Vous êtes sur la page 1sur 92

Béton arme 1

Pr. Adamah MESSAN


Dr. Seick Omar SORE
2
16/12/2021
Objectif Global:
Proposer un plan de ferraillage / d’exécution
d’une structure
Objectifs Spécifiques:

 Identification des éléments porteurs


 Modélisation - évaluation des charges
 Etude (dimensionnement) des sections (béton et
acier) sous sollicitations simples
Prérequis :
 Dessin bâtiment – lecture de plan
 Calculs des Structures 1 – 2
 Technologie de Construction
 Connaissances des matériaux
RAPPEL : TECHNOLOGIE SUR L’OSSATURE D’UN BÂTIMENT

 Planchers
 Poutres
 Poteaux (voiles, murs porteurs) et Tirants
 Fondations (semelles filantes et isolées)
 …
 Porteurs horizontaux
 Porteurs verticaux

4
16/12/2021
RESUME SUR LES ELEMENTS DE STRUCTURE D’UN BATIMENT :

Dalle (Plancher)

Poutre

Poteau

Semelle
5 16/12/2021
RESUME SUR LES ELEMENTS DE STRUCTURE D’UN BATIMENT :

6 16/12/2021
PLANCHER A HOURDIS (DALLE A CORPS CREUX - DCC)

Dalle de
Compression

HOURDIS

7 16/12/2021
DALLE PLEINE EN BETON ARME

DALLE PLEINE UNE NAPPE

DALLE PLEINE DOUBLE NAPPE

8 16/12/2021
POUTRE ISOSTATIQUE EN BETON ARME

9 16/12/2021
POUTRE ISOSTATIQUE EN BETON ARME
Exemple de ferraillage simplifié d’une poutre isostatique
Aciers longitudinaux

10 16/12/2021

Acier transversal
POUTRE ISOSTATIQUE EN BETON ARME
Exemple de ferraillage d’une poutre isostatique avec ROBOT BÂT

11 16/12/2021
POTEAU EN BETON ARME
Exemple de ferraillage simplifié d’un poteau

12 16/12/2021
POTEAU EN BETON ARME
Exemple de ferraillage d’un poteau carré avec ROBOT BÂT

13 16/12/2021
POTEAU EN BETON ARME
Exemple de ferraillage d’un poteau circulaire avec ROBOT BÂT

14 16/12/2021
SEMELLE ISOLEE EN BETON ARME
Exemple de ferraillage simplifié d’une semelle isolée

A (HA/A) B (HA/B)

15 16/12/2021
SEMELLE ISOLEE EN BETON ARME
Exemple de ferraillage d’une semelle isolée avec ROBOT BÂT

16 16/12/2021
LIAISON : POUTRE – POTEAU – SEMELLE

17 16/12/2021
CONTENU (PLAN)

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETUDES DES POUTRES ISOSTATIQUE A L’ ELU

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


18 16/12/2021
Références Bibliographiques

HENRY THONIER, Conception et calcul des structures de bâtiment Tome 1, Presses


de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, 1998, pp 0-349

Jean-Pierre MOUGIN, Béton armé BAEL 91 Calcul des éléments simples et des
structures de bâtiments, Eyrolles, p 262

R. Adrait, D. Sommier, Guide du constructeur en bâtiment, Hachette technique, 2006-2007, pp


240.

Jean-Marie Husson, Etude des structures en béton armé BAEL 91 mod 99, Casteilla, 2002, pp
236.

H. Renaud, J. Lamirault, Précis de calcul Béton Armé Applications, Dunod, 1989, pp 329.

M. Creusé, Construction des bâtiments, Gros œuvre et Béton armé, Delagrave, 1997, pp 207.

19 16/12/2021
SOMMAIRE

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


20 16/12/2021
I. Base de calcul
1. OBJET DES JUSTIFICATIONS DE CALCUL

Les ouvrages et éléments d'ouvrages en béton armé doivent être


conçus et réalisés de manière :

 A résister à toutes les sollicitations prévues qui leurs sont soumises,


 A présenter une durabilité satisfaisante durant la période d'exploitation.

Comment modéliser et évaluer toutes ces sollicitations ?


pour réussir le dimensionnement des ouvrages en GC

21 16/12/2021
Comment modéliser et évaluer toutes ces sollicitations ?
pour réussir le dimensionnement des ouvrages en GC

Sur la base des Normes qui existent :

 B.A.E.L : (Béton Armé aux Etats Limites) 91 modifié 99

 EUROCODES ( Initiée depuis 1975 et son application en 1990)

Le B. A. E. L, qui sera notre base de calcul dans ce cours, est comparable


à l’EUROCODE 2 (EC2 :calculs de structures en béton armé).

NB : Le BAEL ne se base pas forcement sur les théories scientifiques.


Les Coefficients utilisés sont empiriques …
16/12/2021
22
I. Base de calcul
a. Les types d’actions (charges - surcharges) sur un ouvrage en G C : Bâtiment

Les charges ou actions permanentes (Gk) : dont la durée d’application


est continue et égale à la durée de vie de la structure, dont les variations
sont négligeables dans le temps. On peut citer :
 Poids propres des structures,
 Poids des équipements fixes et revêtements.
Les surcharges ou actions variables ou exploitations (Qk) : Actions à
occurrences discrètes où les intensités varient significativement avec le
temps. On peut citer :
 Charges directes d’exploitation sur les planchers et toitures
des bâtiments
 Actions directes de vent et de neige
23 16/12/2021
I. Base de calcul

24 16/12/2021
I. Base de calcul

• Actions variables (notées Q) :


• Actions permanentes (notées G) : - Charges d’exploitation : 3, 5, 6 et 13
- Poids propre de la structure : charges 1, 2, 8 et 12. - Charges climatiques : 4
- Poids des autres éléments de la construction : - Action de la température climatique due aux
charges 9 et 11. variations d’ambiance au cours de la journée : 10.
- Poussées des terres, pression des liquides : 7 et 14 - Actions appliquées en cours de construction qui
- Actions dues aux déformations différées : proviennent des équipements de chantier.
raccourcissement par retrait du béton dans le - les conséquences des modifications statiques ou
plancher 8. d'état (variations de températures, retraits, tassements
d'appuis, etc ...).
25 16/12/2021
I. Base de calcul
2. METHODES DES ETATS LIMITES :
Les calculs justificatifs sont fait aux états limites.
Etat Limite : Est un état au-delà duquel la structure ne répond plus aux
fonctions pour lesquelles elle a été conçue. Ce qui signifie qu’au delà de
cet état, les conditions d’utilisation de l’ouvrage ne sont plus satisfaisantes.
Le B A E L distingue :
 Etat Limite Ultime avec un indice « U » => ELU : correspond à
la capacité portante, sécurité des biens et des personnes, résistances
des matériaux (vérification des déformations admissibles)
 Etat Limite de Service avec un indice « Ser » => ELS :
correspond aux conditions d’exploitation ou les conditions de
durabilité, ouverture des fissures (vérifications des contraintes
admissibles) 26 16/12/2021
I. Base de calcul
2. METHODES DES ETATS LIMITES :

E.L.U.

ACTIONS Combinaisons Résistance


MATERIAUX
d'actions de calcul
SOLLICITATIONS
Q E.L.S.
m Coefficient de sécurité partiel

G
Coefficient de sécurité partiel
sur les matériaux

Pour tenir compte des incertitudes relatives, soit aux actions, soit aux sollicitations,
chaque action est affectée d'un coefficient de sécurité partiel qui dépend de la nature
de l'action, de la combinaison dans laquelle elle intervient et de l'état limite considéré.

27 16/12/2021
I. Base de calcul
3. Sollicitations:
 Sollicitations de calcul vis-à-vis des ELU de résistance

 Sollicitations de calcul vis-à-vis des ELS

Elles résultent des combinaisons d'actions, dites combinaisons rares :


NOTA : Dans le cas courant où il n'y a qu'une action variable à considérer,
la seule combinaison à étudier à l'ELS est: G Q

0.77 tous les locaux à l ' exception des archives* , parkings, vent et neige

 Qi  0.90 parcs de stationnement et archives
0.60 var aitions uniformes de la température

28 16/12/2021
Exercice d’application
Une poutre en BA supporte une partie d’une toiture terrasse, elle reçoit différente
taux de charge :
 Charge permanente (Gk) : 25 kN/m,
 Charge d’exploitation (Qk1) : 7,5 kN/m avec ψ0,1 : 0,7
 Charge de neige normale (Sn) : 5 kN/m avec ψ0,2 : 0,5
 Charge du vent descendant (Wk ) : 2,4 kN/m avec ψ0,3 : 0,6
1) Ecrire toutes les combinaisons nécessaires à l’ELU nécessaire à la vérification
de la poutre.
2) Quelle combinaison sera la plus dimensionnante à l’ELU?
3) Déterminez la combinaison à l’ELU avec la formule simplifiée (cas courant)
4) Comparez les charges trouvées en 2) et 3)

29 16/12/2021
Actions permanentes dans le bâtiment
poids
poids volumiques
Matériau Revêtement surfacique
(kN/m3)
(kN/m²)
chape en mortier, dalle flottante (par cm
béton armé 25 0,2
d’épaisseur)

carrelages y compris mortier de pose :


grès cérame 4,5 mm
béton non armé 22 0,5
grés cérame 9 mm
0,6
dallage céramique
0,7 à 1
plâtre 10 Toitures :
mortier aux liants hydrauliques 18 Terrasses :
briques pleines 19 étanchéité multicouche 0,12
briques creuses 9 asphalte coulé sablé 0,5
parpaings pleins 21 gravillon de protection/cm 0,2
parpaings creux porteurs 9 Couverture métallique
zinc (voligeage et tasseaux compris) 0,25
alu 8/10 (plaque ondulées sans support) 0,03
chêne 8 alu 8/10 (voligeage et tasseaux compris) 0,17
acier inox (voligeage et tasseaux compris) 0,25
tôle ondulé d’acier galvanisé 8/10 0,06
sapin 5,5 Couverture en tuiles (liteaux, voliges ou support compris)
pierre tendre 15 à 19 tuiles mécaniques à emboitement 0,35 à 0,45
pierre dure 22 à 25 tuiles plates 0,55 à 0,75
sables et argiles secs 14 à 16 tuiles canal 0,4 à 0,6
sables et argiles humides 17 à 19 tuiles
30 béton 0,45
16/12/2021
verre 25
acier 78,5
Charges d’exploitation dans le bâtiment

31 16/12/2021
Valeurs recommandées des coefficients

32
16/12/2021
SOMMAIRE

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


33 16/12/2021
II. PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME
1. Principe:
Le BETON L'ACIER

Mêmes coefficient de dilatation

Bonne résistance en compression Bonne résistance en compression

Faible résistance en traction Très bonne résistance en traction

Matériau assez bon marché Coûteux et oxydable

Résiste à la compression

Béton
Protège les armatures

BETON L'adhérence acier-béton doit être parfaite

ARME
Les armatures métalliques

Acier
34
compensent la faible résistance

du béton en traction 16/12/2021


II. PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME
2. Fonctionnement:
a. En flexion: (sous l'effet du moment de flexion Mf)

Poutre sur deux appuis simples


et sollicitée en flexion simple

Rupture

Rupture par "traction" du béton


Rupture
Rupture d'une poutre console non "armée" par traction excessive du béton
 Mf provoque une déformation de la poutre, dans
ces conditions nous avons les fibres supérieures
comprimées et les fibres inférieures tendues
Résistance en flexion de la même poutre "armée"
 Il apparait très rapidement, dans cette zone tendue, Les armatures empêchent l'ouverture des fissures

des fissures dues à la mise en traction du béton Fissuration

 La présence d’armatures judicieusement placées


Fissuration
près des fibres tendues, empêche ou retarde Les armatures doivent être placées le plus proche possible des fibres tendues
l’apparition de ces fissures

35 16/12/2021
II. PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME
2. Fonctionnement:
FERRAILLAGE LONGITUDINAL D'UNE POUTRE CONSOLE

Chapeau sur appui de rive Aciers de construction Aciers "Chapeaux sur appui"

Aciers tendus en travée


Aciers transversaux

ADFER par P.Deguette

CISAILLEMENT VERTICAL
Bielle de "compression"
 Dans les zones voisines des appuis, les efforts T
sont maximaux et engendrent des contraintes de
cisaillements et des contraintes de tractions Appui Appui

 La résultante de ces deux contraintes entraine des CISAILLEMENT LONGITUDINAL Contrainte principale de traction "à 45°"

fissuration à 45°
 Faut donc prévoir des armatures verticales (cadres,
éts ou épingles) pour empêcher l’ouverture de ces Appui Appui
fissures. Zone de cisaillement maxi

Détail

Fissure "à 45°"

Appui Appui
Contrainte principale
Vu
de traction
36 16/12/2021
II. PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME
2. Fonctionnement:
b. En compression
 Dans les poteaux comprimés, le béton résiste
bien à la compression, les armatures sont
donc théoriquement inutiles.
 Sous l’effet des charges, le poteau peut céder
par :
o flambement (poteau élancé)
o Expansion latérale du béton
 Il est indispensable de placer des armatures :
o Longitudinales
o Verticales
 Aciers longitudinaux :
o Disposés parallèlement à la direction
de N (effort normal)
o Respectant les distances minimales
d’enrobage
o Section des aciers et le coffrage :
Même centre de gravité
 Aciers transversaux :
o Cadres, étriers, épingles doivent bien ceinturer les acier longs de
manière à s’opposer à leur flambement
37 16/12/2021
SOMMAIRE

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


Béton Armé 1 Dr Adamah MESSAN 38 16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
1. Le Béton:
a. Résistances caractéristiques du béton
16 cm
 COMPRESSION
Le chantier doit viser en moyenne : fc28 moy  (1,15 à 1,30 ).fc28

j
Pour j < 28 jours, on prend fcj  * fc 28 pour fc28  40 MPa
4 ,76  0 ,83 * j
32 cm
j
fcj  * fc28 pour fc28  40 MPa
1,40  0 ,95 * j
 TRACTION

39 16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
1. Le Béton:
b. Diagramme déformations-contraintes du béton :
 bc Diagramme caractéristique

 Etat-limite ultime fcj


Diagramme rectangulaire simplifié

 b  1,50 pour les combinaisons fondamentales (Cas le plus courant) Diagramme "Parabole-Rectangle"
Le coefficient b vaut :
 b  1,15 pour les combinaisons accidentelles (adopté à l'E.L.U.)
fbu

fbu = 0,85.fcj
 b

 bc
0 0,7 2 3,5 °/oo

t est la durée d’application de la combinaison d’action considérée


Section partiellement comprimée ………………

40 16/12/2021

Yu distance entre axe neutre et la fibre la plus comprimée


III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
1. Le Béton:
b. Diagramme déformations-contraintes du béton :
 Etat-limite de service

41 16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
2. Les Aciers:
Deux types d’acier
 Haute Adhérence - HA  Rond Lisse - RL

Valeur caractéristique de l’acier est appelée


: Nuance (fe)

Plus utilisés en Béton Armé Plus utilisés en construction métallique


42 16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
2. Les Aciers: Contrainte de traction

Déformation relative

43 16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX Les Aciers:

• Loi de comportement • Modélisation


expérimentale réglementaire

3 Ecrouissage

2 Plastique

1 Elastique

Ecrouissage : Permet d’augmenter44 la contrainte (Non exploitable en


16/12/2021
terme de dimensionnement)
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
2. Les Aciers:

Contrainte de Allongement
Nuance Fe (MPa)
rupture (MPa) de rupture %

FeE215 215 330 à 490 22


RL
FeE235 235 410 à 490 22
FeE400 400 480 14
HA
FeE500 500 550 12

Sections totale d'acier en cm2


Diamètres Masse kg/m 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
6 0,222 0,28 0,57 0,85 1,13 1,41 1,70 1,98 2,26 2,54 2,83
8 0,395 0,50 1,01 1,51 2,01 2,51 3,02 3,52 4,02 4,52 5,03
10 0,617 0,79 1,57 2,36 3,14 3,93 4,71 5,50 6,28 7,07 7,85
12 0,888 1,13 2,26 3,39 4,52 5,65 6,79 7,92 9,05 10,18 11,31
14 1,210 1,54 3,08 4,62 6,16 7,70 9,24 10,78 12,31 13,85 15,39
16 1,580 2,01 4,02 6,03 8,04 10,05 12,06 14,07 16,08 18,10 20,11
20 2,466 3,14 6,28 9,42 12,57 15,71 18,85 21,99 25,13 28,27 31,42
25 3,850 4,91 9,82 14,73 19,63 24,54 29,45 34,36 39,27 44,18 49,09
32 6,313 8,04 16,08 24,13 32,17 40,21 48,25 56,30 64,34 72,38 80,42
45
40 9,864 12,57 25,13 37,70 50,26 62,83 75,40 87,96 100,53 113,09 125,66
16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
2. Les Aciers:

46
16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
2. Les Aciers:
b. Diagramme déformations-contraintes à l'E.L.U:

s
fe  s
fe
Traction
fsu
- 10 °/oo s
fe 10 °/oo °/oo
Es

Compression


s
-fe 10 °/oo
°/oo
sl

47 16/12/2021
III. CARACTERISQUES DES MATERIAUX
2. Les Aciers:
c. Diagramme déformations-contraintes à l'ELS:

Exemple : B25 et FeE400 / B25 et FeE500 / B30 et FeE500


48 16/12/2021
SOMMAIRE

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


49 16/12/2021
IV. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES
1. Protection des armatures :
e Enrobage
PROTECTION DES ARMATURES
Enrobage (BAEL A.7.1)

t
l

Cas courant :
 Dalle - Poutre - poteaux : enrobage e = 2,5 à
3cm
 Semelle (filante, isolée et radier) e = 5 cm

50 16/12/2021
IV. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES
Quelques exemples de cales à béton pour l’enrobage

51 16/12/2021
IV. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES
2. Possibilités de bétonnage correct:
Cadres Etrier Epingle

Dalle ou voiles e
t
l < e h
10
t
Poutres
l  l
t h
35 


BETONNAGE CORRECT t bo

10
bo

Diam HA long ≤ e / 10 Diam HA trans ≤ min [ øl ; h/35 ; b0/10 ]

BETONNAGE CORRECT Les armatures peuvent être groupées en


Sens de coulage du béton b paquets à condition de les disposer de
façon compacte et d’opposer le minimum
Hauteur du paquet Hauteur du paquet
c a eh a ev de gène à la mise en place du béton
c> a
b b  ou a
eh
1,5.cg b
ev  ou b Eviter les paquets de 3 dans le cas courant
a Largeur du paquet a cg c

52 16/12/2021
IV. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES
2. Possibilités de bétonnage correct:
Quelques exemples de plan de ferraillages

Evp Evp
Ehp
Ehp
Ehp

53 16/12/2021
SOMMAIRE

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


54 16/12/2021
V. ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE
1. ADHERENCE DES ACIERS EN BARRES:

 L’ Adhérence est assurée par la longueur de scellement (Ls)

Ls
 Si Ls ≤ (b –e) : Ancrage rectiligne possible

e
 Si Ls ≥ (b –e) : Ancrage rectiligne impossible

b  Dans ce cas, faire un ancrage courbe avec une


longueur développée (Ld = L1 + L2 + Lc)

 (b –e) = d2 (distance utile)


55 16/12/2021
V. ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE
ANCRAGE DES
y
s
BARRES DROITES ISOLEES
1. ADHERENCE DES ACIERS EN BARRES:
F1 F2 x
 Ancrage rectiligne
l
s
 s su
x

 Longueur de scellement droit pour une barre isolée



fe

x
ls

 su 

Fs = A.fe
avec

56 16/12/2021
V. ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE
1. ADHERENCE DES ACIERS EN BARRES:
 Ancrage par courbure d’une barre tendue D CROCHET
l1

l1 COURANT

C
Rayon de courbure l2
Rayon de cintrage

Début de la zone d'ancrage d2

B A d1 d1 = ld - d2
l2

d2 = l2+ (r + ø/2)
d2 = l2 + r +/2

57 16/12/2021
V. ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE
1. ADHERENCE DES ACIERS EN BARRES:
 Ancrage par courbure d’une barre tendue D CROCHET
l1

l1 COURANT

C
Rayon de courbure l2
Rayon de cintrage

Début de la zone d'ancrage d2

B A d1 d1 = ld - d2
l2

d2 = l2 + r +/2
Cadres Etrier Epingle





58 16/12/2021
V. ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE
1. Jonction des barres:
 Recouvrements simples des armatures
tendues

 Recouvrements des armatures


comprimées

59 16/12/2021
SOMMAIRE

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


60 16/12/2021
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

1. LA TRACTION SIMPLE:

Il s’agit du calcul aux Etats Limites


Ultime (ELU) et en Service (ELS) des
éléments tendus appelés « tirants »
d’une structure en béton armé.
 Hypothèses

 Définition
Une structure sollicitée en traction
simple (tirant) : dans toute la section
S, l’ensemble des forces extérieures
situées àgauche de la section, se réduit
à un effort normal de traction (N)

16/12/2021
61
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

1. LA TRACTION SIMPLE:

Il s’agit du calcul aux Etats Limites


Ultime (ELU) et en Service (ELS) des
éléments tendus appelés « tirants »
d’une structure en béton armé.
 Quelques exemples de plan de ferraillage d’un tirant

16/12/2021
62
 Exemples de structures en traction

 en traction

Béton Armé 1 Dr Adamah MESSAN 63 16/12/2021


 en traction
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
1. LA TRACTION SIMPLE:
 Justification des armatures longitudinales

1,35G + 1,5Q G+Q

Béton Armé 1 Dr Adamah MESSAN 64 16/12/2021


VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
1. LA TRACTION SIMPLE:
 Condition de non fragilité

 Section d’acier

 Dispositions constructives

65 16/12/2021
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
1. LA TRACTION SIMPLE:  Armatures transversales
 Dimensions de la section du béton Cadres Etrier Epingle



 øt ≥ øl/3 


66 16/12/2021
Exercice 1
Soit un tirant de section 20x25 cm2 sollicité par une charge de 120kN et une
surcharge de 85 kN. Il sera réalisé avec un B30 et un HAFeE400, enrobage e =
3cm et la fissuration est jugée très préjudiciable.
1. Déterminer la section théorique de l’acier
2. Proposer un choix des aciers longitudinaux,
3. déterminer le diamètre de l’acier transversal
4. Proposer un plan de ferraillage de la section transversale de ce tirant

Exercice 2
On souhaite dimensionner un tirant en FPP et soumis à des charges Ng = 95
kN et Nq = 55 kN. On dispose d’un béton B25 et des barres HAFeE500.
1. Déterminer la section théorique de l’acier
2. Déterminer la section du tirant en considérant que la condition de non fragilité
est vérifiée (on suppose que le coffrage est de section carré)
3. Apres avoir proposé un choix des aciers longitudinaux, déterminer le diamètre
de l’acier transversal
4. Proposer un plan de ferraillage de la section transversale de ce tirant

67 16/12/2021
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Définition

Justification des calculs à ELU

La vérification au flambement Lf n’est assurée que si l’élancement de la pièce l≤ 70


68 16/12/2021
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Longueur libre d’un poteau (L0)

69 16/12/2021
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Longueur de flambement Lf et l’élancement l
La vérification au flambement Lf n’est assuré que si l’élancement de la pièce l≤ 70

70 16/12/2021
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Longueur de flambement Lf et l’élancement l
L’élancement l d’une pièce comprimée
de section constante est le rapport de sa
longueur de flambement Lf définie en
fonction du rayon de giration i de la
section droite du béton

71 16/12/2021
VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Justification des poteaux

Béton Armé 1 Dr Adamah MESSAN 72 16/12/2021


VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Justification des poteaux
Si Nu est connu et Br imposée, on peut avoir ASC < 0 , dans ce cas ont dit que la
section du béton seule suffit pour supporter la charge Nu.
Il faut alors déterminer la section d’acier minimale (Amin) à mettre dans le poteau,

Lors du dimensionnement, la section d’acier comprimée doit satisfaire la


condition suivante :
Amin ≤ ASC ≤ Amax

Béton Armé 1 Dr Adamah MESSAN 73 16/12/2021


VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Détermination des armatures
 Armatures longitudinales

 Armatures transversales

Béton Armé 1 Dr Adamah MESSAN 74 16/12/2021


VI. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES
2. LA COMPRESSION SIMPLE:
 Dispositions constructives réglementaires

75 16/12/2021
76 16/12/2021
Dimensionnement d’un poteau

77 16/12/2021
SOMMAIRE

Chapitre 1: BASE DE CALCUL

Chapitre 2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

Chapitre 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

Chapitre 4: DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

Chapitre 5: ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

Chapitre 6: SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES

Chapitre 7: FONDATIONS SUPERFICIELLES

Chapitre 8: ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE

Chapitre 9: FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES


78 16/12/2021
VII. FONDATIONS SUPERFICIELLES (Semelle filante et semelle Isolée)
1. Semelles filantes sous murs
Elles sont généralement exécutées en béton armé dosé à 350Kg/m3 et se repose
toujours sur un béton de propriété, Les dimensions de la semelle filante doivent
être définies de telle sorte que sa base exerce une pression strictement inférieure
à la contrainte admissible du sol (δsol)
Par soucis d’économie, la semelle filante en béton armé peut être substituée en
une semelle en béton cyclopéen (un ensemble formé de béton et de moellons) :

Comment dimensionner une semelle


filante?
79 16/12/2021
VII. FONDATIONS SUPERFICIELLES (Semelle filante et semelle Isolée)
1. Semelles filantes sous murs

 Avoir des informations sur la résistance du sol (δsol)


 Effectuer une descente de charge sur un ml, du dernier niveau jusqu'à
la partie supérieure de la fondation (ELU et à l’ELS)
 PU = 1,35g + 1,5q Pser = g + q
 Déterminer la largeur de la semelle filante : B

P P
B (m)* 1ml ≥ max ( U (MN/ml) , ser (MN/ml) )
δsol−u (𝑴𝑷𝒂) δsol−ser (𝑴𝑷𝒂)
 Déterminer l’épaisseur du béton h

B−b
+ 5 cm ≤ h ≤ (B – b) + 5 cm
𝟒
Avec b : la largeur du mur

80 16/12/2021
VII. FONDATIONS SUPERFICIELLES (Semelle filante et semelle Isolée)
1. Semelles filantes sous murs
 Vérifier que la contrainte réelle créée par l’ouvrage est bien
inférieure à la contrainte admissible du sol
 Pour cela, il faut continuer la descente de charge jusqu’à la base de
la semelle (ajouter le poids propre de la semelle à l’ELU ou à l’ELS)
PUO = Pu + 1,35 PP ou PserO = Pser + PP
avec PP : poids propre de la semelle

PUO PserO
δréelle = 𝑺
ou
𝑺
si δréelle ≤ δsol alors les dimensions de la

semelle filante sont convenables. Dans le cas contraire,


augmenter de 5 cm à 5 cm la largeur de la semelle.

81 16/12/2021
VII. FONDATIONS SUPERFICIELLES (Semelle filante et semelle Isolée)

1. Semelles filantes sous murs (Détermination des armatures)


 Déterminer les armatures principales de la semelle filante

(B−b) PUO
 As =  Déterminer les armatures de répartition
𝟖 d 𝑭𝒔𝒖
Avec d = h – 5 cm As
Ar =
Fe 𝟒
FSu = 𝟏,𝟏𝟓
avec Ar La section d’acier de
As la section d’acier principale répartition.

 Dispositif constructif
Fissuration préjudiciable: A = 1,10 As

Fissuration très préjudiciable: A = 1,50 As


82 16/12/2021
VII. FONDATIONS SUPERFICIELLES (Semelle filante et semelle Isolée)

1. Semelles filantes sous murs (position des armatures)

83 H 16/12/2021
B ml
VII. FONDATIONS SUPERFICIELLES (Semelle filante et semelle Isolée)

1. Semelles filantes sous murs (Détermination des armatures)

• ls > B/4: toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités
de la semelle et comporter des ancrages courbes
• B/8 < ls ≤ B/4: toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités
de la semelle mais peuvent ne pas comporter de crochet

• ls ≤ B/8: les barres ne comportent pas de crochet et on peut arrêter une barre
sur deux à 0,71B ou alterner des barres de 0,86B.

84 16/12/2021
VII. FONDATIONS SUPERFICIELLES (Semelle filante et semelle Isolée)

2. Semelles isolées sous poteaux Profondeur d’ancrage ≤ 3m

Ce sont des semelles réalisées sous l’emprise des poteaux et dont le rôle

premier est de prendre les charges transmises par les poteaux et de les

transmettre au sol porteur. De même que la semelle filante, elle est

généralement dosée à 350 kg/m3 et se repose sur le béton de propreté. La

forme de la semelle isolée doit être en relation avec celle des poteaux dont

elle supporte. Si le poteau est carré (circulaire), la semelle isolée est carrée

(carrée), si le poteau est rectangulaire, la semelle est rectangulaire

(Recommandation mais pas une obligation)

85 16/12/2021
2. Semelles isolées sous poteaux

Comment dimensionner une semelle


isolée

86 16/12/2021
2. Semelles isolées sous poteaux

 Avoir des informations sur la résistance du sol (δsol et profondeur


d’ancrage)
 PU = 1,35g + 1,5q , Pser = g + q
 Déterminer les dimensions horizontales A et B de la semelle isolée :
A le petit côté de la semelle -- a petit côté du poteau
B grand côté de la semelle -- b grand côté du poteau

P P P
= Max ( U , ser )
δ δsol−𝒖 δsol−𝒔𝒆𝒓

𝒂P 𝒃P
A≥ et B≥ si la semelle est carrée on a
bδ aδ

P
A=B ≥
δ
87 16/12/2021
2. Semelles isolées sous poteaux

 Déterminer les dimensions verticales de la semelle h

B−b
+ 5 cm ≤ h ≤ (B – b) + 5 cm
𝟒
ou
A−a
+ 5 cm ≤ h ≤ (A – a) + 5 cm
𝟒

 Effectuer la vérification que la contrainte réelle créée par l’ouvrage


est bien inférieure à la contrainte admissible du sol
 Pour cela, il faut continuer la descente de charge jusqu’à la base de
la semelle (ajouter le poids propre de la semelle à l’ELU ou à l’ELS)
==> PuO = Pu + 1,35PPsemelle PserO = Pser + PPsemelle

88 16/12/2021
2. Semelles isolées sous poteaux

PUO PserO
δréelle = 𝑺
ou
𝑺
si δréelle ≤ δsol alors les dimensions de la

semelle isolée sont convenables. Dans le cas contraire, il y’aura


tassement d’où la nécessité d’augmenter les dimensions A et B
de la semelle.

 Déterminer la section des armatures par rapport à la dimension A


(As//A )

(A−a) PUO Fe
As//A ≥ avec d = h – 5 cm / Fsu=
𝟖 d 𝑭𝒔𝒖 𝟏,𝟏𝟓

 Déterminer la section des armatures par rapport à la dimension B


(AsB )

(B−b) PUO Fe
As//B ≥ avec d = h – 5 cm / Fsu=
𝟖 d 𝑭𝒔𝒖 𝟏,𝟏𝟓
89 16/12/2021
2. Semelles isolées sous poteaux

 l’espacement (St) doit 10 ≤ st ≤ 25

 St = 15 cm ou 20 cm (cas courant)

90 16/12/2021
Béton Armé 1
2. Semelles isolées sous poteaux

91 16/12/2021
Béton Armé 1
2. Semelles isolées sous poteaux
 Dispositif constructif

Fissuration préjudiciable: Asp//A-B = 1,10 As //(A-B)

Fissuration très préjudiciable: Asp//A-B = 1,50 As//(A-B)

• LsA (LsB) ≤ A/4 (B/4) : Armatures représentées sans crochet, sinon il faut

les placer
 Semelle en glacis

92 16/12/2021
Béton Armé 1
 Passage de la contrainte admissible ELS à l’ELU

La contrainte admissible inscrite dans le rapport du laboratoire (LNBTP cas du


Burkina Faso) est toujours à l’ELS. Alors :
δad(ELU) = 1,35*δad(ELS)

 Passage de la contrainte de rupture à la contrainte admissible (ELU et


ELS)
Soit :
𝟏
δad(ELU) = ∗δrup
𝟐
𝟏
δad(ELS) = ∗δrup
𝟑

93 16/12/2021

Vous aimerez peut-être aussi