Vous êtes sur la page 1sur 18

Université Hassan 1er

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière

Pour se prêter à des analyses plus pertinentes, le bilan comptable doit être remanié de
façon à donner des informations en phase avec les objectifs économiques et financiers de
l’entreprise.
Selon la conception patrimoniale, l'entreprise est une entité juridique et économique qui
possède un patrimoine. Le bilan a pour objectif de dresser l'inventaire de ce patrimoine.
- À l'actif vont figurer les biens, les créances, les avoirs, qui constituent des emplois ;
- Au passif vont figurer les capitaux propres et les dettes, qui constituent des ressources.
Le classement des postes repose sur trois conventions :
- Les postes de l’actif sont classés du haut en bas par ordre de liquidité croissante.
- Les postes du passif sont classées, du haut en bas, par ordre d'exigibilité croissante.
- Le critère de la liquidité ou de l'exigibilité est la durée à plus ou moins d’un an.

Le passage du bilan comptable au bilan liquidité :


L’approche par l’élaboration d’un bilan liquidité (ou patrimonial) est une vision externe qui
présente un intérêt particulier pour deux catégories de partenaires :
 Les actionnaires cherchant toujours à connaître la valeur de leur entreprise,
 Les créanciers pour lesquels le patrimoine représente la dernière garantie de leurs droits.
C’est dans cette optique que les postes du bilan sont pris en considération à leur valeur nette.

Les retraitements et les reclassements des différents éléments patrimoniaux :


Les retraitements de l’actif :
 L'actif immobilisé net dans un bilan financier comprend uniquement les
«immobilisations incorporelles », les «immobilisations corporelles » et les «immobilisations
financières ».

 Les immobilisations en non valeurs correspondent à des éléments patrimoniaux


inscrits dans l’actif du bilan comptable mais qui, en cas de cession, n’auront aucune valeur.
Elles concernent notamment les frais préliminaires, les charges à répartir sur plusieurs
exercices et les primes de remboursement des obligations. Dans une approche financière
prudente, il convient donc de considérer comme nulle la valeur des immobilisations en non
valeurs non encore amortis.
Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière
1
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Pour passer au bilan financier, on procède ainsi :

 élimination des immobilisations en non valeurs de l’actif immobilisé,

 déduction dans le même sens des capitaux propres.

 Les écarts de conversion-actif : ces postes ont la signification d’une perte latente. Ils
supposent la diminution des créances et l’augmentation des dettes suite à une évolution
défavorable des taux de change pour l’entreprise.

Le retraitement des écarts de conversion actif se fait à travers :

 Leur élimination de l’actif,

 Leur déduction des provisions pour risques et charges.

 La revalorisation des actifs : les actifs sont enregistrés dans le bilan pour le coût
historique (coût d’acquisition ou coût de production). La réévaluation des différents actifs
(surtout les bâtiments, terrains, placements et différentes composantes des stocks) permet une
actualisation de leur valeur patrimoniale, en fonction des conditions du marché. Les écarts
d’évaluation sont enregistrés dans le bilan liquidité de la manière suivante :

 L’augmentation ou la diminution de la valeur des actifs soumis à la réévaluation.

 La correction dans le même sens, de la valeur des capitaux propres.

 le retraitement des engagements hors bilan : Il s’agit essentiellement des


immobilisations en crédit-bail. L’entreprise n’est pas la propriétaire de ces biens, et par
conséquent ils ne se trouvent pas dans son bilan comptable.

Le retraitement des immobilisations en crédit-bail est fait différemment en fonction de l’optique


de l’analyste.

Si l’évaluation est faite dans une optique liquidative, ces immobilisations ne sont pas
prises en compte dans l’approche patrimoniale.

En revanche, si on se place dans l’optique d’une continuité de l’activité, s’impose alors


la prise en compte de ces biens en crédit-bail dans le bilan financier. Dans ce cas le
retraitement consiste en :

 L’augmentation des immobilisations avec la valeur des biens en crédit-bail (à leur valeur
nette : valeur d’origine – amortissements)

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


2
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

 L’augmentation pour la même valeur des dettes à plus d’un an (comme si l’acquisition du
bien a été financée par emprunt)

Les retraitements du passif :


 Le « Résultat bénéficiaire de l'exercice » ne doit être retenu que pour sa part non mise
en distribution : le bilan financier est toujours établi après répartition du résultat. Si la
répartition du résultat n'est pas encore connue, il faudra l'estimer à partir de la politique de
distribution de l'entreprise constatée au cours des années antérieures.

 Les « subventions d'investissement » ainsi que les « Provisions réglementées »


doivent être retenues nettes d’impôts, c’est à dire en déduisant les impôts qui seront dus après
leur réintégration aux résultats.

 Les « Provisions pour risques et charges » ne doivent être retenues dans les capitaux
propres que dans la mesure où elles constituent des «Provisions sans objet réel » et sont nettes
d'impôts.

 Seule la fraction des dettes à plus d'un an est à conserver dans les «dettes à plus d’un
an».

 Seule la part des provisions pour risque réel qui fera l'objet d'une utilisation dans plus
d'un an, est à conserver dans les «dettes à plus d'un an».

 La part des impôts à payer sur : « subventions, provisions réglementées et écarts de


conversion- passif », doit figurer dans les dettes à moins d'un an.

 Dans les dettes à moins d'un an doivent figurer : la fraction des bénéfices mis en
distribution, la part correspondant aux impôts des provisions pour risques et charges
(qui feront l'objet d'une utilisation à moins d'un an ou celles qui, sans objet réel, feront l’objet
d’une réintégration aux résultats).

Le reclassement des postes de l’actif et du passif :


Ces postes sont classés suivant les critères de liquidité croissante des actifs et d’exigibilité
croissante du passif.

 La liquidité des actifs est appréciée en fonction de la durée nécessaire pour les
transformer en monnaie dans des conditions normales d’utilisation. Les actifs circulants
sont normalement plus liquides que les actifs immobilisés.

 Les postes du passif sont classés en fonction de leur exigibilité croissante.


Chapitre 2 : L’analysepatrimoniale de la structure financière
3
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Les capitaux propres sont non exigibles. Les dettes peuvent avoir une échéance à plus ou
moins un an.

 La part des « immobilisations financières », à moins d'un an d’échéance, doit être


reportée dans l'actif circulant.

 L'actif circulant, ne doit être retenu, après déduction des provisions pour dépréciations,
que pour sa fraction à moins d'un an. Les postes qui ont une échéance à plus d'un an
sont à remonter dans l'actif immobilisé net.

 Concernant les titres et valeurs de placement : si ces titres sont facilement négociables,
et donc totalement liquides, le mieux serait de les transférer à la trésorerie actif.

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


4
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Structure Analytique du Bilan Patrimonial Retraité :


ACTIF IMMOBILISE FINANCEMENT PERMANENT

 Immobilisations en non-valeurs :
 Les capitaux propres :
Capital social ou personnel
Frais préliminaires
Charges à répartir sur plusieurs exercices (- Part de l’exercice mise en distribution
Primes de remboursement des obligations dividendes à payer.)
(- Immobilisations en non-valeurs) Primes d’émission, de fusion et d’apport
Ecarts de réévaluation
 Immobilisations incorporelles : Réserve légale
Immobilisations en R&D Report à nouveau
Brevets, marques, droits et val. simil. (+ Provisions pour Ris.CH. sans objet)
 Immobilisations corporelles : (- impôt latent sur P.P.R.C sans objet)
Terrains (- Immobilisations en non-valeurs)
Construction
I.T.M.O.  Capitaux propres assimilés
Matériel de transport Subventions d’investissement
Mobilier, matériel de bureau et aménagement Provisions réglementées
Autre immobilisations Corporelles (- Impôt latent sur subventions et
Immobilisations corporelles en cours Provisions Réglementées)
 Immobilisations Financières :  Dettes de financement
Prêts immobilisés Emprunts obligataires
Autres créances financières autres dettes de financement
Titres de participation (- dettes de financement à – 1an)
Autres titres immobilisés
(+ Impôt latent sur sub. Et Prov.
(- Immobilisations Financières à - 1an)
réglementées
 Ecarts de conversion-actif (+ Dettes du passif C. à + 1an)
(+ créances de l’actif à + 1an)
 Provisions durables pour R.CH.
(+ stocks de sécurité (à + 1an)
(- P.P.R.CH. sans objet)
(- P.P.R.C. à – 1an)
(+Autres P.P.R.CH. à + 1an

 Ecarts de conversion- passif



ACTIF CIRCULANT (HT) PASSIF CIRCULANT (HT)

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


5
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

 Stocks  Dettes du passif circulant


Marchandises Fournisseurs et comptes rattachés
Matières et fournitures consommables Avances et acomptes
Produits en cours Clients créditeurs
Produits intermédiaires et valeurs résiduelles Personnel créditeur
Produits finis Etat créditeur d’exploitation
(- stocks de sécurité à + 1an) Autres créanciers d’exploitation
 Créance de l’actif circulant Comptes de régularisation-passif
Fournisseurs débiteurs, avances et acomptes d’exploitation
Clients et comptes rattachés (+ Part du résultat de l’exercice à
Personnel-débiteur distribuer, dividendes à payer)
Etat-débiteur (+ Impôt latent sur P.P.R.CH. sans
Comptes d’associés débiteurs
objet)
Autres débiteurs
Comptes de régularisation - Actif (+Dettes de financement à – 1an)
(- créances à + 1an) (-Dettes du passif C. à + 1an)
(+ Immobilisations. Financières à – 1an)
 Ecarts de conversion-actif (éléments Provisions pour risques et charges
circulants) (+ P.P.R.CH. à – 1an)
 Titres et valeurs de placement (Autres P.P.R.CH. à - 1an)
(- T.V.P. facilement négociables)
 Ecarts de conversion -passif (sur
éléments circulants)

TRÉSORERIE ACTIF TRÉSORERIE PASSIF

(+ Titres et valeurs de placement


facilement négociable)
 Crédits d’escompte et de trésorerie
 Chèques et valeur à encaisser  Banque (soldes créditeurs)
 Banque. TG et CP
 Caisse, Régies d’avances et accréditifs

L’exploitation du Bilan Financier :

L’analyste financier apprécie l’équilibre financier à partir de deux principes de base.


D’abord ; la solvabilité qui est la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes, d’où la
nécessité de mesurer l’autonomie financière. Ensuite ; la liquidité qui indique la
disponibilité immédiate des fonds.
Une entreprise peut être potentiellement solvable tout en ayant des liquidités insuffisantes
pour couvrir des dettes qui atteignent leurs échéances…
L’appréciation de l’équilibre financier va consister à confronter le degré de liquidité de
l’actif au degré d’exigibilité du passif en s’appuyant tout aussi bien sur des soldes
fondamentaux de l’équilibre financier que sur une batterie de ratios appropriés.

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


6
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Le fonds de roulement financier :


Le fonds de roulement financier est considéré traditionnellement comme une marge de
sécurité.
Cette présentation résulte de la règle de l’équilibre financier minimum qui consiste à ce
que les immobilisations soient financées par des capitaux permanents et qu’au contraire les
actifs à court terme soient financés par des crédits à court terme.
Il doit être positif et d’un montant suffisant pour financer le besoin de financement généré
par l’exploitation, du fait du décalage dans le temps entre les achats et les ventes (stocks +
encours), d’une part, et du décalage entre la facturation des ventes et l’encaissement des
créances, d’autre part. Ce besoin est toutefois atténué par le décalage dans le temps entre les
charges engagées et leur règlement (dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales).
Deux modes de calcul du fonds de roulement qui résultent de l’égalité de l’actif et du
passif :
Par le haut du bilan : (Equilibre financier classique)

Fonds de roulement financier =


financement permanent – actif immobilisé

Par le bas du bilan : (solvabilité à court terme)

Fonds de roulement financier =


actif circulant – passif circulant

D’un point de vue explicatif, ces deux modes de calcul ne sont pas identiques :

La première façon de calculer le FRF correspond beaucoup plus à la notion d’équilibre


financier classique, l’actif immobilisé (donc à plus d’un an) doit être financé par des capitaux
permanents, le FRF positif constitue alors une marge de sécurité.

La deuxième méthode correspond davantage à une notion de solvabilité à court terme,


l’ensemble « stocks, créances et trésorerie » doit être supérieur au passif circulant (donc aux
dettes à moins d’un an) pour éviter le risque d’illiquidité de l’entreprise.

En effet, autant les échéances vis-à-vis des fournisseurs, de l’Etat,… sont certaines, autant
les dates de recouvrement des créances, de ventes et de stockages sont incertaines d’où la
nécessité d’une marge de sécurité : le FRF.
Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière
7
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Le Besoin en Fonds de roulement :

Le BFR peut se définir comme le besoin net de financement généré par l’exploitation.
Son mode de calcul est le suivant :
BFR = Actifs circulants (HT) – Passifs circulants (HT)
Actif circulant d’exploitation = stocks + créances clients
Passif d’exploitation = dettes fournisseurs + dettes fiscales et sociales
Le Besoin de Financement de l’Exploitation doit être financé par le Fonds de Roulement.
La situation de trésorerie de l’entreprise résulte du décalage entre le Fonds de roulement et
le Besoin de Financement de l’Exploitation.

La Trésorerie :

La trésorerie de l’entreprise peut se définir comme la différence entre le Fonds de roulement et


le Besoin en Fonds de roulement :
Trésorerie nette = F.R.F - B.F.R
La trésorerie nette est également calculée par le bas du bilan comme suit :
Trésorerie nette = trésorerie Actif – trésorerie Passif

L'analyse de la solvabilité à court terme de l'entreprise va mettre l'accent sur sa capacité à


faire face aux échéances de ses différentes dettes.
Il s'agit d'analyser les différents flux d'encaissements et de décaissements, et le décalage entre
ces derniers. La solvabilité immédiate de l'entreprise est appelée liquidité. Son niveau est au
centre du diagnostic financier à travers la surveillance obligatoire de la situation de l’actif et du
passif circulant.

Les ratios :
L’orthodoxie financière désigne l’ensemble des règles visant à maintenir l’équilibre financier
de l’entreprise et à protéger les bailleurs de fonds.
 La règle de l’endettement maximum
La règle de l’endettement maximum est très suivie par les banquiers. Elle concerne à la fois
l’endettement à court terme et l’endettement à moyen - long terme.
- L’orthodoxie financière traditionnelle fixe deux limites à l’endettement à terme de
l’entreprise :

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


8
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

o L’autonomie financière : le montant des dettes à terme ne doit pas excéder le montant
des capitaux propres
Ratio d’autonomie financière = (Capitaux propres / Dettes à plus d’un an) doit être ≥ 1
Ou (capitaux propres / capitaux permanents) > 0,5

Le niveau d’endettement à long et moyen terme ne doit pas dépasser trois années de capacité
d’autofinancement
(Dettes de financement / CAF < 3 ans)

 Le financement maximum
Pour chaque opération d’investissement décidée par l’entreprise, le recours à l’endettement à
terme ne doit pas dépasser un certain pourcentage de celui-ci. Ce pourcentage varie, selon les
établissements de crédit, entre 60% et 80% du montant, net de TVA (en général) de
l’investissement, selon la situation financière de l’entreprise.
(Crédit / Montant de l’investissement HT< 80 %)

 Coût de la dette :
Le ratio (charges d’intérêts/Dettes financières) permet d’obtenir le coût moyen de
l’endettement de l’entreprise.
Le poids de la dette s’exprime par le ratio : (Charges d’intérêts / CA HT).
Au-delà de 3%, le poids de l’endettement pénalise généralement l’entreprise.
Charges d’intérêts / Chiffre d’affaires < 3%

Par ailleurs, la solvabilité et la liquidité de l’entreprise dépendent de la qualité de la


gestion. On peut se faire une idée générale en s’appuyant sur des ratios de gestion spécifiques
au cycle d’exploitation de l’entreprise.
o Délai de paiement des fournisseurs : Le délai moyen de règlement des fournisseurs est
obtenu par le ratio de crédit fournisseurs : (Dettes fournisseurs / Achats TTC) x 360
o Délai de règlement des clients : Le délai moyen de règlement des clients est obtenu par
le ratio de crédit client : (Créances clients / Ventes TTC) x 360
o Délai d’écoulement du stock moyen : Le délai d’écoulement des valeurs d’exploitation
se calcule à partir du ratio : (Stock moyen / coût annuel des achats ou de la
production) x 360
Le Stock moyen est égal au (Stock initial + stock final)/2

 Les ratios de liquidité :


Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière
9
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Aucune norme générale de liquidité n’est fixée, mais il est possible de suivre les indicateurs
disponibles auprès des banques par branche d’activité et par taille d’entreprise afin de situer
l’entreprise par rapport à ses principaux concurrents.

On distingue trois types de liquidité : générale, réduite ou immédiate.

o Ratio de liquidité générale = Actif circulant / Passif circulant


C’est la traduction, sous forme de ratio, de la notion de FRF. Il doit être au moins égal à 1.
Plus il est élevé, plus la marge de sécurité est grande.

o Ratio de liquidité réduite = Actif circulant hors stocks / Passif circulant


Si l’on exclut les stocks du numérateur, on affine la mesure du risque du prêteur : la valeur
généralement admise se situe entre 0,7 et 1.

o Ratio de liquidité immédiate (restreinte) = Trésorerie Actif / Passif circulant


Certains analystes insistent sur l’intérêt de la liquidité immédiate qui traduit la capacité
immédiate de l’entreprise à utiliser des liquidités pour faire face aux échéances imminentes.

 Les ratios de solvabilité :


L’entreprise est solvable s’il existe un actif net. Les organismes financiers exigent que l’actif
net soit supérieur à un tiers (1/3) du passif.

Ratio de solvabilité générale = ratio d’indépendance financière = actif réel / dettes


Il doit être supérieur à 1.
Actif net comptable : il s’agit de l’outil le plus utilisé dans l’analyse financière patrimoniale.
Il est qualifié de surface financière qui permet à l’entreprise de faire face à ses engagements.
Il se détermine par la différence entre l’actif réel et l’ensemble des dettes du bilan patrimonial.

Actif net = actif réel – dettes


Actif net = capitaux propres – actif fictif

Actif réel = ensemble des actifs pouvant être vendus

Actif fictif = charges portées à l’actif pour être réparties sur plusieurs exercices mais sans valeur
de revente.
L’entreprise est solvable dans la mesure où l’actif réel est suffisant pour payer toutes les dettes.

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


10
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Actif Fictif Capitaux


Propres
Actif Net
Actif Réel

Dettes

Les Capitaux propres permettent de juger ce qui appartient à l’entreprise en dernier ressort :
Capitaux propres = Capital social + primes d’émission, de fusion… + écart de réévaluation
+ réserves légales + autres réserves (+ ou – le report à nouveau) + résultat net en instance
d’affectation (ou après affectation)
Situation nette : c’est l’ensemble des fonds définitivement acquis aux associés en cas de
répartition du résultat.
Situation nette = Capitaux propres + Subvention d’investissement + Provisions réglementées
– Immobilisations en non-valeurs.
Actif net comptable = Situation nette + P.P.R.C Sans objet + écart de conversion passif –
fiscalité latente.
Actif net comptable corrigé = Actif net comptable + plus-values latentes – moins-values
latentes.
En conclusion :
L’analyse liquidité recommande un fonds de roulement financier positif.
La situation de l’actif circulant et du passif circulant de l’entreprise, doit faire l’objet
d’une surveillance obligatoire.
Le niveau de liquidité de l’entreprise est au centre du diagnostic financier de
l’entreprise.

Toutefois :

L’analyse par le bilan liquidité n’a guère de sens si l’entreprise continue de


fonctionner. En effet, il ne faut pas oublier la notion de cycle de rotation.
L’option liquidité/exigibilité est statique et elle néglige toutes les conséquences de la
dynamique financière.
Cette analyse ne peut être valable que lorsque l’entreprise est en « difficulté » et risque
effectivement de déposer son bilan.

Malgré ces insuffisances, cette analyse reste, pour des raisons historiques, très présente,
notamment auprès des banquiers.

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


11
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Exercice d’application 1 :

Les principales rubriques du bilan comptable de l’entreprise (FARMA) se présentent ainsi


à la fin de l’exercice (N) en milliers de dhs

ACTIF PASSIF

Immobilisations en non valeurs 500


Immobilisations incorporelles 1500 Capitaux propres 4500
Immobilisations corporelles 4500 Dettes à moyen et long terme 3750
Immobilisations financières 500

Stocks 2700
Créances de l’actif circulant 3200 Dettes du passif circulant 5450
Titres et valeurs de placement 1000

Trésorerie- actif 700 Trésorerie- passif 900

TOTAL 14600 TOTAL 14600

Par ailleurs, l’analyste financier dispose des informations suivantes :


1. Le loyer annuel relatif à des biens d’équipement acquis par leasing est de 100 000 dhs.
2. Une valeur de 100 000 dhs de titres de participation va être cédée le mois prochain.
3. L’annuité de remboursement relatif aux dettes auprès des établissements de crédit est
de 250 000 dhs.
4. Un équivalent de 200 000 dhs de la valeur des stocks s’avère périmé.
5. Dans la trésorerie-actif figure la valeur d’escompte d’effets non échus pour un montant
de 200 000 dhs, l’entreprise va bénéficier d’encaissement de chèques postaux pour
150 000 dhs et d’une facilité de caisse de 50 000 dhs.

Travail à faire :
Elaborer le bilan liquidité et commenter l’équilibre financier de l’entreprise FARMA.

Eléments de correction :

Dans un bilan financier, les immobilisations en non valeurs sont à soustraire simultanément de
l’actif immobilisé (disparition des immobilisations en non valeurs) et des capitaux propres.
1. Le montant de l’annuité de crédit-bail est à ajouter simultanément aux immobilisations
corporelles et aux dettes à MLT.

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


12
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

2. Le montant des titres de participation à céder le prochain mois doit être déduit des
immobilisations financières et reclassé dans les TVP.
3. L’annuité de remboursement est à soustraire des dettes à MLT et est reclassée dans les dettes à
court terme.
4. Le montant correspondant à la valeur des stocks périmés doit être soustrait simultanément des
stocks et des capitaux propres.
5. Pour les effets escomptés non échus, aucun retraitement financier n’est à apporter puisque le
schéma d’enregistrement comptable respecte parfaitement la logique financière. Le montant des
chèques postaux est à soustraire des créances de l’actif circulant et à ajouter à la trésorerie actif.
En fin le montant de la facilité de caisse s’ajoute simultanément à la trésorerie : actif et passif.

Bilan Financier (FARMA) en milliers de dhs

ACTIF PASSIF

Immobilisations incorporelles 1500 Capitaux propres 3800


Immobilisations corporelles 4600 (-500, -200)
(+ 100) Dettes à long et moyen terme 3600
(+100, - 250)
Immobilisations financières 400
(- 100)

Stocks 2500
(-200) Dettes du passif circulant 5700
Créances de l’actif circulant 3050 (+ 250)
(-150)
Titres et valeurs de placement 1100
(+ 100)

Trésorerie- actif 900 Trésorerie- passif 950


(+150, +50) (+50)

TOTAL 14050 TOTAL 14050

FR = FP – AI = (3800 + 3600) – (1500 + 4600 + 400) = 900 Mille dhs


BFR = ACHT – PCHT = (2500 + 3050 + 1100) – 5700 = 950 Mille dhs
TN = TA – TP = 900 – 950 = (- 50) Mille dhs

L’entreprise FARMA dispose d’un fonds de roulement positif de 900 000 dhs mais qui est
insuffisant pour couvrir un besoin en fonds de roulement de l’ordre de 950 000 dhs. Près de
6% de ce besoin est couvert par des crédits à la trésorerie d’où le solde net négatif. Mais la
situation nette de la trésorerie paraît nettement sous-évaluée puisqu’on n’y inclut pas les
titres et valeurs de placement. Ces derniers sont généralement facilement monnayables, et
Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière
13
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

leur prise en compte permet de plus que doubler l’actif de trésorerie de l’entreprise
FARMA.

Exercice d’application 2 :

Soit le bilan comptable simplifié de l’entreprise « MELOTECH »


en millions de dhs

ACTIF Brut Amort/ NET PASSIF NET


prov.

Imm en non valeurs 50 20 30 Capital 150


Imm corporelles 360 60 300 Réserves 50
Imm Financières (1) 40 - 40 Résultat (3) 20
Stocks 80 20 60 Provisions PRC. 60
Créances clients 120 30 90 Dettes financières (4) 160
Créances diverses (2) 34 34 Dettes fournisseurs 70
Trésorerie Actif 6 - 6 Dettes sociales et fiscales (5) 50
-
TOTAL 690 130 560 TOTAL 560

- (1) : dont 20 à moins d’un an


- (2) : dont 8 à plus d’un an
- (3) : dont dividende à payer 10
- (4) dont concours bancaires courants 20 et dettes à moins d’un an 40
- (5) : dont 14 à plus d’un an
Par ailleurs, on dispose des informations suivantes : CA (TTC) = 720 ; Achats (TTC) 840 et
TVA 20%.

TAF :
1. Etablir le bilan financier
2. Calculer le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement, déduire la trésorerie
nette et commenter l’équilibre financier de « MELOTECH »
3. A l’aide de ratios significatifs, établir un diagnostic de la situation globale de cette
entreprise.

Eléments de correction :

1. Bilan Financier « MELOTECH » en millions de dhs

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


14
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

ACTIF NET PASSIF NET

Actif immobilisé 328 Financement Permanent 354


o Imm. corporelles 300 o Capitaux propres 180
o Imm. Financières 28 o Provisions PRC. 60
o Dettes à LMT 114
A.C.H.T : 196
o Stocks 60 PCHT 156
o Créances clients 90
o Créances diverses 26
o TVP 20

Trésorerie Actif 6 Trésorerie Passif 20

TOTAL 530 TOTAL 530

2. L’analyse de l’équilibre financier :


o Fonds de roulement = FP – AI = 354 – 328 = 26
 = Actif circulant – Passif circulant = 202 – 176 = 26

o Besoin en fonds de roulement = AC (HT) – PC (HT)


= 196 – 156 = 40

o Trésorerie nette = FR – BFR = 26 – 40 = (- 14)

Ou bien TN = TA – TP = 6 – 20 = (-14)

La société « MELOTECH » dispose d’un fonds de roulement positif de 26 millions de


dhs mais qui ne couvre que 65 % du besoin en fonds de roulement. D’où une trésorerie nette
négative traduisant le recours de l’entreprise aux différentes formes de crédits à très court
terme pour faire face aux remboursements des dettes qui atteignent leurs échéances. (Constat
à nuancer du fait de l’existence d’une enveloppe de 20 millions de DH de titres et valeurs de
placements !)
3. Quelques ratios significatifs :

o L’autonomie financière : Capitaux propres / Dettes de financement


= 180 / 114 = 1,57  1
L’entreprise dispose a priori d’une large autonomie financière ce qui constitue un atout
très appréciable dans un secteur industriel.
o La liquidité générale : Actif circulant / Passif circulant
= 202 / 176 = 1,14

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


15
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Toutes les dettes à moins d’un an sont largement couvertes par les emplois cycliques
traduisant l’existence d’un fonds de roulement positif.

o La liquidité réduite : Actif circulant hors stocks / Passif circulant


= (202 – 60) / 176 = 0,80

En dépassant la vision globale de la liquidité générale, si l’on exclut les stocks des emplois
cycliques, on est en mesure de se demander sur la part des dettes qui pourrait être remboursée.
Il paraît alors que le ratio de liquidité réduite (0,8) reste acceptable puisqu’il est compris entre
0,7 et 1.

o La liquidité restreinte = Trésorerie Actif / Passif circulant


= 6 / 176 = 0,03
Contrairement aux liquidités générale et réduite, le niveau des liquidités immédiates dont
dispose l’entreprise est dérisoire par rapport au total des dettes du passif circulant (3%) ce qui
risque de peser lourdement sur la trésorerie de l’entreprise. Pour mettre en évidence ce risque,
il faut faire une analyse du niveau de concordance entre les délais respectifs de recouvrement
des créances clients et de règlement des dettes fournisseurs.

o Délai de règlement des dettes fournisseurs


= (Dettes fournisseurs / Achats TTC) x 360
= (70 / 840) x 360 = 30 jours

o Délai de recouvrement des créances clients


= (Créances clients / Ventes TTC) x 360
= (90 / 720) x 360 = 45 jours

L’entreprise dispose en moyenne de 30 jours pour rembourser ses crédits fournisseurs alors
qu’elle concède environ 45 jours pour le recouvrement des créances clients.

Nous remarquons ainsi un décalage défavorable de 15 jours entre les deux délais.

o Délai moyen d’écoulement des stocks =


(Stock moyen / achats HT) x 360
= (60 / 700) x 360 = environ 31 jours

Commentaire général
Avec une large autonomie financière, un bon niveau de liquidité générale et réduite, des ratios
de gestion qui rentrent dans les normes sectorielles, l’entreprise affiche une bonne situation
financière même si le fonds de roulement s’avère insuffisant et ne couvre que 65% du besoin

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


16
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

en fonds de roulement. A ce titre la trésorerie nette négative pourrait ne pas compromettre


l’équilibre financier de l’entreprise si cette dernière assurait une meilleure gestion de son
cycle d’exploitation.

Exercice 1
Soit le bilan condensé de l’entreprise ARGANA
ACTIF PASSIF

Actif à plus d’un an 1 540 500 Capitaux permanents 1 796 000


Capitaux propres 1 268 000
Dettes à plus d’un an 528 000

Actif à moins d’un an 1 617 700 Dettes à moins d’un an 1 362 200
Stocks 847 000 Passif circulant (HT) 1 362 200
Créances 723 800
Trésorerie- actif 46 900 Trésorerie- passif -
TOTAL GENERAL 3 158 200 TOTAL GENERAL 3 158 200

Travail à faire :
1. Calculer le fonds de roulement financier par les deux méthodes, le besoin en fonds de roulement et
la trésorerie nette.
2. Calculer pour l’entreprise les ratios de solvabilité et de liquidité, commenter.

Exercice 2
Vous disposez des principales rubriques du bilan ainsi que des informations complémentaires
concernant la société (Marbre de Sous).
1. Présenter le bilan financier par grandes masses (les ressources propres seront
déterminées par équilibre du bilan).
2. Retrouver le montant des ressources propres en détaillant le calcul.
3. Calculer les soldes d’équilibre financier.
4. Commenter la situation financière de (Marbre de Sous)

Bilan de la société (Marbre de Sous) exercice N


Amort/
ACTIF Brut NET PASSIF NET
prov.

Imm en non valeurs 19 200 19 200 Capitaux propres 116 000


Immob incorp 46000 46 000 Provisions PRC. 15 800
Imm corp 200 000 112 000 88 000 Emprunts obligataires 97 000
Stocks 35 000 4 200 30 800 Emp. / etab. crédit 48 700
Créances clients 86 000 8 000 78 000 Dettes/acquis.d’immob. 15 000
Autres créances 12 400 12 400 Dettes fournisseurs 29 700
Capital S.appelé non versé 3 200 3 200 Dettes fiscales et sociales 8 300
TVP 45 600 3 500 42 100 Autres dettes 4 000
Charges constatés d’avance 4 900 4 900 Prod. constatés d’avance 2 900
Ecarts de conv. actif 6 200 6 200 Ecarts de conv. passif 1 200
Trésorerie Actif 7 800 7 800

TOTAL 466 300 127 700 338 600 TOTAL 338 600

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


17
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI
Université Hassan 1er
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Renseignements complémentaires :
 Dans les emprunts auprès des établissements de crédit figurent : des concours
bancaires pour 4600 et une échéance à moins d’un an pour 850.
 Une réévaluation des postes des immobilisations corporelles fait ressortir une plus-
value de 20 000.
 Le stock de sécurité est égal à 5000.
 L’évaluation comptable des stocks ne correspond pas au prix du marché qui fait
ressortir une moins-value de 3 000.
 La créance provisionnée est de 18 000 en valeur brute, son recouvrement s’avère
difficile. Une partie des créances clients (25 000) est encaissable.
 Les autres créances sont à plus d’un an pour 3600.
 Les VMP sont cotées en bourse et faciles à négocier.
 Les écarts de conversion -actif concernent :
 Clients 1240
 Autres créances 620
 Fournisseurs 3 100
 Emprunts bancaires 1 240
 La provision pour risques et charges est pour partie sans objet 2700. Le solde
correspond à la perte de change latente et à un procès dont l’échéance est lointaine.
 La prochaine échéance des emprunts obligataires est de 12 000. Celle des emprunts
auprès des établissements de crédit est de 10 500.
 Les écarts de conversion- passif concernent :
 Clients 600
 Autres créances 360
 Fournisseurs 240

Chapitre 2 : L’analyse patrimoniale de la structure financière


18
ADF S3 – ENCG Settat Pr. Samira RIFKI

Vous aimerez peut-être aussi