Vous êtes sur la page 1sur 14

Liaison par adhérence

FRETTAGE
Equipe CDIM -2020
Généralités :

• Liaison par adhérence.


• En général: arbre dans alésage
• Avantages : Concentrations de contraintes limitées , pas de balourds , peu
encombrant , peu de pièces
• Inconvénients : montage (démontage) délicat , usinage (très) précis.
• Permet de transmettre effort et /ou couple
 Diamètre d’arbre suffisant
 valeur de la tolérance/serrage
 Appairage
• Vitesse tangentielle < 20 m/s
• Le fluage n’est pas pris en compte
• Voir norme : NF E 22 621
Principe de dimensionnement

Géométrie liaison: Calcul de la pression Vérification en Padm


rayon , Longueur, nécessaire
action extérieure

Caractéristiques Calcul du serrage


matériau E, n et minimum (jeu
pression négatif )

Choix de
Vérification des
l’ajustement
contraintes internes sur
adéquat et
arbre et moyeu.
déduction du
serrage maximum srr, sqq
Effort axial

dN
dS dA=tanf.dN =tanf.p ds
dA

pA  A
2. . f.r.l

dC  r.dT  r. f .dN  r. f . p.ds


 r. f . p.r.l.d
C
pC  C
2. . f.r 2 .l
Calcul du serrage minimum

Le déplacement radial d’un point situé sur un rayon «  »


sur une enveloppe tubulaire s’écrit :

(1  n ) r 2 pi  R 2 p 0 (1  n ) r 2 R 2 ( pi  p 0 )
u 
E R r
2 2
E (R 2  r 2 )

p.r  R 2  r 2 
u1   2 2 n1 
E1  R  r 
Expansion radiale de
l’enveloppe

u2  
p.r
E2
1 n 2 
Contraction radiale
de l’arbre (plein) x
Serrage minimum : Cas général d’un arbre creux

  2 2   2 2 
 1 R r  1  r  r 
m  2. p.r. . n   . i n 
 2 2 1   2 2 2
E  R r  E 2  r  ri 
 1 

arbre plein (Ri = 0)


E : module de Young  
n: coefficient de poisson m  2. p.r.
E
1  R 2  r 2
.
2 2 1

 n  
E
1

1 n
2


 1  R  r  2 

arbre plein et matériau commun

2. p.r  R 2  r 2  4 p.r.R 2
m  .  1 
E  R 2  r 2  E. R 2  r 2 
 
Choix d’un ajustement et serrage maximum
Serrage
maxi

IT
arbre I.T. alésage

Serrage mini

L’ajustement retenu doit assurer le


serrage minimum mais impose aussi un
serrage maximum
Serrage maximum et contraintes

Les contraintes générées srr p0


dans le matériau sont
données par les formules de pi 
R
Lamé.
s

Formules de Lamé:
2 2
p .r  p .R p  p r 2 .R 2
s   i 0  i 0.
2 2  2 R 2  r2
R r

2 2
p .r  p .R p  p r 2 .R 2
s rr  i 0  i 0.
2
R r
2  2 R2  r 2
Vérification : arbre plein

Vérification arbre
Avec ri= pi = 0 ,
on vérifie :
s rr s  p ps ec
attention : on compare à la limite élastique en compression
On peut prendre en compte un coefficient de sécurité

Vérification moyeu

s rr   p donc p  s e(c)
s   p.( R 2
r ) 2
donc  s (t )
e
R r
2 2
Exemple :

couple transmis 2450 N.m


pièces en C38 TR ;Re=435 Mpa
Coefficient de sécurité : 2
50
0.12 <f< 0.18

R=250
C
p   10Mpa soit 20Mpa pondérés
2. . f.r .l
C 2
l=130
Statique :1,5
Continu : 1
2
4.r .R
m  p.  20 À sec : 2
 2  r2
E. R Uniforme :2
 
P adm ≈72.5 Mpa : OK
Validation en pression (extrait CONAN)

Nous connaissons pM, il faut la comparer à la pression


admissible padm des matériaux.
Rappel : la pression admissible est une notion pratique et
expérimentale, utiliser les données avec prudence…

Exemple : pour un acier avec Re = 500 Mpa, mobile, continu, à sec, sinusoïdal
(coef 18)
on obtient padm = 27,8 Mpa (37 Mpa en lubrifié).
En fonctionnement axial on aurait padm = 41 MPa
11
Exemple : choix de l’ajustement

AJUST Alésage AXE m Écart inférieur arbre


K7p6 +10 +59 27 84 m n p
-25 +37
K7n6 +10 +45 13 70 13 23 37
-25 +23
Écart supérieur
M7n6 0 +45 23 80
-35 +23
alésage
M7p6 0 +59 37 94 K M N
-35 +37
- - - Qualité 7 :
3+ 13+ 23+ = 13

Tolérances fondamentales
Qualités 7: 35 µ
Qualité 6: 22 µ
Serrage maximum : Ajustement M7 n6

 2 2
E. R  r
  3 250 2  50 2
p max  m  80.10 .210000
2 4.50.250 2
4.r .R

Soit ≈ 81 Mpa

435
81MPa   348MPa
1,25
Vérification 2:
Vérification 3: idem vérification 2: matériaux identiques
vérification 4 : 87 Mpa <348 Mpa
Conception : détails constructifs

Les concentrations de contraintes apparaissent à la


limite des zones frettées : On cherche donc à établir une
variation progressive de ces contraintes par une
modification du profil de l’arbre ou du moyeu

Augmentation du diamètre de l’arbre


( 10%, 1% mini)
r: congé le plus grand possible

Vous aimerez peut-être aussi