Vous êtes sur la page 1sur 10

Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

La Fièvre Aphteuse

1. Définition

La fièvre aphteuse est une maladie infectieuse, virulente, inoculable, épizootique, d'une contagiosité à
la fois très rapide et très subtile, nécessitant des mesures sanitaires draconiennes.

Elle affecte toutes les espèces animales à doigts pairs (artiodactyles) domestiques et sauvages, en
particulier les bovins, ovins, caprins, et porcins. Elle est due à un virus de la famille des Picornaviridae = le
virus aphteuse, dont on dénombre 7 types immunologiques différentes.

Elle se caractérise cliniquement, après un état fébrile initial, par des éruption vésiculeuses : les aphtes,
siégeant surtout dans la bouche, dans les espèces interdigités et sur la mamelle; et histologiquement, par des
lésions exsudatives de l'épiderme et dégénératives du myocarde.

La fièvre aphteuse est une MRLC dans les espèces bovins, ovins e caprins porcins.

2. Importance

Fleau majeur de l'élevage, la fièvre aphteuse est une MLRC dans tous les pays et fatigue sur la liste A
de l'office internationales des Epizooties (O.I.E) : elle nécessite un échange d'information internationales et
exige une coordination de la prophylaxie à l'échelle mondiale.

a) Importance économique

Elle est fondamentale et tient:

1) à l'extérieure contagiosite de la fièvre aphteuse (90% à 100%).

2) Au taux élevé de morbidité de la fièvre aphteuse (en moy. 65à 70% du cheptel vierge).

3) au taux de mortalité qui, habituellement faible (2 à 5%) est parfois très élevé (surtout chez les
veaux, agneaux et même chez les adultes ainsi qu'aux avortements.

4) aux séquelles graves qui transforment le sujet apparemment guéri en non-valeur économique
(surinfection des aphtes buccaux, mammairés, podaux, d’où

5) amaigrissement, pertes en viande, en lait, incapacités d'allaiter complication de mammites et


parfois lésions cardiaques irréversibles).

1
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

6) aux entraves commerciales réglementaires fat à l'intérieur qu'à l'exportation, et aux abattages
imposés pour les animaux des 4 espèces réceptives, même vaccinés, dès lors qu'un cas est
constaté dans une exploration.

3. Espèces affectées

Tous les artiodactyles sont réceptifs :

 Domestiques : bv, ov, cp, pc, buffles d'eau et camelins.

 Sauvages : sanglier, gazelle.

 Le cheval, les carnivores et oiseaux sont insensibles.

 L'homme est très résistant mais peut exceptionnellement, exprimer cliniquement l'infection.

4. Réparation géographique

La fièvre aphteuse est présente dans le monde entier. Seuls sont aujourd'hui indemnes : l'Amérique du
nord, l'Anstralie, la Nouvelle Zelande, le Japon, Madagascar.

5. Etude de virus

Le virus de la fièvre Aphteuse appartient à la famille Picornaviridae, genre APHTOVIRUS. Il s'agit


d'un virus nu à ARN.

A. Propriétés physiques et chimique

L'inactivation

Le virus de la fièvre Aphteuse est stable à PH compris entre 7 et 7.7 a PH inférieur à 7, le virus est
rapidement inactivé et il perd complètent son pouvoir infectieux à PH < 6. Ainsi la maturation spontanée des
viandes (acidification lactique) détruit rapidement le virus et il est possible de récupérer les viandes
provenant d'animaux atteints de la fièvre Aphteuse, sous certaines conditions de fabrication
(décontamination de surface, désossage, dégraissage).

Le virus de la Fièvre Aphteuse est détruit par les bases (soude caustique à 8% désinfectant de choix) et
par le formol, agent d'inactivation utilisé dans la préparation des vaccins (formol à 0.5%).

La résistance

Le virus aphteux étant nu, il résiste à la plupart des agents physiques et chimiques : le froid conserve
bien le virus de la Fièvre Aphteuse, surtout la congélation qui permet d'assure le stockage des souches et des

2
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

tissus virulents en vue de la production de vaccin. En revanche, le virus est sensible à une température 56 C
pendant 30 minute, en aérosol, la stabilité du virus est d'autre plus élevée que l'humidité relative est
importante. Cette propriété conditionne la diffusion du virus dans la nature.

En résumé: le virus aphteux est particulièrement résistant. La désinfection de choix est la soude
caustique à 8% et le mode de conservation, la congélation.

B. Pouvoir pathogène

Naturelle : le virus aphteuse présente 2 tropismes distincts:

 d'espèce : réceptivité spontanée des artiodactyles et, au laboratoire de certains rongeurs, cobaye et
souriceau.

 De tissu : épithéliotropisme illustré par les lésions aphteuses et les contaminations essentiellement
des muqueuses.

 Myotropisme, responsable des dégénérescences myocardiques.

C. Pouvoir antigène et immunogène

L'infection par le virus aphteuse entraine l'apparition d'anticorps (pouvoir antigène) et l'installation
d'une immunité (pouvoir immunogène)

1) Pouvoir antigène

Le virion complet ou certains de ses constituants (capsomères, protéines virales) ont un pouvoir
antigène; ils induisant la synthèse d'anticorps révélables par différents techniques sérologiques:
précipitation, fixation du complément….

2) Pouvoir immunogène

Après guérison de fièvre aphteuse, les animaux bénéficient d'une immunité solide et durable contre la
souche qui les a infectés et contre les souches voisines. Cette immunité est en grande partie humorale
(anticorps neutralisants).

Cependant, cette immunité ne protège pas contre toutes les souches de virus aphteuse ; il existe en
effet des souches de virus très différentes les unes des autres sur le plan immunologique et un même animal
peut donc être atteinte plusieurs fois de la fièvre aphteuse s'il vient en contact successivement, avec des
souches très différentes.

3) Pluralité des virus aphteux

3
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

Si le virus aphteux présente une structure fixe, quelle que soit son origine, il partage avec de nombreux
autres virus (entérovirus, myxovirus en particulier) le privilège de présenter une pluralité antigénique et
immunologique. On distingue 7 types antigéniques, 60 sous types et environ 100 souches différentes.

a. Notion de type :

Lorsqu'il n'existe aucune protection croisée entre 2 souches, on dit que ces souches appartiennent à des
types différents ; on ne peut obtenir aucune immunité contre une souche d'un type donné, à l'aide d'une
souche d'un autre type.

On peut représenter schématiquement les 2 types comme 2 ensembles n'ayant aucun point commun.

 La conséquence pratique de cette notion de type est la nécessité d'introduction dans un vaccin anti
aphteux une souche de type contre lequel on veut protéger les animaux.

Il a été reconnu jusqu'à maintenant 7 types de virus aphteux

 3 types "européens" ou "ubiquiste" : A (Ardenne)

O (Oise)

C (Ordre alphabétique)

 4 types exotique : sat 1, 2, 3 (South Africain territoires)

Asia 1

b. Notion de sous type :

A l’intérieur d’un même type, le sous type virale est une individualité immunologique majeure, seulement
quantitative.

Pour l’immunisation des animaux, la protection obtenu entre sous types est insuffisante, le plus souvent et
il est nécessaire d’introduire dans le vaccin le sous type contre le quel on veut protéger (toutefois, pour des
animaux vaccinés depuis plusieurs années, la protection peut être suffisante)

6. Pathogénie

A. Incubation :

A la suite d’une contamination muqueuse le virus se multiplie in situ et dans tout l’organisme par virémie,
au cours d’une incubation d’environ 48 heures à 7 jours, comportant une excrétion virale pré symptomatique
4
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

de 48 heures avant même les prodromes , le sujet est donc déjà contaminant par voie aérienne, l’invasion
lymphohématogène s’étant produite

B. Phase clinique :

Cette phase clinique est différente d’une espèce à l’autre selon les conditions de l’infection spontanée
ou expérimentale, l’évolution clinique de la fièvre aphteuse s’accomplit généralement en 15 jours
alors que l’immunité poste infectieuse, concurrente ou non avec le portage de virus, peut s’étendre
sur de nombreux mois, sinon des années.

C. Phase poste clinique :

Excepté les complications septiques des aphtes, la mort des jeunes sujets, les séquelles cardiaques
irréversibles, la convalescence s’amorce et la guérison clinique apparente est constatée. Cependant les
animaux présentent une excrétion virale poste-clinique tardive, parfois pendant des mois dans l’urine.

7. Symptômes

En générale la fièvre aphteuse quel que soit le type virale en cause, présente 3 caractères clinique :

- Maladie éruptive : elle se développe après l’incubation, en 3 phases ; fébrile initiale ,éruptive
secondaire, de complication septiques des lésions

- Due à un virus dermotrope, ses manifestations sont essentiellement cutané-muqueuse, fièvre et


aphtes

- La composante myotrope du virus entraine des séquelles cardiaques

Incubation

Elle dure de 2 à 7 jours en moyenne, avec des extrêmes de 36h à 20 jours

A. Forme régulière :

les formes classiques des adultes évoluent en 3 phases.

1. chez les bovins :

 Invasion : 2 à 3jours la période virémique et fébrile initiale montre une intensité variable (tristesse,
inappétence, irrégularité de la rumination). Les prodromes de l’éruption se manifestent alors (chaleur

5
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

de la peau et des muqueuse, surtout au mufle et dans la bouche).le site primaire de multiplication
virale serait le pharynx où le virus est trouvé avant la virémie.

 Etat : éruption des aphtes selon 3 localisations principales :

- Bouche : signes fonctionnels initiaux : sialorrhée abondante, grincement des dents préhension
difficile et mastication lente et pénible.

Signes anatomoclinique: les aphtes. Ce sont des vésicules, dont le centre est pale et bombé, la forme
arrondie ou ovale, les dimensions variables, d’un grain de mil à une pièce de monnaie .en 3 à 5 jours,
la lymphe aphteuse, claire et plus au moins abondante, s’écoule après abrasion du couvercle de
l’aphte en laissent une plaie superficielle rouge vif finement granuleuse rapidement cicatrisé.

- Onglons : «fièvre aphtongulaire », « mal des onglons »

Signes fonctionnels initiaux : boiterie, piétinement sur place, extrême sensibilité à l’appui ou à la
pression.

Signes anatomocliniques : les aphtes siègent sur la couronne et surtout dans l’espace interdigité ; plus
petits et plus irréguliers, en raison de l’épaisseur des téguments, rapidement abrasées er purulents par
pollution bactérienne ils évoluent en ulcères.

- Mamelle : sous forme d’une thélite vésiculeuse ; les aphtes isolés ou confluents siègent de préférence
sur le trayon et à l’origine du canal galactophore, et entrainent une douleur externe et de vigoureuses
défenses à la mulsion.

 Terminaison : la guérison locale par cicatrisation sous cutanée des aphtes, en générale avec
rétablissement des fonctions digestives et retour à la température normal en s’accomplit dans
la règle en 8 à 15 jours environ, sauf complication et séquelles très fréquentes.

2. chez les ovins et les caprins :

La Fièvre Aphteuse évolue d’une manière très voisine, mais les localisations buccales sont toujours
discrètes, tandis que l’atteinte podale est majeure et révélée par une boiterie d’un seul membre le plus
souvent, aggravée par les longs déplacements.

A ce tableau général sont parfois associés : des avortements, une mortalité élevée des agneaux et des
chevreaux.

B. Forme irrégulière :

6
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

Elle est souvent mortelle chez les jeunes, par généralisation de l’éruption aux muqueuses internes digestives
et respiratoire. On doit y rattacher la mort fœtale par avortement.

Des formes frustes et occultes peuvent passer inaperçues et sont indiscernable des porteurs sains de virus
avec excrétion virulente très prolongée, d’intérêt épidémiologique et prophylactique majeur.

8. Lésion :

2 sortes de lésions peuvent être constatées :

a) - Des lésions éruptives, dont la lésion fondamentale épithéliales, l’aphte est une vésicule superficielle,
n’entrainant aucune atteinte de la couche germinative et guérissant rapidement sans cicatrice, sauf
complication septique.

b) - des lésions non éruptives représentée essentiellement par une myocardite aigue(cœur mou, pale, friable,
marbré de taches gris-rouges ou jaunes),digestives ( gastroentérite aigue catarrhale, muco-membraneuse,voir
hémorragique)

9. Diagnostic :

A. Sur le terrain :

 Suspicion : elle portera systématiquement

- Sur toute salivation avec bruit de succion et présence de vésicules buccales (pointe de la langue,
gencives, bourrelet, naseaux , palais)

- Sur tout piétinement ou boiterie avec présence de poils agglutinés à la couronne plantaire et vésicules
inter digitées, sur toute douleur mammaire à la mulsion et présence de thélite vésiculaire.

 Il s’agit d’une maladie de haute contagiosité avec un taux élevé de morbidité, un faible taux
de mortalité sauf chez les jeunes animaux, et une atteinte simultanée des quatre espèces
sensibles lorsqu’elles sont présentes dans une même exploitation.

B. Diagnostic de laboratoire :

Il est d’une importance capitale il permet :

- La confirmation précise et rapide d’une suspicion clinique

- L’identification précoce du type virale

7
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

 Prélèvement :

- Pour la recherche virologique :

Ils portent sur des aphtes récents, non encore rompus, la calotte épithéliale d’une ou plusieurs vésicules,
est détachées et placée dans un flacon sec (1g environ au total, soit 1cm2 ) le flacon étiqueté et emballé
sous couvert du froid(+4c°)et de précaution pour éviter la diffusion du virus au cours du transport.

- Pour la recherche sérologique :

En cas de maladie datant de plus de 15 jours, on prélève 10ml de sang sur tub sec.

10. Prophylaxie :

 Prophylaxie sanitaire

 En pays indemne

- Interdiction de l’importation d’animaux et de produits d’origine animale dangereux à partir de pays


infectés.

- La destruction des eaux grasses et des déchets alimentaires en provenance des zones infectées par la
fièvre aphteuse (avions, bateaux…).

- L’interdiction pour les voyageurs d’introduire des aliments en provenance de ces pays.

- Le contrôle des importations pouvant véhiculer le virus (notamment viandes congelées n’ayant pas
subi la maturation lactique).

- En cas d’apparition de la fièvre aphteuse dans un pays voisin, l’application de mesures transitoires de
désinfection des véhicules (rotoluves, attestations de désinfection…) et des chaussures des
voyageurs (pédiluves).

 En pays infecté

- Identifier le plus rapidement possible les exploitations contaminées (et pas seulement celle(s) où la
maladie a été cliniquement exprimée).

- Abattre le plus rapidement possible tous les animaux en train de produire du virus aphteux et de
détruire leurs carcasses.

- Désinfecter toutes les zones, matières, objets, etc. ayant pu être en contact avec du virus aphteux.
8
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

- Empêcher la circulation des animaux pouvant être en incubation ou pouvant se contaminer au contact
de virus encore présent dans le milieu extérieur (ou sur des véhicules, des animaux résistants, des
personnes…)

- Fournir des informations en temps réel aux médias et au public.

 Prophylaxie médicale

o Elle peut être utilisée indépendamment ou associée à la prophylaxie sanitaire

o Le quasi totalité des vaccins aphteux utilisés dans le monde sont des vaccins à virus inactivé
et adjuvé

o Des recherches se poursuivent pour mettre au point des vaccins peptidiques et des vaccins
recombinants

o La composition du vaccin (type, sous-type) doit être strictement adaptée à la nature de la


souche ou des souches sauvages circulant dans le pays où l’on vaccine les animaux.

o Le vaccin se conserve un an à +4°C ; il ne doit être ni congelé ni laissé à température


ordinaire

o Avant emploi, il est nécessaire d’homogénéiser le vaccin contenant de l’hydroxyde


d’aluminium.

9
Pathologie infectieuse II 5eme vét Fièvre Aphteuse

Diagnostic différentiel de la fièvre aphteuse

Maladie Epidémiologie Clinique

N’atteint que les ovins et caprins, Pustules puis croutes : absence de


contagiosité moins brutale vésicules, lésions fréquemment
Ecthyma
surinfectées

Evolution lente ; absence


d’ulcération buccales. caractère
Piétin N’atteint que les ovins
purulent et nécrotique des lésions
podales

Nécrobacillose Ulcères nécrosant profonds ;


mauvais état générale

Papules et pustules sur tout le


corps.altération marquée de l’état
Clavelée N’atteint que les ovins
général.

N’atteint cliniquement que les Absence de vésicules.altération


ovins (exceptionnellement les marquée de l’état générale
Fièvre catarrhale
bovin), Arbovirose

10

Vous aimerez peut-être aussi