Vous êtes sur la page 1sur 26

Le cycle supérieur

« Finance, Comptabilité, Audit et Contrôle »

Le projet de matière : Audit général

L’AUDIT INTERNE

Réalisé par : Encadré par :


Soufiane CHERAI Abdelkarim JABRI

Année universitaire : 2021/2022

1
Sommaire

Introduction générale…………………………………………………….…….3
Chapitre I : L’audit Interne : Rôle et missions……………………………….5
1. Comment peut-on définir l’audit interne?.............................................5
2. Objectifs de l’audit interne………………………………………...……6
3. L’importance de l’audit interne………………………………………...6
4. L’Organisation de l’audit interne…………………………………...….7
Chapitre II : Le contrôle interne et l’audit interne ………………………….9
1. Définition du contrôle interne………………………………………..….9
2. Comment se présente le contrôle interne………………………….........9
3. La différence entre contrôle interne et audit interne…………………10
Chapitre III : Auditer. Pourquoi ?..................................................................12
Chapitre IV : Positionnement de l’audit interne…………………………...14
1. Différence entre audit interne et audit externe……………..………..14
2. Principes structurant de l’audit interne………………………………16
3. Niveaux de rattachement de l’audit interne………………………….17
4. Outils de l’audit interne…………………………………………..……19
Chapitre V : Le manuel d’audit………………………………………….…..20
1. Déroulement d’une mission d’audit…………………………………..21
Conclusion……………………………………………………………………..25
Bibliographie…………………………………………………………………..26

2
Introduction générale

L’audit est une fonction qui est apparue au Maroc au cours des années 80.
Impulsée par la politique de privatisation lancée par l’Etat marocain en
application du Programme d’Ajustement Structurel (P.AS).

Les cabinets internationaux qui se sont chargé de l’évaluation des entreprises


privatisables avaient amenés avec eux un professionnalisme et un savoir faire
ayant permis l’épanouissement de la profession jusque là limitée à la simple
certification des comptes.

De plus en plus de cabinets marocains ont commencé à faire des partenariats


avec de grands cabinets étrangers (Mazard, Horwath, …).
La pratique de l’audit au sein des entreprises marocaines malgré l’évolution est
restée limitée. Les grandes entreprises dans un souci d’organisation et de
contrôle surtout ont crée des services d’audit internes dont la mission est
principalement le contrôle interne. Beaucoup d’entre elles restent cependant sans
manuel des procédures. Celles qui en ont l’actualisent rarement.

A l’heure de la mondialisation, des privatisations, des mises à niveau et des


restructurations des entreprises et des groupes, de l’assainissement du secteur
public,… l’utilité de l’audit est de plus en plus évidente. La réussite, voire la
survie de l’entreprise marocaine dépend de son aptitude à l’intégrer la rapidité et
la complexité de ces mutations ; par la qualité d’anticipation et le degré de
réactivité de ses managers, aussi bien que par les capacités d’apprentissage de
son personnel et la réadaptation de son organisation. Outil d’aide à la gestion
pour améliorer le potentiel compétitif de l’entreprise et accroître sa réactivité
dans un contexte qui impose d’améliorer sans cesse son fonctionnement, l’audit
interne s’avère un outil indispensable et adapté.

Le but essentiel de l’audit est de s’assurer de la maîtrise de la gestion des


entreprises et de proposer des actions de progrès pour les rendre plus
performantes et, par là, plus compétitives.

L’audit ne peut aboutir que dans une démarche participative au sein de laquelle
collaborent à la fois les managers et l’encadrement, modes d’organisation et
culture de travail, devient une démarche souhaitée et souhaitable.

3
Il s’est construit autour de l’audit interne une image de modernité et d’efficacité
qui provient de trois principaux facteurs : la richesse du concept, l’exigence de
compétences étendues des auditeurs, la rigueur de la méthode.

La démarche de l’audit est marquée par son originalité théorique. Il s’agit d’une
démarche déductive – inductive dont la philosophie est axée sur l’effet conjugué
de l’environnement dans lequel évolue l’entreprise de sa situation financière et
de l’efficacité de son contrôle interne.

4
Chapitre I : L’audit Interne : Rôle et missions
1- Comment peut-on définir l’audit interne?

 Définition de l’audit interne :

Version française de la définition internationale, approuvée le 21 mars 2000 par


le Conseil d’Administration de l’Institut de l’Audit Interne.

– L’Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une
organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte
ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée.

– En termes « publique » : VA peut s’entendre « meilleure efficacité et


accroissement de performance ».

– Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant, par une


approche systématique et méthodique, ses processus de management des
risques, de contrôle, et de gouvernement d’entreprise, et en faisant des
propositions pour renforcer leur efficacité.

– Indépendante et objective : l’audit interne ne saurait subir d’influences ou de


pressions susceptibles d’aller à l’encontre des objectifs qui lui sont fixés. Il doit
par ailleurs être indépendant à l’égard de son sujet. Enfin la limite de son
indépendance se situe au niveau du respect des normes d’audit interne

– Assurance : l’obligation de l’audit interne ne saurait être qu’une obligation de


moyens

– Degré de maîtrise de ses obligations : l’objectif est d’aider à améliorer la


performance vers l’atteinte d’une cible et non pas de juger la performance.
L’audit interne ne doit pas juger les hommes
5
– Conseils : l’audit interne est porteurs de recommandations devant améliorer la
performance.

– Créer de la valeur ajoutée : L’audit interne contribue par son action à


optimiser le profit et est donc créateur de valeur ajoutée.

2- Objectifs de l’audit interne :

L’objectif de l’audit interne est d’aider une organisation à atteindre ses objectifs
en évaluant son processus de management des risques, de contrôle et de
gouvernement d'entreprise. Il est également possible de faire des propositions
pour renforcer l'efficacité de ces entreprises.

À la demande de la direction générale, l’auditeur est amené à passer au crible les


pratiques des différents services (comptabilité, ressources humaines,
informatique, etc.) au siège comme dans les filiales.

Son rôle est d’assurer à la direction de l’entreprise que les risques qu’elle
encourt sont bien gérés et que son dispositif de contrôle interne l’immunise
contre les mauvaises surprises.

3- L’importance de l’audit interne :


L’auditeur interne est concerné principalement, dans le cadre de sa mission au
sein de l’entreprise, ou au sein de toute autre organisation, par les tâches de
vérification, de contrôle de la conformité et d’évaluation de la structure dans
laquelle il opère.

A ces trois fonctions d’audits internes réalisées par l’auditeur interne, nous
pouvons rajouter trois fonctions traditionnellement reconnues:
En amont, l’audit interne est avant tout une des modalités de contrôle du
fonctionnement de l’entreprise : c’est une forme de contrôle s’appliquant à
l’ensemble des contrôles prévus dans l’entreprise.
Alors qu’avec le continuel effort d’adaptation du management à la globalisation
de l’économie et l’ouverture des marchés, il y a eu une mise sur le rôle de

6
l’auditeur interne. En effet, on ne peut concevoir aujourd’hui une organisation
sans la présence d’un auditeur interne.

En effet, contrairement au contrôle de gestion et au contrôle budgétaire qui sont


des contrôles par rapport aux normes et aux procédures.

L’audit interne remplit trois fonctions :


– Vérifier l’entreprise en interne et voir si elle est conforme à l’image qu’elle
donne d’elle de l’extérieur ainsi qu’aux différents partenaires ;
– Apprécier la validité des contrôles et des procédures qui doivent être
exhaustifs et fiables
– Proposer des améliorations quand c’est nécessaire.

4- L’Organisation de l’audit interne :

Contrairement à un audit externe, le contrôle interne est un dispositif « maison »


mis en œuvre sous la responsabilité d’une entreprise. Il est mené par un auditeur
interne généralement rattaché à la direction générale.

L'audit interne a pour mission de décortiquer le fonctionnement de l’entreprise


afin de détecter les défauts et les risques susceptibles de mettre en cause le plan
de marche fixé par le management.

Pour tenir ses objectifs, l’auditeur interne doit disposer d’une vision globale de
l’entreprise et de ses métiers, ce qui nécessite de solides compétences
techniques.

Pour recueillir les informations dont il a besoin, l’auditeur interne utilise


différents outils d'analyse, entretiens, réunion avec les personnels, tests,
observations, etc.

Sa mission consiste plus particulièrement à s’assurer :


 de la conformité des activités de l’entreprise avec les lois et les
règlements ;
 du respect des objectifs déterminés par le management de l’entreprise ;
 du bon déroulement des processus internes de la société, et tout
particulièrement de ceux destinés à assurer la sauvegarde de ses actifs ;
 de la fiabilité des informations financières (reporting) remontant vers le
sommet de l'entreprise.

7
Chapitre II : Le contrôle interne et l’audit interne
1- Définition du contrôle interne :

Le contrôle interne peut être définit comme l’ensemble des sécurités contribuant
à la maîtrise de l’entreprise.

8
Son objectif est double :
 assurer la protection, la sauvegarde du patrimoine et la qualité de
l’information ;
 assurer la conformité par rapport aux lois et aux règlements ;
et également d’assurer l’application des instructions de la direction en vue
d’améliorer les performances de l’entreprise.

Le contrôle interne se matérialise par la mise en place de méthodes, de règles et


de procédures au sein de l’entreprise.

Le contrôle interne est très important au niveau de la comptabilité et de sa valeur


probante, il doit permettre de s’assurer que :

 tous les faits doivent être enregistrés et la comptabilité doit être complète ;
 la comptabilité est conforme aux règles et principes comptables.

2- Comment se présente le contrôle interne ?

Le contrôle interne est caractérisé par l’existence au sein d’une entité d’un
système d’organisation avec des personnes chargées de sa mise en œuvre.

Ce dispositif doit prévoir :

 une organisation comportant une définition claire des


responsabilités qui dispose des ressources et des compétences adéquats et
s’appuyant sur des procédures, des systèmes d’information, des outils et
des pratiques appropriés ;
 la diffusion en interne d’informations pertinentes, fiables, dont la
connaissance permet à chacun d’exercer ses responsabilités ;
 un système visant à recenser et analyser les principaux
risques identifiables au regard des objectifs de la société et à s’assurer de
l’existence de procédures de gestion de ces risques ;
 des activités de contrôle proportionnées aux enjeux propres à chaque
processus et conçues pour réduire les risques susceptibles d’affecter la
réalisation des objectifs de la société ;
 une surveillance permanente du dispositif de contrôle interne ainsi
qu’un examen régulier de son fonctionnement.

3- La différence entre contrôle interne et audit interne :

9
 Distinction entre contrôle interne et Audit Interne :

Si chaque organisation est responsable, de manière continue, du contrôle interne


de ses activités, l'Audit Interne doit être, dans l'exercice de ses missions, le
promoteur du contrôle et de son efficacité au meilleur coût.

Contrôle interne Audit interne


Périodicité Permanent Missions ponctuelles
Préventif ou défectif mais régulières
Acteurs Toutes personnes de Un groupe de personne
l’organisation compétent
Domaines Toutes activités L’évaluation du respect
des procédures et du
management des risques
Conséquences Détection ou prévention Diagnostic,
des irrégularités Recommandations

10
Toutefois, l'audit interne et le contrôle interne sont deux fonctions différentes
mais complémentaires pour la bonne gestion des entreprises. Il est donc
important de distinguer concrètement leurs activités respectives au sein de
l'entreprise.

En effet, l'audit interne est la fonction chargée d'apprécier le niveau de contrôle


interne de l'organisation. C'est une activité d'appui et de conseil à la gestion.
Tandis que le contrôle interne, représente l'ensemble des moyens de sécurité
contribuant à la maîtrise de l'entreprise. Il a pour but d'assurer la qualité de
l'information et la sauvegarde du patrimoine d'une part et de l'autre, l'application
des instructions de la direction, et de favoriser l'amélioration des performances.

1- Une différence dans la finalité :


Le contrôle interne a pour objectif d'assurer la conformité aux lois et règlements
et l'atteinte des objectifs. Alors que l'audit interne a pour finalité de fournir au
management

 une assurance sur l'efficacité des processus de gestion des risques et de


contrôle ;
 des propositions pour leur amélioration.

En conséquence, le contrôle interne fait partie des éléments à apprécier par


l'audit interne.

2- Différence dans les modalités de mise en œuvre :

Le contrôle interne est un ensemble d'instruments mis en œuvre de


manière continue au sein de toutes les activités de m'entreprise. De ce fait il ne
s'agit ni d'une activité différente, ni d'un service au sein de l'entreprise. En
revanche, l'audit interne constitue une activité à part entière de l'entreprise,
dont les interventions se font à posteriori et de manière ponctuelle.

3- Différence dans les acteurs :


Le contrôle interne ne concerne pas que quelques personnes. Son exécution
relève de la responsabilité de l'ensemble des parties prenantes de l'entreprise.
Ces parties prenantes incluent :

 la direction générale,

11
 le conseil,
 les employés à tous les niveaux,
 les tiers.

Tandis que l'audit interne est l'affaire de quelques salariés (les auditeurs
internes) qui sont les seuls responsables de sa mise en œuvre.

4- Différence dans les référentiels :

La mise en œuvre de l'audit interne est encadrée par les normes internationales
pour la pratique professionnelle de l'audit interne, dictées par l'IIA. Le contrôle
interne quant à lui peut être pratiqué selon différents référentiels

Chapitre III : Auditer. Pourquoi ?

= Contrôler l’application des règles internes ou externes


= Vérifier la conformité à un référentiel préétabli

12
Chapitre IV : Positionnement de l’audit interne
13
1- Différence entre audit interne et audit externe :

• Différencier l’audit interne de l’audit externe

– Maîtrise des activités versus certification

– Champ d’application : Le contrôle interne apparaît comme un moyen pour


l'audit externe alors qu'il est un objectif pour l'audit interne

– Indépendance : l'auditeur externe exerce dans le cadre d'une mission légale

– Périodicité des audits internes

• Différencier l’audit interne de la qualité

– Assurance Qualité : "Ensemble des actions préétablies et systématiques


nécessaires pour donner la confiance appropriée en ce qu'un produit ou service
satisfera aux exigences de la norme Qualité"

– La Qualité est une démarche volontaire de référence à une norme qui établit un
standard reconnu certifié par un tiers.

– La démarche Qualité, comme la démarche Contrôle Interne, est un outil


d'amélioration en vue de mieux maîtriser les activités. Elle est davantage tournée
vers les gains qualitatifs que vers la maîtrise des risques.

– Ces deux fonctions, bien que différentes dans leur approche et leurs objectifs,
ne jugent pas les personnes, présentent de grandes complémentarités : améliorer
le fonctionnement et apporter de la valeur ajoutée.

– Des méthodes de mise en œuvre comparables avec une réussite conditionnée


par les mêmes critères : implication de la direction, travail de conviction
préalable des acteurs, déontologie, capitalisation des expériences, etc..).

• Différencier l’audit interne du contrôle de gestion

– Le contrôle de gestion a pour objectif de maîtriser et optimiser le système


d’information de gestion (et non l’ensemble des systèmes et procédures) au
niveau de la conception, du fonctionnement du système d’information et de
l’analyse des résultats chiffrés réels ou prévisionnels

14
– Le CG planifie et suit les opérations et leurs résultats, l’audit Interne contrôle
les processus et les conditions d’obtention des résultats

– Mais des complémentarités existent :


 Le CG peut demander une analyse détaillée sur un processus à l’audit
interne
 L’audit interne peut s’appuyer sur la connaissance du CDG pour élaborer
le plan d’audit

• Contrôle interne/audit interne/Contrôle de Gestion/Audit externe

2- Principes structurant de l’audit interne


• Les normes diffusées par l’IFACI ont pour objets:

– Définir les principes de base que la pratique de l’audit interne doit suivre.

– Fournir un cadre de référence pour la réalisation et la proposition d’un large


éventail d’activités d’audit interne apportant une valeur ajoutée.
15
– Etablir les critères d’application du fonctionnement de l’audit interne.

– Favoriser l’amélioration des processus organisationnels et des opérations.

• Les normes se composent des normes de:

– qualification (caractéristiques des organisations et des personnes


accomplissement des activités d’audit interne ; normes 1000 et suite),

– de fonctionnement (nature des activités et critères de qualité permettant


d’évaluer les services fournis ; normes 2000 et suite)

– et de normes de mise en œuvre. Ces normes de mise en œuvre sont insérées


dans les normes de qualification et de fonctionnement, et concernent soit les
activités d’assurance soit les activités de conseil.

3- Niveaux de rattachement de l’audit interne :

16
• Auditeur interne est indépendant dans ses méthodes, investigations et
conclusions.

• Indépendance garantie par son niveau de rattachement au plus haut niveau afin
:

– De garantir totalement l’indépendance et l’objectivité des auditeurs


– Faciliter l’utilisation des ressources en termes de planning et de coordination
des travaux
– Limiter le coût des ressources

Méthodes et outils de l’audit interne

• Charte d’audit : Norme 1000 d l’IFACI, qui:

– Définit la position de l’audit interne dans l’organisation

– Autorise l’accès aux documents, personnes, biens,..

– Définit l’étendue des missions d’audit et de conseil

17
• Approche par les risques

– Critères principaux :

– demande spécifique du plus haut niveau de la hiérarchie,

– analyse préalable des risques :

CRITERE LE PLUS IMPORTANT

– évolution particulière de l’environnement interne ou externe

– Critères secondaires :

– logique de fréquence rapprochée des passages,

– et de couverture géographique

4- Outils de l’audit interne


• Programmes de travail portant sur l’ensemble de l’activité de l’entité
(organisation, fonctionnement,..), décomposition de la fonction ou du processus
audité en tâches élémentaires: Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ?

• Outils de description :

– Organigrammes hiérarchiques et fonctionnels :

– En lignes : les fonctions

– En colonnes :catégories d’agents concernés, textes de références, relation au


sein du service, application informatiques utilisées,…;

– Manuels de procédures, Diagrammes de circulation des documents


questionnaires d’auto-évaluation

• Outils d’interrogation :sondages statistiques, entretiens, vérifications,


rapprochements

• Outils de formalisation des travaux d’audit : swot, …

18
• Outils informatiques : intranet, gestion du KM, logiciels d’extraction de
données et d’évaluation et d’analyse des risques

Chapitre V : Le manuel d’audit


 Le manuel d’audit a pour objectif de servir de programme de travail lors
des audits de régularité/fiabilité/sincérité/ conformité conduits par l’audit
interne sur les différentes macros processus retenus.

 Cette catégorie d’audit vise à s’assurer que le fonctionnement du service


est conforme aux règles internes (audit de régularité/fiabilité/sincérité) et
aux lois et règlements en vigueur (audit de conformité)

 Le manuel d’audit se structure généralement comme suit:

 Macro process
 Cas de gestion
 Processus
 Sous processus
 Activité de contrôle (Question d’audit)

Exemple:
Macro process : Gestion des immobilisations
Cas de gestion : Immobilisations acquises / Immobilisations produites
Processus : Entrée du bien / Sortie du bien
Sous processus: Constituer le dossier de l’immobilisation
Décider d’une réforme
Activité de contrôle (Question d’audit): voir ci-après

19
1- Déroulement d’une mission d’audit :
1. ORDRE DE MISSION
 L'ordre de mission est le mandat donné par une autorité compétente au
Service d'audit de réaliser une mission d'audit sur telle entité et qui
précise l'origine de la mission et son étendue.

 L'ordre de mission répond à trois principes essentiels :

1. le service d'audit ne peut pas se saisir lui-même de ses missions. La


décision de réaliser une mission d'audit dans telle ou telle entité ne lui
appartient pas. Toutefois, le service d'audit peut, si nécessaire, proposer de
réaliser une mission au Comité d'audit ou au Secrétaire général qui prendra la
décision.

2. l'ordre de mission doit émaner d'une autorité compétente : Secrétaire


général, Comité d'audit, cabinet ministériel.

3. l'ordre de mission permet de diffuser l'information à tous les responsables


concernés. Il est adressé non seulement au service d'audit mais aussi à tous
ceux qui vont être concernés par la mission d'audit (Direction de l'entité
auditée,…).

20
 Missions prévues dans le programme d'audit :

Le programme d'audit constitue par lui-même un ordre de mission collectif.


Le service d'audit ne doit donc pas attendre de recevoir d'ordre de mission
spécifique pour débuter une mission qui est prévue dans le programme
d'audit. Dans ce cas, le SGAQ rédige de sa propre initiative un ordre de
mission selon un modèle préétabli et le soumet à la signature du Secrétaire
général (en tant que Président du Comité d'audit).

 Missions spécifiques

Les missions d'audit spécifiques sont des missions non prévues dans le
programme d'audit et qui émanent d'un cabinet ministériel, du Secrétaire
général ou de la Direction d'une entité du Ministère. Lorsque la demande
émane d'un cabinet ministériel ou de la Direction d'une entité, les auditeurs la
formalisent sous forme d'ordre de mission dans un document écrit (modèle
préétabli) et le soumettent à la signature du Secrétaire général (en tant que
Président du Comité d'audit).

2. Rencontre avec la Direction de l’entité auditée

Après réception de l'ordre de mission et avant de commencer tout travail dans


l'entité à auditer, le Service d'audit organise une rencontre avec la Direction
de l'entité auditée afin de déterminer différents points :

1. Objectifs de la mission

2. Faisabilité de la mission d'audit (ressources suffisantes, délais,...)

3. Étendue de la mission : l'(es) entité(s) concernée(s) ou les processus


concernés

4. Nature de la mission d'audit (ressources humaines, ressources


technologiques, organisation, communication,...)

5. Délais de la mission

6. Auditeurs responsables de la mission

7. Description du déroulement de la mission

21
8. Organisation ou non d'une réunion d'ouverture avec l'ensemble du
personnel

9. Rapport d'audit : destinataires du rapport, rapport intermédiaire,...

10.Plan d'action

3. Compte rendu de la réunion avec la Direction de l’entité auditée

Suite à la rencontre avec la Direction de l'entité auditée, le Service d'audit rédige


un compte rendu de cette réunion.

Le compte rendu de la réunion est envoyé aux personnes présentes à la réunion;


lesquelles disposent d'un délai pour communiquer au service d'audit leurs
éventuelles modifications et/ou commentaires.

Le service d'audit introduit les modifications et transmet le compte rendu final


par note interne aux mêmes personnes

4. Réunion d’ouverture :

But :

La réunion d'ouverture a pour but d'établir les premiers contacts avec


l'ensemble des personnes impliquées par l'audit avant de débuter les travaux.

La réunion d'ouverture est facultative : les auditeurs et la Direction de l'entité


auditée décident de l'organisation d'une réunion d'ouverture. Pour les
missions qui exigeraient la présence de beaucoup de personnes, il peut être
plus aisé de transmettre une note explicative.

Toutefois, quand c'est possible, l'organisation d'une réunion d'ouverture est


toujours préférable.

Personnes présentes à cette présentation :

le responsable du service d'audit ou son délégué les auditeurs chargés de la


mission la Direction de ou des entité(s) auditée(s) l'ensemble du personnel de
ou des entité(s) auditée(s) ou les responsables des processus audités

Support de la présentation :
22
Il s'agit d'une présentation orale faite par les auditeurs, avec support Power
Point.

Contenu de la présentation :

1. Présentation succincte du Service d'audit : place au sein du MCF,


missions, normes respectées,...

2. Contexte et objectifs de la mission o Contexte = le pourquoi de la mission


(exécution du programme d'audit, demande spécifique en raisons de
problèmes aigus,...) o Objectifs = le but de la mission

3. Etendue de la mission : entité(s) concernée(s) ou processus concerné(s)

4. Déroulement de la mission

5. Présentation de la méthodologie

6. Rapport

7. Evaluation

8. Plan d'action et suivi de la mission

9. Planning

10. Contacts

Après la présentation, les auditeurs répondent aux questions des audités.

5. Récolte d’informations (prise de connaissance du Domaine audité)

Cette étape est une des plus importantes d'une mission d'audit.

La durée de la prise de connaissance varie en fonction de différents éléments


: complexité du sujet, profil de l'auditeur, existence d'audits antérieurs,...

But:

L'auditeur doit prendre connaissance du domaine à auditer afin de pouvoir


bâtir le référentiel de contrôle interne et définir les objectifs d'audit. Cette
23
prise de connaissance s'organise autour de plusieurs objectifs : o avoir dès le
départ une bonne vision d'ensemble des contrôles internes o identifier les
problèmes essentiels o éviter d'omettre des questions et des préoccupations
importantes o ne pas tomber dans des considérations abstraites o permettre
l'organisation des opérations d'audit.

24
CONCLUSION

L'audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une
organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte
ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. L'audit
interne est une profession normée.
Réaliser un audit interne permet d'aider une organisation ou une entreprise à
atteindre les objectifs fixés en évaluant l'efficacité des moyens.
L'audit interne a pour mission de décortiquer le fonctionnement de l’entreprise
afin de détecter les défauts et les risques susceptibles de mettre en cause le plan
de marche fixé par le management.
Avec la pandémie de COVID-19 et la décision corollaire de suspendre tous les
déplacements professionnels non essentiels, les missions d'audit de la sécurité
des sites planifiées entre mars et mai ont été reconfigurées en audits à distance.
Ce qu’on appelle l’audit virtuel.

25
Bibliographie :

http://www.mjs.gov.ma/sites/default/files/la_pratique_de_laud
it_interne-_mjs.pdf
https://comptable-en-ligne.fr/r/audit-interne-vs-controle-
interne
https://www.petite-entreprise.net/P-2679-87-G1-definition-de-
audit-interne.html
https://qualite.ooreka.fr/astuce/voir/629479/audit-interne
http://www.mjs.gov.ma/sites/default/files/la_pratique_de_laud
it_interne-_mjs.pdf

26

Vous aimerez peut-être aussi