Vous êtes sur la page 1sur 234

REPUBLIQUE TUNISIENNE UNIVERSITE DE SFAX

Ministère de l’Enseignement Supérieur Faculté des Sciences Economiques et de


et de la Recherche Scientifique Gestion de Sfax

THÈSE DE DOCTORAT

Pour L’obtention du Titre de Docteur en

Sciences Économiques

Adoption et usage des TIC par les entreprises de textile


en Tunisie

Présentée et soutenue publiquement par :

Imen BEN ABDERRAHMEN

Membres du jury :
M. Sami HAMMEMI Professeur d’Ens. Sup - FSEG - Sfax Président

Mme Sonia ZOUARI Professeur d’Ens. Sup - ISAAS- Sfax Directeur de thèse

M. Montej ABIDA Maître de Conférences - ESC- SFAX Rapporteur

M. Mohammed FRIKHA Professeur d’Ens. Sup - FSEG- SFAX Rapporteur

M. Zied AKROUT Maître de Conférences - ISAAS-Sfax Membre

Année Universitaire : 2016-2017


Remerciements

A l'issu de la rédaction de ce travail de recherche, je me suis aperçue que la thèse


est loin d'être un travail solitaire. En effet, je n'aurais jamais pu réaliser ce travail
sans le soutien d'un grand nombre de personnes qui ont manifesté leur intérêt à
l'égard de mon travail ce qui m’a permis de progresser dans le domaine de
recherche.
En premier lieu, je tiens à remercier ma directrice de thèse, madame Sonia Zouari
Gorbel, pour la confiance qu'elle m'a accordée en acceptant d'encadrer ce travail,
pour ses précieux conseils et pour tout le temps consacré à diriger cette thèse.
J'aimerais également lui dire à quel point j’ai apprécié sa grande disponibilité, ses
qualités humaines d'écoute et de compréhension et son respect sans faille des délais
pour la relecture des documents que je lui ai adressés.

Mes remerciements vont également à Mme Hajer Liteim Gorbel pour sa


gentillesse, pour tous ses conseils et pour son hospitalité dont elle a fait preuve
envers moi.

Ces remerciements seraient incomplets si je n'en adressais pas à l'ensemble de tous


les amis chercheurs pour leur soutien logistique et moral. Je remercie plus
particulièrement Mohsen Brahmi.

Ma reconnaissance va naturellement à ceux qui ont plus particulièrement


assuré le soutien affectif de ce travail, pour leurs encouragements et leur
assistance aussi bien matérielle que morale ce qui m'a permis de finir ma thèse
dans de bonnes conditions: mon mari, ma famille, la famille Noemen Gorbel.
Aux stars de ma vie : Loujain, Fida, Ithar
Plan
REMERCIEMENTS

LISTE DES TABLEAUX

LISTE DES GRAPHIQUES

INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................................................... 1

CHAPITRE I : L’ECONOMIE NUMERIQUE : LE CHANGEMENT .................................................................................10

INTRODUCTION ....................................................................................................................................................11

I- PRESENTATION DE L’ECONOMIE NUMERIQUE : DEFINITION, HISTORIQUE ET


CARACTERISTIQUE : ................................................................................................................... 13
I-1- L’économie numérique : définition de concept :............................................................ 13
I-2- Historique de l’économie numérique : ............................................................................ 14
I-3- Les caractéristiques de l’économie numérique :............................................................. 18
I-3-1-Les principes de fondation de l'économie numérique : .............................................. 18
I-3-2- Innovations avec des rendements croissants : ........................................................... 19
I-3-3- Des nouveaux modèles économiques dans l'économie numérique : ......................... 21
I-3-4- L’innovation dans le model de l’industrie numérique :............................................. 23
II- LES PERSPECTIVES MACROECONOMIQUES DE L’ECONOMIE NUMERIQUE : ............................. 25
II-1-Mesurer l’économie numérique : .................................................................................... 25
II-1-1-Les données de l’économie numérique : ................................................................... 26
II-1-2- Indicateurs de Mesure de l’économie numérique : .................................................. 28
II-1-2-1-Mesure de l’infrastructure dans l’économie numérique : ...........................................................28
II-1-2-2- Mesure d’E- commerce : ........................................................................................................................30
II-1-2-3- Mesure des caractéristiques démographiques des employés : ...............................................30
II-1-2-4- Mesure de comportement des prix :..................................................................................................31
II-2- Economie numérique et capital humain: ....................................................................... 31
II-2-1- La numérisation et son rôle dans l'économie : ........................................................ 32
II-2-2- Les piliers de l’économie numérique : ..................................................................... 34
II-2-2-1- L’infrastructure numérique : .................................................................................................................34
II-2-2-2- Le capital humain : ...................................................................................................................................35
II-2-2-3- La qualité des institutions :....................................................................................................................35
II-3- Le capital humain à l’ère de la révolution technologique : .......................................... 35
II-3-1-Le capital humain dans le contexte des nouvelles technologies : ............................. 36
II-3-2- Le capital humain et l'éducation :............................................................................. 38
II-3-3- La compétence professionnelle comme un élément du capital humain : ................. 39
II-3-4-La communication interne et la qualité du capital humain : ..................................... 41
II-4- La croissance et les technologies numériques :............................................................ 43
II-4- 1-Aperçus théorique : .................................................................................................. 43
II-4-2- Examen des études empiriques ................................................................................ 45
II-5- Innovation et diffusion des TIC dans les pays en développement : ............................... 50
II-5-1- Les TIC et les pays en développement : ................................................................... 50
II-5-2- Innovation des TIC dans les pays en développement : ............................................ 53
II-5-3-Transfert et diffusion : ............................................................................................... 54
II-5-4-Transfert et diffusion des TIC dans la recherche sur IS et de la culture ................... 55
II-5-5- La fracture numérique : ............................................................................................ 56
II-5-5-1-Définition : ...................................................................................................................................................56
II-5-5-2-Les mesures de la fracture numérique : .............................................................................................58
CONCLUSION : ........................................................................................................................... 59

CHAPITRE II : L’IMPACT DE LA REVOLUTION NUMERIQUE ....................................................................................61

INTRODUCTION : ........................................................................................................................ 62
I- L’EVOLUTION DE LA TECHNOLOGIE NUMERIQUE ET LE CHEMIN DE CROISSANCE DE LA
PRODUCTIVITE ........................................................................................................................... 63

I-1- La révolution de l'ordinateur et le paradoxe de la productivité : ................................... 63


I-2- Les raisons de paradoxe de productivité : ...................................................................... 67
I-3- Les épreuves de paradoxe de productivité : .................................................................... 68
I-4- Les réponses aux paradoxes : ......................................................................................... 70
I-5- Un nouveau Paradoxe : .................................................................................................. 73
II-EVOLUTION DU MARCHE NUMERIQUE : .................................................................................. 74
II-1- L’efficacité sur le marché numérique: ........................................................................... 75
II-1-1- Le niveau de prix :................................................................................................... 75
II-1-2- L’élasticité des Prix : ................................................................................................ 77
II-1-3- Les Coûts de menu : ................................................................................................. 79
II-2- La dispersion des prix et la concurrence dans le marché numérique: ......................... 80
II-2- 1- Dispersion des prix:................................................................................................ 80
II-2- 2- Sources de la dispersion des prix sur les marchés électroniques : .......................... 81
II-2- 2-1- Hétérogénéité du produit:....................................................................................................................81
II-2- 2-2- La valeur du temps :................................................................................................................................82
II-2-2-3- Marque, la confiance et la sensibilisation: .......................................................................................83
II-2- 2-4- Les coûts de commutation : .................................................................................................................84
II-3- La discrimination par les prix et la segmentation du marché : ..................................... 84
II-4- La concurrence sur le marché à l'ère du réseau : ........................................................ 85
II-4-1- Le marketing : .......................................................................................................... 86
II-4-2- Interconnexion : ....................................................................................................... 87
II-4-3- Prix de la concurrence .............................................................................................. 88
III-ECONOMIE NUMERIQUE ET EMPLOI: ..................................................................................... 88
III-1- La révolution technologique et la structure des salaires ............................................. 88
III-2- La révolution technologique dans le milieu de travail :.............................................. 91
III-2-1- La frontière entre les capacités humaines et les capacités de la machine : ............. 91
III-2-2- Relation des robots et du capital humain : remplacement ou complémentarité : .. 93
III-2-3- Un avenir incertain : ............................................................................................... 94
III-3- Les nouvelles formes de l'emploi : ............................................................................... 95
III-3-1- Nouvelles et quasi-nouvelles formes d'emploi : ..................................................... 95
III-3-2- Les travailleurs mobiles basés sur les TIC.............................................................. 97
III-3-3- Le crowd travail : .................................................................................................... 99
III-3-4- Travail basé sur la plate-forme en ligne :.............................................................. 101
III-4- Les défis de travail virtuel : ........................................................................................ 102
IV- L’EVOLUTION TECHNOLOGIQUE ET LA NOUVELLE ORGANISATION : ................................. 104
IV-1- L’espace intelligent : .................................................................................................. 104
VI-2- Adaptation de l’organisation :.................................................................................... 108
CONCLUSION : ......................................................................................................................... 112

CHAPITRE III : RESULTATS DESCRIPTIFS DE L’ENQUETE « ADOPTION ET USAGE DES TIC PAR LES ENTREPRISES DES
TEXTILES TUNISIENNES » ....................................................................................................................................114

INTRODUCTION ........................................................................................................................ 115


I- PRESENTATION GENERALE DES DONNEES : ........................................................................... 119
I- 1- Collecte des données : .................................................................................................. 119
I- 2- Caractéristiques du terrain de recherche : .................................................................. 122
I- 2- 1- Un secteur phare : .................................................................................................. 123
I- 2- 2- Les forces du secteur : .......................................................................................... 126
I- 2- 3- Présentation des entreprises enquêtées : ................................................................ 127
II- ANALYSE DESCRIPTIVE DES VARIABLES :............................................................................ 129
II-1- Adoption de principale technologie de l’information et de communication (LAN) : .. 129
II-2- Adoption d’un système d’échange des donnés informatisés (EDI) : .......................... 131
II-3- Adoption des progiciels de gestion (ERP) : ................................................................ 132
II-4- Adoption d’un site Internet dédié aux clients et aux fournisseurs ( INTC): ................ 133
III- L’ECART ENTRE ADOPTION ET USAGE DE L’INTERNET ....................................................... 135

III-I- Développement des hypothèses : ................................................................................. 135


III-2- Analyse et interprétation des résultats : ..................................................................... 137
III-2-1- Les procédures statistiques : ................................................................................. 137
III-2-2- Résultats et interprétation des hypothèses : .......................................................... 139
III-2- 2-1- Utilisation de l’internet et les EDI :.................................................................................................................139
III-2- 2-2- Utilisation de l’internet et les INTC : ............................................................... 141
III-2- 2-3- Effet de la qualification des employés sur les EDI : ........................................ 142
CONCLUSION : ......................................................................................................................... 144

CHAPITRE IV : DETERMINANTS DES FACTEURS EXPLICATIFS DE NIVEAU D’ADOPTION DES TIC DANS LES
ENTREPRISES DE TEXTILE ....................................................................................................................................149

INTRODUCTION : ...................................................................................................................... 150


I- LES DETERMINANTS D’ADOPTION DES TIC : ........................................................................ 152
II- ANALYSE ECONOMETRIQUE ................................................................................................ 155
II- 1 - L’analyse en composantes principales ACP : ........................................................... 156
II.1.1. La matrice de corrélation de Spearman ................................................................... 156
II.1.2. Mesure de l'adéquation de l'échantillonnage (KMO) et Test de sphéricité de
Bartlett : ............................................................................................................................. 157
II.1.3. Choix de la méthode d’extraction : ......................................................................... 158
II.1.4. Choix des facteurs : ................................................................................................. 160
II- 2- Modèle logistique binomiale : .................................................................................... 161
II-3- les variables utilisés ..................................................................................................... 165
II-3-1- Les variables dépendantes ...................................................................................... 165
II-3-2- Les variables indépendantes ................................................................................... 165
II- 4- Résultat de l’estimation du modèle économétrique : .................................................. 168
II- 4-1- Effet de rang et le niveau d’adoption des TIC : .................................................... 168
II- 4-2- Pratique organisationnelle et le niveau d’adoption des TIC ................................. 170
II- 4-3- Capacité d’apprentissage et le niveau d’adoption des TIC : ................................. 171
CONCLUSION : ......................................................................................................................... 172

CONCLUSION GENERALE ....................................................................................................................................175

BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................................187

ANNEXES ............................................................................................................................................................198
Liste des Tableaux

Tableau1 : Résumé des études sur les TIC et la productivité........................................................ 72


Tableau2 : Répartition de tissus industriels tunisiens par secteur .............................................. 123
Tableau 3 : Répartition des entreprises selon l’utilisation de l’Internet et EDI .......................... 140
Tableau 4 : Répartition des entreprises selon l’utilisation de l’Internet et INTC ....................... 141
Tableaux 5 : ANOVA de « pourcentage des employés qui utilisent l’internet » et EDI. .......... 142
Tableaux 6 : ANOVA de « pourcentage des employés qui utilisent l’internet » et INTC. ........ 143
Tableau 7: Matrice de corrélation de rang (Spearman) : ............................................................. 157
Tableau 8 : Le coefficient de KMO et le test de Bartlett (KMO and Bartlett's Test) ................. 158
Tableau 9: Tableau des valeurs propres ...................................................................................... 159
Tableau 10 : Variables du modèle d’identification des facteurs explicatifs du niveau d’adoption
des TIC par les entreprises de textile .......................................................................................... 167
Tableau 11 : Résultats de l’estimation du modèle explicatif des effets de rang et le niveau
d’adoption des TIC dans les entreprises de textile ...................................................................... 169
Tableau 12 : Résultats de l’estimation du modèle explicatif des pratiques organisationnelles et le
niveau d’adoption des TIC dans les entreprises de textile .......................................................... 170
Tableau 13 : Résultats de l’estimation du modèle explicatif de capacité d’apprentissage et le
niveau d’adoption des TIC dans les entreprises de textile .......................................................... 171
Liste des Graphiques

Graphique 1 : L’espace de travail intelligent ............................................................................. 108


Graphique 2 : Part de chaque secteur dans le tissu industriel tunisien. ....................................... 124
Graphique 3 : Répartition des entreprises TE par secteur. .......................................................... 125
Graphique 4 : Pourcentage des emplois dans chaque secteur industriel ..................................... 125
Graphique 5 : Répartition par Pays des Entreprises en Partenariat ............................................. 127
Graphique 6: Répartition des entreprises de l’échantillon selon l’effectif de leur personnel ..... 128
Graphique 7 : Pourcentage d’entreprises exportatrices ............................................................... 128
Graphique 8 : Taux d’utilisation des principales technologies de l’information et de la ............ 130
communication par les entreprises de textile .............................................................................. 130
Graphique 9 : Pourcentage des employés qui utilisent l’internet dans les entreprises de notre
échantillon ................................................................................................................................... 131
Graphique 10 : Pourcentage d’usage d’EDI ................................................................................ 132
Graphique 11 : Pourcentage des modules ERP implantés dans les entreprises interrogées ....... 132
Graphique 12: Pourcentage des entreprises qui adoptent l’INTC. .............................................. 133
Graphique 13 : Le graphique des valeurs propres ....................................................................... 160
Introduction générale

Introduction générale

1
Introduction générale

Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ont connu une évolution


extraordinaire durant les dernières décennies. Ce phénomène est un choc technologique de large
portée : la plupart des secteurs d’activités, marchand ou non marchand, ont bénéficié de la baisse
régulière et conséquente des prix des TIC. La littérature économique a donc porté une grande
attention à la contribution des TIC à la croissance économique. En effet, l'adoption de ces
technologies (Internet, téléphonie mobile et les réseaux à large bande) dans plusieurs pays
développés a prouvé leur efficacité sur la performance de l’organisation. Mais, tous les pays ne
profitent pas de ce genre de révolution technologique de la même manière et au même rythme.
Selon la Banque Mondiale en 2006, les entreprises utilisant les TIC croissent plus vite,
investissent d’avantage et sont plus productives et plus rentables que les autres. Plusieurs études
qui suivent l'expérience des pays développés montrent l’efficacité de l'utilisation des TIC vis-à-
vis au développement des économies des pays (Baldwin et Sabourin (2001)). En plus,
l'utilisation des TIC augmente la productivité dans tous les secteurs, ce qui les positionne dans
ce contexte mondial comme la source de développement (Bresnahan et Trajtenberg, 1995).

Les TIC, cette révolution informationnelle étaient jugées par la plupart des communautés
économiques comme étant la troisième révolution industrielle qualifiée parmi les plus
dominants mouvements qui ont participé au bouleversement de l'histoire économique. Cette
révolution permet le passage d'une économie traditionnelle s’appuyant sur les ressources à une
nouvelle économie fondée sur le savoir portant sur l'information et la communication.

« Dans les nouvelles économies, la technologie est le conducteur majeur? Non juste de la
qualité de vie améliorée pour le peuple sous développé ou en voie de développement mais aussi
un levier du développement économique pour les pays industrialisés, développés et même les
pays émergents »1

Mais, le profit de l’utilisation de ces technologies diffère encore considérablement d'un pays à
un autre. Les grandes économies développées ont vécu une croissance forte et durable
contrairement aux économies en développement qui n’ont pas bien profité des nouvelles
technologies. Ces différences dans la diffusion des technologies peuvent avoir des conséquences

1
Adel Ben Youssef et Hatem MeHenni « Les effets des technologies de l’information et de communication sur la croissance
économique », 2004.

2
Introduction générale

économiques importantes. En effet, ces technologies permettent la diffusion rapide des


connaissances en améliorant la communication (Jovanovic et Rob, 1989), l’augmentation de la
productivité (Brynjolfsson et Hitt, 2003, 2003 Dedrick), et permettent aux pays en
développement de remplacer les méthodes économiques traditionnelles (Steinmueller, 2003).
Certains pays en voie de développement considèrent qu’une adoption massive des TIC peut
permettre un rattrapage « accéléré » des pays industrialisés. Les TIC seraient donc à l’origine
d’une modification de leur rythme de croissance et d’une meilleure insertion dans la division
internationale du travail.

En effet, l’irruption des nouvelles technologies permettrait l’ouverture de « fenêtres » de ré-


spécialisation pour les pays à faible niveau de développement (El-Mouhoud, Mezhouaghi, 2001).
Des nouvelles opportunités peuvent être saisies comme le montrent la percée de la Chine dans
l’industrie des ordinateurs et de l’Inde en matière des logiciels. Ainsi, certains pays ont entrepris
des réformes importantes afin de faciliter l’intégration des TIC dans leurs économies et par la
suite l’accélération de leurs développement national.

De nos jours, plusieurs mutations modifient d’une façon permanente les caractéristiques de
l’environnement des entreprises, quelles que soient leurs tailles (Julien, 1996; Moreau et al.
2005). Notamment, l’étendue de la mondialisation des marchés, le développement technologique
(entre autres l’Internet), la complexité des relations entre les entreprises, la multiplicité des
acteurs, l’augmentation des opportunités ainsi que la multiplication des risques et des
incertitudes constituent l'environnement d’une entreprise (Moreau et al. 2005; Raymond et al.
2001).

Ainsi, l’investissement dans les TIC se présente comme la solution pour l’augmentation de la
productivité et la croissance au sein de l'entreprise (Brynjolfsson et Hitt, 2000, 2003; Lehr et
Lichtenberg, 1999; Matteucci et al. 2005). Vraisemblablement, au niveau des entreprises,
l'utilisation des TIC conduit à des améliorations dans la conception des produits, le marketing, la
production, les finances et l'organisation de travail (Hollestein, 2004). En plus, elles présentent
un moteur pour la recherche et le développement en facilitant la création de nouveaux produits et
services (Becchetti et al. 2003; Carlsson, 2004; Hollestein, 2004). Prenons l’exemple de
l'Internet qui a permis aux entreprises de changer les stratégies pour créer des nouvelles valeurs
et faciliter la collaboration avec les partenaires commerciaux. Cependant, l'utilisation de
l'Internet et ses impacts varie fortement selon l’industrie. Par exemple, la diffusion de ces
technologies a été modeste dans d'autres industries comme le textile (Forza et al. 2000).

3
Introduction générale

Dans la mesure où le rythme de la croissance économique dépend de la vitesse de la diffusion


des TIC, il est important d'examiner les facteurs qui font obstacle à l'adoption des nouvelles
technologies2 .

Aujourd’hui, les entreprises évoluent dans un environnement de plus en plus complexe et


changeant. Des marchés saturés, une compétitivité croissante de la part des firmes
multinationales, une plus grande accessibilité au savoir, des clients plus exigeants et moins
fidèles et des modifications du tissu démographique sont autant de défis que doivent relever les
entreprises modernes. Devant ce constat, le débat sur les TIC est une nécessité dans la nouvelle
donne économique, du moment qu’elles possèdent aujourd’hui une dimension supra-
opérationnelle. En effet, elles sont conçues et matérialisées actuellement dans les organisations, à
des fins stratégiques. Toutefois, du fait que les TIC sont progressivement introduits et intégrées
dans les organisations, leur adoption implique, d’une part des coûts sociaux et d’autre part influe
sur le système de gouvernance des entreprises.

De nombreux travaux mettant en relation la performance des entreprises et les technologies de


l’information et de la communication ont été présentés, en adoptant des méthodologies et des
champs variés. Les divergences qui caractérisent les travaux commencent par l’appréhension
même des TIC qui jusqu’ici sont considérées comme un ensemble homogène, et sont présentées
par Bloom et al. (2009) comme ayant des effets distincts en tant que technologies de
l’information d’une part, et technologies de communication d’autre part. Les effets de ces deux
types de technologies sur l’organisation de l’entreprise seraient donc distincts.

D’autre part, certaines de ces études fondées sur la théorie économique de la production se sont
fixées pour objectif principal de trouver la forme de la fonction économique qui permet de
mieux expliquer la variance de l’output (Dewan et Min, 1997 ; Menon, Lee et Eldenburg,
2000)1. D’autres études, fondées sur la théorie économique de l’information et de la décision, se
sont livrées à l’examen des processus par lesquels l’investissement en TIC se transforme
éventuellement en performance (Jelassi et Figon, 1994 ; Raymond et Bergeron 1996 ; Teo, Tan
et Wei, 1997). Cependant, les différentes démarches entreprises n’ont pas pu fédérer les
positions des auteurs qui de manière générale oscillent entre le déni d’une incidence positive
caractérisée entre autre par l’intensification du travail (Autissier et Lahlou 1999, Vendramin et
Valenduc 2002), la centralisation des procédures, et la hiérarchisation (Williamson, 1967 ;

2
Voir OCDE (2006). Déclarations politiques motivés par ces préoccupations comprennent des déclarations à l'ONU de 2003 / UIT
Sommet mondial sur la société de l'information, http://www.itu.int/wsis/docs/geneva/official/dop.html.

4
Introduction générale

Keren, Levhari, 1989 ; Otani, 1996; Brousseau, Rallet, 1998)2, etl’exaltation des vertus tels que
la décentralisation, la coordination par les marchés, et le renforcement de l’autonomie dans le
travail (Gollac et al. 2000). Les partisans de ce deuxième courant attribuent les performances des
entreprises consécutives à l’adoption des TIC, à la mise sur pied des nouvelles pratiques
organisationnelles (NPO) via les changements organisationnels. Or les changements
organisationnels induits par la diffusion des TIC dans les entreprises rendaient le travail plus
efficace (Greenan et Guellec, 1994 ; Greenan, 1996 ; Gollac et al, 2000; Gollac et al. 2001; Cette
et al. 2004) et partant, ce qui génère d’importants gains de productivité (Janod et Saint-Martin,
2003; Clayton, 2006). Or, la difficulté des entreprises à parvenir à des gains de productivité
totale des facteurs après l’adoption des TIC est la principale justification du paradoxe de
productivité ou paradoxe de Solow.

Lindbeck et Snower (2000) définissent le changement organisationnel comme la transition d’une


organisation centralisée, spécialisée et adaptée à un environnement stable qualifiée de «
tayloriste », à une organisation décentralisée, polyvalente et adaptée à un environnement instable
ou incertain qualifiée de « holiste ». En effet, Hall (1987) qui décrivait l’ensemble des pratiques
organisationnelles qu’une entreprise doit adopter pour atteindre l’ « excellence industrielle »,
mettait en exergue le juste-à-temps, la qualité totale et l’implication des hommes.

Ainsi, le juste-à-temps et la qualité totale sont des approches globales du processus de


production visant à une meilleure maîtrise des flux productifs et des questions de qualité. Afin de
produire en juste-à-temps, d’atteindre la qualité totale et de promouvoir l’amélioration continue
du processus de production, les entreprises doivent mobiliser leurs salariés pour avoir une
implication accrue.

D’après Greenan et Mairesse (2006), Plusieurs auteurs font tous plus ou moins
implicitement dans leurs travaux statistiques l’hypothèse que l’adoption d’outils managériaux
spécifiques identifiés comme nouveaux ou innovants est un indicateur convenable des
changements organisationnels. Ces auteurs privilégient particulièrement deux aspects du modèle
d’excellence industrielle de Hall (1987) : l’implication des salariés et les pratiques de gestion de
la qualité. Par la suite, des travaux se sont attelés à l’examen de l’impact de ces nouveaux
dispositifs organisationnels sur la productivité et la performance des entreprises (Maschino et
Fournier-Dussault, 2005) pour le cas du Canada, (Janod et saint-martin, 2003) pour le cas de la
France.

Les recherches sur les TIC, les changements organisationnels et la productivité des

5
Introduction générale

entreprises ont jusqu’ici été dominés par deux courants. Le premier courant recherche les
impacts des investissements en TIC sur les changements organisationnels des entreprises.
Considéré comme l’un des travaux fondateurs de ce courant, le travail de recherche de Leavitt et
Whisler prédisait déjà en 1958 que les TIC, notamment l’usage des ordinateurs, conduirait à la
disparition des cadres moyens. Malgré l’intérêt de plus en plus croissant des chercheurs se
manifestant par de nombreux débats autour de la question, très peu de recherches empiriques
parviennent à des résultats probants, du fait de l’inexistence de données et une appréhension
vague des TIC au cours de la décennie 1970-1980.

Le deuxième courant qui émergeait pendant la décennie 1990, évaluait les effets de
l’organisation du travail sur la productivité (Milgrom et Roberts, 1990 ; Huselid, 1995 ; Black et
Lynch, 1996 ; Ichniowski et al. 1997 ; Eriksson, 2003 ; Janod et Saint-Martin, 2003 ; Maschino
et Fournier-Dussault, 2005). Les études des effets des TIC et les changements organisationnels
sur la productivité du travail n’émergeaient que pendant la décennie 2000, avec pour principale
hypothèse l’insuffisance de l’implémentation d’un seul et nouveau système de TIC pour générer
des effets positifs sur la productivité. S’inscrivant dans cette mouvance, certains travaux (Black
et Lynch, 2001) analysent les effets de la productivité sur plusieurs espaces de travail, sur les
TIC, et le capital humain sur un échantillon de 600 firmes de l’industrie manufacturière
américaine. A partir des coupes transversales et des estimations sur des données de panel, ils
montrent que la réorganisation du travail a un effet positif et significatif sur la productivité du
travail. Investiguant 300 grandes entreprises américaines de secteurs des industries
manufacturières et des services (Bresnahan et al. 2002) démontrent que les TIC et les
réorganisations du travail tout comme les nouveaux produits et services affectent positivement la
demande pour les travailleurs qualifiés et la productivité du travail des firmes.

En recourant aux méthodes d’appariement sélectif pour analyser l’impact des changements
organisationnels sur les performances économiques des entreprises manufacturières françaises,
(Janod et saint-martin, 2003) démontrent que les réorganisations exercent un effet positif sur la
productivité des facteurs tandis qu’elles ne modifient pas le taux de croissance des effectifs et du
capital. Ils concluent que les réorganisations sont sources d’amélioration des performances
induites par une utilisation plus efficace des facteurs de production sans être nécessaire de les
accroître. Enfin, sur un échantillon de 411 firmes allemandes du secteur des services, (Bertschek
et Kaiser, 2004) mettent en exergue deux types de réorganisations du travail : les groupes de
travail et la diminution des niveaux hiérarchiques, pour démontrer à l’aide d’une fonction de
production de type Cobb-Douglas que seules les entreprises ayant procédées à ces

6
Introduction générale

réorganisations connaissent des gains de productivité du travail.

Problématique :
Pour satisfaire la variété de la demande au meilleur prix, avec un haut niveau de qualité,
certaines entreprises ont compris qu’il fallait recourir aux TIC afin d’améliorer leur système de
production (Vendramin et Valenduc, 2003) et accroître leur productivité. En fait, grâce à son
influence sur les formes de travail et de vie, sur l’interaction entre employés et entre firmes, sur
les modes d’organisation, et sur les processus de production, plusieurs spécialistes voyaient en
ces TIC une source de croissance de la productivité des entreprises et même croissance des
économies, malgré la persistance des contradictions quant à leur impact sur la performance des
entreprises. Dans le cas de la France, les différentes études menées jusqu’ici ont abouti à des
résultats contradictoires. Une explication de cette divergence de résultats met en avant l’idée que,
pour être efficace, l’usage des TIC doit être complété par d’importants changements et
innovations (Milgrom et Roberts, 1990 ; OCDE, 2005a). En effet, si les études illustrant les
effets bénéfiques des TIC ont souvent présenté une corrélation positive entre l’usage de ces
technologies et les performances des entreprises.
Il existe désormais un consensus clair sur les déterminants de la diffusion des technologies, en
particulier sur les déterminants de la diffusion ou de l’adoption des TIC. D’une part, la littérature
sur la diffusion technologique a démontré l’existence des effets de rang, de stock-ordre et
épidémiques (Karshenas et Stoneman, 1995; Geroski, 2000). D’autre part, la théorie de la super-
modularité (Milgromet Roberts, 1990) fournit une interprétation très robuste de l’adoption des
TIC en les expliquant par un effet de complémentarité avec les pratiques organisationnelles et
stratégiques. En croisant ces deux approches théoriques, plusieurs études empiriques ont proposé
des équations d’adoption intégrant un ensemble très complet de déterminants potentiels du choix
technologique (Karshenas et Stoneman, 1993, BOCQUET et al. 2007).

Il devient donc important d’examiner les différents canaux de transmission de la connaissance


entre firmes « proches ». Les flux de connaissance peuvent être médiatisés par une large variété
de mécanismes économiques (de marché et hors marché) depuis les classiques externalités
jusqu’à des arrangements plus formalisés et mieux maîtrisés par leurs parties prenantes. En
suivant Breschi et Lissoni(2001), nous mobilisons le concept de LKS (Localized Knowledge
Diffusion) avec la plus grande prudence. Dans ce travail, nous ne postulons pas que les effets de
la diffusion localisée des connaissances, influençant l’innovation, ont forcément un impact sur la
diffusion des TIC. Nous exposons simplement que cette influence est plausible. Nous proposons
donc des arguments théoriques pour défendre cette idée qui sera ensuite testée empiriquement.
7
Introduction générale

Vu que les investissements dans les technologies de l'information dans les organisations ont
continué à croître, il ya eu un intérêt accru pour les entreprises d’augmenter leurs capacités
d’absorption technologique pour pouvoir réagir à des événements prévisibles et imprévisibles
(Baskerville et al. 2005). Les innovations informatiques ont un rôle crucial dans le soutien des
organisations. Mais, la vision traditionnelle de l'adoption d'un informaticien lui-même est un
processus lent, processus à plusieurs étapes (Lytinen et Damsgaard, 2001). Pour les organisations
dans des environnements en pleine mutation et incertains, il ya un intérêt croissant pour
comprendre et appliquer les capacités organisationnelles et les environnements permettant les
pratiques d'adoption agiles 3 . Dès lors, la problématique de l’appropriation des TIC et de
l’organisation des entreprises apparaît comme un centre d’intérêt auquel une attention
particulière devrait être attachée. Une telle recherche permettrait de lever un pan de voile sur la
situation réelle de l’appropriation des TIC par les entreprises des économies en développement et
partant sur l’incidence de ces technologies sur leurs organisations et leurs performances.

L’objectif de notre travail est donc de s’inspirer de cette approche pour introduire de nouveaux
déterminants dans les équations d’adoption des TIC, de façon à tester l’influence de différentes
formes de proximité sur la diffusion technologique. Nous avons choisi comme cadre
d'application le secteur textile dans l’économie tunisienne. Ainsi, la présente étude répond aux
questions suivantes :

- Les entreprises utilisent-elles d’une façon optimale les TIC adoptés ?


- Est-ce qu’il existe vraiment un écart entre l’adoption et l’usage des TIC ?
- Quels sont les facteurs ayant un effet sur la diffusion des TIC ?
Architecture de la recherche :

Notre travail sera structuré en quatre chapitres :

Dans le premier chapitre, nous présenterons le cadre de l’économie numérique en


expliquant de quoi il s’agit et son évolution dans l’histoire économique. Ensuite on explorera ses
caractéristiques et son impacte sur le capital humain, la croissance et le développement des pays
en développements, ainsi que la fracture numérique dans le monde.

Le deuxième chapitre est réservé à la présentation de l’impact de la révolution numérique


sur la productivité des entreprises où nous avons discuté le paradoxe de Solow. Ensuite, nous

3
L’Agilité a été définie comme «la capacité à détecter les opportunités d'innovation et saisir les opportunités y en assemblant
des biens nécessaires, les connaissances et les relations» (Sambamurthy et al., 2003, p. 9).

8
Introduction générale

nous intéresseront aux changements qui on affecté l’emploi et impacté le marché de l’emploi, à
l’ère de l’économie numérique. Enfin, nous décrierons les changements que l’organisation de
l’entreprise a subis après l’adoption des TIC.

Dans le troisième chapitre, nous présenterons les résultats d’une enquête faite sur
l’adoption et l’usage des TIC dans les entreprises de secteur du textile tunisien, via une analyse
descriptive avec le logiciel SPSS des variables LAN, EDI, ERP et INTIC.

Nous mènerons ensuite une analyse bivariée sous deux formes, les tableaux croisés avec
les tests de khi-deux d’une part, et l’analyse de variance ANOVA, d’autre part. Ces analyses
permettront de mesurer l’écart entre l’adoption des outils d’TIC et l’usage de l’internet et du
commerce électronique

Dans le dernier chapitre, nous analyserons les résultats de l’enquête avec les validations
des hypothèses sur les facteurs qui déterminent l’adoption des TIC dans les entreprises du
textile. Nous présenterons en premier lieux une étude de corrélation entre les facteurs avec une
analyse en composante principale (ACP). Ensuite, nous utiliserons le modèle logistique
binomiale pour mesurer et analyser les déterminants de l’adoption et l’usage des TIC dans les
entreprises de textile, tout en utilisant les résultats de l’enquête.

Enfin, nous terminerons notre travail de recherche par une conclusion générale qui
retracera les principaux résultats. Nous citerons un ensemble de recommandations de nature à
réduire l’écart entre l’adoption et usage des TIC dans l’économie tunisienne à l’ère de
l’économie numérique.

9
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Chapitre I : L’économie numérique :

Le changement

10
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Introduction
Adam Smith a proposé la théorie de l’avantage absolu dans la production d'un bien ou de service.
Les pays ont cherché à construire et à entretenir cet avantage dans les secteurs clés de leur
économie. La numérisation est en train de devenir un nouvel outil pour construire, maintenir ces
avantages absolus et, dans certains cas, même pour réclamer le «droit de gagner» et battre la
concurrence dans certains secteurs.

La digitalisation de l’économie à travers l’adoption massive des services numériques connectés


par les consommateurs, les entreprises, et les gouvernements a vu le jour au cours des dernières
années en tant que moteur économique accélérant la croissance et facilitant la création d'emploi.
Dans l'environnement actuel d'une économie mondiale, la numérisation peut jouer un rôle
important en aidant les décideurs à stimuler la croissance économique et l'emploi. L’estimation
d'analyse économétrique de Booz & Company4a conclu que, malgré la conjoncture économique
mondiale défavorable, la numérisation a fourni 193 milliards de dollars de production
économique et a créé 6 millions d'emplois dans le monde en 2011(Sabbagh et al. 2012).

En effet, partout dans le monde, les TIC continuent de se prolonger à une grande vitesse, malgré
leurs effets inégaux selon les pays et les secteurs. À la fin de 2011, le nombre de mobiles
téléphoniques aux États-Unis ont dépassé la population de pays. Au début de 2012, le nombre
de lignes mobiles dans le monde entier était plus de 6 milliards presque autant que la population
mondiale. L’accès à l’Internet a augmenté d’une vitesse spectaculaire au cours des dernières
années avec une augmentation de plus de 20 fois au cours de la dernière décennie dans des
régions telles que le Moyen-Orient et l’Afrique.

L'accès aux services des TIC est le principal problème auquel sont confrontés les décideurs
politiques. La question cruciale est donc la façon de maximiser l'adoption, l'utilisation et l'étude
de l’impact de ces technologies. La numérisation est apparue donc comme un facteur clé offrant
des avantages socio-économiques.

4
Booz &Company est l’un des plus importants cabinets de conseil en stratégie dans le monde, avec plus
de 3 000 consultants et un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros.
11
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

La capacité de la numérisation pour stimuler la production et l'emploi a des effets globaux


mesurables. La plupart des économies avancées (Amérique du Nord et l’Europe) ont eu environ
29 % dans le gain de sortie, mais seulement 6 % dans l’emploi.

Les économies émergentes ont présenté 71 % du gain dans le produit intérieur brut (PIB) et 94%
de l'impact global sur l'emploi.

Cependant, l'impact de la numérisation par pays et par secteur est inégal. Les économies
développées bénéficient d’une croissance économique plus élevée (presque25 %), aussi dans la
création d'emplois par une marge similaire. La raison principale pour les différents effets de la
numérisation se manifeste dans les structures économiques des pays développés et les économies
émergentes. Les pays développés comptent principalement sur la consommation domestique, ce
qui rend les secteurs importants non échangeables.

À travers les économies développées, la numérisation améliore la productivité et a un effet


mesurable sur la croissance. Cependant, ce résultat est dû au non qualification de l’emploi. En
effet, le travail, de faible valeur ajoutée, est sous-traité à l'étranger dans les marchés émergents,
où le coût du travail est plus faible. Par contre, les marchés émergents sont plus orientés vers
l'exportation et entraînés par les secteurs des biens échangeables. Ils ont tendance à gagner plus
de l'effet de la numérisation sur l'emploi que de son influence sur la croissance.

Les décideurs peuvent exploiter ces effets variables de la numérisation à travers trois
principales mesures, dépassant leurs rôles actuels de l'établissement des politiques et de
règlements. Premièrement, ils doivent créer des plans de numérisation pour les secteurs ciblés
dans lesquels ils souhaitent maximiser l'impact de la numérisation. Deuxièmement, ils doivent
encourager le développement des capacités nécessaires et habilitantes pour réaliser ces plans de
numérisation. Enfin, les décideurs doivent travailler avec l'industrie, les consommateurs et les
organismes gouvernementaux afin d’établir des technologies de l'information et de la
communication inclusives (TIC) écosystèmes qui favorisent une plus grande absorption et
utilisation des services numériques.

De ce fait, ce chapitre présente le cadre de l’économie numérique en l’expliquant ainsi que son
évolution dans l’histoire économique. Les caractéristiques et l’impact sur le capital humain, et
sur la croissance et le développement des pays de l’économie numérique ainsi que la fracture
numérique dans le monde vont être explicités.

12
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

I- Présentation de l’économie numérique : définition, historique et


caractéristique :
I-1- L’économie numérique : définition de concept :
La technologie numérique sous la forme de l'ordinateur personnel et l'Internet a déjà
transformé le travail, l'éducation, le gouvernement, les loisirs et le divertissement etc… Elle a
permis de générer de nouvelles opportunités de marché tout en ayant un impact économique
important sur un large éventail de secteurs. L'émergence de nouvelles infrastructures
numériques, y compris les réseaux sans fil, les appareils mobiles et les technologies de
positionnement, annonce le prochain changement radical dans la technologie numérique ce qui
lui permet d’être intégrée dans les espaces publiques, les architectures, les meubles et plus
généralement dans le tissu personnel de notre vie quotidienne.

L'adoption généralisée des ordinateurs de poche, des téléphones mobiles, des appareils photo
numériques, de la navigation par satellite, des capteurs embarqués ainsi qu’une foule d'appareils
de plus en plus interconnectés marque le début d'un changement vers un monde de l'informatique
omniprésente qui finira par voir des gens desservis par plusieurs milliers d'ordinateurs.

L'informatique ubiquitaire représente un moteur clé de l'innovation pour notre future économie
numérique. En effet, elle permet déjà des visions contemporaines de l'avenir de l'énergie, du
transport et de la santé tout en ayant le potentiel pour transformer d'autres secteurs, y compris les
industries créatives, la fabrication et les services financiers.

L'adoption de l'informatique ubiquitaire aura un effet profond sur la vie des gens (le travail, le
voyage, l’apprentissage, le divertissement et la vie sociale).La compréhension de la façon dont la
technologie numérique est conçue et utilisée est cruciale pour assurer à la fois des avantages
économiques et sociaux.

Malgré la richesse de la littérature, il n’existe pas de définition précise de l’économie


numérique. En effet, elle ne se limite pas à un secteur d’activité particulier et englobe des
concepts très différents. Cohen Tanugi a défini l’économie numérique comme « la nouvelle
économie de l’information et de la communication, qui regroupe les télécommunications,
l’audiovisuel et les industries de l’information, tous secteurs qui sont recomposés par le
phénomène de la convergence numérique et par les normes IP ».

13
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

En fait, le terme «économie numérique» a été inventé en 1995 par Don Tapscott dans son
ouvrage : « L'économie numérique: Promesses et périls à l'ère de Networked Intelligence »5. Ce
livre a été parmi les premiers livres à montrer comment l'Internet allait changer la façon
d’entreprendre des affaires.

Selon Thomas Mesenbourg (2001), trois principales composantes du concept de «Digital


Economy» peuvent être identifiées:

• Les infrastructures (matériels, logiciels, télécommunications, réseaux, etc…).


• L’e-business (la conduite des affaires, tout processus que l'organisation mène sur des
réseaux informatiques),
• L’ e-commerce (transfert de marchandises, par exemple la vente des livres en ligne).

Durant la dernière décennie du 20ème siècle, Nicholas Negroponte (1995) a utilisé une métaphore
du passage d'atomes de traitement à des bits de traitement6. Il a évoqué les inconvénients de
l'ancien (par exemple, la masse, les matériaux, le transport) et les avantages de celle-ci (par
exemple, l'impesanteur, virtuel global, le mouvement instantané). Dans cette nouvelle économie,
les infrastructures des réseaux et de communications numériques fournissent une plate-forme
mondiale afin que les personnes et les organisations élaborent des stratégies, interagissent,
communiquent, collaborent et recherchent des informations. En fait, l’économie numérique est
définie comme étant l'économie à coût marginal nul.

En effet, nous pouvons définir l'économie numérique de plusieurs manières.


Généralement, l'économie numérique est définie en tant qu'utilisation de la technologie de
l'information dans ses processus principaux tels que la planification, la gestion, et le marketing.
Kling et Lamp(1990) ont défini aussi l'économie numérique comme l'utilisation d'information et
se communiquer avec dans une économie généralisée. Plusieurs chercheurs ont même changé le
terme « nouvelle économie » par« économie numérique ».

I-2- Historique de l’économie numérique :


La numérisation de l’économie est devenue le model global de l’économie et elle est considérée
comme la dernière étape du développement de l'économie mondiale. La croissance, la diffusion

5
Tapscott, Don (1997). L'économie numérique: promesses et les dangers de l'âge de l'intelligence en
réseau. New York: McGraw-Hill. ISBN 0-07-063342-8.
6
Nicholas Negroponte - Bits & Atoms - University of Phoenix. Phoenix.edu. Retrieved on 2013-07-23.
14
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

et l’intégration rapide des technologies de l'information et de communication est à l’origine des


changements des sociétés et des économies.
Maintenant, partout dans le monde, les consommateurs emploient les réseaux informatiques pour
identifier des vendeurs, évaluer les produits et les services, comparer les prix etc... De même, les
producteurs utilisent les réseaux pour améliorer leurs processus de fabrication, atteindre les
nouveaux clients et contrôler les opérations internes (Mesenbourg, 2001).
L’économie numérique est basée sur des industries et des formes d’activités économiques
susceptibles d'être source importante de croissance économique de la prochaine décennie. On
compte l'industrie informatique elle-même, le commerce électronique, la livraison numérique de
biens et services, et la vente au détail. Ces développements sont été lancés dans les États-Unis
pendant les années 50, bien avant l'Internet. Ils étaient conçus comme service commercial, et
largement augmenté pendant les années 60, 70, et 80 (Klinget Lampe, 1999). À travers l'histoire,
des économies sont été remodelées par des inventions révolutionnaires telles que le télégraphe, le
chemin de fer et l’automobile. Chaque modèle présente un cercle vertueux de croissance pour les
économies qui tirent profit. L’Internet est une technologie mondiale, et les économies
développées et sous développées l’utilisent pour leurs améliorations.

Cette révolution constatée n'est pas soudaine. La Révolution Industrielle étirée sur 200 ans, se
produit toujours dans les pays en développement. La révolution des technologies de
l’information et de la communication a commencé dès 1830 par la découverte de télégraphe. Le
téléphone était la suivante technologie découverte en 1870. Puis d’autres découvertes ont suivi :
la commutation automatisée de voix et télégraphe, l'ordinateur électronique, les communications
de données, les services de mobile et les réseaux IP.

Notons bien que l'étape révolutionnaire du 21ème siècle est à bande large et que la conséquence
que la capacité d'une liaison est rarement une contrainte sur les demandes qui peuvent être
examinées. Depuis plusieurs décennies, grâce au développement de l’informatique constaté
partout, les changements numériques présentent une nouvelle vague de réorganisation
économique et sociale. En 1936, Alan Turing publie l’article « On Computable Numbers » 7
énonçant le concept de la machine universelle. Mais, il faudrait un quart de siècle pour que
l’ordinateur soit inventé et gagnait tout un marché.

7
A. M. TURING.”ON COMPUTABLE NUMBERS, WITH AN APPLICATION TO THE
ENTSCHEIDUNGSPROBLEM” [Received 28 May, 1936.—Read 12 November, 1936.]
15
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Dans son article « The Coming of Post-Industrial Society », publié en 1973, le sociologue Daniel
Bell a été l'un des premiers auteurs à proposer que l'économie post-industrielle serait dominée
par la production immatérielle et de la consommation basée sur le traitement et la diffusion de
l'information. Cette dernière était définie comme «le stockage, la transmission et le traitement
des données : une base pour tous les échanges économiques et sociaux » (Bell, 1973). Dans son
article « The ThirdWave », publié en 1979, Alvin Toffler a popularisé le concept d'une nouvelle
ère de l'information soutenue par plusieurs idées clés. Ces idées sont le dé-massification des
médias, la fin de la production et la consommation de masse des produits personnalisés et des
services, la décentralisation ainsi que l’interactivité d'emploi. Toffler croyait que l'aube de cette
nouvelle ère serait annoncée par les technologies de l'information et de la communication.

Depuis, les économistes et les institutions internationales ont soutenu la croissance de la


technologie de l’information et de l'industrie de la communication approvisionnant les produits
et les services tangibles et intangibles 8 . Leur énorme potentiel en termes de la croissance
économique a été souligné par de nombreux experts, même s’il y a un manque d’accord général
dans le cadre de la productivité (Mansell, 2009; Weygand, 2008).

En effet, les années 1990 ont vu l'apparition de deux initiatives politiques clés dans la
forme des autoroutes de l'information dans les Etats-Unis et de la société de l'information
européenne 9 , ainsi qu'un changement de toutes sortes dans la terminologie utilisée par les
institutions européennes. En particulier, le sommet de Lisbonne en 2000 a marqué le passage de
la «société de l'information» à la «société de la connaissance». Mais, l’idée sous-jacente est
restée celle d'une économie émergente fondée sur la numérisation de l'information et de la
communication, un concept également soutenu dans divers travaux scientifiques par des auteurs
tels que Christopher Freeman et Luc Soete (1994) ou Manuel Castells (1996).

Dans sa préface de la nouvelle édition 2010 de « The Rise of the Network Society », Castells a
revisité les principales tendances qu'il avait identifiées dans les années précédentes afin
d'identifier les directions dans lesquelles ils ont été en train de passer:

➢ L'information n’est plus, seulement, un outil utilisé pour réduire les transactions et les
coûts de la coordination dans une économie en réseau. Elle peut maintenant être
véritablement considérée comme une ressource de plus en plus abondante générant de la

8
OCDE « Perspectives des technologies de l'information » a été publié sur une base biennale pour
plus de 25 ans.
9
Rapport de Al Gore ‘The national information infrastructure: an agenda for action’ (1993) et le rapport
de Bangemann‘Europe and the global information society’ (1994);
16
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

valeur et de profit pour les acteurs dans l'économie numérique et traditionnelle par le
rééquilibrage des pouvoirs entre les entreprises. En fait, c’est grâce aux phénomènes tels
que le contenu généré par l'utilisateur, les données de géo-localisation, et les capacités
fournies par les grandes mines de données et des logiciels d'analyse.

➢ Les technologies numériques ont envahi toutes les facettes de l'économie et de la société,
d'autant plus que la hausse brutale de l'utilisation de services interactifs et les outils de
communication qui ont eu lieu au cours de la première décennie du 21èmesiècle.
L'adoption des développements tels que les réseaux sociaux, les services interactifs et
Internet mobile a dépassé toutes les attentes, vu le potentiel qu'ils ont déclenché.

➢ Il est de plus en plus évident qu'une approche de réseau est un bon ajustement pour la
complexité accrue des interactions dans l'économie et, plus largement parlant, la société
dans son ensemble. Cependant, il est aussi possible de créer ou d'amplifier les problèmes,
comme le cas de la crise financière systémique de 2008. Dans une réponse indirecte aux
critiques de certains milieux réclamant un excès du déterminisme dans l'application du
réseau de la logique à l'organisation de l'économie mondiale (Gadrey 2000; Garnham
2000), Castells souligne la variété florissante et l'inventivité des différentes formes de
mise en réseau, ainsi que les nouveaux clivages sociaux apparus dans leur sillage.

➢ La flexibilité, une caractéristique inhérente des technologies numériques et des formes du


réseau en raison de leur capacité d'adaptation, permet à donner lieu à un grand
bouleversement dans les structures de production héritées de fordisme et à donner une
impulsion à l'émergence d'un nouveau modèle de travail flexible. Ce qui était
inimaginable, il y a des années.

Ces développements servent comme preuve de ce que certains auteurs ont appelé
le passage d'une ère de l'information à une ère d'Internet (Huws 2013), qui a eu lieu entre 2000 et
2010 et qui est particulièrement remarquable pour avoir annoncé une explosion dans «le travail
virtuel». Ce dernier, fait référence à des tâches en réseau faciles à externaliser au niveau mondial
et basées sur des conceptions algorithmiques et des manipulations des caractères, rappelant l'idée
des «analystes symboliques» décrits par Robert Reich (1991, 2001).

Le travail virtuel est également caractérisé par une confusion du temps et de l'espace, des
professionnels et la vie privée et du travail et les loisirs. La majorité des activités industrielles et

17
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

services appelle encore pour un mélange de face-à-face et des activités en ligne, mais le travail
virtuel maintenant est de gagner du terrain comme un nouveau modèle ou même une nouvelle
norme.

I-3- Les caractéristiques de l’économie numérique :


I-3-1-Les principes de fondation de l'économie numérique :
Il est déjà possible de trouver des définitions de l'économie numérique, telles que celle de
CharrieretJanin2015: L'économie numérique a quatre caractéristiques spécifiques:
l'inapplicabilité de l'emplacement géographique, la fonction clé à jouer par des plates-formes,
l'importance des effets de réseau et l'utilisation des grands nombres des données. Ces
caractéristiques la distinguent de l'économie traditionnelle, en particulier en raison des
transformations associées aux séquences de valeurs.

Les principes de fondation de l'économie numérique, comme indiqué par la littérature effectuée
pour l'ÉTUI10 Degryse 2016 peuvent être récapitulés comme suit:

1. l'information digitalisée est devenu une ressource stratégique, et le réseau est devenu le
principe organisateur en chef de l'économie et de la société dans son ensemble. Une
nouvelle génération de technologies numériques génère maintenant sans précédent des
quantités de données en fournissant les outils nécessaires pour exploiter cet actif et
tirer parti de sa valeur.

2. L'économie numérique, avec une gamme de plus en plus de matériel et


activités économiques intangibles, suit les principes de rendements croissants
(externalités positives de réseau) et quasi-nuls coûts marginaux.

3. Les nouveaux modèles d'affaires fleurissent pour profiter de deux côtés marchés :
l'économie basée sur la plate-forme, en particulier celle impliquant la collaboration ou le
partage et la nouvelle dynamique concurrentielle - dominée par le «gagnant prend tout
modèle - prennent la main sur les marchés des biens et des services numériques.

4. Un nouveau modèle émergent de la production industrielle (parfois appelé


'Industrie 4.0') implique de courtes séries de produits de masse sur mesure production, la
10 ETUI : Institut syndical européen (European Trade Union Institute) réalise des études sur les questions socio-économiques et
les relations industrielles, et suit les questions politiques européennes présentant une importance stratégique pour le monde du
travail.

18
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

fragmentation mondiale des chaînes de valeur, la mise en réseau des capacités de


production et le brouillage des frontières entre les producteurs, les vendeurs et les
consommateurs sur d'une part et l'industrie et le secteur des services de l'autre.

5. Le calcul de la rentabilité des investissements technologiques ont été révolutionné


par un plongeon dans le coût du matériel et des logiciels jumelé avec un saut dans leur
la performance et l'efficacité productive. Néanmoins, un lien et de cause à effet entre les
gains d'innovation et de productivité technologiques n'a pas encore été directement mis
en place, et la relation entre la technologie et la productivité est encore fortement dictée
par les take-up de la société des innovations, de l'organisation et les changements au sein
des entreprises.

Ces cinq développements sont nouveaux de façons très différentes. Certains, tels que l'arrivée de
l'économie de l'information et de la connaissance, sont à long annoncée, mais ont récemment
subi une réinterprétation, tandis que d'autres ont été débattues dans le substantielle
corps de la littérature publiée sur la nouvelle économie ou de l'économie autour de la première
décennie du nouveau siècle.

D'autres développements, comme la plate-forme basée sur le recto-verso, les marchés sont plus
récents et doivent encore être explorées en profondeur. En tant que premier point de départ,
donc, les cinq développements décrits ci-dessus seront examinées de plus près afin de déterminer
si elles représentent la poursuite des tendances antérieures ou à une rupture avec le passé.

I-3-2- Innovations avec des rendements croissants :


La plupart des définitions de l'économie numérique se réfèrent à l'idée de «coût marginal nul»,
popularisée par des auteurs tels que Jeremy Rifkin (2014), en tant que pierre angulaire du
courant de changement économique. Ces définitions classent les biens et services numériques à
la fois comme intangible et non-rival en référence au fait qu'ils peuvent être possédés sans être
nécessairement la propriété, sont utilisés sur une base non-exclusive et ont des coûts marginaux
de reproduction nuls ou quasi-nuls.

Ce phénomène a été envisagé il y a des années par des chercheurs qui écrivent sur la nouvelle
économie (Volle 2000; Rochet et Volle 2015). En fait, les rendements positifs et une
caractéristique inhérente des technologies numériques grâce à la croissance accrus des
externalités de réseau, ce qui signifie que la valeur d'un bien ou un service numérique
augmente en fonction de la taille du réseau, sans augmentation des coûts. L'une des
19
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

conséquences du principe des rendements croissants est que les coûts de la production et la
distribution ont peu ou pas de rapport avec les volumes produits, mais doivent être payés lorsque
l'investissement initial est effectué.

Alors le coût marginal de production est donc proche de zéro, et donc bien que l'économie
numérique soit de forte intensité de capital, les produits numériques peuvent être reproduits en
grandes quantités à coût unitaire nul ou quasi-nul (Blomsel 2007). Les experts de l'économie
numérique croient que les marchés des produits et services numérisé suivent un modèle de
concurrence monopolistique ou oligopolistique, comme c’est le cas des grandes entreprises qui
sont souvent nés de fusions et acquisitions et dont les stratégies se résument à verrouillage de la
clientèle et de garder les concurrents à bout de bras.

En revanche la critique peut être mise à niveau à la théorie du coût marginal quasi nul sur la base
qu’elle se concentre exclusivement sur les externalités positives de réseau et ignore les
externalités négative, en particulier les préoccupations environnementales telles que la
consommation de l'électricité et des ressources minérales rares et la production de déchets
électroniques. Un certain nombre de «des dénonciateurs» (Flipo et al. 2013) ont mis en garde
contre le risque de croissance exponentielle dans ce domaine. Leurs avertissements ont été contré
par des auteurs tels que Jeremy Rifkin (2014) qui demande d'une part, qu'il est également
possible de produire de l'électricité à la quasi-nul coût marginal en utilisant les énergies
renouvelables, un principe favorisera le développement d'une économie de partage basé sur le
commerce local, la réutilisation et le recyclage et le retour à la simplicité.

L'idée d'innovations fournissant des rendements croissants représente une pause pour les
systèmes technologiques qui ont été dominé par les principes de l'économie de l'échelle. Les
gains d'efficacité et de rentabilité générés par l'investissement technologique dans tout le système
technique sont d'abord très élevé, mais après il diminue et devient de plus en plus progressive
que l'innovation devient répandu.

À long terme, cette «burn-out» technologique signifie que les innovation soffrent des rendements
décroissants (Rosenberg, 1994)11 jusqu'à ce que les systèmes techniques sont régénérés par des
innovations radicales c’est ce qu’affirme les recherches sur les paradigmes techniques et
économiques et de longs cycles effectués par les membres de l'école de l'économie

11
Le rapport du Club de Rome « Limites de la croissance », publiées en 1973, ont identifié le problème
des rendements décroissants livrés par des innovations.
20
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

évolutionniste (les néo-Schumpeter), en particulier Giovanni Dosi, Christopher Freeman, Luc


Soete et Carlota Perez12.

Un certain nombre d'experts sur l'économie numérique croient que ce mécanisme ne


fonctionne plus, et que nous avons entré dans une époque où les innovations donnent des
rendements croissants. Ils émettent l'hypothèse que la clé d’innovations proviennent souvent de
la recombinaison des technologies existantes, et d'acquérir le titre de «perturbateur» quand ils
atteignent un certain seuil dont le potentiel de recombinaison est multiplié de façon
exponentielle. La diffusion global et instantanée d'un corps des connaissances et des nouvelles
idées en expansion rapide signifie que ce seuil a été atteint (Brynjolfsson et McAfee2015).

I-3-3- Des nouveaux modèles économiques dans l'économie numérique :


Les plates-formes en ligne déclenchent l'émergence des nouveaux modèles économiques
qui ont été décrits par des économistes en tant que« marchés bilatéraux »(Wauthy2008)13. Avec
cette théorie, les marchés basés sur l'idée des produits et services qui approvisionnent à deux
groupes d'utilisateurs distincts immédiatement –les deux côtés du marché– par une plate-forme
qui peut être accédée d'un ordinateur, Smart phone ou tablette.

En fait, un côté du marché est composé d’un ensemble des consommateurs qui bénéficient
d'un accès à faible coût ou des services gratuits et des externalités de réseau positives, puisque
les services deviennent plus attrayants que le nombre d'utilisateurs se développent. En accédant à
ces services et qu'ils en soient conscients ou non, les consommateurs fournissent la plate-forme
avec les ensembles des données sur leurs profils personnels, tel que leurs emplacements et leurs
habitudes de consommation. De l'autre côté, le marché basé sur la plate-forme comprend des
acteurs économiques qui sont impliqués dans la fourniture de services et qui bénéficient
également des externalités de réseau positives en proportion à la taille de la base de la
consommation.

La valeur d'un service pour les acteurs d'un côté du marché est corrélé au nombre et à la
qualité des acteurs de l'autre côté. Les économistes se réfèrent à des phénomènes tels que
«l’externalités de réseau croisés» ce qu’est considérer comme une caractéristique typique des
marchés bilatéraux. Les plates-formes de ce type sont financées par des prélèvements sur les

12
Ce dernier a récemment publié une réinterprétation de leur angle évolutif qui
tient compte de l'économie numérique nouvellement émergé (Perez, 2004).
13
L'économiste français Jean Tirole, qui a gagné un prix Nobel en 2014, a activement contribué au
développement de la théorie bilatérale du marché.
21
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

transactions entre les deux côtés du marché. Mais les informations qui sont recueilli est
également précieux pour les acteurs des deux côtés, ce qui ne représente pas seulement une
source de données, mais aussi un ensemble des connaissances. De ce fait, la plate-forme elle-
même est donc l'emplacement principal de création de valeur pour les deux parties.

Des exemples de plates-formes correspondant à cette description comprennent Google,


Uber, Amazon et beaucoup d'autres. Le fait que certains de leurs services sont superficiellement
«libres» (Google lorsqu'ils sont utilisés par les particuliers, par exemple) est en réalité une
manifestation du modèle de tarification optimale pour un côté du marché.

Ce modèle d'entreprises a introduit la notion de «prosumers »ou consommateurs


professionnels, qui sont les personnes produisant et consommant l'information numérisée. Bien
qu’ils soient rarement payés, ce type des consommateurs effectuent des travaux en fournissant
des données et des services, pour lesquels sont rémunérés les employés qui étaient partiellement
responsables.

Le modèle économique en ligne de plate-forme peut également être appliqué aux


opérations à but non lucratif. Des opérations telles que les plates-formes de collaboration pour
l'échange de services dans des domaines variés et le concept de « consommateurs
professionnels » sont également pertinents dans ce domaine. Bien que les réseaux d'échange de
services ne soient pas un nouveau phénomène en soi, ils sont devenus plus visibles grâce à leur
développement dans les sites Web traditionnels et plus efficaces grâce au modèle de plate-forme
en ligne. La tendance naturelle des plates-formes pour capturer la valeur créée de deux côtés de
marché explique pourquoi un certain nombre de plates-formes de collaboration ont pu se placer
comme leaders de marché.

Le modèle d'affaires basé sur la plate-forme nouvellement développée a réécrit les règles de la
concurrence dans les marchés dans lesquels ces plates-formes fonctionnent en promouvant
l’approche de «le gagnant prend tout» (Winnertakes all).

Les biens et les services numériques qui sur passent leurs concurrents sont les gagnants
(Brynjolfsson et McAfee 2015)14, marchent loin avec presque tous les marchés en absence d’une
différence significative de prix qui pourrait motiver un consommateur à choisir un produit
subordonné. Ces marchés augmentent en nombre pour trois raisons: la croissance des produits et

Brynjolfsson E. et McAfee A. (2015) “The second machine age. Work, progress and prosperity in a time
14

of brilliant technologies”, New York, W. W. Norton & Company.


22
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

services numériques comme substituts des biens matériels, l'accès universel aux réseaux et
l'existence d'externalités de réseau largement positive. Cela représente un point de départ des
marchés traditionnels, où la concurrence est basée sur la performance absolue déterminée par les
critères de qualité et de prix, et l'espace pour plusieurs concurrents de rivaliser les uns avec les
autres tout en partageant le marché.

I-3-4- L’innovation dans le model de l’industrie numérique :


Laissant de côté le mystère de la raison pour laquelle nous utilisons le nom « smart
industrie » étant donné que nous parlons de la troisième révolution industrielle ou le deuxième
âge de la machine. Il est possible d’identifier un certain nombre de tendances qui sont
innovatrices caractérisant ce nouveau modèle de production industrielle. L’émergence de ce
modèle a été rapportée par des nombreux auteurs différents du monde universitaire et de la
consultation (Escande et Cassini 2015; Hermann et autres2015; Rüssman et autres2015):

➢ La personnalisation de masse se rapporte à la capacité de produire les marchandises faites


sur commande à une grande échelle en même temps que la fabrication décentralisée à des
endroits où les marchandises seront consommées. L'une des technologies clés qui rend
cela possible est la fabrication additive (impression 3D, par exemple), qui remplacera la
fabrication soustractive (tournage, perçage, fraisage et d'autres techniques traditionnelles
d'usine) permettant ainsi la production à faible coût des prototypes ou des objets
personnalisés.

➢ L'utilisation de l'échelle industrielle de communicants (Internet) est basée sur


l'interdépendance constante d'un grand nombre de capteurs, (RFID puces, téléphones
mobiles, ordinateurs portables, etc…), pour permettre des interactions directes entre
machines (communication M2M). L'Internet favorisera le développement des systèmes
de cyber-physiques (CPS) qui permettent d'utiliser une représentation virtuelle des
processus physiques pour leur surveillance ou leur contrôle. Dans une certaine mesure,
ces innovations se fondent sur les développements dans les domaines de robots flexibles
et les systèmes experts. En fait, les niveaux de performance sont nettement mieux grâce à
l'interaction en temps réel entre les communicants et la vitesse du processeur.

➢ Les nouvelles possibilités offertes par les réseaux de production décentralisés peuvent
annoncer un tournant dans l'organisation de la production industrielle, en particulier

23
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

en ce qui concerne l'équilibre du pouvoir entre les grandes et les petites entreprises. Ce
n’est pas une nouvelle tendance, de retour vers la fin des années 80, beaucoup de manuels
de gestion se sont référés aux réseaux de télématique. En fait, mis au point par Benetton,
les réseaux de télématique ont été employés par l'industrie textile comme méthode
d'optimisation de la production décentralisée. Les modèles ont été avancés pour l'analyse
de la spécialisation industrielle dans l'ère de l'information (Foray et Freeman, 1992). Ils
sont basés sur la théorie de la spécialisation industrielle développée par Michael Piore et
Charles Sabel (1989).Il n'y a aucune indication claire que la nouvelle génération de
technologies numériques représente une véritable rupture avec ces évolutions passées, en
dehors de leur potentiel en termes de coordination des systèmes de cyber-physiques.
➢ Le développement des robots autonomes marque l'aube d'une nouvelle ère dans l’histoire
de la robotique. Les robots autonomes sont conçus pour analyser et adapter leur
environnement, notamment en mettant à leurs profits des grandes données pour
apprendre des nouveaux comportements, exploiter le potentiel en plein essor des outils de
simulation, améliorer la forme, l'image et la reconnaissance vocale. Des nombreux
auteurs croient que ces nouveaux niveaux de performance vont bien au-delà de
l'amélioration des robots existants.

➢ Des nombreux auteurs, ces dernières années, ont analysé la fragmentation de la chaîne
de valeur au niveau mondial car elle représente l'une des principales caractéristiques de la
mondialisation (Huws, 2007). Il implique, de plus en plus, la fragmentation des
différentes fonctions commerciales le long des chaînes de valeur et la restructuration de
ces fonctions dans le cadre d'une nouvelle division internationale du travail. Il n'y a plus
rien à arrêter la délocalisation mondiale de certaines fonctions, en particulier la
production de masse de biens corporels et incorporels alors que d'autres fonctions sont
déplacées pour se rapprocher des centres de pouvoir de prise de décision. L’augmentation
mentionnée ci-dessus de la popularité du travail virtuel est conforme à cette
restructuration globale des chaînes de valeur. En plus, il est évident que la nouvelle
génération de technologies numériques ne fera que renforcer cette tendance. Brynjolfsson
et McAfee (2015) suggèrent que les avantages relatifs à la relocalisation des opérations à
bas salaires peuvent être neutralisés par la baisse du coût des robots capables de
surperformer une main-d'œuvre peu qualifiée.

24
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

➢ Brouiller les frontières entre l'industrie et les services et entre la production et la


consommation est une tendance rapportée dans les années 1990mais qui est une
caractéristique encore plus prononcée de l'Industrie numérisé. En plus, il y a une grande
interaction entre les producteurs, les distributeurs et les consommateurs,
rendue possible grâce aux technologies des communications et des plates-formes en
ligne.

Le caractère innovant du modèle de l'industrie numérisée découle de la convergence et


de la combinaison de ces six tendances, en dépit du fait que certaines d'entre elles peuvent être
considérées aussi longtemps établie plutôt que révolutionnaire prise isolément.

II- Les perspectives macroéconomiques de l’économie numérique :


II-1-Mesurer l’économie numérique :
Il existe des nombreuses études sur la mesure de l’économie numérique. Des nombreux
chercheurs ont présenté des approches différentes pour donner des indicateurs qui peuvent être
utilisés pour mesurer l'économie numérique.

Mesenbourg (2001) a décrit le programme de Bureau des États-Unis pour mesurer l'e-
commerce, et il a discuté le cadre de mesure et le programme de mesure ambitieux qui était en
cours. Il a identifié le commerce électronique comme une priorité initiale de mesure. Puis, il a
identifié l’e-compréhension et le processus de mesure commerciaux en tant que deuxième
priorité de mesure. Il s’est concentré sur des mesures annuelles de l’e-commerce pour l’année
1999, une époque où le commerce électronique commençait à devenir économiquement
significatif. Il a adopté les ventes au détail trimestriel estimé pour mesurer le commerce
électronique en pourcentage des ventes totales.

En effet, les études de Mesenbourg (2001) s’intéressent seulement au commerce


électronique qui est une partie de la production de l'économie numérique, et il a négligé l'autre
partie, qui est l’économie de l'internet. Il n'a rien présenté sur le sujet de l'infrastructure de
l'économie numérique. En plus, toutes les données qu'il a utilisées sont des données américaines
tirées seulement de l’économie des Etats Unis. De ce fait, ces études ne peuvent pas être
considérées comme des études globales, mais comme modèle pour mesurer l'économie
numérique mondiale ou pour mesurer l'économie numérique dans les autres pays, si les données
utilisées sont disponibles.

25
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Haltiwanger & Jarmin (2000), ont étudié les données que l’ont jugé nécessaires telles que
les données de l’e-commerce, l'infrastructure informatique, les caractéristiques démographiques
des pays, les entreprises, les structures de l'industrie, et les variations des prix. Ils se sont
concentrés sur les données collectées par un bureau du recensement et d'autres organismes
statistiques fédéraux dans les USA. Ensuite, ils ont défini chaque type de données et son
fonctionnent dans la mesure de l'économie numérique, mais ils n'ont pas présenté une méthode
pour utiliser ces données.

L’étude sur la mesure de l'économie numérique par l'OCDE est l’étude la plus pertinente,
car elle a été adoptée par l'organisation mondiale: Organisation de coopération économique et de
développement. L'étude a porté sur les principaux domaines de l'économie numérique dans le
monde donc elle était une étude globale. L'étude a examiné deux indicateurs pour mesurer
l’économie numérique qui sont l'infrastructure numérique et la sortie de numérique économie
tels que l'e-commerce et l'économie Internet.

II-1-1-Les données de l’économie numérique :


Les grands domaines de recherche et de politique liés à l’économie numérique exigent des
données de haute qualité.

Premièrement, il y a les données de l'impact des TIC sur les indicateurs clés de l'activité
globale, telles que les normes de productivité. En effet, la croissance de la productivité globale
avait ralenti sur une grande partie de la période pendant laquelle les grands investissements en
TIC ont eu lieu. Ça se manifeste en particulier dans les industries de services, tels que le secteur
bancaire, qui avait particulièrement fait des importants investissements en TIC dans l’économie
américaine.

Un certain nombre d'études, à différents niveaux d'agrégation, ont échoué à trouver un lien
entre les investissements en TIC et la productivité, ce qui a conduit à l'identification d'un
15
«Paradoxe de la productivité» (Solow 1987; Berndt et Morrison 1995) .
Plusieurs explications ont été proposées à ce paradoxe. La plus pertinente est que les statistiques
officielles ne reflètent pas toutes les variations de la production, et les coûts associés à
l'informatique et donc sous-estiment son impact (Siegel et Griliches 1994). On compare aussi les
TIC aux innovations précédentes dans l'économie, tels que l'électrification, et on note qu'il peut y

Brynolfsson, E., and S. Yang, 1996. “Information Technology and Productivity: A Review of the
15

Literature.”
26
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

avoir un décalage considérable entre les investissements dans ces innovations et les
augmentations de productivité connexes (David, 1990;Greenwood et Yorgulu 1997).

Plusieurs auteurs ont utilisé des données provenant des diverses sources et ils ont fait un
lien entre l'informatique et la productivité (par exemple, Jorgenson et Stiroh 1995; Greenan et
Mairesse 1996; Brynjolfsson et Hitt1995, 1996; Dunne et al. 1999).

Par conséquent, l'amélioration de la performance globale de la productivité, a conduit


certains à spéculer que la productivité est plus paradoxale ( Brynolfsson, E., and L. Hitt, 1996).
Tandis qu’il est, sans aucun doute, le cas que plusieurs entreprises et industries ont enfin vu les
rendements sur les investissements dans l'informatique, et que les données empiriques sont
toujours limitées. Cependant, Une grande partie de cette limitation, peut être due à l'insuffisance
des données disponibles.

Le deuxième domaine de la recherche exigeant des données de haute qualité est l'impact de
l'informatique sur les marchés du travail et la distribution des revenus. 16 En particulier, la
question qui se pose est de savoir si les TIC augmentent les salaires et la dispersion des revenus
en créant des groupes des nantis et des pauvres, selon que les gens ont des compétences et /ou
sont employés dans les secteurs appropriés pour tirer profit de progrès technologique (Autor,
Katz et Krueger 1997;.Dunne et al 1999).

Pour répondre à cette question, il faut mesurer l'utilisation des ordinateurs et d'autres
équipements informatiques dans le lieu de travail. En plus, il est nécessaire pour cette approche
d'évaluer si oui ou non le système de l'éducation fournit la prochaine génération de travailleurs
possédant les compétences nécessaires pour réussir dans l'économie numérique.

Troisièmement, beaucoup de gens aimeraient évaluer l'impact des TIC sur la production de
manière organisée. Ils veulent comprendre comment l'entreprise et les structures de l'industrie
ont changé, car les TIC sont devenues un plus à la production dans tous les secteurs de
l'économie (Hittet Byrnolfsson 1997).

Cependant, la croissance de commerce électronique est en train de changer radicalement les


façons dont les acheteurs et les vendeurs se rencontrent et interagissent les uns avec les autres.
Les réseaux électroniques, sous la forme de données électroniques inter-changées, existent
depuis un certain temps, ce qui permet aux entreprises de communiquer avec les principaux

16
OECD, 1999. The Economic and Social Impacts of Electronic Commerce: Preliminary Findings and
Research Agenda. Paris: OECD.
27
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

fournisseurs et les principaux clients. L'Internet permet à quiconque avec un PC et un modem de


communiquer avec des millions d'ordinateurs à travers le monde. Ceci a des implications
importantes sur la nature et la localisation des entreprises, en particulier celles qui travaillent
dans la distribution des biens et des services et de la façon dont les marchés fonctionnent.

En effet, la disponibilité du matériel informatique peux coûteux et très puissants et les


logiciels réduisent les coûts de mise en place d'un commerce électronique et élargit les
possibilités d'implantation des entreprises. La structure ouverte de l'Internet permet désormais
aux petites entreprises de télécharger les spécifications et enrichir les emplois précédemment
disponibles. Ceci est susceptible d'avoir une structure de marché significative et une implication
pour un large éventail de biens et de services. En même temps, l'Internet donne aux
consommateurs plus de puissance sur le marché en rendant l'information sur les prix et les
qualités d'un large éventail de produits et services plus accessible. La concurrence des prix
pourrait être considérablement améliorée lorsque les acheteurs peuvent facilement rechercher
d'autres fournisseurs de biens et services.

II-1-2- Indicateurs de Mesure de l’économie numérique :


Compte tenu des trois grands domaines de recherche dans lesquels nous aimerions évaluer
l'impact de l'informatique, nous devrions mesurer quelques éléments afin de garder une trace de
l'économie numérique. Les domaines dans lesquels de bonnes données sont nécessaires sont:

(1) les mesures de l'infrastructure informatique.


(2) les mesures de commerce électronique.
(4) les caractéristiques démographiques et le marché du travail des individus utilisant les TIC.
(5) le comportement des prix.

II-1-2-1-Mesure de l’infrastructure dans l’économie numérique :

Les technologies de l’information ont propagé rapidement, à la fois dans l'économie et dans
la société en général, permettant le traitement et le stockage d'informations. Ces
technologies sont donc présentes dans tous les aspects de l'activité humaine, ce qui permet de
mettre en place des liens entre les différentes zones, les activités et les agents.
Ces changements ont favorisé l'émergence de la technologie dite le model de l’information
(Castells, 1997), qui offre des caractéristiques favorisant le développement d'une
économie solidaire avec une large structure des réseaux. Sa grande flexibilité et la capacité de

28
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

transformation permettent la convergence croissante des technologies spécifiques dans un


système hautement intégré.

Pour mesurer l'infrastructure, beaucoup des chercheurs, dans ce domaine, incluent toute
l’infrastructure physique et de logiciel de l’économie de l'information. Le matériel informatique
englobe les ordinateurs, les lignes téléphoniques, les commutateurs, les fibres optiques, les
câbles de lignes, les satellites et les réseaux sans fil ainsi que les équipements LAN. En plus, on
peut mesurer également les investissements dans l'infrastructure logicielle. Il est crucial que la
mesure de l'amortissement dans l'infrastructure (à la fois matériel et logiciels) et le changement
de la capacité de l'infrastructure numérique soit nécessaire pour plusieurs chercheurs dans le
domaine de mesure de l’économie numérique(B. K. Atrostic, Erik Brynjolfsson, Frederick T.
Knickerbocker, and Thomas Mesenbourg)17.
Selon l'OCDE, l’infrastructure de l’économie de l’information est celle du secteur TIC. En
effet, la construction d'un secteur des TIC est basée sur trois activités. Ce sont le matériel
informatique, matériel de télécommunication, logiciels, services et l'information (contact)
d’activités (presse, édition, télévision ...)
La définition du secteur des TIC par l'OCDE est basée sur les classes de révision de la
norme internationale de classification des industries comprenant à la fois les activités de
fabrication et de services. Dans IN2000, l'OCDE a présenté une information importante qui
donne une indication de l'importance de secteur des TIC aux membres de l'OCDE et donc à
développer une mesure initiale de l'intensité des TIC. L’intensité des TIC est construite à partir
d'une comparaison de la taille du secteur des TIC à la taille du secteur des entreprises
commerciales à l'égard de quatre indicateurs économiques: emploi, valeur ajoutée, R & D et le
commerce total. Cette approche donne les mesures de l'intensité des TIC qui sont réparties en
trois groupes contenant à peu près le même nombre de pays de classes élevées, moyennes et
basses.
La conclusion tirée de cette étude est que l'économie numérique ne suit pas les critères et
les exigences de l'économie traditionnelle telles que les sources naturelles diverses et la base
industrielle, de sorte que chaque pays peut posséder un niveau élevé d’économie numérique si
elle a l'infrastructure nécessaire. Par conséquent, la concurrence économique mondiale donne
une bonne chance pour les pays qui n’ont pas beaucoup de sources naturelles pour améliorer ses
économies.

17
John Haltiwanger chef principal du bureau du recensement de US.
29
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

II-1-2-2- Mesure d’E- commerce :

Une grande attention a été portée sur l'électronique-commerce comme un aspect de


l'économie numérique et évidemment une nouvelle conduite des affaires. Les développements
de commerce électronique ont monté avec le développement du World Wide
Web au début des années 90 résultant d'une combinaison d'innovations technologiques et des
réformes réglementaires. La mesure de l'infrastructure nécessaire au développement du
commerce électronique est basée sur des données harmonisées et mises à jour par l'OCDE18.
Cette mesure peut être complétée par les données disponibles sur la physique du trafic Internet
qui inclut certains des indicateurs tels que les serveurs Web par pays, Internet,
ordinateurs à haute connexion.
Généralement, il existe deux importants éléments représentant l’e-commerce: le commerce
électronique par l'ampleur et le type de business-to-business (B to B) entre entreprises et
entreprises de commerce électronique et le grand public (B to C).On doit noter que les relations
électroniques sont notamment les relations entre le gouvernement et les entreprises et les
consommateurs (G à B et G à C) et même les relations directes entre les consommateurs. Le
principal part de l'e-économie est B to B. L’augmentation rapide de B to B est principalement
due à la migration des opérations à travers les EDI (Electronic Data Interchange) et exploitée à
travers des réseaux privés (Barbet &Coutinet 2001)19.

En fait, Les produits numériques peuvent contourner le commerce de gros, de détail et le


réseau de transport. En outre, les produits numériques peuvent être très différents (non linéaires)
des structures de prix en raison de leurs coûts fixes élevés et des coûts marginaux faibles
(Shapiro etVarian 1999). Cela peut être important pour le calcul des indices de prix valides et
peut rendre difficile l'utilisation des mesures fondées sur les recettes des niveaux d'activité.

II-1-2-3- Mesure des caractéristiques démographiques des employés :

Il est important de mesurer les caractéristiques démographiques du marché du travail et des


travailleurs en comparant ceux qui participent à l’économie numérique à ceux qui ne participent
pas. En particulier, il faut mesurer l’utilisation de l'ordinateur à l'école, au travail et à la maison.
En plus, il faut relier les mesures des résultats économiques tels que les salaires et les actifs avec

18
OECD, 1999.The Economic and Social Impacts of Electronic Commerce: Preliminary Findings and
Research Agenda. Paris: OECD.
19
Barbet, P. &Coutinet, N. (2001).Measuring the Digital Economy: US and European Perspective.ENST
& CEPN-CNRS University Paris 13.University d Angers & CEPN-CNRS University Paris.
30
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

les caractéristiques démographiques telles que l'éducation, la profession, le sexe, la race, l'âge et
le lieu de résidence.
En effet, l'impact de l'utilisation de l'ordinateur sur le marché du travail a des résultats
importants sur le salaire et la qualité des travailleurs. Les recherches les plus récentes
comprennent un ensemble important des questions sur l'utilisation des ordinateurs et de l’Internet
à la maison, au travail et à l'école.
Par conséquent, les types de compétences sont en train de changer pour rependre à
l'économie numérique émergente. Une question ouverte est de savoir si les normes
doivent être révisées pour tenir compte de la nature changeante des compétences et des tâches
liées à l'économie numérique.

II-1-2-4- Mesure de comportement des prix :

Les déflateurs des prix des biens et des services doivent être ajustés pour refléter les
changements dans la qualité induite parles TIC (Dunne, T., L. Foster, J. Haltiwanger, and K.
Troske, 1999)20. Cela nous permettra de faire des mesures plus précises des changements dans
les statistiques globales clés comme la productivité. La mesure des prix différentiels à travers les
biens et les services vendus par des méthodes différentes (par exemple, le commerce
électronique par rapport aux méthodes traditionnelles), ainsi que des mesures de dispersion des
prix entre les producteurs utilisant la même méthode sont d'une importance cruciale pour
la compréhension de la nature changeante de la concurrence dans l'économie numérique.

Les déflateurs de qualité ajustée pour les ordinateurs ont été utilisés au cours de plusieurs
années, ce qui a contribué à la quantification de l’impact de la révolution informatique. Il est
clair que ce programme doit continuer puisque les performances des ordinateurs continuent à
augmenter, tandis que leurs prix nominaux continuent de baisser (Greenan, N., and J. Mairesse,
1996.). En outre, comme l'ordinateur est intégré dans un nombre croissant d'autres produits, des
ajustements de déflateurs doivent être construits pour ces produits aussi.

II-2- Economie numérique et capital humain:


La perception, largement admise, est que la croissance de l’économie numérique est sans
précédent et a été un contributeur majeur à la récente croissance économique, le marché boursier

20
Dunne, T., L. Foster, J. Haltiwanger, and K. Troske, 1999. “Wage and Productivity Dispersion in U.S.
Manufacturing: The Role of Computer Investment.”Miméo, Centre d'études économiques, Bureau du
recensement des Etats-Unis, Washington, DC.
31
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

en plein essor, et la relance de la productivité. Parce que les données économiques


sur l'économie numérique n’ont pas une grande histoire, les observateurs les biens informés sont
en désaccord sur l'importance de la technologie d’information et de communication et le
commerce électronique dans l'économie.

Les économistes se sont engagés dans un débat sur la soi-disant le paradoxe de la


productivité. Le paradoxe est : comment la croissance de la productivité pourrait se ralentir au
cours des années 1970 et 1980 face à la phénoménale amélioration technologique et la croissance
réelle de l’usage des ordinateurs. Il y a des raisons de penser qu'ils ne le sont pas, à savoir que les
mesures de la production pour la banque, l'assurance, et plusieurs autres industries sont
particulièrement problématiques, et que la mesure de la productivité de ces industries semble être
invraisemblablement faible. En effet, si la productivité dans les industries des TIC n’est pas
mesurée de manière adéquate, les erreurs de mesure peuvent expliquer le paradoxe de la
productivité. Plusieurs économistes pensent que la mesure peut être un élément important de la
solution de ce paradoxe.

II-2-1- La numérisation et son rôle dans l'économie :


La révolution industrielle a marqué un tournant dans l'histoire économique: il y avait un
changement de la stagnation économique de plusieurs siècles vers une croissance soutenue du
revenu par habitant et une amélioration du niveau de vie de la société. Ce changement sans
précédent signifie que, par exemple, le PIB par habitant aux États-Unis a augmenté de près de
50% en un demi-siècle. Bien que ce soit une énorme augmentation, le PIB par habitant a
augmenté du même montant dans la moitié du temps à partir de 1980, stimulé en partie par
l’évolution des technologies numériques. Ces chiffres confirment l'ampleur et la vitesse de l'effet
de la révolution numérique sur la société, la dernière révolution qui est en train de changer et
continuera à modifier les structures de l'économie que nous connaissons.

Les effets positifs de l'économie numérique peuvent être vus sur d'innombrables fronts, de
l'activité économique accrue à l'amélioration de la qualité de vie dans la société. Le fleuron de
l’évolution numérique a été l'invention de l'Internet, l'interconnexion dans le monde et la
promotion de la mondialisation.

32
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

A titre d'exemple de l'importance de la révolution numérique pour l'économie, le poids


relatif aux secteurs 21 de l'Internet a atteint 3,4% du PIB en 2009 pour un groupe de 13
pays22développés. Avec ce chiffre, l'Internet a maintenant dépassé les secteurs classiques tels que
l'agriculture, les services publics et l'éducation est devenu l'un des principaux moteurs de la
croissance économique. Ce rôle désormais joué par l'Internet et le reste des technologies
numériques dans l'activité économique n'a pas seulement apparu dans les secteurs «purs» nés
pendant la révolution numérique (par exemple Google et Facebook), mais son impact a été
ressenti encore plus loin, affectant tous les secteurs. Selon un rapport de l’OCDE (Spiezia, V.
23
2012), le capital des technologies de l'information et de la communication a contribué à
accroître la valeur ajoutée des secteurs économiques dans son ensemble entre 1995 et 2007. En
plus de l'effet direct du capital technologique comme un facteur de production, la digitalisation a
également joué son rôle à améliorer considérablement la productivité totale des facteurs, en
aidant à générer plus de production avec les mêmes unités de capital et de travail.

Ces chiffres sont encore plus impressionnants puisqu’ils sont basés sur les données des
comptes nationaux, une statistique qui ne reflète pas entièrement tous les avantages offerts par
l'Internet et de la numérisation de la société. Cette limitation est due au fait que le PIB ne reflète
que la production de biens et de services lorsque la monnaie est échangée mais les biens et les
services gratuits sont exclus de la mesure. Étant donné que la numérisation continuera à faire
baisser le coût marginal de production de nombreux biens et services et donc leur prix, cette
erreur de calcul dans le PIB va augmenter, ce qui rend la réflexion plus en plus pire pour le bien-
être de la société.
Par exemple, une étude sur l’économie des USA, a quantifié la valeur de ces services
numériques gratuits en calculant les dépenses des consommateurs pour leur niveau de bien-être
sans l'utilisation de ces services: ce chiffre atteint 106 milliards de dollars par an, en moyenne,
entre 2007 et 2011, ce qui correspondrait à une augmentation de PIB (Brynjolfsson & Oh,
2012)24.

21
Ce secteur Comprend les activités Internet par les fournisseurs de services de télécommunications, les
entreprises de matériel et de logiciels et similaires
22
Etude fait par McKinsey Global Institute, «les questions de l'Internet: l'impact de balayage du net sur la
croissance, les emplois et la prospérité». Les pays analysés sont l'Allemagne, le Canada, États-Unis,
France, Italie, Japon, Royaume-Uni, la Russie, la Chine, l'Inde, le Brésil, la Suède et la Corée du Sud.
23
Spiezia, V. (2012), «ICT investments and productivity: measuring the contribution of ICTS to growth»,
OECD Journal: Economic Studies, Vol. 2012/1
24
Brynjolfsson & Oh, «The attention economy: measuring the value of free digital services on the
internet», conference internationale 33e sur les systems d'information 2012.
33
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

II-2-2- Les piliers de l’économie numérique :


L'expansion de l'économie numérique d'un pays est possible que si elle dispose d'un
écosystème numérique robuste. Plus précisément, le développement de l'économie numérique
dépendra de trois facteurs: l'infrastructure numérique, le capital humain et la qualité
institutionnelle.

II-2-2-1- L’infrastructure numérique :

L'infrastructure a joué un rôle clé dans la première révolution industrielle avec l'invention
du télégraphe rendant plus facile la diffusion de l'information, et le réseau de chemin de fer, qui a
radicalement changé le transport. L'infrastructure est également cruciale pour la révolution
numérique. L’infrastructure numérique se compose de toutes les infrastructures nécessaires pour
soutenir des activités numériques, y compris les entreprises produisant du matériel et des
logiciels, des réseaux de communication et les fournisseurs de services de paiement et de
contenu numérique. Bien que ces infrastructures soient déjà développées dans la plupart des
économies avancées, dans certains pays, il y a encore un long chemin à parcourir avant
d'éliminer les sources de friction qui limitent le potentiel de croissance de l'économie numérique.
La limitation la plus complexe est la disponibilité des fréquences du service mobile (le réseau par
l'intermédiaire duquel les données mobiles se déplacent de la circulation). Un autre obstacle
limitant parfois la croissance dans l'économie numérique est le manque d'investissement dans
l’infrastructure, mis en évidence par le récent débat sur qui devrait assumer les coûts, les
fournisseurs de réseaux de communication ou les fournisseurs de contenu numérique, qui
bénéficient également.

Dans les pays en développement, il y a non seulement un manque d'investissement dans les
infrastructures qui soutiennent l'économie numérique, mais également il ya un manque dans la
R&D numérique. Cette capitalisation limitée dans les technologies de l'information et de la
communication peut être expliquée par trois facteurs: la plus grande part des petites entreprises,
qui sont moins susceptibles d'innover, le développement limité des marchés financiers alternatifs
tels que le capital-risque (largement utilisé par des nouvelles entreprises technologiques) et les
travailleurs relativement non qualifiés.

34
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

II-2-2-2- Le capital humain :

Alors que, au cours de la première révolution industrielle, une grande quantité de main-
d'œuvre non qualifiée était nécessaire pour travailler dans les usines, la qualité du capital humain
est devenue plus importante dans la nouvelle révolution numérique. Une connaissance des TIC et
de l'Internet est devenue une exigence de base pour la plupart des emplois. Plus précisément, en
2012, 55% des emplois en EU a exigé une connaissance de base de l'informatique. Ce
changement dans les compétences de la main-d'œuvre de la demande pourrait accentuer la
polarisation sur le marché du travail rendant difficile pour certains travailleurs de trouver un
emploi, en particulier les travailleurs non qualifiés et ceux ayant des compétences liées à des
secteurs très spécifiques tels que la construction.

II-2-2-3- La qualité des institutions :

Pour suivons la comparaison avec la révolution industrielle. Un élément clé de son succès
était un régime juridique garantissant le droit à la propriété privée et fournissant des incitations
appropriées pour tous les agents économiques. Aujourd'hui, la fonction des institutions doit
encore établir les règles juridiques. En particulier, on cite la sauvegarde de certains droits
devenus encore plus importants dans l'économie numérique, tels que la protection de la vie
privée et le droit d'auteur, afin d'assurer l'environnement approprié pour promouvoir
l'investissement et l'innovation dans l'écosystème numérique.

En bref, pour être en mesure de prendre l'engagement de la croissance à long terme de


l'économie numérique, la numération de l’économie doit se faire rapidement. Les obstacles à
l'expansion de ses infrastructures doivent être éliminés avec une modernisation des politiques et
des règlements en vue de stimuler l'investissement et l'innovation dans l'écosystème numérique.

II-3- Le capital humain à l’ère de la révolution technologique :


La gestion du capital humain est un élément important dans la stratégie des ressources
humaines des entreprises dans une économie concurrentielle. Le capital humain est un facteur clé
dans l'efficacité et le fonctionnement efficace de l'entreprise. L'outil le plus important pour le
succès considéré comme talentueux se manifeste dans les employés qui sont à la fois une source
d'opérations d'importance stratégique pour l'entreprise et le déterminant de sa compétitivité.
L'entreprise construit son avantage concurrentiel en renforçant les liens entre les tâches prises en
charge et les employés qui les remplissent. Avec ces hypothèses, l'entreprise est en mesure de

35
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

planifier les ressources nécessaires pour atteindre leurs objectifs et rapidement améliorer la
qualité et l'efficacité du capital humain.

II-3-1-Le capital humain dans le contexte des nouvelles technologies :


Le capital humain est avant tout un support de connaissances technologique, qui est la base
de la recherche scientifique et le progrès technologique. Il joue un rôle crucial dans le
développement des nouvelles technologies et il est un essentiel facteur pour son utilisation
efficace. Le développement de la technologie, en particulier les télécommunications et
l'information, exige pour leurs créateurs et utilisateurs d'avoir un niveau de qualification
approprié. De nos jours, la capacité de s’adapter aux changements rapides est d'une grande
importance.

Depuis l'aube de la civilisation humaine, l’existence humaine dépendait de la possession des


connaissances et des compétences nécessaires pour les utiliser dans tous les domaines. De nos
jours, lorsque la connaissance a atteint l'état du facteur suprême dans le développement, il est
raisonnable de la transférer au niveau d'une région ou un pays (Best, 2005: 23-29). Le
phénomène de la polarisation du monde a toujours existé, mais puisque le processus de la
mondialisation est dynamique, c’est devenu beaucoup plus clair.

Les entreprises sont créées par les humains et pour des humains, les gens jouent le rôle le
plus important dans les entreprises (Ramos-Rodriguez, Ruiz-Navarro, 2004). Les objectifs
stratégiques de l'organisation sont inextricablement liés à la bonne gestion du capital humain
devenant ainsi la ressource stratégique la plus importante de l'organisation. Les bonnes décisions
relatives à la gestion des employés peuvent être un facteur important dans la réussite, et les
mauvaises décisions peuvent conduire à un échec.

Les questions liées à la gestion du capital humain sont considérées comme l'élément de base
de la stratégie de la gestion. Dans l'économie numérique, il existe des nouvelles formes
d'entreprises, telles que les sociétés Internet et les entreprises virtuelles, où le bon employé est
un facteur clé de succès. La base pour la transformation de l’économie traditionnelle à une
économie numérique est le progrès technologique continu. Cela crée des nouvelles conditions et
des nouveaux défis pour le fonctionnement du capital humain dans l'entreprise (Hakanson &
Snehota, 2005: 45-49).

Les technologies de l'information en déterminant le fonctionnement de l'économie


numérique permettent de créer des nombreuses opportunités. Ainsi l'acquisition, la collecte, le

36
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

partage et l'utilisation de l'information et de la connaissance, sont considérés comme nécessaires


au fonctionnement et le développement de l'e-société, l’e-commerce et l’e-business. Les
informations et les connaissances appartenant à l'organisation exploitées par ses employés
deviennent la base de sa fonction.

Pour améliorer le capital humain, la main-d'œuvre doit subir une énorme transformation
qualitative a fin d'être en mesure de jouer le rôle qui lui est attribué. Les changements dans le
procédé et la structure de production et d'emploi, ainsi que l’écoulement des sciences
informatiques dans tous les aspects de la vie sont des défis auxquels les humains doivent faire
face à l'ère de la mondialisation. Dans un "monde global" ou "village global", il n'y a jamais un
manque de demande pour les gens (Skrzypek, 2010: 58).

La mondialisation signifie une concurrence accrue entre les entreprises et les êtres
humains, conformément avec le principe de "le gagnant prend tout". Le capital humain, et plus
particulièrement sa qualité, est l'un des principaux facteurs qui influent les décisions de
localisation de l'activité économique. Le débit de la technologie et de la prise de capital prend
une place principalement par les activités des sociétés transnationales (STN). Les STN, sont les
porteurs du processus de mondialisation.

Actuellement, afin de fonctionner efficacement dans la société et dans l'économie, une


certaine quantité de l'information est nécessaire (un minimum d'informations). Le processus de
mondialisation accélère non seulement le flux de l'information, mais aussi l’augmentation de
l’usage de ses informations. Par conséquent, le prochain défi de la mondialisation est la capacité
de comprendre, de reconnaître les connexions, et synthétiser l'information à partir d'un nombre
croissant de sources.

Les qualifications des employés, leurs connaissances et leurs compétences les aident à
déterminer l'attractivité d'un lieu et de prendre la priorité lors de la prise des décisions
d'investissement. Jusqu'à récemment, ce qui était important n’était pas cher, la main-d'œuvre peu
qualifiée, mais aujourd'hui les entreprises ont besoin des ressources humaines bien formées et
des centres de recherche. La croissance de la capacité et la flexibilité de la production, ainsi que
le cycle de vie court des produits, conduisent les sociétés transnationales pour localiser leurs
opérations où le capital humain est bien développé.

Le rôle crucial du capital humain est dû au fait que les industries les plus avancées
technologiquement ont axés sur le savoir, déterminant ainsi la croissance mondiale. Sans aucun

37
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

doute, ces facteurs tels que l'accès à la communication, le marché des ventes, les coûts
d'exploitation, et la législation sont importants lors de la prise de décision sur l'emplacement
d'une entreprise.

II-3-2- Le capital humain et l'éducation :


Une société éduquée est le "capital" conditionné de la mise en œuvre des objectifs
économiques, ce qui est confirmé par la théorie du capital humain, le développement des pays
industrialisés, ainsi que la mise en œuvre des droits humains fondamentaux et des objectifs de
développement humain. Les investissements dans le capital humain sont des investissements à
long terme. Ils constituent l'un des principaux facteurs stimulant le développement socio-
économique donnant le niveau international de la concurrence économique. Lorsque vous faites
un investissement dans le développement du capital humain, l'organisation engage des dépenses
pour l'amélioration et l'éducation des employés, en supposant qu'ils apporteront des avantages
économiques à l'avenir.

L'entreprise crée le capital humain initial à travers la sélection, la formation des employés.
Ensuite, l’entreprise fait la relocalisation des employés, la fourniture de conditions de travail
appropriée et les soins de santé, tout en prenant toutes les mesures nécessaires pour maintenir
son capital humain, y compris son amélioration continue. Les employés sont également
impliqués dans l'amélioration du capital humain, en prenant soin de maintenir le niveau de leurs
qualifications et leurs compétences nécessaires pour mener à bien les tâches qui leur sont
assignées par l’entreprise au sein de la stratégie adoptée.

Dans un monde globalisé en constante évolution, une nouvelle approche de l'éducation est
nécessaire. La plupart des employés seront obligés de changer d'emploi toutes les 5 à10 ans. La
période d'activité très courte dans des nombreuses professions provoque la nécessité de
l'apprentissage continu. Aujourd'hui, tout le monde doit identifier les lacunes dans leurs
connaissances et compétences, en cherchant les moyens de les combler. L'allongement de
l'enseignement à temps plein est devenu une nécessité. Temps partiel, indépendant, et travail
effectué sur commission gagnent en importance. De plus en plus, il faut créer leur propre lieu de
travail. Ainsi, l'autonomie, la créativité, la communication, l'interdisciplinarité sont des
caractéristiques qui devraient caractériser le capital humain.

Dans les réalités actuelles du marché, la gestion d'une entreprise exige une recherche
constante de domaines dans lesquels on peut obtenir un avantage concurrentiel sur le marché,

38
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

tout en améliorant constamment les opérations, ce qui prouve la supériorité de l'entreprise sur la
concurrence. La condition pour l'amélioration efficace des opérations est le recrutement des
employés compétents qui savent comment exécuter les tâches qui leur sont assignées. Ceci est
particulièrement important lorsque les améliorations aux opérations sont complexes et vitales
pour le fonctionnement de l'entreprise. Ajuster l’environnement de travail est un de ces
domaines, en particulier quand il est caractérisé par des exigences de qualité.

De nombreux auteurs soutiennent l’hypothèse que le succès des entreprises dépend de


plus en plus du capital humain ainsi que la capacité de l'organisation à gérer les talents (Snell &
Bohlander, 2012: 4-6) ce qu’ils appellent "la concurrence à travers les gens". En fait, les
compétences et les capacités d’apprentissage du capital humain sont considérées comme la
valeur économique du savoir. L’expérience et la compétence forment le talent de chacun des
employés de l’entreprise ayant ainsi un impact énorme sur les opérations de l’entreprise. Alors
l’investissement dans le capital humain est nécessaire pour l'amélioration continue
conformément au rythme de développement de la technologie disponible.

II-3-3- La compétence professionnelle comme un élément du capital


humain :
La compétence professionnelle est la somme des ressources intellectuelles importantes
affectant l’entreprise à long terme d'un avantage concurrentiel sur le marché (Szczygielska,
2012: 139-150). Entre autres, la nature des compétences des membres de l'entreprise détermine
ses possibilités opérationnelles et concurrentielles. Dans la construction de la stratégie de
l’entreprise en tenant compte de ses objectifs sociaux et humanitaires, elle permet de créer une
nouvelle culture organisationnelle (Urbanek, 2007: 48). Les valeurs de l’organisation présentent
un facteur important dans la capacité d'atteindre les objectifs de l'entreprise.

La culture organisationnelle doit être traitée comme une compétence clé associée à l’identité
de l'organisation, ce qui affecte sa position sur le marché et son avantage concurrentiel. À son
tour, la condition de l'acquisition des compétences est une gamme spécifique de l'information
nécessaire pour déterminer l'ampleur des compétences requises et nécessaires pour effectuer des
tâches spécifiques aux besoins de l'entreprise.

La compétence professionnelle doit être considérée comme un atout important de


l'entreprise permettant d’obtenir un avantage concurrentiel à long terme. Les Compétence des
employés sont déterminées par leur capacité à exécuter les tâches qui leur sont confiées, y

39
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

compris la capacité à effectuer des nouveaux travaux. La volatilité des conditions économiques
exige l'introduction des changements continus pour ajuster la capacité de compétence à l'existant
des nouvelles technologies. Cela peut être considéré comme le développement du capital
humain dans la société contribuant à l’augmentation de sa valeur (Kumar& Shah, 2009: 34-38).

Une condition nécessaire pour le bon développement de la compétence professionnelle est


de posséder l’information nécessaire pour déterminer le champ d'application, d’avoir
l’amélioration et la motivation nécessaire pour une particulière procédure. Ces informations,
traitées comme des "informations utiles", présentent un élément nécessaire dans le
développement de chaque secteur de l'entreprise, y compris le développement de
l'environnement de travail. Il est particulièrement important pour le processus de le mettre en
œuvre systématiquement permettant un succès durable dans le développement de l’entreprise.

Plus les compétences des employés sont élevées, plus la valeur de ces ressources et les
actifs de l'entreprise sont élevés. Les résultats tangibles des mesures prisent pour accroître le
capital humain sont : l'innovation, l'amélioration de la qualité du travail, l'organisation du travail
et les méthodes de travail et l'efficacité de l'entreprise (Tyrańska, 2008: 475-478). On peut
supposer que le capital humain des organisations est affecté par la compétence des gestionnaires.
La valeur du personnel est affectée par leurs connaissances, leurs compétences, leurs
motivations, leurs comportements et leurs attitudes envers le travail. Les employés sont traités
comme une ressource, dans laquelle on devrait investir.

La compétence peut être considérée comme un élément de l'environnement de


l'organisation, qui est la combinaison des facteurs et des conditions internes et externes. Ces
facteurs influent sur la réalisation des objectifs de l'organisation et puis leur entretien par rapport
à toutes les parties intéressées de l’environnement. Il est essentiel de réfléchir à la réalisation et
au maintien des objectifs à long terme. Ceci est couplé avec l'entreprise possédant le capital
intellectuel, y compris le capital humain. Il se révèle souvent que la valeur du marché des
sociétés dépasse la valeur indiquée dans les états financiers. Ceci est lié à la possession par la
société des actifs incorporels cachés sous la forme du capital intellectuel (Kłak, 2010: 367-381).

Plus largement, la compétence des employés est le résultat de leurs activités


professionnelles attribuées, leurs pouvoirs liés à la profession, et leurs responsabilités. Même si
les employés sont soumis à des qualifications professionnelles, leurs compétences dépendent de
leurs expériences, leurs traits de personnalité, leur attitude, leur comportement et leurs valeurs.

40
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

La motivation et les facteurs environnementaux influent également sur leur efficacité (Gupta et
Lehmann, 2005: 93-95).

La compétence est en train de devenir une valeur importante de la civilisation moderne de


l'information et de « knowledge based » entreprises. L'amélioration continue des compétences
est la meilleure façon de s’adapter aux nouvelles conditions et d’introduire potentiellement une
plus grande innovation dans la productivité dans l'entreprise et dans l’économie généralement.

II-3-4-La communication interne et la qualité du capital humain :


En prenant les bonnes décisions, un gestionnaire peut tirer le meilleur parti du capital humain
par le droit de combinaison de compétences, de connaissances, de l'énergie, et d’autres valeurs
de chacun des employés. Dans l’économie numérique, la fusion des capacités, le comportement,
l'énergie de toutes les personnes dans l'entreprise deviennent encore plus facile.

Pour l'amélioration effective du capital humain, il faut identifier les possibilités et les
conditions d’application de la technologie moderne de l'information, tels que le multimédia, les
réseaux informatiques et l'intelligence artificielle. Il est de plus en plus important d'être en
mesure de transférer les informations nécessaires pour le fonctionnement de l'entreprise dans
l'économie numérique grâce à des nouveaux canaux alternatifs de la communication, tels que:

➢ la filaire téléphonie et les réseaux sans fil, qui est l'information la plus populaire et la
plus largement disponible.
➢ Les services en ligne.
➢ L’Internet (principalement WWW), la croissance la plus rapide et la plus dynamique et la
voie la plus prometteuse de l'économie numérique.
➢ Les kiosques multimédias.
➢ La TV interactive.

Les outils les plus populaires utilisés pour la communication interne au sein des e-
entreprises sont des formes numériques de la communication. Ils permettent l'application d'une
variété des solutions comme :

✓ Les bulletins électroniques qui permettent la diffusion de l'actualité aux bénéficiaires.


✓ Les courriers électroniques qui permettent l'envoi des informations à tous les
destinataires simultanément, créant des opportunités pour la communication bilatérale ou

41
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

multilatérale. Mais, cela n'a pas donné une garantie pour une utilisation immédiate des
informations envoyées par le destinataire.
✓ La messagerie instantanée permet le contact interactif et l’envoi de l’information à tous
les destinataires simultanément, et dans ce cas, l'expéditeur de l'information est sûr que
le destinataire a reçu les informations envoyées.
✓ Les réseaux sociaux donnant accès à l'information publiée par les employés.
✓ La messagerie instantanée, le chat et la visioconférence permettent de dialoguer avec des
collègues ou des formateurs, avec qui l'employé n'a pas de contact direct, soit à cause de
la distance ou de l'impossibilité d'organiser une réunion. Cela donne aux employés la
possibilité de participer d’une façon interactive à des formations virtuelles et d'autres
formes de l'apprentissage en ligne en temps réel (Martin, 2010: 58-65).

À la suite de la mise au point des méthodes de communication numérique, toute action peut
atteindre un usage global. Avec l'Internet, l'accès aux ressources à distance est moins cher et
plus facile. Les systèmes et la circulation des documents électroniques universels réduisent
les nuisances liées à l'accès aux informations nécessaires et accélèrent le temps de
phénomènes de marché de réponse.

L'utilisation du Web réduit le temps nécessaire pour accomplir les tâches d'un emploi donné.
La circulation des informations et des documents se fait en temps réel (ou quasi réel), quel
que soit la distance entre les collègues. Dans le commerce électronique, le temps est
important pour la planification précise des ressources. Le succès des e-organismes est
déterminé par leurs connaissances et leur capacité à fournir de l'information à la qualité et la
quantité droite, au bon endroit, au bon moment et sous la forme la plus utile, permettant la
prise de décision optimale et les actions qui mèneront à de meilleurs résultats.

Le capital humain doit subir une transformation qualitative énorme pour être en mesure
de jouer le rôle qui lui est attribué. Les changements dans la méthode et dans la structure de
la production et de l'emploi, et l'empiétement des sciences informatiques dans tous les
aspects de la vie sont des défis auxquels les humains doivent faire face à l'ère de
la mondialisation. Le capital humain, combiné avec la technologie moderne, est le principal
moteur de l'économie en développement. En tant que facteur de croissance moderne, il
contribue à l'augmentation de la productivité de l'économie et stimule des changements dans
la structure de la production et de l'emploi en créant de nouvelles valeurs et attitudes. Dans le
capital humain, des qualités telles que la créativité et la capacité d'analyser et de résoudre des

42
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

problèmes, devraient dominer. Le développement du capital humain est inséparable du


développement de la nouvelle économie numérique.

II-4- La croissance et les technologies numériques :


II-4- 1-Aperçus théorique :
Diverses études ont abordé la question de la croissance économique en utilisant soit le
« cross country » ou l'approche des données de panel. Alors que la plupart de ces études utilisent
le modèle néoclassique standard de croissance ou sa version étendue comprenant le capital
humain, les études se concentrent plus tard sur les modèles de croissance endogène.

Un élément clé de la théorie de croissance néoclassique est que l'hypothèse de changement


technique est exogène et que les même possibilités techniques sont disponibles dans tous les
pays. Cette hypothèse implique que l'état d'équilibre de la croissance dépend uniquement de la
croissance de la population et le progrès technique exogènes.

Après la révolution néoclassique, la contribution majeure à l'économie du développement est


venue de Schumpeter. Après Schumpeter (1942) et Solow (1956), on a bien compris l'importance
de la technologie dans la croissance et le développement économique. Mais il est très difficile
d’identifier et évaluer son rôle en termes empiriques, car il n’est pas directement observable.

La plupart du temps, la technologie est incorporée dans les intrants de la production ou


désincarnée comme technique neutre dans la productivité totale des facteurs (PTF). Dans le
modèle endogène néo-Schumpeter de croissance, le moteur fondamental de la croissance est lié
au progrès technologique (par exemple, Grossman et Helpman, 1991; Aghion et Howitt, 1992 et
1998).

La littérature sur la croissance endogène a trois grands volets: la recherche et développement


(R & D) en tant que moteur de la connaissance; le capital humain; et un troisième volet introduit
par Schumpeter (1934) la destruction créatrice. Il a mis en évidence, la manière dont les
nouvelles idées comme la forme de nouvelles technologies telles que les TIC peuvent supplanter
les idées existantes. Bien que les diverses théories néoclassiques et endogènes sont très
différentes, elles partagent également un point commun important. Chaque volet de la littérature
sur la croissance endogène est sur les incitations à accumuler un facteur de production: le capital
humain, les connaissances, et les nouvelles «technologies» de Schumpeter.

43
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Les TIC pourraient influencer sur la production économique et la croissance dans les trois
façons suivantes. Tout d'abord, la production de biens et de services TIC fait partie de la valeur
ajoutée totale générée dans une économie. Deuxièmement, l'utilisation du capital des TIC
comme une entrée dans la production de tous les biens et services génère la croissance
économique. Finalement, Les TIC peuvent améliorer la croissance économique par le biais de la
contribution des industries des TIC à la technologie de changement. Outre leur contribution
directe au PIB, les industries des TIC sont aussi une importante source de progrès technologique.
Mais cet impact est encore plus difficile à évaluer que la sortie contribution parce que les
données au niveau de l'industrie sur les facteurs de production sont nécessaires pour estimer les
sources de la productivité totale des facteurs.

Si la croissance rapide de la production des TIC est basée sur l’efficacité et les gains de
productivité dans ces industries, cela contribue à la croissance de la productivité au niveau
macroéconomique. Cependant, le problème est que cet impact ne peut pas être directement
déduit de l'estimation de la fonction de production. L'estimation de l’impact des investissements
dans les TIC a été abordée en trois principales façons dans la littérature:
l’estimation de la fonction de la production, la comptabilité de la croissance et de la théorie de la
croissance appliquée. L’estimation des stocks de capital peut être évitée en appliquant la théorie
de la croissance.

L'archétype du modèle de croissance qui a été le plus souvent pris en compte est le modèle
de croissance de Solow (1956). Le modèle de croissance de Solow, parfois appelé le modèle de
croissance néoclassique, est le cheval de bataille de la recherche sur la croissance économique, et
souvent la base des améliorations les plus récentes.

Dans le modèle Solow, l'impact de l'investissement est transitoire et le changement


technologique est le seul moteur de la croissance qui est exogène. Dans cette étude, le modèle
standard de croissance de Solow est prolongé pour tenir compte de progrès technologique,
réalisé sous la forme d'investissements dans les TIC et le capital humain. En outre, le modèle
considère plus le type de capital qui pourrait être accumulé (Mankiw, Romer et Weil, 1992). En
fait, comme indiqué dans Nonneman et Vanhoudt (1996), le modèle peut être étendu pour
inclure m types de capital.

Le cadre conceptuel développe les notions d'Info-densité d'un pays. L’Info-densité se réfère à
la tranche de capital et du travail des stocks globaux d'un pays, qui sont le capital TIC et les
stocks de travail TIC en indiquant la capacité de production. Info-densité symbolise les capacités
44
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

de production et la capacité de l'économie en termes de main-d'œuvre des TIC et les stocks de


capital des TIC. La qualité et la quantité de ces deux entrées sont des facteurs fondamentaux de
croissance et de développement économique.

Le capital TIC est constitué d'un réseau d'infrastructure TIC, ainsi que des réseaux des
machines et équipements de TIC. Le travail TIC est le total de stock de compétences en TIC de
la main-d'œuvre dans l'économie. Comme pour tous les autres (non-TIC) formes de travail
et de capital, la production totale sera une fonction croissante de ces stocks de TIC. L'ampleur
du réseau et le développement des infrastructures ont été capturés par des taux de pénétration
fixe de lignes téléphoniques, des abonnés cellulaires mobiles et de la bande d’Internet
internationale.

Techniquement, il est possible d'agréger les deux tout en arrivant au niveau des TIC
satisfaisant d'un pays ou d'info-état. L’Info-utilisation se réfère à la consommation des TIC
d'une économie (ou l'utilisation) dans un délai donné. Depuis, les biens des TIC sont une
condition préalable nécessaire à l'utilisation des services TIC. Une distinction est faite entre
l'absorption des TIC et de l'intensité d'utilisation des TIC.

En effet, l’opportunité TIC dépend du degré d'info-densité et d'info-utilisation. Ces dernières


représentent une contribution importante à la mesure de la société de l'information. Le TIC-OI,
qui a été reconnue par le Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI), est un outil
statistique utile pour comparer l'évolution des TIC dans les différents pays et différentes régions
au fil du temps.

L'objectif de l'indice d'ouverture aux TIC est d'identifier la fracture numérique et d’aider à
comprendre comment il a évolué en une décennie. En outre, les comparaisons entre pays, La
méthodologie de l'indice des TIC sont en mesure de mettre en évidence les mouvements relatifs
de différents groupes TIC-OI. Elles montrent à quelle vitesse les groupes des TIC-OI font des
progrès par rapport à l'autre.

II-4-2- Examen des études empiriques


Les différentes approches de mesure ont essayé de saisir les différents aspects des TIC. Ces
mesures ne peuvent pas être comparées ce qui conduit à un manque de clarté sur la façon dont
les TIC doivent être mesurées. Dans une étude antérieure, Avegrou (1998) a fait savoir qu'il n'y a
pas beaucoup de preuves pour indiquer que les TIC conduisent à la croissance économique dans
la plupart des pays en développement.

45
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Des études empiriques récentes dans la littérature discutent les impacts positifs des TIC sur
la croissance économique des pays les plus développés. Lau et Tokutsu (1992) ont examiné la
relation entre les TIC et la croissance économique aux États-Unis pendant la période 1960-
1990en utilisant la méthode de la fonction de production. Kraemer et Dedrick (1993) ont
examiné l’impact des TIC sur la croissance économique dans onze pays d'Asie-Pacifique
pendant la période de 1983 à1990. Cette étude a révélé qu'il y avait une relation significative et
positive entre les TIC et la croissance économique.

Une autre étude notable du rôle des TIC dans la croissance économique est celle de la
Banque mondiale (1998a). Un rapport sur le développement mondial plaide fortement pour
l'augmentation du rôle de la technologie dans le développement économique. Une analyse de
fond de la croissance économique est l'appui de l'argument (1998a Banque mondiale). Ce rapport
regroupe les données du World Penn Tableau Mark et les Indicateurs du développement pour 74
pays et les moyennes des variables économiques sur trois décennies. La mesure du PIB et de
taux de croissance de régression a démontré la corrélation positive et significative des TIC avec
la croissance du PIB. La régression de la croissance implique qu'un pays peut augmenter son
taux de croissance du PIB en investissant dans les technologies de l’information. L'impact de la
croissance peut être aussi plus grand que 4 points de pourcentage pour un pays qui réussit à
élever le niveau de l'infrastructure informatique.

Jorgenson (2001) a constaté que les entrées de capitaux ont augmenté la croissance de la
production depuis 1995 par près d'un point de pourcentage complet avec la comptabilité des TIC
pour plus de la moitié de cette augmentation. Contrairement à la contribution du capital TIC à la
croissance économique aux États-Unis, les preuves à l'appui de la croissance TFP dues aux TIC
sont plus opaques, en particulier pour l’utilisation des TIC. En Europe, la contribution des TIC à
la croissance a été plus sporadique.

Schreyer (2000) a utilisé les données pour les pays du G7 à partir d'une source de données
privées (International Data Corporation) sur les dépenses des TIC et le calcul de la contribution
des TIC à la croissance. Cette estimation révèle que le capital des TIC a contribué 0.4 % par an
à la croissance économique aux États-Unis durant la période 1990-1996, par rapport à environ
0.2 % en Allemagne, en France et en Italie au cours de la même période.

Colecchia et Schreyer (2002) dans leur étude des pays américains et de l'OCDE ont constaté
que pendant la seconde moitié des années 90, la contribution des TIC à la croissance économique
se situait entre 0.3 à 0.9 % par an. Jalava et Pohjola (2002) ont souligné que les biens des TIC et
46
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

les services constituent généralement entre 3 et 5 % du PIB total (à prix courants) dans les pays
de l'OCDE.

Daveri (2001) a couvert tous les pays de l'UE ainsi que les Etats-Unis dans son étude.
L’auteur a constaté que la contribution du capital des TIC à la croissance du PIB réel dans les
pays de l'UE variait de 0.3 à 0.6 % pendant la période 1991-1999, par rapport à 0.9%signalé aux
Etats-Unis durant la même période.

Roeger (2001) a présenté des différents scénarios pour la contribution du capital des TIC à la
croissance de la production dans les pays de l'UE. Les contributions des TIC à la croissance de la
production variaient de 0.2 à 0.3 % dans les années 1992-1994, et de 0.3 à 0.6 % pour la période
1995-1999 avec une augmentation de la contribution dans chaque cas entre le début et la période
ultérieure.

Dewan et Kraemer (2000) ont estimé une fonction Cobb-Douglas, avec le PIB et les TIC
comme sorties, le capital non-TIC et les heures de travail comme entrées par la mise en commun
des données annuelles de 36 pays durant la période 1985-1993. Pour Dewan et Kraemer, les
résultats des estimations indiquent que les rendements des investissements en capital de TIC sont
positifs et statistiquement significatifs pour les pays développés, mais non significatifs pour les
pays en développement. Pour les 22 pays développés pris dans leur échantillon, l'élasticité de la
production des TIC, le capital et la main-d'œuvre non-TIC sont 0.057, 0.160 et 0.823,
respectivement. Ainsi, 10% d'augmentation du capital des TIC disponibles augmente la
production annuelle de 0.57%. Cette estimation implique que le produit social marginal du
capital des TIC se situe dans la gamme de 50 à 100 % si la part du capital des TIC dans le stock
de capital total est supposé être 3-4 % et si la valeur du rapport de sortie du capital est comprise
entre 2 et 3. Pour les valeurs moyennes de ces variables dans l'échantillon des auteurs, le
rendement du capital de TIC est de 79%.

En revanche, l'analyse de Dewan et Kraemer indique que, dans les 16 pays en


développement inclus dans leur échantillon, les investissements en capital non-TIC sont très
productifs alors que les preuves sur les investissements dans les TIC ne sont pas concluantes.
L'élasticité de la production du capital non-TIC est 0.593, mais l'élasticité des TIC est
statistiquement indiscernable de zéro. Cette constatation conduit les auteurs à conclure qu'une
base de fond de capital-actions et des infrastructures est une condition préalable à
l'investissement dans les TIC pour être productives.

47
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Dans certaines régions, comme l'Asie du Sud, le Moyen-Orient et l’Afrique, il y a peu


d’études sur la contribution des TIC à la croissance économique. Les niveaux d'investissement
dans les TIC sont trop petits pour mesurer leur impact sur la croissance économique (Piatkowski,
2002). Dans l'Est de l’Asie, le secteur des TIC revêt une importance croissante, en particulier
dans la production. Cependant, les hauts niveaux de production des TIC n’ont pas donné lieu à
une utilisation accrue de la technologie. Wong (2002) a observé que, bien que l'Asie orientale ait
capturé une part disproportionnée des TIC dans la mondiale production, elle traîne derrière
d'autres régions dans l'adoption des TIC. Les pays en développement dépensent beaucoup moins
sur les TIC. Jusqu'à présent, cependant, il y a eu très peu d'études empiriques pour les pays en
développement dans ce domaine.

Lee et Khatri (2003) et le Fond monétaire international (FMI) ont présenté quelques résultats
pour l'Asie en sélectionnant les pays en développement dans les années 1990, dont la plupart ont
connu une baisse de leur croissance du PIB entre les deux moitiés des années 1990, à l'exception
des Philippines et de l'Inde, causée principalement par la crise financière asiatique qui a
commencé au milieu de l’année 1997.

Meng et Li (2002), ont soutenu l’idée que le rôle de l'industrie des TIC dans les pays en
développement est loin d'être clair. Cela est dû au fait que les pays en développement ont peu
investi dans la connaissance, le développement des TIC et la diffusion des technologies dans
l'industrie par rapport aux pays industrialisés.

Généralement, les informations sur l'effet économique des TIC dans les pays en
développement sont rares, bien que certaines recherches aient été menées dans les pays en
transition. Piatkowski (2004) a analysé huit économies en transition dans l’Europe centrale
soulignant que les TIC avaient une grande contribution au PIB et à la croissance de la
productivité du travail. Cette étude montre que les nouveaux pays membres de l'UE ont réussi à
utiliser les TIC pour accroître leur revenu et le niveau de vie par rapport aux autres Etats
membres de l'UE.

Cependant, comme pour les études faites dans les pays en développement, une
conclusion majeure tirée est que les TIC ne seront pas productives sans changements dans la
structure, l'organisation et les modèles d'affaires des entreprises, sans l’amélioration des
compétences en TIC de la main-d'œuvre, et sans les changements réglementaires.

48
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Des recherches plus récentes, ont trouvé plus de preuves qu'il existe des relations
positives entre les investissements dans les TIC et les diverses mesures de la performance
économique.

Jorgenson (2005), a comparé les deux périodes (1989-1995) et(1995-2003), en utilisant les
mesures d'investissement dans les TIC, les investissements non-TIC, et plusieurs mesures de
travail pour déterminer la corrélation entre les changements dans les niveaux d'investissement
dans les TIC et la croissance du PIB. Cette étude a montré que le G7, à partir de la période
(1995-2003) est le plus bénéficié des TIC avec près d'un tiers (27%) de la croissance du PIB
grâce à l'investissement en TIC. Toutefois, l'Afrique subsaharienne a montré un impact
économique similaire du capital des TIC sur la croissance au fil du temps (environ 10%) alors
que la plupart des autres groupes ont montré un plus grand impact dans la période postérieure.
L'Amérique latine a progressé considérablement de la première période de temps à la seconde.

Des résultats similaires sont mis en évidence par Vu K. (2005) qui a confirmé que les TIC
ont un important impact sur la croissance économique. L'étude analysant 50 principaux pays en
matière de TIC souligne que la contribution des TIC à la croissance économique est un
phénomène mondial, qui se manifeste non seulement dans les pays développés, mais aussi dans
les pays en développement.

Toutefois, la clé de contribution des TIC à la croissance varie selon les niveaux
d'enseignement et de formation et d’organisation institutionnelle et réglementaire. Pour estimer
la contribution des TIC à la croissance économique, Thompson et Garbacz (2007) ont utilisé une
approche de la fonction de production de frontière stochastique pour déterminer l'impact de
réseaux de communication et la réforme économique sur les économies au-delà de la frontière.
Ils ont trouvé une contribution positive des réseaux d'information à la croissance économique.

Gholami, Guo et al. (2007) ont utilisé une définition large des TIC, à savoir ne pas séparer
le matériel des TIC, les logiciels des TIC et équipements de télécommunication, et se concentrer
d’avantages sur les différences des TIC et de la R & D retombées entre les pays développés et en
développement.

Guitat et Drine (2007) ont utilisé l’estimation du stock de capital TIC (matériel, logiciel et
équipements de télécommunications) pour estimer les contributions directes et indirectes des TIC
sur la croissance économique pour 14 pays MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) durant la
période (1992-2004). Ils ont conclu qu'il y a un impact direct positif et significatif des TIC sur le

49
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

PIB (en particulier pour les pays producteurs de pétrole). L'impact indirect sur le capital humain
est moins important. Ils ont fait la comparaison avec d'autres régions et ont constaté que l'impact
global de l’investissement dans le capital des TIC sur le PIB est positif et significatif pour les
pays de l'OCDE et les pays asiatiques de l’est.

II-5- Innovation et diffusion des TIC dans les pays en développement :


II-5-1- Les TIC et les pays en développement :
Les TIC ont divers avantages et bénéfices pour les pays en développement. Les TIC
peuvent être un puissant instrument pour augmenter la productivité, la création d’emplois,
générant ainsi une croissance économique avec une augmentation de coopération internationale
dans la finance, le commerce et l'investissement direct étranger. En fait, ces technologies aident
les entreprises locales avec des outils et des services à entrer dans les marchés mondiaux et être
efficaces, en améliorant leur productivité et leur compétitivité et / ou la création de nouvelles
formes d’entreprise (OCDE, 2005; Shirazi, Gholami, & Higón, 2009).

L’accès à l'information, aux biens et aux services par Internet permet aux pays et aux
communautés à participer, à acheter et à vendre des biens et des services, dans la «nouvelle
économie de l'information», indépendamment de leur emplacement géographique (Holloway,
2005). En reliant les personnes et les lieux, les TIC ont joué un rôle crucial dans le
développement national, régional et mondial, tout en ayant un énorme potentiel pour l'avenir
(Buys, Dasgupta, et Thomas, 2009).

Comme elles ont le potentiel pour faire de l’économie d'un pays plus efficace et compétitive
à l'échelle mondiale, improuver les services de santé et d'éducation, et créer de nouvelles sources
d'emploi, les TIC sont également importantes pour la réduction de la pauvreté (Shirazi, Gholami,
&Higón, 2009).

En outre, les TIC améliorent l’inclusion sociale entre les citoyens et favorisent efficacement
un gouvernement démocratique responsable, spécialement lorsqu'il est combiné avec la liberté
d’information et d'expression (Shirazi et al. 2009). Shirazi, Gholami et Higón (2009) ont constaté
qu'il y avait un lien significatif et positif entre la croissance et l'expansion des TIC avec la liberté
économique au Moyen-Orient. Cependant, les TIC ne peuvent pas être acceptés comme une
solution pour tous les problèmes des pays en développements (Fong, 2009).

50
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Aujourd'hui, l’Internet est accepté comme une des TIC les plus importantes qui affectent
notre vie. Avec l’Internet et les autres TIC, nous sommes plus connectés à l'autre que jamais
(Vidyasagar, 2006). L’Internet est utilisé dans le monde entier pour le commerce, ainsi que pour
la communication. L’Internet est une technologie qui rend non seulement la communication plus
facile, moins chère, plus rapide et beaucoup plus efficace qu'auparavant mais aussi change le
mode de vie des gens en leur donnant plus de chance pour améliorer leur niveau de vie
(Vidyasagar 2006). En plus, l'Internet a un rôle dans l’amélioration de secteur de santé, de
l'éducation et toute l'économie à travers le monde (Vidyasagar, 2006).

Selon le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement


(CNUCED)25, une personne dans un pays à revenu élevé est plus susceptible d’être un internaute
qu’une autre personne avec un faible revenu. Le coût des services Internet dans un pays à faible
revenu est plus élevé que dans un pays avec un revenu élevé. L’amorçabilité de l’Internet est de
150 fois plus élevée dans un pays à revenu élevé qu'un pays de faible revenu (CNUCED, 2006).

Les TIC jouent un rôle crucial dans la promotion économique, la croissance et la diminution
de la pauvreté (Jamwal&Padha, 2009). Guislain,Qiang, Lanvin, Minges et Swanson (2006) ont
signalé que les entreprises utilisant les TIC dans les pays en développement ont présenté 3.4%
dans la croissance des ventes, 1.2% de plus dans la croissance de l'emploi, 5.1% de plus aux
bénéfices, 2.5% de plus du taux d'investissement, 6% de plus dans le taux de réinvestissement et
de produire 3423 $ de plus à valeur ajoutée par les travailleurs que les autres entreprises
n'utilisant pas les TIC. Fong, (2009) a résumé certains avantages socio-économiques que les TIC
peuvent fournir aux pays en développement comme suit :

• Une égalité sociale : Les TIC ont le potentiel de réduire les inconvénients qui peuvent
être associés à des barrières culturelles.
• Une mobilité sociale : Les TIC peuvent améliorer la vie de ceux qui sont à la portée de
ces technologies et aider le mouvement vers le haut dans le statut des individus ou des
groupes en fonction de la richesse, l’occupation, l'éducation, ou une autre variable sociale
dans une société où on n’est pas dicté statut ou décrété par la naissance d'origine.

25
Ce rapport a montré qu'il existe une forte corrélation entre l'indice de diffusion des TIC d'un pays
(ICTDI) et son revenu

51
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

• Une égalité économique : Réduire la fracture numérique peut favoriser l'égalité


économique, le potentiel éducatif et le potentiel de gains.
• E-démocratie : Les TIC peuvent conduire à une démocratisation accrue en permettant aux
citoyens ou mandants à participer au processus de prise de décision des décideurs
politiques et les gouvernements à travers les canaux électroniques. Les TIC peuvent aussi
être un outil puissant pour augmenter la transparence et faciliter les processus
d'information et de la communication entre les parties prenantes.

• Une croissance économique et les innovations : Les TIC peuvent soutenir la croissance
économique à long terme et faciliter l'innovation.

Les pays développés bénéficient des avantages des TIC sur la croissance économique. Par
exemple, Jalava et Pohjola (2001) ont constaté que la production et l'utilisation des TIC ont joué
un rôle important dans l'amélioration de la performance économique des États-Unis dans les
années 90. La large diffusion des TIC dans le monde entier fournit aux pays en développement la
possibilité de réduire l’écart entre leurs économies et les économies des pays développés (Meng
et Li, 2001).

Bien que les études économiques constatent que les investissements dans les TIC
affectent positivement la croissance et la productivité au niveau macroéconomique des pays
développés, leur rôle dans les pays en développement ne sont pas claires (Meng et Li, 2001;
Shih, Kraemer, et Dedrick, 2008). Les raisons pour ce résultat sont dus au faible niveau des
investissements en TIC dans les pays en développement, ainsi qu’au faible niveau
d’investissement dans le savoir, la connaissance et la recherche et développement (Meng et Li,
2001; Shih, Kraemer, &Dedrick, 2008).

Il est probable que la plupart des pays en développement n'ont pas atteint un niveau
d’investissement cumulé nécessaire pour réaliser des gains de productivité mesurables, en raison
de leurs niveaux historiquement bas des dépenses informatiques (Shih, Kraemer, &Dedrick,
2008). Selon Shih, Kraemer, et Dedrick (2008), les facteurs affectant le niveau
de l’investissement en TIC sont le niveau technologique, la structure de l'économie, les actifs
complémentaires, et l'ouverture à l’extérieure.

52
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

II-5-2- Innovation des TIC dans les pays en développement :


La recherche et développement dans les TIC a été façonnée par la sensibilisation des TIC à
l'interdépendance socio-économique croissante de tous les pays et les régions dans un état appelé
la mondialisation. Ainsi, une hypothèse commune dans la recherche et développement de TIC est
que les pays en développement sont désavantagés par rapport aux expériences d'innovation des
TIC dans le contexte d'origine des nouvelles technologies. Cela a abouti à l'idée d'une «fracture
numérique» signifiant une nouvelle forme d'inégalité. Une grande partie de recherches ont mis
l’accent sur la signifiance de ce problème et ont cherché à suivre sa propagation (Kenny, 2000;
Mbarika et al, 2003; Wresch, 1998).

La plupart des recherches et développement des TIC ont tendance à se concentrer sur les
expériences et les conséquences du développement et de l'utilisation des TIC plutôt que sur les
limites des ressources techniques. Ces recherches, aussi, tendent à adopter l'hypothèse que les
technologies sont établies ailleurs. Les modèles d'affaires jugés nécessaires pour leur utilisation,
ne peuvent pas aussi répondre aux besoins des pays en développement.(Heeks, 2002).

Le contexte où une nouvelle ère technologique et un modèle d'affaires ont pris forme
(habituellement dans une économie avancée) peut être différent du contexte où cet artefact
combiné et le modèle sont mises en œuvre dans le cadre de la pratique de l'innovation dans un
pays en développement. De plus, les paramètres socio-organisationnels du développement des
TIC et l'utilisation dans les secteurs, les pays ou les régions peuvent différer sensiblement les
uns des autres.

Par exemple, l'e-gouvernement est pratiqué différemment, et avec des résultats différents,
dans les pays ayant des traditions de l'administration publique. Des orientations vers des
questions de contexte sont perceptibles dans les courants de recherche universalistes, se situant
dans le concept de la société de l’information (SI), d’interaction homme -machine et de la
recherche et développement des TIC similaires ( Avgerou & Madon, 2004; Dourish, 2004). Les
perspectives universalistes sont élaborées sur la valeur des TIC et de l'information, et sur les
processus d'innovation de la société de l’information à travers laquelle cette valeur peut être
réalisée en termes de raisonnement technoéconomique générale, indépendamment des
circonstances particulières des acteurs sociaux impliqués.

En plus, on cherche des "meilleures pratiques" pour la nouvelle forme d'organisation la plus
appropriée pour l'âge de l'information ( Fulk & DeSanctis, 1999; Scott Morton, 1991). On

53
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

suppose une rationalité absolue qui détermine des objectifs universels de l'innovation des TIC et
une seule logique d'action en vue de leur satisfaction (Porter & Millar, 1984). En revanche, les
perspectives situées sont l'innovation sociale édictée par acteurs. Elles ont tendance à mettre
l'accent sur la décision et la pratique dans le cadre immédiat de l'organisation innovante
(Orlikowski et al., 1996; Suchman, 1994). Les perspectives universalistes abordent les questions
de contexte dans les recherches sur les TIC dans les pays en développement, que ce soit en
termes de processus de transfert ou de diffusion, ou en termes de processus d’intégration sociale.

II-5-3-Transfert et diffusion :
L’innovation des TIC dans les pays en développement est considérée comme un processus
de diffusion de la connaissance qui est transférée des économies avancées et adaptées aux
conditions d'un pays en développement. Il suppose que les matériaux / entités cognitives qui
composent la société de l’information et les pratiques associées à l'organisation sont
adéquatement indépendantes des circonstances sociales. Ces dernières donnent lieu à être
transférables, plus ou moins intactes que dans une autre société. Sous réserve de l'adaptation
appropriée, ces entités peuvent faire un impact sur le développement souhaitable. Donc, les
recherches retracent des facteurs particuliers saisissant les différences du pays et de
l'organisation bénéficiaire. Ces différences sont susceptibles d'influer sur le processus de
développement de la technologie et l'utilisation tels que les conditions économiques, les
compétences technologiques, les attitudes des gens vis-à-vis à l'informatique, et les habitudes de
travail institutionnalisées.

Les auteurs déterminent souvent leur recherche dans les termes conceptuels des théories de
la diffusion de la technologie et l'acceptation de la technologie (Davis, 1989; Rogers, 1995). Par
exemple, Rose et Straub (1998) et Al-Gahtani (2003) ont utilisé la technologie du modèle
d'acceptation de Davis pour étudier l'utilisation des TIC dans le monde arabe, et ils ont identifié
empiriquement les facteurs particuliers du contexte social et organisationnel des pays arabes
affectant leur adoption des TIC.

Dans les études de développement de la société de l’information et sa mise en œuvre, les


auteurs suivent le transfert et l'approche de diffusion pour montrer la pertinence générale et la
connaissance de la recherche avec des modèles de bonnes pratiques (méthodes, approches
analytiques, ou théories).En particulier ces modèles sont utilisés pour les pays ou les régions en
développement, pour élaborer des adaptations appropriées pour eux. Un flot de publications
présente des études cherchant à transférer et adapter les systèmes de méthodologie de

54
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

développement pour tenir compte des analyses de la socio-organisationnel et les conditions des
pays en développement (Bell & Bois- Harper, 1990; Korpela, 1996; Korpela et al, 2000; Mursu
et al, 2003).

Des méthodes d'adaptation des efforts ont porté sur la mise en œuvre des technologies de
l'ERP26 et ont axé sur le changement organisationnel (He, 2004; Jarvenpaa & Leidner, 1998). De
telles études enrichissent la connaissance de la mise en œuvre et la pratique professionnelle pour
accueillir diverses circonstances locales. Elles donnent une meilleure pratique et adoptent une
notion de «approprié» (Avgerou & Land, 1992; Bada, 2002). Elles remettent en question la
faisabilité de "transfert" de savoir-faire technique et générique dans le développement des
entreprises des pays dans les mêmes pratiques organisationnelles (Avgerou, 1996).

II-5-4-Transfert et diffusion des TIC dans la recherche sur IS et de la culture


L'une des questions, souvent discutée dans les études de développement des technologies de
l’information, est le rôle de la culture dans l'innovation des TIC. L'approche de transfert et de la
diffusion encadre la relation des TIC et de la culture en terme de transfert d'applications TIC
dans une culture nationale non-occidentale considéré le plus souvent comme posant des
obstacles à l'innovation, et comme étant une source de résistance (Straub et al., 2001). Le modèle
de Hofstede de variables culturelles nationales et la différence culturelle (Hofstede, 1984) est
fréquemment utilisé pour analyser les conflits entre les valeurs intégrées dans les comportements
requis par les TIC et les cultures nationales des pays en développement (Leidner & Kayworth,
2006).

Ces études ont été critiquées comme trop simplifiant la différence culturelle (voir, par
exemple, Myers et Tan, 2002). Elles sont balayées les subtilités de la différence culturelle sous le
tapis universel comme l’a fait Walsham dans sa discussion approfondie des exemples de SI
innovation et la recherche de la culture dans les pays en développement (Walsham, 2001).

En revanche, la recherche, en prenant les traits distinctifs socialement intégrés et


perspectives transformatrices, a mis en évidence des comportements collectifs historiquement
formés. Ces comportements nécessitent une attention lors de la conception des systèmes de TIC
appropriés, ou lors de l'organisation du processus d'innovation, tels que l'attitude de la hiérarchie,
l'action de l’organisation dans le temps, le sens de l'espace, et la géographie (Rohitratana, 2000;

26
L'ERP vient de l’anglais « Enterprise Ressource Planning ». On utilise parfois dans le monde
francophone la dénomination PGI (Progiciel de gestion intégré) mais la terminologie anglo-saxonne est
prime dans les documents scientifiques.
55
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Sahay, 1998). Zakaria et al, 2003). Cette recherche a également attiré l'attention sur les
interactions interculturelles. En effet, des études intégrées socialement évitent la juxtaposition
des SI innovantes (supposées être inscrites avec la culture occidentale) avec la culture des pays
en développement (supposés être pliés pour l'accueillir) (Walsham, 2002).

La recherche suggère un concept de culture dynamique et émergent, "constamment


maintenu et changeant," avec un accomplissement en cours (Westrup et al. 2003). Ni les TIC, ni
la culture ne sont considérées comme des déterminants unidimensionnels des valeurs et des
comportements.

Les systèmes d'information, considérés comme des réseaux hybrides d'artefacts, les
personnes et les institutions, sont soumises à la négociation et la mise en forme locale.
L’influence culturelle, vue comme une disposition historiquement formée pour un comportement
particulier, peut provenir de l'organisation innovante, de son environnement national ou régional,
ou de la classe sociale des acteurs individuels. Plutôt que de se concentrer sur l'innovation dans
la SI en montage ou en conflit avec la culture de son contexte social, la reconstitution mutuelle
des SI innovation et les cultures qui l'influencent est d’un grand intérêt.

II-5-5- La fracture numérique :


II-5-5-1-Définition :

L’OECD (2001) définit la fracture numérique comme «l'écart entre les individus, les
ménages, les entreprises et les zones géographiques à différents niveaux socio-économiques
en ce qui concerne leurs possibilités d'accéder aux TIC et à leur utilisation de l'Internet pour une
grande variété d'activités ». La fracture numérique mondiale fait référence à des différences entre
les pays en termes d'accès aux TIC. L’inégalité à l’accès aux TIC est appelée comme premier
ordre de la fracture numérique et l'inégalité dans l’utilisation des TIC est appelée la fracture
numérique de second ordre (Jin et Cheong, 2008). Le problème de la fracture numérique a pour
origines des dimensions géographiques, démographiques et socio-économiques (Yuguchi, 2008).

Le terme «fracture numérique» a été présenté par Larry Irving, secrétaire adjoint
américain du Commerce pour les télécommunications et la communication dans le milieu des
années 90. En fait, il avait comme but d'attirer l'attention du public sur le fossé existant en
matière d'accès aux services d'information entre ceux qui peuvent se permettre d'acheter le
matériel informatique et les logiciels nécessaires pour participer dans le réseau mondial

56
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

d'information, et les familles et les communautés à faible revenu qui ne peuvent pas posséder les
matériels nécessaires (Boje & Dragulanescu, 2003).

Wilson (2004, p 300) définit la fracture numérique comme un phénomène qui a huit
aspects : "une inégalité dans l'accès, la distribution et l'utilisation des technologies de
l'information et de la communication entre deux ou plusieurs populations." Ces accès sont: accès
physique, accès financier, accès cognitif, accès de la conception, accès au contenu, accès à la
production, accès institutionnel, et accès politique. Il y a aussi des côtés philosophiques et
sociologiques de la fracture numérique en raison d'une occasion manquée potentielle de la part
des millions de personnes pour obtenir des emplois souhaitables et d'améliorer leur vie en
utilisant les ordinateurs et l'Internet (Friedman, 2001).

Selon Fuchs &Horak (2007), «La fracture numérique se réfère à des modèles inégaux
d'accès matériel, des capacités d'utilisation, et des avantages de technologies d'informations et de
communication par ordinateur qui sont causés par certains processus de stratification produisant
les classes des gagnants et des perdants avec la société de l'information, et la participation aux
institutions régissant les TIC et la société. »

Fuchs &Horak (2007) définit les types d'accès aux TIC comme suit : l'accès matériel ou la
disponibilité du matériel, des logiciels, des applications, des réseaux, et la facilité d'utilisation
des périphériques et des applications TIC.L'utilisation et l'accès des compétences sont les
capacités nécessaires pour le matériel et l’exploitation des TIC pour la production significative
en ligne, et pour se livrer à la communication en ligne. L'accès aux prestations signifie
l'utilisation des TIC profitant à l'individu et avançant une bonne société pour tous. L’accès
institutionnel est la participation des citoyens dans les institutions régissant l'Internet et
l'autonomisation des citoyens par les TIC pour participer à l'information politique, la
communication et les processus de décision (Fuchs & Horak, 2007).

La fracture numérique n’est pas un problème seulement pour les pays en développement,
mais aussi pour les pays développés. Comme dans les pays en développement d'aujourd'hui, les
pays développés ont également des inégalités au niveau des TIC. Par exemple, même si le États-
Unis est accepté comme l'une des principales économies du savoir et des sociétés de réseau, ce
pays fait face à la fracture numérique. Chakraborty et Bosman (2005) ont constaté qu'il existe
des preuves claires des inégalités distributives liées au revenu concernant la propriété de PC à
travers le pays. L’inégalité géographique dans l'accès aux services d'information et de la
communication existe aussi au Japon (Yuguchi, 2008).
57
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Aujourd'hui, il existe des nombreux types de la fracture numérique au niveau local, national,
régional ou mondial, comme : le fossé entre les sexes, la fracture de l'âge, la fracture du revenu.
Chaque division ayant son contexte particulier : les phénomènes, les tendances d'évolution, les
perspectives ainsi que ses solutions de passerelles spécifiques et des initiatives (Boje &
Dragulanescu, 2003). En raison du développement continu des technologies de l'information et
l'émergence de nouvelles technologies, la fracture numérique est un problème dynamique.
La fracture numérique est un problème complexe et dynamique qui a des dimensions politiques,
culturelles et éthiques (Ahmed, 2007). Selon Lei, Gibbs, Chang, et Lee
(2008), il existe deux principales réflexions différentes sur la façon de faire face à la fracture
numérique. Certains chercheurs acceptent la fracture numérique comme un phénomène naturel,
par conséquent, ils ne suggèrent aucune intervention à combler le fossé numérique et donc
attendre l'autocorrection avec le développement des TIC. Les autres ont suggéré l'adoption
d'interventions (Lei et al., 2008).

II-5-5-2-Les mesures de la fracture numérique :

Comme il existe une grande variété des TIC, leurs capacités sont presque sans limites. Ces
technologies évoluent rapidement et donc il n'y a pas de consensus sur la façon de mesurer la
fracture numérique de la société de l'information. L'utilisation d'Internet est l'une des indicateurs
utilisés dans la fracture numérique entre les pays. Même si le terme «fracture numérique» est
apparu après l'expansion de l'Internet au milieu des années 90, il ne se réfère pas exclusivement
l'Internet car d'autres TIC importantes, telles que les ordinateurs personnels, les téléphones
cellulaires, etc., sont très pertinents pour les questions de fracture numérique (Vehovar, Sicherl,
Hüsing &Dolnicar, 2006).

Les premières études sur la fracture numérique ont été faites aux États-Unis et au fil du
temps, des nombreuses institutions internationales ont montré un intérêt à ce domaine et ont
fondé leurs études sur différentes variables afin de mesurer la fracture numérique (Cilan, Bolat,
& Coşkun 2009). En raison des aspects multidimensionnels de la société de l'information,
diverses mesures de l'indice ont été développées pour comparer les niveaux de la société de
l'information, tels que indice de la société de l’information, l'indice d'opportunité numérique,
indice d'opportunité TIC, indice de développement de TIC, l'indice e-readiness, l'indice de l'état
de préparation du réseau, l'indice d'accès numérique (index mobile / Internet) et l'indice du
développement technologique (Atici, 2010;. Cilan et al, 2009).

58
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

Conclusion :
Les innovations numériques sont en train de refaire nos industries, notre économie et
notre société, tout comme la machine à vapeur, l'électricité et la combustion interne. Comme
leurs prédécesseurs, les ordinateurs et leurs dérivés sont des moteurs de grande prospérité. Pour
ne citer que quelques exemples, les progrès de l'intelligence artificielle aident les médecins à
diagnostiquer la maladie, de nouveaux capteurs permettent de conduire plus sûrement les
voitures, la numérisation apporte plus largement que jamais des connaissances et des
divertissements et les réseaux mobiles interconnectent la population de la planète pour la
première fois. La révolution numérique est la meilleure des nouvelles économiques sur la
planète.

L'économie numérique se propage dans la vie quotidienne grâce à une connectivité


presque omniprésente. Soutenu par le réseau et l'accès à Internet, les périphériques «intelligents»
et l'Internet permettant aux véhicules, bâtiments et autres éléments de recueillir et d'échanger des
données. Le défi auquel font face les TIC est intimidant. les prévisions indiquant qu'il pourrait y
avoir une centaine de milliards de dispositifs connectés en 2025 et une augmentation de 500 fois
de la quantité de données qu'une personne utilise.

Au fur et à mesure que nous passons des réseaux au marketing et à l'expérience client, les
possibilités d'automatisation basées sur l'analyse en temps réel, puis l'intelligence artificielle et
l'apprentissage automatique deviennent énormes. L'utilisation de l'automatisation par des
analyses en temps réel et prédictives pour offrir la meilleure expérience client à toutes les étapes
d'un voyage continu est une possibilité réelle pour les opérateurs.

L'adoption généralisée des technologies Internet, sociales et mobiles a fait passer le pouvoir
du producteur au consommateur. Dans cette nouvelle «techonomie», le consommateur de plus en
plus sophistiqué et toujours connecté pour recevoir davantage des biens. Il exige la
personnalisation, la pertinence, la commodité, la simplicité et la proximité. Pour rester
compétitif, les entreprises ont besoin d'une nouvelle approche pour inspirer et engager les
consommateurs, conduire la conversion et exécuter le service à la clientèle.

En fait, la révolution numérique est difficile à saisir, va plus vite que toute révolution
technologique antérieure et donne des nombreuses opportunités pour les entreprises. La
révolution actuelle de la technologie entraîne également des véritables écarts de performance
numérique pour de nombreuses économies. L'externalisation et la délocalisation ont contribué à

59
Chapitre I: L’économie numérique : Le changement

ces phénomènes, mais nous devons garder à l'esprit que la vague récente de la mondialisation
dépend elle-même des progrès des technologies de l'information et de la communication. Les
faits fondamentaux sont que nous vivons dans un monde toujours plus numérique et
interconnecté, et les avantages de cette poussée technologique ont été très inégaux.

L'écart de performance numérique est un grand sujet d'actualité: les consommateurs sont en
avance sur des nombreuses entreprises en termes de sensibilité numérique et sont en ligne toute
la journée et constamment en contact avec le réseau social et professionnel. Confrontés à des
budgets d'investissement qui sont en réaction avec le ralentissement économique, les entreprises
voient un nombre croissant d'innovations qui doivent se produire pour suivre l'accélération du
changement numérique. Pour des nombreuses entreprises traditionnelles, rester en phase avec la
réalité actuelle est une tâche irréalisable. Les contraintes imposées par les structures, les
capacités, les processus et la technologie traditionnels semblent souvent trop grandes pour être
surmontées.

60
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Chapitre II : L’impact de la révolution


numérique

61
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Introduction :
La grande expansion des technologies de l'information et de la communication qui a eu
lieu au cours de la dernière décennie a ouvert la voie à une nouvelle ère dans des nombreuses
régions économiques. Les TIC offrent des moyens rapides, peu coûteux et facilitent la
communication. L'adoption de ces technologies (internet, téléphonie mobile et les réseaux à
large bande) dans des nombreux pays développés a eu un effet positif sur la performance de
l'organisation. Mais tous les pays profitent de ce genre de révolution à rythme différent. Selon la
Banque mondiale (2006), «les entreprises qui utilisent les TIC croissent plus vite, investissent
davantage et sont plus productives et rentables que celles qui ne le font pas ».

Le développement de la technologie de l'information et de la communication a été


caractérisé par des progrès technologiques rapides qui ont fait baisser les prix des produits TIC
rapidement, en veillant à ce que la technologie puisse être appliquée dans toute l'économie à
faible coût.

Dans de nombreux cas, la baisse des prix provoqués par les progrès technologiques et la
pression à l'innovation constante ont été soutenus par un cycle constant de marchandisation qui a
touché un grand nombre de technologies clés qui ont conduit à la croissance de l'économie
numérique. Comme les produits deviennent de succès et d'atteindre un plus grand marché, leurs
caractéristiques ont tendance à se solidifier, ce qui rend plus difficile pour les producteurs
originaux de changer facilement ces fonctionnalités.

Erik Brynjolfsson et le Andrew McAfee, dans leur livre « Course contre la Machine »
posent les questions : comment la révolution numérique accélère l'innovation, la productivité de
conduite, et transforme irréversiblement l'emploi et l’économie. Dans le livre, ils posent les
questions pertinentes de la nouvelle initiative traitée, comme suit:

➢ Productivité, emploi, et inégalité : Comment pouvons-nous accélérer la transformation


des institutions, des organisations et des compétences humaines pour suivre le rythme de
l'innovation numérique?

➢ Nouveaux modèles de gestion numérique : Quels nouveaux modèles d’organisation sont


rendus possibles par la numérisation et comment les entrepreneurs peuvent le mettre en
œuvre plus rapidement de façon à créer des avantages généralisés?

62
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

➢ Big Data : Comment pouvons-nous exploiter efficacement un grand nombre des données.
Les données sont maintenant disponibles en temps réel pour répondre à des nombreuses
questions et identifier des nouvelles opportunités?

➢ Education dans l'économie numérique : est ce que l’enseignement et la formation peuvent


être rendus plus efficace en adoptant une approche numérique?

➢ Technologie et Innovation : Quelles sont les technologies et les innovations qui


conduiront nos économies à l'avenir?

➢ Impact de l'automatisation sur l'Economie et la société : Quels nouveaux emplois et


nouvelles compétences seront nécessaires pour répondre à la numérisation de
l’économie ?

➢ L'économie de l'information : Comment les économies des industries numériques


diffèrent des économies traditionnelles? Quels sont les nouveaux modèles d'affaires qui
sont possibles? Quelles sont les implications pour la concurrence, l'innovation, et le bien-
être des consommateurs? Quelles seront les règles qui maximisent le bien-être et quel est
le rôle approprié du gouvernement et d'autres institutions?

De ce fait, nous citons l’impact de la révolution numérique sur la productivité des


entreprises où on discutera le paradoxe de Solow. Ensuite, on va s’intéresser aux changements
qui ont subi l’emploi ainsi que celle qui infecte le marché à l’ère de l’économie numérique.
Enfin, on va étudier les changements que l’organisation de l’entreprise a subis dans le monde
de l’adoption des TIC.

I- L’évolution de la technologie numérique et le chemin de


croissance de la productivité
I-1- La révolution de l'ordinateur et le paradoxe de la productivité :
Au cours des dernières années, les ordinateurs sont transformés en de simples machines
spécialisées et limitées au traitement de l'information et de communication en des outils
polyvalents. Alors qu'autre fois les ordinateurs étaient des grandes machines entourées
d'équipements périphériques et entretenu par des techniciens travaillant dans un centre climatisé
et construit spécialement, aujourd'hui les équipements informatiques peuvent être trouvés sur les
postes de travail, sur les bureaux des secrétaires et dans les usines, souvent aux côtés de
63
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

l'équipement de télécommunication qui relie les bureaux à domicile aux fournisseurs et aux
clients.

Le paradoxe de Solow a suscité la polémique au sein de la communauté universitaire


pendant 30 ans (Greenan et L'Horty 2002); certains auteurs ont affirmé qu'il avait été réglé au
moment de la bulle Internet et la brève poussée d'intérêt dans l'e-économie au début du
millénaire (Karsenti 2000), mais l'évolution prouve le contraire quand il est devenu clair que ce
résultat très spécifique de forte la croissance dans le secteur des TIC aux États-Unis dans la
seconde moitié des années 1990 n'a pas été reproduit en Europe ou au Japon (Askénazy et
Gianella 2002).

En effet, au cours de cette évolution, des ordinateurs et des réseaux les ordinateurs sont
devenus une partie intégrante des opérations de recherche et de conception.
La plupart des entreprises considèrent l’ordinateur de plus en plus comme un outil essentiel de
soutien dans la prise de décision et le contrôle. En outre, au cours des deux dernières décennies,
les microprocesseurs et les ordinateurs ont échappé à leur simple usage de traitement des
informations à la prise des décisions ce qui lance cette technologie dans un nouveau territoire.

À première vue, il semble impossible que l'on puisse affirmer que la technologie de
l'information a été inefficace dans l'économie des Etats-Unis. Au cours des 25 dernières années,
la microélectronique a révolutionné des nombreux produits et services, la façon dont les
marchandises sont produites, et les styles de vie des consommateurs. Les progrès de la médecine,
de la tomographie axiale informatisée, des scanners à l'équipement de laboratoire ordinaire, sont
totalement dépendants de la microélectronique. La disponibilité des machines automatiques de
billets (DAB) et la capacité d'envoyer des milliers de documents en secondes également
témoigner de l'impact de la micro-électronique.

En dépit de nombreux autres exemples de la puissance de l'informatique, un nombre


croissant de la recherche scientifique indique que la révolution de l'information a échoué à livrer
sur un point important. Cela est, pour toutes ses réalisations au cours du dernier quart de siècle, il
n'a pas amélioré la productivité de l'économie des Etats-Unis ou des entreprises américaines.

Bien que cette nouvelle technologie ne soit pas utilisée partout dans la même mesure, les
modifications qui lui sont attribuées sont considérables. Ceux-ci comprennent de nouveaux
modes d'organisation de travail et la productivité des travailleurs, la création d'emplois, les
bénéfices et les pertes d'entreprise et finalement les perspectives nationales de croissance

64
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

économique, la sécurité, et la qualité de vie. C’est au milieu de la «révolution ordinateur


personnel (PC)» que les préoccupations croissantes au sujet de l'absence d'un clair lien entre les
progrès dans les technologies de l'information numérique et la productivité de l'économie en
général est cristallisée autour de la perception des États-Unis, ainsi que d'autres économies
industrielles avancées, a été confronté à un inquiétant «Paradoxe de la productivité ».

En fait, la révolution de l'ordinateur, semblait avoir été un grand succès. Améliorations


initiales dans l'électronique a déclenché une vague innovation et les ordinateurs diffusés
rapidement à travers une vaste gamme d'industries. Aujourd'hui, les ordinateurs sont des
éléments indispensables à toutes sortes d'entreprises, de sociétés multinationales à l'épicerie
maman-et-pop. En outre, il y a eu des améliorations spectaculaires de la productivité de la
technologie de base. Microprocesseurs continuent d'apporter des améliorations à la puissance de
traitement par dollar pour les unités centrales de traitement de l'ordre de 20 pour cent par an.
Presque tout le monde attend la prochaine étape à une nette amélioration de la productivité
dans le large éventail d'industries qui ont adopté des ordinateurs. La nécessité d'une telle percée
de la productivité était aiguë: Depuis la fin des années 1960, la productivité des usines
américaines, les industries de services, et des bureaux avaient été quasi-stagnation, tandis que
celles des concurrents économiques internationales du pays avaient augmenté. Les entreprises
aux États-Unis ont perdu des parts de marché, en partie à cause de leur structure de coût plus
élevé (National Academy of Engineering, 1988).

Les promesses faites pour les TIC étaient généralement centrée sur le gain de productivité.
Les fournisseurs de la technologie ont assuré aux acheteurs que la technologie augmenterait la
productivité en exigeant moins de travailleurs pour effectuer une quantité donnée de travail ou en
permettant de main-d'œuvre qualifiée coûteuse à être remplacée par une main-d’œuvre semi-
qualifiée.

L’industrie américaine a cru les promesses. Les niveaux d'investissement dans les TI ont été
stupéfiants. Durant l’année 1990, les entreprises américaines ont investi environ 61 milliards $
dans le matériel, environ 18 milliards $ dans le logiciel acheté, et environ 75 milliards $ dans le
traitement des données et des services informatiques (Département américain du Commerce,
1991). (Ces montants excluent les investissements dans les télécommunications en soi, au-delà
des ordinateurs). Au sein d'une société américaine aujourd'hui, les TIC représentent souvent un
quart ou plus du capital-actions de l'entreprise, ainsi que la valeur totale de ses équipements
(Roach, 1988b, 1991).

65
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Plusieurs chercheurs ont tenté de mesurer les avantages de la technologie informatique dans
l'économie des Etats-Unis de façon systématique mais ils ont été incapables de trouver des
améliorations de la productivité globale en raison de l'informatisation. Certains ont utilisé les
données du gouvernement sur la productivité de l'économie dans son ensemble. D'autres ont
recueilli des données sur des échantillons représentatifs des entreprises dans l'industrie et ils ont
trouvé peu ou pas de gain, même dans les industries qui ont investi lourdement dans
l'informatique, tels que les secteurs de la banque et de l'assurance.

Quelques chercheurs ont pu constater une contribution positive de l'informatique, mais


parfois d'une telle petite ampleur qu'elle souligne plutôt que contredit les préoccupations des
autres chercheurs en ce qui concerne la productivité. Ces résultats mènent à la croyance qu'il
existe un paradoxe de la productivité en ce qui concerne l'informatique.

Le lien entre l'informatisation et la productivité a été remis en question en 1987 par


l'économiste américain Robert Solow professeur d'institut au MIT et Prix Nobel des sciences
économiques, dans sa célèbre boutade maintenant désigné comme le paradoxe de Solow: «You
can see the computer age everywhere but in the productivity statistics. » C’est-à-dire qu’on peut
voir l'ère de l'informatique partout mais pas dans les statistiques de productivité. L'intention de
l'auteur était de mettre en évidence le fait que des gains de productivité (à savoir le taux
d'augmentation du rapport entre les entrées et les sorties d'une activité économique) ont présenté
une tendance à la baisse, en dépit de grande échelle et la poursuite des investissements dans
l'informatisation et de l'automatisation, alors que la théorie économique traditionnelle postule
que le progrès technique en soi rend le travail plus productif.
Presque du jour au lendemain ce commentaire a été élevé dans la conduite de miracle
économique de la fin du 20ème siècle. La divergence des opinions sur cette question qui a par la
suite émergé dans les sciences économiques. Les technologies des communications ont donné
lieu pendant la fin des années 90 à une « nouvelle économie » ou un « nouveau paradigme » de
comportement macro-économique.

Le défi est de comprendre la base du paradoxe de la productivité, de déterminer les


raisons pour lesquelles les investissements informatiques dans son ensemble n’ont pas
remboursé. Est-ce que l'investissement passé dans les mauvaises applications? Certaines
applications sont productives tandis que d'autres ne le sont pas? Y- a-t-il des contributions
positives sur la productivité de l'informatique qui sont décalées ou gaspillées par des dynamiques
psychologiques, sociologiques ou organisationnelles au sein des entreprises? Dans quelle mesure

66
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

la conception et les facteurs technologiques contribuent au paradoxe? Seulement quand on a une


compréhension de la dynamique de l'informatique et de la productivité au sein des organisations
économiques et répond à ces questions peut-il espérer inverser le paradoxe de la productivité et
de réaliser le potentiel de productivité de l'informatique.

I-2- Les raisons de paradoxe de productivité :


La remarque du Solow sur la productivité des TIC a attiré l'attention du public à ce que lui
et d'autres observateurs ont pris pour être une conjonction ironique de deux impressions
contradictoires au sujet de la vitesse d'avance technologique dans les pays occidentaux
industrialisés. D'une part, l'excitation dans la presse économique avait persisté depuis que Time
Magazine a déclaré l'ordinateur comme la «personne de l'année» en 1982. Avec le rythme rapide
et continu de l'innovation et de la croissance rapide des investissements dans les technologies
informatiques, l'industrie et les économistes universitaires étaient préoccupés non seulement par
les effets immédiats de l'ordinateur, mais par la convergence croissante des technologies de
télécommunication et de l'informatique.

En fait, l'économie la productivité du travail à l’USA avait été réduite de plus de la moitié
entre les périodes 1948-1966 et 1966-1989, de 3,11% à 1,23%. Cela était suffisant pour tirer le
taux de tendance séculaire pour toute la période de l'après-Seconde Guerre mondiale (1948-
1989) vers le bas à 2,05 pour cent par an, ce qui était sur le même rythme qui avait été maintenu
pendant le précédent demi-siècle. En d'autres termes, au cours de 1966-1989 la productivité du
travail a augmenté à un rythme lent.

Mais, encore plus troublant est la preuve que la hausse ralentie de la productivité du travail
reflète un effondrement du taux de productivité totale des facteurs (PTF) de croissance: le taux
de croissance de travail par heures est tombé à 0,66 par an au cours de 1966-1989 au USA. Ce
taux lent de croissance de productivité totale n'a pas été expérimenté dans l'économie
domestique privé des États-Unis pour une longue période. Des calculs ont été faits par
Abramovitz et David (1998) montrent que durant 1966-1989 le taux de croissance de la PTF
raffinée (ajustement des changements liés à la composition de qualité de travail et de capital) a
chuté à 0,04 % par an.

En effet, au début des années 90, beaucoup ont continué à soutenir que la «révolution de la
technologie de l'information» allait bientôt déclencher une renaissance, peu de soutien pour un
67
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

tel optimisme pourrait être trouvé dans la première vague d'études empiriques qui ont consulté
sur cette question. Certains n’ont vu aucune relation entre une plus grande utilisation des
ordinateurs et une plus grande productivité. autres ont indiqué que les dépenses lourdes sur les
équipements incorporant de nouvelles technologies de l'information semblent être associées à
une diminution de la productivité (, Roach (1987, 1988 , 1991), Loveman (1988), Morrison et
Berndt (1990)).

Pourtant, de nombreux économistes continuent de protester contre ce point de vue, et


ils n’ont pas manqué de scepticisme à l'égard du potentiel de nouvelles informations et
technologies de communication pour fournir une hausse de la croissance de la productivité.
Selon Alan Blinder et Richard Quandt (1997: 14-15), même si la technologie de l'information a
le potentiel d'augmenter le taux de croissance du facteur total de la productivité (TFP) de
manière significative sur le long terme, ce qui est incertain.

I-3- Les épreuves de paradoxe de productivité :


Les études qui suggèrent un manque ou une absence de gain de productivité de
l'informatique sont de trois types, dont chacune implique un niveau différent d'agrégation et une
unité d'analyse différente.

➢ Le premier type analyse les niveaux de productivité et des investissements


informatiques dans un secteur économique, comme secteur de services, pour une
période de plusieurs années. L'augmentation des investissements en TIC au fil du
temps seront pris en compte dans l'amélioration de la rentabilité ou de la
productivité sectorielle au fil du temps (mais avec des retards).

➢ Un second type compare les investissements TIC dans plusieurs industries. L'attente
est que ces industries avec une plus grande pénétration des TIC montreront une plus
grande augmentation de la productivité au fil du temps. Si aucune relation entre
l'intensité de l'information et le changement de la productivité n’est pas trouvée, il y
a une preuve qu'il est inefficace en termes d'augmentation de la productivité.

➢ Un troisième type se concentre sur des échantillons représentatifs d'entreprises au


sein d'une industrie et examine si ces entreprises avec des niveaux plus élevés
d'investissement en TIC ont une plus grande productivité ou de rentabilité

68
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

(déduction faite des autres facteurs) que les entreprises similaires avec moins de
TIC. En contrôlant spécifiquement des différences de taille, la capitalisation, et
d'autres déterminants plausibles de la productivité, ce genre d'étude isole la
contribution des investissements en TIC à l'augmentation de la productivité.

A titre d’exemple, face à la preuve sectorielle que l'augmentation des dépenses sur les TIC
au fil du temps a coïncidée avec la productivité stagnante, Bowen (1986) a suggéré que, sans le
niveau actuellement élevé des investissements en TIC, la tendance de la productivité aurait pu
être encore plus sombre. Ceci est une réplique parfaitement tenable à des études sectorielles,
mais il ne parvient pas à expliquer pourquoi dans les études interindustrielles, les industries ayant
des niveaux plus élevés d'investissement en TIC ont tendance à avoir des niveaux inférieurs de
l'amélioration de la productivité que les industries avec beaucoup moins d'investissements en
TIC, ou pourquoi dans plusieurs études d'entreprises dans l'industrie, les entreprises TIC-
intensifs ne remplissent mieux que les entreprises à faible TIC.

Il est donc utile de revoir les principaux arguments avancés par opposition à un lien de
causalité entre l'innovation technologique et une productivité accrue, avec en vue de déterminer
la mesure dans laquelle les termes de cette controverse sont modifiés par l'émergence de
l'économie numérique.

✓ Le véritable impact des technologies de l'information et de la communication sur


la productivité ne se révèle que dans le long terme, de nombreuses années après la
première l'investissement et le stade expérimental au cours de laquelle le potentiel de ces
technologies est reconnu. Le paradoxe de Solow reflète l'écart entre
la croissance exponentielle de la performance technologique, d'une part, et le
rythme plus lent au cours de laquelle les innovations sont adoptées et appropriées par les
entreprises et d'autres organisations.

✓ Le paradoxe de Solow présente la plupart des problèmes en ce qui concerne l'affirmation


selon laquelle «Vous pouvez voir l'ère de l'informatique partout ». Informatisation - ainsi
que l'adoption de l'Internet et la nouvelle génération de technologies numériques - a un
inégal taux d’adoption, avec des entreprises différentes considérablement selon leur
taille, leu situation géographique, leur secteur industriel, etc. Si nous suivons les termes
du paradoxe, une technologie doit être «partout» avant son impact sur la productivité peut
être évaluée.

69
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

✓ Les évaluations de l'impact des technologies de l'information et de la communauté sur


la productivité sont nécessairement problématiques ou mal exécutée parce les indicateurs
économiques et les systèmes nationaux de comptabilité ne sont pas conçus pour capturer
la valeur des biens et services immatériels. Comment un indicateur tel que le PIB mesure
l'importance stratégique des biens et services dans l’économie numérique qui ont un ou
quasi zéro coût marginal? Selon Brynjolfsson et McAfee (2015), la croissance des
indicateurs de mesure traditionnelle et de la productivité avec une machine a remonté
avec le temps.

✓ Les gains de productivité sont le corollaire des changements organisationnels facilités par
les innovations technologiques plutôt que les technologies elles-mêmes, et ne seront
atteints que par les entreprises qui adoptent des nouvelles formes d'organisation du travail
en même temps que les nouvelles technologies (Askénazy et Gianella 2002).

En fait la situation dans les entreprises peuvent varier considérablement en fonction de


l'intensité et l'efficacité avec lesquelles les changements organisationnels ont été mis en œuvre,
et l'importance de ces changements ont été mis en évidence non seulement par les économistes,
mais aussi par des chercheurs travaillant dans le domaine des sciences sociales et de gestion
(Vendramin et Valenduc 2002; Orlikowski 2010). Brynjolfsson et McAfee (2015) reconnaissent
également que le changement organisationnel est un précurseur essentiel pour libérer le potentiel
des technologies numériques, même si elles omettent des détails de ce que les changements ou
des stratégies de changement organisationnel devrait rassembler.

A défaut de tenir compte de la diversité des changements organisationnels au sein des


entreprises et la nature complexe des processus de rattrapage pour les innovations est l'un
des principaux défauts de l'étude par Frey et Osborne (2013), qui prétendent que la nouvelle
génération de technologies numériques va conduire à la disparition d'un grand nombre d’emplois
d'aujourd'hui.

I-4- Les réponses aux paradoxes :


La première réaction au paradoxe de la productivité a été d'essayer d'expliquer pourquoi il
pourrait exister. Ces explications ont été résumées par Eric Brynjolfsson (1993) en quatre
catégories:

70
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

1. Des erreurs de mesure du capital informatique en raison de prix et de qualité des


changements rapides, et l'échec de l'économie statistique visant à mesurer les
améliorations qualitatives dans la production des industries de services.
2. Décalage dans le temps, un argument avancé par Paul David (1990), qui a dit qu’il
n’aura pas un impact mesurable sur la productivité jusqu'à ce qu'elle atteigne une
masse critique de la diffusion et de l'expérience.
3. La gestion pratique, qui n'a pas encore évolué pour tirer parti du potentiel de la
technologie.
4. La redistribution, à savoir, il pourrait aider les entreprises individuelles par rapport
aux concurrents, mais pas augmenter la productivité dans l'ensemble de l'économie.

Une autre réaction est de développer des modèles plus sophistiqués pour démêler la
relation entre l'informatique et la productivité. Des études au début des années 1990 par
Brynjolfsson et Loren Hitt (1993), et par Frank Lichtenberg (1993), ont trouvé des preuves qui
réfutent le paradoxe de la productivité au niveau de l'entreprise, montrant que l'investissement en
TIC était fortement corrélé à des niveaux plus élevés de sortie. Au niveau des pays, une étude
réalisée par Kraemer et Dedrick (1994) des pays d'Asie-Pacifique a montré une relation
significative entre les dépenses en TIC et la croissance du PIB. Ces études ont été suivies par des
études supplémentaires au niveau de l'entreprise et du pays, tel que résumé dans le tableau 1.

71
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Tableau1 : résumé des études sur les TIC et la productivité

Etudes Donnés Résultats


Lichtenberg, 1995 Les entreprises américaines Un employé IS peut être
1988-1991 substitué pour six non-IS
employés sans affecter la
production.
Hitt et Brynjolfsson, 600+ grandes entreprises Les entreprises qui adoptent
1997; Brynjolfsson américaines, l'informatique et les
et Hitt, 1997 1987-1994 organisations décentralisées
sont 5% plus productifs que
ceux qui adoptent un seul
Brynjolfsson et 1000 entreprises américaines, La valeur de marché de 1 $
Yang, 1998 1987-1994 du capital des TIC est le
même que 10 $ de autre
stock de capital.
Tallon, Kraemer, 150 entreprises, 1998-1999 Grand alignement des TIC
Gurbaxani, 2000 avec les résultats de la
stratégie d'entreprise en plus
de retombées informatiques.
Ramirez, 2001 200+ entreprises l'utilisation d’entreprise de la
américaines, 1998 participation des employés,
TQM et engineering
améliore IT retourne.
Oliner et Sichel, États-Unis, 1991-1995 et TIC comptes de capital pour
2000 1996-1999 environ 2/3 de l'accélération
de la croissance de la
productivité après 1995

Les études au niveau de l'entreprise ont confirmé que l'investissement en TIC a été corrélé
avec une meilleure performance, au moins pour les entreprises relativement importantes qui ont
été inclues dans la plupart des études. Ils montrent également que les entreprises avec les
organisations décentralisées réalisent beaucoup mieux de performance que ceux des
organisations centralisées.

Au niveau des pays, la plupart des études sont arrivés à la conclusion intéressante que les
pays industrialisés riches ont montré une relation positive et significative entre TIC et de la
productivité, mais qu'il n'y avait aucune preuve d'une telle relation pour les pays en
développement.

Dewan et Kraemer (1998) ont émis l'hypothèse que cet écart est dû aux faibles niveaux des
'investissements TIC par rapport au PIB dans les pays en développement, et de l'absence

72
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

d'infrastructures nécessaires et de l'expérience pour soutenir l'utilisation efficace des TIC


(Renouant avec le temps l'argument de retard de David).

Le dernier élément du paradoxe de la productivité semble être mis au repos lorsque


l'économie américaine a connu une augmentation de la croissance de la productivité à la fin des
années 1990, près de revenir aux niveaux des années 1950 et 1960, et de soutenir un taux de
croissance économique non inflationniste qui avait été considéré comme impossible quelques
années plus tôt. Le calendrier de cette reprise, venant d'environ 40 ans après l'introduction de
l'informatique dans les entreprises et 20 ans après l'invention du PC, soutenue par l'argument de
David pour un laps de temps relativement long entre l'introduction d'une technologie et de son
impact sur la productivité.

Les économistes le plus optimistes déclarent l'émergence d'une nouvelle économie, où la


productivité TIC-conduit (et d'autres facteurs tels que la mondialisation) conduirait à une longue
période de prospérité sans inflation. Cependant, à la fin de l’année 2000 l'effondrement du
marché NASDAQ fondé sur la technologie et un ralentissement de l’économie américaine a fait
sortir les pessimistes qui ont dit que la nouvelle économie était un peu plus d'un bref bulle.

La résurgence de la productivité de la fin des années 1990 a soulevé deux nouvelles


questions: Combien de résurgence pourrait être attribuée à l'utilisation des TIC? Les gains
durables, ou sont-ils un court phénomène à long terme? Ces questions ont conduit à de nouvelles
études qui tentent de mesurer le rapport importance de l'informatique dans les gains de
productivité de fin des années 90, et de prévoir la tenue de ces gains.

La plupart de ces études sont venues à des conclusions optimistes sur ces deux questions,
comme les économistes tels que Dale Jorgenson et Tim Bresnahan, et les sceptiques même
précédents tels que Martin Baily et Daniel Sichel sont venus à la conclusion que les gains de TI
étaient réels et probablement durables même à travers un ralentissement économique.

I-5- Un nouveau Paradoxe :


Revenant sur les diverses études sur l'informatique et de la productivité, un nouveau
paradoxe semble avoir émergé. Les cadres de l'industrie informatique se demandent pourquoi les
dirigeants d'entreprise n'investissent beaucoup plus dans l'informatique qu'ils ne le font déjà,
étant donné que le rendement des TIC est grand et reconnu par les économistes et les décideurs
distingués aussi bien.

73
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Plusieurs études 27 soutiennent qu'il y a effectivement un énorme sous-investissement en


informatique à la fois au niveau de l'entreprise et du pays. Il suggère que les gestionnaires et les
investisseurs peuvent encore agir de façon irrationnelle, dans ce cas, en dépensant trop peu sur
l'informatique et qui précèdent ainsi les investissements très rentables. Si cela est vrai, la théorie
économique est à nouveau en difficulté, et les conseils d’administrateurs devraient être
limogeage des équipes de gestion en masse pour ne pas tirer profit d'une telle opportunité.

Ainsi, il devrait y avoir une certaine hésitation à traduire les élasticités dans une
production fonctionnée dans différents taux de retour sur investissement. Même si on est prêt à
prendre ce saut, d'autres facteurs entrent en jeu. Tout d'abord, les taux élevés d’amortissements
des investissements en TIC signifient que les retours nets sur l’investissement sont beaucoup
plus bas, et en tenant compte des écarts types importants dans les résultats de nombreuses études,
il est possible que les rendements nets des investissements informatiques soient en ligne avec les
investissements non-TIC. En second lieu, les risques liés à des investissements informatiques
peuvent être plus grands que les non-investissements informatiques, en raison de la rapidité des
changements technologiques, le temps fréquent et les dépassements de coûts et des échecs
retentissants et occasionnels des projets TIC. Ces risques sont vivement ressentis par les
gestionnaires dont les emplois peuvent être en jeu dans le cas d'un échec très médiatisé.

II-Evolution du marché numérique :


Les dernières années ont vu une explosion de la croissance du commerce électronique
et de marchés de l’Internet comme des alternatives ou compléments aux marchés traditionnels
de vente au détail (McQuivey et al., 1998). Les consommateurs peuvent maintenant aller à la
boutique en ligne et la comparaison entre les fournisseurs se fait avec beaucoup moins d'effort
que dans le monde physique. La vision économique traditionnelle suggère que, par conséquent,
l'Internet devrait réduire les coûts de recherche pour les consommateurs et réduire les prix et
rendre les marchés plus compétitifs.

Cependant, plusieurs études ont généralement trouvé une grande dispersion des prix en
ligne et des prix soit légèrement plus bas ou en fait plus élevé que leurs contreparties (Lee
(1997), Bailey (1998), Brynjolfsson et Smith (1999))28. Dans la mesure où il y a une sagesse

27
Brynjolfsson et autres (y compris une nouvelle étude de CRITO par Plice, 2001),
28
Les travaux de Lee (1997) sur les voitures et Bailey (1998) sur les livres, les CD et les logiciels donnent
à penser que les prix étaient effectivement plus en ligne que dans les magasins de détail. Des travaux plus
récents par Brynjolfsson et Smith (1999) sur les livres et les CD et par Clay et al. (2000) sur les livres a
74
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

conventionnelle dans une telle nouvelle zone, il est évident que l'Internet peut accroitre la
différenciation des produits et la discrimination des prix (Bakos (1997; 1998)).Cependant, en
raison de la contrainte de données, on sait peu sur l'impact de l'Internet sur les prix hors ligne. Au
lieu de cela, la plupart des papiers prennent des prix hors ligne comme exogène.

II-1- L’efficacité sur le marché numérique:


II-1-1- Le niveau de prix :
Dans les modèles économiques classiques de la protection sociale, sur les marchés de détail
où les vendeurs fixent les prix, l'efficacité se produit lorsque les prix fixés sont égaux aux coûts
marginaux des détaillants. C'est l'efficace résultat parce que l'évaluation au-dessus du coût
marginal exclut le désir des consommateurs qui apprécient le produit à un niveau entre le prix et
le coût marginal.

Un certain nombre d'économistes ont affirmé que les marchés numériques devraient être
plus efficaces que les marchés conventionnels à cause de plus faible coûts de recherche qui
conduisent à une réduction des asymétries d'information. La théorie économique prédit que les
coûts de recherche de haute consommation conduisent à des prix supérieurs au coût marginal en
équilibre (voir, par exemple, Hotelling 1929 ou Salop 1979). Si les marchés électroniques
permettent aux consommateurs de déterminer les prix de détails et offrent des produits plus
facilement, leurs coûts faibles de recherche devraient conduire à des prix plus bas pour des
produits différenciés (Bakos, 1997).

En théorie, des structures plus avantageuses des coûts de transaction devraient également
contribuer à réduire les niveaux de prix dans les marchés numériques de plusieurs façons.
Premièrement, les coûts bas d'entrée sur le marché devraient limiter le prix que les participants
du marché existants peuvent soutenir en augmentant la concurrence réelle ou potentielle
(Milgrom et Roberts, 1982). Deuxièmement, les structures de coûts favorables devraient
conduire à l'équilibre inférieur des niveaux de prix à long terme en diminuant le coût sous-jacent
sur lesquels les prix sont fondés.

Lee (1997), dans une des premières études de l'évaluation de marché numérique, a comparé
les prix de vente aux enchères électronique et sur le marché classique pour les voitures
d'occasion vendues à partir de 1986 à 1995. Il a constaté que les prix sur les marchés

trouvé prix identique ou inférieur en ligne, mais que la dispersion des prix en ligne est assez élevé, peut-
être plus que dans les magasins de vente au détail.
75
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

électroniques étaient plus élevés que les prix sur les marchés classiques et cette différence des
prix semblent augmenter au fil du temps. Au premier regard, ceci semble être une contradiction
avec l’hypothèse d'efficacité. Mais il y a deux aspects de l'étude qui sont importants pour
souligner : d'abord, c'était un marché de vente aux enchères, et les caractéristiques des marchés
de vente aux enchères diffèrent de ceux des marchés au détail. Ainsi, les prix plus élevés peuvent
être un signal d'une plus grande efficacité dans une vente aux enchères. Deuxièmement,
Lee(1997) a été incapable de contrôler les différences systématiques entre les voitures vendues
dans les deux marchés. Plus précisément, les voitures vendues sur les marchés électroniques
étaient, en général, plus récentes que les voitures vendues dans les marchés traditionnels et les
voitures du marché numérique sont passées par un processus d'inspection préventif
supplémentaire qui n'a pas été utilisé sur les marchés conventionnels.

De même, Bailey (1998a, b) propose un test plus direct de l'hypothèse de l'efficacité, en


comparant les prix des livres, des CD et des logiciels vendus sur Internet et par les voies
classiques en 1996 et 1997. Comme Lee, Bailey a trouvé des prix plus élevés dans le canal
électronique pour chaque catégorie de produits, même si, dans cette étude, les produits physiques
étaient entièrement homogènes et ont été appariés à travers les circuits.

Dans une étude connexe, Brynjolfsson et Smith (2000) ont examiné les prix des livres et
des CD vendus par Internet et classique chaînes en 1998 et 1992. Contrairement à Bailey, ils ont
constaté que les prix sont de 9 à 16% de moins sur l’Internet que dans le circuit classique. Les
différences dans les méthodes utilisées dans les deux études (y compris les détails, les produits,
et la période de temps) empêchent une comparaison directe des résultats, mais possible
explication de ces différences est que les marchés de l'Internet sont devenus plus efficace entre
1996 et 1999.

Brown et Goolsbee (2002) ont effectué une étude empirique en utilisant les données de
marché de l'assurance, en se concentrant sur la variation des prix due à des consommateurs
différents par intensités d'utilisation d'Internet. Il se trouve qu'une augmentation de 10% dans
l’utilisation d’Internet par les consommateurs provoque une diminution du prix jusqu'à de 5%.

Zettelmeyer et al. (2003) ont donné la preuve que l'usage des consommateurs des services
de référence sur Internet fait baisser les prix d'achat dans l’industrie d’automobile en détail. Ils
constatent que l'utilisation d'un grand ensemble des données des prix de transaction pour les
voitures neuves et les données de référence d’Autobytel.com, que l'utilisation des sites de
comparaison réduit le prix payé par les consommateurs d'environ 2,2%. Les auteurs estiment que
76
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

les gains pour les utilisateurs du Web sont au moins 240 millions $ par an. En particulier, ils
montrent que les consommateurs choisissent d'utiliser Autobytel.com sont ceux qui feraient mal
dans le canal traditionnel en termes de capacité de négociation, peut-être parce qu’ils ont un coût
personnel élevé pour la collecte d'informations. Ce groupe utilise de manière disproportionnée
Autobytel.com parce que ses membres sont ceux avec le plus à gagner en utilisant les marchés
électroniques. Dans un document d'accompagnement, Scott Morton et al. (2003) montrent que
15% des économies vient de faire un achat à un prix bas affilié au service Web.

Plusieurs études montrent que les prix en ligne sont inférieurs aux prix sur le marché réel
pour les mêmes produits, ce qui implique que l'efficacité du marché numérique est plus élevée.
Cependant, le niveau de prix n'est pas la seule mesure qui devrait être analysée en considérant
l'efficacité d'un marché numérique. Dans un autre document, Brynjolfsson et al. (2003) indiquent
que le gain de bien-être des consommateurs provenant de la variété des produits accrue des
librairies en ligne est dix fois plus grand que le gain de bien-être des consommateurs en
provenance de l’inhérente concurrence accrue. En fait, la durée limitée d'espace dans les points
de vente classiques contraint les types de produits qui peuvent être découverts, évalués et
facilement achetés par les consommateurs. Sur l'Internet, ces limitations sont absentes.
Brynjolfsson et al. (2003) affirment que les plus importants avantages de la vente sur Internet ne
sont pas pleinement reflétés dans les prix plus bas, mais sont plutôt la facilité d’accès des
consommateurs aux nouveaux biens et services.

II-1-2- L’élasticité des Prix :


L'élasticité-prix mesure la sensibilité de la demande des consommateurs et les
changements dans les prix. Pour les produits, l'élasticité-prix peut être un
signal important de l'efficacité du marché: dans les marchés efficaces, les consommateurs
sont plus sensibles aux petits changements de prix, au moins aussi longtemps que
des fournisseurs ou des produits de substitution existant. Pour les consommateurs d'Internet,
l’élasticité des prix élevés peuvent résulter de bas coûts de recherche ou des coûts de
commutation inférieure.

En effet, dans la littérature économique, plusieurs études ont porté sur les aspects de la
sensibilité aux prix dans les marchés d’Internet. Goolsbee (2000) a utilisé les données d’enquête
pour analyser la sensibilité des consommateurs à des taux d'imposition des ventes locales. Il a
trouvé une sensibilité élevée aux politiques fiscales locales: les consommateurs qui ont été
soumis à des taxes sur ventes locales élevées étaient beaucoup plus susceptibles d'acheter en

77
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

ligne (et probablement éviter de payer la taxe de vente locale). Alors que Goolsbee n'a pas
spécifiquement pris en compte la différance d'élasticité entre les entreprises de l'Internet, il fait le
point à un haut degré de sensibilité au prix entre le coût total d'un bien en ligne et le coût total
dans une prise traditionnelle.

Deux études empiriques ont analysé la sensibilité aux prix sous forme électronique
pour les produits différenciés. Degeratu, Rangaswamy, et Wu (1998) ont examiné l'épicerie
vendus par le biais classique et par les points de vente électroniques et ont constaté que la
sensibilité au prix était plus faible pour les acheteurs d'épicerie en ligne que pour les acheteurs
dans un monde réel.

Dans une étude connexe, Lynch et Ariely (2000) ont testé la sensibilité du client en
manipulant les caractéristiques d'achat dans une simulation marché électronique pour le vin. Ils
ont constaté que les consommateurs ont tendance de se concentrer sur le prix quand il y a peu
d'autres informations disponibles pour les différents produits.

En utilisant les données de marché des composantes de l’ordinateur, les résultats Ellison et
Ellison (2001) sont une confirmation frappante de l'hypothèse que la recherche de prix sur
Internet peut conduire à une demande très élastique. Ils estiment que l'entreprise fait face à une
demande d’élasticité de -50 pour cent plus bas que de bonne qualité (modules de mémoire pour
PC). Cette haute élasticité de la demande, la plus grande empiriquement estimée par les auteurs,
conduirait à un «Paradoxe de Bertrand». En effet, en utilisant la formule de Lerner, (P - MC) /
P = -1 / η, ces valeurs de élasticité de la demande implique un équilibre de mark-up entre 2,5%
et 4%, ce qui est assez bas pour empêcher les entreprises de couvrir leurs coûts d'exploitation
fixes.

Chevalier et Goolsbee (2003) comparent des produits spécifiques à Amazon.com et


Barnesandnoble.com et les données d'utilisation des ventes pour estimer l'élasticité propre et
l’élasticité croisée des prix pour les deux vendeurs. Ils montrent que Barnesandnoble.com fait
face à beaucoup plus forte concurrence sur Amazon.com qu’Amazon.com fait de
Barnesandnoble.com. Probablement en raison d'un effet de réputation, il se trouve que l'élasticité
de la demande au Barnesandnoble.com est plus élevée que sur Amazon.com.

Brynjolfsson et al. (2004) trouvent un résultat similaire sur le marché du livre en ligne,
montrant que les consommateurs ne choisissent pas toujours la meilleure offre disponible et que
le leader du marché est en face à une élasticité de la demande plus faible.

78
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Cependant, la sensibilité au prix sur l’Internet pourrait se révéler plus faible que chez les
entreprises traditionnelles. Plusieurs études sur la sensibilité aux prix dans le marché de
l'épicerie, en comparant la sensibilité des provisions de prix de vente dans les points de ligne et
conventionnelles, constater que la demande des acheteurs en ligne est moins sensible aux prix
que pour les autre acheteurs de briques et de mortier (Degeratu et al. 2000; Danaher et al., 2003;
Pozzi, 2008). Ce phénomène peut être dû à plusieurs facteurs (Pozzi 2008): les consommateurs
choisissent d'acheter en ligne la plupart du temps quand ils sont sous la pression du temps, ils
sont donc moins incités à expérimenter de nouveaux produits en premier lieu, il n'y a plus
d'incertitude en ce qui concerne les nouveaux vendeurs et marques lancées en ligne, l’interface et
les procédures de site rendent souvent plus facile de continuer à acheter des mêmes vendeurs
plutôt que de passer à des nouveaux.

II-1-3- Les Coûts de menu :


Les coûts de menu sont les coûts que les vendeurs doivent engager afin de changer leur
prix affiché. Ils jouent un rôle important dans l'efficacité globale d'un marché, car les coûts de
menu élevés peuvent conduire à la rigidité des prix (Smith et al. 1999). L'efficacité dans un
marché exige le prix d'équilibre pour correspondre à la demande et à l'offre. Les entreprises
devraient faire de façon optimale les ajustements de prix en réponse à l'évolution des conditions
d'approvisionnement et de la demande. Si les coûts de menu sont élevés et les ajustements de
prix à effectuer sont de petite taille, les entreprises seront moins prêts à faire ces changements. .
Dans un cadre classique, les coûts de menu se composent principalement du coût des produits
physiquement mis sur les tablettes (Levy et al. 1997). Dans un marché électronique, l'hypothèse
que les coûts doivent être inférieurs car ils sont constitués principalement des coûts de
changement de prix dans une base de données centrale.

En général, les entreprises ne feront pas un changement de prix que lorsque le


bénéfice du changement dépasse le coût. Si les coûts sont élevés, les vendeurs seront moins
disposés à faire des petits changements de prix et en tant que résultat sera moins en mesure
d'adapter à des petits changements dans l'offre et la demande. Pour cette raison, les coûts sont
importants pour une grande efficacité.

Des études empiriques suggèrent que les coûts plus bas en ligne que dans les voies
classiques. Bailey (1998a) a mesuré le nombre des changements de prix pour des entreprises qui
font des ventes par Internet et entreprises qui vendent leur produit par les voies traditionnelles. Il
a constaté que les vendeurs sur Internet font beaucoup plus des changements que les vendeurs

79
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

traditionnels et par conséquent les coûts sont plus faibles sur Internet que dans les magasins
traditionnels.

Brynjolfsson et Smith (2000) ont comparé la propension des entreprises à faire de petits
changements des prix et les types de changements qui pourraient être évitées par des coûts
importants. Ils ont constaté que les entreprises qui vendent sur Internet font des changements de
prix qui sont jusqu'à 100 fois plus petit que les plus petits changements de prix observés dans les
points de vente classiques.

II-2- La dispersion des prix et la concurrence dans le marché


numérique:
II-2- 1- Dispersion des prix:
Le modèle de Bertrand de la concurrence des prix représente l'extrême vue de l'efficacité
du marché. Il suppose que les produits sont parfaitement homogènes, les consommateurs sont
informés de tous les prix, et il y a entrée libre de marché, un grand nombre d'acheteurs et de
vendeurs, et zéro coûts de recherche. Ce paramètre donne la concurrence pure de prix: le vendeur
avec le prix le plus bas reçoit toutes les ventes, et par conséquent, tous les prix sont
conduits au coût marginal. Cependant, compte tenu des hypothèses Stark dans le Bertrand
modèle, il est peu surprenant que l'existence de prix de dispersion pour le même bien au même
temps soit l'une des découvertes les plus répliquées en économie (Pratt, Wise et Zeckhauser
1979; Dahlby et West 1986;Sorensen 2000).

La dispersion des prix est classiquement considérée comme le résultat des coûts de
recherche élevé (Burdett et Judd 1983; Stahl 1989, 1996) ou à partir des consommateurs qui
sont imparfaitement informés des prix (Salop et Stiglitz 1977, 1982; Varian 1980). Puisque les
coûts de recherche sont censés à être plus faibles dans les marchés de l'Internet (Bakos 1997) et
les consommateurs sont plus facilement au courant des prix, la dispersion des prix sur Internet
devrait être plus faible que dans les marchés traditionnels comparables.

D'une certaine manière, les données empiriques sur le marché numérique ne supportent pas
cette hypothèse. En fait, en utilisant les données de livres, de CD et de logiciels Internet
détaillants, Bailey (1998) montre que la dispersion des prix dans les marchés électroniques n’est
pas plus faible que dans les marchés classiques. De même, Brynjolfsson et Smith (2000)
découvrent que les différences de produits identiques de prix sont en moyenne, 5,98 $ (33%)
pour les livres et 4,45 $ (25%) pour les CD. Afin d'évaluer la dispersion des prix relatifs des
80
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

livres et des CD, les auteurs comparent les différentes mesures de la dispersion des prix et,
finalement, ils montrent que la dispersion des prix est plus élevée sur Internet que dans les
magasins classiques pour les livres, alors qu'il est plus faible pour les CD. Brynjolfsson et Smith
(2000) associent à la présence de différences de prix pour des produits identiques pour les
consommateurs qui attribuent d'importance à la marque. Les auteurs attribuent leurs résultats à
plusieurs facteurs, y compris immaturité du marché, de l'hétérogénéité des entreprises, la
confiance et la sensibilisation.

Johnson et al. (2004) ont analysé comment le comportement de recherche


en ligne change selon le type de consommateurs et de produits. Les auteurs mettent l'accent sur
le nombre des différents sites visités par les consommateurs avant d'acheter un bien. Il se trouve
que les consommateurs recherchent plus quand ils veulent acheter un Voyage qu'un livre ou un
CD. En particulier, le pourcentage de personnes qui visitent un seul site est de 70% pour les
livres et les CD, alors qu'il est de 36% pour les voyages. Les interprétations des auteurs de ce
résultat est que, puisque les consommateurs ont à supporter un coût pour la recherche en ligne,
ils seront plus disposés à entreprendre une recherche plus avantageuse en termes de prix plus
bas. Étant donné que les économies potentielles pour les livres et CD sont très limitées, les
consommateurs ne recherchent pas longtemps pour acheter ces marchandises. De même, ce
résultat est conforme aux résultats trouvés par Clay et al. (2001).

II-2- 2- Sources de la dispersion des prix sur les marchés électroniques :


L'existence d'une dispersion importante des prix sur les marchés numériques et sa
persistance au fil du temps soulève des questions importantes sur l'avenir de la concurrence en
marchés électronique. Il est alors fondamental de comprendre quelles sont les sources de ce
phénomène. La littérature économique a identifié les principales sources de dispersion des prix
suivants:

II-2- 2-1- Hétérogénéité du produit:

La source la plus évidente de la dispersion des prix en ligne est l’hétérogénéité des produits.
Si les produits comparés sont différents d'une certaine façon, alors il ne devrait pas être
surprenant que leurs prix sont différents. Même lorsque les produits sont physiquement
identiques, il pourrait avoir d'autres facteurs qui créent la différence. Par exemple, ils peuvent
être disponibles dans des endroits ou des périodes différentes. Il est facile d'étendre ce genre
d'argument aux biens qui sont accompagnés de différents niveaux de service à la clientèle,

81
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

la publicité, ou de la conscience même du client. Ce raisonnement peut suivre un long chemin,


mais il est généralement plus logique de prendre les conseils de George Stigler que «ce serait
métaphysique, et stérile, d'affirmer que toute dispersion est due à l'hétérogénéité » (Stigler 1961,
p. 214). Pour la plupart des buts, une approche raisonnable est de considérer l'hétérogénéité des
produits comme se rapportant uniquement à la tangibilité ou les caractéristiques essentielles du
produit.

Il est possible de contrôler ce type de produit hétérogène en utilisant des régressions


hédoniques (voir, par exemple, Chow 1967; Griliches 1961). Les modèles de régression
hédoniques supposent que les produits puissent être modélisés comme faisceaux (hétérogènes)
des caractéristiques (homogènes). Dans la régression des prix des produits sur les
caractéristiques des produits, les coefficients sur les caractéristiques du produit peuvent être
interprétées comme prix fictifs de cette caractéristique. Les prix fictifs révèlent comment le
marché valorise la caractéristique particulière. Par exemple, le prix d'un ordinateur peut être
exprimé en fonction de son mémoire, son microprocesseur, son stockage sur disque et d'autres
composantes (Dulberger 1989; Gordon, 1989).

Clemons, Hann et Hitt (1998) ont utilisé des régressions hédoniques pour contrôler les
sources d'hétérogénéité dans les billets d'avion: l’arrivée et les heures de départ, le nombre de
connexions, et le samedi soir. Même après avoir contrôlé pour ces sources de dispersion des prix,
ils ont constaté la dispersion des prix jusqu'à 20%.

Conformément à cette idée, les études empiriques Brynjolfsson et Smith (2000) et


Brynjolfsson et al. (2009), qui sont mentionnées ci-dessus, montrent que la cause fondamentale
de la dispersion des prix en ligne n’est pas la simple différenciation des produits.

II-2- 2-2- La valeur du temps :

Le confort d’achat peut également fournir une source de dispersion des prix sur les
marchés en ligne. L’information sur le produit utilisé pour évaluer les produits homogènes est
généralement séparée du produit physique. De même, une meilleure information sur un bien
homogène ne devrait pas donner un avantage stratégique. Il est possible, toutefois, que
l'information produit soit un outil stratégique utile en raison des coûts de recherche ou
d'importants coûts de changement sur les marchés de l'Internet. Les clients peuvent être attirés
vers un site en raison de son exceptionnelle information sur les produits, puis choisissez d'acheter

82
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

de ce site en raison des coûts élevés de recherche pour trouver la bonne (à un potentiel prix plus
bas) sur un autre site (Novak, Hoffman et Yung1998).

Plusieurs études récentes explorent la façon dont la conception de web peut influencer les
comportements d'achat des consommateurs. Mandel et Johnson (1998) ont montré que le fond
d'écran peut influer sur l'importance des attributs de produits et les choix des consommateurs
dans des environnements en ligne. De même, Menon et Kahn (1998) ont constaté que le
comportement d'achat sur Internet est influencé par les caractéristiques des produits rencontrés
au début d'une expérience d’achat. Plus précisément, les nouveaux produits conduisent à moins
d'exploration, une réponse inférieure à promotionnel incitations, et moins d'achats d'autres
produits nouveaux pendant le reste de l'expérience d’achat.

II-2-2-3- Marque, la confiance et la sensibilisation:

Les facteurs spécifiques tels que les entreprises non observées, la marque, la confiance et la
conscience ont une grande importance sur les marchés électroniques. La confiance peut prendre
une importance extraordinaire dans les marchés électroniques en raison de l'espace et
la séparation temporelle entre les acheteurs et les vendeurs imposés par l'Internet. Par
conséquent, une entreprise avec une bonne réputation est en mesure de facturer une prime,
générant ainsi la dispersion des prix. Smith et Brynjolfsson (2000) montrent que la position
dominante d’Amazon.com dans le livre Internet de vente au détail est due non seulement
au fait que tout le monde connaît Amazon.com, mais aussi au fait que les consommateurs ont
confiance en ce site. Ceci est la principale raison pour laquelle Amazon.com est en mesure de
facturer des prix qui sont 7-12% plus élevés que le vendeur le moins connu (Brynjolfsson et
Smith, 2000), la dispersion des prix de plus en plus dans le marché.

En outre la réputation acquiert un rôle particulièrement important dans le marché


électronique aussi parce que la technologie numérique permet aux consommateurs d'économiser
sur les coûts de recherche absolue, mais il augmente en fait les coûts de recherche relatifs, ainsi
relever les différences dans les coûts de recherche entre les différentes entreprises (Kauffman et
Walden, 2001). Plusieurs études empiriques confirment cette hypothèse comme les résultats
obtenus par Degeratu et al. (2000), Danaher et al. (2003) et Pozzi, (2008).Ces chercheurs ont
conclu que si une entreprise qui a acquis une bonne réputation ligne, les consommateurs qui
transigent avec cette entreprise rencontreront relativement des coûts de recherche inférieurs par
rapport à un nouvel entrant, qui n'a pas la réputation. Si cela est vrai, les consommateurs peuvent
décider de rester au vendeur en ligne déjà établi, même dans le cas où cette dernière aurait

83
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

pratiqué des prix plus élevés. Les résultats montrent que la volonté des consommateurs
d'expérimenter de nouveaux produits, changés de marque ou de vendeurs, en ligne est plus
faible que dans le commerce classique.

II-2- 2-4- Les coûts de commutation :

Les coûts de changement sont définis comme les coûts où les consommateurs doivent
supporter lorsqu'ils changent de marque ou de fournisseur. Les technologies d’Internet peuvent
avoir un double rôle à cet égard. D'une part, ils réduisent les coûts de commutation en diminuant
les coûts de recherche de nouveaux distributeurs et de nouvelles marques. D'autre part, ils
permettent aux entreprises de mettre en place beaucoup mieux adapté un «programme de
fidélité", grâce à l'observation des consommateurs de comportement en ligne (Varian 2000).

D'autres sources de coûts de commutation peuvent être représentées par la familiarité avec
le site Web d'une entreprise: de nombreux détaillants sur Internet développent différents
Interfaces pour verrouiller les consommateurs avec l'utilisation de leur site web et rendre le
passage à un autre site inconnu plus coûteux. Cependant, la source principale de l'effet lock-in
est la technique de personnalisation, qui augmente le coût d'opportunité que le client fait face
dans le passage à un nouveau vendeur. Un client qui avait un "un seul clic" commander compte à
un vendeur particulier peut faire face à des coûts de commutation pertinents au moment de
décider d'acheter ailleurs, en considérant que les gens sont réticents à donner leur numéro de
carte de crédit pour les raisons de sécurité. Cet exemple correspond extraordinairement au cas
Amazon.com: après la première acquisition, un client n'a pas à fournir Amazon.com avec son
numéro de carte de crédit et toutes ses données personnelles à nouveau, ainsi l'accès est facile
pour l'utilisation ultérieure de ses webstores.

II-3- La discrimination par les prix et la segmentation du marché :


Une autre explication plausible pour l'existence de la dispersion des prix dans les marchés
électroniques est l'utilisation de techniques de segmentation du marché par les entreprises en
ligne. Le commerce électronique offre aux entreprises la possibilité d'utiliser des nouvelles
technologies de personnalisation leur permettant d'exploiter l'information sur les consommateurs
individuels afin d'adapter les produits et les prix aux exigences individuelles. Shapiro et Varian
(1999, ch. 3) fournissent plusieurs exemples de la façon dont la discrimination des prix est
omniprésente dans l'économie numérique.

84
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Grâce aux technologies numériques, tels que le suivi des flux de clic, les cookies, les
abonnements à des sites web et des paiements en ligne que de stocker des clients des
informations, les entreprises sont en mesure de pratiquer la discrimination par les prix, à l'aide du
contrôle de version (versioning) et avec succès les stratégies de regroupement. Shapiro et
Varian (1999) montrent que la subordination de produits et de dégradation de la qualité, sous la
forme d'offrir des versions différentes du même bien, à savoir "versioning", représentent les
façons typiques de discriminer entre les acheteurs sur Internet.

Ulph et Vulkan (2000) montrent que plus le degré de personnalisation adoptée par les
entreprises, plus solide sera leurs incitations à adopter la première mesure de discrimination par
les prix, et donc, personnalisation de masse devient une stratégie dominante. Cette forme de
discrimination par les prix peut souvent être efficace et bénéfique pour le bien-être. Toutefois, il
peut aussi créer des distorsions de concurrence en augmentant la dispersion des prix.

L’information imparfaite et la rationalité limitée des consommateurs sont deux autres


sources de dispersion des prix sur l'Internet. Bakos (1997) soulève le point que l'augmentation
des consommateurs facilite à trouver leur propre vendeur préféré peut exercer non seulement une
pression à la baisse sur le niveau général des prix, mais aussi conférer à l’entreprise privilégiée
un certain pouvoir sur le marché pour hausser leurs prix.

Une étude par Lynch et Ariely (2000) confirme les prédictions théoriques présentées par
Bakos. Ils constatent que dans le marché du vin en ligne, les renseignements sur le produit
fournis aux clients augmentent leur fidélité à la marque, influencée, en effet, le degré de
concurrence des prix entre les producteurs. Comme illustré par Baye et Morgan (2004), la
rationalité limitée peut également jouer un rôle dans la stimulation de la dispersion des prix sur
l'Internet.

II-4- La concurrence sur le marché à l'ère du réseau :


L’e-commerce change la façon des entreprises de faire leurs affaires. Mais comme Hal R.
Varian a dit : « la technologie évolue, mais pas les lois économiques ». En dépit des
modifications apportées par e-commerce, bon nombre des principes fondamentaux de la
concurrence sera encore pertinente. En effet, trois aspects de la concurrence dans le commerce
électronique : le marketing, l'interconnexion et l'alignement des prix.

85
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

II-4-1- Le marketing :
La bonne information signifie offrir une gamme de produits de variations sur le même bien
sous-jacent. La gamme de produits est conçue de manière à faire appel à différents segments de
marché, la vente à un prix élevé à ceux qui ont une grande valeur pour le produit, et à un prix bas
à ceux qui apprécient moins. Versioning est une stratégie commune pour l'information
conventionnelle des biens. Les livres sont publiés d'abord en hardcover puis en livre de poche;
impatients, les utilisateurs de grande valeur achètent le livre relié, tandis que d'autres attendent le
livre de poche. Films sortent au cinéma d'abord, puis sont libérés six mois plus tard dans la vidéo
domestique. La flexibilité des médias numériques offre de nombreuses formes alternatives de
versioning. Shapiro et Varian (1998) identifient les types suivants:

➢ Retard: Vingt minutes retardée les cotations boursières sont donnés, tandis que
un flux en temps réel peut être coûteux.
➢ Interface utilisateur: La version professionnelle a un utilisateur d’interface élaboré
; de version populaire a une interface simple.
➢ Commodité: La version à bas prix est difficile à utiliser; celle au haut prix
est simple à utiliser.
➢ Résolution d'image: images basse résolution se vendent pour un prix $
➢ mais la haute résolution d’images se vend à un prix élevé.
➢ La vitesse de fonctionnement: La version à basse vitesse n’ est pas chère; la version à
grande vitesse est coûteuse.
➢ Souplesse d'utilisation: Un logiciel de gamme bas peut être utilisé que pour certaines
tâches, tandis que le produit haut gamme est plus souple.
➢ Capacité: La version professionnelle a plus de capacité et peut faire plus de choses que la
version basse gamme.
➢ Caractéristiques et fonctions: La version à haut gamme a plus de fonctionnalités
➢ Exhaustivité: une base de données haute gamme ou des informations pourraient être plus
complètes que la version bas gamme.
➢ Gêne: Le produit à bas gamme utilise "nagware", comme start-up des retards ou des
rappels, pour inciter le consommateur à passer à un plus la coûteuse version.
➢ Support technique: Le produit de bas gamme n'a pas de support technique; le produit à
haut gamme offre ce service.

86
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Une caractéristique notable de ces dimensions est qu'ils impliquent souvent le produit de
haute gamme (l'immédiat, Haute résolution, la version élaborée par l'utilisateur-interface) puis
dégrader de quelque façon à produire la version de bas gamme. Souvent il faut passer par le
traitement ou la programmation supplémentaire pour créer la version de basse gamme du
produit. Ceci, bien sûr, soulève des questions de politique publique. Si telle dégradation du
produit délibéré être autorisé? Du point de vue de l’analyse économique, les questions
essentielles sont la mesure de dégradation du produit et si la différenciation des prix augmente
ou diminue la taille du marché. La déclaration précise est la suivante: si la différenciation des
prix réduit la taille du marché, le bien-être diminue nécessairement. Inversement, si la
différenciation des prix augmente la taille du marché, le bien-être global peut facilement
augmenter (Varian, 1985).

II-4-2- Interconnexion :
Les économistes disent qu'il y a une externalité de réseau lorsque la valeur de bien dépend
du nombre d'autres personnes qui l'utilisent tels que le réseau téléphonique, le télécopieur réseau,
le réseau de courrier électronique ou l'Internet lui-même. Généralement, les consommateurs
aimeraient être connectés au plus grand réseau possible. Cela implique que s'il existe plusieurs
fournisseurs sur différents réseaux, il est très avantageux pour les consommateurs si elles
interconnectent. Dans les exemples ci-dessus, téléphones, fax et e-mail sont précieux
précisément parce qu'ils travaillent tous selon des normes communes et tout le monde peut
appeler, par fax ou par e-mail toute autre personne qui est connectée à un réseau. L'Internet est
précieux car il est construit sur une plate-forme commune de normes ouvertes qui permet
différents réseaux d'interconnecté.

Alors que l'interconnexion est généralement dans l'intérêt social, il ne peut pas être dans
l'intérêt privé. Il peut y avoir des cas où un grand titulaire estimerait qu'il est attrayant pour
éviter l'interconnexion avec les nouveaux entrants afin de préserver son pouvoir de marché.
Shapiro et Varian (1998) discutent de plusieurs exemples. Il est important de comprendre que si
la valeur du réseau augmente grâce à l'interconnexion, alors il devrait y avoir un moyen de
diviser cette augmentation de la valeur de manière à rendre tous les participants mieux lotis. Si la
tarte grossit, tout le monde peut obtenir un prix plus important. Cependant, la taille accrue du
gâteau signifie également que les menaces s’interconnectent et devenaient plus importantes.

87
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

II-4-3- Prix de la concurrence


Comme mentionné à la section précédente la concurrence des prix intense induirait les
marchands en ligne à rechercher des moyens d'accroître la fidélité des clients. On peut supposer
qu'ils aillent aussi essayer d'adopter des stratégies de fixation des prix qui réduise l'intensité de
la compétition. La comparaison des prix des agents basés sur le Web, parfois connue sous le
nom "Shopbots," ont été généralement considérés comme étant bénéfique pour les
consommateurs. Ce ne sont pas tout à fait évident, cependant, puisque les shopbots non
seulement permettent aux consommateurs d'accéder facilement aux prix des autres entreprises,
ils ont permis, également, aux entreprises elles-mêmes de surveiller les mouvements de prix.

Par exemple, supposons qu'il y ait deux entreprises dominantes dans un état donné de
l'industrie, A et B. A adopte la stratégie de prix suivant: chaque fois que B réduit son prix, A sera
immédiatement coupé son prix par la même quantité. Chaque fois que B augmente son prix, A
va lever immédiatement son prix du même montant. L’impact de cette politique sur la
concurrence des prix dépend de la vitesse "immédiatement" est si les consommateurs se
déplacent plus rapidement que les entreprises, alors le prix de coupe peut être avantageux à la
première coupe de prix, car le flot des consommateurs supplémentaires compense la réduction du
prix nécessaire pour leur attirer.

Mais si les entreprises se déplacent plus vite que les consommateurs, cela peut ne pas être le
cas. Supposons, par exemple, que l'entreprise B corresponde à la firme A ce changement de prix
avant que les consommateurs puissent y répondre. Dans ce cas, il n'y a pas inondation des
consommateurs de la réduction des prix, et les incitations à réduire le prix sont considérablement
réduites. Si les deux entreprises poursuivent le « price matching » stratégie, le prix d'équilibre est
le même que s'il y avait un seul monopoleur. Le seul contrôle sur cette dérive à la hausse des prix
provient de fournisseurs compétitifs tels que les commerçants locaux qui peuvent trouver qu'il
est difficile de modifier les prix si rapidement.

III-Economie numérique et Emploi:


III-1- La révolution technologique et la structure des salaires
L'inégalité des salaires et des écarts salariaux éducatifs ont élargi considérablement aux
cours des années 90. Cet élargissement de la structure salariale a coïncidé avec la rapide
informatisation du milieu de travail. Ainsi, il n'est pas surprenant que des nombreux analystes du
marché du travail ont essayé d'établir un lien de causalité entre l'inégalité des gains et
88
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

l’augmentations du taux de croissance de la demande relative de travailleurs plus qualifiés


entraînée par les changements technologiques et organisationnels associés à la révolution
d’informatique (Bound et Johnson, 1992; Krueger, 1993).

De telles déductions suivent une vénérable et fructueuse tradition remontant à Paul Douglas
(1926) et Jan Tinbergen (1975) de l'affichage de l'évolution de la structure des salaires comme
une fonction (au moins partiellement) sur une course entre le développement technologique et
progrès de l'éducation. Cette hypothèse implique que des améliorations dans l'accès aux études
postsecondaires et la formation professionnelle appropriée peuvent être nécessaires si les
bénéfices de productivité des nouvelles technologies associés à l'économie numérique doivent
être plus largement partagés.

Deux éléments de preuve clés sont souvent cités comme étant fortement évocateurs d'un
rôle intégral pour des changements technologiques biaisés en faveur des compétences dans la
hausse de l'inégalité des salaires.

La première est que l'emploi relatif aux travailleurs auxiliaires a augmenté rapidement
dans les industries détaillées et à l'intérieur des établissements aux États-Unis durant les années
1980 et 1990, malgré la forte hausse des salaires relatifs de ces groupes (Autor, Katz et Krueger,
1998; Lawrence et Slaughter, 1993;Dunne, Haltiwanger et Troske, 1996). Cette tendance indique
une forte demande au sein de l'industrie favorisant le plus qualifié.

Des modèles semblables au sein de l'industrie augmente dans la proportion de travailleurs


"qualifiés" sont apparents dans la plupart des autres nations avancées (Berman, Bound et
Machin, 1998; Machin et Van Reenen, 1998). Le changement technologique influencé par les
compétences (interprété largement de manière à être associé à la fois à des nouvelles
technologies de production et des innovations organisationnelles) est un composé naturel
possibilité de la croissance du secteur au sein de la demande de compétences (Feenstra et
Hanson, 1999).

Le deuxième élément de preuve économétrique et la recherche d'études de cas est que


l'utilisation relative des travailleurs plus qualifiés est fortement en corrélation positive avec
l'intensité du capital et l'introduction de nouvelles technologies (Bartel et Lichtenberg, 1987;
Doms, Dunne et Troske, 1997; Levy et Murnane, 1996). Ces résultats impliquent que le capital
physique et les nouvelles technologies sont relativement complets avec des travailleurs plus
qualifiés. De tels éléments de preuve est certainement conforme au point de vue que la

89
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

propagation des technologies informatiques a contribué à une hausse rapide de la demande de


compétences au cours des dernières décennies.

La preuve d'une complémentarité entre les compétences et le capital et biaisés en faveur des
compétences rapides avancée technologique est évident tout au long du vingtième siècle, même
dans les périodes de stabilité ou le rétrécissement des écarts salariaux scolaires et professionnels.

De même, Goldin et Katz (1998) concluent que le capital, l'approfondissement, la diffusion


des technologies à l'aide de l'achat d'électricité, et l'introduction de continu par lots et les
méthodes de production dans le secteur de la fabrication a considérablement augmenté la
demande relative de travailleurs en col blanc et les travailleurs de production les plus qualifiés de
1909 à 1929, mais les écarts de salaire par compétence réduisaient, en fait, au cours de cette
période.

Goldin et Katz (1995, 1999) ont présenté des éléments indiquant que l'augmentation rapide
de l'offre de compétences découlant de la circulation de l'école secondaire a empêché une
augmentation de l'inégalité salariale au cours de la révolution technologique influencé par les
compétences associées à l'électrification du milieu de travail. Comparaisons historique à plus
long terme des changements technologiques, l'offre et la demande de compétences, et l'inégalité
salariale sont des préalables indispensables à une bonne évaluation de l'incidence sur le marché
du travail de l'informatisation et l'économie numérique.

Bien que le progrès technologique ait clairement contribué substantiellement à


l'augmentation de la demande de compétence au cours du dernier siècle, il est moins clair que la
forte augmentation de l'inégalité des salaires implique nécessairement l'accélération du rythme
de l'évolution de la demande à l'encontre de travailleurs moins qualifiés découlant de la
révolution d’informatique. Un ralentissement du taux de croissance de l’offre relative de
travailleurs plus instruits à partir des années 1970 aux années 1980 peut avoir été un facteur
important (Katz et Murphy, 1992; Murphy et Welch, 1992). Beaucoup de travaux suggèrent que
les changements dans les normes paysetting et les institutions du marché du travail (p. ex., la
diminution de la force syndicale et une érosion de la valeur du salaire minimum dans les années
1980) a également contribué à l'ampleur de la récente augmentation de l’inégalité des salaires
aux États-Unis (DiNardo, Fortin et Lemieux 1996).

90
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

III-2- La révolution technologique dans le milieu de travail :


Un certain nombre d'auteurs ont signalé l'existence d'un effet de seuil pour les technologies
numériques en liaison avec leurs sauts exponentielle de la performance ("premier peu à peu, puis
tout à la fois", pour utiliser l'expression forgée par Brynjolfsson et McAfee 2015), tandis que
d'autres ont tenté d'identifier les 'nouvelles technologies nouvelles" (Holtgrewe 2014)
susceptibles de déclencher une nouvelle vague de changements en milieu de travail, en basant
leur travail sur une longue tradition de recherches sur l'interaction entre l' innovation
technologique, de travail et d'emplois.

III-2-1- La frontière entre les capacités humaines et les capacités de la


machine :
La codification des connaissances a fait l'objet d'une recherche d'intérêt depuis la fin des
années 1990 (Lundvall 1997; Foray, 2000). Les connaissances codifiées peuvent être transcrites
à l'aide des procédures structurées, les algorithmes de logique théorique, bases de données, les
systèmes d’experts et autres moyens de formalisation. Cette connaissance devient alors un
produit commercialisable, marquant le passage de la codification des connaissances à sa
"marchandisation" (Fleissner 2009).

Par contraste, la connaissance tacite reste dépendante de l'implication humaine et ne peut


pas être traduite dans un langage d'ordinateur ou enregistrée dans un format spécifique. La
connaissance tacite englobe des actions qui sont effectuées que l'individu responsable soit
capable d'expliquer exactement comment, ainsi que de ses compétences et processus de
raisonnement généralement dénommé intuitif. Une base de compétences du travailleur est
toujours composée d'un mélange de codifier et de la connaissance tacite.

Plusieurs documents historiques (Brynjolfsson et McAfee 2015; Frey et Osborne 2013)


postulent que les récentes innovations technologiques peuvent conduire à un changement majeur
dans la limite entre codifiée et la connaissance tacite, au détriment de ces derniers. Cette
hypothèse repose surtout sur l'émergence d'innovations technologiques dans les domaines des
grandes machines d'apprentissage et traitement de données, qui ont déjà permis de codifier les
tâches cognitive telles que la traduction ou la reconnaissance d'écriture.

La codification peut être identifiée sur la base d'une classification de tâches et de


compétences, en distinguant d'une part entre les tâches manuelles et cognitives et d’une autre

91
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

part entre les tâches ordinaire et extraordinaire comme un indicateur de la mesure dans laquelle
le travail humain peut être remplacé par les ordinateurs/robots (Autor et al. 2003) :

➢ Non-routine tâches cognitives qui demandent une réflexion, d'expertise et de résolution


de problèmes ne peuvent pas être codifiées dans les procédures. Les ordinateurs ne
peuvent pas encore remplacés par le travail humain dans ces régions, mais ils peuvent
soutenir et de l'enrichir. D'autres impliquent des tâches cognitives complexes
inhabituelles de communications entre les individus au niveau organisationnel ou
interpersonnels. Les ordinateurs peuvent de nouveau être utilisés dans un rôle de soutien
en facilitant les échanges d'e-mail ou des vidéoconférences, par exemple.

➢ Les tâches cognitives peuvent être codifiées dans les procédures, les règles et les
algorithmes. Il y a un nombre croissant de tendance relativement récente de travail
humain pour être remplacée par les ordinateurs/robots dans ce domaine. Cela s'applique à
des secteurs tels que le commerce, la logistique, la finance, la comptabilité, les services
juridiques et les services d'inspection technique.

➢ Les tâches manuelles de routine peuvent être codifiées et standardisées en raison de leur
caractère répétitif, et de la substitution entre la main-d’œuvre et ordinateurs/robots dans
ce domaine est une tradition établie de longue date.

➢ Non-tâches manuelles courantes ne peuvent pas être codifiées dans des algorithmes car
ils nécessitent des compétences hautement sophistiquées. Ces types de tâches sont
effectués non seulement par ceux qui travaillent dans les petites exploitations
industrielles ou opérations artisanales, mais aussi par ceux de rôles sur les clients, et elles
démontrent le potentiel de complémentarité entre la main-d’œuvre et les machines.

Frey et Osborne (2013) suggèrent que les deux types d'innovation sont importantes à cet
égard. La première se rapporte à des utilisations novatrices des ordinateurs pour effectuer des
tâches cognitives non routinières en exploitant le « big data » et les algorithmes d'apprentissage
machine, conduisant à une réduction de l'erreur humaine, zéro fraude, procédures de diagnostic
informatisé et automatisé de transactions juridiques, l'utilisation de capteurs au lieu d'inspections
et de surveillance ainsi que la production et la traduction des textes normalisés (manuels de
l'utilisateur, les données techniques, les communiqués de presse et des lettres officielles).

92
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

La deuxième a trait à l'utilisation innovante d'ordinateurs pour effectuer les tâches


manuelles non courantes comme le maintien d’installations techniques, la mise en œuvre d’un
système logistique et de la conduite de véhicules (véhicules industriels et agricoles plutôt que des
voitures à l'heure actuelle).

III-2-2- Relation des robots et du capital humain : remplacement ou


complémentarité :
Brynjolfsson et McAfee (2015) ont avancé l'argument selon lequel la société doit
maintenant apprendre à travailler ensemble avec des robots ou, comme ils disent, «course à la
machine plutôt que contre elle ». Ils croient que l'avenir du travail dépendra de la réalisation d’un
équilibre optimal entre la nouvelle génération des machines à haute performance et les
compétences humaines, ce qui est une perspective très différente de la vision traditionnelle de
machines comme un substitut pour le travail humain adoptée par Frey et Osborne (2013).

La question de la complémentarité a été examinée plus en détail dans l'exécutif résumé


d'un rapport d'expert produit pour le gouvernement néerlandais et publié en Décembre 2015
(Allé et al. 2015). Ses auteurs plaident en faveur de robotique inclusive et énoncent quatre
groupes de propositions visant à assurer que l’idée trouve sa place dans les préoccupations des
autorités gouvernementales, les partenaires sociaux et des chercheurs:

➢ Le premier groupe de propositions par les auteurs sont liés par le concept de «Co-
création» et basée sur la prémisse que l'innovation de haut en bas (un approche selon
laquelle les fournisseurs de technologie refilent solutions unilatéralement développées
sur la société) n'a jamais été couronnées de succès dans le domaine de l'information et
technologies de communication. Ils suggèrent que les stratégies d'innovation devraient
être fondées sur une collaboration plus étroite entre les concepteurs et les utilisateurs de
la nouvelle technologie, avec des ingénieurs et des travailleurs assis ensemble pour
développer une nouvelle génération de robots.

➢ Le deuxième groupe concerne le développement de modèles éducatifs qui hiérarchise les


domaines de connaissances et de compétences qui complètent les capacités de la
machine. Au lieu d'essayer d'identifier les tâches machines qui ne sont pas encore en
mesure d’effectuer, nous devrions passer plus de temps à réfléchir sur les tâches qui
dépendent de capital humain que ce soit sur une base individuelle ou collective.

93
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

➢ Le troisième groupe concerne l'autonomie des travailleurs, puisque la recherche actuelle


en divers aspects du travail, qu'ils soient négatifs, tels que le stress et le burn-out, ou
positifs, tels que la réalisation et l'auto-développement, met en évidence l'importance
d'autonomie en termes d'organisation du travail et la quantité des taches qu’un travailleur
a dans de travail. Des efforts doivent donc être entrepris pour trouver des moyens de
maintien de l'autonomie et de contrôle dans des environnements avec des technologies
plus intelligentes.

➢ Le quatrième groupe vise à prévenir l'apparition de nouveaux clivages sociaux, car il est
probable que certains travailleurs se retrouvent en marge de l'économie numérique, mais
il est facile d'identifier les groupes qui ont un risque d’exclusion.

La nouvelle génération de robots, avec l'intelligence artificielle qui leur permet d'adapter
leur comportement et les aptitudes visuelles et de reconnaissance vocale, représente un défi au
tissu même des relations homme-machine. Peu de recherches ont encore été faites pour répondre
aux questions sur le travail en ensemble avec un robot et sur le développement d’ une certaine
réciprocité de la communication.

III-2-3- Un avenir incertain :


La plupart des publications sur le sujet, qu'elles soient destinées au grand public ou
communauté universitaire, évoquent une vision de l'avenir qui est fortement en forme par les
avant-coureurs de l'industrie numérique, avec les projecteurs fermement fixés sur les
développements tels que l'auto-conduite automobile, IBM Watson ordinateur de Google, le
robot humanoïde Nao (qui aide les patients dans les hôpitaux), et beaucoup d'autres superstars
parmi la nouvelle génération de robots, bien qu'un certain nombre d’ auteurs critiquent
Brynjolfsson et McAfee pour être emporté par les arguments de Google, Apple et IBM
ingénieurs et leur technique de tous les consommateurs déterminisme (Irani 2015; Dortier 2015).
Cette vision d'un avenir dicté par la technologie fait souvent partie d'un discours qui prévoit un
nouvelle forme de l'emploi rémunéré (Rifkin 2014; Stiegler 2015).

Cependant, Un nombre de tentatives ont été faites pour documenter l'enthousiasme


renouvelé pour le partage et d'autres formes d'échanges économiques alternatifs basés sur le
peer-to-peer ou la mise en commun des actifs corporels ou incorporels par le partage de plates-
formes, et un corps de la littérature - au-delà des rapports habituels de développements innovants
- commence à construire sur le sujet (Coriat 2015). Ces récits commencent aussi à résonner avec

94
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

les acteurs institutionnels (Brighenti 2015), mais ils restent quelque peu nébuleux, car il est
difficile de prévoir les directions où l'économie de partage se déplacera (avec Uber et AirBnB
debout comme premier exemple de tendances rebelles à cet égard).

III-3- Les nouvelles formes de l'emploi :


29
Plusieurs auteurs cherchent à identifier les aspects uniques du travail dans un
environnement d’économie numérique et ils ont utilisé le concept de travail virtuel - un terme
générique utilisé pour reporter toutes les formes de travail effectuées soit à la maison, dans des
espaces publics ou non traditionnels environnements de travail en utilisant l'Internet, des
ordinateurs ou d'autres sur la base des TIC. L'essor de ces nouvelles (ou quasi-nouveau) formes
de travail a été accompagné par des nouvelles formes d'emploi qui combinent les lieux de travail
non conventionnels, l'utilisation des technologies et de nouveaux arrangements contractuels.

III-3-1- Nouvelles et quasi-nouvelles formes d'emploi :


Après avoir évalué la situation dans 27 pays, les chercheurs d’Eurofound 30ont identifié
neuf nouvelles formes d'emploi (Eurofound 2015); certains avaient émergé seulement autour la
première décennie du nouveau millénaire, alors que d'autres ont été amplifiés une version de
tendances préexistantes. Ces neuf nouvelles formes de l'emploi peuvent être tracées le long de
deux axes, où le premier se base sur la nature de l'employeur-travailleur ou de la relation
client-travailleur et le second sur le modèle de travail, ou en d'autres termes la manière dont le
travail est effectué.

➢ Les chercheurs Eurofound ont défini ces nouvelles formes d'emploi comme suit:
Le partage des employés, où un travailleur est embauché conjointement par un groupe
d’employeurs et des travaux au sein de différentes entreprises sur une base de rotation.
➢ Le partage du travail, où un seul employeur embauche deux ou plusieurs travailleurs pour
remplir un seul emploi, travaillant sur une base de rotation pour effectuer le même rôle
dans la même compagnie.
➢ La Gestion intermédiaire, où un expert hautement qualifié est embauché temporairement
par un employeur, souvent pour un projet spécifique.

29
Cf. en particulier, les publications de la dynamique du réseau COST de travail virtuel, un réseau international de
recherche interdisciplinaire sur la transformation du travail dans l’Internet Âge: http://dynamicsofvirtualwork.com.
30
Eurofound est une agence tripartite de l’Union européenne qui fournit des informations dans le domaine des
politiques sociales et liées au travail.

95
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

➢ Le travail occasionnel, où un contrat de travail permet aux employés d'être appelés


nécessaire sur une base flexible plutôt que d'être donné des heures de travail régulières
par leur employeur.

➢ Le travail mobile basé sur les TIC, où les travailleurs utilisent les locaux de leur
employeur (Ou leurs propres locaux si elles sont des travailleurs autonomes) comme leur
principal lieu de travail, et passent la plupart de leur temps de travail avec des
informations et de la communication technologies (ordinateurs, Internet, e-mail et
réseaux sociaux). Leur travail se diffère des formes familières de travail mobile telles
que la visite des clients ou des patients, travaillant sur les chantiers de construction, ce
qui rend les livraisons ou la conduite de véhicules, et peut être caractérisé comme le
travail à distance sans emplacement fixe.

➢ Le travail à bon, où la relation de travail implique de payer pour services avec un bon
acheté auprès d'un organisme tiers (généralement un organisme gouvernemental) qui
couvre à la fois la rémunération et des cotisations de sécurité sociale; travail de
portefeuille, où un individu indépendant réalise des petits travaux pour un grand nombre
des clients.

➢ le crowd travail, où une plate-forme en ligne correspond aux employeurs de travailleurs


et les projets sont souvent divisés en micro-tâches et répartis entre un «nuage virtuel» des
travailleurs.

➢ L'auto-emploi collaboratif, observé dans un certain nombre de pays où plus de formes


flexibles de collaboration (tels que les espaces de co-travail) sont utilisés pour échapper
aux limites des partenariats d'affaires traditionnels.

➢ Travail occasionnel, les défis posés par ces formes de plus en plus populaires l'emploi en
fonction des emplois eux-mêmes et les conditions de travail associées seront donc
examinées en profondeur, intégrant les conclusions tirées par les chercheurs d’Eurofound
sur la base de leurs études de cas (Eurofound 2015).

96
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

III-3-2- Les travailleurs mobiles basés sur les TIC


Les travailleurs mobiles basés sur les TIC travaillent principalement à partir d'endroits
autres que leur employeur ou leurs propres locaux, et font un usage intensif avec l’ordinateur, sur
Internet et par e-mail dans le cadre de leur travail. Ils peuvent être employés ou travailleurs
autonomes, et leur travail repose sur l'utilisation des technologies de l'information et de la
communication et l'accès à des réseaux informatiques partagés sans lieu de travail fixe, puisque
les activités sont effectuées à l'extérieur. Les accords informels qui régissent généralement des
arrangements de ce genre sont souvent adaptés à l’exigence de la législation locale, les
conventions collectives et les contrats individuels.

Selon l'Enquête sur les conditions de travail européenne, 7% des travailleurs dans l’Union
européenne ont passé au moins un quart de leur travail vivre quelque part autre que leur bureau
habituel (ou lieu de travail permanent) en 2005, et 24% en 2010 (Parent-Thirion et al. 2012).

Le travail mobile peut aussi être virtuel. Certains travailleurs sont en mesure de travailler en
ligne malgré le fait qu'ils voyagent beaucoup, alors que dans d'autres cas (géographiquement
dispersés, vidéo-conférence par ordinateur, des réunions virtuelles apportant ensemble de vraies
personnes, la surveillance à distance des installations industrielles, à distance maintenance, etc.)
la mobilité de la vie réelle est moins importante que la capacité d'être présentée à plusieurs
endroits virtuels. En permettant aux gens d'être présents partout sous forme virtuelle sans se
déplacer physiquement, les technologies numériques favorisent l’émergence de nouvelles formes
virtuelles d'organisation du travail (Orlikowski 2010).

Certaines exigences clés doivent être remplies avant que le travail mobile virtuel soit
possible, pour par exemple veiller à ce que le travail en question et les tâches qu'elle implique
soient appropriés, puisque toutes les activités peuvent être effectuées à distance et en ligne. TIC
réussie sur la base du travail mobile exige également une culture de travail basée sur la confiance
dans les individus et le soutien technique approprié afin que le travail puisse être effectué
efficacement.

À la fin des années 2000, il y avait une forte hausse de la popularité de la téléphonie
mobile basée sur le travail basé sur les TIC. Bien qu’il ne se limite pas à un secteur en
particulier, cette forme d'emploi est observée le plus souvent dans les secteurs tels que les TIC,
l'ingénierie (automobile, aéronautique, construction), les soins de santé et la production
industrielle décentralisée. Les employeurs sont souvent motivés dans une tentative de trouver

97
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

plus de moyens souples et novateurs d'organisation du travail, d'attirer un personnel hautement


qualifié la main-d'œuvre et d'améliorer leur image de marque tout en réduisant les coûts et
améliorant la productivité. Les travailleurs sont motivés par des objectifs différents, à savoir
une flexibilité accrue et un meilleur équilibre travail-vie.

Les travailleurs mobiles basés sur les TIC sont les jeunes hommes principalement
hautement qualifiés dont la plupart ont des contrats-permanents à temps plein. En réalité, ce type
de travail est une version de travail à distance sans emplacement fixe. Les implications de travail
mobile basées sur les TIC en termes de conditions de travail sont ambivalentes, être positives à
certains égards, mais négatives dans d'autres.

Les avantages offerts par cette forme de travail comprennent un haut niveau de flexibilité et
autonomie, une plus grande efficacité personnelle, les compétences en TIC améliorées et une
meilleure communication et collaboration. Les inconvénients sont à bien des égards similaires à
ceux qui sont généralement attribués au travail à distance: la rémunération axée sur le rendement,
systèmes sophistiqués de surveillance et de contrôle, la surcharge d'information et l'isolement
social, le stress d'être le seul responsable de l'organisation de votre travail, le flou des frontières
entre travail et vie privée, le risque de conflits à la suite d’une mauvaise coordination, les risques
d'être théoriquement toujours disponible et un externalisation de la responsabilité de la part de
l'employeur.

Les implications pour le marché du travail sont également mélangées, car la potentielle
transformation des pratiques d'organisation du travail peut avoir à la fois des mérites et
inconvénients pour l'organisation dans son ensemble. Les travailleurs mobiles basés sur les TIC
déclarent souvent des niveaux accrus de satisfaction au travail, en raison notamment de leur forte
degré d'autonomie, et cette forme de travail peut favoriser l'émergence de plus marchés du travail
inclusifs en facilitant l'accès à l'emploi pour une plus large gamme de gens, y compris ceux dont
la santé, la mobilité ou la disponibilité les empêche des heures de travail régulières à un seul
endroit. Cependant, Le revers de la médaille est que ce type de travail peut également déplacer
certains groupes du tout le marché de travail aussi les exclure d'autres formes plus traditionnelles
de l'emploi. La responsabilité pour la santé et la sécurité des travailleurs mobiles basés sur les
TIC est importante facette du débat sur cette forme de travail.

98
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

III-3-3- Le crowd travail :


Le crowd travail ou « crowd-sourcing de travail »se réfèrent à des travaux effectués par le
biais des plates-formes en ligne qui permettent aux organisations ou individus d'avoir accès via
Internet à un groupe indéfini et inconnu d'autres organisations ou individus prêts à résoudre des
problèmes spécifiques ou de fournir des services spécifiques ou produits en échange de paiement
(Green et al. 2013). Ces plates-formes (telles que People Per Hour, ClickWorker ou Amazon
Mechanical Turk) sont un type de marché pour les micro-tâches dans les domaines, y compris le
développement web, la conception, le logiciel développement, photo / image vidéo de
reconnaissance, la réplication des données, la traduction, audio.

La recherche sur la base de données-transcription et la soumission des offres pour des


tâches créatives (Comme la conception d'un logo). La relation ambiguë entre les entreprises et
les travailleurs est régie par un certain nombre d’arrangements qui ont émergé au cours des
dernières années, et les nouveaux développements introduits par l'économie numérique raniment
la tendance antérieure de la sous-traitance travail salarié pour les travailleurs indépendants à
travers diverses plates-formes. Cette tendance peut être observée à travers une gamme de plus en
plus d'industries, y compris non seulement le conception, TIC, l'écriture, le transport, le tourisme
et la multitude de tâches engendrée par l’Internet, mais aussi «la vie réelle» des tâches telles que
la garde d'enfants etc.

Les profils de travailleurs varient selon les professionnels hautement qualifiés en TIC et
aux non qualifiés amateurs, mais la plupart des travailleurs de la foule sont jeunes à la recherche
d'un revenu supplémentaire tels les étudiants, les chômeurs ou les soignants; quelques-uns
traitent comme leur emploi principal. La concurrence dans les secteurs tels que le commerce de
l'hôtel ou le transport est moins visible mais tout aussi présent, et certaines plates-formes utilisent
un système d'appel d'offres pour les paiements qui favorise une «course vers le bas».

Les implications profondes de crowdsourcing en termes de conditions de travail ont


tendance à être négatives plutôt que positives (EU-OSHA 2015a). Du côté positif, il offre un
haut niveau de flexibilité et d'autonomie, une plus grande efficacité personnelle, l’amélioration
des compétences en TIC et un meilleur équilibre travail-vie. Ses inconvénients, incluent
l'érosion des principes fondamentaux du travail et le statut d'emploi; non seulement sont bas
salaires ou le fond, le paiement par aucun moyen garanti et les bénéfices non distribués par les
entreprises, mais les travailleurs souffrent également d'un manque de protection sociale,
l'asymétrie d'information et une absence de règlement des différends fiables systèmes.

99
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

Plus largement sur le marché du travail dans son ensemble, cette forme de travail a
été louée pour les nombreuses opportunités qu'elle offre (en particulier pour les travailleurs
créatifs) et pour son potentiel en termes de revenu, de la mobilité et de l'accessibilité à ceux qui
sont le moins en mesure d'accéder à des formes traditionnelles de l'emploi, ainsi que la plate-
forme emplois de l'administration qu'elle crée.

Toutefois les incidences globales pour le marché du travail à l'heure actuelle ont une pente
négative; les facteurs de risque qui doivent été identifiés comprennent le développement d'un
« employment based » plutôt que basée sur les tâches de marché et une baisse de la qualité du
travail, mais aussi et surtout le non-respect des normes du travail.

Bien que les plates-formes de crowd-sourcing dédiées soient tenues de respecter les
dispositions législatives sous la forme du droit commercial, la protection des consommateurs, les
codes et la protection des données réglementations civiles, une législation spécifique sur le
crowd travail n'a pas encore été définie collectivement au niveau européen. Les observations de
ce genre ont conduit certains auteurs à utiliser des termes tels que «cybertariat ' (Cyber-
prolétariat, Huws 2003) ou «masse indifférenciée» (Colin et Verdier 2012) pour désigner cette
forme de travail et de l'emploi qui est unique à l’économie numérique.

Huws (2016 ) a déduit : «Une façon de regarder la récente croissance exponentielle des
plates-formes en ligne dans la prestation de services est de le voir comme une formalisation de
l'économie informelle, avec la transparence d'un marché ouvert remplaçant les anciennes
méthodes de bouche-à-bouche de trouver du travail, et le remplacement des paiements non
enregistrés cash-en-main par les paiements en ligne, ouvrant au moins la possibilité pour les
impôts soient collectées et l'équité de l'emporter ».

Il est difficile de mettre des chiffres au phénomène de crowd travail; un pourrait être de
multiple nombre estimé de plates-formes par le nombre de travailleurs qui les utilisent estimée,
mais ce serait imprécis au mieux, en partie parce que les plates-formes sont si nombreuses et de
plus en plus rapidement, et parce que toutes les personnes se sont pas inscrites à une plate-forme
particulière sont des utilisateurs actifs, et la même personne peut avoir signé avec plusieurs
plates-formes. C'est aussi impossible d'estimer le volume de travail compte tenu de la diversité
des tâches sur l’offre (EU-OSHA 2015a).

100
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

III-3-4- Travail basé sur la plate-forme en ligne :


L'utilisation de plates-formes en ligne pour organiser le travail sur appel permet de repérer
la situation géographique de la demande tant du travail, à savoir les endroits où les services sont
obligatoires, et l'offre de travail, à savoir la disponibilité géographique et liée au temps des
travailleurs inscrits à la plate-forme.

La plate-forme basée sur le Web, la géo-localisation les capacités et l'Internet mobile


peuvent être combinée pour permettre l'étalonnage en temps réel de la demande et la
disponibilité, ce qui augmente considérablement l'efficacité du travail sur système d’appel. La
plate-forme de travail occasionnel peut également être développée en interne par les entreprises
afin d'améliorer leur gestion d'un effectif contingent mobilisé sur un «juste dans le temps »et«
juste au cas ».

Un certain nombre de différents modèles contractuels ont vu le jour, le plus célèbre des
qui est le contrat à zéro heure, qui est utilisé au Royaume-Uni, l'Irlande et les Pays-Bas et qui
implique un accord contractuel fixe sans volume de travail garanti. Cependant, en Irlande la
rémunération doit être payée si le nombre d'heures travaillées tombe en dessous de quart-temps.
Dans d'autres pays, un minimum seuil heure de travail applique (généralement entre quart-temps
et le troisième temps), au-dessus duquel il n'y a aucune garantie de travail.

Dans d'autres cas, tels que le min-max contrats utilisés aux Pays-Bas, la législation stipule
le seuil et le plafond valeurs pour les heures de travail afin que le travail à temps partiel puisse
être organisé en réponse à volumes fluctuants (Eurofound 2015). Alors que le travail intermittent
est en grande partie synonyme aux travaux saisonniers (hôtels et restaurants et dans le
commercial, loisirs et de divertissement industries), le travail sur appel est de plus en plus
répandu dans les secteurs typés par la demande continue mais variable.

Les travailleurs ayant une large gamme de compétences peuvent être affectés, mais la
plupart sont des jeunes et des femmes. Les conditions de travail associées à cette forme d'emploi
comprennent des temps de travail flexibles, extrêmement variables des salaires et des attentes
élevées en termes de disponibilité, ainsi que de sécurité d'emploi, peu de possibilités pour
déplacer le salaire et les taux de satisfaction au travail faible.

101
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

III-4- Les défis de travail virtuel :


Rien ne conteste le fait que le travail virtuel crée des nouvelles opportunités en fournissant
l'accès au travail pour les personnes qui seraient autrement exclus de marché du travail, tels que
les personnes handicapées, les personnes ayant des problèmes de mobilité ou ceux dans les
économies en développement. Il fournit également aux consommateurs un accès à un prix
abordable et des services juste-à-temps, et offre de nouveaux niveaux de flexibilité en termes de
travail-vie l'équilibre ainsi que la promotion de l'innovation, la créativité et le développement de
nouveaux produits culturels et de nouveaux services. Ces avantages ont un coût qui est très haut
et peut-être trop élevé, cependant, certains se sans aucun doute gagner plus que d'autres.

L'émergence de ces nouvelles formes de travail donne lieu à des nombreuses


préoccupations différentes dans un éventail domaine, et leur impact potentiel sur le marché du
travail, le lieu de travail et les chaînes de valeur (Pfeiffer 2013; Fuchs et Fischer 2015) sont les
sujet de débat scientifique. Les conditions de travail sont une source d'espoir dans certains
égards, mais préoccupation dans beaucoup d'autres, notamment en termes de rémunération et
règlement collective.

Des nouveaux problèmes de santé et de sécurité qui ont été identifiés ne comprennent pas
seulement le « technostress », la dépendance de la technologie, un brouillage des frontières, des
surcharge des informations, burn-out, une exposition permanente aux champs
électromagnétiques et postural de faire des troubles (Popma 2013), mais aussi la
cyberintimidation (D'Cruz et Noronha 2014).

Plusieurs auteurs font une distinction entre les risques physiques attribuables au travail en
ligne (travail sur écran, l'ergonomie, le stress, etc.) et ceux qui sont liés au travail hors ligne qui
manque de visibilité en raison du fait qu'il est organisé par une plate-forme (conduite de taxi, la
gestion des clients agressifs, etc.). Ils citent également une longue liste des facteurs de risque
psychosociaux pour lesquels peut être fait dans la voie de la prévention.

La nature même du travail peut également poser des problèmes significatifs en termes de
bien-être. Les Plates-formes et les médias sociaux fonctionnent sur le principe de la participation
des utilisateurs et la production contenue générée par l'utilisateur. Le bien-être de ces
travailleurs des scènes est une cause sérieuse de préoccupation.

L'un des principaux aspects de ce type de travail a trait à la liberté de choix et le niveau
d'autonomie des travailleurs indépendants en utilisant des plates-formes numériques. Travailleurs
102
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

indépendants professionnels accordent une grande valeur à l'autonomie, l'indépendance et le


contrôle de leur travail, mais la question est de savoir si - et dans quelle mesure - les conditions
préalables à l'autonomie de ce genre sont remplies par les plates-formes (de rémunération
équitable, le suivi du temps de travail, etc.).

Le travail virtuel pose également un défi pour les modèles de communication établis et la
gestion des ressources humaines, ainsi que de professionnels identifie (Lehdonvirta et Mezier
2013), la perception de l'appartenance au groupe et les opportunités pour la collective
organisation des travailleurs.

Les nouvelles formes de travail dans l'économie numérique sont caractérisées par un flou
de limites à plusieurs niveaux, donnant à chaque lieu à des questions dans le domaine du
règlement collectif (Meil 2015):

➢ Le problème de l'équilibre travail-vie n’est pas nouveau, mais a pris une nouvelle
dimension avec la montée en popularité du travail virtuel. Comment la vie privée peut
être cloisonnée, et comment peut-temps être mieux géré?

➢ L'absence de distinction claire entre le statut de salarié et de travailleur indépendant est


un problème particulièrement urgent en ce qui concerne les changements actuellement en
cours.

➢ La distinction entre le producteur et le consommateur est aussi plus évident. Effectuer les
opérations bancaires cryptées, donnant des avis sur les infrastructures, le téléchargement
de photos ou vidéos, produisant et distribuant l’information - faire celles-ci entrent dans
la rubrique de la consommation et / ou production. L'utilisation du nouveau terme
«prosumer» pour décrire ce genre de travail, donne lieu à deux problèmes réglementaires:
comment peut-on identifier la partie responsable de la création de valeur, et qui est
autorisé à revendiquer la propriété de cette valeur? (Fuchs et Fischer 2015).

➢ Des nouveaux modèles de production collaborative (co-création, la production par les


pairs, l’économie collaborative) donnent également lieu à des ambiguïtés en termes de
l'état d'un employé et celui d'un partageur. Comment une distinction peut être faite entre
le partage et salariés non rémunérés travaillent?

103
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

➢ Enfin, certaines formes d'emploi telles que « crowd sourcing » et des micro-tâches qui
sont en plein boom sont également caractérisées par des limites très fluides entre les rôles
de l'employeur et l'entrepreneur. Sur quelle base doit être utilisé pour créer un cadre
juridique pour ce type de relation contractuelle? Quelle approche devrait être prise vers la
concurrence déloyale entre les activités organisées par les plates-formes telles qu’Uber ou
AirBnB et plus établies et secteurs plus réglementés?

Les changements générés par l'économie numérique ne sont pas sexistes. En premier
place, beaucoup de femmes travaillent dans des rôles intermédiaires qui semblent susceptibles
d'être les plus durement touchées par prévus les bouleversements de l'économie numérique en
termes de nombre d'emplois et la nature du travail.

D’autre part, les femmes sont encore sous-représentées dans le secteur des TIC et ont peu
ou rien à dire dans le développement des programmes et des applications qui déterminent le
travail qu'ils font réellement. Du point de vue plus fondamental, travail virtuel, la flexibilité et
l'autonomie semblent signifier différentes choses pour les femmes et les hommes, reproduisant
les rapports de force traditionnels et la ségrégation des sexes dans la sphère privée. La
technologie virtuelle, les femmes peuvent continuer à effectuer plusieurs tâches- Ils choisissent
et se retirer des tâches de travail / famille, et ce faisant, ils peuvent tout faire, sans les rôles de
genre traditionnels difficiles31.

Enfin, dans un contexte de transition écologique, les technologies numériques donnent


également lieu à des préoccupations en rapport avec les dommages collatéraux en croissance
exponentielle ils provoquent, y compris la consommation d'électricité et de métaux rares et
production de déchets électroniques (Flipo et al. 2013).

IV- L’évolution technologique et la nouvelle organisation :


IV-1- L’espace intelligent :
Dans l’économie numérique les progrès technologiques transforment des objets simples
comme les micro-ondes, les magnétoscopes, les ordinateurs et les systèmes d'éclairage en objets
intelligents en leur donnant la capacité à percevoir leur environnement, de traiter l'information,

31
Rafnsdóttir 2014: “Thanks to virtual technology, women can continue to multitask – they opt in and opt
out of work/family tasks, and by doing so, they can “do it all”, without challenging conventional gender
roles, without threatening their marriages or the belief that they are good mothers.”

104
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

prendre des décisions, agir et communiquer. L'intégration de l'informatique dans tous les
appareils rendent le commerce électronique, les acteurs artificiels et le monde économique et
social des espaces intelligents32.

Les espaces intelligents sont caractérisés par le potentiel d'un accès universel et de la
fourniture de l'information entre les réseaux potentiellement illimités d'agents (Kurzweil, 1988).
Ces agents ont inclus les humains, comme des puits que de nombreux agents artificiels tels que
les organisations, webbots, robots et autres agents électroniques. Ces agents agissent et
interagissent dans un environnement de grandes quantités d'informations distribuées mais
potentiellement intégrable où l'interface entre l'analogique et le monde numérique est
transparente.

Les espaces intelligents ont quatre caractéristiques principales.

• Tout d'abord, un accès universel - agents (humains ou artificiels) a la technologie qui


permet d'accéder ou de fournir des informations en permettant ainsi aux d'autres agents
d'agir à distance.

• Deuxièmement, à grande échelle - des vastes quantités d'informations sont


automatiquement collectées et stockées et traitées par un grand nombre d'agents. Les
capacités d'information, l'accès à l'information, et le traitement de l'information et de la
communication (à savoir, l'intelligence) sont distribués à travers des agents, le temps,
l'espace, les dispositifs physiques et des supports de communication.

• Troisièmement, la cognition distribuée et de l'intelligence - l'information, l'accès à


l'information, et des capacités de traitement et de communication des informations (à
savoir, l'intelligence) sont distribués à travers les agents, le temps, l'espace, les
dispositifs physiques et des supports de communication (Hutchins, 1991; 1995).

• Grace aux ordinateurs miniaturisés et aux robustes intégrés dans tous les dispositifs
physiques l’informatique invisible devient l'interface entre le monde numérique et le
monde réel. Comme les espaces deviennent intelligents et que l'information devient

32
Une vue de traitement de l'information de l'intelligence est utilisée. Ainsi, tout agent qui peut percevoir
son environnement, acquérir des informations, des informations de processus, de prendre des décisions,
apprendre et communiquer est considéré comme intelligent. Le degré d'intelligence varie avec le nombre,
extensification, et la qualité de ces capacités possède de l'agent.
105
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

numérisée une nouvelle socio-politique et le l’organisation économique va émerger avec


l'économie numérique.

Avec les espaces intelligents, il y a une augmentation sans précédent de la taille et de la


complexité des l'interaction et les réseaux de connaissances dans lequel les gens (et d'autres
agents) sont intégrés. Pour les entreprises, la technologie augmente la quantité d'informations
qu’elles ont accès où ses employés doivent réagir pour traiter ces informations. Alors que
certains affirment que ces changements technologiques sur la base engendreront l'égalité sociale
et l'augmentation de la performance individuelle et organisationnelle, d'autres soutiennent que
cela peut ne pas être le cas (Ebo, 1998; Kiesler, 1996). Les organisations seront toujours
nécessaires pour surmonter les limites des individus (Mars et Simon, 1958; Pew et Mavavor,
1998; Prietula et Watson, à paraître). La coordination, la communication, et la diffusion de
nouvelles technologies se centrent autour de savoir qui sait qui et qui sait quoi (Wellman, 1998;.
Wellman, et al 1996, Rice et Aydin, 1991, Aydin et Rice, 1992; Entrepreneur et Eisenberg,
1990).

Tourner le potentiel des espaces intelligents dans une réalité où les capacités des
entreprises et sa performance organisationnelle sont améliorées, il faudra surmonter les barrières
numériques, physiques et connectives rencontrées pour mieux localiser et travailler efficacement
avec les autres. Si le travail doit être fait efficacement, les entreprises ont besoin de trouver
d'autres personnes qui ont les informations ou les ressources dont ils ont besoin d’interagis et de
comprendre l'impact de cette interaction. La spécialisation professionnelle croissante et
l’augmentation de la vitesse avec laquelle les idées sont développées dans une économie
numérique se combinent pour créer un besoin sans précédent pour localiser rapidement et
efficacement les nouvelles informations et pour se communiquer et travailler avec les autres.

Aujourd'hui, la communication a lieu dans un environnement limité. Les barrières


numériques existent ainsi que les barrières physiques. Surmonter ces obstacles a une valeur à la
poursuite de la science et à l'industrie. Il suffit d’instrumenter des espaces pour être intelligent, ce
qui rend les ordinateurs invisibles, numériser toutes les données, en mettant tout et tout le monde
sur le web, la réalisation de toutes les transactions par voie électronique, ne sera pas suffisante
pour surmonter tous ces obstacles. La technologie seule ne peut pas créer une véritable économie
numérique (Kiesler, 1996).
En théorie, instrumenter le monde physique pour être plus intelligent permet aux
individus, groupes et organisations à faire plus en moins de temps et de se connecter à un cercle
106
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

grandissant des autres. Cependant, la recherche dans le télétravail démontre, ces changements
technologiques en effectuant une plus grande décentralisation et une autonomie accrue et à la
mobilité des travailleurs ont engendré des niveaux plus élevés de productivité, l'amélioration de
l'aménagement du temps de travail, et de nouvelles possibilités d'emploi pour certains; mais ils
ont également généré l'isolement accru, la marginalisation, l'exploitation et le stress pour les
autres (DiMartino et Wirth, 1990). Il est difficile de mesurer la productivité, la performance et
l'efficacité et l’impact des ordinateurs et de l'Internet sur ces résultats.

Néanmoins, il semble que la productivité et la connectivité semblent être étroitement


liées. Ainsi, l'augmentation de la connectivité a souvent eu l'effet direct de l'augmentation des
coûts et de retarder les gains de productivité (Dutton, 1996; Anonyme, 1988). Le mouvement des
espaces intelligents est susceptible d'augmenter la complexité du sous-jacent réseau d'interaction
et de connaissances. Cette augmentation de la complexité est supérieure à la capacité des gens à
gérer et à surveiller cet espace. Cette augmentation est souvent considérée comme une hausse
dans les infosphères .

Le terme « infosphère » a été inventé par les militaires pour se référer à la collection
d'instruments à distance, des appareils, des ressources de calcul, ainsi que les agents (humains et
artificiels) et d'information rendues accessibles par ces systèmes de l'environnement de travail
d'une personne, tels que le poste de pilotage d’ un plan, le pont d'un navire, ou le bureau. Les
entreprises (et en fait tous les agents) sont entourées par des sphères d'information. Pour les gens,
leur infosphère est largement déterminée par le type de technologie immédiatement accessible.
Ainsi, votre infosphère est généralement plus grande dans votre bureau, que dans votre voiture,
quand vous marchez dans un couloir, ou lorsque vous êtes assis sur un sommet de montagne.

Comme les espaces humains physiques habitent deviennent plus intelligents il y a une
expansion dans l’infosphère de chaque individu. De plus, cette infosphere est moins susceptible
de modifier la taille que l'individu se déplace d'un emplacement physique à l'autre (voir figure 1).
Dans les espaces de travaux intelligents, quand les employés se déplacent, leur infosphère se
déplace avec eux.

Les connaissances disponibles dans ces infosphères comprennent ce que les gens savent
qu’ils savent, et ce qu'ils savent comment accéder. Comme l’infosphères augmente de taille, la
mobilité et les connaissances accessibles, les réseaux dans lesquels les gens sont intégrés et ceux
auxquels ils ont accès répondre dynamiquement et deviennent potentiellement illimitée. Des
exemples de ces réseaux sont le réseau social (qui interagit avec qui), le réseau de connaissances
107
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

(qui sait quoi), et le réseau d'information (quelle information est liée à ce que d'autres
informations).

Graphique 1 : l’espace de travail intelligent33

Le changement technologique peut conduire à des taux non-linéaires de changement de


réseau et fondamentalement différents de structures de réseau (Kaufer et Carley, 1993).
Cependant, le changement technologique n’aura pas évité la nécessité pour les réseaux ou les
processus sociocognitifs fondamentaux qui les entourent (Wellman et al., 1996). Ainsi, l'impact
des changements technologiques sur les organisations peut être caractérisé en termes de
modifications sur et les variations de formes existantes et en termes de création et de
maintenance (Butler, 1999) communauté.

VI-2- Adaptation de l’organisation :


Alors que la diffusion rapide de l'information est précieuse pour les entreprises, la
performance ne dépend pas seulement de l'obtention de nouvelles informations, mais à prendre
les bonnes décisions sur une période prolongée de temps. Autrement dit, les entreprises doivent

33
. Comme les espaces deviennent intelligents, infosphères (étoiles indiquant la quantité d'informations
la personne a accès à cet emplacement physique) croître et les changements se produisent dans l'interaction réseaux
(lignes audacieuses indiquant qui interagit fréquemment avec qui).
108
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

adopter des stratégies de changement, faire de la R & D, se livrer à des alliances, et ainsi de suite
pour assurer une haute performance maintenant et dans l'avenir, avec les changements de
l'environnement. Une grande partie de la recherche dans ce domaine souligne que les entreprises
doivent développer des compétences, qu'elles ont besoin d'apprendre, et qu'elles ont besoin de
compromis entre l'exploitation des compétences connues et explorer des nouvelles options
(Levinthal et Mars, 1981). Malgré le nombre croissant de travaux sur l'organisation et
l'apprentissage, l'image qui se dessine à l'égard des espaces intelligents et l'économie numérique
est malheureusement incomplète

Des nombreuses études indiquent une augmentation de l'approvisionnement et de


développement de nouvelles formes d'organisation (Pinchot, 1994; Worhington, 1997). Une telle
nouvelle forme est l’ «organisation en réseau" - qui est encore définie comme une organisation
virtuelle formée par des liens de longue date entre un ensemble d'organisations et comme une
organisation dans laquelle le travail est coordonné sur une base selon les besoins avec émergence
et de l'équipe de reformage plutôt que par une hiérarchie stricte (Nadler, 1992; Nohira et Eccles,
1992).

Les données sur le réseau inter organisationnel d'alliances, de coentreprises, de


partenariats, de fusions, de regroupement et d'autres formes d'alliances pour la dernière décennie
se fait entre les sociétés qui travaillent dans les industries de haute technologie de centrage
autour de la télécommunications électroniques et médias industries (Chowdhury, 1998; Casciaro,
1999). Ces industries sont défendables au cœur du développement de la technologie, le
développement des services, et l'utilisation de l'économie numérique.

Des études montrent qu'au cours de la dernière décennie :

- le réseau inter-organisationnel est devenu de plus en plus structuré et dense; c’est à-dire
beaucoup de nouveaux liens organisationnels se formaient.
- Seconde, la plupart des organisations travaillent dans des industries multiples codes de la SIC
au niveau de l'industrie ne sont pas tellement standard en particulier des moyens utiles pour la
classification.
- Troisièmement, le meilleur prédicteur de l'endroit où les liens organisationnels se forment
"mes ennemis amis sont mes amis aussi" (Chowdhury, 1998). Ces liens ne sont pas des contrats
de vente, il n’est donc pas le cas qu'ils achètent un produit commun. Ainsi une explication
possible est la nécessité partagée de connaître les informations de tiers qui est unique détenu par
une seule entreprise (l'ami de l'un de concurrent). Une autre explication possible est que lorsque
109
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

deux sociétés de lien vers le même tiers, ils peuvent indirectement en apprendre davantage sur
les mêmes types de choses que leur concurrent est l'apprentissage et donc rester au courant des
derniers développements.

- Quatrièmement, au fil du temps, les organisations ont développé un portefeuille de liens dans
lesquels les différents secteurs sont représentés une seule fois (Casciaro, 1999). Plus loin la
recherche est nécessaire pour voir exactement pourquoi ces liens se forment et combien de temps
ils durent.

Travailler avec une organisation scientifique en informatique c’est savoir comment


s’adapter dans une économie numérique (Levinthal et Mars 1981, Lant, 1994; mars 1996). Pour
illustrer les types de résultats dans ce domaine le cadre utilisé est l’ORGAHEAD (Carley et
Svoboda, 1996; Carley et Lee, 1998; Carley 1998). ORGAHEAD est le modèle multi-agent du
comportement organisationnel et de l'adaptation. ORGAHEAD permet d'examiner comment les
changements dans les TIC et la nature de l'environnement de travail influent sur l'adaptation de
l'organisation et de la performance pour les entreprises engagées dans des tâches de
sensibilisation.

Dans l’ORGAHEAD au niveau opérationnel des agents individuels apprennent à faire le


travail grâce à l'expérience et la communication avec les autres. Fondamentalement,
l'information et les décisions découlent de la chaîne de commandement et de performance des
évaluations et des ordres de modification coulent. L'apprentissage expérientiel est modélisé en
utilisant des modèles standards d'apprentissage humain. Au niveau stratégique, le chef de la
direction ou du changement, a la capacité d'essayer de prédire l'avenir (bien vicieusement) et
aller de l'avant en engageant des stratégies différentes pour le changement (up-dimensionnement,
la réduction des effectifs, refonte, retasking).

Les flux des décisions stratégiques, avec l'organisation de plus en plus aversion au risque,
est capturée comme un processus de recuit simulé. Dans cet environnement différent aspect de
l'économie numérique, tels que son impact sur la quantité et la qualité de l'information, de
nouveaux problèmes, et la vitesse à laquelle les décisions doivent être prises, peut être testé
isolément ou collectivement.

Les études utilisant ORGAHEAD ont donné lieu à de nombreuses découvertes sur
l'adaptation et le changement organisationnel. Par exemple, il est souvent affirmé que

110
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

l'informatique et le web ont donné lieu à un environnement en évolution rapide où il y a un


besoin constant pour les entreprises de changer leurs organisations.

Une question est, les organisations devraient changer rapidement et de quelle manière de
maintenir des performances élevées face à ces changements? Ici, ils ont constaté que les
organisations qui présentent une haute soutenue performance, les organisations d'adaptation, ont
fait changer moins d’organisations dans un environnement en évolution rapide. De plus, les
entreprise d'adaptation ont tendance à être plus grande et avec plus de connexions dans le réseau
social ou d'un réseau de connaissances (en fonction de l'environnement et de la tâche) que leurs
homologues. Que sait que les connexions peuvent être échangées pour qui sait quelles
connexions et dans quelles conditions est un point de départ pour une étude plus approfondie

Les hiérarchies ont tendance à être plus robustes que flatter plus en équipe sont plus
capable de résister à des erreurs d'information, des erreurs de communication, et la rotation du
personnel. Cela semble être particulièrement vrai pour des tâches plus complexes impliquant
plus d'informations. Dans un environnement en évolution rapide, tel que celui associé à une
économie numérique, les structures plates telles que les équipes sont nécessaires pour plus d'une
réponse rapide. Ce travail suggère qu'une telle demande néglige le fait que dans des
environnements en évolution rapide, la vitesse n’est pas le seul facteur important à l'exécution de
haute performance et de haute performance soutenue.

L'apprentissage est également important. Ainsi, dans la mesure où le monde en


mouvement rapide inhérent à une économie numérique signifie aussi qu'il ya moins de temps
pour faire la vérification des erreurs et avec plus de sources et plus d'informations plus de
chances d'erreurs d'information et de communication.

Depuis le télétravail la technologie est en évolution rapide. Les entreprises devront


s’adapter en trouvant des façons de faire la vérification des erreurs et retenir l'expertise. Une
réponse doit être hiérarchique, pas nécessairement dans la gestion, mais dans un bilan des
contrôles. Une autre réponse consiste à déployer des efforts sur le recyclage, formation juste-à-
temps, intégré des outils de formation en matière de technologie et d'employer des méthodes à
long apprentissage.

Cet organisme de recherche informatique suggère également que les organisations


d'adaptation ont tendance à se changer différemment. Par exemple, des études utilisant
ORGAHEAD (Carley et Lee, 1998) suggèrent que les organisations adaptatives se livrent à la

111
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

modification du réseau de connexions et la modification du réseau de connaissances qui sont en


changement.

En revanche, les entreprises de faible performance passent la plupart de leur temps à


changer les «nœuds» du réseau par des épisodes alternatifs de recrutement et de licenciement.
Les opérations futures devraient examiner comment ces changements interagissent avec le
transfert de technologie et la migration du personnel entre les entreprises.

Enfin, les entreprises d'adaptation ont tendance d'abord à obtenir les bonnes
personnelles (embauche plus judicieuse), pour répondre à l'environnement en modifiant les
connexions. En revanche les entreprises adaptées ont tendance à se livrer à des cycles fréquents
de réduction des effectifs. Ces résultats suggèrent que nous passons à des espaces intelligents,
pour atteindre une haute performance, les entreprises devraient le rendre facile pour que leur
personnel se déplace entre les tâches, les groupes, les départements et les divisions. Les limites
organisationnelles devraient être traitées comme des transferts perméables et internes. La
recherche est nécessaire pour suggérer quelles tâches sont précieuses. Le re-conception et re-
tasking sont précieux dans une organisation multi-systèmes où le personnel peut se déplacer
entre les entreprises ainsi qu'entre les divisions au sein d'une seule entreprise

Conclusion :

La révolution numérique a apporté une dépendance croissante à la technologie de service,


aux capteurs, à la communication machine à machine et à l'intelligence artificielle. Ceux-ci ont
transformé le lieu de travail en tâches secondaires et certains travaux non courants sont
numérisés par la robotique et l'automatisation des processus. Ces systèmes ont rendu les
entreprises plus efficaces et plus performantes.

Basé sur les progrès de l'informatique, l'automatisation touche tous les opérations de
l’entreprise telle que le traitement des langues, des images et des données. Lorsque le papier est
enlevé et que les processus sont automatisés, les travaux de bureau seront éliminés. Les autres
emplois qui seront touchés comprennent les services à la clientèle, les ventes et les achats.
La robotique et l'impression 3-D rendent les travaux de faible niveau et même les emplois
de niveau intermédiaire à un niveau plus rentable. L'automatisation extrême rendre la robotique
plus mobile, ce qui lui donnera une plus grande portée de mouvement et de fonctionnalité. Les
communications entre ordinateur permettront aux machines de traiter les données et de prendre

112
Chapitre II: L’impact de la révolution numérique

des décisions à partir de ces données à mesure que nous progresserons vers des systèmes
cognitifs plus intelligents. Dans des nombreux cas, l'intelligence que ces systèmes fournissent
sera plus précise, immédiate et plus sûre.

La numérisation joue un rôle plus important dans l’économie mondiale. D'ici 2020, 25 pour
cent du produit intérieur brut (PIB) mondial ne sera pas touché par une main humaine. C'est
important. Un quart du PIB mondial sera numérique.

L'impact économique du numérique est vaste. La maturité de l'Internet est en corrélation


avec la création de richesse. Il est utilisé par les entreprises de tous les secteurs. Les entreprises
qui utilisent Internet ont tendance à croître plus rapidement, à exporter deux fois plus que celles
qui n'en ont pas et à créer plus du double d'emplois. En dépit de ces statistiques, des nombreuses
entreprises sont à un mauvais départ sur le chemin vers la transformation numérique. Alors que
les entreprises tirent parti des technologies numériques, des nombreuses économies restent
immatures numériquement. Cela signifie que la capacité de déverrouiller la valeur du numérique
est loin d'être réalisée. Les principales forces perturbatrices ont des répercussions sur l'entreprise
dans son chemin vers la transformation numérique.

En résumé, nous pensons que la révolution numérique offre un ensemble d'outils sans
précédent pour soutenir la croissance et la productivité, créer de la richesse et améliorer le
monde. Mais nous ne pouvons créer une société de prospérité partagée que si nous mettons à jour
nos politiques, nos entreprises et notre recherche pour saisir les opportunités et relever les défis
posés par ces outils.

113
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Chapitre III : Résultats Descriptifs de


l’Enquête « adoption et usage des TIC par les
entreprises des textiles tunisiennes »

114
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Introduction
La dernière décennie a été témoin d'une diffusion sans précédent des technologies de
réseau en pays en voie de développement. Le discours technologique traitant et en
encourageant l'adoption des nouveaux médias, en particulier Internet, est centré sur leur
potentiel d'accélérer les efforts nationaux de développement, apporter des changements socio-
culturels favorables, et d'ouvrir les sphères publiques pour le discours libre et démocratique
(Hudson, 2000 ; Huff, 2001; Wei &Kolko, 2005; Gher & Amin, 1999; Fandy, 2000). Huff
(2001, p.43), par exemple, suggère que «la présence de l'Internet peut être prévu de
transformer la politique et le commerce, et aura un impact majeur sur la conduite du
gouvernement et des affaires économiques dans les pays en développement."

L'ère historique qui a donné naissance à l'Internet a été témoin des progrès similaires
technologiques, tels que les navettes spatiales, l'énergie nucléaire, les ordinateurs et la
télévision par satellite, qui proviennent tous des intérêts politiques et économiques (Nicholas,
2003; Bromley, 1998).

L'Internet lui-même a été développé à la fin des années 1960 pour fournir "un réseau de
communication sécurisé et survivable pour les organisations engagées dans la recherche liée à
la défense" (Internet Society, 2006). Dans son évolution au cours des deux décennies
suivantes, l'Internet est resté sous le contrôle de quelques politiciens et les scientifiques réunis
principalement en Amérique du Nord et en Europe. Dans cette phase initiale, le nouveau
milieu a servi principalement comme un nouveau canal de communication et de partage de
l'information, en particulier entre les différentes communautés universitaires, mettant en
vedette de nombreux aspects de plus tôt les moyens de communication et ajoutant à leur inter-
connectivité, l'interactivité et l'efficacité.

Au début des années 1990, l'Internet a été commercialisé sous des pressions
économiques de l'entreprise. L'environnement précédemment "réglementé" de l'internet est
devenu complètement incontrôlable avec le développement du spam et virus trafic. Toutefois,
en raison de sa nature «incontrôlable», l'Internet correspond à l'intérieur et prend en charge le
système de marché libre dans lequel la plupart des sociétés occidentales opèrent. Les sociétés
destinées à exploiter l'Internet pour créer "un cybermarché en expansion infinie" (Scolve,
1998, p. 9). Les industries de la technologie (ordinateurs, électronique, câbles,

115
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

microprocesseurs, etc.) ont été les premiers à capitaliser sur le nouveau support. En soutenant
la diffusion de l'Internet, l'industrie informatique a induit une nouvelle culture de la
consommation technologique, qui nécessite automatiquement "une interminable série de
mises à niveau" pour satisfaire le désir de l'industrie à accroître sa part du marché (Bowers,
1998, p.113).

La commercialisation de l'Internet a permis à l'entreprise de décaler l'accent de la


production et le contrôle des biens matériels de contrôle de l'information. Information est
devenue «quelque chose produite, échangée et utilisée dans le cadre d'une économie de
marché" (Agre, 2003, p. 755).

Cette évolution vers une économie basée sur l'information a nécessité de nouveaux
domaines axés sur l'information et de nouveaux marchés. Ceci explique la forte concurrence
entre les grandes industries technologiques pour étendre leur contrôle sur les universités, les
écoles, les bibliothèques et d'autres sphères publiques. La révolution de l'information qui a
suivi a généré un secteur économique dynamique, intégrant les entreprises basées sur le Web,
les universités virtuelles, les cyber-magasins, et ainsi de suite. Même les industries qui ne
dépendent pas fortement de l'information ont utilisé l'Internet pour propager leurs
marchandises, d'attirer plus de clientèle, réduire le travail de secrétariat, et gagner plus de
profit grâce à des activités de vente en ligne. Les entreprises commerciales sont devenues une
caractéristique du World Wide Web en particulier, l'élaboration de sa conception, le ton, le
contenu, la langue, et l'utilisation.

Le boom économique mis en place par l'Internet en termes de flux d'argent, la création
d'emplois et une plus grande efficacité a donné les industries occidentales et aux entreprises
un avantage concurrentiel sur le marché régional et mondial. En fait, l'Internet a contribué à
renouveler l'hégémonie économique occidentale à travers le contrôle de la capitale de
l'information, la pierre angulaire des nouvelles industries basées sur l'information (Noble,
1998). Ces avantages ont incité les industries de la technologie pour internationaliser le
nouveau média, étendre sa portée à plus de 1,24 milliard d'utilisateurs internationaux en
moins de quinze ans (Internet World Stats, 2007). Cette explosion technologique n'a pas eu
lieu par hasard, surtout si l'on considère les énormes profits que les géants électroniques
(Google, Yahoo, Ebay, Amazon, etc.) ont récolté des affaires en ligne.

116
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Selon les indicateurs d'investissement SiliconValley (2006), le bénéfice net de chacun


des dix premières entreprises électroniques était au-dessus de 1 milliard $ en 2005.
L'internationalisation de l'Internet a non seulement aidé les entreprises occidentales étendent
leur marché dans le monde entier, mais aussi facilité le changement du monde à une société
plus ouverte et mondiale. Parce que les affaires et l'économie internationale est contrôlée par
les mêmes pays et les forces qui ont nourri la culture de l'Internet, l'adoption de l'Internet et
d'autres technologies de réseau sont devenus non seulement une option, mais une nécessité
dictée par "normes internationales" dans les affaires, la communication, et mondiale la main
d'œuvre.

Les firmes technologiques ont joué un rôle proactif dans la diffusion de l'Internet dans
les pays en développement. Ces firmes ont offert diverses incitations et lancé plusieurs projets
en Afrique, en Asie et en Amérique latine pour assurer leur «connectivité» à l'Internet et au
reste du monde.

Le nombre d'utilisateurs d'Internet à travers le monde n'a cessé de croître et cette


croissance a donné l'impulsion et les opportunités pour le commerce électronique mondial. La
littérature décrit l'Internet et le commerce électronique comme une partie essentielle du
processus de développement (Kole2000; Hoffman, 2000). Cependant, différentes
caractéristiques des infrastructures, socio-économique et socio-culturelle ont créé un niveau
significatif de variation de l'adoption et de la croissance du commerce électronique dans les
pays en développement.

Le e-commerce a été prédit pour être un nouveau moteur de la croissance économique


pour les pays en développement, (Humphrey et al. 2003). Les possibilités offertes par
l'Internet, une a conduit beaucoup à croire que le commerce électronique va aider les pays en
développement à surmonter leurs problèmes d'exclusion de l'économie mondiale et
d'améliorer leur participation dans l’économie internationale (Odedra-Straub, 2003). Il
présente de grandes opportunités aux entreprises dans les pays en développement pour
obtenir un meilleur accès mondial et de réduire les coûts de transaction (Kraemer et al., 2002;.
Humphrey et al, 2003). Cependant, des recherches antérieures ont montré que les pays en
développement n’ont pas tiré les avantages attendus de l'e-commerce (Pare 2002 Humphrey et
al. 2003).

117
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

En fait, la diffusion de l'Internet dans les pays en développement a été associée à des
promesses de possibilités de développement économique, changement social positif, et les
chances de participation politique pour les groupes privés (Wheeler, 2004). L’Internet et les
technologies de réseau soutiennent la croissance économique, contribuent à l'avancement des
ressources humaines, et rendent possible sur certaines contraintes le développement durable.
De plus, elles permettent aux individus dans l'exercice de leur droit de recevoir, produire et
diffuser des informations et des idées au-delà des frontières nationales. De plus, ils facilitent
la communication interculturelle où les différences de race et de classe disparaissent. En fait,
les forces industrielles des entreprises étaient souvent derrière cette idéalisation technologique
(Watson, 1998; Noble, 1998; De Castell et al, 2002). Ces images ont été propagées dans le
monde entier principalement pour l'industrie et les bénéfices des sociétés.

Malgré ces atouts, le décollage de l’achat et de la vente par Internet ne s’est toujours pas
produit chez les entreprises des pays en développements. Le commerce électronique
progresse, certes, mais il ne représente encore qu’une assez faible part des échanges. D’après
des définitions larges du commerce électronique (regroupant les ventes EDI et les transactions
Internet), l’ensemble des transactions en ligne représentaient une faible partie des ventes
totales des entreprises ; la majeure partie concernait le commerce inter-entreprises (B2B) et le
pourcentage des ventes aux consommateurs (B2C) est encore plus faible. Les transactions en
ligne concernent principalement le B2B et les échanges nationaux et non le B2C et les
échanges internationaux. La situation est similaire pour les petites et moyennes entreprises
(PME), même si elles progressent plus lentement que les grandes entreprises dans le domaine
des transactions sur Internet.

De même pour L’usage de l’internet et l’application du commerce électronique dans les


entreprises tunisiennes demeure peu diffusé. Dans ce sens, il est nécessaire d’inciter les
entreprises à prendre davantage conscience de l’utilité de ces technologies pour améliorer leur
performance. Sur la base de ce constat, notre recherche se propose de répondre à la question
suivante : l’utilisation de l’internet est-elle optimale dans le secteur de textile tunisien ?

Le présent chapitre comporte trois parties. La première sera consacrée à la présentation


générale des données La deuxième partie sera limitée à la méthodologie de recherche et

118
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

mesure des variables et enfin nous expliciterons le test des hypothèses avec l’analyse et
l’interprétation des résultats.

I- Présentation générale des données :


I- 1- Collecte des données :
L’objectif de la recherche, la nature des variables et les hypothèses déterminent le choix
de la méthode de collecte des données. Ainsi, la collecte des données est réalisée moyennant
un questionnaire. Le choix de ce mode de recueil de l’information revient au fait qu’un tel
outil permettrait d’interroger les individus sur l’information voulue, qu’il permet par
conséquent d’obtenir une information précise et de la traiter statistiquement pour l’interpréter
par la suite (Ketéle et Rogiers ,1996). De telles caractéristiques font du questionnaire un outil
approprié à cette recherche.

Puisque nous voulons savoir si les entreprises de secteur textile adoptent les outils de
tic ou non nous avons choisi le questionnaire type fermé dichotomique. Dans ce type de
questionnaire les responsables sont appelés à répondre par oui ou non.

La technique de collecte des données adoptée est le questionnaire direct avec un


responsable pour chaque entreprise de notre échantillon ou on a passé plus qu’une demi-heure
avec chacun d’eux. Les questionnaires ont été administrés sur terrain dans un triple objectif :
cerner des points potentiellement pertinents mais non couverts dans le questionnaire, vérifier
la clarté des questions et la sensibilité du répondant face à la complexité et la longueur du
questionnaire et, recueillir l’évaluation du répondant quant à l’adéquation du questionnaire en
rapport aux objectifs visés. Excepté dans un cas où• le répondant demanderait de remplir
immédiatement le questionnaire en raison des contraintes de temps non prévues, nous avons
réalisé le pré-test en deux étapes.

Dans un premier temps, nous avons demandé aux répondants de parler de leur entreprise et de
leurs activités de production de textile dans le but de cerner les particularités du contexte en
présence au plan des préoccupations en matière des innovation, technologie et d’information.
Cette présentation a généralement duré de 10 à 15 minutes selon la disponibilité (volonté
d’aider) et l’intérêt (désir d’échanger et d’apprendre) manifesté par le répondant pour le sujet.
Cette étape visait à cerner des points non couverts dans le questionnaire. C’est seulement
119
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

après avoir cerné le contexte global des activités que nous avons demandé aux répondants de
remplir le questionnaire. Cette deuxième étape a duré en moyenne 20 minutes. Au fur et à
mesure du remplissage, il est arrivé à quelques occasions que le répondant demande des
précisions sur certaines questions (ou que nous lui posions des questions) afin d’assurer la
fiabilité des réponses fournies. C’est la principale raison pour laquelle le remplissage a pris
plus de35 minutes. Préalablement, nous avons rappelé les objectifs de l’étude puis clarifié la
structure du questionnaire.

Au terme de chaque remplissage, nous avons posé les trois questions suivantes à chaque
répondant. Dans la première question, nous demandons au répondant s’il aurait été en mesure
de répondre adéquatement au questionnaire comme il venait de le faire sans notre aide. La
majorité ont répondu qu’ils auraient pu avoir des difficultés. Par la suite, nous avons
demandé d’identifier la section à partir de laquelle le répondant aurait été tenté d’arrêter de
répondre au questionnaire en raison de sa complexité ou de sa longueur. Tous ont indiqué
qu’ils auraient arrêté la dernière section qui parle de sécurité TIC.

Nous reconnaissons cependant ici l’existence de deux biais dont nous ne mesurons pas
l’ampleur de l’impact : l’engagement préalable des répondants de participer à l’enquête et le
climat de confiance qui n’existe pas. Mais nous pensons également que la clarté des
explications que nous avons fournies au sujet des objectifs de l’étude et de la structure du
questionnaire a joué un rôle important. Pour cette raison, nous avons estimé nécessaire de
reproduire ces explications dans le questionnaire.

En fait, nous avons remplacé les explications répétées au début de chaque question par
une explication générique que nous présentons au début de chaque série de questions. Ces
deux opérations ont permis de réduire le volume du questionnaire à 9 pages. Par ailleurs,
nous avons réaménagé la structure du questionnaire en ordonnant les questions dans un ordre
de complexité croissante afin de favoriser la fluidité des réponses.

Le rapport, Indicateurs fondamentaux relatifs aux TIC34, contient un ensemble de 41


indicateurs fondamentaux qui ont été définis pendant l’exercice d’inventaire et ont ensuite été

34
www.itu.int/ITU-D/ict/partnership/material/CoreICTIndicators.pdf.
120
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

approuvés par la Commission statistique de l’ONU35 en 2007. Les indicateurs fondamentaux


sont divisés en quatre groupes :

✓ Infrastructure et accès aux TIC (12 indicateurs)


✓ Accès aux TIC et utilisation par les ménages et les personnes (13 indicateurs)
✓ Utilisation des TIC par les entreprises (12 indicateurs)
✓ Le secteur des TIC et le commerce des biens de TIC (quatre indicateurs).
Plusieurs pays en développement ont depuis intégré ces indicateurs dans leurs
sondages auprès des ménages et des entreprises. La liste complète des 41 indicateurs
fondamentaux se trouve à l’annexe

Les indicateurs de l’usage des entreprises des TIC sont les suivants :

1- Proportion d’entreprises utilisant des ordinateurs

2 -Proportion des employés utilisant un ordinateur

3 -Proportion des entreprises utilisant l’Internet

4 -Proportion des employés utilisant l’Internet

5 -Proportion des entreprises ayant une présence web

6 -Proportion des entreprises avec un intranet

7 -Proportion des entreprises recevant des commandes par l’Internet

8 -Proportion des entreprises plaçant des commandes sur l’Internet

9 -Proportion des entreprises utilisant l’Internet par type d’accès : les catégories devraient
permettre une agrégation de la bande étroite et de la large bande lorsque la large bande exclut
les technologies à faible débit, comme un modem à composition commutée, l’ISDN et l’accès
par la plupart des téléphones mobiles 2G. La large bande a normalement un débit de
téléchargement annoncé d’au moins 256 kbit/s.
35
La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CENUA), la Commission
économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEALC), la Commission économique et sociale
pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) et la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale
(CESAO).

121
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

10 -Proportion des entreprises disposant d’un réseau local (RL)

11 -Proportion des entreprises disposant d’un extranet

12 -Proportion des entreprises utilisant l’Internet par type d’activité :

✓ Envoyer des courriers électroniques ;


✓ Obtenir des informations ;
✓ Transaction bancaire ;
✓ Traiter avec les autorités publiques ;
✓ offrir des services aux clients ;
✓ Livrer des produits en ligne.
La construction de notre questionnaire se base sur les 12 indicateurs de l’usage des TIC
dans les entreprises de ce rapport. En fait, dans notre questionnaire les indicateurs sont
représentés en 31 items distribués sous 7 sections qui sont :

➢ Utilisation d’ordinateur et de réseaux informatique ;


➢ Accès et utilisation de l’Internet ;
➢ Transmission des données ;
➢ Echange automatique de l’information au sein de l’entreprise ;
➢ Commerce électronique ;
➢ Changement organisationnel et stratégique apprêt ( après ?)l’adoption des TIC ;
➢ Formation en TIC.

I- 2- Caractéristiques du terrain de recherche :


Notre terrain de recherche s’est porté sur le secteur de textile et habillement puisqu’il
présente sur le plan mondial, comme sur le plan national le facteur de croissance économique
le plus pertinent. En fait, le secteur textile-habillement est un secteur clé pour l’économie
tunisienne. En fait, le secteur Textile en Tunisie qui est presque entièrement orienté vers
l'exportation représente le plus important secteur industriel car il représente l'un des secteurs
phares de la croissance économique. C'est dans ce contexte qu’au cours de ces dernières
années, le secteur a procédé à d’importants investissements dans la recherche et le
développement de nouveaux procédés de fabrication qui se sont révélé des outils efficaces. Ce

122
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

qui a permis par la suite aux entreprises de procéder à des innovations incessantes relatives
aux processus de conception et de production.

I- 2- 1- Un secteur phare :
Le secteur du textile et de l’habillement qui allie expérience, savoir-faire technique, et
compétences est un des fleurons de l’économie tunisienne. Il occupe une place prédominante
dans l’économie tunisienne avec plus de 1881 entreprises parmi plus de 5620 d’entreprises
employant 10 personnes et plus, qui constituent le secteur industriel le tableau ce dessous
l’explique bien.

Tableau2 : répartition de tissus industriel tunisien par secteur36

Secteurs TE* ATE* Total %


Industries agro-alimentaires (IAA) 196 843 1 039 18,5%
Industries des matériaux de construction 21 430 451 8,0%
céramique et verre (IMCCV)
Industries mécaniques et 187 449 636 11,3%
métallurgiques(IMM)
Industries électriques, électroniques et de 242 131 373 6,6%
l'électroménager(IEE)
Industries chimiques(ICH) 129 422 551 9,8%
Industries textiles et habillement(ITH) 1 495 294 1 789 31,8%
Industries du bois, du liège et de 26 182 208 3,7%
l'ameublement(IBLA)
Industries du cuir et de la chaussure(ICC) 193 71 264 4,7%
Industries diverses(ID) 75 234 309 5,5%
Total 2 564 3 056 5 620 100%

Sources : APII *:TE: Totalement exportatrices,


ATE: Autres que totalement exportatrices

36
APII : Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation - Septembre 2014

123
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

L’industrie de textile et de l’habillement (ITH) représente plus que 30% de tissus industriel
tunisien, le graphique suivant montre qu’il est occupé la première place par rapport aux autres
industries.

Graphique 2 : Part de chaque secteur dans le tissu industriel tunisien.

35,00%

30,00%

25,00%

20,00%

15,00%

10,00%

5,00%

0,00%
IAA IMCCV IMM IEE ICH ITH IB ICC ID

Source : les donnés sont les donnés de l’APII

De plus, le secteur de textile est le premier secteur exportateur des industries


manufacturières 80 % des entreprises sont totalement exportatrices, 57 % des entreprises
sont 100 % étrangères ou à participation étrangère. Plus de 4 000 millions de dinars
tunisiens d’exportation en moyenne par an. Plus de 173 millions de dinars tunisiens
d’investissement par an en moyenne dont 1/3 des IDE (941 millions de dinars tunisiens en
termes de stock) avec 35 % des exportations.

124
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Graphique 3 : Répartition des entreprises TE par secteur.

ICC ID IAA
IMCCV
IB 7% 3% 8% IMM
1%
1% 7%
IEE
9%
ICH
5%

ITH
59%

Source : les donnés sont les donnés de l’APII

Les entreprises employant 10 personnes et plus occupent 182 523 personnes dont
166 028 relèvent des entreprises totalement exportatrices et 16 495 des entreprises
partiellement exportatrices, d’apprêt le CETTEX37. De ce fait, le secteur de textile est le
premier employeur avec 33,7 % de l’ensemble des emplois dans le secteur industriel, le
graphique suivant la montre bien38.

Graphique 4 : Pourcentage des emplois dans chaque secteur industriel

33,70%

18,00%
13,80%
8,20% 9,10%
5,90% 5,50% 3,80%
2,00%

IAA IMCCV IMM IEE ICH ITH IB ICC ID

Source : les donnés sont les donnés de l’APII

37 Centre de Technique de Textile.


38 Source: Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation - Septembre 2014.

125
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

La réussite de l’industrie tunisienne du textile et de l’habillement est le résultat de la


maîtrise du savoir-faire, de la variété des gammes, de l’optimisation de la production avec
rationalisation de ses coûts, de la rapidité de livraison et de la proximité des centres de
décision européens.

I- 2- 2- Les forces du secteur :


➢ Un savoir-faire confirmé :
L’industrie textile & habillement demeure le premier secteur manufacturier en Tunisie en
termes de poste d’emploi. La Tunisie offre une main-d’œuvre jeune, expérimentée de plus en
plus abondante et compétente, dotée d’une capacité d’apprentissage rapide. Les sociétés
locales comme étrangères apprécient la flexibilité, les capacités de formation, les compétences
et la qualification des travailleurs tunisiens.

Un système de formation adéquat

Afin de maintenir le niveau de compétitivité et de la maîtrise du savoir-faire de


l’industrie tunisienne du textile et de l’habillement, l’État a mis en place un dispositif de
formation universitaire et professionnelle couvrant la quasi-totalité des filières et mettant sur
le marché des qualifications de plus en plus pointues :

- l’Institut Supérieur des Études Technologiques de Ksar Hellal (ISET)


- l’École Nationale d’Ingénieurs de Monastir (ENIM)
- l’Institut Supérieur des Métiers et de la Mode de Monastir (ISMM)
- 29 centres de formation professionnelle.
➢ Un soutien actif de l’État
Pour faire face au changement des stratégies d’achat des donneurs d’ordre, orientées de
plus en plus vers la co-traitance et le produit fini, le secteur privé ainsi que les pouvoirs
publics, conscients de la nécessité d’évoluer vers la production d’articles à plus forte valeur
ajoutée, ont engagé un programme national de promotion du secteur portant sur
l’accompagnement des entreprises dans la migration vers la co-traitance et le produit fini
moyennant une assistance technique, financière et commerciale.

126
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

➢ Partenariat :
C’est le secteur le plus attirant des partenaires étrangers ce qui le rend le secteur le plus
apte à investir dans les TIC. En fait, le nombre d’entreprises à participation étrangère est de
845 dont 565 sont à capitaux 100 % étrangers, 818 entreprises sont totalement exportatrices.

Graphique 5 : Répartition par Pays des Entreprises en Partenariat

France Italie Allemagne Belgique Autres


(315) (231) (79) (101) (198)

Source: APII - Septembre 2013

I- 2- 3- Présentation des entreprises enquêtées :


La population ciblée comprend 110 entreprises de textile-habillement dans plusieurs
spécialités (Borderie, Confection, Filature, Finissage, Tricotage) 39 . Les entreprises sont de
type totalement exportateur et autre que totalement exportateur. La majorité de notre
échantillon est concentré dans la zone de Monastir (Jamel, kaser-hellel,…) où se palace la
grande partie du secteur textile tunisienne (voir annexe1). En plus, on a essayé d’enrichir
notre échantillon par des entreprises de la zone industrielle de Sfax ainsi que des entreprises
qui se situent à la Mahdia.

Selon l’effectif de leur personnel, cet échantillon est composé de très petites entreprises
(61 ,8%), de petites entreprises (10%), de moyennes entreprises (5,5%) et de grandes
entreprises (22,7%), comme l’indique le graphique ci-après.

39
Toutes les informations détaillées du secteur textile tunisiennes sont représentées en annexe1.
127
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Graphique 6: Répartition des entreprises de l’échantillon selon l’effectif de leur personnel

plus que 100 employés 22,70%

de plus de 50 employés à moins de


5,50%
100employés

de plus de 20 employés à moins de 50


10%
employés

moin de 20 employés 61,80%

Cette prépondérance de très petites entreprises s’observe également dans les différentes
agglomérations, ils sont généralement de petites et moyennes entreprises de sous-traitance.
Environ le un quart de notre échantillon est des grandes entreprises qui se caractérisent par
leurs fortes capacités d’exportation. Toutefois, 73% des entreprises enquêtées sont des mono-
établissements et qui sont de petite taille le reste sont des entreprises de plusieurs
établissements et se caractérisent par leur grand nombres d’employés.

Le graphique ci-après montre la forte proportion d’entreprises exportatrices.

Graphique 7 : Pourcentage d’entreprises exportatrices

Non exportatrice 36,4

Exportatrice 63,6

128
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

En fait, c’est évidant que deux trier (63,6%) de notre échantillon sont des entreprises
exportatrices puisque le secteur de textile est un secteur exportateur. En plus, la majorité de
ces entreprises sont des entreprises d’investissement direct étranger (IDE) totalement
exportatrice. Les entreprises d’IDE sont généralement reliées par des entreprises mères à
l’extérieur et pour cette raison l’investissement dans la recherche et développement (RD) est
faible dans tout le secteur. Le graphique ci-dessous montre que presque 80% de l’échantillon
sont des entreprises qui ne font pas de RD et n’ont pas de budget ou d’établissement pour le
RD.

II- Analyse descriptive des variables :


En se basant sur les travaux de BOCQUET R., BROSSARD O.40 nous avons demandé à
nos répondants si leur entreprise disposait d’un accès à Internet ; d’un réseau Intranet ; d’un
réseau Extranet, d’un réseau local (LAN) ; d’un système d’échanges de données informatisées
(EDI) ; d’un progiciel de gestion (ERP) ; d’un logiciels de veille ; d’un site Internet dédié aux
clients et aux fournisseurs (INTC). Certaines de ces technologies sont présentes dans la
plupart des entreprises. C’est le cas de l’accès à Internet, du réseau local LAN, de l’Intranet
ou de l’Extranet.

D’autres, au contraire, font figure d’exception dans notre échantillon (logiciel de veille). Dans
ce cas, leur probabilité d’adoption ne peut être correctement estimée. C’est pourquoi, nous
avons décidé de centrer notre étude sur l’adoption des systèmes EDI, des progiciels de gestion
et des sites Internet dédiés aux clients et aux fournisseurs. Ces variables sont respectivement
désignées par EDI, ERP et INTC. Leur valeur est de 0 si la technologie n’est pas présente
dans l’entreprise et de 1 si elle est présente dans l’entreprise au moment de l’enquête.

II-1- Adoption de principale technologie de l’information et de


communication (LAN) :
Nos données d’enquête décrivent plusieurs TIC susceptibles d’être adoptées par les
entreprises. Nous avons demandé à nos répondants si leur entreprise disposait d’un accès à
Internet ; d’un réseau Intranet ; d’un réseau Extranet, d’un réseau local et un réseau sans fil.

40
BOCQUET R., BROSSARD O., 2007, « The Variety of ICT Adopters in the Intra-FirmDiffusion Process: Theoretical
Arguments and Empirical Evidence », StructuralChange and Economic Dynamics, vol. 18, n° 4, pp. 409-437.

129
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Le graphique ci-dessous présente les taux d’utilisation des différentes catégories de TIC par
les entreprises du secteur textile. L’une des formes les plus importantes d’utilisation des TIC
dans les entreprises consiste à l’usage de l’internet. Les entreprises de notre échantillon sont
équipées des outils principaux qui permettent de mettre en place des applications
informatisées. Près de la totalité de ces entreprises sont reliées à l’Internet (96%) aussi un
nombre important d’entre elle disposent d’un réseau intranet (82%) et extranet (73%).

Graphique 8 : Taux d’utilisation des principales technologies de l’information et de la

communication par les entreprises de textile

120%

100% 4%
18%
27% 32%
80%
non
60% oui
96%
82%
40% 73% 68%

20%

0%
extranet internet sans fil intranet

Toutefois, la conception d’une information numérique circulante et à la disposition de


tous dans l’entreprise n’est pas généralisée.la majorité des entreprises enquêtées (70%) moins
de 20% de ces employés qui ont un accès internet. Ce pendant seulement 20% des entreprises
la moitié de ces employés utilisent l’internet et sont généralement des grandes firmes. Le
graphique ci-dessous décrit la répartition de l’usage de l’internet par intervalle des employés

130
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Graphique 9 : pourcentage des employés qui utilisent l’internet dans les entreprises de notre
échantillon

5% 0-20%
14%
21%-40%
7%
41%-60%
4%
61%-80%
70%
81%-100%

Bien que la majorité des entreprises enquêtées adopte les outils de l’internet, l’usage de
l’internet est très faible. L’existence d’un grand écart entre l’adoption des TIC et leur usage
dans le secteur de textile et de même dans toutes l’économie tunisienne est manifeste. En plus
on peut bien remarquer que la taille de l’entreprise ainsi que le niveau de qualification des
employés sont des facteurs déterminant de l’adoption ainsi que de l’usage optimale des TIC.
Dans les chapitres suivants, on va essayer de confirmer ces remarques.

II-2- Adoption d’un système d’échange des donnés informatisés


(EDI) :

Nous avons déjà mentionné l’existence d’un contraste entre la diffusion de certains outils
(sites, Internet, adresse électronique) et leurs prolongements favorisant la circulation de
l’information et de communication (Intranet, forum, places de marché…). L’observation
statistique des modalités d’usage accentue ce contraste.

Si la majorité des entreprises interrogées se sont dotées d’un accès internet, 40 % de ces
mêmes entreprises se communiquent avec les autorités publiques par des courriers
électroniques. Seules 52% des entreprises de notre échantillon échangent des informations
informatisés avec d’autres entreprises opérantes dans le même secteur. Presque la moitié des
firmes n’utilisent pas les voies électroniques pour la communication avec leurs clients et
fournisseurs.

131
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Graphique 10 : pourcentage d’usage d’EDI

100%
47,30% 45,50% 44,50%
60%

50%
52,70% 54,50% 55,50%
40%

0%
les autorités autre fournisseurs clients
oui non
publiques entreprise

L’analyse des données croisées d’utilisation de l’internet et le EDI révèle que presque
50% des entreprises seulement qui échangent des informations avec leur environnement
économique.la moitié des entreprises qui adoptent l’outil internet ne l’utilisent pas pour
communiquer avec leur partenaire.

II-3- Adoption des progiciels de gestion (ERP) :


43,6% des entreprises interrogées annoncent disposer d’un logiciel de comptabilité et
47,3 % utilisent un logiciel de gestion de stock. Sur l’ensemble de notre échantillon seuls
28,2%font leur gestion de client avec un logiciel et seulement 30% ont un logiciel de gestion
intégré (graphique). On ne peut donc pas parler véritablement d’ERP dans ce cas.

Graphique 11 : Pourcentage des modules ERP implantés dans les entreprises interrogées

oui non

gestion de client 28,20% 71,80%

gestion integré 30% 70%

comptabilité 43,60% 56,40%

gestion de stock 47,30% 52,70%

132
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Les ERP ou PGI (progiciels de gestion intégrée), qui sont des applications informatisées
touchant plusieurs fonctions, sont très représentatifs de la politique d’intégration des systèmes
d’information. Ces applications requièrent, en effet, du personnel spécifique. Elles supposent
la création de postes de travail et mettent en évidence l’existence d’anticipations
entrepreneuriales (celles du dirigeant) ou stratégiques (concernant l’ensemble de l’équipe de
direction).

II-4- Adoption d’un site Internet dédié aux clients et aux


fournisseurs ( INTC):
Le graphique indique que moins que la moitié des entreprises ont un site internet (40%),
offrent leurs produits ou services en ligne (15 ,5%) ou effectuent des achats en ligne (35,5%).
Notons que les achats ou vente en ligne peuvent se faire sans que les entreprises ne disposent
elles-mêmes de site internet. Elles se procurent parfois simplement des cartes de crédit pour
effectuer des achats en ligne. Des ventes en ligne se font également par l’intermédiaire d’un
site internet qui n’est pas celui de l’entreprise.

Graphique 12: Pourcentage des entreprises qui adopte l’INTC.

vente par
internet
15,5%

site web
40%

achat par
internet
25,5%

L’implantation d’applications informatisées dans les entreprises permet la routinisation de


certaines tâches et l’allègement des coûts correspondants. La généralisation de ces
applications montre que toutes les firmes ont désormais intégré les équipements principaux
des TIC (LAN). Mais il existe une forte minorité d’entreprises ayant adopté des outils
133
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

d’intégration interne (EDI, ERP, INTC). Le tableau croisé montre clairement que, pour ces
trois technologies, l’adoption multiple est un phénomène fréquent.

Tableau n°2 : croissement de ERP * EDI * INTC

EDI

INTC non oui Total

non ERP non 36 12 48

oui 12 25 37

Total 48 37 85

oui ERP non 1 9 10

oui 1 14 15

Total 2 23 25

Total ERP non 37 21 58

oui 13 39 52

Total 50 60 110

On observe que seulement 36 entreprises sur les 110 qui composent notre échantillon
n’ont adopté aucune technologie ou une seule technologie. Les autres ont adopté au moins
deux technologies parmi les trois étudiées. Cette observation confirme la pertinence d’une
approche multi-variée pour mener le test empirique.

L’avantage que gagnera l’entreprise sur ses concurrents dépendra, selon la théorie du
Knowledge based view, de son aptitude à acquérir et à développer des ressources intangibles
et dynamiques telles que les connaissances (Grant, 1996 ; Curado et Bontis, 2006).

Cohen et Levinthal ont défini en 1990 la capacité d'absorption comme "l’aptitude


d’une firme à reconnaître la valeur d’une nouvelle information, à l’assimiler et à l’appliquer
à des fins commerciales ". Ils ont montré que cette aptitude aide les entreprises à être plus
proactives et à exploiter les nouvelles technologies et connaissances offertes par le marché.
134
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

De plus, Lane et al. (2006) affirment que le développement ainsi que le maintien d’une
capacité d'absorption sont cruciaux pour la survie à long terme de l’entreprise. En effet, cette
dernière est confrontée à un marché mondialisé, où les actifs matériels sont quasiment à la
portée de tous alors que les actifs immatériels sont beaucoup plus difficilement mobilisant sur
sa base de connaissances, de la renforcer et de la compléter (Lane et al., 2006). De ce fait,
l’entreprise est appelée à mettre en place une bonne infrastructure des TIC qui est
fondamentale pour toutes les fonctions commerciales et opérationnelles de l'organisation.
L’infrastructure TIC traite principalement l'intégration des composants de la technologie pour
répondre aux besoins des entreprises.

La compétitivité de l'organisation dépend de la flexibilité de l'infrastructure


informatique qui permet à l'entreprise de développer rapidement de nouveaux processus et
applications. La rapidité avec laquelle une organisation peut mettre en œuvre les processus et
les applications améliorant sa compétitivité sur le marché.

En effet, selon Reix (2002) c'est grâce à des possibilités de plus en plus
économiques et performantes d'acquisition, de stockage, de traitement et de restitution de
l'information que les TIC répondent aux nouvelles exigences auxquelles les entreprises
doivent faire face. L’investissement dans l’infrastructure est aujourd’hui largement
encouragé dans les entreprises.

Les Technologies de l’Information et de la Communication ont un impact de plus en


plus dynamiseur sur tous les secteurs économiques tunisiens. Le secteur du textile habillement
n’échappe plus à cette nouvelle donne. Pour la Tunisie, l’intégration des TIC dans le secteur
est en delà des potentialités.

III- L’écart entre adoption et usage de l’internet


III-I- Développement des hypothèses :
Depuis le développement du l’infrastructure des réseaux – Internet-, l’idée que
celui-ci constitue une source importante d’information pour l’entreprise (Cronin &alii,
1994 ; Cockburn, Wilson, 1996 ; Graef, 1997, Revelli, 2000 ; Lesca, Janissek, 2001 ;
Chen, Chau, Zeng, 2002). Cependant, Internet constitue à la fois une source
d’information pour l’entreprise et à la fois un ensemble de technologies et d’outils
135
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

pour la recherche d’information. Dès lors, Internet peut être envisagé comme un outil
d’accès à l’information sur l’environnement de l’entreprise. Avec la démocratisation de
l’accès à Internet, de plus en plus d’entreprises possèdent un site Internet sur lequel
l’activité de l’entreprise est décrite. Plus encore, nombreuses sont les entreprises qui
désormais développent des relations commerciales grâce à Internet. Avec l’essor d’un tel
ensemble d’informations disponibles en ligne l’entreprise devrait intégrer rapidement les
informations et les outils issus de l’Internet.

En effet, avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la


communication, et principalement de l’Internet Ce développement technologique a provoqué
des mutations profondes dans les environnements économiques des entreprises et la naissance
d’une nouvelle économie ou d’un nouveau marché appelé « le marché virtuel » (Alba 1998,
Badoc 2000, Gay 2007).

Désormais, les chances de développement du commerce électronique dans un secteur


économique sont fortement influencées par son potentiel à apporter des avantages
concurrentiels aux différents acteurs économiques (Dubois 1998). Par ailleurs, le commerce
électronique se trouve encore, dans la majorité des secteurs économiques, à un stade
embryonnaire. En se référant aux travaux réalisés dans les divers domaines du commerce
électronique, nous avons remarqué que, malgré la prolifération des sites web et la forte
croissance du nombre des utilisateurs d’Internet, les interrogations à l’égard des apports et du
rythme futur de la diffusion de cette innovation demeurent encore nombreuses, et les
prédictions sur son succès commercial se sont avérées souvent trop optimistes et risquées
(voir notamment Alba 1998, Badoc 2000, Lendrevie et al. 2006, Vellas 2002).

De ce fait, pour étudier l’usage de l’Internet et de commerce électronique dans le


secteur de textuel tunisien, on propose de tester les hypothèses suivantes

H1 : Faible usage de l’Internet comme outil de collecte et de recherche


des données pour faciliter le contact de l’entreprise avec son environnement.

H2: L’exploitation du commerce électronique s’il est utilisé par les


entreprises du secteur textuel se limite sur la simple opération d’achat et vent.

136
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

L’introduction des TIC dans l’entreprise constitue une prévention pour le personnel qualifié
qui utilise les TIC correctement. Bresnahan et al(2002) ont montré que « la valeur des
investissements en TIC est accrue lorsque celles-ci sont associées à une qualification élevée
des salariés » (Missoui, 2009, p 7). Ainsi, Arvanitis et Hollenstein (2001) observent que le
niveau d’investissement dans les TIC est positivement affecté par le pourcentage d’employés
avec un niveau d’éducation universitaire. Al-Gahtani (2004) a montré qu’il y a une corrélation
significative entre le niveau d’éducation des utilisateurs et la performance d’utilisation des
ordinateurs. En conséquence notre sous-hypothèse sera :
H3. : Les entreprises qui utilisent les TIC ont un niveau très élevé d’employés
qualifiés.

III-2- Analyse et interprétation des résultats :


III-2-1- Les procédures statistiques :
Dans cette section, nous essayons de mettre à jour des associations de variables afin
d’illustrer les hypothèses suggérées dans la revue de la littérature. Nous employons pour
cette illustration des statistiques descriptives et proposons différents graphiques.
L’objectif de l’analyse bidimensionnelle est d’étudier les liens entre deux variables d’une
enquête. Dans notre étude, on va faire l’analyse bivariée sous deux formes : les tableaux
croisés avec le test de khi-deux et l’analyse des variances ANOVA.

En fait, nous allons voir comment subdiviser les fréquences de proportion d’une
variable catégorielle avec une autre variable catégorielle (tableau croisé). Le tableau croisé
examine la relation entre deux variables catégorielles. Il décrit donc la ventilation de chaque
catégorie d'une variable en fonction d'une autre variable catégorielle. Dans notre enquête,
nous avons affaire à des variables qualitatives nominales, Il faut donc choisir des tests qui
conviennent à ce genre de variables. Pour mesurer l’indépendance des variables, il faut
utiliser des tests d’hypothèses. Les tests d’hypothèses nous aident à interpréter les données et
à prendre des décisions. Ces tests nous permettent de déterminer si les relations entre deux
variables données sont dues au hasard ou sont réellement reliées.

137
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Pour l’étude des relations entre les variables, le khi-carré (ou khi deux) est le test
le plus utilisé. Le test du khi-carré est un test d’hypothèse ; il fonctionne essentiellement
dans la comparaison entre une fréquence observée et une fréquence théorique. Son
interprétation se base sur sa signification qui doit être inférieure à 0,05 (5%) pour dire qu’il
ya une relation causale entre le deux variables si c’est le contraire on en déduit que le test
n’est pas significatif et qu’il n’existe pas de relation entre le deux variables croisés.

En fait, on va faire croiser des variables de la première dimension « acquisition » avec


les autres dimensions pour mesurer leur interdépendance. En premier lieu, on a choisi de
tester l’effet d’adoption d’une infrastructure TIC sur l’analyse des données interne des
entreprises, en croisant la variable « utilisation des ordinateurs » avec la dimension
transformation. Puis, on a choisi de tester l’acquisition de l’internet ; « avoir un accès à
l’internet » ; avec la dimension assimilation puis avec la dimension exploitation pour tester si
l’adoption de l’outil internet à un effet sur ses relations avec les partenaires de l’entreprise
(autorité publique, fournisseur, client).

Les résultats sont présentés sous forme de tableaux pour faciliter l’interprétation ainsi
que la vérification de nos hypothèses les graphiques sont en annexes. En fait, les tableaux
croisés fournis par SPSS comportent plusieurs informations qui ne sont pas utiles pour notre
analyse, c’est pour cela qu’on a choisi de prendre seulement les résultats dont on a besoin.
Pour les tableaux croisés, on a choisi de prendre seulement les résultats pour les entreprises
qui adoptent les TIC c'est-à-dire qui ont répondu par « oui » aux questions « vous avez un
accès internet ». Pour les tableaux de test de khi-deux on a pris seulement la signification
pour faire l’interprétation.

Pour faire l’ANOVA on a besoin d’une variable quantitative et d’une variable qualitative
ordinal ou nominal dans notre cas on a des variables qualitatives nominales. Cette technique
permet de comparer les moyennes de trois groupes ou plus, créés par une variable
catégorielle.

➢ L’hypothèse nulle : les groupes proviennent de la même population. Leurs moyennes


sont semblables donc il n’ya pas de différence entre les groupes.

138
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Le seuil de signification est toujours fixé à p < 0,05 on rejet H0.

➢ L'hypothèse alternative : c’est qu'il y a une différence entre les moyennes, c'est-à-
dire qu'au moins une des moyennes est différente des autres.

Si on rejet l’hypothèse nul, il faut effectuer d’autres tests pour savoir entre quels
groupes se trouvent cette ou ces différences. Ces tests sont appelés post-hoc ou tests a
posteriori. Ils indiquent quels groupes se distinguent des autres. Dans notre analyse on a
choisi de faire le test de Tukey puisque le nombre d’observation et le même pour tous les
groupes. Le seuil de signification est de p < 0,05 c’est -à-dire que le groupe qui a un seuil
inferieur à 0,05 est celui qui est différent des autres.

Le variable quantitatif « pourcentage des employés qui utilisent l’internet » est


comparé à l’adoption des TIC par les entreprises.

III-2-2- Résultats et interprétation des hypothèses :


III-2- 2-1- Utilisation de l’internet et les EDI :

Nous avons examiné la relation entre le fait d’avoir un accès internet dans l’entreprise
et son système d’échanges des informations avec l’Etat, les fournisseurs, les clients et les
entreprises (EDI). Pour se faire nous avons croisé les variables avec SPSS et on a obtenu le
tableau suivant.

139
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Tableau 3 : Répartition des entreprises selon l’utilisation de l’Internet et EDI

Tableau croisé
internet Total
non oui
communiqué avec non Effectif 7 54 61
l'Etat par internet % du total 6,4% 49,1% 55,5%
oui Effectif 3 46 49
% du total 2,7% 41,8% 44,5%
échanger des non Effectif 9 43 52
informations % du total 8,2% 39,1% 47,3%
numériques avec oui Effectif 1 57 58
d'autres entreprises
% du total ,9% 51,8% 52,7%
envoyer des non Effectif 8 42 50
commandes % du total 7,3% 38,2% 45,5%
électroniques aux oui Effectif 2 58 60
fournisseurs
% du total 1,8% 52,7% 54,5%
recevoir des non Effectif 9 40 49
commandes % du total 8,2% 36,4% 44,5%
électroniques des
oui Effectif 1 60 61
clients
% du total ,9% 54,5% 55,5%

Les entreprises ont besoin de se contacter avec tous les éléments qui influencent leur
environnement tel que les autorités publiques, les clients et les fournisseurs. En effet, d’apprêt
le tableau ci-dessus, qui décrit le croisement de l’usage de l’internet et les EDI, 42%des
entreprises qui ont un accès internet (90% de notre échantillon) n’utilisent pas l’internet pour
se communiquer avec les autorités publiques ce qui est confirme le test de khi-deux qui n’est
pas significatif (0,142>0,05). Par contre plus que 50% des entreprises reçoivent des
commandes des clients et envoient des commendes pour leurs fournisseurs par voie
numérique. Ce résultat est bien affirmé par le test de khi-deux qu’est significatif (0,02<0,05).
En ce qui concerne l’échange des informations par voie numérique avec les autres entreprises
notre échantillon est divisé en deux moitiés, on utilise l’internet pour échanger des
informations avec les autres entreprises et l’autre moitié utilise les outils traditionnels pour
faire l’échange.

D’après le tableau, on peut conclure que l’usage de l’internet n’est pas optimal et qu’une
grande partie du secteur textile utilise toujours les moyens traditionnels pour communiquer

140
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

avec les acteurs économiques et surtout l’Etat. Ainsi on a bien mentionné qu’il existe un écart
entre l’adoption des TIC et l’usage optimal de ces outils. Les résultats trouvés à la suite de
notre description sont en résumé avec notre hypothèse (H1).

III-2- 2-2- Utilisation de l’internet et les INTC :


Le commerce électronique n’est pas très fréquent dans le secteur de textile bien que
ce soit un secteur d’exportation. Pour montrer, cette hypothèse nous avons croisé le variable
avoir un accès internet avec les variables INTC qui sont avoir un site web, vente par internet
et achat par internet.

Tableau 4 : Répartition des entreprises selon l’utilisation de l’Internet et INTC

internet Signification de
OUI khi-deux
OUI effectif 17 0,1560,05
% du total 15,5% Pas
Vous avez un site web NON effectif 83 Significative
% du total 75,5%
OUI effectif 14
Vous utilisez l'internet pour % du total 12,7% 0,205>0,05
vendre des B ou S NON effectif 86 Pas
% du total 78,2% Significative
OUI effectif 35 0,3870,05
Vous utilisez l'internet pour % du total 31,8% Pas
acheter des Biens ou Services NON effectif 65 Significative
% du total 59,1%

En effet, d’après le tableau 10 seulement 12% des entreprises vendent par internet et 35%
achètent des biens ou services par internet. En plus, 15% seulement des entreprises
interrogées ont un site web sur internet autrement duit pour les entreprises qui utilisent le
commerce électronique ce dernier se limite seulement à l’achat ou le vente.

Ces résultats sont confirmés par le test de khi-deux qui n’est pas significative ce qui confirme
une relation faible entre l’adoption de l’internet et sont usage par les entreprises du secteur

141
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

textile. D’un autre part, dans le tableau des statistiques descriptives, nous observons que la
médiane de la dimension exploitation est égale à 2 qui correspondent à la réponse « Non ».

Si on résume, dans notre cas la dimension d’exploitation est très faible puisque le
pourcentage des entreprises qui exploitent les nouvelles connaissances dans un but
commercial est très faible. En réalité, c’est sont les grandes entreprises qui pratiquent le e-
commerce mais en se limitant à la vente et l’achat des biens ou services. De se fait, notre
hypothèse est bien confirmée.

III-2- 2-3- Effet de la qualification des employés sur les EDI :


On a besoin d’effectuer une ANOVA pour tester l’influence du pourcentage des
employés qui utilisent l’internet sur la capacité d’adoption des entreprises et plus exactement
sur la dimension d’assimilation puis sur la dimension d’acquisition. En effet, le tableau 15
présente l’ANOVA qui compare les quatre groupes précisé ultérieurement et les EDI.

Tableaux 5 : ANOVA de « pourcentage des employés qui utilise l’internet » et EDI.

ANOVA
Somme des ddl Moyenne F Signification
carrés des carrés
communiqué avec Inter- 3,414 3 1,138 5,166 ,002
l'Etat par internet groupes
Intra- 23,350 106 ,220
groupes
Total 26,764 109
échanger des Inter- 12,791 4 3,198 24,673 ,000
informations groupes
numériques avec Intra- 13,609 105 ,130
d'autres entreprises groupes
Total 26,400 109
Inter- 3,082 4 ,770 3,344 ,013
envoyer des groupes
commandes Intra- 24,191 105 ,230
électroniques aux groupes
fournisseurs Total 27,273 109
Inter- 4,181 4 1,045 4,774 ,001
recevoir des groupes
commandes Intra- 22,991 105 ,219
électroniques des groupes
clients Total 27,173 109
142
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

On peut bien remarquer que à l’exception du premier test, les autres tests ANOVA ont
des significations inférieures à 0,05 ce qui nous pousse à rejeter l’hypothèse nul. D’après le
tableau d’ANOVA, nous constatons qu’il existe ici des TIC sur les employés qualifiés. Donc
on peut conclure que pour EDI le pourcentage des employés qualifiés a un effet significatif de
l’utilisation. C’est clair que les entreprises qui ont plus des employés qui utilisent l’internet et
qui sont les plus qualifiés ont d’espace de travail pour communiquer avec leurs partenaires.

De la même façon le traitement est fait pour INTC, le tableau suivant décrit son
ANOVA.

Tableaux 6 : ANOVA de « pourcentage des employés qui utilise l’internet » et INTC.

ANOVA
Somme des ddl Moyenne des F Signification
carrés carrés
vous avez un site web Inter- ,740 3 ,247 ,981 ,405
groupes
Intra- 26,678 106 ,252
groupes
Total 27,418 109
vous utilisez l'internet Inter- ,393 4 ,098 ,619 ,650
pour vendre des B ou S groupes
Intra- 16,662 105 ,159
groupes
Total 17,055 109
Inter- 1,656 4 ,414 2,262 ,067
vous utilisez l'internet groupes
pour acheter des B ou S Intra- 19,217 105 ,183
groupes
Total 20,873 109

On peut bien remarquer que pour tous les tests ANOVA, les significations sont
supérieures à 0,05 ce qui nous pousse à accepter l’hypothèse nul. On peut conclure que pour
INTC le pourcentage des employés qui utilisent l’internet n’a aucun effet sur l’usage des
TIC dans un but commercial. De ce fait, l’hypothèse de l’effet positif de pourcentage des

143
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

employés qualifiés sur l’optimisation de l’usage de l’internet est partiellement vérifiée. En


effet, plus que les entreprises recrutent des employé qualifiés capables de manipuler les
nouvelles technologies plus optimise sont usage d’internet pour un système d’échange
d’information plus performant. En revanche, l’hôte qualification des employés n’a aucun
effet sur l’adoption de commerce électronique dans le secteur et dans toute l’économie
tunisienne.

Conclusion :
La vérification empirique des hypothèses de cette recherche nous a amenés de
confirmer qu’il existe un grand écart entre l’adoption et l’usage de l’internet qui nécessite des
stratégies pour aider les entreprises dans toute l’économie à optimiser leurs usages de
l’internet.

Les stratégies en matière d’adoption et d’utilisation de l’Internet et de la numérisation


de l’entreprise dépendent des caractéristiques des différents secteurs. Dans le secteur de
textile, les entreprises sont étroitement liées au sein des chaînes de valeur, les systèmes de
transactions en ligne sont perçus comme une nécessité stratégique pour rationaliser les
transactions entre entreprises.

L'étude a identifié plusieurs obstacles spécifiques qui entravent l'adoption du


commerce électronique en Tunisie et dans les pays en voie de développement. En fait, les
raisons varient considérablement entre les pays et sont le plus souvent liées aux infrastructures
de facteurs (technologie, la disponibilité du réseau de compétences en TIC, du personnel
qualifié), aux facteurs de coûts (coûts de matériel informatique et des réseaux), et aux
facteurs de sécurité et de confiance (Incertitude des méthodes de paiement, et des cadres
juridiques) (OCDE, 2004).

➢ Les barrières infrastructurelles :

L’étude a identifié les obstacles d'infrastructure spécifiques qui entravent l'adoption du


commerce électronique dans l’économie tunisienne. Certains des obstacles comprennent le
manque de cartes de crédit (la grande disponibilité d'entre eux pour le grand public) et des
moyens de paiement pratiques, la logistique de distribution pauvre, le manque de
spécialisation, la confiance marchands en ligne, le système juridique imparfait, le manque

144
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

de capacité à grande échelle de transmission des télécommunications (haut débit),et la


sécurité sur Internet .

➢ Les réseaux de télécommunications


La connexion Internet dans la plupart des pays en développement
est peu fiable en raison des mauvaises communications téléphoniques et l'alimentation
erratique. La majorité des pays en développement ne sont pas prêts pour le commerce
électronique, en raison de leur manque d'infrastructure de réseau en particulier chez les
utilisateurs et les entrepreneurs individuels. E-commerce succès repose en grande partie sur
un certain nombre d'infrastructures technologiques. Infrastructures de télécommunication sont
nécessaires pour connecter les différentes régions et les partis au sein d'un pays et entre les
pays. En l'absence d'une infrastructure de base adéquate, il est possible que les avantages
potentiels de l'utilisation du commerce électronique soient transformés en inconvénients.
Dans le cas des télécommunications, par exemple, où l’infrastructure n’est pas au même
niveau de développement dans toutes les régions du monde, l'accès à Internet dans la plupart
des pays en développement est très lent et coûteux.

La connectivité à large bande est un élément clé dans le développement des TIC,
l'adoption et l'utilisation. Il accélère la contribution des TIC à la croissance économique,
facilite l'innovation et favorise l'efficacité. Le développement des marchés à large bande
nécessite des arrangements d’approvisionnements efficaces et innovants. L’utilisation efficace
des services à large bande exige des politiques qui favorisent une concurrence effective et a
une libéralisation dans les infrastructures et dans les services de réseau à travers différentes
plates-formes technologiques (OCDE, 2004).

➢ Le coût élevé d'accès


Le coût de l'accès à Internet rend inaccessible à la plupart des utilisateurs en Tunisie et
dans les pays en développement en général. Le coût de l'accès aux infrastructures influe
également sur la croissance du commerce électronique. La priorité pour la plupart des pays
est de mettre en place l'infrastructure nécessaire, un environnement concurrentiel et un cadre
réglementaire qui favorisent l'accès à Internet à prix abordable (OCDE, 2004). Le coût
mensuel de la connexion Internet dépasse de loin le revenu mensuel d'une importante
partie de la population.

145
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

La disponibilité d'une large gamme de connexions Internet et d'autres services de


communication, de préférence à des prix compétitifs, peut affecter les citoyens des pays en
développement» décisions à adopter le commerce électronique et permet aux utilisateurs de
choisir les différents services et propriété en fonction de leurs besoins spécifiques (OCDE,
2004) et les attentes des activités en ligne. Broadband des vitesses plus rapides améliore
l'expérience en ligne globale pour les particuliers et les entreprises, en les encourageant à
explorer plus d'applications et de passer plus de temps en ligne.

Les prix d'accès à Internet sont un facteur déterminant de l'Internet et le commerce


électronique utilisé par les particuliers et les entreprises. Les pays dont les coûts d'accès
inférieurs ont généralement un plus grand nombre d'hôtes Internet et le commerce
électronique a développé rapidement. L'infrastructure réseau de base doit être en place pour la
Tunisie pour que les entreprises tunisiennes participent au commerce électronique mondial.

➢ Les barrières socio-culturelles

La plupart des cultures dans les pays en développement ne prennent pas en charge le
commerce électronique en raison du manque de confiance dans la technologie et la culture en
ligne (Efendioglu et al, 2004). De même pour la Tunisie les caractéristiques sociales et
culturelles et les concepts associés avec la transaction en ligne posent un défi beaucoup plus
grand et agit comme un obstacle majeur à l'adoption et la diffusion du commerce
électronique. Même si la transaction en ligne qui est précurseur à l'e-commerce tels que
catalogue et vente par téléphone, ont existé et ont été utilisés par le public pendant une
période de temps prolongée (Efendioglu et al, 2004), de tels systèmes sont nouveaux et ne
convient pas à la culture et la façon de faire des transactions.

Depuis la fondation de l'entreprise de commerce électronique est basée sur une telle
méthodologie, certaines de ces caractéristiques culturelles locales ne posent des défis
importants pour l'adoption du commerce électronique. Parmi les barrières culturelles
primaires les plus urgents sont le niveau de confiance dans les institutions, le shopping
comme un lieu social, limitation des contacts personnels et la langue / contenu.

➢ Les obstacles politiques et gouvernementaux :

146
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

Aucun progrès n’est possible en l'absence de politiques claires et la mise en œuvre de


ces politiques. Le manque d'une politique pour guider est un obstacle majeur pour l'expansion
de l’usage de l’internet et de commerce électronique dans l’économie. Les initiatives du
gouvernement sont importantes dans l'adoption de commerce électronique et d'autres TIC en
général. Ils peuvent être en termes de promotion de l'utilisation des TIC, l'éducation et la mise
en place d'un cadre réglementaire adéquat pour le commerce électronique.
La concurrence, tant pour l'accès au téléphone, ainsi que chez les fournisseurs de services
Internet est un domaine clé où ces politiques peuvent faire une différence dans l'accès et
l'adoption du commerce électronique.

Il est très important que l’Etat assure une communication ouverte et compétitive dans les
marchés des télécommunications qui offrent une gamme des technologiques interopérables et
de bonne qualité et à des prix appropriés, de sorte que les entreprises puissent
choisir entre différentes technologies et services pour l'accès à Internet haut débit.
D'autres questions qui sont considérées comme des obstacles à l'adoption du commerce
électronique sont de libre-échange, le monopole que les gouvernements nationaux exercent
sur les télécommunications nationales, les droits d'importation sur les équipements
informatiques comme le matériel et le logiciel. L'élimination du contrôle et de la
déréglementation des télécommunications est nécessaire avant la libre circulation de
l'information et une utilisation accrue des TIC.

En réalité, la plupart des pays ont encore besoin de déréglementer l'industrie des
télécommunications. Ils ont également besoin de formuler des politiques d'information
urgente qui fourniront un cadre plus efficace pour une utilisation rentable de l'Internet. Les
conditions dans la plupart des pays en développement ne sont malheureusement pas
favorables à l'utilisation très répandue. Il n'y a ni une politique publique sur la fourniture
d'Internet ou sur l'avenir du commerce électronique dans la plupart des pays en
développement, ni aucune politique d'information complète. L'absence de nationales
politiques d'information en Tunisies signifie que l’Etat ne participe pas à la fourniture
d'Internet.

Malgré ces obstacles pour toute l’économie tunisienne l'Internet est encore une ressource
universellement accessible et l'Internet a toujours un énorme potentiel en tant qu'outil de

147
Chapitre III : Résultats Descriptifs de l’Enquête « adoption et usage des TIC par les entreprises des
textiles tunisiennes »

développement. D’autre art, malgré les obstacles, il semble que le commerce électronique est
pertinent pour l’économie tunisienne ainsi que pour les économies en développement. En
effet, en dépit des limites actuelles avec l'infrastructure existante et d'autres questions liées
aux conditions économiques et socio-culturelles le e-commerce peut être un outil
extrêmement bénéfique pour les entreprises tunisiennes à condition que certains problèmes
soient résolus et à condition que l’Etat démontre qu’elle a la volonté politique d'éliminer les
obstacles qui se dressent actuellement dans la voie de l'adoption généralisée.

148
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Chapitre IV :

Déterminants des facteurs explicatifs de


niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

149
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Introduction :
Les Technologies de la Communication et de l’Information sont au cœur de l’économie
numérique fondée sur la connaissance. Il y a plus de preuves suggérant que, liées aux TIC,
la connaissance, l'innovation et le changement technologique en cours sont des déterminants
importants de la productivité, les écarts de croissance, ainsi que la capacité des pays à
bénéficier de la mondialisation (Jorgenson et Stiroh, 2000; Oliner et Sichel, 2000; Bassanini
et Scarpetta, 2002; OCDE, 2004; Timmer et van Ark, 2005).

L'impact des investissements dans les TIC sur la productivité et la croissance est jugée
surprenant au niveau des pays (Brynjolfsson et Hitt, 2000, 2003; Lehr et Lichtenberg, 1999;
Matteucci et al., 2005). Au niveau de l'entreprise, l'utilisation des TIC conduit à des
améliorations dans la conception des produits, le marketing, la production, le financement et
l'organisation d’entreprises (Hollenstein, 2004). En outre, les TIC sont un moteur d'innovation
en facilitant la création de nouveaux produits et services (Becchetti et al., 2003; Carlsson,
2004; Hollenstein, 2004). L’utilisation des TIC augmente la productivité des activités de R &
D dans les secteurs en aval, donc le TIC est la source de "complémentarité de l'innovation»
(Bresnahan et Trajtenberg, 1995).

Le principal résultat des nouveaux modèles de diffusion de la technologie est que les
dates d’adoption préférée varient selon les adoptants potentiels d'une nouvelle technologie.
Pour comprendre l'adoption et la diffusion des TIC comme une nouvelle technologie, il est
donc essentiel de découvrir les facteurs qui expliquent la variation des taux de son adoption
entre les entreprises, les industries, les régions et les pays.

Les premiers modèles de la nouvelle diffusion de la technologie connue sous le nom


des modèles épidémiques (Mansfield, 1963a, b, 1968) suppose que l'adoption d'une nouvelle
technologie dépende de la diffusion de l'information sur sa disponibilité ou d'autres facteurs
d'apprentissage »de type épidémique». La diffusion d'informations ou d'épidémie aide à
réduire l'incertitude liée à la nouvelle technologie. Les effets d'apprentissage sont supposés
exogènes et le chemin de diffusion est entraîné par la réduction du coût ou l'amélioration de la
qualité de la nouvelle technologie (Stoneman, 2002). Les modèles épidémiques prévoient que
l'adoption de la nouvelle technologie augmente au fil du temps comme le risque d'adoption
diminue en raison des effets d’apprentissage à travers et à l'intérieur des entreprises
(Stoneman et Battisti, 2005).

150
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Un autre groupe de modèles théoriques relié la variation des dates d'adoption préférées
aux utilisateurs potentiels de l'adoption de la nouvelle technologie. Les modèles de rang(ou
probit) (David, 1969; Davies, 1979; Irlande et Stoneman, 1986) pointés pour raffermir
l'hétérogénéité en tant que facteur déterminant des écarts de rendements bruts d'utiliser la
nouvelle technologie et la variation des dates d'adoption préférées.

Ainsi les entreprises ayant des rendements élevés de l’usage optimal de nouvelles
technologies seront les premiers à adopter par contre les entreprises ayant un faible rendement
de l'adoption seront adoptants tardifs. Les modèles d'actions supposent que l'avantage de
l'adoptant marginal d'acquérir une nouvelle technologie diminue avec l’augmentation du
nombre des adoptants précédents. Ainsi, pour tout coût d'acquisition de la nouvelle la
technologie, l'adoption ne sera pas rentable au-delà d'un certain nombre d'adoptants.
L’adoption d'une nouvelle technologie est modélisée comme une décision stratégique à l'aide
d'une théorie des jeux approche (Reinganum, 1981). Les modèles ordonnés (Irlande et
Stoneman, 1985; Fudenberg et Tirole, 1985) supposent que le retour à une entreprise
d'adopter une nouvelle technologie dépend de sa position dans l'ordre d'adoption. En outre, la
décision d'ordre élevé d’adoptants peut affecter la date d'adoption de faible ordre d’adoptants.
Il en résulte que la décision de l'entreprise d'adopter une nouvelle technologie prend en
compte la façon dont l'attente aura une incidence sur ses bénéfices.

La majeure partie des études empiriques existantes sur les déterminants de l’adoption des
nouvelles technologies ont mis l'accent sur la diffusion inter-entreprises tout en intra-
entreprise de diffusion a été moins étudiée (Battisti et Stoneman, 2005). Des données
empiriques montrent que la diffusion inter-entreprises apparaît plus importante dans les
premiers stades de l'adoption tandis que la diffusion intra-entreprise devient plus importanet
plus tard dans le processus de diffusion (et Stoneman Battisti, 2003). Alors qu'un grand
nombre d'études empiriques ont mis l'accent sur un modèle unique de nouvelles diffusion de
la technologie, les modèles de capture tous les principaux effets- rang, la capacité d’adoption,
l’organisation de l’entreprise et l'épidémie effets ont également été estimées.

Le chapitre sera organisé de la manière suivante, nous présentons en premier lieu la


problématique en s’interrogeant sur les facteurs déterminants de la diffusion des TIC dans les
entreprises de textile. Une deuxième partie sera réservée à la présentation des modèles

151
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

économétriques et des résultats empiriques. Enfin, on terminera par des conclusions et des
remarques sur les facteurs déterminants de l’adoption et l’usage des TIC.

I- Les déterminants d’adoption des TIC :


D’après KARSHENAS et STONEMAN, (1995) ; GEROSKI, (2000) l’adoption des
technologies est influencée par des effets de rang, de stock-ordre, épidémiques et l’innovation
organisationnelle.

Les effets de rang ont été modélisés en utilisant des variables liées aux caractéristiques
des entreprises, telles que la spécialisation sectorielle, taille de l'entreprise, les compétences
des travailleurs, et de la structure organisationnelle. Helpman et Trajtenberg (1998) analysent
l'adoption de « General- Purpose Technology » ( (GPT) et le point de spécialisation sectorielle
comme facteur explicatif. Ils montrent que l'adoption GPT est plus rapide lorsque la
croissance de productivité est élevée par rapport à l'ancienne technologie. Dans la mesure où
les TIC favorisent la croissance de la productivité, ce qui suggère que l'adoption des TIC peut
être plus rapide dans les industries à forte intensité de TIC par rapport au reste des industries.
Plusieurs études empiriques soutiennent cette hypothèse. Love et al., (2005) montrent que le
niveau d'investissement dans les technologies de l'information varie selon les industries. Dans
notre cas l’effet sectoriel est exclu de notre travail puisqu’on s’intéresse seulement à un seul
secteur.

Une autre hypothèse soutenue par une grande littérature empirique est que les grandes
entreprises sont plus susceptibles d'adopter des nouvelles technologies plus rapidement. La
taille des entreprises est couramment utilisée dans la littérature empirique sur l'adoption des
nouvelles technologies, car il est facile d’observer et il sert de proxy pour plusieurs choses
(Geroski, 2000): les grandes entreprises peuvent gagner des profits plus élevés en adoptant
une nouvelle technologie par rapport aux petites entreprises. Étant donné les risques et les
coûts de l'adoption anticipée, ils sont dans une meilleure position à adopter des nouvelles
technologies, car ils ont moins de contraintes financières et parce qu'ils sont susceptibles
d'être moins averse au risque. Ils pourraient être plus motivés et capables d'innover afin
d'anticiper des rivaux plus petits; également les possibilités de complémentarité de
l'innovation est susceptible d'être plus grande dans les grandes entreprises. Une corrélation
positive entre la taille de l'entreprise et l'adoption des TIC se trouve dans un certain nombre
152
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

d'études empiriques (Fabiani et al., 2005; Morgan et al., 2006; Teo et Tan, 1998; Thong,
1999). D'autres études, en revanche, ont trouvé une relation significative faible ou non entre la
taille de l'entreprise et l'adoption des TIC (Lefebvre et al., 2005;. Love et al., 2005; Teo et al,
1997). En outre, Hollenstein (2004) montre que cette relation peut être non linéaire. Il
constate que dans le cas d'un échantillon de sociétés suisses, la taille de l'entreprise est liée
positivement au début, et l'utilisation intensive des TIC 41 seulement dans les entreprises
jusqu'à 200 employés. Il trouve également que les entreprises de taille moyenne utilisent
l’Internet de façon plus intensive par rapport aux grandes entreprises.

H1 : le niveau d’adoption des TIC dans les entreprises dépend des effets de rang.

Un autre résultat dans la littérature empirique est que les gains de productivité sont plus
importants dans les entreprises qui adoptent les TIC et changent leur organisation interne: Par
exemple, comme le montre par Caroli et Van Reenen (2001), l'adoption des TIC est associée à
des structures plus horizontales, moins de niveaux hiérarchiques, une plus grande mesure du
travail d'équipe et une plus grande participation des travailleurs. Bresnahan et al. (2002),
constatent que l'utilisation des technologies de l'information complémentaire à des
innovations dans l'organisation du travail, comme plus larges responsabilités professionnelles
pour les travailleurs en ligne, la prise de décision plus décentralisée et plus d'équipes d'auto-
gestion. En outre, la technologie de l'information et de nouveaux modèles d'organisation sont
complémentaires aux compétences des travailleurs. Black et Lynch (2001, 2004) constatent
que les entreprises aux États-Unis qui ont amélioré leur organisation interne pour intégrer
davantage des pratiques de haute performance en conjonction avec les TIC a connu une forte
croissance de productivité.

En fait, Milgrom et Roberts constatent que les firmes ne s’intéressent pas à l’adoption
des TIC si elles n’ont pas adopté d’autres pratiques stratégiques et organisationnelles
relatives au nouveau système de production flexible :

a) production orientée vers les économies de gamme plus que les économies d’échelle ;
b) améliorations fréquentes de produits et de processus ;
c) segmentation des marchés au lieu de marketing en masse ;

41
L'intensité de l'utilisation des TIC est mesurée par deux variables: le nombre d'éléments de TIC
adoptés (assistants numériques, ordinateur portable, PC, stations de travail, terminaux; e-mail,
Internet, EDI, LAN / WAN; Intranet; Extranet) et la part des employés en utilisant l'Internet.
153
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

d) des hautes qualifications ;


e) décentralisation du processus de prise de décision ;
f) accent mis sur le coût et la qualité plus que sur le volume ;
g) faible stock ;
h) haute réactivité aux demandes des consommateurs ;
i) dépendance aux fournisseurs extérieurs.
H2 : l’adoption des TIC dans une entreprise dépend des pratiques
organisationnelles.

Suite à l'article fondateur de Nelson et Phelps (1966), un grand empirique la littérature a mis
l'accent sur la relation entre le capital humain et les nouvelles technologies adoptées. Chun
(2003) fournit des preuves empiriques montrant que les travailleurs hautement qualifiés sont
plus susceptibles de mettre en œuvre de nouvelles technologies telles que les technologies de
l'information. Bartel et Sicherman (1999) constatent que les industries avec des taux plus
élevés de l'évolution technologique exigent des travailleurs hautement qualifiés. Caselli et
Coleman (2001) constatent que le niveau de scolarité est un déterminant important du niveau
d'investissement dans les ordinateurs dans un échantillon de l'OCDE sur la période 1970-
1990.

Le niveau de l'entreprise suggère que les entreprises utilisant la technologie de pointe


nécessitent des travailleurs qualifiés (Doms et al., 1997). En outre, la présence de travailleurs
hautement qualifiés favorise l'innovation et facilite l'adoption et l'utilisation des TIC au niveau
des entreprises (Arvanitis, 2005; Bayo-Moriones et Lera-López, 2007; Bresnahan et al, 2002,
Fabiani et al., 2005. Falk, 2005; Et lucchetti Sterlacchini, 2004). D’apprêt, Bocquet et
Brossard la capacité d’apprentissage des entreprises et leurs capacités (capabilites)
technologiques sont ajoutées aux différents facteurs qui déterminent l’adoption des TIC42 .

H3: l’adoption des TIC dans une entreprise dépend de sa capacité


d’apprentissage.

A la suite de ce chapitre, nous commencerons par une brève introduction de méthode


d’analyse. Ensuite, nous présenterons les facteurs qui stimulent la probabilité d’adoption des

42R. Bocquet and O. Brossard, “The variety of ICT adopters in the intra-firm diffusion process,
theoretical arguments and empirical evidence”, Structural Change and Economic Dynamics, n° 18, pp.
409-437, 2007.
154
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

TIC pour vérifier la fiabilité de nos hypothèses. On finira, par une discutions des résultats
obtenus.

II- Analyse économétrique


L’analyse descriptive des données de l’enquête a permis de mettre en valeur l’apparence
d’une liaison entre l’utilisation des TIC et nos différentes variables présentées. Toutefois,
cette approche trouve ses limites dans la multiplicité des facteurs en cause et ne permet donc
pas de statuer définitivement sur l’existence et l’ampleur de la relation. Pour ce faire, il est
donc nécessaire de procéder à des analyses économétriques complémentaires.

La relation générale à étudier entre le degré d’adoption des nouvelles technologies et les
caractéristiques de l’entreprise est la suivante :

UTIC = f (TAIL, INCITA, EXP, RD, QUAL, FOR)

Nous supposons que notre variable dépendante « Utilisation des technologies de l’information
et de la communication » UTIC peut prendre les trois valeurs yi suivantes quelle que soit
l’entreprise i de l’échantillon :

1 niveau Bas de TIC


Yi =
2 niveau Moyen de TIC

3 niveau Haut de TIC

Sur la base d’un échantillon de 110 entreprises, nous allons modéliser la variable
dépendante UTIC en fonction de plusieurs variables indépendantes (explicatives) suivantes :

➢ Taille de l’entreprise (TAIL)


➢ Niveau d’organisation (INCITA)
➢ Intensité des emplois qualifiés (QUAL)
➢ Intensité de formation des employés (FOR)
➢ Importance de recherche et de développement (RD)
➢ L’exportation de l’entreprise (EXP)

155
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Afin de modéliser l’utilisation des TIC en fonction des variables indépendantes citées ci-
dessus, nous recourons à un modèle de régression logistique. Au-delà de la description
statistique, notre objectif est de tester grâce à ce modèle économétrique, les facteurs qui
favorisent l’utilisation des TIC au sein des entreprises de notre échantillon.

II- 1 - L’analyse en composantes principales ACP :


Afin d'analyser les corrélations entre les variables, pour éventuellement limiter le
nombre de variables à utiliser dans notre modèle et identifier des observations se différenciant
fortement des autres, on procède à une Analyse en Composantes Principales ACP. Il est
commun d’utiliser comme indice de similarité le coefficient de corrélation de Pearson ou la
covariance. La corrélation de Pearson et la covariance présentent l’avantage de donner des
matrices semi définies positives dont les propriétés sont utilisées en ACP. Néanmoins, étant
donné que la plupart des variables sont qualitatives, il est préférable d’utiliser les coefficients
de corrélation de rang de Spearman ou de Kendall. On va donc recourir à une ACP sur les
rangs. Nous allons nous baser sur la procédure par étapes de Hair et al., (1998) pour réaliser
cette analyse.

On va adopter une approche dite confirmatoire afin de confirmer certains facteurs déjà décrits
dans la littérature et les analyses déjà menées. D'abord, nous devons nous assurer que les
items sont minimalement corrélés entre eux. Pour ce faire, nous regardons la matrice de
corrélation.

II.1.1. La matrice de corrélation de Spearman


Dans ce détail de la matrice, nous pouvons observer que toutes les variables semblent au
moins légèrement corrélées. Certaines corrélations sont plus fortes que d'autres, nous
suggérant déjà quelques associations : (UTIC ,TAIL) ; (UTIC,QUAL) ; (TAIL ,QUAL)

156
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Tableau 7: Matrice de corrélation de rang (Spearman) :

UTIC TAIL INCITA EXP RD FOR QUAL

variables UTIC 1,000 ,938 ,308 ,307 ,313 ,458 ,979

TAIL 1,000 ,367 ,387 ,277 ,437 ,941

INCITA 1,000 ,309 ,219 ,354 ,326

EXP 1,000 ,342 ,387 ,332

RD 1,000 ,330 ,326

FOR 1,000 ,478

QUAL 1,000

II.1.2. Mesure de l'adéquation de l'échantillonnage (KMO) et Test de


sphéricité de Bartlett :
Kaiser-Meyer-Olkin (KMO) est un indice d'adéquation de la solution factorielle. En fait,
le coefficient de KMO évalue l'étendue de la relation psychométrique des variables. Un KMO
élevé indique qu'il existe une solution factorielle statistiquement acceptable qui représente les
relations entre les variables. Les variables peuvent être factorisables dès que la valeur du
KMO dépasse 0.5 (Kaiser et Rice, 1974). Pour notre échantillon, L’indice KMO de 0,80 peut
être qualifié d’excellent ou de méritoire. Il nous indique que les corrélations entre les
variables sont de bonne qualité. Ensuite, le résultat du test de sphéricité de Bartlett est
significatif (p < 0,0005). Nous pouvons donc rejeter l'hypothèse nulle voulant que nos
données proviennent d’une population pour laquelle la matrice serait une matrice d’identité.
Les corrélations ne sont donc pas toutes égales à zéro. Nous pouvons donc poursuivre
l'analyse.

157
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Tableau 8 : le coefficient de KMO et le test de Bartlett (KMO and Bartlett's Test)

KMO and Bartlett's Test

Kaiser-Meyer-Olkin Measure of Sampling Adequacy. ,804

Bartlett's Test of Sphericity Approx. Chi-Square 681,587

df 21

Sig. ,000

II.1.3. Choix de la méthode d’extraction :


Nous choisissons l'analyse en composantes principales, puisqu'elle permet d'expliquer
une grande partie de la variance avec un minimum de facteurs. Nous devons ensuite choisir le
nombre de facteurs à extraire. Pour ce faire, nous analysons le tableau de la variance totale
expliquée. Deux méthodes sont communément utilisées pour déterminer quel nombre de
facteurs doit être retenu pour l’interprétation des résultats :

- On peut se fonder sur le pourcentage cumulé de variabilité représenté par les axes factoriels

et décider de se contenter d’un certain pourcentage.

- Le test du coude de Cattell 43 : Le scree test (Cattell, 1966) est fondé sur la courbe
décroissante des valeurs propres. Le nombre de facteurs à retenir correspond au premier point
d’inflexion détecté sur la courbe. Le Graphique des valeurs propres donne une représentation
graphique des informations sur les valeurs propres de chaque facteur présentées dans le
tableau des statistiques initiales. Les valeurs propres représentent la variance expliquée par
chaque facteur. Elles sont constituées de la somme des poids factoriels au carré de toutes les
variables pour un facteur déterminé.

43
Catell scree test
158
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Tableau 9: Tableau des valeurs propres

Valeur propre % of Variance Cumulative %

F1 3,782 54,034 54,034

F2 1,12 16,005 70,039

F3 0,785 11,221 81,26

F4 0,638 9,115 90,375

F5 0,591 8,437 98,812

F6 0,063 0,899 99,711

F7 0,02 0,289 100

En analysant le tableau des valeurs propres ci-dessus, et si on retient le critère de Kaiser


(valeurs propres > 1), en regardant la deuxième colonne, nous constatons que deux facteurs
(ou composantes) ont une valeur propre plus élevée que 1. Nous les conservons donc pour
l'analyse. Le premier facteur explique à lui seul 54% de la variance totale des variables de
l'analyse. Mis en communs, les deux facteurs permettent d'expliquer 70 % de la variance.
Comme les restes des facteurs n'expliquent pas suffisamment de variance, ils ne sont pas
retenus. Mais en examinant le graphique des valeurs propres ci-dessous, la rupture du coude
de Cattell intervient après le troisième facteur. Nous ne pouvons donc retenir que 3 facteurs
pour l'analyse, puisque ce critère est plus rigoureux que celui des valeurs propres. Avec nos
trois premiers facteurs, nous pouvons expliquer 81,2 % de la variance totale.

159
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Graphique 13 : le graphique des valeurs propres

II.1.4. Choix des facteurs :


Nous voulons maintenant déterminer la combinaison de variables qui est la plus associée
à chacun des facteurs significatifs. Le premier graphique particulier à la méthode est le cercle
des corrélations (voir ci-dessous le cercle sur les axes F1 et F2). Il correspond à une projection
des variables initiales sur un plan à deux dimensions constitué par les deux premiers facteurs.

160
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

II- 2- Modèle logistique binomiale :


La régression logistique permet de prédire une issue discrète comme l'adoption des TIC
en présence d'un ensemble de variables qui peuvent être continues, discrètes, dichotomiques
ou un mélange de ceux-ci. La procédure de confirmation a suivi les principes et procédures
suggérées par Tabachnick et Fidel44.

La régression logistique fait partie d'une catégorie de modèles statistiques appelés


modèles linéaires généralisés. En règle générale, la variable de réponse est dichotomique,
comme la présence / absence ou la réussite / échec. Dans le cas des TIC "modèle d'adoption,
les réponses sont regroupées en« rangs »représentant subséquents des niveaux plus élevés de
la présence ou de l'adoption. Ce type de modèle correspond à une variation du modèle de
régression de base, que l'on appelle (Ordonné) Régression logistique (Tabachnick et Fidell
utilisent le polychotomiques terme).

44
Tabachnick, Barbara, Fidell, Linda S., 1996, “Using Multivariate Statistics”. New York: Harper-Collins
College Publishers.

161
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Chaque variable dépendante est modélisée séparément; chacune peut prendre la


valeur 1 avec une probabilité de succès, ou la valeur 0 (zéro) avec une probabilité de
défaillance 1-θ distribuée dans les rangs successifs, chaque rang représentant ainsi un segment
de la probabilité, ainsi que l'ajout de jusqu'à 1.

Les variables prédictives indépendantes dans la régression logistique ne font aucune


hypothèse sur la répartition des variables indépendantes. Ils ne doivent pas être distribués
normalement, une relation linéaire ou de variance égale au sein de chaque groupe. La relation
entre les variables prédictives et de réponse n’est pas une fonction linéaire de régression
logistique, et correspond à la transformation logit suivante de θ :

𝒆(𝜶+𝜷𝟏𝝌𝟏+ 𝜷𝟐𝝌𝟐…… 𝜷𝒊𝝌𝒊)


𝜽=
𝟏−𝒆(𝜶+𝜷𝟏𝝌𝟏+ 𝜷𝟐𝝌𝟐…… 𝜷𝒊𝝌𝒊)

Où α = constante de l'équation, et βK = le coefficient de variables de prédicteur (k = 1, 2, ... i).


Une autre forme de l'équation de régression logistique est:

𝜽 (×)
𝐥𝐨𝐠([𝜽 (×)]) = 𝐥𝐨𝐠 [ ] = 𝜶 + 𝜷𝟏𝝌𝟏 + 𝜷𝟐𝝌𝟐 … … 𝜷𝒊𝝌𝒊
𝟏 − 𝜽 (×)

L'objectif de la régression logistique est de prédire correctement la catégorie de


résultats pour les cas individuels en utilisant le modèle le plus parcimonieux. Pour atteindre
cet objectif, un modèle est créé, qui comprend toutes les variables prédictives qui sont utiles
dans la prédiction de la variable de réponse. Plusieurs options sont disponibles lors de la
création du modèle. Les scénarios (cas) sont spécifiés pour tester l'ajustement du modèle et
d'étudier l'effet de la relation entre les variables.

Pour évaluer si le modèle donne globalement de bonnes prédictions, avant de regarder les
prédicteurs individuels dans le modèle, deux tests ont été utilisés. Tout d'abord, un test -2 log-
vraisemblance a été calculé en utilisant la procédure SPSS. Cela se compare avec les valeurs
de l'interception seulement (ligne de base) le modèle et le modèle final (avec les prédicteurs).
En second lieu, un test de lignes parallèles (pente) a été calculé pour rejeter l'hypothèse nulle
que les coefficients individuels ne pas ajouter de manière significative au pouvoir explicatif
162
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

du modèle. Alors que les statistiques de log-vraisemblance elles-mêmes sont suspectes en


raison du grand nombre de cellules vides dans le modèle, la différence de log-vraisemblances
peut généralement encore être interprétée comme les statistiques du chi carré distribués.

Le chi-carré rapporté dans le tableau est juste que: la différence entre -2 fois le log-
vraisemblance pour le modèle d'interception seule et que l'erreur pour le modèle final, dans
l'arrondissement.

En outre, un pseudo R2 (McFadden) mesure est également calculé à des fins de


comparaison des différentes spécifications du modèle. Cette mesure n’est pas un vrai moins
distances carrés R2 comme dans la régression OLS, et il est très utile lorsque l'on compare les
modèles concurrents pour les mêmes données.

Enfin, les pourcentages de prédictions correctes (entreprises correctement classées)


sont calculés en comparant à l'échantillon, pour estimer la capacité du modèle propose de
prévoir correctement les entreprises appartenant à chaque niveau de l'adoption et l'utilisation
des TIC. Sur ce compte, le modèle est nettement plus précis pour l'adoption et l'utilisation
catégorisation inférieure, ce qui est à prévoir étant donné la présence plus élevée de faible
adoptants et les utilisateurs dans l’échantillon.

Le test de Wald :

Un test de Wald a été utilisé pour tester la signification statistique de chaque coefficient dans
le modèle. Un test de Wald calcule une statistique Z, qui est:

𝑩
𝒁=
𝑺𝑹

Cette valeur de z est alors au carré, ce qui donne une statistique Wald avec une
distribution chi-carré. Plusieurs auteurs ont identifié des problèmes avec l'utilisation de la
statistique de Wald. Menard (1995) avertit que pour les grands coefficients, erreur standard
est gonflée, l'abaissement de la statistique de Wald de valeur (chi-carré). Dans le modèle de
toutes les variables ont été standardisés et donc ce problème ne se pose pas45.

Le changement de proportion : exp b

45
Menard, S., 1995, “Applied Logistic Regression Analysis”, Sage University Paper series Quantitative
Applications in the Social Sciences, series no. 07-106, Thousand Oaks, CA: Sage Publications, Inc.

163
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Occupant une fonction similaire à celle du coefficient b dans la régression linéaire,


le coefficient exp b indique le changement de proportion (odds ratio) lorsque le prédicteur X
augmente d’une unité. Lorsque la valeur est plus grande que 1, la probabilité augmente avec
le changement. Il faut savoir que la probabilité qu’un événement arrive (odds) est définie
comme la probabilité qu’il arrive divisée par celle qu’il n’arrive pas :

On doit donc d’abord calculer

Puis

P(pas événement Y) = 1 – P (événement Y)

Nous voulons évaluer la probabilité d’adopter une technologie d’information et de


communication P(Y) avec usage optimale (X = 1) et celle d’adoption d’une technologie sans
un usage optimale (X = 0).

Pour obtenir le résultat, nous devons donc remplacer la valeur de b0 et de b1 dans l’équation.
Nous effectuons le calcul en remplaçant X par 0 pour obtenir la probabilité originale (odds),
soit le rapport entre la probabilité d’avoir une technologie et de ne pas la ???? lorsque nous
n’avons pas un usage optimal. Ensuite, nous reprenons le calcul avec le changement d’une
unité du prédicteur, donc en remplacent X par 1.

À partir de ce moment, nous pourrons calculer le changement de proportion, soit la valeur


d’exp b.

164
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

II-3- les variables utilisés


II-3-1- Les variables dépendantes
Nos données d’enquête décrivent plusieurs TIC susceptibles d’être adoptées par les
entreprises. Nous avons demandé à nos répondants si leur entreprise disposait d’un accès à
Internet ; d’un réseau Intranet ; d’un réseau Extranet, d’un réseau local (LAN) ; d’un système
d’échanges de données informatisées (EDI) ; d’un progiciel de gestion (ERP) ; d’un logiciels
de veille ; d’un site Internet dédié aux clients et aux fournisseurs (INTC). Certaines de ces
technologies sont présentes dans la plupart des entreprises. C’est le cas de l’accès à Internet,
du réseau local LAN, de l’Intranet ou de l’Extranet. D’autres, au contraire, font figure
d’exception dans notre échantillon (logiciel de veille). Dans ce cas, leur probabilité
d’adoption ne peut être correctement estimée. C’est pourquoi, nous avons décidé de centrer
notre étude sur l’adoption des systèmes EDI, des progiciels de gestion et des sites Internet
dédiés aux clients et aux fournisseurs. Ces variables sont respectivement désignées par EDI,
ERP et INTC. Leur valeur est de 0 si la technologie n’est pas présente dans l’entreprise et de
1 si elle est présente dans l’entreprise au moment de l’enquête.

II-3-2- Les variables indépendantes


Les variables indépendantes sont choisies en référence à notre revue de littérature et
aux hypothèses avancées dans la première section de ce chapitre. Ainsi, on distingue trois
groupes de variables qui influencent le processus de diffusion des TIC. Un premier groupe
définit les variables d’ordre structurel (l’effet de rang). Un deuxième groupe est lié aux
variables organisationnelles. Et enfin, un troisième groupe concerne les variables caractérisant
la capacité d’absorption (tableau).

• L’effet de rang :
Les deux variables traditionnelles pour mesurer l’effet de rang sont INDER, EFFS et
ME. INDEP prend la valeur 1 si l’établissement interrogé est indépendant et 0 s’il appartient à
un groupe. EFFS est un indicateur de taille et désigne le nombre d’employés de
l’établissement et ME 0 s’il s’agit d’un mono-établissement, 1 sinon.
• Les dispositifs organisationnels :
Notre questionnaire nous a permis de décrire les principaux dispositifs
organisationnels adoptés par les entreprises visant à :

165
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

a) formaliser les relations avec les clients et les fournisseurs ;

b) créer des incitations pour motiver les salariés ;

c) introduire des processus de décision décentralisés.

Il s’agit là des trois types de dispositifs organisationnels considérés comme essentiels


dans la théorie de la super modularité. Les trois variables CCCF, INCITA et DECENTR
correspondent ainsi aux dispositifs organisationnels présents dans les entreprises étudiées.
Nous les avons introduites sous la forme de variables croisées par paires. Nous avons testé
toutes les combinaisons possibles entre ces trois variables. A titre d’exemple, la variable
DECENTR ×INCITA est égale à 1 si l’entreprise a au moins un dispositif favorisant la
décentralisation du processus de décision et un dispositif encourageant la motivation des
salariés.

• La capacité d’apprentissage :
Cette capacité dépend, entre autres, du :

-niveau du capital humain : formation TIC, part des diplômés de l’effectif totale des employés

-l’expérience dans les anciennes technologies,

- la capacité exportatrice,

-Processus d’innovation dans les entreprises (RD).

Le tableau si dessous récapitule les variables dépendantes et indépendantes.


L’identification des facteurs explicatifs de l’adoption de différents niveaux des TIC par les
entreprises se fera à partir de l’analyse des résultats de l’estimation économétrique du modèle
de type régression logistique (équation3) dont les variables sont présentées dans le tableau ci-
après.

166
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Tableau 10 : Variables du modèle d’identification des facteurs explicatifs du niveau


d’adoption des TIC par les entreprises de textile

Variable Définition
Variables dépendantes
Technologies de l’Information et de la Communication

INTC = 1 si un site Internet dédié aux clients et aux fournisseurs a été adopté (=0 dans le
cas contraire)
EDI = 1 si la technologie EDI a été adoptée (=0 dans le cas contraire)
ERP = 1 si un progiciel de gestion (ERP) a été adopté (=0 dans le cas contraire)

Les variables indépendantes


Variable de rang
INDEP = 1 si l’établissement est indépendant (= 0 dans le cas contraire)
TAIL = 0 si l’effectif de l’établissement est inférieur à 50 ; = 1 si compris
entre 50 et 100 ; = 2 si compris entre 100 et 500 ; = 3 supérieur à 500
salariés

ME 0 s’il s’agit d’un mono-établissement, 1 sinon.

Pratique organisationnelle
CCCF2 = 1 si l’établissement a au moins une pratique de contractualisation
avec ses fournisseurs et ses clients (=0 dans le cas contraire)
INCITA = 1 si l’établissement a au moins une pratique organisationnelle centrée sur les
processus incitatifs (= 0 dans le cas contraire)
DECENTR = 1 si l’établissement a au moins une pratique organisationnelle
centrée sur les processus de décentralisation des décisions (= dans le cas
contraire)
Capacité d’apprentissage

FTIC = 1 si l’entreprises à fait une formation liée au TIC pour ses personnels
(= 0 dans le cas contraire)
RD = 1 si l’entreprises fait des R-D (= 0 dans le cascontraire)

EXP =1si l’entreprises est exportatrice (= 0 dans le cascontraire)

UORD (%) d’utilisateurs d’ordinateur

167
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

II- 4- Résultat de l’estimation du modèle économétrique :


L’identification des facteurs explicatifs de l’adoption de différents niveaux des TIC par les
entreprises se fera à partir de l’analyse des résultats de l’estimation économétrique du modèle
de régression logistique (équation 3). Pour vérifier nos hypothèses, nous allons traiter le
résultat d’estimation de chaque groupe des variables indépendantes (effet de rang, pratique
organisationnelle et capacité d’apprentissage) et leur effet sur les trois niveaux d’adoption des
TIC (EDI, ERP et NTIC) à part.

Précisons dès maintenant la robustesse des trois modèles. En mobilisant la procédure de


WHITE (1982), nous traitons les éventuels problèmes d’hétéroscédasticité. En fait, il faut
évaluer la signification statistique des coefficients estimés des variables indépendantes
conservées afin de s’assurer que chacune contribue à mieux prédire P(y) qu’un modèle qui ne
l’inclurait pas. Pour ce faire, nous nous basons sur la statistique Wald. Cette dernière illustre
la différence dans le modèle avant et après l’ajout de chaque variable. Nous calculons dès
lors, pour chacun des modèles, le pourcentage de prédictions correctes : plus de 70 % des
prédictions sont correctes dans tous les systèmes de choix et dans toutes les spécifications.
Les pseudo-R2 et log-vraisemblances sont aussi à des niveaux satisfaisants. Ces résultats nous
permettent de conclure au bon pouvoir explicatif de notre modèle. Ensuite le sens des
coefficients b et d’Exp (b) indiquent le sens de la relation.

II- 4-1- Effet de rang et le niveau d’adoption des TIC :


Le tableau de classement montre que la prédiction, en se basant sur la catégorie la plus
fréquente, permet de classifier correctement 77,3% des participants pour les trois niveaux de
TIC (EDI, ERP et INTC).Le pourcentage de prédiction est supérieur à 70% donc notre
modèle a un bon pouvoir explicatif pour tous les niveaux de TIC.

168
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Tableau 11 : résultats de l’estimation du modèle explicatif des effets de rang et le


niveau d’adoption des TIC dans les entreprises de textile

b S.E. Wald Sig. Exp(b) 95% C.I.for EXP(B)


Lower Upper
EDI ME ,751 ,491 2,339 ,126 2,119 ,810 5,545
TAIL 1,931 ,601 10,340 ,001* 6,897 2,126 22,378
INDEP ,243 ,197 1,525 ,217 1,276 ,867 1,877
ERP ME ,849 ,488 3,025 ,082 2,338 ,898 6,089
TAIL 1,421 ,497 8,172 ,004* 4,142 1,563 10,975
INDEP -,105 ,180 ,341 ,559 ,900 ,632 1,282
INTC ME -,338 ,571 ,352 ,553 ,713 ,233 2,182
TAIL 1,714 ,520 1,887 , 017** 5,041 1,737 11,651
INDEP -,171 ,197 ,753 ,386 1,186 ,807 1,744

**. Significatif à 5% et * significant à 10%.

Le résultat d’estimation de model avec les variables de l’effet de rang, montre un fort
niveau d’indépendance qui décroît significativement la probabilité d’adoption de l’EDI et
ERP pour le variable INDEP. En fait, les entreprises indépendantes subissent des coûts de
recherche et d’apprentissage plus importants que les entreprises qui appartiennent à un
groupe. Ces dernières peuvent, en effet, acquérir de l’information et des connaissances,
bénéficier du support financier et logistique de la maison mère. Les entreprises indépendantes
font également face à plus de risques, ce qui freine l’adoption. Cet effet négatif est conforme
aux résultats de HANNAN et MC DOWELL (1984).

La taille de l’entreprise a un effet positif et significatif sur tous les niveaux d’usage de
TIC. En fait, pour notre échantillon, les entreprises sont à faible ou à moyenne intensité
technologique et par conséquent le rapport des travailleurs non diplômés/travailleurs diplômés
augmente avec la taille de l’entreprise. Puisque ce sont les diplômés qui utilisent l’Internet et
comme leur proportion diminue avec la taille donc cette dernière a un effet négatif sur la
démocratisation de l’internet dans l’entreprise. En effet, les caractéristiques de l’entreprise
dans le secteur de textile qui est us secteur leader dans l’économie tunisienne n’ont pas d’effet
significatif sur l’augmentation du niveau d’usage des TIC que partiellement.

169
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

II- 4-2- Pratique organisationnelle et le niveau d’adoption des TIC


Pour les variables de pratique organisationnelle le tableau de classement montre que la
prédiction en se basant sur la catégorie la plus fréquente permet de classifier correctement
plus de 86% des participants pour les trois niveaux de TIC (EDI, ERP et INTC).

Tableau 12 : Résultats de l’estimation du modèle explicatif des pratiques


organisationnelles et le niveau d’adoption des TIC dans les entreprises de textile

b S.E. Wald Sig. Exp(b) 95% C.I.for


EXP(b)

Lower Upper

EDI INCITA 3,496 ,584 35,777 ,000** 32,981 10,490 103,694

CCCF2 ,919 ,606 2,301 ,129 2,507 ,765 8,220

DECENTR 1,302 ,623 4,369 ,037* 3,675 1,084 12,456

ERP INCITA 1,261 ,464 7,391 ,007** 3,529 1,422 8,761

CCCF2 -,178 ,470 ,143 ,705 ,837 ,333 2,102

DECENTR 1,788 ,472 14,348 ,000** 5,979 2,370 15,084

INTC INCITA 1,604 ,612 6,874 ,009* 4,972 1,499 16,490

CCCF2 ,062 ,494 ,016 ,900 1,064 ,404 2,804

DECENTR ,525 ,499 4,106 ,029* 3,691 1,035 11,501

**. Significatif à 5% et * .significatif à 10%.

Nos résultats montrent également l’effet significatif des deux pratiques


organisationnelles croisées, DECENTR et INCITA, sur l’adoption des trois niveaux de TIC.
Le haut niveau d’adoption des TIC S’explique bien par le niveau du changement
organisationnel et les capacités d’absorption des nouvelles organisations du travail. Les
entreprises introduisant un nombre élevé de nouvelles pratiques organisationnelles et de
logiciels sont plus nombreuses à élargir leur usage des technologies.

170
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

Conformément à la théorie de la complémentarité, l’intensité d’usage est positivement


influencée par des variables organisationnelles et stratégiques. Ce sont les entreprises qui ont
le nombre de pratiques organisationnelles innovantes et le degré de cohérence entre la
stratégie TIC et la stratégie globale de l’entreprise (alignement stratégique) les plus hauts qui
ont la probabilité la plus élevée d’intensifier leur usage de TIC. Toutefois, ils suggèrent aussi
que l’adoption des TIC en lien avec la recherche de pratiques complémentaires est un
phénomène empirique complexe. En effet, toutes les pratiques « innovantes » ne sont pas
forcément complémentaires à tous les types de TIC (BOCQUET et al. 2007).

II- 4-3- Capacité d’apprentissage et le niveau d’adoption des TIC :


Le classement des prédictions pour les variables de capacité d’apprentissage permet de
classifier correctement 90% des participants pour les niveaux de TIC, ce qui nous amène à
dire que notre modèle explique bien l’adoption des TIC dans notre échantillon.

Tableau 13 : Résultats de l’estimation du modèle explicatif de capacité


d’apprentissage et le niveau d’adoption des TIC dans les entreprises de textile

b S.E. Wald Sig. Exp(b) 95% C.I.for


EXP(B)
Lower Upper
EDI UORD 2,976 ,671 19,680 ,000** 19,613 5,266 73,047
RD ,667 ,847 ,619 ,431 1,948 ,370 10,251
QAL 1,755 ,773 5,156 ,023* 5,781 1,271 26,285
EXP -,006 ,010 ,335 ,563 ,994 ,975 1,014
FOR 1,721 ,922 3,484 ,062 5,591 ,917 34,076
ERP UORD 1,466 ,557 6,922 ,009* 4,332 1,453 12,910
RD -1,447 ,803 3,245 ,072 ,235 ,049 1,136
QAL 1,617 ,518 1,417 ,022** 5,854 1,071 25,121
EXP -,013 ,009 2,303 ,129 ,987 ,970 1,004
FOR 1,375 ,655 1,327 ,037** 4,455 1,403 12,257
INTC UORD 1,775 ,678 6,844 ,009* 5,898 1,561 22,289
RD ,602 ,635 ,899 ,343 1,826 ,526 6,344
QAL 1,837 ,548 2,332 ,027** 4,309 1,789 22,761
EXP -,001 ,008 ,007 ,935 ,999 ,984 1,015
FOR ,319 ,614 ,270 ,603 1,376 ,413 4,583
Pour les facteurs néo-schumpetériens, on trouve pour le cas du capital humain que le
taux des diplômés accroit les chances d’une entreprise à utiliser pleinement les outils de la
technologie de l’information et de la communication. L’utilisation des TIC est un facteur

171
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

significatif qui renforce l’existence des capacités technologiques. Celles-ci sont définies
comme la capacité de l’entreprise d’estimer, assimiler et appliquer la nouvelle connaissance
(Liang et Boulton ,2008). Lorsqu’une entreprise veut acquérir et employer cette nouvelle
connaissance, elle doit avoir un capital humain à manipuler cette connaissance, parce que le
niveau d’investissement dans les TIC est positivement affecté par le pourcentage d’employés
qualifié (Arvanitis, Hollenstein, 2001). En outre, le niveau d’usage de TIC dépend
positivement du degré d’informatisation de l’entreprise. Ce sont les entreprises utilisant
intensivement les ordinateurs, les logiciels et les technologies de communication qui sont
plus nombreuses à augmenter leur niveau d’usage d’Internet (communication, vente, achat,
site web…). Cela traduit le rôle de l’expérience, de l’apprentissage et de la culture TIC chez
ces entreprises dans l’appropriation de l’outil Internet par les travailleurs. En revanche, ni le
niveau de R-D, ni l’ouverture sur l’extérieur n’ont d’effet sur le niveau d’usage d’Internet.
Pour le cas de la R-D, on peut expliquer l’effet nul par la faible intensité de cette activité
étant donné que parmi les entreprises faisant de la R-D (soit 20% des entreprises interrogées)
moins de 5% consacrent un budget pour la R-D. De même, on peut expliquer l’effet non
significatif de l’ouverture sur l’extérieur par le nombre élevé d’entreprises exportatrices
travaillant pour des donneurs d’ordre internationaux ce qui limite par conséquent l’usage
d’intérêt à certaines fonctions de coordination

Conclusion :
Nous discuterons dans cette section les résultats obtenus grâce à l’illustration de nos
hypothèses par le cas d’étude du secteur de textile. Ces résultats sont les observations
concernant les effets sur l’intensité d’usage et d’adoption des TIC de trois groupes de facteurs
relatifs à trois approches théoriques de diffusion de l’innovation validés dans les pays
développés: caractéristiques structurelles de l’entreprise, caractéristiques organisationnelles et
managériales et capacité d’absorption dans ce secteur et dans tous l’économie tunisienne.
Tous se passent comme si les taux d’équipements d’économie suivaient globalement les
normes internationales, et que parallèlement, leur usage restait limité aux fonctions les plus
immédiates et mécaniques, sans impact sur les capacités créatives et exploratoires des
entreprises. Le but ici est de généraliser à tous l’économie tunisienne. En effet, Nous avons
élaboré les propositions suivantes :

172
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

H1 : le niveau d’adoption des TIC dans une entreprise dépend des effets de rang.

H2 : l’adoption des TIC dans une entreprise dépend des pratiques organisationnelles.
H3: l’adoption des TIC dans une entreprise dépend de sa capacité d’apprentissage.

En fait, notre travail montre que les hypothèses avancées sont partiellement confirmées
et que tout dépend de la mesure des TIC retenue. On a démontré que la capacité d’absorption
et les caractéristiques organisationnelles jouent un rôle déterminant tant dans l’intensification
d’adoption des TIC que dans l’augmentation du niveau de ces technologies. Toutefois, les
effets des deux autres groupes de facteurs sont limités. Les caractéristiques structurelles des
entreprises (effet de rang) influence moins le niveau d’usage des TIC dans l’entreprise. En fait
seulement la taille de l’entreprise qui a un effet positif sur les deux premiers niveaux d’usage
de TIC (EDI, ERP), mais il n’a pas d’effet sur l’usage de site internet dédié aux fournisseurs
et clients (INTC).

Les résultats relatifs à l’hypothèse de complémentarité nous semblent particulièrement


intéressants. Ils suggèrent que la super-modularité ne signifie pas « plus de tout », plus de TIC
avec plus de pratiques stratégiques et organisationnelles innovantes. En matière de politique
industriel, pour pouvoir élargir la diffusion des TIC dans le tissu économique tunisien et
gagner en compétitivité, il est indispensable aujourd’hui de promouvoir les innovations
organisationnelles. Il faut aussi appréhender que ce soient la qualité des compétences et la
capacité d’apprentissage des utilisateurs des TIC et non le nombre des employés diplômés qui
déterminent le niveau d’usage de ces technologies dans les entreprises tunisiennes. Il est alors
important de repenser les systèmes d’enseignement et de formation afin d’améliorer la qualité
des diplômés et des travailleurs en général. En effet, le non usage optimal des TIC est dû à
des difficultés et des obstacles qui creusent l’écart entre l’adoption des TIC et leur diffusion
dans toute l’économie non seulement pour le secteur de textile. Pour stimuler l’adoption et
l’usage des TIC les économies des PED ont besoin d’un panier de politique.

Les politiques qui peuvent influencer l’adoption et l’usage des stratégies de


formalisation d’entreprise sont notamment ceux qui améliorent la portée de l’infrastructure
de réseau et ainsi que sa qualité. En plus, ces politiques visent à améliorer l’environnement
législatif et réglementaire, à promouvoir la diffusion des technologies, et à créer un

173
Chapitre IV: Déterminants des facteurs explicatifs de niveau d’adoption des TIC dans les entreprises
de textile

environnement économique favorable. Outre ces politiques qui agissent sur l’environnement
général, d’autres sont spécialement destinées aux entreprises, elles s’appuient notamment sur
des programmes de sensibilisation aux TIC et à l’informatique d’entreprise, sur des services
de conseil aux entreprises et sur des formations pour les dirigeants et leurs collaborateurs afin
de développer leurs compétences en TIC et en management. Pour les pouvoirs publics, il
s’agit de promouvoir un environnement économique favorable aux entreprises électroniques
et à l’adoption des TIC (favoriser la diffusion du haut débit, renforcer la concurrence) et
d’orienter les programmes de façon qu’ils viennent à bout des défaillances du marché dans les
secteurs spécifiques qui en ont besoin (formation, information spécialisée). Les pouvoirs
publics ont à leur disposition une gamme de programmes portant sur l’utilisation de l’Internet
et des affaires électroniques par les PME. Des considérations d’ordre commercial et les
retours sur investissement potentiels sont cependant les principaux moteurs de l’adoption des
TIC par les petites entreprises et de leur utilisation avantageuse.

174
Conclusion générale

CONCLUSION GENERALE

175
Conclusion générale

Plusieurs études ont mis en évidence un certain nombre d'avantages dérivables de la


technologie de communication de l'information et qui affirme que l'information et la
technologie de communication est un facteur de croissance et de développement des
économies dans tout le monde. Malgré le nombre d'avantages identifiés à partir de l'utilisation
de l'information et de la technologie de communication pour améliorer la performance des
entreprises, un certain nombre de publications (Kuteyi, 2009; Apulu et Lathman, 2009) encore
signale que le niveau d'adoption est relativement faible dans les pays en développements par
rapport aux pays développés. Ghobakhloo, Hong, Sabouri et Zulkifli (2012) ont également
cité que la littérature informatique antérieure a montré que seulement un petit nombre d'études
ont porté sur l'adoption et l'utilisation des TIC dans les entreprises dans les pays en
développement (Grandon et Pearson, 2004). En outre, il a été constaté que, malgré la
croissance exponentielle de l'information au sein des entreprises, le taux d’usage des TIC par
ces entreprises est resté relativement faible (MacGregor et Vrazalic, 2005), et les grandes
organisations ont nettement profité plus que les petites et moyennes entreprises (PME).

Les recherches précédentes ont toutefois révélé que de nombreux facteurs ont
contribué à un niveau d'adoption de la technologie de communication de l'information et
faible ou élevé pour améliorer la performance des entreprises. Les entreprises dans les pays en
développement ont généralement un accès limité à l'information sur le marché et souffrent de
la mondialisation contrainte (Madrid-Guijarro, Garcia et Auken, 2009). En outre, les
techniques de gestion telles que l'analyse financière, la prévision et la gestion de projet sont
rarement utilisées par les ces entreprises [Dibrell, Davis, et Craig, 2008).

Une tendance à employer des généralistes plutôt que des spécialistes, le recours à la
planification à court terme, et des stratégies dynamiques et processus de prise de décision,
plus un manque de volonté de développer et de l'utilisation des procédures d'exploitation
normalisées sont d'autres caractéristiques distinctives des ces entreprises (Thong, Yap et
Raman , 1996). Cependant, ce sont les ressources limitées contrôlées par les entreprises,
communément appelées la pauvreté des ressources (Thong, Yap, Raman, 1997; Welsh and
White, 1981), qui est le facteur principal de différenciation entre les économies en
développement et les économies développés. En comparaison avec les grandes organisations,
les PME sont relativement plus faibles à différents niveaux (à savoir, d'organisation, de
gestion, de la technologie, individuels et environnementaux). (Al-Qirim, 2007; MacGregor et
Vrazalic, 2012).

176
Conclusion générale

Compte tenu du faible niveau usage des TIC (Kuteyi, 2009; Apulu et Lathman, 2009)
dans les pays en développement et en particulier la Tunisie et aussi des différences
environnementales, socio-économiques et démographiques qui existent , notre étude a
examiné le niveau d’adoption ainsi que l’intensité d’usage des TIC dans l’économie
tunisienne.
Il était donc impératif d'étudier les déterminants de l'adoption des TIC pour l'amélioration de
la performance des entreprises tunisiennes en se basant sur le secteur de textile qui est un
secteur leader de l’économie tunisienne. En effet, si les facteurs influençant l'adoption de la
technologie de communication de l'information et sont identifiés, il contribuera à la
formulation de politiques qui aideront à relever les défis qu'ils peuvent présenter dans
l’économie tunisienne.

En effet, seulement 14 % des entreprises enquêtées ont un niveau suffisant de


pénétration des TIC, c’est-à-dire «LAN, EDI, ERP et INTC ».Signalons que, cette proportion
se trouve presque dans les grandes entreprises. En revanche, 37% d’entreprises sur les 110 qui
composent notre échantillon n’ont adopté aucune technologie ou une seule technologie

Les résultats de notre recherche confirment que l’utilisation des ordinateurs est
généralisée à l’ensemble des entreprises (100%), un bon nombre d’entreprises sont connectées
au réseau Internet (96 %). Néanmoins, si l’on accorde une attention particulière à la place et
au poids de l’ensemble des équipements, outils et applications TIC tels que, les Sites Web,
l’Intranet(site Web Interne), l’Extranet, les transactions en ligne, la présence de l’entreprise
sur les réseaux sociaux, les grands logiciels et/ou progiciels de gestion , on peut constater que
ceux-ci sont très négligeables au regard des exigences de ces outils pour le management et la
performance des entreprises. Plus précisément, nous avons retenu les enseignements suivants :

-la majorité des entreprises enquêtées (70%), moins de 20% de ces employés ont un
accès internet. Cependant seulement 5% des entreprises la majorité de ces employés utilisent
l’internet, et ce sont généralement des grandes firmes.

- Le contenu des pages web des entreprises enquêtées souffre d’un certain nombre
d’insuffisances, de disfonctionnements et de manque de richesse des différentes rubriques qui
constituent ces sites. Le processus de mise en Signalons, que la proportion des entreprises
réalisant des achats en ligne est supérieure à la proportion des entreprises réalisant des ventes

177
Conclusion générale

en ligne. En effet, 15,5% seulement offrent leurs produits ou services en ligne et 35,5%
effectuent des achats en ligne. Notons que les achats ou vente en ligne peuvent se faire sans
que les entreprises ne disposent elles-mêmes de site internet. Elles se procurent parfois
simplement des cartes de crédit pour effectuer des achats en ligne.

Des ventes en ligne se font également par l’intermédiaire d’un site internet qui n’est
pas celui de l’entreprise. La vente en ligne en Tunisie en est encore à ses premiers
balbutiements, au regard des progrès accomplis par les pays avancés. Beaucoup reste à faire.
D’ailleurs, certains l’ont située au stade de l’imagination, le e-commerce ne représente rien en
termes d’activité réelle. Certains observateurs estiment que les obstacles sont nombreux pour
parler d’un réel commerce en ligne en Tunisie. Les transactions en ligne dans les entreprises
enquêtées correspondent presque exclusivement à toute relation commerciale ordinaire
(contacts, paiements de facture par Internet, réceptions de bons de commandes par e-mail,
paiements par carte bancaire Visa,…) conclue sur un terminal interactif de réseau
électronique(Internet).

Les résultats de notre travail de recherche, confirment également l’hypothèse selon


laquelle « les effets économiques des TIC sur les entreprises tunisiennes sont encore
incomplets, limités et insuffisants ». Cela est dû au manque d’intégration et à la récente
diffusion des TIC dans ces entreprises. Plus précisément, d’après les éléments de notre
analyse, nous avons retenu les conclusions suivantes :

➢ Dans notre étude, un nombre important d’entreprises disposent d’un réseau intranet
(82%) et extranet (73%).S’agissant enfin de l’ancienneté de la mise en place par les
entreprises de leurs réseaux Intranet et/ou Extranet, il convient de savoir que ce
processus est assez récent ou nouveau, puisque les plupart des entreprises ont adopté
ce type d’outils, ces dernières années avec l’émergence de réseau sans fil et de wifi.
Ainsi, il est peut-être un peu trop tôt pour mesurer efficacement les effets des réseaux
Intranet et Extranet sur la performance des entreprises.

➢ Les logiciels ou progiciels de gestion sont des programmes dédiés aux entreprises pour
gérer l’ensemble de ses activités. A ce titre, on retrouve 43,6% des entreprises
interrogées annoncent disposer d’un logiciel de comptabilité et 47,3 % utilisent un
logiciel de gestion de stock. Sur l’ensemble de notre échantillon seuls 28,2%font leur
gestion de client avec un logiciel et seulement 30% ont un logiciel de gestion intégré.

178
Conclusion générale

On ne peut donc pas parler véritablement d’ERP dans ce cas. Si l’on accorde une
attention particulière à la place des différents logiciels de gestion dans les entreprises,
on peut constater que celle-ci est très négligeable au regard des exigences et des
enjeux de ces outils et applications TIC pour le management et la performance des
entreprises. En effet, à l’exception de quelques grandes entreprises, l’utilisation des
grands logiciels de gestion est peu répondue dans les entreprises de textile. Cela
montre que les entreprises tunisiennes donnent peu d’importance aux logiciels, et ne
consacrent pas de budget spécial. Notons néanmoins, que le degré d’équipement des
entreprises en logiciels croît nettement avec la taille des entreprises.

➢ La généralisation de ces applications montre que toutes les firmes ont désormais
intégré les équipements principaux des TIC (LAN). Mais il existence une forte
minorité d’entreprises ayant adopté des outils d’intégration interne (EDI , ERP,
INTC). Comment expliquer une telle frilosité alors que le rôle des TIC dans
l'amélioration de la performance globale des entreprises n'est plus à démontrer ?En
fait, les entreprises de notre étude font face à plusieurs contraintes et/ou entraves qui
retardent leur assimilation des TIC, parmi lesquelles on peut citer notamment :
activités des entreprises peu adaptées à l’usage des TIC, manque de personnel qualifié
et/ou de compétences techniques pour élaborer et utiliser les TIC, intérêt insuffisant
des clients et/ou des collaborateurs pour les TIC, coûts de développement et/ou de
maintenance trop élevés, inquiétudes relatives à la sécurité, incertitude relative au
cadre juridique et réglementaire dans le domaine des TIC ,inquiétudes relatives à la
protection de la vie privée. A cela il convient d’ajouter le fait que, le développement
des TIC dans les entreprises de secteur de textile et de toute l’économie tunisienne soit
fortement lié à plusieurs facteurs, notamment politiques, réglementaires, économiques
et socioculturels, en raison des comportements et autres habitudes des agents
économiques (entreprises et ménages).

La conclusion la plus importante provenant de notre travail est que le modèle postulé
est valide. Le modèle validé crée un lien entre la compréhension de l'importance des TIC
pour les entreprises et l'économie dans son ensemble qui a été élaboré dans la première partie.
Des travaux antérieurs ont mis l'accent sur ce que sont principalement les problèmes de
diffusion liés tels que les barrières à l'e-business. Ce sont des perceptions au sujet de

179
Conclusion générale

l'environnement en général (macro) tandis que le modèle validé est une approche au niveau
micro / entreprise pour comprendre l'adoption. La compréhension des forces associées à
l'adoption conduit à la capacité des entrepreneurs à comprendre où leur entreprise est forte ou
faible et de prendre des décisions réalistes sur l'endroit où des améliorations sont nécessaires
qui seront les plus susceptibles d'assurer des décisions d'adoption réussies.

Le comportement d'adoption des entreprises tunisiennes dans le domaine des TIC se


caractérise par un modèle de base de l'explication qui est très forte dans les estimations de
modèles avec différentes variables d'adoption. Toutes les catégories identifiées de variables
explicatives sont significatives et pertinentes à des degrés divers. Les facteurs les plus
importants sont les capacités d’absorption des connaissances, qui sont de plus grande
importance pour les petites entreprises, et la nouvelle organisation de travail qui sont plus
importants pour les grandes entreprises.

En effet, la capacité d'absorber de connaissance est importante pour toutes les


entreprises et reflète la pertinence du capital humain comme un facteur déterminant de
possibilités d'adoption. La capacité d'absorption est directement liée à la capacité de
bénéficier d'autres entreprises et institutions, circulation de l'information entre les entreprises,
l'expérience issue de la formation et de la pression concurrentielle (locale et internationale).
En plus de ces effets spécifiques à l'entreprise, il y a aussi des preuves solides pour les effets
de l'industrie, avec certaines industries présentant une plus grande probabilité d'adoption (dans
les services financiers par exemple), qui reflètent différentes possibilités technologiques.
En outre, il existe des différences intéressantes résultant d'une faible adoption par les
fournisseurs, les clients et les concurrents, ce qui réduit les avantages des adopteurs précoces
et pourraient avoir donc un effet général de ralentir le développement dans le secteur de
l'industrie.

Le rôle de la taille de l'entreprise, qui appartient aux variables les plus importants inclus
dans les modèles d'adoption de la technologie, est analysé en détail. Il se trouve que la taille
des entreprises est seulement d'une importance modeste comme variable explicative
indépendante (couvrant des variables spécifiques de taille ne sont pas explicitement pris en
compte dans le modèle), avec des motifs relativement similaires dans les petites et les grandes
entreprises. Cependant, le modèle d'adoption est dépendant de la taille de l'entreprise et qui
interagit avec d'autres variables explicatives. En fait, les petites entreprises choisissent de se
livrer dans les TIC qui luttent principalement pour des économies de coûts. Les grandes

180
Conclusion générale

entreprises, comme mentionné précédemment, luttent pour Client- plus fort et le fournisseur-
orientation.

Un domaine principal gauche dans le modèle correspond aux facteurs liés à


l'organisation en milieu de travail, et leur influence pour les décisions à adopter des TIC ou
d'intensifier leur utilisation. Les données ont été très incomplètes et présentaient des modèles
peu fiables. Par conséquent, la capacité devrait se terminer sur le travail en équipe, la prise de
décision décentralisée et l'aplatissement des structures hiérarchiques n'a pas été possible, et
ces facteurs ont été abandonnés à partir du modèle empirique. En effet, les TIC entraînent des
modifications profondes dans l’organisation des entreprises à plusieurs niveaux. Tout d’abord,
il s’agit de nouvelles formes d’organisation générées par les technologies. Ainsi, les logiciels
de collaboration peuvent conduire à des regroupements virtuels de travailleurs. Cela a des
conséquences non seulement en termes d’accroissement de la productivité, mais également au
niveau humain, puisqu’elles permettent de créer des équipes de projet où les compétences
sont harmonieusement réparties et complémentaires. Ensuite, une application informatique se
contente généralement de reproduire une procédure existante, dans le cas de l’informatique
traditionnelle ou d’en créer de nouvelles, pour les TIC. De ce fait, les règles explicites et
implicites existant dans une firme vont conditionner et limiter les applications des TIC.

D'une manière générale, le modèle offre un outil ou un cadre à partir duquel les
entreprises, l’Etat ou les associations professionnelles peuvent comprendre comment ils
peuvent intervenir pour augmenter la probabilité des entreprises faisant l'adoption et
l'utilisation des TIC et qui sont fortement associées à la création de chaînes de valeur
internationales et favoriserait la Tunisie comme un acteur important sur les marchés
mondiaux. En fait, beaucoup de recherches ont parlé de l'importance de la diffusion des
technologie numérique en Tunisie (et dans les pays en développement en général) mais il
ne traite pas des problèmes liés à la diffusion, mais ils ont traité des questions d'adoption.

Basée sur les résultats de notre modèle, la recherche et les principales conclusions,
nous citons les recommandations suivantes pour promouvoir l'adoption des TIC et l'utiliser au
sein des entreprises tunisiennes et d'accroître leurs compétitivités. Ces recommandations
sont pour les entreprises de textile (et toute les entreprises tunisiennes) et l’Etat tunisien.

181
Conclusion générale

Les Principales recommandations pour les entreprises tunisiennes:

1- les entreprises doivent mettre en œuvre des systèmes pour augmenter le travail d'équipe,
décentraliser la prise de décision et aplatir les structures hiérarchiques. Cela contribuerait à
accroître les avantages perçus.

1. les entreprises doivent exiger que toutes les implémentations des TIC soient
considérées comme une importante initiative de changement organisationnel en
exigeant un plan de réalisation des avantages, des responsabilités pour faire des
changements et le calendrier de réalisation.

2. les entreprises doivent utiliser l'évaluation et la formation de planification comme des


occasions d'augmenter ces capacités d'absorption de la technologie. L’entreprise
pourrait faciliter l'échange d'expériences à tous les niveaux de l'organisation en
contractant la formation qui permettrait d'accroître les connaissances techniques et
donner aux employés la possibilité de partager leurs connaissances tacites et explicites
avec les autres entreprises et les institutions.

1- Les entreprises devraient prendre des mesures qui encouragent ou facilitent les
décisions d’adoption. Cela peut être fait si l’entreprise récompense explicitement les
employés pour prendre des décisions d'adoption et de l'innovation en utilisant les
possibilités que leur donne l’usage des TIC. De telles décisions peuvent conduire à
des expériences d'adoption plus positives. En fait, l’analyse des données et des
nouvelles informations par les employés en utilisant les technologies Web 2.0
peuvent être des sources importantes de nouvelles innovations. Cela devrait
conduire à récompenser les employés pour l'innovation et la mise en œuvre des
processus d'affaires internes grâce à des recommandations en matière de TIC de la
part des employés.

2- Les entrepreneurs doivent veiller à ce que la formation soit une partie de tous les
projets de mise en œuvre. La formation doit être aussi «monde réel» que possible;
en utilisant des analyses de rentabilisation et des simulations qui permettront aux
employés de voir clairement les avantages de faire leur propre décision d'adoption.
Les outils qui peuvent être utilisés à la fois la vitesse de diffusion entre les entreprise

182
Conclusion générale

et préparer le terrain pour les décisions d'adoption plus positives. Les entreprises
tunisiennes ont besoin pour identifier les utilisateurs, les formateurs d'horaire,
déterminer l'emplacement et dispenser d’une formation dans le cadre du plan de
projet. La formation devrait utiliser des données réelles et des scénarios d’affaires
réelles et coïncidentes avec les utilisateurs et leurs capacités à mettre en pratique la
formation à leur retour dans leur emploi. La formation devrait également être suivie
d'une évaluation à la fois de l'efficacité des processus et la profondeur de diffusion
pour les personnes formées. L'efficacité de la formation sera ensuite manifeste dans
des attitudes plus positives à l'égard d'autres décisions d'adoption des TIC.

3- Les entreprises doivent prendre en compte des mesures de valeur explicites


(monétaire, marché et autres) comme une partie directe de tout projet de mise en
œuvre des TIC. Mesure de la valeur des TIC est une façon pour les entreprise de
valider la valeur de la décision d'adoption qu'ils font et prennent des décisions
futures plus faciles.
4- Les gestionnaires doivent insister pour que tout projet de mise en œuvre des TIC ait
un plan de mise en œuvre de la pensée complète. Un tel plan devrait inclure à la fois
les ressources humaines et ces capacités d’absorption ainsi que les nouvelles
organisations de travail nécessaires pour l’adoption des TIC.

Les Principales recommandations pour l’Etat :

1- L’Etat doit utiliser des fonds pour créer des formations de niveau exécutif pour
sensibiliser les entreprises aux avantages à long terme des décisions d'adoption et
d’usage intenses des TIC. Ces formations devraient soutenir la politique publique qui
faciliter les décisions d'adoption pour les entreprises. Les politiques qui
minimiseraient les coûts et maximiseraient la perception des avantages conduirait les
décisions d'adoption des TIC et conduirait l’économie à se numérisé.
2- Les politiques publiques doivent clairement encourager les entreprises tunisiennes
afin de maximiser les avantages des TIC en tant que technologie à usage général. La
recherche de l'OCDE et d'autres organisations internationales montrent que les TIC
stimulent l'innovation, l'expansion économique et la croissance. Les politiques
devraient inclure le financement de la coopération entre l'industrie des TIC et d'autres

183
Conclusion générale

entreprises. Le potentiel des TIC en tant que technologie à usage général semble loin
d'être épuisé et doit donc être de première importance pour les stratégies de
développement tunisien.

3- L’Etat doit consacrer des fonds pour aider les entreprises à faire des formations et à
prendre conscience des menaces concurrentielles qu’elles peuvent rencontrer si elles
n’utilisent pas de plus en plus les TIC. Les menaces de concurrence perçues plus
élevées sur le marché mondial ce qui exige l’accélération de numériser les entreprises
tunisiennes afin de mieux s’intégrer dans l’économie mondiale.

4- Les outils politiques tels que les crédits et les impôts, le financement du FSE et
d'autres devraient récompenser les décisions d'adoption. Les incitations à adopter des
technologies peuvent avoir un effet d'entraînement pour stimuler de nouveaux
investissements et offrent une opportunité claire pour stimuler les politiques
d’innovation.

5- Les crédits d'impôt ou l'amortissement accéléré ne devraient pas être limités au


premier niveau ou première adoption, mais étendent à plus adoption en faisant des
crédits et l'amortissement accéléré disponible pour plus d'adoptions des TIC. Cela
réduirait les frais perçus et les obstacles. Cela donne en outre un motif de stimulation
proactive des politiques à adopter les TIC et étendre leur diffusion au sein des
entreprises qui adoptent.

6- L’Etat doit préparer des conférences et des séminaires réguliers pour réunir les
innovateurs des TIC en collaboration avec les entreprises afin de partager les
connaissances et de confronter l'innovation. L’Etat doit également créer des bases de
données d'idées et de possibilités d'innovation qui soient financées ou disponibles
pour le financement. L’opportunité d'innovation perçue influence positivement
l'adoption et l'utilisation des TIC.
7- L’Etat et ceux qui sont impliqués dans la formation commerciale doit régulièrement
financer ou soutenir le type de recherche effectuée dans l'étude comparative de la
Tunisie. Alors que sur le plan conceptuel a, il est important de calculer les indices
utilisés internationalement pour comparer le développement relatif des technologies

184
Conclusion générale

pour pouvoir comparer l'impact qualitatif de l'utilisation des TIC, d'une manière qui
permettrait l'élaboration des recommandations réalistes et des politiques
significatives.

8- Le ministère de la technologie et le gouvernement en général et les ministères


chargés des secteurs spécifiques (ministère de l'Agriculture, Ministère des Transports)
doivent régulièrement consulter leur secteur respectif pour comprendre les obstacles
de l'industrie à la mise en œuvre des TIC afin que l’Etat puisse être informé et ciblé.
Les obstacles à la mise en œuvre des TIC d'une manière large et durable dans les
entreprises tunisiennes sont très importants parce que le pays, en dépit d'une
infrastructure TIC suffisante, offre peu d'opportunités de marché pour investir dans les
TIC.

Le progrès technologique est clairement corrélé avec la mondialisation. L'ère de


l'information a augmenté le taux de la mondialisation comme jamais auparavant, que
l'expansion rapide de l'Internet crée un monde irréversiblement en réseau. Cette analyse
examine les conséquences positives et négatives des changements technologiques dans les
pays en développement, d'enquêter spécifiquement des changements en ce qui concerne
l'économie, la culture et l'éducation.

L'adoption de la technologie par les pays en développement a eu des effets profonds


sur leurs économies, telles que la réduction des coûts de production nationaux, l'établissement
des normes de qualité, et en permettant aux individus de communication à distance.
Malheureusement, le processus actuel demeure l'une de l'adaptation, plutôt que de
l'innovation. En outre, la nécessité de technologies appropriées pour les capacités du pauvre
d'un pays en développement a été reconnue que récemment. Un défi majeur pour la diffusion
de la technologie dans les pays à faible revenu qui persiste et sa répartition inégale et la
pénétration dans le pays.

La propagation rapide de la technologie alimentée par l'Internet a conduit à des


changements culturels positifs dans les pays en développement. Plus facile, une
communication plus rapide a contribué à la montée de la démocratie, ainsi que la réduction de
la pauvreté. La mondialisation peut aussi accroître la sensibilisation culturelle et promouvoir
la diversité. Cependant, la diffusion de la technologie doit être soigneusement contrôlée pour

185
Conclusion générale

prévenir les conséquences culturelles négatives. Les pays en développement risquent de


perdre leur identité culturelle et s'assimilant à un monde de plus en plus occidentalisé.

Afin de participer à un marché de haute technologie, les pays en développement exigent


des personnes possédant une expertise technique. Les problèmes surgissent lorsque les nations
tentent de faire des avances trop rapides dans l'éducation, la production de diplômés sans une
infrastructure satisfaisante pour soutenir le système d'éducation. A savoir, les familles doivent
être en mesure de se permettre d'envoyer leurs enfants à l'école, les établissements
d'enseignement ont besoin de ressources telles que les manuels et l'électricité actuels et les
personnes instruites ont besoin d'incitations à rester dans leur pays d'origine.
Les pays développés doivent modérer leur influence et orchestrer soigneusement toute
ingérence dans le développement du tiers-monde. Des changements rapides dans des
environnements instables avec un manque d'infrastructures vont conduire à la déstabilisation
et causer plus de problèmes que de solutions.

186
Bibliographie

Bibliographie

187
Bibliographie

1. Abecassis -Moedas Céline, Benghozi Pierre-Jean : « Introduction.TIC et


organisations », Lavoisier/Revue française de gestion, n°172, 2007.
2. Angeletos George-Marios, Lorenzoni Guido, Pavan Alessandro: « Wall Street and
Silicon Valley: A Delicate Interaction », MIT, September 23, 2002.
3. Askénazy P. and Gianella C. (2000) Le paradoxe de la productivité: les
changements organisationnels, facteur complémentaire à l’informatisation,
Économie et statistique, (339-340), 219-242.
4. Askenazy Philippe, Gianella Christian : « Le paradoxe de Solow enfin résolu ?,
Problèmes économiques, n° 2720, juillet 2001.
5. Askenazy Philippe, Galbis Eva Moreno: « L’impact des changements
technologiques et organisationnels sur les flux de main-d’oeuvre Etude sur des
établissements français », Presses de Sciences Po, Revue économique, Vol.56, 2005.
6. Aubert Patrick, Caroli Eve, Roger Muriel : « Nouvelles technologies et nouvelles
formes d’organisation du travail : Quelles conséquences pour l’emploi des salariés
âgés ? », Revue économique, Vol.57, n°6, novembre 2006.
7. Autissier, D. et Lahlou, S. (1999), « Les limites organisationnelles des TIC:
Émergence d'un phénomène de saturation cognitive », Communication à la 4 eme
conférence de l’AIM, Essec Cergy (95), 121-130.
8. Autor D.H., Levy F. and Murmane R.J. (2003) The skill content of recent
technological change: an empirical exploration, The Quarterly Journal of
Economics, 118 (4),1279-1333.
9. Avent R. (2014) Productivity: technology isn’t working, The Economist, 4 Oct
2014.
10. Badré Bertrand, Monier Jean-Hugues : « La net-économie, quelle révolution ?
Fièvre américaine», Revue Etudes, n°3941, Paris, janvier 2001.
11. Barbet Philippe, Coutinet Nathalie : « Les évolutions de la mesure de la nouvelle
économie : bilan et enjeux », Revue d’économie industrielle, n°101,4eme trimestre
2002.
12. Baudchon Hélène : « Le contre –choc de la nouvelle économie : une étude de cas sur
cinq pays de l’OCDE », L’Actualité économique, Revue d’analyse économique,
vol.81, n°1-2, mars-juin 2005.

188
Bibliographie

13. Benghozi, P-J. (2001), « Relations interentreprises et nouveaux modèles d'affaires »,


Revue économique. Numéro Hors Série, 165-190.
14. Bellon, B. (2003), «Les conditions d’efficience de la maîtrise de l’information par
l’information », in Bellon, Ben Youssef et Rallet (eds), La Nouvelle Economie en
Perspective, Economica. Paris.
15. Bellon, B., Ben Youssef, A. et M’henni H (2004) : « La diffusion des TIC comme
technologie générique en Méditerranée (dividendes ou fractures numériques) » ;
rapport Femise, Commission des Communautés Européennes.
16. Ben Youssef Adel : « Les quatre dimensions de la fracture numérique », La
Découverte/Réseaux, n°127-128, 2004.
17. Ben Youssef Adel, M’Henni Hatem : « L’impact des TIC sur la croissance des PVD
: le cas de la Tunisie ».In Ben Youssef Adel, Ragni Ludovic (coordonné par) : «
Nouvelle économie, organisations et modes de coordination », L’Harmattan, Paris,
2004.
18. Benabid Sandoss, Grolleau Gilles : « Les nouvelles technologies de l’information et
de la communication : un instrument potentiel au service de l’économie sociale ? »,
Innovations, Cahiers d’économie de l’innovation, n°17,2003.
19. Bertschek, I. et Kaiser, U. (2004), “Productivity Effects of Organizational Change:
Micro-econometric Evidence”, Management Science, 50(3), 394-404.
20. Bouchara Pierre : « Le commerce électronique », Cahiers français, La
documentation française, n°295, mars-avril 2000.
21. Bouklia -Hassane Rafik, Talahite Fatiha : « Marché du travail, régulation et
croissance économique en Algérie »,8th Méditerranéen Research Meeting, Florence,
Montecatini Terme,21-25 mars 2007.
22. Black, S. E. et Lynch, L. M. (1996), “ Human-capital investments and productivity”,
American Economic Review, 86(2), 263–267.
23. Black, S. E., et Lynch, L. M. (2001), “How to compete: The impact of workplace
practices and information technology on productivity”, The Review of Economics
and Statistics, 83(3) 434–445.
24. Bloom, N. Garicano, L. Sadun, R. et Van Reenen, J. (2009), The distinct effects of
information technology and communication technology on firm organization,
Working paper 14975, http://www.nber.org/papers/w14975.

189
Bibliographie

25. Brainard R. and Fullgrabe K. (1986) Technology and employment, STI Review, (1),
9-46.
26. Brighenti B. (2015) Opinion of the European Committee of the Regions - The local
and regional dimension of the sharing economy, Brussels, European Committee of the
Regions .
27. Bresnahan, T. F. Brynjolfsson, E. et Hitt L. M. (2002), “ Information technology, workplace
organization and the demand for skilled labor: Firm-level evidence”, Quarterly Journal of
Economics 117(1) 339–376.
28. Brousseau, E. et Rallet, A. (1997), « Le rôle des technologies de l’information et de
la communication dans les changements organisationnels »,in Guilhon B., Huard P.,
Orillard M., et Zimmermann J.B. (ed.) Économie de la connaissance et
Organisation,Paris, L’Harmattan.
29. Brynjolfsson E. et Hitt L. (1996), “Paradox lost? Firm-level Evidence of the Returns
to Information Systems Spending”, Management Science, 42. 541-558.

30. Brynjolfsson E. et Hitt L. M. ,“Beyond Computation: Information Technology,


Organization Transformation and Business Performance”, Journal of Economic
Perspectives, vol14, 2000, pp23-48.
31. Brynjolfsson E. et Hitt L. M.,“Computing Productivity: Firm Level Evidence”, The
Review of Economics and Statistics, vol85, n°4,2003, pp793-808.

32. BrynjolfssonE.etYangS.,<InformationTechnologyandProductivity:AReviewoftheLi
terature>>,AdvancesinComputers,AcademicPress,vol43,1996,pp 179-214.

33. BrynjolfssonE.,“Information Technology and the ‘New Managerial Work’,


inédition Norwegian Academy of Technological Sciences, Organizational Learning
an experienceTransfer.Trondheim, 1994, pp27-100.
34. Brynjolfsson E. and McAfee A. (2015) The second machine age. Work, progress
and prosperity in a time of brilliant technologies, New York, W. W. Norton &
Company.
35. Chauvet V., 2003, Construction d’une échelle de mesure de la capacité d’absorption,
XIIème conférence de l’Association Internationale de Management Stratégique, Les
côtes de Carthage, juin.
36. Chambat, P, 1994, Usage des TIC : évolution des problématiques, Technologies de
l’Information et Société, vol 6, n°3, 1994, pp 249-269.

190
Bibliographie

37. Clark, K. B., & Fujimoto, T., 1991, Product development performance. Boston:
Harvard Business School Press.
38. Cockburn I., Henderson R. M., 1998, Absorptive capacity, coauthoring behavior,
and the organization of research in drug discovery, Journal of Industrial Economics,
June, Vol. 46, Issue 2, pp. 157-182.
39. Cohen W. M., Levinthal D. A., 1994, Fortune Favors the Prepared Firm,
Management Science, Febuary, Vol. 40, Issue 2, pp. 227-251.
40. Cohen W. M., Levinthal D. A., 1990, Absorptive Capacity : A New Perspective on
Learning and Innovation, Administrative Science Quarterly, Vol. 35, pp. 128-152.
41. Cohen W. M., Levinthal D. A., 1989, Innovation and Learning: The Two Faces of
R&D, The Economic Journal, No. 99, September, pp. 569-596
42. Coriat B. (ed.) (2015) Le retour des communs – la crise de l’idéologie propriétaire,
Paris, Les liens qui libèrent.
43. D’Cruz P. and Noronha E. (2014) The interface between technology and customer
cyberbullying: evidence from India, Information and Organization, 24 (3), 176-193.
44. Degryse C. (2016) Digitalisation of the economy and its impact on labour markets,
Working paper 2016.02, Brussels, ETUI.
45. Dortier J.F. (2015) Les robots vont-ils tuer les emplois, Sciences humaines, (274),
62-65.
46. Eriksson, T. (2003), “The effects of new work practices-Evidence from employer-
employee data”. T. Kato, J. Pliskin, eds. The Determinants of the Incidence and the
Effects of Participatory Organizations. Advances in the Economic Analysis of
Participatory and Labor-Managed Firms, 7. Elsevier, New York, 3–30.
47. Escande P. and Cassini S. (2015) Bienvenue dans le capitalisme 3.0, Paris, Albin
Michel.
48. EU-OSHA (2015a) A review of the future of work: online labour exchanges or
“crowdsourcing”: implications for occupational safety and health, Discussion paper,
Bilbao, European Agency for Safety and Health at Work.
49. EU-OSHA (2015b) A review of the future of work: robotics, Discussion paper,
Bilbao, European Agency for Safety and Health at Work.
50. Eurofound (2015) New forms of employment, Luxembourg, Publication Office of the
European Union.

191
Bibliographie

51. Ewangue, J. L. (2004), Analyse comparée des stratégies d’accès à la société de


l’information électronique en France et au Cameroun, ENA, Promotion Léopold
Sédar Senghor (2002-2004), Cycle international long, Master en Administration
publique.
52. Fleissner P. (2009) The “commodification” of knowledge in the global information
society, Triple-C, 7 (2), 228-238.
53. Flipo F., Dobré M. and Michot M. (2013) La face cachée du numérique. L’impact
environmental des nouvelles technologies, Paris, L’échappée.
54. Foray D. (2009) L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte.
55. Foray D. and Freeman C. (eds.) (1992) Technologie et richesse des nations, Paris,
Economica.
56. Greenan et Walkowiak, 2003, Organisation du travail et informatique : Relation de
complémentarité ou principes communs de sélection ?, http://www.gdrtics.u-
paris10.fr
57. Greenan N. etMairesse J., 2003, How Do New Organizational Practices Shape
Production Job? Resualt from a Matched Employer.EmployeeSurvevry in French
Manufacturing, Document de travail de CEE, n°28.
58. Greenan N., 1996, Progrès technique et changements organisationnels ; Leur impact
sur l’emploi et les qualifications, Economie et Statistique, n°298, p 35-44.
59. Greenan N., 2002, Organizational Change, Technology, Employment and Skills: an
empirical Study of French Manufactoring, Cambridge Journal of Economics, vol 27,
n°2, mars , pp 287-316.
60. Hall, R. W. (1987), Attaining Manufacturing Excellence: just-in-time, total quality,
total people involvement, Homewood, Ill.: Dow Jones-Irwin. French translation by
S. Brun- Jadot (1989), L’excellence industrielle : juste-à-temps, qualité totale,
implication totale des hommes, Paris, InterEditions.
61. Huselid, M. A. (1995), “ The impact of human resource management practices on
turnover, productivity, and corporate financial performance”. Academy of
Management Journal, 38(3), 635–672.
62. Ichniowski, C., K.Shaw et J. Gant, 2002,Working Smarter By Working Together:
Connective Capital in the Workplace, Columbia University, manuscrit non publié.

192
Bibliographie

63. Janod, V. et Saint- Martin, A. (2003), «Impact des réorganisations du travail sur les
performances des entreprises manufacturières : une analyse sur donnée françaises
1997-1999 », Revue économique, 54(3). 637-648.
64. Jelassi, T. et Figon, O. (1994), “ competiting through EDI at Brun Passot :
Achievements in France and Ambitions for the single European Market”, MIS
Quaterly, 18(4). 337-352.
65. Kim, L, 1998, Crisis construction and organizational learning: Capability building in
catching-up at Hyundai Motor. Organization Science, 9: 506-521.
66. Kim, L., 1997a, The dynamics of Samsung’s technological learning in
semiconductors. California Management Review, 39(3): 86-100.
67. Kim, L., 1997b,From imitation to innovation: The dynamics of Korea’s
technological learning. Cambridge, MA, Harvard Business School Press.
68. Koestler, A., 1996,The act of creation, London: Hutchinson.
69. Leforestier, G. (2006), « TIC et productivité des entreprises : Des liens forts », Le 4
Pages des Statistiques Industrielles, n° 223.
70. Lindbeck, A. et Snower, D. (2000), « Multitask Learning and the Reorganization of
Work: From Tayloristic to Holistic Organization », Journal of Labor Economics,
18(3). 353-375.
71. Lyles, M, A., &Schewenk, C. R., 1992, Top management, strategy and
organizational knowledgz structures, Journal of Management Studies, 29: 155-174.
72. Martin, M. Tanguy, C, (2008), « L’innovation organisationnelle dans les petites
entreprises. Une logique d’accompagnement de l’innovation technologique ou
d’évolution propre de la structure organisationnelle ? », XLV Colloque ASRDLF,
Territoires et action publique territoriale : nouvelles ressources pour le
développement régional, Université du Québec à Rimouski (UQAR), Rimouski,
Québec, Canada, les 25, 26 et 27 août.
73. Maschino, D. et Fournier-Dussault, A. (2005), « Productivité et changements
organisationnels: précisions et définitions relatives au contexte général » in
Changements organisationnels pour améliorer la productivité et l’emploi Recueil de
cas vécus, Ministère du Travail, Québec, www.travail.gouv.qc.ca , 11-17
74. -Matusik, S. F., & Heeley, M, 2001, Absorptive capacity and firm knowledge:
Separating the multiple components of the absorptive capacity construct. Paper
presented at the annual meeting of the Academy of Management, Washington, DC.

193
Bibliographie

75. Mehrtens, J., P. B. CraggEt A. M. Mills (2001), “A Model of Internet Adoption by


SMEs”, Information & Management, Vol.39, pp.165-176.
76. Milgrom, P. et Roberts, J. (1990), “The Economics of Modern Manufacturing:
Technology Strategy, and Organization”, American Economic Review, vol. 80(3).
511-528.
77. M’henni, H, 2003, Mesure et déterminants de l’innovation ; une an analyse
empirique sur un échantillon d’entreprises manufacturières tunisiennes, In
Intégration euro-mediterranéenne et stratégies économiques, L’HARMATTAN.
78. Milgrom P. et Roberts J., 1990,The Economic of Modern Manufactoring :
Technology, Strategy and Organization, The American Economic Review, vol 80,
n°3, pp 511- 528.
79. Mowery, D. C., & Oxley, J. E., 1995, Inward technology transfer and
competitiveness: The role of national innovation systems. Cambridge Journal of
Economics, 19: 67-93.
80. Nemri M. (2015) Demain, l’internet des objets, Note d’analyse 22, Paris, France
Stratégie.
81. Nett B., Rhode M., Wulf V., Van Dijk J., Kommers P., Helsper E., Richer W., Meyer
E., Cullen K., Gareis K. and Stubbe J. (2010) Study on the social impact of ICT (CPP
n°55A - SMART2007-0068).
82. Nordmann A. (ed.) (2005) Converging technologies. Shaping the future of the
European societies, Report EUR 21357, Luxembourg, Office for Official Publications
of the European Communities
83. OCDE (2001a), Perspectives de la science, de la technologie et de l'industrie : Les
moteurs de la croissance : technologies de l'information, innovation et
entrepreneuriat, OCDE, Paris.

84. -OCDE (2001b), “Déploiement de l'infrastructure à large bande : le rôle de l'aide


publique”, OCDE, Paris.

85. OCDE (2001c), “Le développement de l'accès Internet en large bande dans les pays
de l'OCDE"”, DSTI/ICCP/TISP(2001)2/FINAL, OCDE, Paris (accessible depuis le
site http://www.oecd.org).

86. OCDE (2002a), « Les incidences du commerce électronique sur l'activité des
entreprises : Résumé », DSTI/ICCP/IE(2002)5, OCDE, Paris.
194
Bibliographie

87. Orlikowski W. (2010) The sociomateriality of organisational life: considering


technology in management research, Cambridge Journal of Economics, 34 (1), 125-
141.
88. Osty F., Sainsaulieu R. and Uhalde M. (2007) Les mondes sociaux de l’entreprise.
Penser le développement des organisations, Paris, La Découverte.
89. Pastré O., Meyer D., Truel J.M. and Zarader R. (1981) Informatisation et emploi,
menace ou mutation?, Paris, La Documentation Française.
90. Pélissier du Rausas M., Manyika J., Hazan E., Bughin J., Chui M. and Said R.
(2011) Internet matters: the net’s sweeping impact on growth, jobs, and prosperity,
McKinsey Gobal Institute.
91. Perez C. (2004) Technological revolutions, paradigm shifts and socio-institutional
change, in Reiner E.S (dir.) Globalization, economic development and inequality: an
alternative perspective, Cheltenham, Edward Elgar.
92. Pfeiffer S. (2013) Web, value and labour, Work Organisation, Labour &
Globalisation, 7 (1), 12–30.
93. Raymond, L. (2002), « L’impact des systèmes d’information sur la performance de
l’entreprise » in Faire de la recherche en système d’information, Vuibert,301-320.
94. Raymond, L. et Bergeron, F. (1996), “EDI success in Small and Medium-sized
Enterprises : A Field Study”, Journal of organizational Computing and Electronic
Commerce, 6(2). 161-172.
95. Reix, R. (1999), « Les technologies de l’information facteurs de flexibilité ?, Revue
française de Gestion, 111-119.
96. Rocha , F., 1997 , Inter-firm technological cooperation :Effects of absorptive
capacity, firm size and specialization. Discussion paper series N° 9707, United
Nations University, Institue for New Technology, Maastricht, Netherlands.
97. Rosenkopf, L., &Nekar, A, 2001,Beyond local search: Boundary spanning,
exploration and impact In the optical diskindustry, Strategic Management Journal,
22: 287-306.

98. Sakai, K. (2002), “Global Industrial Restructuring: Implications for Small firms”,
STI Working Papers 2002/4, OCDE, Paris (disponible à l'adressesuivante :
http://www.oecd.org/sti/working-papers).

195
Bibliographie

99. Sauvy A. (1981) La machine et le chômage : le progrès technique et l’emploi, Paris,


Dunod.
100. Scally, T., M. Stansfieldet K. Grant (2001), “An Investigation into the Use of
the Internet and E-Business among SMEs in Lanarkshire”, Computing and
Information Systems, Vol.8, pp.58-66.

101. Scupola, A. (2002), “Adoption Issues of Business-to-Business Internet


Commerce in European SMEs”, in Proceedings of the 35th Hawaii International
Conference on System Sciences 2002 (disponible à l'adressesuivante
http://www.hicss.hawaii.edu/diglib.htm).
102. Spender, J. C., 1996,Making Knowledge the basis of a dynamic theory of the
firm. Strategic Management Journal, 17: 45-62.
103. Szulanski, G., 1996,Exploring external stickiness: Impediments to the transfer
of best practice within the firm. Strategic Management Journal, 17: 27-43.
104. Teece, D. J., 1981,The multinational enterprise: Market failure and market
power considerations, Sloan Management Journal, 22(3): 3-17.
105. Teece, D. J., Pisano, G., &Shuen, A., 1997, Dynamic capabilities and strategic
management, Strategic Management Journal, 18: 509-533.
106. Tiemesson, I., Lane, H. W., Crossan, M., &Inkpen, A. C., 1997, Knowledge
management in international joint ventures, In P, W. Beamish & J. P. Killing (Eds.),
Cooperative strategies: North American perspective: 370-399. San Francisco: New
Lexington Press.
107. Van den Bosch, F., Volberda, H., & de Boer, M., 1999, Coevolution of firm
absorptive capacity and knowledge environment: Organizational forms and
combinitive capabilities, OrganizaVendramin P. (2004) Le travail au singulier. Le
lien social à l’épreuve de l’individualisation, Louvain-la-Neuve, Academia
Bruylant.
108. Vendramin P. and Valenduc G. (2002) Technologies et flexibilité. Le défis du
travail à l’ère numérique, Paris, Éditions Liaisons.
109. Vendramin, P. et Valenduc, G. (2002) Technologies et flexibilité, les défis du
travail à l’ère numérique, Liaisons Sociales, Collection Entreprises et carrières, 180.
110. Vendramin, P. et Valenduc, G. (2003), DEA « E-Management » 128 FC
SokLY Séminaire d’Information, contrôle et organisation, Université paris
Dauphine.

196
Bibliographie

111. Volle M. (2000) E-économie, Paris, Economica.tion Science, 10: 551-568.


112. Wauthy X. (2008) Concurrence et régulation sur les marchés de plateforme :
une introduction, Reflets et Perspectives de la Vie Economique, XLVII (1), 39-54.
113. Winter, S, 2000,The satisficing principale in capability learning, Strategic
Management Journal, 21: 981-996.
114. Went R., Kremer M. and Knottnerus A. (2015) Mastering the robot. The future
of work in The second machine age, The Haye, The Netherlands Scientific Council
for Government Policy.
115. Weygand F. (2008) Économie de la « société de l’information », quoi de neuf
?, TIC & Société [En ligne], 2 (2), 60-80.
116. Zahra, S. et George, G., 2002, Absorptive capacity, a review,
reconceptualisation and extension, in Academic Management Review, vol 27, N°2,
p.187-203.

Références électroniques :

➢ Banquemondiale, World Development Report 2006: Equity and


Development.Washington, Banque mondiale, 2006 voir :
http://www.worldbank.org/reference/
➢ Minges, M., Evaluation of e-Readiness Indices in Latin America and the Caribbean.
Santiago, Chili, CELAC, 2005. Voir à :
www.eclac. org/socinfo/publicaciones/xml/8/24228/w73.pdf

➢ Partenariat pour la mesure des TIC au service du développement, Measuring ICT: The
Global Status of ICT Indicators, 2005.Voir à :
www.itu.int/ITU-D/ict/partnership/material/05-42742%20
➢ Partenariat pour la mesure des TIC au service du développement, Core
ICT Indicators,, 2005. Voir à :

www.itu.int/ITU-/ict/partnership/material/CoreICTIndicators.pdf

➢ UIT et CNECED, World Information Society Report 2007: Beyond WSIS, 2007. Voir à
: www.itu.int/osg/spu/publications/worldinformationsociety/2007

197
Annexes

Annexes

198
Annexes

Annexe1
Annexes

Le secteur des industries du textile-habillement compte actuellement plus de 2000


unités industrielles dont l'effectif est supérieur à 10 personnes. 1 752 d'entre-elles produisent
totalement pour l'exportation, ce qui explique que la Tunisie a été choisie comme pôle de
production pour de nombreuses marques internationales.

Activité Entreprises Entreprises Total


totalement non
totalement
exportatrices exportatrices
Filature 7 23 30
Tissage 9 32 41
Finissage 21 13 34
Bonneterie 203 47 250
Confection 1 406 160 1
chaîne & 566
trame et maille
Autres 250 128 378
industries
textiles

Source : Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation

NB: Les totaux sont donnés à titre indicatif, une même entreprise pouvant avoir plusieurs
activités.
Annexes

Annexe 2:

Le partenariat sur la mesure des TIC pour le développement – Liste des indicateurs
fondamentaux

Infrastructure et accès

A1 : Nombre de lignes de téléphone fixe pour 100 habitants

A2 : Abonnés au cellulaire mobile pour 100 habitants

A3 : Ordinateurs pour 100 habitants

A4 : Abonnés à l’Internet pour 100 habitants

A5 : Abonnés à l’Internet large bande pour 100 habitants

A6 : Bande passante Internet internationale par habitant

A7 : Pourcentage de la population rejointe par la téléphonie cellulaire mobile

A8 : Tarifs d’accès Internet (20 heures par mois) en dollars et en pourcentage du revenu par
habitant

A9 : Tarifs du cellulaire mobile (100 minutes d’utilisation par mois), en dollars, et en


pourcentage du revenu par habitant.

A10 : Pourcentage des localités comportant des centres d’accès Internet publics par nombre
d’habitants

(rural/urbain)

A11 Postes de radio pour 100 habitants

A12 Postes de télévision pour 100 habitants


Annexes

Utilisation par les ménages

HH1 Proportion de ménages disposant d’un poste de radio

HH2 Proportion de ménages disposant d’un poste de télévision

HH3 Proportion de ménages disposant d’un téléphone fixe

HH4 Proportion de ménages disposant d’un téléphone mobile

HH5 Proportion de ménages disposant d’un ordinateur

HH6 Proportion de personnes ayant utilisé un ordinateur (tous lieux de connexion confondus)
au cours des 12 derniers mois

HH7 Proportion de ménages disposant d’un accès à l’Internet à domicile

HH8 Proportion de personnes ayant utilisé l’Internet (tous lieux de connexion confondus)

au cours des 12 derniers mois

HH9 Lieu d’utilisation de l’Internet par des particuliers au cours des 12 derniers mois : a)
domicile; b) lieu de travail; c) lieu d’étude; d) domicile d’un autre particulier; e) centre public
d’accès gratuit à l’Internet (le nom dépend des pratiques nationales); f) centre public d’accès
payant à l’Internet (le nom dépend des pratiques nationales); et g) autres

HH10 Activités liées à l’Internet entreprises par des particuliers au cours des 12 derniers mois

HH11 Proportion de personnes utilisant un téléphone mobile

HH12 Proportion de ménages disposant d’un accès à l’Internet, par type d’accès : les
catégories devraient permettre une agrégation de la bande étroite et de la large bande, lorsque
la large bande exclut les technologies à faible débit, comme le modem à composition
commutée, l’ISDN et l’accès au téléphone mobile 2G. La large bande a normalement un débit
de téléchargement annoncé d’au moins 256 kbit/s.

HH13 La fréquence de l’accès individuel à l’Internet au cours des 12 derniers mois (tous
lieux de connexion confondus) : a) au moins une fois par jour; b) au moins une fois par
semaine mais pas chaque jour; c) au moins une fois par mois mais pas toutes les semaines; et
d) moins d’une fois par mois.
Annexes

Utilisation par les entreprises

B1 Proportion d’entreprises utilisant des ordinateurs

B2 Proportion des employés utilisant un ordinateur

B3 Proportion des entreprises utilisant l’Internet

B4 Proportion des employés utilisant l’Internet

B5 Proportion des entreprises ayant une présence web

B6 Proportion des entreprises avec un intranet

B7 Proportion des entreprises recevant des commandes par l’Internet

B8 Proportion des entreprises plaçant des commandes sur l’Internet

B9 Proportion des entreprises utilisant l’Internet par type d’accès : les catégories devraient
permettre une agrégation de la bande étroite et de la large bande lorsque la large bande exclut
les technologies à faible débit, comme un modem à composition commutée, l’ISDN et l’accès
par la plupart des téléphones mobiles 2G. La large bande a normalement un débit de
téléchargement annoncé d’au moins 256 kbit/s.

B10 Proportion des entreprises disposant d’un réseau local (RL)

B11 Proportion des entreprises disposant d’un extranet

B12 Proportion des entreprises utilisant l’Internet par type d’activité :

✓ Envoyer des courriers électroniques ;


✓ Obtenir des informations ;
✓ Transaction bancaire ;
✓ Traiter avec les autorités publiques ;
✓ offrir des services aux clients ;
✓ Livrer des produits en ligne.
Annexes

Secteur des TIC et commerce de biens de TIC


✓ ICT1 Proportion de l’effectif du secteur des entreprises participant au secteur des
TIC
✓ ICT2 Valeur ajoutée dans le secteur des TIC (en pourcentage de la valeur ajoutée
totale du secteur des entreprises)
✓ ICT3 Importations des biens de TIC en pourcentage des importations totales
✓ ICT4 Exportations des biens de TIC en pourcentage des exportations totales
Annexes

Annexe3

Analyse descriptive de des items de l’usage des TIC

utilisation d'ordinateur

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 105 95,5 95,5 95,5

non 5 4,5 4,5 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous utiliser un réseau informatique interne

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 84 76,4 76,4 76,4

non 26 23,6 23,6 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous utilisez un accès sans fil

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 48 43,6 43,6 43,6

non 62 56,4 56,4 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

vous avez un extranet

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 40 36,4 36,4 36,4

non 70 63,6 63,6 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous avez une page d'accueil interne

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 71 64,5 64,5 64,5

non 39 35,5 35,5 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous avez un accès internet

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 100 90,9 90,9 90,9

non 10 9,1 9,1 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

vous avez une connexion DSL

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 78 70,9 70,9 70,9

non 32 29,1 29,1 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous utilisez l'internet pour communiquer avec les autorités publiques

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 46 41,8 41,8 41,8

non 64 58,2 58,2 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous utilisez l'internet pour obtenir des formulaires publiques

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 44 40,0 40,0 40,0

non 66 60,0 60,0 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

vous avez une page d'accueil

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 29 26,4 26,4 26,4

non 81 73,6 73,6 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous avez une signature numérique

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 10 9,1 9,1 9,1

non 100 90,9 90,9 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous échangez des informations numériques avec d'autres entreprises

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 58 52,7 52,7 52,7

non 52 47,3 47,3 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

vous envoyez des commandes électroniques aux fournisseurs

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 62 56,4 56,4 56,4

non 48 43,6 43,6 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous recevez des commandes électroniques des clients

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 61 55,5 55,5 55,5

non 49 44,5 44,5 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous faite la gestion de stock par un logiciel

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 51 46,4 46,4 46,4

non 59 53,6 53,6 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

vous faite la comptabilité avec un logiciel

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 46 41,8 41,8 41,8

non 64 58,2 58,2 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous utilisez un logiciel de gestion intégrée

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 32 29,1 29,4 29,4

non 77 70,0 70,6 100,0

Total 109 99,1 100,0

Manquante ne répend pas 1 ,9

Total 110 100,0

vous utilisez un logiciel pour la gestion des informations des clients

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 29 26,4 26,6 26,6

non 80 72,7 73,4 100,0

Total 109 99,1 100,0

Manquante ne répend pas 1 ,9

Total 110 100,0


Annexes

vous avez une politique de sécurité TIC

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 42 38,2 38,2 38,2

non 68 61,8 61,8 100,0

Total 110 100,0 100,0

la politique de sécurité aborde le risque de destruction des données

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 31 28,2 28,2 28,2

non 79 71,8 71,8 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous proposez une formation obligatoire en matière de sécurité TIC

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 12 10,9 10,9 10,9

non 98 89,1 89,1 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

vous utilisez des outils de sécurité interne

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 25 22,7 22,7 22,7

non 85 77,3 77,3 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous avez un site web

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 17 15,5 15,5 15,5

non 93 84,5 84,5 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous utilisez l'internet pour vendre des B ou S

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 14 12,7 12,7 12,7

non 96 87,3 87,3 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

vous consignez les ventes par internet séparament des autres ventes

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 7 6,4 6,4 6,4

non 103 93,6 93,6 100,0

Total 110 100,0 100,0

la vente par internet s'applique aux particuliers

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 6 5,5 5,5 5,5

non 104 94,5 94,5 100,0

Total 110 100,0 100,0

la vente pars internet s'applique aux clients

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 14 12,7 12,7 12,7

non 96 87,3 87,3 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

la vente pars internet s'applique aux clients

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 14 12,7 12,7 12,7

non 96 87,3 87,3 100,0

Total 110 100,0 100,0

vous avez un système basé sur internet pour gérer les relations avec les
clients

Pourcentage Pourcentage
Effectifs Pourcentage valide cumulé

Valide oui 17 15,5 15,5 15,5

non 93 84,5 84,5 100,0

Total 110 100,0 100,0


Annexes

Annexe4

Enquête : Utilisation des Technologies de l’Information et de Communication (TIC) dans les


entreprises tunisiennes

Madame, Monsieur,

La compétitivité et la productivité des entreprises sont de plus en plus dépendantes de l’efficacité, de


la pertinence et de l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

Mieux cerner l’environnement informatique des entreprises, leurs usages d’Internet, l’utilisation de
l’échange automatique d’informations, … apparaît donc comme une nécessité. Dans le but de préparer
une mémoire de Doctorat en science économique sur l’usage et la capacité d’adoption des tic au sein
des entreprises tunisiennes on a organisé une enquête. Ainsi, votre entreprise a été sélectionnée pour
participer à cette enquête. Dans le souci de recueillir un ensemble de données qui soient
représentatives, nous comptons sur votre participation.

Compléter ce formulaire ne prend en moyenne qu’une dizaine de minutes. Pour la plupart des
questions, il faut seulement cocher « oui » ou « non ». Parfois, on demande un pourcentage : si celui-ci
n’est pas connu de façon exacte, nous vous prions de faire une estimation aussi précise que possible.

Nous vous prions de bien vouloir retourner le questionnaire complété dans les quinze jours.

Nous vous remerciant d’avance de votre aimable collaboration, je vous prie, Madame, Monsieur, de
croire en ma considération distinguée.

Données d’identification
Nom commercial de l’entreprise :………………………………….

Personne de contact dans l’entreprise (pour ce questionnaire)

Non : …………………………………………………..

Fonction :………………………………………………

Adress-E- mail :……………………………………….

Téléphone :…………………………………………….

A compléter de préférence du responsable informatique


Annexes

Module A : Utilisation d’ordinateur et de réseaux informatique

A1. Votre entreprise utilisé t-elle des ordinateur Oui Non

→ Si non fin de l’enquête

A2. Veuillez indiquer une estimation du pourcentage du nombre de personnes

employées qui une fois par semaine au moins, ont utilisé un ordinateur?

A3. Votre entreprise utilisait-elle un réseau informatique interne (par exemple,


LAN)?

Oui Non

→ Allez à A5

A4. Votre entreprise utilisait-elle l’accès sans fil (ex. LAN sans fil) au réseau

informatique interne ?

Oui Non

A5. Votre entreprise avait-elle une page d’accueil interne (Intranet) ?

Oui Non

A6. Votre entreprise avait-elle un extranet (un site Internet ou une extension de

l’Intranet offrant un accès limité aux partenaires commerciaux)?Oui Non


Annexes

Module B : Accès et utilisation de l’Internet

B1. Votre entreprise disposait-elle d’un accès Internet ?Oui Non

→Si non allez à C1

B2. Veuillez donner une estimation du pourcentage du nombre de personnes


employées quiune fois par semaine au moins, ont utilisé un ordinateur relié à
Internet. %

B3. De quels types de connexion à Internet disposait l’entreprise en janvier 2010?

Oui Non

DSL (xDSL, ADSL, SDSL…)

B4.L’entreprise utilise t-elle l’Internet pour communiquer avec les autorités


publiques

Oui Non

→ Allez à B6

B5. Votre entreprise a-t-elle utilisé Internet dans ses relations avec les autorités
publiques del’une des manières suivantes?

Oui Non

a) Pour obtenir des informations

b) Pour obtenir des formulaires (p.ex. déclaration d’impôts)


Annexes

B6. L’entreprise a-t-elle un site Web ou une page d’accueil en janvier 2010?

Oui Non

B7. En janvier 2010, votre entreprise utilisait-elle la signature numérique pour


l’envoi de messages, c’est-à-dire en recourant à des méthodes de transformation
cryptographique qui garantissent l’authenticité et l’intégrité du message (associée
exclusivement au signataire et capable de l’identifier et de détecter une
modification ultérieure du message)?

Oui Non
Annexes

Module c : Transmission de données

La transmission électronique de données qui peuvent être traitées de manière automatique


signifie :

➢ l’échange de messages (ex. : commandes, factures, opérations de paiement, description


de produits, documents de transport, déclarations fiscales) ;
➢ dans un format reconnu ou agréé qui permet le traitement automatique, comme EDI,
EDIFACT, ODETTE, TRADA COMS, XML ,xCBL, cXML, ebXML ;
➢ sans que le message individuel ne soit saisi manuellement ;
➢ via n’importe quel réseau informatique ;

C1. Votre entreprise a-t-elle échangé des informations avec d’autres entreprises

dans un format qui permettait le traitement automatique ?

Oui Non

→ Allez à D1

C2. Votre entreprise a-t-elle échangé de telles informations par voie électronique

pour les opérations suivantes ?

Oui Non

a) Envoyer des commandes aux fournisseurs.


b) Recevoir des commandes de clients.

c) Envoyer des factures électroniques.


Annexes

Module D : Echange automatique de l’information au sein de l’entreprise

On entend par partage d’informations par voie électronique et de manière automatique entre les
différentes fonctions de l’entreprise :

➢ l’utilisation d’une application unique pour soutenir les différentes fonctions de l’entreprise;
➢ le fait de relier les données entre les applications qui soutiennent les différentes fonctions
de l’entreprise;
➢ l’utilisation d’une base de données commune ou un entrepôt de données auquel les
applications qui soutiennent les différentes fonctions de l’entreprise ont accès;
➢ l’échange par voie électronique au sein de l’entreprise des données qui peuvent être traitées
automatiquement ;

D2. Quand votre entreprise envoyait un ordre d’achat (électronique ou non), les

informations pertinentes sur cet ordre étaient-elles partagées électroniquement et

automatiquement avec le logiciel dédié aux fonctions suivantes?

Oui Non

a) La gestion des niveaux de stocks

b) La comptabilité

D3. Votre entreprise utilisait-elle un logiciel de gestion intégrée (ERP-Enterprise

Resource Planning) pour partager des informations entre les différentes fonctions

de l’entreprise (p. ex. : la comptabilité, le planning, la production, le marketing)?

Oui Non

D4. Votre entreprise utilisait-elle un logiciel pour la gestion des informations

relatives aux clients (appelé CRM – Customer Relationship Management) pour:

Oui Non

- Saisir, stocker et mettre à la disposition d’autres fonctions de l’entreprise des informations


relatives aux clients ?
Annexes

Module D : Commerce électronique

Le commerce électronique ou vente en ligne, désigne l'échange de biens et de services entre


deux entités sur les réseaux informatiques, notamment Internet. En outre Le commerce
électronique est la vente d'un produit ou service présenté, acheté, et payé électroniquement

Oui Non

E1. Votre organisation possède-t-elle son site Web sur Interne

E2. Votre organisation utilise-t-elle Internet pour vendre des Oui Non

biens ou services avec ou sans paiement en direct ?

Si non, veuillez passer à la question 5.

E3.Votre organisation consigne-t-elle les données sur les ventes Oui Non

par Internet séparément de tous les autres types de vente?

E4. La vente sur Internet de votre organisation s’appliquait :

Oui Non

a) aux particuliers (consommateur final)

b) aux clients à l’extérieur

E5. Votre organisation utilise-t-elle Internet pour acheter des Oui Non

biens ou services avec ou sans paiement en direct?

(p. ex. fournitures de bureau, logiciels, billets d’avion, etc.)


Annexes

E6. Votre organisation utilise-t-elle un ou des systèmes basés

sur Internet pour gérer les fonctions suivantes de

commercialisation et de relations avec la clientèle? Oui Non

a)Recueillir des renseignements sur les clients (ou sur les visiteurs) en ligne

afin de créer une base de données des clients (visiteurs) ;

b) Donner aux utilisateurs la possibilité de personnaliser les renseignements

qui s’affichent lorsqu’ils accèdent au système ;

c) Fournir un soutien après-vente en ligne aux clients ;


Annexes

Module E : Sécurité TIC

La sécurité TIC signifie :

les mesures, les contrôles et les procédures appliqués aux systèmes TIC afin d’assurer l’intégrité,
l’authenticité, la disponibilité et la confidentialité des données et des systèmes.

F1. En janvier 2010, votre entreprise avait-elle défini une politique de sécurité

TIC incluant un plan de mise à jour régulière ? Oui Non

F2. Les risques suivants étaient-ils abordés par la politique de sécurité TIC?

Oui Non

a) Destruction ou altération de données suite à une attaque ou un incident inattendu ;

b) Divulgation de données confidentielles par intrusion, pharming,

hameçonnage (phishing) ou par accident ;

c) Indisponibilité des services TIC suite à une attaque venue de l’extérieur

(ex. attaque en déni de service) ;

F3. En janvier 2010, quelle était l’approche de votre entreprise pour sensibiliser le

personnel à ses obligations en matière de sécurité TIC ?

Oui Non

a) Formations ou présentations obligatoires

b) Par contrat, p. ex. le contrat d’emploi

c) Formations sur base volontaire ou des informations accessibles à tous

(p.ex. sur l’intranet, dans une newsletter ou des documents papier)


Annexes

F4. Votre entreprise a-t-elle appliqué une des procédures ou utilisé un des outils

de sécurité interne suivants :

Oui Non

a) Authentification forte à mot de passe, soit une chaîne de minimum 8 caractères

mixtes, d’une durée maximale de 6 mois, transmission et codage chiffrés

b) Identification et authentification de l’utilisateur par token, p.ex.

les cartes à puces intelligentes (smart cards)

c) Identification et authentification de l’utilisateur par système biométrique

d) Sauvegarde informatique extérieure

e) Journalisation pour analyser les incidents liés à la sécurité

Vous aimerez peut-être aussi