Vous êtes sur la page 1sur 2

SUJET DE POLITIQUE PUBLIQUE ET REGULATION DE L’ECONOMIE LP2 HETEC

Durée : 1h30 mn
Chargé du cours Dr Guillaume KOUASSI

I. L’ENTREPRISE ET L’INTERET GENERAL


On peut admettre que l'intérêt général est constitué de l'ensemble des conditions sociales qui
permettent et favorisent le développement de la personnalité de chacun.
La "concurrence tue la concurrence" : se développent progressivement de grands groupes
conduisant à des situations oligopolistiques, voire monopolistiques.
Arrivés à un certain niveau de développement, des marchés ne permettent plus l'entrée de nouveaux
arrivants (automobile, banque, …)
La mondialisation fait que la concurrence ne joue plus au sens où il conviendrait de la situer, du fait
des conditions différentes au niveau social notamment, selon les pays. Comment lutter contre des pays
qui font travailler des salariés (voire des enfants), pour presque rien ?
La concurrence pourrait aller dans le sens de l'intérêt général si : Des règles communes pouvaient
réellement s'appliquer.
Des mesures réelles de lutte contre les positions dominantes, de monopole, étaient mises en œuvre.
Des mesures de "sauvegarde" ou de transition étaient appliquées aux perdants.

Questions :
a- Expliquer en vos propres termes avec si possible exemples à l’appui ce que veut dire la
phrase : La "concurrence tue la concurrence"
b- Qu’est-ce que la mondialisation ? Comment peut-elle favoriser ou nuire à la concurrence ?
(exemples à l’appui si possible)

1
II. CROISSANCE ET INTERNATIONALISATION DE L’ENTREPRISE
Texte 1
La croissance interne ou croissance organique
La croissance interne, appelée également « croissance organique », est un phénomène endogène,
c’est-à-dire propre à l’entreprise. La firme utilise ses ressources pour augmenter ses capacités de
création de richesse de façon continue et sans rupture. On peut comparer ce mécanisme au
phénomène de croissance d’un organisme vivant (plante ou animal).
La croissance externe et la croissance conjointe
La croissance externe s’oppose à la croissance interne. C’est également une modalité qui conduit à
l’augmentation de la taille et du périmètre d’activité de l’entreprise. Elle se réalise par des prises de
participation ou des rachats d’entreprises.
La croissance conjointe est très particulière : plusieurs entreprises s’associent pour réaliser des
économies d’échelle sur un composant ou sur un stade du processus de production isolé. Dans les
deux cas, le mode de croissance concerne plusieurs entreprises.

CROISSANCE
Intérêts Limites
– Sauvegarde l’indépendance de l’entreprise. – Croissance lente qui limite les capacités de
– Évite les ruptures brutales et les l’entreprise : risque de retard et d’échec.
réorganisations. – Peut ne pas suffire au développement de
– Le coût de la croissance est réparti dans l’entreprise.
le temps. – Peut tenir une entreprise à l’écart du
– Modalité adaptée aux PME. développement de nouveaux produits réalisés
par ses concurrents.

CROISSANCE
Intérêts Limites
– Obtenir rapidement des ressources et des – Perte d’indépendance.
compétences nécessaires à l’entreprise. – Processus discontinu : réorganisation
– S’implanter rapidement sur un nouveau marché. complexe à mettre en œuvre.
– Éliminer un concurrent. – Coût de l’opération pour l’entreprise.
– Réduire ses coûts en bénéficiant d’économies – Peut être inaccessible pour des PME ou des
d’échelle. entreprises trop endettées.

Questions: A partir du document ci-dessus, répondre aux questions suivantes


1. Quels sont les modes de développement de l’entreprise ? Comparer-les
2. Comment l’entreprise choisit-elle son mode de croissance ? Et pourquoi ?

Vous aimerez peut-être aussi