Vous êtes sur la page 1sur 16

Chapitre 6: ETUDE HYDROLOGIQUE

6.1. Introduction :
Le but dans ce chapitre est de définir l’emplacement des différents écoulements traversés par
la route et estimer leurs débits de crue.
Pour cela, j’essaie en premier lieu, de définir les caractéristiques physiques et
morphologiques des bassins versants concernés, et en second lieu, d’estimer leurs débits de
crues.

6.2. Données climatologiques et géomorphologiques :


6.2.1. Situation géographique et topographique :
La route est située entre la mer et le lac du barrage de Sejnen Le relief traversé est
montagneux avec un réseau hydrographique dense. Les écoulements proviennent au nord des
Montagnes suivant -JebelKwafia - JebelTaurou - JebelAounid bin rays - Dir El Maujahidin -
Hanchir el roumin - Jebelbezina Au nord il provient de : - JebelEsma - Kafhforazzarour -
Jebellatar - Ragoubet el bous - Jebel el skhar - Jebel el mratis - Kef en rokma - Jebelmargab
as sidi A l’oued nord ouest ils proviennent de
Kef errouj - Kef laswed.

6.2.2 Climatologie :
Le climat de la région de Bizerte est du type méditerrané assez homogène avec une influence
continentale sur les hauteurs malgré la proximité de la mer. Les températures maximum sont
aux mois de Juillet et Aout et les minimales en Janvier, les gelés sont rares et la pluie tombe
en abondance avec en générale plus de 600mum∕an .

6.2.3 Température :
Les températures présentent des écarts inter annules, elles descendent en dessous de zéro
souvent de Décembre à Février, tandis que les mois de Juillet à Septembre sont les plus
chauds. Le tableau suivant résume les moyennes des températures moyennes minimas et
maximas enregistrés dans la station météorologique de Béja .

Tableau 1 : Moyenne mensuelle et annuelle des températures en °C.


Mois J F M A M J J A S O N D

T min 7.2 7.5 8.9 10.9 14.1 18 20.3 21.1 19.7 15.9 11.8 8.5

T max 14.9 16 17.9 20.3 24.2 28.6 31.6 31.9 29.2 24.6 20.3 16.1
T moy 11.1 11.7 13.3 15 .7 19.2 23.6 26 26.5 24.5 20.6 16 12.1
Ces observations s’étalent entre l’année 1901 et 1960 et permettent de conclu que la température
moyenne annuelle est de 18°C.

6.2.4. Evaporation :
La période d’observation pour Bizerte s’étale de 1946 à 1950

Tableau 14 : L'évaporation mensuelle et annuelle moyenne (INM)

Mois J F M A M J J A S O N D TOTAL

Eva 80.6 75.5 99.2 105 99.2 165 179.8 182.9 159 114.7 84 71.3 1416.3
(mm)

6.2.5. Pluviométrie :
Sur la période de 1965-1990, la météorologie National donc les moyennes annuelles est
mensuelle suivantes exprimées en mm d’eau.

Tableau 15 : Pluviométrie mensuelle et annuelle (INM)

Mois J F M A M J J A S O N D TOTAL

Bizerte 89.9 82.2 59.8 44.3 28.2 8.7 3.7 5.0 29.3 83.7 89.4 104.9 629

6.3. Les Bassins versants


6.3.1. Définition de Bassin versant :
Nous appelons bassins versants ou bassins de drainage, en un point considéré de son court
d’eau, l’aire limitée par le contour à l’intérieur de quel l’eau précipité se dirige vers ce point
de la rivière.

Son contour est délimité par la ligne de partage des eaux qui passe par les points les plus
élevés et détermine la direction de l’écoulement des eaux de surface.

Le bassin versant joue le rôle d’un collecteur chargé de recueillir les pluies et de transformer
en écoulement à l’exutoire.
Un bassin versant est caractérisé par la morphologie (forme, relief),la nature des terrains
rencontrés, la couverture végétale et l’occupation du sol.

6.3.2. Délimitation des bassins versants :


A l’aide des logicielles informatisés tels que Google Earth, global mapper18 et Excel, nous
procédons au découpage et à la délimitation des bassins versant de tout écoulement ou oued
traversant notre route. Nous déterminerons alors les caractéristiques de chaque bassin tel que.

 Les lignes de crêtes qui représentent les limites entre les bassins versants.
 Les lignes d’écoulements qui sont les chemins des eaux vers l’exutoire du
bassin versant (l’emplacement de l’ouvrage hydraulique prévu).
La zone d’étude a été subdivisée en 14 bassins versants qui sont représentés sur la figure
suivante :

Figure 20: Les bassins versants

6.3.3. Caractéristiques physiques des bassins versants :


Une fois les bassins versants tracés, il a été possible de déterminer les caractéristiques de
chacun d’entre eux, à savoir :

 La surface en km²
 Périmètre en km
 Fil d’eau : Le chemin le plus long que l’eau empreinte
 Altitude : Point le plus haut et Point le plus bas au sein du bassin versant étudié
 Pente : déterminé en fonction des éléments récupérés précédemment (fil d’eau,
altitude).Comme indiqué le tableau suivant :

Figure 21 : Situation géologique de la route


6.3.4. Les résultats obtenus :

Tableau 16 : Caractéristique des bassins versants


N BV
Surface ( Périmètre Longueur Z min Z max Pente %
2
km ) (km) Km

1 2 .613 6.855 1.351 86 285 14.57

2 14.974 22.659 2.749 65 481 15.83

3 2.602 9.371 2.407 58 394 12.85

4 4.858 13.147 1.737 56 330 13.51

5 2.434 8.338 1.053 45 211 6.98

6 4.41 14.37 2.828 45 281 13.69

7 1.5 6.568 0.113 42 242 12.36

8 2.569 9.877 1.809 40 264 14.16

9 5.243 12.494 2.166 43 243 9.85

10 18.818 27.681 5.708 42 239 7.87

11 1.299 1.299 0.094 64 159 6.62

12 2.403 2.403 0.819 56 160 6.99

13 5.114 5.114 0.622 64 200 8.53

14 1.332 1.332 2.31 92 195 11.51


Les données indiquées dans le tableau précédent seront utilisés afin de déterminer le débit de
chaque bassin versant et ceux dans le but de déterminer l’importance de ce dernier et les
caractéristiques des ouvrages hydrauliques adéquats.

6.4. Calcul des débits maximaux des crues


6.4.1. Définition :
Les débits maximaux des crues sont habituellement calculés en utilisant diverses méthodes de
calcul :

Notons que la plupart de ces méthodes sont basées sur les données pluviométriques, en
particulier celles qui ont été mises au point dans d'autres pays, sont loin d'être satisfaisantes
pour la Tunisie où l'irrégularité caractérise le régime hydrologique des différents oueds.

L’utilisation de ces formules suppose une critique des résultats obtenus comparés aux
observations faites sur le terrain afin de retenir celles qui conduiraient aux résultats les plus
vraisemblables, sans prendre des marges de sécurité trop importantes ni sous évaluer les
risques encourus.

6.4.2. Méthode rationnelle :


Cette méthode consiste à calculer suivant les caractéristiques géométriques du bassin
versant, le temps de concentration ou de base, d'estimer les hauteurs d'eau tombées sur
ce bassin pendant ce temps en utilisant les courbes intensités - durée - fréquence
établies pour la station pluviométrique de référence et à en déduire le volume d'eau
ruisselé, ainsi que le débit de crue correspondant.
La formule utilisée sera la suivante:

¿
Q ( ¿ m3 /s )=¿ 3,6
I.S.Cr.Ka ¿
Où:

I (mm/heure) : intensité moyenne maximale sur le bassin, déterminée par les courbes
d’intensité -durée - fréquence pour un temps de pluie égal au temps de
concentration du bassin versant.

S (km²) : surface du bassin versant

Cr : coefficient de ruissellement

Ka : coefficient d'abattement de la pluie.


6.4.2.1.Coefficient de ruissellement «Cr » :
Le coefficient de ruissellement est le rapport entre l’eau tombée sur le volume d’eau ruisselée.
Il diminue lorsque la superficie du bassin versant augmente. D’autre part, il varie dans le
même sens que la pente du bassin.

Tableau 17 : Coefficient de ruissellement ( Cr )

Période de retour
Pente i (%) Indices de végétation de 10 à 20 De 50 à 100
ans ans
I50% de la surface d’arbres et
0.3 0.4
d’arbustes.
II le couvert végétal occupe entre
0.4 0.5
< 15 30 et 50% de la surface.
III le couvert végétal est mois de
0.5 0.6
30%.
I 50% de la surface d’arbres et
0.4 0.5
d’arbustes.
II le couvert végétal occupe entre
0.5 0.6
> 15 30 et 50% de la surface.
III le couvert végétal est mois de
0.6 0.7
30%.

6.4.2.2.Coefficient d’abattement « Ka » :
Pour tenir compte de l’abattement de la pluie, car généralement l’intensité de la pluie n’est
pas uniforme, nous devons multiplier le débit par un coefficient qui dépend de la région, de
l’importance et de la forme du bassin

Tableau 2 : Coefficient d’abattement en fonction de la surface du bassin versant

S (km2) < 25 25à50 50à100 100à150 150-250

Ka 1 0.95 0.90 0.85 0.80


6.4.2.3.Temps de concentration :
- Pour les bassins de superficie inférieure à 25 km², le temps de concentration est calculé par
la formule de Ventura :

T c =76 ×
√ A
i
en min

A: surface du bassin versant en Km2

i : Pente moyenne du bassin versant en %

Alors que pour les bassins de superficie supérieure à 25 Km2, le temps de concentration est
calculé par la formule de PASSINI:

T c =1.1× √
3
A×L
en Heures
√i

A: surface du bassin versant en Km2

i : Pente moyenne du bassin versant en %

L: longueur de talweg principal


Tableau 19 : Les résultats de calcul du temps de concentration Tc

N°N°Bassin S ( Km2 ¿ I (mm/m) Tc (min)

BV1 2,613 52.5 31,9

BV2 14,974 26.8 73,91

BV3 2,602 49.67 34,19

BV4 4,858 39.47 45,57

BV5 2,334 39.96 44,87

BV6 4,41 41.24 43,13

BV7 1,5 60.95 26,47

BV8 2,569 52.53 31,88

BV9 5,243 33.74 55,44

BV10 18,818 18.47 117,71

BV11 1,299 50.29 33,66

BV12 2,403 40.18 44,56

BV13 5,114 32.17 58,84

BV14 1,332 62.12 25,85


6.4.3. Méthode de Franco-Rodier
En classant les crues maximales observées dans le monde, les auteurs se sont aperçus qu'on
peut caractériser l'ampleur d'une crue sur un bassin versant en fonction de sa superficie par
une relation de la forme:

( )
K (t )
6 S 1− 3
Q ( T ) =10 8
10
en m / s
10

Avec:

S = Superficie du bassin versant en km2

K(T) = Coefficient régional déterminé à partir du tableau 24.

En portant sur un graphique bi logarithmique les points (Q, S), l'expérience montre que les
points représentatifs des crues de violences semblables s'alignent sur des droites
correspondantes à des valeurs K constants ; toutes les courbes convergentes vers un point
limite de coordonnées :

Q0 = 106 m3/s S0 = 108 Km2

Le coefficient K qui semble avoir une signification géographique est outil permettant de
comparer la violence des crues: K = 6 correspondant aux crues record du monde alors que
K= 0 caractérise les régimes calmes et réguliers.

L'observation des crues en Tunisie a permis d'établir les valeurs suivantes du coefficient K
pour différentes périodes de retour.

Tableau 20 : Paramètre régional K (T) selon la période de retour T

T (ans) 10 20 50 100

K (T) 3.8 3.85 3.98 4.25

6.4.4. Formule régionale


Le débit de crue de période de retour T est exprimé par la relation suivante :
0 ,75
Q = AT S , en m3/s

S : Surface du bassin versant en km2


AT: Paramètre régional donné par le tableau suivant :

Tableau 21 :Coefficient AT

T en ans 10 20 50 100

AT 6 8 11.5 13

Tableau 22: Les débits maximaux des crues retenus

BV S(Km2) Méthode Débits maximas Q20 en m°3/s

1 Rationnelle 15.92

2,613 Franko-Rodier 28,20

Régionale 23,63

2 Rationnelle 47,51

14,974 Franko-Rodier 80,39

Régionale 87,53

3 Rationnelle 26.44
Franko-Rodier 28,13
2,602
Régionale 23,56

4 Rationnelle 20.39

Franko-Rodier 40,91
4,858
Régionale 37,63

5 Rationnelle 8.67
Franko-Rodier 26,35
2,334
Régionale 21,71

6 Rationnelle 33.06

4,41 Franko-Rodier 38,60

Régionale 34,99
7 Rationnelle 1.13
1,5
Franko-Rodier 20,21

Régionale 15,58

8 Rationnelle 20.55
Franko-Rodier 27,91
2,569
Régionale 23,33

9 Rationnelle 22.58

5,243 Frank-Rodier 42,82


Régionale 39,84

10 Rationnelle 61.73
Franko-Rodier 92,20
18,818
Régionale 103,90

11 Rationnelle 0.63
Franko-Rodier 18,54
1,299
Régionale 13,99

12 Rationnelle 6.88

2,403 Franko-Rodier 26,81

Régionale 22,19

13 Rationnelle 6.10
Franko-Rodier 42,19
5,114
Régionale 39,10

14 Rationnelle 6.10
Franko-Rodier 18,82
1,332
Régionale 14,25

Analyse des résultats :

- Pour les bassins de superficie inférieur à 2 km2, nous avons pris les
résultats de la méthodes Rationnelle.
2
- Pour les bassins de superficie supérieure à 2 km , nous avons pris, parmi
les 3 méthodes, celle qui donne le débit maximal.

6.5. Drainage longitudinale :


6.5.1. Introduction :
Le drainage longitudinale consiste a’ l’évacuation des eaux superficielles dans l’emprise de la
route afin d’assurer la sécurité des usagers et maintenir la pérennité de l’infrastructure .

6.5.2. Délimitation du bassin versant :


Les bassins versants sont limités par la surface de demi chaussée, l’accotement et le talus ou
existe le fossé .

6.6.3. Calcule de débit :


On utilise la méthode de débit spécifique pour calculer les débits d’eau pluviale à évacuer.
Cette formule est valable pour le calcul des débits des petites bassins (S<1km 2)
Q(S) = 10 * S

S = superficie du bassin versant en km 2

S = ( l c h + l acc + l tal ) * l i

l c h : Largeur de chaussée en km ( 3.5 m = 0.0035 km dans notre cas )

l acc : Largeur de l’accotement en km (1.5 m = 0.0015 km dans notre cas )

l tal : Largeur de talus en km ( 1m = 0.001 km dans notre cas )

l i = Longueur linéaire de fossé en km .

Les débits d’eaux pluviales retenues pour tous les bassins versants sont résumés dans le
tableau suivant :

Tableau 23 : Les débits d'eaux pluviales à évacuer


Longueur Q
de fossé Pente(%) l ch l acc l tal S(km 2) Q fossé((m3 exutoire (
(km) /s) 3
m /s)

0.111 5.898 0.0035 0.0015 0.001 0.00066 0.0066


0.011 2.17 0.0035 0.0015 0.001 0.00006 0.0006 0.0258
0.16 1.313 0.0035 0.0015 0.001 0.00096 0.0096

0.15 4.237 0.0035 0.0015 0.001 0.00090 0.0090

0.118 -0.019 0.0035 0.0015 0.001 0.00070 0.0070 0.0070


0.072 3.859 0.0035 0.0015 0.001 0.00043 0.0043 0.0072

0.049 0.296 0.0035 0.0015 0.001 0.00029 0.0029


0.016 -1.787 0.0035 0.0015 0.001 0.00009 0.0009 0.0009

0.147 2 0.0035 0.0015 0.001 0.00088 0.0088


0.0590
0.55 0.52 0.0035 0.0015 0.001 0.00330 0.0330

0.287 3.509 0.0035 0.0015 0.001 0.00172 0.0172


0.037 -1.736 0.0035 0.0015 0.001 0.00022 0.0022 0.0069

0.079 -1.393 0.0035 0.0015 0.001 0.00047 0.0047


0.169 0.799 0.0035 0.0015 0.001 0.00101 0.0101

0.155 1.897 0.0035 0.0015 0.001 0.00093 0.0093


0.0746
0.21 4.597 0.0035 0.0015 0.001 0.00126 0.0126
0.312 5.99 0.0035 0.0015 0.001 0.00187 0.0187

0.031 1.707 0.0035 0.0015 0.001 0.00018 0.0018


0.164 5.761 0.0035 0.0015 0.001 0.00098 0.0098

0.15 4.689 0.0035 0.0015 0.001 0.00090 0.0090

0.056 4.116 0.0035 0.0015 0.001 0.00033 0.0033

Vous aimerez peut-être aussi