Vous êtes sur la page 1sur 9

UNIVERSITE DE TUNIS

INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION

DECISION FINANCIERE A COURT TERME


3 LFIN
BILAN COMPTABLE ET BILAN FONCTIONNEL

ENSEIGNANTE : LAMIA MABROUK

ANNEE UNIVERSITAIRE : 2021/2022


LE BILAN COMPTABLE
Un bilan comptable est composé de deux parties : l’actif (à gauche) et le passif (à droite). Il
est toujours équilibré de sorte que le total de l’actif soit égal au total du passif.

Les informations figurant à l’actif du bilan

L’actif (partie gauche du bilan) comprend deux parties : l’actif immobilisé (en haut) et l’actif
circulant (en dessous), ainsi que les comptes de régularisation.

L’actif immobilisé
Il contient les biens possédés par l’entreprise qui sont destinés à être utilisés durablement, que
l’on appelle également « immobilisations ». Ces dernières sont regroupées en trois catégories :
• les immobilisations incorporelles (fonds de commerce, logiciels, sites
internet, marques…),
• les immobilisations corporelles (immeubles, véhicules, équipements…),
• et les immobilisations financières (titres de participation dans d’autres
sociétés, cautions…).
Pour chaque poste de l’actif immobilisé, le bilan contient :
• la valeur d’origine de l’immobilisation,
• le montant des amortissements et dépréciations,
• la valeur nette de l’immobilisation à la date de l’établissement du bilan (valeur
d’origine – amortissements – dépréciations).

L’actif circulant
Il contient tous les éléments possédés par l’entreprise qui sont destinés à être transformés
rapidement en liquidités. Il s’agit notamment des stocks, des créances clients, des disponibilités
en banque et en caisse.

Les comptes de régularisation


Ces comptes figurent en bas de l’actif du bilan, ils correspondent aux régularisations effectuées
à l’occasion de la clôture de l’exercice qui viennent augmenter le résultat, comme les charges
constatées d’avance (partie neutralisée d’une dépense comptabilisée sur l’exercice mais qui
concerne l’exercice suivant, pour ne pas fausser le résultat).

Les éléments figurant au passif du bilan

Le passif (partie droite du bilan) comprend trois parties : les capitaux propres (en haut), les
provisions pour risques et charges, et les dettes (en dessous), ainsi que les comptes de
régularisation.

Les capitaux propres


Les capitaux propres regroupent principalement les apports en capital social (apports à la
création, augmentation de capital, primes d’émission…) ou les apports de l’exploitant dans le
cas d’une entreprise individuelle, les réserves accumulées (partie des bénéfices non distribuée
aux associés) et le résultat de l’exercice clos.
Les provisions pour risques et charges
Ces provisions correspondent à la valorisation des risques qui pèsent sur l’entreprise.

Les dettes
Le passif du bilan comprend également toutes les dettes de l’entreprise à la date de clôture. Ces
dettes sont regroupées en plusieurs catégories avec notamment les dettes fournisseurs, les dettes
financières, les dettes fiscales et les dettes sociales. Il convient de distinguer les dettes à long
terme et les dettes à court terme.

Les comptes de régularisation


On peut également retrouver des comptes de régularisation au passif. Les éléments y figurant
correspondent aux régularisations effectuées à l’occasion de la clôture de l’exercice qui
viennent diminuer le résultat, comme les produits constatés d’avance (facture client déjà
comptabilisée sur l’exercice mais qui concerne une livraison ou une prestation réalisée sur
l’exercice suivant).

Le bilan fonctionnel: Concept, analyse et retraitements


Le bilan fonctionnel est un instrument qui permet l’analyse de l’équilibre financier de
l’entreprise. Cette analyse permet de mettre en évidence les notions de fonds de roulement,
de besoin en fonds de roulement et de trésorerie nette à partir desquelles la situation
financière de l’entreprise peut être appréciée. L’utilisation de ratios permettra de compléter
cette appréciation et de proposer des solutions en cas de déséquilibre financier.
Concept de bilan fonctionnel
Le bilan fonctionnel est un bilan comptable retraité dans le but d’expliquer le fonctionnement
de l’entreprise. Les éléments de l’actif et du passif sont classés en différents cycles, ce qui
permet :

• le calcul de différents agrégats (fonds de roulement, besoin en fonds de


roulement, trésorerie) ;
• l’analyse de l’équilibre financier de l’entreprise.

Les cycles fonctionnels:


Cycle d’investissement : Cycle long qui s’étend sur plusieurs années. Il est représenté par les
emplois stables (ou durables) de l’entreprise (investissements incorporels, corporels et
financiers).

Cycle de financement :Il est représenté par les ressources stables ou durables (capitaux
propres, dettes financières) nécessaires au financement des emplois stables.
Cycle d’exploitation : Ensemble des opérations allant de l’acquisition des matières premières
et/ou marchandises jusqu’au recouvrement des créances clients. Le cycle d’exploitation est
court pour une entreprise commerciale, plus long pour une entreprise de production. Il est
représenté par :

• les actifs d’exploitation (besoins de financement générés par le cycle


d’exploitation) ;
• les dettes d’exploitation (ressources de financement générées par le cycle
d’exploitation).

Cycle hors exploitation : Certaines opérations n’ont pas de lien direct avec l’exploitation
(placements financiers, dettes d’IS, sur immobilisations). Elles sont regroupées dans l’actif et
le passif hors exploitation.

Les principes d’élaboration

• L’analyse fonctionnelle repose sur une hypothèse de continuité d’exploitation.


• Le bilan fonctionnel est élaboré à partir d’un bilan PCG avant répartition du
résultat.
• Les éléments de l’actif sont inscrits pour leur valeur d’origine (valeur brute), les
amortissements et dépréciations sont assimilés à des ressources stables.
• Les éléments du bilan (PCG) sont classés selon le cycle auquel ils
appartiennent.
• Des retraitements sont prévus par la Centrale de bilans de la Banque
de France (CDB) ; ils permettent de donner une image plus économique du
bilan fonctionnel et facilitent les comparaisons interentreprises.

Les retraitements du bilan fonctionnel


Les corrections liées aux emplois stables
Actionnaires, capital souscrit non appelé:

• À éliminer de l’actif du bilan.


• À soustraire des capitaux propres afin de ne prendre en compte que les
ressources effectivement mises à la disposition de la société.

Charges à répartir:

• Elles figurent au bas du bilan.


• Elles sont à ajouter aux emplois stables (pour leur montant brut) car assimilées à
des immobilisations dans l’analyse fonctionnelle.
Amortissements des immobilisations:

• Ils représentent une ressource de financement.


• À ajouter aux ressources stables (y compris les amortissements des charges à
répartir).

Primes de remboursement des obligations:

• À éliminer de l’actif du bilan.


• À déduire des emprunts obligataires (ressources stables). Il n’est tenu compte
que du prix d’émission de l’emprunt.

Intérêts courus sur créances immobilisées, prêts :

• À reclasser en actif circulant hors exploitation.

Les corrections liées aux éléments de l’actif circulant d’exploitation et hors exploitation
Charges constatées d’avance: Montant à ventiler en actif d’exploitation ou hors exploitation,
selon leur nature.

Écart de conversion actif sur créance:

• Les créances doivent être évaluées à leur valeur d’origine.


• Les écarts de conversion actifs doivent être neutralisés, c’est-à-dire ajoutés aux
créances.

Écart de conversion passif sur créances: Ils sont déduits des créances.

Capital souscrit, appelé – non versé, Valeurs mobilières de placement et les intérêts
courus sur prêts : À reclasser en actif circulant hors exploitation.

Les corrections liées aux ressources stables

Actionnaires, capital souscrit non appelé: À soustraire des capitaux propres afin de ne
prendre en compte que les ressources effectivement mises à la disposition de la société.
Amortissements et dépréciations de l’actif du bilan : À ajouter aux capitaux propres.

Dettes financières (sauf concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque)


: Elles représentent une ressource stable. Elles sont à ajouter aux capitaux propres.

Concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque : À soustraire des emprunts et


à ajouter à la trésorerie passive.

Intérêts courus sur emprunts : À reclasser en dette hors exploitation.

Écarts de conversion actifs sur dettes:

• Les dettes doivent être évaluées à leur valeur d’origine.


• Les écarts de conversion actifs sont à déduire des dettes.

Écarts de conversion passifs sur dettes: Les écarts de conversion passifs sont ajoutés aux
dettes.

Les corrections liées aux dettes d’exploitation et hors exploitation

Produits constatés d’avance : Montant à ventiler en dette d’exploitation ou hors exploitation,


selon leur nature.

Intérêts courus sur emprunts : À soustraire des emprunts et à reclasser en dette hors
exploitation.

Dette sur immobilisation, dette d’IS et Dividendes à payer: À reclasser en dette hors
exploitation.

Trésorerie nette = trésorerie active – trésorerie passive, avec :


Trésorerie active = disponibilités.

Trésorerie passive = concours bancaires courants + soldes créditeurs de banque.

Trésorerie nette = FRNG – BFR

•Si FRNG- BFR > 0, la trésorerie nette est positive.

•Si FRNG- BFR < 0, la trésorerie nette est négative.

Vous aimerez peut-être aussi