Vous êtes sur la page 1sur 160

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA

Fitiavana - Tanindrazana – Fandrosoana

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE, DE L’EAU


ET DES HYDROCARBURES

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

SDAUM

RAPPORT SUR LES ÉTUDES PRÉLIMINAIRES

ÉLABORATION DES SCHÉMAS DIRECTEURS


D’ASSAINISSEMENT DES HUIT VILLES SECONDAIRES DE
MADAGASCAR

Septembre 2019
Ville de Toliara
REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA
Fitiavana - Tanindrazana – Fandrosoana

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE, DE L’EAU


ET DES HYDROCARBURES

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

SDAUM

RAPPORT SUR LES ÉTUDES PRÉLIMINAIRES

ÉLABORATION DES SCHÉMAS DIRECTEURS


D’ASSAINISSEMENT DES HUIT VILLES SECONDAIRES DE
MADAGASCAR

Septembre 2019
A 18/018/DO Septembre 2019 Édition originale S.T S.T S.K

Indice N° Projet Date Modifications Réalisé par : Revu par : Approuvé par :
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 1

TABLE DES MATIÈRES


LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................... 5

LISTE DES FIGURES .............................................................................................................. 8

LISTE DES PHOTOS............................................................................................................. 10

LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS ............................................................................. 11

I. INTRODUCTION ........................................................................................................... 13
1.1. CONTEXTE DE L’ÉTUDE.................................................................................. 13
1.2. OBJECTIFS DE L’ÉTUDE.................................................................................. 13
1.3. PHASAGE DE L’ÉTUDE .................................................................................... 14
1.4. LIVRABLES À REMETTRE AU CLIENT ............................................................ 14
1.5. CONTENU ET ORGANISATION DU PRÉSENT RAPPORT .............................. 15
1.6. DONNÉES ADMINISTRATIVES ........................................................................ 15
1.7. PÉRIMÈTRE DE L’ÉTUDE ................................................................................ 16

II. ÉTAT DES LIEUX DE L’ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES ET DES BOUES DE
VIDANGE............................................................................................................................... 18
2.1. ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DES EAUX USÉES ET EXCRÉTA ........... 18
2.1.1. Mode actuel de gestion .......................................................................... 18
2.1.2. Ouvrages et équipements d’assainissement publics............................... 20
2.1.3. Gestion des eaux usées et excréta au niveau des ménages .................. 22
2.1.4. Avis sur un projet d’amélioration de l’assainissement ............................. 26
2.2. GESTION DES BOUES DE VIDANGE .............................................................. 28
2.3. SYNTHÈSE DE LA GESTION DES EAUX USÉES ET EXCRÉTA..................... 28

III. INVENTAIRE DES ACTIONS POTENTIELLES POUR AMÉLIORER LA SITUATION DE


L’ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES ET DES BOUES DE VIDANGE .......................... 29
3.1. DONNÉES DE BASE ......................................................................................... 29
3.1.1. Horizon de projet .................................................................................... 29
3.1.2. Populations............................................................................................. 29
3.1.3. Données topographiques........................................................................ 30
3.1.4. Température ........................................................................................... 32
3.1.5. Pluviométrie............................................................................................ 32
3.1.6. Typologie de l’habitat.............................................................................. 32

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 2

3.1.7. Consommation spécifique d’eau potable ................................................ 37


3.1.8. Caractérisation des eaux usées.............................................................. 38
3.1.9. Objectifs de qualité et niveau de traitement des eaux usées .................. 39
3.1.10. Potentiel de réutilisation ......................................................................... 41
3.2. OBJECTIFS ET PRINCIPES DE BASE DES ÉTUDES DES ACTIONS
POTENTIELLES D’AMÉLIORATION DE LA SITUATION ACTUELLE ............... 42
3.2.1. Objectifs ................................................................................................. 42
3.2.2. Principes généraux ................................................................................. 43
3.3. DÉFINITION DES MODES D’ASSAINISSEMENT ENVISAGEABLES ............... 43
3.3.1. Système d’assainissement collectif ........................................................ 44
3.3.2. Système d’assainissement autonome..................................................... 45
3.3.3. Système d’assainissement semi-collectif ................................................ 46
3.3.4. Choix d’un mode d’assainissement ........................................................ 46
3.4. DÉFINITON DES MODES DE TRAITEMENT ENVISAGEABLES POUR LES EAUX
USÉES............................................................................................................... 53
3.4.1. Description des technologies de traitement adaptées ............................. 53
3.4.2. Choix d’une option de traitement des eaux usées .................................. 61
3.5. DÉFINITION DES MODES DE TRAITEMENT ENVISAGEABLES POUR LES
BOUES DE VIDANGE ....................................................................................... 63
3.5.1. Définition des options envisageables pour le traitement des boues de
vidange................................................................................................... 63
3.5.2. Choix d’une option de traitement des boues de vidange ......................... 71

IV. ÉTUDES DE FAISABILITÉ DES VARIANTES D’ASSAINISSEMENT.......................... 73


4.1. ÉTUDES DES VARIANTES DE RESEAU DE COLLECTE DES EAUX USÉES 73
4.1.1. Définition des variantes .......................................................................... 73
4.1.2. Évaluation des débits collectés............................................................... 73
4.1.3. Principe .................................................................................................. 76
4.1.4. Méthodes et outils de calcul ................................................................... 76
4.1.5. Variante 1 : Stations de pompage en cascade........................................ 79
4.1.6. Variante 2 : Refoulement direct vers la STEP ......................................... 84
4.2. ÉTUDE DES VARIANTES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES .................... 89
4.2.1. Variante 1 : Traitement de type lagunage simple .................................... 89

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 3

4.2.2. Variante 2 : Traitement de type boues activées ...................................... 94


4.2.3. Site de la station de traitement ............................................................. 101
4.3. ÉTUDE DES VARIANTES D’ASSAINISSEMENT AUTONOME....................... 104
4.3.1. Zones concernées ................................................................................ 104
4.3.2. Définition des solutions d’assainissement individuels envisageables.... 105
4.3.3. Choix des ouvrages d’assainissement autonome pour chaque zone .... 115
4.3.4. Études techniques des ouvrages d’assainissement autonome ............. 117
4.3.5. Toilettes publiques................................................................................ 121
4.3.6. Camions de vidange ............................................................................. 122
4.3.7. Estimation des besoins en ouvrages individuels ................................... 122
4.4. ÉTUDE DES VARIANTES DE TRAITEMENT DES BOUES DE VIDANGE ..... 123
4.4.1. Débit de boues de vidange ................................................................... 123
4.4.2. Charges polluantes pour les boues de vidange .................................... 124
4.4.3. Conception de la station de traitement des boues de vidange .............. 124
4.4.4. Variante 1 : Lits de séchage simples .................................................... 125
4.4.5. Variante 2 : Lits de séchage plantés ..................................................... 127

V. COMPARAISON TECHNICO-ÉCONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DES


VARIANTES ........................................................................................................................ 131
5.1. PRINCIPES ..................................................................................................... 131
5.2. RÉSEAU DE COLLECTE DES EAUX USÉES ................................................. 131
5.2.1. Critère de comparaison ........................................................................ 132
5.2.2. Analyse comparative des variantes de collecte des eaux usées ........... 132
5.2.3. Choix d’une variante de collecte des eaux usées ................................. 136
5.3. TRAITEMENT DES EAUX USÉES .................................................................. 136
5.3.1. Critère de comparaison ........................................................................ 136
5.3.2. Analyse comparative des variantes ...................................................... 137
5.3.3. Choix d’une variante de traitement des eaux usées.............................. 141
5.4. ASSAINISSEMENT AUTONOME .................................................................... 142
5.4.1. Critères de choix .................................................................................. 142
5.4.2. Ouvrages retenus ................................................................................. 142
5.5. TRAITEMENT DES BOUES DE VIDANGE...................................................... 142

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 4

5.5.1. Critères de comparaison....................................................................... 142


5.5.2. Analyse comparative des variantes ...................................................... 143
5.5.3. Choix d’une variante de traitement des boues de vidange .................... 145
5.6. SYSTÈME PROPOSÉ POUR LA GESTION DES EAUX USÉES ET DES
EXCRÉTA ........................................................................................................ 145
5.6.1. Zonage de l’assainissement ................................................................. 145
5.6.2. Ouvrages et équipements proposés ..................................................... 146

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................ 148

ANNEXE : CARTES ILLUSTRATIVES................................................................................ 149

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 5

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Populations aux différents horizons considérés ................................................... 29


Tableau 2 : Variation de la température moyenne annuelle dans la ville de Toliara ................ 32
Tableau 3 : Précipitations annuelles à Toliara ........................................................................ 32
Tableau 4 : Typologie des zones d’habitat.............................................................................. 33
Tableau 5 : Typologie des zones hors habitat ........................................................................ 34
Tableau 6 : Évolution des consommations d’eau de 2014 à 2018 .......................................... 37
Tableau 7 : Évolution des consommations spécifiques en eau ............................................... 37
Tableau 8 : Valeurs limites des paramètres à respecter suivant la classe de cours d’eau ...... 39
Tableau 9 : Recommandations relatives à la qualité microbiologique pour l’utilisation des eaux
usées en agriculture (OMS, 1989) ................................................................................... 41
Tableau 10 : Modes d’assainissement proposés pour chaque zone ....................................... 50
Tableau 11 : Avantages et inconvénients du procédé par boues activées .............................. 54
Tableau 12 : Avantages et inconvénients du procédé par lits bactériens ................................ 57
Tableau 13 : Avantages et inconvénients du procédé par lagunage naturel ........................... 59
Tableau 14 : Avantages et inconvénients du procédé par lagunes aérées ............................. 61
Tableau 15 : Comparaison des variantes de traitement des eaux usées ................................ 62
Tableau 16 : Avantages et inconvénients des bassins de sédimentation / épaississement..... 66
Tableau 17 : Avantages et inconvénients des lits de séchage non plantés ............................. 68
Tableau 18 : Avantages et inconvénients des lits de séchage plantés.................................... 71
Tableau 19 : Comparaison des options de traitement des boues de vidange ......................... 71
Tableau 20 : Population concernée par l’assainissement collectif........................................... 73
Tableau 21 : Débits moyens d’eaux usées à collecter à l’horizon du projet ................................ 75
Tableau 22 : Données de base de prédimensionnement des stations de pompage de la variante
1 ...................................................................................................................................... 83
Tableau 23 : Principales caractéristiques des stations de pompage de la variante 1 .............. 83
Tableau 24 : Récapitulatif des principales caractéristiques des ouvrages et équipements de la
variante 1 du réseau de collecte des eaux usées ............................................................ 83
Tableau 25 : Données de base de prédimensionnement des stations de pompage de la variante
2 ...................................................................................................................................... 88
Tableau 26 : Principales caractéristiques des stations de pompage de la variante 2 .............. 88

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 6

Tableau 27 : Récapitulatif des principales caractéristiques des ouvrages et équipements de la


variante 2 du réseau de collecte des eaux usées ............................................................ 88
Tableau 28 : Principaux paramètres de débits et de charges de pollution de la station de
traitement pour la variante 1 ............................................................................................ 89
Tableau 29 : Caractéristiques des dégrilleurs de la STEP de la variante 1 ............................. 91
Tableau 30 : Dimensionnement des bassins anaérobies ........................................................ 91
Tableau 31 : Dimensionnement des bassins facultatifs........................................................... 92
Tableau 32 : Dimensionnement des bassins de maturation .................................................... 93
Tableau 33 : Récapitulatif des principales caractéristiques de la station de traitement pour la
variante 1 ........................................................................................................................ 94
Tableau 34 : Paramètres de débits et de charges de pollution de la station de traitement pour la
variante 2 ........................................................................................................................ 94
Tableau 35 : Critères de dimensionnement des dessableurs .................................................. 97
Tableau 36 : Critères de dimensionnement des décanteurs primaires.................................... 98
Tableau 37 : Récapitulatif des principales caractéristiques de la station de traitement pour la
variante 2 ...................................................................................................................... 100
Tableau 38 : Population couverte en assainissement autonome .......................................... 104
Tableau 39 : Évaluation des volumes de boues de vidange ................................................. 124
Tableau 40 : Moyenne retenue pour les paramètres essentiels des charges de pollution ..... 124
Tableau 41 : Prédimensionnement des lits de séchage simples ........................................... 126
Tableau 42 : Prédimensionnement des lits de séchage plantés............................................ 129
Tableau 43 : Caractéristiques des deux variantes de collecte des eaux usées..................... 131
Tableau 44 : Synthèse des propositions des variantes d’assainissement collectif ................ 132
Tableau 45 : Prix unitaires des terrassements ...................................................................... 133
Tableau 46 : Prix unitaires conduites gravitaires................................................................... 133
Tableau 47 : Prix unitaires conduites PVC............................................................................ 133
Tableau 48 : Prix unitaires regards de visite ......................................................................... 134
Tableau 49 : Coûts d’investissement pour les deux variantes de collecte des eaux usées ... 135
Tableau 50 : Synthèse des propositions des variantes de traitement des eaux usées.......... 137
Tableau 51 : Coûts d’investissement pour les deux variantes ............................................... 139
Tableau 52 : Ratios pour l’évaluation des coûts d’exploitation des stations de traitement..... 140
Tableau 53 : Analyse des variantes selon le critère « coûts d’exploitation » ......................... 140
Tableau 54 : Comparaison de l’efficacité des deux variantes de traitement .......................... 143

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 7

Tableau 55 : Analyse des variantes selon le critère « besoin en surface pour le traitement » 144
Tableau 56 : Coûts d'investissement des variantes de traitement......................................... 144
Tableau 57 : Synthèse de l’analyse comparative des variantes de traitement des boues de
vidange.......................................................................................................................... 145
Tableau 58 : Caractéristiques des systèmes d’assainissement retenus................................ 146

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 8

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude .............................................................................. 17


Figure 2 : Possession de toilettes........................................................................................... 22
Figure 3 : Répartition des ménages selon le type de latrines.................................................. 23
Figure 4 : Moyens d’évacuation des eaux usées domestiques ............................................... 24
Figure 5 : Niveau de pratique de la vidange des fosses ......................................................... 24
Figure 6 : Moyens de vidange des fosses .............................................................................. 25
Figure 7 : Destination des boues vidangées ........................................................................... 25
Figure 8 : Avis sur un projet d’amélioration de l’assainissement ............................................. 26
Figure 9 : Volonté à payer ...................................................................................................... 26
Figure 10 : Plage de prix pour l’amélioration d’un système d’assainissement......................... 27
Figure 11 : Raisons à une non-participation à l’amélioration d’un système d’assainissement . 27
Figure 12 : Carte topographique de la ville ............................................................................. 31
Figure 13 : Habitat de la ville de Toliara : situation actuelle .................................................... 36
Figure 14 : Critères de choix d’un mode d’assainissement ..................................................... 48
Figure 15 : Zonage de la ville en mode assainissement ......................................................... 52
Figure 16 : Schéma de fonctionnement des boues activées................................................... 54
Figure 17 : Schéma de fonctionnement des lits bactériens..................................................... 56
Figure 18 : Schéma de fonctionnement des STEP par lagunage naturel ................................ 58
Figure 19 : Schéma de fonctionnement des lagunes aérées .................................................. 60
Figure 20 : Options potentielles de traitement des boues de vidange ..................................... 64
Figure 21 : Schéma de fonctionnement d’un bassin de décantation ....................................... 65
Figure 22 : Schéma de fonctionnement d’un lit de séchage non planté .................................. 67
Figure 23 : Schéma de fonctionnement d’un lit de séchage planté ......................................... 70
Figure 24 : Bassins de collecte des eaux usées ..................................................................... 78
Figure 25 : Ossature du réseau de collecte de la variante 1 ................................................... 80
Figure 26 : Localisation des stations de pompage de la variante 1 ......................................... 82
Figure 27 : Ossature du réseau de collecte de la variante 2 ................................................... 85
Figure 28 : Localisation des stations de pompage de la variante 2 ......................................... 87
Figure 29 : Schéma de fonctionnement des STEP par lagunage naturel ................................ 90
Figure 30 : Figure illustrative de la station à boues activées................................................... 95

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 9

Figure 31 : Localisation du site prévu pour abriter la station de traitement .......................... 103
Figure 32 : Latrine sèche ventilée à simple fosse ................................................................. 106
Figure 33 : Latrine sèche ventilée à double fosse................................................................. 107
Figure 34 : Latrines SanPlat ................................................................................................. 108
Figure 35 : Latrine à siphon à simple fosse .......................................................................... 109
Figure 36 : Latrine à siphon à double fosses ........................................................................ 110
Figure 37 : Latrine surélevée ................................................................................................ 110
Figure 38 : Fosse étanche .................................................................................................... 111
Figure 39 : Latrine Ecosan ................................................................................................... 112
Figure 40 : Puisard ............................................................................................................... 113
Figure 41 : Tranchée d’infiltration ......................................................................................... 114
Figure 42 : Fosse septique ................................................................................................... 115
Figure 43 : Principe de dimensionnement des fosses septiques .......................................... 119
Figure 44 : Schéma du système d’alimentation des lits : option A ........................................ 125
Figure 45 : Schéma de principe d’un lit planté (selon Eawag-Sandec) ................................. 128
Figure 46 : Ratios des prix des stations de pompage en fonction de leur puissance ............ 135
Figure 47 : Prix unitaire des stations de traitement boues activées ...................................... 139

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 10

LISTE DES PHOTOS

Photo 1 : Rues propres de la ville........................................................................................... 18


Photo 2 : Rejet d’eaux usées dans les caniveaux d’eaux pluviales......................................... 19
Photo 3 : Eaux usées rejetées dans la rue ............................................................................. 19
Photo 4 : Vue de l’intérieur de l’édicule public construit par WHH au niveau du marché de Scama
........................................................................................................................................ 20
Photo 5 : Vue de l’extérieur de la toilette publique .................................................................. 21
Photo 6 : État des cabinets de la toilette publique .................................................................. 21
Photo 7 : État des receveurs de douche de la latrine publique ............................................... 22
Photo 8 : Vue du site prévu pour abriter la station de traitement........................................... 101
Photo 9 : Lits de séchage plantés......................................................................................... 128

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 11

LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS

AEP Alimentation en Eau Potable


AESN Agence de l’Eau Seine-Normandie
ANDEA Autorité Nationale De l'Eau et de l'Assainissement
APD Avant-Projet Détaillé
ASA TARATRA TAny, RAno ary TRAno
ATPC Assainissement Total Piloté par la Communauté
BAD Banque Africaine de Développement
BPOR Budget Programme par Objectifs Régionaux
CCTP Cahier des Clauses Techniques Particulières
CdM Chef de Mission
CdP Coordinateur de Projet
CHD Centre Hospitalier de District
CHRR Centre Hospitalier de Référence Régionale
CHU Centre Hospitalier Universitaire
CIRA SA Conseil Ingénierie et Recherche Appliquée
CMAE/AMCOW Conseil des Ministres Africains en charge de l’Eau
CSB Centre de Santé de Base
CTD Collectivité Territoriale décentralisée
DAL Défécation à l'Air Libre
DAO Dossier d’Appel d’Offres
DRE Directions Régionales du Ministère de l’Eau
DREAH Direction Régionale de l’Eau, l’Assainissement et l’Hygiène
EAH Eau, Assainissement et Hygiène
EAST Eau Agriculture et Santé en milieu Tropical
EIES Études d’Impacts Environnementaux et Sociaux
EP Études Préliminaires
EPA Établissement Public à caractère Administratif
EPM Enquête Périodique auprès des Ménages
FAE Facilité Africaine de l’Eau
FNRE Fonds National des Ressources en Eau
GIDU Gestion Intégrée des Déchets Urbains
GIEU Gestion Intégrée des Eaux Usées

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 12

GIRE Gestion Intégrée des Ressources en Eau


HLM High Level Meeting
IDH Indicateur de Développement Humain
IEC Information Éducation Communication
INSTAT Institut National de la Statistique
JIRAMA Jiro Sy Rano Malagasy
Km Kilomètre
MEEH Ministère de l’Énergie, de l’Eau et des Hydrocarbures
mm Millimètre
OMD Objectif du Millénaire pour le Développement
ONG Organisation Non Gouvernementale
PCDEA Plan Communal de Développement Eau, Assainissement et Hygiène
PMO Plan de Mise en Œuvre
PNAEPA Programme National de l'Accès à l'Eau Potable et à l'Assainissement
PND Plan National de Développement
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PTF Partenaires techniques et financiers
Schéma Directeur et d'Aménagement de la Gestion Intégrée des Ressources en
SDAGIRE
Eau
SDAL Sans Défécation à l'Air Libre
SDAU Schéma Directeur d'Assainissement Urbain
SIDEXAM Société d’Investissement et d’Exploitation Agricole Malgache
SIGEF Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Électricité en Île de France
SOREA Société régulateur de l'Eau et de l'Assainissement
SSO-NNE Sud Sud-Ouest - Nord Nord-Est
STEAH Service Technique de l'Eau, de l'Assainissement et de l'Hygiène
STD Service Technique Déconcentré
TdR Termes de Références
USD United States Dollar
UTM Transverse Universelle de Mercator
USB Universal Serial Bus
WASH Water Sanitation and Hygiène ou Initiative pour l’eau, l’Assainissement et Hygiène
WHH Welt Hunger Hilfe

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 13

I. INTRODUCTION

1.1. CONTEXTE DE L’ÉTUDE

Les effets cumulés du changement climatique et des crises socio-politiques avec la suspension
provisoire des projets de développement à Madagascar, ont lourdement pesé sur le
développement humain et l’accès des populations aux infrastructures. En 2012, quatre (04)
malagasy sur cinq vivent en dessous du seuil de pauvreté (soit moins de 2 USD par jour). En
2017, le taux d’accès à l’assainissement est de l’ordre de 30%.
La Présidence de la République et le Gouvernement ont élaboré avec tous les partenaires et
acteurs nationaux, le Plan National de Développement (PND) couplé avec le Plan de Mise en
Œuvre (PMO) stipulant bien les 5 axes stratégiques pour la période 2015-2019 et dont les
principes fondamentaux se basent sur une synergie et coordination étatique avec la collaboration
des Partenaires Techniques et Financiers.
L’approche spatiale et territoriale du développement de Madagascar requiert surtout une
implication et appropriation des Collectivités Territoriales que sont les 22 Régions et les 1 695
Communes qui doivent harmoniser les planifications territoriales sectorielles avec le PND/PMO
et les Politiques sectorielles de l’État. La nouvelle Loi Organique 2014-018 de septembre 2014,
conférant et précisant à la Commune la compétence et donc maîtrise d’ouvrage sur la voirie, et
le secteur EAH, fortifie l’implication de ces collectivités à toutes actions allant dans le
développement et la pérennisation des systèmes mis ou à mettre en place.
Cette situation a conduit le Gouvernement à définir, une nouvelle stratégie nationale sectorielle
eau et assainissement pour la période 2013-2018 et qui a été mise à jour par la ligne directrice
du secteur 2014-2019 dont un des axes est l’élaboration de Schémas Directeurs
d'Assainissement Urbain (SDAU) pour les cinq ex-Chefs-lieux de Province (Toliara,
Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina, Antsiranana) et les villes secondaires d’Antsirabe, de
Taolagnaro et de Nosy-Be qui constituent les pôles de développement économique du pays
avec une population globale d’environ 1,6 million d’habitants.
Eu égard aux différents engagements pris par l’État Malagasy en matière d’EAH, le Ministère en
charge de l’assainissement et de l’hygiène a jugé nécessaire d’accorder la priorité à la mise en
œuvre du plan national des investissements du secteur EAH. C’est ainsi que le Ministère, pour
préparer la proposition de projet relative aux SDAU des villes suscitées, applique la stratégie
nationale sectorielle.
Ainsi et à la suite d’une consultation restreinte, le Ministère de l’eau, de l’énergie et des
hydrocarbures au Madagascar, représenté par l’Unité de Gestion du Projet de Schémas
Directeurs d’Assainissement Urbain de Madagascar (SDAUM) a confié au groupement CIRA SA
/ ASA TARATRA SARL l’élaboration de l’étude des schémas directeurs d’assainissement des
huit villes secondaires de Madagascar.

1.2. OBJECTIFS DE L’ÉTUDE

L’étude a pour objectif l’élaboration des documents contenant des propositions de solutions qui,
une fois mises en œuvre, peuvent contribuer à la satisfaction durable des besoins en
assainissement liquide (eaux usées et boues de vidange) au drainage des eaux pluviales et en

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 14

gestion des déchets solides, en vue d’améliorer les conditions sanitaires et socio-économiques
des populations des villes concernées par le projet.
La présente étude consiste à :
doter les 08 principaux centres urbains secondaires de Madagascar (les chefs-lieux des
Communes Urbaines et ensemble des Communes mitoyenne des 5 ex-provinces :
Fianarantsoa, Toliara, Antsiranana, Toamasina, Mahajanga et les pôles économiques de
développement de Madagascar : Nosy Be, Antsirabe et Taolagnaro) de Schémas Directeurs
d’Assainissement Urbain (SDAU) ;
élaborer des Études d’Impacts Environnementaux et Sociaux (EIES) ainsi que des Avant-
Projets Détaillés (APD) basés sur l’approche de gestion intégrée des eaux et déchets et
susceptibles de contribuer à leur résilience au changement climatique ;
élaborer des dossiers d’appel d’offres sur la base des Avant-Projets Détaillés (APD).

1.3. PHASAGE DE L’ÉTUDE

La présente étude se déroulera sur deux étapes comme suit :


Première étape : Élaboration des études dans une ville pilote : ville d’Antsirabe ;
Deuxième étape : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires.
Chaque étape est composée de six (06) missions à savoir :
Mission 1 : Sensibilisation à GIEU/GIDU ;
Mission 2 : Études préliminaires (EP) ;
Mission 3 : Élaboration du Schéma Directeur d’Assainissement Urbain (SDAU) ;
Mission 4 : Étude d’Impact Environnemental et Social (EIES) qui sera réalisée conformément
au DECRET N° 99-954 du 15 décembre 1999 Relatif à la mise en compatibilité des
investissements avec l'environnement. Cette mission sera réalisée simultanément avec la
mission 3 ;
Mission 5 : Élaboration des études d’Avant-Projets Détaillés (APD) : cette mission concerne
notamment les actions prioritaires qui seront déterminées pendant la mission 3 ;
Mission 6 : Préparation des Dossiers d’Appel d’Offres (DAO) relatifs aux APD.
À noter que les études détaillées (EIES, APD et DAO) seront élaborées uniquement pour quatre
(04) villes (dont Antsirabe et les trois autres parmi les 07 villes restantes) et qui seront choisies
par le Client après la validation du rapport de la mission 3 de la deuxième étape.

1.4. LIVRABLES À REMETTRE AU CLIENT

Les livrables qui seront remis au Client sont :


Rapport de démarrage ;
PowerPoint sur la GIEU et son application au cours de la mission globale et rapport de
formation/sensibilisation sur la GIEU/GIDU ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 15

Rapports sur les études préliminaires ;


Rapports provisoires sur le SDAU ;
Rapports provisoires d’EIES ;
Rapports finaux SDAU ;
Rapports finaux d’EIES ;
Rapports provisoires d’APD et DAO ;
Rapports finaux d’APD et DAO ;
Rapport table ronde des PTF N°01 ;
Rapport table ronde des PTF N°02.

1.5. CONTENU ET ORGANISATION DU PRÉSENT RAPPORT

Le présent document constitue la version définitive du rapport de mission 2 de la ville de Toliara.


Il fait suite aux ateliers de validation des versions provisoires. Il traite des études préliminaires et
comprend cinq (05) volumes :
Volume 0 : Résumés des volumes 1, 2, 3 et 4 ;
Volume 1 : Données générales ;
Volume 2 : Assainissement des eaux usées et des boues de vidange ;
Volume 3 : Drainage des eaux pluviales ;
Volume 4 : Gestion des déchets solides.
Le présent rapport est la version définitive du volume 2. Il traite des aspects liés aux eaux usées
et boues de vidange. Outre cette présente introduction, il aborde les chapitres suivants :
État des lieux de l’assainissement des eaux usées et des boues de vidange ;
Inventaire des actions potentielles pour améliorer la situation de l’assainissement des eaux
usées et des boues de vidange ;
Étude des variantes d’assainissement ;
Comparaison technicoéconomique et environnementale des variantes.

1.6. DONNÉES ADMINISTRATIVES

L’organisation administrative du projet se présente comme suit :


Bailleur de Fonds : Facilité Africaine de l’Eau (FAE) / Banque Africaine de Développement
(BAD) ;
Maître d’Ouvrage : Ministère de l’Énergie, de l’Eau et des Hydrocarbures (MEEH) ;
Maître d’Œuvre / Consultant : Groupement CIRA SAS et ASA TARATRA SARL ;
Date de démarrage du projet :
Étape 1 : 03 mai 2018 ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 16

Étape 2 : 1er Janvier 2019.


Délai prévisionnel : 24 mois y compris les délais d’approbation des livrables.

1.7. PÉRIMÈTRE DE L’ÉTUDE

Le périmètre d’étude concerne huit (08) villes, à savoir : Toliara, Taolagnaro, Fianarantsoa, Diégo
Suarez, Nosy Bé, Mahajanga, Tamatave et Antsirabe. La carte suivante présente la position des
huit villes concernées.
La ville d’Antsirabe a fait l’objet des études pour l’étape 1. La présente étape 2 traite des sept
(07) autres villes du projet.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 17

Figure 1 : Localisation de la
zone d’étude1

1
Source : CIRA SAS/ ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 18

II. ÉTAT DES LIEUX DE L’ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES ET


DES BOUES DE VIDANGE

2.1. ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DES EAUX USÉES ET EXCRÉTA

2.1.1. Mode actuel de gestion


Du point de vue de la gestion des eaux usées et excréta, la ville de Toliara est composée de
deux parties nettement différentes.
La première partie englobe le centre-ville. Cette zone concentre une grande partie de
l’administration, des services et des commerces ;
La deuxième partie concerne l’ensemble des autres quartiers de la ville.
La première partie est caractérisée par une bonne propreté des rues et des voies. En effet, le
réseau en principe prévu pour le drainage des eaux pluviales est en réalité un réseau unitaire
sur lequel sont branchés la quasi-totalité des toilettes et salles d’eau des maisons, services et
administrations situés dans la zone. L’état fermé des canalisations fait que les eaux usées
rejetées dans celles-ci ne sont pas visibles. La zone est ainsi relativement propre. Des rejets
d’eaux usées dans la rue sont quasi absents.

Photo 1 : Rues propres de la ville

Toutes les eaux usées collectées dans cette zone sont rejetées directement dans la mer.
Le reste de la ville est composée de quartiers qui :
soit ne disposent pas de réseau de drainage : dans ce cas, les eaux usées sont rejetées
dans les rues ou dans les fossés en terre existants ;
ou sont pourvus d’un réseau de drainage sous forme de canaux à ciel ouvert. Les canaux
sont alors utilisés comme réceptacle des eaux usées.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 19

Photo 2 : Rejet d’eaux usées dans les caniveaux d’eaux pluviales

Certains ménages déversent leurs eaux usées directement dans la rue.

Photo 3 : Eaux usées rejetées dans la rue

Pour la gestion des eaux vannes et excréta, la plupart des ménages disposent de latrines de
type traditionnel. Une partie des ménages notamment ceux vivant dans les périphéries de la ville
ne disposent pas de toilettes.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 20

2.1.2. Ouvrages et équipements d’assainissement publics

La ville de Toliara compte un certain nombre de latrines publiques. Deux (02) d’entre elles ont été
visitées : celle construite par l’ONG WHH (Welt Hunger Hilfe) au niveau du marché de Scama et une
autre dans un quartier de la ville.

La toilette publique construite par WHH depuis 2017 n’a jamais été utilisée car l’ONG veut une gestion
privée de la latrine. Elle est composée de quatre (04) cabines d’aisance et de deux (02) lavabos.

Photo 4 : Vue de l’intérieur de l’édicule public construit par WHH au niveau du marché de Scama

L’autre toilette publique visitée comporte quatre (04) cabines d’aisance, quatre (04) pissoirs non
fonctionnels et quatre (04) receveurs de douche (02 dans chaque compartiment). Pour les receveurs
de douche, il n’y a que deux (02) qui sont fonctionnels.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 21

Photo 5 : Vue de l’extérieur de la toilette publique

Les cabines d’aisance ne sont pas bien entretenues et sont en mauvais état comme indiqué sur la
photo suivante.

Photo 6 : État des cabinets de la toilette publique

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 22

Photo 7 : État des receveurs de douche de la latrine publique

La gestion de la toilette publique est assurée par la commune. Les tarifs payés par les usagers
sont de 200 Ar pour les urines, 300 Ar pour les WC et 500 Ar pour la douche.

2.1.3. Gestion des eaux usées et excréta au niveau des ménages


Existence de toilettes

Près de 85% des ménages enquêtés possèdent une toilette. Le reste soit 15% n’en possèdent
pas et font leur besoin soit chez leur voisin, soit aux édicules publics, soit dans la nature.

15%

OUI
NON

85%

Figure 2 : Possession de toilettes

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 23

Typologie des toilettes

Parmi les ménages disposant d’une latrine, la majorité (75.4%) utilise des latrines traditionnelles.
Les autres (13%) ont soit des latrines améliorées à fosse ventilée (13%), soit des latrines à
chasse manuelle (7.8%), soit des latrines avec fosse septique (3.5%) ou d’autres systèmes
(0.3%).

Autres Systèmes 0.3%

latrine à chasse manuelle (TCM) 7.8%

latrine traditionnelle 75.4%

Fosse Septique 3.5%

latrine améliorée à fosse ventilée (VIP) 13.0%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%

Figure 3 : Répartition des ménages selon le type de latrines

En prenant en compte les ménages n’ayant pas de latrines, il ressort des enquêtes les chiffres
suivants sur l’ensemble de la ville :

15% sans toilettes ;


64.1% latrines traditionnelles ;
0.3% Autres systèmes ;
3% fosses septiques ;
11% latrines améliorées avec fosses ventilées ;
6.6% toilettes à chasse manuelle.
Il ressort de ces résultats que 79% des ménages de la ville ne disposent pas d’un ouvrage
d’assainissement adéquat.

Moyens d’évacuation des eaux usées

Les eaux usées domestiques sont évacuées de manières différentes au sein des ménages. En
effet, la moitié des ménages (50%) verse leurs eaux usées dans la cour, 33% les évacuent dans
un puits perdu, 12% dans la rue, 4% dans leurs toilettes et le reste soit 1% les évacuent
autrement.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 24

1%

4%
12%

33%
50%

Autres Dans les toilettes Dans la cour Dans un puits perdu Dans la rue

Figure 4 : Moyens d’évacuation des eaux usées domestiques

Vidange des fosses

63% des ménages enquêtés déclarent avoir une fois vidangé leur fosse. Une partie (33%) ne
vide pas leur fosse tandis que 4% estiment ne pas savoir si leur fosse a été une fois vidée.

33%
OUI
NSP

63% NON
4%

Figure 5 : Niveau de pratique de la vidange des fosses

Moyens de vidange des fosses

Les ménages qui vident leur fosse le font manuellement pour 95% des cas. Seuls 5% des
ménages font recours à un opérateur de vidange mécanique.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 25

5%

camion (aspirateur)
manuellement

95%

Figure 6 : Moyens de vidange des fosses

Coût de la vidange

Les résultats des enquêtes montrent que le coût de la vidange s’élève entre 2 000 et 300 000 Ar
avec une moyenne de 22 890 Ar. Le montant payé pour la vidange dépend des moyens utilisés
: vidange manuelle ou mécanique.

Destination des boues vidangées

Le contenu vidangé des fosses sont déposés dans plusieurs endroits non adéquats tels que les
concessions (60.2%), les dépôts de transit des déchets (23.6%), les dépotoirs sauvages (1.9%)
etc. Cependant, 13.5% des ménages ne savent pas où vont les boues vidangées.

terrain de maraîchage 0.5%

Ne sait pas 13.5%

dépotoir sauvage 1.9%

dans la concession 60.2%

Dans la rue 0.3%

dépôt de transit des déchets 23.6%

0.0% 10.0% 20.0% 30.0% 40.0% 50.0% 60.0% 70.0%

Figure 7 : Destination des boues vidangées

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 26

2.1.4. Avis sur un projet d’amélioration de l’assainissement


Participation au projet

Le graphique suivant montre que près de 69% des ménages enquêtés sont favorables pour
participer activement à une gestion améliorée des eaux usées domestiques.

25%
OUI
NSP
6%
NON
69%

Figure 8 : Avis sur un projet d’amélioration de l’assainissement

Volonté à payer

Le graphe ci-dessous montre que 49% des ménages sont prêts à payer pour l’amélioration de
leur système d’assainissement.

OUI
51% 49%
NON

Figure 9 : Volonté à payer

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 27

Le graphique ci-après montre que plus de la majorité des ménages (97.7%) sont prêts à payer
si le montant de l’adhésion ne dépasse pas 100 000 Ar et 2.3% pour une contribution entre 100
000 et 200 000 Ar. Cette contribution ne se fait qu’une seule fois. C’est au moment de la
construction des ouvrages que les ménages s'en acquittent.

100% 97.7%

90%

80%
70%

60%

50%

40%
30%

20%

10%
2.3%
0%
Moins de 100 000 Ar Entre 100 000 et 200 000 Ar

Figure 10 : Plage de prix pour l’amélioration d’un système d’assainissement

Ceux qui ne sont pas prêts à payer pour l’amélioration de leur système d’assainissement (51%)
avancent diverses raisons : certains par défaut de moyen financier, d’autres disent que leur
système est déjà bien, d’autres estiment que ce n’est pas une priorité pour eux et le reste évoque
d’autres raisons.

2%

9%

16%

73%

Autres Défaut de moyen financier


Mon système est déjà bien Pas une priorité pour moi

Figure 11 : Raisons à une non-participation à l’amélioration d’un système d’assainissement

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Y:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 28

2.2. GESTION DES BOUES DE VIDANGE

La ville de Toliara ne dispose pas d’infrastructures publiques de gestion des boues de vidange :
pas de stations de traitement des boues ni de camion de vidange.

2.3. SYNTHÈSE DE LA GESTION DES EAUX USÉES ET EXCRÉTA

La gestion des eaux usées et excréta pour la ville de Toliara peut être résumé comme suit :
La quasi-totalité des toilettes et salles d’eau des maisons situées dans la zone du centre-
ville sont branchées au réseau de drainage des eaux pluviales qui est, en fait, un réseau
unitaire. Toutes ces eaux usées collectées sont rejetées directement dans la mer ;
Pour les autres quartiers, les eaux usées sont généralement rejetées dans la cour (50%) ou
dans un puits perdu (33%) ;
Les ouvrages de gestion des excréta sont dans la majorité des latrines traditionnelles (64%
des ménages et 15% des ménages sont sans latrines). En gros, 79% des ménages de la
ville ne disposent pas d’un ouvrage d’assainissement adéquat ;
Parmi les ménages qui vident leurs fosses (63%), seuls 5% font appel à un opérateur de
vidange mécanique.
Par ailleurs, 49% des ménages sont prêts à payer pour l’amélioration de leur système
d’assainissement dont 2.3% pour une contribution entre 100 000 et 200 000 Ar et 97.7% pour
moins de 100 000 Ar.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 29

III. INVENTAIRE DES ACTIONS POTENTIELLES POUR AMÉLIORER


LA SITUATION DE L’ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES ET DES
BOUES DE VIDANGE

3.1. DONNÉES DE BASE

3.1.1. Horizon de projet


L’année 2018 correspondant à l’année de démarrage des études sera considérée comme
horizon de référence. L’année 2040 qui correspond à une projection sur 22 ans est retenue
comme horizon de projet. Toutes les projections et les propositions seront effectuées sur cette
base. Les années 2020, 2030 et 2035 seront prises comme horizons intermédiaires pouvant
correspondre à la réalisation de tranches de la variante qui sera finalement retenue.

3.1.2. Populations
Les populations aux différents horizons sont déjà évaluées dans le Volume 1 du rapport
(Données générales). Le tableau suivant donne ces populations.
Tableau 1 : Populations aux différents horizons considérés
Populations
Fokontany
2007 2018 2020 2025 2030 2035 2040
Tanambao I 2 750 4 233 4 579 5 570 6 777 8 246 10 032
Tanambao Morafeno 6 663 10 258 11 095 13 499 16 423 19 982 24 311
Toliara Centre 3 077 4 737 5 123 6 233 7 584 9 227 11 226
Tsianengea 7 493 11 535 12 476 15 179 18 468 22 469 27 337
Amborogony Tanambao 3 339 5 141 5 560 6 765 8 231 10 014 12 184
Amborogony 2 450 3 772 4 079 4 963 6 039 7 347 8 939
Ampasikibo 5 557 8 555 9 253 11 258 13 697 16 664 20 275
Sanfily 1 570 2 417 2 614 3 181 3 870 4 708 5 728
Tanambao II TSF Nord 2 578 3 969 4 292 5 222 6 354 7 730 9 405
Ankatsaka 2 122 3 267 3 533 4 299 5 230 6 364 7 742
Konkasera 2 310 3 556 3 846 4 680 5 693 6 927 8 428
Andabizy 1 780 2 741 2 964 3 607 4 388 5 339 6 495
Mahavatse I Tanambao 3 110 4 788 5 178 6 300 7 665 9 326 11 346
Tanambao Motombe 4 425 6 812 7 368 8 964 10 906 13 269 16 144
Mahavatse I Est 2 665 4 103 4 438 5 400 6 569 7 993 9 724
Mahavatse I Ouest 2 108 3 245 3 510 4 270 5 196 6 321 7 691
Ankiembe bas 2 010 3 094 3 347 4 072 4 954 6 027 7 333
Ankiembe haut 1 660 2 555 2 764 3 363 4 091 4 978 6 056
Tsimenatse III 709 1 091 1 180 1 436 1 747 2 125 2 586
Tsimenatse I Ouest 4 180 6 435 6 960 8 468 10 303 12 535 15 251
Tsimenatse I Est 4 262 6 561 7 097 8 634 10 505 12 781 15 550
Tsimenatse II 14 183 21 834 23 616 28 732 34 957 42 531 51 745
Mahavatse II Est Ambararata 6 237 9 602 10 385 12 635 15 372 18 703 22 755
Mahavatse II Ouest 4 625 7 120 7 701 9 369 11 399 13 869 16 874
Betania Centre 4 786 7 368 7 970 9 696 11 797 14 353 17 462
Andaboly 9 017 13 881 15 014 18 267 22 224 27 039 32 897
Mangabe 1 880 2 894 3 131 3 809 4 634 5 638 6 860
Betania Ouest 4 246 6 537 7 070 8 602 10 465 12 733 15 491
Betania Ankilifaly 1 058 1 629 1 762 2 143 2 607 3 172 3 860

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 30

Populations
Fokontany
2007 2018 2020 2025 2030 2035 2040
Betania Tanambao 10 059 15 486 16 750 20 379 24 794 30 165 36 701
Antaninarenina 3 632 5 591 6 048 7 358 8 952 10 891 13 251
Sakabera 1 115 1 716 1 857 2 259 2 748 3 344 4 068
Tsongobory 2 574 3 963 4 286 5 214 6 344 7 719 9 391
Anketraka 2 341 3 605 3 899 4 743 5 771 7 021 8 543
Antaravay Salimo 2 044 3 147 3 403 4 141 5 038 6 129 7 457
Anketa bas 5 287 8 139 8 803 10 710 13 031 15 854 19 289
Anketa haut 1 530 2 355 2 548 3 099 3 771 4 588 5 582
Ambohitsabo 3 602 5 545 5 997 7 297 8 878 10 801 13 141
Betaritarika 2 369 3 647 3 945 4 799 5 839 7 104 8 643
Besakoa 3 163 4 869 5 267 6 408 7 796 9 485 11 540
Tsianaloka 3 172 4 883 5 282 6 426 7 818 9 512 11 573
Total 153 741 236 677 255 990 311 451 378 927 461 023 560 905

3.1.3. Données topographiques


Pour les besoins des études préliminaires, une carte topographique est élaborée sur la base des
courbes SRTM (Shuttle Radar Topography Mission). Bien que les altitudes issues des images
SRTM ne soient pas très précises, la génération de la carte topographique permet d'apprécier la
morphologie générale de la zone d'étude avec une précision suffisante pour la définition des
bassins versants et le tracé et le calage des collecteurs principaux. La carte topographique sera
réalisée en suivant les étapes ci-après :
sur la base de la carte Google Earth Professionnel, les limites de la ville ont été délimitées
aussi bien à l’état actuelle que sur les projections en fonctions des données collectées (plan
directeur d’urbanisme au cas échéant) ;
le contour délimité sur Google Earth Professionnel permet d’accéder, à l’aide du logiciel
Global Mapper et d’une connexion internet, aux images SRTM (Shuttle Radar Topography
Mission) de la base de données de la NASA (National Aeronautics and Space
Administration). Il s’agit de fichiers matriciels et vectoriels topographiques fournis par la
NASA ;
les points topographiques sont ainsi exportés au format TIFF sous forme d’image. Ensuite
ce même logiciel est utilisé pour la génération des courbes de niveaux ;
avec les courbes de niveau générées, une matrice est créée afin de disposer de points
topographiques sur l’ensemble de la ville et ses environs. La matrice ainsi créée est exportée
au format XYZ ;
le fichier Excel créé est utilisé pour élaborer des cartes topographiques avec le logiciel et
des modèles numériques de terrain avec le logiciel Mensura pour le calage des
canalisations.
Les données topographiques ainsi générées ont une précision largement suffisante (de l’ordre
de quelques dizaines de cm) pour le tracé et le calage de réseaux d’assainissement des eaux
usées et de drainage des eaux pluviales.
La carte suivante donne la topographie de la commune urbaine de Toliara.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 31

Figure 12 : Carte topographique de la


ville 2

2
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 32

3.1.4. Température
La ville de Toliara est classée parmi les plus chaudes de Madagascar avec ses températures
moyennes annuelles de l’ordre de 24°C à 25°C et qui peuvent dépasser fréquemment les 35°C
durant l’été austral. L’amplitude thermique est assez forte. Elle varie de 7 à 10°C.
Le tableau suivant présente les températures maximales et minimales enregistrées à Toliara.
Tableau 2 : Variation de la température moyenne annuelle dans la ville de Toliara

Mois Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept Oct. Nov. Déc

Tmax (°C) 33.3 32 32 31.8 29.4 27.9 27.4 27.1 28.6 30.1 30.9 32.7

Tmin (°C) 22.3 21.7 20.6 18 15.5 15.1 14 14 15.7 18 20.2 21.7

Moyenne (°C) 27.8 26.8 26.3 24.9 22.4 21.5 20.7 20.5 22.1 24 25.5 27.2

3.1.5. Pluviométrie
La région d’Atsimo Andrefana dont Tuléar est le chef-lieu partage avec la région d’Androy un
climat de type subaride voire subdésertique unique à Madagascar. Le climat est caractérisé par
une longue saison sèche qui dure 8 mois (parfois plus) entre Avril et Octobre et par une chaleur
intense toute l’année. À ce type de climat s’associe une pluviosité rare, irrégulière, inégalement
répartie dans le temps et dans l’espace mais souvent diluvienne.
Tableau 3 : Précipitations annuelles à Toliara
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
76 73 35 10 17 10 4 4 9 15 33 57

3.1.6. Typologie de l’habitat

3.1.6.1. Situation actuelle

Quatre (04) critères sont retenus par le PUDi pour l’établissement de la typologie d’habitat :

- Critère 1 : Standing de l’habitat ;


- Critère 2 : Statut foncier d’occupation ;
- Critère 3 : Densité d’occupation des quartiers ;
- Critère 4 : Histoire de la ville.

Le tableau suivant donne la typologie des zones d’habitat sur la base des critères précités.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 33

Tableau 4 : Typologie des zones d’habitat

Type Caractéristiques
Le centre historique comprend le premier noyau de la ville, construit lors de
la colonisation. Il comprend les quartiers de Toliara Centre, Tanambao I,
Amborogony, et Tanambao Morafeno. Bien tramé, ces quartiers se
structurent autour du Boulevard Gallieni au sud et de la rue Richelieu au
nord. Le tissu urbain du Centre-ville porte la marque de l’administration
coloniale avec un habitat de style colonial ou néocolonial en immeuble sur
plusieurs étages. Il est à dominante administrative et résidentielle mais
Type 1 : Centre-ville
concentre également quelques infrastructures touristiques.
Enfin, ce quartier concentre les activités commerciales de la ville avec la
présence des principales institutions bancaires et marchés de la ville
(Bazaribe). Les voiries sont globalement en bon état et le quartier est le
mieux desservi de toute la ville.

Quelques quartiers résidentiels (Andabizy, Motobe Est, Andakoro II et Toby


Betela) situés principalement au Sud de la ville de part et d’autre de la RN7
abritent un habitat de haut standing de type villas à R+1. Les
caractéristiques de ces zones sont une faible densité de population, une
faible densité de construction sur la parcelle, la grande taille des habitations.
L’habitation est souvent au centre ou sur un côté de la parcelle, laissant
Type 2 : Lotissement de
haut standing ensuite la place pour un jardin d’agrément.
Même si les voies menant à ces quartiers ne sont pas toujours revêtues, ils
bénéficient d’un haut niveau d’infrastructures avec un raccordement à l’eau
et à l’électricité dans la quasi-totalité des villas.

Ces quartiers ne sont pas ordonnés et se développent de manière plus ou


moins anarchique (sans trame prédéfinie) le long des voies secondaires et
tertiaires se rattachant à la RN7 (Amborogony Tanmbao, Ampasikibo,
Type 3 : Lotissement Sanfily, TanambaoII Tsf Nord, Ankatsaka et Konkasera). Cette zone est
mixte occupée irrégulièrement par de l’habitat moyen et bas standing. Ces
quartiers sont difficiles d’accès (piste) et n’accueillent pas les services de
base ni les équipements socio-culturels nécessaires à la vie d’un quartier.
De plus, l’éclairage public y est quasi inexistant ce qui pose des problèmes
de sécurité publique à la tombée de la nuit.
Ces zones correspondent aux fronts d’urbanisation urbains observés sur le
terrain le long des axes principaux et dans la vaste zone située à l’Est
majoritairement sur la commune rurale de Betsinjaka et limitée par le cordon
dunaire. Cette densification se fait le long des voies d’accès et
Type 4 : Lotissement en particulièrement à proximité des routes principales dont la fréquentation
cours d’occupation
permet de valoriser les activités économiques. Elles couvrent les quartiers
résidentiels d’habitat de différentes factures où se côtoient de l’habitat en
matériaux définitifs et en matériaux provisoires sur des parcelles, la plupart
du temps, clôturées.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 34

Type Caractéristiques
Les zones d’habitat précaire sont des zones dans leur majorité relativement
anciennes et très denses. Ces quartiers se sont développés à proximité
immédiate du centre-ville (Tsimenatse I, Tsianengea et Mahavatse), au
Nord-Ouest (Tsianaloka, Betaritarika), le long de la route de l’université
Type 5 : Zone d’habitat (Betania) et au sud de la ville (quartier des pêcheurs Vezo dans la commune
précaire d’arrondissement de Mahavatse). L’accès à l’intérieur de ces quartiers est
difficile car ne disposant d’aucune trame viaire qui permettent à des
véhicules de services d’y pénétrer. Ils disposent de peu de services de base
(eau et électricité) et d’aucun équipement socio-culturel.

Les villages de Tanandava Mikambana, Mitsinjo, Belomboka Androvakely et


Befanamy situés au Nord de la ville sont rattrapés par l’urbanisation et
Type 6 : Village désormais font partie du tissu urbain. Ils accueillent un habitat traditionnel et
traditionnel
ne bénéficie pas de l’accès aux services publics de base qui sont concentrés
dans la zone urbaine.

La typologie pour les zones hors habitat est assez classique et est présentée dans le tableau
suivant.
Tableau 5 : Typologie des zones hors habitat

Zone Caractéristiques
Il n’existe pas à proprement parler de zone industrielle à Toliara. Les rares
unités industrielles encore en activités sont disséminées sur le territoire
Zone Industrielle urbain le long des principaux axes.
L’activité économique de ces unités ne requiert pas de terrains
supplémentaires à proximité pour leur développement.
En sa qualité de chef-lieu administratif, Toliara abrite un grand nombre
Zone d’équipement socio- d’équipements de rayonnement régional, notamment dans le domaine de la
collectif santé, de l’éducation technique et supérieure, de la culture et des sports.

Il existe des zones au centre-ville, accueillant une caserne de l’armée, la


gendarmerie, les locaux de police qui peuvent être assimilés à cette
Zone militaire
appellation. Un camp militaire existe aussi à l’Est sur le territoire de la
commune rural de Betsinjaka.
La zone portuaire est située au Sud du centre-ville. Cette infrastructure
stratégique pour la ville fait l’objet d’une réhabilitation et d’extension de la
surface portuaire. Actuellement, le port n’est pas en mesure de recevoir des
Zone portuaire
navires de gros tonnage en raison du tirant d’eau insuffisant. La zone
portuaire comprend également un petit terminal dédié aux hydrocarbures.

Toliara compte un aéroport national implanté au sud de la ville. Cet


équipement fait l’objet d’extension de la piste d’atterrissage à 2 600 m et de
Zone aéroportuaire modernisation pour accueillir des vols internationaux. Le site de l’aéroport
est écarté de la zone urbanisée et n’a pas vocation à attirer des zones
résidentielles à son pourtour.
Toliara n’abrite pas de forêts, la végétation de haute tige étant répartie de
Zone naturelle
manière éparse sur le territoire (principalement à sa périphérie).

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 35

Zone Caractéristiques
Toute la zone nord comprise entre les quartiers nord de la ville et la digue de
Zone de cultures protection du fleuve Fiherenana, fait l’objet d’une exploitation agricole
maraîchères majoritairement par de petits paysans qui s’adonnent à une culture vivrière
destinée au marché local.
Les rares espaces verts sont composés essentiellement des quelques zones
Zone marécageuse côtières de mangroves qui ont pu être préservées. Ces mangroves sont
(mangrove) malheureusement le réceptacle des eaux usées de la ville et ne constitue
pas un domaine fréquentable par le public.
Le territoire communal renferme d’assez vastes zones côtières dédiées à
Salines
l’extraction du sel.

La carte suivante présente la situation actuelle de la ville en termes de typologie de l’habitat.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 36

Figure 13 : Habitat de la ville de Toliara : situation actuelle3

3
Source : Plan directeur d’Urbanisme (PUDi) de Toliara, phase 1 : diagnostic de l’état actuel, Novembre 2018

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 37

3.1.6.2. Situation future (2040)

L’évolution de la typologie de l’habitat de la commune urbaine de Toliara sur le long terme semble
évidente même si le plan d’urbanisme directeur, document de référence pour l’urbanisme de la
ville, a un horizon bien inférieur (2023). En effet, sur la base des prévisions du PUDi :
Les zones d’habitat actuelles de type 1 à 4 se densifieront avec des constructions en hauteur
puisque la presque totalité des terrains constructibles dans ces zones sont déjà occupées.
De même, la presque totalité des grandes rues sera goudronnée avec des trottoirs ce qui
limitera les espaces d’infiltration possibles et augmentera d’autant les coefficients de
ruissellement. Des immeubles seront construits pour abriter des services et commerces.
Les zones actuelles correspondant à de l’habitat précaire (type 5) et zone à habitat village
traditionnel (type 6) vont se densifier mais resteront sans infrastructures de base
importantes, les projets de restructuration nécessaires à leur développement harmonieux
étant long à mettre en œuvre socialement difficile à réaliser et financièrement lourdes à
supporter ;
Les zones actuelles hors habitat demeureront hors habitat, aucun projet dans ce sens
n’étant à l’ordre du jour.

3.1.7. Consommation spécifique d’eau potable


La commune urbaine de Toliara est couverte en grande partie par le réseau de la JIRAMA qui a
fourni les consommations en eau enregistrées pour les cinq (05) dernières années. Le tableau
suivant donne ces consommations.
Tableau 6 : Évolution des consommations d’eau de 2014 à 2018
Années Consommations (m3)
2014 3 001 109
2015 2 900 050
2016 2 775 154
2017 2 897 502
2018 3 184 532

Les consommations spécifiques peuvent être déterminées par simple déduction en divisant le
volume d’eau consommée par la population correspondante. Les résultats sont consignés dans
le tableau qui suit :
Tableau 7 : Évolution des consommations spécifiques en eau
Consommation
Consommation
Années Population spécifique
(m3)
(l/hab/j)
2014 3 001 109 202 312 41
2015 2 900 050 210 405 38
2016 2 775 154 218 821 35
2017 2 897 502 227 574 35
2018 3 184 532 236 677 37

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 38

Les consommations spécifiques varient entre 35 et 41 l/hab/j de 2014 à 2018, ce qui rentre dans
la fourchette des consommations spécifiques des villes secondaires d’Afrique qui varie entre 35
et 80 l/hab/j. Pour la suite du projet et pour tenir compte de l’évolution des consommations
spécifiques d’eau potable d’ici 2040, une valeur de 60 l/hab/ j est considérée.

3.1.8. Caractérisation des eaux usées


Les eaux usées domestiques sont composées de deux (02) groupes selon leurs origines et leurs
caractéristiques :
des eaux vannes : eaux de chasse, de nettoyage anal, urines et matières fécales. Les
charges bactériologiques y sont importantes ;
des eaux ménagères : eaux de cuisine, de vaisselle, de bain, douche, linge. Elles
contiennent les MES, matières dissoutes organiques ou minérales, graisses etc.
Les paramètres de mesure de la pollution sont nombreux et variés. Ceux utilisés dans la
conception des stations de traitement sont cependant limités. Il s’agit essentiellement :
DBO : quantité de O2 dissoute nécessaire pour oxyder par voie biologique les matières
organiques biodégradables présentes dans l’eau ;
DCO : quantité de O2 dissoute nécessaire pour oxyder par voie chimique sans
intervention d’êtres vivants les substances oxydables ;
MES : matières décantables + matières colloïdales ;
Composés azotés et phosphorés : Pollution azotée (azote Kjeldahl, azote ammoniacal,
nitrites, nitrates), Pollution phosphorée : (orthophosphates et phosphore total) ;
Bactéries : Coliformes fécaux, œufs d’helminthes.
Pour la phase suivante, une caractérisation des eaux usées sera effectuée. En attendant, des
données tirées des études du plan stratégique de 2001 d’Antsirabe et confirmées par les
analyses d’eaux usées effectuées dans cette ville en 2018 seront utilisées et se présentent
comme suit pour les principaux paramètres servant à la conception et au prédimensionnement
des stations d’épuration :
DBO5 : 54 g/hab/j ;
DCO : 110 g/hab/j ;
MES : 65 g/hab/j.
Pour les eaux usées en provenance des industries, il est à relever les considérations importantes
suivantes :
Les eaux usées issues des toilettes et salles d’eau de chaque industrie peuvent être
directement branchées sur un réseau d’eau sans nécessité de prétraitement ;
Les eaux usées qui proviennent des process industriels ne peuvent être rejetées dans un
réseau d’eaux usées que quand elles sont comparables aux eaux usées domestiques en
termes de caractéristiques physico-chimiques et en termes de valeur de pollution. En
d’autres termes, chaque industrie qui produit des eaux usées doit s’équiper des dispositifs
nécessaires afin que ces eaux usées, à la sortie des dispositifs et avant leur branchement
sur le réseau collectif de la ville, soient comparables aux usées domestiques aussi bien

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 39

en termes de type de pollution que des valeurs de pollution.

3.1.9. Objectifs de qualité et niveau de traitement des eaux usées


Le dimensionnement d’une station d’épuration dépend d’une part des débits et charges d’eaux
usées ou de boues de vidange à traiter et d’autre part, des conditions de rejet des eaux traitées.
En effet, pour un même débit et des mêmes charges polluantes, les dimensions d'une station
d'épuration varient de manière très importante suivant qu’il est demandé une réutilisation
complète ou restreinte des eaux traitées dans l’agriculture, ou encore un rejet dans le milieu
naturel. Cela est d'autant plus marqué pour les procédés extensifs : les surfaces calculées
peuvent varier du simple au double.
Les rejets des eaux usées dans le milieu récepteur et la réutilisation des eaux usées épurées
sont régis par :
la réglementation et les normes relatives aux rejets d’effluents domestiques dans le milieu
récepteur et non domestiques dans les réseaux d’assainissement ;
la réglementation fixant les conditions de réutilisation pour l’agriculture des eaux traitées
(type de cultures, modalités et les conditions particulières).
Les paramètres à contrôler sont de nature :
physique (température, PH, transparence, etc.) ;
solide et organique (matière en suspension et pollution organique biodégradable) ;
bactériologique ;
minérale (éléments nutritifs (N et P) pouvant entraîner un phénomène d’eutrophisation) ;
toxique (métaux lourds, pesticides, etc.).

Normes Malgaches
Madagascar dispose de normes de rejet des eaux usées et d’une classification des eaux de
surface par degrés de pollution. Le tableau suivant donne les valeurs acceptables pour chaque
classe de cours d’eau représentant le milieu de rejet.
Classe A : bonne qualité, usages multiples possibles ;
Classe B : qualité moyenne, loisirs possibles, baignade pouvant être interdite ;
Classe C : qualité médiocre, baignade interdite.
HC : Hors Classe, contamination excessive, aucun usage possible à part la navigation. La
présence de germes pathogènes désigne directement une catégorie hors classe. C'est le
paramètre le plus mauvais qui déterminera la classe d'une eau donnée.
Tableau 8 : Valeurs limites des paramètres à respecter suivant la classe de cours d’eau
Hors
Paramètres Classe A Classe B Classe C
Classe
Facteurs biologiques
Oxygène dissous (mg/l) OD 3<OD<5 2<OD<3 OD<2
DBO5 (mg/l) DBO 5 5<DBO 20 20<DBO 70 70<DBO

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 40

Hors
Paramètres Classe A Classe B Classe C
Classe
DCO (mg/l) DCO 20 20<DCO 50 50<DCO 100 100<DCO
Présence de germes
Non Non Non Non
pathogènes
Facteurs physiques et chimiques
Couleur (échelle Pt-Co) coul<20 20 coul 30 30<coul
Température (°C) <25 25 <30 30 <35 35<q
5,5<pH<6,0 ou pH 5,5 ou
pH 6,0 pH 8,5
8,5<pH<9,5 9,5 pH
MES (mg/l) MES<30 30 MES<60 60 MES<100 100<MES
Conductivité (µS/cm) 250 250< 500 500< 3000 3000<

Sont notamment considérés comme des rejets liquides polluants :


- les eaux usées provenant des infrastructures hôtelières ;
- les effluents industriels provenant de tous types d'activités de production manufacturière ou
de transformation ;
- les eaux de vidange provenant des activités touchant les hydrocarbures (station de service,
eaux de lavage de véhicules, garages de réparation de véhicules, unités de stockage).

Recommandations de l’OMS pour la réutilisation des eaux usées épurées


Les recommandations pour une utilisation sans risques des eaux usées traitées à des fins
agricoles, publiées par l’OMS en 1989, abordent l’aspect de la qualité microbiologique des eaux
en termes de teneurs en coliformes et œufs de nématodes intestinaux. On y distingue deux
catégories d’utilisation des eaux usées pour lesquelles les standards de qualité sont différents.
Dans la première catégorie, on classe l’irrigation de cultures dont les produits sont susceptibles
d’être consommés crus ainsi que l’arrosage des parcs publics et des terrains de sport. La
deuxième catégorie concerne l’irrigation d’arbres, de pâturages, de céréales, d’arbres fruitiers et
de cultures industrielles.
Les exigences assez strictes en ce qui concerne les œufs de nématodes intestinaux sont
destinées à protéger la santé des consommateurs, des produits agricoles et des agriculteurs.
Elles nécessitent un haut degré d’élimination des œufs de nématodes lors du traitement des
eaux usées (>99%). Les exigences sur la teneur en coliformes semblent se référer aux standards
européens de qualité des eaux de baignade qui fixent cette teneur à la valeur maximale de 2 000
par 100 ml.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 41

Tableau 9 : Recommandations relatives à la qualité microbiologique pour l’utilisation des eaux


usées en agriculture (OMS, 1989)4

Nématodes
intestinauxb Coliformes
fécaux Traitement des eaux usées
Groupe (moyenne
Conditions de réutilisation arithmétique (moyenne devant permettre d’atteindre la
exposé
Catégorie

du nombre géométrique qualité microbiologique requise


d’œufs viables par 100 ml)
par litrec)

Irrigation des cultures Travailleurs,


Passage par une série de bassins de
susceptibles d’être consommateur
stabilisation conçus pour atteindre la
A consommées crues, des s, public 1 1000d
qualité microbiologique indiquée ou
terrains de sport ou des parcs
traitement équivalent.
publics

Irrigation des cultures Retenue en bassins de stabilisation


céréalières, industrielles ou Aucune norme pendant 8 à 10 jours ou traitement
B Travailleurs 1
fourragère, des pâturages et recommandée équivalent : élimination des
e
des arbres fruitiers helminthes et des coliformes fécaux.

Irrigation localisée des Prétraitement dicté uniquement par


cultures de la catégorie B, en la technologie d’irrigation, sous
C Aucun Sans objet Sans objet
l’absence d’exposition des réserve qu’il soit au minimum
travailleurs et du public. équivalent à la décantation primaire.

3.1.10. Potentiel de réutilisation

3.1.10.1. Description des activités agricoles et maraichères dans la ville

Parler de la pratique agricole pour la ville de Toliara renvoie à considérer la zone du bas-
Fiherenana. Cette zone est à vocation agricole pour le secteur par la disponibilité des ressources
en eau fournies par le Fleuve Fiherenana. L’essentiel des produits sont le manioc, le maïs et les
céréales, on note la moindre présence de la riziculture.

3.1.10.2. Possibilités de réutilisation des eaux traitées

Toliara est une ville caractérisée par une longue saison sèche qui dure 08 mois (parfois plus)
entre Avril et Octobre et la pluviosité est rare, irrégulière et inégalement répartie dans le temps
et dans l’espace mais souvent diluvienne. La réutilisation de l’eau traitée est donc une priorité
pour cette ville.

4 a
Il convient dans certains cas d’adapter ces directives pour tenir compte des facteurs environnementaux, socioculturels et
épidémiologiques locaux.
b
Ascaris, Trichuris et ankylostomes.
c
durant la période d’irrigation.
d
S’agissant de produits comestibles toujours consommés bien cuits, cette recommandation peut être assouplie.
e
Dans le cas des arbres fruitiers, l’irrigation doit cesser deux semaines avant la cueillette, et aucun fruit tombé ne doit être ramassé.
Il convient de ne pas utiliser l’irrigation par aspersion.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 42

3.1.10.3. Possibilités de réutilisation des boues séchées

La réutilisation des boues issues du traitement des eaux usées et des boues de vidange est une
solution à favoriser car elle constitue une solution adaptée à l’évacuation des quantités
importantes de boues produites dans la station d’épuration.
En outre, la boue sèche constitue un excellent fertilisant et présente généralement les
caractéristiques suivantes (sans chaulage) :
matières minérales = 50 à 55% ;
matières organiques = 45 à 70% ;
azote total = 2 à 6% ;
phosphore (phosphore P2O5) et potassium (potasse K2O) = 4 à 7%.
Afin de ne pas contribuer à la diffusion des risques sanitaires par la valorisation des boues dans
l’agriculture, les exigences pour les boues séchées devront respecter la valeur critique de 3-8
œufs d’helminthes/gMS basée sur la charge d’œufs de nématodes par unité de surface dérivée
des normes OMS pour l’irrigation. Le respect de cette valeur garantit également un niveau sûr
pour les coliformes fécaux. Les autres paramètres ne sont pas critiques, mais seront tout de
même précisés.

3.1.10.4. Avis des agriculteurs

Le problème majeur de l’agriculture est la disponibilité de l’eau, pour ce qui est de l’engrais, la
zone de Toliara est tout de même une zone à vocation pastorale, d’où la disponibilité des fumiers
organiques fournis par l’élevage.

3.2. OBJECTIFS ET PRINCIPES DE BASE DES ÉTUDES DES ACTIONS POTENTIELLES


D’AMÉLIORATION DE LA SITUATION ACTUELLE

3.2.1. Objectifs
L’inventaire des actions potentielles d’amélioration de la situation actuelle de l’assainissement
des eaux usées et des boues de vidange de la commune urbaine de Toliara a pour objectif
d’identifier les solutions envisageables et réalistes pouvant contribuer de façon durable à la
satisfaction des besoins en assainissement des populations. Elles visent à s’assurer que toutes
les solutions envisageables en vue d’améliorer les conditions sanitaires et socio-économiques
des populations sont passées en revue.
De façon spécifique, l’inventaire des actions potentielles d’amélioration de la situation actuelle
débouchera sur :
L’élaboration de stratégies de gestion appropriée aux caractéristiques socio-économiques et
urbanistiques de la commune urbaine. Ces stratégies prendront en compte les trois maillons
de l’assainissement que sont : la collecte, le transport et le traitement sans oublier la
réutilisation des sous-produits ;
Leur comparaison sur le plan technique, économique et environnemental ;
La proposition d’une solution optimale adaptée au contexte de la ville.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 43

Cette solution optimale fera l’objet d’une étude détaillée dans la mission suivante de l’étude.

3.2.2. Principes généraux


Les principes généraux à adopter pour la proposition d’actions potentielles d’amélioration de la
situation actuelle de l’assainissement dans la commune urbaine de Toliara s’inspireront de la
politique sectorielle eau, assainissement et hygiène du gouvernement Malgache pour la période
2013-2018. Sur cette base, les études des actions s’appuieront sur les trois principes généraux
suivants :
Choix technologiques appropriés : Ce principe impose de tenir compte, dans les propositions
d’ouvrages et d’équipements, des conditions techniques et socio-économiques de la zone
de projet. Sur la base de ce principe, les techniques d’assainissement qui seront proposées
tout en pouvant jouer efficacement son rôle de gestion des eaux usées, des boues de
vidange et excréta (techniquement appropriés) auront des coûts d’acquisition et
d’exploitation conformes aux conditions socio-économiques des bénéficiaires
(financièrement supportable) et prendront en compte les réalités sociales et religieuses
(socialement acceptable) ;
Équité et Égalité : Dans le cadre de l’étude des actions d’assainissement des eaux usées et
de gestion des boues de vidange, l'équité et l’égalité doivent être recherchées dans la mise
en œuvre des actions en faisant en sorte que toutes les couches de la population de la ville
soient concernées par les propositions d’assainissement. Ce principe renvoie également à
la prise en compte de toutes les populations dans les propositions, et interdit de ne prendre
en compte qu’une partie de la ville notamment celles dont les standings sont les plus élevés,
Implication / Responsabilisation et Participation : Principe selon lequel tous les acteurs
doivent être impliqués dans la conception, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des actions.
Ce principe interpelle la recherche de synergie, la quête d’efficacité dans la mise en œuvre
des différentes stratégies et suggèrent un partage des responsabilités en s’appuyant sur les
expériences et les acquis des différents acteurs. Ce principe va de la conception des actions
sous forme de variantes au suivi évaluation notamment avec une démarche participative au
niveau des populations bénéficiaires et des acteurs intervenant dans l’assainissement
notamment au niveau local.
Ces principes sont conformes aux axes stratégiques N°2 (développement de l’accès à des
infrastructures d’assainissement sain), N°3 (développement de la gestion intégrée des
ressources en eau) et N°4 (développement du partenariat public-privé).

3.3. DÉFINITION DES MODES D’ASSAINISSEMENT ENVISAGEABLES

Il existe une très grande diversité de technologies pour assurer l’assainissement liquide
domestique. Par ailleurs, la conception d’une filière d’assainissement s’apparente à une
succession de modules complémentaires (collecte, transport et traitement), dont l’agencement
et les combinaisons sont très variables, selon les contextes physiques, la demande des usagers,
le niveau de traitement visé, etc. C'est pourquoi les solutions techniques présentées ci-dessous
ne sont pas exhaustives.
Le choix d’une solution d’assainissement adéquate et adaptée au contexte d’une localité est
complexe, l’assainissement liquide relevant de nombreux domaines (technique, sociologique,

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 44

politique, foncier, financier, etc.) et dépendant de multiples critères (topographie, géologie,


densité urbaine, demande des usagers, consommation d’eau...). Les technologies proposées
dans les paragraphes se décomposent selon les trois maillons de la filière assainissement :
les technologies pour l’accès des ménages à l’assainissement domiciliaire (maillon
collecte) ;
les technologies pour l’évacuation des eaux usées et des boues de vidange en dehors
du quartier (maillon évacuation) ;
les technologies pour le traitement final de ces eaux usées et des boues de vidange avant
rejet au milieu naturel (maillon traitement).

Les paragraphes suivants présentent les différentes technologies qui peuvent être proposées
pour l’amélioration de l’assainissement de la ville de Toliara.

3.3.1. Système d’assainissement collectif


L’assainissement collectif est un système dans lequel les eaux usées sont collectées par un
réseau de canalisations avec éventuellement des stations de pompage et acheminées vers une
station d’épuration pour y être traitées avant d’être rejetées dans le milieu naturel. Ce type
d’assainissement comprend les réseaux de collecte et les équipements de traitement (une
station d’épuration).
Collecte (maillon 1)
Pour la collecte, des latrines classiques sont suffisantes. Toutes les eaux usées et excréta
produits dans la maison souhaitant se brancher sur le réseau sont dirigés par une conduite
unique vers une boite de branchement réalisée en dehors de la maison. Pour le système collectif,
les ouvrages de collecte ne sont pas pris en charge dans les projets. Seule la boite de
branchement est prévue et le branchement entre celle-ci et les ouvrages d’assainissement
interne sont à la charge du ménage.

Transport et évacuation (maillon 2)


La collecte et le transport des eaux usées s’effectuent à travers les canalisations d'un réseau
d'assainissement appelées collecteurs.
Deux types de réseaux de collecte et de transport des eaux usées sont généralement utilisés :
les réseaux unitaires évacuant dans les mêmes canalisations les eaux usées domestiques
et les eaux pluviales ;
les réseaux séparatifs collectant les eaux usées domestiques dans un réseau et les eaux
pluviales dans un autre.
Pour le présent projet, un système d’assainissement séparatif est plus adapté sachant que les
eaux usées domestiques collectées seront traitées dans une station de traitement sans ouvrage
particulier (déversoir d’orage).
Ainsi, un système collectif pour la ville de Toliara consistera à réaliser un réseau gravitaire de
collecte et de transport avec éventuellement des stations de pompage en fonction de la
topographie qui enverra les effluents vers une station d’épuration.
Traitement (maillon 3)

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 45

Les procédés de traitement envisageables pour la ville de Toliara se répartissent en deux


groupes :
procédés intensifs dont les plus connus sont les boues activées et les lits bactériens ;
procédés extensifs : le lagunage naturel et le lagunage aéré.

3.3.2. Système d’assainissement autonome


L’assainissement autonome est une technique d’épuration des eaux usées par voie naturelle
(utilisation des propriétés épuratoires du sol) qui ne nécessite pas de réseau d’égout.
Un système d’assainissement autonome bien conçu est composé de/d’ :
ouvrages de collecte et d’épuration des eaux gérés par les populations elles-mêmes dans
le cas d’ouvrages privés et par la collectivité dans le cas d’édicules publics ;
ouvrages de traitement des boues de vidange gérés par la collectivité avec une
participation des populations ;
matériels de transport des excréta des propriétés privées vers les dépotoirs de boues de
vidange gérés par la collectivité avec une participation des populations et/ou par des privés
agréés.

Collecte (maillon 1)
Les technologies d’assainissement autonome pour le maillon collecte sont classées en trois
catégories :
gestion exclusive des excréta : toilette à chasse manuelle, Latrine VIP simple et double
fosse ;
gestion commune des excréta et des eaux grises : fosse septique ;
gestion exclusive des eaux grises : puisard, épandage souterrain.

Transport et évacuation (maillon 2)


Pour la technologie d’assainissement autonome, le transport des effluents vers les sites de
traitement est assuré par des véhicules de vidange. Les opérateurs de vidange peuvent être des
privés, des publics (mairie) ou les deux à la fois.
Traitement (maillon 3)
Pour être complet, un système d’assainissement de type autonome doit intégrer une station
permettant de traiter les boues produites par les latrines. La technologie de traitement des boues
de vidange est largement basée sur la séparation des fractions solide et liquide des boues. Les
techniques simples pour la séparation solide-liquide des boues sont :
les lits de séchage, plantés ou non ;
les bassins de sédimentation / épaississement ;
d’autres procédés de co-traitement (avec déchets solides, boues d’épuration ou eaux
usées).
Différents types de filières sont ensuite envisageables pour le traitement respectif des fractions
solides et liquides :

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 46

la fraction solide issue de la sédimentation est séchée d’avantage sur des lits de séchage
puis valorisée pour l’agriculture ou mise en décharge ;
les effluents liquides provenant de l’étape de traitement pour la séparation solide-liquide
peuvent être épurés selon différents procédés tels que le lagunage, conjointement ou non
avec des eaux usées domestiques.

3.3.3. Système d’assainissement semi-collectif


L’assainissement semi collectif est un système d’assainissement intermédiaire entre le collectif
et l’individuel et est constitué des parties suivantes :
des fosses intermédiaires qui éliminent les matières flottantes et décantables ;
un réseau de canalisations de petit diamètre qui capte toutes les eaux décantées à la sortie
des fosses intermédiaires et les achemine vers l’exutoire ;
un exutoire final qui peut être un réseau conventionnel ou une station d’épuration.

Collecte (maillon 1)
Le principe de fonctionnement du réseau de petit diamètre est basé sur la collecte d’effluents de
fosses septiques. La fosse septique élimine un pourcentage élevé de matières en suspension et
de graisses.
Transport et évacuation (maillon 2)
La collecte et le transport des eaux usées s’effectuent à travers les canalisations d'un réseau
d'assainissement de faible diamètre comparativement aux collecteurs du système collectif.
La présence des fosses septiques ou décanteurs permet en principe de/d’ :
utiliser des conduites de plus faible diamètre ;
changer de direction ou de pente sans forcément utiliser des regards ;
incorporer des tronçons à pente faible, parfois nulle ou même inverse.

Traitement (maillon 3)
Les technologies de traitement des eaux collectées par un réseau semi-collectif sont les mêmes
que celles d’un réseau collectif. Il est cependant nécessaire de prévoir également un traitement
des boues de vidange étant donné que les fosses intermédiaires en produisent. Par ailleurs,
l’existence des fosses intermédiaires permet des abattements de la pollution physique et
organique, les charges des eaux usées brutes sont ainsi plus faibles que celles des mêmes eaux
usées pour un réseau collectif.

3.3.4. Choix d’un mode d’assainissement

3.3.4.1. Approche méthodologique utilisée

L’approche méthodologique employée se décompose en quatre (04) étapes :


Étape 1 : Zonage d’assainissement afin de caractériser pour chaque zone homogène de la
commune urbaine, les spécificités locales liées à l’assainissement (critères physiques,

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 47

urbanisme, aspects socio-économiques) permettant de fonder le choix de la filière adaptée


;
Étape 2 : En fonction des caractéristiques spécifiques de chaque zone, déterminer la ou les
filières d’assainissement appropriée(s) (non collectif, semi-collectif ou collectif) ;
Étape 3 : Pour chaque zone d’assainissement, déterminer, selon la filière choisie, les
technologies les plus adaptées, maillon par maillon (collecte, évacuation, traitement) ;
Étape 4 : Départager différentes filières et technologies adaptées pour chaque zone, en
fonction des critères socio-économiques, selon leur faisabilité économique et leur
acceptation par les populations.

3.3.4.2. Définition de critères de choix

Les multiples solutions technologiques d’assainissement existantes sont adaptées chacune à un


contexte spécifique du point de vue physique (topographie, pédologie, hydrogéologie etc.),
urbain (densité de la population et de l’habitat, mode d’accès et usage de l’eau, consommations
d’eau potable, etc.) et socio-économique (revenus des ménages, volonté et capacité à payer,
habitudes et croyances de la population locale, compétences techniques disponibles, etc.). Pour
choisir la solution la mieux adaptée à une configuration donnée, il est indispensable de
caractériser chaque quartier à partir de critères essentiels pour la mise en œuvre des solutions
techniques d’assainissement adaptées. Ces critères sont répartis en trois catégories : les critères
physiques, les critères urbains et les critères socio-économiques :
Critères physiques
- Perméabilité du sol : (sol argileux < 10 l/m2/h – sol très infiltrant > 50 l/m2/h) pour
permettre l’absorption des eaux usées et des excréta dans le sol : aptitude du sol à
l’assainissement autonome ?
- Typologie du sol : Un sol rocheux ou argileux a un pouvoir d’infiltration quasi nulle.
- Niveau de la nappe : Une nappe avec une profondeur inférieure à 2.50m ne permet pas
une infiltration des eaux dans le sol quel que soit la nature de ce dernier.
Critères urbanistiques
- Densité : Une forte densité de population est synonyme de problème d’espace et surtout
de rejet d’eaux usées assez important, ce qui s’accommode moins bien avec un système
d’assainissement autonome.
- Branchement au réseau d’eau potable et consommation spécifique : l’expérience a
montré qu’une habitation ayant un branchement d’eau potable a, en moyenne, une
consommation spécifique en eau potable plus élevée qu’une habitation non branchée.
Par ailleurs, le niveau de consommation d’eau potable est un critère très important dans
la conception d’un réseau d’assainissement classique, un minimum de débit d’eaux
usées est nécessaire pour assurer un bon fonctionnement du réseau.
- Foncier : Existe-t-il des réserves foncières disponibles pour poser les canalisations,
construire des stations de pompage/relevage, construire un site traitement des boues de
vidange et/ou une station d'épuration des eaux usées ?

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 48

Critères socio-économiques
- Coûts d’investissement : Quels sont les montants d’investissement mobilisables de la
part des ménages, de la part de collectivité locale et/ou les subventions et prêts
disponibles à l’échelle nationale et multilatérale ?
- Coûts d’exploitation : Quels sont les sources de financement disponibles pour
l’exploitation et l’entretien des ouvrages ?
- Organisation : Quel est le niveau des compétences techniques locales disponibles pour
la construction des infrastructures ? Pour leur fonctionnement surtout ?
Les différents critères de choix sont synthétisés dans le diagramme ci-dessous.

Figure 14 : Critères de choix d’un mode d’assainissement

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 49

3.3.4.3. Zonage de la ville

Conformément au diagnostic de l’habitat, la ville de Toliara comprend trois zones :


Zone 1 : qui regroupe les types d’habitat 1 (centre-ville) et 2 (lotissement de haut standing).
Elle regroupe donc les parties les plus denses en termes de population et qui regroupent
l’essentiel des services, commerces et établissement hôteliers ;
Zone 2 : Il s’agit des types d’habitat 3 (lotissement mixte (bas/moyen standing)
4 (lotissement en cours d’occupation). Cette zone regroupe les fokontany à forte croissance
démographique avec un potentiel de densification important dans les années à venir ;
Zone 3 : Cette zone regroupe l’habitat précaire et les villages traditionnels ratchés à la
commune pour lesquelles l’accès est difficile avec très peu de services de base disponibles
et d’équipements socio-culturels aménagés pour une densité de population relativement
forte. Ces quartiers se sont formés sur des bas-fonds et sont impropres à l’habitation ou ne
pourront être viabilisés qu’au prix d’importants investissements. Ces zones ne pourront se
développer qu’après une restructuration.

3.3.4.4. Propositions de mode d’assainissement par zone

La zone 1 déjà actuellement dense, qui le sera davantage et qui regroupe l’ensemble des
services administratifs, les hôtels et marchés sera assainies entièrement par un réseau
collectif;
Une grande partie de la zone 2 sera également couverte en réseau collectif car elle se
développera et se densifiera pendant les années à venir.
Étant donné que les eaux usées collectées seront traitées, le réseau collectif à mettre en place
sera de type séparatif. Le réseau existant sera ainsi réservé aux eaux pluviales et un nouveau
réseau dédié aux eaux usées sera réalisé. Les maisons branchées sur le réseau actuel seront
alors déconnectées et redirigées vers le nouveau réseau séparatif.
En effet, les réseaux unitaires ont l’avantage de ne nécessiter qu’un seul réseau collectant aussi
bien les eaux usées que les eaux pluviales. Il permet donc de limiter les coûts d’investissement
mais également d’exploitation dans le cas d’une option de rejet des eaux collectées vers les
exutoires identifiés sans traitement. Cependant, dans le cas où il est prévu le traitement des eaux
usées, il a cependant le principal inconvénient de nécessiter la mise en place d’ouvrages
spécifiques comme des déversoirs d’orage et des stations de pompage. En effet, il n’est pas
concevable de continuer à rejeter les eaux usées mélangées aux eaux pluviales dans les
exutoires sans traitement. Il est également impossible de traiter l’ensemble des eaux collectées
pendant un orage. Des déversoirs d’orage seraient alors à mettre en place au niveau de
l’ensemble des exutoires des eaux pluviales. Sachant que ces déversoirs d’orage seraient
installés dans les zones basses aux exutoires, l’acheminement des eaux vers la station de
traitement nécessiterait des stations de pompage supplémentaires. En fin de compte du fait des
stations de pompage supplémentaires et la construction de déversoirs d’orage, l’avantage du
point de vue coût d’investissement et d’exploitation des réseaux unitaires se trouve fortement
remis en cause.
La zone 3 sera couverte par un système d’assainissement autonome.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 50

Le tableau suivant donne les différents modes d’assainissement proposés pour chaque zone.
Tableau 10 : Modes d’assainissement proposés pour chaque zone
Assainissement Assainissement
Fokontany
collectif autonome
Tanambao I x
Tanambao Morafeno x
Toliara Centre x
Tsianengea x
Amborogony Tanambao x
Amborogony x
Ampasikibo x
Sanfily x
Tanambao II TSF Nord x
Ankatsaka x
Konkasera x
Andabizy x x
Mahavatse I Tanambao x x
Tanambao Motombe x x
Mahavatse I Est x x
Mahavatse I Ouest x x
Ankiembe bas x
Ankiembe haut x
Tsimenatse III x
Tsimenatse I Ouest x
Tsimenatse I Est Tanambao x
Tsimenatse II x
Mahavatse II Est Ambararata x
Mahavatse II Ouest x x
Betania Centre x
Andaboly x
Mangabe x x
Betania Ouest x
Betania Ankilifaly x x
Betania Tanambao x x
Antaninarenina x x
Sakabera x
Tsongobory x x
Anketraka x
Antaravay Salimo x x
Anketa bas x
Anketa haut x
Ambohitsabo x x
Betaritarika x
Besakoa x x

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 51

Assainissement Assainissement
Fokontany
collectif autonome
Tsianaloka x

À noter que le système d’assainissement semi collectif peut théoriquement être adopté pour la
zone 1 à l’exception du centre-ville. Cependant un réseau semi collectif, bien que financièrement
intéressant car pouvant permettre de réduire les coûts d’investissement et d’exploitation, est très
vulnérable surtout si les conditions suivantes ne sont pas réunies :
Existence d’une bonne expérience locale de gestion et d’entretien d’un réseau
d’assainissement d’eaux usées ;
Très bonne implication des populations bénéficiaires car les fosses intermédiaires
devront être régulièrement vidangées afin d’éviter des colmatages fréquents des
réseaux ;
Existence et très bonne organisation d’une structure de gestion du réseau afin de réaliser
les contrôles nécessaires notamment au niveau des habitations pour s’assurer du respect
des principes de fonctionnement du système semi collectif ;
Bon drainage des zones pour éviter que les populations ne dirigent les eaux de pluies
vers les regards d’eaux de pluie.
Ces conditions n’étant pas réunies et pour s’assurer de la fonctionnalité du système proposé à
long terme, un réseau collectif, moins vulnérable car plus résistant « aux agressions » des
populations a été proposé.
La carte suivante présente le zonage proposé pour l’assainissement de la commune urbaine de
Toliara.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 52

Figure 15 : Zonage de la ville en


mode assainissement5

5
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 53

3.4. DÉFINITON DES MODES DE TRAITEMENT ENVISAGEABLES POUR LES EAUX USÉES

3.4.1. Description des technologies de traitement adaptées


Les procédés de traitement envisageables pour le projet se répartissent en deux (02) groupes :
Procédés intensifs :
o Boues activées
o Lits bactériens
Procédés extensifs :
o Lagunage
o Lagunage aéré
Les critères utilisés pour la caractérisation des techniques de traitement sont :
Efficacité : indique la capacité de traitement de la technique ;
Flexibilité : mesure la capacité de la technique à supporter les surcharges temporaires ;
Vulnérabilité : fait référence aux parties de la technique les plus exposées à des problèmes
de fonctionnement et sur lesquels une attention particulière est requise pour l’exploitant ;
Impacts : indique sommairement les impacts positifs comme négatifs directs attendus de la
technique ;
Investissement : prend en compte les coûts d’investissement des ouvrages ;
Coûts récurrents : font référence aux coûts d’entretien et d’exploitation des techniques.
Surface occupée : indique la surface nécessaire pour abriter les ouvrages et équipements
de la station.

3.4.1.1. Option 1 : Boues activées

Le procédé “boues activées” consiste à mélanger et à agiter des eaux usées brutes avec des
boues activées liquides, bactériologiquement très actives. La dégradation aérobie de la pollution
s'effectue par mélange intime des micro-organismes épurateurs et de l'effluent à traiter. Ensuite,
les phases “eaux épurées” et “boues épuratrices” sont séparées.
Dans le cadre de la présente étude, le procédé étudié est celui des boues activées
conventionnelles constitué des éléments suivants :
Des prétraitements préliminaires (dégrillage, dessablage, déshuilage) ;
Un bassin d'activation (ou bassin d'aération) ;
Un décanteur secondaire avec reprise d'une partie des boues ;
L'évacuation des eaux traitées ;
Des digesteurs des boues en excès provenant des décanteurs.
Si la technologie des boues activées est appliquée avec succès dans les pays industrialisés, ce
n'est pas le cas en Afrique. En raison d'une grande sensibilité de ce procédé aux équipements
électromécaniques, le taux d'échec est très élevé en particulier en ce qui concerne les petites

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 54

installations, dont le faible rapport "coût/bénéfice" se traduit par des budgets d'opération réduits,
une indisponibilité de personnel qualifié, l'absence de pièces de rechange, etc.

Figure 16 : Schéma de fonctionnement des boues activées6

Ce n'est que récemment, pour faire face au défi posé par l'assainissement de grandes villes, que
le procédé de boues activées a été remis au goût du jour et appliqué dans quelques grandes
villes, où les volumes considérés et l'absence de terrain disponible accessible par gravité
redonnent une chance à l'utilisation de technologies intensives.
Au vu de l'expérience récente, de solides mesures d'accompagnement doivent cependant être
assurées pour garantir un fonctionnement des boues activées. Ces mesures ne doivent pas se
limiter à la formation de techniciens (indispensable pour l'opération d'une STEP à boues
activées), mais être renforcées par un engagement politique de haut niveau garantissant la
disponibilité budgétaire pour assurer les coûts élevés d'opération, y compris les salaires des
techniciens engagés, les fournitures en réactifs et pièces de rechange.
Le tableau suivant présente les avantages et inconvénients du procédé par boues activées.
Tableau 11 : Avantages et inconvénients du procédé par boues activées
Poste Avantages Inconvénients
Bonne élimination de l'ensemble des
paramètres de pollution (MES, DCO, DBO5, Forte production de boues qu'il faut
N par nitrification et dénitrification). concentrer.
Efficacité
Haute efficacité de traitement / m2 Boues partiellement stabilisées.
Adapté pour la protection de milieux Décantabilité des boues pas toujours aisée.
récepteurs sensibles.
Sensibilité aux surcharges hydrauliques.
Opération maîtrisable, en intervenant sur la
Flexibilité Risque de foisonnement filamenteux en cas
gestion de l'aération
de déséquilibre en nutriments.

6
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 55

Poste Avantages Inconvénients


Nécessite un traitement tertiaire de l'effluent
pour réduire les charges bactériologiques.
Nécessite un traitement des boues pour
Réutilisation éliminer les charges en pathogènes.
Risque d'augmentation des œufs
d'helminthes dans l'effluent ("sludge
bulking").
Vulnérabilité élevée, car :
dépend de la disponibilité d'énergie
électrique ;
Technologie connue, haute disponibilité de
nécessite l'importation d'équipements
Vulnérabilité références et littérature pour la conception,
(neufs et en pièces de rechange) et
l'opération et la résolution des problèmes.
réactifs.
Nécessite la formation et l'engagement
pérenne de techniciens-opérateurs.
Faible consommation d'espace Risque de bruit.
Impact Possibilité de méthanisation par digestion Risque d'odeurs en cas de variations de
des boues dans un réacteur charge ou opération déficiente.
Investissements Très élevés
Très élevés :
Consommation énergétique importante ;
Coûts récurrents Dépendance aux énergies fossiles ;
Nécessité de personnel qualifié et d'une
surveillance régulière.

3.4.1.2. Option 2 : Lits bactériens

Le principe de fonctionnement d'un lit bactérien consiste à faire ruisseler les eaux usées,
préalablement décantées, sur une masse de matériaux poreux ou caverneux qui sert de support
aux micro-organismes (bactéries) épurateurs. Une aération est pratiquée soit par tirage naturel
soit par ventilation forcée. Il s'agit d'apporter l'oxygène nécessaire au maintien des bactéries
aérobies en bon état de fonctionnement. Les matières polluantes contenues dans l'eau et
l'oxygène de l'air diffusent, à contre-courant, à travers le film biologique jusqu'aux micro-
organismes assimilateurs. Le film biologique comporte des bactéries aérobies à la surface et des
bactéries anaérobies près du fond. Les sous-produits et le gaz carbonique produits par
l'épuration s'évacuent dans les fluides liquides et gazeux.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 56

À l'instar des procédés à boues activées, les lits bactériens appartiennent au groupe des
procédés intensifs. Bien que plus rares en Afrique, ils ont jusqu'à ce jour souffert des mêmes
difficultés d’opération que les boues activées, et connu un taux d'échec important. Les conditions
d'application des lits bactériens sont donc les mêmes que celles des boues activées, bien que
leur vulnérabilité soit légèrement plus réduite.

Figure 17 : Schéma de fonctionnement des lits bactériens7

La répartition des tâches entre éléments d'une STEP à lits bactériens est différente de celle des
boues activées : la percolation des eaux usées à travers les matériaux poreux exige un traitement
primaire plus efficace, garantissant une homogénéité et une régularité des eaux usées
percolées. Ce traitement primaire est également l'occasion d'abattre de manière importante les
charges en DBO et DCO, en particulier par l'utilisation de procédés anaérobies : fosses Imhoff
ou réacteurs anaérobies à flux ascendants.
Ces techniques peuvent être utilisées en combinaison avec des filières extensives, par exemple
suivies d'une lagune de finition. Ces procédés permettent alors d'obtenir des rejets d'excellente
qualité (élimination des nutriments, fort abattement des germes pathogènes).
Le calcul est basé sur l'utilisation de bassins anaérobies à flux ascendants comme traitement
primaire. Les lits bactériens sont à haute capacité de traitement.
Le tableau suivant présente les avantages et inconvénients de cette technologie de traitement.

7
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 57

Tableau 12 : Avantages et inconvénients du procédé par lits bactériens

Poste Avantages Inconvénients


Bonnes performances, mais généralement Nécessite un traitement primaire efficace pour
plus faibles que par boues activées. réduire les risques de colmatage.
Efficacité
Bonne décantabilité des boues Ouvrages de taille importante si des objectifs
Haute efficacité de traitement / m2 d'élimination de l'azote sont imposés.
Plus faible sensibilité aux variations de
charge pollutive que les boues activées.
Flexibilité Sensibilité aux surcharges hydrauliques.
Opération maîtrisable, en intervenant sur la
gestion de l'aération

Nécessite un traitement tertiaire de l'effluent


Réutilisation Potentiel de réutilisation du biogaz.
pour réduire les charges bactériologiques.
Élevée, car :
sensibilité au colmatage ;
dépend de la disponibilité d'énergie
électrique ;
Vulnérabilité nécessite l'importation d'équipements
(neufs et en pièces de rechange) et
réactifs.
Nécessite la formation et l'engagement
pérenne de techniciens-opérateurs.
Risque de bruit.
Faible consommation d'espace
Risque d'odeurs en cas de variations de
Impact Possibilité de méthanisation par digestion
charge ou opération déficiente, en particulier
des boues dans un réacteur
en présence de traitement primaire anaérobie.

Investissements Très élevés

Élevés, mais moindre que pour les boues


activées :
Consommation d'énergie ;
Coûts
Dépendance aux énergies fossiles ;
récurrents
Fonctionnement simple demandant moins
d'entretien et de contrôle que la technique
des boues activées.

3.4.1.3. Option 3 : Lagunage naturel

L'épuration est assurée grâce à un long temps de séjour, dans plusieurs bassins étanches
disposés en série.
Le mécanisme de base sur lequel repose le lagunage naturel est la photosynthèse. La tranche
d'eau supérieure des bassins est exposée à la lumière. Ceci permet l'existence d'algues qui
produisent l'oxygène nécessaire au développement et maintien des bactéries aérobies. Ces
bactéries sont responsables de la dégradation de la matière organique. Le gaz carbonique formé
par les bactéries, ainsi que les sels minéraux contenus dans les eaux usées, permettent aux
algues de se multiplier. Il y a ainsi prolifération de deux populations interdépendantes : les
bactéries et les algues planctoniques, également dénommées “microphytes”. Ce cycle s'auto-
entretient tant que le système reçoit de l'énergie solaire et de la matière organique.
L'installation de trois types de lagunes en série est fréquente et permet d'assurer un bon niveau
de fiabilité de fonctionnement pour l'élimination de la matière organique.
Le rôle respectif des différents bassins est le suivant :

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 58

le premier ("anaérobie") permet, avant tout, l'abattement de la charge polluante carbonée


(DBO/DCO) ;
le second ("facultatif") permet l'abattement de l'azote et du phosphore, ainsi qu'une partie
des charges carbonées et bactériologiques ;
le troisième ("maturation") affine le traitement bactériologique.
Les superficies nécessaires au traitement des eaux usées domestiques étant un point critique
du procédé par lagunage, et l'expérience africaine étant suffisante, les modèles de calcul adaptés
à la réalité climatique locale sont disponibles et il est possible de réaliser un calcul relativement
fin des surfaces nécessaires.

Figure 18 : Schéma de fonctionnement des STEP par lagunage naturel8

Le tableau suivant présente les avantages et inconvénients de cette technologie.

8
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 59

Tableau 13 : Avantages et inconvénients du procédé par lagunage naturel


Poste Avantages Inconvénients
Rendements élevés en moyenne près de 70%
(plus de 85% en ne prenant en compte que la
DCO filtrée en sortie, brute en entrée).
Performances moindres que les procédés intensifs sur
Les concentrations en azote total au niveau du
la matière organique. Cependant, le rejet de matière
rejet sont très faibles.
organique s'effectue sous forme d'algues, ce qui est
L'abattement du phosphore est remarquable les
moins néfaste qu'une matière organique dissoute pour
premières années ( 60%), puis diminue pour
Efficacité l'oxygénation du milieu en aval.
atteindre un rendement nul au bout de 20 ans
Très basse efficacité de traitement/m2 : nécessite
environ9.
d'importantes surfaces disponibles.
Importante réduction des charges
Ouvrages de taille importante si des objectifs
bactériologiques liée au long temps de séjour de
d'élimination de l'azote sont imposés.
l'effluent.
Les boues de curages son bien stabilisées (sauf
celles en tête du premier bassin)
Non-maîtrisable : le rendement est défini
Très faible sensibilité aux variations de charge et
Flexibilité exclusivement par le dimensionnement des
de débit.
ouvrages10.
Très favorable :
Haute réduction des charges
bactériologiques.
Les algues contenues dans l'effluent traité
transportent l'eau et les nutriments jusqu'aux
Réutilisation Pertes hydrauliques en raison de l'évaporation.
plantes.
Peut combiner les capacités de traitement et
de stockage
Les boues de curages sont faciles à épandre
sur sol agricole.
L'opération reste légère, mais si le curage global n'est
Très faible : pas réalisé à temps, les performances de la lagune
Vulnérabilité Pas d'équipements électromécaniques chutent très sensiblement.
Pas de réactifs Risque de présence d'insectes et autres vecteurs de
maladie en cas de négligence dans l'opération.

Aucun bruit
Bonne intégration paysagère Risque d'odeurs en cas de variations de charge ou
Exploitation peu gourmande en énergie et donc opération déficiente, en particulier au niveau des
Impact
pas de consommation d’énergies fossiles bassins anaérobies.
Possibilité de récupération du méthane par
simple couverture des bassins anaérobies

Investissements Raisonnable
Très faibles :
Un apport d'énergie n'est pas nécessaire si Nécessité de curage des bassins et de coupe des
Coûts récurrents
le dénivelé est favorable végétaux.
Besoins réduits en personnel

Les avantages techniques et financiers du lagunage sont importants. Ils ne sont mis en
concurrence réelle que lorsque la disponibilité en terrain est limitée et/ou leur coût élevé.

9
Cette baisse est due à un relargage du phosphore depuis la vase du fond. Les conditions initiales seront
restaurées par le curage des bassins (lorsque le milieu est sensible au phosphore, le curage doit avoir lieu
au terme d’un délai plus court que les 10-12 ans généralement estimés et sur l’ensemble des lagunes.
10
À l'exception d'une opération hydraulique fine permettant d'adapter les temps de séjour dans chaque
bassin.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 60

3.4.1.4. Option 4 : Lagunes aérées

L'oxygénation est, dans le cas du lagunage aéré, apportée mécaniquement par un aérateur de
surface ou une insufflation d'air. Ce principe ne se différencie des boues activées que par
l'absence de systèmes de recyclage des boues ou d'extraction des boues en continu. La
consommation en énergie des deux filières est, à capacité équivalente, comparable (1,8 à 2
kW/kg DBO5 éliminée).
Dans l'étage d'aération, les eaux à traiter sont en présence de micro-organismes qui vont
consommer et assimiler les nutriments constitués par la pollution à éliminer. Ces micro-
organismes sont essentiellement des bactéries et des champignons (comparables à ceux
présents dans les stations à boues activées).
Dans l'étage de décantation, les matières en suspension que sont les amas de micro-organismes
et de particules piégées, décantent pour former les boues. Ces boues sont pompées
régulièrement ou enlevées du bassin lorsqu'elles constituent un volume trop important. Cet étage
de décantation est constitué d'une simple lagune de décantation, voire, ce qui est préférable, de
deux bassins qu'il est possible de by-passer séparément pour procéder à leur curage.

Figure 19 : Schéma de fonctionnement des lagunes aérées11

Le tableau suivant présente les avantages et inconvénients du procédé par lagunage aéré.

11
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 61

Tableau 14 : Avantages et inconvénients du procédé par lagunes aérées

Poste Avantages Inconvénients


Performances moindres que les procédés intensifs ou
le lagunage naturel sur la matière organique.
La population bactérienne sans recirculation conduit :
Bonne efficacité de traitement / m2 à une densité de bactéries faible et à un temps de
Efficacité traitement important pour obtenir le niveau de
Les boues de curages sont bien stabilisées. qualité requis ;
à une floculation peu importante des bactéries, ce
qui contraint à la mise en place d'une lagune de
décantation largement dimensionnée.
Encourage le phasage des investissements
(lagunage naturel dans un premier temps,
puis lagunage aéré)
Très faible sensibilité aux variations de Peu maîtrisable : le rendement est défini
Flexibilité
charge et de débit. principalement par le dimensionnement de base.
Rendement élevé pour le traitement
d'effluents spéciaux : très concentrés,
déséquilibrés en nutriments, industriels.

Très favorable :
Haute réduction des charges
bactériologiques.
Les algues contenues dans l'effluent
traité transportent l'eau et les
Réutilisation Pertes hydrauliques en raison de l'évaporation.
nutriments jusqu'aux plantes.
Peut combiner les capacités de
traitement et de stockage
Les boues de curages sont faciles à
épandre sur sol agricole.
Élevée, car :
dépend de la disponibilité d'énergie électrique ;
Seuls les équipements électromécaniques nécessite l'importation d'équipements (neufs et en
Vulnérabilité
sont vulnérables ; pas d'usage de réactifs. pièces de rechange) et réactifs.
Nécessite la formation et l'engagement pérenne
de techniciens opérateurs.
Bonne intégration paysagère
Possibilité de récupération du méthane par Risque de bruit.
Impact
simple couverture des bassins anaérobies Risque d'odeurs en cas d'arrêt prolongé des aérateurs.
(le cas échéant)
Investissements Très raisonnables

Élevés :
Consommation énergétique importante ;
Coûts récurrents Dépendance aux énergies fossiles ;
Nécessité de personnel qualifié et d'une
surveillance régulière.

3.4.2. Choix d’une option de traitement des eaux usées


Les critères suivants sont utilisés pour la comparaison des techniques de traitement des eaux
usées.
Efficacité : indique la capacité de traitement de la technique ;
Flexibilité : mesure la capacité de la technologie à supporter les surcharges temporaires ;
Vulnérabilité : fait référence aux parties de la technique les plus exposées à des problèmes

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 62

de fonctionnement et sur lesquels une attention particulière est requise pour l’exploitant ;
Impacts : indiquent sommairement les impacts positifs comme négatifs directs attendus de
la technologie ;
Investissement : prend en compte les coûts d’investissement des ouvrages ;
Coûts récurrents : font références aux coûts d’entretien et d’exploitation de la technique ;
Surface occupée : indique la surface nécessaire pour abriter les ouvrages et équipements
de la station.

Sur la base des critères définis plus haut, une notation est appliquée pour la comparaison des
options de traitement des eaux usées. Les postes de comparaison sont notés de 4 (la meilleure)
à 1 (la plus mauvaise pour le critère considéré).
Le tableau ci-dessous donne les résultats obtenus.

Tableau 15 : Comparaison des variantes de traitement des eaux usées


Procédés intensifs Procédés extensifs
Poste Boues Lits
Lagunage naturel Lagunage aéré
activées bactériens

Efficacité 4 3 3 3

Flexibilité 2 1 3 2

Réutilisation 4 3 4 4

Vulnérabilité 3 2 4 2

Impact 3 2 1 2

Investissements 1 1 3 4

Coûts récurrents 2 2 4 2
Total 19 14 22 19

L’analyse du tableau ci-dessus permet de constater que le lagunage naturel est de loin la
technique de traitement la plus intéressante pour les procédés extensifs tandis que pour réduire
les besoins en surface, les stations de type boues activées serait la meilleure technique de
traitement. Sur cette base, il est retenu pour les études de faisabilité deux options :

Option 1 : Traitement avec une station de type lagunage simple ;


Option 2 : Traitement avec une station de type boues activées.

Elles seront étudiées comme variantes et feront l’objet d’une comparaison technico-
économique plus détaillée.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 63

3.5. DÉFINITION DES MODES DE TRAITEMENT ENVISAGEABLES POUR LES BOUES DE


VIDANGE

3.5.1. Définition des options envisageables pour le traitement des boues de vidange
Le mode d’assainissement proposé pour la commune urbaine de Toliara est un mixte entre
l’assainissement autonome et l’assainissement collectif. De l’assainissement autonome
subsistera donc pour une bonne partie de la population au-delà même de l’horizon du projet. Il
est donc nécessaire de prévoir des ouvrages de traitement des boues de vidange qui devront
compléter le maillon de la chaine de l’assainissement autonome. La technologie de traitement
des boues de vidange est largement basée sur la séparation des phases liquide et solide.
Après cette première phase de séparation, les fractions liquide et solide sont traitées
séparément.
La fraction liquide est ainsi traitée avec les technologies habituelles pour les eaux usées et la
fraction solide peut être simplement séchée pour la mise en décharge, ou désinfectée pour
permettre une utilisation agronomique exempte de risques sanitaires.
Le niveau de traitement des fractions liquide et solide ainsi séparées dépend de l’utilisation
prévue des sous-produits. En effet, si les sous-produits notamment l’eau épurée doit être utilisée,
il est nécessaire d’atteindre un niveau de traitement compatible avec l’utilisation prévue pour
éviter les risques sanitaires. Par contre si les sous-produits ne sont pas destinés à être réutilisés,
un traitement poussé engendrerait des surcoûts importants sans grand intérêt.
Le schéma suivant présente un aperçu d’options potentielles à coûts modestes pour le traitement
des boues de vidange dans les pays en développement.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 64

Figure 20 : Options potentielles de traitement des boues de vidange

Les techniques simples pour la séparation solide-liquide des boues comportent trois (03)
options :
Option 1 : Bassins de sédimentation / épaississement ;
Option 2 : Lits de séchage simples ;
Option 3 : Lits de séchage plantés.

3.5.1.1. Option 1 : Bassins de sédimentation/épaississement

Description et fonctionnement
Cette option utilise les bassins de sédimentation/épaississement pour la réduction des quantités
de boues à envoyer sur les lits de séchage. Les bassins de sédimentation/épaississement
constituent donc les ouvrages principaux de la séparation liquide/solide.
Un bassin de sédimentation / épaississement est un bassin de décantation simple qui permet
d'épaissir les boues. L'effluent est évacué et traité alors que la boue épaissie est envoyée sur
des lits de séchage.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 65

La figure ci-dessous présente le principe de fonctionnement des bassins de sédimentation /


épaississement.

Figure 21 : Schéma de fonctionnement d’un bassin de décantation12

Le principe de fonctionnement pour cette option est le suivant :


Les boues reçues au niveau de l’ouvrage de réception passent sur un canal au travers
duquel elles sont dégrillées pour être séparées des éléments solides grossiers. Le nombre
de grille varie entre un et trois en fonction de la nature des boues ;
Les refus de dégrillage sont ensuite retirés et déposés dans des bacs prévus à cet effet ;
Les eaux ainsi dégrillées passent ensuite dans les bassins de sédimentation. Le bassin de
sédimentation a pour objectif de concentrer les boues en décantant la matière en
suspension. Les boues brutes y stagnent pendant plusieurs heures, ce qui permet la
décantation gravitaire des matières en suspension. Les matières décantées s’accumulent
au fond du bassin, tandis que le surnageant clarifié sort du bassin par un seuil ;
Les boues accumulées au fond sont soutirées périodiquement et envoyées sur les lits de
séchage par pompage. Pour une gestion optimale, deux bassins parallèles en
fonctionnement alternatif sont prévus ;
Les boues épaissies envoyées sur les lits subissent ensuite une percolation et un séchage.
Le percolât rejoint le surnageant issu des bassins et termine son traitement dans les
bassins de lagunage avant le rejet final ;
Les boues séchées sur les lits sont enlevées périodiquement pour être déposées sur une
aire de séchage pendant un temps suffisamment long pour permettre la destruction des

12
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 66

germes pathogènes.
Emprise
Du fait de la réduction par concentration des volumes de boues envoyées vers les lits de
séchage, le nombre de lits est relativement réduit. L’emprise nette occupée par les ouvrages
pour cette option serait donc plus faible que pour les deux autres options.
Performance
Les performances de l’option sont données principalement par les performances des bassins de
sédimentation/épaississement. En cas de respect des consignes d’exploitation notamment la
nécessité d’un fonctionnement alternatif des bassins et le non-dépassement des débits de
dimensionnement, les performances sont relativement intéressantes. Dans le cas contraire, la
décantation ne sera pas correctement réalisée, ce qui aura pour conséquence directe l’envoie
d’eaux décantées très chargées dans les ouvrages de traitement de la fraction liquide et des
performances médiocres de l’ensemble à la sortie.
Coûts d’investissement et d’exploitation
Du fait essentiellement de la réduction du nombre de lits de séchage, les coûts d’investissement
pour cette variable sont relativement peu élevés par rapport aux deux autres options. En effet,
les bassins de décantation et leurs équipements (pompes) sont peu coûteux et permettent en
même temps de réduire de façon substantielle les lits de séchage nécessaires.
Par contre, les coûts récurrents sont relativement importants du fait essentiellement du pompage
nécessaire pour envoyer les boues épaissies vers les lits de séchage.
Synthèse
Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques de cette variante :
Tableau 16 : Avantages et inconvénients des bassins de sédimentation / épaississement
Critères Avantages Inconvénients
Abattement théorique élevé du bassin de Abattement théorique faible du bassin de
sédimentation pour les MES (85%) sédimentation pour la DCO (50%), des NTK
Efficacité
Réduction du volume de boues appliquées à (5%) et CF/Œufs d’helminthe (50%).
la suite du traitement Les lits de séchage restent nécessaires.

Flexibilité Adaptée à la réception centralisée des boues Efficacité très réduite en cas de surcharge :

Très élevée : risque élevé d’obturation des


Vulnérabilité conduites, nécessite en général une hydro
cureuse.
Possibilité de récupération du méthane en
Risque d'odeurs en cas d'arrêt prolongé.
Impacts cas d’ajout d’un bassin anaérobie
Impact majeur
intermédiaire
L’investissement pour les lits de séchage reste
Investissements Surface de lits moins importante nécessaire
Coût des pompes
Élevés en raison du recours obligatoire au
Réduction du besoin de main d’œuvre pompage pour l’évacuation des boues
Coûts récurrents nécessaire pour la manutention de boues épaissies et aux coûts de curage avec hydro
séchées des lits de séchage cureuse quelques fois nécessaire. Solution
assez gourmande en énergie.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 67

Critères Avantages Inconvénients


Permet de réduire les besoins en surface que
Nécessité en les lits de séchage simple
surface Nécessite moins de surface de terrain que
les deux autres technologies

3.5.1.2. Option 2 : Lits de séchage simples

Description et fonctionnement
Cette option utilise directement les lits de séchage simples pour la séparation liquide /solide.
Un lit de séchage non planté est un lit simple et perméable qui, une fois chargé avec la boue,
draine la partie liquide et permet à la boue de sécher par évaporation. Approximativement, 50 à
80% du volume des boues percole comme liquide. Les boues accumulées sur les lits sont raclées
à une fréquence à déterminer. La figure ci-dessous présente le principe de fonctionnement des
lits de séchage simples.

Figure 22 : Schéma de fonctionnement d’un lit de séchage non planté13

Le principe de fonctionnement pour cette option est le suivant :


Les boues reçues au niveau de l’ouvrage de réception passent sur des canaux au travers
desquels elles sont dégrillées pour être séparées des éléments solides grossiers. Le nombre
de grille varie entre un et trois en fonction de la nature des boues. Pour chaque filière, un
ouvrage de réception + canal dégrilleur + canal de répartition sont prévus ;
Les refus de dégrillage sont ensuite retirés et déposés dans des bacs prévus à cet effet ;

13
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 68

Les eaux ainsi dégrillées passent ensuite dans les différents lits organisés en filière. Un
système de vannage permet une utilisation successive des lits de séchage ;
Les boues envoyées sur les lits subissent ensuite une percolation et un séchage. Le percolât
termine son traitement dans les bassins de lagunage avant le rejet final ;
Les boues séchées sur les lits sont enlevées périodiquement pour être déposées sur une
aire de séchage pendant un temps suffisamment long pour permettre la destruction des
germes pathogènes.
Emprise
Les boues brutes sont étendues sur les lits en couches d’environ 30 à 70 cm d’épaisseur (en
fonction des conditions climatiques) pour que le séchage se fasse dans les meilleures conditions.
Les surfaces de lits nécessaires peuvent donc relativement importantes pour cette variante.
Performance
Les performances cette option sont données principalement par les performances des lits de
séchage. L’expérience montre que les lits de séchage donnent d’excellents résultats aussi bien
pour les charges organiques et pour les charges bactériologies. Les niveaux de traitement
atteints pour les percolât des lits sont tels qu’ils sont moins chargés que des eaux usées urbaines
donc facilement traitables par les ouvrages de traitement de la fraction liquide.
Coûts d’investissement et d’exploitation
L’épaisseur des boues dans les lits devant être réduite pour optimiser la période de séchage, le
nombre de lits est généralement important. Les coûts d’investissement pour cette option seront
donc plus élevés que pour les deux autres variantes.
Par contre, les coûts récurrents sont relativement faibles. En effet, l’exploitation requiert des
moyens matériels simples et un personnel qualifié.
Synthèse
Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques de cette variante :
Tableau 17 : Avantages et inconvénients des lits de séchage non plantés

Critères Avantages Inconvénients


Abattement théorique élevé pour tous les
Variabilité en fonction du taux de
paramètres : MES (95%), DCO (90%),
Efficacité stabilisation des boues
DBO (75%) des NTK (50%) et CF/Œufs
Rendement réduit en saison des pluies
d’helminthe (99%)
Élevée en raison de la capacité
d’accumulation des boues séchées
Flexibilité Gestion du mode d’alimentation
Impact limité sur le système d’épuration
liquide en aval
Pas de système de conduite/pompage Capacité limitée par la vitesse de
Vulnérabilité
Pas de plantes à surveiller colmatage du filtre

Cycle du carbone optimisé par valorisation


Impacts des boues en agriculture Risque faible d’odeurs. Impact mineur
Peu d’odeurs

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 69

Critères Avantages Inconvénients

Surface de lits plus importante que filière


de lits de séchage plantés et bassins de
Investissements Pas de bassin de sédimentation
sédimentation, ou bien besoin d’une
couverture

Pas besoin d’énergie, pas besoin d’hydro Besoin de main d’œuvre important pour
Coûts récurrents cureuse la manutention de boues séchées sur les
Réfection du filtre (couche de sable) lits

Nécessité en Nécessite beaucoup plus de surface que


surface les deux autres technologies

3.5.1.3. Option 3 : Lits de séchage plantés

Description et fonctionnement
Cette option utilise directement les lits de séchage plantés pour la séparation liquide /solide.
Un lit de séchage planté est semblable à un lit de séchage non planté avec l'avantage d’une
évapotranspiration accrue par les plantes judicieusement choisies. La boue fraîche peut être
appliquée directement sur la couche précédente. Les plantes et leur système racinaire
maintiennent la perméabilité du filtre. Les boues accumulées sur les lits sont évacuées tous les
2 à 5 ans. Elles ont alors atteint un degré de stabilisation avancé ainsi qu’une bonne
« hygiénisation » et humification.
Les lits de séchage plantés présentent l'avantage que les boues y resteront pendant une période
allant jusqu'à 5 ans, et vont réduire considérablement les dépenses opérationnelles. En plus, les
boues sont hygiéniquement neutres après un temps de séjour prolongé. Des études ont révélé
que le nombre d'œufs d’helminthes dans les boues est réduit à près de 100%, avec des
concentrations inférieures à 6 œufs/gMS, donc dans la plage de tolérance de 3 - 8 œufs/g MS
admise pour une réutilisation sûre dans l'agriculture.
Les boues ne requièrent pas d'autres étapes de traitement. À la fin du temps de stockage sur les
lits de séchage plantés, les boues séchées peuvent être épandues directement sur les surfaces
cultivées.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 70

Figure 23 : Schéma de fonctionnement d’un lit de séchage planté14

Le principe de fonctionnement pour cette variante est le suivant :


Les boues reçues au niveau de l’ouvrage de réception passent sur des canaux au travers
desquels elles sont dégrillées pour être séparées des éléments solides grossiers. Le nombre
de grille varie entre un et trois en fonction de la nature des boues. Pour chaque filière, un
ouvrage de réception + canal dégrilleur + canal de répartition sont prévus ;
Les refus de dégrillage sont ensuite retirés et déposés dans des bacs prévus à cet effet ;
Les eaux ainsi dégrillées passent ensuite dans les différents lits organisés en filière. Un
système de vannage permet une utilisation successive des lits de séchage ;
Les boues envoyées sur les lits subissent ensuite une percolation et un séchage. Le percolât
rejoint les bassins de lagunage avant le rejet final ;
Les boues restent suffisamment longtemps sur les lits pour permettre la destruction des
germes pathogènes.
Emprise
Les boues brutes sont étendues sur les lits en couches d’environ 30 cm d’épaisseur pour que le
séchage se fasse dans les meilleures conditions. Les surfaces de lits nécessaires sont donc
relativement importantes pour cette variante.
Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des lits de séchage plantés.

14
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 71

Tableau 18 : Avantages et inconvénients des lits de séchage plantés

Critères Avantages Inconvénients

Abattement théorique élevé pour tous les


paramètres : MES (95%), DCO (95%), DBO (90%) Variabilité en fonction de l’état
Efficacité
des NTK (80%) et CF/Œufs d’helminthe ( 100%), de santé des plantes.
bonne qualité agronomique.

Élevée en raison de la capacité d’accumulation des


Flexibilité Gestion du mode d’alimentation
boues séchées.
Risque de flétrissement des
Pas de système de conduite/pompage
plantes lors de la (re)mise en
Capacité élevée : les plantes empêchent le
Vulnérabilité service d’un lit.
colmatage du filtre et permettent une alimentation
Pas d’expérience locale.
continue pendant 2 à 5 ans.
Problème de choix des plantes.
Bonne intégration paysagère.
Cycle du carbone optimisé par valorisation des Très faible risque d’odeurs.
Impacts
boues en agriculture. Impact mineur.
Peu d’odeurs.

Surface de lits moins importante que pour les lits non Surface de lits plus importante
Investissements plantés. que les lits de séchage non
Pas besoin de zone de stockage. plantés.

Besoin de main d’œuvre


Pas besoin d’énergie, pas besoin d’hydrocureuse important pour la manutention de
Coûts récurrents
Réfection du filtre, entretien des plantes. boues séchées des lits de
séchage.
Nécessite moins de surface que les lits de séchage
Nécessité en surface simples mais plus qu’avec les bassins de
sédimentation.

3.5.2. Choix d’une option de traitement des boues de vidange


Pour la comparaison des procédés et le choix d’un procédé adapté, les mêmes critères que pour
les eaux usées ont été utilisés.
Sur la base des critères définis plus haut, une notation est appliquée pour la comparaison des
options de traitement des boues. Les postes de comparaison sont notés de 3 (la meilleure) à 1
(la plus mauvaise pour le critère considéré).
Le tableau ci-dessous donne les résultats obtenus.
Tableau 19 : Comparaison des options de traitement des boues de vidange

Option1 : Bassins de Option 2 : Lits de Option 3 : Lits de


Poste
sédimentation séchage non plantés séchage plantés

Efficacité 1 2 3

Investissements 3 2 1

Coûts récurrents 1 3 2

Nécessité en
3 1 2
surface

Vulnérabilité 2 1 3

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 72

Option1 : Bassins de Option 2 : Lits de Option 3 : Lits de


Poste
sédimentation séchage non plantés séchage plantés

Total 10 09 11

La comparaison des options montre que :


L’option 3 (les lits de séchage plantés alimentés directement avec des boues brutes) est
intéressante en termes de niveau de traitement mais également permet de réduire les
espaces par rapport à l’option 2. Il permet d’atteindre de très bons niveaux de traitement sur
une emprise raisonnable. Cette option est également adaptée pour les zones avec une
pluviométrie presque étalée sur l’année et avec des températures moyennes relativement
basses du fait que le séchage des boues se fait sur une très longue période. De plus, des
expériences prometteuses sont en cours au niveau des villes comme Tamatave pour des
plantes adaptées.
L’option 1, permet de réduire de manière importante les surfaces de terrain nécessaires pour
le séchage des boues. Cependant, elle nécessite des pompes de refoulement des boues
décantées vers les lits de séchage. Ce besoin la rend donc moins intéressante que les autres
étant donné que les débits de boues à traiter ne sont pas très importantes et les assiettes
foncières pour abriter une station de traitement de boues de vidange disponibles.
L’option 2 pourrait être adaptée au contexte de Toliara notamment du fait de l’ensoleillement
dans la ville. De même, au vu de la pluviométrie rare dans la ville, les périodes de séchage
ne seraient pas longues, ce qui va rendre les surfaces de lits de séchage nécessaires pas
importantes.
Au vu de ces considérations, les options suivantes sont retenues pour le traitement des boues
de vidange produites :
Lits de séchage plantés ;
Lits de séchage non plantés.

Elles seront étudiées comme variantes et feront l’objet d’une comparaison technico-
économique plus détaillée.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 73

IV. ÉTUDES DE FAISABILITÉ DES VARIANTES D’ASSAINISSEMENT

4.1. ÉTUDES DES VARIANTES DE RESEAU DE COLLECTE DES EAUX USÉES

4.1.1. Définition des variantes


Pour la partie de la ville couverte en assainissement collectif, deux variantes liées à l’agencement
des stations de pompage. En effet, l’agencement des stations de pompage a une conséquence
notable sur leur puissance et l’ossature du réseau de collecte.
Variante 1 : Trois stations de pompage en série pour le refoulement vers la station de
traitement : Il s’agit pour cette variante de proposer une ossature de réseau de collecte des
eaux usées et un agencement en cascade des stations de pompage du centre-ville vers la
station de traitement des eaux usées située à proximité du CTVD ;
Variante 2 : Pompage direct vers la station de traitement à partir de la station
principale du centre-ville : Pour cette variante l’agencement des stations de pompage est
tel que la station de pompage principale refoule directement vers la STEP sans relais.

4.1.2. Évaluation des débits collectés


L’évaluation des débits d’eaux usées prend en compte les eaux usées domestiques et industrielles
des zones de la ville couvertes par le réseau de collecte prévu. Les consommations d’eau potable
ont été évaluées précédemment. Ces débits d’eau de consommation ont été évalués sur la base
des données fournies par la JIRAMA. Ils correspondent ainsi aux consommations de populations,
d’industries et autres édifices publics couverts par le réseau de la JIRAMA et qui sont les zones
prévues pour être desservies par le réseau de collecte.

4.1.2.1. Populations concernées

Conformément au zonage indiqué, le tableau suivant donne les populations dans les zones prévues
pour être couvertes par le réseau de collecte à l’horizon du projet.

Tableau 20 : Population concernée par l’assainissement collectif


Couverture
Population Population
Fokontany réseau de
2040 correspondante
collecte en 2040
Tanambao I 10 032 100% 10 032
Tanambao Morafeno 24 311 100% 24 311
Toliara Centre 11 226 100% 11 226
Tsianengea 27 337 100% 27 337
Amborogony Tanambao 12 184 100% 12 184
Amborogony 8 939 100% 8 939
Ampasikibo 20 275 100% 20 275
Sanfily 5 728 100% 5 728
Tanambao II TSF Nord 9 405 100% 9 405
Ankatsaka 7 742 100% 7 742
Konkasera 8 428 100% 8 428
Andabizy 6 495 80% 5 196
Mahavatse I Tanambao 11 346 100% 11 346
Tanambao Motombe 16 144 45% 7 265

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 74

Couverture
Population Population
Fokontany réseau de
2040 correspondante
collecte en 2040
Mahavatse I Est 9 724 10% 972
Mahavatse I Ouest 7 691 15% 1 154
Ankiembe bas 7 333 0% -
Ankiembe haut 6 056 0% -
Tsimenatse III 2 586 100% 2 586
Tsimenatse I Ouest 15 251 100% 15 251
Tsimenatse I Est
15 550 100% 15 550
Tanambao
Tsimenatse II 51 745 100% 51 745
Mahavatse II Est
22 755 100% 22 755
Ambararata
Mahavatse II Ouest 16 874 20% 3 375
Betania Centre 17 462 100% 17 462
Andaboly 32 897 70% 23 028
Mangabe 6 860 100% 6 860
Betania Ouest 15 491 100% 15 491
Betania Ankilifaly 3 860 70% 2 702
Betania Tanambao 36 701 55% 20 186
Antaninarenina 13 251 100% 13 251
Sakabera 4 068 0% -
Tsongobory 9 391 10% 939
Anketraka 8 543 0% -
Antaravay Salimo 7 457 50% 3 729
Anketa bas 19 289 100% 19 289
Anketa haut 5 582 100% 5 582
Ambohitsabo 13 141 15% 1 971
Betaritarika 8 643 100% 8 643
Besakoa 11 540 50% 5 770
Tsianaloka 11 573 100% 11 573
Total 560 905 78% 439 277

À l’horizon 2040, 439 277 habitants seront couverts par le réseau d’assainissement des eaux usées
ce qui représentent 78% de la population totale de la ville à cette année.

4.1.2.2. Taux de raccordement

On considérera que 100% des populations situées dans la zone couverte par le réseau de collecte
seront effectivement raccordées au réseau à terme (horizon de projet).

4.1.2.3. Eaux parasites

Le calcul des volumes d'eaux usées doit également prendre en compte les eaux
parasites composées des :
Eaux d'infiltration qui pénètrent dans le réseau séparatif à partir des nappes au niveau des
raccordements domiciliaires, de canalisations, joints ou regards défectueux ;
Apports directs qui sont constitués par les ruissellements d'eaux pluviales pénétrant dans le
réseau séparatif par les regards non étanches ou les mauvais branchements domiciliaires
(eaux de toiture ou de cour) ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 75

Apports d’origines diverses : stockages d'eaux (canaux, marigots, talus) ou pertes ou


volumes distribués et non comptabilisés du réseau d’eau potable.
Peu d’expériences existent qui permettraient une estimation fine de ces volumes, qui sont en
général évalués de façon proportionnelle aux débits véhiculés ou au linéaire de réseau.
Étant donnée la profondeur de la nappe (entre 40 et 70 m) et l’existence de projets de drainage des
eaux pluviales dans les zones concernées, les risques d’introduction des eaux de pluie et de nappe
dans les canalisations sont faibles. Malgré tout, des eaux de pluies peuvent s’introduire dans le
réseau d’eaux usées à travers les regards de visite ou à partir des habitations branchées. Pour tenir
compte de ce risque, on considérera 10% des débits d’eaux usées comme représentant les eaux
parasites.

4.1.2.4. Débits moyens

Les débits moyens d’eaux usées ont été évalués sur la base des paramètres décrits plus haut
(consommations spécifiques, nombre d’habitants et taux de rejet et de raccordement).
Le tableau suivant donne les débits d’eaux usées à l’horizon du projet (2040).

Tableau 21 : Débits moyens d’eaux usées à collecter à l’horizon du projet


Valeur
Désignation Unité
(2040)
Population hab 439 277
3
Consommation eau potable m /j 26 357
Taux de rejet % 80
Débits eaux parasites (10%
% 10
débit moyen journalier)
Débit moyen journalier Qmj m3/j 23 194

Pour la suite du projet, on considérera un débit moyen journalier de 23 200 m3/j.

4.1.2.5. Débits de pointe

Les débits de pointe sont évalués par application de coefficients de pointe sur les débits moyens.
Les débits de pointe considérés sont calculés en prenant les coefficients de pointe suivants :
Coefficient de pointe journalière : La modulation saisonnière du rejet peut être rattachée
à la fluctuation de la consommation de l’eau potable. Elle se trouve généralement dans la
fourchette 1,2 à 1,8. Cependant, les consommations spécifiques considérées étant assez
hautes, et les fluctuations saisonnières de faible amplitude, on considérera un taux de 1, les
taux de consommations retenus étant déjà des pointes.
Coefficient de pointe horaire : Le coefficient de pointe horaire Kph qui reflète l’heure de
pointe pendant le jour de pointe est défini par la formule suivante :
Kph = 1,5 + (2,5 / Kpj1 (Q domestique +Q parasite)) 3

Les débits de pointe sont évalués pour chaque bassin de collecte et pour chaque zone distincte du
projet ainsi que pour l’ensemble.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 76

4.1.3. Principe
Pour chaque zone, le réseau projeté pour la collecte des eaux usées est conçu de façon à limiter
la profondeur des fouilles tout en minimisant le nombre de stations de pompage. Le principe de
base est d’acheminer les eaux usées des zones hautes vers les zones basses gravitairement
avant de rejoindre la ou les stations d’épuration prévues en fonction de la variante considérée.
Le réseau de collecte comprend comme principaux ouvrages et équipements :
Des conduites gravitaires ;

Des stations de pompage ;

Des conduites de refoulement ;

Des ouvrages annexes tels que les regards.

4.1.4. Méthodes et outils de calcul

4.1.4.1. Réseaux gravitaires

Les calculs hydrauliques du réseau d’assainissement ont été réalisés à l’aide du logiciel
MENSURA qui permet une liaison directe entre la topographie et les données hydrauliques.
L’objectif du calcul hydraulique est de vérifier en tout point que les collecteurs proposés
permettront l’évacuation du débit de pointe à l’horizon de projet.
Pour une facilité d’exploitation, les conditions suivantes sont respectées pour le calage et le
dimensionnement des collecteurs principaux du réseau de collecte des eaux usées :
D’autres conditions sont toutefois à vérifier :

Diamètre minimal : 250 mm ;


Profondeur minimale sur génératrice supérieure : 80 cm ;
Le plein débit d’une conduite gravitaire correspond à une hauteur maximale de 80% de
diamètre intérieur ;
À pleine section ou à demi section, un tuyau circulaire doit assurer une vitesse d’écoulement
de 0,6 m/s ;
Pour un remplissage de la conduite au moins égal au 2/10 du diamètre doit être assuré pour
le débit moyen, la vitesse d’écoulement doit être au moins égale à 0,30 m/s ;
Pour limiter le nombre de stations de pompage au strict minimum, on respectera une pente
minimale de 0.30 %. Les profondeurs de pose seront limitées à 2 m dans les rues étroites
et dans les grandes rues, la profondeur peut atteindre 4 m.

4.1.4.2. Paramètres de pré dimensionnement des stations de pompage

Les stations de pompage seront de conception simple garantissant une exploitation facile et
économique. Des pompes submersibles simples d’emploi et largement utilisées seront
proposées. Le dimensionnement des stations de pompage concerne principalement les bâches
et le système de pompage. Chaque station de pompage sera composée, dans une enceinte

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 77

clôturée de :
Dégrilleur manuel ;
Dessableur ;
Bâche de pompage y compris pompes et équipements annexes ;
Un local gardien avec toilette ;
Une salle de commande abritant le groupe électrogène de secours, la cuve à gasoil et
l’armoire électrique.

4.1.4.3. Définition des bassins de collecte des eaux usées

La carte suivante donne les différents bassins de collecte définis ainsi que la zone desservie par
le réseau de collecte.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 78

Figure 24 : Bassins de collecte des


eaux usées15

15
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 79

4.1.5. Variante 1 : Stations de pompage en cascade

4.1.5.1. Ossature du réseau de collecte

L’ossature du réseau principal de collecte des eaux usées est composée des éléments suivants :
Neuf (09) bassins de collecte ;
Le réseau de canalisation principale ;
Neuf (09) stations de pompage ;
Une station d’épuration.
Les conduites principales sont en PVC DN 250 mm à 400 mm pour 36 065 ml et en béton
centrifugé armé DN 500 mm à 700 mm pour environs 3 561 ml.
La carte suivante présente l’ossature du réseau.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 80

Figure 25 : Ossature du
réseau de collecte de la
variante 116

16
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 81

4.1.5.2. Collecteurs secondaires et tertiaires

Pour le réseau secondaire et tertiaire, des ratios seront utilisés. Les réseaux secondaires et
tertiaires seront tous en PVC DN 250 mm. Sur la base de l’expérience dans des projets similaires
et de la configuration du terrain de la ville, un ratio de 120 ml/ha est retenu. Le linéaire total de
collecteurs secondaires et tertiaires est de 178 897 ml de canalisations PVC DN 250 mm.

4.1.5.3. Stations de pompage

Localisation des stations de pompage


La carte suivante donne la localisation des neuf (09) stations de pompage prévues. Elles sont
toutes projetées sur des sites actuellement libres de toute occupation.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 82

Figure 26 : Localisation des


stations de pompage de la
variante 117

17
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 83

Données de base
Le tableau suivant présente les données de base pour les neuf (09) stations de pompage.
Tableau 22 : Données de base de prédimensionnement des stations de pompage de la variante
1
Paramètres Unité SP1 SP2 SP3 SP4 SP5 SP6 SP7 SP8 SP9

Débit moyen l/s 153,4 269,0 82,4 50,6 75,3 4,4 14,9 41,2 33,2

Débit de pointe l/s 261,1 444,5 146,2 93,6 134,7 11,9 32 77,9 64,3

Longueur 1 294 6 893 617 374 1 127 346 87 187 215


ml
refoulement
Côte TN bâche 2,81 3,81 2,77 5,61 4,46 5,27 7,75 8,11 8,65
m
de pompage
Côte file d’eau à 6,07 21,92 8,90 6,83 3,26 6,56 6,53 8,10 7,66
m
l'exutoire

Prédimensionnement
Le tableau suivant donne les principales caractéristiques des stations de pompage. Les détails
de prédimensionnement seront donnés dans le rapport du schéma directeur.
Tableau 23 : Principales caractéristiques des stations de pompage de la variante 1

Paramètres Unité SP1 SP2 SP3 SP4 SP5 SP6 SP7 SP8 SP9

Nombre de pompes unité 2 2 2 2 2 2 2 2 2

Débit pompe l/s 265 445 150 95 135 15 35 80 65

Diamètre
mm 500 600 400 315 400 110 200 315 250
refoulement

Hauteur
m 13,50 52,50 14,00 8,50 11,00 20,50 8,00 11,00 9,50
manométrique

Puissance pompe KW 58,49 381,98 34,34 13,20 24,28 5,03 4,58 14,39 10,10

4.1.5.4. Récapitulatif variante 1

Le tableau suivant présente un récapitulatif des caractéristiques principales des ouvrages et


équipements de la variante 1 du réseau de collecte des eaux usées.
Tableau 24 : Récapitulatif des principales caractéristiques des ouvrages et équipements de la
variante 1 du réseau de collecte des eaux usées

Désignation Valeurs
Réseau gravitaire de collecte des eaux usées
DN 250 205 424 ml
DN 315 4 892 ml
DN 400 4 645 ml

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 84

Désignation Valeurs
DN 500 3 141 ml
DN 600 342 ml
DN 700 79 ml
DN 800 -
Stations de pompage
Nombre 9
Longueur de refoulement 11 140 ml
Puissances totales 546 KW

4.1.6. Variante 2 : Refoulement direct vers la STEP

4.1.6.1. Ossature du réseau de collecte

L’ossature du réseau principal de collecte des eaux usées est composée des éléments suivants :
Neuf (09) bassins de collecte ;
Le réseau de canalisation principale ;
Neuf (09) stations de pompage ;
Une station d’épuration.
Les conduites principales sont en PVC DN 250 mm à 400 mm pour 35 786 ml et en béton
centrifugé armé DN 500 mm à 800 mm pour environs 3 855 ml.
La carte suivante présente l’ossature du réseau.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 85

Figure 27 : Ossature du
réseau de collecte de la
variante 218

18
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 86

4.1.6.2. Collecteurs secondaires et tertiaires

Pour le réseau secondaire et tertiaire, des ratios seront utilisés. Les réseaux secondaires et
tertiaires seront tous en PVC DN 250 mm. Sur la base de l’expérience dans des projets similaires
et de la configuration du terrain de la ville, un ratio de 120 ml/ha est retenu. Le linéaire total de
collecteurs secondaires et tertiaires est de 178 897 ml de canalisations PVC DN 250 mm.

4.1.6.3. Stations de pompage

Localisation des stations de pompage


La carte suivante donne la localisation des neuf (09) stations de pompage prévues. Elles sont
toutes projetées sur des sites actuellement libres de toute occupation.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 87

Figure 28 : Localisation des


stations de pompage de la
variante 219

19
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 88

Données de base
Le tableau suivant présente les données de base pour les neuf (09) stations de pompage.
Tableau 25 : Données de base de prédimensionnement des stations de pompage de la variante
2
Paramètres Unité SP1 SP2 SP3 SP4 SP5 SP6 SP7 SP8 SP9

Débit moyen l/s 269,0 115,6 82,4 50,6 75,3 4,4 14,9 41,2 33,2

Débit de pointe l/s 444,5 200,3 146,2 93,6 134,7 11,9 32 77,9 64,3

Longueur 8 431 448 617 374 1 127 331 87 187 215


ml
refoulement
Côte TN bâche 2,81 3,81 2,77 5,61 4,46 5,27 7,75 8,11 8,65
m
de pompage
Côte file d’eau à 20,72 5,27 8,90 6,83 3,26 6,60 6,53 8,10 7,66
m
l'exutoire

Prédimensionnement
Le tableau suivant donne les principales caractéristiques des stations de pompage. Les détails
de prédimensionnement seront donnés dans le rapport du schéma directeur.
Tableau 26 : Principales caractéristiques des stations de pompage de la variante 2

Paramètres Unité SP1 SP2 SP3 SP4 SP5 SP6 SP7 SP8 SP9

Nombre de pompes unité 2 2 2 2 2 2 2 2 2

Débit pompe l/s 445 205 150 95 135 15 35 80 65

Diamètre
mm 600 500 400 315 400 110 200 315 250
refoulement

Hauteur
m 58,50 8,00 14,00 8,50 11,00 20,00 8,00 11,00 9,50
manométrique

Puissance pompe KW 425,63 26,81 34,34 13,20 24,28 4,91 4,58 14,39 10,10

4.1.6.4. Récapitulatif variante 2

Le tableau suivant présente un récapitulatif des caractéristiques principales des ouvrages et


équipements de la variante 2 du réseau de collecte des eaux usées.
Tableau 27 : Récapitulatif des principales caractéristiques des ouvrages et équipements de la
variante 2 du réseau de collecte des eaux usées

Désignation Valeurs
Réseau gravitaire de collecte des eaux usées
DN 250 205 216 ml
DN 315 4 787 ml
DN 400 4 680 ml

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 89

Désignation Valeurs
DN 500 2 647 ml
DN 600 665 ml
DN 700 523 ml
DN 800 20 ml
Stations de pompage
Nombre 9
Longueur de refoulement 11 817 ml
Puissances totales 558 KW

4.2. ÉTUDE DES VARIANTES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES

Pour le traitement des eaux usées, deux variantes sont étudiées. La variante 1 correspond à une
station de type lagunage tandis que la variante 2 correspond à une station de type boues
activées.

4.2.1. Variante 1 : Traitement de type lagunage simple

4.2.1.1. Paramètres de prédimensionnement

Le tableau suivant récapitule les principaux paramètres de débits et de charges de pollution


nécessaires au prédimensionnement des ouvrages et équipements de la station de traitement.
Tableau 28 : Principaux paramètres de débits et de charges de pollution de la station de
traitement pour la variante 1

Désignation Valeurs
Débit moyen eaux usées (m3/j) 23 200
DBO5 (mg/l) 896
DCO (mg/l) 1 824
MES (mg/l) 1 078

Par ailleurs, pour les normes de rejet, les zones de rejet sont des eaux de surface dans la classe
A du tableau des normes malgaches : qualité médiocre, baignade interdite. Les eaux ne pourront
donc utilisées que pour les activités rizicoles et maraichères.
La température à utiliser correspondant à la moyenne du mois le plus froid de l’année soit
20.50°C (mois d’Août).

4.2.1.2. Filières de traitement

Pour le lagunage simple, l'épuration est assurée grâce à un long temps de séjour, dans plusieurs
bassins étanches disposés en série.
Le mécanisme de base sur lequel repose le lagunage naturel est la photosynthèse. La tranche
d'eau supérieure des bassins est exposée à la lumière. Ceci permet l'existence d'algues qui

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 90

produisent l'oxygène nécessaire au développement et maintien des bactéries aérobies. Ces


bactéries sont responsables de la dégradation de la matière organique. Le gaz carbonique formé
par les bactéries, ainsi que les sels minéraux contenus dans les eaux usées, permettent aux
algues de se multiplier. Il y a ainsi prolifération de deux populations interdépendantes : les
bactéries et les algues planctoniques, également dénommées “microphytes”. Ce cycle s'auto-
entretient tant que le système reçoit de l'énergie solaire et de la matière organique.
L'installation de trois types de lagunes en série est fréquente et permet d'assurer un bon niveau
de fiabilité de fonctionnement pour l'élimination de la matière organique.
Le rôle respectif des différents bassins est le suivant :
Le premier ("anaérobie") permet, avant tout, l'abattement de la charge polluante carbonée
(DBO/DCO) ;
Le second ("facultatif") permet l'abattement de l'azote et du phosphore, ainsi qu'une partie
des charges carbonées et bactériologiques ;
Le troisième ("maturation") affine le traitement bactériologique.
Les superficies nécessaires au traitement des eaux usées domestiques étant un point critique
du procédé par lagunage, et l'expérience africaine étant suffisante, les modèles de calcul adaptés
à la réalité climatique locale sont disponibles et il est possible de réaliser un calcul relativement
fin des surfaces nécessaires.

Figure 29 : Schéma de fonctionnement des STEP par lagunage naturel20

Après examen des différents modèles disponibles à ce jour, il a été décidé de retenir comme

20
Compendium of Sanitation, Eawag, 2008

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 91

source principale les résultats des études réalisées à l'EIER, complétés par les développements
techniques présentés par le Dr Mara lors de la dernière conférence internationale sur ce thème
en octobre 2000 à Cali, en Colombie.
Les paragraphes suivants donnent les résultats des calculs de prédimensionnement. Les détails
de calcul seront fournis dans le rapport de mission 3.

4.2.1.3. Prétraitement

Dégrillage

Le dégrillage adopté pour les stations consistera à faire passer les eaux usées brutes à travers
les barreaux d'une grille manuelle placée inclinée de 60° à 80° sur l'horizontale.
Le tableau suivant donne les caractéristiques des dégrilleurs.
Tableau 29 : Caractéristiques des dégrilleurs de la STEP de la variante 1

Nombre de Débit par


Dégrillage grossier Tamisage fin
dégrilleurs chaîne (m3/j)

1 23 200 120 mm, à nettoyage manuel 10 mm, à nettoyage manuel

Dessablage

Le dessablage a pour but d’éliminer les particules denses afin d’éviter le colmatage des
conduites de liaison et l’ensablement des bassins. On adoptera des dessableurs canaux en se
fixant pour objectif d’y arrêter les particules de vitesses de chute Vc = 0.30 m/s.
On considère une hauteur utile h = 0.50 m (hauteur d’eau).
Pour les besoins d’exploitation, on considérera un canal dessableur rectangulaire en double
couloir avec, pour chaque couloir, les dimensions suivantes :
Longueur L= 5.00 m ;
Largeur l = 0.80 m ;
Hauteur maximale : 1.00 m.

4.2.1.4. Bassins de traitement

Bassins anaérobies
Les caractéristiques des bassins anaérobies sont données dans le tableau suivant.

Tableau 30 : Dimensionnement des bassins anaérobies

Paramètres Unité Valeurs


Données d'entrée
Débit Q m3/j 23 200
DBO5 entrant Li mg/l 896
Calculs
Volume Va m3 69 291
Profondeur P m 3

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 92

Paramètres Unité Valeurs


Temps de séjour calculé jours 2.99
Nombre de bassin unité 4.00
3
Volume retenu d'un bassin m 13 000
Temps de séjour effectif jours 2.24
Données de sortie
Débit Q m3/j 23 200
Taux d'abattement DBO5 % 60
DBO5 sortant La mg/l 358

Bassins facultatifs
Les caractéristiques des bassins facultatifs sont données dans le tableau suivant.
Tableau 31 : Dimensionnement des bassins facultatifs

Paramètres Unité Valeurs


Données d'entrée
Débit Q m3/j 23 200
DBO5 entrant La mg/l 896
Charge volumique kg DBO/m2.j 358
Calculs
Surface à mi-profondeur m2 319 302
Profondeur m 1.50
Temps de séjour calculé jours 21
Nombre de bassin unité 4
3
Volume retenu d'un bassin m 85 000
Temps de séjour effectif jours 15
Données de sortie
Débit Q m3/j 23 200
Taux d'abattement DBO % 80
Li mg/l 71.68

Bassins de maturation
Les dimensions des bassins de maturation sont déterminées par le temps de séjour maximal
calculé pour que les charges en Coliformes fécaux (CF) et œufs d’Helminthes (OH) soient
conformes à un rejet dans un milieu protégé mais avec une possibilité de réutilisation dans la
culture du riz :
CF < 2 000 unités/100 ml ;
OH < = 1unité/ml.
Le tableau suivant donne les résultats du prédimensionnement des bassins de maturation.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 93

Tableau 32 : Dimensionnement des bassins de maturation

Paramètres Unité Valeurs


Données d'entrée
Débit Q m3/j 23 200
CF entrée u/100ml 1.00E+06
OH O/ml 221
Calculs
Kt j-1 23.80
Nombre n bassins en série unité 1.00
Temps de séjour dans les
j 3.79
bassins de maturation
Temps de séjour total STEP jours 20.69
3
Volume total m 69 600
Nombre de bassins en parallèle unité 4
3
Volume d'un bassin m 22 000
Données de sortie
Débit Q m3/j 23 200
Taux d'abattement CF % 99.80%
Concentration CF u/100ml 1 969
Taux d'abattement OH % 99.83
Concentration OH O/ml 0.37

4.2.1.5. Séchage de boues

Pour cette variante, le sous-produit envisageable sont des boues séchées issues des lits de
séchage correspondant aux matières sèches organiques contenues dans les eaux usées brutes :
13 000 m3 (vidange d’un bassin anaérobie) x 20% = 2 600 m3 pour chaque vidange soit tous les
4 à 5 ans. Pour une masse volumique de 12 000 mg/l, une quantité totale de 31.20 tonnes de
boues séchées par an. Les boues séchées ne commenceront cependant à être disponibles qu’à
partir de la cinquième année de fonctionnement.
La solution du séchage sur lits drainants est la plus économique et la plus simple à gérer. Elle
est particulièrement efficace dans les zones à climat peu humide et bien ensoleillé. Les ouvrages
de traitement des boues de vidange prévus (voir chapitre suivant) seront utilisés à cet effet.

4.2.1.6. Récapitulatif pour la variante 1 de traitement

Le tableau suivant donne un récapitulatif des principales caractéristiques de la station de


traitement pour la variante 1.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 94

Tableau 33 : Récapitulatif des principales caractéristiques de la station de traitement pour la


variante 1

Désignation Caractéristiques
Type Lagunage simple
Capacité 23 200 m3/j
Double grille manuelle
Dégrillage 120 mm, à nettoyage manuel
10 mm, à nettoyage manuel
Dessableur double couloir avec pour chaque couloir les dimensions suivantes :
Longueur = 5.00 m ;
Dessablage
Largeur = 0.80 m ;
Hauteur maximale = 1.00 m.
4 bassins anaérobies en parallèle
- Volume : 13 000 m3
- Profondeur :3.00 m
- Temps de séjour : 2 jours
4 bassins facultatifs en parallèle
Bassins de - Volume : 85 000 m3
lagunages - Profondeur :1.50 m
- Temps de séjour : 15 jours
4 bassins de maturation en parallèle
- Volume : 22 000 m3
- Profondeur :1.00 m
- Temps de séjour : 3 jours
Séchage des
Lits de séchage simples de la STBV
boues

4.2.2. Variante 2 : Traitement de type boues activées

4.2.2.1. Paramètres de prédimensionnement

Le tableau suivant récapitule les principaux paramètres de débits et de de charges de pollution


nécessaires au prédimensionnement des ouvrages et équipements de la station de traitement.
Tableau 34 : Paramètres de débits et de charges de pollution de la station de traitement pour la
variante 2

Désignation Données 2040


Population (hab) 439 277
Débit moyen eaux usées (m3/j) 23 200
Débit moyen eaux usées (m3/h) 967
Coefficient de pointe 1.60
Débit de pointe eaux usées 429 l/s soit 1 547 m3/h
Quantité (kg/j) 20 787
DBO5
Concentration (mg/l) 896
Quantité (kg/j) 42 317
DCO
Concentration (mg/l) 1 824
Quantité (kg/j) 25 010
MES
Concentration (mg/l) 1 078

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 95

Par ailleurs, pour les normes de rejet, les zones de rejet sont des eaux de surface dans la classe
A du tableau des normes malgaches : qualité médiocre, baignade interdite. Les eaux ne pourront
donc utilisées que pour les activités rizicoles et maraichères.

4.2.2.2. Filières de traitement

Le type de traitement retenu est une épuration biologique classique à moyenne charge, avec les
principales étapes de traitement suivantes :

Pour la filière « eau » :

o Dégrillage grossier ;
o Dégrillage fin ;
o Dessablage-déshuilage ;
o Décantation primaire ;
o Aération ;
o Décantation secondaire.

Pour la filière « boues », les étapes sont :

o Épaississement;
o Séchage.

Il ne sera pas tenu compte d’une valorisation énergétique des boues. Le procédé de traitement
adopté est illustré sur la figure suivante.

Figure 30 : Figure illustrative de la station à boues activées

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 96

Pour plus de simplicité dans la mise en œuvre et dans l’exploitation, la station sera construite
suivant quatre filières. Chaque filière aura ainsi une capacité de pointe de de 1 547 / 4 = 387
arrondi à 390 m3/h.
Les paragraphes suivants donnent les résultats des calculs de prédimensionnement. Les détails
de calcul seront fournis dans le rapport de mission 3.

4.2.2.3. Prétraitement

Dégrillage

Le dégrillage consiste à faire passer les eaux usées brutes à travers les barreaux d'une grille
placée verticalement ou inclinée de 60° à 80° sur l'horizontale.
Nombre de dégrilleurs : 4 ;
Débit par chaîne : 390 m3/h ;
Dégrillage grossier : 120 mm, à nettoyage manuel ;
Tamisage fin : 10 mm, à nettoyage automatique.
Dessablage

Cette opération vise à retenir les particules minérales de dimension supérieure ou égale à 200
µm. Les dessableurs utilisés dans les stations d'épuration sont de différents types. Ils utilisent
des techniques différentes mettant à contribution, en plus des forces de gravité, la force
centrifuge.
Les dessableurs aérés présentent l’avantage d’avoir un fonctionnement régulier, quelle que soit
la variabilité du débit. Ils permettent en outre de favoriser l’opération de déshuilage - dégraissage
et une préaération des eaux à leur admission dans la station. La vitesse maximale de transit de
l’eau dans le dessableur est de 0.07 m/s. La vitesse de balayage transversale doit être de 0.2 à
0.3 m/s. Cette vitesse est le résultat du débit d’air comprimé injecté et de la disposition du
système d’aération (près d’une paroi et près du fond). On peut obtenir une vitesse de l’ordre de
0,25 m/s si l’intensité d’aération est de 3 à 5 m 3 d’air par m2 de surface du dessableur. D’autre
part, pour la réussite de l’opération de dessablage, il est nécessaire de prévoir un temps de
séjour suffisant de l’eau dans cet ouvrage et une longueur suffisante pour permettre la
décantation des particules de dimensions supérieures ou égales à 200 µm. Dans le cas du
dessablage aéré, le temps de séjour recommandé est d’au moins 3 à 5 minutes. Enfin, la charge
superficielle ne doit pas dépasser 25 à 30 m3/h/m2.
Les principaux critères de dimensionnement des dessableurs aérés sont donnés dans le tableau
suivant :

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 97

Tableau 35 : Critères de dimensionnement des dessableurs

Profondeur totale 0,7 à 3,5 m

Vitesse de transit 0,08 à 0,12 m/s

Temps de séjour 3 à 5 minutes

Largeur/profondeur 1 à 1,5

Débit d’air 3 à 5 Nm3/m2/h

On considérera 4 lignes de dessableur soit un débit de pointe par ligne de 390 m3/h avec pour
chaque dessableur :
- Hauteur : 1.80 m ;
- Largeur : 2.50 m ;
- Longueur : 6.50 m ;
- Temps de séjour moyen = 3.00 mn.
La charge superficielle est Cs = 390/(6.50 x 2.50) = 24
Le volume d’air nécessaire pour chaque dessableur est Vair = 2.50 x 6.50 x 3 = 49 m3. Chaque
dessableur sera équipé d’un dispositif de pompage des sables, d’une installation de lavage des
sables et de deux surpresseurs d’air de capacité 50 Nm3/h.
Déshuilage/dégraissage

Les huiles et les graisses sont séparées sous forme de boue flottante dans des ouvrages
comportant une zone de tranquillisation, et parfois une zone où de fines bulles d'air sont
générées au fond et montent en ascension libre. Il est adopté un dessableur aéré combinant le
dessablage et le déshuilage/dégraissage. Il sera ajouté un canal rectangulaire latéralement au
dessableur, duquel il est séparé par une paroi plongeante. Cet ouvrage est dimensionné avec
une charge superficielle maximale de 25 m3/h/m2, les déshuileurs - dégraisseurs étant combinés
aux dessableurs.

La surface nécessaire est S = 390/25 = 14.60 m2.

La largeur de chaque ouvrage sera de 2.50 m (largeur du dessableur combiné) soit des
longueurs de 6 m. On considérera ainsi quatre déshuileurs/dégraisseurs de largeur 2.00 m et de
longueur 6.00 m. Ils seront accolés au dessableur et séparés par une paroi plongeante. Chaque
ouvrage sera équipé d’un racleur de surface et d’une fosse à graisses.

4.2.2.4. Décantation primaire

La décantation primaire est destinée à l'élimination de toutes les matières en suspension


décantables qui sont concentrées sous forme de boues dite primaire. Les essais effectués sur
des effluents urbains ont montré qu'un rendement d'élimination des MES de 50% à 70% est
habituellement obtenu après un temps de décantation de 2 heures.
Il existe de nombreux types de décanteurs qui se différencient par le sens de l'écoulement des
eaux et par les dispositions adoptées pour l'évacuation des boues. On distingue principalement

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 98

les :
Décanteurs horizontaux avec raclage des boues ;
Décanteurs circulaires à flux ascensionnel avec raclage des boues.
Les décanteurs choisis sont rectangulaires raclés à flux horizontal. Ils sont bien adaptés à la
décantation floculée, caractéristique de la décantation primaire des eaux usées. Ils sont moins
encombrants que les décanteurs circulaires ce qui diminue la surface de terrain mobilisée pour
cette étape de traitement.
Les principaux critères de leur dimensionnement sont les suivants :
Tableau 36 : Critères de dimensionnement des décanteurs primaires
Dimensions Unité Valeurs
Profondeur H m 1.5 à 3
Largeur B m 2H < B < 5H
Longueur L m 3B < L < 7B

On considérera quatre lignes de décantation avec pour chaque décanteur


Volume d’un décanteur : 390 m3/h x 2h = 780 m3 ;
Longueur : 34.00 m ;
Largeur B= 9.00 m ;
Hauteur d’eau : 2.60 m ;
Volume utile : 796 m3 (hors fosses à boues primaires).
Chaque décanteur sera équipé de/d’:
Une fosse à boues : 2 par ouvrages de forme conique ;
4 ponts roulants avec racleurs de fond et de surface ;
4 dispositifs d’extraction des boues primaires ;
1 fosse de pompage des boues primaires ;
1 installation de tamisage des boues primaires.

4.2.2.5. Bassin d'aération

Le procédé conventionnel des boues activées utilise un schéma de traitement permettant


l’élimination de la pollution organique en deux étapes : aération et stabilisation des boues. Cette
séparation des étapes de traitement augmente la souplesse de l’installation mais complique sa
gestion.
Les données de base sont :
Q = 390 m3/h ;
t = durée d'aération = 2 heures ;
V = volume du bassin d'aération = 2 h x 390 m3/h = 780 m3.
Pour chaque ligne, on considérera un bassin d’aération avec les dimensions suivantes :

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 99

Largeur l = 9 m ;
Longueur L= 22 m ;
Hauteur d’eau H = 4.00 m.

4.2.2.6. Clarification (décantation secondaire)

On prévoit une étape de clarification à l’aval pratiquement de tous les types de traitement
biologique (à l’exception du procédé de lagunage naturel). L’efficacité finale du procédé est donc
liée à la réussite de l’étape de clarification. La réussite de la clarification se traduit par la
concentration de la boue obtenue et de la teneur résiduelle en MES dans les eaux traitées.
L’objectif est de maximiser la première et de minimiser la seconde.
Quatre clarificateurs cylindro-coniques équipés de racleurs de fond et de surface sont prévus. Ils
ont les mêmes volumes que les décanteurs primaires. Leurs caractéristiques principales sont les
suivantes :
Volume utile : 796 m3 ;
Hauteur utile : 4.00 m ;
Diamètre : 16.00 m.
Le diamètre donné tient compte du volume du trou d’homme prévu au centre de l’ouvrage pour
l’arrivée des eaux usées.

4.2.2.7. Épaississement

La décantation primaire conduit à la production de boues dont la phase solide est à 60% au
moins organique. Les boues primaires sont mélangées avec les boues secondaires, plus
organiques et moins concentrées. Ce mélange de boues est riche en particules organiques, en
micro-organismes, parasites.
Le traitement des boues proposé comprend ainsi une étape d’épaississement, pour diminuer
leur teneur en eau, une étape de digestion anaérobie pour la réduction de leur charge organique
et un séchage naturel sur lits drainants. Le calcul des volumes de boues se présente comme
suit :
Volume de boues produites par les décanteurs primaires : (matières sèches organiques)
1.50% des eaux usées arrivant à la station : 23 200 x 1.50% = 348 m3/ j ;
Volumes de boues produites dans les bassins d’aération : 0.50 fois boues primaires = 348
m3/j x 0.50= 174 m3/j
Total = 348 m3/j + 174 m3/j = 522 m3/j.
On considérera :
Débit des boues à traiter : 522 m3/j ;
Temps de séjour : 2 jours ;
Volume total requis : 2 x 522 = 1 044 m3;
Nombre d’épaississeurs :4 ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 100

Volume d’un épaississeur : 261 m3;


Hauteur moyenne de l’épaississeur : 4.50 m ;
Diamètre : 9.00 m.

4.2.2.8. Séchage de boues

Les boues digérées, extraites du fond du digesteur, sont étalées en couches de 25 à 30 cm sur
des lits de séchage qui combinent le drainage, au début du processus, au séchage sous l'action
du vent et du soleil, par la suite.
Les boues seront étalées sur les lits pour une période de 1 mois. L’épaississement donne un
rendement d’environ 80% du volume des boues introduites dans les épaisseurs. Pour un temps
de séchage de 1 mois, le volume total à envoyer sur les lits de séchage est :
V = 522 x 30 x 20% = 3 132 m3. Pour une épaisseur maximale de boues de 0.50 m, la surface
nécessaire de lit est S = 6 264 m2. On considéra 35 lits de séchage (dont 03 de secours) de 20
m x 10 m soit une surface totale de 7 000 m2.

4.2.2.9. Sous-produits du traitement

Pour cette variante, le sous-produit envisageable est des boues séchées issues des lits de
séchage correspondant aux matières sèches organiques contenues dans les eaux usées brutes :
3 132 m3 (vidange des lits tous les mois) x 20% = 626 m3 pour chaque vidange soit tous les mois.
Pour une masse volumique de 12 000 mg/l, une quantité totale de 7.50 tonnes de boues séchées
par mois soit 90 tonnes par an.
4.2.2.10.Récapitulatif pour la variante de traitement 2

Le tableau suivant donne un récapitulatif des principales caractéristiques de la station de


traitement pour la variante 2.
Tableau 37 : Récapitulatif des principales caractéristiques de la station de traitement pour la
variante 2

Désignation Caractéristiques
Type Boues activées
Débit moyen : 958 m3/h
Capacité
Débit de pointe : 1 547 m3/h en quatre filières de 390 m3/h chacune
Double grille manuelle
Dégrillage 120 mm, à nettoyage manuel
10 mm, à nettoyage mécanique
Quatre lignes de dessableurs rectangulaires
Hauteur : 1.80 m ;
Largeur : 2.50 m ;
Longueur : 6.50 m ;
Dessablage
Temps de séjour moyen = 3.00 mn.
Chaque dessableur sera équipé d’un dispositif de pompage des sables,
d’une installation de lavage des sables et de deux surpresseurs d’air de
capacité 50 Nm3/h.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 101

Désignation Caractéristiques
Quatre lignes :
Largeur : 2.50 m ;
Déshuilage/dégraissage Longueur : 6.00 m.
Ils seront accolés au dessableur et séparés par une paroi plongeante.
Chaque ouvrage sera équipé d’un racleur de surface et d’une fosse à
graisses.
Quatre lignes de décanteurs rectangulaires raclés à flux horizontal
Longueur : 34.00 m ;
Décantation primaire Largeur : 9.00 m ;
Hauteur d’eau : 2.60 m ;
Volume utile : 774 m3 (hors fosses à boues primaires).
Quatre lignes de bassin d’aération avec les dimensions suivantes :
Largeur l = 9 m ;
Bassin d’aération
Longueur L= 22 m ;
Hauteur d’eau H = 4.00 m.
Quatre clarificateurs cylindro-coniques équipés de racleurs de fond et de
surface sont prévus. Ils ont les mêmes volumes que les décanteurs
Clarification
primaires. Leurs caractéristiques principales sont les suivantes :
(décantation secondaire)
Volume utile : 796 m3 ;
Hauteur utile : 4.00 m ;
Diamètre : 16.00 m.
Nombre d’épaississeurs : 4 ;
Épaississement Volume d’un épaississeur : 261 m3 ;
Hauteur moyenne de l’épaississeur : 4.50 m ;
Diamètre : 9 m.
Lits de séchage simples :
Séchage des boues
Surface : 7 000 m2.

4.2.3. Site de la station de traitement


Pour toutes les deux variantes, un seul site est ciblé pour abriter la station de traitement. Il s’agit
d’une surface située à proximité de l’actuel centre de tri et de valorisation des déchets solides de
la ville. Le site est situé au Nord de la ville à environs 6 km des actuelles dernières maisons.
La végétation au niveau du site est formée d’arbustes épars. Le sol est de type sableux avec
quelques dunes.

Photo 8 : Vue du site prévu pour abriter la station de traitement

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 102

La carte suivante donne la localisation du site.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 103

Figure 31 : Localisation du site


prévu pour abriter la station de
traitement 21

21
Source : CIRA SAS/ASA TARATRA, janvier 2019

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume 2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx


Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 104

4.3. ÉTUDE DES VARIANTES D’ASSAINISSEMENT AUTONOME

4.3.1. Zones concernées


Sur la base du zonage effectué pour la commune urbaine de Toliara, les parties qui ne seront
pas couvertes par un réseau collectif d’assainissement des eaux usées à l’horizon 2040 sont les
quartiers périphériques situés principalement au sud, au Nord et à l’Est de la ville.
Le tableau suivant donne la liste des Fokontany qui seront totalement au partiellement couverts
en assainissement autonome. Il donne également la population totale de ces fokontany, le
pourcentage à couvrir en réseau de collecte et la population concernée par l’assainissement
autonome.
Tableau 38 : Population couverte en assainissement autonome
Population dans la
Population Couverture réseau
Fokontany zone assainissement
2040 de collecte en 2040
autonome (2040)
Tanambao I 10 032 100% -
Tanambao Morafeno 24 311 100% -
Toliara Centre 11 226 100% -
Tsianengea 27 337 100% -
Amborogony Tanambao 12 184 100% -
Amborogony 8 939 100% -
Ampasikibo 20 275 100% -
Sanfily 5 728 100% -
Tanambao II TSF Nord 9 405 100% -
Ankatsaka 7 742 100% -
Konkasera 8 428 100% -
Andabizy 6 495 80% 1 299
Mahavatse I Tanambao 11 346 100% -
Tanambao Motombe 16 144 45% 8 879
Mahavatse I Est 9 724 10% 8 752
Mahavatse I Ouest 7 691 15% 6 537
Ankiembe bas 7 333 0% 7 333
Ankiembe haut 6 056 0% 6 056
Tsimenatse III 2 586 100% -
Tsimenatse I Ouest 15 251 100% -
Tsimenatse I Est Tanambao 15 550 100% -
Tsimenatse II 51 745 100% -
Mahavatse II Est Ambararata 22 755 100% -
Mahavatse II Ouest 16 874 20% 13 499
Betania Centre 17 462 100% -
Andaboly 32 897 70% 9 869
Mangabe 6 860 100% -
Betania Ouest 15 491 100% -
Betania Ankilifaly 3 860 70% 1 158
Betania Tanambao 36 701 55% 16 515
Antaninarenina 13 251 100% -
Sakabera 4 068 0% 4 068
Tsongobory 9 391 10% 8 452
Anketraka 8 543 0% 8 543
Antaravay Salimo 7 457 50% 3 729
Anketa bas 19 289 100% -
Anketa haut 5 582 100% -

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 105

Population dans la
Population Couverture réseau
Fokontany zone assainissement
2040 de collecte en 2040
autonome (2040)
Ambohitsabo 13 141 15% 11 170
Betaritarika 8 643 100% -
Besakoa 11 540 50% 5 770
Tsianaloka 11 573 100% -
Total 560 905 121 628

La population totale concernée est de 121 628 habitants représentant 22% de la population de
la ville en 2040.

4.3.2. Définition des solutions d’assainissement individuels envisageables


L’assainissement autonome concerne les dispositifs à mettre en place pour la collecte et le
traitement des eaux usées domestiques en utilisant les caractéristiques épuratoires qu’offre le
sol. Il a pour objet d’assurer l’épuration des eaux usées ainsi que leur évacuation, sous des
modes compatibles avec les exigences de la santé publique et de l’environnement.
Ces eaux usées domestiques peuvent soit provenir d’une maison individuelle, on parle alors
d’assainissement autonome individuel, soit d’une parcelle privée mise en lotissement et
comprenant des bâtiments d’habitation collectif ou d’un édicule public, on parle d’assainissement
autonome publique.
Dans tous les cas, cette épuration des eaux usées domestiques à la parcelle est une solution
intéressante sur le plan économique et technique. En effet, économiquement, la collecte des
eaux usées des habitations éloignées ou avec des consommations en eau faible entraîne des
dépenses importantes de réalisation et d’entretien d’égouts publics que les collectivités de
manière générale ne peuvent pas supporter. Techniquement, la dépollution à la source, quand
elle est possible, est préférable, car elle évite la concentration en un même endroit des rejets
d’un effluent qui n’est jamais épuré complètement ; de plus, on connait bien la très grande
capacité épuratrice du sol.
Ainsi, l’assainissement autonome bien conçu et bien entretenu est comparable à
l’assainissement collectif pour ces performances et bien plus économique que ce dernier.
Cependant pour obtenir une solution définitive et satisfaisante pour la collectivité et pour l’usager,
un véritable service public de gestion de l’assainissement autonome devra être mis en place à
l’image de celui s’occupant de l’assainissement collectif et devra se porter garant de la bonne
exploitation des installations comme les déposantes de boues de vidange.
Un système d’assainissement autonome bien conçu est composé :
D’ouvrages de collecte et d’épuration des eaux gérées par les populations elles-mêmes
dans le cas d’ouvrages privés et par la collectivité dans le cas d’édicules publics ;
D’ouvrages de traitement des boues de vidange gérés par la collectivité avec une
participation des populations ;
De matériels de transports des excréta des propriétés privées vers les déposantes de boues
de vidange gérés par la collectivité avec une participation des populations et/ou par des
privés agréés.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 106

L'objectif est d'identifier un maximum de solutions technologiques d’assainissement autonome


applicables dans le contexte de chacune des zones concernées de la ville du projet. Les solutions
techniques respectent les objectifs adaptés au contexte socio-économique du pays en général
et des villes en particulier.
Les technologies envisageables sont classées en trois catégories :
Gestion exclusive des excréta ;
Gestion exclusive des eaux grises ;
Gestion commune des excréta et des eaux grises.
Il est à noter que ces techniques sont valables aussi bien pour les ouvrages individuels que pour
les ouvrages collectifs, la seule différence se trouve au niveau de la taille et de la superstructure
des ouvrages.

4.3.2.1. Gestion exclusive des excréta

Latrines sèches ventilées à simple fosse


Les latrines sèches ventilées ("VIP")22 représentent une amélioration notable par rapport au
standard traditionnel généralement utilisé. En effet, l'installation d'une conduite de ventilation,
associée à une ouverture et un abri obscur, permet un contrôle efficace des odeurs et des
mouches.

Avantages :
Coût de construction réduit.
Peut être construit par les usagers.
Ne nécessite pas d'eau pour son
utilisation.
Pas de mouches, pas d'odeurs.
Inconvénients :
Ne prévient pas la présence de
moustiques.
Nécessite un abri de qualité, et
obscur.
Si mal construit, risque
d'effondrement.
Vidange délicate : résidus solides et
contaminés.

Figure 32 : Latrine sèche ventilée à simple fosse

Les latrines VIP sont dimensionnées pour durer environ 10 ans. Lorsque la fosse est pleine, les
alternatives suivantes se présentent alors à l’usager :

22
En anglais "Ventilated Improved Pit latrines", soit "Latrines Améliorées et Ventilées".

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 107

Creuser une nouvelle fosse et construire un nouvel abri. L'ancienne fosse est condamnée.
Cette option est envisageable si la place et les moyens financiers sont disponibles ;
Creuser une nouvelle fosse et déplacer l'abri existant. Cette option est envisageable si un
futur déplacement est prévu dès la conception ;
Vider la fosse. Ce travail est délicat, étant donné que le contenu de la fosse n'est pas
minéralisé (les pathogènes présents dans la couche supérieure de la fosse sont dangereux
pour la santé) et que la partie solide est prédominante. Un camion vidange serait alors
nécessaire pour vidanger les fosses sans contact direct.
Latrines sèches ventilées à double fosse
Une variante de latrines VIP consiste à placer l'abri sur deux fosses indépendantes au lieu d'une
seule. Cet aménagement permet d'utiliser les fosses de manière alternative, et donc de laisser
le temps minimum (~2 ans) nécessaire au contenu de la fosse non utilisée pour qu'il ne
représente plus de danger pour la santé.

Avantages :
Coût de construction
acceptable.
Peut être construit par les
usagers.
Nécessite peu de profondeur.
Ne nécessite pas d'eau pour
son utilisation.
Pas de mouches, pas d'odeurs.
Facilite la vidange manuelle
(résidus inoffensifs)
Permet la réutilisation agricole
(résidus minéralisés)
Inconvénients :
Ne prévient pas la présence de
moustiques.
Nécessite un abri assurant une
certaine obscurité.
Si mal construit, risque
d'effondrement.

Figure 33 : Latrine sèche ventilée à double fosse

Il est alors possible de vidanger les résidus des fosses manuellement (les pathogènes ont été
éliminés) et de réutiliser les résidus comme engrais.
L'utilisation de fosses alternatives présente une solution digne d'intérêt pour deux raisons
principales :
Elles offrent une solution valable en cas de limitation des capacités d'infiltration ;
Le potentiel de réutilisation agricole des résidus minéralisés est important.
Latrines SanPlat

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 108

Une alternative aux latrines VIP consiste à utiliser des dalles de type "SanPlat". Ces dalles sont
préfabriquées en atelier, à partir de moules.
L'utilisation du moule (contenant orifice de défécation et repose-pieds) garantit une qualité
d'exécution tant statique (résistance à l'effondrement) que pour l'entretien futur (surfaces lisses).
La qualité de fabrication permet en outre l'utilisation d'un cache sur l'orifice, qui empêche la
prolifération des insectes et le dégagement des odeurs.

Avantages :
Coût de construction acceptable.
Promotion du secteur privé local.
Ne nécessite pas d'eau pour son
utilisation.
Pas de mouches, pas de
moustiques, pas d'odeurs.
Inconvénients :
Nécessité de déplacement quand
la fosse est pleine
Peu d'expérience dans les villes
concernées

Figure 34 : Latrines SanPlat

Latrine à chasse manuelle à fosse unique


La latrine à chasse manuelle est constituée d'un abri protégeant une dalle équipée d'un WC à la
turque avec siphon, déversant dans une fosse. Il correspond à l'usage traditionnel utilisant l'eau
pour la toilette anale.
En général, la fosse peut être placée à côté de l'abri (figure) ou sous l’abri. La construction de la
fosse à côté de l’abri permet de poser l'abri et la dalle sur le sol, et garantir la sécurité de
l'ouvrage.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 109

Avantages :

Coût de construction acceptable.

Peut être construit par les


usagers.

Confort relativement important.

Grande expérience locale

Pas d'odeurs, ni mouches, ni


moustiques.

Inconvénients :

Vidange délicate : résidus


contaminés

Nécessite de l'eau.

Nécessite de la place disponible.

Contamination du sous-sol
Figure 35 : Latrine à siphon à simple fosse

À noter que les usagers doivent veiller à ne pas déverser d'eaux grises dans les latrines à chasse
manuelle "pour que la fosse ne colmate pas trop vite", et ainsi espacer les frais de vidange ou
de creuse. Même si la douche est située dans l'abri, les eaux de douche sont rarement déversées
dans la fosse de latrine, mais en général déversées sur le sol.
Latrine à chasse manuelle à double fosse
Une variante des latrines présentées ci-dessus consiste à conserver au minimum deux fosses
disponibles. Elles sont utilisées alternativement, et les résidus (minéralisés et neutralisés)
peuvent être réutilisés dans l'agriculture.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 110

Avantages :
Coût de construction acceptable.
Peut être construit par les
usagers.
Confort relativement important.
Limite le colmatage ("repos" de la
fosse)
Permet une vidange manuelle
Permet la réutilisation agricole
Pas de mouches, pas de
moustiques
Pas d'odeurs
Inconvénients :
Nécessite de l'eau pour
fonctionner
Nécessite de la place disponible
Figure 36 : Latrine à siphon à double fosses

Latrine surélevée
Une façon de faire face aux limitations d'infiltration (imperméabilité ou présence de la nappe) est
de surélever la latrine. Cette technique s'appliquera lorsque la réutilisation des résidus de fosse
n'est pas envisageable, ou que la place manque sur la parcelle pour une deuxième fosse. Elle
est également recommandée dans des zones inondables.

Avantages :
Coût de construction
acceptable.
Applicable en cas de
faible infiltration
Facilite la
construction en
présence de nappe.
Inconvénients :
Peu d'expérience
locale
Plus délicat à réaliser
Capacité de stockage
faible
Haute fréquence des
vidanges.
Figure 37 : Latrine surélevée

Fosse étanche

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 111

Que la latrine soit à chasse manuelle ou non, il est possible d'apporter une réponse aux
problèmes posés par les sols imperméables en déversant les eaux vannes dans une fosse
étanche, qui est vidangée lorsqu'elle est pleine.
L'expérience internationale montre cependant que ces solutions sont d'usage délicat :
La vidange fréquente représente un coût que peu de ménages peuvent assumer ;
Il est souvent difficile d'obtenir une construction de qualité et une véritable étanchéité ;
La fréquence des vidanges et leurs coûts impliquent que dans bien des cas, les usagers
"laissent déborder" leur fosse et les effluents ruissellent.

Avantages :
Coût de construction
acceptable.
Applicable en cas de faible
infiltration
Inconvénients :
Plus délicat à réaliser
Frais d’opérations
importantes (vidange)
Risques de ruissellement /
débordement

Figure 38 : Fosse étanche

Ecosan :
Le concept Ecosan offre la possibilité de réutiliser les nutriments contenus dans les excréta
humains (fèces et urine) tout en garantissant des conditions sanitaires d'utilisation.
Plusieurs modèles de toilettes Ecosan existent dans le monde. Pour ce projet est proposé une
installation ayant fait ses preuves en Afrique.
La latrine Ecosan comporte deux fosses utilisées alternativement. Elle est en général
entièrement construite hors sol, reposant sur une plate-forme en béton d’épaisseur 10 cm. La
dalle comporte deux trous de défécation, des repose-pieds et une pente réalisée dans la dalle
pour la séparation de l’urine.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 112

Avantages :
Opportunité de réutilisation et valorisation
Minimisation des volumes à évacuer
Coût de construction acceptable.
Applicable en cas de faible infiltration

Inconvénients :
Importante nécessité de promotion
Délicat à réaliser et à opérer

Figure 39 : Latrine Ecosan

4.3.2.2. Gestion exclusive des eaux grises

Ruissellement
Lorsque les consommations sont faibles (en particulier lors d'une alimentation par borne-
fontaine), que la place disponible est importante et que le sol est perméable, une partie
importante voire la totalité des eaux grises peut être évacuée par ruissellement sur le sol.
Bien que cette solution ne soit pas reconnue comme une technique "normalisée", elle doit être
considérée pour respecter le critère de la demande : il est inutile de prévoir de nouveaux
équipements si leur utilité ne peut être démontrée auprès des usagers.
Puisard
Le puisard pour les eaux grises consiste en une fosse avec parois en maçonnerie, ou remplie de
matériaux rocheux. Il joue le rôle d’un véritable filtre lit bactérien aérobie et/ou anaérobie suivant
le débit d’eaux et les charges appliquées.
En général les eaux grises sont générées de manière dispersée sur la parcelle : lieux de lessive,
cuisine et bain sont différents. Or le puisard nécessite un effort de concentration du lieu de
production des eaux grises sur la parcelle.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 113

Avantages :

Coût de construction acceptable.

Confort relativement important

Recharge de la nappe

Inconvénients :

Risque de déversement d'eaux fécales

Risque de colmatage par les graisses

Nécessite de la place disponible

Nécessite la concentration des eaux grises en


un seul point de rejet sur la parcelle.

Figure 40 : Puisard

Tranchées d’infiltration
L’épandage souterrain est un procédé d’infiltration qui se fait lorsque l’espace est disponible et
que les moyens financiers individuels le permettent. Il est adapté dans les cas où le sol est
relativement perméable (0,6 à 1,7 mm/s) et que la nappe est assez profonde (plus de 1,5 m du
sol).
Les superficies requises pour cette technologie sont assez importantes et les coûts très élevés
pour être appliquée dans certaines conditions urbaines et socioéconomiques.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 114

Figure 41 : Tranchée d’infiltration

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 115

4.3.2.3. Gestion commune des excréta et des eaux grises : Fosse septique ou fosse
toutes eaux

La fosse septique est un ouvrage en maçonnerie, en béton ou tout autre matériau adéquat, d'au
moins deux compartiments, enterré et imperméable, recevant l'ensemble des eaux usées
(vannes + grises) de la maison, et destinée à assurer une décantation et un prétraitement des
eaux usées.
Si la fosse septique "toutes eaux" constitue un ouvrage de prétraitement des eaux usées, les
dispositifs à l'aval sont les vrais ouvrages de traitement : le puisard (bien qu'il soit peu efficace à
partir d'une certaine consommation d'eau journalière) ou le dispositif le plus efficace du point de
vue de l'infiltration des eaux usées : la tranchée d'épandage (plutôt que d'infiltration).
Ce critère a une incidence significative sur les contraintes d'aménagement des parcelles dans
les zones où l'assainissement individuel est préconisé : une partie importante de la parcelle doit
être réservée à la mise en place du système d'épandage, et le coefficient d'occupation des sols
(mieux d'emprise au sol) doit être fixé en conséquence dans les règles d'urbanisme.

Avantages :
Confort
important.
Réduction
importante de la
DBO.
Inconvénients :
Faible réduction
bactériologique.
Coûts
relativement
élevés.
Nécessite un
traitement aval.
Nécessite une
vidange
régulière.

Figure 42 : Fosse septique

4.3.3. Choix des ouvrages d’assainissement autonome pour chaque zone

4.3.3.1. Critères de choix

Un certain nombre de critères sont utilisés pour le choix d’un type d’ouvrage (ou un ensemble
d’ouvrages) pour une zone homogène donnée. Dans le cadre de ce projet, les critères jugés
pertinents retenus sont :
Le niveau de service requis ;
L’aptitude du sol à l’assainissement individuel ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 116

La population utilisatrice ;
La consommation spécifique en eau ;
La capacité et volonté de payer les services d’assainissement.
Niveau de service requis
Le niveau de service requis est un critère très important pour la conception et le
dimensionnement d’un ouvrage ou d’un système d’assainissement. En effet de manière
générale, le coût de réalisation est une fonction croissante de ce niveau de service.
Les technologies proposées relèvent toutes de l’assainissement individuel ou autonome
amélioré.
Les technologies à proposer doivent être rustiques et garder un caractère traditionnel et
culturellement adaptées.
Aptitude du sol à l’assainissement individuel
Les types de sols rencontrés dans les zones concernées par l’assainissement autonome dans
la ville de Toliara font apparaitre une capacité d’infiltration appréciable. De même la nappe
superficielle est relativement profonde sur l’ensemble de la ville à l’exception des zones basses
proches des cours d’eaux. La quasi-totalité du périmètre communal est ainsi apte à
l’assainissement autonome.

Population utilisatrice
La population utilisatrice est le nombre de personnes utilisant régulièrement l’ouvrage
d’assainissement. En général, le volume d’un ouvrage individuel est lié au nombre de personnes
qui l’utilisent. Une taille de 06 personnes par ménage sera considérée.

Capacité et volonté de payer les services d’assainissement


L’assainissement même individuel a un coût aussi bien pour l’investissement que pour
l’exploitation des ouvrages. Il est donc important de s’assurer que les futurs bénéficiaires ont la
volonté et la capacité financière de s’acquitter correctement tout d’abord des coûts de réalisation
du système mais aussi des moyens nécessaires pour l’entretien. La connaissance de la capacité
à payer des ménages permet de déterminer les types d’ouvrages adaptés.

Les résultats des enquêtes ménages font remarquer que près de 69% des ménages enquêtés
sont favorables pour participer activement à une gestion améliorée des eaux usées domestiques
et 49% sont prêts à payer pour l’amélioration de leur système d’assainissement.

4.3.3.2. Choix des technologies

En tenant compte :
Des types de latrines existantes ;
De la profondeur de la nappe qui est supérieure à 3 m ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 117

De la nature limono-sableuse du sol ;


Des différences de standing dans les quartiers.
Il est proposé :
Une gestion commune des eaux usées et excréta pour les zones les plus urbanisés (zones
périphériques des parties couvertes par un réseau de collecte), plus denses avec un niveau
de vie relativement plus élevé. Les ouvrages proposés sont une fosse septique (toutes eaux)
suivi d’un puisard pour l’infiltration des eaux après décantation dans la fosse ;
Une gestion séparée des eaux usées et des excréta pour la zone périphérique dont les
ménages, pour la plupart n’ont pas de latrines ou ont des latrines de type traditionnel : Les
ouvrages proposés pour cette zone sont une latrine à chasse manuelle double fosse pour la
gestion des excréta et un bac à laver pour la gestion des eaux usées.
En effet, sur le plan socio-culturel l’utilisation d’une quantité relativement importante d’eau pour
la toilette anale est notée ce qui n’est pas très compatible avec le fonctionnement des latrines
dites sèches comme VIP, les SanPlat... Par ailleurs, les enquêtes ménages montrent que les
toilettes avec fosses à chasse manuelle prédominent dans la ville parmi les latrines améliorées.
De plus, la toilette à chasse manuelle a l’avantage de permettre de gérer aussi bien les eaux
usées que les excréta (ce qui n’est pas le cas des toilettes sèches comme les VIP) et peut être
vidangée manuellement sans danger et les sous-produits utilisés dans l’agriculture qui est une
des activités des populations périphériques de la ville. C’est donc un ouvrage très adapté au
contexte des zones rurales et périurbaines disposant d’assez d’espace dans la concession et
n’ayant pas les moyens de faire appel à un camion pour la vidange.
Les toilettes avec fosses sont également très présentes dans la ville. Elles sont souvent mal
conçues et mal réalisées (souvent non étanches et non connectées à un dispositif d’infiltration),
ce qui peut impacter la nappe. La réalisation de fosses connectées à des puisards dans cette
partie de la ville constituerait une amélioration notable des conditions sanitaires.

4.3.4. Études techniques des ouvrages d’assainissement autonome

4.3.4.1. Fosses septiques

Description
La stratification d’une fosse septique en fonctionnement à partir du fond est de quatre couches :
Une zone des boues sédimentées ;
Une phase aqueuse à éliminer ;
Une zone des flottants ;
Une phase gazeuse qui comporte les gaz issus de la décomposition anaérobie des matières
organiques (CH4, CO2, H2S). Une canalisation de ventilation permet l’évacuation de ces
gaz et par conséquent des mauvaises odeurs dues en majorité aux composés soufrés.
Le volume d’une fosse septique dépend de la fréquence souhaitée des vidanges de boues
décantées.
La fosse assure deux fonctions :

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 118

Une fonction physique d’une part, par la décantation des matières fécales et autres MES
plus denses que l’eau et d’autre part, par la flottation des graisses et autres MES moins
denses que l’eau.
Une fonction biologique par la digestion des boues et des flottants biodégradables.
Le phénomène de décantation permet la séparation des particules dont la densité est différente
de celle du liquide. Les particules plus denses que l’eau sédimentent et s’accumulent dans le
fond de la fosse. Les particules plus légères, en particulier les graisses gagnent la surface dès
leur admission dans la fosse, s’accumulent et forment une couche flottante appelée « chapeau
de digestion » dont environ 30% de l’épaisseur émerge.
La séparation liquide- solide s’opère d’elle-même pour autant que le liquide chargé soit au repos
pendant un temps suffisamment long, les processus de décantation et de flottation étant très
lents. L’alimentation d’une fosse septique est très irrégulière ; elle s’effectue presque toujours
par à coup (chasse d’eau, vidange des baignoires…). Il n’y a décantation et flottation qu’entre
les phases d’alimentation, les flux d’eau provoquant des remises en suspension. Il est donc
indispensable que la conception de la fosse permette d’éviter l’apport de MES au niveau de la
sortie de l’effluent.
Le phénomène biologique de fermentation anaérobie provoque une destruction et une
liquéfaction (hydrolyse) partielle des matières organiques biodégradables. Ces digestions
concernent essentiellement les boues et les flottants, les matières organiques en solution étant
peu dégradées (le temps de séjour de l’eau dans la fosse étant relativement faible). Ce processus
se traduit par une diminution de la quantité de boues et de flottants, ce qui atténue la vitesse de
remplissage de la fosse par les MES. La fermentation est due à la présence de bactéries
anaérobies qui transforment partiellement les matières organiques en méthane, gaz carbonique
et hydrogène sulfuré, ce qui, avec les acides gras volatiles, confère à ces gaz de digestion, une
odeur nauséabonde. Ces gaz se dégagent des boues décantées sous forme de bulles qui
entrainent dans leur ascension des particules de boues. Ces dernières ensemencent en
permanence les produits organiques biodégradables du chapeau qui se décomposent lentement
et se liquéfient progressivement.
L’efficacité de la fermentation et dès lors le rendement de la fosse septique dépendent de
nombreux facteurs dont :
La capacité de la fosse : le volume de la fosse et plus particulièrement celui réservé à la
rétention des boues décantées et des matières flottantes doit être suffisamment grand ;
L’amortissement hydraulique : l’arrivée de débits de pointe importants et d’eau chaude se
traduit par une remise en suspension des boues décantées et des flottants, ainsi que par
une dissolution partielle des graisses du chapeau. Un cloisonnement intérieur de la fosse
amortira l’impact des perturbations hydrauliques ;
La température ambiante : en dessous de 10°C, la fermentation est pratiquement inhibée.
Toutefois, vue que la fosse est enterrée et thermiquement bien protégée et que la
température des eaux collectées, en particulier des eaux ménagères est généralement
comprise en 18 et 40°C, le problème ne se pose guère ;
Les variations de PH : elles sont néfastes dans le cadre d’un bon développement des
processus de fermentation. Un milieu légèrement basique est favorable.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 119

Couvercle d'accès

Entrée
Sortie

Ecume Ecume
H = 1m20 minimum

Cloison de séparation
des compartiments

h = 2/3 H
Espace libre

Dépôt

2/3 de longueur 1/3 de longueur

Longueur totale = 2 à 3 fois largeur

Côte entrée - Côte sortie = 75 mm minimum

Figure 43 : Principe de dimensionnement des fosses septiques

Prédimensionnement
Les détails de prédimensionnement des fosses septiques seront donnés dans le rapport de
Mission 3.
Une période de vidange de 4 ans donnant des dimensions raisonnables et permettant des
vidanges suffisamment espacées aux ménages est retenue.
On retiendra ainsi pour standardiser les dimensions suivantes :
Longueur totale : 1.80 m ;
Largeur : 1.20 m ;
Profondeur utile : 1.80 m.
Elle sera compartimentée comme suit :

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 120

L1 L2

B
L

L1 = 1.20 m ;
L2 = 0.60 m.
La vidange se fera alors tous les quatre ans.
Les fosses en parpaings plus simples à réaliser et moins onéreuses sont proposées. Elles seront
enduites de l’intérieur pour garantir leur étanchéité et permettre une meilleure résistance aux
substances corrosives contenues dans les eaux usées. Concernant la superstructure, elle sera
en maçonnerie.
Les fosses septiques seront reliées à un puisard qui assurera la filtration et l’infiltration des eaux
usées venant de la fosse.

4.3.4.2. Puisards

Description
Le puisard est un ouvrage généralement circulaire destiné à assurer un minimum d’épuration de
la pollution dissoute contenue dans les effluents des fosses septiques ou dans les eaux
ménagères (cuisine, lessive, vaisselle...). Il est réalisé pour infiltrer les eaux usées en
provenance du bac à laver.
Il est rempli de supports bactériens (moellons, gros graviers) à travers lesquels percole l’effluent
avant d’être infiltré dans le sol.
Prédimensionnement
Les détails de prédimensionnement des puisards seront fournis dans le rapport de Mission 3.
Pour standardiser et en même temps gagner en marge de sécurité, on retiendra un puisard de
diamètre 1.00 m et de profondeur 1,50 m utile soit 1.80 m de profondeur totale largement
suffisant pour infiltrer les eaux produites et décantées dans les fosses.

4.3.4.3. Toilettes à chasse manuelle

Description
Les toilettes à chasse manuelle double fosse comprennent :
Une superstructure ;
Un siège de défécation (à la turque ou à l´anglaise) ;
Un siphon à faible volume d´eau qui empêche les remontées d´odeurs dans la cabine ;
Un regard de visite permettant la permutation des fosses ;
Deux fosses alternantes qui permettent une utilisation continue de la toilette comme dans le
cas de la latrine VIP à double fosse.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 121

Prédimensionnement
Les détails de prédimensionnement des toilettes à chasse manuelle seront fournis dans le
rapport de Mission 3.
Un ouvrage de diamètre intérieur 1,50 m et de profondeur utile 1,80 m soit une profondeur totale
de 2.00 m correspondant à une durée d’utilisation d’une fosse d’environ comprise entre 7 et 8
ans est retenu.

4.3.4.4. Bacs à laver

Le bac à laver est un ouvrage rectangulaire de dimensions 2 m x 2 m destiné à recevoir les eaux
usées afin de les canaliser vers le puisard auquel il est raccordé. Il a une hauteur de 40 cm dont
30 cm au-dessus du niveau du sol. Pour les habitations équipées d’une fosse suivie d’un puisard,
il sera branché sur la fosse alors que pour celles équipées d’une TCM, la connexion se fera sur
le regard de répartition.

4.3.5. Toilettes publiques


La ville de Toliara compte des équipements qui ne disposent pas du tout ou d’assez de toilettes
publiques fonctionnelles. Dans le cadre du présent projet, ils seront équipés de toilettes
publiques, qui, pour plus de simplicité dans la gestion seront de type fosses septiques suivies de
puisards. Les équipements publics concernés sont :
Stationnements de taxis-brousse de « Sanfily » ;
Gare routière d'Antsongobory ;
Marché de Bazar-Be ;
Marché de SCAMA ;
Marché de Sanfily ;
Marché de Mahavatse I ;
Marché d’Antaninarenina ;
Marché d’Anketa.
Chaque toilette publique comprendra une cabine avec des boxes avec leurs équipements
intérieurs, des fosses septiques et des puisards. Pour chaque équipement, deux toilettes seront
prévues. Une pour homme et une pour femme. Au total, seize (16) toilettes publiques sont
prévues.
Les cabines
La cabine de la toilette sera à compartiment unique avec deux boxes et un lavabo. Les boxes
seront de dimensions 1.00 m x 1.55 m et équipés de chaises de type turc. Les chaises seront de
type chasse manuelle plus adaptées à une utilisation communautaire afin de réduire au juste
nécessaire l’utilisation d’eau potable pour la chasse. Un lavabo en maçonnerie sera prévu dans
chaque compartiment. Le lavabo sera de 40 cm de largeur pour 1 m de longueur. Un siphon
placé au sol à proximité du lavabo conduira les eaux usées qui se seraient échappées vers les
fosses.
Les fosses

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 122

Les fosses seront de mêmes types que les fosses des latrines individuelles. Elles sont
dimensionnées pour une utilisation moyenne de 20 personnes par jour. Les dimensions sont les
suivantes :
Longueur 1 = 1.50 m ;
Longueur 2 = 1.00 m ;
Largeur = 1.50 m ;
Profondeur utile = 1.50 m ;
Profondeur totale = 2.00 m sachant que le regard d’arrivée est de 0.50 m.
Les puisards
Les puisards seront du même type que pour les latrines individuelles. Il sera retenu un puisard
de 1.00 m de diamètre et de profondeur 2.00 m.

4.3.6. Camions de vidange


Un des maillons de la chaine de l’assainissement autonome est un dispositif de transport des
boues de lieux de production, au lieu de traitement. Les opérations de transport des boues de
vidange sont effectuées par des camions. Actuellement dans la ville, il n’existe aucun opérateur
privé de vidange ni de camions de vidange à la commune. Pour permettre de satisfaire les
besoins, deux camions peuvent être acquis dans le cadre du projet. La gestion reviendra à la
mairie qui devra proposer des tarifs accessibles aux populations de la ville.

4.3.7. Estimation des besoins en ouvrages individuels


L’état des lieux a permis d’estimer le taux de ménages ayant un ouvrage d’assainissement qui
peut être considéré comme amélioré dans la ville de Toliara. Il s’agit des ménages ayant des
fosses ventilées, fosses septiques ou fosses simples soit 21% des ménages actuels. On
considèrera également que ce pourcentage sera le même à l’horizon de projet. Ainsi, il sera
nécessaire d’équiper 79% de la population de la ville non couverte par un réseau
d’assainissement avec la répartition suivante :
15% correspondant à la population sans latrines ;
64% correspondant aux populations ayant des latrines traditionnelles ou non définies.
Par ailleurs suivant la typologie de l’habitat de la ville, il est retenu une répartition des types
d’ouvrages comme suit :
40% des ménages seront équipées en fosses toutes eaux suivies de puisards. Pour ces
ménages, il ne sera pas nécessaire de réaliser des cabines. Il s’agit environs des
ménages ayant des fosses septiques non conformes et d’autres ayant des latrines
traditionnelles avec des cabines correctes. Les fosses suivies de puisards seront
réalisées et connectées aux cabines existantes ;
60% des ménages seront équipées de toilettes TCM. Il s’agit des ménages ayant des
revenus assez modestes, vivant dans les zones périphériques de la ville et disposant
d’assez d’espace. Ce type d’ouvrage est adapté dans ces contextes car ne nécessitant
pas de vidange mécanique.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 123

Tous les ménages seront équipés d’un bac à laver.


Au total, 121 628 habitants seront dans les zones à couvrir en assainissement autonome. Sur la
base de l’état des lieux, 79% de cette population n’a pas du tout de latrines ou a une latrine mais
non améliorée. Par hypothèse, il sera considéré ce même pourcentage en 2040 pour plus de
sécurité dans les estimations des besoins, l’amélioration des conditions socioéconomiques des
ménages faisant plutôt penser à une réduction de ce taux. Ainsi, 96 086 habitants devraient être
équipés en ouvrages d’assainissement autonome dans le cadre du projet.

Pour une moyenne de 06 personnes par ménage, un total de 16 014 ménages seront à équiper
à l’horizon du projet avec :
9 609 toilettes à chasse manuelle (TCM) ;
6 405 fosses septiques suivies de puisards ;
16 014 bacs à laver.

4.4. ÉTUDE DES VARIANTES DE TRAITEMENT DES BOUES DE VIDANGE

Afin de compléter la chaine de l’assainissement autonome, il est nécessaire d’équiper la ville


d’une station de traitement des boues de vidange. Pour rappel, deux technologies ont été
retenues pour être étudiées sous forme de variantes pour le traitement des boues de vidange :
Une option avec des lits de séchage simples ;
Une option avec des lits de séchage plantés.

4.4.1. Débit de boues de vidange


L’estimation des volumes de boues de vidange à prendre en compte pour la conception de la
station de traitement est une opération difficile, puisqu’elle dépend de nombreux facteurs tels
que le mode d’assainissement, les types d’ouvrages ainsi que la fréquence et le type de vidange
(par camion de vidange ou manuelle) entre autres.
L’estimation théorique des volumes des boues est basée sur la production spécifique de boues
par personne et par an. Les données issues de la littérature seront utilisées. Ces données
indiquent des productions spécifiques de 0.25 à 1.50 l/personne par jour.
La quantité de boues produites est donnée par la formule suivante :

× ×
=

Avec :
Q = quantité totale de boues en m3/an ;
N = nombre total d’habitants non raccordés à un réseau collectif et qui disposent d’un ouvrage
d’assainissement autonome ;
Ps = Production spécifique par utilisateur. On prendra une moyenne de 1.20 l/personne/j.
Le taux actuel de recours aux opérateurs de vidange mécanique est de 5% environ. Par

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 124

hypothèse, on considérera qu’il progressa de manière linéaire pour atteindre 90% de la


population totale de la ville ayant un assainissement de type autonome en 2040.
Les volumes de boues ainsi estimés sont présentés dans le tableau ci-dessous pour les
différents horizons considérés.
Tableau 39 : Évaluation des volumes de boues de vidange
Désignation 2 018 2 040
Population totale 236 677 560 905
Population couverte par un réseau collectif 0 439 277
Population concernée par l'assainissement autonome 236 677 121 628
3
Volumes de boues à vidanger (m /j) 284 146

Les débits de boues de vidange produites passent de 284 m3 actuellement à 146 m3 en 2040
une fois réseau prévu mis en place. Un débit de 250 m3/j de boues correspondant à un peu plus
de la moyenne des deux valeurs est retenu pour la station de boues de vidange.

4.4.2. Charges polluantes pour les boues de vidange


Les paramètres essentiels considérés sont les suivants : Demande Chimique en Oxygène
(DCO), Demande Biochimique en Oxygène (DBO5), Matières Sèches (MS), Matières en
Suspension (MES), Azote total, Œufs d’helminthes (OH) et Coliformes fécaux.
Le tableau ci-dessous donne les charges de pollution à retenir dans le cadre de ce projet. Les
valeurs retenues sont du côté de la sécurité.
Tableau 40 : Moyenne retenue pour les paramètres essentiels des charges de pollution

Paramètres Unités Valeurs proposées

Matières en suspension (MES) mg/l 2 500


Matières sèches (MS) mg/l 7 000
Ntotal (mg/l) mg/l N 600
DCO mg/l O2 4 500
DBO5 mg/l O2 2 200
Coliformes fécaux (CF) u/100 ml 3.60 106
Œufs d’Helminthes (OH) œuf/l 9 000

4.4.3. Conception de la station de traitement des boues de vidange


Afin d’optimiser les coûts d’investissement et d’exploitation, rendre plus simples la gestion et
l’exploitation et éviter des problèmes de terrain, les stations de traitement des boues (STBV) et
de traitement des eaux usées (STEP) sont combinées. Le liquide issu de la séparation liquide-
solide des boues de vidange sera traité dans les ouvrages de la STEP et les boues raclées
périodiquement au niveau des bassins de la STEP déposées et traitées au niveau des lits de
séchage de la STBV.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 125

4.4.4. Variante 1 : Lits de séchage simples

4.4.4.1. Principe et fonctionnement

La filière de traitement des boues de vidange débutera par un ouvrage de réception des boues,
aménagé de manière à permettre le déversement des boues par les camions de vidange. La
réception des boues sera placée sous la surveillance d’un responsable d’exploitation chargé de
comptabiliser les volumes entrants (sur la base de la capacité nominale des camions).
Le déversement des boues des camions de vidange dans les lits de séchage constitue un point
sensible de la chaîne de traitement. Les solutions proposées doivent répondre aux critères
suivants :
Dégrillage obligatoire pour retenir les déchets solides (souvent en quantités
importantes) ;
Alimentation gravitaire afin d’éviter les coûts et problèmes de pannes associées au
pompage ;
Faibles distances d’écoulement afin d’éviter les risques de dépôts de boues.
L’alimentation des lits est centralisée avec un système de réception et de prétraitement unique
pour tous les lits d’une même filière. Un système de vannage ou de batardeaux permet
l’alimentation successive des lits.

Camion Lit en phase

d’alimentation

Réceptacle

Figure 44 : Schéma du système d’alimentation des lits : option A

Il sera considéré, avec l’expérience


Pour les ouvrages de réception : un bassin de réception de forme rectangulaire, avec une
zone de convergence, dans laquelle la largeur du bassin se rétrécit jusqu’à la largeur du
canal conduisant les boues vers le dégrillage ;
Pour le prétraitement : un canal à ciel ouvert de largeur de fond 0.50 m avec deux grilles
en inox ;
Pour la répartition : un canal à ciel ouvert avec un système de vannage en batardeau
permettant une alimentation alternative des lits de séchage.

4.4.4.2. Prédimensionnement des ouvrages

D’après les résultats expérimentaux (Sénégal) cités par SANDEC, la charge maximale
admissible des lits de séchage est comprise entre 100 et 250 kg de MS par mètre carré de lit et
par an. Ces valeurs tiennent compte d’une durée de séchage de 15 jours.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 126

Une charge admissible de 200 kgMS/m2/an sera considérée.


Les dimensions des lits de séchage sont déterminées par les paramètres suivants :
la remise à disposition d’un lit après remplissage dépend du temps passé par les ouvriers
pour effectuer le raclage des boues séchées, lui-même fonction de la surface du lit. La
surface optimale d’un lit correspond donc à une minimisation des besoins en main d’œuvre
et des coûts de construction induits ;
la forme d’un lit est généralement carrée de façon à permettre une percolation facile du
liquide à travers le filtre vers le drain. Les boues sont en effet suffisamment liquides pour
qu’une répartition homogène soit possible indépendamment de la forme du lit.
Suivant ces paramètres, il sera adopté des lits de dimensions 8 m x 8 m.
Les résultats du prédimensionnement des lits de séchage sont donnés dans le tableau suivant :
Tableau 41 : Prédimensionnement des lits de séchage simples

Paramètres Observations Valeurs Unités


Débit des boues : Qb 250 m3/j
Charge admissible de MS choisie :
Choisie 200 kgMS/m2/an
CMS

Concentration en MS : ConMS 12 000 mgMS/l

Charge totale annuelle en MS : CT CT = Qb x ConMS 1 095 000 Kg MS/an


CT
Surface totale de lits nécessaires : ST ST = 5 475 m2
CMS
Surface d’un lit : SL ( 8 m x 8 m) choisi 64 m2
ST
Nombre de lits calculés : NLc ST = 86 lits
SL

Si on considère :
- 1 jour pour le chargement et le temps de percolation des boues ;
- 14 jours de séchage ;
- 2 jours pour l’évacuation des boues séchées pour la libération d’un lit ;

Le temps total d’utilisation effectif d’un lit par cycle est de 17 jours.
Dans ce cas :
- Le volume total de boues reçues à la station pendant cette période est
V= 4 250 m3 ;
- La surface totale pour les 73 lits calculée est 86 x 64 = 5 504 m2 ;
- L’épaisseur de boues est E= =0.77 cm.
Pour un séchage optimal, cette épaisseur de boues est trop importante. L’épaisseur sera limitée
à 0.70 m soit un total de 95 lits arrondis à 100 lits est nécessaire.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 127

Le séchage naturel des boues étendues en couches assez fines et leur stockage prolongé
(environ 3 mois) permet la destruction complète des organismes pathogènes. Cette technique
est retenue du fait de sa simplicité dans un contexte de fort ensoleillement.
L’aire de séchage doit ainsi permettre de stocker et étendre les boues issues des lits pendant au
moins trois mois.
- Volume de boues à stocker en 3 mois (20%23 du volume initial des lits raclés)
250 x 6 x 4x 3 x 20% = 3 600 m3 ;
- Hauteur maximale des tas = 50 cm ;
- Surface nécessaire : 7 200 m2.

Ainsi pendant les trois mois de pleine saison hivernale, les boues disposeront de suffisamment
d’espace et donc de temps de séchage pour tenir compte des pluies.
Pour protéger les boues séchées non encore écoulées, Il est nécessaire de mettre en place un
hangar de stockage afin de protéger contre les intempéries (vent, pluie etc.…) les boues séchées
et prêtes à être utilisées.
Il sera considéré un hangar de 150 m2 (15 m x 10 m) soit une capacité de 150 m3 pour une
hauteur d’entreposage de 1.00 m.

4.4.4.3. Synthèse

Pour cette variante, les ouvrages suivants sont nécessaires :


100 lits de séchage de 8 m x 8 m ;
7 200 m2 d’aire de séchage ;
Un hangar de 150 m2.
Le percolât issu des lits de séchage sera envoyée gravitairement vers la station de traitement
des eaux usées.

4.4.5. Variante 2 : Lits de séchage plantés

4.4.5.1. Principe

Les lits d’humification plantés, ou lits de séchage plantés, sont des massifs drainants dans lesquels
sont plantés et se développent des macrophytes (plantes robustes de zones humides). Les boues
de vidange sont dépotées à leur surface. La déshydratation s’opère par filtration et drainage
gravitaire à travers le massif filtrant et par évapotranspiration. La couche de boue accumulée assure
elle-même une fonction de filtration et permet d’augmenter le rendement initial de filtration du
matériau filtrant. La perméabilité globale du système est maintenue par le système racinaire des
végétaux et par les périodes de séchage (i.e. sans alimentation) cycliques des boues permettant
leur aération et la transformation des matières.

23
Correspond aux volumes de boues après percolation et séchage sur les lits

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 128

La longue durée de rétention des solides favorise leur transformation en composés assimilables par
les plantes (humus) et l’élimination naturelle des pathogènes24.

Figure 45 : Schéma de principe d’un lit planté Photo 9 : Lits de séchage plantés
(selon Eawag-Sandec)

4.4.5.2. Base de la conception

Sauf mention particulières, les niveaux de traitement et mode de conception du lit d’humification sont
basées sur les publications Eawag-Sandec suivantes :
- Kengne I., Dodane P.-H., Akoa A., Kone D., 2008. Vertical-flow constructed wetlands as
sustainable sanitation approach for faecal sludge dewatering in developing countries. PHD
report. Wastewater Research Unit, Faculty of Science, University Yaoundé ; Department of
Water and Sanitation in Developing Countries (Sandec), Swiss Federal Institute of Aquatic
Science and Technology (Eawag). Dübendorf, Switzerland
- Kengne, I. M., Akoa, A., and Koné, D. (2009a). Recovery of Biosolids from Constructed
Wetlands Used for Faecal Sludge Dewatering in Tropical Regions. Environmental Science
and Technology 43, 6816-6821
- Klingel, F., Montangero, A., Koné, D., and Strauss, M. (2002). Faecal sludge management
in Developing Countries - A planning manual In, Eawag, ed. (Dübendorf, Switzerland:
Eawag).
- Mara, D., 1997, Design Manual for Waste Stabilization Ponds in India. Lagoon Technology
International Ltd., Leeds, England;
- Marais, G.v.R. , 1974, Faecal bacterial kinetics in waste stabilization ponds. Journal of the
Environmental Engineering Division, American Society of Civil Engineers, 100 (EE1), 119-
139.

4.4.5.3. Fonctionnement

Le traitement fonctionne donc selon 2 cycles :


- un cycle court dépotage-séchage : les boues sont dépotées sur un lit où elles se
déshydratent pendant plusieurs jours, ce qui implique plusieurs lits. En contexte tropical,

24
Kengne, I. M., Akoa, A., and Koné, D. (2009a). Recovery of Biosolids from Constructed Wetlands Used for Faecal Sludge
Dewatering in Tropical Regions. Environmental Science and Technology 43, 6816-6821

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 129

Kengne25 et Koottatep26 préconisent un rythme d’1 jour d’alimentation et de plusieurs jours


de séchage (une semaine par exemple).
- un cycle long d’accumulation-extraction : les boues s’accumulent progressivement au fil
des mois et des années, jusqu’à remplir la totalité du volume alloué. Les racines des
macrophytes se développent pendant ce remplissage progressif et la boue continue de se
déshydrater, s’humifie et se désinfecte. Le remplissage peut atteindre une hauteur de 2
mètres en plusieurs années27. À l’issue, une opération de curage doit être effectuée pour
vider les bassins et recommencer un nouveau cycle d’accumulation.
À la différence des lits non plantés, les boues séchées à la surface des lits plantés ne sont pas
retirées avant chaque cycle d’alimentation : les boues de vidange nouvelles sont dépotées sur la
couche de boues déshydratée déjà accumulée lors les applications précédentes.
Cette technique permet ainsi de réaliser dans un même temps la déshydratation, la stabilisation et
une « hygiénisation » des boues. D’une utilisation simple et avec une performance de traitement
élevée, elle permet d’obtenir des biosolides suffisamment désinfectés et humifiés pour en faire un
engrais pour l’agriculture28.

4.4.5.4. Prédimensionnement

Le dimensionnement des lits plantés s’appuie sur l’expérience tropicale principalement rapportée
par Eawag-Sandec, dans laquelle une charge admissible de 200 kg MS/(m2*an) est réputée
possible, sur la base des résultats expérimentaux et dans un contexte donné.
Les caractéristiques dimensionnelles des lits d’un module sont présentées ci-dessous :
Tableau 42 : Prédimensionnement des lits de séchage plantés
Paramètres Unité Valeur Observation
Débit m3/j 250
Concentration en MS : mg/l 12000
Charge totale annuelle en MS kg MS/an 1 095 000
Permet une répartition hydraulique optimale
Forme du lit mxm 8mx8m
directement depuis les camions
Surface d’un lit m2 64
Nombre de jour de
u/semaine 6 Du lundi au Samedi
fonctionnement
Nombre total de lits u 85 3 lits en alimentation par jour,

25
Kengne I., Dodane P.-H., Akoa A., Kone D., 2008.Vertical-flow constructed wetlands as sustainable sanitation approach for faecal
sludge dewatering in developing countries. PHD report. Wastewater Research Unit, Faculty of Science, University Yaoundé ;
Department of Water and Sanitation in Developing Countries (Sandec), Swiss Federal Institute of Aquatic Science and Technology
(Eawag). Dübendorf, Switzerland
26
Koottatep, T., C. Polprasert, N. T. K. Oanh, N. Surinkul, A. Montangero, and M. Strauss. 2002. Constructed Wetlands for Septage
Treatment-Towards Effective Faecal Sludge Management. Paper presented at the 8th Int. Conference on Wetlands Systems for
Water Pollution Control, Arusha, Tanzania
27
Lienard, A. 1999. Déshydratation des boues par lits de séchage plantés de roseaux. Pp. p. 33-45. Ingénieries EAT, N°17.
Cemagref, Lyon

28
Kengne, I. M., Akoa, A., and Koné, D. (2009a). Recovery of Biosolids from Constructed Wetlands Used
for Faecal Sludge Dewatering in Tropical Regions.Environmental Science and Technology 43, 6816-
6821

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 130

Paramètres Unité Valeur Observation


Nombre de lit en
u/an 5 5 lit pour flexibilité et curage
curage/redémarrage
Surface totale m2 5 760
Kg MS/
Charge réelle admise 190 Proche des 200 kg MS/(m2*an) considérés
(m2*an)
Taux de percolation journalier % 80
Nombre de lits à alimenter par
unité 3
jour
Hauteur de boues par jour m 0.26
Durée du cycle d’accumulation an 7
Taux de matières sèches dans
% 1.5
les boues brutes
En cohérent avec la littérature, selon la
Taux d’accumulation d’humus m/an 0.24
charge admise
Hauteur d’humus cumulée m 1.66
Hauteur de revanche
m 0.3
supplémentaire
Hauteur totale du lit m 1.96 Hauteur minimale
Ne tient pas compte de la hauteur du massif
Hauteur de lit retenue m 2
filtrant

Pour protéger les boues séchées non encore écoulées, Il est nécessaire de mettre en place un
hangar de stockage afin de protéger contre les intempéries (vent, pluie etc.…) les boues séchées
et prêtes à être utilisées.
Il sera considéré un hangar de 150 m2 (15 m x 10 m) soit une capacité de 150 m3 pour une
hauteur d’entreposage de 1.00 m.

4.4.5.5. Synthèse

Pour cette variante, les ouvrages suivants sont nécessaires :


90 lits de séchage plantés de 8 m x 8 m ;
Un hangar de 150 m2.
Le percolât issu des lits de séchage sera envoyée gravitairement vers la station de traitement
des eaux usées.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 131

V. COMPARAISON TECHNICO-ÉCONOMIQUE ET
ENVIRONNEMENTALE DES VARIANTES

5.1. PRINCIPES

La comparaison des différentes variantes sera effectuée par composantes :


Composante 1 : réseau de collecte des eaux usées ;
Composante 2 : stations de traitement des eaux usées ;
Composante 3 : stations de traitement des boues de vidange ;
Composante 4 : ouvrages d’assainissement autonome.
La variante retenue sera la combinaison des variantes retenues pour chaque composante.

5.2. RÉSEAU DE COLLECTE DES EAUX USÉES

Pour la partie de la ville couverte en assainissement collectif, deux variantes liées à l’agencement
des stations de pompage. En effet, l’agencement des stations de pompage a une conséquence
notable sur leur puissance et l’ossature du réseau de collecte.
Variante 1 : Trois stations de pompage en série pour le refoulement vers la station de
traitement : Il s’agit pour cette variante de proposer une ossature de réseau de collecte des
eaux usées et un agencement en cascade des stations de pompage du centre-ville vers la
station de traitement des eaux usées ;
Variante 2 : Pompage direct vers la station de traitement à partir de la station
principale du centre-ville. Pour cette variante l’agencement des stations de pompage est
tel que la station de pompage principale refoule directement vers la STEP sans relais.
Le tableau suivant donne une comparaison des caractéristiques des ouvrages pour les deux
variantes.
Tableau 43 : Caractéristiques des deux variantes de collecte des eaux usées

Désignation Variante 1 Variante 2


Réseau gravitaire de collecte des eaux usées
DN 250 205 424 ml 205 216 ml
DN 315 4 892 ml 4 787 ml
DN 400 4 645 ml 4 680 ml
DN 500 3 141 ml 2 647 ml
DN 600 342 ml 665 ml
DN 700 79 ml 523 ml
DN 800 - 20 ml
Stations de pompage
Nombre 9 9
Longueur de refoulement 11 140 ml 11 817 ml
Puissances totales 546 KW 558 KW

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 132

5.2.1. Critère de comparaison


Pour la comparaison des variantes, des critères sont définis. Les différents critères sont d’ordre
technique, économique et environnemental. Ils sont indiqués ci-dessous :
Efficacité : indique la capacité globale de la variante à jouer le rôle attendu ;
Investissement : prend en compte les coûts d’investissement des ouvrages. Il s’applique à
toutes les variantes ;
Charges d’exploitation : fait référence aux coûts d’entretien et d’exploitation des
technologies.

5.2.2. Analyse comparative des variantes de collecte des eaux usées

5.2.2.1. Efficacité

Le tableau suivant donne une synthèse des propositions pour les deux variantes
d’assainissement collectif.

Tableau 44 : Synthèse des propositions des variantes d’assainissement collectif

Variantes Maillon collecte et évacuation

Linaire de canalisation totale : 218 523 ml de diamètre compris entre 250 mm et 700
mm ;
Variante 1 Neuf stations de pompage de puissance cumulées 546 KW ;
Une longueur de refoulement de 11 140 ml de diamètre compris entre 110 mm et 600
mm.
Linaire de canalisation totale : 218 538 ml de diamètre compris entre 250 mm et 800
mm ;
Variante 2 Neuf stations de pompage de puissance cumulées 558 KW ;
Une longueur de refoulement de 11 817 ml de diamètre compris entre 110 mm et 600
mm.

L’analyse des caractéristiques des variantes révèle que :


Les deux variantes sont fonctionnelles ;
La variante 2 a plus de linéaire de diamètres importants que la variante 1, deux stations de
pompage refoulant des débits importants sur des conduites gravitaires.
Avec la configuration de la variante 1, tout dysfonctionnement sur une des trois stations de
pompage en série entraine l’arrêt de refoulement vers la STEP donc des écoulements d’eaux
usées dans les rues notamment au centre-ville.

5.2.2.2. Coûts d’investissement

Prix unitaires et ratios utilisés


L’évaluation sommaire des coûts d’investissement pour chaque variante est réalisée sur la base
de ratios. Les ratios utilisés sont issus de projets similaires dans des pays en Afrique et des coûts
de travaux à Madagascar.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 133

Terrassements
Ce prix rémunère l’exécution au mètre linéaire des terrassements nécessaires pour la pose de
conduites (fouilles, remblais en tout venant, remblais avec apport de sable de dune et
l’évacuation des déblais excédentaires).

Tableau 45 : Prix unitaires des terrassements

Types Prix unitaire en Ar / ml

Profondeur <= 1.50 m 48 000

Profondeur comprise entre 1.50 m et 2.50 m 60 000

Profondeur > 2.50 m 72 000

Fourniture et pose de conduites gravitaires


Ce prix rémunère la fourniture, le transport et la pose de conduites gravitaires en PVC pour toutes
profondeurs.

Tableau 46 : Prix unitaires conduites gravitaires

Diamètre et matériau Prix unitaire en Ar / ml

DE 160 PVC série assainissement 28 000

DE 250 PVC série assainissement 40 000

DE 315 PVC série assainissement 60 000

DE 400 PVC série assainissement 120 000

DN 500 béton centrifugé armé série 135 A 200 000

DN 600 béton centrifugé armé série 135 A 280 000

DN 700 béton centrifugé armé série 135 A 360 000

DN 800 béton centrifugé armé série 135 A 450 000

Fourniture et pose de conduites de refoulement en PVC PN 10


Ce prix rémunère la fourniture, le transport et la pose de conduites de refoulement en PVC PN
10 y compris terrassement : fouilles, lits de pose, fouilles, remblais en tout venant, remblais avec
apport de sable de dune et l’évacuation des déblais excédentaires pour toutes profondeurs.

Tableau 47 : Prix unitaires conduites PVC

Diamètre et matériau Prix unitaire en AR / ml

DE 110 PVC PN 10 32 000

DE 160 PVC PN 10 48 000

DE 200 PVC PN 10 70 000

DE 250 PVC PN 10 120 000

DE 315 PVC PN 10 160 000

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 134

Diamètre et matériau Prix unitaire en AR / ml

DE 400 PVC PN 10 240 000

DE 500 PVC PN 10 380 000

DE 600 PVC PN 10 420 000

Regards de visite
Ce prix rémunère la construction de regard de visite en béton armé y compris les terrassements
nécessaires (fouilles, remblais en tout venant, évacuation des déblais excédentaires) ainsi que
la fourniture et pose de plaques en fonte série lourde.

Tableau 48 : Prix unitaires regards de visite

Désignation Unité Prix unitaire Ar

Type 1 : 1.00 m x 1.00 m, profondeur <= 1.50 m Unité 1 600 000

Type 2 : 1.00 m x 1.00 m, 1.50 m < profondeur <= 2.50 m Unité 2 000 000

Type 3 : 1.50 m x 1.50 m, profondeur > 2.50 m Unité 2 600 000

Branchements
Ce prix prend en compte les branchements domiciliaires :
Un regard de branchement de dimension 60 cm x 60 cm et de profondeur 60 cm muni d’une
grille à la sortie vers le réseau. Le regard est muni d’une fermeture en fonte série légère ;
Le branchement du regard de branchement au regard le plus proche sur le réseau : la
fourniture et pose d’une conduite PVC DE 160 y compris terrassement.
L’ensemble est estimé à 1 200 000 Ar l’unité.
Stations de pompage
Compte non tenu de la conduite de refoulement, les stations de pompage sont constituées de
trois parties distinctes :
Le génie civil (béton et terrassement) : Bâches dessableur et dégrilleur, bâches de
pompage, locaux techniques et murs de clôture ;
Les équipements (électromécaniques, hydrauliques, de commande) : groupes de pompes
et accessoires, dégrilleur automatique, groupe électrogène, électricité (y compris un
transformateur si nécessaire), dispositifs de commandes, dispositif anti-bélier si nécessaire ;
Le local technique et le mur de clôture.
Les travaux de génie civil des stations de pompage sont constitués :
Du terrassement pour les ouvrages y compris épuisement de nappe (pompage, dégrillage,
dessablage) à évaluer au mètre cube ;
Du béton armé pour les ouvrages suivants : bâche de pompage et regards à évaluer au
mètre cube, locaux techniques et murs de clôture.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 135

Les équipements des stations de pompage sont identiques d’une station à une autre. Toutefois
leurs caractéristiques (Puissance, taille, volume) sont assez variables. Les prix unitaires sont
déterminés en fonction de la puissance.
Dans le cadre de la présente phase du projet, on utilisera pour l'estimation des coûts des stations
de pompage, les fonctions présentées sur le graphe ci-dessous. Il est établi d'après l'étude des
prix d'un panel de stations réalisées récemment au Sénégal, avec éventuellement une
majoration du prix du génie civil en cas de contraintes particulières, présence d'une nappe haute
notamment, qui peut imposer des techniques particulières tant pour la mise en place de la bâche
(havage) que pour sa stabilité (lestage).

Figure 46 : Ratios des prix des stations de pompage en fonction de leur puissance29

Tableau 49 : Coûts d’investissement pour les deux variantes de collecte des eaux usées
Différence
Variante 1 Variante 2
Désignation Valeur absolue Valeur
(Millions Ar) (Millions Ar)
(Millions Ar) relative
Composante 1 : Réseau gravitaire de
123 415 123 586 -171 0.14%
collecte des eaux usées
Composante 2 : Stations de pompage 11 848 12 172 -324 2.66%
Divers et imprévus (25%) 33 816 33 940 -124 0.36%
Total général HTT 169 079 169 698 -619 0.36%

Les coûts d’investissement pour les deux variantes ne sont pas très différents. La variante 2 est
légèrement plus onéreuse du fait des stations de pompage. Cependant la différence globale
entre les deux variantes ne fait même pas 0.50%. Les coûts d’investissement ne sont donc pas

29
Sources : Étude d’actualisation du plan d’assainissement liquide de Dakar 2025, rapport de soumission C1, Avril
2013

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 136

un critère de choix pertinent pour les variantes de collecte.

5.2.2.3. Coûts d’exploitation

Les charges d’exploitation sont constituées de l’ensemble des postes de dépenses suivantes :
Charges de curage des réseaux ;
Charges d’entretien et de maintenance des stations de pompage ;
Les deux variantes ont le même linéaire de réseau de canalisation, les coûts d’exploitation pour
le poste curage seront donc identiques. Par contre, pour le poste entretien et maintenance des
stations de pompage, des différences seront notées. Les différences seront proportionnelles aux
puissances des stations de pompage comme suit :
Variante 1 : puissance totale : 546 KW ;
Variante 2 : puissance totale : 558 KW.
La différence sur les coûts d’entretien pour les stations de pompage est seulement de 2% ce qui
est relativement faible.

5.2.3. Choix d’une variante de collecte des eaux usées


La comparaison des deux variantes proposées permet de constater que les coûts
d’investissement et d’exploitation sont quasi identiques. Les différences sont très faibles.
Cependant, du point de vue fonctionnement, la variante 1 utilise trois stations de pompage en
série pour un refoulement vers le site de la station de traitement des eaux usées. Cette
configuration, bien que permettant de réduire les longueurs de refoulement et les puissances
des pompes est très risquée. En effet, si une seule des trois stations de pompage est en panne,
l’ensemble du système est bloqué.
Par ailleurs avec la configuration de la variante 2, une seule station de pompage sera à réaliser
dès la première phase du projet alors qu’il faut trois stations de pompage pour la variante 1.
Pour ces raisons, la variante 2 est proposée pour la suite du projet.

5.3. TRAITEMENT DES EAUX USÉES

5.3.1. Critère de comparaison


Pour la comparaison des variantes, des critères sont définis. Les différents critères sont d’ordre
technique, économique et environnemental. Ils sont indiqués ci-dessous :
Efficacité : indique la capacité globale de la variante à jouer le rôle attendu ;
Institutionnels et juridiques : conformité aux textes en vigueur et capacité des acteurs
actuels pour leur mise en œuvre et leur gestion ;
Investissement : prend en compte les coûts d’investissement des ouvrages. Il s’applique à
toutes les variantes ;
Charges d’exploitation : fait référence aux coûts d’entretien et d’exploitation des
technologies ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 137

Besoin en surface : Prend en compte la contrainte liée au besoin en foncier pour les stations
de traitement ;
Impacts environnementaux et sociaux : fait référence aux impacts environnementaux et
sociaux prévisionnels (négatifs et positifs) qui peuvent être consécutifs à la réalisation des
ouvrages prévus pour la variante.

5.3.2. Analyse comparative des variantes

5.3.2.1. Efficacité

Le tableau suivant donne une synthèse des propositions pour les deux variantes
d’assainissement collectif.

Tableau 50 : Synthèse des propositions des variantes de traitement des eaux usées

Variantes Caractéristiques

Une station de traitement des eaux usées de type lagunage simple ;


Capacité : 23 200 m3/j
Niveau de traitement atteint : compatible avec les normes malgaches relatives au rejet des
eaux usées traitées
Variante 1
Principaux ouvrages de traitement :
o 4 bassins anaérobies en parallèle de volume 14 000 m3 chacun
o 4 bassins facultatifs en parallèle de volume 85 000 m3 chacun
o 4 bassins de maturation en parallèle de volume 22 000 m3 chacun
Une station de type boues activées ;
Capacité : 1 543 m3/h en quatre lignes de capacité chacune 390 m3/h
Niveau de traitement atteint : compatible avec les normes malgaches relatives au rejet des
eaux usées traitées
Principaux ouvrages de traitement :
o Quatre lignes de dégrilleur/déshuileur/dégraisseur ;
Variante 2
o Quatre lignes de décanteurs rectangulaires raclés à flux horizontal de volume utile
796 m3 ;
o Quatre bassins d’aération de volume utile : 792 m3 ;
o Quatre clarificateurs cylindro-coniques de volume utile : 774 m3 ;
o Quatre épaississeurs de volume 286 m3 ;
o Lits de séchage de superficie 7 000 m2.

L’analyse des caractéristiques des variantes révèle que toutes les deux variantes de traitement
permettent d’atteindre des niveaux de traitement compatibles avec les normes malgaches en la
matière. Même si le traitement à boues activités donnent de meilleurs résultats, les deux
techniques de traitement permettent d’atteindre des niveaux de performances nécessaires pour
respecter les normes de rejet fixées et les exigences environnementales. Ainsi, du point de vue
efficacité les deux variantes se valent.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 138

5.3.2.2. Institutionnels et juridiques

Du point de vue institutionnel et juridique, les deux variantes présentent quelques spécificités.
La station de traitement pour la variante 2 nécessite une très bonne organisation technique et
managériale. Les ouvrages et équipements prévus nécessitant une certaine qualification et des
exigences assez importantes pour les opérations d’entretien et de maintenance. À l’état actuel
de la gestion de l’assainissement dans la ville de Toliara, ce sont les services techniques de la
mairie qui s’occupent de l’entretien et de l’exploitation des ouvrages d’assainissement. Du fait de
leur niveau d’équipement actuel et du nombre ainsi que des profils du personnel disponible,
l’exploitation d’ouvrages d’assainissement nécessitera un personnel et des équipements
supplémentaires qui seront décrits de manière détaillée dans la phase suivante du projet. À noter
cependant que le personnel supplémentaire et recruter sera plus important et les critères de
sélection plus relevés pour la variante 2 que pour la variante 1. Pour de meilleure garantie de
fonctionnement de la station de traitement, il sera même nécessaire que le personnel prévu pour
l’exploitation de la station de traitement pour la variante 2 soit formé à la gestion et l’exploitation
d’une station de type boues activées, de préférence dans un pays ayant déjà ce genre de
technologie en fonctionnement. Pour la variante 1 par contre, la formation pourra se faire sur
place, pour juste quelques semaines après la mise en service des installations.
La variante 2 est donc la plus contraignante du point de vue institutionnel quel que soit le schéma
de gestion proposé du fait du type de station de traitement des eaux usées proposée.

5.3.2.3. Coûts d’investissement

Prix unitaires et ratios utilisés


L’évaluation sommaire des coûts d’investissement pour chaque variante est réalisée sur la base
de ratios. Les ratios utilisés sont issus de projets similaires dans des pays en Afrique et des coûts
de travaux à Madagascar.

Pour tous les deux types de station mis en place, les travaux comprennent :
Du terrassement ;
La réalisation des ouvrages de génie civil ;
La mise en place des différents équipements principalement pour la station de type boues
activées.
Pour la station de type lagunage, le ratio utilisé est de 1 100 000 Ar/m3 d’eaux brutes. Ce ratio
provient d’une étude comparative des coûts des stations du même type pour plusieurs villes.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 139

Pour les stations de type boues activées, la figure suivante donne des ratios suivant la taille de
la station. Elle est utilisable pour des capacités supérieures à 10 000 m3/j, ce qui est le cas pour
le présent projet.

Figure 47 : Prix unitaire des stations de traitement boues activées30

Sur la base de ces ratios, le tableau suivant donne les coûts d’investissement pour les deux
variantes.

Tableau 51 : Coûts d’investissement pour les deux variantes


Différence
Variante 1 Variante 2
Désignation Valeur absolue Valeur
(Millions Ar) (Millions Ar)
(Millions Ar) relative

Coûts 25 520 70 992 45 472 178%

Les coûts d’investissement pour les deux variantes sont très différents. La variante 2 est 2.78
fois plus chère en investissement que la variante 1.

5.3.2.4. Coûts d’exploitation

Les charges d’exploitation des stations de traitement sont constituées des :


Charges de personnel : salaires du personnel nécessaire pour l’exploitation des ouvrages
pour chaque variante ;
Charges d’entretien et de maintenance : coûts de maintenance et d’entretien des ouvrages

30
Sources : Étude d’actualisation du plan directeur d’assainissement liquide de Dakar horizon 2025, rapport de mission B, Avril 2012

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 140

et équipements.
Pour les besoins de la comparaison des variantes, les coûts d’exploitation sont évalués sur la
base de ratios simples généralement admis pour les stations de traitement.

Tableau 52 : Ratios pour l’évaluation des coûts d’exploitation des stations de traitement31
Désignations Ratios Unité

Station de type lagunage 4 500 Ar/eqhab/an

Station de type boues activées classique 600 Ar/ m3

Sur la base de ces ratios, le tableau suivant donne les coûts d’exploitation annuelle pour chaque
variante.

Tableau 53 : Analyse des variantes selon le critère « coûts d’exploitation »

Variantes Coûts d’exploitation annuels (Ar)

Variante1 1 976 746 000

Variante 2 5 080 800 000

Les charges d’exploitations des stations de traitement plus importantes pour la variante 2 que
pour la variante 1. Un rapport de 2.57 est noté entre les deux soit plus du double.

5.3.2.5. Besoins en surface

En zone urbaine, les besoins en surface peuvent être une contrainte majeure pour un projet de
manière générale et un projet d’assainissement en particulier. Cette contrainte est d’autant plus
importante pour la ville de Toliara qui fait face à de sérieux problèmes de fonciers notamment du
fait de son relief très vallonné.
L’évaluation des surfaces nécessaires pour abriter les stations de traitement pour chaque
variante est faite sur la base de ratios sur des projets et études similaires. Ils se présentent
comme suit :
Variante 1 : 27 ha ;
Variante 2 : 10 ha.
Une surface totale de 27 ha sont nécessaires pour les stations de traitement de la variante 1. La
variante 1 par contre ne nécessite que 10 ha de terrain.

5.3.2.6. Impacts environnementaux et sociaux

Une évaluation environnementale est réalisée dans le cadre du projet (Mission 4). Une analyse
sommaire des différentes variantes de traitement permet de faire les constats suivants :

31
Les équivalents habitants constituent le nombre d’habitants qui rejetterait les débits totaux collectés à la
station

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 141

Pour toutes les deux variantes, des impacts environnementaux et socio-économiques


importants positifs sont notés. Une grande partie des eaux usées produites dans la ville (la
presque totalité de la partie actuellement urbanisée) sera traitées avant rejet. Sur ce point
les deux variantes se valent ;
Les superficies nécessaires pour les stations de traitement correspondent à des pertes de
terrain. Il s’agit d’un impact négatif qui peut être majeur si la superficie est importante comme
pour la variante 1. Du point de vue impact négatif sur les populations, la variante 1 est de
loin la plus défavorable. En effet, environs 27 ha de terres pouvant être affectées à d’autres
usages tels que l’agriculture sont nécessaires à la réalisation des stations de traitement ;
Les techniques de traitement proposées pour la variante 1 sont cependant simples
d’entretien et continuent de fonctionner même en cas de défaut d’entretien. Pour la variante
2 par contre, un défaut d’entretien entraine un mauvais fonctionnement de la station de
traitement. Le risque d’impact majeur sur la population et l’environnement est ainsi plus
important pour la variante 2 que pour la variante 1.

5.3.3. Choix d’une variante de traitement des eaux usées


La comparaison des deux variantes proposées révèle les constats suivants :

Du point du vue efficacité les deux variantes se valent. En effet, chacune d’entre elles permet
un traitement des eaux usées dans des conditions permettent de respecter les exigences
environnementales et les objectifs du projet ;
La station de traitement pour la variante 2 nécessite une très bonne organisation technique
et managériale, les ouvrages et équipements prévus nécessitant une certaine qualification
et des exigences assez importantes pour les opérations d’entretien et de maintenance. Pour
de meilleure garantie de fonctionnement de la station de traitement, il sera même nécessaire
que le personnel prévu pour l’exploitation de la station de traitement pour la variante 2 soit
formé à la gestion et l’exploitation d’une station de type boues activées de préférence dans
un pays ayant déjà ce genre de technologie en fonctionnement. Pour la variante 1 par contre,
la formation pourra se faire sur place, pour juste quelques semaines après la mise en service
des installations. La variante 2 est donc la plus contraignante du point de vue institutionnel
quel que soit le schéma de gestion proposé du fait du type de station de traitement des eaux
usées proposé ;
Les coûts d’investissement pour les deux variantes sont très différents. La variante 2 coûte
2.78 fois plus chère que la variante 1. Les coûts d’investissement ne tiennent toutefois pas
compte d’achat de terrain pour la station. En cas de nécessité d’achat de terrain, cette
différence peut se réduire de manière importante voir s’annuler, la surface nécessaire pour
la variante 1 étant très importante (27 ha) devant celle nécessaire pour la variante 2 (10 ha)
;
Les charges d’exploitation des stations de traitement sont plus faibles pour la variante 2 que
pour la variante 1. Un rapport de 2.57 est noté entre les deux soit plus du double ;
Une surface totale de 27 ha est nécessaire pour la station de la variante 2. Cette surface est
très importante du fait essentiellement des débits importants.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 142

Sur la base de ces constats, il apparait que la variante 1, est moins onéreuse en investissement
et en exploitation et induit moins de contraintes dans l’exploitation. Cependant, elle nécessite
presque cinq fois plus de surface de terrain.
Cependant, étant donné que le terrain pour abriter la station est disponible au niveau du
site ciblé, la variante 1 s’impose comme la variante la plus appropriée pour
l’assainissement de la ville.

5.4. ASSAINISSEMENT AUTONOME

5.4.1. Critères de choix


Pour l’assainissement autonomes, les options de gestion individuelles et collectives (édicules
publics) des eaux usées et excréta ont été choisies au chapitre précédent sur la base des critères
suivants :

Le niveau de service requis ;


L’aptitude du sol à l’assainissement individuel ;
La population utilisatrice ;
La consommation spécifique en eau ;
La capacité et volonté de payer les services d’assainissement.

5.4.2. Ouvrages retenus


Pour l’équipement des ménages, les ouvrages suivants sont proposés sur la base des critères
définis ci-dessous et de la présentation des différents ouvrages d’assainissement autonome
envisageables et présentés au chapitre 3.

Fosses septiques (toutes eaux) suivies d’un puisard pour l’infiltration des eaux après
décantation dans la fosse pour les zones les plus urbanisés (zones périphériques des parties
couvertes par un réseau de collecte), plus denses avec un niveau de vie relativement plus
élevé ;
Latrines à chasse manuelle double fosse pour les zones périphériques de la ville dont les
ménages, pour la plupart n’ont pas de latrines ou ont des latrines de type traditionnel.
Pour les latrines publiques, il est proposé des latrines avec fosses. Les fosses seront branchées
sur des puisards pour les zones périphériques et sur le réseau de collecte pour les zones
couvertes en assainissement autonome. Les latrines publiques proposés sont décrites de
manière détaillée au chapitre 4.

5.5. TRAITEMENT DES BOUES DE VIDANGE

5.5.1. Critères de comparaison


Les mêmes critères que l’assainissement collectif ont été utilisés :
Efficacité : indique la capacité globale de la variante à jouer le rôle attendu ;
Institutionnels et juridiques : conformité aux textes en vigueur et capacité des acteurs
actuels pour leur mise en œuvre et leur gestion ;

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 143

Investissement : prend en compte les coûts d’investissement des ouvrages. Il s’applique à


toutes les variantes ;
Charges d’exploitation : fait référence aux coûts d’entretien et d’exploitation des
technologies ;
Besoin en surface : Prend en compte la contrainte liée au besoin en foncier pour les
stations de traitement.

5.5.2. Analyse comparative des variantes

Pour rappel, les deux variantes de traitement des boues de vidange proposées sont :
Variante 1 : Lits de séchage simples :
100 lits de séchage de 8 m x 8 m ;
7 200 m2 d’aire de séchage ;
Un hangar de 150 m2.
Variante 2 : Lits de séchage plantés :
90 lits de séchage plantés de 8 m x 8 m ;
Un hangar de 150 m2.
Pour chaque variante, le percolât issu des lits de séchage sera envoyée gravitairement vers la
station de traitement des eaux usées.

5.5.2.1. Efficacité

Toutes les deux solutions de traitement proposées permettent un traitement des boues de
vidange jusqu’au niveau souhaité. Le tableau suivant donne une comparaison de l’efficacité des
deux variantes.
Tableau 54 : Comparaison de l’efficacité des deux variantes de traitement

Variantes Avantages Inconvénients

Variabilité en fonction du taux de stabilisation


des boues.
Abattement théorique élevé pour tous les
Variante 1 : Lits de paramètres : MES (95%), DCO (90%), DBO Rendement réduit en saison des pluies.
séchage simples (75%) des NTK (50%) et CF/Œufs Aire de séchage nécessaire
d’helminthe (99%).
Séchage problématique pendant les périodes
pluvieuses

Abattement théorique élevé pour tous les


paramètres : MES (95%), DCO (95%), DBO
Variante 2 : lits de (95%) des NTK (95%) et CF/Œufs Entretien des plantes nécessaires
séchage plantés d’helminthe (99%)

Aire de séchage non nécessaires

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 144

Les lits de séchage plantés donnent ainsi de meilleurs résultats du point de vue du rendement
épuratoire. Cependant, les deux options permettent d’atteindre les résultats escomptés.

5.5.2.2. Institutionnels et juridiques

Du point de vue institutionnel et juridique, les deux variantes présentent les mêmes
caractéristiques institutionnelles et juridiques.

5.5.2.3. Besoin en surface

Le tableau suivant donne les superficies nécessaires pour chacune des deux variantes sur la
base des dimensions réelles des ouvrages avec une majoration de 30% pour les équipements
annexes (voiries notamment).

Tableau 55 : Analyse des variantes selon le critère « besoin en surface pour le traitement »

Variantes Surface estimée Observations

Surface de lits important


Variante 1 1.80 ha
Nécessité d’une aire de séchage

Moins de lits
Variante 2 0.80 ha
Pas d’aire de séchage

La variante 1 nécessite beaucoup plus de surface : environs 2.25 fois.

5.5.2.4. Investissement

Les travaux de la station de traitement des boues de vidange sont constitués pour chaque
variante :
Du terrassement pour le remblai du site ;
Du béton armé pour les lits de séchage ;
De la mise en place des différents équipements de la station.
Sur la base de ces ratios, le tableau suivant donne les coûts d’investissement pour les deux
variantes.

Tableau 56 : Coûts d'investissement des variantes de traitement

Variantes Coûts d’investissement (1000 000 Ar)

Variante1 3 900

Variante 2 3 200

La variante 1 est 1.20 fois plus onéreux en investissement du fait du nombre plus important de
lits de séchage et de l’aire de séchage.

5.5.2.5. Coûts récurrents ou d’exploitation

Les charges d’exploitation des stations de traitement des boues de vidange sont constituées

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 145

des :
Charges de personnel : salaires du personnel nécessaire pour l’exploitation des ouvrages
pour chaque variante : identiques pour les deux stations de traitement ;
Charges d’entretien et de maintenance : coûts de maintenance et d’entretien des ouvrages
et équipements.
La station de boues de vidange étant installée dans l’enceinte de la station de traitement, ses
charges d’exploitation vont être contenues dans celles de cette dernière. Néanmoins, de du fait
de la nécessité de vider les lits plus régulièrement, pour la variante 1, les coûts d’exploitation
seront plus importants pour cette dernière.

5.5.3. Choix d’une variante de traitement des boues de vidange


En prenant en compte les critères définis plus haut, le tableau suivant donne un récapitulatif des
avantages et inconvénients pour chaque variante.
Tableau 57 : Synthèse de l’analyse comparative des variantes de traitement des boues de
vidange

Variantes Avantages Inconvénients

Coûts d’exploitation plus élevés


Technologie assez simple et bien connue Besoins en surface plus importants
Variante 1
Bons rendements épuratoires Coûts d’investissement légèrement plus
élevés
Bonne capacité de traitement Nécessité de trouver de bonnes plantes
Variante 2 Coûts d’investissements d’exploitation plus faibles Nécessité d’entretenir les plantes
Besoins en surface moins importants

La variante 2 bien que moins onéreuse aussi bien en investissement qu’en exploitation et avec
des besoins fonciers moins importants a une contrainte majeure : la nécessité de trouver des
plantes adaptées dans la zone et leur entretien alors que les conditions climatiques ne sont pas
favorables.
La variante 1 est donc plus simple et plus adaptée à un climat sec comme celui de Toliara. Cette
variante est proposée pour le traitement des boues de vidange de la ville de Toliara pour
la suite du projet.

5.6. SYSTÈME PROPOSÉ POUR LA GESTION DES EAUX USÉES ET DES EXCRÉTA

5.6.1. Zonage de l’assainissement


Sur la base des études de variantes et d’options technologiques, il est proposé, pour
l’assainissement de la ville de Toliara, un système d’assainissement composé d’un mixte entre
de l’assainissement autonome et de l’assainissement collectif.
Assainissement collectif : Ce type d’assainissement concerne une grande partie de la
ville. Il comprend le centre urbain, les zones d’habitats denses actuellement et qui le seront
d’ici l’horizon du projet. Elle comprend l’ensemble des services publiques et privés, en
somme, les zones de fortes consommations d’eau potable. 78% de la population en 2040

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 146

habiteront cette zone et seront concernées par le réseau collectif. Les eaux usées de la
zone sont collectées et traitées dans une station de traitement d’eaux usées ;
Assainissement autonome : Ce type d’assainissement concerne 22% de la population
totale de la ville à l’horizon du projet. 79% des ménages de cette population n’ont pas de
latrines ou ont une latrine mais ne respectant pas les normes minimales de fonctionnement.
Ils seront équipés dans le cadre du projet. Les boues produites sont à traiter dans une station
de boues de vidange à réaliser dans l’enceinte de la station de traitement des eaux usées.

5.6.2. Ouvrages et équipements proposés


Pour chaque zone d’assainissement définie, des études de variantes ont été effectuées. La
comparaison des différentes variantes a porté ainsi sur les composantes suivantes :
Composante 1 : réseau de collecte des eaux usées ;
Composante 2 : stations de traitement des eaux usées ;
Composante 3 : stations de traitement des boues de vidange ;
Composante 4 : ouvrages d’assainissement autonome.
Conformément au zonage effectué, la variante a porté sur une combinaison de la variante
retenues pour chaque composante. Le tableau suivant donne un récapitulatif des propositions
pour l’assainissement de la ville de Toliara. Ces propositions seront détaillées dans la mission
suivante de l’étude et constitueront le schéma directeur d’assainissement urbain de la ville.
Tableau 58 : Caractéristiques des systèmes d’assainissement retenus
Mode
Désignation Ouvrages et équipements retenus
d’assainissement
Au total, 16 014 ménages seront à équiper à l’horizon de projet avec :
Collecte des 9 609 toilettes à chasse manuelle (TCM) ;
eaux usées et 6 405 fosses septiques suivies de puisards ;
excréta 16 014 bacs à laver ;
16 toilettes publiques.
Transport des 2 camions de vidange de capacité 10 m3 pour la mairie
boues de
vidange
Autonome Type : Lits de séchage simples :
Traitement 100 lits de séchage de 64 m2 chacun ;
des boues de Une aire de séchage de 7 200 m2 ;
vidange Un hangar de 150 m2 pour l’humus produits ;
Un rejet en tête de station de traitement des eaux usées.
Réseau de collecte des eaux usées :
Collecte et Linaire de canalisation principale : 13.32 km dont DN compris entre
transport des 315 mm et 800 mm ;
eaux usées 384 km de réseau secondaire et tertiaire DN 250 mm ;
Huit stations de pompage de puissance cumulées 558 KW ;
Une longueur de refoulement de 11.82 km de diamètre compris
entre 110 mm et 600 mm.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 147

Mode
Désignation Ouvrages et équipements retenus
d’assainissement

Type Lagunage simple


Capacité 23 200 m3/j
Dégrillage Double grille manuelle
- 120 mm, à nettoyage manuel
- 10 mm, à nettoyage manuel
Dessablage Dessableur double couloir avec pour chaque couloir
Assainissement les dimensions suivantes :
collectif Station de - Longueur = 5.00 m
traitement - Largeur = 0.80 m
- Hauteur maximale : 1.00m
4 bassins anaérobies en parallèle
- Volume : 13 000 m3
- Profondeur :3.00 m
- Temps de séjour : 2.24 jours
4 bassins facultatifs en parallèle
- Volume : 85 000 m3
- Profondeur :1.50 m
- Temps de séjour : 15 jours
4 bassins de maturation en parallèle
- Volume : 22 000 m3
- Profondeur :1.00 m
- Temps de séjour : 3.79 jours
Séchage des boues Lits de la STBV
Rejet des eaux traitées Conduite DN 600 mm vers bas-fonds

Ces propositions feront l’objet du volet eaux usées et boues de vidange du Schéma
Directeur d’Assainissement Urbain (SDAUM) de la ville de Toliara. Elles seront détaillées
dans le rapport de la phase suivante du projet.

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 148

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Plan Communal de Développement, 2006 [Commune Urbaine de Toliara, 2006] ;


2. Plan d’Urbanisme Directeur de la ville de Toliara, Théodore Raveloarison-Architecte, 2005
[Commune urbaine de Toliara] ;
3. Plan d’Urbanisme Directeur de la ville de Toliara 2033- AGETIPA/URBAPLAN/GESCOD ;
4. Approvisionnement en eau potable dans la ville de Toliara, Rapport de stage auprès de la
JIRAMA Toliara par Barthelemy Silvana Zafimalaza et Herinirina Marie Elinah Ravaozanany,
2017 [JIRAMA Toliara] ;
5. Bulletin mensuel d’information/Compteurs utilisés à la production eau et entrée réseau du
janvier en août 2018 dans la ville de Toliara [JIRAMA Direction régionale Atsimo Andrefana-
septembrel 2018] ;
6. Plan du réseau/ coupe forage [JIRAMA Direction régionale Atsimo Andrefana-septembrel
2018] ;
7. Tenue de la Production eau [JIRAMA Direction régionale Atsimo Andrefana-septembrel
2018] ;
8. Nombre bornes fontaines/ lavoirs, abonnés en eau dans la ville de Toliara [JIRAMA Direction
régionale Atsimo Andrefana-septembrel 2018] ;
9. Production et Consommation en eau dans la ville de Toliara [Direction régionale de la JIRAMA
DIANA, Centre Toliara, novembre 2018] ;
10. Liste des gros consommateurs en eau dans la ville de Toliara [Direction régionale de la
JIRAMA DIANA, Centre Toliara, novembre 2018] ;
11. Mise à jour de l’EIE du projet de site de décharge pour déchets solides dans la Commune
urbaine de Toliara, Dr Harizo Rasolomanana, 2013 [Projet PIC Toliara] ;
12. Situation en Impôt Foncier [Commune Urbaine de Toliara] ;
13. Rapport d’études techniques, d’état des lieux préliminaires des situations actuelles en
assainissement dans les villes d’Antsirabe, Fort Dauphin, Nosy Be, Toamasina, Fianarantsoa,
Toliary, Antsiranana, Mahajanga [MEEH / SOGREAH - 2017].

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx
Élaboration des schémas directeurs d’assainissement urbain (SDAU) de huit (8) villes secondaires de Madagascar
Étape 2 : Extension des études aux autres 07 centres urbains secondaires / Toliara
Rapport de mission 2 : Études préliminaires / Version définitive
Volume 2 : Eaux usées, excréta et boues de vidange Page 149

ANNEXE : CARTES ILLUSTRATIVES

Numéro carte Intitulé

Carte 1 Localisation des villes concernées par le projet


Carte 2 Topographie de la ville de Toliara
Carte 3 Zonage en assainissement
Carte 4 Bassin de collecte des eaux usées
Carte 5 Variante 1 : Ossature du réseau principal de collecte des eaux usées
Carte 6 Variante 1 : Position des stations de pompage
Carte 7 Variante 2 : Ossature du réseau principal de collecte des eaux usées
Carte 8 Variante 2 : Position des stations de pompage
Carte 9 Localisation du site prévu pour abriter la station de pompage

Réf. : 18/018/DO – Septembre 2019 CIRA SAS / ASA TARATRA SARL

Z:\Madagascar\180021_ASS_MG_E\180021_Étape_2\180021_Mission 2_Études Préliminaires\Docs_sortants\Docs_Définitifs\Volume


2\Toliara\Rapport_de_Mission2_SDAUM_Toliara_Volume2_Définitif.docx

Vous aimerez peut-être aussi