Vous êtes sur la page 1sur 191

ThermaCAM E2

Support de formation
ThermaCAM E2

Programme

• Qui est FLIR ?


• Bases de la thermographie
Rappel sur les transferts thermiques
Rapide historique sur la théorie des rayonnements
Le spectre infrarouge
Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann
Les corps réels - émissivité
• Les caméras de thermographie et présentation de la E2
• Conditions de Mesure par thermographie
• Application en Maintenance
• Mesures sur le terrain
Suggestion de procédures, pièges à éviter, conseils
• Exploitation des données
Installation et mise en route de ThermaCAM Connect
Transfert des fichiers sur le PC
ThermaCAM E2

Qui est FLIR ?

www.flir.com
ThermaCAM E2

FLIR Systems : constructeur de


caméras de Thermographie
Infrarouge
ThermaCAM E2

Le Marché de l’Imagerie

Systèmes aéroportés

Sécurité et
Surveillance

Lutte contre l’incendie


ThermaCAM E2

Le Marché de la Mesure
Maintenance Conditionnelle

Recherche & Développement / CND

Surveillance et contrôle de procédés continus


ThermaCAM E2

Introduction à la théorie de la
Thermographie Infrarouge
ThermaCAM E2

1) Rappel sur les transferts thermiques


Conduction
Convection
Rayonnement

2) Rapide historique sur la théorie des rayonnements

3) Le spectre infrarouge

4) Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann

5) Les corps réels - émissivité

6) Les caméras de thermographie et présentation de la E2


ThermaCAM E2

Différence entre chaleur et température

Dans un matériau, les molécules sont agitées d ’un


mouvement
permanent, à une certaine vitesse.

La température La chaleur dépend de la


dépend de la vitesse vitesse moyenne de
moyenne de déplacement des
déplacement des molécules ainsi que de
molécules (1). leur nombre (2).
Chaleur = énergie

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Température / activité moléculaire

Basse température Barrière Haute température


= activité faible = activité élevée

Barrière supprimée. Énergie répartie = même température

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Température / Chaleur

(1) (2)

Au zéro absolu, Supposons a) une brique à


il n ’y a plus 50°C, et b) un gravillon à la
d ’agitation même température.
moléculaire
Question :
Que choisissait-on pour
réchauffer un lit froid,
lorsqu’il n ’y avait pas de
chauffage central a) ou b) ?
Pourquoi ?

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Surfaces

• La grande
bouilloire rayonne
plus que la petite en
raison de sa plus
grande surface
externe.

Transferts thermiques - Rayonnement


ThermaCAM E2

Température / Chaleur
Unités

Température Chaleur

- Kelvin K, unité absolue de référence - Joule J

- Degré Celsius (centigrade) - Calorie cal


0°C = solidification de l ’eau 1 cal = 4,18 J
100°C =vaporisation de l ’eau Quantité de chaleur nécessaire pour
0 K = -273,15°C élever de 1°C, un gramme d ’un corps dont
la chaleur massique est égale à celle de
- Degré Fahrenheit l ’eau à 15°C sous pression de 101325
Y °F = (1,8 x Z °C) + 32 pascals.
20°C = 68°F
30°C = 86°F Note : CAL = calorie alimentaire
0°F correspondrait à une température 1 CAL = 1000 cal
mesurée en hiver 1709 à Dantzig

Aussi Degré Rankine, Degré Réaumur

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Il y a transfert de
chaleur entre *>47.7°C

45.0

l ’intérieur - chaud - 40.0

35.0

et l ’extérieur - 30.0

25.0

froid - où est
20.0

15.0

disposée la caméra.
10.0

5.0

0.0

-5.0

-10.0

La caméra permet *<-11.6°C

de visualiser le Production chimique


transfert.

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

QUELQUES EFFETS DE LA CHALEUR

• Changement de température
• Expansion volumique
• Changement d ’état : gaz/liquide, liquide/solide, gaz/solide
• Incandescence
• Génération de force électromotrice
• Variation de viscosité
• Variation de paramètres électriques
• Etc...

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Thermographie infrarouge . Exemple


d ’utilisation de la chaleur spécifique : contrôle
de toitures.
Des zones humides présentent
une chaleur spécifique
supérieure aux zones bien
Mouillé
sèches.

La journée, le toit est soumis à


un rayonnement solaire
intense.

La nuit, les zones humides


gardent plus longtemps la
chaleur, et sont perçues
comme des parties chaudes.

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

TRANSFERTS DE
CHALEUR

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Il n ’existe que trois modes de transfert de chaleur

- Conduction
- Convection
- Rayonnement

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Du côté de la flamme, les molécules s ’excitent, bougent de plus en


plus rapidement et se cognent avec leurs voisines. Elles échangent
de l ’énergie. De proche en proche, l ’agitation moléculaire se
développe. Le flux de chaleur diffuse.

Dans les solides et les liquides, les molécules sont ordonnées et


la distance moyenne entre elles est bien plus faible que dans
un gaz. On comprendra alors que dans un gaz, la conduction soit
quasiment nulle.

METAL

Transferts thermiques - Conduction


ThermaCAM E2

Exemple en thermographie infrarouge

Surveillance de réfractaire.

Transferts thermiques - Conduction


ThermaCAM E2

“Milieu fluide”

Transferts thermiques - Convection


ThermaCAM E2

Convection forcée

Surfaces d ’échange ! ! ! !

Transferts thermiques - Convection


ThermaCAM E2

Convection forcée

Exemple de convection
forcée sur un système
de ventilation sur la
vitre avant d’une
voiture.

On remarque la zone
ou le flux d’air est le
plus important.

Transferts thermiques - Convection


ThermaCAM E2

Rayonnement

Tous les corps de l’univers émettent un rayonnement d’ondes


électromagnétique.

Ce rayonnement se propage à la vitesse de la lumière.


Il ne nécessite pas de milieu matériel. Il existe dans le vide.

La théorie est connue, la résolution des problèmes est souvent


très difficile, surtout dès qu’il est question d ’interaction
rayonnement/conduction.

Transferts thermiques
ThermaCAM E2

Pas de matière, pas de fluide.


Fonctionne même dans le vide.

Transferts thermiques - Rayonnement


ThermaCAM E2

Prenez une plaque électrique


dans une pièce noire...

Vous alimentez la plaque...


Même si vous ne voyez pas la chaleur émise, vous la
‘sentez’ progressivement
Si la plaque est à la puissance maximum, et si vous ne
mettez pas de casserole dessus, elle va devenir rouge
Au fur et à mesure que la température augmente, les
caractéristiques du rayonnement changent. Une caméra de
thermographie peut ‘voir’ les changements imperceptibles à
l’œil !

Transferts thermiques - Rayonnement


ThermaCAM E2

L ’énergie infrarouge est similaire à la lumière, excepté qu’elle n’est pas visible à l ’œil
L ’énergie visible du soleil stimule l ’œil
L ’énergie infrarouge du soleil est absorbée (par notre peau)

Les caméras de thermographie mesurent cette énergie.

soleil
visible
soleil
infrarouge

Tous les objets émettent du rayonnement infrarouge.


La quantité émise est d ’autant plus grande que la température est élevée.
Seul les objets très chauds (température > 500°C) émettent du rayonnement ‘ visible’ à
l ’œil.
Les caméras de thermographie ne sont pas sensibles dans le visible.

Transferts thermiques - Rayonnement


ThermaCAM E2

Une caméra de thermographie reçoit et mesure un flux thermique infrarouge


d ’une façon similaire à l ’impression que nous laisse un radiateur.

Les températures « colorisées »


Les couleurs ne sont qu’apparence
ne sont qu’apparence

Transferts thermiques - Rayonnement


ThermaCAM E2

Une caméra de thermographie infrarouge est donc un


appareil qui capte un rayonnement invisible et le restitue
sous forme d’une image visible colorisée.

Transferts thermiques - Rayonnement


ThermaCAM E2

1) Rappel sur les transferts thermiques


Conduction
Convection
Rayonnement

2) Rapide historique sur la théorie des rayonnements

3) Le spectre infrarouge

4) Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann

5) Les corps réels - émissivité

6) Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

Fin du 17ème siècle

1666-1672 Newton découvre la nature composite de la lumière blanche et il émet la


théorie corpusculaire de la lumière (réfraction par un prisme).

Rapide historique sur la théorie des rayonnements


ThermaCAM E2

Début du 19ème siècle

1800 Herschel découvre l ’existence de rayonnements hors du spectre visible

Rayonnement provenant Planche inclinée avec


d’un prisme une fente mince

Thermomètres avec
bulbes noircis

Rapide historique sur la théorie des rayonnements


ThermaCAM E2

Seconde moitié du 19ème siècle

1860 Kirchoff propose qu ’un bon absorbeur est aussi un bon émetteur. Corps noir. Loi de Kirchoff.
Transmission t + absorption a + réflexion r = 1
et absorption a =émission e

Absorption

Emission

t r Réflexion
e Transmission
Rapide historique sur la théorie des rayonnements
ThermaCAM E2

1855-1864 Maxwell prédit l ’existence des ondes électromagnétiques. Il conclut à une


similitude entre une onde électromagnétique et la lumière, puisque leurs vitesses sont
théoriquement identiques.

1879 Stefan conclu expérimentalement que l ’énergie émise est proportionnelle à T4.

1884 Boltzmann démontre les résultats de Stefan, par des considérations thermodynamiques.
Loi de Stefan Boltzmann.

1887 Hertz confirme expérimentalement la proposition de Maxwell, réussi à créer des ondes,
montre que leur vitesse de propagation est bien celle de la lumière.

Problème : chacun avait des résultats intéressants, mais aucune relation entre ces lois
n ’était possible en physique classique. La théorie et l ’expérience divergeaient (Wien,
Rayleigh).

1900 Planck introduit la quantification d ’échange d ’énergie radiante, discontinue. Loi de


Planck.
Permet de décrire la distribution spectrale des rayonnements, d ’un corps noir.

Rapide historique sur la théorie des rayonnements


ThermaCAM E2

Depuis le début du siècle ……….les capteurs

Guerre 14-18 : Premiers capteurs bolométriques (qui mesurent un flux d’énergie


rayonnante). Détection d ’un homme à 200 m et d ’un avion à 1000 m

A partir de 1929 : Capteurs dans le proche


infrarouge avec cathode Ag/O/Cs et
illuminateur à filament de tungstène.

Caméra mécanique à disque rotatif


Noctovision de Baird.

Rapide historique sur la théorie des rayonnements


ThermaCAM E2

Depuis le début du siècle ……….les capteurs

A partir de 1938 : Capteurs refroidis PbS (< 4 µm), PbTe (< 6 µm), PbSe (< 8 µm)

Guerre 39-45 : Caméra de détection actives utilisées par les armées allemande et alliées.
Sniperscope et Snooperscope US (1945).

A partir de 1955 : Missiles à guidage infrarouge (PbS, PbTe, InSb) : Sidewinder (US 1955)
Falcon (US 1956), Red Top (GB 1957), Firestreak (GB 1958), Matra 530 (F 1959)

A partir de 1960 : Caméras militaires d ’observation (InSb, HgCdTe), puis caméras civiles

etc.……

Rapide historique sur la théorie des rayonnements


ThermaCAM E2

1) Rappel sur les transferts thermiques


Conduction
Convection
Rayonnement

2) Rapide historique sur la théorie des rayonnements

3) Le spectre infrarouge

4) Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann

5) Les corps réels - émissivité

6) Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

Longueurs d’onde en micromètres


Visible Micro-ondes

Gamma Ultra- Radio


X-Rays Infrarouge
Rays Violet
UHF VHF

Infrarouge
Visible

SW LW

2 5 8 12
Ondes courtes = de 2 à 5,5 µm Ondes longues = de 8 à 12 µm

La limitation de bande spectrale est liée à l ’atmosphère


à la technologie
au référentiel terrestre (gamme
de température habituellement
rencontrée)
Le spectre infrarouge
ThermaCAM E2

1) Rappel sur les transferts thermiques


Conduction
Convection
Rayonnement

2) Rapide historique sur la théorie des rayonnements

3) Le spectre infrarouge

4) Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann

5) Les corps réels - émissivité

6) Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

Dans le cas général, lorsqu'un corps reçoit un rayonnement EM, une


partie de celui-ci est transmise, une autre est absorbée et le reste est
réfléchi par sa surface.

Rayonnement Rayonnement
reçu par le corps réfléchi par le corps

Rayonnement
absorbé par le corps
Rayonnement
transmis par le corps

Le corps noir
ThermaCAM E2

Le corps noir est un objet idéal qui absorbe tous les rayonnements EM
incidents, quels que soient la longueur d ’onde et l ’angle d ’incidence.
Σ
dΣ 2
d φ
Soit une enceinte dont la surface interne est absorbante
(de façon à limiter autant que possible les phénomènes
i
de diffusion) et dans laquelle existe une ouverture dS
de dimension très petite par rapport au volume de
l'enceinte.
Le rayonnement qui pénètre par dS va être piégé car la
petite partie du flux incident qui est diffusée sur la
paroi interne est elle-même presque entièrement
absorbée par celle-ci.
Ce n'est donc qu'une infime partie du rayonnement
incident qui ressort par dS et on peut admettre que
Surface interne l'ouverture dS est un corps noir puisqu'elle a absorbé la
absorbante quasi-totalité du flux d2fi.

Si maintenant on remplace l'orifice dS par un morceau de matière M constituant la paroi et que l'intérieur de l'enceinte
comprenne, à l'instant où on bouche l'orifice, diverses parties à des températures différentes, il va y avoir, entre chacune,
un échange thermique par rayonnement jusqu'à ce que la totalité de la surface interne soit à la température T.
Lorsque toutes les parties sont à la même température, elles émettent toujours un rayonnement thermique mais, pour
chacune d'elles, le bilan énergétique est nul (elles reçoivent autant d'énergie qu'elles en émettent).
Ce raisonnement s'applique en particulier à M et comme il absorbe tout le rayonnement qu'il reçoit, il émet également tout
: ainsi, un corps noir est non seulement un absorbeur parfait, mais aussi un émetteur parfait. Le corps noir est, en
quelque sorte, un "étalon de rayonnement" et l'énergie émise par les corps réels est toujours évaluée par rapport à celle
qu'émettrait le corps noir dans les mêmes conditions.
Le corps noir
ThermaCAM E2

La loi de Planck décrit la distribution spectrale du rayonnement électromagnétique


d ’un corps noir :

2πhc
[ ]
2
WλCN = 5 hc / λkT x10 Watts / m µm
−6 2

λ e (
−1 )
Excitance spectrique d'un corps noir à la longueur d'onde .

c = vitesse de la lumière = 3 x 106 m/sec


h = constante de Planck = 6,6 x 10-34 J.s
k = constante de Boltzmann = 1,4 x 10-23 Joule/K
T = température absolue du corps noir exprimée en K
λ = longueur d'onde (m)

Note : Le facteur 10-6 est utilisé puisque l'excitance est exprimée en Watts/m² µm.
Si ce facteur est éliminé, la dimension sera Watts/m²m.

Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann


ThermaCAM E2

102

101 COURBES DE PLANCK


Relative blackbody
radiant emittance

10-1

10-2
260°C (490°F)

20°C (70°F)
10-3

10-4
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Longueur d’onde (microns)
2 π hc 2
.
W λ CN = 5 hc / λ kT
λ e ( −1 )
x 10 −6
[Watts / m 2µm ]
Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann
ThermaCAM E2

COURBES DE PLANCK
102

La formule de PLANCK permet de tracer


101
une famille de courbes pour les différentes
températures. Suivant ces courbes, nous
Relative blackbody
radiant emittance

1 constatons que le flux de puissance est nul


pour la longueur d'onde λ = 0 , puis grandit
rapidement pour atteindre un maximum à
10-1 une longueur d'onde appelée λ = λmax et
décroît lentement vers zéro pour les
longueurs d'onde supérieures.
10-2 260°C (490°F)
Plus la longueur d’onde est faible et la
température du corps élevée, plus l’objet
20°C (70°F)
10-3 rayonne.
Un objet chaud émet donc un rayonnement
10-4 plus puissant qu’un objet froid et le
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1011 121314 rayonnement est émis à des longueurs
Longueur d’onde (microns) d’onde d’autant plus courtes que le corps est
chaud

Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann


ThermaCAM E2

Corps noir à 25 °C
E
n
e
r
g
i
e
r
a
y
o
n
n
é
e

Longueur d’onde
Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann
ThermaCAM E2

Corps noir à 300 °C


E
n
e
r
g
i
e
r
a
y
o
n
n
é
e

Longueur d’onde
Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann
ThermaCAM E2

Corps noir à 750 °C


E
n
e
r
g
i
e
r
a
y
o
n
n
é
e

Longueur d’onde
Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann
ThermaCAM E2

Corps noir à 6000 °C, le soleil


E
n
e
r
g
i
e
r
a
y
o
n
n
é
e

Longueur d’onde
Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann
ThermaCAM E2

La dérivée de la formule de Planck, par rapport à la longueur d ’onde, permet d ’obtenir


la position du maximum de chaque courbe.

λmax =
2898
[µm]
T (T en Kelvin)

C ’est la loi de Wien.


Elle indique que plus un corps est chaud, plus son pic d ’émission maximum se
déplace vers les courtes longueurs d ’onde.

Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann


ThermaCAM E2

«
P
u
i
temp. °C
s 6000
s
a
n
c
e
4000
λmax =
2898
[µm]
2000
T (T en Kelvin)

»
r 750
a
y
o 300
n 25
n -75
é
e
Longueur d’onde
Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann
ThermaCAM E2

• Rigel 12000°
• Sirius 10000°
• Soleil, Capella
6000°
• Betelgeuse 3000°

Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann


ThermaCAM E2

Loi de STEFAN BOLTZMANN.

On peut aussi démontrer que l ’énergie comprise entre λ = 0 et λ = λmax représente


seulement 25% du total. Il y a donc 75% de l’autre côté du maximum.

Zone où on
essayera de
préférence
de faire une
mesure car
c’est là où il
y a plus
d’énergie
25% 75%

Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann


ThermaCAM E2

1) Rappel sur les transferts thermiques


Conduction
Convection
Rayonnement

2) Rapide historique sur la théorie des rayonnements

3) Le spectre infrarouge

4) Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann

5) Les corps réels - émissivité

6) Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

Energie incidente
Absorpsion

Transmission

Objet
Réflexion

Emission

• Suivant les principes de la thermodynamique (Loi de Kirchoff):


Absorption = Emission

• Emission + Transmission + Réflexion = 1


• On notera par la suite: ε + τ + r = 1
Emission, réflexion, transmission
ThermaCAM E2

Energie incidente
Absorpsion

Transmission

Réflexion Objet

Emission

• Si l'objet est considéré opaque, on a une transmission = 0

• En thermographie infrarouge, les corps sont considérés opaques

Emission, réflexion, transmission


ThermaCAM E2

Energie incidente
Absorpsion

Transmission

Réflexion Objet

Emission

• Si l'objet est considéré opaque, on a une transmission = 0

• d'ou : Emission + Réflexion = 1

Emission, réflexion, transmission


ThermaCAM E2

• Le Corps noir:
Un corps parfait.

Energie incidente

Corps noir

• Absorbe toute l’énergie


T0
• Toute la réflexion est absorbée
Un corps noir absorbe tout donc
émet tout. On a finalement:
Rappel:
Absorption = Emission Emission = 1
Emission + Réflexion = 1
minimum Emission, réflexion, transmission
ThermaCAM E2

• Corps réel: Il n’émet qu’une fraction de ce qu’émettrait un


corps noir porté à la même température.
Energie incidente
Absorpsion

Transmission

Objet
Réflexion

Emission

Q Rayons émis par objet réel


EMISSIVITE =
Q Rayons émis par corps noir

L’émissivité est une caractéristique du corps réel.


Emission, réflexion, transmission
ThermaCAM E2

Types généraux de corps

Corps opaque Transmission = 0


donc Réflexion + Emission = 1

Corps brillant Réflexion élevée


et émission faible

Corps gris Emission constante sur une


bande de longueur d ’onde

Corps sélectif Emission, réflexion et


transmission varient en
fonction de la longueur
d ’onde

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Courbe d ’émission d ’un corps noir

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Courbe d ’émission d ’un corps gris, à la même température

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Courbe d ’émission d ’un corps sélectif, à la même température

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

L ’émissivité

L’émissivité est le rapport de l’émission de l’objet à


mesurer par l’émission d’un corps noir à la même
température et pour une longueur d’onde donnée

ε=ω /ω Obj CN

Sa valeur est donc comprise entre 0 et 1

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

L ’émissivité, quelle est sa valeur ?

Impossible à dire tel que, elle varie :

1. En fonction de la nature du matériau

2. En fonction de l’état de surface du matériau

3. En fonction de la Température du matériau

4. En fonction de l’angle d’observation

5. En fonction de la longueur d’onde

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Émissivité, comment varie t’elle ?

1. En fonction de la nature du matériau

2. En fonction de l’état de surface du matériau

3. En fonction de la Température du matériau

4. En fonction de l’angle d’observation

5. En fonction de la longueur d’onde

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

oxydé

oxydé

oxydé

Emissivité …. Cuivre

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Emissivité …. suite

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Variation de l’émissivité en fonction de l’angle d’observation

10° 20°
1.0
30°
.9
40°
.8
.7 50°
.6
.5 60°
.4
70°
.3
.2 80°
.1
0
Les corps réels - émissivité
ThermaCAM E2

Émissivité, comment la connaître ?


1. Tableau de valeur

bonne approximation mais attention aux


conditions de validité

à utiliser avec précaution

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Matière Température Valeur

Aluminium brillant 20°C 0,04


Aluminium traité 20°C 0,83 à 0,94
Cuivre poli 100°C 0,05
Cuivre très oxydé 20°C 0,75 à 0,8
Fonte oxydée 100°C 0,65
Feuillard de fer rouillé 20°C 0,7 à 0,95
Nickel électrolytique poli20°C 0,05
Acier inox 18/8 poli 20°C 0,16
Acier inox oxydé 60°C 0,85

Brique rouge 20°C 0,93


Suie de charbons 20°C 0,95
Ciment sec 35°C 0,95
Verre (au delà de 4,5µm) 35°C 0,96
Huile de lubrification (épaisse) 17°C 0,87
Film huile 30 microns 20°C 0,27
Film huile 130 microns 20°C 0,72
Film huile épais 20°C 0,82
Plâtre blanc 20°C 0,85 à 0,9
Peau humaine 32°C 0,98
Eau liquide 20°C 0,96
Cristaux de glace -10°C 0,98
Neige -10°C 0,85

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

Émissivité, comment la connaître ?


2. Expérience
- pas de problème sur câbles, manchons, isolants,
plastiques, caoutchouc
- délicat sur métaux polis, mieux s’ils sont oxydés

3. Peinture de « référence »
méthode par approximations successives

4. Thermocouple à contact et Sonde PT100 de


référence
délicat, mais peut donner une bonne approximation

Les corps réels - émissivité


ThermaCAM E2

1) Rappel sur les transferts thermiques


Conduction
Convection
Rayonnement

2) Rapide historique sur la théorie des rayonnements

3) Le spectre infrarouge

4) Le corps noir, loi de Planck, loi de Wien, loi de Stefan Boltzmann

5) Les corps réels - émissivité

6) Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

6) Les caméras de thermographie

6.1) Principes généraux

6.2) Types de détecteurs

6.3) Matériaux

Exemples
ThermaCAM E2

Module optique

Module détecteur

Electronique &
Logiciel

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

•Focalise le
•Convertit
•Convertit lelesignal en
Module optique
Electronique & rayonnement IR sur
Module détecteur unités de
rayonnementtempérature
le détecteur
Logiciel reçu en signal
•Fonctions opérateurs
électrique références
•Inclut les
•Crée
de temperature
l’image dans le
viseur
•Crée l’image (horiz.
•Conversion
Vert.)
analogique /
numérique
•Stockage digital des
données

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

Système IR à matrice
x horizontal
y vertical
xy pixels infrarouges

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

RS - 232 Stockage
Commande à distance numérique

Sortie Microprocesseur Convert. Signal du


Vidéo A/D détecteur

Compensation Tables de Références


de dérive Calibration Température

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

6) Les caméras de thermographie

6.1) Principes généraux

6.2) Types de détecteurs

6.3) Matériaux

Exemples
ThermaCAM E2

Détecteurs thermiques
• Le Rayonnement reçu par un détecteur
provoque un échauffement de celui-ci.

Sur les détecteurs électroniques, la sensibilité est inversement proportionnelle


à la température.

Température basse = plus de millivolts en sortie, pour un flux infrarouge reçu


déterminé.

REFROIDISSEMENT

Sur les détecteurs thermiques, la sensibilité est maximale aux alentours


de la température ambiante.

TEMPERATURE STABILISEE

Refroidissement
ThermaCAM E2

ThermaCAM SC1000

256 x 256 pixels


PtSi

575, 595, Alert,


SC500, SC2000

320 x 240 pixels


Bolomètres VOx

Refroidissement
ThermaCAM E2

6) Les caméras de thermographie

6.1) Principes généraux

6.2) Types de détecteurs

6.3) Matériaux

Exemples
ThermaCAM E2

Matériaux utilisés en infrarouge (objectifs, hublots, etc.) :

Germanium (Ge) transparence entre 1,8 µm et 23 µm


température inférieure à 150°C
associé à un traitement SiO2 en OC et ZnSe en OL

Matériaux fluorés (CaF2, BaF2) transparence dans bandes VIS, OC, OL


température inférieure à 600°C
Ne pas oublier
• du film plastique alimentaire est transparent, et offre une bonne protection contre
des projections
• l’aluminium, le cuivre, l’argent, l’or, après polissage et dépôt d’oxyde de silicium sont
des bons miroirs

Les caméras de thermographie - matériaux


ThermaCAM E2

Quelques caméras de thermographie FLIR Systems

AGA
AGEMA
INFRAMETRICS

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

THV651 (1964)

Quelques caméras de thermographie FLIR Systems


Les caméras de thermographie
ThermaCAM E2

AGA 782
(fin 70s)

Quelques caméras de thermographie FLIR Systems

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

Quelques caméras de thermographie FLIR Systems

AGEMA 470
(1988)

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2

Quelques caméras de thermographie FLIR Systems

THERMACAM PM695

Les caméras de thermographie


ThermaCAM E2
ThermaCAM E2

Caractéristiques générales

ThermaCAM E2 est la caméra de thermographie infrarouge la


plus légère et la plus maniable disponible sur le marché. C’est un
appareil polyvalent.

ThermaCAM E2 est radiométrique, c’est à dire qu’elle est


étalonnée et possède des capacités intégrées de mesurage en direct.

Les thermogrammes (images infrarouges) sont sauvegardés en


format JPG, puis transférables sur un PC afin d’être insérées dans
des pages de rapport.
ThermaCAM E2

Caractéristiques générales
ThermaCAM E2 est un véritable instrument de terrain.

Vibrations
2G (IEC 68-2-6) Fonctionnement entre -
IP 54
Chocs 15 et 45 °C
25 G (IEC 68-2-29)
ThermaCAM E2

Caractéristiques générales

ThermaCAM E2 utilise un capteur matriciel de 160 x 120 pixels,


positionné derrière un objectif en germanium.

Capteur 160 x 120

Objectif
ThermaCAM E2

Contenu de la valise

700 gr

S’accroche à la
ceinture

La
caméra
ThermaCAM E2

Contenu de la valise

Les
Lithium - ion
batteries
Autonomie : 1 ½ h

105 gr
ThermaCAM E2

Contenu de la valise

Le chargeur de
2 emplacements
batterie
Temps de charge à 95
% = 2 heures
ThermaCAM E2

Contenu de la valise

Les batteries peuvent


aussi être rechargées
dans la caméra, avec
un adaptateur secteur
et un adaptateur
allume-cigare (opt)
ThermaCAM E2

Contenu de la valise

Logiciel ThermaCAM
Connect

Câbles d’alimentation
secteur et 12 Volts

Câble de liaison
RS232 ou USB
ThermaCAM E2

Contenu de la valise

Remarque :

Molette de
pressurisation
ThermaCAM E2

Caméra

Objectif 25°x19°

La mise au point
(focalisation) est
manuelle
ThermaCAM E2

Caméra

Champ IFOV
Mesuré
HxV

Objectif 25°x 19°

Distance de Champ Champ vertical IFOV - pixel


travail horizontal
30 cm (mini) 13,5 cm 10,5 cm 0,8 x 0,8 mm

1 mètre 45 cm 35 cm 3 x 3 mm

2 mètres 90 cm 70 cm 6 x 6 mm
(valeurs arrondies)
ThermaCAM E2

Caméra

Trappe à batterie

(Utilisation simultanée avec les stagiaires)


ThermaCAM E2

Caméra

Écran vidéo et
panneau de commande

(Utilisation simultanée avec les stagiaires)


ThermaCAM E2

NO (NON) et 0/1

• Marche . Temps de mise en route 15 secondes environ

• Arrêt (appuyer plus de 2 secondes)

• Échappement (annulation d’une fonction d’un menu)


(Utilisation simultanée avec les stagiaires)
ThermaCAM E2

SEL

Sélection d’une fonction de mesure

• Emissivité
• Niveau et plage (luminosité et contraste)
• Position du spot, taille de zone d’intérêt, seuil d’alarme
(Utilisation simultanée avec les stagiaires)
ThermaCAM E2

YES (OUI)

Acquiescement

• Activation du mode MENU, le joystick permet ensuite de naviguer


dans les différents menus
• Validation d’une fonction sélectionnée
(Utilisation simultanée avec les stagiaires)
ThermaCAM E2

SAVE
Pause /
Enregistrement

• Mise en mode « pause »

• Enregistrement à la volée en mémoire si la pression est plus longue


(Utilisation simultanée avec les stagiaires)
ThermaCAM E2

Joystick

Le joystick permet :
• de naviguer dans les différents menus
• de modifier la valeur d’une fonction
(Utilisation simultanée avec les stagiaires)
ThermaCAM E2

Caméra

Gâchette pour
déclenchement du
laser de pointage
(programmable)

(Utilisation simultanée avec les stagiaires)


ThermaCAM E2

Caméra

Laser LocatIR™

• Diode laser rouge


• Classe 2
ThermaCAM E2

Caméra

Sortie vers PC
RS232 – USB

Transfert des
données
Alimentation
extérieure 11 à 16
volts

Sortie vidéo
PAL/NTSC
ThermaCAM E2

Conditions de mesure par


Thermographie Infrarouge
ThermaCAM E2

Situation de mesure type

Rayonnement = Rayonnement + Rayonnement + Rayonnement


mesuré objet réfléchi sur l ’objet atmosphérique

Généralités, situation de mesure type


ThermaCAM E2

Atmosphère

Tobj
Emission
Caméra IR
Tatm

Un objet réel émet une certaine quantité de rayonnement


proportionnelle à sa température.
Mais il n’est pas seul dans l’univers….

Généralités, situation de mesure type


ThermaCAM E2

Environnement
Energie incidente
Atmosphère

Réflexion
0

Tobj
Emission
Caméra IR
Tatm
Il reçoit aussi de l’énergie de l’environnement qui l’entoure
(soleil, four, technicien de maintenance, etc.)
Cette énergie se réfléchie sur ses parois en fonction des
pouvoirs réfléchissants de l’objet (réflexivité = 1 - ε0 )
Généralités, situation de mesure type
ThermaCAM E2

Environnement
Energie incidente
Atmosphère

Réflexion
0

Tobj
Emission
Caméra IR
Tatm

Le rayonnement émis et réfléchi par l’objet passe à travers


l’atmosphère avant d’atteindre la caméra.

Généralités, situation de mesure type


ThermaCAM E2

Environnement
Energie incidente
Atmosphère

Réflexion
0

Tobj
Emission
Caméra IR
Tatm

Les particules présentes dans l’atmosphère vont également


émettre un rayonnement.

Généralités, situation de mesure type


ThermaCAM E2

Environnement
Energie incidente
τ= transmissivité de
Atmosphère l’atmosphère
Réflexion
(1- ε).Wref τ.(1- ε).Wref
0

Tobj τ.ε.Wobj
Emission Caméra IR
ε.Wobj
Tatm (1-τ). Watm

Le total du rayonnement reçu par la caméra est donc:

Wtot= τ.ε.Wobj + τ.( 1 – ε ).Wref + ( 1 – τ ).Watm


Généralités, situation de mesure type
ThermaCAM E2

Wtot= τ.ε.Wobj + τ.( 1 – ε ).Wref + ( 1 – τ ).Watm

La caméra a donc besoin de connaître les caractéristiques de


l’objet, de l’environnement et de l’atmosphère pour calculer le
rayonnement émis par l’objet Wobj.

A partir de ce rayonnement, elle calcule la température de


l’objet en appliquant la loi de Stephan Boltzmann:

Wobj = εobj.σ. T4

Avec σ = constante de Stephan-Boltzmann = 5,7 x 10-8 (SI), Wobj en W/m² et T en °Kelvin


Généralités, situation de mesure type
ThermaCAM E2

Réglage de la caméra

Paramètres objet

Distance et humidité

Température réfléchie

Émissivité
ThermaCAM E2

Pour que la caméra puisse donner une température correspondant à celle


du corps visé, il faut régler plusieurs paramètres pour qu’elle applique la
formule vue précédemment:

Wtot= τ.ε.Wobj + τ.( 1 – ε ).Wref + ( 1 – τ ).Watm


Pour la caméra P60:

Wenv

τ et Watm

Paramètres objets
ThermaCAM E2

Wtot= τ.ε.Wobj + τ.( 1 – ε ).Wref + ( 1 – τ ).Watm


La transmission dans l’atmosphère va dépendre du pourcentage d’humidité
dans l’air et de la distance entre la caméra et l’objet à mesurer.

Courte distance: grande transmission Longue distance: faible transmission


Le rayonnement est absorbé par les
particules se trouvant dans
l’atmosphère, principalement les
molécules d’eau.
0

Caméra IR
0
Atmosphère
Atmosphère
Caméra IR

Distance et humidité
ThermaCAM E2

L’humidité relative rend compte de la densité de particules d’eau dans l’air.

La caméra calcule τ à partir de la distance et de l’humidité relative.

La caméra calcule Watm à partir de la Température atmosphérique.

Wtot= τ.ε.Wobj + τ.( 1 – ε ).Wref + ( 1 – τ ).Watm

Il reste à régler l’émissivité et la température réfléchie.

Distance et humidité
ThermaCAM E2

Wtot= τ.ε.Wobj + τ.( 1 – ε ).Wref + ( 1 – τ ).Watm


La Température réfléchie est l’équivalent en °C du rayonnement émis par
tout ce qui entoure la caméra lors d’une mesure

Procédure: On pointe la caméra sur un corps réfléchissant exemple: une


feuille d’aluminium alimentaire froissée

L’environnement
rayonne sur l’objet
réfléchissant
La caméra reçoit le
Réflexion rayonnement réfléchi
de l’environnement et
le rayonnement émis
Emission Caméra IR
par l’objet

Température réfléchie
ThermaCAM E2

Wtot= τ.ε.Wobj + τ.( 1 – ε ).Wref + ( 1 – τ ).Watm


La Température d’environnement est l’équivalent en °C du rayonnement
émis par tout ce qui entoure la caméra lors d’une mesure.

Procédure: On pointe la caméra sur un corps réfléchissant exemple: une


feuille d’aluminium alimentaire froissée

Le corps réfléchissant
émet un minimum de
rayonnement.
Réflexion
Donc, tout ce que la
caméra observe est le
Emission rayonnement de
Caméra IR
l’environnement.
Température réfléchie
ThermaCAM E2

Pour afficher une température, la caméra applique la loi de


Stephan-Boltzmann.

Wtot = Wref = σ. Tref4


Ici, la totalité du rayonnement reçu est le rayonnement
recherché. Il convient donc de régler l’émissivité à 1 pour
calculer la température.

Rappel: loi de Stephan-Boltzmann

W = ε.σ. T4

Température réfléchie
ThermaCAM E2

Pour régler la température réfléchie, la procédure est donc la suivante:

1. Pointer la caméra sur un objet réfléchissant;

2. Régler l’émissivité à 1;

3. Relever la température affichée Précaution:


Il faut mettre le corps
4. Régler cette température comme réfléchissant au plus
près de l’objet à
Température réfléchie Tref mesuré pour prendre
en compte le
rayonnement qui va
perturber notre
Corps mesure.
réfléchissant

Température réfléchie
ThermaCAM E2

EMISSIVITE

Rappel 1 : Tout corps porté à une certaine température émet un rayonnement


infrarouge qui n ’est qu’une fraction de ce qu’émettrait un corps noir porté à la
même température. Cette proportion est appelée EMISSIVITE.

Rappel 2 : Considérant que la réflexion est le complément de l’émission (pour un


matériau opaque), un corps réel réfléchit du flux provenant de l’extérieur. Cela
est d ’autant plus prononcé que l’émissivité est faible.

Rappel 3 : L’émissivité dépend : du matériau


de la température
de l’état de surface
de l’angle
de la longueur d ’onde

Facteurs d ’influence - émissivité


ThermaCAM E2

L’émissivité est une caractéristique de l’objet dont on veut déterminer la


température.
Il est indispensable de la connaître pour avoir un résultat fiable.
Voici les différentes méthodes:

1) Expérience: Maintenance électrique


pas de problème sur câbles, manchons isolants,
gaines plastiques, caoutchouc
délicat sur métaux polis, mieux s ’ils sont oxydés

2) Tableau récapitulatif bonne approximation


attention aux conditions de validité
à utiliser avec précaution

Facteurs d ’influence - émissivité


ThermaCAM E2

L’émissivité est une caractéristique de l’objet dont on veut déterminer la


température.
Il est indispensable de la connaître pour avoir un résultat fiable.
Voici les différentes méthodes:

3) Peinture de « référence » dont on connaît l’émissivité. Exemple:


peinture pour pot d’échappement d’émissivité 0,95.

4) Thermocouple à contact permettant de déterminer la


température de l’objet puis d’en déduire son émissivité:
délicat, mais peut donner une bonne approximation

5) Labo équipé (méthode scientifique)

Facteurs d ’influence - émissivité


ThermaCAM E2

Emissivité,
tableau
récapitulatif 1

Facteurs d ’influence - émissivité


ThermaCAM E2

Emissivité, estimation par application de peinture ou de matériau de référence

1) On applique sur le matériau visé, à une distance proche de la scène dont on veut
connaître la température, une peinture hautement émissive (*) ou on colle une
bandelette adhésive d ’émissivité connue. Exemple ε = 0,95.

2) On fait l ’hypothèse que les températures moyennes sur le matériau et sur la


référence sont identiques.

3) On mesure la température sur la zone de référence, avec e = 0,95. On obtient Tref.

4) Avec le calculateur de la caméra, on pointe la zone d ’émissivité inconnue, et on


adapte progressivement l ’émissivité (réglages caméra) jusqu’à ce que le calculateur
donne Tinconnue = Tref. Il suffit alors de lire l ’émissivité.

Norme ASTM E1933-99A

(*) peinture mate noire 3M, Krylon

Facteurs d ’influence - émissivité


ThermaCAM E2

La thermographie infrarouge
en maintenance.
Exemples d’applications.
ThermaCAM E2

Electricité, haute tension.

Connexions vissées
ThermaCAM E2

Electricité, haute tension.

Isolateurs

Barres

Contacteur à lames
ThermaCAM E2

Electricité, basse tension.

Borniers à vis

Fusibles
ThermaCAM E2

Bâtiment.

*>35.0°C

35.0

30.0

25.0

20.0

15.0

10.0

5.0

0.0

*<0.0°C

Isolation
*>20.4°C *>7.2°C

7.0
20.0
6.5
19.5
19.0 6.0

18.5 5.5
18.0 5.0
17.5 4.5
17.0 4.0
16.5 3.5
16.0 3.0
15.5 2.5
15.0 2.0
14.5 1.5

*<14.4°C *<1.5°C
ThermaCAM E2

Bâtiment.

Chauffage au sol

*>20.3°C

20.0
19.7
19.4
19.1
18.7
18.4
18.1
17.7
17.4
17.0

*<17.0°C
ThermaCAM E2

Industrie, fours et réfractaires.

Cuves calorifugées Fours tunnels


Fours rotatifs
ThermaCAM E2

Industrie, fours et réfractaires.

Intérieur de four

*>1,189°C

1,150
1,100
1,050
1,000
950.0
900.0
850.0
800.0
750.0

*<700.1°C
ThermaCAM E2

Industrie, fours et réfractaires.

*>55.0°C

55.0

50.0 Réacteurs
45.0

40.0

35.0

30.0

25.0

20.0

15.0

*<15.0°C
ThermaCAM E2

Industrie, réseaux de vapeur.

Conduites calorifugées

Purges
ThermaCAM E2

Industrie, mécanique.

*>120.0°C

110.0
100.0
90.0
80.0
70.0
60.0
Compresseurs
50.0
40.0
30.0
20.0

*<15.0°C

Pompes
ThermaCAM E2

Industrie, mécanique.

Roulements
ThermaCAM E2

Process.

Tréfilerie

283,4°C

Cokerie

<30,2°C
ThermaCAM E2

Process.
614,7°C
600

500

400

351,2°C

Verrerie

430,0°C

400

300 Injection

200

130,0°C
ThermaCAM E2

Create the future


ThermaCAM E2

MESURES SUR
LE TERRAIN
ThermaCAM E2

Résolution spatiale

Angle de visée

Humidité

Effet du vent

La réflexion

Conseils

Inspections
ThermaCAM E2

Résolution géométrique de mesure

La mesure est affectée par la taille des objets visés.

Les facteurs d’influence sont :

La matrice (nombre de pixels)


L’objectif et la qualité du système optique
La distance

Un objet se projète sur le capteur matriciel, en une taille effective.


ThermaCAM E2

La résolution spatiale est la capacité à mesurer avec précision la


température de petits objets .

Il faut que l’objet soit plus gros que ce qu’il est nécessaire pour le
voir .

Optique
Filtre Matrice

Y Champ total
exploré
ThermaCAM E2

Résolution géométrique de mesure

Cas idéal : image de


l ’objet de même taille
que le détecteur et
alignement parfait.
Réponse à 100% sur le
détecteur I.
Pixel

I-1 I I+1 I+2 I+3

I-1 I I+1 I+2 I+3


ThermaCAM E2

Résolution géométrique de mesure

Cas réel : image de


l ’objet de même taille
que le détecteur mais
alignement imparfait.
Réponse correcte sur
aucun pixel >>> Pas de
mesure exacte. Pixel

I-1 I I+1 I+2 I+3

I-1 I I+1 I+2 I+3


ThermaCAM E2

Résolution géométrique de mesure

Conclusion : L’objet doit


être assez gros pour
couvrir au moins un
pixel complètement.

Théorie : 2 x 2.
Réalité : 3 x 3
proposé chez FLIR. Pixel

I-1 I I+1 I+2 I+3

I-1 I I+1 I+2 I+3


ThermaCAM E2

Régle pratique: On regarde le viseur de la caméra

Si dans cette surface, la


température est homogène,
la taille de l’objet est
correcte.
ThermaCAM E2

Résolution géométrique de mesure

Résolution de l’optique standard 25° x 19°


1/120

Distance de travail Plus petit objet


mesurable
300 mm 2,5 x 2,5 mm2

500 mm 4,2 x 4,2 mm2

750 mm 6,25 x 6,25 mm2

1000 mm 8,3 x 8,3 mm2


2000 mm 16,6 x 16,6 mm2
ThermaCAM E2

Résolution géométrique de mesure

Astuce de terrain, qui tient compte d’un possible bougé.

Ce que vous visez doit


couvrir le centre du
point
ThermaCAM E2

Que faire lorsque les conditions ne sont pas respectées ?

a) se rapprocher
b) mettre un objectif avec une résolution plus
élevé (faible angle - télescope)

Si rien n ’est possible, alors, toute mesure risque d ’être


erronée

Facteurs d ’influence - taille d ’un objet


ThermaCAM E2

Angle de visée
ThermaCAM E2

L’émissivité variant avec l’angle de visée , Il est important pour des mesures
normales sur des composants ayant une bonne émissivité de ne pas dépasser un
angle de 45 °

OK
OK OK

45° 45°

Facteurs d ’influence – angle de visée


ThermaCAM E2

Transmission atmosphérique
ThermaCAM E2

Il existe par ailleurs des


facteurs d ’atténuation multiplicatifs supplémentaires

CO2, H2O, Flammes, Brouillards chargés de poussière, Pluie, etc.

Variation de la transmission
atmosphérique mesurée sur
un corps à 90°C (FRF 100%)
- Température de
l ’atmosphère 25°C
- Humidité relative 33%

Facteurs d ’influence - transmission atmosphérique


ThermaCAM E2

Influence du brouillard

8 - 12 µm 3 - 5 µm

Plate-forme vue au travers d ’un brouillard. Visibilité inférieure à 200 m. Distance d’observation 220 m.

D ’après Caniou. L ’observation et le mesurage par thermographie.

Facteurs d ’influence - transmission atmosphérique


ThermaCAM E2

Influence de l ’environnement, réflexions parasites

48.1°C 48.6°C

40 45

30 40

20 35

10 30

6.6°C 28.6°C

Réflexions Réflexions
atténuées
8 - 12 µm 3 - 5 µm

Facteurs d ’influence - atmosphère


ThermaCAM E2

Corré lation ve nt
Le vent « refroidit » les défauts. La
correction dépend donc de la 3

Facteur de corrélation
vitesse du vent (entre 1 et 8 2,5

m/s). 2
1,5
1
Ce phénomène est valable en 0,5
extérieur et est augmente 0
inversement à l’épaisseur des 0 2 4 6 8 10

objets. Vite s s e (m /s )

∆T corrigé du vent = ∆T brut x V0,45

Facteurs d ’influence - atmosphère


ThermaCAM E2

La réflexion
ThermaCAM E2

Il n ’émet qu’une fraction de ce


qu’émettrait un corps noir porté
Un corps réel n’est à la même température.
pas un corps noir.
Cette fraction est appelée EMISSIVITE.
Abréviation ε.

W = ε σ T4 (au mieux !)

Réflexion solaire

Considérant la loi de Kirchoff, un corps réel réfléchit donc


également de l ’énergie provenant de son environnement. Ceci
constitue le problème majeur des mesures en extérieur ou en
environnement rayonnant.
ThermaCAM E2

Exemple de réflexion de l’opérateur sur une connexion électrique


ThermaCAM E2

Conseils
ThermaCAM E2

Règle 1

Avant de faire une mesure, il faut que l’image soit nette. La


focalisation est manuelle.
ThermaCAM E2

Règle 2

L’objet visé doit être suffisamment grand. Utilisez par exemple le


point de mesure pour vérifier si la résolution de mesure est
respectée.
ThermaCAM E2

Règle 3

Choisir l’outil de mesure le plus adapté, la palette de couleur


permettant de discriminer au mieux le défaut.
ThermaCAM E2

Enregistrement

Sauvegarder le thermogramme (image thermique) en mémoire.


Enregistrer également une image visible avec un appareil photo
numérique.
ThermaCAM E2

Enregistrement (2)

Sauvegarder le thermogramme (image thermique) en mémoire.


Enregistrer également une image visible avec un appareil photo
numérique.
ThermaCAM E2

Pour effectuer des mesures sur des armoires électriques, on applique


les règles suivantes:

1. l’émissivité des composants (en matière plastique) d’une armoire


électrique est de 0,95.

2. Il faut toujours coupler la mesure de température avec une mesure


d’intensité pour tenir compte de l’influence de la charge.

3. On essaiera toujours de comparer les températures mesurées


avec celles d’un composant sain identique.

4. Taille de l’objet conforme à la résolution spatiale


ThermaCAM E2

INSPECTIONS
ThermaCAM E2

Inspection électrique et mécanique standard

Suggestions minimales de classement des défauts

1) Conditions de température absolue

Si le composant peut être touché par un opérateur habilité, sa


température de surface ne doit dépasser :
a) sans précaution, le seuil continu de douleur soit environ 60°C,
b) avec précaution, le seuil limite fixé par le constructeur.
ainsi que
En électrique, la température du composant ne doit normalement pas
excéder l’ambiance de +40°C (généralement +70°C pour les
composants militaires ; exemple US : MIL-STD-2194 1988).
ThermaCAM E2

Inspection électrique et mécanique standard

Suggestions minimales de classement des défauts

2) Conditions d’écart de température

La température d’un composant supposé défectueux est comparée avec


celle d’un composant sain identique travaillant dans des conditions
similaires.

Écart ∆T Sévérité
< 10 °C Cela peut être un défaut. Dans l’incertitude, c’est à surveiller.
10 à 20°C Défaut 1 (avéré). Planifier une mesure corrective.
20 à 40°C Défaut 2 (sérieux). Mesures correctives urgentes, dans la semaine
généralement.
> 40°C Défaut 3 (critique). Intervenir immédiatement.
ThermaCAM E2

Inspection électrique avec correction de la


charge

Si on admet qu’un défaut est de nature résistive, l’écart brut de


température doit être compensé en fonction du carré de la
charge.
∆T effectif = ∆T brut x (Inominal / Imesuré)2
L’écart effectif est à considérer pour la classification du défaut.

Exemple : on mesure un écart de 9°C entre deux phases d’un


disjoncteur de calibre 100 ampères, alors que le courant mesuré
est de 30 ampères. Considérant l’écart brut, il ne s’agit pas d’un
défaut.

L’écart effectif compensé de la charge est de 9 x (100/30)2 soit


100°C. Le défaut passe alors en catégorie 3 Critique.
ThermaCAM E2

Inspection électrique Postes et Lignes

Suggestions minimales de classement des défauts

3) Conditions spéciales

L’écart de température brut ∆T doit être corrigé des effets du vent


et de l’intensité.

Les critères de sévérité sont spécifiques.


ThermaCAM E2

Inspection électrique Postes et Lignes

Correction des effets du vent

Corrélation vent

Le vent « refroidit » les 3

Facteur de corrélation
défauts. La correction 2,5
dépend donc de la vitesse 2
du vent (entre 1 et 8 1,5
m/s). 1
0,5
0
0 2 4 6 8 10
∆T corrigé du vent = ∆T brut x V0,45 Vitesse (m /s)
ThermaCAM E2

Inspection électrique Postes et Lignes

Correction des effets de l’intensité

Cas 1, la charge est insuffisante.

Charge Itransit / IMAP < 40%. On utilise ∆T effectif = ∆T corrigé du vent

Classe de sévérité 1 : ∆T effectif < 5°C


Classe de sévérité 2 : 5°C < ∆T effectif < 10°C
Classe de sévérité 3 : ∆T effectif > 10°C
ThermaCAM E2

Inspection électrique Postes et Lignes

Correction des effets de l’intensité

Cas 2, la charge est suffisante. L’énergie est plutôt proportionnelle


au carré de la charge.

Charge Itransit / IMAP > 40%. On utilise DT effectif = DT corrigé du vent x


(IMAP/Itransit)2

Classe de sévérité 1 : 5°C < ∆T < 50°C


effectif
Classe de sévérité 2 : 50°C < ∆T effectif < 100°C
Classe de sévérité 3 : ∆T effectif > 100°C
ThermaCAM E2

Exploitation des données


ThermaCAM E2

Rapport - introduction

Les logiciels FLIR sont tous installés avec des formats de rapport type. Les
opérateurs peuvent s’en inspirer.

Quelques suggestions :
- Indiquer le type de caméra utilisée, préciser la date de validité de son
certificat d’étalonnage.
- Donner vos critères de sévérité.

- Lister les composants contrôlés y compris ceux pour lesquels rien n’a
été détecté. Les défauts feront l’objet d’une page de rapport
particulière avec photographie visible.

- Mettre en page avec numéro de page clair.


ThermaCAM E2

Page de rapport - défaut

Elle comprendra par exemple :

- Thermogramme infrarouge.
- Image visible.
- Caractéristiques physiques de ce qui est visé : type de matériel,
localisation, courant, tension, vitesse, ..
- Caractéristiques du thermogramme : émissivité, environnement,
horodatage, dénomination,..
- Température considérée comme défaut.
- Température considérée comme référence.
- Sévérité du défaut.
- Origine possible du défaut.
- Suggestion d’intervention.
ThermaCAM E2

Page de rapport - conclusion

Elle donne une vision synthétique de l’inspection.

Elle comprend souvent une liste récapitulative des défauts rencontrés, et


de leurs caractéristiques principales.

En maintenance prédictive, elle peut inclure des courbes de tendance, avec


des extrapolations temporelles.
ThermaCAM E2

INTRODUCTION INSPECTION CONCLUSION

Zlefgzfignezhfg
Zkejalkjf
felgl
Zlefgzfignezhfg
Zkejalkjf
felgl
Zlefgzfignezhfg
Zkejalkjf
felgl
Zlefgzfignezhfg
Zkejalkjf
felgl
Zlefgzfignezhfg
Zkejalkjf
felgl
ThermaCAM E2

Transfert Caméra - PC

1) Installer préalablement le logiciel ThermaCAM Connect ™.


2) Connecter la caméra à votre PC au moyen du câble USB ou du
câble RS232.
ThermaCAM E2

Transfert Caméra – PC (suite)

3) La caméra doit être reconnue


comme un disque dur
supplémentaire et s’afficher
comme tel dans l’explorateur
Windows.
ThermaCAM E2

Transfert Caméra – PC (suite)

4) Les thermogrammes
possèdent l’extension
JPG, et bénéficient donc
de la fonction
d’affichage en vignette.
Ils sont à transférer sur
votre disque dur vers
l’emplacement de votre
choix, comme n’importe
quel autre fichier.
ThermaCAM E2

Création du document rapport

1) Créer un nouveau
document de
l’application choisie
pour faire des
pages de rapport
-exemple Word.
2) A l’emplacement
choisi, insérer le
thermogramme et
éventuellement la
photo visible.
ThermaCAM E2

Création du document rapport

3) Utiliser Word
de façon
standard pour
établir votre
document
rapport.

Vous aimerez peut-être aussi