Vous êtes sur la page 1sur 4

Ecole supérieure d’économie d’Oran

FILALI Mohammed Anis


Finance et Digitalisation bancaire

LA FINTECH ET LES NOUVEAUX RAPPORTS DE FORCE SUR LE


SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER

Mon intérêt pour l’écosystème économique innovant a soulevé des questionnements sur la Fintech.
L’ampleur hyper rapide des évolutions m’a interpellé et a piqué mon intérêt sur ce thème. Par
ailleurs, à titre personnel, je suis un utilisateur de nouvelles technologies et je suis convaincu que ce
secteur va connaître encore dans les prochaines années des changements importants. Par ailleurs
l’amélioration des services financiers, est un territoire complètement inexploité en Algérie.

SYNTHESE
Cette recherche vise à comprendre les nouveaux rapports de force sur le secteur bancaire et
financier créés par l’accélération des innovations technologiques et disruptives dans la
Fintech. L’enjeu est d’analyser l’évolution de la Fintech, comprendre les synergies entre la
Fintech et le secteur financier et savoir comment les différents acteurs s’approprient les
fintechs pour évoluer sur le secteur financier.
La problématique est la suivante : Est-ce que l’accélération des innovations technologiques et
disruptives dans la Fintech peut bouleverser l’hégémonie des acteurs financiers traditionnels ?
Fondamentaux :
• Les banques et les compagnies d’assurances sont les entreprises les plus dynamiques en Algérie en
matière de numérisation de leurs outils de gestion ainsi que des services qu’elles offrent à leurs
clientèles.

• Il existe en Algérie 24 compagnies d’assurances et 20 banques dont 6 publiques et 14 privées.

• Le réseau des agences bancaires en 2019 était composé de 1664 agences soit une augmentation de
11,7% par rapport à 2016.

• Plusieurs acteurs participent à la régulation du marché : la Banque d’Algérie, le GIE monétique


algérien, l’association des banques et établissements financiers, l’union algérienne des assurances et
réassurances, la SATIM.

• 5,7 millions de cartes Edahabia d’Algérie Poste sont en circulation et plus de 5 millions de carte
interbancaire CIB.

Chiffre clé :

Tendances et évolutions :
• La banque BNP PARIBAS El Djazair a été la première banque à
lancer la première agence digitale en Algérie.

• Lancement par la banque française NATIXIS de « Banxy », la


première banque mobile en Algérie.

• 202 480 transactions en ligne ont été effectuées durant l’année


2019 sur les 33 sites marchands autorisés par le GIE monétique, pour
un montant global avoisinant les 3,7M EUR, soit une augmentation
de 87% en nombre par rapport à 2017. Les transactions seront
amenées à croître dès cette année car de nombreux d’acteurs locaux
sont en attente de l’aval du GIE monétique algérien afin de lancer l’e-
paiement.

• L’étude réalisée par l’observatoire ConsumerLab d’Ericsson, établit


que le nombre de détenteurs de smartphone en Algérie a grimpé de
150% entre 2014 et 2016. Une seconde étude publiée en 2018 sur
Euromonitor estime que 99,1% des ménages algériens étaient
équipés d’au moins un smartphone.

• On dénombre 36,9 millions d’abonnés algériens à internet mobile


et 3,5 millions d’abonnés à internet fixe.

• La loi sur l’e-commerce a été promulguée en 2018 mais la crise


politique qu’a traversée le pays en 2019 a empêché sa
généralisation.

CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ :
La concurrence locale / internationale

• Présence de 6 banques publiques et aucune banque privée algérienne.

• Plusieurs banques étrangères sont présentes en Algérie, dont une forte présence des banques
arabes telles que : Arab Banking corporation, Al Baraqua, Gulf Bank Algérie, Al Salam Bank, Arab Bank
PLC, Trust banque, The housing Bank for Trade & finance.

• Il existe 9 compagnies d’assurances publiques en Algérie, elles ont généré 73% du CA du marché.

• Peu d’entreprises en Algérie spécialisées dans les fintech. On peut citer Leadersoft avec son logiciel
« Imprimechèque »

OPPORTUNITÉS :
• Le développement de solutions digitales sécurisées qui
permettent de réaliser tous types de transactions en ligne
(souscription et paiement, déclaration de sinistre, cocréation de
nouveau produit sur mesure…)

• Modernisation et digitalisation du secteur banque et


assurance est un axe de développement majeur pour le
gouvernement algérien.

• La construction de systèmes d’information orientés métier et


le développement d’ERP.

• Le GIE-Monétique algérien a annoncé le lancement du m-


paiement d’ici la fin de cette année 2020.

• En cette période de pandémie du COVID-19, les plateformes d’e-commerce tel que Jumia, Batolis,
Temtem One, Yassir express… ont enregistré de fortes demandes malgré le fait que ces entreprises
n’ont pas encore obtenu d’autorisation pour le paiement en ligne.

• Sécurisation des transactions en ligne ou de mobile paiement

La réglementation :
Les conditions d’établissement des banques et des établissements financiers sont régies par
l’ordonnance n°03-11 du 23 août 2003, modifiée et complétée par l’ordonnance n°10-04 août 2010.

• Règlements de la Banque d’Algérie

• Ordonnance n° 95-07 du 25 janvier 1995 relative aux assurances, modifiée et complétée et ses
textes d'application

• Séparation de l’activité assurance dommage de l’activité assurance vie


• La création des établissements financiers et des banques ne peut se faire sans l’accord du conseil
de la monnaie et du crédit et du gouverneur de la Banque d’Algérie.

• La Banque d’Algérie a promulgué le règlement n°20-02 du 15 mars 2020, définissant les opérations
de banque relevant de la finance islamique et les conditions de leur exercice par les banques et les
établissements financiers.

• Le paiement des transactions électroniques pourra être effectué à travers des plateformes de
paiement dédiées, mises en place et exploitées exclusivement par les banques agréées par la Banque
d’Algérie ou bien par Algérie Poste. L’achat en ligne à partir de l’Algérie auprès d’un e-fournisseur
établi à l’étranger et destiné exclusivement à un usage personnel, est dispensé, tout comme dans le
cas de la vente, des formalités du commerce extérieur et des changes lorsque sa valeur n’excède pas
l’équivalent en dinars de la limite fixée par la législation en vigueur

Vous aimerez peut-être aussi