de catégorie III :


• Etablissement d’enseignement, stades, salles de spectacles, hall de voyageurs,
• D’une façon générale tout établissements recevant du public de 1e , 2e , 3e catégories, musées ;
• Centres de production d’énergie, etc.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 15

Exemples d’ouvrages de catégorie IV :


• Hôpitaux, casernes, garages d’ambulances, dépôts de matériel de lutte contre l’incendie, etc.
• Musées, bibliothèques, abritant des œuvres majeures ou des collections irremplaçables, etc.

L’accélération verticale de calcul au niveau d’un sol de type rocheux (classe A au sens de la norme NF EN 1998-1),
avg, est égale à ag multipliée par un coefficient donné par le tableau suivant (issu également de l’arrêté du
22/10/2010):

Zones de sismicité avg / a g


1 (très faible) à 4
0.90
(moyenne)
5 (forte) 0.80

En France métropolitaine, l’arrêté stipule que l’on peut négliger le séisme vertical, du fait des faibles accélérations.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 16

4.3 . Les spectres de réponse EC8 (§3.2 de l’EN1998-1-1)


L’Eurocode 8 définit deux types de spectres selon que la structure doit rester dans le domaine élastique (souvent le
cas des constructions nucléaires par exemple, bien que hors domaine d’application de l’EC8) ou peut faire travailler
dans le domaine non-linéaire afin de bénéficier de la ductilité de la structure.

On parle alors de :
• « Spectre élastique » noté Se(T).
• « Spectre de calcul » noté Sd(T).

De plus, l’Eurocode 8 (comme la plupart des codes sismiques) distingue les spectres de réponse pour les directions
sismiques horizontales et pour le spectre pour la direction verticale.

4.3.1. Définition du spectre élastique Se(T) horizontal

Les spectres de réponse élastique horizontale S e (T ) sont définis par les expressions suivantes :

Avec :
• ag : accélération de calcul au niveau d’un sol de classe A (voir en IV.2)
• S : paramètre du sol,
• η : coefficient de correction de l’amortissement (voir ci-après)
• T : la période de vibration d’un système linéaire
• TB, TC et TD les valeurs du spectre aux points suivants :

Pour les paramètres S, TB, TC et TD, l’Eurocode 8 indique qu’il convient d’utiliser deux types de spectres élastiques
(type 1 et type 2), fonction de l’amplitude des ondes (zones de sismicité) et de la classe de sol.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 17

L’arrêté du 22 octobre 2010 définit les valeurs suivantes :


Valeurs des paramètres décrivant les spectres de réponse élastique – direction horizontale
Type 1 (forte sismicité) Type 2 (faible sismicité)
Classe Pour la zone de sismicité 5 Pour la zone de sismicité 1 à 4
de sol
S TB TC TD S TB TC TD
A 1.00 0.15 0.40 2.00 1.00 0.03 0.20 2.50
B 1.20 0.15 0.50 2.00 1.35 0.05 0.25 2.50
C 1.15 0.20 0.60 2.00 1.50 0.06 0.40 2.00
D 1.35 0.20 0.80 2.00 1.60 0.10 0.60 1.50
E 1.40 0.15 0.50 2.00 1.80 0.08 0.45 1.25

Le Liban impose quant à lui l’utilisation du spectre de type 1, ce qui nous donne :

Ci-dessous, la variation du spectre en fonction de la classe de sol (A à E) pour un amortissement de 5% :

Spectre type 1
4.0000

3.5000 Classe A
Classe B
3.0000 Classe C
Classe D

2.5000 Classe E

2.0000

1.5000

1.0000

0.5000

0.0000
0 0.25 0.65 1.05 1.45 1.85 2.25 2.65 3.05 3.45 3.85

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 18

Spectre type 2

5.0000

4.5000
Classe A

4.0000 Classe B
Classe C
3.5000 Classe D
Classe E
3.0000

2.5000

2.0000

1.5000

1.0000

0.5000

0.0000
0 0.25 0.65 1.05 1.45 1.85 2.25 2.65 3.05 3.45 3.85

Ci-dessous, la superposition des spectres de type 1 et type 2 pour chaque classe de sols :

Classe A Spectres de Type 1 et 2 Classe B Spectres de Type 1 et 2


3.0000 4.0000

Type 1
Type 1
Type 2 3.5000
2.5000 Type 2

3.0000

2.0000
2.5000

1.5000 2.0000

1.5000
1.0000

1.0000

0.5000
0.5000

0.0000 0.0000
0 0.25 0.65 1.05 1.45 1.85 2.25 2.65 3.05 3.45 3.85 0 0.25 0.65 1.05 1.45 1.85 2.25 2.65 3.05 3.45 3.85

Classe C Spectres de Type 1 et 2 Classe D Spectres de Type 1 et 2

4.0000 4.5000

Type 1 4.0000 Type 1


3.5000
Type 2 Type 2
3.5000
3.0000

3.0000
2.5000
2.5000

2.0000
2.0000

1.5000
1.5000

1.0000 1.0000

0.5000 0.5000

0.0000
0.0000
0 0.25 0.65 1.05 1.45 1.85 2.25 2.65 3.05 3.45 3.85
0 0.25 0.65 1.05 1.45 1.85 2.25 2.65 3.05 3.45 3.85

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 19

Classe E Spectres de Type 1 et 2


5.0000

4.5000 Type 1
Type 2 On voit que plus le sol est mauvais et plus
4.0000
l’accélération appliquée en pied de bâtiment sera
3.5000 importante. De plus, le « plateau » du spectre se
3.0000 décale vers les faibles périodes pour des sols très
rigides et des structures également rigides
2.5000
(phénomène de résonnance).
2.0000

1.5000

1.0000

0.5000

0.0000
0 0.25 0.65 1.05 1.45 1.85 2.25 2.65 3.05 3.45 3.85

4.3.2. Définition du spectre élastique Sve(T) vertical

Le spectre élastique vertical est obtenu en appliquant les mêmes formules que pour les directions horizontales mais
en utilisant l’accélération nominale verticale notée avg :

TB, TC et TD les valeurs du spectre aux points suivants pour les types 1 et 2 sont définies dans l’arrêté :
Zones de avg / a g TB TC TD
sismicité
1 (très faible) à 4 0.90 0.03 0.20 2.50
(moyenne)
5 (forte) 0.80 0.15 0.40 2

4.3.3. Définition du spectre de calcul Sd(T) horizontal

Pour une construction qui peut résister aux incursions post-élastiques, on substitue le spectre élastique S e (T ) à un
spectre Sd (T ) qui tient compte d’un coefficient de comportement q :

La capacité des systèmes de contreventement des structures à résister à des actions sismiques dans le domaine
non linéaire permet d’effectuer leur dimensionnement pour résister à des forces plus faibles que celles correspondant
à une réponse linéaire élastique.

Afin d’éviter des calculs non élastiques explicite fastidieux on effectue une analyse élastique fondée sur un spectre
de réponse réduit par rapport au spectre élastique dénommé ci-après spectre de calcul. Cette réduction est faite en
introduisant le coefficient de comportement

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 20

Le coefficient de comportement q est une approximation du rapport entre les forces sismiques que la structure
subirait si sa réponse était complètement élastique avec un amortissement visqueux à 5% et les forces sismiques
qui peuvent être utilisées lors de la conception et du dimensionnement, avec un modèle linéaire conventionnel en
continuant d’assurer une réponse satisfaisante de la structure.

Les valeurs de q peuvent être différentes dans des directions horizontales différentes, bien que la classe de ductilité
doive être la même dans toutes les directions.

Les coefficients S, TB, TC et TD sont ceux donnés pour le spectre élastique au paragraphe précédent.
• q est le coefficient de comportement
• β est le coefficient correspondant à la limite inférieure du spectre de calcul horizontal. La valeur par défaut
est de 0,20, sauf indication contraire dans l’annexe nationale.

Nous définirons un peu plus loin dans ce cours les valeurs du coefficient de comportement.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 21

4.3.4. Définition du spectre de calcul Svd(T) vertical

Pour définir le spectre de calcul de la direction verticale, on utilise les mêmes formules que la direction horizontale
mais en prenant :
• S =1,00
• avg à la place de ag (voir tableau précédent des valeurs de avg)
• q doit être dans tous les cas au maximum de 1,50 sauf à justifier l’utilisation d’une valeur supérieure par
une méthode appropriée permettant la justification de la ductilité verticale.

4.3.5. Coefficient de correction de l’amortissement

Les spectres de dimensionnement sont donnés pour un amortissement  de 5%. Certains matériaux ont des valeurs
de l'amortissement différentes de 5%, dans ce cas il convient de tenir compte du coefficient de correction
d’amortissement dans les formules de Se(T

 = 10 /(5 + )  0,55
avec  : coefficien t d' amortissem ent visque ux exprimé en pourcentag e
Lorsque les éléments structuraux sont constitués d'un seul type de matériau, la valeur du pourcentage
d'amortissement critique est la même pour tous les modes et est donnée dans le tableau suivant en fonction du
matériau.

Matériau  (%)
Acier soudé 2
Acier boulonné 4
Béton non armé 3
Béton armé et/ou chaîné 4
Béton précontraint 2
Bois lamellé-collé 4
Bois boulonné 4
Bois cloué 5
Maçonnerie armée 6
Maçonnerie chaînée 5

Dans le cas d’une structure multi-matériaux, il est toujours possible de déterminer un amortissement « moyen » pour
chaque mode au prorata des énergies modales absorbé dans chacun des matériaux.

Le spectre de calcul Sd(T) n’intègre pas de correction d’amortissement car ce dernier est intégré dans les
valeurs du coefficient de comportement que nous verrons un peu plus loin dans ce document.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 22

4.3.6. Coefficient de topographie ST

Uniquement pour les structures importantes (γl > 1,0), il y a lieu de tenir compte des effets d’amplification
topographique si la construction se situe dans un terrain en pente ou en bordure d’une crête.

L’annexe A de la partie 3 des EC8 donne pour information certaines valeurs de ST. Ce coefficient est un facteur
multiplicateur à appliquer aux valeurs de Se(T) ou Sd(T) :
• Pente < 15° ST=1,00 pas d’amplification
• A proximité d’une crête ST ≥ 1,20
• Buttes dont la largeur de la crête est notablement inférieure à la largeur de la base :
o Pente > 30° ST ≥ 1,40
o Pente < 30° ST ≥ 1,20
• Variation spatiale du coefficient d’amplification : on peut prévoir un coefficient variable de ST

4.4 . Dimensionnement des bâtiments selon l’EN1998-1-1


Nous allons voir dans ce paragraphe les concepts fondamentaux à prendre en compte lors de la conception et du
dimensionnement d’un bâtiment en zone sismique. Nombre de ces concepts reposent sur ce que l’on vient de voir
concernant le contreventement des bâtiments.

L’Eurocode 8 rappelle les règles de base de la construction parasismique qui doivent être prises en compte dès la
conception de l’ouvrage :
• Simplicité de la structure => cheminement des charges.
• Uniformité et symétrie
• Résistance et rigidité dans les deux directions
• Résistance et rigidité à la torsion
• Action des diaphragmes au niveau des planchers.
• Fondations appropriées

4.4.1. Simplicité de la structure (§4.2.1.1 de l’EN1998-1-1)

L’article 4.2.1.1 de l’EC8 nous donne la clause suivante :

En d’autres termes, le cheminement de la descente de charges doit être le plus simple et direct possible et se
prolonger de haut en bas. Il convient notamment de tenir des principes suivants :

« Rien n’est moins onéreux que de transporter horizontalement une charge verticale »
« Rien n’est moins onéreux que de transporter verticalement une charge horizontale »

Les exemples suivants ne respectent pas ces principes :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 23

➔ La structure ne doit pas comporter d’élément porteur vertical dont la charge ne se transmette pas en ligne directe
à la fondation. D’une façon plus générale, il ne doit pas exister de couplage significatif entre degrés de liberté
horizontaux et verticaux.

➔ Dans la réalité, il est difficile de trouver des bâtiments qui respectent totalement ces critères. C’est pourquoi, il
convient de moduler cette règle en analysant si les éléments qui ne descendent pas directement aux fondations
représentent un petit nombre par rapport à ceux qui les respectent.

➔ Pour l’analyse de la simplicité d’un ouvrage, il est recommandé d’effectuer des plans d’élévation de chaque
système de contreventement afin de bien visualiser le report des charges.

Cas de contreventement mal assuré :

Il est important que l’Ingénieur et l’Architecte puissent travailler ensembles, le plus en amont possible du projet, afin
de définir le meilleur compromis possible entre l’architecture recherchée et la solution structurelle la plus en
adéquation avec un bon comportement en zone sismique.

4.4.2. Uniformité et symétrie (§4.2.1.2 de l’EN1998-1-1)

Il doit y avoir une répartition homogène des éléments de contreventement en plan et en élévation. Les formes en
plan doivent être les plus symétriques possibles :
• Dans la figure (a) le contreventement est uniforme mais non symétrique. Le centre de torsion est excentré
par rapport au centre des masses. Ce système ne répond pas au critère de symétrie.
• Dans la figure (b), le système est uniforme et symétrique. Il permet une réaction saine et homogène des
éléments de contreventement.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 24

Cas (a) Cas (b)

De plus, il est préférable de répartir les éléments principaux de contreventement à proximité de la périphérie du
bâtiment afin de reprendre les mouvements dus à la torsion.

Cette analyse technique est assez simple à mener en analysant les plans de coffrage niveau par niveau et en
surlignant la position des éléments principaux de contreventement.
4.4.3. Résistance et rigidité dans les deux directions (§4.2.1.3 de l’EN1998-1-1).

La forme du bâtiment doit être la plus compacte possible tant en plan qu’en élévation.

Les éléments de contreventement doivent former un réseau orthogonal en plan avec une résistance et rigidité
équivalentes dans les deux directions principales.

En fonction du rapport entre sa longueur et sa largeur, une « barre » de logement peut être considérée comme un
bâtiment irrégulier :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 25

4.4.4. Résistance et rigidité en torsion (§4.2.1.4 de l’EN1998-1-1)

Afin de bien résister aux phénomènes de torsion, les éléments de contreventement doivent être si possible répartis
en périphérie du bâtiment :

Voiles régulièrement répartis dans Voiles disposés sur le contour


les deux directions du bâtiment

4.4.5. Action des diaphragmes au niveau des planchers

L’action des planchers est primordiale pour le bon fonctionnement du système de contreventement d’un bâtiment.
Les planchers jouent un rôle actif dans ce contreventement en donnant une rigidité latérale très forte et en distribuant
les efforts sur les éléments de contreventement verticaux.

Les planchers permettent notamment:


• de collecter les forces d’inertie et de les transmettre aux éléments structuraux verticaux
• de rendre le contreventement solidaire pour résister à l’action sismique horizontale
• d’assurer une réponse d’ensemble dans le cas de systèmes ayant des déformabilités différentes

De plus, il est primordial de prêter une attention particulière à la disposition des ouvertures dans les planchers. En
effet, ces dernières ne doivent pas entraver la diffusion des efforts dans les planchers. Dans le cas contraire, un
ferraillage approprié devra être déterminé afin de s’assurer du bon cheminement des efforts :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 26

4.4.6. Les fondations appropriées (§4.2.1.6 de l’EN1998-1-1)

Les fondations doivent être suffisamment rigides pour permettre d’assurer une excitation sismique uniforme sur
l’ensemble du bâtiment

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 27

4.4.7. Bâtiments réguliers et irréguliers

En fonction de ces critères, les EC8 définissent deux types de bâtiments : Les bâtiments réguliers et les bâtiments
irréguliers. Cette distinction permet ensuite de définir le choix de la méthode de calcul. Bien entendu pour un bâtiment
régulier, l’absence de modes secondaires importants conduira à choisir une méthode simplifiée donc facile et rapide
à mettre en œuvre.

Il convient de définir les critères de régularité du bâtiment considéré selon le plan et l’élévation.

Critères de régularité en plan [§ 4.2.3.2 de l’EN1998-1-1]

Un bâtiment est considéré régulier en plan s’il respecte les conditions suivantes :
• la structure doit être approximativement symétrique par rapport aux deux directions
horizontales (rigidité et distribution des masses) :

• Le contour en plan doit être le plus polygonal curviligne possible. Les retraits ne doivent pas affectée la
raideur en plan et la surface de retrait ne doit pas dépasser 5% de la surface de chaque plancher :

Surface du retrait

Surface du plancher

• La raideur du plancher doit être suffisant importante comparée à la raideur des éléments verticaux pour
que celle-ci soit estimée indéformable et joue son rôle de diaphragme

• Le rapport entre la plus grande et la plus petite dimension du bâtiment ne doit pas excéder 4.
 = L max / L min  4

• Pour chaque niveau et pour chaque direction l’excentricité structurale doit vérifier les conditions
suivantes : e ox  0,30.r x et rx  l s
o eox : distance entre le centre de rigidité C et le centre de gravité G, mesurée
perpendiculairement à la direction considérée
o rx : rayon de torsion rx = Itorsion / Iflexion
2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 28

o ls : rayon de giration massique du plancher en plan l s = Ipolaire en G / M

Toutefois il existe des méthodes approchées pour définir les valeurs du centre de torsion et des rayons
de torsions et de giration massique. On peut se reporter au chap. 6.61211 des PS92.

Critères de régularité en élévation [§ 4.2.3.3 EC8]

Un bâtiment est considéré régulier en élévation s’il respecte les conditions suivantes :
• Tous les éléments de contreventement comme les noyaux centraux doivent être continus des
fondations jusqu’au sommet du bâtiment.
• La raideur latérale et la masse de chaque étage doivent demeurer constantes ou peuvent être réduites
légèrement entre la base et le sommet.
• Les retraits en élévation doivent suivre les conditions suivantes :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 29

4.4.8. Choix de la méthode de calcul [§ 4.2.3.1 EC8]

Le tableau suivant permet de choisir la méthode de calcul en fonction du type de bâtiment :

c)

c)

a) La méthode des forces latérales peut être utilisée sous réserve que le bâtiment régulier satisfasse aux conditions
sur sa période fondamentale : T1  min (4.T c ; 2,0 s) avec Tc définie précédemment.
b) Dans le cas d’une irrégularité en plan mais pas en élévation (les contreventements descendent directement aux
fondations), il est préconisé d’appliquer la méthode des forces latérales sur un modèle 3D. Il est toutefois possible
de modéliser le bâtiment par deux modèles plans si on vérifie les conditions de la clause 4.3.3.1(8) qui stipule les
conditions suivantes :

L’annexe nationale Française précise concernant la catégorie :

Les valeurs minorées du coefficient de comportement sont égales aux valeurs de référence multipliées par 0,8

4.4.9. Détermination des masses M [§ 4.2.4 EC8]

Les masses à faire entrer en ligne de compte pour la détermination des actions sismiques sont celles des actions
permanentes et d'une fraction  E ,i des actions variables :

M =  G K, j +   E,i .Q k ,i

Avec :  E ,i = . 2i

•  2i : Les valeurs sont données dans l’EC1 EN 1990 :2002 Tableau A.1.1 de l’annexe A1. Ces valeurs
dépendent des catégories de bâtiments
•  : Les valeurs sont données dans chaque annexe nationale, par défaut les EC8 donnent des valeurs
également dépendantes de catégories de bâtiments.
2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 30

Catégorie Type de bâtiments φ Ψ2i


A Habitation, zone résidentielle 0,5 à 1,0 0,3
B Bureaux 0,5 à 1,0 0,3
C Lieux de réunion 0,5 à 1,0 0,6
D Commerces 1,0 0,6
E Stockage 1,0 0,8
F Zone de trafic véhicules < 30 kN 1,0 0,6

Pour les catégories A à C,  prend les valeurs suivantes :


Niveau toiture 1,0
Etages à occupations corrélées 0,8
Etages à occupations indépendantes 0,5

Exemple : Bâtiments de bureaux ou d’habitation courants : M = G + 0,15.Q

4.4.10. Interaction Sol-Structure

Pour les bâtiments courants il n’est pas obligatoire de tenir compte de l’interaction sol-structure. Toutefois la prise
en compte de la rigidité du sol pour ces construction a tendance à réduire les efforts dus aux séismes (car la
superstructure est plus souple donc sollicitée par un spectre plus faible).

Seules les structures suivantes doivent être calculées en tenant compte de la rigidité du sol d’assise de la structure :
• Structures pour lesquelles les effets de second ordre sont importants
• Structures avec fondations massives ou profondes telles que les piles de ponts, silos,
• Structures hautes et élancées telles que les cheminées et tours,
• Structures supportées pas des sols très mous de type S1 avec vs < 100 m/s

Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour modéliser la rigidité du sol, on situera par exemple la méthode de
Valetsos.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 31

4.5 . PRINCIPE DU CALCUL LINEAIRE EQUIVALENT [§ 5.2 de l’EN1998-1-1]


4.5.1. Champ d’application

Les structures soumises à une action sismique peuvent faire l'objet d'un calcul linéaire dans les conditions ci-après
:
• Modèle : la structure est fictivement considérée comme restant indéfiniment élastique, et sans
modification de ses conditions de liaisons quelle que soit l'intensité des actions sismiques.
• Mouvement sismique : on utilise les spectres de dimensionnement défini précédemment.
• Les déplacements de la structure sont en principe considérés comme égaux à ceux calculés pour le
modèle élastique fictif, c’est à dire sans réduire le spectre du coefficient de comportement.
• Les forces et sollicitations de calcul sont obtenues en tenant compte du coefficient de comportement
exprimé dans Sd(T).

On introduit alors la notion de coefficient de comportement, qui est un artifice de calcul, et permet d’obtenir des
sollicitations diminuées par rapport aux déplacements concomitants. Cette réduction des efforts est proportionnelle
à l’estimation de la ductilité réelle de la structure.
Effort
Comportement élastique
Fe

Coefficient de comportement :
q = Fe / Fp

Fp

Comportement élasto-
plastique

Déformation

Pour éviter des calculs fastidieux pour la détermination du niveau de ductilité, l’EC8 définit réglementairement les
valeurs du coefficient de comportement à considérer en fonction du matériau et du type de contreventement mis en
place.

4.5.2. Le coefficient de comportement q

Le coefficient de comportement q est global pour chaque direction principale du bâtiment et est donc fixé en fonction
de la nature des matériaux constitutifs, du type de construction, des possibilités de redistribution d'efforts dans la
structure et des capacités de déformation des éléments dans le domaine post-élastique.

Alors que dans les règles PS 92 un seul niveau de ductilité est proposé au projeteur (correspondant à une ductilité
« moyenne »), trois classes sont considérées dans l’EC8.
• Pour le béton armé, par exemple, la classe de ductilité limitée « DCL » correspond à l’application de
l’EC2, sans condition supplémentaire, sauf en ce qui concerne la ductilité des matériaux. En effet, il est
considéré que l’EC2 confère une ductilité minimale dont il est possible de bénéficier, le coefficient de
comportement étant limité à 1,5 dans ce cas. Cette approche minimale est intéressante dans les zones
de faible sismicité lorsque cela est économiquement justifié, les efforts dus au vent pouvant d’ailleurs se
révéler plus élevés que ceux dus au séisme, au moins dans le plan des pignons. Elle n’est pas spécifique
au béton armé, des dispositions analogues étant adoptées pour la charpente métallique avec l’EC3 et
pour les structures mixtes avec l’EC4, pour lesquels q est limité à 2.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 32

• Une classe de ductilité moyenne « DCM » pour laquelle des dispositions propres à la situation sismique
sont prises pour assurer une ductilité et une dissipation d’énergie suffisantes dans des mécanismes
stables, sans occurrence de ruptures fragiles.
• Une classe de ductilité élevée « DCH », permettant une dissipation d’énergie supérieure à la classe
précédente.

A chaque classe de ductilité est associé un coefficient de comportement q d’autant plus fort que la ductilité est élevée,
ce qui dépend notamment du type de structure et du matériau utilisé. Aussi ces valeurs sont-elles données dans les
différents chapitres « matériaux ».

4.5.3. La classe de ductilité

Comme nous venons de le voir, le concepteur définit la classe de ductilité qu’il souhaite appliquer à son projet. Nous
verrons un peu plus loin que ce choix aura une influence directe sur la valeur du coefficient de comportement et donc
sur les efforts appliqués et le dimensionnement des éléments correspondants.

La classe de ductilité a également une influence sur les dispositions constructives à mettre en œuvre, notamment
pour les constructions en béton armé, afin d’assurer la ductilité locale requise.

Bien souvent, les concepteurs de projet sont tentés d’appliquer la classe DCL, notamment dans les constructions
neuves en zone faiblement sismique, car cela tend à simplifier les études. Du fait de nombreuses discussions, parfois
passionnées, l’annexe nationale Française de décembre 2013 et le fascicule d’application FD P06-031 de mars 2015
définissent quelles sont les classes de ductilité applicable en fonction du type de structure (béton armé, construction
métallique, maçonnerie, bois), de la catégorie d’importance et de la zone de sismicité. Nous donnerons ci-après les
deux tableaux pour les structures en Béton Armé et les constructions métalliques.

Classe de ductilité pour les structures en Béton Armé

Pour les constructions en Béton Armé, l’application de la classe de ductilité DCL doit respecter les conditions définies
dans le tableau suivant :

Quelques remarques concernant ce tableau :


• On voit que l’EC8 dispense de toute justification pour la zone 1 de sismicité, ainsi que pour la zone 2
combinée à une structure de catégorie II.
• La catégorie IV est totalement exclue du champ d’application de la classe DCL
• La classe DCL peut être appliquée pour une catégorie III sous réserve de respecter quelques
dispositions constructives (§3.2.1(5) et §5.3.1(1)).

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 33

Classe de ductilité pour les constructions métalliques

Pour les constructions métalliques, l’application de la classe DCL est soumise au tableau suivant :

4.5.4. Coefficient de comportement en Béton Armé [§5.3 de l’EN1998-1-1]

On distingue trois classes de bâtiments en béton armé selon leur capacité ductile :
• DCL : Ductilité limitée (L) => Coefficient de comportement q = 1,50
• DCM : Ductilité moyenne (M) => Coefficient de comportement q = 2 à 4
• DCH : Haute ductilité (H) => Coefficient de comportement q = 4 à 6,50

Pour obtenir le niveau de ductilité approprié à la classe choisie, il convient de respecter les dispositions constructives
définies par les EC2.

Le coefficient q pour les composantes horizontales du séisme et pour les classes M et H est donné par la formule
suivante : q = q 0 .k w  1,5

Avec :
• kw : coefficient correspondant au mode de rupture
o kw = 1,00 pour les ossatures ou les systèmes à comportement principalement de type ossature
o kw = (1+α0)/3 tel que 0,5 < kw ≤ 1,0 pour les systèmes à contreventement par murs et noyau
o α0 est le rapport de forme prédominant des murs de contreventement tel que :
• 0 =  hwi / lwi
o hwi : hauteur de mur i
o lwi : longueur de mur i
• qo : valeur de base du coefficient de comportement, voir tableau joint

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 34

Bâtiments réguliers
Type de structure DCM DCH
Système à ossature, système à 3,0 .αu /α1 4,5 .αu /α1
contreventement mixte, système de
murs couplés

Système de murs non couplés 3,0 4,0 .αu /α1

Système à noyau 2,0 3,0

Système en pendule inversé 1,5 2,0

Les valeurs de q pour les bâtiments non réguliers correspondent à une diminution de 0,8 des valeurs pour les
bâtiments réguliers.

Dans le tableau précédent, les termes αu et α1 sont définis de la façon suivante ::


• αu : coefficient multiplicateur de l’action sismique qui provoque un nombre de rotules entraînant la
première instabilité globale du bâtiment.
• α1 : coefficient multiplicateur de l’action sismique qui donne à un endroit une première rotule

A défaut de calcul précis par une méthode de type «push-over » par exemple les valeurs suivantes peuvent être
utilisées :
Système à ossature : αu /α1
- Bâtiment 1 étage : 1,1
- Ossature à une travée et plusieurs étages : 1,2
- Ossature à plusieurs travées et plusieurs étages : 1,3

Système à murs : αu /α1


- 2 murs non couplés par direction horizontale 1,0
- Autres systèmes de murs non couplés : 1,1
- Murs couplés : 1,2

• Pour les bâtiments irréguliers en élévation, les valeurs de q 0 correspondent à une diminution de 0,8 des
valeurs pour les bâtiments réguliers.
• Pour les bâtiments irréguliers en plan, les valeurs de α u /α1 correspondent à une moyenne entre 1,00 et
les valeurs données ci dessus.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 35

Il est possible de déterminer des valeurs de α u /α1 par des méthodes précises de type «push-over » mais celles-ci
doivent être bornées à 1,5.

Valeur de q pour les bâtiments réguliers en fonction du type de contreventement

4.5.5. Coefficient de comportement en construction métallique [§6.3 de l’EN1998-1-1]

Les bâtiments en acier doivent être dimensionnés selon l’un des principes suivants :
• Principe A Comportement de structure faiblement dissipatif :
o Classe de ductilité DCL (limitée) q ≤ 1,5-2
• Principe B Comportement de structure dissipatif :
o Classe de ductilité DCM (moyenne) q ≤ 4 et limité par les valeurs du tableau suivant
o Classe de ductilité DCH (haute) q limité par les valeurs du tableau suivant

Les bâtiments en acier doivent être classés dans l’une des catégories suivantes de structures en fonction du
comportement de leur structure sismique primaire sous séisme :

Ossature en portiques :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 36

Ossature avec entretoises diagonales centrées :

Ossature avec entretoises centrées en V :

Ossature avec entretoises excentrées :

Pendule inversé :

Structure avec noyau ou mur en béton :

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 37

Ossature en portique combinée avec une triangulation :

Ossature en portique combinée avec du remplissage :

Ossature avec triangulation en K (non admise)

Nota : Si la structure est irrégulière en élévation il convient de réduire les valeurs de q de 20%

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 38

Les paramètres αu et α1 sont calculés comme suit :


• α1 est la valeur par laquelle les actions sismiques sont multipliées pour atteindre la première résistance
plastique
• αu est la valeur par laquelle les actions sismiques sont multipliées pour que se forment des roules
plastiques dans un nombre suffisant de sections pour qu’il y ait instabilité.

A défaut de calcul précis de αu et α1 on prend les valeurs σu et σ1 données dans les schémas.

La valeur maximum de αu/α1 sont de 1,6

4.6 . Vérifications de sécurité [§ 4.4 de l’EN1998-1-1]


Nous avons vu au début du cours que l’Eurocode 8 introduit deux exigences essentielles :
• L’exigence de non-effondrement pour la sauvegarde de la vie des personnes => il s’agit d’un état limite
ultime.
• L’exigence de limitations des dommages => il s’agit d’un état limite de service.

4.6.1. Sécurité vis à vis des états ultimes [§ 4.4.2.2 de l’EN1998-1-1]

La sécurité est considérée satisfaisante si Ed ≤ Sd

où :
• Ed est la valeur de calcul dû au séisme
• Sd est la résistance de calcul de l’élément considéré

Il doit être vérifié que les éléments structuraux ainsi que la structure dans son ensemble possèdent une ductilité
convenable, c’est-à-dire que la structure développe un mécanisme de ruine voulu et contrôlé et que le niveau de
ductilité atteint correspond bien à celui qui a été considéré lors de la conception.

Dans le cas des structures à Ossature, l’Eurocode 8 demande d’appliquer la notion de « Poteau fort – Poutre
faible », ce qui revient à surdimensionner les poteaux par rapport aux poutres, afin de privilégier l’apparition des
rotules plastiques dans les porteurs horizontaux :

Cette condition se traduit par la vérification suivante : ∑MRC ≥ 1,3 ∑MRb [§ 4.4.2.3 EC8]

Avec :
• ∑MRC somme des valeurs de calcul de résistance à la flexion des poteaux connectés au nœud considéré.
• ∑MRb somme des valeurs de calcul de résistance à la flexion des poutres connectées au nœud considéré.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 39

ATTENTION, comme on peut le voir, il s’agit ici de comparer les moments résistants (fonction notamment de la
quantité d’armatures) et non les moments agissants.

4.6.2. Sécurité vis à vis des déformations [§ 4.4.3.2 EC8]

Nous avons vu au début de ce cours que l’Eurocode 8 introduit une exigence de limitation des dommages, ce qui
revient à vérifier les déplacements sous une action sismique plus faible que celle utilisée pour vérifier la structure
à l’état limite ultime.

Limitation des déplacements entre étages :


• Bâtiments ayant des éléments non structuraux fragiles liés à la structure : d r .  0,005h
• Bâtiments ayant des éléments non structuraux ductiles liés à la structure : d r .  0,0075h
• Bâtiments ayant des éléments non structuraux non liés à la structure : d r .  0,010h

Avec :
• dr : déplacement de calcul entre étages
• h : hauteur entre étages
• ν : coefficient de réduction pour prendre en compte une plus petite période de retour de
séisme. Ces valeurs sont données dans les annexes nationales. Par défaut nous
pouvons prendre le coef ν en fonction des catégories de bâtiments:

Catégorie Coefficient de
d’importance réduction ν
I 0,5
II 0,5
III 0,4
IV 0,4

Le coefficient  permet justement de vérifier les déplacements sous une action sismique plus faible que celle
utilisée pour la vérification de la capacité portante à l’ELU.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 40

4.6.3. Conditions de joint sismique [§ 4.4.2.7]

Deux bâtiments adjacents doivent être protégés contre l’entrechoquement par un joint sismique dont la largeur
doit être au moins supérieure à :
• Largeur > d a2 + d b2 si le bâtiment a et b appartiennent au même propriétaire
• Largeur > d a + d b si le bâtiment a et b n’appartiennent pas au même propriétaire

avec
• da et db : valeurs des déplacements horizontaux maximums des bâtiments a et b, ces déplacements
sont calculés selon les méthodes simplifiées ou modales.
• Dans le cas où les planchers des deux bâtiments adjacents sont situés au même niveau, les valeurs
limites peuvent être réduites de 0,7

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 41

4.7 . Quelques mots sur la maçonnerie


Quelques règles de base sont à respecter lorsque l’on construit une structure en maçonnerie porteuse dans une
zone sismique :
• Il faut bien faire la distinction entre maçonnerie porteuse chainée et maçonnerie de remplissage.
• En zone sismique, les blocs creux devront avoir une épaisseur de 20cm mini et au moins trois parois.
• La maçonnerie doit avoir une résistance mini de 120 bars :

• Les blocs pleins doivent avoir une épaisseur mini de 15cm.


• La surface des panneaux de maçonnerie porteuse inférieure à 20m².

Pour une bonne tenue au séisme, il faut prévoir des chainages, horizontaux et verticaux:
• A la liaison avec les planchers.
• Aux angles.
• Au droit des ouvertures

De plus, dans le cas d’une maçonnerie porteuse, la maçonnerie doit être mise en œuvre avant de couler le béton
armé des chainages, pour une bonne adhérence entre les deux parties.

2020-2021
CNAM BTP135 – Génie Parasismique 42

Dans le cas de la maçonnerie non porteuse, il est important de désolidariser le remplissage de la structure porteuse.
La mise en compression de la maçonnerie puis l’éclatement brutal de cette dernière va porter préjudice à la structure
porteuse.

2020-2021

Vous aimerez peut-être aussi