Vous êtes sur la page 1sur 10

Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.

fr>

Bien préparer
sa classe

18 l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010


Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Dossier

Préparer sa classe est un acte complexe


qui comporte différentes phases, une vue
d’ensemble de la scolarité primaire, puis
du cycle dans lequel on exerce et enfin une
focalisation sur le niveau de classe auquel on
s’adresse.

P
réparer sa classe est in-
dispensable et nécessite de savoir
s’organiser pour mener à bien cette
faire retour sur ce qui s’est réelle-
ment passé au cours d’une séance,
comme le souligne l’enseignante
tâche, prélude indispensable à tou- de maternelle lors du reportage,
te activité scolaire. Cela suppose mais aussi d’analyser les résultats
d’identifier les difficultés d’ordre di- à l’évaluation qui vient clore la
dactique que l’on peut rencontrer, séquence envisagée. Elle est faite
mais aussi de savoir y apporter des de prévisions et de réajustements
réponses pédagogiques. constants. Elle n’est jamais défi-
En ce domaine, l’entretien montre nitive d’une année sur l’autre car
qu’il est indispensable de faire le on ne s’adresse jamais aux mêmes
lien entre le savoir savant, le sa- élèves.
voir enseigné et le savoir tel qu’il Si la présence d’outils pédagogi-
sera reçu et construit par les élèves. ques est nécessaire, il faut aussi ap-
Pour ce faire, il importe, comme le prendre à les analyser pour mieux
souligne l’analyse, de s’informer, les utiliser et les croiser. Il en exis-
de réfléchir, de mettre en relation te de nombreux et très pertinents,
des propositions pratiques puisées mais il est tout aussi indispensable
dans différents supports. Les outils que l’enseignant prenne conscien-
pédagogiques sont indispensables ce qu’il est le maître d’œuvre, qu’il
à l’enseignant qui ne peut pas tout a le choix des méthodes pédagogi-
élaborer seul, même si, au bout du ques pour chercher à atteindre les
compte, il est amené à faire des objectifs fixés. Il faut aussi avoir
choix en fonction de ce qu’il sait et conscience que cette exigence
des options qu’il retient. d’ordre intellectuel, qui donne sa
Préparer suppose d’anticiper sur noblesse au métier d’enseignant,
© Cristina Pedrazzini/SPL/Phanie

les activités à mettre en œuvre implique une formation solide qui


au regard des programmes et pro- offre aux enseignants les moyens
gressions, en fonction aussi de ce de mener à bien leur tâche avant,
que l’on sait des élèves dont on a pendant et après le temps requis
la charge, sachant que la différen- en présence des élèves.
ciation pédagogique pose toujours
problème. Elle implique aussi de Anne Popet
l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010 19
Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Dossier Bien préparer sa classe Entretien

Marc Loison
Apprendre à gérer le temps et aller à l’essentiel
Fort de ses différentes expériences
professionnelles au sein de l’Éducation
Nationale, Marc Loison est conscient du
chemin qu’il reste à parcourir pour instaurer
une réelle continuité dans les apprentissages.
Celle-ci passe d’abord par une préparation
réfléchie de la classe, en posant les objectifs,
et les moyens de les atteindre.

L’École Aujourd’hui : Vous êtes la classe. Il importe donc de réflé-


historien. Pourquoi vous inté- chir au départ aux objectifs et à la
ressez-vous actuellement à la façon de les atteindre. La prépara-
préparation de classe ? tion écrite permet de formaliser un
Marc Loison  : Cela s’explique par peu sa pensée puis de procéder à

© D. R.
le fait que j’ai traversé un certain un retour sur sa pratique de classe.
nombre de strates de l’Éducation
Marc Loison
Nationale. J’ai d’abord été institu- Qu’est-ce qui vous paraît essen­ est maître de
sa classe, en fonction des difficultés
teur, directeur d’école, conseiller pé- tiel dans la préparation de clas- conférences des élèves, mais aussi des ressources
dagogique puis chargé de mission se ? en histoire locales dont il dispose (monument
et didactique
pour l’éducation prioritaire auprès M. L. : Déjà, on n’enseigne bien que aux morts, champs de bataille, ci-
de l’histoire
de l’IA-DSDEN1 du Pas-de-Calais. À ce que l’on connaît bien. Il est donc à l’IUFM de metières militaires). C’est ici qu’in-
ce titre, j’ai participé à la relance de indispensable de faire le lien entre le l’université tervient la réflexion didactique qui
l’éducation prioritaire dans l’acadé- savoir savant, le savoir enseigné, et le d’Artois et consiste à se pencher sur la faisabi-
chercheur
mie de Lille et à la mise en place des savoir tel qu’il sera reçu et construit associé à lité, la cohérence des programmes et
contrats de réussite. Lors de l’ana- par les élèves. Trois champs sont l’université le cheminement des apprentissages.
lyse de bon nombre d’entre eux, je donc à prendre en considération : de Lille 3. De là découlera tout naturellement
Il est aussi
me suis rendu compte qu’en terme les champs épistémologique, didac- directeur de
l’exploitation pédagogique.
de continuité des apprentissages, il tique et pédagogique. Prenons un la collection
y avait encore beaucoup à faire et exemple pour illustrer le propos. Si “Métier Existe-t-il une différence entre
enseignant”
que la différenciation pédagogique l’on enseigne “la violence du xxe siè- la préparation que l’on fait en
aux éditions
posait toujours un problème. cle” au cycle 3, c’est parce que des Vuibert- maternelle et celle des cycles
chercheurs, en analysant différents Magnard pour suivants ?
En quoi est-il fondamental de documents d’archives – notamment des ouvrages M. L.  : Deux différences me vien-
portant sur la
préparer sa classe ? les écrits épistolaires des poilus –, préparation de nent à l’esprit immédiatement. La
M. L. : Après toute activité ou si- ont construit le concept de mort classe. première réside dans le fait qu’en
tuation d’apprentissage, on doit de masse et de “brutalisation de la maternelle et au cycle 2, les élèves
pouvoir répondre à trois questions : guerre”. Ce savoir savant est alors explorent des domaines d’activités
Quels étaient les objectifs ? Qu’est- passé dans le filtre institutionnel alors qu’au cycle 3 ils investissent
ce que les élèves ont appris ? Com- pour apparaître ensuite dans les pro- des champs disciplinaires. Dans le
ment le sait-on ? Si l’on peut répon- grammes sous la forme de “violence premier cas, les élèves construisent
dre à ces trois questions, c’est que de la Première Guerre mondiale”. essentiellement des compétences,
l’on a clairement identifié ce qui À ce stade, l’enseignant doit adapter alors que dans le second ils appré-
est indispensable à la conduite de ce point de programme au niveau de hendent des savoirs disciplinaires
20 l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010
Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

dans la perspective du collège. Ainsi,


en maternelle, les élèves apprennent
à maîtriser l’antériorité, la simulta-
néité et la postériorité en mettant
en place des marqueurs de temps,
alors que l’élève de CM apprendra à
caractériser les périodes avec quel-
ques événements, personnages et
faits de société. La seconde différen-
ce réside dans la brièveté des situa-
tions d’apprentissage en maternelle.
Il faut donc penser davantage à leur
organisation, mais on ne peut se li-
miter au seul critère matériel. Il faut

© Ian Hanning/REA
aussi se fixer des objectifs d’appren-
tissage (compétence à construire,
vocabulaire actif à acquérir, images
mentales à installer).
Avec la programmation de cycle Dans le gnant débutant une démarche dont
Quelle place convient-il d’accor- (en référence aux programmes), on référenciel de
la construction méthodologique est
compétence
der à Internet ? se répartit le travail. Ensuite, pour du maître, ilassurée pas à pas et son appropria-
M. L. : C’est une dimension à ne pas sa classe, l’enseignant établit sa est précisé àtion progressive. Ce type d’outils pé-
négliger. Internet permet d’accéder progression qui réfère à la construc- propos de la dagogiques permet au départ de ne
compétence
à des ressources documentaires de tion d’une compétence donnée et/ “Se former etpas commettre d’erreurs, mais il ne
qualité. Mais des précautions mé- ou d’une notion. Préparer sa classe, innover” que s’agit pas non plus d’en être escla-
thodologiques sont à prendre car c’est apprendre à gérer le temps et l’enseignant ve. L’enseignant devra bien enten-
doit être
certains sites font un étalage de à aller à l’essentiel. capable de
du graduellement s’en éloigner et
connaissances scientifiques qui ne mobiliser desconstruire ses propres outils. Rappe-
présentent pas toujours la fiabilité Pensez-vous qu’il convient de éléments vus lons que, dans le référentiel de com-
requise. Fleurissent aussi des sites construire chaque séance de dans le cadre de
pétences du maître, il est précisé à
la formation.
où l’on trouve des préparations la journée alors que des séan- propos de la dixième compétence
d’inégale qualité. On y donne des ces proposées dans les livres du “se former et innover”, que l’ensei-
éléments pour des apprentissages maître peuvent être utilisées ? gnant doit être capable de mobiliser
très pon ctuels, mais on ne s’ins- M. L. : Les livres du maître sont inté- des éléments vus dans le cadre de
crit pas dans la progressivité, dans ressants lorsqu’ils sont le fruit d’une la formation (éléments de cours, res-
la construction des compétences collaboration entre des auteurs de sources issues de la recherche, mais
aux cycles 1 et 2 et des notions au différents statuts au fait de la réalité aussi de l’édition). Préparer sa clas-
cycle 3. Or il est nécessaire d’avoir de la classe. Ils définissent alors des se peut aussi être très coûteux en
des outils proposant des séquen- priorités par rapport à leur vécu et temps. Il est donc nécessaire d’avoir

«
ces d’apprentissage avec au début à leur réflexion, ce qui est incompa- de bons outils pour les différentes
une évaluation diagnostique, à la disciplines, mais il faut parallèle-
fin une évaluation finale, et où l’on Il est indispensable de faire ment entraîner les étudiants à une
construit pas à pas en s’appuyant le lien entre le savoir savant, méthodologie d’utilisation des res-
sur des évaluations intermédiaires sources disponibles. Il ne suffit pas
le savoir enseigné, et le savoir tel qu’il
permettant des réajustements. d’avoir des outils, encore faut-il les
sera reçu et construit par les élèves. » utiliser de manière efficiente. Cela
Marc Loison
Les enseignants se plaignent fait partie de la formation, mais là
souvent de ne pas avoir le on se heurte à l’éternel problème
temps de mener à bien tout ce rable par rapport à ce que l’on peut du volume horaire imparti qui, bien
qui leur est imparti de faire. La parfois trouver sur Internet, à savoir souvent, fait défaut.
préparation peut-elle pallier des fiches de préparation désincar-
cette difficulté ? nées ou irréalistes. Les séquences Propos recueillis par Anne Popet
M. L. : Vous pointez là la nécessité et les séances détaillées du livre
1. Inspecteur d’académie, directeur des ser-
de réfléchir à un double niveau : ni- du maître aident et rassurent l’en- vices départementaux de l’éducation natio-
veau du cycle et niveau de la classe. seignant. Elles proposent à l’ensei- nale.

l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010 21


Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Dossier Bien préparer sa classe Analyse

Des choix décisifs


La préparation de la classe est un acte essentiel à caractère intellectuel et
créatif. Guidé par les instructions officielles, par la conception qu’il a de
l’enseignement dans les différentes disciplines et de la manière dont les élèves
apprennent, l’enseignant anticipe, opère des mises en relation et organise.

Préparer la classe, c’est essen- des présupposés théoriques, l’ensei- part, et histoire d’autre part, s’éclai-
tiellement rechercher et créer les gnant doit effectuer en continu ce rent ensuite mutuellement. La lit-
conditions nécessaires à la réalisa- travail pour opérer des choix péda- térature offre l’occasion d’étudier
tion des apprentissages pour tous gogiques éclairés. des œuvres de la période (Perrault,
les élèves. Cela suppose notam- La Fontaine, Molière…), répondant
ment de savoir croiser les appren- Croiser les ainsi aux programmes qui préco-
tissages issus de disciplines ou do- apprentissages nisent l’acquisition d’un patrimoi-
maines différents pour leur donner Articuler les enseignements entre ne commun. En musique, l’étude
davantage de sens et éviter l’em- eux accroît l’intérêt des élèves et se d’une œuvre de Lully, par exem-
pilement de connaissances sans révèle propice aux synthèses et à la ple, trouve aisément sa place dans
lien entre elles. Il revient donc au mémorisation. Chaque domaine ou le cadre de l’histoire des arts. Ces
maître d’effectuer des choix dans discipline n’en conserve pas moins mises en relation contribuent à un
la conception et l’organisation des ses propres objectifs, et donne lieu à enseignement cohérent au service
séquences pour placer les élèves en des activités spécifiques, tout en sa- de la compréhension et de l’acqui-
situation d’apprendre. chant que les apprentissages menés sition de connaissances articulées
dans chacun des domaines interfè- entre elles. Elles nécessitent bien
Réfléchir pour faire rent avec les apprentissages conduits d’effectuer des choix.
des choix dans les autres et les étayent. Autre exemple, en maternelle, on
Une réflexion sur les programmes, Pour revenir à l’histoire des arts, peut croiser activités physiques,
leurs objectifs et enjeux s’impose, nous prendrons ici un exemple, au construction de l’espace, mathé-
notamment lorsque de nouveaux cycle 3, regroupant, dans un pro- matiques et langage (celui-ci étant
contenus sont à enseigner tels ceux jet pédagogique transdisciplinaire, au centre de tout apprentissage).
liés à l’histoire des arts, par exem- Chaque situation d’apprentissage
ple. Par ailleurs, la conception de comporte là encore ses propres
Si l’enseignant est persuadé qu’il ne
l’apprentissage nécessite particu- objectifs et, lorsqu’on est en activi-
lièrement réflexion lorsque le dis-
transmet pas le savoir, mais qu’il aide tés physiques, c’est à celles-ci qu’il
cours ambiant, même s’il réaffirme les élèves à le construire, alors, préparer convient de se consacrer. Mais, en
la liberté pédagogique des maîtres, sa classe, c’est concevoir des situations, relation avec elles, l’installation
laisse transparaître une conception organiser les tâches pour que les élèves d’ateliers de lancers peut être re-
transmissive de l’acquisition des apprennent. prise en classe dans la réalisation
connaissances. La question “Com- d’une maquette propice à des ac-
ment l’enfant apprend-il ?” s’avère histoire, littérature, arts visuels et quisitions d’ordre spatial. Évaluer
alors d’autant plus d’actualité. Ceci musique pour une étude des temps les performances peut par ailleurs
est encore conforté par le fait que modernes. L’objectif général est, à conduire à travailler les mesures, à
de nombreuses ressources pour la faveur de ces disciplines, de com- construire un étalon mesureur, puis
préparer la classe, aisément acces- prendre la société du temps des à reporter les résultats dans un ta-
sibles sur Internet, sont inspirées rois. L’entrée avec les élèves peut bleau. Dans le même temps, des
de principes, de valeurs qu’il faut alors se faire par les arts visuels en compétences transversales liées
être capable de déterminer et de partant de l’art classique et du ba- aux comportements à développer
comprendre. Tout acte pédagogi- roque pour poser la période. Arts dans le cadre du vivre ensemble se-
que étant toujours sous-tendu par visuels et arts de l’espace d’une ront également visées.
22 l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010
Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Organiser
concrètement
sa pratique
Même quand l’enseignant sait que,
face à sa classe, il entrera facile-
ment en relation avec les élèves,
cela ne suffira pas pour que les élè-
ves apprennent. S’il est persuadé,
comme nous le pensons, qu’il ne
transmet pas le savoir, mais qu’il
aide les élèves à le construire, alors,
préparer sa classe, c’est concevoir
des situations, organiser les tâches
pour que les élèves apprennent.
C’est déjà susciter l’adhésion des

© Mélanie Frey/Fedephoto
élèves face à une tâche qu’ils n’ont
pas forcément choisie. Comment y
parvenir  ? On sait que des élèves
de CM2 ne vont pas spontanément
s’intéresser à la juxtaposition et la
coordination de phrases, sauf si on La question de l’organisation de L’enseignant, dès qu’elles surgissent (grâce à une
leur en montre l’utilité pour l’ex- la classe et du rôle de l’enseignant tel un metteur écoute des élèves et une observation
en scène (selon
pression, à partir d’un texte tel En pour répondre à ces impératifs se l’expression
attentive de leurs productions orales
partie double de Raymond Que- pose, elle, en ces termes : travail col- d’André ou écrites), de trouver la bonne stra-
neau1. À l’école maternelle, comme lectif ? En ateliers ? Par groupes ? Giordan), tégie, de différencier les approches,
recherche les
à l’école élémentaire d’ailleurs, une À quel moment de la situation d’ap- les démarches, les exercices, etc. Là
conditions
mise en problème telle que “Com- prentissage  ? Les élèves auront-ils nécessaires à la encore, c’est un problème de choix.
ment soigner les plantes de la clas- des aides matérielles pour soutenir réalisation des Avec des élèves de cours préparatoi-
se ?” peut amener les élèves à vou- leur effort ? Lesquelles ? Quel rôle apprentissages. re, par exemple, ne faut-il pas inter-
loir en savoir plus et à acquérir des pour l’enseignant, où se trouve-t-il, venir avant la séance plutôt qu’après
connaissances scientifiques. Des avec quel groupe  ? Quand inter- avec ceux rencontrant des difficultés
projets d’activités telles que réali- vient-il ? Etc. Les réponses sont diffé- en lecture, pour fixer le lexique, dé-
ser un journal scolaire, accueillir rentes suivant les disciplines, les ac- velopper les activités d’écoute ou
des correspondants pour un goûter, quis, et les besoins des élèves. C’est aborder les correspondances gra-
réaliser une exposition ou monter ce qui complique la préparation de pho-phonologiques ?
un spectacle peuvent faire apparaî- la classe : choisir son organisation Ainsi, le travail de préparation de la
tre certains apprentissages comme et sa posture en tenant compte du classe, à quelque niveau que l’on se
indispensables. C’est là encore le savoir, des compétences à acquérir, situe de l’école primaire, est un tra-
sens que les élèves vont donner mais aussi des apprenants, oblige à vail expert et exigeant qui va bien
au savoir qui entraînera leur désir des réajustements continus et rend au-delà de la stricte application des
de l’acquérir. D’où la nécessité de impossible l’utilisation de séquen- contenus de l’enseignement définis
monter des projets. ces toutes prêtes sans une adapta- par les instructions officielles. C’est
Nous savons également que les tion au contexte de la classe. (Pour une dimension fondamentale du
élèves apprennent au cours de si- toutes ces questions, voir page 22.) métier d’enseignant qui, inlassable-
tuations de recherche, de commu- ment, doit “sur le métier remettre
nication et d’échange. Ils doivent Un travail d’expert son ouvrage” et nécessite une for-
pouvoir confronter ce qu’ils trou- Ainsi, l’enseignant, tel un metteur mation en conséquence.
vent, le formuler, argumenter, pren- en scène pour reprendre l’expres- Françoise Picot
dre conscience de leurs erreurs. sion d’André Giordan2, recherche Anne Popet
Mais nous savons aussi que, pour les conditions nécessaires à la réa-
1. Un des récits de Exercices de style dans
apprendre, il est essentiel de struc- lisation des apprentissages. Encore lequel Raymond Queneau raconte, de ma-
turer les savoirs, d’organiser ce qui faut-il ajouter : pour tous. Cela im- nière différente, 99 fois la même histoire.
2. “L’enseignant, d’abord un metteur en scè-
a été découvert, de formaliser, de plique d’être attentif au parcours de ne” (www.andregiordan.com/articles/ecole/
mémoriser. chacun, d’identifier les difficultés ensmettenscene.html).

l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010 23


Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Dossier Bien préparer sa classe Reportage

Anticiper, réaliser, réajuster


Ce n’est pas un hasard si Patricia Gouault a attendu le mois de mai pour proposer
à ses élèves de GS une activité autour de la fabrication d’un livre-accordéon sur
les saisons. Il est le fruit d’un travail préparé et réfléchi tout au long de l’année,
dans le cadre de sa programmation et de la progression qu’elle a établie.

Après plusieurs années d’ensei- très progressive. Elle débute avec la


gnement en élémentaire, et notam- prise de conscience du déroulement
ment au CP, Patricia Gouault a fait le des activités au cours de l’accueil
choix d’enseigner en maternelle en et l’instauration de rituels. Ensuite,
prenant une classe de grande sec- nous pouvons travailler sur la jour-
tion. Ce choix n’est pas sans inciden- née et les temps forts (arrivée, dé-
ce sur ses pratiques de classe, qu’elle jeuner, sortie d’école). Nous restons
inscrit dans une pédagogie de cycle. sur le quotidien jusqu’au mois de
L’articulation entre ces deux niveaux décembre.” Sans compréhension
(GS-CP)lui paraît essentielle, notam- du quotidien, les enfants n’ont pas
ment pour préparer les enfants à la capacité de se projeter au-delà.
l’apprentissage de la lecture. Un ap- Patricia Gouault instaure un lien
prentissage qui, selon elle, ne peut avec l’emploi du temps de la classe,
être que favorisé par des activités d’abord avec des visuels (lundi : arts
en découverte du monde, telles que plastiques, mardi  : bibliothèque),
“se repérer dans le temps et dans puis en inscrivant les mots. “Je pro-
l’espace” notamment. La séance du fite de la nouvelle année civile et
jour trouve toute sa place à cette du mois de janvier pour commen-
époque de l’année, au moment où cer le travail sur les mois. J’accroche
les enfants ont acquis suffisamment également un calendrier qui leur
de repères pour pouvoir mener à fait voir qu’un mois est assez long.”
bien cette activité. Les éphémérides rappellent égale-

© D. R.
ment le temps qui passe, que “les
Anticiper enfants classent naturellement en Patricia Gouault née pour favoriser cet apprentis-
a programmé
Ce jour de printemps, Patricia numérique sans tenir compte des sage. Ainsi avait-elle programmé,
une séance
Gouault programme donc une semaines”. C’est seulement en fin qui conduit à en automne, une sortie scolaire
séance qui conduit à la fabrication d’année, au mois de juin, que Patri- la fabrication avec ses élèves pour ramasser des
individuelle d’un livre des saisons. cia Gouault s’interrogera avec ses individuelle feuilles dans le parc non loin de
d’un livre des
Celle-ci permet d’évaluer la capaci- élèves sur la composition du mois, saisons. l’école. De même, en hiver et dans
té des enfants à traduire dans l’es- remarquera que le 1er ne tombe pas le cadre d’un atelier en arts plasti-
pace (à partir d’une frise), et dans nécessairement un lundi, organi- ques, les enfants ont travaillé avec
l’ordre chronologique, le déroule- sera un calendrier en semaine puis des feuilles dorées. Mais quand, un
ment des saisons. Cette activité fait démarrant le lundi. “Il n’y a pas matin, la neige avait recouvert le
appel à un travail de mémoire et de notion de temps sans question sol de la cour, les enfants ont été
d’évocation – se souvenir d’un pas- d’organisation du temps humain, invités à marcher sur ce tapis blanc
sé plus ou moins proche – et à la social.” Tout cela est pensé et fait pour y laisser des traces. Un mo-
capacité d’anticipation (se projeter partie de la préparation de classe. ment fort, inattendu, qui marque-
dans le futur, l’été à venir). Patricia L’autre aspect de la préparation ra encore plus ces jeunes esprits.
Gouault expliquera ensuite la dé- passe par la construction de repè- Au printemps, dans le cadre de la
marche qui a précédé cette activi- res. Si la plupart des activités sont découverte du monde, les enfants
té : “En grande section, la notion de programmées, l’enseignante profite ont planté des fleurs, qu’ils entre-
temps doit être abordée de façon de chaque occasion qui lui est don- tiennent et qu’ils observent.
24 l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010
Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Les élèves s’intéressent également,


par un autre biais, à un temps
éloigné : le Moyen Âge, ce qui les
conduit à s’interroger sur cette pé-
riode et à découvrir que l’on n’a pas
toujours vécu comme aujourd’hui.
Les exploitations menées abou-
tiront à la création et à l’écriture
d’une histoire dans un projet, là en-
core, pluridisciplinaire alimenté par
une recherche documentaire.

Réaliser
Patricia Gouault a construit la
séance de ce jour en deux temps :
d’abord collectif, puis individuel. Ce
temps collectif lui permet de pré-

© D. R.
senter l’activité et de donner les
consignes de travail. Assis sur les
bancs autour de leur enseignante, présentées sur une frise. L’objec- La séance est printemps. Travail pluridisciplinaire
construite en
les enfants sont invités à décrypter tif est de traduire dans l’espace le deux temps,
que Patricia privilégie dans sa pré-
les symboles inscrits sur le tableau, déroulement du temps. À charge collectif puis paration. Les élèves peuvent main-
un œil et une bouche, ce qui parti- pour les élèves de le reconstruire, individuel. Le tenant procéder au collage. Patri-
cipe chez eux au développement de dans l’ordre chronologique, avec temps collectif cia Gouault laisse les enfants agir,
permet de
la pensée symbolique. “J’observe, je les visuels les quatre saisons. L’en- présenter apportant des précisions si besoin,
dis”. Effectivement, l’enseignante seignante vérifie toutefois la bonne l’activité et canalisant les attentions de ceux
a préparé quatre grandes feuilles compréhension en les interrogeant. de donner les qui se déconcentreraient, stimu-
consignes de
blanches avec des mots et des vi- “Pourquoi utilise-t-on un parasol travail. lant ceux qui ont plus de difficultés.
gnettes, qu’elle affiche au tableau. (première vignette) ?” “Pour ne pas Elle s’octroie toutefois des temps
Après 5 minutes d’observation si- prendre de coups de soleil.” C’est d’observation, des instants fonda-
lencieuse, les enfants peuvent s’ex- donc l’été. La vignette des feuilles mentaux pour la construction des
primer et répondre à la question : évoque l’automne, l’enseignante en apprentissages. Chaque production
“Que voyez-vous au tableau  ?” Ce profite pour leur rappeler leur sortie d’élève est l’occasion d’évaluer.
moment de langage collectif a scolaire pour ramasser des feuilles.
d’abord pour objectif de retrouver, à La vignette suivante représente des Réajuster
travers les repères visuels (la feuille œufs. L’association est plus diffici- Durant la phase de travail indivi-
dorée, les fleurs) les quatre saisons le et Patricia Gouault montre à la duel, Patricia Gouault a pu relever
de l’année. Il est aussi l’occasion classe En attendant les hirondelles des difficultés chez certains de ses
de travailler sur le langage d’évo- (Éditions Thierry Magnier), ouvrage élèves, que ce soit dans la construc-
cation, d’enrichir le vocabulaire, et qu’ils ont lu ensemble. Dans le ca- tion de la frise, et donc le repérage
de travailler sur la construction de que cela induit, ou l’entrée dans
la phrase. De même, les noms des La séance autour des saisons a été l’écrit et la précision du graphisme.
saisons inscrits sur les étiquettes programmée à une époque de l’année Lors des séances suivantes, ce tra-
participent d’abord à leur recon- où les enfants ont acquis suffisamment vail d’analyse la conduira à réajus-
naissance et leur classement dans de repères pour pouvoir mener à bien ter certaines activités. “Je veille à
un ordre chronologique, mais per- ne jamais laisser tomber un enfant
cette activité.
mettent également de préparer les dans l’apprentissage”, souligne-t-
enfants à l’entrée dans l’écrit, autre elle.
compétence devant être atteinte dre de son travail de préparation, Lorsque les élèves auront terminé
en fin de maternelle. l’enseignante se rend régulière- leur livre-accordéon sur les saisons,
La seconde phase, individuelle, ment dans une bibliothèque pour ils l’emporteront chez eux : une ma-
peut commencer et chaque enfant choisir des livres qu’elle présentera nière de favoriser l’échange entre
rejoint sa place. L’enseignante a ensuite en classe. Certains se sou- parents et enfants sur ce temps de
préparé une feuille pliée en accor- viennent, dans l’histoire, que les l’école.
déon et un ensemble de vignettes oiseaux faisaient leur nid : c’est le Stephanie Dizel Doumenge
l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010 25
Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Dossier Bien préparer sa classe Pratiques

Préparer une séquence


Une séquence de classe correspond à l’unité d’apprentissage d’une notion
ou d’un élément du programme. Elle peut se décliner en plusieurs séances.
1  ’approprier le savoir
S – En ateliers ou par groupes, prévoir la
à enseigner place de l’enseignant et envisager la mise
Le savoir savant a été transformé en sa- en commun.
voir pouvant être enseigné aux différentes – Concevoir la trace écrite de ce qui est à
étapes de la scolarisation (transposition retenir et l’endroit où elle sera conservée.
didactique). Il peut exister pour un même – Préparer des exercices pour appliquer ce
savoir plusieurs transpositions. Si l’on uti- qui a été découvert et s’entraîner.
lise un manuel avec les élèves, il est donc – Envisager un contenu pour des activités
fondamental de connaître la position des différenciées : pendant que la plupart des
auteurs en consultant le guide pédagogi- élèves s’entraînent, le maître peut retra-
que. vailler avec un groupe.
– Dresser la liste et préparer les supports
2 Définir les objectifs et le matériel nécessaires. Réfléchir à la
C’est ce que l’on veut que les élèves manière dont le tableau sera occupé au

© Nadège Fagoo/Light Motiv


aient appris et sachent faire à l’issue de cours de la séquence, à l’utilisation spa-
la séquence. Ils s’énoncent en termes de tiale de la classe.
connaissances et de compétences. Ils doi- – Si l’on prévoit de travailler avec un TNI,
vent être peu nombreux, précis, pour que suivant le logiciel utilisé, réfléchir à ce
leur évaluation en soit possible. que les élèves auront à faire individuelle-
Exemple au CE2  : amener les élèves à ment, comment utiliser leur travail pour
comprendre le rôle de substitut du pro- construire ce qui est à acquérir, quelle sera
nom personnel (dans le cas du pronom su- la part de l’activité collective et ce qui sera 6 Composer l’évaluation
jet), connaître les différents pronoms per- gardé du travail de chacun. À la fin d’une séquence, l’observation
sonnels sujets, savoir les identifier dans des erreurs aux exercices d’application,
un court texte et dire qui ils désignent ou 4  nvisager des
E complétée par des questions à l’élève sur
ce qu’ils remplacent. prolongements ses représentations, indique ce qui a été
Certaines séquences peuvent être prolon- compris ou non. Mais il est trop tôt pour
3  étailler les
D gées afin d’élargir, enrichir, approfondir le évaluer de manière certaine les acquis. Ils
différentes phases1 sujet étudié. peuvent se consolider au fur et à mesure
– Préparer ce que l’on va dire pour présen- Exemple  : une séquence de géographie que d’autres notions proches seront abor-
ter le sujet de la séquence ainsi que les peut être prolongée par une recherche dées.
questions à poser pour faire émerger ce documentaire, puis par des exposés sur le C’est en fin de période que ces connais-
que les élèves en savent. sujet étudié. sances et compétences objets de la sé-
– Construire la ou les situations qui vont quence seront évaluées mais il est inté-
placer les élèves en situation de question- 5  enser à des situations
P ressant d’en prévoir déjà l’évaluation.
nement, de recherche et de découverte de de réinvestissement Le travail de préparation se poursuit aussi
ce qui est à apprendre. Les élèves consolident leurs connaissan- après la séquence. Suivant la réussite (ou
– Choisir les modalités de travail les ces et mettent à l’épreuve leurs compé- non) aux exercices, il peut être nécessaire
mieux adaptées à la situation : individuel, tences dans des exercices, mais surtout en de prévoir d’autres séquences en adoptant
collectif, par groupes, en ateliers. Penser à les utilisant dans des situations plus com- des stratégies différentes ou envisager des
alterner les phases orales et écrites pour plexes mettant en jeu divers acquis. activités de remédiation.
soutenir ou relancer l’intérêt. Prévoir quel Exemple : à l’école élémentaire, une sé-
sera, après le travail de recherche, l’apport quence d’étude de la langue peut être sui- Françoise Picot
du maître pour compléter, généraliser... vie d’une courte situation de production 1. Les étapes développées ici sont incontournables.
Néanmoins, suivant que l’on se situe en maternelle,
– Élaborer les consignes de mise au travail de texte ciblée sur l’emploi de la notion en élémentaire, ou suivant la discipline ou le domai-
(vocabulaire adapté et précis). grammaticale découverte. ne enseigné, certaines d’entre elles sont à adapter.

26 l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010


Document préparé pour JEAN CLAUDE CHARNET <jc.charnet@wanadoo.fr>

Dossier Bien préparer sa classe Bloc-notes

Des outils pour préparer sa classe


Les ouvrages présentés ici ont été choisis pour leur complémentarité. Ils livrent
des éléments concrets nécessaires à la mise en œuvre des programmes.

Différentes collections Autres ouvrages


 Collection Métier d’enseignant, dir. concevoir des projets pédagogiques plu-  Enseigner à l’école maternelle. De la re-
Marc Loison, Vuibert, 2008-2010. ridisciplinaires, construire un emploi du cherche aux gestes professionnels, Agnès
Cette collection propose pour chaque ni- temps, préparer une séquence, rédiger Florin, Carole Crammer, coll. Hatier Péda-
veau d’enseignement de l’école mater- son cahier journal. gogie, Hatier, 2010.
nelle et élémentaire des ouvrages traitant Cet ouvrage s’adresse tout particulière-
 Collection JDIdées, Nathan, 2006-2010.
de tous les domaines en un seul volume. ment aux nouveaux enseignants. Il pré-
L’ouvrage Je prépare ma classe au CE2 Cet ensemble d’ouvrages destiné aux en- sente déjà l’école maternelle et sa spéci-
offre, par exemple, un emploi du temps seignants de l’élémentaire vise à aider les ficité. La prise en compte nécessaire des
type, des exemples de progressions an- enseignants à mettre en œuvre concrète- besoins des enfants et la question des
nuelles pour chaque domaine, des séan- ment les programmes, dans des domai- routines et des progressions sont traitées
ces détaillées et des pistes d’activités. nes différents. À titre d’exemple, L’Histoi- ensuite. Puis, quatre chapitres s’intéres-
Pour chaque séance, objectifs notionnels re par les arts est un outil complet qui, sent aux grands domaines des program-
et compétences sont définis et le dérou- sur deux tomes, déroule pas à pas, de la mes. L’évaluation et la prise en compte
lement de l’activité présenté étape par Préhistoire à nos jours, des séquences ar- des différences interindividuelles ne sont
étape. S’y ajoutent évaluation et conseils. ticulant histoire et histoire des arts. Sont pas oubliées. Des extraits des program-
mis à disposition des enseignants, et ac- mes de 2008 et du référentiel des com-
 Collection Au quotidien, SCÉRÉN-CR- compagnés d’une démarche pédagogique pétences pour les enseignants, de 2007,
DP de Bourgogne, 2004-2010. pour les utiliser, des œuvres iconographi- ouvrent la plupart des chapitres.
Cette collection consacre (notamment) ques exploitables en art et en histoire et
trois ouvrages à la préparation de classe des textes historiques et littéraires.  L’École élémentaire. Programmes et
(un par cycle). Préparer la classe au quo- Dans le même esprit, la collection “Idées Pratiques pédagogiques, Norbert Babin,
tidien  : maternelle, outils méthodologi- maternelle” (Nathan) propose aux ensei- coll. L’école au quotidien, Hachette Édu-
ques, d’Évelyne Villard, a été réactualisé gnants de la petite à la grande section cation, 2008.
en fonction des programmes de 2008. Les des activités et des outils pédagogiques  École maternelle. Programmes – Pro-
deux autres restent des recueils d’outils pour la classe (le corps humain, les ob- jets – Apprentissages, Josette Terrieux,
méthodologiques utilisables par les dé- jets, etc.). coll. L’école au quotidien, Hachette Édu-
butants pour élaborer des répartitions, cation, 2008.
 Collection Pédagogie pratique, Retz,
2009. On trouve dans ces deux ouvrages tout
ce qu’il est nécessaire de savoir pour pré-
Elle compte notamment trois ouvrages –
parer sa classe. C’est dans la deuxième
Manuel de la petite section, Manuel de la
partie, après la présentation des program-
moyenne section et Manuel de la grande
mes de chaque discipline ou de chaque
section – construits selon les mêmes princi-
Enseigner en maternelle, domaine, que se trouve la raison d’être
Pédagogie et Jeunes pes et en conformité avec les programmes
Enseignants
de ces livres : des pratiques pédagogiques
de 2008. Chacun de ces ouvrages offre des
commentées, illustrées de séquences, de
fiches d’activités très complètes (objectifs,
Retrouvez sur les blogs Enseigner en projets, des progressions détaillées, des ré-
maternelle et Pédagogie des outils exploitation à mettre en œuvre, organisa-
partitions sur l’année, des outils d’évalua-
complémentaires ainsi qu’une liste tion de la classe, évaluation), parfaitement
tion. Le tout clairement exposé, chaque
de sites utiles pour préparer sa classe. réalisables dans une classe. Dans le cédé-
ouvrage est complété par un cédérom.
Retrouvez également sur le blog rom qui accompagne chacun d’eux, des
Jeunes Enseignants des conseils dans tableaux d’objectifs aident l’enseignant à
la rubrique “Préparation de la classe”. organiser des progressions sur l’année. Très
http://blogs.lecoleaujourdhui.com utile aux enseignants débutants.

l’école aujourd’hui n°11 septembre 2010 27

Vous aimerez peut-être aussi