Vous êtes sur la page 1sur 4

La confiance en soi et l’assertivité 

:
Introduction :

La perception que nous avons de nous-même nous limite et nous empêche souvent d’utiliser notre
plein potentiel. Revisiter qui nous sommes, nos valeurs, nos modes de perception, nos points forts et
nos axes d’amélioration nous permet de retrouver estime, confiance et affirmation de soi.

Avoir confiance en soi c’est avant tout percevoir qu’on peut faire face aux défis du quotidien. C’est
avoir confiance en sa capacité à penser, apprendre, faire des choix, prendre des décisions, s’adapter
aux changements…
La confiance en soi est un gage d'épanouissement personnel et professionnel. C'est une aide
précieuse pour être à l’aise dans ses relations. C’est aussi un levier fondamental pour atteindre les
objectifs fixés par nous-mêmes ou par d’autres.
Cette confiance est intimement liée à l'estime que nous nous portons. Pour développer une
confiance authentique, nous avons donc besoin de connaître celui/celle que nous sommes vraiment
et de nous réconcilier avec lui/elle.

La confiance en soi est l’élément pilier pour plus de réussite. Avec plus de confiance en soi on peut
parvenir à :

 Plus d’aisance sociale ;


 Plus de relations ;
 Plus de réussite ;
 Plus de projets ;
 Plus de bonheur dans la vie et dans le travail ;
 Plus d’optimisme ;
 Plus d’estime des autres.

I. Identifier ses qualités et ses limites comportementales :


1. La connaissance de soi :

La connaissance de soi est moyen de reconnaître ses forces et ses faiblesses, d’identifier et
d’analyser les qualités qui nous réduisent ou nous font grandir. C’est un moyen d’être véritablement
en adéquation avec sa propre psychologie, ses besoins, ses ambitions…?
La connaissance de soi, c’est un des terrains les plus favorables à la définition d’objectifs et à la
réalisation personnelle.

C’est le critère qui mène à la liberté, à la remise en cause du regard d’autrui et à un


renforcement de la confiance qui nous habite.
En fait, la connaissance de soi, c’est l’acceptation de qui nous sommes et le fait de jouer de cette
définition pour avancer dans la vie.

Dans les faits, développer la connaissance de soi reste un mécanisme très simple à mettre en
place.
Elle nous permet de rester focalisé sur les pensées, les sentiments et les valeurs qui motivent
chacune de nos actions.
La connaissance de soi, adoptée quotidiennement, devrait nous permettre de ne plus
recommencer à nos erreurs, d’apprendre de ces dernières et donc de percevoir l’échec comme une
source d’apprentissage. En réalité, la connaissance de soi est un processus lent, quotidien, naturel.

2. La confiance en soi :

La confiance en soi est l’aptitude d’éprouver un sentiment favorable à son endroit, lequel
naît de la bonne opinion que la personne a d’elle-même et de la valeur qu’elle se donne.

La confiance soi serait un baromètre de notre relation avec les autres, un baromètre
psychologique construit en nous pour nous aider à détecter et pour nous pousser à éviter la menace
du rejet social.

C’est la conscience de sa valeur personnelle qu’on se reconnaît dans différents domaines. Elle
suppose une conscience de ses forces, de ses difficultés et de ses limites personnelles.

C’est un ensemble d’attitudes et de croyances qui nous permettent de faire face au monde.

3. Composantes de la confiance en soi :


a) Sentiment de sécurité (confiance) : Pour que la personne puisse se sentir en
sécurité, il faut subvenir à ses besoins essentiels. Il éprouve un sentiment de
sécurité et de confiance lorsqu’il a une vie stable dans le temps, l’espace et
dans ses relations avec les autres.

b) Sentiment d'identité : Les enfants qui se connaissent et s'acceptent, avec


leurs forces et leurs faiblesses, sont capables de se faire une place dans un
groupe sans avoir à utiliser la force ou la résistance passive (se faire oublier).
L'enfant qui s'accepte est aussi capable d'accepter l'autre et ne cherchera
pas à le dominer ou à l'admirer de façon exagérée. Il saura établir des
relations saines.

c) Sentiment d'appartenance : L’individu a besoin de savoir qu’il compte aux


yeux des autres. Ce que les autres lui disent, ce qu’ils pensent de lui, la façon
dont ils le voient l’aide à se définir, à modifier son image de lui-même et sa
valeur personnelle. Le premier lieu d'appartenance est la famille.
L’individu a besoin d'un lieu où il sait qu'il est aimé comme il est. Il peut
développer des liens de confiance et une certaine intimité lorsqu'il sait que
ceux qui l'entourent le connaissent vraiment.
d) Sentiment de compétence : Se sentir capable de faire quelque chose. C’est
au cours de ses apprentissages et surtout de ses réussites que la personne
peut progressivement développer ce sentiment de compétence personnelle.
Développer le sentiment de compétence, c'est d'abord et avant tout
connaître et accepter ses forces et ses faiblesses.
II. Développer son assertivité :

L’assertivité est la caractéristique d’une personne qui exprime avec aisance son point de vue
et ses intérêts, sans anxiété, sans dénier ceux des autres.

Etre assertif c’est pouvoir :

• Négocier pour obtenir ce que je veux sans léser les autres.

• Renforcer mon autonomie et mon efficacité.

• Assumer mes responsabilités.

• S’exprimer face à un groupe.

• Affirmer mes besoins, mes droits, mes sentiments…

• Faire face aux conflits, à l’agressivité, aux critiques.

• Dire non lorsque je l’estime nécessaire.

• Formuler une critique constructive.

• Déjouer les jeux psychologiques, les manipulations.

• Accepter et gérer un refus.

L’assertivité s’oppose à trois autres attitudes :

 La passivité ou la fuite

 L’agression

 La manipulation

III. Renforcer son estime et sa confiance en soi :

L’affirmation de soi consiste en la capacité d’exprimer ses émotions, ses pensées et ses
opinions de même que de défendre ses droits tout en respectant ceux des autres, ceci de façon
directe, honnête et appropriée.
L’apprentissage de l’affirmation de soi a donc pour but d’aider une personne à mieux
connaitre et à mieux utiliser certaines notions :
 Les émotions, les pensées et les opinions. Apprendre à bien identifier ses émotions,
ses pensées et ses opinions.
 Les droits, apprendre à reconnaitre ses droits de même que ceux des autres.
 La communication, S’entrainer à utiliser les moyens appropriés pour améliorer la
qualité des échanges interpersonnels, c’est-à-dire faire savoir clairement ses
émotions, ses pensées et ses opinions et faire respecter ses droits tout en respectant
ceux des autres.

Pour conclure :
« L’estime de soi est la conscience acquise à travers les années de sa valeur personnelle ainsi que des
forces, des qualités et des habiletés qui permettent à une personne de vivre en harmonie avec elle-
même et les autres.
Elle constitue une réserve consciente des forces qui l’aident à surmonter des épreuves et à gérer le
stress de la vie, et c’est en ce sens qu’elle est un passeport pour la vie. »
(Germain Duclos dans : L’estime de soi, un passeport pour la vie)

Vous aimerez peut-être aussi