Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre 3 

: La régionalisation avancée levier de développement  :

Le modèle marocain de régionalisation avancée s'inscrit clairement dans le cadre d'un Etat
démocratique décentralisé et marque un bond qualitatif dans le processus de démocratisation de la
société. Cette nouvelle conception de régionalisation requiert des collectivités territoriales élues
ayant une légitimité démocratique et dotées des mécanismes nécessaires à même de renforcer la
participation des citoyens, hommes et femmes, dans la gestion de la chose publique.

Cette initiative nécessite l'attribution de prérogatives décisionnelles et exécutives élargies aux


conseils régionaux pour qu'ils soient capables de s'acquitter au mieux de leur rôle, toute en mettant
en place des mécanismes de contrôle et de comptabilité de nature à rétablir la confiance des
citoyens dans les institutions. Dans le cadre de ce projet, le rôle de la région serait de contribuer de
façon effective au développement économique, politique, social, culturel et environnemental,
sachant que cette entreprise ne peut se concrétiser sans la mobilisation de nouvelles ressources, la
mise à niveau des ressources humaines et la mise en place de fonds de soutien financier ayant pour
objectif de réduire les disparités entre les régions.

Donc, pour bien aborder notre chapitre en va traiter dans la première section les aboutissements de
la RA et en va voir dans la deuxième section la liaison de ses aboutissements avec le développement
régional.
section 1 : les aboutissement de la régionalisation avancée  :

Dans cette section on va éclairer la vision sur les aboutissements de la régionalisation avancée qui
vise la mise à niveau économique et sociale des régions : La mise en œuvre de la régionalisation,
offre des opportunités à saisir et fait émerger en même temps des défis importants qu’il va falloir
relever sur plusieurs fronts variés mais complémentaires et indissociables et qui constituent une
caution du succès de cette réforme de l’Etat.

Le présent rapport entreprend de traiter ces questions tout en soulignant que ce grand chantier
nécessite, en raison de son étendue et de ses dimensions multiples, et conformément à l’esprit et à
la lettre de la loi sur les régions, une démarche progressive, distinctive et évolutive qui se conçoit
impérativement de façon séquentielle en plusieurs phases.

 Bien s’approprier la régionalisation : La reconfiguration du schéma de répartition des


pouvoirs et ressources entre le centre et la périphérie et le déploiement d’une nouvelle
gouvernance au niveau territorial et à celui de l’administration centrale qu’implique la
régionalisation appellent une approche pragmatique et une mobilisation sans faille de tous
les acteurs.
 Activer le parachèvement du dispositif juridique et mettre en place les organes de gestion:

La phase initiale de mise en œuvre de la régionalisation avancée sera marquée également par le
parachèvement du dispositif juridique et la mise en place des structures d’administration et de
gestion de projets de la région. S’agissant des textes réglementaires d’application des lois
organiques, la région présente à ce niveau une certaine priorité qui s’accommode difficilement avec
le délai butoir de 30 mois fixé par la loi organique sur les régions.

 Engager l’opérationnalisation des PDR:

Pour la réalisation des PDR, et dans l’intervalle de constitution et de consolidation des AREP, l’appui
des instances étatiques est primordial, comme souligné plus haut, notamment à travers les équipes
d’accompagnement et d’appui au niveau national et régional, et les points focaux au niveau des
ministères, proposées dans le cadre de la mise en place des organes de pilotage.
 Entamer la préparation des Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire (SRAT):

Cette étape à portée stratégique pour l’avenir de la région nécessite une profonde connaissance de
la région, de larges concertations et participation de tous les acteurs régionaux et une harmonisation
avec les orientations stratégiques de l’Etat ainsi que la prise en compte des choix opérés et des
engagements pris par toutes les parties. Les ambitions légitimes de développement économique de
la région doivent par ailleurs s’inscrire dans une vision équilibrée d’aménagement du territoire qui
prend en compte les aspects fondamentaux de durabilité et d’intégration.

 Engager une déconcentration accomplie Avec l’avènement de la régionalisation :

Le temps n’est plus à l’hésitation ou aux demi mesures, puisque à régionalisation avancée doit
correspondre une déconcentration, elle aussi, avancée.

 Promouvoir l’intégration des politiques publiques:

La régionalisation offre une précieuse opportunité de parvenir à une intégration des politiques
publiques en amont à l’occasion de l’élaboration des PDR et des SRAT. En effet, ces documents
viennent combler un manque de débat public sur les politiques publiques avec l’abandon au niveau
national de la planification, et remettent au goût du jour les principes de planification ascendante, de
débat participatif et de concrétisation de l’approche territoriale. Aussi la préparation de ces
documents, dit-elle être considérée, non comme une simple formalité technique ou de
communication, mais en tant que réel levier d’intégration, de coordination et de promotion de la
démocratie participative.

 Faire de la démocratie participative, un cadre de concertation, d’évaluation et de


contribution à l’effort de développement:

Loin d’être un luxe ou un slogan, la démocratie participative représente désormais un droit qui a
acquis une force constitutionnelle qui vise l’implication effective de toutes les composantes de la
société dans la gestion des affaires régionales.

 Promouvoir un système permanent d’évaluation et de communication:

Les enjeux et les attentes de la régionalisation feront naitre chez tous les acteurs une exigence
permanente de transparence et de reddition des comptes pour faire connaitre les avancées
accomplies et entrevoir les progrès à venir.

 Les intérêts de la régionalisation avancés:

La mise en place de la régionalisation avancée est un processus de longue haleine. Instaurée depuis
le référendum du 31 juillet 2011, la régionalisation élargie figurant dans l’article 9 de la Constitution,
promet d’offrir une vision globale du projet de réforme du système régional auquel aspire le Maroc
de demain. De plus, le projet de régionalisation avancée favorise un développement socio-
économique équitable à travers des régions fortes et intégrées et consolide la démocratie locale.

Vous aimerez peut-être aussi