Vous êtes sur la page 1sur 13

LE LOGEMENT

La Fabrique de la Ville Questionnée par la Crise Sanitaire

FACE À LA CRISE SANITAIRE


Note d’analyse n°3 | octobre 2020

©Arnaud Bouissou | Terra

Ces derniers mois, la moitié de la population mondiale est restée confinée pour limiter
la propagation de l’épidémie de la covid19. De ce fait, le rapport au logement est devenu
l’un des points névralgiques de l’appréhension de la crise. Face à une situation inédite de
confinement, le logement est observé sous toutes ses coutures. Chercheurs et spécia-
listes soulignent les tensions qui le traversent, confortant pour certains leurs analyses
antérieures, ou déplaçant le curseur pour d’autres, appelant de manière plus radicale à
des changements d’approches pour la plupart.

On note que ce sont les modes de spatialisation du logement qui sont souvent mis en
exergue. Il est question de ce que permet la surface intérieure et ses agencements, ce
à quoi donnent accès ses interfaces avec l’extérieur, et ce qu’autorise sa localisation. Ce
n’est plus simplement le « droit au logement » (sujet également avivé par la crise), mais «
ce à quoi le logement donne droit » qui est commenté. Cet élargissement de perspective
donne lieu à une grande variété d’articles pouvant émarger à plusieurs registres, rendant
difficile le classement dans une perspective analytique. Ce sont toutefois les inégalités
entre populations, entre quartiers, et entre types de territoire qui ressortent des princi-
pales analyses, et une exposition différenciée aux dysfonctionnements que la crise aura
révélés ou produit.
02

En effet, si aucun centre urbain ne semble avoir échap- l’urgence de la situation et au risque de propagation de
pé à la propagation du virus, ses effets n’ont pas été les l’épidémie ? La crise semble agir comme un amplifica-
mêmes sur les différents groupes d’habitants y compris teur des problèmes préexistants de sans-abrisme et de
dans une même ville. Comme l’indiquent les chercheurs mal logement. Elle exacerbe les problèmes liés à la su-
Ian Goldin et Robert Muggah dans une tribune, lorsque roccupation, aggrave les situations d’isolement et met en
New York était l’épicentre mondial de la pandémie, « le exergue les défauts des logements.
sud de Manhattan affichait un taux d’infection d’environ
925 pour 100.000 personnes, tandis qu’il était dans le Exposition accrue des précaires
Queens de 4.125 pour 100.000 ». Pour ces chercheurs,
Dès le début de la crise sanitaire, des observateurs
l’écart s’explique car les plus riches avaient accès à «
mettent en évidence l’incapacité à confiner une partie de
une large gamme de services de soins de santé et tra-
la population. Les plus précaires n’ont pas toujours accès
vaillaient depuis leur domicile, généralement dans de
à un logement stable, et différents articles évoquent la
spacieux immeubles »1. Une étude publiée en juillet 2020
situation d’urgence des sdf et des migrants des sans-pa-
analysant le cas français établit une corrélation entre
piers5 et des mals-logés au coeur des bidonvilles6 ainsi
la pauvreté des communes et la mortalité liée à la co-
que l’impossible confinement7 dans les squats. Avec la
vid192/3. Ces travaux mettent en évidence le fait que les
crainte de la propagation de l’épidémie, des solutions
mauvaises conditions de logement et une plus grande
temporaires sont trouvées en réquisitionnant des hôtels
exposition professionnelle jouent un rôle clé pour expli-
pour loger les sdf8.
quer les écarts de mortalité entre les communes riches
et les communes pauvres4. Des articles s’intéressent au devenir des mal-logés et
des réfugiés après l’état d’urgence9/10/11. Ainsi, la ges-
Cette note décrit la manière dont les observateurs se
sont penchés sur les différentes échelles du logement tion de crise a mis en lumière la nécessité de prévenir
et de l’habiter au cours des derniers mois. Elle montre de nouvelles précarités12. Interdire temporairement la re-
comment la crise a amplifié des problématiques qui lui mise à la rue via des dispositifs zéro expulsion, élargir et
préexistaient, et ce vers quoi elle nous amène à réfléchir abonder les aides de maintien au logement sont autant
pour « repenser l’après ». Elle révèle aussi en creux ce que de pistes qui ont été envisagées13. Les besoins en ma-
la recherche urbaine a laissé de côté pendant la crise, tière d’hébergement d’urgence se traduisent par la for-
ce sur quoi elle pourrait se mobiliser dans les prochains mulation d’AMI sur la création de solutions modulaires
mois sur la question du logement. En effet, l’analyse du pour répondre aux besoins à venir face - entre-autre - à
corpus fait apparaître que les chercheurs et profession- la possible récurrence de ces phases de confinement14.
nels se sont principalement exprimés jusqu’à présent sur Les commentateurs s’interrogent : le confinement peut-il
le sujet à travers des tribunes et que l’on ne dispose à devenir moteur de changements plus pérennes ?15
ce jour que des tous premiers éléments d’études et d’en- En matière d’habitat et de logement, les collectivités ter-
quêtes. ritoriales sont confrontées, par exemple, à la situation
délicate des bidonvilles et trouvent souvent des solutions
opérationnelles à court-terme. Selon un rapport de la DI-
LA CRISE AMPLIFICATRICE HAL, la crise sanitaire a confirmé l’urgence à résorber les
DU MAL LOGEMENT bidonvilles et a eu pour effet de renforcer les partena-
riats16.
Dès les premiers jours du confinement, les difficultés
d’accès au logement par les populations précaires sont Dans une note de synthèse des Nations Unies publiée en
largement commentées. Alors que les autorités imposent juillet 2020, plusieurs leviers politiques sont envisagés17.
en premier lieu de « rester à la maison », comment procé- Un moratoire est attendu sur toutes les expulsions pour
der avec ceux qui en sont dépourvus ? Comment mainte- assurer un hébergement sûr à tous et des solutions d’hé-
nir les réseaux d’entraides sociaux alors que la « distan- bergement temporaires permettant la distanciation phy-
ciation sociale » est de rigueur ? Quelles solutions face à sique si nécessaire. Un rapport de l’OCDE18 insiste quant

Le logement face à la Crise Sanitaire


03

à lui sur la nécessité pour les autorités d’apporter des Aggravation des situations d’isolement
réponses à long terme. Des perspectives d’échanges in- pour les publics fragiles
ternationaux sur ces questions semblent être bénéfiques
à toutes les villes19. A posteriori, Richard Sennett évoque l’isolement social31
comme l’un des problèmes urbains que la crise nous in-
vite à réfléchir. Si le confinement est apparu comme un
Accumulation de difficultés pour les occu-
moyen de protection face à l’épidémie, rapidement, il a
pants en surpeuplement ou suroccupation pu conduire à des situations d’oppression voire de persé-
Quand toutes les activités sociales, y compris le travail et cution32. Assurer le relais des services publics jusqu’aux
la scolarité des enfants, sont contraintes de se dérouler à portes de la sphère privée devient une priorité pour assu-
domicile, les caractéristiques du logement et la structure rer la sécurité des personnes.
des ménages déterminent en grande partie l’expérience
du confinement. Vivre dans un habitat dégradé ou inadap- Les personnes âgées, particulièrement sujettes à l’isole-
té à la composition familiale apparaît alors d’autant plus ment ont vu leur situation s’aggraver33. Alors que la po-
insupportable et met en lumière les inégalités de loge- pulation française est vieillissante, le soin accordé aux
ment qui frappent la société française20. Le phénomène aînés et leurs conditions de logement notamment dans
de suroccupation a été beaucoup commenté pendant la les EHPAD ont été décriés34 en révélant des situations de
crise21. L’INSEE a publié en avril une étude22 confirmant détresse sociale absolue35.
que plus de 5 millions de personnes vivent aujourd’hui
dans un logement suroccupé en France majoritairement Sensibilisation accrue aux défauts du lo-
dans les grandes agglomérations et dans la capitale23. gement
Au fil des mois, les espaces privés sont scrutés et les Lors du confinement, un certain nombre d’enquêtes ont
chercheurs s’interrogent sur l’exacerbation des problé- été lancées ayant trait aux rapports entretenus des indi-
matiques liées au surpeuplement, à la proximité des indi- vidus avec leurs logements. Les premiers résultats des
vidus dans l’espace intérieur. Au-delà du problème de su- études36/37 insistent sur le besoin d’un accès à l’extérieur,
roccupation, de nombreux articles témoignent d’autres d’une plus grande superficie et la possibilité de s’isoler
formes d’inégalités que le confinement ne fait que ren- pour mieux vivre son logement. Le confinement a révélé
forcer. Les familles monoparentales24, les femmes25, les d’autant plus les défauts des logements qu’ils ont dû ac-
pauvres26/27/28, les personnes âgées ou handicapées cueillir des fonctions inhabituelles comme par exemple
semblent particulièrement exposés face aux inégalités l’école ou le travail38. L’étude initiée par Qualitel/Ipsos39
liées au logement. montre que le confinement a été bien vécu par les habi-
tants de maisons dans des communes rurales40, et sou-
Au-delà des tribunes mettant en avant les difficultés spé- ligne la corrélation entre mal-être chez soi et conditions
cifiques rencontrées par des ménages pendant le confi- de vie. Là encore, le confinement a révélé les insuffi-
nement, les questions ayant trait au logement méritent, sances de nombreux appartements, exigus et peu adap-
comme l’indiquent Yankel Fijalkow et Nadine Roudil, pour tés aux familles, et qui ont amplifié l’impact de la crise
être traitées finement, d’une analyse sociologique au pour les plus mal lotis41.
long cours29. Ces chercheurs s’interrogent sur les péri-
mètres d’intimité des français confinés au regard de la Côté opérateurs et prescripteurs, on rappelle que les dé-
complexité des formes familiales contemporaines30. Plus fauts de qualité du logement étaient pré-existants. « La
largement, les acteurs de l’urbain invitent à mieux cerner période fait émerger des besoins en logements jusque-
les besoins de logement en fonction des ménages et des là éclipsés »42 avec la nécessité de gagner en superficie
situations et à éviter une réponse politique unilatérale ou et en flexibilité des logements en misant sur la rénova-
des solutions uniformes. tion du patrimoine bâti du XXième siècle. Des architectes
alertent également sur le fait de prendre en compte
l’isolation phonique au sein d’un même foyer et de pou-
voir imposer des cloisons épaisses43. Des solutions sont

Note d’analyse n°3 | octobre 2020


04

esquissées qui tendent vers un nouvel hygiénisme inté- les réunions virtuelles, jamais la population n’aura tant
rieur : favoriser la ventilation, développer le comparti- exposé son “chez-soi” et donc son intimité. Un certain
mentage des espaces, créer des ouvertures extérieures, nombre d’illustrations témoignent de la place prise par
des balcons, etc… Les modèles d’habitat développés par ces intérieurs48. Des étudiants en architecture observent,
Le Corbusier et les urbanistes hygiénistes sont cités en collectent et dessinent leurs espaces habités49/50 pour
exemple44, tout comme les immeubles des années 197045 retracer l’expérience peu ordinaire du confinement. Dans
(voir note n°2). Catherine Sabbah, déléguée générale de la foulée, une série d’enquêtes est lancée sur la vie entre
l’Institut des hautes études pour l’action dans le logement quatre murs et les espaces domestiques51/52, la percep-
(Idheal) indique que : « ce qui manque le plus, ce sont des tion du logement ou encore sur le rapport au logement et
mètres carrés intérieurs, par exemple pour aménager à l’extérieur53.
un bureau dans une chambre, et des espaces extérieurs
collectifs et privatifs. »46. Ces premiers indicateurs sont La reconfiguration des espaces, élaborée dans l’urgence
également relayés par les constructeurs et promoteurs. pour accueillir de nouvelles fonctions (travailler, man-
Certains imaginent une conception d’espaces « sains et ger, éduquer, faire du sport, se divertir) et de nouvelles
intelligents » pour des logements futurs47 qui seraient temporalités (le temps de l’apprentissage, du travail, du
dotés d’un accès à la nature renforcé et offriraient plus jeux, de la vie en commun),54 pousse les professionnels
de modularité. à s’interroger sur l’évolution des besoins en matière de
superficie/ cloisonnement des espaces du logement55.
Comment faire des espaces à même de concilier usages
LA CRISE SANITAIRE INTERROGE LES multiples et intimité ? Dès lors, l’enjeu pour les concep-
SPATIALITÉS ET FONCTIONNALITÉS teurs est de trouver une forme de souplesse au sein des
DU LOGEMENT logements. Comme le note l’architecte Jean-Christophe
Quinton lors d’une conférence à la Cité de l’architecture
Le logement est également observé par le prisme de ses
; « Il me semble que le logement de demain, ça va être le
propriétés fonctionnelles et spatiales. Comment la crise
lieu depuis lequel on va pouvoir ré-envisager “d’être au
interroge le modèle du logement dans ses différentes
monde”, d’être “bien au monde”. […] . Il y a derrière ça une
dimensions/fonctions/ perceptions ? L’expérience du
expérience existentielle qui va être profondément liée au
confinement a révélé un intérêt particulier à l’environne-
logement. » Il poursuit ; « [Cette expérience] va se jouer à
ment immédiat des logements. Quelles réponses archi-
l’échelle que porte le logement ; c’est-à-dire nous mettre
tecturales, quelles formes urbaines sont relayées face à
en relation au monde, aux autres, à nous-même et enfin
cette situation ? Pour les professionnels de l’urbain com-
faire de nous des êtres citoyens »56.
ment mieux penser le continuum entre espaces privés et
publics ? Tel est le type d’interrogations que l’on voit se Pour traiter finement cette question du logement, de
multiplier dans la presse professionnelle. l’habiter et analyser les effets du confinement en milieu
urbain très dense, Léa Mosconi Bony souhaite travailler
Ces questionnements ont varié dans le temps de la crise.
à partir d’un échantillon de foyers sur une série de ques-
Ainsi, pendant le confinement, la question de l’intimité/
tions : « Comment fait-on entrer la ville dans nos apparte-
promiscuité des logements s’est trouvée mise en avant
ments ? […] Comment les échanges sociaux pénètrent-ils
de même que celle des espaces partagés ou des espaces
à l’intérieur via les balcons, les paliers ? Comment les es-
intermédiaires. A l’issue du confinement, la question de la
paces communs sont-ils négociés entre voisins ? »57. Il y a
méthode en matière de conception de logement se pose
fort à parier que les résultats de ces études seront riches
et des voix s’élèvent contre la standardisation des loge-
d’enseignement et contribueront à l’expérimentation
ments.
de nouvelles approches architecturales des logements.
Finalement, le confinement nous a interrogé sur notre
Intimité vs promiscuité mode de vie et ce regard sur nos intérieurs est largement
Le confinement a contribué à mettre l’intérieur des ha- autant tourné sur notre rapport au monde que sur notre
bitats sur le devant de la scène. Dans les médias, via logement lui-même.

Le logement face à la Crise Sanitaire


05

Standardisation vs flexibilité Densité vs besoin d’espace


Travailler la qualité architecturale devra s’accompagner Promue dans un objectif de sobriété foncière, la densi-
de changements plus profonds. Certains acteurs de l’ur- té urbaine a pourtant été mise à rude épreuve dans le
bain, à l’instar de Patrick Bouchain, insistent pour revoir temps du confinement. Des raisonnements rapides ont
la méthode. Selon lui, faire avec et pour les habitants58 été colportés dans la presse et les médias : « densité ur-
apparaît comme une nécessité pour mieux cerner les be- baine égale contagion, densité urbaine égale pratique-
soins et faire évoluer les modèles du logement et de l’ha- ment danger »64. Mais la réalité semble plus complexe et
biter. Selon le point de vue de Catherine Sabbah dans une le lien entre densité et promiscuité est mis en débat par
interview donnée au Monde « La production de logements les chercheurs, « il faut démystifier l’idée que densifica-
a été tellement standardisée au cours des trente ou qua- tion résidentielle égale nécessairement entassement et
rante dernières années… Elle répond à une surface, au surpeuplement des logements »65.
prix du terrain, à une série de normes et c’est tout… On
se dit on va faire des T1, des T2, des T3, des T4, sans se Certains rappellent l’existence de travaux sur les formes
soucier des gens qui vont y vivre. Pourquoi ? Parce que architecturales et urbaines pour que la densité soit dé-
tout se vend. Le logement est devenu un produit, pensé sirable. Deux éléments sont alors à prendre en compte :
pour enrichir ceux qui le fabriquent plutôt que loger ceux la perception de la densité et sa qualité d’usage. Pour
qui l’habitent. »59 Offrir une place aux futurs habitants dès Edouard Malsch, « c’est précisément le travail sur la forme
la conception sera peut-être une solution pour sortir de de l’habitat qui doit permettre d’adoucir la perception de
la standardisation et proposer des espaces qui offrent la densité en offrant la possibilité d’un nouveau rapport
plus de flexibilité. Une note de la Fondation Jean-Jaurès de voisinage, en gérant les hauteurs, les vues, l’intimité
détaille comment, pour sortir de la standardisation, il est ou encore l’ensoleillement »66. D’autres auteurs67 s’inter-
nécessaire de déployer des politiques du logement am- rogent sur les formes urbaines les plus à même de conci-
bitieuses qui intègrent entre autre le « parcours résiden- lier densité, nature et intimité. Certains évoquent des
tiel »60 des habitants et donc la diversité des situations modèles anciens comme la maison de bande ou la cité
sociales que pourraient connaître les individus au cours jardin par exemple. Pour exposer ces formes urbaines
de leur existence. à l’ère post-covid, des esquisses ont même été récem-
ment présentées dans la presse généraliste comme The
Pour Richard Sennett, il faut mobiliser une autre mé- Guardian68. D’autres chercheurs vont chercher des ins-
thode, celle l’urbanisme tactique. Il propose d’appliquer pirations asiatiques. Richard Sennett considère qu’il faut
ses principes à différentes échelles de l’urbain et du bâti développer, à l’image des villes japonaises comme Tokyo,
afin de créer de la réversibilité dans les maisons, écoles, « des formes urbaines qui permettent à la fois de s’isoler
hôpitaux ou bibliothèques. Il propose d’explorer avec et de rester en contact avec ses collègues et les membres
l’ONU-Habitat « des solutions formelles capables de pro- de sa famille ; d’être à la fois proche et distant »69. Jé-
téger puis de s’ouvrir lorsque la crise est passée »61. Un rémy Cheval70 s’intéresse à la conception chinoise des
collectif d’architectes invite à repenser l’organisation de espaces partagés. Ces derniers sont pensés comme une
l’espace dans les logements collectifs comme les EPHAD gradation progressive des espaces publics aux espaces
pour mieux protéger les habitants et le personnel de fu- privés. Cela montre en creux la nécessité de travailler la
tures épidémies62. Ils prônent une structuration souple question des espaces intermédiaires extérieurs, collec-
et évolutive, inspirée du modèle du « coliving » : « l’idée tifs mais privés, qui est assez peu traitée en France.
serait de concevoir chaque niveau comme une unité au-
tonome, sécable en quelque sorte, rassemblant à la fois
des chambres et des espaces communs. En cas de crise, PENSER L’APRÈS ; QUELS SCÉNARIOS
on pourrait ainsi confiner une partie des bâtiments, et POUR L’AVENIR DU LOGEMENT ?
laisser l’autre fonctionner sur un autre régime »63. Cette
organisation pourrait être dupliquée à d’autres types de Alors que le secteur a été quasiment à l’arrêt durant le
logements collectifs comme les résidences étudiantes. confinement (arrêt des chantiers, report des ventes,

Note d’analyse n°3 | octobre 2020


06

etc.), dès la reprise, les professionnels du logement se La tendance à l’achat de logements secondaires comme
sont interrogés sur l’évolution prévisible du marché et les refuge face à un possible reconfinement est-elle du-
pistes à suivre pour l’avenir du logement. Ces derniers rable ? Ira-t-on jusqu’à une « démétropolisation » des ter-
cherchent à appréhender les effets de la crise sur le mar- ritoires80 ? Par effet de rebond, le fait de composer sa vie
ché de l’immobilier ainsi que sur la politique du logement. autour de plusieurs logements, lorsque le télétravail et le
Une note pour Terra Nova71 souligne à quel point l’exer- niveau de vie le permettent, ne serait-il pas le berceau de
cice est difficile tant les biais cognitifs et différents in- nouvelles inégalités ?
térêts professionnels peuvent fausser les anticipations.
Ces différentes tendances seraient à explorer avec des
Les interrogations sont nombreuses ; la pierre sera-t-elle
études plus poussées et sur le long terme. En effet, les
toujours une valeur refuge ? Le secteur est-il à l’abri des
projets de recherche portant sur ces sujets sont encore
turbulences ? Comment les envies en matière de choix
peu nombreux - en tout cas - ils n’apparaissent pas dans
résidentiel évoluent ? Quelles sont les pistes envisagées
le corpus mobilisé pour cette veille. Les évolutions en ma-
pour adapter l’offre de logement aux nouveaux besoins ?
tière de logement auront également des conséquences
sur les modèles urbains et l’aménagement du territoire,
De la ville à la campagne ; évolution des sujet qui fera l’objet d’une prochaine note.
choix résidentiels des Français et du mar-
ché de l’immobilier Alors que la pierre a souvent été considérée comme une
valeur refuge lors des crises financières, la pandémie fait
Dans un premier temps, le regard s’est porté sur l’évo- peser sur le marché de l’immobilier beaucoup d’incerti-
lution des choix résidentiels. L’essor du télétravail a ren- tudes. Là encore, les interrogations sont nombreuses et
du possible des envies de campagne pour certains cita- corrélées aux différents scénarios post-covid19. La crise
dins. La presse regorge d’articles aux titres explicites qui économique qui suit la crise sanitaire vient tempérer les
scrutent les indicateurs avec attention : Le grand retour prédictions évoquées pendant le confinement. C’est ce
des maisons de campagnes ?72 Le nouvel engouement que rappelle Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut
pour les résidences secondaires73. A la radio, on se de- du Management des Services Immobiliers dans une in-
mande si Le bonheur est-il vraiment dans le pré ?74 Les terview : « Les évolutions ne sont pas considérables, pour
questionnements sont nombreux et les réponses peu deux raisons : l’argent, la capacité du travail à se réorga-
claires. niser autour du télétravail et les services. On l’avait oublié
un peu vite ». De même, la demande immobilière pourrait
Des enquêtes montrent que le confinement a fait resurgir
pâtir des effets de la crise économique. Baisse des reve-
l’envie d’intimité, de nature et d’espace notamment dans
nus, baisse du patrimoine financier et anticipations néga-
les projections d’achat75. De même, on note une attracti-
tives sur l’emploi pèseront sur les décisions d’achat des
vité nouvelle pour les petites et moyennes villes76 dont le
ménages. La prudence est de mise dans le lancement de
marché de l’immobilier semble mieux résister77. Un rap-
nouveaux programmes tant en volume qu’en prix81.
port de l’Institut Paris Région met en avant le paradoxe
d’une périurbanisation 2.0 qui pourtant a longuement Des articles s’attellent à mettre en évidence les perturba-
été décriée avec l’essor de la demande de maisons in- tions du marché immobilier et les tendances à l’oeuvre.
dividuelles78. Une note de Futuribles propose des scé- Le doute s’installe après la vague d’achats réalisés suite
narios prospectifs : « À moyen terme, la crise pourrait au déconfinement : les grandes métropoles pourraient
donc contribuer à concrétiser le désir d’une partie des davantage souffrir que les villes moyennes82 au vue de
ménages métropolitains de s’installer dans une ville plus l’enrayement de la dynamique de hausse83. Concernant
petite, voire en zone rurale. Le marché des résidences l’offre de logement neuf, la période du confinement
secondaires pourrait aussi être redynamisé : plusieurs marque un frein net des ventes, qui ont été ré-orientées
réseaux immobiliers constatent une hausse de la de- pour partie vers le parc locatif84. Le bâtiment tire son
mande, y compris en zone rurale, notamment de familles épingle du jeu « mais le stock de commandes engrangées
parisiennes. »79 voici de longs mois, et qui nourrissent actuellement l’ac-

Le logement face à la Crise Sanitaire


07

tivité de la filière, s’amenuise »85 et présage d’un avenir Les béguinages, par exemple, « présentent des espaces
incertain. Après l’annonce du plan de relance, différents dont la gestion et l’usage ne sont ni individuels ni pu-
articles de presse relatent des observations des profes- blics, et optimisent l’utilisation des espaces de nature
sionnels du secteur qui saluent les mesures prises en urbains »95. La presse commente des formes urbaines
faveur de la rénovation urbaine mais qui, dans le même typiques telles que les courées lilloises comme ; « une
temps, s’interrogent sur les limites des dispositifs pour forme intéressante de vie communautaire à condition
relancer la construction neuve86/87. d’avoir su créer un esprit de corps en son sein »96. Le mo-
dèle de la Cité radieuse de Le Corbusier est aussi cité en
Par ailleurs, un ensemble de sources s’intéresse à la va- exemple comme favorisant un autre mode d’habiter plus
riation des prix du loyer, notamment sa potentielle baisse communautaire97. La crise sanitaire a contribué à intéres-
au coeur des métropoles88. Après avoir annoncé une ser les promoteurs immobiliers à ces questions. Pour Les
bombe à retardement du logement89 liée - entre autre - Echos ; « En cette période de crise sanitaire due au Co-
à la recrudescence des loyers impayés, l’afflux nouveau vid-19, les promoteurs immobiliers mettent en avant des
des logements à louer dans les grandes villes est analy- nouveaux modes de vie. L’habitat partagé ou participatif,
sé selon différents facteurs. Autour de ces questions, les ainsi que le coliving bénéficient d›un regain d›intérêt »98.
affirmations/révélations varient beaucoup90. A l’étranger,
dans des métropoles comme New York, le nombre d’ap- Pour développer ces modes d’habiter tout comme l’ha-
partements vacants a soudainement augmenté91. Cela bitat partagé, il faudra définir quelles formes urbaines
laisserait présager un rééquilibrage des loyers au coeur lui sont le plus favorables : « formes à créer, mais sur-
des métropoles devenues ces dernières années inacces- tout formes existantes, qui vont rester dominantes et qui
sibles aux populations les moins aisées92. Par ailleurs, les peuvent être favorables, moyennant une adaptation réci-
annonces pour une politique du logement post-covid sont proque entre la forme et l’usage »99. Pour l’Institut Paris
largement relayées, notamment les possibles encadre- Région, les bourgs et faubourgs offrent ainsi un potentiel
ments des loyers et aides aux logements abordables93. A d’espaces extérieurs communs sans commune mesure
ce sujet, Terra Nova note qu’il est possible d’imaginer une avec les quartiers plus denses ou dans le pavillonnaire où
généralisation du régime de la loi Alur (encadrement des leur usage reste privatif.
loyers, absence de saut à la relocation), ce qui pourrait à
moyen terme peser sur l’offre. Chronotopies, réversibilité et proximité
La crise a révélé le besoin pour les logements d’accueillir
Le logement à l’heure de l’économie du différents usages dans le temps en fonction de l’évolu-
partage tion des contraintes imposées par le confinement. Elle
fait émerger une nouvelle « chronotopie urbaine »100 ryth-
La crise sanitaire a indéniablement mis en avant les iné-
mée par les mesures de protection des populations face
galités sociales. Un « urbanisme des communs »94 pour-
à la diffusion du virus dans les territoires. L’accent est
rait-il contribuer à les réduire ? Cette question posée par
mis sur la nécessité de réversibilité des espaces et le be-
l’Institut Paris Région, se retrouve dans une partie du
soin de proximité de services aux abords des logements.
corpus. Durant le confinement, les initiatives en matière
de solidarité ont été largement relayées par la presse ; il Certains articles s’intéressent à la réversibilité du parc
est fait état de réseaux de solidarité locale et de l’essor immobilier habituellement dédié au marché du tourisme
des circuits-courts. L’économie du partage se développe via des plateformes telle que Airbnb, Abritel et Booking.
face aux contraintes imposées par la pandémie dans la Durant le confinement hôtels, logements dédiés à la lo-
manière d’habiter son logement à l’échelle du quartier. cation touristique ou mobilisés par des réseaux d’en-
Certains modes d’habiter, qui donnent une place centrale traide sont mis à disposition des personnels soignants et
aux communs, sont mis en avant. Offrent-ils plus que aux personnes en situation de précarité101. La pandémie
d’autres, des perspectives pour habiter mieux et concilier serait-elle un plaidoyer en faveur de la régulation de ce
densité-nature-intimité ? marché critiqué pour ces effets pervers?102 Comment les

Note d’analyse n°3 | octobre 2020


08

métropoles peuvent-elles être associées à la gestion de soient liées à la vie urbaine, collective ou intime se sont
cette offre locative afin de réduire les espaces vacants trouvées altérées.
et disponibles en ville et par effet de rebond de réduire la
pression sur le marché du logement ? Post-confinement, Chaque étape de la crise sanitaire a apporté son lot de
des tendances émergent avec des propriétaires qui se questions et d’incertitudes et accentué la sensation de
tournent vers des baux « mobilités » et de la location naviguer à vue. Notons ici, le temps nécessaire de la re-
longue durée103/104. Par ailleurs, la crise a révélé l’éloigne- cherche face à l’observation de la crise et de ses effets
ment des soignants et des travailleurs clés de leur lieu sur le logement. Les premières pistes d’analyse livrées
de travail. Comment cette problématique peut-elle être dans cette note se basent sur des premières enquêtes
intégrée à une politique globale du logement pour penser aux résultats partiels, d’autres sont encore en cours.
« l’après » ? Deux tendances principales s’en dégagent : la nécessité
de créer de logements plus grands et de les doter d’es-
Pour les spécialistes de l’aménagement comme pour les paces extérieurs.
habitants, l’expérience du confinement - et sa possible
répétition - est à prendre en compte pour travailler sur La crise sanitaire invite les professionnels de l’urbain,
les conditions de vie à l’échelle du quartier, aussi bien chercheurs, politiques et citoyens à imaginer ensemble
en ville que dans les territoires peu denses. La limitation des solutions pour “planifier l’après”. L’exercice sera
des déplacements à 1 km du domicile pendant le confi- vraisemblablement ardu tant il devra intégrer et gérer
nement a permis de réinvestir le quartier105 et de penser des contradictions. Comment créer des logements plus
le déploiement des services de proximité à cette échelle. grands, plus flexibles dotés d’espaces extérieurs plus
A cette occasion, le slogan de la “ville du quart d’heure” verts à un coût supportable par les ménages et sans
a trouvé un écho favorable106. Une étude portée par le aggraver l’étalement urbain ? Plus fondamentalement,
CEREMA107 vise à comprendre quel a été l’impact de la comment planifier dans un contexte incertain ? Ainsi, la
crise sanitaire dans différents types de quartiers et à en planification de « l’après » risque de s’apparenter à une
dessiner les premiers enseignements afin d’améliorer gestion de paradoxes et ses grandes lignes restent en-
collectivement les pratiques des professionnels. Parmi core largement à préciser.
les sujets abordés par le questionnaire : la vie collective,
les espaces publics et communs, les services et com- Aujourd’hui et face à une situation inédite, des voix
merces, etc. Cette réflexion collective sur le cadre de vie s’élèvent pour réclamer une politique qui contribue à offrir
et l’aménagement à l’échelle du quartier sera nécessaire un logement décent et abordable pour tous. Alors que
pour mieux planifier l’après. des ambitions de transition écologique et solidaire sont
énoncées dans le plan de relance, de nouveaux enjeux
apparaissent entre rénovation urbaine et construction.
CONCLUSION Il s’agit de penser une complémentarité des dispositifs
afin d’ajuster les réponses face aux enjeux révélés par
La crise sanitaire a permis d’offrir un éclairage sur la la crise.
question fondamentale du logement. Elle a mis à jour des
inégalités qui préexistaient et renforcé les situations d’ur- Pour finir, il convient de souligner la nécessité de lancer
gence notamment pour ceux qui ne disposent pas de lo- des recherches ambitieuses sur le logement au regard
gement. Elle a aggravé les situations d’isolement de ma- de l’évolution des besoins, de la sociologie des ménages
nière drastique et révélé certaines inadéquations entre et face aux crises à venir. Il manque des indicateurs sur
l’offre de logements et les besoins de la population en l’évolution des usages et des modes de vie des Fran-
temps de confinement. Enfin, cette période aura permis çais, leurs arbitrages résidentiels entre métropoles, villes
de focaliser l’attention sur l’habitat au sens large plus que moyennes et territoires ruraux. Il s’agira entre-autre
sur le seul logement. De nouveaux rapports entre intério- d’observer finement et sur le long terme les effets de la
rité et extériorité sont venus perturber nos relations à la crise sanitaire combinés aux éventuelles politiques de lo-
ville et à l’habitat. De même, nos règles spatiales qu’elles gement sur les différentes catégories de ménages.

Le logement face à la Crise Sanitaire


09

NOTES
1
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opi- https://www.futuribles.com/fr/article/le-confine-
15

nion-reconfigurer-nos-villes-post-covid-1238843 ment-revelateur-des-inegalites-de-logeme/
2
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02895908/ 16
https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/628900
document 17
https://www.un.org/sites/un2.un.org/files/covid-19_
3
https://www.lemonde.fr/planete/ar- in_an_urban_world_french.pdf
ticle/2020/07/20/le-covid-19-frappe-plus- 18
www.oecd.org/coronavirus/policy-responses/les-me-
durement-les-pauvres_6046774_3244.
sures-adoptees-par-les-villes-face-au-covid-19-aeb-
html?xtor=EPR-33281095-[baisse-navigation-predic-
dbf1c/
tif]-20200721-[flow_titre_6]
19
Parmi les exemples cités dans le rapport de l’OCDE :
4
Ensemble, et selon cette étude, ces facteurs re-
La ville de Liverpool a élaboré un plan de relance à 1.4
présentent jusqu’à 77% de l’écart observé entre les
milliard GBP qui inclut la construction de plus de 200
communes riches et les communes pauvres. Source :
logements modulaires et de centres communautaires
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02895908/ et la rénovation de 4 000 logements pour les ménages
document vulnérables dans les quartiers les plus défavorisés, qui
5
https://metropolitiques.eu/Les-sans-papiers-au- sont aussi les plus exposés au COVID-19. La ville de Yo-
risque-du-Covid-19.html kohama (Japon) accroît les subventions à destination
des propriétaires d’appartements loués à des personnes
6
https://www.mediacites.fr/enquete/ vulnérables, afin de réduire le loyer des locataires dont
nantes/2020/03/24/coronavirus-dans-les-bidonvilles- les revenus ont souffert de la pandémie.
de-nantes-un-confinement-en-mode-debrouille/ 20
https://metropolitiques.eu/Une-double-peine-les-
7
https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2020/03/24/ conditions-de-logement-et-de-confinement-des-fa-
squats-centres-dhebergement-ou-de-retention-a-lyon- milles.html
limpossible-confinement-des-migrants/ 21
https://metropolitiques.eu/Le-Covid-19-la-guerre-et-
8
https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/covid-19- les-quartiers-populaires.html
2000-places-dhotel-supplementaires-mobilisees-pour- 22
https://www.nouvelobs.com/confinement/20200421.
heberger-des-sans-abris-les-3-premiers OBS27824/plus-de-cinq-millions-de-francais-confines-
9
https://www.lagazettedescommunes.com/686810/ dans-un-logement-en-suroccupation.html
fin-de-letat-durgence-sanitaire-que-deviendront-les- 23
Depuis 20 ans, le nombre de ménages en situation de
sans-abris/ suroccupation dans leur logement a augmenté dans la
Métropole du Grand Paris, ce nombre est resté stable
10
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/24/
dans Paris selon l’APUR : https://www.apur.org/fr/
apres-le-covid-19-l-acces-au-logement-des-refugies-
nos-travaux/apur-cafe-1-8-million-habitants-grand-pa-
sous-tension_6044012_3224.html
ris-etroit-logement?#
https://theconversation.com/bidonvilles-en-deconfi-
11
24
https://metropolitiques.eu/Une-double-peine-les-
nement-les-solidarites-vont-elles-tenir-138451
conditions-de-logement-et-de-confinement-des-fa-
12
https://www.aefinfo.fr/depeche/626501 milles.html

13
https://www.aefinfo.fr/depeche/624583
25
https://www.lesechos.fr/economie-france/social/co-
ronavirus-comment-le-confinement-a-renforce-les-ine-
14
https://www.aefinfo.fr/depeche/633002 galites-1229751

Note d’analyse n°3 | octobre 2020


10

26
https://www.liberation.fr/planete/2020/09/20/ mourir-de-chagrin-et-d-isolement
a-madrid-on-nous-confine-parce-qu-on-est-
pauvres_1800022?utm_medium=Social&utm_
36
https://files.cargocollective.com/c642624/Aux-
source=Facebook&fbclid=IwAR1wK6Db1DD- confins-du-logement---20200610.pdf
VFJFmdD3OBh-4dtGbnob4WCoAxzt86P5pMREeQRYa- 37
https://www.lemoniteur.fr/article/aux-confins-du-lo-
t8EM1k0#Echobox=1600624901 gement-les-resultats-de-l-enquete.2092741
27
https://www.lemonde.fr/planete/ar- 38
https://www.wedemain.fr/Comment-le-confinement-
ticle/2020/07/20/le-covid-19-frappe-plus- nous-force-a-repenser-notre-chez-soi_a4661.html
durement-les-pauvres_6046774_3244.
html?xtor=EPR-33281095-[baisse-navigation-predic- 39
https://www.qualitel.org/uploads/DP-%C3%A-
tif]-20200721-[flow_titre_6] 9tude-confinement-Qualitel-2020.pdf
28
https://www.mediacites.fr/decryptage/natio- 40
https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/629107
nal/2020/04/06/covid-19-une-epidemie-de-classe/ 41
https://www.politis.fr/articles/2020/07/logement-que-
29
https://theconversation.com/le-confinement-bous- lespace-et-la-lumiere-soient-42191/
cule-nos-manieres-dhabiter-135061 42
https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/636248
30
Selon eux, les familles traditionnelles sont relative- 43
https://www.lemoniteur.fr/article/avoir-conscience-
ment majoritaires en France avec 38 % des ménages
de-l-incidence-du-logement-sur-la-sante-peut-faire-
entre 25 et 59 ans. Les familles monoparentales repré-
bouger-les-lignes-stephane-rouault-architecte.2089681
sentent plus de 19 % des ménages et les familles recom-
posées autour de 12 %. Une étude de 2013 qu’ils citent 44
https://www.wedemain.fr/Le-Corbusier-des-
montre que près d’un jeune adulte sur deux vit encore concepts-avant-gardistes-contre-les-epidemies_a4816.
chez ses parents. 28 % des moins de 35 ans ont quitté html
Paris, la plupart rejoignant leurs parents.
45
https://www.lemonde.fr/m-perso/ar-
31
Richard Sennett, “De par ses formes indéterminées, ticle/2020/07/02/le-retour-en-grace-des-immeubles-
une ville ouverte semble davantage capable de réagir à des-annees-1970_6044883_4497916.html
l’imprévisible”, n°288-289, septembre 2020, AMC, p.20.
https://www.amc-archi.com/article/entretien-avec-ri-
46
ibid.
chard-sennett-sociologue-une-ville-ouverte-semble- 47
https://www.lemoniteur.fr/article/chez-nexity-alain-di-
davantage-capable-de-reagir-a-l-imprevisible,12933
nin.2106694
32
Voir à ce sujet le rapport du CRIEM (centre de re- 48
https://www.nouvelobs.com/confinement/20200322.
cherche interdisciplinaire en études montréalaises)
OBS26423/la-coronamaison-de-penelope-ba-
https://issuu.com/criem-cirm.arts/docs/crise_sani-
gieu-prend-de-l-ampleur.html
taire_mtl
49
https://www.lemoniteur.fr/photo/le-loge-
33
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/05/
ment-mis-en-perspective-par-des-etudiants-en-archi-
le-confinement-a-accentue-l-isolement-des-per- tecture.2095556/l-etiquette-ou-la-cohabitation-versail-
sonnes-ages_6041876_3224.html laise-par-theophile-bianciotto.1
34
https://theconversation.com/confinement-quel-im- 50
https://habconfine.hypotheses.org/category/accueil
pact-dans-les-etablissements-pour-personnes-agees-
et-handicapees-134561 51
https://www.afsp.info/coco-lenquete-qui-fait-le-por-
trait-social-des-francais-confines/
35
https://www.mediapart.fr/journal/france/020920/
les-ehpad-face-au-covid-j-ai-peur-qu-ils-se-laissent- 52
L’UMR 5600 Environnement Ville Société a proposé un

Le logement face à la Crise Sanitaire


11

questionnaire pour comprendre de quelles manières le 67


https://www.institutparisregion.fr/amenage-
confinement modifie ou non les spatialités des espaces ment-et-territoires/chroniques-des-confins/quelles-
domestiques ; https://urlz.fr/cnlK formes-urbaines-dans-le-monde-dapres.html
53
https://docs.google.com/forms/u/0/ 68
https://www.theguardian.com/cities/ng-inte-
d/e/1FAIpQLSdd-_WGmMtkhDg65A3t- ractive/2020/sep/25/garden-streets-bike-supe-
pVf5HLaz19g6VAVSh4m9fYWzGpbycA/formResponse rhighways-cities-future-coronavirus?fbclid=IwAR-
2Q6dTNgHi57pWNaPWlKBW6jUtX-UVqc_T8A_WOIc-
54
https://www.wedemain.fr/Comment-le-confinement-
bf41v_fC5b4miulo
nous-force-a-repenser-notre-chez-soi_a4661.html
69
https://www.amc-archi.com/article/entretien-avec-
55
https://www.lemoniteur.fr/article/des-idees-ambi-
richard-sennett-sociologue-une-ville-ouverte-semble-
tieuses-pour-habiter-mieux.2095961
davantage-capable-de-reagir-a-l-imprevisible,12933
56
Conférence “Le monde d’après” Les architectes face 70
https://wakelet.com/wake/u7sTnFAejOBgcjf1VmCSj
aux défis d’aujourd’hui ; L’urgence à requestionner le
logement. Le 16/07/20. https://www.citedelarchitecture. 71
Sabine Baïetto-Beysson,Coronavirus : regards sur une
fr/fr/evenement/lurgence-requestionner-le-logement crise, Quels effets de la crise sanitaire sur le marché
immobilier et sur la politique du logement, Terra Nova
57
https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/04/03/
coronavirus-habitat-et-logement-a-l-epreuve-de-la-vie- 72
https://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/le-
confinee_6035495_3246.html grand-retour-des-maisons-de-campagne-1224006
58
https://topophile.net/savoir/covid-7-avec-et-pour-les- 73
https://www.lemonde.fr/ar1gent/article/2020/07/02/
habitants-parole-a-patrick-bouchain/ le-nouvel-engouement-pour-les-residences-secon-
59
https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/04/03/ daires_6044900_1657007.html
coronavirus-habitat-et-logement-a-l-epreuve-de-la-vie- 74
https://www.franceinter.fr/emissions/le-debat-de-mi-
confinee_6035495_3246.html di/le-debat-de-midi-21-juillet-2020
60
https://jean-jaures.org/nos-productions/ 75
https://www.opinion-way.com/fr/component/edoc-
pour-une-politique-du-logement-inclusive-et-ecolo-
man/opinionway-pour-artemis-courtage-les-fran-
gique-dans-les-territoires
cais-et-l-immobilier-apres-le-confinement-juin-2020/
61
https://www.amc-archi.com/article/entretien-avec- viewdocument/2355.html?Itemid=0
richard-sennett-sociologue-une-ville-ouverte-semble- 76
https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr/sites/de-
davantage-capable-de-reagir-a-l-imprevisible,12933
fault/files/2020-09/117191%20Pre%CC%81sentation%20
62
https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/05/28/ 01_09_2020%20VF.pdf
architecture-des-ehpad-la-vie-en-ligne-de- 77
https://www.lemonde.fr/argent/ar-
mire_6041001_3246.html
ticle/2020/09/25/faut-il-investir-dans-une-ville-
63
ibid. moyenne_6053539_1657007.html
64
https://www.lapresse.ca/covid-19/2020-06-27/den- 78
https://www.institutparisregion.fr/amenage-
site-urbaine-ne-rime-pas-avec-contagion.php ment-et-territoires/chroniques-des-confins/quelles-
formes-urbaines-dans-le-monde-dapres.html
65
ibid.
79
https://www.futuribles.com/fr/article/la-covid-accele-
66
https://www.urbanews.fr/2020/04/06/57507-un-mo- rateur-de-la-demetropolisation/
dele-urbain-a-lepreuve-du-confinement/#com-
ment-43227 80
ibid.

Note d’analyse n°3 | octobre 2020


12

81
Sabine Baïetto-Beysson,Coronavirus : regards sur une (les commoners), dans un but de partage, de pérennisa-
crise, Quels effets de la crise sanitaire sur le marché tion de la ressource et d’optimisation de leur occupation.
immobilier et sur la politique du logement, Terra Nova https://www.institutparisregion.fr/amenagement-et-ter-
ritoires/chroniques-des-confins/lavenement-dun-urba-
82
https://www.lemonde.fr/argent/article/2020/09/14/ nisme-des-communs.html
marche-immobilier-quand-le-doute-s-ins-
talle_6052056_1657007.html 95
https://www.institutparisregion.fr/amenage-
ment-et-territoires/chroniques-des-confins/quelles-
83
ttps://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/immo- formes-urbaines-dans-le-monde-dapres.html
bilier-la-dynamique-de-hausse-enrayee-1238210
96
https://www.mediapart.fr/journal/france/050520/
84
https://www.lemoniteur.fr/article/crise-sani- dans-une-couree-lilloise-habitat-modeste-mais-mode-
taire-la-commercialisation-des-logements-stop- le-en-temps-de-confinement
pee-net-au-2e-trimestre.2100574
97
https://www.wedemain.fr/Le-Corbusier-des-concepts-
85
https://www.aefinfo.fr/depeche/635814 avant-gardistes-contre-les-epidemies_a4816.html
https://www.batiactu.com/edito/plan-relance-detail-
86
98
https://www.lesechos.fr/industrie-services/immo-
mesures-btp-reactions-acteurs-60144.php bilier-btp/coliving-habitat-partage-habitat-participa-
87
https://www.aefinfo.fr/depeche/634946-les-acteurs- tif-les-logements-post-coronavirus-en-quatre-ques-
du-logement-regrettent-l-absence-de-mesures-fortes- tions-1234607
pour-la-construction-neuve-dans-le-plan-de-relance 99
https://www.institutparisregion.fr/amenage-
88
https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/634702 ment-et-territoires/chroniques-des-confins/quelles-
formes-urbaines-dans-le-monde-dapres.html
89
https://www.franceculture.fr/societe/la-bombe-a-re-
tardement-du-logement
100
Il s’agit de penser l’espace-temps de la ville “en
termes de flux plus que de stocks, de temps plus que
90
https://www.arte.tv/fr/videos/099691-004-A/la-co- d’espace, de temporaire plus que de définitif” comme
vid-19-et-les-loyers-parisiens-desintox/ l’indique L.Gwiazdzinski in Eloge de la chronotopie, Pour
un urbanisme temporel et temporaire. Revue de la Fé-
91
https://www.nytimes.com/2020/08/18/nyregion/
dération Suisse des Urbanistes, 2013, pp.7-10.https://
nyc-vacant-apartments.html
halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00957096
92
https://www.nytimes.com/2020/08/18/nyregion/
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/26/
101
nyc-vacant-apartments.html
coronavirus-des-logements-mis-a-disposition-des-soi-
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/09/16/
93 gnants_6034503_3224.html
emmanuelle-wargon-je-suis-favorable-a-l-encadre- 102
https://www.apur.org/fr/nos-travaux/locations-
ment-des-loyers_6052395_3224.html
meublees-touristiques-paris-situation-2020-compa-
94
L’urbanisme des communs s’inscrit dans un mouve- raison-sept-autres-grandes-villes
ment contemporain de retour aux « communs » prôné
par des économistes (Elinor Ostrom, Gaël Giraud…). https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/16/
103

Ces modes d’habiter considèrent certains espaces coronavirus-les-sites-de-location-touristiques-


extérieurs comme des communs ce qui fait écho à un contraints-de-se-reorienter-vers-les-baux-longue-
mode de gestion et d’usage qui était déjà présent dans duree_6036803_3224.html
certaines cités-jardins. Le concept de communs met en 104
https://www.aefinfo.fr/depeche/636778
avant la gestion raisonnée de ressources limitées, ici le
foncier et l’immobilier, par les personnes concernées 105
https://www.lemonde.fr/m-perso/ar-

Le logement face à la Crise Sanitaire


13

ticle/2020/09/11/comment-les-citadins-ont-retreci-la-
ville_6051839_4497916.html
106
Cette notion a été développée par l’urbaniste Car-
los Moreno et la chair ETI de l’Université Paris Pan-
théon-Sorbonne.Elle a été largement reprise ensuite :
https://www.lagazettedescommunes.com/684146/la-
ville-du-quart-dheure-offre-un-rythme-de-vie-apaise/
107
https://www.cerema.fr/fr/actualites/impact-crise-co-
vid-19-amenagement-questionnaire-cerema.

Directrice de la publication :
Hélène Peskine
Comité de pilotage :
Bénédicte Bercovici, Emmanuelle Durandau, Carole Jovignot, Bertrand Vallet
Rédaction :
Emmanuelle Gangloff, Hélène Morteau
Septembre 2020
www.www.urbanisme-puca.gouv.fr - https://wakelet.com/@PUCA_veillecovid19
Twitter : @popsu_puca

Note d’analyse n°3 | octobre 2020

Vous aimerez peut-être aussi