Vous êtes sur la page 1sur 12

A U 2020/2021

PMP2 : 2ème partie travail des


métaux en feuille

M. Hafedh OUANNES
ISET Radès
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

Chapitre 2
Le pliage
1. Principe
Sous l’action d’une force appliquée sur le flan, encastré à une extrémité (figure
2) ou reposant librement sur deux appuis (figure 3), ce dernier se déforme au niveau
d’une ligne fictive appelée ligne de pliage pour former un pli caractérisé par son
angle d’ouverture et son rayon (figure 1).

Figure 1 : pli.

2. Techniques de pliage
2.1. Pliage sur plieuse universelle
Sur ce type de plieuse, la tôle sera encastrée entre la table de la plieuse et le
sommier. Le pliage est réalisé en faisant pivoter le tablier rotatif de l’angle désiré tout
en tenant compte du retour élastique (paragraphe 4.5).

Figure 1 : schéma de principe du pliage sur plieuse universelle.


2.2. Pliage sur presse plieuse
Sur une presse plieuse le pliage se fait à l’aide d’un poinçon et une matrice. Le
flan à plier repose librement sur la matrice. L’action du poinçon, lors de sa descente,
sur le flan permet de le plier.

Figure 3 : schéma de principe du pliage sur presse plieuse.

2 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

3. Modes de pliage sur presse plieuse


3.1. Pliage en Vé
3.1.1. Pliage en l’air
Le poinçon ne se déplace pas jusqu’au fond de la matrice, mais il s’arrête en
un point «en l’air» préalablement défini. La géométrie de l’outil n’est pas conforme à
celle du pli. Dans tous les cas, il faut penser au retour élastique (paragraphe 4.5) qui
sera important. C’est une méthode de pliage des tôles épaisses, sachant que l’angle
intérieur est toujours important et n’est jamais garanti.
3.1.2. Pliage en fond de matrice
Le poinçon se déplace jusqu’au fond de la matrice, sans emboutir la tôle. La
pièce sera conforme à la géométrie du poinçon. Le rayon intérieur est en général égal
à l’épaisseur de la tôle. Ce procédé impose un outillage usiné et adapté à l’angle de
pliage désiré.
3.1.3. Pliage en frappe
Le flan est enfoncé au fond du « V », cette opération de pliage s’effectue en
deux temps. Tout d’abord, en réalise un pliage en fond de matrice. En deuxième
temps, le poinçon va descendre rapidement, pour frapper et marquer le coin de la
tôle jusqu’à réduire voire éliminer totalement le retour élastique. Ce procédé
convient en général pour des tôles d’épaisseur inférieure à 1,5 mm ;
3.2. Pliage en U
Le pliage en U sur presse plieuse ressemble beaucoup au pliage en Vé sauf
que la forme du poinçon et la matrice sont en U.
Le pliage en U présente aussi deux variantes : pliage en l’air et pliage en
frappe.

Figure 5 : pliage en U.
3.3. Pliage en Z
Le pliage en Z permet d’obtenir deux plis en un seul coup de poinçon. Il a les
mêmes avantages que le pliage en U sauf que l’un des plis est orienté vers l’intérieur
et l’autre vers l’extérieur.

3 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

3.4. Pliage sur élastomère


Dans ce type de pliage, la matrice sera un coussin en élastomère qui peut
supporter des déformations importantes avant la rupture. L’avantage du pliage sur
élastomère c’est :
- il ne laisse jamais des marques sur la tôle (traces) ;
- il permet de faire le pliage en Vé ou en U sur la même matrice ;

Figure 6 : pliage sur élastomère.

4. Paramètres de pliage
4.1. Rayon minimal de pliage
Le rayon de pliage doit être supérieur à un rayon dit rayon minimal de pliage
au-dessous duquel les fissures au niveau du pli peuvent apparaitre. Le rayon
minimal de pliage dépend :
- du matériau (acier, acier inoxydable, aluminium) ;
- de l’état du matériau (recuit, écroui, trempé) ;
- de l’épaisseur de la tôle ;
- de la direction des fibres.
La valeur du rayon minimale peut être tirée à partir des tableaux établis suit à
des études expérimentales ou par la formule suivante :
=
−4 −4
100 − × 100 − + 2
Avec :
- Rmini : rayon minimal de pliage en (mm) ;
- e : épaisseur de la tôle en (mm) ;
- A : l’allongement pour cent du matériau (A%) ;
- Z : coefficient de striction (Z%).

4.2. Effort de pliage


L’effort de pliage dépend de plusieurs facteurs :
- le matériau ;
- la technique de pliage.
- le mode de pliage en V, U ou en Z, (avec frappe ou sans frappe) ;

4 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

- le frottement entre la tôle et l’outillage ;


- la vitesse de déformation.

4.2.1. Effort de pliage dans le cas de pliage en Vé


a) Expression analytique
L’effort de pliage dans le cas de pliage en Vé en l’air peut être calculé par la
formule suivante :
× × ×
=
Avec :
- FPVA : effort de Pliage en Vé en l’Air exprimé en (N) ;
- a =V : ouverture de la matrice (abaque n°1) en (mm) ;
- c : coefficient de correction déterminé en fonction de l’ouverture de la
matrice à partir de l’abaque n°1 ;
- LP : largueur du pli (figure 1) en (mm) ;
- e : épaisseur de la tôle en (mm) ;
- Rm : résistance maximale du matériau en (N/mm² ou MPa).

Abaque n°1 : coefficient C en fonction de l’ouverture de la matrice.

b) Détermination de l’effort à partir des tableaux


Si le rayon de pli est déterminé, ces tableaux permettent de déterminer :
- l’effort de pliage par mètre plié : FP/m en (N/m) ;
- l’ouverture de la matrice en (mm).
Pour déterminer l’effort de pliage, il faut multiplier l’effort de pliage par mètre
par le largueur du pli :

5 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

= / ×

E 6 8 10 12 16 20 25 32 40 50 63 80 100 V (mm)
4 5.5 7 8,5 11 14 17,5 22 28 35 45 55 71 B mini (mm)
1 1,3 1,6 2 2,6 3,3 4 5 6,5 8 10 13 16 Ri (mm)
0,6 4 4
1 11 8 7 6
1,5 17 15 13 9 8
2 27 22 17 13 11
2,5 35 26 21 17 13
3 38 30 24 19 15
4 54 42 34 27 21
5 67 52 42 33 26
6 75 60 48 38 30
4
8 107 85 68 53 43 F en 10 N/m
Pliage en l’air des aciers dont : ≤ ≤ !/ ²

Tableau 1 : effort de pliage pour les aciers dont ≤ ≤ !/ ².

Pour le pliage en Vé par frappe l’effort de pliage sera le double de celui


nécessaire pour le pliage en l’air. Il sera donné par la formule suivante :

$× × ×
# =2×
Avec :
- FPVF : effort de Pliage en Vé par Frappe exprimé en (N).
4.2.2. Effort de pliage dans le cas de pliage en U
Au cours d’une opération de pliage en U sans frappe, l’effort de pliage peut
varier en fonction du jeu entre le poinçon et la matrice ainsi qu’avec le rayon du pli.
Cet effort sera donné par la formule suivante :
2
% = × × '× × 1+
3
Avec : FPU : effort de Pliage en U sans frappe.

Dans le cas du pliage en U avec frappe, l’effort de pliage sera celui du pliage
sans frappe multiplié par deux et demi. Dans ce cas l’effort sera donné par la formule
suivante :
2
%# = 2,5 × * × × '× × 1+ +
3

6 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

Avec : FPUF : effort de Pliage en U avec Frappe.

4.3. Détermination de la longueur développée


4.3.1. Fibre neutre
Après l’opération de pliage, les fibres vont se comporter de la manière
suivante :
- Les fibres au-dessus de la fibre moyenne seront situées à l’intérieur du pli,
ils vont subir un raccourcissement ;
- Les fibres au-dessous de la fibre moyenne seront situées à l’extérieur du
pli, ils vont subir un allongement ;
- La fibre moyenne gardera sa longueur initiale, elle est dite fibre neutre et
elle sera déplacée vers l’intérieur du pli.

Figure 7 : comportements des fibres en pliage.


La fibre neutre sera positionnée par rapport au centre du pli par son rayon
désigné par : rayon de la fibre neutre Rf. Le rayon de la fibre neutre est exprimé par
la formule suivante :
- = .+/× .
Avec :
- Rf : rayon de la fibre neutre en (mm) ;
- Ri : rayon intérieur du pli en (mm);
- e : épaisseur de la tôle pliée en (mm);
- k : un coefficient qui dépend du rapport R/e et qui sera donné par le tableau 2
ci-dessous :
Ri/e >0,65 >1,00 >1,50 >2,40 >3,8
k 0,30 0,35 0,40 0,45 0,5
Tableau 2 : coefficient de proportionnalité « k » pour déterminer la position de la fibre neutre.
4.3.2. Calcul de la longueur développée : méthode des sections
La longueur développée du flan c’est la longueur du flan de départ qui servira
à l’obtention de la pièce avec ses cotes mentionnées sur le dessin de définition.

7 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

Lorsque la pièce est cotée par section (figure 9), la longueur développée du flan est
donnée par la formule suivante :
0 = 1+ - ×2 +
3

Avec :
- LD : longueur développée en (mm) ;
- α’ : angle de l’arc en (rd).

Si la pièce présente plusieurs plis (n), le nombre des sections curvilignes sera
(n) et le nombre des sections rectilignes sera (n+1). Dans ce cas la longueur
développée du flan sera donnée par la formule suivante :

51

0 =4 + 47 - × 238
61 61

α
Figure 9 : cotation par section.
4.3.3. Calcul de la longueur développée : cas d’une cotation extérieur
Dans ce cas (figure 10) la longueur développée du flan est donnée par la
formule suivante :
0 = 1+ −$
Avec :
- A1 et A2 : cotes extérieures (cotes majorées des sections rectilignes) ;
- C : une constante qui peut être déterminée graphiquement (abaque n°2) ou
donnée par la formule ci-dessous :
> ?
$ =2×9 + : × $;<= − 1@A × - × B.

> ?
$ =2×9 + : × $;<= − 1@A × 9 + / :B.

8 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

Avec :
- H : angle du pli en degrés ;
- β : angle complémentaire de H (β = 180 - H) en degrés.

Abaque n° 2 : détermination de la constante C.

9 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

Figure 10 : cotation extérieure.


Si la pièce présente plusieurs plis (n), la longueur développée du flan sera
donnée par la formule suivante :
51

0 =4 − 4$
61 61
4.4. Calcul des cotes machines (cotes de mise en butée)
Si on considère la pièce représentée sur les figures 8 et 9. On aura deux
possibilités pour calculer les cotes de mise en butée.
a) Cas de la cotation extérieure
Dans ce cas (figure 11) et si la butée sera réglée par rapport au bord n°1, la cote
machine sera donnée par la formule suivante :
$
$ = 1 −
2
Si la butée sera réglée par rapport au bord n°2, la cote machine sera donnée
par la formule suivante :
$
$ = −
2

Figure 11 : cote machine par rapport au bord n° 1.

10 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

b) Cas de la cotation par section


Dans ce cas (figure 9) et si la butée sera réglée par rapport au bord n°1 de la
tôle, la cote machine sera donnée par la formule suivante :
- ×2
3
$ = 1+
2
Si la butée sera réglée par rapport au bord n°2 de la tôle, la cote machine sera
donnée par la formule suivante :
- ×2
3
$ = +
2
4.5. Le retour élastique
Après l’opération de pliage, le retour élastique se manifeste par l’ouverture du
pli ainsi l’angle et le rayon intérieur obtenus seront plus grands que ceux souhaités.
Cela doit être corrigé en tenant compte du retour élastique lors de la conception du
poinçon.
4.5.1. Détermination de l’angle et du rayon du poinçon
On considère la configuration de la figure 12. On a :
B
= C
BA
Avec K : coefficient de retour élastique.

Figure 12 : pli avant et après retour .élastique.


L’angle de poinçon Hp n’est autre que l’angle H0. On a : 2A = 180 − BA . Or
E
BA = F
B P
G 3 où 2A = 180 − . J;K LM = NO −
C Q

Le rayon de poinçon Rp n’est autre que le rayon Ri0. On a :


A +2
C = G 3 ù A =C× + −
+ 2 2 2
R R
J;K M =Q× + −
S S

11 M. Hafedh OUANNES
PMP2 : 2ème partie travail des métaux en feuille AU 2020/2021

4.5.2. détermination du coefficient du retour élastique


Le coefficient du retour élastique K qui dépend du matériau et de son état
ainsi que le rapport Ri/e peut être déterminé à partir des tableaux appropriés ou des
abaques.
K Aluminium Acier doux laiton Z2CN18-10
RV 1 0,99 0,99 0,98 0,99
e 2 0,99 0,99 0,97 0,97
4 0,99 0,98 0,95 0,94
10 0,99 0,95 0,92 0,9
Tableau3 : coefficient de retour élastique.

Abaque n°3 : détermination du coefficient du retour élastique K en fonction du rapport R.

12 M. Hafedh OUANNES

Vous aimerez peut-être aussi