Vous êtes sur la page 1sur 20

Projet 1

Intention communicative : Exposer pour donner des informations.


Objet d'étude : La vulgarisation scientifique.
Séquence 1 : Résumer à partir d’un plan détaillé.

Activité de l’oral :
Objectifs : - développer l’écoute.
- identifier les thèmes du texte écouté.
- repérer la visée explicative du texte écouté.

Support : texte à faire écouter aux élèves :

? Que mangent les plantes

Les plantes vertes absorbent des matières minérales qu’elles puisent dans le sol avec
leurs racines, ou dans l’air grâce à leurs feuilles et à la chlorophylle.
Les champignons qui n’ont pas de feuilles, ni de chlorophylle, doivent trouver une
partie de leur nourriture dans des déchets d’êtres vivants : excréments, feuilles mortes,
bois mort, fruits pourris.
Les matières minérales indispensables aux plantes sont l’eau, l’oxygène et le gaz
carbonique, et des composés minéraux qui se trouvent dans la terre, comme des nitrates,
des phosphates, des sulfates qui sont des combinaisons chimiques d’azote, de phosphate,
de soufre, d’oxygène et de métaux.

1. Lecture sans prise de notes :

.Ecoute attentive : Demander aux élèves de bien écouter le texte

 Quel est le thème traité dans ce texte ? De quoi nous parle ce texte ?

► Le thème traité dans le texte est : les plantes et ce qu’elles mangent. Le texte nous parle
des plantes et de ce qu’elles mangent.

2. Lecture avec prise de notes :

Demander aux élèves de prendre des notes au fur et à mesure qu’ils écoutent le texte.
3. Questions de compréhension :
 De quelles matières ont besoin les plantes vertes ? Quelle sont les matières que les plantes
vertes absorbent ?
► Les plantes vertes ont besoin de matières minérales. Les plantes vertes absorbent les
matières minérales.

 Où trouvent-elles ces matières et grâce à quoi les absorbent-elles ? Où puisent-elles ces


matières et en utilisant quel moyens ?
► Elles trouvent (puisent) ces matières dans : - le sol ;
- l’air.
Elles les absorbent grâce aux : - racines (le sol) ;
- feuilles et au chlorophylle (l’air).

 En quoi les champignons sont différents des plantes vertes ? Qu’est ce qui différencie les
champignons des plantes vertes ? Quelles est la différence entre les champignons et les
plantes vertes ?
► Les champignons sont différents des plantes vertes dans le fait qu’ils n’ont pas de
feuilles ni de chlorophylle.  

 De quoi se nourrissent les champignons ? Où trouvent-ils leur nourriture ?


► Les champignons se nourrissent (en partie) des déchets d’êtres vivants.

 Quels sont ces déchets ?


► Ces déchets sont : des excréments, des feuilles mortes, du bois mort et des fruits
pourris.

 Quelles sont les matières minérales indispensables aux plantes ?


► Les matières minérales indispensables aux plantes sont l’eau, l’oxygène et le gaz
carbonique, et des composés minéraux.

 Ce texte vise à : a- décrire des plantes,


b- raconter l’évolution des plantes à travers l’histoire,
c- expliquer de quoi se nourrissent les plantes.
d- citer les avantages des plantes.
Quelle est la bonne réponse ?

► Ce texte vise à : expliquer de quoi se nourrissent les plantes.

Projet 1
Intention communicative : Exposer pour donner des informations.
Objet d'étude : La vulgarisation scientifique.
Séquence 1 : Résumer à partir d’un plan détaillé.

Activité de lecture : a/ compréhension


Objectif : Lire et comprendre le texte.

Support : « La terre et l’eau douce » (p. 29 manuel de 1°AS “ Lettres ” )

   

A/ Observation globale + hypothèses de sens :

 Observez la page 29. Quels sont les éléments périphériques qui la composent ?

® Les éléments périphériques qui composent cette page sont :


- un titre : La Terre et l’eau douce.
- un texte constitué de trois (3) paragraphes.
- Les références : - le nom de l’auteur du texte : I. Asimov
- La source du texte : L’univers de la science.
- la maison d’édition : InterEditions.

 D'après ces éléments, plus particulièrement le titre, de quoi parle-t-on dans ce texte ? Quel
est le thème traité dans le texte ?

® D'après ces éléments, plus particulièrement le titre, dans ce texte, on parle de :
- l’eau douce
- la terre
- la science

B/ Lecture silencieuse :
Vérification des hypothèses de sens.

C/ Lecture magistrale :

a D’après la source, de quel type de texte s’agit-il ?


® D’après la source, il s’agit d’un texte scientifique.  

b Dans le texte on parle d’un problème, lequel ?


® Le problème dont on parle dans le texte est : le manque d’eau douce : il n’y aura pas
assez d’eau douce pour tout le monde d’ici peu (dans le prochain avenir).
D/ Lecture-exploitation :

Régions glaciaires : pôle n. et p.s. non salée : eau des rivières...


renvoie à quoi ?
er
1 §:

3% seulement de toute l’eau présente sur Terre est de l’eau douce, cela fait tout de même
10 millions de mètres cubes par personne. Toutefois, les trois quarts de cette eau sont
inutilisables, étant stockés dans les calottes glaciaires permanentes qui couvrent 10% de la
terre ferme. Finalement, l’eau douce liquide disponible sur Terre représente 3 millions de
mètres cubes par personne et se renouvelle constamment grâce à la pluie, à la cadence de
plus de cent mille mètres cubes par personne et par an. Comme c’est à peu près soixante
quinze fois la consommation moyenne, on pourrait croire qu’il n’y a pas de problème. ?
renvoie à quoi ?
quantité moy. d’eau douce utilisée /personne mot qui s’oppose à liquide ?

1 La quantité d’eau douce sur Terre est-elle relativement importante ? Justifiez votre
réponse.
® La quantité d’eau douce sur Terre n’est pas, relativement, importante.
Justification : «3% seulement de toute l’eau présente sur Terre est de l’eau douce. »

2 « Les trois quarts de cette eau (eau douce) sont inutilisables. » Pourquoi ?
® Les trois quarts de cette eau (eau douce) sont inutilisables parce qu’ils sont stockés
dans les calottes glaciaires permanentes.

3 « Comme c’est à peu près soixante quinze fois la consommation moyenne … »
A qui revoie le pronom souligné ?
® Le pronom souligné (c’) renvoie à l’expression : plus de cent mille mètres cubes par
personne et par an.

4 D’après le 1er §, cette quantité d’eau douce (plus de 100.000 m3/personne) est-elle
suffisante : y a-t-il assez d’eau douce pour la consommation moyenne ?
Justifiez votre réponse.
® D’après le 1er §, cette quantité d’eau douce (plus de 100.000 m3/personne) est suffisante : il
y a assez d’eau douce pour la consommation moyenne.

Justification : « Comme c’est à peu près soixante quinze fois la consommation moyenne,
on pourrait croire qu’il n’y a pas de problème. »

2ème § :
? : pluie
Mais la plus grande partie de la pluie tombe sur l’océan ou – sous forme de neige – sur les
calottes glaciaires. De celle qui tombe sur la Terre, une bonne partie retourne à la mer sans
être utilisée. Une autre partie est pratiquement inutilisable dans le bassin de l’Amazonie. La
population s’accroît constamment et pollue sans relâche les réserves d’eau douce qui
existent. Aussi, d’ici peu, manquera-t-on d’eau douce. = mot (§2) : constamment
prochainement
polluer, pollution

5 L’articulateur “Mais” introduit-il une idée qui confirme celle donnée dans la dernière partie
du 1er § ou au contraire qui est différente de celle-ci ? Quelle est cette idée ?
® L’articulateur “Mais” introduit une idée qui est différente de celle donnée dans la dernière
partie du 1er §. Il s’agit du problème du manque d’eau douce dans l’avenir prochain.

6 « Aussi, d’ici peu, manquera-t-on d’eau douce. », s’agit-il d’une conséquence ou d’une
cause ? Quel est le mot qui le montre ?
® « Aussi, d’ici peu, manquera-t-on d’eau douce. », il s’agit d’une conséquence. Le mot qui
le montre est “Aussi”  

7 Combien de causes du manque d’eau douce sont citées dans ce § ?


® Cinq (5) causes du manque d’eau douce sont citées dans ce §.

8 Enumérez les causes du manque d’eau douce (citées dans le 2ème §) :
a. La plus grande partie de la pluie tombe sur l’océan,
b. ou sur les calottes glaciaires ;
c. De celle qui tombe sur la Terre, une bonne partie retourne à la mer sans être utilisée ;
d. Une autre partie est pratiquement inutilisable dans le bassin de l’Amazonie ;
e. La population pollue les réserves d’eau douce qui existent.

3ème § :
enlever le sel
On commence donc à chercher des solutions et on se tourne vers les océans. Les
méthodes de dessalement peuvent fournir de l’eau douce : on distille l’eau de mer en
recueillant par condensation l’eau évaporée, les matériaux dissous restant sous forme solide.
Idéalement, on peut utiliser à cet effet l’énergie solaire. On pense également à la possibilité
de remorquer des icebergs depuis des régions polaires jusqu’à des ports chauds et secs, où
la glace qui aurait survécu au voyage fournirait de l’eau douce.
montagnes de glaces

4 Complétez ce passage par des mots ou expressions du 3ème § :


« Dans . . . . . . . . . . . . . . . . . ., les signes qui composent les mots représentent des . . . . . .
et non pas des idées ou des . . . . . . . . »

® « Dans les écritures phonétiques, les signes qui composent les mots représentent des
sons et non pas des idées ou des mots. »

4ème § :
De multiples historiens présentent les Phéniciens comme les inventeurs de l’écriture
phonétique et comme les précurseurs des alphabets actuels (exceptant ceux d’Extrême-
Orient). Mais il est clair que cet événement ne peut être considéré comme unique et isolé :
diverses influences culturelles ont contribué à ce développement. L’écriture phénicienne
comporte 22 signes et se présente surtout sous la forme d’inscriptions lapidaires (portant
des signes séparés, non liés). Elle n’est pas seulement à l’origine des écritures sémitiques,
mais également de l’écriture grecque, d’où sortit l’écriture latine. Dans une phase ultérieure,
l’écriture araméenne commence à être liée, créant ainsi des intervalles entre les mots. De
cette écriture sont nés, entre autres, l’hébreu ancien, l’écriture syriaque et l’arabe
archaïque.

5 Qui sont considérés comme les inventeurs de l’écriture phonétique ?


® Ce sont les Phéniciens qui sont considérés comme les inventeurs de l’écriture phonétique. 

6 A quoi renvoient les expressions : « cet événement », «ce développement » et le pronom


“elle” dans le § 4 ?
® - Les expressions : « cet événement », «ce développement » renvoient au fait que les
Phéniciens sont les inventeurs de l’écriture phonétique et les précurseurs des
alphabets actuels.
- Le pronom “elle” renvoie à l’écriture phénicienne.

7 Complétez ce schéma à partir du § 4.

(Travail de groupes)

E. phénicienne

………………………
Ecritures sémitiques

………………………

Ecriture araméenne

………………………………
®
E. phénicienne

à l’origine de
E. grecque Ecritures sémitiques

d’où sortit

E. latine Ecriture araméenne

de cette écriture sont nés


Hébreu Syriaque Arabe

5ème § :
Il est intéressant de constater que le nom et la valeur phonétique des signes phéniciens
se sont conservés à travers le développement de l’écriture dans différentes langues :
(voir tableau p. 10 M. de 1°AS Lettres)

8 Que trouve-t-on dans la 1ère ligne de ce tableau et dans les colonnes qui le constituent ?

® Dans la 1ère ligne, on trouve les noms de plusieurs langues : le phénicien, l’arabe,
l’hébreu et le grec. Dans les colonnes, il y a les noms de plusieurs lettres et leurs
valeurs phonétiques dans ces différentes langues.

9 Que remarquez-vous ?

® On remarque que les lettres dans ces différentes langues ont le même nom et la
même valeur phonétique.

Synthèse de compréhension : (Travail de groupes)

A.► Dégagez le plan du texte :


1er § : L'invention de l’écriture.

2ème § : Les différents types d'écritures.

3ème § : La définition des écritures phonétiques.

4ème § : L’écriture phénicienne à l’origine de différentes écritures.

5ème § : Comparaison entre les lettres de l’écriture phénicienne et celles d’autres


écritures.

B.► Donnez un titre à ce texte :


- L’invention de l’écriture.
- Les écritures et leur développement.
- L’histoire des écritures.
-...
Activité de lecture : b/ Analyse du texte

Objectifs : - Dégager les caractéristiques du texte expositif.


- Savoir la visée (le but) du texte.

Questionnaire :
A/ observez :

a- « Les trois quarts de cette eau (eau douce) sont inutilisables, étant stockés dans les
calottes glaciaires permanentes »
b- « Les trois quarts de cette eau (eau douce) sont inutilisables parce qu’ils sont stockés
dans les calottes glaciaires permanentes »

B/ Que remarquez-vous ?

1 L'auteur est-il présent dans le texte ? Y a-t-il des pronoms personnels qui remplacent
l'auteur dans le texte ?
® L'auteur n'est pas présent dans le texte ? Il n'y a aucun pronom personnel qui
remplace l'auteur dans le texte.

A retenir :
L'auteur est absent dans le texte par souci d'objectivité. Il ne veut pas influencer le
lecteur.

2 « Il est clair » (§ 4), « Il est intéressant » (§ 5) :


- Dans ces expressions, le pronom “Il” remplace-t-il quelqu’un ou qqch. de particulier ?
- Comment appelle-t-on ces expressions ?
- Dans quel but l’auteur les utilise ?
® - Dans ces expressions, le pronom “Il” ne remplace aucune personne particulière.  
- On appelle ces expressions : des tournures impersonnelles.
- L’auteur les utilise dans le texte pour le rendre plus objectif.

3 Quelles sont les différents signes de ponctuation utilisés dans le texte ?

® Les différents signes de ponctuation utilisés dans le texte sont :


la virgule (,) / le point (.) / les crochets ([ ]) / les deux points (:) / les tirets (- … -)

4 a) Complétez ce tableau à partir du texte :

énumération
Explication

Exemples
Définition
Reformu-
Précision
Passages du texte

lation
(hindou, éthiopien) / (arabe, hébreu) x
… les sons … ou (phonèmes) x
Les écritures phonétiques x
correspondent à une analyse … (§3)
Deux groups se sont constitués … x
situation géographique : d’une part les
écritures phonétiques … (§2)
… (exceptant ceux d’Extrême-Orient) x
… entre autres, l’hébreu ancien, x
l’écriture syriaque et l’arabe archaïque.
4 b) Les informations données dans ces passages (voir tableau) sont-elles très importantes
et essentielles ou plutôt moins importantes et d’ordre secondaire dans le texte ?
® Les informations données dans ces passages sont moins importantes et d’ordre
secondaire dans le texte (Elles ne sont pas indispensables).

 
5 Relevez dans le § 4 les mots ou expressions relatifs à l’idée de filiation (liaison de choses
résultant les unes des autres) : (se référer au dernier schéma)
à l’origine de / d’où sortit / créant / de . . . sont nés

6 Relevez le champ lexical de l’écriture :


écritures iconiques / écritures phonétiques / hiéroglyphes / idéogrammes /
syllabiques / consonantiques / voyellée / grec / latin / arabe / hébreu / phonèmes /
alphabet / inscriptions lapidaires / mots / signes phéniciens / langues . . .

7 Quels sont les paragraphes qui ne sont pas indispensables à la compréhension globale
du texte ?
® Les paragraphes qui ne sont pas indispensables à la compréhension globale du texte sont :
le § 3 (définition des écritures phonétiques) et le § 5 (comparaison entre les noms et
valeurs phonétiques des lettres de différentes langues) .

8 Quelle est la visée (le but) de ce texte ?

® La visée (le but) de ce texte est :

Exposer des faits (donner des informations, délivrer des connaissances) d'une manière
objective et simplifiée pour faciliter leur compréhension.

A retenir :

On appelle ce type de texte : texte expositif (ou explicatif)

Projet 1

Intention communicative : Exposer pour donner des informations.


Objet d'étude : La vulgarisation scientifique.
Séquence 1 : Résumer à partir d’un plan détaillé.

Activité de langue : Lexique « Les procédés explicatifs »


Objectifs : - Savoir identifier les différents procédés explicatifs.
- Savoir la ponctuation et les différents verbes ou expressions
utilisés dans ces procédés.

A/ Rappel :
Les procédés explicatifs déjà vus dans le texte étudié sont : l’explication, la définition, la
reformulation, l’illustration (donner des exemples) et l’énumération. Il y en a d’autres :

Exercice 1 :
Reliez par une flèche chaque procédé à sa définition :
Procédés Définitions
- dénomination - décrire les constituants
- analyse - nommer l’objet
- caractérisation - préciser l’usage
- comparaison - indiquer les traits spécifiques
- fonction - examiner les ressemblances et les
différences entre deux choses.

Exercice 2 :

A/ Quels sont les procédés explicatifs utilisés dans les énoncés suivants :
1. Le squelette est la charpente du corps de l’homme et des animaux. …………………
2. Les catastrophes naturelles comme les tsunamis font beaucoup de dégâts. ………………
3. La “ Une”, autrement dit la première page d’un journal, regroupe les grands titres de
celui-ci. ………………..
4. Dans la greffe végétale, la plante servant de support est appelée porte-greffe, la partie de
plante greffée porte le nom de greffon. ……………………..
5. Chez l’homme, le système digestif est constitué de plusieurs organes : œsophage,
estomac, intestins. ……………….. / …………………… / …………………….
6. L’ordinateur sert à exécuter un ensemble de tâches telles que les calculs, le dessin, les
jeux, la musique, …etc. …………………….. / …………………….. / ………………………...
7. Le tabagisme désigne un ensemble de troubles physiologiques et psychiques provoqués
par l'abus du tabac. ………………………

B/ Relevez les mots, expressions ou ponctuations qui ont servi à mettre en évidence ces
procédés explicatifs ainsi que ceux déjà étudiés. Classez-les dans le tableau suivant :

Définition Illustration Reformulation Dénomination Fonction Analyse


(exemples)

Correction :

Exercice 1 :
Relions par une flèche chaque procédé à sa définition :

Procédés Définitions

- dénomination - décrire les constituants


- analyse - nommer l’objet
- caractérisation - préciser l’usage
- comparaison - indiquer les traits spécifiques
- fonction - examiner les ressemblances et les
différences entre deux choses.

Exercice 2 :

A/ Déterminons les procédés explicatifs utilisés dans les énoncés suivants :

1. Le squelette est la charpente du corps de l’homme et des animaux. (définition)


2. Les catastrophes naturelles comme les tsunamis font beaucoup de dégâts. (illustration)
3. La “ Une”, autrement dit la première page d’un journal, regroupe les grands titres de
celui-ci. (reformulation / fonction)
4. Dans la greffe végétale, la plante servant de support est appelée porte-greffe, la partie de
plante greffée porte le nom de greffon. (dénomination)
5. Chez l’homme, le système digestif est constitué de plusieurs organes : œsophage,
estomac, intestins. (analyse / illustration / énumération)
6. L’ordinateur sert à exécuter un ensemble de tâches telles que les calculs, le dessin, les
jeux, la musique, …etc. (fonction / illustration / énumération)
7. Le tabagisme, qui tue des millions de personnes chaque année, désigne un ensemble de
troubles physiologiques et psychiques provoqués par l'abus du tabac. (définition)
(présision)
B/ Relevons les mots, expressions ou ponctuations qui ont servi à mettre en évidence ces
procédés explicatifs ainsi que ceux déjà étudiés. Classons-les dans le tableau suivant :

Définition Illustration Reformulati Dénomination Fonction Analyse


(exemples) on
-correspondre -deux points (:) -ou -être appelé servir à -être
à -parenthèses (…) -autrement -porter le constitué de
-être -comme dit nom de
-désigner -tel que

Il y en a d’autres (à retenir) :

-consister -par exemple -en d’autres -être nommé jouer le -être composé de
à (en) -ainsi termes -être dit rôle de -être formé de
-signifier -c’est-à-dire -s’appeler -se composer de
-se nommer

Projet 1

Intention communicative : Exposer pour donner des informations.


Objet d'étude : La vulgarisation scientifique.
Séquence 1 : Résumer à partir d’un plan détaillé.

Activité d’écriture : A/ Préparation à l’écrit :

Objectif : entraîner les apprenants à contracter des paragraphes.

Support : texte p. 18 du manuel de 1°AS Lettres : « Le langage de l’image »

Travail de groupes :
1. Observez attentivement ce § puis lisez-le.
2. Soulignez tous les éléments secondaires (reformulations, précisions, illustrations,
définitions… etc.)
3. Contractez ce § en supprimant ces éléments secondaires (regroupez les éléments
restants en une seule unité, en un seul bloc.)

1er § :
précision reformulation

L’image, preuve apparemment tangible de la réalité, est bien souvent trompeuse. On


peut lui faire dire facilement le contraire de la réalité fixée sur la pellicule, au moment
de la prise de vue (qui est déjà un choix, une limitation). Le traitement de la photographie
va rendre multiple les significations possibles d’un même document. Trois techniques
principales sont à retenir : définition

- le cadrage : mise en valeur d’une partie d’un cliché, en éliminant les autres parties
on peut en changer la signification.
Exemples
- la retouche : transformation d’un visage, éliminer un arrière plan, etc. on peut aussi
“détourer” une partie d’un cliché pour ne garder par exemple qu’une silhouette.
- la légende : les exemples abondent de photographies d’agences, publiées dans
différents quotidiens le même jour, et dont les légendes transforment radicalement la
signification. C’est la légende – et l’article accompagnant la photo – qui donne tout son
sens à l’image. Exemples

Résultat à obtenir :

L’image est bien souvent trompeuse. Le traitement de la photographie va rendre multiple


les significations possibles d’un même document. Trois techniques principales sont à retenir :
le cadrage, la retouche et la légende.

Travail individuel :

De la même façon, contractez le 2ème § du même texte (p. 18) :


(Faites attention : il y a un articulateur très important à ne pas supprimer)

2ème § :

reformulation précision précision

L’image de presse – et en premier lieu la photographie – n’est pas un accessoire. Elle


est bien souvent information autant qu’illustration. […]. Elle s’adresse à la sensibilité, elle
provoque le choc psychologique, alors que l’écrit s’adresse principalement à la raison.
Ainsi les photos d’accidents meurtriers, d’atrocités des guerres, de catastrophes sont
parfois aussi parlantes qu’un long article.

Illustration articulateur
Résultat à obtenir :

L’image de presse n’est pas un accessoire. Elle est bien souvent information autant
qu’illustration. Elle s’adresse à la sensibilité alors que l’écrit s’adresse à la raison.

Projet 1

Intention communicative : Exposer pour donner des informations.


Objet d'étude : La vulgarisation scientifique.
Séquence 1 : Résumer à partir d’un plan détaillé.

Activité d’écriture : B/ Expression écrite :

Objectif : Amener les apprenants à contracter un court texte en


réinvestissant tous ce qu’ils ont appris dans cette séquence.

Support : texte p. 22 du manuel de 1°AS Lettres :


Toute communication a pour but la transmission d’un message. Il existe de nombreux
types de communications : des individus peuvent communiquer entre eux par le code Morse,
par l’écrit, les gestes, le téléphone, etc., une entreprise, une administration peuvent
communiquer avec leurs membres par l’intermédiaire de circulaires, d’affiches, de messages
radiodiffusés ou télévisés. […]

On désigne par le terme de bruit tout ce qui affecte à des degrés divers la transmission du
message : voix trop basse ou couverte par de la musique, manque d’attention du récepteur,
etc. Le bruit n’est pas seulement une perturbation sonore ; le terme s’applique aussi bien à la
communication visuelle (une tache sur une feuille de papier ou sur un écran, une faute de
frappe sont des bruits) qu’aux autres types de communication. Le bruit peut provenir du canal
de communication (parasite divers), de l’émetteur ou du récepteur, du message
(insuffisamment clair) ou du code (mal adapté au message).

Consigne :

Résumez ce texte en le contractant par suppression de tout ce qui n’est pas indispensable.

Quelques recommandations à suivre :

1. Déterminez les éléments secondaires dans le texte : illustrations, définitions, précisions,


etc.
2. Soulignez ces éléments pour les supprimer par la suite.
3. Réécrivez le texte restant en un seul paragraphe.

1ère étape à suivre : souligner puis supprimer les éléments secondaires :

Toute communication a pour but la transmission d’un message. Il existe de nombreux


types de communications : des individus peuvent communiquer entre eux par le code Morse,
par l’écrit, les gestes, le téléphone, etc., une entreprise, une administration peuvent
communiquer avec leurs membres par l’intermédiaire de circulaires, d’affiches, de messages
radiodiffusés ou télévisés. […]

On désigne par le terme de bruit tout ce qui affecte à des degrés divers la transmission du
message : voix trop basse ou couverte par de la musique, manque d’attention du récepteur,
etc. Le bruit n’est pas seulement une perturbation sonore ; le terme s’applique aussi bien à la
communication visuelle (une tache sur une feuille de papier ou sur un écran, une faute de
frappe sont des bruits) qu’aux autres types de communication. Le bruit peut provenir du canal
de communication (parasite divers), de l’émetteur ou du récepteur, du message
(insuffisamment clair) ou du code (mal adapté au message).
2ème étape : reconstituer le texte en le réécrivant en un seul § :

Toute communication a pour but la transmission d’un message. Il existe de nombreux types
de communications. Le bruit n’est pas seulement une perturbation sonore ; le terme
s’applique aussi bien à la communication visuelle qu’aux autres types de communication. Le
bruit peut provenir du canal de communication du message ou du code.

Projet 1

Intention communicative : Exposer pour donner des informations.


Objet d'étude : La vulgarisation scientifique.
Séquence 1 : Résumer à partir d’un plan détaillé.

Fait poétique :
Objectif : - Entraîner les apprenant à la lecture correcte d’un poème.
- Se familiariser avec la forme d’un texte poétique.

Support : « A un oisif » : poème de Thomas.

A un oisif

Les hommes t’ont servi même avant ta naissance


Ils t’ont créé des lois et bâti des remparts ;
De vingt siècles unis la lente expérience
T’a préparé les arts.

La maison qui te couvre et qui te sert d’asile,


Le pain qui te nourrit tes plaisirs, tes besoins
Tout impose à ton cœur le devoir d’être utile
Tout réclame tes soins.

Ta patrie aux vertus a formé ton enfance,


Les ministres des lois te font des jours heureux ;
Les guerriers pleins de sang meurent pour ta défense :
Et que fais-tu pour eux ?

THOMAS

oisif : qui n'exerce pas de profession : désœuvré, inactif, inoccupé

A/ Observation globale :

 Observez ce texte. De quel genre de document s’agit-il ?


® Ce texte est un poème, un texte poétique.

 D'après le titre, l’auteur (le poète) s’adresse à qui ?


® D'après le titre, l’auteur (le poète) s’adresse à un oisif ou à tous les oisifs en général :
ceux qui ne font rien.
B/ Lecture magistrale :

 Dans ce poème, l’auteur :


a) nous raconte la vie des oisifs,
b) se plains des oisifs,
c) incite les oisifs à être utile.
Quelle est la bonne réponse ?

® Dans ce poème, l’auteur incite les oisifs à être utile.

C/ Lecture-exploitation :

travailler pour qqun ou une institution

Les hommes t’ont servi même avant ta naissance


Ils t’ont créé des lois et bâti des remparts ; murailles de
De vingt siècles unis la lente expérience défense
T’a préparé les arts.

1 De quelle manière les hommes ont servi l’oisif avant même sa naissance ?
® Les hommes ont servi l’oisif avant même sa naissance :
- en lui créant des lois,
- en lui bâtissant des remparts ;
- la lente expérience de vingt siècles lui a préparé les arts.  

La maison qui te couvre et qui te sert d’asile, lieu de refuge,


Le pain qui te nourrit tes plaisirs, tes besoins de protection
Tout impose à ton cœur le devoir d’être utile
Tout réclame tes soins.

2 Relevez les phrases dans lesquels l’auteur incite l’oisif à travailler, à faire des efforts ?
® Les phrases dans lesquels l’auteur incite l’oisif à travailler, à faire des efforts sont :
- Tout impose à ton cœur le devoir d’être utile
- Tout réclame tes soins.

3 Relevez dans ces phrases les mots qui montrent que l’oisif est incité à l’action avec une
certaine obligation.
® Les mots qui montrent que l’oisif est incité à l’action avec une certaine obligation, dans ces
phrases, sont : impose – devoir – réclame

pays où l’on est né

Ta patrie aux vertus a formé ton enfance,


Les ministres des lois te font des jours heureux ;
Les guerriers pleins de sang meurent pour ta défense :
Et que fais-tu pour eux ?

4 Qui est désigné par le pronom “eux”  dans cette partie ?


® Dans cette partie, le pronom “eux”  désigne : la patrie, les ministres et les guerriers.

5 « Et que fais-tu pour eux ? », dans cette phrase, l’auteur :


- pose une question à l’oisif pour lui demander des informations.
- blâme indirectement l’oisif parce qu’il ne fait rien pour être utile aux autres.

® « Et que fais-tu pour eux ? », dans cette phrase, l’auteur :


- blâme indirectement l’oisif parce qu’il ne fait rien pour être utile aux autres.

Synthèse :

Complétez cet énoncé par des expressions que vous trouverez dans le texte :

 « Les hommes, les ministres, les guerriers, etc., …………………. alors c’est à ton tour de
…………………..

® « Les hommes, les ministres, les guerriers, etc., t’ont servi alors c’est à ton tour d’être
utile. »

Vous aimerez peut-être aussi