Vous êtes sur la page 1sur 76

UNIVERSITE MOHAMMED V DE RABAT

ECOLE MOHAMMADIA D’INGENIEURS


DEPARTEMENT : GENIE ELECTRIQUE

Projet de Fin d’année

Dimensionnement des postes


électriques HTA/BT

Réalisé par : Encadré par :

BENTOZER Anass M. Mohamed DOUIYEH


OUKHAYI Hamza

Page 1
Dédicaces

A nos chers parents

Pour tous vos sacrifices,

A toutes nos familles

Pour vos encouragements,

A nos amis

Pour tous les moments de bonheur que nous avons passé ensemble,

Je vous dédie cet humble travail.


BENTOZER ANASS

OUKHAYI HAMZA

Page 2
Remerciements
Je tiens à remercier mon encadrant externe Mr. Mohammed DOUIYEH, pour le temps qu’il
nous a consacré et pour les précieuses informations qu’il nous a fournies avec intérêt et
compréhension.

Mes remerciements vont à tout le personnel que j’avais contacté au sein de LUMIERES ET
TECHNOLOGIE, auprès desquelles j’avais trouvé l’accueil chaleureux, l’aide et l’assistance
dont j’avais besoin.

Page 3
Résumé
Le travail effectué dans ce stage représente une étude et dimensionnement d’un poste électrique de
transformation HTA/BT. Dans notre étude nous sommes passés, d’abord, par différentiation entre les
différents types de poste et après on a entamé les définitions et le rôle de chaque équipement dans
le poste. Ensuite, pour faciliter la tâche à l’utilisateur pour choisir appareillages les plus adéquats on a
donné les critères de choix par l’utilisation des normes.

Page 4
ABSTRACT
The work carried out in this training course represents a study and dimensioning of an electric station
of HTA/BT transformation. In our study we have passed, first, by differentiation between the
different types of station and then we have started the definitions and the role of each equipment in
the station. Then, in order to facilitate the task of the user to choose the most adequate equipment,
we have given the criteria of choice by using the standards.

Page 5
Table des matières
Introduction générale : ......................................................................................................................... 9
CHAPITRE 01 : Présentation de l’organisme d’accueil......................................................................... 10
1.1 Introduction : ....................................................................................................................... 11
1.2 Présentation de LT : ............................................................................................................ 11
1.3 Développement d’activités et évolution ............................................................................. 11
1.4 Domaines d’activités............................................................................................................ 13
1.4.1 Activité de Maintenance.............................................................................................. 13
1.4.2 Activité Tertiaire et Industrielle................................................................................. 14
1.4.3 Activité Aéroportuaire ................................................................................................ 16
1.4.4 Activités Ferroviaire .................................................................................................... 16
1.5 Présentation de la cellule d’accueil .................................................................................... 17
Conclusion ........................................................................................................................................ 18
Chapitre 03 : ........................................................................................................................................ 19
LES ARCHITECTURES DE RESEAUX ......................................................................................... 19
3.1 Introduction ......................................................................................................................... 20
3.2 Définition :............................................................................................................................ 20
3.3 Différents types d'alimentation HTA................................................................................. 20
3.3.1 Raccordement sur un réseau radial HTA (simple dérivation) ................................ 20
3.3.2 Raccordement sur une boucle HTA (coupure d’artère) .......................................... 21
3.3.3 Raccordement sur deux câbles HTA en parallèle (double dérivation) ................... 22
3.4 La cellule de comptage ........................................................................................................ 23
3.4.1 Le comptage BT ........................................................................................................... 23
3.4.2 Le comptage HTA........................................................................................................ 24
Chapitre 04 : ........................................................................................................................................ 26
Les posts HTA/BT ............................................................................................................................... 26
4.1 Introduction ......................................................................................................................... 27
4.3 L’endroit d’un poste ............................................................................................................ 27
4.4 Catégories des postes :......................................................................................................... 28
4.4.2 Poste sous enveloppe préfabriqué .............................................................................. 29
4.4.3 Poste maçonne : ........................................................................................................... 30
4.4.3.1 Poste de distribution publique (DP) : ................................................................................ 30

Page 6
4.5 Les caractéristiques d’un poste HTA/BT: ......................................................................... 32
4.6 Appareillage HTA : ............................................................................................................. 33
4.7 Les Cellules préfabriquées .................................................................................................. 37
4.6.4 Fusible moyenne tension : ........................................................................................... 43
4.6.5 Interrupteurs-sectionneur .......................................................................................... 46
4.6.6 Transformateur HTA/BT ........................................................................................... 49
4.6.7 Parafoudre ................................................................................................................... 53
4.6.8 Les relais de protection ............................................................................................... 55
4.6.9 Transformateur de courant : ...................................................................................... 58
4.6.10 Transformateur de tension : ....................................................................................... 61
Chapitre 05 : ........................................................................................................................................ 64
Le dimensionnement d’un poste de transformation......................................................................... 64
5.1 Introduction : ....................................................................................................................... 65
5.2 Calcul des courants de court-circuit : ................................................................................ 65
5.2.1 Généralités : ......................................................................................................................... 65
5.2.2 Types de court-circuit : ......................................................................................................... 65
5.2.3 Méthodes de calcul : ............................................................................................................ 66
5.3 Spécificité de l’appareillage ................................................................................................ 67
5.4 Choix des appareils de coupure.......................................................................................... 68
5.4.1 Choix d'un disjoncteur MT.................................................................................................... 68
5.4.2 Choix des fusibles ................................................................................................................. 69
5.4.3 Le choix des cellules interrupteur-fusibles ........................................................................... 70
5.5 Choix de la puissance nominale du transformateur ......................................................... 73
5.5.1 Méthode de détermination de la puissance : ...................................................................... 73
5.5.2 Calcul de courant de court-circuit d’un transformateur : .................................................... 74
Conclusion générale : .......................................................................................................................... 75

Page 7
Introduction générale

Liste des figures


Figure 1: Développement d’activités et évolution ................................................................................................. 11
Figure 2: Développement d’activités et évolution de LUMIERES ET TECHNOLOGIE .............................................. 12
Figure 3:Domaines d’activité de LUMIERES ET TECHNOLOGIE ............................................................................. 12
Figure 4 : Vue globale du LUMIERES ET TECHNOLOGIE ........................................................................................ 12
Figure 5 : Exemple de produits de LUMIERES ET TECHNOLOGIE ........................................................................... 14
Figure 6: Schéma du système d’enregistrement d’évènements ............................................................................ 15
Figure 7: Organigramme de LUMIERES ET TECHNOLOGIE .................................................................................... 18
Figure 8 : Simple dérivation ................................................................................................................................... 21
Figure 9 : Installation avec transformateur HTA/BT unique, avec comptage BT .................................................. 21
Figure 10 : Coupure d'artère ................................................................................................................................. 22
Figure 11 : Double dérivation ................................................................................................................................ 23
Figure 12 : Poste de livraison a comptage BT ....................................................................................................... 24
Figure 13 : Poste de livraison a comptage MT ...................................................................................................... 25
Figure 14 : Poste sur poteau. ................................................................................................................................ 29
Figure 15 : Poste sous enveloppe préfabriqué ...................................................................................................... 30
Figure 16 : Poste de distribution publique. ........................................................................................................... 31
Figure 17 : Poste de livraison a comptage MT. .................................................................................................... 32
Figure 18 : Architecture générale d’un poste HTA/BT. ......................................................................................... 33
Figure 19 : Arc concentré [a] et arc diffus [b]. ....................................................................................................... 36
Figure 20 : Principes de la coupure par autocompression [a], et par arc tournant [b]. ........................................ 37
Figure 21 : Chambre de coupure d’un disjoncteur à coupure dans l’air ............................................................... 40
Figure 22 : Coupe schématique d’un fusible HTA. ................................................................................................ 44
Figure 23 : Les zones de fonctionnement des fusibles HTA. .................................................................................. 45
Figure 24 : Courbes de fusion et de limitation. ..................................................................................................... 46
Figure 25 : Transformateur MT/BT. ...................................................................................................................... 50
Figure 26 : Circuit magnétiques. ........................................................................................................................... 51
Figure 27 : Un relais de protection. ....................................................................................................................... 52
Figure 28 : Exemple de structure d'un parafoudre ZnO en enveloppe porcelaine ................................................ 55
Figure 29 : Relais électromagnétique à induction par disque simple. ................................................................... 57
Figure 30 : Transformateur de courant type tore. ................................................................................................ 60
Figure 31 : Le courant de transition et la durée d'ouverture de l'interrupteur. ..................................................... 71
Figure 32 : Répartition des courants de l'installation. ........................................................................................... 72
Figure 33 : Pouvoir de coupure de l’interrupteur du SM6. .................................................................................... 73
Figure 34 : Essai en courte circuit. ......................................................................................................................... 74

Page 8
Introduction générale

Introduction générale :
Un poste à moyenne tension est un ouvrage placé à un nœud d’un réseau, qui regroupe un
ensemble d’équipements destiné à assurer la protection et faciliter l’exploitation. Les postes
MT/BT assurent l’interface entre les réseaux de distribution MT et BT, l’alimentation d’une
installation électrique est effectuée avec un poste de transformation MT/BT qui est disposé au
plus près des éléments consommateurs d’énergie.

Les postes de distribution MT/BT peuvent avoir deux finalités :

• L’interconnexion entre les lignes de même niveau de tension, cela permet de répartir
l’énergie sur les différentes lignes issues des postes.
• La transformation de l’énergie électrique, les transformateurs permettent de passer
d’un niveau de tension à un autre.

Nous pouvons donc classer les postes par rapport aux réseaux sur lesquels ils sont utilisés
ainsi que par les fonctions qu’ils remplissent, la réalisation d’un poste MT/BT implique la
connaissance préalable :

• Des besoins à satisfaire (puissance, disponibilité de l’installation, exploitation).


• Des normes de référence et des textes réglementaires (niveau de tension, qualité de la
fourniture, puissance de court-circuit,...).
• Des besoins spécifiques liés aux utilisations (variations de tension tolérées,
compensation de l’énergie réactive, immunité des récepteurs aux perturbations,
réglementation liée à la sécurité des installations,...).
• Des contraintes d’installation et d’environnement.

A travers ce rapport, nous allons présenter une description générale des différents postes
MT/BT, après, nous exposons en détail le Poste livraison à comptage moyenne tension y
compris les différents équipements qui existent dans le poste et leurs choix pour fournir à
l'utilisateur une proposition du choix des appareillages les plus adéquats.

Page 9
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

CHAPITRE 01 :
Présentation de
l’organisme d’accueil

Page 10
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

1.1 Introduction :

Connaître l’organisme d’accueil, sa structure, ses secteurs d’activités, les valeurs que
véhiculent ses actions, sa culture ainsi que sa vision globale est primordiale avant d’entamer
toute tâche. Le présent chapitre a pour but de présenter en premier lieu une description de
l’organisme d’accueil (LT), ses principales activités et ses différents départements notamment
celui de la réalisation, dans lequel nous avons effectué notre projet de fin d’études.

1.2 Présentation de LT :

Lumières et Technologie est une entreprise Marocaine fondée en 1993 par M. Khalid
Bekhiche. Forte de son expertise en conception, réalisation et maintenance d’infrastructure
électrique, Lumières et Technologie accompagne ses clients dans leurs grands projets grâce à
des conceptions innovantes, des réalisations maîtrisées et une équipe d’experts. Avec plus de
200 collaborateurs, Lumières et technologie est devenue un joueur clé dans la réalisation de
projets d’envergure dans les domaines ferroviaire, Aéroportuaire, Industriel et tertiaire .

1.3 Développement d’activités et évolution

Figure 1: Développement d’activités et évolution

Page 11
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

Missions:

✓ Offrir des solutions techniques innovantes et adaptées aux besoins du client en


s’appuyant sur notre expertise des ouvrages complexes et notre réseau de partenaires
✓ Renforcer notre vocation de partenaire des chantiers structurants du Maroc et
développer de nouveaux marchés
✓ Maintenir une performance élevée, à travers l’intelligence collective de l’équipe et le
développement de compétences techniques dans des domaines stratégiques.
✓ Améliorer, en permanence, la satisfaction de nos clients

Figure 2: Développement d’activités et évolution de LUMIERES ET TECHNOLOGIE

Figure 3:Domaines d’activité de LUMIERES ET TECHNOLOGIE

Figure 4 : Vue globale du LUMIERES ET TECHNOLOGIE

Page 12
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

1.4 Domaines d’activités

Conception, réalisation et maintenance des infrastructures dans les secteurs d’activités


suivants :

✓ Tertiaire
✓ Ferroviaire
✓ Industrie
✓ Aéroportuaire

1.4.1 Activité de Maintenance

Maintenance préventive
• Gamme de maintenance préventive
• Fiches de suivi
• Calcul des indicateurs

Maintenance corrective
• Gamme de maintenance corrective
• Fiches d’intervention
• Enregistrement des pannes

Planification et Ordonnancement
• Planning annuel
• Programme hebdo / mensuel

Organisation et Méthode de la Maintenance


• Planification de la maintenance systématique
• Fiches de suivi
• Fiches d’intervention curative
• Suivi des stocks de rechange

Reporting et Performance
• Rapport périodique
• Taux de respect du planning
• Disponibilité
• Temps moyen de réaction
• Analyse de criticité (Fréquence, Gravité, Détectabilité)

Page 13
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

Références : Projets de maintenance

• Travaux d’entretien courant du circuit de retour de traction électrique des


installations SUD & NORD
• Maintenance des installations de signalisation électrique et mécanique sur le
réseau ferroviaire classique du Maroc
• Maintenance de détecteurs des boîtes chaudes et freins serrés sur le réseau
ONCF
• Maintenance du système de traitement de bagages du Terminal 1 de l’aéroport
Mohammed V
• Maintenance du groupe électrogène Temps Zéro de l’aéroport MARRAKECH
Ménara

1.4.2 Activité Tertiaire et Industrielle

1.4.2.1 Projets clés en main d’installation électrique


• Réalisation des installations électriques de secours et de sécurité pour les
environnements dont la continuité de service est primordiale (Aéroports,
Transport ferroviaire, Hôpitaux, Télécom…)
• Installation et maintenance des Groupe électrogène et onduleurs
• Respect des normes spécifiques de sécurité : OACI, NFC 15-211…

Figure 5 : Exemple de produits de LUMIERES ET TECHNOLOGIE

Page 14
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

1.4.2.2 Domaine d’Activité Industrie : Produits

• Système de contrôle commande de sectionneurs

Ce système permet la commande d’ouverture et de fermeture à distance des


sectionneurs motorisés par le biais d’un pupitre de commande installé dans la salle de
contrôle.

• Système d’enregistrement d’évènements

C’est un système intelligent qui permet de :

• Enregistrer en permanence les évènements survenus dans une gare lors le passage
d’un train, la manouvre d’un appareil de voie et en cas de la commande des
signaux.
• Visualiser en temps réel l’état de la gare à travers un interface de supervision basé
sur le tableau contrôle Optique de la gare.
• Consulter et mettre à jours l’Historique et les alarmes

Figure 6: Schéma du système d’enregistrement d’évènements

• Système de contrôle commande de balisage informatisé

C’est un système de supervision de contrôle-commande informatisé des aides visuelles


aéroportuaires. Il permet de commander et contrôler en temps réel le système lumineux de
balisage et les mâts d’éclairage du parking d’avions

• Portail intelligent d'accès aux zones sensibles

Page 15
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

Ce système répond au besoin de protection des zones sensibles. Il permet d’y accéder
à l’aide d’un portail

1.4.3 Activité Aéroportuaire

Partenaire privilégié de l’ONDA depuis 1993, Lumières et Technologie fournit,


installe et entretient des infrastructures clés en mains dans la majorité des aérogares et
aérodromes du Maroc.

L’expertise de Lumières et technologie couvre 3 domaines clés:

▪ Aides à la navigation aérienne : Balisage lumineux des pistes, Tour


de contrôle, ILS, VOR-DME
▪ Équipements Aérogare : Systèmes de traitement de bagages,
Téléaffichage, Passerelles télescopiques, Équipements et systèmes de
sécurité aéroportuaires
▪ Énergie: Éclairage de parking avions et voitures, Centrales électriques

Certains projets sont réalisés en partenariat avec des partenaires tel que Alpha Airport et
Daifuku Logan.

1.4.4 Activités Ferroviaire

• L’ONCF est engagé dans un programme stratégique d’investissement pour moderniser


et étendre le réseau ferré.

• Partenaire privilégié de l’ONCF, Lumières et Technologie fournit, installe et entretient


des infrastructures clés en mains dans la majorité du réseau ferré marocain.

• Notre expertise couvre les installations ferroviaires suivantes :

✓ Signalisation ferroviaire
✓ Sous-stations

Certains projets sont réalisés avec des partenaires tel que ALSTOM, INEO, COLAS,
BOMBARDIER, ANSALDO, CAFsignaling, SENER, Mermec.

Page 16
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

1.5 Présentation de la cellule d’accueil

Le Responsable du Bureau d’études et planification (BEP) est le garant de la fiabilité


de la conception des études, des plans de réalisation et de la maintenance sur la base des
contrats, des cahiers des charges et des engagements établis avec les clients et en coordination
avec la Direction Travaux, la direction R§D et les responsables des activités :

• Recueil de l’information incluant celle des benchmarks : cahier des charges,


contrats,
• Traitement des données et traduction à des plans de conception et d’exécution
• Assurance qualité et autocontrôle
• Validation par les clients et utilisateurs interne

Il veille à la conception des plans de réalisation des projets et schémas d’exécution


dans le respect total des exigences et des contraintes client en optimisant :

• les affectations des ressources matérielles de la réalisation des projets


• Les ressources financières et budgétaires allouées aux projets
• Le planning de réalisation avec des estimations des délais ambitieux
• En mettant en amont les autocontrôles nécessaires à la qualité des produits fournis
aux clients

Sur la base des contrats engagés avec les clients ou les cahiers des charges, il assure la
coordination et l’encadrement nécessaires avec la Direction Travaux, des activités et de la
R§D afin de :

• La faisabilité technologique du projet


• La faisabilité et la rentabilité du projet
• La cohérence financière et budgétaire pour la réussite du projet
• L’ordonnancement et le lancement du projet

Page 17
Chapitre 02 : Contexte du projet et cahier des charges

Figure 7: Organigramme de LUMIERES ET TECHNOLOGIE

Conclusion

La première partie du chapitre a été un prélude afin de présenter l'entreprise d'accueil.


En effet, il présente une description globale du Lumières et technologie, ainsi que les
différents Domaine d’Activité et le département accueillant. Ensuite, nous avons présenté une
généralité sur les produits et les projets réalisés

Page 18
Chapitre 03 : Analyse fonctionnelle du système

Chapitre 03 :
LES ARCHITECTURES DE
RESEAUX

Page 19
Chapitre 03 : Analyse fonctionnelle du système

3.1 Introduction

L'architecture d'un réseau de distribution électrique industriel est plus ou moins complexe
suivant le niveau de tension, la puissance demandée et la sûreté d'alimentation requise. Nous
allons identifier les différents postes de livraison HTB et HTA, et la structure des réseaux
HTA et BT.

A la fin du chapitre, six exemples typiques de schémas de réseaux industriels sont montrés.

3.2 Définition :

Les niveaux de tension sont définis par les normes NF C 15-100 ET NF C 13-200.

- HTB pour une tension composée supérieure à 50 kV

- HTA pour une tension composée comprise entre 1 kV et 50 kV

- BTB pour une tension composée comprise entre 500 V et 1 kV

- BTA pour une tension composée comprise entre 50 V et 500 V

- TBT pour une tension composée inférieure ou égale à 50 V

3.3 Différents types d'alimentation HTA

3.3.1 Raccordement sur un réseau radial HTA (simple dérivation)

Le poste est alimenté par une dérivation du réseau radial (aérien ou câble), aussi appelé réseau
en antenne, de distribution moyenne tension. Ce type de réseau permet une alimentation
unique pour les récepteurs.

Page 20
Chapitre 03 : Analyse fonctionnelle du système

Figure 8 : Simple dérivation

Le poste comporte, en règle générale, une cellule arrivée et protection générale par
interrupteur-sectionneur et fusibles avec des sectionneurs de mise à la terre, comme indiqué
sur la figure ci-dessous.

Figure 9 : Installation avec transformateur HTA/BT unique, avec comptage BT

Dans certains pays un transformateur monté sur poteau, sans interrupteur-sectionneur ou


fusibles (installés sur le poteau), constitue le "poste". Ce type de distribution est très courant
dans les zones rurales. Les dispositifs de protection et de manœuvre sont éloignés du
transformateur et commandent généralement une ligne aérienne principale sur laquelle sont
connectées des lignes aériennes secondaires.

3.3.2 Raccordement sur une boucle HTA (coupure d’artère)

L’alimentation du poste est insérée en série sur la ligne du réseau de distribution moyenne
tension en boucle , et permet le passage du courant de la ligne via un jeu de barres. Ce type de
raccordement permet deux alimentations possibles pour les récepteurs ().

Page 21
Chapitre 03 : Analyse fonctionnelle du système

Figure 10 : Coupure d'artère

Le poste comporte 2 arrivées avec interrupteur-sectionneur, insérées sur la boucle et


connectées à un jeu de barres.Ces appareillages sont équipés de sectionneurs de mise à la
terre.

Tous les interrupteurs et les sectionneurs de mise à la terre ont un pouvoir assigné de
fermeture permettant leur fermeture sur le courant de court-circuit du réseau.

Les interrupteurs peuvent être motorisé, permettant ainsi un pilotage à distance par le
distributeur d'énergie (motorisation de type 2 ENEDIS)

Ce schéma permet à l’utilisateur de bénéficier d’une alimentation fiable à partir de deux


départs MT, ce qui limite les temps d’interruption en cas de défaut ou de travaux sur le réseau
du distributeur.

Les domaines d’utilisation de ce schéma sont les réseaux souterrains de distribution publique
MT, en zone urbaine.

3.3.3 Raccordement sur deux câbles HTA en parallèle (double dérivation)

Lorsqu’il est possible de disposer de deux câbles souterrains en parallèle pour alimenter un poste, on
utilise un tableau HTA similaire à celui du poste en coupure d’artère.

Page 22
Chapitre 03 : Analyse fonctionnelle du système

Figure 11 : Double dérivation

La principale différence avec le poste en coupure d’artère est que les deux interrupteurs-
sectionneurs sont inter-verrouillés de façon à ce qu’un seul d’entre eux puisse être fermé à la fois, sa
fermeture interdisant celle de l’autre interrupteur.

En cas de perte de l’alimentation, l’interrupteur d’arrivée correspondant doit être ouvert et


l’interverrouillage doit permettre de fermer l’interrupteur qui était ouvert.

Cette séquence peut être réalisée de façon manuelle ou automatique.

Les domaines d’utilisation de ce schéma sont les réseaux de certaines villes à forte densité ou en
extension alimentés par câbles souterrains.

3.4 La cellule de comptage


3.4.1 Le comptage BT

Un poste de livraison à comptage BT est une installation électrique raccordée à un


réseau de distribution publique sous une tension nominale de 1 à 35 kV comprenant un
seul transformateur HTA/BT dont la puissance est en général inférieure ou égale à 1250
kVA.

• La norme NF C 13-100 définit le poste HTA à comptage BT par :


• Une tension 1 à 33 kV (valeur usuelle 20 kV),
• Un seul transformateur,
• Courant secondaire assigné est au plus égal à 2000 A (soit en pratique une
puissance maximale P max ≤ 1250 kVA).

La valeur maximale 2000 A impose en pratique, selon les tensions, de se limiter à une
puissance maximale normalisée du transformateur de :

• 1250 kVA en 20 kV,

Page 23
Chapitre 03 : Analyse fonctionnelle du système

• 1000 kVA en 15 kV,


• 630 kVA en 10 kV,
• 400 kVA en 5,5 kV.

Figure 12 : Poste de livraison a comptage BT

3.4.2 Le comptage HTA

Un poste de livraison à comptage HTA est une installation électrique raccordée à un réseau
de distribution publique sous une tension nominale de 1 à 35 kV comprenant généralement
un seul transformateur HTA/BT de puissance supérieure 1250 kVA ou plusieurs
transformateurs.

• La norme NF C 13-100 définit le poste HTA à comptage HTA par :


• Une tension 1 à 33 kV (valeur usuelle 20 kV),
• Soit un seul transformateur de courant secondaire assigné supérieur à 2000 A (soit en
pratique une puissance P > 1250 kVA),
• Soit plusieurs transformateurs.
• Le courant d’appareillage HTA est en général inférieur à 400 A.

Dans le cas d’un transformateur unique, la valeur minimale 2000 A impose, selon les
tensions, une puissance minimale normalisée du transformateur de :

• 1600 kVA en 20 kV,


• 1250 kVA en 15 kV,
• 1000 kVA en 10 kV,

Page 24
Chapitre 03 : Analyse fonctionnelle du système

• 630 kVA en 5,5 kV.

Figure 13 : Poste de livraison a comptage MT

Page 25
Annexes

Chapitre 04 :
Les posts HTA/BT

Page 26
Annexes

4.1 Introduction

Un réseau électrique est un ensemble d’outils destiné à produire, à transporter et à distribuer


de l’énergie électrique. Il est constitué des générateurs, des transformateurs, des lignes de
transport, de distribution et de répartition.

Un poste à moyenne tension est un ouvrage placé à un nœud d’un réseau, qui regroupe un
ensemble d’équipements destiné à assurer la protection et faciliter l’exploitation.

4.2 Rôle d'un poste HTA/BT :

Les postes assurent l’interface entre les réseaux de distribution HTA et BT. Ces postes
assurent l’alimentation d’une installation électrique, ils sont disposés au plus près des
éléments consommateurs d’énergie. Ce type de poste s’adapte à tous les modes
d’exploitation et doit pour cela remplir les fonctions suivantes :

• Distribuer une puissance et protéger les départs.


• Isoler le poste du réseau en cas de défaut.
• Gérer le réseau en cas de défaut.

Les postes de distribution peuvent avoir deux finalités :

• L’interconnexion entre les lignes du même niveau de tension, cela permet de


répartir l'énergie sur les différentes lignes issues des postes.
• La transformation de l’énergie électrique : les transformateurs permettent de
passer d’un niveau de tension à un autre.

4.3 L’endroit d’un poste

Le choix de l’endroit d’implantation se fera selon plusieurs critères :

• L’accès direct à la partie du poste par le distributeur.

• Faisabilité de raccordement.

• Croisements avec d’autres canalisations.

• Conditions d’exploitation et de sécurité.

L’utilisateur doit fournir certains renseignements au distributeur avant tout projet.

Page 27
Annexes

4.4 Catégories des postes :


Ils sont classés en trois catégories :

Poste sur poteau (S≤160 KVA).

Poste sous enveloppe préfabriqué.

Poste en maçonnerie.

4.4.1 Poste sur poteau :


Le poste sur poteau est le poste le plus simple, il est utilisé dans le cas où la puissance du
transformateur est inférieure ou égale à 160 KVA. Ce poste permet une alimentation
économique de la clientèle. Il comporte, un transformateur raccordé directement ou avec
fusibles. Il est protégé contre les surtensions par des éclateurs à cornes (anti oiseaux) avec
des parafoudres et contre les surintensités par un disjoncteur à basse tension. Le
transformateur alimente le réseau par l’intermédiaire d’un disjoncteur, qui assure
l’isolement et la protection de ce réseau. Il est accroché en haut d’un poteau principal. Le
disjoncteur est enfermé dans un coffret étanche, lui-même accroché sur le poteau, et en
plus de son fonctionnement automatique sur défauts basse tension. Des câbles isolés
assurent la liaison entre le transformateur et le coffret basse tension d’une part, et entre le
coffret et la ligne basse tension alimentant le réseau de distribution, d’autre part. Dans un
poste sur poteau, le nombre maximum de départs basse tension est fixé à deux.

Page 28
Annexes

Figure 14 : Poste sur poteau.

4.4.2 Poste sous enveloppe préfabriqué

Les postes préfabriqués sont réalisés en utilisant des : tableaux MT, tableaux BT,
transformateur,… etc., regroupés dans une enveloppe ayant pour rôle la protection des
équipements internes contre les influences externes et d'assurer un degré de protection vis
à vis du public. Ces postes sont fabriqués, câblés et testés chez le constructeur, regroupant
le transformateur, l’appareillage MT et BT, les connexions et les équipements auxiliaires, ils
limitent, donc, les temps d’étude et de réalisation. Le transformateur et l’appareillage sont
rassemblés dans une enveloppe métallique, le départ s’effectue en aérien ou en souterrain,
Ces postes sont très compacts et leur mise en place est très rapide, parmi les avantages les
Plus connus :

• Génie civil simplifié (uniquement plateforme).


• Disponibilité immédiate clés en mains (dès l’ouverture du chantier).
• Gain de temps et d’espace.

Ce type de poste est transporté par camion. Il est déposé sur une dalle en ciment. Le
montage consiste à raccorder les câbles d’arrivée et de départ.

Page 29
Annexes

Figure 15 : Poste sous enveloppe préfabriqué

4.4.3 Poste maçonne :

On distingue trois types essentiels des postes maçonnés :

• Postes de distribution publique.


• Postes livraison à comptage BT.
• Postes livraison à comptage MT.

4.4.3.1 Poste de distribution publique (DP) :

Ces postes désignés à usage public (clients domestiques, bâtiments, lotissements,…), assurent le
passage de la moyenne tension ( ) à la basse tension ( ) d’une manière permanente. Ces postes sont
constitués de trois parties :

• L’équipement pour le raccordement au réseau amont.


• Le transformateur de distribution.
• Le tableau des départs (tableau de distribution publique) comme points de raccordement du
réseau aval de distribution en basse tension.

Page 30
Annexes

Figure 16 : Poste de distribution publique.

4.4.3.2 Poste livraison à comptage BT

Ce poste possède presque les mêmes caractéristiques que le poste, la seule différence c’est que dans
le poste livraison à comptage on trouve deux accès et un panneau de comptage, par contre le poste
contient un seul accès et un tableau de distribution publique.

4.4.3.3 Poste livraison à comptage MT

Ce type est destiné aux clients d’une large consommation de l’énergie électriques (S>
630KVA) ou pour un poste de plusieurs transformateurs, dans ce cas le comptage se fera
Grâce à une cellule de comptage MT, il existe aussi deux types de postes livraison à
comptage MT :

• Postes livraison à protection par cellule disjoncteur.


• Postes livraison à protection par cellule interrupteur fusible combiné.

Page 31
Annexes

La protection par disjoncteur est obligatoire lorsque le courant côté MT est supérieur à 45A
(norme CEI60265). Ce type de poste comprend :

• Une cellule arrivée (réseau) IM.


• Une cellule départ (réseau) IM.
• Une cellule Comptage et mesure CM.
• Une cellule de protection générale par disjoncteur double sectionnement DM2.
• Une ou plusieurs cellules de protection individuelles par des QM ou DM1.

Figure 17 : Poste de livraison a comptage MT.

4.5 Les caractéristiques d’un poste HTA/BT:

Les postes HTA/BT sont caractérisé par :

• Les tensions d'entrées sont : 10 ou 50 kV,


• Les tensions de sortie (utilisation) sont : 230/ 400 V,

Page 32
Annexes

• Mode d’alimentation :
- Souterrain : Coupure d’artère,
- Aérien : Dérivation.
• Une cellule de protection générale par disjoncteur HTA
• Une cellule de comptage de l’énergie (tension et courant),
• Protection des transformateurs par fusible HTA,
• Tableau générale basse tension (TGBT).

Figure 18 : Architecture générale d’un poste HTA/BT.

4.6 Appareillage HTA :

4.6.1 L’isolation des appareillages


Dans les applications moyenne tension, le choix entre un appareillage de commutation isolé
par air (AIS) et un appareillage de commutation isolé par gaz (GIS) peut se faire de manière
objective en comprenant les différences entre les équipements. Aujourd'hui, la majeure
partie des équipements installés sont des appareillages de commutation isolés par air.
Pourtant, les équipements isolés au gaz peuvent présenter des avantages dans certaines
applications. Comme nous le verrons à la page suivante, l'un des principaux avantages des
GIS est l'encombrement. Afin de déterminer le bon équipement à appliquer, il est préférable
de comprendre comment l'équipement est conçu, exploité et entretenu. Ce document
identifie les considérations clés pour la sélection du type d'appareillage de commutation
moyenne tension utilisé dans les applications industrielles, pétrolières et gazières, les
services publics, les centres de données et autres applications commerciales.

Page 33
Annexes

4.6.1.1 Distances d'isolement

Les distances d'isolement sont des espaces de rigidité diélectrique spécifiée dans des gaz ou des
liquides dans les chemins de courant ouverts des appareils de commutation. Elles doivent répondre à
des conditions particulières pour la protection des personnes et des installations et leur existence
doit être clairement perceptible lorsque l'appareil de commutation est ouvert.

4.6.1.2 La différence entre les équipements AIS et GIS

L'AIS utilise l'air comme principal moyen d'isolation. Les AIS sont également classés comme
étant enveloppe métallique. L'appareillage de commutation à enveloppe métallique possède
des barrières étendues, des volets, des bus primaires recouverts d'isolant, et utilise des
disjoncteurs à vide pour interrompre les défauts. Les appareillages de commutation à
enveloppe métallique sont conçus, fabriqués et testés conformément aux normes suivantes
l'American National Standards Institute (ANSI), l'Institute of Electrical and Electronics
Engineers (IEEE) et l'American National Standards Institute (ANSI). Les SIG sont dotés de
boîtiers scellés remplis de gaz isolant (hexafluorure de soufre (SF6)). Hexafluorure de soufre
(SF6) ou un mélange de SF6 et d'autres gaz isolants. Qui ont été récemment mis sur le
marché) pour l'isolation et utilise des disjoncteurs à montage fixe avec des sectionneurs à
trois positions. Trois positions. Les appareillages de commutation GIS sont conçus, fabriqués
et testés selon les normes suivantes et testé selon les normes de performance de la
Commission électrotechnique internationale (CEI).

La sélection de l'équipement est basée sur les exigences d'application du réseau électrique
des clients et des préférences opérationnelles. L'application d'application comprennent :

• La tension de service,
• Le courant continu et les capacités d'interruption.
• Les capacités d'interruption.

4.6.1.3 La taille et emplacement de l'équipement considérations

En raison des différences entre les milieux isolants utilisés dans les appareillages de
commutation à gaine métallique et les GIS, il existe des différences majeures entre les deux
types d'appareillage. L’appareillage de commutation à enveloppe métallique et les GIS, il
existe des différences majeures entre les tailles des équipements à enveloppe métallique et
des GIS. Les GIS offrent un encombrement beaucoup plus faible que les appareillages de
commutation à enveloppe métallique (AIS). L'utilisation de GIS à ces tensions peut réduire
l'encombrement jusqu'à 60 %, ce qui permet de réduire les coûts de construction et de
libérer de l'espace pour d'autres usages.

Page 34
Annexes

L'équipement GIS offre une empreinte plus petite et un gain d'espace, mais peut avoir un
coût initial plus élevé. Cependant, le GIS ne nécessite qu'une maintenance minimale ou nulle
sur de longues périodes, par rapport à une maintenance régulière ou plus fréquente pour les
équipements à enveloppe métallique. Offrir un avantage en termes de coût par rapport à
l’enveloppe métallique. De plus, les SIG ne sont pas influencés par les influences de
l'environnement et, par conséquent, on s'attend à ce qu'il fournisse une performance et une
sécurité plus fiables que l’enveloppe métallique.

4.6.2 Les techniques de coupure


Pour couper les courants de charge ou de défaut, les constructeurs ont développé et
perfectionné les appareils de coupure, disjoncteurs et contacteurs notamment, utilisant
divers milieux de coupure :

4.6.2.1 La coupure dans le vide :

Les propriétés diélectriques du vide sont connues depuis longtemps et ont été utilisées, par
exemple, pour les ampoules à vide des tubes à rayons X. L’utilisation du vide dans
l’appareillage de coupure a été envisagée dès 1920, mais, à cause de contingences
technologiques, n’a été effective au niveau industriel que depuis 1960.

Depuis les années 70, la technique du vide se répand de plus en plus du fait des avantages
qu’elle apporte : encombrement réduit, meilleure sécurité et plus grande endurance.

Propriétés diélectriques du vide :

En principe le vide est un milieu diélectrique idéal : il n’y a pas de matière donc pas
de conduction électrique. Cependant, le vide n’est jamais parfait et de toute façon a
une limite de tenue diélectrique. Malgré tout, le « vide » réel a des performances
spectaculaires : à la pression de 10-6 bar, la rigidité diélectrique en champ
homogène peut atteindre une tension crête de200 kV pour une distance inter-
électrodes de 12 mm.

Le mécanisme de coupure dans le vide

La coupure dans le vide est assez particulière à cause des caractéristiques très
spécifiques de l’arc dans le vide.

➢ L’arc électrique dans le vide

La colonne d’arc est composée de vapeurs métalliques et d’électrons provenant des


électrodes à la différence des autres techniques de coupure évoquée précédemment

Page 35
Annexes

pour lesquelles cette colonne est principalement composée du gaz inter contacts
ionisé par collisions.

L’arc peut avoir deux aspects, concentré ou diffus, selon l’intensité du courant qui le
traverse.

Figure 19 : Arc concentré [a] et arc diffus [b].

4.6.2.2 La coupure dans le SF6

L’hexafluorure de souffre -SF6-, est un gaz apprécié pour ses nombreuses qualités chimiques
et diélectriques. La technique de coupure dans ce gaz a été développée, dans les années 70,
comme celle du vide.

Propriétés chimiques

C’est un gaz non polluant, incolore, inodore, non inflammable et non toxique à l’état pur. Il
est insoluble dans l’eau.

Il est chimiquement inerte : sa molécule a toutes ses liaisons chimiques saturées et une
énergie de dissociation élevée (+1096 kJ/mol) ainsi qu’une grande capacité d’évacuation de
la chaleur produite par l’arc (enthalpie élevée). Pendant la période d’arc, sous l’effet de la
température qui peut atteindre 15 000 à 20 000 K, le SF6 se décompose. Cette
décomposition est quasi réversible : quand le courant diminue la température diminue, les
ions et les électrons se recombinent alors pour reconstituer la molécule de SF6.

Le mécanisme de coupure dans le SF6

Page 36
Annexes

➢ L’arc électrique dans le SF6

Son étude thermique permet de le décrire comme étant formé d’un plasma de SF6 dissocié,
de forme cylindrique, constitué d’un noyau à une température très élevée fonction du
courant coupé, entouré d’une gaine de gaz plus froid.

Le noyau et la gaine sont séparés par un palier de température lié à la température de


dissociation de la molécule. Proche de 2000 °C, ce palier reste inchangé lorsque l’intensité
du courant varie.

Pendant cette période d’arc la totalité du courant est transportée par le noyau car la
température du palier est inférieure à la température minimale d’ionisation et la gaine
extérieure reste isolante.

Les grandeurs caractéristiques de l’arc dépendent du type de coupure utilisé (autocom


pression, arc tournant) et sont données dans les paragraphes traitant de chacun de ces types
de coupure.

Figure 20 : Principes de la coupure par autocompression [a], et par arc tournant [b].

4.7 Les Cellules préfabriquées

L'appareillage électrique à haute tension (interrupteurs, disjoncteur, sectionneurs, etc.) est


en général installé dans des cellules, armoires métalliques modulaires qu'on assemble et
relie entre elles.

Les appareils (disjoncteurs, interrupteurs, jeu de barres sectionneurs, … etc.) sont intégrés
dans des enveloppes métalliques qui facilitent l’installation et l’exploitation en toute sécurité
des personnes, ces enveloppes sont appelées cellules. Ils permettent de réaliser la partie des
postes de transformation de distribution publique, spécifique ou de répartition HTA jusqu’à

Page 37
Annexes

36KV. Les différentes cellules de la gamme de Schneider Electric 36KV ou 24KV entrant dans
la composition des postes de transformation MT/BT sont :

• IM, IMC, IMB : Cellule interrupteur.


• PM : Cellule interrupteur-fusible associés.
• QM, QMC, QMB : Cellule interrupteur fusibles combiné.
• DM1-A, DM1-D, DM1-S : Cellule disjoncteur simple sectionnement.
• DM1 : Cellule disjoncteur débranchable simple sectionnement.
• DM2 : Cellule disjoncteur double sectionnement.
• CM, CM2 : Cellule transformateurs de potentiel (cellule de comptage).
• GBC-A, GBC-B : Cellule mesures d’intensité et/ou de tension.

Les Conditions normales de fonctionnement des cellules SM6 24KV et 36KV,


sont comme suit :

➢ Température de l'air ambiant :


1) inférieure ou égale à 40 °C
2) inférieure ou égale à 35 °C en moyenne sur 24 heures
3) supérieure ou égale à – 5 °C.
➢ Altitude
1) inférieure ou égale à 1000 m
2) au-delà de 1000 m, un coefficient de déclassement s’applique
➢ Rayonnement solaire
1) aucune influence du rayonnement solaire n'est autorisée.
➢ Pollution de l'air ambiant
1) pas de pollution significative par de la poussière, de la fumée, des gaz
corrosifs
et/ou inflammables, des vapeurs ou du sel.
➢ Humidité
1) humidité relative moyenne sur une période de 24 heures : ≤ 95 %
2) humidité relative moyenne sur une période d’un mois : ≤ 90 %

4.6.3 Les Disjoncteur moyenne tension :


4.6.3.1 Définition et rôle

Selon la définition de la Commission électrotechnique internationale (C.E.I), un disjoncteur à

HTA est destiné à établir, supporter et interrompre des courants sous sa tension assignée (la tension
maximale du réseau électrique qu’il protège) à la fois :

➢ Dans des conditions normales de service, par exemple pour connecter ou déconnecter une
ligne dans un réseau électrique,

Page 38
Annexes

➢ Dans des conditions anormales spécifiées, en particulier pour éliminer un court-circuit, et les
conséquences de la foudre.

De par ses caractéristiques, un disjoncteur est l’appareil de protection essentiel des réseaux
électrique HTA, car il est seul capable d’interrompe un courant de court-circuit et donc éviter que le
matériel soit endommagé par ce court-circuit.

4.6.3.2 Principe de fonctionnement :

La coupure d’un courant électrique par un disjoncteur à MT est obtenue en séparant des
courant dans un gaz (air, SF6, etc.) ou dans un milieu isolant (par exemple à vide). Après la
séparation des contacts, le courant continue de circuit à travers un arc électrique qui s’est
établi entre les contacts du disjoncteur. Pour les disjoncteurs à MT, le principe de coupure
retenu est la coupure du courant lorsqu’il passe par zéro (ceci se produit toutes les dix
millisecondes dans le cas d’un courant alternatif à 50 Hz). En effet, c’est à cet instant que la
puissance qui est fournie à l’arc électrique par le réseau est minimal (cette puissance fournie
est même nulle à l’instant ou la valeur instantanée du courant est nulle)

4.6.3.3 Les Caractéristiques électrique :

Suivant la norme CEI 56-87 :

Tension assignée :

La tension assignée est la valeur efficace maximale de la tension que le matériel peut
supporter en service normal. Elle est toujours supérieure à la tension de service.

Niveau d'isolement assigné :

Le niveau d’isolement fixe la tenue diélectrique des matériels de manœuvre et l’onde de


choc de foudre. Il est caractérisé par deux valeurs :

• La tenue à l’onde de choc (1,2/50 µs),

• La tenue à la fréquence industrielle pendant une minute.

Courant assigné en service continu :

Un disjoncteur étant toujours fermé, le courant de charge doit circuler sans emballement
thermique.

Courant de courte durée admissible :

C’est la valeur efficace du courant de court-circuit admissible en kA sur un réseau pendant 1


ou 3 secondes.

Page 39
Annexes

Pouvoir de coupure en court-circuit :

Le pouvoir de coupure assigné en court-circuit est la valeur la plus élevée du courant que le
disjoncteur peut couper sous sa tension assignée dans un circuit.

4.6.3.4 Différentes techniques de coupure d’arc électrique :

Les disjoncteurs moyenne tension peuvent être :

L’air comprimé est utilisé pour assurer les fonctions suivantes :

➢ Refroidissement et allongement de l’arc, entraînement des particules ionisées,


➢ Après passage à zéro du courant, refroidissement de la colonne ionisée résiduelle et
entraînement des particules ionisées restant dans l’espace entre contacts,
➢ Après l’extinction de l’arc, apparition d’une rigidité diélectrique élevée, d’autant plus
élevée que la pression d’air est importante.

Les inconvénients de ce type sont :

- Nécessité d’une station d’air comprimé,

- Bruit violent,

- Appareil plus cher

Figure 21 : Chambre de coupure d’un disjoncteur à coupure dans l’air

La mise au point de nouvelles générations de disjoncteur SF 6 (hexafluorure de soufre) très


performantes a entrainé dans les années 1970 la suprématie des appareils SF6 dans la gamme 7,2 kV

Page 40
Annexes

à 245 kV. Sur le plan technique, plusieurs caractéristiques des disjoncteurs SF6 peuvent expliquer
leur succès :

➢ La simplicité de la chambre de coupure qui ne nécessite pas de chambre auxiliaire pour la


coupure,
➢ L’autonomie des appareils apportée par la technique auto-pneumatique (sans compresseur
de gaz),
➢ La possibilité d’obtenir les performances les plus élevées, jusqu’à 63 kA,
➢ Le nombre de chambres de coupure est réduit (01 chambre en 245 kV, 02 chambres en 420
kV, 03 chambres pour la ligne de 550 kV et 04 en 800 kV),
➢ Une durée d’élimination de court-circuit court, de 2 à 2,5 cycles en réseau THT,
➢ La durée de vie d’au moins de 25 ans,
➢ Faible niveau de bruit,
➢ Zéro maintenance (régénération du gaz SF6 après coupure),
➢ Eteint l’arc dix fois mieux que l’air.

- L’un des inconvénients de ce type d’appareil est son prix élevé.

4.6.3.5 Cellule disjoncteur SM6-24 Et SM6-36 KV

DM1-A :
Est un Disjoncteur déconnectable simple sectionnement
• Schéma symbolique

SM6-24 KV SM6-36 KV

Page 41
Annexes

• Schéma électrique unifilaire

SM6-24 KV SM6-36 KV

• Les caractéristiques électriques :

Les caractéristiques SM6-24 KV SM6-36 KV

Niveau d'isolement à 50 kV rms 50 Hz for 1 min 80 kV rms 50 Hz for 1 min


fréquence industrielle 50Hz
1mn (Ud)

Courant assigné de courte 12.5 kA rms 1 s 16 kA rms 1 s


durée admissible (Ik)

Courant nominal (In) 400 A 630 A

Niveau d'isolement ondes de 125 kV peak 195 kV peak


choc 1,2/50 µs (Up)

Page 42
Annexes

Protection arc interne 12.5 kA 0.7 s 16 kA 1 s

• L'encombrement :

Les caractéristiques SM6-24KV SM6-36KV

Masse du produit 410 kg 600 kg

Hauteur 1600 mm 2250 mm

Longueur 750 mm 1000 mm

Profondeur 1230 mm 1400 mm

4.6.4 Fusible moyenne tension :

4.6.4.1 Généralités :

Les fusibles moyenne tension (Fig.18) offrent une protection des dispositifs de distribution
moyenne tension (de 3 à 36 kV) contre des effets dynamiques et thermiques causés par les
court-circuits plus élevés que le courant minimal de coupure du fusible. Etant donné leur
faible coût d’acquisition et ne nécessitant aucune maintenance, les fusibles moyenne
tension sont une excellente solution pour la protection de différents types de dispositifs de
distribution :

• Des récepteurs moyenne tension (transformateurs, moteurs, condensateurs... etc.),


• Des réseaux de distribution électrique publique et industrielle.

Ils offrent une protection sûre contre des défauts importants qui peuvent survenir d’une
part sur les circuits moyenne tension, d’autre part sur les circuits basse tension. Cette
protection peut être accrue en combinant les fusibles avec des systèmes de protection basse
tension ou un relais de surintensité.

Page 43
Annexes

Les caractéristiques les plus importantes qui définissent notre gamme de fusibles sont les
suivantes :

• Haut pouvoir de coupure,


• Interruption sûre des courants critiques,
• Baisse puissance dissipée,
• Utilisables pour l’intérieur et l’extérieur,
• Avec percuteur thermique,
• Basses valeurs d’intensité minimale de coupure

Figure 22 : Coupe schématique d’un fusible HTA.

4.6.4.2 Les Caractéristiques électrique :

Tension assignée (Un) :

C’est la tension entre phases (exprimée en kV) la plus élevée du réseau sur laquelle pourra
être installé le fusible. Dans la gamme moyenne tension, des tensions assignées préférentielles
ont été fixées : 3,6 - 7,2 - 12 - 17,5 - 24 et 36 kV.

Courant assigné (In) :

C’est la valeur du courant que le fusible peut supporter en permanence sans échauffement
anormal.

Courant minimal de coupure assigné (I3) :

C’est la valeur minimale du courant qui provoque la fusion et la coupure du fusible. Ces
valeurs sont comprises entre 3 et 5 fois la valeur de In.

Remarque : il ne suffit pas pour un fusible de fondre pour interrompre le passage du courant.
Pour des valeurs de courant inférieures à I3, le fusible fond, mais peut ne pas couper le
courant. L’arc reste maintenu jusqu’à ce qu’une intervention extérieure interrompe le courant.
Il est donc impératif d’éviter la sollicitation d’un fusible dans la zone comprise entre In et I3.

Page 44
Annexes

Courants critiques (I2) : (courants donnant des conditions voisines de l’énergie d’arc
maximale).

Cette intensité soumet le fusible à une plus grande sollicitation thermique et mécanique. La
valeur de I2 varie entre 20 et 100 fois la valeur de In, selon la conception de l’élément fusible.
Si le fusible peut couper ce courant, il peut aussi garantir la coupure de courant pour toutes les
valeurs comprises entre I3 et I1.

Courant maximal de coupure assigné (I1) :

C’est le courant présumé de défaut que le fusible peut interrompre. Cette valeur est très élevée
(allant de 20 à 63 kA).

Remarque : il est nécessaire de s’assurer que le courant de court-circuit du réseau est au plus
égal au courant I1 du fusible utilisé.

La résistance à froid du fusible Rf :

Fournie par le constructeur du fusible

Figure 23 : Les zones de fonctionnement des fusibles HTA.

Page 45
Annexes

4.6.4.2 Les Courbes de fusion temps/courant :

C’est la courbe qui représente le temps virtuel de fusion ou pré arc (Fig.20), en fonction de la
valeur de la composante symétrique de l’intensité prévue. Une soigneuse sélection de tous
les éléments qui composent les fusibles, ainsi qu’un sévère contrôle de fabrication, assurent
aux clients l’exactitude des courbes temps-courants, bien en dessous des limites de
tolérance admises par la norme CEI 60282-1.

Figure 24 : Courbes de fusion et de limitation.

4.6.5 Interrupteurs-sectionneur

4.6.5.1 Généralité

Les fusibles MT doivent notamment être associés à un dispositif de commutation et de


déconnexion permettant leur remplacement en toute sécurité, tel qu'un interrupteur-
sectionneur.

Les systèmes MT doivent comporter un dispositif de sectionnement en amont de chaque


interrupteur-sectionneur.

Étant donné que les sectionneurs ne sont pas dotés d'un pouvoir de fermeture et
d'interruption, ils doivent être actionnés par un interrupteur de fermeture et d'interruption,
ils doivent être actionnés en l'absence d’absence de courant et sont généralement

Page 46
Annexes

verrouillés avec l'équipement de l'équipement de commutation associé afin d'éviter qu'ils ne


s'ouvrent ou ne se fermeture sous charge.

4.6.5.2 Définition

Interrupteur :

Les interrupteurs sont des dispositifs de commutation mécaniques qui non seulement
produisent, transportent et interrompent des courants dans des conditions normales dans le
réseau, mais qui doivent également transporter pendant un certain temps et
éventuellement produire des courants dans des conditions anormales spécifiées dans le
réseau.

Sectionneur :

Les sectionneurs sont des dispositifs de commutation mécaniques qui assurent une distance
d'isolement en position ouverte. Ils sont capables d'ouvrir ou de fermer un circuit si le
courant commuté est négligeable ou s'il n'y a pas de variation significative de la tension
entre les bornes des pôles.

4.6.5.3 Les caractéristiques électriques


La même chose, comme le disjoncteur

4.6.5.4 Cellule Interrupteur-Sectionneur SM6-24 Et SM6-36 KV

QM :
Combiné interrupteur-fusibles

• Schéma symbolique

SM6-24 KV SM6-36 KV

Page 47
Annexes

• Schéma électrique unifilaire

SM6-24 KV SM6-36 KV

• Les caractéristiques électriques :

Page 48
Annexes

Les caractéristiques SM6-24 KV SM6-36 KV

Niveau d'isolement à 50 kV rms 50 Hz for 1 min 80 kV rms 50 Hz for 1 min


fréquence industrielle 50Hz
1mn (Ud)

Courant assigné de courte 12.5 kA rms 1 s 16 kA rms 1 s


durée admissible (Ik)

Courant nominal (In) 400 A 630 A

Niveau d'isolement ondes de 125 kV peak 195 kV peak


choc 1,2/50 µs (Up)

Protection arc interne 12.5 kA 0.7 s 16 kA 1 s

• L'encombrement :

Les caractéristiques SM6-24KV SM6-36KV

Masse du produit 130 kg 330 kg

Hauteur 1600 mm 2250 mm

Longueur 375 mm 750 mm

Profondeur 940 mm 1501 mm

4.6.6 Transformateur HTA/BT

4.6.6.1 Généralité

Page 49
Annexes

Un transformateur est un convertisseur d’énergie électrique. Son rôle est de convertir les
valeurs des courants/tensions délivrés par une source en des valeurs différentes pour une
charge. En sinusoïdal, la fréquence du signal est préservée, seules les amplitudes des
grandeurs sont modifiées. Il s’agit donc d’une conversion AC/AC.

Figure 25 : Transformateur MT/BT.

4.6.6.2 Constitution

• D’un circuit magnétique

Le circuit magnétique d'un transformateur permet de canaliser le flux produit par


l'enroulement primaire. Pour réduire l'échauffement par courant de Foucault.

Page 50
Annexes

Figure 26 : Circuit magnétiques.

4.6.6.3 Technologie des transformateurs

Les transformateurs à liquide conviennent bien pour :

❑ Les postes non surveillés (entretien nul),

❑ Les ambiances sévères si le revêtement de la cuve est adapté (parties actives protégées),
❑ Les applications à consommation cyclique (bonne inertie thermique),

❑ La puissance est de 50 à 3150 kVA

❑ Les transformateurs « secs » conviennent mieux pour :

❑ Les locaux à environnement maîtrisé :

Poussière - humidité - température…, ils doivent faire l’objet d’un nettoyage,


dépoussiérage périodique,

❑ Les immeubles, particulièrement les bâtiments de grande hauteur ; ceci car ils
peuvent avoir un bon comportement au feu (par exemple, classe F1 selon NF C 52-
726) et répondre aux critères de non toxicité des fumées.

❑ La tension la plus élevée pour le matériel inférieur ou égal à 36 kV avec au moins


un enroulement fonctionnant à plus de 1,1 kV. Cette norme s’applique à toutes les
technologies de construction

❑ La puissance est de 160 à 2500 kVA

❑ Tension assignée primaire de 3 à 33 kV Tension assignée primaire de 15 à 20 kV

Page 51
Annexes

4.6.6.4 Une protection du transformateur contre les défauts internes

Le transformateur est équipé de divers détecteurs qui lui permettent de signaler un défaut
de présence gaz, de pression ou de température anormales.

Figure 27 : Un relais de protection.

• Les types de relais de protection :

✓ Protection par DGPT2

Un DGPT2 est un relais de protection de transformateur. Son nom signifie Détection Gaz
Pression Température 2 seuils. Il est équipé de divers détecteurs qui lui permettent de
signaler un défaut de présence gaz, de pression ou de température anormales. Le détecteur
de température a deux seuils de détections.

✓ Protection par un relais Buchholz

Un relais Buchholz est un dispositif de sécurité monté sur les transformateurs et inductances
de puissance à bain d'huile. Le relais Buchholz est utilisé sur ce type de systèmes comme
dispositif de protection sensible aux événements qui se produisent lors d'un défaut
diélectrique (défaut d'isolement) à l'intérieur de l'équipement.

➢ La différence entre les deux dispositifs de protection

Les relais Buchholz sont montés essentiellement sur les gros transformateurs tandis que les
DGPT2 sont montés essentiellement sur les transformateurs de distribution à couvercles

Page 52
Annexes

scellés. Les caractéristiques ainsi que les règles de construction font l’objet de la norme NFC
52-108.

4.6.7 Parafoudre
4.6.7.1 Généralité

Pour pallier les inconvénients des éclateurs, différents modèles de parafoudres ont été
conçus dans le but d'assurer une meilleure protection des installations et une bonne
continuité de service. Les parafoudres à résistance variable avec éclateur sont les plus
répandus dans les installations HT et MT en exploitation depuis quelques années. La
tendance actuelle est vers les parafoudres à oxyde de zinc qui possèdent des performances
meilleures.

4.6.7.2 Définitions

Courant de décharge d'un parafoudre

Onde de courant écoulée par le parafoudre après amorçage des éclateurs série.

Courant de suite d'un parafoudre

Courant à fréquence industrielle débité par le réseau et écoulé par le parafoudre après le passage du
courant de décharge.

Tension résiduelle d'un parafoudre

Tension qui apparaît entre les bornes d'un parafoudre pendant le passage du courant de décharge.

4.6.7.3 Parafoudre à résistance variable avec éclateur

➢ Principe de fonctionnement

Dans ce type de parafoudre, on associe à un éclateur une résistance variable (varistance) qui
limite le courant après passage de l'onde de choc. Après écoulement de l'onde de choc à la
terre, le parafoudre n'est soumis qu'à la tension du réseau, et le courant de suite se trouve
limité par la varistance. L'extinction de l'arc se fait systématiquement après le passage à zéro
de l'onde à 50 Hz du courant de défaut monophasé à la terre.

La tension résiduelle est maintenue proche du niveau d'amorçage grâce à la variation de la


résistance. En effet, cette résistance diminue avec l'augmentation du courant.

Page 53
Annexes

Diverses techniques ont été utilisées pour la réalisation des parafoudres à varistance et
éclateurs. La plus classique utilise une résistance au carbure de silicium (SiC). Certains
parafoudres comportent également des systèmes répartiteurs de tension (diviseurs résistifs
ou capacitifs) et des systèmes de soufflage de l'arc (aimants ou bobines de soufflage
magnétique).

➢ Caractéristiques

Les parafoudres à résistance variable sont caractérisés par : -

• La tension assignée, qui est la valeur spécifiée maximale de la tension efficace à


fréquence industrielle admissible entre ses bornes pour laquelle le parafoudre est
prévu pour fonctionner correctement. Cette tension peut être appliquée de façon
continue au parafoudre sans que cela modifie ses caractéristiques de
fonctionnement.
• Les tensions d'amorçage pour les différentes formes d'onde (fréquence industrielle,
choc de manœuvre, choc de foudre, ...).
• Le pouvoir d'écoulement du courant de choc.

4.6.7.4 Parafoudre à oxyde de zinc (ZnO)

➢ Principe de fonctionnement

Contrairement au parafoudre à résistance variable avec éclateur, le parafoudre à oxyde de zinc est
constitué uniquement d'une résistance variable fortement non linéaire.

La résistance passe de 1,5 MΩ à la tension de service (ce qui correspond à un courant de fuite
inférieur à10 mA) à15 Ω pendant la décharge.

Après le passage du courant de décharge, la tension aux bornes du parafoudre devient égale à la
tension du réseau. Le courant qui traverse le parafoudre est très faible et se stabilise autour de la
valeur du courant de fuite à la terre.

La forte non linéarité du parafoudre ZnO fait qu'une forte variation de courant provoque une faible
variation de tension.

Par exemple, lorsque le courant est multiplié par 10 7, la tension n'est multipliée que par 1,8

Page 54
Annexes

Figure 28 : Exemple de structure d'un parafoudre ZnO en enveloppe porcelaine

➢ Caractéristiques

Les parafoudres ZnO sont caractérisés par :

• La tension de régime permanent qui est la valeur spécifiée admissible de la tension


efficace à fréquence industrielle qui peut être appliquée de façon continue entre les
bornes du parafoudre
• La tension assignée qui est la valeur maximale de la tension efficace à fréquence
industrielle admissible entre ses bornes pour laquelle le parafoudre est prévu pour
fonctionner correctement dans les conditions de surtension temporaires définies
dans les essais de fonctionnement (une surtension à fréquence industrielle de 10
secondes est appliquée au parafoudre - voir CEI 99-4)
• Le niveau de protection défini arbitrairement comme étant la tension résiduelle du
parafoudre lorsqu'il est soumis à un choc de courant donné (5,10 ou 20 kA selon la
classe), de forme d'onde 8/20 µs
• La tenue aux chocs de courant à front raide (1 µs), de foudre (8/20 µs), de longue
durée, de manœuvre.
• Le courant nominal de décharge.

4.6.8 Les relais de protection

4.6.8.1 Définitions

Page 55
Annexes

Les relais de protection sont des appareils qui reçoivent un ou plusieurs informations
(signaux) à caractère analogique ( courant, tension, puissance, fréquence, température,
…etc.) et le transmettent à un ordre binaire (fermeture ou ouverture d’un circuit de
commande) lorsque ces informations reçues atteignent les valeurs supérieures ou
inférieures à certaines limites qui sont fixées à l’avance, Donc le rôle des relais de protection
est de détecter tout phénomène anormal pouvant se produire sur un réseau électrique tel
que le court-circuit, variation de tension. …etc. Un relais de protection détecte l’existence de
conditions anormales par la surveillance continue, détermine quels disjoncteurs ouvrir et
alimente les circuits de déclenchement.

4.6.8.2 Les types

Un relais de protection électrique, elle partagé en trois types :

➢ Les relais électromécaniques :

Ce relais est basé sur le principe d'un disque d'induction actionné par des bobines
alimentées par des variables électriques du réseau via des transformateurs de courant et de
tension. Un ressort de rappel réglable détermine la limite de l'action du disque sur un
déclencheur.

Les équipements électromécaniques sont des assemblages de fonctions : détection de seuils


et temporisation. Ils avaient l’avantage d’être robustes, de fonctionner sans source d’énergie
auxiliaire et d’être peu sensibles aux perturbations électromagnétiques. Ces relais se
démarquent par leur solidité et leur grande fiabilité, pour cette raison, leur entretien est
minime. Ils sont réputés pour leur fiabilité dans les environnements de travail les plus
délicats. Il est néanmoins souhaitable de les contrôler régulièrement, et la périodicité
d'inspection dépend des conditions d'exploitation. Les inconvénients de ces dispositifs, qui
demeurent néanmoins largement rencontrés, sont :

• Le risque d'être hors d'état de fonctionner entre deux périodes de maintenance,


• Le manque de précision, le dispositif étant sensible à son environnement et aux
phénomènes d'usure, Il est aussi difficile d'obtenir des réglages adaptés aux faibles
courants de court-circuit,
• Son coût de fabrication est élevé,
• Des performances insuffisantes et n’autorisent l’emploi que de fonctions
élémentaires simples, en nombre limité et sans redondance, A cause de ces
inconvénients, ce type de protection tend à disparaître à l’heure actuelle.

Page 56
Annexes

Figure 29 : Relais électromagnétique à induction par disque simple.

➢ Les relais statiques :

Le développement de l’électronique a poussé les protections vers l’utilisation des


composants électroniques discrets et les relais statiques. Ces protections, apparues sur le
marché dans les années 1970, sont basées sur le principe de la transformation de variables
électriques du réseau, fournies par des transformateurs de courant et de tension, en signaux
électriques de faible voltage qui sont comparés à des valeurs de référence (points de
réglage). Les circuits de comparaison fournissent des signaux temporisations qui actionnent
des relais de sortie à déclencheurs. Ces dispositifs nécessitent en général une source
d'alimentation auxiliaire continue :

• Ils procurent une bonne précision et permettent la détection des faibles courants de
court-circuit.
• Chaque unité opère comme une fonction unitaire et plusieurs fonctions sont
nécessaires pour réaliser une fonction de protection complète.

Les inconvénients de ces dispositifs demeurent :

• Le risque d'être hors d'état de fonctionner entre deux périodes de tests,


• La grande puissance consommée en veille,
• La faible sécurité de fonctionnement (pas de fonction d'autocontrôle).

➢ Les Relais numériques :

La technologie numérique a fait son apparition au début des années 1980. Avec le
développement des microprocesseurs et des mémoires, les puces numériques ont été
intégrées aux équipements de protection. Les protections numériques, sont basées sur le
principe de la transformation de variables électriques du réseau, fournies par des
transformateurs de mesure, en signaux numériques de faible voltage. L'utilisation de

Page 57
Annexes

techniques numériques de traitement du signal permet de décomposer le signal en vecteurs,


ce qui autorise un traitement de données via des algorithmes de protection en fonction de la
protection désirée. En outre, ils sont équipés d'un écran d'affichage à cristaux liquides sur la
face avant pour le fonctionnement local.

Ces dispositifs nécessitant une source auxiliaire, offrent un excellent niveau de précision et
un haut niveau de sensibilité. Ils procurent de nouvelles possibilités, comme :

• Intégration de plusieurs fonctions pour réaliser une fonction de protection complète


dans une même unité,
• Le traitement et le stockage de données,
• L'enregistrement des perturbations du réseau,
• Le diagnostic des dispositifs connectés (disjoncteurs, ….etc.).

Ces modèles intègrent des possibilités d'autotest et d'autocontrôle qui augmentent leur
continuité de fonctionnement tout en réduisant la durée et la fréquence des opérations de
maintenance. En plus des fonctions de protection, ces équipements disposent également de
fonctions complémentaires facilitant leur fonctionnement. Les liaisons séries permettent de
les paramétrer depuis un micro-ordinateur et de les connecter à un système de contrôle
commande au niveau local et central. Ils permettent aussi de bénéficier des récentes
découvertes dans le domaine de l'intelligence artificielle, comme les réseaux neuronaux et la
logique floue.

4.6.9 Transformateur de courant :


4.6.9.1 Définition :

Selon la définition de la commission électrotechnique internationale (C.E.I), "un


transformateur de courant est un transformateur de mesure dans lequel le courant
secondaire est, dans les conditions normales d'emploi, pratiquement proportionnel au
courant primaire et déphasé par rapport à celui-ci d'un angle approximativement nul pour
un sens approprié des connexions". La notion de transformateur de courant est un abus de
langage, mais elle a été popularisée dans l'industrie. L'expression « transformateur
d'intensité » est sans doute plus exacte. On utilise fréquemment les abréviations TC ou TI. -
Les transformateurs de courant ont deux fonctions essentielles :

• Adapter la valeur du courant MT du primaire aux caractéristiques des appareils de


mesure ou de protection en fournissant un courant secondaire d’intensité
proportionnelle réduite,
• Isoler les circuits de puissance du circuit de mesure et/ou de protection.

La fonction d’un transformateur de courant phase est de fournir à son secondaire (Is ) un
courant proportionnel au courant primaire (Ip) mesuré. L’utilisation concerne autant la
mesure (comptage) que la protection.

Page 58
Annexes

4.6.9.2 Types industriels :

• Modèles classiques à noyau de fer :

Pour les courants alternatifs de basse fréquence, on utilise en général un transformateur


avec peu de spires au primaire, et beaucoup au secondaire. Dans certains cas, il y aura
même une seule spire au primaire. Dans ce cas le transformateur de courant prendra la
forme d'un tore, traversé par le circuit électrique. Il n'y aura donc pas de bobinage primaire
à proprement parler : la spire est constituée par le passage du circuit électrique à l'intérieur
du circuit magnétique torique.

• Modèles à tore de Rogowski :

Les tores de Rogowski sont assimilables à des transformateurs de courants spécifiques, bien
qu'ils délivrent usuellement en sortie une tension proportionnelle à la dérivée du courant et
non un courant proportionnel au courant d'entrée. Ils sont largement utilisés dans le
domaine de la HTA

• Modèles dits "non conventionnels":

On désigne sous ce nom des modèles fonctionnant sur le principe de l'effet Hall (courant
électrique traversant un matériau baignant dans un champ magnétique engendre une
tension perpendiculaire à ceux-ci.) ou de l'effet Faraday (L'effet Faraday est un effet
magnéto-optique découvert par Michael Faraday en 1845. Il apparaît dans la plupart des
matériaux diélectriques transparents lorsqu'ils sont soumis à des champs magnétiques. Ce
fut la première mise en évidence du lien entre magnétisme et lumière : le fait que la lumière
contienne un champ magnétique fait maintenant partie de la théorie du rayonnement
électromagnétique). Leur utilisation est peu courante, et en général réservé à des
applications spécifiques comme la mesure de courants continus.

4.6.9.3 TC Tore :

Un enroulement de Rogowski, de son co-inventeur éponyme Walter Rogowski, est un dispositif


électrotechnique permettant de mesurer le courant alternatif ou les impulsions de courant à grande
vitesse. Il se compose d'un enroulement hélicoïdal de fil dont le fil d'une extrémité revient par le
centre de l'enroulement à l'autre extrémité, de sorte que les deux bornes soient à la même extrémité
de l'enroulement. La bobine est positionnée autour du conducteur dont veut connaître le courant. La
tension induite dans l'enroulement est proportionnelle au taux de changement (dérivée) du courant
dans le conducteur, L'enroulement de Rogowski est habituellement relié à un circuit d'intégration
électrique (ou électronique) à forte impédance d'entrée afin de fournir un signal de sortie qui est
proportionnel au courant.

L'avantage d'un enroulement de Rogowski par rapport à d'autres types de transformateurs de


courants est qu'il peut être ouvert et qu'il est très flexible, lui permettant d'être enroulé autour d'un

Page 59
Annexes

conducteur de phase sans contrainte. Puisqu'un enroulement de Rogowski à un noyau d'air plutôt
qu'un noyau de fer, il n'est pas perturbé par des courants de Foucault dans le noyau et peut donc
répondre aux courants à changement rapide. Comme il n'a aucun noyau de fer à saturer, il est
fortement linéaire même lorsque soumis à de grands courants, du type de ceux utilisés dans la
transmission d'énergie électrique, la soudure, ou les applications à hautes puissances pulsées. Un
enroulement de Rogowski correctement formé, avec des spires équidistantes, est en grande parti
immuniser contre les interférences électromagnétiques.

Figure 30 : Transformateur de courant type tore.

4.6.9.4 Caractéristiques :

Le transformateur de courant est constitué de deux circuits, primaire et secondaire, couplés


par un circuit magnétique. Avec plusieurs spires au primaire, l’appareil est de type bobiné.
Avec un primaire réduit à un simple conducteur traversant le capteur, l’appareil est à barre
passante (primaire intégré constitué par une barre de cuivre), ou traversant (primaire
constitué par un conducteur non isolé de l’installation), ou tore (primaire constitué par un
câble isolé).

Les TC est caractérisés par les grandeurs suivantes (d’après les normes CEI 60044) :

➢ Niveau d’isolement assigné :

- C’est la tension la plus élevée à laquelle le primaire du TC est soumis.

- Rappelons que le primaire est au potentiel de la HT et le secondaire a très généralement


une de ses bornes à la terre. - Comme pour tout matériel, on définit également :

• Une tension maximum de tenue 1min à fréquence industrielle,


• Une tension maximum de tenue à l’onde de choc.

Exemple : en 24 kV de tension nominale, le TC doit supporter une tension de 50 kV pendant


1min à 50 Hz et une tension de 125 kV à l’onde de choc.

➢ Le rapport assigné de transformation (Ip/Is) :

Page 60
Annexes

- Il est donné sous la forme du rapport des courants primaires et secondaires Ip/Is.

- Valeurs normales des courant secondaire assigné est généralement 5 A ou 1 A.

-Valeurs normales des courants primaires assignés (en A) : 10 - 12,5 - 15 - 20 - 25 - 30 - 40 -


50 - 60 - 75 et leurs multiples ou sous-multiples décimaux.

➢ Puissance de précision :

- Puissance apparente en VA, que le TC peut fournir au secondaire pour le courant


secondaire assigné pour lequel la précision est garantie.

- La puissance est consommée par tous les appareils connectés ainsi que les fils de liaison.

- Si un TC est chargé à une puissance inférieure à sa puissance de précision, sa précision


réelle est supérieure à la précision assignée, réciproquement un TC trop chargé perd en
précision.

➢ Courant de courte durée admissible :

Exprimé en kA efficace, le courant (Ith) maximum admissible pendant 1 seconde (le


secondaire étant en court-circuit) représente la tenue thermique du TC aux surintensités. Le
TC doit supporter le courant de court-circuit pendant le temps nécessaire à son élimination.

Remarques :

• Il ne faut jamais laisser le secondaire d’un transformateur de courant ouvert,


• On ne peut pas utiliser un transformateur de courant en courant continu,
• Dans chaque phase de réseaux électrique en trouve un transformateur de courant

4.6.10 Transformateur de tension :

4.6.10.1 Définition :

Selon la définition donnée par la commission électrotechnique internationale (C.E.I), un


transformateur de tension ou potentiel est un « transformateur de mesure dans lequel la
tension secondaire est, dans les conditions normales d'emploi, pratiquement
proportionnelle à la tension primaire et déphasée par rapport à celle-ci d'un angle voisin de
zéro, pour un sens approprié des connexions ». On utilise aussi le terme transformateur de
potentiel (TP).

Il s'agit donc d'un appareil utilisé pour la mesure de fortes tensions électriques. Il sert à faire
l'adaptation entre la tension élevée d'un réseau électrique HTA ou HTB (jusqu'à quelques
centaines de kilovolts) et l'appareil de mesure (voltmètre, ou wattmètre par exemple) ou le

Page 61
Annexes

relais de protection, qui eux sont prévus pour mesurer des tensions de l'ordre de la centaine
de volts.

La caractéristique la plus importante d'un transformateur de tension est donc son rapport de
transformation, par exemple 400 000 V/100 V

4.6.10.2 Les différentes technologies industrielles :

Trois technologies existent pour le transformateur de tension :

• Transformateur de tension inductif :

Il s'agit en fait d'un transformateur assez classique, mais prévu pour ne délivrer qu'une très
faible puissance au secondaire.

C'est un véritable transformateur, dont le primaire reçoit la tension du réseau, et le


secondaire restitue une tension image égale à 100 V entre phases lorsque la tension
primaire est égale à la tension nominale. C'est le même enroulement qui fournit la tension
aux protections et aux autres équipements.

• Transformateur de tension capacitif :

Transformateur de tension condensateur (TTC), ou transformateur de tension avec capacité


conjuguée (CCVT en anglais) est un transformateur de puissance utilisé dans les systèmes de
démissionner extra signaux haute tension et de fournir un signal basse tension, pour la
mesure, ou d'opérer un relais de protection. Dans sa forme la plus basique, l'appareil se
compose de trois parties : deux condensateurs à travers lesquels le signal de ligne de
transmission est divisé, un élément inductif pour régler l'appareil sur la fréquence de ligne,
et un transformateur d'isolement de l'activité en aval de la tension pour l'instrumentation ou
la protection de relais. L'appareil dispose d'au moins quatre terminaux : un terminal pour la
connexion au signal haute tension, une borne de terre, et deux bornes du secondaire qui se
connectent à l'instrumentation ou au relais de protection. Les TTC sont généralement à
simple phase de dispositifs utilisés pour mesurer les tensions de plus d'une centaine de
kilovolts où l'utilisation de transformateurs de tension ne serait pas rentable.

• Transformateur de tension optiques :

Ces appareils sont encore expérimentaux. Ils utilisent l'effet des champs électriques et
magnétiques sur le plan de polarisation de la lumière :

- Les réducteurs de tension utilisent l'effet Pokkels : On fait circuler un rayon laser polarisé
à l'intérieur d'une fibre optique réalisée avec un verre de qualité particulière, flint lourd, et
enroulée dans un champ électrique crée par la tension. Le plan de polarisation de la lumière
tourne d'un angle proportionnel à ce champ. Un analyseur et un amplificateur placés à

Page 62
Annexes

l'extrémité de la fibre permettent d'obtenir un signal électrique image de la tension


primaire.

- Les réducteurs de courant utilisent l'effet Faraday : On fait de même circuler un rayon
laser polarisé à l'intérieur d'une fibre optique enroulée dans un champ magnétique crée par
le courant primaire. Le plan de polarisation de la lumière tourne d'un angle proportionnel au
champ magnétique. Le traitement est ensuite identique au précédent.

Ces appareils, outre les améliorations escomptées sur la précision, l'encombrement et le


prix, ont l'avantage de s'affranchir totalement des problèmes de saturation. De plus les
contraintes de sécurité inhérentes aux réducteurs classiques sont supprimées. Cependant ils
ne sont compatibles qu'avec des protections à faible niveau d'entrée. De plus, il n'existe pas,
actuellement, de protocole de dialogue normalisé entre les réducteurs et les équipements
utilisateurs : protections, automates. Ceci impose de confier au même constructeur
l'ensemble réducteurs - protections, ce que les utilisateurs n'acceptent pas.

Page 63
Annexes

Chapitre 05 :
Le dimensionnement d’un
poste de transformation

Page 64
Annexes

5.1 Introduction :

Comme vous pouvez le constater, la vue d'ensemble est complexe, mais d'un autre côté, le
poste électrique MT/BT est la synthèse de plusieurs activités de conception (électrique,
mécanique, construction, installation, etc.) et il est donc également nécessaire de tenir
compte des lois sur la sécurité et les matériaux de construction afin d'obtenir un résultat
conforme aux règles de l'art.

5.2 Calcul des courants de court-circuit :

5.2.1 Généralités :

But du calcul de courant de court-circuit :

En application des règles de la section 434 de la norme NF C 13-200 (Installations électriques


à haute tension –Règles complémentaires pour les sites de production et les installations
industrielles, tertiaires et agricoles), il est nécessaire de déterminer pour chaque
canalisation, le courant de court-circuit maximal présumé et le courant de court-circuit
minimal présumé.

➢ Le courant de court-circuit maximal présumé est utilisé pour :

La vérification du pouvoir de coupure et de fermeture des dispositifs de protection ;

La vérification des contraintes thermiques des conducteurs ;

La vérification des efforts électrodynamiques.

➢ Le courant de court-circuit minimal présumé est utilisé pour :

La vérification des conditions de coupure des dispositifs de protection (courant de réglage


des disjoncteurs ou courant de fusion des fusibles).

5.2.2 Types de court-circuit :

Les courts-circuits peuvent être :

o Monophasés (en HT phase-terre car le neutre est généralement non distribué): 80%
des cas
o Biphasés (biphasé isolé ou biphasé-terre) : 15% des cas. Ces défauts dégénèrent
souvent en défauts triphasés ;

Page 65
Annexes

o Triphasés : 5% seulement dés l’origine. Lors d’un court-circuit, le courant de défaut


n’est pas constant.

Dans le cas général celui-ci est la somme de deux composantes :

• Une composante alternative d’amplitude décroissante ou constante,


• Une composante apériodique, décroissante jusqu’à zéro.

La décroissance de la composante alternative est due aux combinaisons des différentes


constantes de temps des réactances internes des machines tournantes en place sur le
réseau. S’il n’y a pas de machines tournantes ou si celles-ci sont éloignées du point de court-
circuit, cette composante alternative reste d’amplitude constante. La composante
apériodique résulte de l’établissement du courant dans le circuit (application d’un échelon
de tension à un circuit comportant une résistance et une inductance).

5.2.3 Méthodes de calcul :

Procédure de calcul suivant la CEI 60909 :

➢ Courants de court-circuit maximaux :

Pour calculer les courants de court-circuit maximaux, il est nécessaire de tenir compte des
conditions suivantes :

• Le facteur de tension c max pour le calcul des courants de court-circuit maximaux


doit être appliqué, en l'absence de norme nationale, conformément au tableau 1 de
la CEI 60909 ;
• Choisir la configuration de réseau et l'alimentation maximale par les centrales et les
réseaux d'alimentation, qui conduisent à la valeur maximale du courant de court-
circuit au point de court-circuit ;
• Si des impédances équivalentes ZQ sont utilisées pour représenter les réseaux
externes, l'impédance de court-circuit équivalente minimale qui doit être utilisée est
celle qui correspond à la contribution maximale de courant de court-circuit du réseau
externe ;
• La participation des moteurs doit être incluse.
• La résistance RL des lignes (lignes aériennes et câbles) doit être prise à une
température de 20 °C.

➢ Courants de court-circuit minimaux :

Pour calculer les courants de court-circuit minimaux, il est nécessaire de tenir compte des
conditions suivantes :

Page 66
Annexes

• Le facteur de tension c min pour le calcul des courants de court-circuit minimaux doit
être appliqué conformément au tableau 1 de la CEI 60909 ;
• Choisir la configuration de réseau et l'alimentation minimale à partir des centrales et
des réseaux d'alimentation, qui conduisent à la valeur minimale de courant de court-
circuit au point de court-circuit ;
• Les moteurs doivent être négligés ;
• Les résistances RL de ligne (lignes aériennes et câbles, conducteurs de phase et de
neutre) doivent être prises à une température supérieure.

5.3 Spécificité de l’appareillage

Les fonctions remplies par les différents appareils de coupure, ainsi que les principales contraintes
associées sont résumées dans le tableau suivant :

Appareil Fonction Fonction de manœuvre Contrainte principale


de courant
Isolement
En service Sur défaut

Sectionneur Oui Non Non Tenue de franchissement entrée-


sortie Sectionneur de terre :
pouvoir de fermeture sur défaut

Interrupteur Non Oui Non Coupure et établissement de


courant normal de charge Pouvoir
de fermeture sur court-circuit
En association avec fusible :
pouvoir de coupure dans la zone
de non-fusion du fusible

Disjoncteur Non Oui Oui Pouvoir de coupure sur court-


circuit
Oui, si débrochable
Pouvoir de fermeture sur court-
circuit

Fusible Non Non Oui Pouvoir de coupure minimal sur


court-circuit

Pouvoir de coupure maximal sur


court-circuit

Page 67
Annexes

5.4 Choix des appareils de coupure

Pour choisir convenablement les appareils de coupure (disjoncteurs ou fusibles) et régler les
fonctions de protection, trois valeurs du courant de court-circuit doivent être connues :

➢ La valeur efficace du courant de court-circuit maximal (court-circuit triphasé)

Elle détermine :

• Le pouvoir de coupure des disjoncteurs et fusibles


• La contrainte thermique que doivent supporter les matériels. Il correspond à un
court-circuit à proximité immédiate des bornes aval de l'appareil de coupure.

➢ La valeur crête du courant de court-circuit maximal (valeur de la première crête de


la période transitoire)

Elle détermine :

• Le pouvoir de fermeture des disjoncteurs et des interrupteurs


• La tenue électrodynamique des canalisations et de l'appareillage.

➢ Le courant de court-circuit minimal (court-circuit biphasé)

Il est indispensable au choix de la courbe de déclenchement des disjoncteurs et des fusibles


ou au réglage des seuils des protections à maximum de courant.

5.4.1 Choix d'un disjoncteur MT

➢ Les caractéristiques principales :

• La tension assignée
• Fréquence de fonctionnement du système
• Pouvoir de coupure sur court-circuit
• Pouvoir de fermeture sur court-circuit
• Conditions de service : température ambiante humidité

➢ Les choses à tenir pour faire le choix :

• Le courant de court-circuit nominal du disjoncteur, en kA, doit être égal ou supérieur


au courant de défaut disponible au temps d'interruption nominal du disjoncteur (3
cycles/5 cycles, ou 50ms/83,3ms, selon les normes en vigueur).

Page 68
Annexes

• Selon les normes ANSI, le courant de courte durée nominal est égal à le pouvoir de
coupure symétrique maximal
• Le temps est de 2 secondes pour les appareillages de commutation à enveloppe
métallique et de 3 secondes pour les disjoncteurs.
• Le relais doit s'assurer que le disjoncteur de secours est déclenché avant que le
disjoncteur de première ligne ne dépasse son courant de courte durée.)
• Le courant nominal doit dépasser le courant maximal disponible sur le système

5.4.2 Choix des fusibles

Les fusibles moyenne tension utilisés dans les postes MT/BT sont coordonnés avec la
puissance du transformateur.

Leur caractéristique temps/courant est déterminée de façon à protéger les réseaux de


distribution moyenne tension contre les avaries survenant au transformateur et contre les
défauts basse tension situés en amont de la protection BT.

Les fusibles peuvent être simplement associés à l’interrupteur-sectionneur ou bien équipés


de percuteurs pour assurer après le fonctionnement du fusible, l’ouverture automatique de
l’interrupteur et empêchant ainsi la marche en biphasé ou monophasé.

➢ La détermination du fusible se fera en respectant les conditions suivantes :

• La tension assignée du fusible Urf (en kV) doit être supérieure ou égale à la tension
du réseau par ce qu’il faut :
Elle doit respecter les limites de tension de service données par le constructeur du
fusible (un fusible de tension assignée trop élevée donnera en cas de fusion des
surtensions excessives sur le réseau).
• Le pouvoir de coupure en court-circuit du fusible I1 (en kA) doit être supérieur ou
égal au courant de court-circuit Ikr du réseau.
• Le courant de défaut au secondaire du transformateur à interrompre doit être
supérieur ou égal à I3.
• La résistance à froid du fusible doit être affectée d’un coefficient pour tenir compte
de son installation en cellule.
Pour tenir compte de l’augmentation de la résistance du fusible lorsqu’il chauffe et
de l’installation des fusibles en cellule SM6 (température de l’air plus élevée), la
résistance à froid du fusible est affectée d’un coefficient prenant en compte les
caractéristiques de la cellule.

Page 69
Annexes

P = 1,9 Rf x Irt 2
✓ Rf = résistance à froid du fusible.
✓ 1,9 = coefficient obtenu après essais
➢ Les conditions d’exploitation doivent être prises en compte :

▪ Les surcharges brèves

Pour tenir compte des surcharges de brève durée du transformateur, on affecte le


courant nominal du transformateur d’un coefficient. Irf ≥ 1,4 I rt

▪ Les surcharges permanentes

En cas de surcharge permanente, la valeur du calibre du fusible doit être


majorée. Si le transformateur est prévu pour fonctionner avec une surcharge
permanente, c’est-à-dire, pendant plusieurs heures, la valeur du calibre du fusible
doit être supérieure ou égale à 1,3 Isurcharge.

On choisit : Irf ≥ 1,3 Isurcharge

5.4.3 Le choix des cellules interrupteur-fusibles

Le choix dépend du courant de transition I40 et du courant de c/c vu du primaire.

La norme CEI 62 271-105 définit les conditions qui permettent de garantir la


coordination des performances du fusible et de l’interrupteur du combiné.

▪ Le courant de transition d’un combiné dépend à la fois de la caractéristique


temps/courant des fusibles et de la durée d’ouverture de l’interrupteur.
Cette ouverture est provoquée par les fusibles près du point de transition lors
d’un défaut triphasé. Le fusible le plus rapide fond, coupant ainsi la première
phase, puis son percuteur donne l’ordre d’ouverture à l’interrupteur.
Les deux autres phases voient alors un courant réduit (87 %) qui sera
interrompu, soit par l’interrupteur soit par les deux derniers fusibles. Le point
de transition est obtenu lorsque l’ouverture de l’interrupteur et la fusion de ces
deux derniers fusibles se produisent simultanément. C’est ici que l’interrupteur
prend la relève des fusibles, ce qui définit son pouvoir de coupure minimal
nécessaire.

Page 70
Annexes

D’un point de vue pratique, le courant de transition est déterminé en portant


sur la caractéristique minimale temps/courant (sur la base d’une tolérance sur
le courant de - 6,5 %) du fusible, un temps égal à 0,9 fois la durée d’ouverture
de l’interrupteur provoquée par les fusibles.

Figure 31 : Le courant de transition et la durée d'ouverture de l'interrupteur.

Le courant associé au point de transition est le courant triphasé de transition (I40)


Ce courant ne doit pas être supérieur au courant de transition assigné qui est le
courant triphasé annoncé par le constructeur du combiné.

I40 < I4ass

Avec I4ass est le courant de transition assigné correspond au pouvoir de coupure (P


de C) de l’interrupteur.

Les courants se répartissent de la façon suivante dans les différents composants de


l’installation :

Page 71
Annexes

Figure 32 : Répartition des courants de l'installation.

☞ Remarque : les valeurs des courants sont données en efficace sauf pour le
courant Ie dont la valeur est donnée en crête.

Exemple d’utilisation de l’interrupteur-sectionneur :

Pouvoir de coupure de l’interrupteur du SM6 en fonction de la tension de


service

I4ass = P de C

Page 72
Annexes

Figure 33 : Pouvoir de coupure de l’interrupteur du SM6.

➢ Clarification :

Le courant de transition du combiné (I40) doit être inférieur au défaut vu du


primaire lors d’un court-circuit franc aux bornes secondaires d’un transformateur.
Lors d’un court-circuit franc aux bornes secondaires d’un transformateur, le défaut
entraîne des valeurs de Tension Transitoire de Rétablissement élevées vis-à-vis
desquelles l’interrupteur pourrait ne pas être capable de faire face. Les fusibles,
de ce fait, doivent être choisis de telle sorte qu’ils éliminent seuls un tel défaut
sans faire intervenir l’interrupteur.

En pratique, cette condition oblige à s’assurer que le courant de transition du


combiné, déterminé selon la méthode de calcul du courant de transition (CEI 62
271-105 ) est inférieur au courant vu du primaire. I40 < Ik

5.5 Choix de la puissance nominale du transformateur

Quand une installation doit être alimentée par un transformateur MT/BT et que la
puissance d'utilisation de l'installation a été déterminée.

5.5.1 Méthode de détermination de la puissance :

1. Bilan de puissance

2. On ajoute 20%

Page 73
Annexes

3. On choisit la Sn la plus grand et la plus proche des valeurs normalisées

En tenant compte :

▪ Des possibilités d'amélioration du facteur de puissance de l'installation.


▪ Des contraintes d'installation (température...),
▪ Des puissances nominales existantes

5.5.2 Calcul de courant de court-circuit d’un transformateur :

Pour déterminer l’intensité de court-circuit aux bornes d’un transformateur, nous


avons besoin de connaitre la tension de court-circuit (Ucc %) qui se trouve dans la
plaque signalétique.

I𝐜𝐜 = 𝐈𝐫/𝐔𝐜

➢ Calcul de Ucc :

1. Le transformateur est non alimenté : U=0 V

2. Mettre le secondaire en court-circuit

3. Monter progressivement la tension U au primaire jusqu'à avoir l’intensité nominale


assignée Ir du transformateur

Figure 34 : Essai en courte circuit.

Page 74
Annexes

Conclusion générale :
Travailler sur ce projet de fin d’année a été pour nous un plaisir total car nous avons
eu l’opportunité dans un premier temps de se familiariser avec le monde industriel et
professionnel, ensuite d’accroitre nos connaissances dans le domaine des postes électrique
HTA/BT.

Notre projet a fait une étude sur les postes MT/BT. On a présenté en premier lieu les
différents types des postes MT/BT, en suite, on a décrit les différents éléments constituant
un poste de transformation à comptage moyenne tension, sans oublier les différentes
protections dans un poste MT/BT.

Page 75
Annexes

Référence :

http://lt.ma/lt/#profil
https://sitelec.org/download_page.php?filename=schneider/guide_conception_mt.pdf
http://ebiblio.univmosta.dz/bitstream/handle/123456789/13018/combinepdf.pdf?sequ
ence=1&isAllowed=y
https://engineering.electrical-equipment.org/medium-voltage-guide-abb
https://www.academia.edu/7911875/Medium_Voltage_technical_guide_Technical_colle
ction_Basics_for_MV_cubicle_design
https://www.automation-sense.com/medias/files/guide-de-conception-des-reseaux-
electrique-industriels-by-genie-electromcanique-com.pdf
https://docplayer.fr/4024232-Memoire-magistere-etude-des-protections-des-reseaux-
electriques-mt-30-10-kv.html
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01677485
https://www.cjoint.com/doc/17_02/GBBafyKPKLd_choix-fusibles-protection-
transformateurs.pdf

Page 76

Vous aimerez peut-être aussi