Vous êtes sur la page 1sur 1

461.3.

Les types d'enseignants

Comme il y a plusieurs types d'apprenant, on peut penser qu'il y a plusieurs types d'enseignant.
Toutefois, comme on l'a dit plus haut, il nous semble qu'en fait, c'est le concept de style cognitif qui est
le plus impor-tant, et qu'il s'applique aussi bien à la résolution de problèmes d'apprentissage que
d'enseignement. C'est donc plutôt à l'évocation rapide d'une certaine évolution historique de la
conception de l'enseignement que nous nous attacherons dans ce paragraphe. De façon classique,
l'enseignant était conçu et se voyait lui-même comme un transmetteur de savoir. Cette image du maître,
qui prévaut encore chez beaucoup, est souvent jugée démodée parce que la notion même de savoir a
évolué, notamment en langue vivante. À l'image du maître transmetteur correspond l'image de l'élève,
consommateur d'un savoir qui lui est extérieur, mais qu'il peut s'approprier par répétition et
mémorisation.

Mais dès longtemps, cette façon de voir a été battue en brèche et a coha-bité avec une conception
qu'on pourrait dire socratique de l'enseignant comme un accoucheur de savoir. Dans cette conception,
le savoir n'est pas l'apanage du maître. Il est déjà, sans qu'il le sache, présent chez l'élève, et la méthode
maïeutique permet à celui-ci de le découvrir. À l'image du maître accoucheur de savoir correspond
l'image du disciple, découvreur d'un savoir qui lui est intérieur. Dans ces deux cas, le savoir est conçu
comme préexistant à l'action d'enseignement et d'apprentissage. Aujourd'hui, notamment avec
l'approche communicative et les théories cognitives, prévaut une conception plus éclatée de
l'enseignant. Dans cette conception, le savoir n'est pas conçu comme préexistant à l'action
d'enseignement et d'apprentissage. Il est conçu comme une coconstruction, et son appropriation
dépend à la fois des stratégies déployées par l'apprenant et des méthodologies convoquées par
l'enseignant. Selon Jean-Paul Narcy91, le rôle de l'enseignant est triple. Il doit être : — organisateur et
gestionnaire de formations ; — conseiller des apprenants (ou encore « tuteur ») ; — interlocuteur des
apprenants. Ces diverses fonctions de l'enseignant moderne ont été développées par les chercheurs du
CRAPEL de Nancy. Pour cette équipe, l'évolution de l'ap-prenant vers une plus grande autonomie rend
nécessaire une évolution comparable de l'enseignant Henri Holec92 le décrit comme un formateur et un
conseiller, qui doit bien sûr avoir des connaissances sur la langue et son fonctionnement, mais aussi
savoir conduire un groupe et gérer des programmes, et surtout savoir ce qu'est l'apprentissage
autodirigé. Il doit par conséquent faire preuve de savoir-faire technique mais avoir surtout un rôle de
fournisseur de matériel. Pour Marie-José Gremmo en effet, «le conseiller a pour tâche : — d'aider
l'apprenant à développer sa compétence d'apprentissage, dans le cadre du conseil ; — d'organiser la
mise à disposition des ressources aux demandes des apprenants93 ». Dans ce rôle de conseiller, où
l'individualisation prend totalement le pas sur le groupe classe, on touche aux limites mêmes de
l'enseignement, puisque, comme le dit Marie-José Gremmo «conseiller n'est pas enseignér ».

Vous aimerez peut-être aussi