Vous êtes sur la page 1sur 18

MODULE : TECHNIQUE COMPTABLE APPROFONDIE

FORMATEUR : ZAHI INNOCENT


CONTACT : 07 48 83 64 22 / 05 04 68 46 38
Email : innocentzahi20@gmail.com
Auditeurs : Licence professionnelle 3

PROGRAMME DE COURS

Chapitre 1 : L’acquisition d’immobilisations


Chapitre 2 : La régularisation des charges et des produits
Chapitre 3 : Les contrats de location - acquisition
Chapitre 4 : L’emprunt obligataire

CHAPITRE 1 : ACQUISITION D’IMMOBILISATIONS

I. NOTION D’IMMOBILISATIONS

Les immobilisations sont des biens et valeurs acquis ou produits par l’entité et destinées à servir de
façon durable à son activité. Leur durée est à priori de plus un an.

On distingue :

• Les immobilisations incorporelles qui sont des immobilisations immatérielles. Ex : fonds


commercial, licences, logiciels, frais de recherche et de développement …

• Les immobilisations corporelles qui sont des immobilisations matérielles.


Ex : terrain, bâtiment …

• Les immobilisations financières. Ex : titres de participation, prêts à long terme …

Les immobilisations non financières regroupent les immobilisations corporelles et incorporelles. Elles sont
comptabilisées à leur coût d’acquisition ou de production.

II. REGLES D’EVALUATION

Les biens acquis ou produits à titre onéreux sont comptabilisés à leur coût d’acquisition ou à leur coût
de production.

 Le coût réel est l’addition des éléments suivants :

• Le prix d’achat définitif net de RRR, d’escompte de règlement ;


• Les frais accessoires (frais de douane, de transit, frais de transport sur achat, d’assurance du bien
lors de la livraison, de magasinage lors de l’achat, …) ;
• Les frais d’acquisition (droit d’enregistrement, honoraires, commissions, frais d’actes après
déductions des taxes récupérables) ;
• Les charges d’installation et de montage nécessaires à la mise en état d’utilisation du bien ;
• L’estimation initiale des coûts relatifs au démantèlement, à l’enlèvement du bien et à la remise en
état du site sur lequel il est situé ;
• La TVA non déductible

Remarque : Ne font pas partie du coût d’acquisition :


o les charges non directes (coût de formation à l’utilisation du bien, coût de maintenance, coûts
administratifs et autres frais généraux) ;
o les charges en aval de l’achat ;

Le schéma général de comptabilisation de l’acquisition des immobilisations :

Chez le client
Date Immobilisations
2… TVA/immobilisations
4451 F/O d’investissement
481

 Le coût réel de production d’une immobilisation comprend :

L’entrée de l’immobilisation résulte d’une production interne. Le coût de production comprend :

• Le coût d’acquisition des matières et fournitures utilisées pour la production ;


• Les charges directes de production ;
• Les charges indirectes de production ;
• L’estimation et la remise en état du site ;
• Les coûts d’emprunt (charges financières) pour financer l’acquisition ou la production d’un actif
qualifié, d’une immobilisation incorporelle, corporelle …

NB : Un actif qualifié est un actif qui exige une longue période (≥ à 12 mois) de préparation avant de
pouvoir être utilisé ou vendu.

Chez l’entreprise
Date Immobilisation
21 incorporelle
22 à 24 Immobilisation corporelle
4451 TVA / immobilisations
72 … Production immobilisée
4434 TVA facturée / production livrée à soi-même

La production immobilisée constitue une livraison à soi-même c’est-à-dire produite par l’entreprise pour
elle-même.

2.1.1. Cas n°1 : tva totalement déductible

Lorsque l’immobilisation acquise par l’entité est affectée à une activité exclusivement imposable, la
TVA sur l’achat de ce bien ne fait pas partie du coût d’acquisition et est enregistrée au D. 4451

Application 1
Le 21 Nov : Acquisition de matériels pour un prix d’achat de 10.000.000 F. Le fournisseur nous accorde
une remise de 5% et un escompte de 2%. Le transport de 50.000 F et l’installation de ces matériels qui a
couté 15.000 F ont été assurés par le fournisseur.
L’avance versée lors de la commande s’élève à 2.500.000 F.
Le transport et l’installation ne bénéficient pas de l’escompte ni de la remise.
Taf : Calculer le coût d’acquisition de l’immobilisation et enregistrer l’immobilisation dans nos livres.

2.2. Cas n°2 : tva non récupérable

La TVA payée lors de l’achat de certains biens (Mobilier de bureau, véhicules de tourisme ( >12
CV) n’est pas déductible. Elle doit donc être intégrée au coût d’acquisition.
Le compte d’immobilisation alors doit être débité du montant TTC.

Application 2 : Le 23/09/05, les établissements ROMA adressent la facture n°122 à l’entité AXON :
Meuble de bureau 400.000 HT; frais de transport 25.000 ; remise 5% ; escompte 1%, TVA 18%.
Taf : Calculer le d’acquisition du meuble puis comptabiliser la facture correspondante.

2.3. Cas n°3 : Acquisition avec prorata de déduction

Certaines entités réalisent des activités soumises partiellement à la TVA. D’où l’existence d’un droit à
déduction partiel. Ainsi, lorsque des immobilisations non affectées à une catégorie d’actions servent à
l’ensemble des activités c.-à-d. à la fois des activités imposables et exonérées, la TVA est déductible selon
un coefficient de déduction appelé prorata de déduction. Par conséquent :
o Une partie de la TVA facturée par le fournisseur est déductible et portée au D. 4451 o La
partie non déductible doit être ajoutée au coût d’acquisition et enregistré au D. 2…

Exercice 3 : Une entité dont le prorata de déduction est 90% a acquis un matériel industriel le 15/01/N :
Prix d’achat HT 10.000.000 ; frais d’installation HT 1.500.000 ; frais de transport 500.000 HT ; TVA 18%.
Règlement par traite pour 50%.
Taf : Calculer le coût d’acquisition et comptabiliser l’opération au journal de l’entreprise.

2.4. Cas n°4 : Avances et acomptes versés lors de la commande


Les avances et acomptes versés pour l’acquisition d’une immobilisation sont enregistrés :

Chez le client
Date
252 Avances et acomptes versés
5… Trésorerie

Application :
Le 01/08, l’entité MULA verse un acompte de 200.000 F pour l’achat d’une machine-outil, paiement par
chèque bancaire. La facture correspondante lui parvient le 10 décembre. Machine indiquant 23.000.000,
remise 5%, escompte 2%, port facturé 100.000 HT, TVA18%, acompte 200.000 F.
Taf : Calculer le cout d’acquisition de la machine et au journal de MULA.

2.5. Cas n°5 : Acquisition de logiciels indissociés et les logiciels dissociés.

• Les logiciels indissociés sont des logiciels acquis en même temps qu’un matériel informatique. Ils
ne font pas l’objet d’une facturation séparée. Le prix d’acquisition du logiciel est inclus dans le
prix du matériel. Il s’agit la plupart du système d’exploitation. Ces logiciels indissociés sont
comptabilisés avec le matériel sur lequel ils sont installés dans le compte 2442.
• Les logiciels dissociés sont des logiciels qui ont fait l’objet d’une facturation séparée ou dont le
prix est clairement indiqué lors de la facturation du matériel. Ils sont comptabilisés dans le
compte 213 logiciel.

Application :
Inter-micro adresse la facture n° 98 suivante le 22/09/05 à l’entité AXON 1.900.000 F, frais d’installation
75.000 F, logiciel 350.000, TVA18% Taf : comptabiliser la facture n° 98 chez AXON.

2.6. Cas n°6 : Acquisition d’immobilisations de faibles valeurs.

Il est possible de comptabiliser en charge les acquisitions de biens durables dont la valeur unitaire
n’excède pas 300.000 F. Les éléments de faibles valeurs unitaires peuvent alors être comptabilisés dans un
du compte 605

Application : Le 15.09.05, l’entité BIRCO reçoit la facture suivante :


2 tournevis électroniques 112.000 HT, TVA18%
Taf : Comptabiliser la facture n%14961 au journal de BIRCO

2.7. Cas n°7 : Acquisition d’immobilisations comprenant des produits consommables.


Une facture concernant l’acquisition d’une immobilisation peut comporter une part de produits
consommables. Ceux-ci ne sont pas alors considérés comme des frais d’acquisition et doivent être
comptabilisés dans une subdivision du compte 605.Il convient de distinguer la TVA sur achat de la TVA
sur immobilisation.

Application : L’entité HN reçoit la facture n° 1349 suivante le 26/09/05 .Une photocopieuse 450.000 HT,
frais de transport 25.000 F, carton d’encre 50.000 F, TVA 18%.
Taf : Enregistrer la facture n°1349 au journal de HN

2.8. Cas n°8 : Acquisition de matériel de transport.

Lors de l’acquisition d’un véhicule, le coût d’immatriculation (frais de carte grise, vignette), sont
incorporés au cout d’acquisition.

Application : Achat d’un matériel de transport (Puissance fiscale>12 CV)


Prix brut 18.580.000, frais de mise à disposition 35.000 F, TVA 18%, carte grise 20.000 F, essence ttc
185.000 F, retenue de garantie 2.000.000 F.
Taf : Calculer le cout d’acquisition de ce véhicule et passer l’écriture au journal.

2.9. Cas n°9 : Acquisition de terrain.

Application : Le 20/04/05 : Acquisition d’un terrain nu à 18.000.000 ; droit d’enregistrement 1.800.000 F,


honoraire du notaire 900.000 FHT. L’ensemble à été réglé par chèque bancaire. Taf : Passer les écritures
nécessaires au 20 Avril et 31 décembre.

2.10. Cas n°10 : Opérations accessoires réalisées par le personnel de l’entité.


Lorsque les opérations de transport, d’installation et de montage nécessaires à la mise en service des
biens sont effectuées par le personnel de l’entité, il convient de constater :
• 72 Production immobilisée ;
• 4434 TVA/production immobilisée

Application
Le 15/10/N, l’entité « LEGER » reçoit la facture suivante : machine industrielle HT 5.300.000, remise
300.000 F, TVA 18%. L’installation a été assurée par le personnel de l’entreprise « Leger » et a coûté
200.000 F.
Taf : Enregistrer les opérations dans les livres de l’entité.

2.11. Cas n°11 : Acquisition d’immobilisations grâce à un emprunt.

Les charges d’intérêts des emprunts contractés pour financer l’acquisition d’une immobilisation
peuvent être incorporées au coût d’acquisition pour la fraction correspondant à la période d’acquisition.
La durée du processus d’achat doit être d’au moins de 12 mois. Les charges d’emprunt sont incorporées
au coût par le crédit du compte 726.

NB : Les charges d’emprunt n’entrent pas dans la base de calcul de la TVA.

Application : L’entité « EPRILOU » a obtenu un emprunt bancaire de 20.000.000 F au taux de 10% l’an
pour l’acquisition d’un matériel industriel.
La commande à un lieu le 1er/02/N avec versement d’un acompte de 20.000.000 F. Le matériel est
définitivement acquis le 30/03/N+1.
L’acompte a été financé par l’emprunt et le prix d’achat HT du matériel est de 50.000.000 F.
Taf :
1 Calculer la durée du processus d’acquisition
2 Calculer le montant des charges financières à incorporer au coût.
3 Calculer le cout d’acquisition sachant que l’installation a coûté 800.000 HT payé par chèque à une
entreprise spécialisée.
4 Passer les écritures au journal au 30/09/N

Cas de synthèse

Exercice 1
L’entreprise LUCAS a importé de la France un chariot élévateur pour 10.000 € (1 € = 667 FCFA. Elle
reçoit le 13/04/2010, la facture n°668 d’INDUSMO.
Le dédouanement été effectué par TRANSIT EXPRESS qui a établi la facture n°70 suivant :

Droit douane 328500


Tva/ chariot 1.241.730
Frais de transit 220.000
Tva/transit 39.600
Net à payer 1.829.830

Le déplacement depuis le port jusqu’ aux locaux de LUCAS a été effectué par Koffi employé de LUCAS
qui a perçu 35.000 pour cette tâche.

Taf : Calculer le coût de l’acquisition de ce matériel et comptabiliser les opérations au journal de LUCAS.

Exercice 2
L’entité « MAISON DE FER » décide d’installer un climatiseur dans le bureau du comptable.
• Le 10/12/08, elle verse une avance par chèque bancaire n° 73 de 140.000 F à CLIMFROID.
• Le 14/12/08 elle reçoit la facture n°6 de CLIM-FROID comportant les éléments suivants :
o Climatiseur 370.000 FHT
o Remise 2% o Pose 30.000 FHT o TVA
18% o Avance 140.000 F
Pour la sécurité du matériel une grille a été fixée : 50.000 FHT payé en espèce au ferronnier.
Le prorata de déduction « MAISON DU FER » est de 85%.
Taf : Enregistrer ces opérations au journal de Maison du fer.

Exercice 3
Le 10/03/N, l’entité ABBAS achète les biens suivants (facture n°622 de MAATMAT) :
o Une perceuse électrique à 149.550 FHT o
Une calculette à 19.990 FHT o Une
chaise à 123.990 FHT o Un réfrigérateur à
274.000 FHT o Un bureau pour la secrétaire à
432.000 FHT.
Taf : Enregistrer ces opérations au journal d’ABBAS

Exercice 4

Le 12/04/N, la société CEREFORM réceptionne un ordinateur commandé à INFOPLUS et la facture V285


associée :
o Micro-ordinateur 1.199.000 HT o Imprimante
50.000 HT
o Une remise de 5% et un escompte de 2% sont
effectués sur l’ordinateur et l’imprimante.
o Frais d’installation du micro-ordinateur 25.000
FHT ; o Logiciel de dessin 75.000 FHT ; o
Ramette de papier 8.000 FHT ; o
Cartouche d’encre 25.000 FHT.
Taf : Enregistrer la facture V285 chez CEREFORM, TVA 18%.

CHAPITRE 2 : LA REGULARISATION DES CHARGES ET DES PRODUITS

1) Les charges et produits comptabilisés ou constatés d’avance

1-1- Charges constatées d’avance

Les charges constatés d’avance sont des charges enregistrées au cours d’un exercice mais qui sont
(en partie ou en totalité) imputables à un exercice ultérieur. Elles doivent donc être éliminées des charges
de l’exercice et transférées sur les exercices suivants.

1-1-1- Comptabilisation

Au cours de l’exercice, la charge est enregistrée normalement ; en fin d’exercice il convient de


régulariser en extournant la charge relative aux exercices suivants :

476 Charges constatées d’avance X


605 Charge par nature X
622
624
625
626
671
(Suivant diminution de charges)

Remarques : Cas particulier des charges constatées d’avance : Les factures d’achats arrivées sans les
biens concernés

1-1-2- Cas particuliers

 Cas des factures d’achats arrivées sans les biens concernés

Il s’agit des factures d’achats déjà comptabilisées mais dont les biens (Exemple : Les marchandises) ne
sont pas encore livrés à la date d’inventaire. Dans ce cas, on débite le compte 38 Stocks en cours de route
ou l’une de ses subdivisions et on crédite en contrepartie le compte 603 variations de stocks ou l’une de ses
subdivisions On a donc :

38… Stocks en cours de route X


603 ... Variation de stocks ………………… Suivant X
régularisation

 Au début de l’exercice suivant, à la réouverture des comptes, toutes les écritures de régularisation
des charges constatées d’avance seront contrepassées au 1 er/01/N+1. Il s’agit de débiter les comptes qui
avaient été crédités et de créditer les comptes qui avaient été débités.
 La régularisation des charges constatées d’avance s’effectue hors TVA récupérable.

Application
1- Une prime d’assurance a été payée le 1er Avril N pour 10.680.000 F couvrant 12 mois
2- La société Saci a reçu et comptabilisé le 28/12/N une facture d’achat de marchandises non
réceptionnées au 31/12/N pour une valeur de 17.110.000 F TTC
3- Il reste dans les bureaux en stock : des fournitures de bureau : 300.000 F ; des timbres poste :
40.000 F ; des timbres fiscaux : 60.000 F

Travail à faire: Passez les écritures de régularisation nécessaire au 31/12/N et au 1er/01/N+1.

1-2- Produits comptabilisés d’avance

Les produits constatés d’avance sont des produits perçus ou comptabilisés avant que les prestations et
fournitures les justifiant aient été effectuées ou fournies.

1-2-1- Comptabilisation

Les comptes de produits vont baisser. Ils auront pour contrepartie le compte 477 : Produits constatés
d’avance : ce compte va régulariser les comptes de produits (A.O et H.A.O).

7…. Produit par nature X


477 Produits constatés d’avance X
Suivant diminution de produits

Remarques

 La régularisation des produits constatés d’avance s’effectue hors TVA FACTURE.


 Les écritures de régularisation des produits constatés d’avance sont contrepassées au 1 er Janvier
N+1.

1-2-2- Cas particuliers

• Cas des réductions (rabais, remises et ristournes) à accorder aux clients

701 ou Vente de marchandises X


702 Vente de produits finis X
4198 RRR et autres avoirs à accorder X
Suivant régularisation

• Cas particulier des ventes constatées sur facture mais non encore livrées (les factures de vente
envoyées aux clients sans les marchandises ou autres biens)

Ces biens (Marchandises, matières et produits finis) vendus n’appartiennent plus à l’entreprise, ils
appartiennent maintenant aux clients. Leur coût hors taxe est déduit ou défalqué du stock à l’inventaire.
Autrement dit, les ventes déjà constatées sur facture mais non encore livrées aux clients n’ont pas à être
régularisées au niveau des comptes de stocks car les biens vendus appartiennent déjà aux clients. Selon
que l’on pratique l’inventaire intermittent ou l’inventaire permanent, on a l’écriture suivante :

- En inventaire intermittent, Il suffit de défalquer ou déduire ce montant du stock final et


comptabiliser le stock final appartenant à l’entreprise par l’écriture suivante :

3… Comptes de stocks X
603… Variation de stocks X
Suivant constatation du stock final des biens
- En inventaire permanent, Il convient d’éliminer ces ventes par l’écriture de régularisation
suivante :

603… Variation de stocks X


3… Comptes de stocks X
Suivant constatation de la sortie des biens

Applications

1. Il a été encaissé le loyer d’un immeuble pour 21.600.000 F le 1 er/08/N couvrant une période de 12
mois.
2. La société a comptabilisé une facture de vente de marchandises pour 10.915.000 F TTC le
24/12/N. Les marchandises correspondantes n’ont toujours pas été livrées au client au 31/12/N.
3. Nous avons perçu au 1er/10/N les loyers correspondants aux mois d’octobre N à Janvier N+1 d’un
magasin loué à une entreprise : Montant : 480 000 F.

Travail à faire : Passez les écritures de régularisations au 31/12/N et celles de contre-


passation au 1er/01/N+1.

2) Les charges et produits à payer ou à comptabiliser

2-1- Charges à comptabiliser ou à payer ou à constater

Les charges à payer ou à comptabiliser sont des charges qui se rattachent à l’exploitation de l’exercice
mais qui n’ont pas été comptabilisées car les documents les justifiant soit ont été reçus ou émis mais ils ne
sont pas comptabilisées pour diverses raisons (omissions, retards des imputations…), soit n’ont pas été
émis car ces charges sont réglées périodiquement à terme échu.

2-1-1- Comptabilisation

Lorsqu’apparaissent en fin d’exercice N des charges certaines le concernant, mais qui n’ont pas
encore été enregistrées, dans ce cas, il faut les enregistrer comme suit :

Comptes de charges à débiter Comptes de tiers ou de dettes à créditer


60 « Achats »
61, 62,63 « Autres services extérieurs » 408 « Fournisseurs, factures non parvenues »
64 « Impôts et taxes » 4486 « Etat, charge à payer »
65 « Autres charges » (sauf le 659) 47182 « Créditeurs divers, charges à payer »
4286 « Personnel, autres charges à payer »
66 « Charges de personnel »
4386 « Org. sociaux, autres charges à payer »
672 « Intérêts des loyers de crédit-bail » 176 « Dettes de crédit-bail ‘’ : Intérêts courus
6713 « Intérêts des emprunts liés à 183 « Intérêts courus sur dettes liées à des
des participations » participations »

Remarques
1. Lorsque la charge supporte la T.V.A, on l’enregistre dans le compte de tiers pour son montant
TTC.
2. Les charges à payer ou à comptabiliser sont traitées en tenant compte le plus souvent de la TVA.

2-1-2- Cas particulier des charges à payer

les factures non encore parvenues


C’est le cas où le montant de la facture du fournisseur est connu ou est définitivement arrêté mais
celle-ci n’est pas encore arrivée ou parvenue au client. On tient compte de la TVA et on passe les écritures
suivantes :

a. factures de ‘’Doit’’ non encore parvenues

6…ou Comptes de charges X


2… Comptes d’immobilisations X
4455 TVA récupérable sur factures non parvenues X
4081/ Fournisseurs, factures non parvenues X
4818 Fournisseurs d’investissement, factures non parvenues Suivant X
régularisation

b. factures d’’Avoir’’ non encore parvenues


4081 / Fournisseurs, factures non parvenues X
4818 Fournisseurs d’investissement, factures non parvenues X
6…/ Comptes de charges X
2… Comptes d’immobilisations X
4455 TVA récupérable sur factures non parvenues Suivant X
régularisation

les rabais, remises, ristournes à accorder

Ces réductions promises et non encore portées sur facture d’avoir sont enregistrées comme suit :

70 … X
4198 RRR et autres avoirs et autres avoirs à accorder Suivant X
réductions à accorder X

la réduction financière à accorder

Elle s’enregistre avec la T.V.A et on a l’écriture suivante :


673 Escomptes accordés X
4435 T.V.A sur factures à établir X
4198 RRR et autres avoirs à accorder X
Suivant escompte à accorder

les intérêts à payer sur emprunts et dettes financières

Les intérêts des emprunts et des dettes étant généralement payables à terme échu, il est nécessaire de les
régulariser à la date de l’inventaire. On calcule les intérêts (intérêts simples) sur le capital non remboursé
pour la période qui sépare le dernier paiement des intérêts de la date de l’inventaire et on passe l’écriture
de régularisation suivante :

671 Intérêts des emprunts X


166 Intérêts courus X
Suivant intérêts à payer

Applications

1- Une société a reçu le 28/12/N un lot de marchandises de 8.850.000 TTC. La facture


correspondante n’est pas parvenue au 31/12/N.
2- La consommation d’eau des mois de Novembre, Décembre et Janvier N+1 peut être évaluée à
1.800.000 F HT. Celle du téléphone du mois de Décembre N peut être chiffrée à 165.000 HT.
Aussi, l’on estime la consommation d’électricité des mois de Décembre N et Janvier N+1 à 75.000
HT
3- Des marchandises ont été reçues le 15/12/N mais la facture n’est pas encore parvenue : Montant :
500.000 F HT ; TVA 18%
4- La réparation d’un matériel de bureau effectuée le 13/11/N ne nous a pas encore été facturée :
Montant : 60.000 F HT ; TVA : 18%
5- Le règlement à terme échu le 31/03/N+1, Les intérêts semestriels d’un emprunt de 3.000.000 F
conclu au taux de 10%
6- Une ristourne de 2% doit être accordée à l’un de nos gros clients dont le Chiffre d’affaires TTC
s’est élevé à 29.500.000 F pendant l’exercice

Travail à faire
1- Passez les écritures d’inventaire nécessaires au 31/12/N.
2- Passez les écritures de contrepassation au début de l’exercice N+1.

2-2- Les produits à recevoir ou à comptabiliser

Les produits à recevoir ou à comptabiliser sont des produits acquis par l’entreprise mais dont le montant
n’est pas définitivement arrêté ou n’est pas encore exigible à la clôture de l’exercice. Ils ne sont pas encore
inscrits aux comptes des tiers débiteurs. Ils sont généralement encaissés au cours des exercices suivants.
Dans le cas des produits à recevoir, soit les documents justificatifs sont présents mais non comptabilisés,
soit les documents justificatifs sont absents (ou seront perçus à terme échu).

2-2-1- Comptabilisation

Lorsqu’apparaissent en fin d’exercice N des produits certains le concernant, mais qui n’ont pas
encore été enregistrés, dans ce cas, il faut les enregistrer comme suit :

Comptes de créances à débiter Comptes de produits à créditer


418 « Clients, produits à recevoir » 70 « Ventes »
4287 « Personnel, produits à recevoir »
4387 « Organismes sociaux, produits à
75 « Autres produits »
recevoir »
4487 « Etat, Produits à recevoir »

2-2-2- Cas particuliers sur les produits à recevoir

Au cours de l’exercice N+1, au vu des pièces justificatives, le comptable pourra procéder à


l’enregistrement normal des documents

a. les rabais, remises, ristournes à obtenir (RRR)

Ce sont des avoirs imputables à l’exercice N mais non reçus à l’inventaire. Ils sont enregistrés comme
suit :

4098 Fournisseurs, RRR et autres avoirs à obtenir X


60 …. Achats de marchandises / matières premières Suivant X
avoirs à obtenir

Attention : Si les RRR à obtenir ne concernent pas une facture précise, les comptes 601, 602,
604, 605, 608 sont remplacés par les comptes : 6019 : Rabais, Remise, Ristourne obtenus (non ventilés) sur
marchandises sur achats de marchandises ou 6029 : RRR obtenus (non ventilés) sur achats de matières et
fournitures liées.

1. la réduction financière à obtenir


Elle s’enregistre avec la T.V.A. On passe l’écriture suivante :

4098 RRR et autres Avoirs à obtenir X


773 Escomptes obtenus X
4455 TVA récupérable sur factures non parvenues Suivant avoirs X
à obtenir

5. les intérêts à recevoir sur prêts

Les intérêts courus sur prêts sont rattachés aux créances à plus d’un an et aux titres de placement qui les
génèrent et se comptabilisent comme suit :

276 Intérêts courus sur immobilisations financières (s’il s’agit des titres X
ou immobilisés ou de prêts et de créances à plus d’un an)
506 Intérêts courus sur titres de placement (moins d’un an)
7… Comptes de produits appropriés X
Suivant régularisation des intérêts

2-2-3- Comptabilisation des factures non encore émises à la date de l’inventaire :


les factures à établir
Il s’agit des ventes aux clients dont les factures ne sont pas encore établies à la date d’inventaire.
Autrement dit, le montant de la vente est arrêté mais la facture n’est pas encore établie. Dans ce cas, on
passe les écritures suivantes :

a. Cas des factures de ‘’Doit ‘’ à établir aux clients

4181 Client, facture à établir X


701/ Vente de marchandises X
702 Vente de produits finis
4435 TVA sur factures à établir X
(Suivant régularisation)

b. Cas des factures d’ ’’Avoir’’ à établir aux clients

701/ Vente de marchandise X


702 Vente de produits finis X
4435 TVA sur factures à établir X
4181 Client, facture à établir X
Suivant régularisation

Applications

1. La ristourne du fournisseur Talla peut être estimée à 6.250.000 F


2. Le 28/12/N, la société a livré un lot de marchandises au client POINTE sans facture pour
7.650.000 HT
3. Les intérêts annuels au taux de 7,5% de nos 1.000 obligations de 10.000 F détenues à la BNI
seront encaissés le 31/03/N+1.
4. Nous devons bénéficier de ristournes d’un total de 450.000 F de divers fournisseurs
d’exploitation. Les factures d’avoir seront établies en Janvier N+1.
5. Un lot de marchandises d’un montant de 2.500.000 F HT a été livré à des clients et ne sera facturé
qu’en Janvier prochain.
6. Nous n’avons pas comptabilisé, faute de pièce justificative, une retenue de 3.000.000 F de prime à
effectuer sur les salariés ainsi que 30% de charges sociales correspondantes
Travail à Faire : Passez les écritures d’inventaire au 31/12/N et celles de contrepassation au
1er/01/ N+1. TVA 18%.

CHAPITRE 3 : LES CONTRATS DE LOCATION

1. Définition

C’est un contrat dans lequel l’utilisateur (ou preneur) a le droit de contrôler un actif déterminé (c.-à-
d. de décider de l’utilisation de l’actif déterminé et de tirer des avantages économiques), pour une certaine
période en échange d’une contrepartie.

2. Différents types de contrats

2-1- Contrat de location- acquisition / location financement

Sont considérés comme contrats de location - acquisition (chez le preneur) et contrats de location -
financement (chez le bailleur), les contrats de crédit-bail, de location – vente, et tout autre contrat de
location assortie d’une option de rachat dont le preneur est raisonnablement certain de lever l’option.

2-2- Contrat de location simple ou de service

Sont considérés comme contrat de location simple, les contrats de crédit-bail, de location – vente, et
tout autre contrat de location assortie d’une option d’achat ayant une durée inférieure ou égale à 12 mois ;
ou dont la levée d’option en fin de contrat est hypothétique ou encore dont le montant n’est pas
significatif.

NB : Pour les contrats de location simple, le bien n’est pas inscrit au bilan du preneur.

3. Comptabilisation des opérations de location – acquisition / financement


3-1- Comptabilisation chez le bailleur (ou fournisseur)

Lors de la vente du bien


Date du contrat
2714 Créances de location - financement
701 Vente
4431 TVA facturée sur vente
Suivant vente

A la réception des loyers


Echéance
5… Créances de location - financement
2714 Créance de location – financement
775 Intérêts dans loyer de location - financement Chèques n°

A la clôture de l’exercice, les intérêts courus éventuels seront enregistrés :


31/12/N -
2766 Intérêts courus sur créances de
location financement
775 Intérêts dans loyer de location - financement Suivant
régularisation
3-2- Comptabilisation chez le preneur
3.2.1. Souscription du contrat

Le bien est enregistré pour sa valeur précisée dans le contrat ou pour sa valeur actuelle à la date d’entrée.

Date du contrat
2… Immobilisation
4451 Tva / immobilisation
173 Emprunt équivalent de location - financement mob.
4813 Fournisseur d’investissement
Entrée du bien dans le patrimoine

NB : Le montant de l’emprunt est suivi dans un tableau d’amortissement, qui se décompose en annuités
successives que sont les redevances en intérêts et en amortissements (ou remboursement de la dette).

3.2.2. Versement de la 1ère redevance

Le 1er versement se fait à la souscription du contrat : entrée du bien et versement de la 1 ère redevance sont
donc enregistrés simultanément.

Date du contrat
6233 Redevances de location - financement mobilier
4454 TVA récupérable /services et fournitures se
5… Trésorerie
Versement de la 1ère redevance

3.2.3. Constatation du 1er remboursement


Le 1 loyer constitue un 1er remboursement de la dette pour la totalité de son montant.
er

Date du contrat
173 Emprunt équivalent de location - financement mob.
6233 Redevances de location - financement mobilier
(La 1ère annuité = 1er amortissement en cas
de loyer de début de période)

3.2.4. Amortissement du bien loué

L’annuité d’amortissement du bien faisant l’objet d’un contrat de location - acquisition doit être
comptabilisée à la fin de chaque exercice.

31/12/N
681 Dotations aux amortissements d’exploitation
28... Amortissement d’immobilisation
Suivant dotations ordinaires

3.2.5. Versement de la 2ème redevance (échéance 1)

Date du 2ème loyer (échéance 1)


6233 Redevances de location - financement mobilier
4454 TVA récupérable /services et fournitures se
5… Trésorerie
Versement de la 2ème redevance
3.2.6. Retraitement des redevances en fin de période

A partir du tableau d’amortissement de l’emprunt, la redevance est transformée en ses deux éléments :
remboursement de la dette (amortissement) et paiement des intérêts.

Date du 2ème loyer (échéance 1) Emprunt


173 équivalent de location - financement mob.
6723 Intérêts dans loyer de location mobilier
6233 Redevances de location - financement mobilier Suivant
retraitement de la redevance

3.2.7. Régularisation des charges constatées d’avance (intérêts courus)

A la fin de chaque exercice, il convient de régulariser les intérêts courus et non échus sur l’emprunt
équivalent de crédit-bail.

31/12/N+1
476 Charges constatées d’avance
6723 Intérêts dans loyer de location – acquisition /CB mobilier Suivant
retraitement de la redevance

Au début de l’exercice suivant, l’écriture précédente est contre-passée pour annulation.

1er /01/N+2
6723 Intérêts dans loyer de location – acquisition/CB mobilier
476 Charges constatées d’avance
Suivant contre-passation

3.2.8. Levée de l’option d’achat

Si l’option de rachat est levée, il convient d’enregistrer le paiement du prix convenu qui est la
dernière annuité (ou prix de rachat) du contrat de location – acquisition ; après retraitement de cette
dernière redevance l’emprunt équivalent est alors soldé.

31/12/N+6
173 Emprunt équivalent de location - financement mob.
521 Banque
Règlement de l’option

3.2.9. La non levée de l’option d’achat

Si l’option de rachat n’est pas levée à la date prévue, il faut constater une cession d’immobilisation
:
 Sortie du bien, qui est repris par le bailleur (fournisseur) : solde de la valeur d’entrée et des
amortissements ;
 Annulation de la dette restante (le prix de rachat convenu est considéré comme le prix de
cession).

31/12/N…
681 Dotations aux amortissements d’exploitation
28... Amortissement d’immobilisation
PAmortissement complémentaire

28.. Amortissement du matériel
654/ VC des cessions courantes d’immobilisations
812 VC des cessions d’immobilisations
2… Immobilisations
Annulation du 28… et sortie matériel

173 EE de crédit-bail et contrats assimilés
754/ Produits des cessions courantes
822 Produits des cessions occasionnelles d’immobilisations
Annulation de la dette correspondant à l’option non exercée

Application
Une entreprise souscrit un contrat de location-acquisition le 30/06/98 pour l’obtention d’un
véhicule de transport pour une durée normale d’utilisation de 4 ans. La valeur de ce véhicule est indiquée
dans le contrat : 15.000.000 FHT.
Le contrat de location - acquisition porte sur une durée de 3 ans et prévoit :
• Le versement d’une redevance annuelle consta/Mnte de 5.600.000 FHT, le 30 juin de chacune des
années 1998, 1999 et 2000 (règlements par chèques bancaires).
• La possibilité pour l’entreprise d’acheter le véhicule à l’issue de la 3 ème année (30/06/2001)
moyennant le versement d’une somme égale à 1.459.200 FHT.

Travail à faire : Passer les écritures de l’exercice 1998 au 30/06/2001.

CHAPITRE 4 : EMPRUNTS OBLIGATAIRES

1. Définition

Un E.O. est une dette financière à long terme d’un montant généralement élevé divisé en titres
identiques (obligations) permettant le recours à de nombreux prêteurs. L’E.O. est émis par les SA et les
GIE constitués de SA ayant intégralement libérés leur capital initial et ayant au moins deux ans
d’existence.

2. Caractéristiques de l’emprunt

Le contrat doit préciser les caractéristiques suivantes :


La valeur nominale (N) qui permet de déterminer le montant nominal de l’emprunt et le calcul des
intérêts.

La valeur d’émission (E) qui est la valeur versée par le souscripteur ou l’obligataire. Lorsque
E = N ; on parle d’émission au pair

La valeur de remboursement (R) qui permet de déterminer le montant à rembourser. Lorsque R = N ; on


parle de remboursement au pair.

La prime de remboursement est le supplément payé par la société émettrice. C’est la différence entre le
prix de remboursement (R) et le prix d’émission (E). C’est une charge pour l’entité émettrice et elle doit
être repartie sur la durée de vie de l’emprunt.

L’intérêt (I) est calculé sur la valeur nominale à partir d’un taux d’intérêt (i) en fonction des obligations
vivantes en début d’échéance.

Le nombre d’obligations (No) est l’ensemble des obligations émises par la société.

La durée de l’emprunt (n) est la période de la vie de l’emprunt. Elle varie entre 5 et 20 ans.
Différents types d’obligations :
• Obligations ordinaires ; ce sont des obligations au pair et obligations à prime.
• Obligations convertibles en actions ou en obligations ; ce sont des obligations qui doivent être
transformées en action ou en une autre obligation au terme d’un délai ou une date donnée.
• Obligations échangeables ; elles sont échangées contre des actions à tout moment.
• Obligations à coupon zéro ; elles se caractérisent par l’absence de versement d’intérêt au cours de
la durée de l’emprunt.
• Obligations à fenêtres ; elles possèdent une faculté de remboursement anticipé avec pénalités
dégressives dans le temps.

3. Conditions de remboursement des obligations

Le remboursement d’un emprunt obligataire est constitué par le remboursement des obligations
échues (amorties) et du paiement des coupons c.à.d. les intérêts servis annuellement aux obligations
vivantes (ou non amorties). Le remboursement des obligations vivantes intervient :
• soit par remboursement in fine ;  soit par amortissement constant ;  soit par
annuités constantes.

tableau d’amortissement des obligations

Echéance No vivantes Intérêt payé I Amortissement Prime de remb. T. annuités


début période = C × NoV NoA Valeur versées versées
N
N+1
N+2
N+3
N+4
Total

Cas particulier : remboursement par annuité constante


Dans le cas du remboursement par annuité constante, les obligations amorties suivent une progression
géométrique de raison (1+ i’) avec i’ ;
R
A No × 𝒊′ et An = (1 + i’) n-1 ×A1 et a No × R × 𝒊′

4. Comptabilisation de l’emprunt obligataire

4.1. Ouverture de la souscription par la création d’un compte d’attente

Date
47131 Obligataire, obligations à placer No × E
1611 Emprunt obligataire ordinaire No × E
Ouverture de la souscription

NB : Le compte emprunt doit faire ressortir les ressources perçues et non remboursées par l’entité.

4.2. Souscription de l’emprunt par la constatation de l’engagement des obligataires

Date
47132 Obligataires, comptes de souscription No × E
47131 Obligataires, obligations à placer No × E
Souscription de l’emprunt
4.3. Versement des fonds ou la réalisation des obligations

Date
521 Banque No × E
47132 Obligataires, comptes de souscription No × E
Versement des fonds

4.4. Règlement des frais d’émission ; l’ensemble des frais liés à l’émission d’un emprunt
(publicité, impression des titres, commissions bancaires …) constitue des « frais d’émission des
obligations » comptabilisés en charge de l’exercice dans lequel ils sont engagés.

Date
6316 Frais d’émission d’emprunts
Banque
521 Règlement des frais d’émission

4.5. A l’échéance, constatation des annuités de remboursement des obligations

Date
1611 Emprunt obligataire ordinaire NoR × E
6711 Intérêts des emprunts obligataires I
6714 Prime de remboursement des obligations Pr
47133 Obligataires, montant à rembourser (NoR×R)- IRVM
47134 Obligataires, coupons à payer I – IRVM
4423 Etat, IRVM IRVM
Constatation des obligations à rembourser

4.6. Lors du paiement des obligations

Date
47133 Obligataires, montant à rembourser
47134 Obligataires, coupons à payer
521 Banque
Règlement à l’échéance

4.7. A la clôture de l’exercice : Si l’emprunt est émis en cours d’exercice, il faut comptabiliser les
intérêts courus et rattacher la prime de remboursement.

31/12/ …
6711 Intérêts des emprunts obligataires Intérêts
1661 courus sur emprunt
obligataire
Suivant régularisation

6714 Prime de remboursement des obligations
1661 Intérêts courus sur emprunt obligataire Suivant
régularisation

4.8. En début d’exercice suivant, contrepassation des intérêts courus

1er/01/N+1
1661 Intérêts courus sur emprunt Obligataire
6711 Intérêts des emprunts obligataires Suivant
contrepassation

1661 Intérêts courus sur emprunt Obligataire
6714 Prime de remboursement des obligations Suivant
contrepassation

Cas n°1: remboursement par annuités constantes

Le 1er/04/N, la SA ABCD a émis un emprunt obligataire. Les frais payés sont de 590.000 FTTC
dont 90.000 f de TVA. Les caractéristiques de l’EO sont les suivantes : No = 30.000 obligations, N = 10.000
f, E = 10.000 f, R = 11.000 f, taux = 6% Remboursement par annuités constantes sur 5 ans.

Taf :
1. Présenter les écritures d’émission de l’emprunt.
2. Etablir le tableau d’amortissement de l’emprunt.
3. Présenter les écritures du 31/12/N et 1er/01/N+1.
4. Présenter les écritures du 1er/04/N+1.

NB: IRVM = 2%

Cas n°2: remboursement in fine

La 1er/04/N, l’entité ABCD a émis un emprunt obligataire. Les frais payés sont de 590.000 FTTC.
Les caractéristiques sont : No = 30.000 f ; N = 10.000 f ; E = 10.000 f ; R = 11.000 f ; taux = 6%.
Remboursement in fine sur 5 ans.

Taf :
1. Présenter les écritures de souscription.
2. Etablir le tableau d’amortissement de l’emprunt.
3. Présenter les écritures du 31/12/N et 1er/01/N+1.
4. Présenter les écritures du 1er/04/N+1.
5. Présenter les écritures du 1er/01/N+5 et 1er/041/N+5.

NB : IRVM = 2%

Vous aimerez peut-être aussi