Vous êtes sur la page 1sur 76

Conception et construction des

machines électriques
Par : Zakarya OUBRAHIM
z.oubrahim@emi.ac.ma
École Mohammadia d’Ingénieurs
05/12/2021 1
Année Universitaire : 2021/2022
Objectif du cours :
• Première approche, une vision globale des problèmes qui pourraient
être ensuite passés à la loupe au jour des méthodes numériques.

• On ne peut pas étudier toutes les machines électriques, il faut se


restreindre. Mais certaines considérations générales et une démarche
globale sont valables dans tous les cas. Nous allons voir cette
démarche sur la machine à courant continu classique.
Introduction
Introduction – construction des machines
électriques
Les structures principales :
•de posséder un outil d ’analyse pour prévoir les performances  adapter au mieux le
composant aux besoins
Deux méthodes d ’approche :
•analytique avec résolution formelle des équations avec hypothèses simplificatrices ou par
méthode des réluctances (approche de type circuit).
•numérique par éléments finis.
Choix de structure débute par :
une étude classique analytique.
Ensuite, les méthodes de calcul de champ ne sont utiles que lorsqu’on dispose de :
structure finale et de la géométrie,
nature des matériaux
pré-dimensionnement.
Grands fabricants à l’échelle mondiale :
Classification des moteurs électriques :
Étude comparative des moteurs électriques :
• Compromis : coût et difficulté de la commande
Structure générale d’une machine électrique : exemple machine
asynchrone
Structure générale d’une machine électrique : exemple machine
asynchrone
Moteur électrique pour la voiture électrique
Zoé fabriquée par le groupe Renault-Nissan
Contraintes imposées par l’environnement :
Partie active : Bobinage
Partie active : Bobinage:
Partie active : Bobinage :
[NF 12828]
Partie active : circuit magnétique
Partie active : circuit magnétique :
Partie active : circuit magnétique :
Partie active : circuit magnétique :
Limites de construction :
Limites de construction :
Fabrication des ME :
Fabrication des ME - Cycle en V – V model :
Environnement des ME :
Environnement des ME – Normes IPXY [CEI 34-
5] et IKX [NF EN 50102 ] IPX  relatif à l'étanchéité.
Régime de fonctionnement des ME – Service types:
Régime de fonctionnement des ME – Service types:
• Graphes de fonctionnement :
Régime de fonctionnement des ME – Service types:
• Graphes de fonctionnement :
Statistiques :
Fonctionnement des ME – Service types:
Fonctionnement des ME – Service types:
conception des machines :
Principes de la conception et construction des
machines :
Les convertisseurs électromécanique sont destinés à transformer de
l’énergie électrique en énergie mécanique ou inversement.

Les performances électriques d’une machines électriques sont :


• La puissance,
• Le rendement,
• Les harmoniques, le déséquilibre,
• La vitesse du moteur,
• Le couple et la puissance mécanique,
• etc.
Construction d’une machine électrique :
C’est de concevoir et construire un design, avec l'application de la
science et de la technologie, pour répondre aux exigences imposées.

Les facteurs clés d’une conception optimale sont indiqués ci-


dessous :

• Performances (optimales ou imposées),


• Conformité aux spécifications et standards,
• Économie optimale,
• Efficacité optimale,
• Durabilité.
Principes de la conception et construction des
machines :
Base de conception :

1. Faire correspondre l'expérience existante avec R&D,  REX


2. Intégrer les dernières technologies,  état de l’art de techniques
3. Limitations de la conception,
4. Intégration dans la chaine de production et de transport,
5. Sécurité (Safety) et fiabilité (reliability) de travail,
6. Maintenance, entretien et réparation,
7. Contraintes environnementales et économiques.
Principes de la conception et construction des
machines :
 Spécifications :
 Répondre aux exigences des clients et aux normes internationales,
 Satisfaire aux normes nationales et internationales.

 Transfert de conception (de technologie) : (Alstom et ADETEL- sous-traitance ) :


 Transférer le concept à construire aux techniciens d'usine respectant le planning de
livraison.
 Information Updating :
 Documents techniques,
 Rapports R&D,
 Réunions et séminaires.
Limitations des machines :
• Saturation de circuit magnétique,
• Température (augmentation),
• Isolation,
• Stress mécanique (contrainte),
• Rendement,
• Spécifications de client,
• Commutation,
• Facteur de puissance.
Spécifications de transformateurs [IS 2026- IS 1180] :

• kVA,
• Rapport de tension (1° / 2° volts à vide),
• Courants (1° / 2°),
• Nombre de phase,
• Fréquence,
• Type (puissance / distribution),
• Pertes à 75° C,
• Connections de bobinage HV et LV,
• Indice horaire,
• Impédance en pourcentage.
Spécifications de machines tournantes [IS 2026- IS 1180] :
Machine à courant continu
• Moteur / Générateur,
• Puissance de sortie (kW),
• Tension,
• Courant,
• Vitesse,
• Type d’excitation,
• Tension et courant d’excitation,
• Type d’isolant,
• Service de marche.
Spécifications de machines tournantes [IS 2026- IS 1180] :
Machine à courant alternatif
• Puissance de sortie (kW),
• Tension,
• Courant,
• Nombre de phase,
• Fréquence,
• Type de connexion des enroulements,
• Vitesse,
• Type de la technologie du rotor (à cage, bobiné, etc.),
• Type d’isolant,
• Service de marche.
Résumé :
 À partir d’un cahier des charges, il faut déterminer
 les dimensions,
 le prix de la machine.
 Les données techniques nécessaires sont :
 Tension (V), courant, fréquence d’alimentation (Hz),
𝑡𝑟
 Vitesse de la machine ( ),
𝑚𝑛
 Puissance utile (W),
 Indices de protection et mécanique (IPXY, IKX),
 Mode de fixation,
 Température ambiante (°C),
 Encombrement extérieurs (machines spéciales),
 Type d’isolant,
 Type de fermeture.  étanche ou non
Principe de conception pour ME :
Figure a : moteur à induction - puissance 30 kW. Figure b: rotor – même machine
Figure : moteur à induction haute tension, puissance : 300 kW (Siemens) - boîtier avec arbre (en haut à
gauche), stator (en haut à droite), rotor bobiné à bagues (en bas à gauche), rotor à cage d'écureuil (en bas à
droite)
Overview : machine à induction

Rotor à bague. Rotor à cage.


Machine synchrone :

La succession des pôles Nord et Sud peut être obtenue de deux façons:
• par la distribution des courants dans les conducteurs du bobinage placés dans
des encoches parallèles à l'axe. L'épaisseur d de l'entrefer est alors faiblement
modulée par la profondeur des encoches: nous dirons que l'armature est à
pôles lisses.

• par des pièces polaires saillant radialement de l'armature et portant des


bobines coaxiales de la pièce polaire. L'épaisseur de l'entrefer est alors
variable suivant la position par rapport aux pièces polaires: nous dirons que
l'armature est à pôles saillants.
Définition du problème de conception:

Comment construire une machine électrique


tournante à champ radial ?
Définition du problème de conception:
Parties principales pour concevoir une machine électrique.

Conception de :
1. Circuit magnétique : établir le flux requis avec un minimum d'ampères-tours. Il devrait
également produire moins de perte de noyau.
2. circuit électrique : les enroulements d'induit et de champ  la force électromotrice requise soit
produite + minimiser les pertes.
3. Système diélectrique : l'isolation requise pour isoler les différentes parties fonctionnant à des
potentiels différents.
4. Système thermique : système de refroidissement, conduits de ventilation, etc.
5. Système mécanique : conception de châssis, de l’arbre et de roulements.
Chapitre III

Grandeurs fondamentales :
Calcul des grandeurs géométriques,
électriques, mécaniques et magnétiques
Définition du problème de dimensionnement :

Un problème de dimensionnement comprend trois éléments :

Une représentation paramétrée du système à concevoir.

Un modèle mathématique permettant d’évaluer toute autre


paramètre du système.

Une logique de dimensionnement.


Etapes principales pour la conception des machines
électriques tournantes
1-Paramètres d’entrée - Starting Values :

 Type de machine :

 machine synchrone ou asynchrone,


 à courant continu,
 synchrone à réluctance, etc.).
Paramètres d’entrée - Starting Values :

 Puissance nominale :

o Pour les moteurs électriques, la puissance de sortie de l'arbre 𝑃𝑛 en W, est donnée.


o Pour les moteurs synchrones, le facteur de puissance (cos 𝜑 surexcité) est également
indiqué.
o Pour les générateurs à induction et à courant continu, la puissance électrique de
sortie 𝑃𝑛 en W, est donnée.
o Pour les génératrices synchrones, la puissance apparente de sortie 𝑆𝑛 , est donnée en
VA. Le facteur de puissance (typiquement cos 𝜑 = 0,8 surexcité) est également donné.
Méthode de calcul :
Les équations sont difficiles à réaliser pratiquement.

 Méthode par tâtonnement,


 Exploitation à partir des données existantes,
 La résolution par des méthodes numérique.

La conception nécessite :
 Hypothèses simplificatrices,
 Performance, spécifications, limitations, contraintes technique, etc.
 Solution optimale.  utilisation d’une fonction de coût (cost-function)
Redressement de f.é.m.
Une spire conductrice AB est placée dans un champ magnétique d’induction B fixe. On entraîne la spire en
rotation à une vitesse constante .

A A
N S N S
B
B
X Y
eAB VXY
Ligne neutre

N
Loi de t t
Faraday
S VXY = eAB VXY = - eAB

→ Création d’une force électromotrice induite eAB alternative : eAB(t) = Em sin(t)


→ Tension entre balais VXY unidirectionnelle (redressée) : VXY = eAB(t)
Production de la f.é.m. : induit à une spire
On considère une structure bipolaire, comportant une spire entraînée à la vitesse . La position de la spire
dans l’entrefer est repérée par l’angle  = t.


n : normale à la
A spire
N 0
N S S Axe polaire
B
B
X Y

▪ Flux engendré de la forme : (t) = m sin = m sin(t)


▪ Création d’une f.é.m. : eAB(t) = es(t) = m  cos(t)
▪ Tension redressée : e(t) = es(t)
 es
es

 = t t
 2  2
 
Production de la f.é.m. : induit à deux spires
Associons deux spires identiques placées dans deux encoches diamétralement opposées. Les
conducteurs parcourus pour aller d’un balais à l’autre constitue une voie d’enroulement.

e1 e’1 e
N S

B
▪ L’induit possède deux voies d’enroulement constituée chacune d’une spire.
▪ A chaque instant, les f.é.m. induites dans les enroulements sont égales : e1 = e’1 = e

2 m 
→ Tension moyenne : E moy
 
 2
→ Forme unidirectionnelle périodique de (T/2)
mais fortement ondulée.
Production de la f.é.m. : induit à quatre spires
Associons quatre spires identiques placées dans quatre encoches décalées de 90°. Ces spires
sont connectées comme le montre la figure suivante :

A C
e1 e’1
e
N S e2 e’2

▪ L’induit possède deux voies d’enroulement constituée chacune de deux spires.


▪ Chaque voie regroupe deux spires dont les f.é.m. sont déphasées de (/2) entre elles.

e1 e2
→ Tension résultante périodique de (T/4).
→ Ondulations diminuées par augmentation du nombre de spires en
 
 2
0
2
3
2
série.
Production de la f.é.m. : induit à plusieurs spires
Associons N conducteurs afin de former Ns = (N / 2) spires.
Les sections des spires sont logées dans des paires d’encoches diamétralement opposées .

e1 e’1
e2 e’2 e
N S ek
e’k

▪ L’induit possède deux voies d’enroulement constituée chacune de (Ns / 2) spires.


▪ La f.é.m. totale e pour chaque voie est :

N → Les tensions ei ont la même amplitude : ei = 


e E 
2
→ La f.é.m. résultante est assimilable à un demi- cercle de
e1
e1 e1 diamètre E.
Expression de la f.é.m. : Machine bipolaire
La multiplication des spires permet d’augmenter la valeur de la f.é.m. produite et de réduire ses
ondulations.
On considère une rotor à Ne encoches avec un conducteur par encoche. La f.é.m. E s’écrit :

Pour un déplacement d’un pas d’encoche (1/Ne tour) :

La f.é.m. devient :

Sachant que l’on dispose d’un conducteur par encoche :


Expression généralisée de la f.é.m.
La force électromotrice à vide peut s’exprimer sous la forme généralisée suivante :

pNN
Ev  . e   K e 
a 2

Ev : Force électromotrice à vide(V)


K : Constante de machine telle que :
N : Nombre de conducteurs dans l’induit.
p : Nombre de paires de pôles.
a : Nombre de paires de voies d’enroulements.

e : Flux inducteur (Wb)

 : Vitesse de rotation (rad / s)


Equation de sortie – Machine à courant
continu (MCC)
Paramètres d’entrée – Grandeurs géométriques
*** Dimensions principales : Diamètre 𝑫𝑺 et longueur d’induit 𝑳 :
Equation de sortie : elle permet d’établir une relation entre les dimensions principales de la
machine tournante et sa puissance nominale.

Machine à courant continu (Machine CC) : sa puissance est donnée par :

𝑷𝟎 = 𝑬. 𝑰𝒂 1.1
Objectif : il est impératif d’écrire l’équation de la puissance en fonction de :
 Diamètre D,
 La longueur d’induit L,
 La charge électrique 𝑵𝒄 𝑰𝒄 ,
 La charge magnétique 𝐩. 𝝓,
 La vitesse de rotation.
Pertes magnétiques : pertes fer (hystérésis)
Question : Calculer la f.é.m.

Une génératrice tétra-polaire caractérisée par :


Bobinage ondulé, nombre de voie en parallèle est égale à 2.
Elle a 60 encoches, chaque encoche contient 20 conducteurs.
𝑡𝑟
Cette génératrice tourne à une vitesse de 160 .
𝑚𝑛

Quelle est la valeur de f.é.m. de cette génératrice, sachant que le flux


sous un pôle est égale à 5 mWb ?
Comment réduire les pertes magnétiques (ou fer) :

Exercice d’application : pertes magnétiques :

Il y a deux grandes sources de pertes dans les matériaux magnétiques :

1. Pertes par hystérésis,


2. Pertes par courants de Foucault.

Montrer que le feuilletage permet de réduire les pertes par courants de


Foucault.
Résumé :
Différentes pertes :

67
Exercice d’application :
Une machine à courant continu a les caractéristiques suivantes :

Ia = 200 A
𝑁 = 8000 𝑟𝑝𝑚
50 lames (commutateur ou collecteur)
L= 10 mH

1. Calculer la période de commutation (le passage d’une lame à l’autre


lame) ?
2. Calculer la chute de tension aux bornes de la spire court-circuitée ?
Choix des charges magnétique et électrique (A et B) :
Table 2. Valeurs autorisées pour les densités de courant J et les charges électriques linéaires A pour diverses
machines électriques.
Les enroulements sont généralement en cuivre.

Méthode de refroidissement 
1,5 à 2 fois A et B.
Choix des charges magnétique et électrique (A et B) :

inductions magnétiques ou densités de flux autorisées pour diverses machines


électriques.
Choix des charges magnétique et électrique (A et B) :
*** Dimensions principales : Diamètre 𝑫𝑺 et longueur d’induit 𝑳 :

𝑷𝒎𝒆𝒄
Constantes de machines en fonction du rapport (puissance polaire) :
𝟐𝒑
• Machines étanche asynchrones
• Machine étanche synchrones.
Choix de nombres de pôles :
Conclusion :
 Lignes directrices pour la sélection de pôles (Flow-chart) :
𝒑.𝑵
1. Garder la fréquence pour avoir une inversion du flux, 𝐟 = comme 25 à 50 Hz.
𝟐
𝑰𝒂
2. Courant par voie d’enroulement 𝑰𝒄 = doit être limité à 200 A.
𝒂
3. Courant / balai 𝑰𝒃 = 𝟐𝑰𝒄 , m.m.f. doit être limitée à 400 A.
𝑵𝒄 𝑰𝒄 𝑨𝝅𝑫 𝑨 𝝅𝑫 𝑨
4. M.M.F. d’armature / pôle 𝑨𝑻𝒂 = = = = 𝝉. Cette f.m.m. doit être limitée à 15 500 AT.
𝟐𝑷 𝟐𝑷 𝟐 𝑷 𝟐
𝝅𝑫
Où 𝝉 = est le rapport (arc périphérique polaire )  Pas polaire
𝑷
Tableau. AT/ pôle pour différentes classes de MCCC.
Puissance de sortie (kW) 𝑨𝑻𝒂 /pôle
Jusqu’à 100 ≤ 5000 𝐴𝑇
100 à 500 5000 à 7500 𝐴𝑇
500 à 1500 7500 à 10 000 𝐴𝑇
Au-dessus de 1500 ≤12500𝐴𝑇
Pôle d’inducteur :
Problèmes sur les dimensions principales de la
machine à courant continu
7- Séparation de D et L : Problèmes sur les dimensions
principales de la machine à courant continu
Exemple 1 :
Génératrice à excitation shunt est caractérisée par :
𝑟𝑑
10 kW, 500 V, 4-pôles, 78 ,. Elle a une densité magnétique dans
𝑚𝑛
𝑊𝑏 𝑘𝐴
l’entrefer de 1,2 et sa charge électrique est 20 .
𝑚2 𝑚

1. Calculer la longueur et la largeur de cette génératrice.


Supposons que le rapport entre l'arc polaire et le pas polaire est de 0,6 et
son rendement à pleine charge est de 80 %.
7- Séparation de D et L : Problèmes sur les dimensions
principales de la machine à courant continu
Exemple 2 :

𝑡𝑟
Un générateur à excitation shunt de 50 kW, 4 pôles, 1.6 .
𝑠

1. Calculez les dimensions principales.


𝑊𝑏
La tension d’induit, en charge, = 220 volts, B = 0,83 2 et A = 30 kA/m. La chute de
𝑚
tension d'induit, en charge, est de 3 % de la tension nominale.
Le courant d’excitation = 1% 𝐼𝑛 . Pour un pôle carré, le rapport entre l'arc polaire et le
pas polaire est de 0,67.

2. Trouvez le nombre de conducteurs.

Vous aimerez peut-être aussi