Vous êtes sur la page 1sur 19

COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

SCHEMA ELECTRIQUE III Un homme qui ne connaît que les choses est un homme sans idées.
Alain

CHAPITRE 1 : L’ECLAIRAGE PAR LUMINESCENCE


LES OBJECTIFS GENERAUX : LES OBJECTIFS SPECIFIQUES :
Le cours de schéma électrique de troisième année électricité vise à : Au terme de ce chapitre, l’élève doit être capable de :
 Compléter la formation de base en éclairage électrique ;  Expliquer le principe de fonctionnement d’un tu tube fluorescent,
 Initier les élèves à la télécommande des machines électriques ; et d’un tube luminescent ;
 Rendre les élèves aptes à démarrer un moteur asynchrone  Schématiser un tube fluorescent et luminescent ;
triphasé ; etc.  Distinguer le tube fluorescent du tube luminescent ;etc.
L’INTRODUCTION GENERALE : L’INTRODUCTION :
Les figures simplifiées montrant les parties essentielles d’une chose L’éclairage par luminescence, encore appelé lumière froide, prend
sont fondamentales pour le technicien en général et en particulier pour naissance entre les électrodes métalliques placées dans un tube de verre
l’électricien. L’électricité devenant de plus en plus proche de tous, il vaut contenant un gaz rare. Il existe trois types de tubes luminescents : les tubes
mieux maitriser la technique des montages électriques, car comme l’a dit fluorescents, les tubes luminescents à cathode froide et les tubes à cathode
Oswald SPENGLER : « La technique est la tactique de la vie ». Voulant dire chaude. Dans ce cours, nous étudierons uniquement les deux premiers
par là que la vie sans la technique et surtout sans la technique de types.
l’électricité est un échec, car l’énergie électrique est devenue indispensable
pour l’Homme. Les schémas des bâtiments étudiés en deuxième année I- LES TUBES FLUORESCENTS
seront d’abord complétés et ensuite nous étudierons la télécommande des 1- La définition
moteurs électriques en général et en particulier les moteurs asynchrones  Un tube fluorescent est une lampe électrique qui produit de
triphasés. la lumière grâce à une décharge électrique dans un tube contenant un gaz
rare.
Il est toujours facile d'obéir, si l'on rêve de commander. Jean-Paul  Un tube fluorescent est un tube dans lequel les rayons
Sartre ultra-violets émis grâce à une décharge électrique sont transformés en
Supprimez la hiérarchie, faussez seulement cette corde et écoutez lumière visible.
quelle dissonance ! Shakespeare
2- Le principe de fonctionnement

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

Lorsqu’un tube fluorescent est mis sous tension, les électrodes


portées à l’incandescence (chauffent), émettent les électrons qui, en se
déplaçant, rencontrent les atomes de mercure sur leurs parcours qui
entrainent les collisions ou les chocs et provoquent l’ionisation de
l’atmosphère gazeuse. Le mercure émet alors les rayons ultra-violets qui a2) Le schéma développé
sont rendus visibles par les poudres fluorescentes contenues dans le tube.
Ph N
3- Le symbole d’un tube fluorescent L

F S
Symbole général

4- L’allumage d’un tube fluorescent

Il existe plusieurs procédés pour allumer un tube fluorescent :


l’allumage différé, l’allumage instantané et le montage DUO.

a) L’allumage différé a3) Le schéma unifilaire

C’est l’allumage du tube fluorescent à l’aide du starter.

a1) Le schéma d’implantation ou d’architectural

F
F
S
S

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

b1) Le schéma d’implantation ou d’architectural


a4) Le schéma multifilaire
F
h
P

S
N

L
L

a5) Le fonctionnement

Lorsqu’on met le montage sous tension et qu’on actionne sur Ph b2) Le schéma développé N
l’interrupteur S, le courant traverse le ballast, les électrodes et le starter
(interrupteur automatique). Les électrodes d’échauffent et après un temps L
très court (2 secondes environ), le starter s’ouvre en coupant le circuit de F S
préchauffage. Il se produit alors une pointe de tension qui va provoquer
l’amorçage de la décharge (tension) et limiter le courant dans le tube grâce
au ballast. Le tube se stabilise et brille.

b) L’allumage instantané

C’est l’allumage d’un tube fluorescent à l’aide d’une électrode


auxiliaire d’amorçage reliée électriquement à l’une des électrodes et
s’arrête au voisinage de l’autre électrode.

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

Lorsque le montage est mis sous tension et qu’on actionne sur


l’interrupteur S, une décharge électrique se produit entre l’électrode
auxiliaire d’amorçage et l’électrode libre du tube. Cette décharge provoque
immédiatement l’ionisation du gaz et permet le passage de l’arc entre les
b3) Le schéma unifilaire
deux électrodes. Le tube s’allume.

c) LE MONTAGE DUO

C’est l’éclairage par la fluorescence à l’aide de deux tubes


F fluorescents montés en parallèle pour éviter l’effet stroboscopique c'est-à-
S
dire le papillotement du tube du à la variation du courant alternatif.

NB : en courant alternatif de fréquence 50Hz, le courant s’annule 100 fois


L par seconde.

C1) Le schéma d’implantation ou d’architectural

b4) Le schéma multifilaire


F

F
h
P

S
N

L
L

b5) Le fonctionnement

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

C2) Le schéma développé C4) Le schéma multifilaire

F
h
P

S
Ph N

N
L1

F S

L2

L2
C3) Le schéma unifilaire

L1

F
S
II- LES TUBES LUMINESCENTS A HAUTE TENSION
1- Le principe de fonctionnement

L Le principe de fonctionnement d’un tube luminescent consiste à


alimenter un tube contenant un gaz rare. Lorsque les électrodes (cathodes)
sont sous tension, ils émettent les électrons qui, lors de leur déplacement,
entrent en collision avec les molécules du gaz et lorsque la tension
augmente, il y apparait une lumière à l’intérieur du tube. Le tube s’allume.

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

2- Le schéma développé
3- L’exemple de montage.

Ph N

P
T S F
S F S

S
T
P

 T : transformateur élévateur de tension.


 La tension au secondaire (S) varie de 1000 à 3000V selon la
nature du gaz et la largeur du tube. LA CONCLUSION :

L’utilisation de l’éclairage par luminescence et en particulier des


lampes fluorescentes est à nos jours privilégiée dans le monde entier au
détriment des lampes à incandescences. Cependant, il faut noter que les
lampes fluorescentes sont très critiquées car elles sont dangereuses pour la
santé à cause du mercure, etc. dans la suite du cours, nous étudierons un
élément spécial utilisé pour commander les systèmes : le commutateur à
cames.

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

CHAPITRE 2 : LE COMMUTATEUR II- LA REPRSENTATION D’UN COMMUTATEUR A CAME


1- Le symbole général
LES OBJECTIFS SPECIFIQUES :

A la fin de ce chapitre, l’élève doit être capable de :

 Définir le commutateur et le commutateur à étage à came ;


 Schématiser un commutateur ; 2- La représentation schématique (contacts)
 Coupler deux résistors en série, en parallèle ; etc.
Les symboles ci-dessous représentent un commutateur à cames à 4
L’INTRODUCTION : positions.

En dehors des simples commutateurs étudiés en deuxième année


tels que l’interrupteur simple allumage, l’interrupteur double allumage,
l’interrupteur VA-ET-VIENT, etc. Dans ce chapitre, nous nous intéresserons
à l’étude d’un commutateur très complexe : le commutateur à came.
Contact à fermeture Contact à ouverture
I- LES DEFINITIONS
3- La représentation programmée (cames)
1- Un commutateur est un appareil qui permet d’ouvrir, de
fermer ou d’inverser un circuit électrique. Il existe quatre types de cames utilisées selon le fonctionnement
Exemple : simple allumage, etc. d’un système :
2- Un commutateur à étage à cames est un commutateur
constitué de contacts et de cames fonctionnant en étage. a) b) c) d)
 Les cames permettent de programmer le
1 1 1 1
fonctionnement des contacts.
 Les étages permettent de diviser le fonctionnement
des contacts en plusieurs parties et de compléter séparément chaque partie 4 2 4 2 4 2 4 2
à l’aide des cames.
3 3 3 3
Remarque : les cames sont liées par un axe carré qui permet le
fonctionnement des contacts selon le programme prévu.

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

1000 1100 1010 0111


Nous avons pour chaque came quatre (4) positions : 1, 2, 3 et 4. La III- LA COMMANDE D’UNE CUISINIERE ELECTRIQUE
came rote ou change d’état suivant le sens de la flèche. 1- L’énoncé du problème

4- La table de vérité des cames Soit un appareil de cuisson électrique constitué de deux résistors
ayant les résistances égales (R 1=R2=50Ω) est alimenté sous 220V.

Pour le chauffage de la cuisinière, on doit :

 Coupler les résistances en série pour avoir un chauffage


doux ;
 Faire fonctionner une seule résistance pour avoir un
chauffage moyen ;
 Coupler les résistances en parallèle pour avoir un chauffage
fort.

2- Le travail à faire :
a) Etablir un schéma développé sans commutateur à cames et
analyser le problème.
b) Etablir le tableau de fonctionnement des contacts.
c) Etablir le schéma développé avec commutateur à cames.
d) Etablir le schéma multifilaire.
e) Calculer la puissance de chaque type de chauffage.

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

3- Le travail demandé c) Etablissons un schéma développé avec commutateur à cames.

Données : R1=R2=50Ω et U=220V S1 R1 S2


Ph N
a) Etablissons un schéma développé sans commutateur à cames.
Ph N
S1 R1 S2 S5

F
F S5

S3
S3 R2 S4 R2 S4

Analysons le problème à partir du schéma développé ci-dessus :


 Repos: S1=0, S2=0, S3=0, S4=0 et S5=0.
d) Etablissons un schéma multifilaire
 Chauffage doux: S1=1, S2=0, S3=0, S4=01et S5=1.
Ph N
 Chauffage moyen: S1=1, S2=1, S3=0, S4=0 et S5=0.
 Chauffage fort: S1=1, S2=1, S3=1, S4=1 et S5=0. F

S3 S4
b) Etablissons le tableau de fonctionnement des contacts en
2
fonction des positions.
3
1 2 1 2 1 2
1
4 3 4 3 4 3

4
S5
S1 R2 S2

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


R1
COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

3- Le tableau de fonctionnement des contacts.

e) Calculons la puissance de chaque type de chauffage.


 Chauffage doux :
 Chauffage moyen :
 Chauffage fort :
IV- LE BRANCHEMENT D’UN WATTMETRE, D’UN VOLTMETRE ET
D’UN AMPEREMETRE EN COMMUTATION
1- Le schéma développé sans commutateur à cames.
N
Ph
S3
4- Le schéma développé avec commutateur à cames.

F S1 R N
W Ph S3
A

S2
V S1 R
F W
A

2- L’analyse du système. S2
V
Wattmètre: S1=1, S2=0 et S3=1.

Voltmètre: S1=1, S2=1 et S3=0.

Ampèremètre : S1=1, S2=0 et S3=0.

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

5- Le schéma multifilaire
Ph N

S2
2
A
3
1 2 1 2
1
4 3 4 3
V
4
S1 S3 R

LA CONCLUSION :

Les commutateurs étudiés dans ce chapitre, permettent de


simplifier la commande d’un système complexe en pilotant séparément et à
la fois tous circuits à partir d’un endroit. Les commutateurs à cames sont
très utilisés dans l’industrie à cause de leur fonctionnement à étages  et
nous avons vu par exemple vu la commande d’une cuisinière électrique, et
la mesure des grandeurs électriques telles que la tension, l’intensité et la
puissance

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

CHAPITRE 2: LA TELECOMMANDE Exemple d'un sectionneur tripolaire

LES OBJECTIFS SPECIFIQUES

A la fin de ce chapitre, l’élève-maitre doit être capable de :


1 3 5 13 13
 Organiser la commande d'un système motorisé ;
 Critiquer, évaluer et interpréter un cahier des charges, un schéma électrique;
2 4 6 14 14
 Expliquer le rô le de chaque élément; etc. Poignée extérieure
cadenassable
L'INTRODUCTION
Circuit de Circuit de
Les installations électriques ou électroniques nécessitent de plus en plus un puissance commande
fonctionnement sans l'intervention de l'homme: c'est la télécommande. Et
télécommander un moteur, nécessite un ensemble d'appareillages: le sectionneur, le
fusible, le relais thermique ou magnétothermique, etc.
4- Les différents types de sectionneur

Les sectionneurs sont de trois types:


I- LE SECTIONNEUR
 Les sectionneurs B.T. domestiques;
1- La définition
 Les sectionneurs B.T. industriels;
C'est un appareil mécanique qui assure l'isolement entre la source  Les sectionneurs H.T.A et HTB.
d'alimentation et les équipements électriques.

Attention!!! Un sectionneur ne doit pas être manœuvré en charge et il n'a pas de pouvoir 5- Les caractéristiques d'un sectionneur
de coupure. Un sectionneur est caractérisé par:
 Le nombre de pô les principaux, de contacts auxiliaires;
2- Le symbole  L'intensité nominale du circuit de puissance;
 Le type de manœuvrage ou de cadenassable; etc.

6- L’interrupteur-sectionneur

Remarque: dans la plupart des cas, le sectionneur porte des cartouches de fusible.

3- La constitution d'un sectionneur

Un sectionneur est de manière générale constitué des pô les principaux, des


contacts auxiliaires à fermeture, un dispositif de manœuvre et un support. II- LE RELAIS DE PROTECTION
1- La définition

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

C'est un système de déclenchement qui fonctionne sous l'effet thermique du


courant qui le parcourt.

2- Le symbole
3- Les différents types de coupe-circuit à fusible

On a:

 Les coupe-circuits sectionnables à cartouches;


 Les coupe-circuits à broche;
3- La constitution d'un relais thermique  Les coupe-circuits à couteau.

Un relais thermique est de manière générale constitué des pô les principaux, 4- Les classes de coupe-circuit à fusible
des contacts auxiliaires, un dispositif de manœuvre et un support.
On classe les coupe-circuits en trois classes:
Exemple d'un relais thermique tripolaire  La classe aM (accompagnement moteur): il est prévu pour
1 3 5 97 95 protéger uniquement contre les courts-circuits.
 La classe gI (fusible d'usage général): il est prévu pour protéger
contre les courts-circuits et les surcharges.
2 4 6 98 96  La classe gII (fusible d'usage général temporisé)
5- Les caractéristiques
Circuit de Circuit de
puissance commande Un coupe-circuit est caractérisé par:
4- Les caractéristiques d'un relais thermique
 Le courant de non fusion;
Un relais thermique est caractérisé par:  Le courant de fusion;
 Le nombre de pô les principaux, de contacts auxiliaires;  La durée de coupure;
 L'intensité nominale du circuit de puissance;  La courbe de fonctionnement; etc.
 Le pouvoir de coupure; etc.
6- LES CAPTEURS
III- LE COUPE-CIRCUIT A FUSIBLE 1- La définition
1- La définition C'est un organe qui permet de détecter un phénomène quelconque
afin d'émettre un signal (électrique).
C'est un appareil de protection contre les risques d'incendies provoquée 2- La classification des capteurs
par les courts-circuits ou les surintensités.
Les capteurs sont classés selon le mode de commande. On a:
2- Les symboles
 La commande manuelle (bouton poussoir, etc);
 La commande mécanique (fin de course, etc);
 La commande physique (capteur de proximité, etc).
3- Les caractéristiques d'un capteur

Un capteur est caractérisé par:


Fusible Sectionneur Fusible
porte fusible percuteur
Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin
COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

 L'état de ses contacts ("O" ou "F");


 Le mode de commande; etc.

4- Le repérage des contacts

4- Le repérage des pô les principaux


 Les pô les principaux tripolaires
IV- LE CONTACTEUR
1- La définition Ils sont repérés de 1 à 6 et le repérage s'effectue de la manière suivante:
les chiffres impairs sont placés au-dessus et les chiffres pairs en-dessous des chiffres
C'est un appareil mécanique de commande ayant une seule position impairs; ils sont placés du haut vers le bas et de la gauche vers la droite.
de repos capable d'établir, d'interrompre et de supporter un courant dans un circuit y
compris dans les conditions normales ou de surcharge.

2- Les symboles
1 3 5
3
67 55 A1 67 55 A1 2 4 6

68 56 A2 68 56  Les pô les principaux tripolaires


A2
Symbole général Bobine de mise au Bobine de mise au
travail retardée repos retardée 1 3 5 7
3 3
2 4 6 8
3- La constitution

Un contacteur est constitué de quatre parties principales:


5- Le repérage des contacts auxiliaires
 Des pô les principaux: ils permettent d'établir, d'interrompre
Le repérage des contacts auxiliaires est très complexe et est composé de
et de supporter le courant principal (circuit de puissance);
deux chiffres dont le premier indique le rang du contact (le rang 9 est réservé pour les
 L'organe moteur: c'est un électro-aimant permettant de
relais) et le second indique la fonction ou le rô le du contact. On o pour le second chiffre:
commander la fermeture ou l'ouverture des contacts;
 Le support: il assure la liaison entre l'électro-aimant et les
 De 1 à 2 pour les contacts à ouverture;
contacts mobiles;
 De 3 à 4 pour les contacts à fermeture;
 Les contacts auxiliaires ou additifs: l'alimentation ou le
 De 5 à 6 pour les contacts à ouverture à fonctionnement
verrouillage d'un système. On distingue les contacts auxiliaires instantanés et
spécial (temporisation, protection)
temporisés qui peuvent être à fermeture "O" ("NO") ou à ouverture "O" ("NC").
 De 7 à 8 pour les contacts à fermeture à fonctionnement
spécial (temporisation, protection).
Exemple d'un contacteur tripolaire
6- Le repérage alphanumérique
13 11 1 3 5 A1
3
12
14 année
Troisième Electricité
2 4 6 d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin
A2

Circuit de Circuit de
COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

Le repérage alphanumérique permet de désigné : Lorsqu’on actionne sur le bouton poussoir S0, la bobine se
 un contact auxiliaire (les lettres et le premier chiffre désexcite, ouvre son contact KM11 et la lampe s’éteint.
indiquent l'organe qui le commande, et le deuxième chiffre indique son rang par
rapport au fonctionnement). V- LE RELAIS DE COMMANDE
 Une bobine ou l'organe moteur (les lettres permettent de 1- Le relais instantané
nommer et le chiffre indique le rang par rapport au fonctionnement). a) La définition
 Les pô les principaux (les lettres indiquent l'organe moteur
qui les commande et le chiffre indique son rang par rapport au fonctionnement de la cet
organe dans le système). Un relais instantané est un appareil qui permet à partir d’un
7- Les caractéristiques d'un contacteur signal, de fermer ou d’ouvrir les contacts permettant le fonctionnement ou
l’arrêt d’un appareil.
On:

 La nature du courant d'alimentation de la bobine;


b) Le symbole
 Le pouvoir de coupure;
 L'endurance électrique;
 Le nombre de manœuvre;
 Le nombre de pô les; etc.

8- La commande d’un contacteur c) La représentation schématique


a) La commande par seul endroit
Ph N 11 21
KM1
F A1
S1 2
A
1
A
11
12

A2
12 14 22 24
S0
L
13 14
Circuit de commande

KM1
1 2- Le relais instantané bistable
a) La définition
b) Le fonctionnement
C’est un relais instantané à deux états stables commandés par deux
Lorsqu’on actionne sur le bouton poussoir S1, la bobine du
bobines dont l’une est prévue pour l’enclenchement et l’autre pour le
contacteur KM s’excite, ferme son contact KM1 1 et s’auto-alimente à
déclenchement.
travers ce contact. La lampe s’allume.

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

Un relais temporisé est un relais qui, lors de son alimentation ou


pendent sa désalimentation, peut ouvrir ou fermer un ou plusieurs contacts
avec un retard réglable.

b) Les types de relais bistables b) Les types de relais temporisé


Il existe deux types de relais bistable : Il existe deux types de relais temporisé :
 Le relais bistable à accrochage magnétique  Le relais temporisé à l’action ou au travail
11 21
Lorsque la bobine du relais est alimentée, les contacts s’ouvrent ou
A1 B1 ferment après un temps préréglé.
67 55
A2 B2
12 14 22 24 68 56
Bobine de mise au
travail retardée
Circuit de commande
 Le relais temporisé au relâchement ou au repos
 Le relais bistable à accrochage mécanique
Lorsque la bobine du relais est désalimentée, les contacts s’ouvrent
11 21
ou ferment après un temps préréglé.
A1 B1
67 55
A2 B2
68 56
12 14 22 24
Bobine de mise au
repos retardée
Circuit de commande
NB : pratiquement, le relais temporisé au travail ou à l’action est de couleur
bleue et le relais temporisé au repos ou au relâchement est de couleur
noire.
3- Le relais temporisé
LA CONCLUSION :
a) La définition

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

La télécommande est très utile, voire même indispensable pour la commande


des systèmes. En électricité, dans le domaine de l’électromécanique, les éléments étudies
dans ce chapitre sont ceux utilisés pour commander, nous voulions dire pour
télécommander les moteurs électriques. Il faut donc les apprendre ou étudier, les
mémoriser et les maitriser, Car, le chapitre suivant nous permettra d’utiliser ces
différents éléments pour commander et télécommander les moteurs asynchrones
triphasés.

CHAPITRE 4: L’ETUDE DE CERETAINS PROCEDES DE DEMARRAGES DES MOTEURS 3- Les schémas


ASYNCHRONES L1

LES OBJECTIFS SPECIFIQUES L1 L2 L3


F1
Au terme de ce chapitre, l’élève-maitre doit être capable de : 1 3 5
Q 95
 Concevoir un système de démarrage direct à un et deux sens de marche ;
 Schématiser le schéma de puissance et de commande du démarrage direct un 2 4 6 F2
et deux sens de marche ; 96
 Critiquer, évaluer et interpréter un cahier des charges, un schéma électrique;
etc. 1 3 5 11
KM1 3
L'INTRODUCTION 2 4 6 S0
12
En électricité d’équipements, l’électricien étudie en dehors des montages
utilisés dans les locaux domestiques, mais il doit aussi étudier les montages dits 1 3 5 13 13
procédés de démarrage des moteurs électriques c’est dire l’électromécanique. F2 KM11
L’électromécanique est une technique étudie des systèmes mécaniques fonctionnant 2 4 6 S1
grâ ce à l’électricité. Les procédés de démarrage tels que le démarrage direct un et deux 14 14
sens de marche seront étudiés dans ce chapitre et les autres procédés seront complétés
en quatrième année.
V A1
I- LE DEMARRAGE DIRECT UN SENS DE MARCHE U W
1- Le principe de démarrage
N A2
Le principe du démarrage consiste à coupler les enroulements directement du
stator sur le réseau, le moteur démarre et atteint alors sa vitesse nominale. C'est le KM1
procédé le plus simple.

2- Le schéma unifilaire ou simplifié Le schéma de puissance Le schéma de commande

3 3 4- Le fonctionnement
3 3

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin


COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

Après la fermeture du sectionneur Q (fermeture des pô les principaux C'est le même principe que celui d'un sens de marche
et des contacts auxiliaires):

 Lorsqu'on actionne sur le bouton poussoir S1, la bobine du


contacteur KM1 s'excite, ferme ses contacts principaux et s'auto-alimente par son
contact KM11. Le moteur démarre.
 L'arrêt est provoqué par l'action sur le bouton poussoir S0
ou le déclenchement du relais F2.
5- Les caractéristiques 2- Le fonctionnement manuel
 L'intensité au moment du démarrage est de 4 à 8 fois L'intensité a) Le schéma unifilaire ou simplifié
nominale.
 Au démarrage, le couple de 1,5 à 2 fois le couple nominal.
3 3
3 3

b) Les schémas

L1 L2 L3 L1

1 3 5 F1
Q
2 4 6 95
F2
1 3 5 1 3 5 96
KM1 3 KM2 3 11
2 4 6 2 4 6
6- Les avantages S0
 Le temps de démarrage est court; 12
 L'appareillage est très simple.
7- Les inconvénients 1 3 5
 L'appel du courant est très important au démarrage; F2 13 13
2 4 6 13 13
 Le démarrage est brutal.
S1 KM11 S2 KM21
8- L’emploi des mas 3 en démarrage direct
14 14 14 14
On utilise ce procédé de démarrage pour les moteurs de petites
puissances, les moteurs à démarrage non progressive, etc. V W 21 21
U
KM22 KM12
II- LE DEMARRAGE DIRECT DEUX SENS DE MARCHE 22 22
1- Le principe de démarrage
A1 A1

Troisième année Electricité d’équipement N M. BANDE NGWA


Enseignant : A2 Justin A2

KM1 KM2
COURS DE SCHEMA ELECTRIQUE III

électricité le démarrage des moteurs, voire machines, est très capital pour le Technicien
Electricien, car partout dans le monde, les appareils nécessitent une installation, une
maintenance ou un dépannage pour pouvoir bien fonctionner. Il faut noter que ce cours
nous permet non seulement d’être initiés à l’électricité, mais d’acquérir des compétences
théoriques dont une fois mises en pratiquent, nous ouvriront les portes des experts en
électricité des bâ timents ou d’équipements et plus tard des experts en électrotechnique
Q ou même en électromécanique. Le schéma l’avons-nous dit, est une représentation
Le schéma de puissance Le schéma de commande symbolique d’un objet ou d’un système. Cependant, le technicien se doit de toujours
penser à l’esthétique, à la présentation, au respect des normes en vigueur car, comme l’a
c) Le fonctionnement dit Emmanuel KANT: « L'art ne veut pas la représentation d'une chose belle mais la belle
représentation d'une chose ». Dans la suite de votre parcours scolaire, vous verrez
Après la fermeture du sectionneur Q (fermeture des pô les principaux et certainement comment démarrer les moteurs du point de vu de l’Electronicien qui de
des contacts auxiliaires): plus en plus essaye d’étouffer le démarrage des moteurs du point de vu de l’Electricien
(Electromécanicien).
 Lorsqu'on actionne sur le bouton poussoir S1, la bobine du contacteur
KM1 s'excite, ferme ses contacts principaux et s'auto-alimente par son contact KM11 et
verrouille le contacteur KM2 par son contact KM12. Le moteur démarre au premier sens.
 Lorsqu'on actionne sur S2, la bobine du contacteur KM2 s'excite,
ferme ses contacts principaux et s'auto-alimente par son contact KM21 et verrouille le
contacteur KM1 par son contact KM22. Le moteur démarre en sens inverse.
 L'arrêt est provoqué par l'action sur le bouton poussoir S0 ou le
déclenchement du relais F2.
d) Les courbes caractéristiques (mêmes caractéristiques que le
sens)

Mêmes caractéristiques que pour le démarrage direct un sens de marche.

III- LA MARCHE NORMALE ET MARCHE PAR COUPS

LA CONCLUSION :

Démarrer un moteur électrique et en particulier un moteur asynchrone,


nécessite la connaissance des techniques permettant leur démarrage. Les techniques ou
les procédés de démarrage étudiés dans ce chapitre sont les procédés de base de
l’électromécanique. La suite du programme, c’est en quatrième année électricité, nous
étudierons les autres procédés et achever notre formation d’électricien d’équipements.

LA CONCLUSION GENERALE :

Le cours de schéma électrique de la troisième année électricité d’équipements


portant sur l’éclairage par luminescence, le commutateur à cames, la télécommande en

Troisième année Electricité d’équipement Enseignant : M. BANDE NGWA Justin

Vous aimerez peut-être aussi