Vous êtes sur la page 1sur 15

1

Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958

CHAPITRE 2 : LA CONSTITUTION


TABLE DES MATIÈRES

Introduction.........................................................................................................................................2
I. La notion de constitution...................................................................................................................2
A. Les critères de définition de la constitution...................................................................................................2
1. Le Critère matériel...............................................................................................................................................................2
1.1 La portée du critère materiel.........................................................................................................................................2
1.2 Le contenu des constitutions.........................................................................................................................................2
2. Le critère formel..................................................................................................................................................................4
3. La confrontation des critères...............................................................................................................................................4
3.1 La coïncidence des critères............................................................................................................................................4
3.2 La dissociation des critères............................................................................................................................................4

B. La forme des constitutions............................................................................................................................5


1. Les constitutions écrites......................................................................................................................................................5
2. Les constitutions coutimières..............................................................................................................................................6
3. L’importance de la coutume dans l’interprétation des constitutions écrites.....................................................................6

II. Élaboration et révision de la constitution..........................................................................................7


A. L’élaboration des constitutions (PCO)...........................................................................................................7
1. Les caractères du pouvoir constituant originaire................................................................................................................7
2. Les modes d’exercice du pouvoir constituant originaire.....................................................................................................7
2.1 Mode d’établissement autoritaire.................................................................................................................................8
2.2 Mode d’établissement démocratique...........................................................................................................................8

B. La révision des constitutions.........................................................................................................................9


1. Les caractères du pouvoir constituant dérivé.....................................................................................................................9
1.1 La notion de pcD ou PCI.................................................................................................................................................9
1.2 Les modalités du PCD.....................................................................................................................................................9
2. Constitution souple et constitution rigide.........................................................................................................................10
2.1 COnstitutions souples..................................................................................................................................................10
2.2 Constitutions rigides....................................................................................................................................................10
3. Le système français actuel.................................................................................................................................................10
3.1 La procédure de l’article 89 de la constitution............................................................................................................10
3.2 L’utilisation contestée de l’article 11 de la constitution pour la réviser.....................................................................12
3.3 La pratique des révisions constitutionnelles...............................................................................................................13

III. La protection des constitutions......................................................................................................13


A. La valeur juridique de la constitution..........................................................................................................14
B. Le contrôle de constitutionnalité.................................................................................................................14
1. Le principe du cc................................................................................................................................................................14
2. Les différents modèles de cc..............................................................................................................................................14
2.1 Le modèle américain : le contrôle diffus de constitutionnalité...................................................................................15
2.2 Le modèle européen : le contrôle concentré de constitutionnalité............................................................................15

C. Les modalités du cc en France.....................................................................................................................15


1. L’organisation du cc...........................................................................................................................................................15
1.1 La composition du cc...................................................................................................................................................15

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


2
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
2.2 La présidence du cc......................................................................................................................................................16
2. Le contrôle de constitutionnalité à priori..........................................................................................................................16
2.1 La saisine du cc.............................................................................................................................................................16
2.2 Les normes contrôlées.................................................................................................................................................16
2.3 Les normes de références : le bloc de constitutionnalité............................................................................................17
2.4 Les effets des décisions du cc......................................................................................................................................17
3. Le cc a postériori : QPC......................................................................................................................................................17
3.1 L’objet de la QPC..........................................................................................................................................................17
3.2 La procédure................................................................................................................................................................17

INTRODUCTION
Constitution = acte organisant le pouvoir au sein de l’État
Valeur symbolique, philosophique et juridique.
 Tous les États ont une constitution. Plusieurs définitions :
La Constitution = acte fondateur de l’État, elle peut consacrer la naissance d’un nouvel État ou d’un nouveau régime
politique.
France : 15 Constitutions depuis 179. W constitution pouvoir  illimité.
Met en place système juridique = ensemble de règles juridiques qui organise la vie sociale et politique ainsi que le
pouvoir.
DONC la constitution s’impose au pouvoir qui est obligé de respecter certaines formes
Ex : prévoir la participation des citoyens au choix des gouv.
Pouvoir des constituants : celui qui a compétence pour élaborer la constitution crée à travers la constitution les pouvoirs
constitués. Organe chargée d’exercer le pouvoir essentiellement politique, administratif et juridictionnel.

I. LA NOTION DE CONSTITUTION
Différents critères / formes qui permettent de définir cette notion.

A. LES CRITÈRES DE DÉFINITION DE LA CONSTITUTION


2 critères de définition de la constitution : objet / forme

1. LE CRITÈRE MATÉRIEL

1.1 LA PORTÉE DU CRITÈRE MATERIEL


= contenu de la constitution.
Doit contenir l’ensemble des règles les plus importantes de l’État, celles qui encadrent une société donnée.
Ex : règles d’organisation des pouvoirs publics.
DONC tous les États ont une constitution car tout État dispose d’un ensemble de règles mêmes coutumières qui concernent le
transfert et l’exercice du pouvoir.
Mais tous les États n’ont pas forcément une constitution formelle. Ex : RU

1.2 LE CONTENU DES CONSTITUTIONS


2 sortes de dispositions :
- Organisation des pouvoirs publiques
- Énoncé de droits et libertés
a. Les dispositions relatives à l’organisation des pouvoirs publics
Objectif 1er : organiser l’exercice du pouvoir.
État = statut de personne morale. Constitution détermine qui a qualité pour agir en son nom.

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


3
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
L’État selon Montesquieu a 3 fonctions :
- Législatif : édicter des règles générales
Exécutif : exécuter ces règles législatives
- Judiciaires
Rôle constitution  définir le statut des titulaires des 3 fonctions (composition de ces organes, durées de leurs fonctions) +
préciser les liens qui existent entre eux.
Les relations conçues dans : régime parlementaire / présidentiel / républicaine / monarchique.
Ainsi, selon Georges Vedel1, constitution = ens des règles les plus importantes de l’État qui déterminent la forme même de
l’État et la forme de son gouvernement (unitaire ou composé / fédéral ou régional)
b. L’énoncé de droits et libertés
Énonce droits et libertés dont les personnes sont titulaires (ex : droit de propriété, liberté de conscience)
- Soit dans le corps même de la constitution
- Soit déclaration annexé par la constitution
En France, les constituants ont une tendance à privilégier les déclarations de droit
Exemple : La DDHC du 26 aout 1789 / le préambule de la constitution du 27 octobre 1946.
A l’étranger : < inscription de ces droits dans le corps même des constitutions.
Exemple : constitution italienne de 1947, la constitution allemande de 1949, la constitution espagnole de 1978 → chapitres
consacrés aux droits et libertés
Le contenu des droits et libertés a évolué :
ème ème ème
- 19 siècle = conception libérale (déclarations des droits de la fin du 18 et 19 l’État = adversaire potentiel des
libertés individuelles)
- Nwd = caractère démo-libérale.
Droit de 1ère génération Droit de 2ème génération Droits de 3ème génération
Autonomie de l’individu > État Libertés collectives Consécration constitutionnelle du droit
de l’environnement
Libertés indispensables à l’individu, Implication de l’État Constitution du Portugal 1ère à
menacées par État consacrer ce droit (1976)
Ex : liberté d’aller et venir, religieuse, Ex : liberté d’association, syndicale, France : Charte de l’environnement
réunion, propriété droit de grève (2004) intégrée par révision en 2005
Droits barrières :  remises en cause Droits créances
par État
État = obligation généralisée 1946 : préambule de la constitution
d’abstention. Interdiction d’intervenir (droits sociaux / créance
dans certains domaines
DDHC + Constitution de 1946 ont une valeur constitutionnelle

Autorité de ces droits dépend de l’existence d’organismes juridictionnels habilités à imposer leur respect par les gouvernants
lorsqu’ils établissent les autres normes juridiques.
 = contrôle de constitutionnalité des lois
Ve Rep (Constitution du 4 octobre 1958) : renforce portée juridique de la DDHC + préambule de la constitution de 1946 +
Chartes de l’environnement 2004.
16 juillet 1971 : décision du cc, relative à liberté d’association = accepte d’exercer cc des lois par rapport aux préambules de la
constit de 1958 (deviennent texte a valeur constitutionnelle)
Traditionnellement, la définition de la constitution englobe ces 2 aspects :
- L’organisation des pouvoirs publics
- La protection de droits et libertés
Art 16 de la DDHC : toute société́ dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminés
n’a point de constitution.

2. LE CRITÈRE FORMEL

1
Professeur de droit, membre du conseil constitutionnel

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


4
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Le critère formel = valeur juridique (procédure juridique / force de la constitution).
Notion de constitution renvoie à différents élément. Les textes / règles :
- Forme distincte (=par hypothèse la constitution écrite)
- Édictés / révisés que par organe spécifique
Ex : assemblée constituante
- Élaborés et modifiés selon des procédures particulières
S’attache principalement à la forme + procédure d’édiction
Contenant et la procédure > sur le contenu du texte.
 Critère organique.
Ex : adoption texte par assemblée constituante = critère d’existence d’une constitution.
Constit = l’ensemble des règles juridiques élaborés et révisés selon une procédure supérieure à celle utilisée pour la loi
ordinaire.
 Pouvoir constituant domine et prime sur les pouvoirs constitués (législatifs et exécutifs)
La mise en place cc conforte et préserve la suprématie de la constitution.

3. LA CONFRONTATION DES CRITÈRES


En principe, les 2 critères (matériels et formels) coïncident mais une dissociation peut aussi être envisagé

3.1 LA COÏNCIDENCE DES CRITÈRES


En principe, les 2 critères concluent l’un vers l’autre :
Règle les + importants de l’État bénéficient d’un régime juridique supérieur (critère formel).
 Contenu est à l’image du contenant.
Le plus souvent dans une constitution au sens formelle sont inscrites des dispositions fondamentales = règles qui organisent le
pouvoir politique et qui définissent les droits et libertés.
Exemple : constituions américaines & française du 4 octobre 1958

3.2 LA DISSOCIATION DES CRITÈRES


Possible que État ne soit doté que d’une constitution matérielle (RU / Israël)
Possible pour État de se doter d’une constitution formelle + qui ne contient pas tous les éléments matériellement
constitutionnels.
Ex : mode de scrutin des parlementaires = exercice de certains droits et libertés peuvent ne pas être figurés dans la
constitution
Possible que dans constitution formelle = dispositions étrangères au droit constitutionnel→ articles sans rapport avec
l’organisation des États / protection des droits fondamentaux.
Ex : 18ème amendement de la constitution américaine interdit en 1918 la vente ou le transport de boissons alcoolisés aux US

B. LA FORME DES CONSTITUTIONS


Traditionnellement, il existe deux formes de constitutions :
- Écrites
- Coutumières
Cette distinction mérite d’être nuancé car les constitutions coutumières ont souvent des dispositions écrites et les autres sont
souvent interprétés et appliqués à la lumière de la coutume.

1. LES CONSTITUTIONS ÉCRITES


Établissement d’un document écrit
Règles importantes de l’organisation de l’État sont présenté par titres et articles, souvent précèdé d’un préambule.
= forme moderne des constitutions.

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


5
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
1ère constit écrites : 1787 aux US puis en Europe.
Ex : constitution polonaise du 3 mai 1791 à précédé de quelques semaines la constitution française du 3 septembre 1791.
Adoption constitution écrite marque rupture politique et ce lorsqu’elle constitue l’acte fondateur d’un État
Ex : constitution écrite des EU du 17 septembre 1787 = moyen de concrétiser juridiquement l’union zw États + leur
indépendance proclamée le 4 juillet 1776.
Mais si certains Etat, à l’image des EU ont connu 1 seule constitution, d’autres en ont adopté plus fréquemment
Ex : France = 15 constitutions + n’ont pas consacré́ de véritable rupture politique w régimes précédents.
Avantages des constitutions écrites :

1) L’accessibilité des constitutions


Écriture permet de faire respecter l’adage « nul n’est censé ignorer la loi » : permet à tous d’avoir une meilleure connaissance
du droit.
MAIS  nécessairement synonyme de clarté
La clarté est toujours une vertu pour les constitutions ?
Napoléon : « une constitution doit être courte et obscure »,
Facilités que le pouvoir trouve dans un texte ni trop précis ni trop contraignant : large part à l’interprétation des gouvernants.
Constitution soit écrite  forcément accessible aux citoyens du fait de sa clarté.
MAIS clarté et précision = garanties pour les citoyens

2) Garantie le caractère démocratique de la constitution


Permet de renforcer caractère démocratique en associant citoyens à rédaction / révision.
 Garantie absolue de son caractère  régimes dictatoriaux peuvent également adopter des constitutions écrites.

3) Le caractère rigide de la constitution


Garantie respect de la constit  stabilité des règles constitutionnelles + gouvernants ne pourront le corriger contre leur gré.
+ Constitution = rigide, + difficile à réviser.
Rigidité constitutionnelle = soumettre modif de la constit to conditions spé / difficiles à mettre en œuvre (distinctes de celles
applicables aux lois ordinaires).

2. LES CONSTITUTIONS COUTIMIÈRES


Dans certains cas, textes sont peu nombreux & d’objet limites
 Origine coutumière, issues de la pratique = constitution coutumière
ème
J’au 18 siècle : toutes les constitutions étaient coutumières (formés par une accumulation de coutumes)
Ex : France, avant la révolution de 1789, le fonctionnement des institutions entait fixé par les lois fondamentales du royaume
qui entaient non écrites. La loi salique interdisant la succession des femmes sur le trône royal, entait coutumière.
La constitution était donc le fruit de traditions, d’usage de principes respectés pendant des générations.
Nwd : que quelques constitutions coutumières
La + célèbre UK ⚠️doit être nuancée bc régime britannique se réfère à certains textes :
- La Grande Charte de 1215
- La Pétition des Droits de 1628
- Le Bill of Rights de 1689
 Texte constitutionnel unique. Règles essentielles pour le régime britannique = purement coutumières + ont force obligatoire
forte.
Ex : droit de dissolution de la chambre des communes, l’obligation de nommer premier ministre le chef du parti majoritaire
aux élections à la chambre des communes.

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


6
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Avantages :
- Se crée au jour le jour, au gré des circonstances
- Est en harmonie avec les sociétés qu’elle régit.
- Elle se modèle d’elle-même sur l’évolution de la vie nationale
- Est respectée spontanément.
Limites :
- Imprécise, laisse sans solution beaucoup de cas imprévu.
-  Réellement démocratique dans ses modalités d’élaboration, bc écriture d’une constitution peut permettre d’intégrer
citoyens, ALORS QUE constit coutumière = fruit du comportement des choix adoptés par couches supérieures de la
classe dirigeante, classe inferieure n’y est en rien associé
E ers
x : principe selon lequel la reine doit nommer 1 ministres

3. L’IMPORTANCE DE LA COUTUME DANS L’INTERPRÉTATION DES CONSTITUTIONS


ÉCRITES
Les CE peut faire l’objet d’application coutumières
Textes parfois ambigus : besoin d’interprétation bc comportent des lacunes.
La constitution = acte vivant qui évolue w pratique.
ROLY-COLLARD - « les constitutions ne sont pas des tentes dressées pour le sommeil »
 Doit s’adapter aux situations que rencontrent les citoyens.
DE GAULLE - « une constitution c’est un esprit, des institutions, une pratique »
Constitutions déstinés à être appliqués : fait naître usages dont présence indispensable pour comprendre
+ pratique peut ainsi donner lieu à coutumes juridiquement obligatoires bc répétées sur longue période, de manière constante et
claire +même consensuelle.
➢ plusieurs sortes de coutumes à côté de la constit : interprétatives / supplétives (viennent palier articles obscures ou lacune du
texte écrit)
Ex : lois constitutionnelles de 1875 fondent IIIème république, ignoraient l’existence d’un président du conseil, crée par
coutume.
➢ coutumes contre la loi qui s’applique directement à l’encontre de dispositions claires de la constitution : coutume peut
annuler une règle posée par constitution.
Ex : 1879, GREVY, président de la République sous la IIIème à décidé de ne pas avoir recours au droit de dissolution ce qui
contribua à faire évoluer le régime établi par lois constitutionnelles de 1868.
Conséquence : tout le droit constitutionnel ne se trouve pas dans la constitution.

II. ÉLABORATION ET RÉVISION DE LA CONSTITUTION


Une constitution est un texte régissant les institutions politiques, elle peut être élaboré et révisé. Son élaboration répond à des
règles spécifiques, elle est établie par le pouvoir constituant originaire.
Cette procédure est destinée à assurer la cohésion de ce texte e tenant compte des préoccupations politiques des auteurs de la
constitution.
La révision de la constitution relève de la compétence du pouvoir constituant dérivé.

A. L’ÉLABORATION DES CONSTITUTIONS (PCO)


Par pouvoir constituant originaire. Rédaction d’un nouveau texte dans contextes variables qui peuvent être ou non
démocratiques.

1. LES CARACTÈRES DU POUVOIR CONSTITUANT ORIGINAIRE


Organe compétant pour rédiger les constitutions = pouvoir d’établir les règles fondamentales relatives à la dévolution +
exercice du pouvoir politique : rédige texte qui fonde le nouvel ordre juridique.
Libre de ses choix, en effet : nouvelle constitution = disparition de l’ordre juridique antérieur  rupture avec le passé.

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


7
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Ce caractère inconditionné peut naître dans :
- Nouvel État constitué après l’indépendance d’un pays
- État renouvelé après une révolution, coup d’État, renversement d’une dictature.
NUANCE certaines constitutions (France), adoptées seulement pour tenir compte des échecs des régimes précédents
Ex : constitution du 4 octobre 1958 fait suite à l’échec de la IVème république mise en place par la constitution du 27 octobre
1946.

2. LES MODES D’EXERCICE DU POUVOIR CONSTITUANT ORIGINAIRE


L’établissement d’une nouvelle constitution peut s’effectuer dans un État autoritaire ou démocratique

2.1 MODE D’ÉTABLISSEMENT AUTORITAIRE


Rédaction d’une constitution peut être réalisé par monarque, dictateur, chef d’État  peuple
Tache de rédaction du texte est confiée à groupe de personnes placée sous l’autorité du chef de l’État.
= charte octroyée
Peuple pas associé à élaborations de la constitution  démocratique.
Exemple :
- Charte française de 1814, adopté par Louis XVIII
- Constitution Belge de 1831
Choix de pas associer le peuple à élaborations de la constitution n’est pas démocratique MAIS texte qui en découle peut être
démocratique
Ex : constitution du 4 octobre 1958, rédigée sans le peuple mais elle n’instaure pas un régime dictatorial.

2.2 MODE D’ÉTABLISSEMENT DÉMOCRATIQUE


Dans démocratie, volonté du peuple = source du pouvoir
 Le PC2 en tant que première manifestation de la souveraineté, appartient au peuple w SU
Mode d’élaborations + ouvert : fondateurs de l’État peuvent remettre au peuple le soin d’adopter une constitution.
Celui-ci doit l’adopter selon plusieurs modalités : rédaction par assemblée constituante & adoption par référendum.
a. Rédaction de la constitution par une assemblée constituante
Peuple désigne assemblée constituante chargée de rédiger constitution.
 Rédaction publique, texte est amendé, discuté, voté + travaux préparatoires servent à l’interprétation / compréhension du
texte.
Différents types d’assembles constituantes :
- Assemblée constituante spécialisée : exclusivement chargées de rédiger la constitution
Exemple : convention de Philadelphie aux US (1787) chargée de rédiger la constitution
- Assemblée constituante non spécialisée : dotée de pouvoirs complémentaires à celui de rédiger la constitution
Ex : compétences législatives. Dissoutes le jour où les institutions découlant de la nouvelle constitution sont misent en
place
Exemple : la France en a connu 2, en 1848 et en 1875
b. L’adoption du projet de constitution par un référendum constituant
Quand constit établie doit être adoptée pour rentrer en vigueur :
- Par assemblée constituante : moins démocratique que referendum constituant car il repose sur une confiance absolue
dans les représentants élues.
Ex : cette procédure utilisée pour adoption de la constitution française du 3 septembre 1791.
- Par referendum constituant : le peuple directement consulté sur le texte.
 Procédure la plus démocratique = rédaction d’un texte par une assemblée constituante puis adoption par referendum
2
Pouvoir constitutionnel

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


8
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Ex : adoption IVème république en France (17 octobre 1946)
➢ Ce referendum constituant est faussement démocratique, bc certains se transforment en plébiscite, la question posée ne
porte plus sur l’adoption du projet de constitution mais sur la volonté d’accorder ou non la confiance au chef de l’État.
➢ Ce referendum présente le désavantage de placer le peuple face à un choix binaire, càd’accepter ou refuser le texte dans son
ensemble. Le peuple ne peut donc pas discuter des dispositions du texte qui ne lui conviennent pas.
Refus constitution par référendum rare
Ex : France : 1 refus = 1946, projet élaboré par assemblée constituante élue en 45 repoussée par référendum le 5 mai 46.
Projet d’une nouvelle assemblée constituante élue le 2 juin 1946 a été adopté le 13 octobre 1946.

B. LA RÉVISION DES CONSTITUTIONS


La constitution prévoit elle-même la possibilité́ d’être révisé.
Révision partielle > modification complète / révolution ou au coup d’État.

1. LES CARACTÈRES DU POUVOIR CONSTITUANT DÉRIVÉ

1.1 LA NOTION DE PCD OU PCI


Le pouvoir constituant (dérivé – PCD / institué - PCV)  peut modifier constitution existante
Prévue par texte lui-même dans constitutions écrites
PCD  PCI car il n’est pas souverain. Ce pouvoir résulte d’une constitution.
 Limité par la constitution, doit respecter procédures mise en place. Les constitutions peuvent donc fixer les limites à son
exercice.

1.2 LES MODALITÉS DU POUVOIR CONSTITUANT DÉRIVÉ (PCD)


Cadre déterminé : implique respect d’une procédure fixée par constitution.
Elle se déroule en plusieurs étapes :
1) Phase d’initiative (proposition)
observe organes compétents pour proposer des révisions constitutionnelles
Organe à l’initiative de révision  celui qui adopte cette révision.
 Gouvernement, des membres du parlement ou du peuple.
2) Rédaction
parlement / assemblée spécialement élue
3) l’adoption de la révision
- Parlement : l’une ou l’autre des deux chambres dans des conditions de majorité renforcée.
Peut être exigé majorité qualifiée (+ large que majorité absolue - + que la moitié).
- Peuple : referendum.
Le PCD = limité ( PCI)  encadré par la constitution.
Les limites aux révisions sont de différentes natures :
- Limites de temps : périodes pendant lesquels on ne peut pas réviser la constitution
- Limites de fond : ex : interdiction de porter atteinte à la forme républicaine du gouvernement - Art 89 a5 de la
Constitution.

2. CONSTITUTION SOUPLE ET CONSTITUTION RIGIDE


Distinction fondée sur la facilité avec laquelle la constitution peut être révisée.
 Opposition radicale, constitutions + souples que d’autres.

2.1 CONSTITUTIONS SOUPLES

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


9
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Souple qd peut être modifiée comme simple loi.
➢ Différents degrés de souplesse :
- Cas extrême :  de procédure de révision
- Autres constitutions : adopté par majorité à l’assemblée (ex : constit adopté par la chambre à la majorité des 2/3 +
souple qu’une constitution dont la majorité est exigé à 3⁄4)
➢ Les constitutions coutumières : souple
Ex : UK règles constitutionnelles peuvent être changé par le parlement w simple loi.
MAIS compliqué de changer par loi traditions séculaires 3 auquel le peuple est attaché.

2.2 CONSTITUTIONS RIGIDES


Une constitution rigide qd procédure prévue pour la modifier. Doit être être + difficile à mettre en place qu’adoption loi
ordinaire
Apparaissent à la fin du 18e (États US : rédaction fédérale)
 Législateur ne peut pas modifier librement la constit + voter des lois qui lui sont contraires (révisions déguisées)
Valeur juridique supérieure à celle des lois + protègent droits fondamentaux des citoyens.

3. LE SYSTÈME FRANÇAIS ACTUEL


Procédure prévue par la constitution du 4 octobre 1958 figure dans son article 89.
On remarque toutefois que l’article 11 de la constitution (garantit referendum législatif) a été utilisé de manière controversée
pour modifier la constitution.

3.1 LA PROCÉDURE DE L’ARTICLE 89 DE LA CONSTITUTION


Il se subdivise :
- Procédure normale
- Procédure abrégée
a. La procédure normale

1ÈRE PHASE :

L’initiative du PdR sur proposition du PM.


Projet de révision, puis membres du parlement = proposition de révision.
Remarque : toutes les révisions adoptées ont émané de l’exécutif.

2ÈME PHASE :

Projet / proposition soumis à l’AN (ou Sénat)


Adopté à la majorité des suffrages exprimés,
 En matière de révision constitutionnel, la constitution met en place un bicamérisme égalitaire 4.
DONC : Sénat a droit de véto en matière constitutionnel.  Condition de majorité particulière exigé.

3ÈME PHASE :

Texte adopté par deux assemblés soumis à approbation du peuple w referendum.


Si le referendum positif : PdR promulgue la loi constitutionnelle
Ex : utilisé une seule fois en 2000 passage du septennat au quinquennat.
b. La procédure abrégée
3
Qui existe depuis 100 ans
4
Système d'organisation politique qui divise le Parlement en deux chambres distinctes.

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


10
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Le referendum opération lourde : demande la participation de l’ensemble des citoyens.
MAIS certaines modifications mineures/ problèmes techniques peuvent ne pas sensibiliser la population, c’est la raison pour
laquelle une procédure abrégée est possible.
1ÈRE ÉTAPE (INITIATIVE) :
Procédure abrégée utilisée que pour projet de révisions (émane d’un projet de loi proposition)
2ÈME ÉTAPE :
Discussion + vote devant chaque assemblée parlementaire même condition que procédure normale
Accord de l’AN + Sénat /  règle de majorité renforcé.
3ÈME ÉTAPE (ADOPTION) :
Adopté par congrès (réunion des deux assemblées siégeant conjointement).
Doit obtenir le 3/5 des suffrages exprimées. Si Sénat s’oppose, procédure s’arrête.
PdR qui peut seul décider du recours à la procédure abrégée MAIS décision contresignée par PM.
En pratique : procédure utilisée pour quasi-totalité des révisions adoptées selon l’article 89 de la constitution.
c. Les limites du pouvoir de révision constitutionnel
Constitution de 1958, limites à la révision de la constitution :
➢ Atteinte à l’intégrité du territoire - Art 89 de la constitution
➢ La vacance5 de la présidence de la république ou d’intérim – Art 7 de la constit.
F(x) du président exercé provisoirement par président du Sénat.
2 fois pdt Ve rep : Démission du général de Gaulle (28 avril 1969) + décès G. Pompidou (2 avril 1974)
➢ période d’application de l’art16 de la constitution6 : rôle du PdR = rétablir l’ordre constitutionnel normal et non
de le modifier.
Forme républicaine du gouvernement  révision possible - Article 89
Quand on parle de la forme républicaine s’agit-il seulement de la forme du régime politique (République, monarchie,
er
empire...) ? ou est-ce que cette formule vise les principes républicains telles qu’ils sont énoncés à l’article 1 de la
constitution : « La France est une république indivisible, laïc démocratique et sociale » ?

Le conseil constitutionnel  contrôler la constitutionnalité de révisions constitutionnelles.


cc : décision du 26 mars 2003, révision relative à l’organisation décentralisé de la république s’est estimé incompétent pour
contrôler le respect de ces exigences par le constituant.

3.2 L’UTILISATION CONTESTÉE DE L’ARTICLE 11 DE LA CONSTITUTION POUR LA RÉVISER


a. La procédure de l’article 11 de la constitution
Art 11 = referendum législatif : prévoit possibilité d’adopter lois ordinaires w consultation directe du peuple.
⚠️ révisions constitutionnelles
Initiative du PdR : pas besoin de consulter assemblée MAIS informer. Débat organisé au  vote pr pas empiéter sur la liberté
de décision du PdR
Permet d’établir lien direct zw PdR et citoyens français en contournant le parlement.
Projet de loi doit obligatoirement porter sur objets précis :
- Organisation des pouvoirs publics
- Reforme relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation + services publics qui y
concours.
- Autorisation de ratifier traité qui sans être contraire à la constitution aurait incidences sur le fonctionnement des
institutions.

5
Absence définitive du titulaire de la fonction→ décès / démission / destitution proclamée par la Haute cour - Art 68 de la constitution
6
Confère pouvoirs exceptionnels au PdR en période de crise

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


11
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
b. la mise en œuvre de l’article 11 de la constitution
Utilisé pour opérer en 1962 une des reformes les plus importantes de la constitution  élection du PdR au SUD7
 Général de Gaulle soumet directement au peuple projet de révision constitutionnel.
Approuvé lors du referendum du 6 novembre 1962 w majorité́ de 62% des suffrages exprimés.
1969, le General de Gaulle projet de révision constitutionnel (w art 11) ayant 2 objets :
- Création des régions
- Modification importante de la structure / rôle du Sénat
Rejeté́ lors du referendum du 27 avril 1969 : démission de CDG (l’a considéré comme plébiscite)
 Contestée : pk art 11 de la Constitution et pas l’Art 89 (fait pour réviser la constit) ?
But : passer outre l’opposition des chambres aux projets.
1962 le parlement + parties politiques hostiles à élection du PdR au SUD. Av : SUI w députés, sénateurs élus locaux 
voulaient pas réduire leurs compétences
1969 projet de révision objet : réduire compétences du Sénat  peu probable que Sénat soit OK.
c. La controverse engendrée par l’utilisation de l’article 11 de la constitution
L’utilisation de l’article 11 pour réviser la constitution est très contestable.
➢ Art 89 : 1 seule procédure pour réviser la constitution  contenue sans titre 16 de la constit (« la révision »)
 Seule procédure pour la réviser bc  renvoi entre art 11 & 89.
BUT art 11 = projet de lois référendaires
➢ Certains auteurs incluent des projets de lois constitutionnels comme catégorie de projet de loi.  Révisions ne seraient que
des lois constitutionnelles. ⚠️notion de loi constitutionnelle ne figure pas dans constitution qui se réfère exclusivement à la
notion de révision constitutionnelle  interprétation ne peut pas être retenue
➢ Objet : procéder à l’adoption de loi relative à organisation des pouvoirs publics.
Notion imprécise d’organisation des pouvoirs publics a pu être interprétée comme englobant les révisions constitutionnelles
relatives à cette organisation.
➢ S’est déroulée en 62 & approuvée par le peuple, peut considérer qu’approuve contenu / procédures utilisées
Vote du peuple couvre irrégularité commise.

Cc saisit après référendum du 28 oct. 1962 par prst du Sénat (Gaston Méréville)
 S’est déclaré incompétent pour exercer contrôle des lois référendaires (décision du 6 novembre 1962). A estimé que la
constitution ne lui conférait pas une telle compétence.
 Lois référendaires une fois adopté ne peuvent faire l’objet d’un contrôle juridictionnel.

3.3 LA PRATIQUE DES RÉVISIONS CONSTITUTIONNELLES


➢ Depuis 1958 : 24 révisions constitutionnelles adoptées. Augmente depuis 1990 (+ 19 révisions)
 Certaines révisions ont profondément modifié le texte constitutionnel / pratique institutionnel.
Ex :
- Révision constitutionnelle du 6 nov. 1962 instaure élection du PdR au SUD (aug pvr du PdR)
- Révision constitutionnelle du 23 juil. 2008 modernisation des institutions de la Ve. A modifié de nombreuses
dispositions constitutionnelles (Créé 9 articles et modifié 39 autres). Objectif : revaloriser pouvoirs du parlement + a
permis adoption de la QPC
Révisions constitutionnelles adoptes depuis les années 1990 on  l’internationalisation + européanisation de la constitution de
1958.
La croissance des révisions : intégration ds ordre juridique interne traités internationaux / européens.
Début : révision du 25 juin 1992, ratification du traité de Maastricht.

7
Suffrage universel direct

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


12
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
➢ Procédures mises en œuvre pour modifier la constit ont aussi évolués  presque toutes adoptée w procédure abrégé de l’art
89 de la constit.
1ère application de la procédure normale de l’Art 89 = 2000 (quinquennat présidentiel)
Constitution fréquemment révisée sans forcément recours à art 11
Révisions = impact sur constitution de 1958. DONC portent atteinte à rigidité + stabilité du texte. Permet de modifier nature du
régime sans adopter nouvelle constitution.
➢ Grand débat national : projet de loi constitutionnel pour le renouveau de la vie démocratique présenté en conseil de
ministres (28 août 2019) = révision constitutionnelle.
3 axes :
- Participation citoyenne : élargissement référendum de l’art 11 aux questions de sociétés
- Proximité territoriale par étape de décentralisation
- Justice renforcée dans son indépendance

III. LA PROTECTION DES CONSTITUTIONS


Dans maj États : constitution = plus haute autorité juridique. Suprématie garantie par contrôle de constitutionnalité qui
sanctionne actes inférieurs non conformes à la constit.

A. LA VALEUR JURIDIQUE DE LA CONSTITUTION


Système juridique = ensemble organisé de règles de droits, de normes régissant une société́ donnée.
Toutes règles juridiques  sur le même plan /  même valeur  liens de subordination entre elles.
 Certaines règles supérieures et s’imposent aux autres = hiérarchisées, classés selon degré d’autorité
Chaque norme doit être conforme / compatible w supérieures – Pyramide de Kelsen
A chaque degré, nombre des normes s’accroit et donc élargit la base de la pyramide.
Nwd place de la constitution contestée au profit des normes internationales MAIS place de ces normes externes fixée par la
constitution.
Ex : Si le juge fait prévaloir des dispositions de la CEDH sur la loi nationale c’est en application de la constitution (article 55).

B. LE CONTRÔLE DE CONSTITUTIONNALITÉ
Pour assurer suprématie, protection : ens des actes inférieurs doivent lui être conforme + nécessité de sanction
Ces sanctions prennent la forme d’un contrôle de constitutionnalité́.

1. LE PRINCIPE DU CC
Cc = mécanisme garantissant la conformité des règles de droits aux principes définit par la constitution.
 Faire constater par juridiction constitutionnelle qu’un acte juridique édicté par une autorité publique pris en violation de la
constitution. DONC  force juridique.
France : cc = lois / engagements internationaux.
Institué qu’au profit de constitution formelle (texte identifiable comme étant la constitution et a priori écrite).
Assure suprématie constitution > normes.
Cc  cv8 : contrôle des lois par rapport aux traités (ex : CEDH)
France : cc exercé par juridictions ordinaires (=juridictions administratives et judiciaires)
Longtemps contesté bc ds États européens trad : parlement = l’expression du souverain donc loi = expression de
La volonté générale (=Jean Jacques Rousseau)  contestée  système légicentrisme.
Perçu comme pas démocratique : permet à autorité non élue de censurer des lois adopté par les élus du peuple.
La tradition européenne légicentrisme > constitutionnalisme.
Cc se dvlp en Europe à partir du 20e siècle (influence travaux Hans Kelsen)

8
Contrôle de conventionalité

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


13
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
 Pouvoir des parlementaires désormais limités : doivent exercer leurs compétences dans le respect de la constitution.
Cc permet de garantir le respect des droits & libertés contenues dans la constit

2. LES DIFFÉRENTS MODÈLES DE CC


Modalités du cc varient d’un pays à l’autre, 2 modèles : Américain / Européen. Diff = procédure par laquelle une loi est
déclarée inconstitutionnelle par organe compétent.

2.1 LE MODÈLE AMÉRICAIN : LE CONTRÔLE DIFFUS DE CONSTITUTIONNALITÉ


Cc incident : intervient dans procès entre 2 prsn (généralement pv)  contrôle concret (effectué à partir d’un litige précis).
Exercé par ens des juridictions. Contrôle diffus bc appartient à ens des tribunaux = contrôle déconcentré.
Voix d’exception : le requérant demande au juge de mettre fin à une situation fondée sur la loi, objet du litige.
Contrôle exercé a posteriori. Dans ce cas loi  annulée MAIS déclaré inapplicable au cas de l’espèce du fait de l’autorité
relative de la chose jugée.
Cc  inscrit dans constitution américaine, fruit de la jurisprudence de la Cour suprême. S’attribue elle-même compétente pour
contrôle (arrêt Marbury c/ Madison du 24 fév. 1803) DONC a dvlp pvr importants, substitue au pvr politique.
Ex : s’oppose au New deal mené par Roosevelt
On parle de : « juges qui gouvernent », « gouvernement des juges ».

2.2 LE MODÈLE EUROPÉEN : LE CONTRÔLE CONCENTRÉ DE CONSTITUTIONNALITÉ


Cc confié à une cour constitutionnelle (institution spécialisée dans contentieux constitutionnel). Contrôle concentré bc
exercé par 1 seule juridiction
Cette Cour située en dehors du système juridictionnel ordinaire  juridiction spécifique crée pour exercer ce contrôle.
Cours constitutionnels = juridictions : décisions revêtues d’une autorité de la chose jugée + s’imposent à tous.
Concerne contrôle lois nationales + des traités internationaux.
Instauration cc plus tardive en Europe qu’aux EU, résulte des théories de H. Kelsen
Ex : apparait en 1920 (Autriche) puis se dvlp après 2nd GM : Italie (1948), Allemagne (1949).

C. LES MODALITÉS DU CC EN FRANCE


La constitution de 1958 met en place cc exercé par le conseil constitutionnel.
2 formes :
- Traditionnelle : contrôle de constitutionnalité a priori (avant la promulgation de la loi).
- Nouveau : cc a posteriori (depuis 2008) : contrôle lois déjà en vigueur w QPC

1. L’ORGANISATION DU CC

1.1 LA COMPOSITION DU CC
Art 56 Constitution – cc comprend 2 catégories de membres :
- Membres nommés : 9  3 désigné par PdR / 3 par PdAN / 3 par PdS. Nommés pour 9 ans + renouvelés par tiers
tous les 3 ans. Mandat non-renouvelables.
Choix des autorités  totalement libre choix du PdR requiert vote des commissions compétentes permanentes de
chaque assemblées / choix prdt de chaque assemblée soumise au seul avis de la commission compétente de
l’assemblée concernée (exigence issue de la révision constitutionnelle du 23 juil. 2008).
- Membres de droit : anciens PdR  nommés à vie au cc MAIS soumis à certaines incompatibilités s’appliquant aux
autres membres du conseil.

2.2 LA PRÉSIDENCE DU CC

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


14
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Modèle complexe suscite litiges (zw État fédérale et 1 ou plusieurs États fédérés). Complexité = 1 des causes de l’apparition de
la justice conditionnelle9 (il faut disposer d’un juge qui peut trancher litiges de répartition des compétences).
Traités ratifiés sous IVe rep ALORS QUE  cc
Constitution de 1958 crée cc de manière progressive

2. LE CONTRÔLE DE CONSTITUTIONNALITÉ À PRIORI


Intervient avant la promulgation de la loi (avant qu’elle ne rentre en vigueur).

2.1 LA SAISINE DU CC
Cc sur saisine : il ne peut pas se saisir lui-même. Saisi de manière facultative selon Art 61 de la Constitution par :
- PdR
- PM
- PdA
- PdS
- 29 oct. 1974 : révision constitutionnelle : 60 députés / 60 sénateurs
Cc peut aboutir à la censure d’une loi. N’est exercé que par ma seule saisine d’autorité politique.
Doit intervenir après vote de la loi (fin de la procédure législative) MAIS avant la promulgation de la loi.

2.2 LES NORMES CONTRÔLÉES


Distinction : règles de droit obligatoirement contrôlées par cc / règle de droit contrôle facultatif :
a. Le contrôle obligatoire (Art 61 Constit)
3 types de textes :
➢ Lois organiques : complète / modifie la constitution. Cc saisi par le PM
➢ Règlements des assemblées : détermine fonctionnement de chacune des assemblées. Règlements directement transmis au
cc par les prsdt de chacune des chambres avant mise en application.
➢ Propositions de lois référendaires (Art 11) : transmises obligatoirement par prsdt des assemblées au cc avant qu’elles
soient soumises au référendum - révision du 23 juil. 2008.
b. Le contrôle facultatif
2 objets :
➢ Lois ordinaires (Art 61) : rôle le + important du cc / contentieux le + abondant dans contrôle a priori.
Il intervient sur saisine de 4 autorités politiques = PDR, PM, PdA, PdS + 60 S/D. Peut contrôler toutes les lois quel que soit
leur contenu.
MAIS incompétent pour contrôler révisions constitutionnelles / les lois référendaires adoptées par le peuple.
Cc contrôle toute la loi  que articles contestés.
➢ Engagements internationaux (Art 54) : saisit par : PDR, PM + 60 S/D (révision). Même modèle que pour lois ordinaires.
Si engagement international pas conforme à la constitution : autorisation de le ratifier qu’après révision de la constitution.

2.3 LES NORMES DE RÉFÉRENCES : LE BLOC DE CONSTITUTIONNALITÉ


Cc exerce contrôle sur normes qui lui sont soumises en les confrontant aux normes constitutionnelles de références = le bloc
de constitutionnalité.
a. Les normes intégrées dans le bloc de constitutionnalité
Trouvent leurs sources dans la constitution : énoncés dans texte 1958, dans corps mm de la constit / dans le préambule.
Texte constitutionnel : Art 1-89, chaque article relevé du bloc de constitutionnalité. Dispositions consacres au pouvoir public,
organisation + relation (peu de disposition relative aux droits fondamentaux / libertés publiques).

9
Permet à un détenu d'être libéré avant la fin de sa peine, à certaines conditions

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2


15
Tous les articles cités sauf mentionné font partis de la Constitution de 1958
Préambule : DDHC de 1789, Constitution de 1946, Charte de l’environnement de 2004
16 juil. 1971 : liberté d’association, cc assimile préambule à la constitution  donne valeur constitutionnelle à ces 2 textes.
Bloc de constitutionnalité : normes dégagées par le cc qd exerce son contrôle.
b. Les normes exclues du bloc de constitutionnalité
Lois organiques
Normes internationales et communautaires : décision du cc (15 janv. 1975 – IVG). Se considère incapable pour

2.4 LES EFFETS DES DÉCISIONS DU CC


➢ Les décisions ont autorité de la chose jugée (Art 52) : s’imposent aux pouvoirs publics + autorités administratives /
juridictionnelles. + ne peuvent faire l’objet d’un recours.
➢ Le contrôle de constitutionnalité des lois : qd loi conforme à constitution  peut être promulguée.
Loi totalement contraire à constit  adoption annulée.
Loi partiellement conforme  loi promulguée à l’exception des articles contraires à la constit.
Traité déclaré inconstitutionnel ratifié qu’après révision de la constitution.

3. LE CC A POSTÉRIORI : QPC

3.1 L’OBJET DE LA QPC

23 juil. 2008 : réforme constitutionnelle – création art 61-1 = instaure cc des lois à postériori, la QPC (entre en vigueur le 1er
mars 2010)
Tout justiciable peut au cours d’une instance saisir le juge d’une QPC.
 à tous les citoyens : intervient dans le cadre d’un procès en cour, répond a un besoin de droit de défense des droits
fondamentaux / libertés individuelles inscrit dans textes à valeur constitutionnelles.
 Effectue contrôle par rapport à la constitution. Normes de références plus restreintes que celles utilisés pour contrôle a
priori.
+ assure aussi la prédominance dans la hiérarchie des normes.

3.2 LA PROCÉDURE
10 dec. 2009 : loi organique relative à application de l’Art 61-1 de la constitution organisé un double filtrage de la question 
BUT : éviter que cc (petite structure) soit encombré w trop questions :
- Question sur loi applicable au litige
- Loi pas déjà examinée par cc
- Caractère sérieux
Caractère prioritaire de la QPC, juge doit l’examiner sans délai. Transmission de la question  suspend cour de l’instance à
l’occasion de laquelle soulevée.
Le premier juge transmet QPC au CE10 / Cour de Cass qui exercent les filtres av de l’envoyer au cc  effectuent un pré-
contrôle de constitutionnalité.
Cc : 3 mois pour se prononcer.
Si Inconstitutionnalité : disposition législative abrogée le jour de la décision du conseil.
 QPC peut être perçue comme portant atteinte à la sécurité juridique c’est pk consacrée que récemment. Permet de
procéder à abrogation de lois qui ont déjà produit leurs effets de droit.

10
Conseil d’État

Droit Constitutionnel Emilie Marcovici Chapitre 2

Vous aimerez peut-être aussi