Vous êtes sur la page 1sur 17

Entrepreneuriat et gestion de

projet
Introduction
Ce cours vise le développement d'attitudes et de comportements
entrepreneuriaux qui mèneront à l'implantation de solutions créatives au -
seindes organisations. Le cours présente la définition de
l'entrepreneuriat sous
différents aspects : du point de vue de la personne (trait, cognition,
créativité, prise de risques et vigilance), des comportements qu'il engendre
(détermination, évaluation et exploitation d'occasions) et des résultats
potentiels (création d'entreprise, lancement de produit, création de valeur).
L'étudiant aura la possibilité de se sensibiliser à l'importance de l'esprit
entrepreneurial dans les différentes sphères de la société : sociale, politique,
communautaire ou économique.
Plan de cours

Les grandes phases du processus entrepreneurial

– Phase 1 : recherche d’une idée ou d’une opportunité à exploiter


– Phase 2 : Conception et validation de besoin
– Phase 3 : Concrétisation de l’opportunité sous forme d’un projet cohérent.
– Phase 5 : choix de l’ensemble des moyens nécessaires
– Phase 6 : accomplissement des démarches et formalités administratives et
légales.
– Phase 7 : démarrage de l’activité.
I) La logique entrepreneuriale: un état d'esprit et
une démarche
1. L’entrepreneur:
Pour Richard Cantillon (1723), l'entrepreneur achète des produits et services à un prix
certain pour le revendre à un prix incertain sur le marché.

Pour Jean-Baptiste Say (1767-1832), « l'homme de l'innovation ».

Pour Cole (1959), définit quatre types d’entrepreneurs : l’innovateur, l’inventeur qui
calcule, le promoteur trop optimiste et le constructeur d’organisations.

Pour David McClelland (1961): l’entrepreneur est avant tout motivé par un besoin
débordant de réalisations, par « la nécessité de construire ».

Pour Peter Drucker dans son ouvrage « Les Entrepreneurs » (1985), insiste sur
l'innovation et l'esprit d'entreprise (entrepreneurship).

Pour Bird (1992) voit les entrepreneurs comme étant Mercuriels et imprévisibles,
sujets à des intuitions, des activités cérébrales intenses, et des déceptions. Ce pourquoi
ils sont ingénieux, plein de ressources, malins, opportunistes, créatifs, et sentimentaux.
2. Le terme entrepreneur recouvre différentes
significations

l'usage courant l'assimile à un chef d'entreprise, tantôt porteur d'un


projet d'entreprise en phase de démarrage, tantôt dirigeant d'une
entreprise davantage établie, à laquelle le plus souvent il s'identifie
étroitement et personnellement ;l'entrepreneur correspond également à
l'appellation donnée aux chefs d'entreprise du secteur du bâtiment ou
des travaux publics ;en droit, l'entrepreneur (ou maître d'œuvre) désigne
« la personne qui — dans un contrat d'entreprise — s'engage à effectuer
un travail en réponse à la demande d'un maitre d'ouvrage ».
3. Définition de l’entrepreneuriat

L’essence de l’entrepreneuriat correspond à la faculté d’identifier et de


faire fructifier une valeur marchande en faisant coïncider une innovation
et un besoin.

L’entrepreneuriat renvoie à la fois à un état d’esprit et à une dynamique


d’action. L’esprit entrepreneurial a pour qualités : la prise de risques,
l’esprit d’initiative, la force de conviction… Mais au-delà de ces
caractères qui traduisent plutôt un tempérament, l’entrepreneur se
distingue par sa capacité à appréhender le changement, à y repérer des
opportunités de développement et à faire advenir quelque chose de
nouveau.
4. Processus entrepreneurial
1. Les moteurs du processus entrepreneurial

– l’innovation doit répondre aux besoins du marché. Il peut s’agir :


d’un produit nouveau qui n’existait pas auparavant ou qui présente des
caractéristiques nouvelles le rendant nettement plus performant, plus attrayant
ou plus original aux yeux des clients ;
d’un service nouveau fondé sur un savoir-faire spécifique ;
d’un procédé nouveau reposant sur la mise en œuvre de méthodes de
production ou de distribution nouvelles.

– L’investissement correspond à l’engagement de diverses ressources : financières,


matérielles, connaissances, expérience, temps, qualités personnelles et
compétences propres à l’entrepreneur ;

– l’organisation implique la combinaison des ressources et des compétences pour


obtenir de la valeur ;
5. l'articulation entre logique etrepreneuriale et
logique managériale

1. Les composantes de la logique entrepreneuriale

La logique entrepreneuriale comprend quatre grandes composantes :


– l’exploitation d’une opportunité d’affaires ;
– l’organisation et la mobilisation de ressources ;
– la création de valeur et la pérennité de l’organisation ;
– l’innovation à l’origine de la création de valeur.

La logique entrepreneuriale articule logiquement ces quatre composantes :


– pour exploiter une opportunité d’affaires, il faut organiser et mobiliser des ressources ;
– pour que cette organisation dure, il faut créer de la valeur pour ceux qui la font vivre
(parties prenantes) ;
– pour créer de la valeur et garantir la pérennité de l’organisation, il faut innover ;
– pour innover, il faut rechercher et exploiter des opportunités d’affaires.
6. La logique entrepreneuriale dans les grandes
entreprises

A. POURQUOI UNE LOGIQUE ENTREPRENEURIALE DANS LES GRANDES


ENTREPRISES ?

Développer la compétitivité face à la concurrence mondiale

Pour maintenir leur compétitivité face à la concurrence et développer de nouvelles


stratégies, les grandes entreprises doivent faire preuve :

– d’une capacité de repérer de nouvelles opportunités ou des changements significatifs ;

– d’une capacité d’innovation permanente pour favoriser l’émergence de nouvelles «


combinaisons » ;

– d’une capacité de réaction instantanée par la flexibilité et l’adaptabilité de leurs


structures et de leurs compétences.
B. S’adapter rapidement et efficacement aux changements
environnementaux

D’autres facteurs poussent une grande entreprise à adopter une orientation


entrepreneuriale :

– l’exploitation de toutes les opportunités traditionnelles et la raréfaction des


opportunités de développement ;

– la rapidité des changements technologiques qui rend rapidement obsolètes certains


produits ou certaines activités ;

– le changement des styles de vie, des normes de consommation, du comportement des


consommateurs…qui rendent les besoins très versatiles ;

– le contexte politique dont les décisions affectent la concurrence à travers la


déréglementation, les exigences de sécurité et les nouvelles normes…
7. Les condition de réussite d'une logique
entrepreneuriale dans les grandes entreprises

– accorder la priorité à la recherche et à l’exploitation d’opportunités ;


– mettre en place une structure souple et flexible au service des opportunités et des
stratégies ;
– faire évoluer rapidement les stratégies de l’entreprise et de la direction en fonction
des opportunités ;
– décentraliser la prise de décision en faveur de ceux qui peuvent exploiter une
opportunité ;
– exiger des résultats par une transformation de l’opportunité en valeur ;
– répartir les ressources pour éliminer toute rétention d’information ;
– rendre les informations accessibles et faire émerger les opportunités ;
– encourager les personnes à mettre en commun leur savoir, leurs compétences, leurs
talents… ;
– permettre aux personnes qui le souhaitent de concrétiser un projet ;
– s’assurer que les personnes et les équipes reçoivent la formation et le soutien
nécessaires à leurs activités ;
– mettre en place une culture d’entreprise tournée vers l’innovation et la prise de
risques ;
– etc.
8.Quel est le profil d’un entrepreneur ?

Les qualités peuvent être définies de la façon suivante :

Une base de connaissances


Un nombre de compétences
Un ensemble de traits de caractère
Définition

Les connaissances: sont un ensemble ou une série d’informations


mémorisées, que l’on peut mobiliser à un moment opportun.

La compétence: c’est la capacité à mettre ses connaissances en


application.

Les traits de caractère: sont l’ensemble des qualités particulières ou


des caractéristiques qui composent la personnalité de chaque individu.
Les qualités nécessaires pour être entrepreneur

CONNAISSANCES

Entreprise

COMPETANCES
TRAITS DE
CARACTERE
A. Les connaissances

Dans le contexte entrepreneurial, les connaissances peuvent s’exprimer par un savoir ou une
familiarité avec des sujets tels que :

l’opportunité d’affaire
le marché
la clientèle
la concurrence
les processus de production
les questions techniques
la gestion d’entreprise.......

Cependant, il ne suffit pas d’avoir une connaissance des affaires ou de l’entreprenariat pour réussir
à lancer une entreprise et la faire fonctionner – de la même manière qu’un cours théorique ne
suffira pas pour savoir piloter un avion, conduire une voiture ou nager
B. Les compétences

Dans le contexte de l’entreprenariat, il faut distinguer entre les compétences de


nature technique et les compétences en gestion.
quelques exemples :

Compétences techniques Compétences en gestion


Ingénierie Marketing (y compris la vente)
•Informatique Gestion financière
•Menuiserie Organisation
•Mécanique Planification
•Restauration Leadership

Il est relativement facile d’acquérir ou de développer des connaissances et des


compétences. Cependant, les traits de caractère prennent du temps à s’affirmer et
il n’est pas toujours facile d’en changer ou d’en acquérir de nouveaux.
C. Les traits de caractère

Selon une étude réalisée par McBer & Cie et Management Systems
International. Un entrepreneur performant:

•Prend des initiatives • Voit les opportunités et les saisit


•Est persévérant •Recherche personnellement les informations
•Recherche la qualité •S’engage à remplir ses engagements
•S’attache à être efficace •Planifie systématiquement
•Trouve des solutions originales •Fait preuve de confiance en soi
•Prend des risques calculés •Sait s’affirmer
•Est persuasif •Sait jouer de son influence.

Il est très probable qu’une personne ne possédant pas ces qualités


entrepreneuriales rencontrera des difficultés pour obtenir des résultats
satisfaisants dans son entreprise.
Que se passerait-il si une personne n’avait que :

Les connaissances et les compétences


Une personne qui n’a que les connaissances et les compétences a peu de
chances de survivre longtemps comme entrepreneur, même si elle arrive à
démarrer son entreprise. Par exemple, sans les traits de caractère requis, elle
risque de ne pas être assez persévérante lorsqu’elle rencontrera des
obstacles....

Les connaissances et les traits de caractère sans compétences techniques,


cette personne peut se considérer comme trop dépendante des autres et, par
conséquent,probablement trop vulnérable.

Les compétences et les traits de caractère dans un environnement de


concurrence, le manque de connaissances ou d’expérience relatives à la
clientèle, par exemple, ou au marché (y compris ses tendances) peut conduire
à l’échec...

Vous aimerez peut-être aussi