Vous êtes sur la page 1sur 4

TRAVAUX DIRIGES SUR LES ESSAIS MECANIQUES

Exercice 1 :
Sur la courbe de traction R = f(ε) d’un fer polycristallin, on a relevé une limite
conventionnelle d’élasticité Re0,2 égale à 280 MPa. Sous cette contrainte, la déformation
totale de l’éprouvette de traction était égale à 0,337 %.
1. Quelle est la valeur (en GPa) du module d’Young E de ce fer polycristallin.
2. Si ce fer polycristallin est mis sous une contrainte de 350 MPa, quelle est la valeur de
l’énergie élastique emmagasinée par unité de volume de matériau.

Exercice 2 :
On réalise un essai de traction sur une éprouvette cylindrique faite d’un matériau cristallin
ductile X. Les dimensions de l’éprouvette sont les suivantes :
Diamètre : d0 = 20 mm
Longueur utile : l0 =200 mm

Au cours de l’essai, on observe que, sous une force F de 113,2 kN, l’éprouvette s’allonge de
0,742 mm.
Après décharge complète à partir de cette force, la longueur de l’éprouvette est égale à 200,4
mm.
On constate également que sous une contrainte de 200 MPa, le diamètre de l’éprouvette
diminue de 5,88 μm. Avec ces données, on vous demande de calculer :
1. La limite conventionnelle d’élasticité Re0,2 (en MPa) de ce matériau.
2. Le module d’Young E (en GPa) de ce matériau.
3. La résistance théorique à la traction Rth (en MPa) de ce matériau.
4. L’énergie élastique Wél (en J) emmagasinée dans l’éprouvette quand
elle est soumise à une contrainte de 200 MPa.
5. Le coefficient de Poisson ν de ce matériau.

Exercice 3 :

On soumet une éprouvette cylindrique en laiton de 7,5mm de diamètre et de 90mm de longueur à


une force de traction de 6000N, puis on supprime cette force. Voir courbe.

1. Calculer la longueur finale de l’éprouvette à cet instant.


2. Calculer la longueur finale qu’à l’éprouvette lorsqu’on augmente la charge jusqu’à
16500N puis qu’on la supprime.
3. Calculer l’énergie emmagasinée par unité de volume sous cette charge.
Exercice 4
Le tableau ci-dessous récapitule les résultats d’un essai de traction effectué sur une éprouvette
en acier à haute teneur en carbone traité thermiquement. F est la charge sur l’éprouvette et l
son allongement.

F (kN) 0 51,8 72 93,8 109 141,6 149,6 161 170


l (mm) 0 0,0255 0,035 0,046 0,0535 0,076 0,101 0,152 0,203
F (kN) 177,2 186,8 197,6 214,4 227 235 242 246 rupture
l (mm) 0,254 0,355 0,508 0,762 1,016 1,272 1,524 1,780

Le diamètre initial de l’éprouvette est de 17,68mm, le diamètre ultime est de 16,41mm, la


longueur testée de 25mm et la longueur ultime 26,75mm.

1. Tracer le graphe conventionnel contrainte – déformation.


Echelle : 1mm = 10MPa
1mm = 0,001
2. En déduire la résistance à la rupture et la résistance élastique de ce matériau. Sachant
que la limite élastique est située à l’extrémité de la portion droite de la courbe.
3. Calculer le module d’élasticité longitudinale du matériau en déduire l’angle
d’inclinaison de la pente
4. Calculer l’allongement en %.
5. Calculer le coefficient de striction.
6. Sous une charge de 227 kN, on note un rétrécissement du diamètre de l’éprouvette de
0,23mm. Vu que le matériau devra subir des compressions dans son fonctionnement :
a. Déterminer le module de compressibilité isostatique du matériau sous cette
charge.
b. Calculer l’énergie élastique emmagasinée dans le volume de référence de
l’éprouvette.

Exercice 5 :

Un cube étalon de dureté 150 HB et une bille de diamètre 10 mm ont été utilisés pour faire un
essai à la bille par comparaison sur une pièce en acier non allié. Après l’essai, les résultats
suivants ont été relevés :
Dureté pièce : 200 HB
Diamètre de l’empreinte de l’étalon : 3,5 mm

1. Déterminer le diamètre de l’empreinte de la pièce ( π 3.14).


2. Calculer la résistance Rm de la pièce. En déduire le diamètre de l’éprouvette sachant
que Fm est égal à 72128 N.
3. Sachant que le coefficient de striction Z% est de 40 , déterminer la section ultime.
Su. En déduire le diamètre correspondant.
Exercice 6 :
1. Après un essai ROCKWELL, l’accroissement rémanent est égal à 0,06mm.
2. Calculer la dureté HRb et HRc correspondante
3. Pour l’essai HV/40/10 nous avons la section de l’empreinte S = 4,855mm 2
a. Calculer la dureté HV de la pièce
b. Calculer d1 et d2 sachant que d1X d2 = 6 et d1 d2
Exercice 7 :
On effectue un essai de résilience sur une éprouvette entaillée en U. Après la rupture la masse remonte
d’une hauteur h1=25 cm. On donne : Kcu= 145J/cm2, OG= 65 cm, P= 150N.

1. Calculer l’énergie résiduelle et l’énergie absorbée par la rupture.


2. Calculer l’angle  d’inclinaison de la pendule.
3. Calculer l’angle de remontée de la pendule β.
4. Quel est l’intérêt de l’entaille au niveau de l’éprouvette.
Exercice 8 :
L'essai de dureté Brinell d'un métal s'obtient en appliquant sur une bille une charge F, exprimée en N. L'aire
de l'empreinte laissée par la bille est S exprimée en mm 2.
πD ( D−√ D −d )
2 2
La dureté Brinell est par définition : HB = F/S avec S =
2
1. Expliquer le principe de cet essai avec schéma à l’appui
2. Démontrer que le diamètre D de la bille, le diamètre d de l'empreinte et la profondeur h de
l'empreinte sont liés par la relation : d 2 = 4 h (D – h).
3. Avec une bille de 10 mm et pour une charge de 3061,225 kgf, le diamètre de l'empreinte est
4,4 mm.
a. Déterminer la profondeur de l'empreinte.
b. Calculer la dureté Brinell du métal soumis à l'essai.

Vous aimerez peut-être aussi