Vous êtes sur la page 1sur 7

MPI : TP-COU~1.

DOC -1-

TP - cours : LE MULTIMETRE

I) Présentation et mise en garde


Deux types d'appareil : - à aiguille (ou analogique),
- numérique
Rôle : le même appareil permet de mesurer plusieurs grandeurs :
- tensions, en volts, = ou ~, de 5mV à 500V environ,
- intensités, en A, = ou ~, de 10µA à 1A environ,
- résistances, en Ω, de quelques Ω à 1 M Ω environ.

Attention! L'emploi du multimètre est différent selon la grandeur à mesurer. Il risque de graves
dommages s'il est mal utilisé (et peut mettre en danger l'utilisateur).

Il faut toujours débrancher le multimètre avant de changer sa fonction


et adapter le branchement à la nouvelle situation.

II) Utilisation en voltmètre


Il mesure une tension électrique entre deux points d’un circuit. La tension mesure la différence
de niveau (d’état) électrique entre deux points du circuit. Elle s’exprime en volt (V)
• Tous les voltmètres se branchent en dérivation aux deux points du circuit repérés par deux lettres
et / ou par une flèche dessinée en dehors du circuit la pointe de la flèche dirigée vers le premier
point.
• Si le voltmètre est analogique, sa borne variable (+ ou V) doit toujours être reliée directement ou
indirectement au pôle + du générateur. Il ne mesure que des tensions positives.

• Si le voltmètre est numérique, et destiné à mesurer une tension uAB, sa


borne variable doit être en A, sa borne commune (COM ou -) en B.
Mesure d'une tension avec un multimètre numérique:

uAB uBA
* mesure de uAB A B * mesure de uBA
A B

COM COM
V V

• Choix du calibre : il doit être plus grand que la tension mesurée. Si celle-ci est inconnue, on
commencera par le plus fort calibre.
• Réglage du zéro : vérifier que l'appareil indique 0 avant toute mesure.

Lycée G. Eiffel Dijon


MPI : TP-COU~1.DOC -2-

III) Utilisation en ampèremètre


• Un ampèremètre se branche toujours en série dans la branche étudiée.
• Il mesure une intensité de courant électrique (débit de charges électrique), qui se mesure en
ampère (A)
• Un ampèremètre à aiguille doit avoir sa borne variable (+ ou A) reliée au pôle + du générateur
(directement ou indirectement).

• Un ampèremètre numérique mesure l'intensité d'un courant


circulant de A vers B si sa borne commune est en B.

S'il indique une valeur négative, c'est que le courant circule de B


vers A en réalité.

Mesure d'une intensité avec un multimètre numérique:

I A B I I A B I

A COM A COM

On lit une valeur positive. On lit une valeur négative.

• On choisit toujours un calibre supérieur à l'intensité à mesurer.


• On vérifie le zéro de l'appareil.

IV) Utilisation en ohmmètre


Il mesure la résistance d’un conducteur notée R mesurée en ohm ( Ω )

L'utilisation du multimètre en ohmmètre suppose que l'on a


retiré le composant à étudier du circuit, et qu'on le branche seul à
l'ohmmètre.

• Ohmmètre numérique : vérifier le zéro, puis relier au conducteur.

• Remarque :
Pour lire la valeur d'une résistance :
Code des couleurs :
noir : 0 marron : 1 rouge : 2 orange : 3
jaune : 4 vert : 5 bleu : 6 violet : 7
gris :8 blanc : 9
jaune, violet, noir (47) x 100 = 47Ω
exemple : bague argent : à 10% près
bague dorée : à 5% près
(placée à droite)

Lycée G. Eiffel Dijon


MPI : TP-COU~1.DOC -3-

NOTIONS FONDAMENTALES (Applications du multimètre)

• le symbole signifie : appeler le professeur pour vérification


• sur tous les schémas on indiquera le sens conventionnel du courant
I ) Influence de certains composants dans un circuit

1) Utilisation de la plaque support de composants.

Plaque
métallique B Schéma partiel
de la plaque

Plaque
métallique A

Plaque métallique M

a) mesurer à l’ohmmètre la résistance entre les différentes bornes de la plaque M, puis A et enfin B.
Que peut-on conclure ?………………………………………………………………………..
b) mesurer à l’ohmmètre la résistance entre les plaques A et M puis entre B et M. Que peut-on
conclure ?………………………………………………………………………………….
c) mesurer à l’ohmmètre la résistance d’un cavalier……………………………………………….
d) Relier les plaques A et M par ce cavalier. Conclusion, vérification…………………………….

On utilisera systématiquement cette plaque pour câbler les montages à réaliser.

2) 1ier montage : rôle d’un interrupteur

générateur de tension continue réglé à 6V


lampe 6V ; 0.1A
interrupteur fermé, le courant …………..
lampe interrupteur ouvert, le courant …………..

3) 2ième montage : comportement d’une diode à jonction : composant « non symétrique »


Même réglage et même matériel que précédemment en remplaçant l’interrupteur par une diode

Dans cette position la diode se comporte à peu Dans cette position la diode se comporte
près comme un interrupteur …………………... comme un interrupteur ………

Lycée G. Eiffel Dijon


MPI : TP-COU~1.DOC -4-
4) 3ième montage : rôle d'une résistance

Avec R=100 Ω on règle l'alimentation pour


puis que le filament de la lampe présente juste un
point rouge, on remplace R=100 Ω par
R
R=33 Ω puis par R=0 Ω.

Comment agit la résistance sur le courant ?……………………………………………………………..

5) 4ième montage : associations de résistances


a ) en série
R1=33 Ω R2=100 Ω
N P Régler l'alimentation pour un éclat normal de la lampe
seule,(≈ 5,5V) puis insérer dans le montage R1 puis R2
puis R1 et R2 en série
D C B A • Quelle est l'influence de l'association des
R1 R2 résistances sur l'éclat de la lampe ?
………………………………………………
• Conséquence sur le courant ?
……………………………………..
Mesurer et noter les valeurs des tensions uAB uBC uCD uPN

Formulation collective de la relation d’additivité des tensions :

b ) en parallèle
Un nœud correspond au croisement d'au moins 3 fils. . Nommer par des lettres les nœuds du circuit
R1=33 Ω et R2=100 Ω
Réaliser le montage avec la lampe et R2, régler
l'alimentation pour que le filament présente un
point rouge, puis remplacer R2 par la résistance
nœud R1, observer. Puis placer les deux résistances en
R2 parallèle, observer.
Mesurer les résistances équivalentes à
R1 branches l’ohmmètre. Vérifier le code des couleurs pour R1
et R2
• Quelle est l'influence de l'association des
résistances sur l'éclat de la lampe ?
……………………………………………………
• Conséquence sur le courant ?
…………………………………………………………………………………………………………….
Mesurer et noter les valeurs des intensités du courant qui circule dans R1 (I1= mA ),
dans R2 (I2= mA), dans la lampe (IL = mA ) en utilisant trois ampèremètres.

IIFormulation collective
) Intensité dans de la série
un circuit loi d’additivité despeut
: Le courant courants : retenu quelque part ?
– il être

II) Intensité dans un circuit série : le courant peut-il être retenu quelque part ?

Lycée G. Eiffel Dijon


MPI : TP-COU~1.DOC -5-
≈ 11V (Freiner un peu le moteur au besoin pour obtenir
l'éclat des lampes)

Les deux lampes brillent de façon identique.


Elles sont toutes les deux traversées par un
courant de même intensité: le moteur consomme
M de l'énergie ainsi que les lampes, mais aucun
dipôle ne "retient" le courant.
6V; 0.1A 6V 6V; 0.1A

Formulation collective de la loi de conservation du courant :

III ) Pour distinguer intensité et tension :

1) Expérience introductive
A

L2 Les lampes L1 et L2 sont identiques


5V L1
A
L'interrupteur CB' est ouvert.
C

B B'
a) Mesurer UAB , UAB' , UAC , UCB' .
b) Vérifier que:
• L1 brille (donc est parcourue par un courant) et UAB = .….. V
• Aucun courant ne passe dans L2 et UAC = 0 V : la tension aux bornes d'une lampe est nulle
lorsqu'elle ne consomme pas d'énergie.
• Du fait que UAC = 0 V, UCB' = UAB' = UAB : toute la tension entre A et B se retrouve entre C et B'.
La même tension règne aux bornes de la branche contenant L1 et de la branche contenant L2. Pourtant
L1 est parcourue par un courant et pas L2.

2) Application
A A

L2 L2
L1 L1
A A
5V 5V C
C

B'
B B' B
L2 brille moins que L1. En sens direct, la L2 n'est parcourue par aucun courant
diode entre Cet B' n'est pas un interrupteur UCB' = UAB : En sens inverse, la diode se
fermé parfait. UCB' ≠ 0 V (UCB' ≈ 0,6 V) comporte comme un interrupteur ouvert parfait

IV ) Le multimètre pour détecter des pannes ou tester des composants

1) Le circuit est coupé quelque part

Lycée G. Eiffel Dijon


MPI : TP-COU~1.DOC -6-

a) Utilisation du voltmètre
er
1 test : tension aux bornes du générateur. Si elle est nulle, vérifier qu'il est allumé, puis l'éteindre, le
débrancher et tester les fusibles (voir b).
2ème test : prendre les tensions aux bornes de chaque composant, puis de chaque fil, générateur allumé.
On retrouve quelque part toute la tension de la branche étudiée. Affiner alors la recherche en
rapprochant les bornes du voltmètre.
10Ω
33Ω 47Ω
5V

L1 L2 défectueuse

b) Utilisation de l'ohmmètre
Il permet seulement de tester les composants: si l'un d'eux présente une résistance infinie dans les deux
sens, il est défectueux.
10Ω
33Ω 47Ω Mesurer la résistance de
On débranche
le générateur chaque composant,
L1 L2 défectueuse retrouvez – vous la
conclusion précédente ?
2) Un court-circuit s'est glissé quelque part
a) Le danger du court-circuit b) Utilisation du voltmètre
10Ω
33Ω 47Ω
5V
laine d'acier
L1 L2

4,5V
UL1 = 0 : la lampe est court-circuitée puisque par
ailleurs L2 brille.
Un dipôle court-circuité présente une tension nulle à
ses bornes dans un circuit fermé

3) Repérage des bornes d'une diode :


utilisation du multimètre en mode test de composant; positionner le sélecteur correctement et placer
les fils sur les bornes correctes.
anode
nez ou cathode clignotement :
dépassement de
calibre ou 1calé à
indication : 400 à gauche., ou zéro
COM Ω 700 en mV pour (selon les appareils)..
600 une diode ordinaire COM Ω

LISTE DE MATERIEL

Lycée G. Eiffel Dijon


MPI : TP-COU~1.DOC -7-

Par poste de travail - élève:


générateur de tension continue,
résistances 10Ω, 33Ω, 47Ω, 100Ω
2 lampes 6V - 0.1A
un multimètre numérique,
diode à jonction (noire)

Au bureau:
pile plate et laine d'acier,
générateur (environ 12V),
2 lampes 6V – 0.1A,
moteur 6V.

Lycée G. Eiffel Dijon

Vous aimerez peut-être aussi