Vous êtes sur la page 1sur 5

Economie monétaire et financière II - S4 –

Section 1-2-3 et 4
TD 4
Equipe pédagogique : Pr. Amina HAOUDI – Pr. Assia ZERIOUH

-------------------------------------------------------

Eléments de réponse

1. Comment est structuré le système bancaire


marocain ?
Le système bancaire marocain est composé de :
• La banque centrale (BAM) ;
• 19 banques classiques dont trois principales qui sont :
Attijariwafa Bank, la Banque Populaire et BMCE Bank et qui
accaparent 64,3% du total bilan du secteur à fin juin 2019,
avec un recul de 1,1% par rapport à fin 2018 ;
• 5banques participatives qui sont en nette progression et qui
concernent les financements immobiliers à hauteur de 90 %
et les financements automobiles à hauteur de 8 % ;
• 28 sociétés de financement ;
• 6 banques offshore ;
• 13 associations de micro-crédit ;
• 13 établissements de paiement.
Le secteur bancaire marocain est passé de 21 banques en 2000 à 16
banques en 2006 pour atteindre 19 banques en 2015, une période
qui a été marquée par des opérations de fusion-absorption, des
nouveaux octrois d’agrément et des changements dans la structure
de l’actionnariat.
Le secteur bancaire a pu enregistrer en fin juin 2019 une
croissance de 10% des bénéfices par rapport à 2018, et ce, suite à
l'évolution du PNB et du Résultat brut d'exploitation durant la
même période

2. Analyser la variation du taux de bancarisation au


Maroc
Le taux de bancarisation a évolué de 2 points à fin juin 2019, par
rapport à fin 2018 et 5 points par rapport à fin 2017. Ainsi les dépôts
à la clientèle sont détenus à raison de 64,2% par Attijariwafa Bank, la
Banque Populaire et BMCE Bank. L’ensemble des dépôts sont répartis
comme suit :
• Les comptes à vue créditeurs accaparent une grande part et
gagnent 80 pdb par rapport à fin 2018,
• Les comptes d'épargne viennent en deuxième lieu et gagnent
60 pdb durant la même période,
• Tandis que les dépôts à terme reculent d'un point à fin juin
2019.

A noter que la répartition régionale des guichets, dépôts et crédits


est restée globalement stable, en comparaison avec les années
précédentes, seulement 9 guichets bancaires ont été ajoutés depuis
fin 2018

- La région de Casablanca-Settat représente une part de 29% des


guichets, 39% des dépôts et 64% des crédits.
- La région de Rabat-Salé-Kenitra avec 15% des guichets, 17% des
dépôts et 16% des crédits.
- La région de Fès-Meknès représente 11% des guichets, plus de 8%
des dépôts et environ 4% des crédits.

Cette timide augmentation (presque une stagnation) du taux de


bancarisation est due principalement à :
- Faible éducation financière
- Les services bancaires «hors de prix»
- La préférence des populations ciblées reste toujours l’informel
- Une rupture de confiance
- La concentration du réseau sur l’axe Casablanca – Kenitra
- Le faible niveau de revenus des personnes non bancarisées
- Le manque de proximité des banques

Pour contourner cette limite les banques ne doivent elles pas faire
évoluer leur modèle de distribution en élargissant plus le marché aux
Fintech qui allient finance et technologie ?

3. Comment sont structurés les crédits au Maroc


4. Est-ce que le système bancaire marocain arrive à réaliser la
performance ?

- Les crédits sont structurés comme suit :


• Les crédits à long terme représentent la majorité des crédits
octroyés et gagnent 70 pdb par rapport à fin 2018.
• Les crédits à moyen terme et les créances en souffrance
gagnent 20 pdb au détriment.
• Les crédits à court terme perdent 1,1 point durant la même
période.

- L’évaluation de la performance du secteur bancaire constitue une


mesure et un indicateur efficace pour examiner le dynamisme
économique d’un pays.
✓ Le secteur bancaire marocain a affiché des réalisations à la
hausse que ce soit au niveau national qu’international.

En effet, au niveau national le secteur a connu une évolution des


nombres de GAB jusqu’au 2018 au niveau du pays. Aussi Les encours
des crédits à la clientèle ont affiché une évolution à la hausse entre
2013 et 2018, avec une progression légère de 0.1% entre 2017 et
2018 pour les crédits dédiés aux ménages.
✓ Grâce à la politique de décloisonnement des activités
bancaires menée à partir des années 90, les groupes
bancaires marocains se sont vues dotés d’un nouveau
business model de banques universelles et ont assuré une
présence remarquable l’échelle internationale, (35 groupes
à fin 2018, dont 27 sur le continent africain, 7 en Europe et 1
en Asie) dont la forte concentration se situe dans L’Afrique
de l’Ouest avec un total de 10 entités.
✓ Le secteur bancaire marocain a pu préserver sa rentabilité
grâce à son modèle d’activités diversifié sur le plan sectoriel
et géographique malgré la baisse du ROE au cours des 5
dernières années.
✓ Grâce à leur présence à l’international et à la bonne tenue
de leurs activités de marché, les grands groupes bancaires
marocains ont annoncé de très bons résultats 2014 et de
bonnes performances au titre de l'année 2018. Que ce soit
au niveau national qu’international. Néanmoins le système
bancaire marocain est, au sein des pays émergents, un des
systèmes qui génèrent le moins de revenus par agence, ne
serait- il pas là la traduction d’un environnement
extrêmement concurrentiel.
Ce sont les performances internes du secteur bancaire marocain qui
ont permis à certains groupes bancaires leaders de diversifier leur
activité à l’international, notamment en Afrique.
Il faut préciser que selon la BEI (la Banque européenne
d’investissement) dans son dernier rapport sur le secteur bancaire
en Afrique, le Maroc se distingue notamment des pays de l’Afrique
du Nord où le secteur bancaire est l’un des plus développés du
continent.
✓ Concernant la performance du secteur bancaire dans le

financement de l’économie, En termes de crédits au secteur


privé rapportés au PIB, Le crédit au secteur privé représente
plus de 80% du PIB au Maroc dépassant ainsi l’Italie (77%) et la
Turquie (68%). En Afrique, il devance la Tunisie (68%), le
Sénégal (28%), la Côte d’Ivoire26%), ou encore l’Égypte (26%)
et l’Algérie (25%). (Le matin 04 mars 2020)

On peut dire que le secteur bancaire marocain est très mature en


termes de financement de l’économie

Vous aimerez peut-être aussi