Vous êtes sur la page 1sur 6

TD Biomécanique STAPS

Trajectographie : Introduction à la cinématique

1/ Introduction :

La mécanique s’intéresse à l’étude du mouvement ; la cinématique en est l’une des parties. La mécanique se
subdivise en effet en dynamique et cinématique. La dynamique s’intéresse aux « causes du mouvement » : les
forces ; elle relie donc les forces au mouvement. La cinématique s’attache quant à elle à décrire la manière dont
un objet se déplace dans l’espace en fonction du temps ; sans s’attacher aux causes qui produisent ce mouvement.

2/ Notions de point matériel, de trajectoire et de repérage en coordonnées cartésiennes :

On appelle un point matériel, la représentation d’un objet sans dimensions spatiales. Autrement dit, il s’agit d’une
simplification de l’objet étudié (l’objet est considéré comme infiniment petit) ; les objets réels occupant
généralement un certain espace. L’objet peut être par exemple modélisé par son centre de gravité. Par convention,
ce point matériel est noté « M ».

Figure 1 : Simplification de l’objet d’étude (ici une gymnaste) en un point matériel noté M

On appelle trajectoire d’un mobile l’ensemble des positions décrites (prises) par cet objet au cours du temps.

Figure 2 : Représentation d’une trajectoire pour un point matériel M

Pour étudier le mouvement de « M », il faut se doter d’un repère afin de connaître les différentes positions de ce
point « M » au cours du temps. La construction d’un repère propice à l’analyse du mouvement se construit en 2
temps :
1. Définition d’un espace ou « référentiel »
2. Puis ont défini un repère (le + souvent orthonormé) : ox, oy, oz. Un repère est dit orthonormé lorsque les
vecteurs sont orthogonaux (perpendiculaires) et de même norme (longueur des segments unitaires identique)

Figure 3 : Repère orthonormé ox, oy, oz


Dans l’exemple ci-dessous x(t), y(t) et z(t) sont appelées coordonnées cartésiennes du point M

Figure 4 : Coordonnées cartésienne d’un objet dans un repère orthonormé ox, oy, oz

3/ Cinématique à 1 dimension : cas des trajectoires rectilignes :

Un mouvement ou trajectoire rectiligne est un mouvement se réalisant en ligne droite, dans une direction et sens
donné (la trajectoire est donc représentée par une droite)

Repérage d’un mobile :


Le mobile M est repéré par une coordonnée cartésienne x(t) sur un axe x qui coïncide avec
la trajectoire. Ceci implique le choix d’une origine, d’un sens et d’une unité de mesure de longueur

Figure 5 : Coordonnées cartésienne d’un objet dans un repère ox

Notion d’équation horaire :


Elle se définit par la relation x = f(t) ; soit les coordonnées de M selon x à l’instant t. Les caractéristiques de la
fonction (« f ») dépendent de la « complexité » du mouvement.

Notion de vitesse :
La vitesse d’un objet se caractérise par la variation de sa position au cours du temps (t1 < t2). La vitesse
moyenne du mobile entre deux instants t1 et t2 est donnée par la relation (plus simplement une distance que
divise un temps) :

vitesse (v) = Δposition/Δt = dx/dt (m.sec-1 ou m/sec)


avec Δ = variation, dx = distance parcourue, dt = l’intervalle de temps

Notion d’accélération :
L’accélération d’un objet se caractérise par la variation de sa vitesse au cours du temps (t1 < t2). L’accélération
est donnée par la relation (plus simplement une vitesse que divise un temps) :

accélération (a) = Δv/Δt = dv/dt (m.sec-2 ou m/sec2)


avec Δ = variation, dv = variation de vitesse, dt = l’intervalle de temps

Application n°1 :

En quittant la main d’un lanceur (image 4), une balle de baseball a atteint une vitesse de 43 m.sec -1. Sachant que
les 4 images sont séparées dans le temps de 0,1sec et que la vitesse initiale (V0) de la balle était nulle (image 1).

a) Quelle est la vitesse de la balle en km.h-1 au moment du lancer (balle qui quitte la main du lanceur) ?
b) Quelle est l’accélération de la balle de baseball ?

4/ cas du mouvement rectiligne uniforme (MRU) :

Le mouvement rectiligne uniforme ou MRU est un mouvement se réalisant en ligne droite et à vitesse
constante :

Graphiquement, l’accélération, la vitesse l’équation horaire (la position) d’un MRU se représentent au cours du
temps de la manière suivante (Figure 5):

Figure 5

Mathématiquement, ces paramètres s’écrivent :

Accélération (a) a=0


Vitesse (v) v(t) = cste = V0
Equation horaire (x=f(t)) x(t) = v0.t + x0
Avec V0 = vitesse initiale, X0, coordonnée initiale selon l’axe ox

Application n°2 :
Soit un objet réalisant un mouvement rectiligne uniforme et la représentation graphique de sa position au cours du
temps :

400
350 360
300 300
Position (m)

250 240
200
180
150
120
100
50 60
0 0
0 2 4 6 8 10 12 14
Temps (secondes)

a) Quel était le déplacement du mobile après 6 secondes ?


b) Combien de temps a été nécessaire pour réaliser un déplacement de 240 m ?
c) Quelle était la vitesse du mobile au temps = 10 secondes
d) Quelle a été la vitesse moyenne du mobile entre la quatrième et la huitième seconde ?

Application n°3 :
Soit un objet réalisant un mouvement rectiligne uniforme. Sachant que sa vitesse initiale V 0 = 4 m.sec-1 et que sa
coordonnée cartésienne au départ du mouvement (t=0) selon l’axe ox est de (32) :

a) Quelle est la vitesse de l’objet au temps t=6secondes


b) Quelle est sa coordonnée selon l’axe ox au temps t=6 secondes
c) Quelle est la distance parcourue par l’objet au temps t=6 secondes

5/ cas du mouvement rectiligne uniformément accéléré/varié (MRUA ou MRUV) :

Le mouvement rectiligne uniformément accéléré/varié est un mouvement se réalisant en ligne droit avec une
accélération constante.
Graphiquement, l’accélération, la vitesse l’équation horaire (la position) d’un MRUA se représentent au cours du
temps de la manière suivante (Figure 6):

Figure 6

Mathématiquement, ces paramètres s’écrivent :

Accélération (a) a = cste


Vitesse (v) v(t) = a.t + v0
Equation horaire (x=f(t)) x(t) = ½ a.t2 + v0.t + x0
Avec a = accélération, V0 = vitesse initiale, X0, coordonnée initiale selon l’axe ox

Application n°4 :

Soit une fusée dont la position y varie à chaque instant t ; elle suit une trajectoire rectiligne et subit une
accélération a=6 m.sec-2. Sachant que y(t= 0) = 0 et v0(t = 0) = 0 m.sec-1 ; au temps t=5sec :

a) A quelle hauteur se trouve la fusée ?


b) Quelle est la vitesse de la fusée ?

Application n°5 :

Soit un objet réalisant un mouvement rectiligne uniformément varié et la représentation graphique de sa position
au cours du temps :
100
90 91
80
70 72
Position (m)

60
55
50
40 40
30
27
20
16
10
7
0 0
0 2 4 6 8 10 12 14 16
Temps (secondes)

a) Quel est le déplacement du mobile après 6 secondes ?


b) Quelle est la vitesse instantanée du mobile au temps 6 secondes ?
c) Quelle est la vitesse moyenne du mobile pour tout l’ensemble du trajet

Application n°6 :

En référence à un axe vertical oy orienté vers le haut ; lesquels de ces graphiques peuvent être associés à un objet
en chute libre, si l’objet est initialement à la position verticale 0m
6/ cas d’une trajectoire parabolique :

Dans un champ de pesanteur uniforme et dans un référentiel supposé galiléen. Une trajectoire parabolique peut se
définir comme la chute d'un objet M lancé/projeté avec une vitesse initiale (V0) non nulle dans un champ de
pesanteur ou la gravité (g) est verticale, dirigée vers le bas et de norme constante (9,81 m.sec-2) et selon un angle
() avec l’axe ox (Figure 7).

Figure 7 : Représentation d’une trajectoire parabolique

La vitesse de projection initiale tangentielle de l’objet (V0) peut se décomposer en vitesse initiale de projection
horizontale (V0x) et verticale V0y. Ces vitesses de projection (décollage) dépendent de l’angle () avec lequel
décolle l’objet par rapport à l’axe ox et s’expriment de la manière suivante :
V0x = V0 cos 
V0y = V0 sin 

Il en résultera une vitesse horizontale (VH) de norme constante (égale à V0x) et une vitesse verticale (VV) de valeur
variable car sous l’influence de l’accélération liée au champ de pesanteur (g). Il existe des grandeurs
caractéristiques dans une trajectoire parabolique (Figure 8).

- La flèche : le point le plus haut de la trajectoire qui coïncide avec l'annulation de la


vitesse verticale (attention la composante horizontale n'est cependant pas nulle !)
- La portée : distance qui sépare l'abscisse du point d'origine avec l'abscisse du point d'impact du système
sur le sol.
Figure 8 : Représentation d’une trajectoire parabolique ; cas d’une frappe de balle au tennis

Les composantes horizontale et verticale étant indépendant on peut étudier ses 2 composantes de manière isolée.
La composante horizontale correspondant à un mouvement uniforme et la composante vertical correspondant à un
mouvement uniformément varié. Expressions mathématiques de l’accélération, la vitesse et de l’équation

Axe Ox Oy

Force  Fx= 0  Fy= -mg

Accélération 0 -g (g=9,81m.sec-2)

Vitesse Vx(t) =V0x Vy(t) = - g.t + V0y

1
Equation horaire x(t) = V0x .t + x0 y(t) = -2 g.t2 + Voy .t + y0

Tableau 1 : Expressions mathématiques de l’accélération, la vitesse et de l’équation horaire

Application n°7 :

Soit un joueur frappant dans un ballon au football et les éléments suivants : Vitesse de projection V0: 20 m.sec-1,
angle de projection : 43°, durée de la phase aérienne : 3,4sec
a) Précisez les équations horaires du déplacement du ballon
b) Calculez la distance atteinte par le ballon avant sa retomber au sol

Application n°8 :

Soit une balle lancée par un joueur A avec une vitesse v0 = 14,1 m.sec-1 selon un angle  de 45° par rapport à
l’horizontal. Un joueur B situé à 30m du point de lancement commence à courir au moment où la balle est lancée
par le joueur A. »

a) A quelle vitesse (Km.h-1) et dans quelle sens doit courir le joueur B pour rattraper la balle au même niveau
(hauteur) que celui auquel elle a été lancée ?

b) Si vous rencontrez des difficultés, considérer un temps de vol de 2,44 sec pour l’atteinte de la portée

Vous aimerez peut-être aussi