Vous êtes sur la page 1sur 111

‫ﺔﻌﻣﺎﺠ ﺲﻧﻭﺗ ﺭﺎﻧﻣﻟﺍ‬

Université de Tunis El Manar

Département de Génie Civil

Projet de Fin d’Etudes

Présenté par

HAJER MANSOUR

Pour obtenir le
Diplôme National d’Ingénieur
en
Génie Civil

PROJET DE CONSTRUCTION D’UNE USINE POUR


CHAUDRONNERIE A SKHIRA- SFAX
(Rapport Principal)
Sujet proposé par : C.I.A.G. Concept

Date de Soutenance : 27 Juin 2011

Devant le Jury :

Président : Mr. KHEMAIES FERCHICHI

Rapporteur : Mme. MAHA AZZABI

Encadreur(s) ENIT : Mr. RACHED EL FATMI

Invité : Mr. HICHEM SMAOUI

Année universitaire: 2010 – 2011

B.P. 37 le Belvédère 1002 Tunis Tunisie ‫ تـىنـس‬2001‫ البلفـدار‬73 ‫ص ب‬


Tél. / Fax : 216 71 871 476 ‫ الفاكس‬/‫الهاتف‬ Email :département.G_Civil@ enit.rnu.tn : ‫البريد اإللكتروني‬
ENIT 2011 Dédicaces

DEDICACES

Je dédie ce travail

A mes parents pour leurs sacrifices et leurs soutiens en témoignage de

mon infinie reconnaissance et mon profond amour.

A mes sœurs pour leurs encouragements et leurs soutiens

A mes chers frères

A toute ma famille

A mes amis

Et tous ceux qui me sont chers.

HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Remerciement

REMERCIEMENT

Mes vifs remerciements vont particulièrement à Monsieur

KHEMAIES FERCHICHI, ingénieur principal structure, gérant du

bureau d’étude C.I.A.G.Concept, pour m’avoir accepté parmi son

équipe durant la période du projet, son aide, ses conseils et ses

propositions qui m’ont été très utiles.

J’exprime ma gratitude et ma reconnaissance envers mon

encadreur, monsieur RACHED EL FATMI pour l’aide précieuse

qu’il m’a prodiguée.

Je remercie également Mademoiselle Mariem Soumri, ingénieur

à C.I.A.G. Pour son soutien et son encouragement. Et toute

l’équipe du bureau d’étude C.I.A.G.concept.

Je tiens, finalement, à adresser un grand merci à tous ceux qui ont

contribué de prés ou de loin à l’élaboration de ce projet de fin d’études.

HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Sommaire

SOMMAIRE
Chapitre I. Présentation générale du projet ............................................................................ 3
I. Présentation du projet ...................................................................................................... 3
1. Description architecturale ........................................................................................ 3
2. Dimensions du bâtiment .......................................................................................... 3
II. Conception du projet ................................................................................................... 3
1. Démarche conceptuelle ............................................................................................ 3
2. Portiques .................................................................................................................. 4
3. Joint de dilatation : ................................................................................................... 6
4. Contreventements : .................................................................................................. 6
Chapitre II. Hypothèses et sollicitations du calcul ............................................................... 7
I. Hypothèses de calcul ....................................................................................................... 7
1. Règlements et normes de calcul ............................................................................... 7
2. Caractéristiques du matériau .................................................................................... 7
II. Charges et surcharges .................................................................................................. 8
1. Les charges permanentes ......................................................................................... 8
2. Surcharges d’exploitation ........................................................................................ 8
Chapitre III. Action du vent ................................................................................................ 10
I. Pression dynamique de base .......................................................................................... 10
II. Modification de la pression dynamique de base : coefficient C ................................ 10
1. Effet de la hauteur : ................................................................................................ 10
2. Effet de site : .......................................................................................................... 11
3. Effet de masque : ................................................................................................... 11
4. Effet de dimension : ............................................................................................... 11
5. La Classe de la construction .................................................................................. 11
6. Les actions statiques exercées par le vent .............................................................. 12
Chapitre IV. Conception et dimensionnement du chemin de roulement ............................. 20
I. Description du pont roulant ........................................................................................... 20
II. Dimensionnement du chemin de roulement .............................................................. 22
1. Définitions.............................................................................................................. 22
2. Classement de pont ................................................................................................ 23
III. Caractéristiques et efforts de la poutre de roulement ................................................ 24
1. Caractéristiques du pont roulant 5t ........................................................................ 24
2. Actions dues au pont roulant 5t ............................................................................. 24
3. Caractéristiques du pont roulant 10t ...................................................................... 27
C

HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Sommaire

4. Actions dues au pont roulant 10t ........................................................................... 27


IV. Etude de la poutre de roulement ................................................................................ 29
1. Pré dimensionnement ............................................................................................. 29
2. Vérifications ........................................................................................................... 32
2.1 Vérification de l’aptitude au service de la poutre de roulement ............................ 32
2.2 Vérification de la sécurité structurale .................................................................... 33
2.2.1 Calcul des efforts intérieurs ..................................................................................... 34
2.2.2. Calcul des contraintes............................................................................................. 38
2.2.3.1 Vérification de la résistance en section ................................................................ 39
2.2.3.2 Vérification de la stabilité .................................................................................... 40
2.2.3.3 Calcul de la fixation du rail .................................................................................. 41
2.2.3.4 Effets des forces concentrées ............................................................................... 43
2.2.3.5. Vérification au déversement de la poutre de roulement ................................. 46
2.3 Vérification de la sécurité à la fatigue ................................................................... 50
Chapitre V. Calcul de la structure métallique .................................................................... 55
I. Calcul des pannes .......................................................................................................... 55
1. Calcul des charges sur les pannes .......................................................................... 55
2. Calcul des sollicitations ......................................................................................... 55
3. Détermination de la section de la panne ................................................................ 57
4. Vérification de classe de la section ........................................................................ 57
5. Vérification de la résistance ................................................................................... 58
6. Vérification de la rigidité (à l'ELS) ........................................................................ 59
7. Vérification de la stabilité au voilement ................................................................ 59
8. Vérification de la stabilité au déversement ............................................................ 59
8.1 Vérification de la résistance ................................................................................... 61
8.2 Vérification de la rigidité (à l'ELS) ........................................................................ 62
8.3 Calcul des liernes ................................................................................................... 62
8.4 Récapitulatif des résultats ...................................................................................... 63
9. Calcul de l’échantignolle ....................................................................................... 63
II. Dimensionnement des portiques ................................................................................ 65
1. Dimensionnement de la traverse ............................................................................ 65
1.1 Calcul des sollicitations ......................................................................................... 65
1.2 . Vérification de la traverse .................................................................................... 66
1.2.1 Résistance de la section transversale ....................................................................... 66
1.2.2 Vérification du déversement .............................................................................. 67
1.2.3 Vérification de la flèche ......................................................................................... 68
1.2.4 Vérification du flambement ............................................................................... 68
D

HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Sommaire

2.3 Récapitulatif des résultats ...................................................................................... 73


2. Modélisation de la structure ................................................................................... 74
2.1 Mise en place des charges ...................................................................................... 75
3. Dimensionnement de poteau .................................................................................. 78
III. Calcul des assemblages ............................................................................................. 79
1. Assemblage Poteau IPE 500 - Traverse IPE 360 ................................................... 80
2. Calcul de l’assemblage traverse-traverse ............................................................... 87
3. Assemblage en pied de poteau ............................................................................... 90
IV. Contreventement ........................................................................................................ 96
1. Calcul des potelets de pignon ................................................................................ 96
2. Calcul des barres de contreventement .................................................................... 97
2.1. Calcul du contreventement .................................................................................... 97
2.2. Efforts du vent sur long pan ................................................................................. 100
CONCLUSION ...................................................................................................................... 101
Références bibliographiques .................................................................................................. 102

HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Liste des figures

LISTE DES FIGURES

Figure I.1.Vue en plan ................................................................................................................ 5


Figure I.2. Vue en élévation ....................................................................................................... 5
Figure III.1. Les dimensions d’une construction ...................................................................... 12
Figure III.2. Coefficients de pression extérieures des parois verticales quand le vent est
normal au pignon AB ............................................................................................................... 13
Figure III.3. Coefficients de pression extérieures de la toiture quand le vent est normal au
pignon AB ................................................................................................................................ 13
Figure III.4. Coefficients de pression extérieures des parois verticales quand le vent est
normal au long pan BC............................................................................................................. 14
Figure III.5. Coefficients de pression extérieures de la toiture quand le vent est normal au long
pan BC ...................................................................................................................................... 14
Figure III.6. Coefficients de dépressions intérieures quand le vent est normal au pignon AB 15
Figure III.7. Coefficients de surpressions intérieures quand le vent est normal au pignon AB15
Figure III.8. Coefficient de pression avec effet de surpression ................................................ 16
Figure III.9. Coefficient de pression avec effet de dépression ................................................. 16
Figure III.10. Coefficient de pression avec effet de surpression axe x .................................... 17
Figure III.11. Coefficient de pression avec effet de dépression axe y ..................................... 17
Figure IV.1.Schéma du pont roulant ........................................................................................ 21
Figure IV.2.Les repères d’orientation d’un pont roulant ......................................................... 22
Figure IV.3. La position la plus défavorable du pont 5t .......................................................... 26
Figure IV.4. Disposition des charges horizontales ................................................................... 26
Figure IV.5. Coefficient λ ........................................................................................................ 27
Figure IV.6.La position la plus défavorable du pont 10t ......................................................... 28
Figure IV.7.Disposition des charges horizontale donnant la réaction maximale ..................... 28
Figure IV.8.Disposition des charges verticale donnant la flèche maximale ............................ 30
Figure IV.9. Disposition des charges horizontale donnant la flèche maximale ....................... 31
Figure IV.10. Renforcement de la semelle supérieure ............................................................. 31
Figure IV.13. Position de l’axe neutre de la section composée (HEA400+rail+cornière)....... 32
Figure IV.14. Disposition des charges verticales donnant la flèche maximale ........................ 33
Figure IV.15. Disposition des charges horizontales donnant la flèche maximale ................... 33
Figure IV.16. Disposition des charges ..................................................................................... 34
Figure IV.17. Disposition des charges verticales avec coefficient ....................................... 35
Figure IV.18. Force transversale excentrée de e ...................................................................... 36
Figure IV.19: Le couple des forces transversales agissant sur les ailes de la section .............. 36
Figure IV.20: Disposition des charges horizontales pour semelle supérieure ......................... 37
Figure IV.21: Disposition des charges horizontales pour semelle inférieure .......................... 37
Figure IV.22: Les points de calcul des contraintes. ................................................................. 38
Figure IV.23: Points de vérification de la sécurité à la fatigue [3] .......................................... 52
Figure V.1. Modélisation d’une panne sur une traverse inclinée [2] ....................................... 56
Figure V.2. Schéma statique de la panne ................................................................................. 56
Figure V.3. Diagramme des moments fléchissant .................................................................... 56
Figure V.4. Diagramme des efforts tranchants......................................................................... 57
Figure V.5.Schéma statique de la panne avec lierne ................................................................ 61
Figure V.6.Diagramme des moments fléchissant avec lierne .................................................. 61
Figure V.7. Diagramme des efforts tranchants avec lierne ...................................................... 61
Figure V.8. Schéma indicatif de l’ensemble échantignolle-panne ........................................... 64

HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Liste des figures

Figure V.9.le moment du travers .............................................................................................. 65


Figure V.10. Paramètres de flambement pour traverses .......................................................... 71
Figure V.11.Paramètres de forme du moment uniforme .......................................................... 71
Figure V.12. Le moment My de la traverse ............................................................................. 72
Figure V.13. Vérification de la traverse avec CM66 ............................................................... 72
Figure V.14. Vérification de la traverse avec EC3................................................................... 73
Figure V.15. Dimensions de la section IPE 360 en mm. ......................................................... 74
Figure V.16. Modélisation 2D du portique sur « ROBOT » .................................................... 75
Figure V.17.Exemple de calcul du vent généré par « ROBOT » ............................................. 76
Figure V.18. Présentation des réactions des galets dans la position critique ........................... 76
Figure V.19. Exemple des charges nodales dues au pont roulant ............................................ 77
Figure V.20. Exemple des charges réparties dues aux éléments d’enveloppe ......................... 77
Figure V.21. Les Paramètres nécessaires pour poteau ............................................................. 78
Figure V.22. Les numéros des nœuds ...................................................................................... 79
Figure V.23. Positionnement des trous de boulons .................................................................. 81
Figure V.24. La disposition des boulons de l’assemblage poteau-traverse ............................. 82
Figure V.25. Zone tendue dans une section de poutre ............................................................. 83
Figure V.26. Les efforts sollicitant les boulons ....................................................................... 83
Figure V.27. Disposition des efforts dans les boulons ............................................................. 84
Figure V.28. Vue en 3D de l’assemblage poteau-traverse ....................................................... 87
Figure V.29. Disposition des boulons ...................................................................................... 87
Figure V.30. Vue de la disposition des traverses-poteau ......................................................... 88
Figure V.31. Vue 3D de l’assemblage poteau-traverse adopté ................................................ 90
Figure V.32. La disposition des boulons .................................................................................. 91
Figure V.33. Dimensions de la plaque d’assise ....................................................................... 91
Figure V.34. Contraintes en pied de poteau [10] ..................................................................... 94
Figure V.35. Disposition des boulons d’ancrage ..................................................................... 95
Figure V.36. Disposition des poteaux de pignon ..................................................................... 96
Figure V.37. Poutre au vent et répartition des efforts .............................................................. 98
Figure V.38. Répartition des efforts dans les contreventements verticaux .............................. 99

HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Liste des tableaux

LISTE DES TABLEAUX

Tableau III.1.Valeurs de la pression dynamique de base pour la région II .............................. 10


Tableau III.2. Coefficients de pression extérieure pour les parois verticales........................... 14
Tableau III.3. Coefficients de pression extérieure pour la toiture ............................................ 15
Tableau III.5. Coefficients de pression intérieure en cas de surpression et de dépression ...... 16
Tableau IV.1. Groupes de ponts roulants ................................................................................. 23
Tableau IV.2. Exemple de classement de ponts roulants ......................................................... 24
Tableau IV.3. Caractéristiques géométriques de la section HEA400Erreur ! Signet non
défini.
Tableau IV.4. Caractéristiques géométriques de la section composée rail+HEA400 .... Erreur !
Signet non défini.
Tableau IV.5. Caractéristiques géométriques de la section composée rail+HEA400+cornière
.................................................................................................................................................. 32
Tableau IV.6: Actions et efforts intérieurs ............................................................................... 38
Tableau IV.7: Tableau récapitulatif des contraintes ................................................................. 39
Tableau IV.8: Caractéristiques géométriques HEA400+ rail 55x55........................................ 42
Tableau IV.9: Paramètres de déversement de la poutre de roulement HEA400 ...................... 46
Tableau IV.10: Les résistances à la fatigue .............................................................................. 53
Tableau IV.11: Vérification de la résistance à la fatigue ......................................................... 53
Tableau V.1. Tableau 1 récapitulatif (composante de charges) ............................................... 56
Tableau V.2. Caractéristiques géométriques IPE 120 ............................................................. 57
Tableau V.3. Paramètres de déversement d’une panne ............................................................ 60
Tableau V.4. Caractéristiques géométriques du profilé IPE120 .............................................. 63
Tableau V.5. Caractéristiques d’un IPE330 ............................................................................. 66
Tableau V.6. Paramètres de déversement d’une traverse ......................................................... 67
Tableau V.7. Caractéristiques géométriques d’un IPE360 ...................................................... 74
Tableau V.8.Les caractéristiques géométriques du poteau et de la traverse ............................ 80
Tableau V.9.Caractéristiques des boulons d’ancrage ............................................................... 80
Tableau V.10. Distance entre rangée de boulons i et le centre de résistance de la zone
comprimée ................................................................................................................................ 84

H
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Introduction

INTRODUCTION GENERALE

Ce projet de fin d’étude (PFE) s’intéresse à l’étude d'un bâtiment industriel de plus de
4000m² couverts en construction métallique et comportant 4 ponts roulants capables de
soulever et déplacer des charges importantes de 10 t maximum.

Ce projet a été proposé par le bureau d’études C.I.A.G Concept dirigé par Khemaies.
Ferchichi. Il consiste à concevoir et dimensionner un bâtiment métallique destiné à abriter
une usine de chaudronnerie fondée dans la zone industrielle de la Skhira dans le gouvernorat
de Sfax. Cette usine, qui sera construite au profit de la société « MEDCO », offre 4286 m²
couverts et comprend : un atelier de chaudronnerie, un atelier de tuyauterie, un atelier
d’inox, ainsi qu’un magasin de stockage.
Le bâtiment est projeté en un seul nerf divisé en deux compartiments dans le sens longitudinal
avec des dimensions très importantes à savoir une longueur 100 mètres, une largeur de 40
mètres et une hauteur de 15 mètres.

Pour ce projet, qui est en cours d’étude et auquel participe l’accomplissement de ce


PFE, les documents sont le plan architectural et les résultats d’une campagne géotechnique.

Les particularités du projet :


- Au niveau de la conception, la longueur est très importante ce qui nécessite des
joints de dilatations et une attention particulière au contreventement.
- Le bâtiment est divisé en deux compartiments parallèles comportant chacun deux
ponts roulants ; il est à noter que ces ponts roulants partagent une même poutre
centrale de roulement. Le dimensionnement des poutres de roulement est fait à
l’aide de deux méthodes de calcul : la recommandation CTICM et la norme SIA.

Ce projet a été conduit en monôme et réalisé au sein du BE C.I.A.G Concept. Le travail


a permis de s’acquitter de la conception et dimensionnement du bâtiment avec une attention
particulière au calcul des ponts roulants. Cette étude a bénéficié du recours au logiciel Robot.

Le présent rapport (principal) est accompagné d’un document annexe contenant les
notes de calculs et comporte cinq chapitres :

1
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Introduction

 le premier chapitre est une présentation du cadre général du projet et de sa


conception structurale ;
 le deuxième présente les hypothèses et les sollicitations de calcul ;
 la troisième traite de l’action du vent ;
 le quatrième est consacré aux des ponts roulants : conception, dimensionnement
et vérification du chemin de roulement;
 Le cinquième chapitre porte sur le dimensionnement et la vérification de
l’ossature principale ainsi que le calcul des assemblages des éléments de la
structure.

2
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre1 : Présentation générale

Chapitre I. Présentation générale du projet

I. Présentation du projet

1. Description architecturale
Ce projet a été proposé par le bureau d’études C.I.A.G Concept, bureau d’études tunisien
ayant comme activités l'étude et la conception de constructions métalliques, le calcul en béton
armé, la réalisation d’expertises et le pilotage des chantiers. Il consiste à concevoir et
dimensionner une usine de chaudronnerie fondée à la zone industrielle de la Skhira dans le
gouvernorat de SFAX.
Cette usine sera construite au profit de la société « MEDCO », elle s’étend sur une superficie
de .
Le bâtiment est projeté en un seul nerf divisé en deux compartiments dans le sens
longitudinal, il est muni d’un lanterneau de désenfumage. Il est équipé de deux ponts roulants
au niveau de chaque compartiment de capacités 5t et 10t.
L’usine comprend un atelier de chaudronnerie, atelier de tuyauterie et un atelier d’inox, ainsi
un magasin de stockage.

2. Dimensions du bâtiment
Le bâtiment à étudier s’étale sur une surface de 4286 m² ayant les dimensions suivantes :
- Une hauteur maximale de 15 mètres.
- une longueur du long pan de 97.15 mètres et celle du pignon est de 40 mètres.
- Une hauteur des poteaux 10.27 de mètres.
Les plans architecturaux sont fournis dans l’annexe n°1.

II. Conception du projet

1. Démarche conceptuelle
La conception structurale est la phase initiale de l’étude d’une ossature de bâtiment. Elle est
considérée comme étant la phase la plus importante, puisque le dimensionnement des
éléments porteurs et des fondations, les estimations des coûts et des délais d’exécution
dépendent fortement de ses résultats.

3
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre1 : Présentation générale

Les choix structuraux ont été guidés par le souci de répondre aux exigences du maitre de
l’ouvrage la société MEDCO qui sont matérialisés par :
 les plans architecturaux,
 Le cahier des charges,
 L’optimisation du coût du bâtiment industriel.
Le choix d’une conception est basé sur:
 La faisabilité de la conception retenue.
 L’impacte sur le cout du projet.
Le dimensionnement doit aboutir à une solution :
 Économique,
 capable de résister aux efforts maximaux,
 capable de se déplacer dans les limites admissibles

2. Portiques
Au niveau de la conception des portiques, j’ai opté pour des portiques avec des traverses
brisées dont la pente est de 15%. Cette dernière présente l’avantage de ne pas avoir de
stagnation d’eau sur la toiture. En outre, avec un effet de voûte et une pente plus importante,
une partie des forces verticales est transmise par compression dans les traverses. Ainsi les
moments de flexion et les flèches sont plus faibles qu’avec des traverses rectilignes.
Le système porteur principal du bâtiment sera constitué de dix-sept portiques espacés de 6m.
Les chemins de roulement des ponts roulant sont posés directement sur des corbeaux
supportés eux-mêmes par les poteaux. (Voir figure I.2)

Figure I.1. Vue d’ensemble de la structure

4
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre1 : Présentation générale

Figure I.2.Vue en plan

Figure I.3. Vue en élévation

L= 40 m
H= 14.73m
F= 4.46m
La pente est de 15 %, α =8°.53
5
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre1 : Présentation générale

3. Joint de dilatation :
La longueur maximale d’un bâtiment ou d’une halle sans joint dépend des façades et des
cloisons intérieures ; elle situe entre 40 et 60 mètres.

4. Contreventements :
Comme son nom indiqué, le contreventement doit résister aux effets du vent ainsi qu’à toute
autre charge horizontale. Cependant, il a également d’autres rôles à jouer, qui sont souvent
tout aussi importants. Il y a trois fonctions principales du contreventement :
 Assurer la stabilité statique de la structure,
 Limiter les déformations,
 Assurer la stabilité de forme
Pour des bâtiments de faible longueur, il suffit de placer un système de contreventement juste
au niveau des portiques de rives. Pour des bâtiments de grande longueur, qui disposent de
joints de dilatation, les contreventements sont posés au niveau des portiques de rives et au
niveau des joints à mi-longueur du bâtiment.

6
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre II : hypothèses et sollicitations du calcul

Chapitre II. Hypothèses et sollicitations du calcul

I. Hypothèses de calcul

1. Règlements et normes de calcul


Les calculs de justification seront menés conformément aux prescriptions des documents
suivants:
 Les règles de NV65 modifiées 95. « Règles définissants les effets de la neige et
du vent sur les constructions ».
 Les règles CM66. « Calcul et justification des structures métalliques »
 Règles de l’Eurocode 1 « Bases de calcul et actions sur les structures ».
 Règles de l’Eurocode 3 « Calcul et justification des structures métalliques ».
 La recommandation CTICM « centre technique industriel de la construction
métallique ».
 La norme SIA «société suisse des ingénieurs et des architectes »

2. Caractéristiques du matériau
Les matériaux utilisés pour la construction du bâtiment industriel objet de notre étude sont
l’acier pour la charpente et le béton pour la fondation.

2.1. Caractéristiques de l’acier


 Nuance : S235.
 Limite d’élasticité : fy = 235 MPa.
 Résistance ultime à la traction : fu = 360 MPa.
 Module d’élasticité : E = 2,1.105 MPa.
 Densité : = 7850 kg/m3. 
 Module d’élasticité transversale : G = 0,81 105 MPa
 Coefficient de poisson :  = 0,3.
 Contrainte limite élastique de cisaillement pur :  = 152 MPa.
-6
 Coefficient de dilatation thermique :  = 12.10 °C -1 (pour T < 100°C).

7
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre II : hypothèses et sollicitations du calcul

2.2. Caractéristiques du béton


Les caractéristiques du béton sont :
 Résistance à la compression à 28 jours :

 Résistance à la traction :
 Poids volumique du béton armé :

 Contrainte ultime du béton en compression :

2.3. Caractéristiques de l’acier dans le béton


Les aciers dans le béton sont :
 Des aciers de haute adhérence (HA) ayant une limite d’élasticité
et une résistance de calcul .

 Des aciers ronds lisses de limite d’élasticité de 235MPa.

II. Charges et surcharges

Les charges agissantes sur la charpente dépendent des données générales suivantes :
 la constitution de la charpente: les charges permanentes
 la localisation de la charpente: les surcharges climatiques (dans notre cas les
surcharges du vent)
 l’usage de la charpente: les surcharges d’exploitation

Les charges à considérer dans les calculs sont de deux types :

1. Les charges permanentes


Elles résultent du poids des matériaux utilisés.

2. Surcharges d’exploitation
Les charges d’exploitation sont relatives à celle d’accumulation de la poussière sur la toiture,
surcharges climatiques et surcharges mobiles des ponts roulants.
2.1 SURCHARGES CLIMATIQUES
Dans le domaine des constructions métalliques, les charges climatiques (vent, neige, et
température) sont importantes et considérées comme des charges prépondérantes pour le
dimensionnement des éléments porteurs de l’ossature métallique.

8
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre II : hypothèses et sollicitations du calcul

 Surcharge du vent : La détermination de l’action du vent est réalisée par


l’application des règlements du NV65, elle sera traitée dans le chapitre suivant.
 Action de la température : Vu la nature de matériau utilisé (acier), les effets de
la température ne peuvent pas être négligés. Pour en tenir compte, nous avons
considéré dans le calcul numérique un gradient de température .

2.2 SURCHARGES MOBILES DU PONT ROULANT

Ces charges peuvent présenter des effets néfastes sur la stabilité locale ou globale de la
structure lorsqu’elles sont mal estimées, pour cela, il faut appliquer les règlements en vigueur.

9
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

Chapitre III. Action du vent

La détermination de l’action du vent est réalisée par l’application des règlements du NV65[2].
D’après la règle III-1,11 ; la direction moyenne du vent est supposée horizontale.
L’action du vent sur une face est donnée par l’expression suivante : P = qh × Ks × Km × δ × Cp

I. Pression dynamique de base

La pression dynamique de base est définie dans la règle III-1,23, comme étant celle qui
s’exerce à une hauteur de 10m au dessus du sol, pour un site normal, sans effet de masque sur
un élément dont la plus grande dimension est égale à 0,5m.
Les valeurs de la pression dynamique normale et extrême varient selon les régions données
par la carte du vent. La zone de Skhira se trouve au gouvernorat de SFAX qui assimilée à la
région II, donc, les valeurs de pression dynamique de base sont celles données par le tableau
suivant:
Pression dynamique de base normale (daN/m2) 70
Pression dynamique de base extrême (daN/m2) 122,5
Tableau III.1.Valeurs de la pression dynamique de base pour la région II

II. Modification de la pression dynamique de base : coefficient C

La pression du vent dépend de plusieurs paramètres :

1. Effet de la hauteur :
La variation de la vitesse du vent avec la hauteur h dépend de plusieurs facteurs : le site, la
vitesse maximale du vent et le freinage dû au sol.
Soit « qh » la pression dynamique agissant à la hauteur h au-dessus du sol exprimée en mètres,
q10 la pression dynamique de base à 10 m de hauteur.
Pour h compris entre 0 et 500 m, le rapport entre qh et q10 est défini par la formule :

Pour notre cas, H , ce qui nous donne un rapport de :

10
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

2. Effet de site :
A l’intérieur d’une région à laquelle correspondent des valeurs déterminées des pressions
dynamiques de base, il convient de tenir compte de la nature du site d’implantation de la
construction. Les valeurs des pressions dynamiques de base normales et extrême définies ci-
dessus doivent être multipliées par un coefficient de site « ks ». Dans un site exposé dans la
région ІI, le coefficient de site est de ks = 1,3.

3. Effet de masque :
Il y a effet de masque lorsqu'une construction est masquée partiellement ou totalement par
d'autres constructions ayant une grande probabilité de durée. Une réduction d’environ 25% de
la pression dynamique de base peut être appliquée dans le cas où on peut compter sur un effet
d'abri résultant de la présence d'autres constructions.
L’environnement de la structure ne contient pas d’obstacles qui peuvent masquer notre
bâtiment, ainsi km = 1.

4. Effet de dimension :
Le vent est irrégulier, surtout au voisinage du sol, et ne souffle pas avec la même vigueur
simultanément en tout point d’une même surface ; la pression moyenne diminue donc quand
la surface frappée augmente. On en tient compte en multipliant la pression dynamique par un
coefficient réducteur (δ) fonction de la plus grande dimension, horizontale ou verticale, de la
surface offerte au vent afférente à l’élément considéré dans le calcul.
Les dimensions horizontales ou verticales de la surface offerte au vent afférente à l’élément
considéré dans le calcul sont 97.15m et 15 m.
Pour la grande dimension 97.15 m, on tire : δ = 0,7 (voir annexe n° 3).
La totalité des réductions autorisées par les règles : effet de masque et effet de dimension ne
doivent en aucun cas, dépasser 33 %. (NV.65, article 1,245)[2]

5. La Classe de la construction
On est dans le cas d’une construction :
 Prismatique à base rectangulaire.
 Qui repose sur le sol.
 À perméabilité <5% (construction fermée).

11
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

6. Les actions statiques exercées par le vent


Le coefficient de pression est :
Ces coefficients dépendent d’un coefficient dont la valeur est donnée par le diagramme de
(voir annexe 3) en fonction du rapport de dimensions λ [2]. Le rapport de dimensions λ, pour
une direction donnée de vent, est le rapport de la hauteur h de la construction à la dimension
horizontale de la face frappée.

Avec a est la longueur de la face long-pan.

Avec b est la longueur de la face pignon.

Soient : Sa : la face long-pan.


Sb : la face pignon.
f Sa
h
Sb
a

b
Figure III.1. Les dimensions d’une construction

On passe alors à la détermination du coefficient « γ0 » qui va nous servira par la suite
pour les calculs des coefficients de pressions.
Vent normal au pignon « γ0b » :
λb = 0,37 < 1 on calcule « γ0b » par le quadrant inférieur droit en fonction de λa.
Ainsi, λa = 0,15 γ0b = 0,85
Vent normal au long pan « γ0a » :
λa = 0,15< 0,5 on calcule « γ0a » par le quadrant inférieur gauche en fonction de λb.
Ainsi, λb = 0,37 γ0a = 0,92
On obtient alors :

12
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

a. Coefficients de pressions extérieures Ce


Le coefficient de pression extérieure est déterminé pour les parois verticales et les toitures.

VENT NORMAL AU PIGNON :

Pour les parois verticales :


Paroi « BC » au vent : Ce = +0,8  γ0b
Parois « AB », « CD » et « AD » sous le vent : Ce = -(1,3.γ0b - 0,8) = -0,305.

Figure III.2. Coefficients de pression extérieures des parois verticales quand le vent est
normal au pignon AB

Pour la toiture :
Pour le projet, on est dans le cas de toiture à versants plans dont la dimension f indiquée sur la
figure III.3 est inférieure à la moitié de la hauteur h de la construction. Alors, les coefficients
de pression Ce sont déterminés par le diagramme (voir annexe) « toitures à un ou plusieurs
versants plans. Coefficient Ce » en fonction de l’angle d’inclinaison α du versant considéré
par rapport à la direction du vent et du coefficient déjà déterminé .

On a : (α =0 et γ0b = 0,85) Ce = - 0,28 (voir figure III.3)

Figure III.3. Coefficients de pression extérieures de la toiture quand le vent est normal au
pignon AB

13
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

VENT NORMAL AU LONG PAN : (VOIR FIGURE )

Pour les parois verticales :


Paroi « BC » au vent : Ce = +0,8 γ0a
Parois « CD », « AD » et « AB » sous le vent : Ce = -(1,3.γ0a - 0,8) = -0,396.

é
Figure III.4. Coefficients de pression extérieures des parois verticales quand le vent est
normal au long pan BC

Pour la toiture :
On a : « α =8°,53 » et « γ0a = 0,92 », alors le coefficient extérieur pour :
Versants « EF » placés au vent: Ce = -0,4 (voir figure (quadrant droit) annexe 3)).
Versants « FG » placés sous le vent : Ce = -0,3 (voir figure (quadrant gauche) annexe 3)).

Figure III.5. Coefficients de pression extérieures de la toiture quand le vent est normal au long
pan BC

Le tableau suivant illustre les valeurs des coefficients de pression pour les parois verticales et
la toiture pour notre cas :
Ce
Direction du vent
Face au vent Face sous vent
Vent normal à Sa 0,92
Vent normal à Sb 0,85
Tableau III.2. Coefficients de pression extérieure pour les parois verticales

14
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

(vent à S a) (vent à Sb)


Toiture au vent
Toiture sous vent
Tableau III.3. Coefficients de pression extérieure pour la toiture

b. Coefficient de pression intérieure Ci


Notre construction étant fermée, les coefficients de pression intérieure sont donnés par :
En cas de surpression.
En cas de dépression

Vent normal à la paroi pignon « AB » :


Sur chacune des parois intérieures on applique :
Une dépression : Ci = -0,6 (1,3. γ0b -0,8) = -0,2.

Figure III.6. Coefficients de dépressions intérieures quand le vent est normal au pignon AB

Une surpression : Ci = +0,6.(1,8-1,3.γ0b) = +0,417 (voir figure III.7)

Figure III.7. Coefficients de surpressions intérieures quand le vent est normal au pignon AB

Le tableau III.5, suivant donne les valeurs de coefficients de pression intérieure


respectivement en surpression et en dépression.

15
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

Direction (en surpression) (en dépression)


Vent normal à Sa 0,92 +0,362
Vent normal à Sb 0,85 +0,417
Tableau III.4. Coefficients de pression intérieure en cas de surpression et de dépression

c. Calcul du coefficient de pression Cp


Pour le calcul du coefficient de pression Cp (actions résultantes Cr) on va considérer deux cas
différents car le bâtiment est symétrique :
Suivant axe (x) :
Une surpression :

Figure III.8. Coefficient de pression avec effet de surpression

Une dépression :

Figure III.9. Coefficient de pression avec effet de dépression

16
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

Suivant axe (y) :


Une surpression :

Figure III.10. Coefficient de pression avec effet de surpression axe x

Une dépression :

Figure III.11. Coefficient de pression avec effet de dépression axe y

17
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

 Résumé des caractéristiques du vent

Pression de base (q10) :


Pression dynamique de base normale à 10 m.
f (région) région1 : 50 daN/m².
région2 : 70 daN/m².
région3 : 90 daN/m².
Sfax : région2 q10= 70 daN/m².

L’effet de site (Ks) :


f(site)
pour la région 2 : site protégé : 0.80
site normal : 1.00
site exposé : 1.30

L’effet de dimension : δ
f(la plus grande dimension de la surface offerte au vent )
Diagramme fig. R-III-2

H= 15 m et δ= 0.7

qcorrigée = q10×Ks×δ
qcorrigée = 70×1.30×0.7

= 63.7 daN/m²

L’effet de hauteur KH :

KH= 1.1

qH = qcorrigée ×KH
qH = 63.7 × 1.1

= 70.07 daN/m²

q = qH × C × d

18
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre III : Action du vent

 Actions du vent
Une résumée des actions du vent sur le bâtiment est donnée par les figures (voir annexe II) :

 Conclusion
Un calcul numérique des actions du vent a été mené par le logiciel ROBOT.
On conclu que le calcul manuel par logiciel sont identique à 2 % prés.

19
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Chapitre IV. Conception et dimensionnement du chemin de


roulement

Introduction
Un pont roulant est un dispositif destiné au levage et au déplacement des charges qu’on
trouve fréquemment dans les bâtiments industriels. Il est constitué d’une ou plusieurs poutres
sur lesquelles se déplace un chariot de transfert équipé d’un treuil pour le levage de la charge.
Il circule à l’aide de galets sur une voie de roulement constituée de deux poutres de roulement
équipées d’un rail spécial, disposées parallèlement de part et d’autre de la surface à balayer
sur des corbeaux soudées directement sur les poteaux de portiques.
Un pont roulant est généralement caractérisé par :
 Sa charge nominale de levage .
 Sa portée s.
 Sa vitesse de levage, de direction et de translation.
En règle générale, le dimensionnement et le calcul du pont roulant, du chariot de transfert, et
du système de levage, sont établis par le constructeur du pont roulant. Par contre, l’étude et le
dimensionnement du système porteur du pont roulant est du ressort de l’ingénieur concepteur.
Dans ce chapitre, on va s’intéresser à la détermination des actions dues au pont roulant, ainsi
qu’au dimensionnement et à la vérification du système porteur du pont roulant et on va aussi
traiter les effets de la fatigue à prendre en compte.
En absence de normes et des textes clairs qui donnent des règles d’application et de calcul des
chemins de roulement, on va se référer dans nos calculs à la recommandation CTICM et on
comparer avec la norme SIA. Une comparaison entre ces deux normes sera menée.

I. Description du pont roulant

Le pont roulant est un appareil de levage qui se déplace selon le chemin de roulement. Ce
dernier est composé de deux alignements parallèles dits « poutres de chemin de roulement »
(ou bien encore : poutres de roulement). Il est constitué de deux sommiers équipés de galets
réunis par deux poutres transversales sur lesquelles roule un chariot équipé d’un treuil
soulevant la charge. Le mouvement longitudinal effectué par le pont est dit de « translation ».
Quant au mouvement transversal du chariot, il est dit de « direction ». La largeur du pont
dépend de celle du hall industriel dans lequel il est installé.
20
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

On distingue deux types de ponts : les mono-poutres qui sont susceptibles d’élever de faibles
charges et ceux qui sont à bi-poutres pour les charges importantes. Sur le chemin de
roulement repose un chariot équipé d'un ou deux treuils permettant d'enrouler le câble de
levage. Au bout du câble, est monté soit directement soit sur une poulie, le crochet de levage.
Les ponts DEMAG sont conçus selon le principe modulaire. Le pont comprend les modules
principaux suivants:
 Pont :
 Poutre de pont
 Ensembles de translation (sommiers)
 Moteurs
 Réducteur
 Chariot :
 Accessoires de préhension
 Mécanisme de levage
 Chariots
 Moteurs
 Réducteur
 Matériel électrique :
 Alimentation en énergie
 Appareils de réglage
 Appareils de commande
 Boîte à boutons
 Commande à partir du sol

A titre d’exemple, la figure ci-dessous décrit et illustre les différents éléments du pont roulant
utilisé dans ce projet :

Figure IV.1.Schéma du pont roulant

Le pont roulant se déplace selon les directions longitudinales et transversales par rapport au
chemin de roulement. Ces directions sont expliquées au niveau de la figure suivante :
21
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Figure IV.2.Les repères d’orientation d’un pont roulant

II. Dimensionnement du chemin de roulement

En règle générale, le dimensionnement et le calcul du pont roulant, du chariot de transfert, et


du système de levage, sont établis par le constructeur du pont roulant. Par contre, l’étude et le
dimensionnement du système porteur du pont roulant est du ressort de l’ingénieur concepteur.
Dans ce chapitre, on va s’intéresser à la détermination des actions dues au pont roulant, ainsi
qu’au dimensionnement et à la vérification du système porteur du pont roulant et on va aussi
traiter les effets de la fatigue à prendre en compte.
La structure du chemin de roulement est une structure spécifique qui n’est pas géré
généralement par les règles et norme de calcul des constructions métalliques, mais pas des
règles et textes spécifiques tels que la recommandation CTICM (centre technique industriel
de la construction métallique).

1. Définitions
1.1. CHEMIN DE ROULEMENT
Le chemin de roulement est constitué par la voie de roulement et les files de poutre de
roulement.
1.2. VOIE DE ROULEMENT
La voie de roulement est un ensemble de deux pièces (profil ou rail) placées parallèlement
l'une par rapport à l'autre, à une distance égale à la portée P du pont roulant, ces pièces servent
d'appuis et de guide aux galets de roulement du pont roulant
1.3. POUTRES DE ROULEMENT
22
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Les poutres de roulement servent de support à la voie de roulement pour transmettre les
efforts développés par le pont sur l'ossature principale. Chaque poutre de roulement repose sur
des appuis. La distance entre deux appuis successifs définit la portée (travée T) de cette
poutre.

2. Classement de pont
Les actions exercées par un pont roulant sur ses chemins de roulement dépendent non
seulement des caractéristiques du pont roulant, mais encore de ses conditions d’utilisation de
son état de charge. C’est-à-dire du groupe auquel appartient le pont roulant.
Conformément aux règles pour le calcul des appareils de levage de la Fédération Européenne
de la Manutention (édition juin 1962). Les ponts roulants sont répartis en 4 groupes.
Pour déterminer le groupe auquel appartient un pont roulant, On prendra pour base les étapes
suivantes.
2.1. CONDITION D ’UTILISATION
Les conditions caractérisent la durée effective de fonctionnement en cours de service.
 Utilisation occasionnelle non régulière suivie de périodes de repos.
 Utilisation régulière en service intermittent
 Utilisation régulière en service intensif

2.2. ETATS DE CHARGE


Ces états de charge précisent dans quelle mesure le pont est utilisé à sa charge nominale ou à
des charges réduites.
 Soulèvement exceptionnel de la charge nominale et manutention courante de
faibles charges.
 Soulèvement de charges variant de zéro à la charge nominale.
 Soulèvement régulière de charges voisines de la charge nominale.
2.3. GROUPES DE PONTS ROULANTS
Ces groupes sont définis comme suit, en fonction des conditions d’utilisation et des états de
charges.
I A-1 A-2 B-1 C-1
II A-3 B-2 C-2
III B-3 C-3
IV
Tableau IV.1. Groupes de ponts roulants
23
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Définition du pont Condition Etats de groupe


d’utilisation charge
Ponts les plus couramment
utilisés :
Pont roulant de centrale. A 1 I
Pont de montage et démontage A 1 ou 2 I
pour salle de machines.
Pont de magasin B ou C 2 II ou III
Pont d’atelier, à crochet B 2 II
Pont à benne (étanche ou à griffe) B ou C 3 III ou IV
Pont à électro-aimant B ou C 3 III ou IV
Pont de coulée ordinaire B ou C 3 III ou IV
Pont à bec ou télescopique Suivant II-III ou IV
utilisation
Tableau IV.2. Exemple de classement de ponts roulants

Pour le projet, on choisir groupe III et état de charge C-3.

III. Caractéristiques et efforts de la poutre de roulement

1. Caractéristiques du pont roulant 5t


Le système de levage est composé de deux ponts roulants de type bipoutre destinés à balayer
le bâtiment longitudinalement.
Chacun des ponts présente les caractéristiques suivantes :
Pont de charge nominale 5 t :
 La portée s du pont roulant est admise égale à 19m.
 La charge nominale du pont roulant est égale à : .
 L’empattement du chariot est égale à : .

2. Actions dues au pont roulant 5t


Le pont roulant induit au cours de son mouvement dans la poutre de roulement :
 Des efforts verticaux transmis par les galets.
 Des forces horizontales à la voie de roulement.
 Des efforts horizontaux agissants dans le sens de la voie de roulement.

24
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

L’étude d’une poutre de roulement requiert la connaissance de ces efforts qui peuvent être
fournis directement par le fournisseur des ponts roulants ou obtenus à partir des tableaux de
pré-dimensionnement.
Pour notre exemple, nous avons utilisé un catalogue de fournisseur du pont roulant ZKKE qui
donne les valeurs maximales et minimales de ces efforts en fonction de l’empattement entre
galets ainsi que la portée s du pont en considérant le chariot dans sa position la plus
défavorable (la plus proche du chemin de roulement) et qu’il soulève sa charge maximale. En
adoptant un pont roulant bipoutre standard de portée s=19m, on a obtenu, à partir du
catalogue, les charges suivantes :

2.1.Charges verticales
 Charge maximale par galet :
:
 Charge minimale par galet :
:
Ces charges sont à multiplier par un coefficient de majoration dynamique Ф pour tenir compte
des effets dynamiques dus au mouvement du pont roulant. Selon les recommandations
CTICM les valeurs pratiques du coefficient à considérer pour le calcul de chemins de
roulement et de leurs supports sont fonction du groupe auquel appartient le pont roulant
considéré.
Pour chemin de roulement et pour supports du chemin.
Selon la norme SIA le coefficient est donné par la formule suivante:

Avec : ξ : coefficient de levage pris égale à 0,15 pour les ponts standards.
: Somme des valeurs caractéristiques des charges verticales maximales des galets.

D’où :

2.2.Charges horizontales
Ces forces sont transmises à la poutre de roulement par les galets du pont roulant. Elles
peuvent avoir pour causes :
 Le freinage du chariot.
 Le levage de la charge.
25
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

 Les irrégularités de la voie de roulement.


 La marche en crabe du pont roulant.
La valeur de ces efforts est admise, selon le fournisseur, et égale à une fraction des charges
verticales maximales , après réalisation de plusieurs cas on trouve la position la plus
défavorable qui donne les charges horizontales maximales (voir annexe).

Figure IV.3. La position la plus défavorable du pont 5t

-14.93 4,73

Figure IV.4. Disposition des charges horizontales

C’est la réaction horizontale pour le pont de charge nominale 5 tonnes.

C’est la réaction verticale pour le pont de charge nominale 5 tonnes.

Suivant SIA :

26
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

λ: est un coefficient déterminé en fonction du rapport comme le montre la figure ci-

dessous.

Figure IV.5. Coefficient λ

On a : 7.6 ce qui correspond à

On obtient alors :
Cette force agit au niveau supérieur du rail.

2.3. Forces longitudinales


Se sont les forces qui sollicitent la poutre de roulement selon son axe longitudinal dues à
l’accélération ou au freinage du pont roulant, Elles sont prises égales à une fraction des
réactions verticales non majorées. Cette fraction est la même pour les normes S.I.A que pour
les recommandations CTICM.

3. Caractéristiques du pont roulant 10t


Pont de charge nominale 10 t :
 La portée s du pont roulant est admise égale à 19m.
 La charge nominale du pont roulant est égale à : .
 L’empattement du chariot est égale à : .

4. Actions dues au pont roulant 10t

4.1.Charges verticales
 Charge maximale par galet :
:
 Charge minimale par galet :
:

27
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Selon la norme CTICM :


Pour chemin de roulement et pour supports du chemin.
Selon la norme SIA:

Avec : ξ : coefficient de levage pris égale à 0,15 pour les ponts standards.

D’où :

4.2. Charges horizontales


Selon le fournisseur (voir annexe) :

Figure IV.6.La position la plus défavorable du pont 10t

8,16
27,06

Figure IV.7.Disposition des charges horizontale donnant la réaction maximale

C’est la réaction horizontale pour le pont de charge nominale 10 tonnes.


28
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

C’est la réaction verticale pour le pont de charge nominale 10 tonnes.

Ces forces agissent au niveau supérieur du rail.


Suivant SIA :

On a : 7.6 ce qui correspond à

On obtient alors :

4.3.Forces longitudinales

IV. Etude de la poutre de roulement

La poutre de roulement est une poutre conçue pour reprendre les charges roulantes transmises
par les galets du pont roulant par l’intermédiaire d’un rail.
En général, le dimensionnement et la vérification de la poutre de roulement exige quelques
recommandations :
Il convient d’une manière générale d’effectuer un calcul en élasticité.
Le modèle de calcul de la poutre de roulement est une poutre isostatique pour éviter
l’inversion des moments et donc l’inversion répétée des contraintes dans les soudures.
Il convient aussi d’utiliser de l’acier S235 ou S275 car les critères les plus déterminants pour
les poutres de roulement tels que le voilement et la flèche ne profitent pas de l’augmentation
de la limite d’élasticité.
En considérant que le rail est fixé d’une manière rigide à la poutre de roulement à l’aide de
cordons de soudure, on peut tenir compte de sa participation à la résistance tout en réduisant
son épaisseur de 10mm pour tenir compte de l’usure.
Pour l’étude de notre projet, on considère des poutres isostatiques de portée L=6m.

1. Pré dimensionnement
La condition de flèche est généralement la plus déterminante dans le choix de la section de la
poutre de roulement. On peut distinguer deux types de vérification de flèche à l’état limite de
service :
29
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

 La flèche verticale.
 La flèche horizontale.
Notre pont est du groupe III, d’où la limitation en flèche est donnée par :

Avec W est la flèche maximale pour le cas d’une poutre isostatique donnée par le logiciel
RDM6 qui donne les valeurs maximale de flèche et de contrainte.
Ces limitations en flèches ont pour but d’assurer le bon fonctionnement du pont roulant en
contrôlant la rigidité de la voie.

1.1. Flèches verticales


La flèche verticale de la poutre de roulement est calculée sous l’effet des charges verticales
dues au pont roulant sans coefficient de majoration dynamique.

Figure IV.8.Disposition des charges verticale donnant la flèche maximale

Par recours à l’option optimisation dans le logiciel RDM6 sous la contrainte de flèche limite,
on a opté pour le choix suivant : HEA400 avec

1.2. Flèches horizontales


Nous admettons que seule l’aile supérieure participe à la résistance à la flexion horizontale
due à la force transversale . La flèche horizontale a été vérifiée en optant pour la
disposition des charges horizontales donnée par la figure ci-dessous.

30
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Figure IV.9. Disposition des charges horizontale donnant la flèche maximale

La limitation de la flèche horizontale n’a été vérifiée qu’avec un profilé très grand qui est le
HEA650 avec . Pour optimiser le choix, nous avons choisi de travailler avec
la section du profilé qui a vérifié la limitation de la flèche verticale tout en optant pour un
renfort au niveau de la semelle supérieure de la poutre de roulement par deux cornières. Pour
cela on a utilisé le logiciel « robot » (section définition) qui nous a permis de trouver la
section renforcée cherchée pour notre cas dont les caractéristiques géométriques sont données
ci-dessous :

Z
-60 0. -50 0. -40 0. -30 0. -20 0. -10 0. 0 0. 10 0. 20 0. 30 0. 40 0. 50 0. 60 0.
Y
0 0.
0 0.

z
-10 .0
-10 .0

y
-20 .0
-20 .0

-30 .0
-30 .0

-60 0. -50 0. -40 0. -30 0. -20 0. -10 0. 0 0. 10 0. 20 0. 30 0. 40 0. 50 0. 60 0.

Figure IV.10. Renforcement de la semelle supérieure

Avec Iy= 50318.01 cm4, Iz= 11898.17 cm4 et cornière de 70-70-7

31
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

1.3. Récapitulatif
Pour la suite des vérifications, on va adopter une section de type HEA400, rail et deux
cornières laminée ayant les caractéristiques géométriques présentées par la figure et le
tableau suivants :

-70 0. -60 0. -50 0. -40 0. -30 0. -20 0. -10 0.


Z
0 0. 10 0. 20 0. 30 0. 40 0. 50 0. 60 0. 70 0.

00
.
00
.

-10 .0
-10 .0

-20 .0
-20 .0

-30 .0
-30 .0

-70 0. -60 0. -50 0. -40 0. -30 0. -20 0. -10 0. 0 0. 10 0. 20 0. 30 0. 40 0. 50 0. 60 0. 70 0.

Figure IV.11. Position de l’axe neutre de la section composée (HEA400+rail+cornière)

La position du centre de gravité de la section composée est donnée par :

Tableau IV.3. Caractéristiques géométriques de la section composée rail+HEA400+cornière

2. Vérifications

2.1 Vérification de l’aptitude au service de la poutre de roulement

Les valeurs de flèches sous l’action des charges roulantes sont lues directement à partir du
logiciel « ROBOT » suivant la disposition des charges présentée auparavant.
 Verticalement :
La flèche maximale est donnée par L’effet des charges verticales du pont roulant:

32
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Figure IV.12. Disposition des charges verticales donnant la flèche maximale

L’effet du poids propre de la poutre de roulement :

Avec :
La flèche verticale finale est :

 Horizontalement

Figure IV.13. Disposition des charges horizontales donnant la flèche maximale

2.2 Vérification de la sécurité structurale


La vérification de la sécurité structurale de la poutre de roulement consiste à contrôler :
Les contraintes dans la poutre de roulement.
Les effets des forces concentrées introduites par les galets du pont roulant.
33
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Les attaches du rail de roulement.


Le déversement de la poutre de roulement.
Avant d’entamer ces vérifications, il nous faut déterminer les différentes sollicitations
auxquelles est soumise la poutre de roulement.

2.2.1 Calcul des efforts intérieurs


Les efforts intérieurs dans la poutre de roulement découlent des charges suivantes :
Le poids propre de la poutre :
Les actions verticales et horizontales dues au pont roulant déjà exposées.
 Efforts intérieurs dus au poids propre
Le poids propre de la poutre de roulement est déterminé à partir du catalogue :

Le poids propre du rail (55X55) est :


Le poids à considérer dans les calculs est :
Le moment maximal en travée :

L’effort tranchant maximal :

 Efforts maximaux dus aux charges verticales :


Pour déterminer les sollicitations maximales dues aux actions du pont roulant, il faut
déterminer la disposition la plus défavorable des galets sur la poutre. Pour ce faire, on a eu
recours au théorème de ligne d’influence dont l’énoncé est le suivant :
Enoncé du théorème de ligne d’influence :

Figure IV.14. Disposition des charges

34
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Dérivé de :

La valeur maximale du moment au droit d’une charge P est obtenue.

Figure IV.15. Disposition des charges verticales avec coefficient

Moment maximal :
L’effort tranchant maximal :
 Efforts maximaux dus aux charges transversales :
Les forces transversales sont appliquées au sommet du rail avec une excentricité e.

35
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Figure IV.16. Force transversale excentrée de e

Cette excentricité crée un couple de forces agissant en opposition dans chaque aile.

Figure IV.17: Le couple des forces transversales agissant sur les ailes de la section

Pour QkT = 8.16 KN

Pour QkT = 27.06 KN

36
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Pour QkT = 14.93 KN

Les efforts intérieurs maximaux induits par ces charges horizontales sont obtenus en optant
pour la même disposition des charges que les charges verticales

Figure IV.18: Disposition des charges horizontales pour semelle supérieure

Moment maximal :
L’effort tranchant maximal :

Figure IV.19: Disposition des charges horizontales pour semelle inférieure

Moment maximal :
L’effort tranchant maximal :
 Efforts dus aux forces longitudinales :
Les efforts intérieurs dans la poutre de roulement qui peuvent résulter de la force horizontale
longitudinale sont :
37
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Un effort normal dont la valeur est égale à :


Un moment de flexion provenant de l’excentricité de cette force par rapport à l’axe de la
poutre.
L’excentricité est donnée par :
Le moment est :

Tableau récapitulatif des efforts intérieurs


Actions N (kN)
- -
- -
- -
- -
-
Tableau IV.4: Actions et efforts intérieurs

2.2.2. Calcul des contraintes


Le calcul des contraintes se fait en élasticité suivant la formule suivante :

Il s’effectue en un nombre défini de points où les contraintes peuvent être maximales. Ces
points sont représentés par les chiffres de 0 à 2 comme l’indique la figure ci-dessous.

Figure IV.20: Les points de calcul des contraintes.

38
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Les valeurs des contraintes calculées sont résumées dans le tableau


Action

Tableau IV.5: Tableau récapitulatif des contraintes

Les signes des contraintes sont mis en considérant l’axe des z orienté vers le bas.
Pour chaque point 0 à 2, on détermine la valeur de calcul de la contrainte en considérant les
valeurs positives ou négatives des forces. La valeur de calcul de la contrainte est obtenue en
considérant les deux cas de charges suivantes :
Cas de charge 1 :

Cas de charge 2 :

Avec : sont des facteurs de charge.


La valeur maximale de la contrainte qu’on peut avoir est obtenue au niveau du point 1 en
considérant le premier cas de charge où on a :

2.2.3. Vérification

2.2.3.1 Vérification de la résistance en section


Elle consiste à vérifier que la valeur de calcul de la contrainte ne dépasse en aucun point de
chaque section une contrainte limite définie par la valeur limite d’élasticité, on doit alors
avoir :

Avec est un coefficient de pondération pris égale à 1,05.


Pour notre cas de poutre, nous avons :

39
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

La résistance est vérifiée.

2.2.3.2 Vérification de la stabilité


En plus de la flexion, la poutre de roulement est sollicitée par un moment de torsion provoqué
par l’excentrement des actions horizontales transversales par rapport au centre de torsion de la
section transversale de la poutre.
La norme SIA ramène la vérification de ce type de sollicitation à une vérification de la
stabilité de l’aile supérieure soumise à un moment de flexion et un effort normal.

 Caractéristiques de l’aile supérieure


On admet que la surface de l’âme participante est égale à :

La surface de l’aile supérieure est donc :

Le moment d’inertie selon z est :

Le rayon de giration vaut:

 Efforts intérieurs
L’effort normal dans l’aile supérieure est la résultante des contraintes de compression dues
aux moments de flexion sous les charges , , et .
Les résultantes de ces efforts normaux sont :

Le moment de flexion du à l’excentricité de la force vaut :


Le calcul des efforts normaux résultants se fait selon les deux cas de charges suivants :

40
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Cas de charge 1 :

Cas de charge 2 :

 Vérification
La vérification de la stabilité de la voie de roulement consiste à vérifier l’aile supérieure sous
l’action de la flexion composée suivant la formule suivante :

Avec :

zG =163.4mm : est l’ordonnée du centre de gravité de l’aile supérieure.


On obtient alors pour le cas de charges 1 :

Et pour le cas de charge 2 :

On constate que la vérification de flambement de la poutre de roulement n’est pas satisfaite.

2.2.3.3 Calcul de la fixation du rail


Les fixations du rail sur la poutre de roulement doivent résister à un effort du à l’effort
tranchant agissant à cet endroit.

Avec :

: est le moment d’inertie de la section de la poutre y compris le rail neuf.

: représente l’ordonnée du centre de gravité de l’ensemble (section +rail).

41
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

: est le moment d’inertie propre à chacun de la section et le rail.


Les calculs sont explicités dans le tableau suivant.

élément z(mm)
HEA 400 0 15900 0
Rail 55.55 222.5 3025 673062,5
somme 18925 673062,5
Tableau IV.6: Caractéristiques géométriques HEA400+ rail 55x55

On obtient alors :

: Le moment statique du rail :

L’effort est donc égal à :

 Vérification :
La vérification des cordons d’angle du rail selon la norme SIA263, peut être exprimée de la
façon suivante en tenant compte que l’effort sollicitant est repris par les deux cordons :
Pour une section de gorge :

Pour une section de contact :

Avec :
a: épaisseur du cordon.
Smin: valeur minimale de la surface de contact.
: Coefficient de pondération égal à 1,25.

42
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Généralement pour les éléments en acier S235, la vérification de la section de contact est la
plus déterminante.
Soit un cordon de a= 6mm ;
On obtient alors :

2.2.3.4 Effets des forces concentrées


Les forces concentrées transmises à la poutre de roulement à travers les galets et les appuis
(corbeaux), induisent des effets locaux qui doivent être vérifiés indépendamment de la flexion
de la poutre. La vérification consiste à contrôler :
Les contraintes locales dans l’âme pour éviter toute plastification lors du passage du galet.
Le voilement local de l’âme.
i) Charges introduites par les galets
 Contraintes locales :
- Force concentrée :

- Résistance :

Avec :

I : est le moment d’inertie de la section composée par la semelle supérieure, le rail et les deux
cornières selon son axe de flexion.

- Vérification :

 Voilement local :
- Force concentrée :

43
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

- Résistance :

Avec :

D’où :

- Vérification :
OK

ii) Charges introduites par les appuis


Soit un profilé d’IPE500 pour le corbeau.
 Contraintes locales :
- Réaction d’appui maximale :

: est la réaction maximale au niveau des appuis qu’induisent les charges verticales
.
- Résistance :
Soit ss : la largeur de la charge qui correspond à une diffusion de la charge à travers l’aile du
corbeau.
44
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

La longueur de diffusion de la charge au niveau de la transition aile-âme de la poutre de


roulement :

Valeur de calcul de la résistance :

- Vérification :

 Voilement local :
- Réaction d’appui :

- Résistance :

Avec :

Le moment sur appui est nul.

D’où :

- Vérification :
683,27 KN OK
45
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

2.2.3.5. Vérification au déversement de la poutre de roulement


Le déversement est une instabilité de forme. L’origine de ce phénomène est une compression
trop importante dans l’une des semelles d’une poutre en flexion. Cette instabilité correspond à
un mode propre de déplacement par flexion latérale et par torsion. La rotation de torsion est
favorisée par les actions respectivement divergente de la membrure comprimée, et stabilisante
de la membrure tendue.
Comme pour les autres phénomènes d’instabilité (flambement, voilement local), on doit
éliminer tout risque de déversement dans une structure soumise aux charges pondérées les
plus défavorables.
La poutre de roulement est soumise à une flexion bi-axiale et un effort normal. La
vérification vis-à-vis au déversement va être faite selon les règles de l’Eurocode 3.
Tout d’abord, il faut commencer par calculer le moment critique de déversement à partir de la
formule ci-dessous

Pour une poutre simplement appuyée soumise à deux charges concentrées.

Tableau IV.7: Paramètres de déversement de la poutre de roulement HEA400

46
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Pour un profilé avec 1,2 et , le flambement selon l’axe z se fait

selon la courbe de flambement b ce qui donne un coefficient d’imperfection .


D’où :

On obtient alors :

2.2.3.6.Vérification du Flambement de la section de l’ensemble (HEA 400 + rail)

Ainsi, pour procéder à la vérification de ce mode d’instabilité, On commencera par introduire


tout d'abord les caractéristiques géométriques de la section HEA 400 et du rail:

Calcul des modules de flexion élastique de l’ensemble de la semelle et des deux cornières par
rapport à leur centre de gravité:

Détermination des caractéristiques de flambement :

47
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Il y a donc risque de flambement.

Calcul du facteur d'imperfection:

On calcul d'abord le coefficient ϕ :

Calcul du facteur de réduction χ :

2.2.3.7 Vérification de la section transversale en élasticité vis-à-vis de la flexion composée


avec risque de déversement et de flambement
Rappel des sollicitations:

Le profilé adopté doit satisfaire les deux inéquations suivantes :

Avec :

48
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Ainsi on calcule les différents coefficients liés à la première inéquation :

: Facteur de moment uniforme équivalent provoqué par les charges


concentrées.

1.14

 Vérification au niveau de la fibre supérieure de la section :

 Vérification au niveau de la fibre inférieure de la section :

Ensuite, on calcule les différents coefficients liés à la deuxième inéquation :

49
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

 Vérification au niveau de la fibre supérieure de la section :

 Vérification au niveau de la fibre inférieure de la section :

 La poutre de roulement est vérifiée.

2.3 Vérification de la sécurité à la fatigue


2.3.1 Vérification selon la norme SIA
Les structures supports d’appareils de levage sollicitées dynamiquement par des charges dont
l’intensité est variable dans le temps de façon répétée peuvent être soumises à un phénomène
dit de fatigue. Ensemble de microfissures qui apparaissent en des endroits critiques où il y a
des soudures et des concentrations de contraintes puis se propagent pour finir par la
détérioration et la ruine de l’ouvrage.
Les poutres de roulement doivent être dimensionnées vis-à-vis de ce phénomène afin de
garantir que, avec un niveau acceptable de probabilité, leur comportement reste satisfaisant
pendant leur durée de vie de calcul.
La vérification de la sécurité à la fatigue consiste à montrer que la différence de contraintes
équivalente équivalentes ne dépasse pas la résistance à la fatigue de la catégorie de
détails correspondante divisée par le facteur :

Avec :
: Différence de contraintes équivalente, correspondant à 2.106 cycles de contraintes.
: Résistance à la fatigue pour la catégorie de détails définie à 2.106 cycles de contraintes.
: Facteur de résistance pour la vérification de la sécurité à la fatigue.

50
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

La différence de contrainte équivalente est la différence de contraintes obtenue avec la


charge de fatigue définie dans la norme SIA 160 multipliée par le facteur de correction

: Facteur de correction correspondant à 2.106 cycles de contraintes.


: Différence de contraintes.
: Charge de fatigue selon la norme SIA 160.
La différence de contraintes est obtenue à partir des contraintes extrêmes et
calculées sous l’effet de la charge de fatigue placée dans les positions les plus
défavorables.

Le facteur de résistance pour la vérification de la sécurité à la fatigue vaut généralement

S’il n’apparaît que de contraintes de compression sous l’effet du poids propre de la structure
porteuse, des actions permanentes et de la charge de fatigue, le facteur de résistance peut être
admis égal à
La vérification de la sécurité à la fatigue va être faite au niveau des points particuliers
supposés critiques suivants :
Point 1 : Joint transversal du rail.
Point 2 : Cordon de soudure continue entre le rail et l’aile supérieure.
Point 3 : Soudure de l’appui transversal sur l’aile supérieure.
Point 4 : la semelle inférieure du profilé.
Point 5 : l’âme du profilé laminé.
La figure ci-dessous montre la localisation de ces différents points.

51
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

Figure IV.21: Points de vérification de la sécurité à la fatigue [3]

 Différence de contraintes :
La différence de contrainte est calculée avec la formule suivante :

Avec :

On a :

z : est l’ordonnée du point considéré.


Pour le point 5, le calcul de se fait par la formule suivante :

Avec :

I : est le moment d’inertie de la section composée par la semelle supérieure et le rail selon son
axe de flexion.

On obtient alors :

52
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

 Résistance à la fatigue :
Chacun des points critiques où on désire vérifier la fatigue est caractérisée par une résistance à
la fatigue. Les valeurs de résistances définies par la norme SIA263 sont résumées dans le
tableau suivant :

Point 1 71
Point 2 125
Point 3 112
Point 4 160
Point 5 125
Tableau IV.8: Les résistances à la fatigue

 Vérification :
La vérification de la sécurité à la fatigue des différents détails de construction est résumée
dans le tableau suivant.

Car on a : Ponts roulants régulièrement chargés au voisinage de la charge nominale.

: Utilisation régulière en service intensif assuré à plus d’un poste.

Détail de vérification
construction
Point1 221 97,8 64,54 71 Ok
Point2 176 77,9 51,41 125 Ok
Point3 176 77,9 51,41 112 Ok
Point4 214 94,7 62,50 160 Ok
Point5 - 34,98 23,08 125 Ok
Tableau IV.9: Vérification de la résistance à la fatigue

2.3.2 Vérification selon la recommandation CTICM


La répétition d’un effort engendre la fatigue dans l’élément qui le supporte.
Par suit, les éléments d’un chemin de roulement sont soumis à la fatigue par le passage répété
des galets de translation du pont roulant.
Pratiquement, la fatigue se traduit par une rupture à un niveau de contrainte inférieur à celui
de la contrainte de rupture du métal de base.

53
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre IV : conception et dimensionnement du chemin de roulement

La classe de ponts roulants :


La définition des groupes de ponts roulants n’est pas suffisante pour permettre un choix
satisfaisant des contraintes admissibles à la fatigue applicable aux chemins de roulement. Il
est en effet nécessaire de tenir compte pour la durée de service envisagée d’un chemin de
roulement, non seulement du nombre de passages n du pont roulant, ou de ses galets, mais
encore de son spectre de charge, caractérisé par le rapport p de sa charge moyenne courante à
sa charge nominale prise pour base des calculs.
Estimation du nombre n
Le nombre de passage du pont roulant pendant 25 ans égale 2. 106
Evaluation du rapport p
Le rapport p est donné suivant les conditions d’utilisation et de l’état de charge du pont
roulant pour notre cas la charge levée est toujours la charge nominale c'est-à-dire p=1
Détermination de la classe du pont roulant
Avec un tableau on trouve N° de la classe en fonction de n et p d’où N° = 6
Valeurs des contraintes admissibles à la fatigue
Pour les contraintes normales et pour la contrainte équivalente on prendra la valeur de
correspondant à (contraintes répétées) soit en traction, soit en compression, suivant
le sens de l’effort. Au droit d’un galet, dans la membrure supérieure comprimée de la poutre
de roulement et sont des compressions.
Avec un tableau donne les contraintes admissibles à la fatigue pour l’acier E24
correspondant aux assemblages types soudés les plus courants, et en fonction de la classe du
pont roulant et des valeurs de les plus usuelles.
Donc on trouve
Et on a

54
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Chapitre V. Calcul de la structure métallique

I. Calcul des pannes


Introduction
Elles vont être modélisées par des poutres isostatiques de portée 6m.
 Ecartement des pannes le long d’un versant : a= 2 mètres
Pour une inclinaison α = 15 % = 8.53°,

1. Calcul des charges sur les pannes


Evaluation des charges
Les charges permanentes
 G : Poids propre de la panne et de la couverture : G =0,19 kN/m²
Les charges variables
 Charges de poussière : Qpoussière = 0,20 kN/m²;
 Charge du vent de soulèvement : W = -0,6 kN/m²
Combinaison de charge (ELU)
 1,35 G + 1,5 Q cos(α)
 G + 1,5 W
La combinaison la plus défavorable est la 1ère combinaison (voir annexe)
Combinaison de charge (ELS)
 G + Q cos(α)
 G+ W
La combinaison la plus défavorable est la 1ère combinaison (voir annexe)

2. Calcul des sollicitations


Compte tenu de la pente des versants, donnés par la pente des traverses de portiques, les
pannes sont posées inclinées d’un angle α et, de ce fait, fonctionnent en flexion déviée.
Il conviendra donc de calculer, lors du dimensionnement d’un profil de panne, deux moments
de flexion distincts, selon les deux plans principaux d’inertie du profil.

55
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.1. Modélisation d’une panne sur une traverse inclinée [2]

ELU (kN/ml) ELS (kN/ml)


Projection Qz Qy Qz Qy
1.36 0.21 0.96 0.14
Tableau V.1. Tableau 1 récapitulatif (composante de charges)

Le schéma statique de la panne est le suivant :

Figure V.2. Schéma statique de la panne

Moment fléchissant

Figure V.3. Diagramme des moments fléchissant

56
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

My, max  6.12kN.m


Mz, max  0.95kN.m
Effort tranchant

Figure V.4. Diagramme des efforts tranchants

Vz, max  4.08kN


Vy, max  0.63kN

3. Détermination de la section de la panne


On suppose que les pannes ont des sections de classe 1 ou 2.
fy
Il faut vérifier que : My, max ≤ Mpl,y avec: Mpl,y = Wpl,y 
M 0

M y ,max   M 0
D’où Wpl , y   26.04 cm 3
fy

D'après le tableau des poutrelles IPE, on adopte : Wpl,y = 26.04 cm3 donc IPE 100
On cherche Iy pour vérifier et justifier le choix de la panne

5  pser , z  l 3
Iy   257.14cm 3
384  E 1/ 200

5  pser , y  l 3
Iz   37.5cm 3
384  E 1/ 200
D'après le tableau des poutrelles IPE, on adopte : Iy = 317.8 cm3 ON adopte IPE 120
h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) r(mm) A(cm²) hi(mm) d(mm)
120 64 4.4 6.3 7 13.2 107.4 93.4
Iy(cm4) Wel,y(cm3) Wpl,y(cm3) iy(cm) Iz(cm4) Wel,z(cm3) Wpl,z(cm3) iz(cm)
317.8 52.96 60.73 4.9 27.67 8.65 13.58 1.45
Tableau V.2. Caractéristiques géométriques IPE 120

4. Vérification de classe de la section


 Vérification au niveau de l’âme
57
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

d/tw = 21.22 < 72

 Vérification de la semelle
c/tf = 9.46 < 10
La section et de classe I

5. Vérification de la résistance
 Moment fléchissant
W pl, y  f y
Mpl,y = = 14.27 kN.m > My, max
M 0

W pl, z  f y
Mpl,z = = 3.19 kN.m > Mz, max
M 0

2
 My   Mz 
    1
On doit vérifier que  M ply   M plz 
Avec : (sections en I) et (pas d’effort normal).
2
 My   Mz 
     0,48  1
 M pl, y   M pl, z 

Condition vérifiée
 Effort tranchant
Av  f y
Il faut vérifier que : Vplrd  Vsd avec Vplrd =
M  3
0

Effort tranchant parallèle à l’âme :


Av  1.04  h  t w  5.49cm 2

235
 V pl.rd , z  5.49 10 1   74.48kN  V pl,rd  4.08kN
3
Effort tranchant parallèle à la semelle :

Av  2.b.t f  t w  r t w  8.56cm 2  V pl.rd , y  8.56 10 1 


235
 116.14kN  V pl,rd  0.63kN
3

Condition vérifié
Interaction effort tranchant / moment fléchissant
Il faut vérifier que : Vz ,max  0.5  V pl,rd , z  37.24kN

58
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Vy ,max  0.5 V pl,rd , y  58.07kN


Pas d’effet de V sur M.
La résistance de la poutre est vérifiée.

6. Vérification de la rigidité (à l'ELS)


La rigidité de la section est déjà vérifié car on a s’appuie sur cette dernière dans le
dimensionnement de la section au lieu de continuer le calcul de la section et de tomber dans le
piège de recalculer la section en cas de non vérification de la rigidité.

7. Vérification de la stabilité au voilement


D’après le tableau donnant les caractéristiques géométriques des profilés laminées
d
normalisés et pour tous profils, on a bien :  69 ce qui implique que la stabilité au
t w
voilement est vérifiée (classe I)

8. Vérification de la stabilité au déversement


On suppose que la couverture (panneaux sandwich) soit choisie afin de tenir latéralement la
semelle comprimée supérieure d’où la stabilité de la panne au déversement n’est pas a vérifiée
au niveau de cette semelle. Ainsi, on passe seulement à la vérification de la semelle inférieure
au déversement vue le vent du soulèvement.
Semelle supérieure
La panne est considérée maintenue latéralement par la couverture si :
Avec :
t : épaisseur de la tôle :
broof : portée de la panne :
s : espacement des pannes : s =2000mm
hw : hauteur de la tôle.
On obtient alors :

Smin dépend des dimensions des pannes citées dans le tableau.


On aura donc :
: La couverture est capable de maintenir la panne.
 Semelle inférieure :
L’élancement réduit de la panne vis-à-vis du déversement est donné par :
59
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Avec : Mcr est le moment critique de déversement donné par la formule suivante :

Il est fonction des caractéristiques géométriques du profilé ainsi que des conditions de
chargement et d’encastrement. Les paramètres de déversement sont présentés dans le tableau
suivant.

Tableau V.3. Paramètres de déversement d’une panne

D’où :
Il y a un risque de déversement, il faut alors déterminer le coefficient de
réduction pour le déversement .Ce dernier est égale à :
Pour les profilés laminés.
D’où :
Donc
Finalement, il faut vérifier que :

Avec : est déterminé selon la combinaison du vent de soulèvement.

 Les pannes ne sont pas stables vis-à-vis du déversement.


 La résistance au déversement n’est pas vérifiée

60
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

La solution proposée et d’ajouter des liernes.

Figure V.5.Schéma statique de la panne avec lierne

 Moment fléchissant

Figure V.6.Diagramme des moments fléchissant avec lierne

2
l
Qy   
Qz  l 2  2   0,24kN.m
My, max   6.12kN.m Mz, max 
8 8
 Effort tranchant

Figure V.7. Diagramme des efforts tranchants avec lierne

Vz, max  4.08kN


Vy, max  0,39kN

8.1 Vérification de la résistance


 Moment fléchissant

61
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

2
 My   Mz 
     0,08  1 Condition Vérifiée
 M pl, y   M pl, z 

 Effort tranchant
Av  f y
Il faut vérifier que : Vplrd  Vsd avec Vplrd =
M  3
0

 Effort tranchant parallèle à l’âme :


 V pl.rd , z  112.88kN  V pl,rd  4.08kN

 Effort tranchant parallèle à la semelle :


 V pl.rd , y  174,07kN  V pl,rd  0,39kN Vérifiée

 Interaction effort tranchant / moment fléchissant


Il faut vérifier que : Vz ,max  0.5  V pl,rd , z  56,44kN

V y ,max  0.5  V pl,rd , y  87,03kN  Pas d’effet de V sur M.

 La résistance de la poutre est vérifiée.

8.2 Vérification de la rigidité (à l'ELS)


Panne isostatique avec lierne
l
f z ,max  0,09mm  2  15mm : La panne est vérifiée par rapport à l’axe (zz’)
200
l
f y ,max  7.15mm  2  15mm : La panne est vérifiée par rapport à l’axe (yy’)
200
Donc la rigidité de la panne en IPE 120 sur deux appuis avec liernes est vérifiée.

8.3 Calcul des liernes


Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Ils sont généralement formés de
barres rondes ou de petites cornières.
Compte tenue de la faible inertie transversale des pannes, et dès lorsque la pente des versants
atteint 8 à 12%, l’effet de la charge Qy devient préjudiciable et conduit à des sections de
pannes importantes, donc onéreuses.
 Calcul de l’effort maximal revenant aux liernes
h= Hu = 0.21 kN/ml
L=6m
62
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

T4 = 1.25 x h x L/2 + T3 = 2.75 kN


On n’a pas besoin de calculer T5 car T4 est le tronçon le plus sollicité.

- Dimensionnement des liernes


Le tronçon le plus sollicité est L4.

; ;

On adopte Φ12 (HA12) on pratique on utilise des cornières normal

8.4 Récapitulatif des résultats


Le profilé IPE120 a vérifié tous les critères de résistance, de rigidité, et de stabilité, donc ce
choix sera adopté pour toutes les pannes. Les caractéristiques géométriques de la section
adoptée sont données par le tableau suivant.
A (cm2) 13,2
h (mm) 120
b (mm) 64
tf (mm) 6,3
tw (mm) 4,4
Iy (cm4) 317,8
4
Iz (cm ) 27,67

Tableau V.4. Caractéristiques géométriques du profilé IPE120

9. Calcul de l’échantignolle
L’échantignolle est un dispositif de fixation permettant d’attacher les pannes aux fermes. Le
principal effort de résistance de l’échantignolle est le moment de renversement dû au
chargement (surtout sous l’action de soulèvement du vent).
9.1 Calcul des charges revenant à l’échantignolle
L’excentrement « t » est limité par la condition suivante :
2 (b/2) ≤ t ≤ 3 (b/2)
Pour un IPE 120, on a : « b = 6.4 cm » et « h = 12 cm »
Soit t = 9 cm
Et sous la combinaison :
G + 1,5 W
PELU = - 1.77 kN/ml

63
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

On calcul les efforts maximaux (efforts tranchants) qui induisent le renversement de


l’échantignolle

On aura :

Echantignolle de rive.
Et : 2R = 10.62 KN : Echantignolle intermédiaire

La figure suivante indique l’effort appliqué sur la panne qui favorise le renversement de
l’échantignolle :

Figure V.8. Schéma indicatif de l’ensemble échantignolle-panne

9.2 Calcul du moment de renversement


M y,Sd =2.R.t

AN : M y,Sd = 0.85 KN.m

9.3 Dimensionnement de l’échantignolle


Généralement les échantignolles sont des éléments formés à froid. La classe de la section est
au moins de classe 3.
Les échantignolles sont souvent sollicités à la flexion simple.

Moment de résistance élastique de la section brute:

Ainsi : é

AN : Soit e = 13 mm

64
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

II. Dimensionnement des portiques

Les portiques constituent les éléments porteurs principaux de l’ossature métallique. Ils sont
une juxtaposition d’éléments structuraux (traverses et poteaux) liés entre eux aux nœuds par
des assemblages qui peuvent être rigides ou articulés selon le schéma statique adopté pour la
structure.

1. Dimensionnement de la traverse
Le dimensionnement de la traverse consiste en premier lieu à déterminer les moments
maximaux sollicitant la traverse au niveau des appuis et au faitage qui correspondent aux
combinaisons des charges les plus défavorables.

1.1 Calcul des sollicitations


Le calcul des moments par robot nous a donné les valeurs suivantes :

Figure V.9.le moment du travers

Alors, on va choisir un IPE330 dont les caractéristiques géométriques sont données par le
tableau suivant.

65
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Tableau V.5. Caractéristiques d’un IPE330

1.2 . Vérification de la traverse

1.2.1 Résistance de la section transversale


Interaction effort tranchant moment de flexion :
Il faut vérifier l’interaction de l’effort tranchant dans la flexion de la traverse, pour cela, on
doit démontrer que :

Avec : : l’aire de cisaillement pour un profilé en I laminé.

L’influence de l’effort tranchant sur la résistance de la section en flexion peut être ignorée.
Interaction effort normal moment de flexion :
Pour les éléments comprimés fléchis, il faut toujours vérifier l’influence de l’effort normal
dans le calcul du moment résistant plastique.
Il faut alors vérifier que :

Avec : : L’aire de l’âme.

: L’effort normal résistant plastique.

On aura donc :

66
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Alors, la relation est bien vérifiée avec , et les effets de l’effort normal sur
la résistance en flexion peuvent être négligés.
Résistance :

Il faut vérifier que :

Avec :
On a alors :

La section est vérifiée vis-à-vis de la flexion.

1.2.2 Vérification du déversement


La vérification au déversement commence par la détermination d’un moment critique de
déversement donné par la formule suivante :

Avec : : des coefficients à déterminer en fonction des conditions de chargement


et d’appui de la traverse. Ils sont présentés dans le tableau ci-dessous :

(m)

Tableau V.6. Paramètres de déversement d’une traverse

On aura donc :

il y a un risque de déversement, il faut alors déterminer le coefficient de réduction pour le


déversement .Ce dernier est égale à :
L’élancement réduit est alors donné par :
67
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Avec :
Pour les profilés laminés.
D’où :
Pour qu’on puisse conclure que la traverse est stable vis-à-vis du déversement, il faut
s’assurer que le moment de flexion maximal Mf, auquel la poutre est soumise, reste inférieur à
un moment ultime de déversement Mu dont la valeur est donnée par la formule suivante :

Pour notre cas de traverse, on a :


 Les traverses sont stables vis-à-vis du déversement.

1.2.3 Vérification de la flèche


La flèche maximale au niveau du faitage sous l’action de la combinaison non pondérée en cas
d’un profil IPE330 est :

La condition de flèche est bien vérifiée.

1.2.4 Vérification du flambement


Dans cette étape de vérification, il faut vérifier la flexion composée par la formule
d’interaction entre l’effort normal et le moment fléchissant ; on doit alors avoir :

Avec :

est un coefficient qui dépend des conditions de chargement,


Détermination des paramètres de flambement selon l’axe (z-z) :

68
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

La traverse étant bi-encastrée, la longueur de flambement est :


L’élancement selon z est :

L’élancement réduit de la traverse : avec λ1=93,9 pour le cas d’un acier


S235.
Nous avons : et , donc, le flambement selon z se fait suivant
la courbe b ce qui donne comme facteur d’imperfection .
Le coefficient de réduction χz est donné par :

Avec :

On obtient alors :
Détermination des paramètres de flambement selon l’axe (y-y) :
La traverse étant bi-encastrée, la longueur de flambement est :
L’élancement selon y est :

L’élancement réduit de la traverse : avec λ1=93,9 pour le cas d’un acier


S235.
Pour le profilé IPE330, le flambement selon y se fait suivant la courbe a ce qui donne comme
facteur d’imperfection .
Le coefficient de réduction est donné par :

Avec :

On obtient alors :

69
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

On obtient de même :

La vérification s’écrit alors comme suit :

La formule d’interaction n’est pas vérifiée, il faut alors changer de profilé jusqu’à avoir un
rapport inférieur à 1.
Avec un IPE360, on obtient les résultats suivants :

70
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.10. Paramètres de flambement pour traverses

Figure V.11.Paramètres de forme du moment uniforme

Pour prendre en compte la distribution des moments entre les maintiens latéraux des barres, le
coefficient de réduction peut être modifié ainsi :

71
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.12. Le moment My de la traverse

La vérification de la traverse a été faite avec deux normes EC3 et CM66 :

Figure V.13. Vérification de la traverse avec CM66

72
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.14. Vérification de la traverse avec EC3

2.3 Récapitulatif des résultats


La variante IPE360 a vérifié tous les critères de résistance, de rigidité et de stabilité. Toutes
les traverses seront représentées par un profilé IPE360 dont les caractéristiques géométriques
sont données par la figure et le tableau suivants.

73
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.15. Dimensions de la section IPE 360 en mm.

Tableau V.7. Caractéristiques géométriques d’un IPE360

2. Modélisation de la structure
Les étapes que nous avons suivi, pour créer le model 2D de la structure souhaitée, sont les
suivantes :
 Insertion des coordonnées des nœuds,
 Choix du matériau et des profilés des barres,
 Sélection des systèmes d’appuis.
Une fois ces données saisies au niveau du logiciel, nous obtenons la figure suivante :

74
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.16. Modélisation 2D du portique sur « ROBOT »

2.1 Mise en place des charges


Avant de mettre en place les différentes charges, nous avons introduit tous les paramètres
nécessaires au logiciel afin qu’il puisse générer son calcul.

2.1.1 Charges dues au vent

Pour simuler les actions du vent sur le bâtiment, nous avons saisi les différents paramètres
géométriques de la construction ainsi que les caractéristiques du vent. (Voir Annexe)

75
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.17.Exemple de calcul du vent généré par « ROBOT »

2.1.2 Charges dues au pont roulant


Pour pouvoir introduire les charges dues au pont roulant sous forme d’une seule charge
nodale, nous devons déterminer les réactions en tête du poteau. Pour cela, nous cherchons la
position des galets donnant la réaction la plus défavorable.

Figure V.18. Présentation des réactions des galets dans la position critique

76
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.19. Exemple des charges nodales dues au pont roulant

Force due aux charges horizontales pour deux ponts roulants


Force due aux charges verticales pour deux ponts roulants (voir annexe).

2.1.3 Charges dues aux éléments d’enveloppe


Ces charges comportent le poids propre des pannes et celui de la couverture du bâtiment.

Figure V.20. Exemple des charges réparties dues aux éléments d’enveloppe

77
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

2.1.4 Autres charges


Les charges telles que celles de la poussière et la température seront introduites comme
mentionnées au niveau de l’annexe.

3. Dimensionnement de poteau
Remarque : la vérification du flambement dans le plan n'est généralement pas pertinente. La
vérification de la résistance de la section transversale au sommet du poteau sera déterminante
pour le dimensionnement du profil.
Vis à vis du flambement hors plan, la barre n'est maintenue latéralement qu'à ses deux
extrémités. Donc :
L = 5,6 m pour le flambement par rapport à l’axe faible
cr, z

L = 5,6 m pour le flambement par torsion


cr, T

Et L = 5,6 m pour le déversement


cr, LT

Figure V.21. Les Paramètres nécessaires pour poteau

78
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

La vérification de déplacement pour poteau il y a deux points qui doivent vérifier :

Pour nœud N°6

Pour nœud N°2

Figure V.22. Les numéros des nœuds

Le poteau est bien vérifié.

III. Calcul des assemblages

Les assemblages ont pour fonction d’assurer la liaison des composants métalliques
élémentaires entre eux afin de réaliser l’ossature de l’ouvrage. Ils sont conçus et dimensionnés
pour transmettre et répartir les sollicitations entre les pièces selon le mode de liaison adoptée
sans induire à des sollicitations parasites.
Les assemblages ne dépassent pas, en général, le 5% du poids total de l’ossature, c’est pour
cette raison qu’on doit penser lors de la conception à la mise en œuvre des assemblages qui
peut être de plus en plus onéreuse avec l’augmentation de la complexité de l’assemblage
adopté. Pour notre projet, on va travailler avec des assemblages rigides, boulonnés avec des
boulons précontraints. Le choix des assemblages à boulons HR précontraints s’impose ici
parce qu’on veut que les liaisons soient suffisamment rigides vue l’existence des sollicitations
dynamiques.
Il existe plusieurs méthodes de calcul des assemblages. Dans notre cas, on choisi la Norme
EUROCODE 3.

79
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

1. Assemblage Poteau IPE 500 - Traverse IPE 360

 Les caractéristiques géométriques des profilés et données mécaniques

profilés H (mm) b (mm) tf (mm) tw (mm) rc (mm) A (cm²) Wy(cm3)


Traverse 360 170 12.7 8 18 72.73 903.6
IPE 360
Poteau 500 200 16 10.2 21 115.5 1928
IPE 500
Tableau V.8.Les caractéristiques géométriques du poteau et de la traverse

Les sollicitations au niveau de la sablière (nœud 2) sont :

On va utiliser 2X6 boulons précontraints de classe de résistance 8.8.

Les caractéristiques des éléments de l’assemblage sont présentées par le tableau suivant.
Caractéristiques symbole valeur
Appellation
Résistance en traction du boulon
Limite élastique du boulon
Diamètre nominal du trou
Diamètre nominal du boulon
Section résistante
Coefficient fonction des trous de perçage
Coefficient de frottement des pièces en contact
Tableau V.9.Caractéristiques des boulons d’ancrage

1.1. Dispositions des boulons dans l’assemblage

Les distances entre axes des boulons ainsi qu’entre axes des boulons et bords des pièces, sont
limitées par des valeurs maximales et minimales comme suit :

80
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.23. Positionnement des trous de boulons

Espacements entre boulons


Longitudinalement :

Avec : P1 : Entraxe des boulons dans la direction de transmission de l’effort


d0 : diamètre nominal du trou ; d0= d+2 =16+2=18
t : épaisseur de la pièce attachée extérieure la plus mince.

On opte pour P1= 100mm


Transversalement :

Avec, P2 : Entraxe des files de boulons mesuré perpendiculairement à la direction de
transmission de l’effort.

On opte pour P2= 100 mm


Calcul des pinces
Longitudinalement :

e1 : pince longitudinale entre le centre d’un trou de fixation et le bord adjacent d’une pièce
quelconque, mesurée dans la direction de l’effort transmis

On opte pour e1= 80mm


Transversalement :

81
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

e2 : pince transversale entre le centre d’un trou de fixation et le bord adjacent d’une pièce
quelconque, perpendiculairement à la direction de l’effort transmis,

On opte pour e2= 50mm


La disposition des trous va être effectuée de la façon suivante :

Figure V.24. La disposition des boulons de l’assemblage poteau-traverse

1.3 Calcul et vérification de l’assemblage


1.3.1 Calcul et vérification des boulons

Afin de déterminer la résistance des encastrements de type poteau-traverse, on distingue la


zone tendue, qui se situe au-dessus de la partie comprimée de la poutre, caractérisée par un
effort de traction résistant, calculé au niveau de chaque boulon.
La côte x représente la limite entre zone tendue et zone comprimée

Ainsi, les six rangées de boulons sont situées en zone tendue.

82
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.25. Zone tendue dans une section de poutre

Détermination des efforts de traction admissibles par rangée de boulons :


Dans notre cas, les boulons sont sollicités par un moment fléchissant et un effort normal qui
tendent à les tendre comme indique la figure ci-dessous.

Figure V.26. Les efforts sollicitant les boulons

Ainsi, on aura à déterminer les efforts de traction par rangée de boulons comme suit :

83
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.27. Disposition des efforts dans les boulons

Les distances (ei) sont mentionnées dans le tableau suivant :


ei e1 e2 e3 e4 e5 e6
Distance (mm) 660 560 460 300 200 100

1,1
Tableau V.10. Distance entre rangée de boulons i et le centre de résistance de la zone
comprimée

Les efforts normaux au niveau des boulons sont donnés par :

On obtient alors :

Pour chaque effort normal, on doit avoir :


avec :
Avec : n est le nombre de boulons par rangée ; n= 2.

Pour on a :

84
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Le choix des boulons est vérifié.


 Resistance des boulons au moment fléchissant
Moment résistant effectif de l’assemblage est :

Avec :
Le moment résistant total est égal à :

L’assemblage est vérifié.

 Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant


Nous avons en totalité 12 boulons. Chaque boulon est sollicité par un effort tranchant égale à :

Il faut alors, vérifier que :

L’assemblage est vérifié vis-à-vis de l’effort tranchant.


 Résistance de l’âme du poteau
- En traction :

Il faut vérifier que :

Avec :

: épaisseur de l’âme du poteau.


: épaisseur de la semelle de la poutre.

: hauteur du profilé de la poutre.


D’où :

On doit renforcer l’âme du poteau par un raidisseur d’une épaisseur


tel que ; on choisit alors .
- En compression (âme non raidie) :
Il faut vérifier que :

85
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Avec :
: Contrainte de compression dans l’âme du poteau.

:épaisseur de l’âme du poteau.

: épaisseur de la semelle de la poutre.

: épaisseur de la platine extérieure.

: épaisseur de la semelle du poteau.

: rayon de raccordement âme/semelle du poteau.


Alors :
D’où :
On obtient alors :

 Résistance de l’âme du poteau au cisaillement :


Il faut vérifier que :

D’où l’âme du poteau est vérifiée vis-à-vis du cisaillement.


 Conclusion :
Pour l’assemblage poteau-traverse, on va utiliser 12 boulons HR de classe 8.8, de diamètre
avec une platine soudée aux profilés de dimensions : .

86
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.28. Vue en 3D de l’assemblage poteau-traverse

2. Calcul de l’assemblage traverse-traverse


Les sollicitations au niveau du faîtage (nœud 5) sont :

Pour cet assemblage, on va utiliser la même disposition de boulons que pour l’assemblage des
traverses avec des boulons de haute résistance de classe 8.8.

Figure V.29. Disposition des boulons

87
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.30. Vue de la disposition des traverses-poteau

La zone tendue dans la poutrelle IPE360 sous l’action du moment fléchissant est
supposée définie par les six rangées de boulons.
Nous avons alors :

L’effort normal maximal est obtenu au niveau de la rangée supérieure de boulons, il est égal
à:

Le diamètre des boulons recommandé est de :

Le choix des boulons est vérifié.


 Resistance des boulons au moment fléchissant
Moment résistant effectif de l’assemblage est :

Avec :
Le moment résistant total est égal à :

L’assemblage est vérifié.


 Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant
Nous avons en totalité 12 boulons. Chaque boulon est sollicité par un effort tranchant égale à :

88
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Il faut alors, vérifier que :

Donc, l’assemblage résiste bien à l’effet de l’effort tranchant.


 Résistance de l’âme du poteau
- En traction :

Il faut vérifier que :

Avec :

: épaisseur de l’âme du poteau.


: épaisseur de la semelle de la poutre.

: hauteur du profilé de la poutre.


D’où :

On doit renforcer l’âme du poteau par un raidisseur d’une épaisseur


tel que ; on choisit alors .
- En compression (âme non raidie) :
Il faut vérifier que :

Avec :
: Contrainte de compression dans l’âme du poteau.

:épaisseur de l’âme du poteau.

: épaisseur de la semelle de la poutre.

: épaisseur de la platine extérieure.

: épaisseur de la semelle du poteau.

: rayon de raccordement âme/semelle du poteau.


89
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Alors :
D’où :
On obtient alors :

 Résistance de l’âme du poteau au cisaillement :


Il faut vérifier que :

D’où l’âme du poteau est vérifiée vis-à-vis du cisaillement.


 Conclusion :
Pour l’assemblage poteau-traverse, on va utiliser 12 boulons HR de classe 8.8, de diamètre
avec une platine soudée aux profilés de dimensions :

Figure V.31. Vue 3D de l’assemblage poteau-traverse adopté

3. Assemblage en pied de poteau


Le poteau étant encastré au niveau du pied, il va transmettre à la fondation les sollicitations
suivantes :

Matériau de construction S235


Classe des boulons 8.8

90
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Diamètre des goujons d =36mm


La contrainte de rupture du béton σf =8MPa

Figure V.32. La disposition des boulons

Le dimensionnement de l’assemblage consiste à déterminer les caractéristiques fondamentales


des composants de l’assemblage (dimensions de la plaque d’assise, les traverses, et les
boulons d’ancrage), ensuite à vérifier tous les composants pour les efforts sollicitant.

3.1 Dimensionnement de la plaque d’assise

Figure V.33. Dimensions de la plaque d’assise

Les dimensions de la plaque d’assise doivent être choisies de telle sorte que les pressions
maximales sur la fondation restent dans les limites admissibles correspondant au matériau de
la fondation.

Avec :
91
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Soient : ;

Alors :

Soit :
La contrainte maximale est donc :

On va ensuite déterminer l’épaisseur de la plaque d’appui en considérant la platine divisée par


les traverses en portions sollicitées chacune en flexion sous une charge uniformément répartie
et de valeur égale à la contrainte maximale affectant le bord de la zone étudiée.
Portion 1 :
C’est une plaque appuyée sur 4 bords.

Où est la longueur du bord le plus court du tronçon.

[8].

Portion 2 :
C’est une plaque appuyée sur 3bords.

[8].

92
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Portion 3 :
Elle fonctionne et se calcule comme une console :

L’épaisseur de la platine est donnée par :

Donc, on prend
3.2. Calcul de la traverse
La traverse peut être supposée comme une poutre simple à deux porte-à-faux s’appuyant sur
les membrures du poteau et soumise à la charge uniformément répartie :
Avec : est la largeur de la surface sollicitante de la traverse.

D’où :
On fixe l’épaisseur de la traverse à , ce qui nous donne une épaisseur du cordon
de soudure de .
La hauteur à donner à la traverse est donc :

Avec :

On prend alors

3.3. Vérification de la traverse :


Le moment de flexion et l’effort tranchant dans la traverse sont donnés par :

 Vérification de la résistance de la traverse à la flexion :

93
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

 Vérification de la résistance de la traverse au cisaillement :

 Vérification des contraintes


L’excentricité de l’effort normal due à l’existence du moment est :
189.6cm

Donc le centre de poussée se trouve hors du tiers central de la section ; alors, la platine est
soulevée à gauche et donc les boulons à gauche vont être sollicités en traction et le béton situé
du coté de l’effort N est soumis à la compression avec répartition triangulaire.

Figure V.34. Contraintes en pied de poteau [7]

On va donc, dans la suite s’intéresser à vérifier le béton de la fondation en compression et les


boulons à la traction en optant pour la disposition suivantes des boulons sur la platine.

94
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Figure V.35. Disposition des boulons d’ancrage

 Vérification de la contrainte de compression du béton

La détermination de la longueur h’ du béton comprimé revient à résoudre l’équation suivante :

La résolution de cette équation nous a donné :

D’où, la contrainte de compression sur le béton est :

Vérification des goujons à la traction

 Vérification des boulons d’ancrage


L’effort de traction repris par les boulons est égal à :

95
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Les boulons d’ancrages doivent avoir un diamètre tel que :

Avec : n=3, et et pour des boulons de classe 8-8.


On opte alors pour 8 boulons de diamètre 36 mm et de classe 8-8 avec une platine de
dimensions 900x600x25.

IV. Contreventement
Les ossatures secondaires sont destinées à reprendre les sollicitations dues au vent et à assurer
la stabilité d’ensemble de la structure. Il s’agit notamment des :
Poteau de pignon.
Dispositifs de contreventement.

1. Calcul des potelets de pignon


L’ossature est constituée de deux poteaux pignons intermédiaires de 11,09m et de 12,4m de
hauteurs partageant les pignons en trois travées de longueurs respectives 5.5 m, 8.75 m, et 5.5
m pour chaque compartiment comme l’indique la figure ci-dessous

Figure V.36. Disposition des poteaux de pignon

Les poteaux pignon sont dimensionnés suivant la condition de flèche sous l’action du vent
normal de pression .
La charge exercée sur les poteaux pignon

96
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Les poteaux pignon étant articulés en tête et en pied, la flèche maximale est obtenue à mi-
portée et elle vaut :

D’où le moment d’inertie doit vérifier :

Selon les catalogues, on choisit un IPE 360 avec


 Vérification des contraintes :
Les poteaux pignon sont sollicités à la flexion due au vent, donc, il faut vérifier que :

Avec :

On obtient alors :

2. Calcul des barres de contreventement


Ce sont des éléments conçus pour reprendre les effets du vent dans la structure et les
descendre aux fondations. Ils sont disposés en toiture, dans le plan des versants (poutre au
vent), et en façade (palée de stabilité).
Pour les barres de contreventement, le critère d’élancement est toujours dimensionnant. La
valeur limite des élancements des barres de contreventement est λlim = 200.
Donc, on doit avoir des barres tel que :

Avec : lf : longueur de flambement de la barre.

2.1. Calcul du contreventement pignon


Les poteaux pignon vont transmettre les efforts dus au vent à la ferme de rive qui n’est pas
rigide transversalement. Il est nécessaire de la stabiliser en construisant un dispositif sur le
plan de la toiture (poutre au vent) et sur le plan vertical (palée de stabilité).
2.1.1 Calcul de la poutre au vent

97
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Pour les barres de la poutre au vent .


La vérification au flambement s’écrit donc :

On choisit un profilé : avec


 Vérification des diagonales

5,5m 8,75m 5,5m 5,5 m

6m

Fd
F α F

Figure V.37. Poutre au vent et répartition des efforts

Surface pignon 2 :
 Effort en tête du potelet :

Effort de traction dans les diagonales :

La vérification de la contrainte de traction est donnée par :

Après tout calcul fait on trouve On opte alors pour un


profilé L80x80x8 avec .

 Pannes de la poutre au vent


Elles sont sollicitées à la flexion déviée comme les autres pannes et en outre à la compression
sous un effort N=F ; on doit alors vérifier leur stabilité au flambement- flexion. Il faut en
98
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

premier lieu vérifier l’interaction de l’effort normal avec le moment de flexion par la formule
suivante :

Avec :
: Aire de l’âme.

Après tout calcul fait ; Les pannes au vent sont vérifiées vis-à-vis du flambement.
2.1.2. Calcul de la palée de stabilité
Les barres de contreventement vertical sont de longueur . Leur longueur de
flambement est de :
Alors, le profilé à choisir doit avoir un rayon de giration qui vérifie :

Soit : une cornière avec :


 Vérification des diagonales
L’effort du vent en tête du poteau est :

L’effort F va être composé en :


Un effort de compression N transmis par les poteaux au sol.
Un effort de traction T repris par les diagonales.

T
6m
F β
F

8m

β Poteaux

Figure V.38. Répartition des efforts dans les contreventements


verticaux
99
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 chapitre V : calcul de la structure métallique

Alors :

Une cornière avec A= 4,8 cm²

2.2.Efforts du vent sur long pan


Les efforts du vent frappant le long pan sont repris par des barres de contreventement
dimensionnées de la même manière que les barres de la poutre au vent. Mais, dans ce cas il
faut vérifier les traverses vis-à-vis de la compression sous un effort F calculé en tête des
poteaux.

En additionnant F à l’effort de compression auquel est soumise la traverse, on vérifie qu’il n’y
avait plus d’interaction entre effort normal et moment de flexion Il suffit donc, de vérifier
que :

On optant pour les mêmes valeurs trouvées lors du calcul de la traverse et avec un effort,
on a :

La traverse est vérifiée vis-à-vis de la compression

100
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Références bibliographiques

CONCLUSION

Le travail, présenté dans ce rapport a réalisé l’essentiel due la conception et dimensionnement


d’un bâtiment industriel de plus de 4000m² couverts (100x40) comportant plusieurs ponts
roulants.

Les dimensions du bâtiment a nécessité le recours à des joints de dilatation placé au niveau
dans la face du long-pan.

Les contreventements ont été assurés en prenant en compte la présence du joint de dilatation
et des ponts roulants.

Pour les ponts roulants, deux normes ont été utilisées : les recommandations CTICM et les
normes SIA ; la comparaison entre les deux a révélé que les premières sont plus pratiques
puisqu’elles fournissent des résultats directement exploitables.

Le dimensionnement de l’ossature métallique a été fait conformément aux règlements


Eurocode 3 et/ou CM66.

Outre les calculs manuels, ce travail a fortement bénéficié de l’aide du logiciel Robot. Il est à
noter que ce logiciel fort pratique doit être utilisé avec vigilance parce qu’il peut comporter
quelques erreurs : nous avons en effet constaté certaines valeurs de combinaison de charge
incorrectes.

Pour ce projet, traité en monôme, les fondations n’ont pas été traitées faute de temps.
Toutefois le rapport géotechnique indique un sol relativement correct offrant une capacité
portante de 3 bars, et il semble qu’un système de fondations superficielles devrait suffire.

101
HAJER MANSOUR
ENIT 2011 Références bibliographiques

Références bibliographiques

[1] Plans d’architectures d’une usine pour chaudronnerie à Skhira- Sfax.


[2] Règles NV65 et N84 modifiées 95, « Règles définissants les effets de la neige et du vent
sur les constructions », Eyrolles, 1999.
[3] Conception des structures métalliques « dimensionnement des halles et bâtiments »,
institut de la construction métallique – Lausanne- 2éme édition
[4] Norme SIA 160. « Actions sur les structures porteuses » édition de 1989.
[5] Norme SIA 161. « Construction métallique » édition de 1990.
[6] projet de recommandation du C.T.I.C.M « Recommandation pour le calcul et l’exécution
des chemins de roulement de ponts roulants » (3 parties) 1967.
[7] Eurocode 3 « calcul des structures en acier ».partie 1-1 : règles générales et règles pour les
bâtiments - EN1993.1.1- Mai 2005-
[8] techniques de l’ingénieur, « composants métalliques fléchis- conception » C2 555.
[9] Eldar Ramazanov, « charpentes métalliques, calcul des éléments selon l’Eurocode 3 »,
Tunis 1998.
[10] Morel J., « calcul des structures métalliques selon l’Eurocode 3 ».
[11] bâtiment et génie civil construction métallique « AFNOR » .Tome 1. Conception et
calcul .édition 1990.
[12] Montassar S., Cours de constructions métalliques I et II.
[13] Wolfgang A.Jalil « calcul pratique des structures » Eynolles 4 éme édition.

102
HAJER MANSOUR

Vous aimerez peut-être aussi