Vous êtes sur la page 1sur 30

Aspect général sur la construction souterraine

Partie I

ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE

19
Aspect général sur la construction souterraine

Chapitre I

Constructions souterraines

20
Aspect général sur la construction souterraine

Table des matières

I. ASPECT GÉNÉRAL SUR LA CONSTRUCTION SOUTERRAINE.................................................. 22


I.1. INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 22
I.2. CLASSIFICATION DES OUVRAGES SOUTERRAINS ...................................................................................... 22
I.3. TECHNIQUES DE CONSTRUCTIONS DES OUVRAGES SOUTERRAINS ............................................................ 23
I.4. TECHNIQUES DE CREUSEMENT ................................................................................................................. 23
I.5. TUNNELIERS ET BOUCLIERS. .................................................................................................................... 24
I.5.1. Etude historique ............................................................................................................................ 24
I.5.2. Description générale ..................................................................................................................... 25
I.6. CONCLUSIONS ......................................................................................................................................... 28
II. MOUVEMENTS DE SOL LORS DU CREUSEMENT D’UN TUNNEL ............................................ 29
II.1. INTRODUCTION ................................................................................................................................... 29
II.2. MOUVEMENTS DE SOL DUS AU CREUSEMENT ...................................................................................... 29
III. PHASES DE CREUSEMENT.................................................................................................................. 30
III.1. TASSEMENT EN SURFACE .................................................................................................................... 33
III.2. MOUVEMENT HORIZONTAL ................................................................................................................. 34
IV. MÉTHODES DE PRÉDICTIONS DU TASSEMENT........................................................................... 37
IV.1. MÉTHODES EMPIRIQUES ET SEMI-EMPIRIQUES .................................................................................... 37
IV.1.1. Estimation de « i »......................................................................................................................... 38
IV.1.2. Estimation de Smax ......................................................................................................................... 39
IV.1.3. Relation entre le déplacement en clef de tunnel et le tassement en surface .................................. 40
IV.1.4. Détermination empirique des volumes de sol en mouvement........................................................ 40
IV.2. MÉTHODE ANALYTIQUE ...................................................................................................................... 44
IV.3. MÉTHODES NUMÉRIQUES NON EMPIRIQUES ........................................................................................ 44
IV.3.1. Modélisation numérique du creusement........................................................................................ 45
V. CONCLUSIONS........................................................................................................................................ 48

21
Aspect général sur la construction souterraine

I. Aspect général sur la construction souterraine

I.1. Introduction

Les ouvrages souterrains constituent un domaine très important et en plein développement


depuis quelques décennies. De même l’extension des voies de communications (routes, voies
ferrées, parkings, voies navigables et réseaux divers) impose souvent des franchissements
difficiles, qui conduisent généralement à la construction en souterrain. Ces ouvrages
généralement sont construits à faible profondeur en particulier en milieu urbain.

I.2. Classification des ouvrages souterrains

Les ouvrages souterrains sont donc de types, d’usages et de dimensions très variées. Un
ouvrage souterrain est entièrement construit dans un massif de sol ou rocheux, et donc il
existera toujours une part inconnue dans la connaissance des sols et dans la prévision du
comportement entre des sols et des structures.
Les ouvrages souterrains se séparent en deux grandes familles (Mestat & al [1999]):

Les ouvrages de section plus ou moins régulière et de grande longueur (tunnels, galeries,
buses, tuyaux)
Les cavités souterraines et structures enterrées (usines et gares souterraines, parkings,
lieux de stockage)

La classification des ouvrages souterrains peut être présentée en fonction de différents


paramètres. Barton & al [1974] présente la classification des ces ouvrages en tenant compte
de la sécurité requise sous la forme suivante (Tableau 1):

Classe Descriptions
A Excavations minières à caractère temporaire
B Puits verticaux
Galeries hydrauliques,
C Collecteurs d’assainissement,
Galeries de reconnaissances et galerie pilotes.
Cavité de stockage.
Stations de traitement d’eau.
D
Tunnels routiers et ferroviaires sur axes secondaires.
Chambre d’équilibre et tunnels d’accès.
Usines souterraines (plus souvent hydroélectriques)
Tunnels autoroutiers.
E Tunnels ferroviaires sur axes principaux.
Galeries du métro
Abries de défense civile.
Centrales nucléaires souterraines
F Gares souterraines
Salles ouvertes au public (sports, spectacles).
Tableau 1 : Classification des ouvrages souterrains (Barton & al [1974])

D’autres classifications existent et sont présentées ci-dessous. Elles portent sur les conditions
naturelles dans lesquelles les ouvrages souterrains sont réalisés (Bouvard & al [1988]):

22
Aspect général sur la construction souterraine

Sol meuble ou roche.


Faible ou forte couverture.
Terrain hors nappe ou aquifère.
Contraintes naturelles normales ou élevées.

Les principaux problèmes dus à la construction des ouvrages souterrains sont :

le choix d’un site ;


la stabilité du terrain pendant les travaux, notamment au front du taille ;
la maîtrise des mouvements engendrés en surface par creusement, surtout lorsque
l’ouvrage est construit à faible profondeur ou à proximité d’autres structures ;
du type de soutènement et de revêtement à mettre en œuvre pour assurer la tenue des
parois à court terme et à long terme ;
les problèmes liés à l’entretien, la réparation , le comportement d’ouvrage pendant la
construction et puis au cours de l’exploitation.

I.3. Techniques de constructions des ouvrages souterrains

Nous allons nous intéresser aux ouvrages sans excavation en surface. Depuis une vingtaine
d’années des ouvrages souterrains sont construits à l’aide des nouvelles techniques introduites
sur les chantiers. Ces techniques permettent de réaliser des ouvrages souterrains dans des
terrains meubles et aquifères sans occasionner de désordres en surface.

I.4. Techniques de creusement

Une technique de creusement doit assurer l’abattage du terrain et sa stabilisation tout en


respectant des critères d’économie et de rapidité. Le Tableau 2 réunit les trois méthodes
actuelles les plus courantes, elles dépendent de la nature du terrain, des conditions
hydrologiques, du type de projet considéré.

Type de creusement Description des techniques


Technique de découpage utilisée en milieu
rocheux. Les ébranlements du massif
Creusement à l’explosif
peuvent être contrôlés par réglages des tirs
et par le prédécoupage du massif.
Creusement au tunnelier

L’abattage est effectué à l’aide d’une roue de


coupe munie de molettes (roches) ou de pics
(sols). Dans le cas des sols, le creusement
est réalisé à l’aide d’un « bouclier », assurant
la protection des parois de l’excavation entre
le front de taille et la partie revêtue de
l’ouvrage. La stabilité du front est alors
assurée par diverses techniques.

Creusement à attaque ponctuelle

23
Aspect général sur la construction souterraine

L’abatage peut être assuré par différents


moyens mécanisés ou non (pelle mécanique,
etc.), le creusement s’effectue en pleine
section ou en sections divisées.

Tableau 2 : Technique de creusement pour les ouvrages souterrains

La technique de creusement à l’explosif n’est appliquée que pour les terrains rocheux. Le
creusement a l’aide d’un tunnelier est destiné à creuser des galeries circulaires de diamètre
relativement limité (le diamètre maximal de la machine de creusement est de 14m), par contre
avec la technique du creusement par attaque ponctuelle la forme de cavité peut être très
variée, dans ce cas le creusement est effectué à l’aide d’un bras articulé.
Dans des sols «difficiles », c’est à dire lors de la présence de facteurs indésirables (sol à faible
consistance ou sol très compressible, ou très perméable) il faut améliorer les propriétés du sol.
Dans des sols à faible consistance le front de taille pourra être renforcé par boulonnage. Dans
les terrains aquifères, le massif de sol ou de roche peut être traité pour éviter de venues d’eau
pendant les travaux (rabattement des nappes, drainage ou injections).
Pour la construction des ouvrages souterrains en général on trouve les séquences suivantes :
creusement, marinage des déblais et puis pose du soutènement. Ces techniques sont
complètement mécanisées dans le tunnelier.

I.5. Tunneliers et boucliers.

I.5.1. Etude historique

La technique du bouclier n’est pas récente, l’idée de cette méthode est apparue au XIX siècle,
mais elle a fait l’objet d’importants développements au cours de ces derniers années. Cette
progression a d’abord eu lieu en Grande Bretagne et en Allemagne et puis surtout au Japon.
Bejui [1989] et Schlosser [1989] donnent quelques dates historiques sur ‘histoire de la
construction des tunnels :
Marc Brunel, ingénieur français qui a dut fuir a Angleterre à cause des idées royalistes
pendant la révolution française, construit a l’aide d’un bouclier manuel une galerie piétonne à
Londres sous la Tamise (1825-1843). La stabilité du front de taille est assurée par un
soutènement en bois, l’avancement est obtenu par des vérins à vis prenant appui sur le
revêtement en briques. Cet ouvrage a été nommé «La Tonnelle» qui plus tard en français sera
nommé « Tunnel »(Figure 1):

24
Aspect général sur la construction souterraine

Figure 1 : La Tonnelle à Londres en 1825

1897 : Premier bouclier à Chesterfield par Markam


1901 : Premier bouclier mécanisé Markam
1920-1930 : Boucliers cloisonnés développés en Grande Bretagne et en Allemagne
1936 : Premier bouclier ouvert avec abattage manuel, construit au Japon
1960 : Premier bouclier à boue bentonitique en Grande Bretagne
1974 : Premier bouclier japonais à pression de terre
1984 : Première utilisation du bouclier à pression de boue en France pour le métro de Lyon.

I.5.2. Description générale

Le tunnelier est une machine multifonction qui doit réaliser une cavité sans nuire au milieu
environnant. Elle assure l’abattage, le soutènement provisoire des parois latérales et du front
de taille pendant le creusement. Dans le terrain meuble et aquifère, le tunnelier est composé
d’un bouclier (virole métallique), résistant à la pression des terres, et qui sert de support aux
parties suivantes (Figure 2):
partie d’abattage ou outils de coupe (trousse coupante, blindage frontal)
partie de poussée et de pilotage (bloc moteur, vérins)
convoyeur évacuant les déblais
systèmes de contrôle et de mesure
partie de pose du revêtement (érecteurs, convoyeurs de voussoirs)

jupe

Figure 2 : Principales fonctions du tunnelier

25
Aspect général sur la construction souterraine

Lors des travaux de creusement d’un tunnel, il faut assurer à la fois la stabilité du terrain au
creusement, diminuer le tassement en surface en maintenant si besoin le chantier hors d’eau.
Il y a donc intérêt à perturber au minimum le champ de contraintes initiales dans le sol et
éviter le déconfinement latéral et vertical. La construction d’un tunnel demande une
connaissance détaillée du milieu à traverser tant du point de vue géologique que géotechnique
et hydrogéologique.
Pour cela le système du tunnelier est complété par l’application d’une pression au front de
taille et par l’injection d’un coulis de bourrage à l’arrière de la jupe destiné à remplir l’espace
annuaire laissé entre le terrain excavé et le revêtement. Il existe différents modes de
soutènement du front de taille, dans les massifs de faible résistance, l’avancement du tunnelier
est assuré par des vérins longitudinaux qui s’appuient sur le soutènement déjà installé en
général constitué de voussoirs en béton préfabriqués. On pourra classifier les fonctions du
bouclier en deux groupes principaux (Tableau 3):

Avancement Stabilisation
Abattage Soutènement du front
Evacuation des déblais Soutènement provisoire et
Poussée Propulsion définitif des parois latérales
Tableau 3 : Les fonctions du bouclier

Sur le chantier, l’utilisation d’un bouclier est devenue très courante mais dépend de plusieurs
critères comme la nature des terrains, la proximité de la surface, le mode de soutènement
utilisé. A partir de ces critères on distingue deux grandes catégories de bouclier :
• les boucliers ouverts, à front pressurisé ou non
• les boucliers fermés, à front pressurisé ou non.

Le Tableau 4 présente les différents types de bouclier existants :

Type de
Caractéristiques Schéma
bouclier
Description : Le creusement est généralement mécanisé
et l’avancement assuré par des vérins hydrauliques
Bouclier à s’appuyant sur le soutènement déjà installé à l’abri de la
front jupe du bouclier.
ouvert Utilisation : Réservé aux sols cohérents sans problèmes
de stabilisation du front de taille ou dans les roches
tendres.

Description : Cette technique est de moins en moins


Bouclier
utilisée. Le soutènement du front de taille est assuré par
«aveugle »
le tunnelier.
à pression
Utilisation : L’utilisation est limitée aux sols mous, très
mécanique
plastiques à fluides, sans possibilité de venues d’eau.

Description : Il fonctionne comme un bouclier à front ouvert, mais le soutènement du


Bouclier à
front par pression d’air permet le creusement dans des terrains meubles aquifères, les
air
outils d’abattage se situent dans la chambre.
comprimé
Utilisation : Sols à faibles perméabilités et suffisamment homogènes, fins.

26
Aspect général sur la construction souterraine

Description : Le soutènement du front de taille est


effectué par la pression de boue bentonitique dont la
circulation permet aussi d’évacuer les déblais. La boue
Bouclier à
forme un cake imperméable en équilibrant les forces
pression
exercées sur le front.
de boue
Utilisation : Applicable à une grande variété de terrains :
des argiles aux sables et graviers, sous une charge d’eau
de plusieurs mètres.

Description : Le soutènement du front de taille est


Bouclier à effectué par le confinement des déblais dans la chambre
pression d’abattage, qui se trouve entre le front et une paroi
de terre étanche. Utilisation : Cette technique nécessite un sol
suffisamment fluide et homogène.

Tableau 4 : Types de bouclier (d’après Mestat [1999])

Le choix du type de creusement pour chaque projet dépend des plusieurs critères qui sont
établis à partir des données géotechniques du site (la valeur de la cohésion du sol et celle de la
pression de l’eau) et à partir de données géométriques telles que la hauteur de recouvrement et
le diamètre du tunnel. Le schéma proposé par Briglia & al [1989] donne quelques éléments
pour sélectionner le type de tunnelier adapté à un projet déterminé (Figure 3) :

Sol cohérent
Cu>30kPa Ouvert

Sol granulaire Ouvert


avec cohésion

Sans Cu>30kPa
presion Ouvert
Sol granulaire d20>0.02mm
hydro.
sans cohésion
Aveugle ouvert
Cu<30kPa d20>0.02mm
Air comprimé
K<10-5ms-1
confinement-boue
D<6m
K>10-5ms-1
C/D>2 Confinement-boue
Sol cohérent D>6m Boue
Cu >30kPa
C/D<2 Boue

C/D>2 Boue confinement


Avec D>6m Boue confinement
pression Sol granulaire
hydro. avec cohésion C/D<2 K>10-5ms-1 Boue confinement
Cu >30kPa D<6m
Air comprimé
K<10-5ms-1
Boue confinement
Sol granulaire
Boue lourde
sans cohésion

C → hauteur de couverture D → diamètre du tunnel


Figure 3 :Choix d’un type de tunnelier (D’après Briglia & ai [1989])

27
Aspect général sur la construction souterraine

I.6. Conclusions

Cette partie est consacrée à la connaissance des modes de fonctionnement des tunnels, des
différentes techniques de creusement ainsi que des conditions dans lesquelles ces méthodes
sont applicables.
Le creusement à l’aide d’un bouclier est devenu de nos jours une technique très courante. Le
choix du bouclier dépend de différents critères tels que les conditions géologiques,
hydrogéologiques et géotechniques. Pour la détermination des caractéristiques du massif une
campagne de reconnaissances est nécessaire avant de débuter un projet. Le tableau présenté
par Mestat [1999] permet de déterminer le type de bouclier en fonction de la description de
l’appareillage et du type de terrain, ensuite en se référant à la classification de Briglia & al
[1989] selon les caractéristiques mécaniques du sol, le choix du bouclier peut être fait.

28
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

II. Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

II.1. Introduction

La construction du tunnel est un procédé complexe générant de nombreux événements dans le


sol. Au fur et à mesure de l’avancement du tunnel, la mise en place d’une structure rigide
permet de limiter les mouvements dans le massif et en surface. Ces mouvements peuvent être
très importants si le front de taille n’est pas suffisamment stable ou si le tunnel a une forte
interaction avec des ouvrages existants. Tous ces procédés demandent une analyse très
profonde et sophistiquée, Hudson [1976] propose trois méthodes de prévision du champ de
contraintes et de déformations :

Méthodes empiriques qui nécessitent de nombreuses caractéristiques et des mesures


détaillées sur le site urbain : type de sol, localisation des nivaux aquifères, méthode de
creusement du tunnelier. Ces techniques peuvent s’avérer très puissantes si les paramètres
observés in situ s’apparentent aux hypothèses émises pour le développement de ces
approches théoriques simplifiées.
Méthodes analytiques et numériques basées sur les trois approches :
1. Approche élastique
2. Solution basée sur des éléments finis
3. Approche stochastique, basée sur une distribution des tassements en surface par la
méthode de Gauss.
Méthodes expérimentales qui permettent de réaliser des essais en vraie grandeur ou bien
sur modèle réduit de tunnel.

II.2. Mouvements de sol dus au creusement

La réponse d’un massif aux sollicitations engendrées par le creusement d’un tunnel dépend
essentiellement de la nature du sol et de la technique de creusement. La construction par
excavation provoque un changement de l’état de contraintes et de déformations du massif et
induit des mouvements dans le sol et des tassements en surface. Le diagramme sur la Figure 4
présente la réponse du sol lors de sollicitation du massif :

Figure 4 :Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel.(Mestat [1999])

29
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Dans le cas de la pression appliquée au front avec un niveau de contraintes qui ne dépasse pas
la contrainte naturelle, le sol a tendance à se déplacer vers le front de taille. Ce phénomène est
observé pendant l’excavation à front ouvert (Figure 4a). Par contre l’excavation du tunnel
effectuée à l’aide d’un tunnelier à front pressurisé (qui permet d’avoir les meilleures
conditions de stabilité) la pression appliquée au front est plus grande que la contrainte dans le
sol. On constate un refoulement du massif vers la surface à l’avancement (Figure 4b). Ces
phénomènes ont été observés pendant le passage du bouclier lors du creusement à faible
profondeur. Par la suite le sol a tendance à se déplacer vers l’ouvrage afin de combler l’espace
annulaire entre la jupe, la paroi excavée et le soutènement du tunnelier.

II.3. Phases de creusement

La Figure 5 résume les quatre étapes de mouvement du sol par creusement du tunnelier :

1. Avant l’arrivée du bouclier et le


passage du front
2. Passage de la machine
3. Echappement de la jupe du
tunnelier et injection du coulis
4. Déformation du soutènement du
tunnel et consolidation du coulis

Figure 5 : Evolution du tassement de surface


(d’après Hashimoto [1997])

1) Avant l’arrivée de la machine :


Le tassement à l’axe du tunnel s’initie à partir d’une certaine distance en avant du bouclier. Le
temps de réponse du terrain est d’autant plus grand que l’ouverture est forte. Les tassements
de cette phase ne dépassent pas 2 mm sur le chantier de Vaise (Bernat [1996] ).

Passage du front :
Le sol a tendance à se déplacer vers la galerie à cause de la décompression des terrains au
front.
Le phénomène de tassement lié au passage du bouclier dépend essentiellement de la méthode
de soutènement du front. Les causes principales de mouvements sont les suivantes :
• Stabilité du front mal assurée
• Changement de direction lié au guidage du tunnelier

Chapeau [1991] constate un soulèvement millimétrique correspondant à la mise en pression


de l’air au front à chaque progression sur le chantier à Bordeaux. Le tassement lié à cette
phase correspond à 20-25% du tassement total.
Dans les recommandations données par l’AFTES (Leblais & al [1995]) le tassement
correspondant au passage du front de taille est de 10 à 20%.

30
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

La Figure 6 présente le tassement en surface en fonction du temps qui été suivie sur le
chantier de métro de Lyon. (Ollier [1997] ) :

Figure 6 : Evolution des tassements en fonction du temps ( Ollier [1997] )

2) Passage de la machine:

Le tassement lié au passage de la machine peut être provoqué d’après Bernat [1996] par:
• L’effet de la surcoupe (surépaisseur de la trousse coupante) et de la conicité de la
jupe
Le diamètre de la queue du tunnelier est souvent inférieur de 1 à 5 cm au diamètre de
la tête afin de limiter le frottement et faciliter le guidage.
• L’effet de la déformation du tunnelier
La rotation du bouclier autour de son axe et la deformabilité des parois latérales
peuvent également provoquer des mouvements de sol
• L’effet de la rugosité de la jupe
Le sol est mis en déplacement par l’avancement des parois latérales, il crée une
couronne de sol autour du tunnel et provoque un cisaillement du massif environnant.
• L’effet des vibrations.

3) L’échappement de la jupe du tunnelier et l’injection du coulis :

L’échappement de la jupe est souvent lié à l’existence d’un vide annulaire, le sol converge
vers le revêtement par un mouvement radial et a tendance à remplir les vides existants entre la
section excavée et la section revêtue.
L’injection du coulis dans les vides annulaires peut provoquer une recompression du sol
autour du tunnel (Figure 7). Le comportement du sol dépend essentiellement du mode
d’injection et de la qualité du coulis. Si la pression d’injection est supérieure à la pression
initiale on peut avoir un refoulement millimétrique, en revanche si la pression et la rigidité du
coulis sont trop faibles on provoque une augmentation du tassement.

31
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Figure 7 : Effets de l’injection du coulis(AFTES [1991])

Dans le cas du tunnel de Bordeaux l’injection de remplissage est réalisée à l’échappement de


la jupe de queue, derrière les voussoirs en fonte flexible, a l’aide d’un coulis très fluide. Sur le
chantier de Villejust l’injection de remplissage de la clef est incomplète ce qui conduit à une
zone d’expansion importante (de 1D à 1.5D) correspondant à la rupture du matériau en clef,
s’écoulant dans le vide annulaire.

4) Déformation du soutènement du tunnel et consolidation du coulis :


Lorsque le bouclier s’éloigne, le coulis injecté à l’arrière de la jupe entre les voussoirs et le sol
excavé se consolide, le tassement de cette phase est donc lié à la consolidation du coulis et
déplacement du sol. Le revêtement est mis en contact avec le terrain, et peut être la cause
d’une source de tassement supplémentaire en surface dans le cas d’un revêtement flexible.
Glossop [1977] présente le profil du tassement mesuré à long terme sur le chantier du tunnel
de Willington Quay (Figure 9). Les mesures sont faites au 23ième et au 504ième jour après la fin
des travaux. Le tassement observé au 504ième jour est plus profond et plus large.
O’Reilly [1991] a étudié le développement du tassement à long terme pendant les dernières
onze ans dans le tunnel de Grimsby, construit dans l’argile molle. La Figure 8 présente le
tassement en surface pendant le période de onze ans.

Figure 8 : Tassement en surface à long terme. Figure 9 : Tassement en surface à long terme.
Tunnel à Grimsby (d’après O’Reilly & al Tunnel à Willington Quay (d’après Glossop
[1991]) [1977])

Les recommandations de l’ AFTES [1999] proposent une répartition des tassements en


surface à court terme (qui comprend essentiellement les phases 2 à 4 définies à la figure 2), le
tassement est donné en % du tassement total en surface:

32
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

10 à 20% dus au front


40 à 50% dus à l’espace annulaire créé le long du bouclier
30 à 40% dus à l’échappement de la jupe

Les mesures de tassement ont été réalisées par Kanayasu [1994] au Japon à l’aide d’un
bouclier, et donnent la répartition suivante (d’après Dias [1999]):
34% au front
38% dus au passage du tunnelier
28% dus à l’échappement de la jupe

Pendant la construction du métro de Lille (d’après Shahrour [1999]) les tassements en surface
ont été observés pour trois phases de creusement :
15-35% au front
20-65% dus au passage du tunnelier
9-55% dus à l’échappement de la jupe

Les différences entre les trois citations sont liées aux différents modes de creusement et
notamment au phénomène de surcoupe.

II.4. Tassement en surface

Le tassement en surface se présente sous la forme d’une cuvette tridimensionnelle (Figure 10)
dont les dimensions dépendent du type du sol, de la proximité de la surface, du diamètre du
tunnel. Les tassements en surfaces sont symétriques par rapport à l’axe du tunnel. Les
tassements admissibles en surface pour le tunnel sont similaires à ceux admis pour les
fondations : de 25 à 40 mm pour le sable et 40 à 65 mm pour les argiles. Les mesures réalisées
sur les chantiers récents montrent que la valeur absolue des tassements est aujourd’hui de
l’ordre de 10 à 20 mm (AFTES [1995] ).

Figure 10 : Forme de cuvette de tassement en surface


(d’après Schlosser [1989])

La transmission des déplacements vers la surface s’effectue avec une amplitude et un


décalage dans le temps qui dépend des critères géotechniques, géologiques et géométriques du
projet. En se basant sur les observations in situ de Pantet [1991] on met en évidence deux
mécanismes de transmission des déplacements en surface : mécanisme primaire et mécanisme
secondaire.

33
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Figure 11 :Mécanisme primaire Figure 12 :Mécanisme secondaire

Le mécanisme primaire (Figure 11) se présente en forme d’une zone en déformation juste
au-dessus de l’excavation. Cette zone a une hauteur de l’ordre de 1D à 1.5D et une largeur qui
est égale à un diamètre. En revanche, si la profondeur est assez grande (C/D > 2.5) on note la
réduction de la transmission du tassement en surface.
Le mécanisme secondaire (Figure 12) peut avoir lieu juste après le mécanisme primaire si
la hauteur de couverture n’est pas très profonde (C/D < 2.5) un des conséquences consiste en
l’apparition d’un bloc rigide, limité par deux bandes de cisaillement. (AFTES [1999] ).

II.5. Mouvement horizontal

Les déplacements horizontaux se produisent dans le massif de sol pendant le creusement du


tunnel et peuvent être mesurés à l’aide d’un inclinomètre. Les mesures sont possibles dans
deux directions perpendiculaires (longitudinale et transversale). Les Figures 8 9 et 10
présentent les déplacements horizontaux pour trois phases de creusement dans des alluvions
très perméables par la technique du tunnelier à pression de boue. (Métro de Lyon, Chapeau &
al [1987] ). Les mesures ont été effectuées tous les 0,5m à partir de l’inclinaison d’un tubage
vertical scellé au terrain.
La Figure 13 montre le déplacement avant le passage du front de taille, on constate que la
déformation est très faible, cependant on remarque une déformation latérale d’un millimètre
vers l’extérieur au droit du tunnel. Le déplacement du terrain en dessous du tunnel est quasi-
zéro.
Après le passage du front (Figure 14) on remarque le mouvement du sol dans le tube I.3 vers
l’extérieur dans la coupe transversale qui correspond à 8 mm de déplacement au niveau du
tunnel et à 4 mm dans la coupe longitudinale vers l’avant. Ce phénomène est lié au bétonnage
du tunnel. Dans le tube I.1 le même effet apparaît plus tard.
La Figure 15 présente les déplacements pour la phase suivante qui correspond au bétonnage
du tunnel en arrière de la jupe. On observe un mouvement vers l’extérieur et vers l’avant dans
les deux tubes, en effet, le bétonnage sous pression sollicite le terrain en compression radiale,
de la même manière que le ferait un essai pressiométrique horizontal.
Les déplacements horizontaux du sol sont asymétriques, on constate que les mouvements dans
le sol sont toujours du type compression

34
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Déplacements Déplacements
longitudinaux transversaux

Figure 13 : En avant du front

Figure 14 : Après le passage du front

Figure 15 :Après le bétonnage

alors que le mouvement vertical final est du type décompression (tassement). (Chapeau
[1987])

Le mouvement dans une section transversale s’initiant autour du tunnel se propage vers la
surface en choisissant l’un des deux mécanismes : primaire ou secondaire (II.2). D’après une
synthèse des résultats des travaux effectués en chantier (17 sites) Hansmire et Cording [1975]
présentent une répartition des déplacements dans un massif du sol pendent le creusement d’un
tunnel. La Figure 16 montre les lignes d’isovaleurs de déplacements du chantier de métro de
Washington D.C. On observe les déplacements maximaux au niveau de la clef et ils
commencent à diminuer vers la surface. Le sol au-dessous du tunnel n’est pratiquement pas
perturbé. Des résultats similaires ont été obtenus par Pantet [1991] sur le chantier du métro de
Villejust en France, où un bouclier à pression de boue a été utilisé.

35
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Figure 16 :Répartition des déformations Figure 17 :Répartition des déformations


au sein du massif (d’après Hansmire & al [1977]) au sein du massif (d’après Pantet [1991])

La Figure 18 montre à partir des mesures in situ la position respective des zones d’expansion
et de compression créées par la construction d’un tunnel dans des sables.
Le mécanisme de déformation est représenté par les zones suivantes :

Resserrement significatif du terrain dans les zones latérales autour du tunnel


Zone de dilatance au-dessus du tunnel, limité par deux bandes de distorsion maximale.
Zone décomprimée en forme de dôme au-dessus de la clef
En surface, deux zones de compression.

Figure 18 :Répartition des déformations au sein


du massif (d’après Hansmire & al [1977])

La distribution des déformations dans un massif de sol dépend de la hauteur de couverture du


sol, si elle est insuffisante, 2 lignes de cisaillement se propagent jusqu’en surface. Ces
résultats ont été confirmés par les essais obtenus sur des modèles réduits dans des sols
différents. Mair [1981] a effectué des essais en centrifugeuse dans les milieux argileux et a
constaté des mouvements radiaux autour du tunnel. Al Abram [1999] et Adachi [1985] ont
travaillé sur des sols analogiques et constatent que plus la couverture du sol est grande et la
valeur maximale du déplacement observée en surface est moins importante.

36
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

II.6. Méthodes de prédictions du tassement

Afin de prédire des mouvements dans le sol engendrés par la construction du tunnel, les
méthodes de prévision dont dispose l’ingénieur en Géotechnique sont les suivantes :

Méthodes empiriques basées sur de nombreuses mesures détaillées (chantiers réels,


modèles réduits)
Méthodes analytiques qui utilisent les formulations analytiques basées sur les équations de
la mécanique.
Méthodes numériques

II.7. Méthodes empiriques et semi-empiriques

A partir d’un faible nombre de paramètres, les tassements en surface peuvent être estimés à
l’aide de ces approches. Ces méthodes permettent d’obtenir les tassements en tenant compte
de la dimension géométrique de l’ouvrage, de la profondeur de l’excavation, du type de sol,
de la localisation des niveaux aquifères. Ces méthodes sont très efficaces si les paramètres
observés in situ sont proches des hypothèses prises en compte dans les approches théoriques
simplifiées.
Marcos, en 1958, a pour la première fois appliqué une fonction gaussienne pour décrire le
profil de la cuvette de tassement, Peck [1968] au congrès de Mexico a ensuite proposé une
série de mesures de tassements de 14 tunnels creusés dans des sols plastiques saturées dont les
cuvettes de tassement étaient correctement décrites par une courbe de Gauss (Figure 19). La
formulation analytique se présente sous la forme suivante :
X 3i i

Courbure maximum
= d 2 S dx2 = 0446
. Smax / i 2
Point d’inflexion (x = i, S = 0.606Smax
⎡− x2 ⎤ pente maximum = dS/dx = 0606 Smax/i
S (x ) = S max exp ⎢ 2 ⎥ H Smax
Sx = Smax exp(− x2 2i 2 )
⎣⎢ 2i ⎦⎥
Courbure maximum
d 2 S Smax
= = 2
dx2 i
R

Figure 19 : Profil gaussien de la cuvette de surface


où :
x représente la distance au centre de la cuvette
S(x) tassement vertical à l'abscisse x
Smax tassement maximum en surface
i abscisse du point à partir de l’axe de symétrie verticale du tunnel

37
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Lc = 2.5.i
x Sx
i
Smax 0.61 Smax

C
H
β
D=2R

Figure 20 : Loi normalisée pour représenter la distribution


transversale des tassements (Peck [1969])

La cuvette de tassement est caractérisée par les expressions suivantes (Figure 20):

la demi largeur :Lc=2.5i


− i2
le rayon minimum de courbure : pour x=0
S max
la pente maximum : 0.606 Smax/i pour x=±i
le point de la courbure maximum : 0.223 Smax pour x = ±i 3

II.7.1. Estimation de « i »

La relation définissant la cuvette de tassement ne fait intervenir que les deux paramètres Smax
et i, lesquels suffisent en général à recaler la courbe de Gauss sur des mesures expérimentales.
Une base de données importante a été obtenue à partir des nombreux chantiers (Fermer
[1977], Attewell [1977], O’Reilly & al [1980] ) afin de pouvoir déduire des lois empiriques
reliant le paramètre « i » et des paramètres géométriques C, D, H en fonction du sol excavé.
Le Tableau 5 présente quelques formules qu’on trouve dans la littérature :

Auteurs Expression proposée Type de sol


Attewell [1977] i = 0,5 H argiles
Atkinson & Potts i = 0,25 (C + D) sable lâche sans surcharge
[1977] i = 0,25 (1,5 C + D) sable denses avec surcharge
Clough & Schmidt
i = 0,5 H0,8 D0,2 argiles
[1981]
i = 0,25 H ou i = 0,28 H - 0,1 sols granulaires
O'Reilly [1982]
i = 0,5 H ou i = 0,43 H + 1,1 sols argileux
Oteo & Sagaseta facteur correctif de 0,7 à 1,3
i = 0,525 H - 0,42 R
[1982] selon la nature du terrain
Sagaseta [1987b] i = 0,575 H argiles
Rankin [1987] i = 0,5 H en première approximation
i = 0,45 H argiles
Chapeau [1991]
i = 0,2 H sables
Mair & Tailor [1993] i = 0,175 H + 0,325 H (1- h/H) sols argileux
sable lâche à moyennement
Dyer & al [1996] i=0.29H
dense

38
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Al Abram [1998] i=0.15H+0.5D sol analogique


i=0.75h0.8D ou i=0.5H argile
Sagiyama [1999]
i=0.5h0.7D0.3 sable et gravier
D diamètre du tunnel ; H hauteur de la couverture du sol
Tableau 5 :Estimation de « i » à partire des relations empiriques

II.7.2. Estimation de Smax

Le tassement maximum Smax a été également déterminé en fonction des données


expérimentales, le Tableau 6 résume les différentes formules existantes dans la littérature :

Auteurs Formule proposée Remarques


1
Farmer [1977] D ⎛ kD ⎞ n
Attewell [1977] S max = ⎜ ⎟ k voisin de 10 et n de 0.67
1000 ⎝ H ⎠
Atkinson & al. ⎛ h⎞ k=0.13 argile surconsolidée
S max = S clé ⎜1 − k ⎟ k=0.4 sable sous forte contrainte
[1977] ⎝ D⎠ k=0.57 sable dense sous faible contrainte
γ D2 E module d’Young ν : coefficient de
Sagaseta [1980] S max = (0,85 − ν ) Poisson γ : poids volumique du sol
E
1 confirmé par Chapeau [1991] :
S max = S clé k=0.25 à 0.5 sol argileux
Oteo & al [1982] h
1+ k k=0.7 à 0.8 sol maintenu sans rupture
D k=1 à 2 sol granulaire frottant
1
k=9.35 n=0.41 argile raide plastique
R ⎛ kD ⎞ n
Poupelloz [1984] S max = D ⎜ ⎟ k=3.22n=0.078 argile plastique saturée
1000 ⎝ H ⎠ k=2.325 n=0.0574 sol granuleux
D D
S max = k S clé ou k=3 si 0.1< <0.25
2H 2H
CETU [1993] 0. 6
⎛ 2H ⎞ D
S max = 1.5⎜ ⎟ S clé k=2 si 0.33< <0.5
⎝ D ⎠ 2H
Vl D 2 où Vl =
4Vs
S max = 0.313 ou la perte de volume en % de
0 .5 H πD 2
Mair & al [1993] volume excavé du tunnel
Vs
S max = Vs le volume de la cuvette de tassement
i 2π en surface par mètre linéaire de tunnel
λR 2 k dépend de l’état de contraintes dans le
AFTES [1999] S max = kλ sol et de sa nature (k≈2)
E λ taux de déconfinement
Tableau 6 :Estimation de « Smax » à partir des relations empiriques

Souvent ces formules empiriques sont trop simplificatrices et donnent ainsi une valeur
supérieure à la valeur mesurée. Par exemple Bernat [1995] a utilisé les résultats du chantier de
Vaise pour confirmer la méthode de Farmer [1977] et Poupelloz [1984] et elle a trouvé une
différence dans les résultats de l’ordre de 300% pour des sols argileux. Ces formules ne sont
valables qu’à court terme et surtout ne tiennent pas compte de la technique de creusement.

39
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Dans la pratique il faut utiliser des méthodes empiriques plus ou moins guidées par les
approches analytiques ou par les calculs par élément finis et ensuite les caler sur les courbes
expérimentales (AFTES [1999]).

II.7.3. Relation entre le déplacement en clef de tunnel et le tassement


en surface

Le tassement maximum Smax à la surface du sol est plus petit que celui au point supérieur du
tunnel appelé Sclé. On constate donc un amortissement du déplacement entre la clef du tunnel
et la surface du sol qui s'exprime par le rapport d'amortissement Smax/Sclé. Le C.E.TU, [17]
propose une formulation linéaire de
S max / S clé = k ( R / H )
où :
R, H rayon initial et profondeur du tunnel.
k est la constante d'amortissement :
0.1< R/H <0.25 k=3
0.33< R/H < 0.5 k=2
Plusieurs auteurs proposent des relations très simples :
S max / S clé = β ( H / R )α
D’après Clough & Smith [1977] les coefficients α et β sont respectivement égaux à 0.8 et à 1
pour les terrains argileux. Ward et Pender [1981] font varier le coefficient α entre 0.13 et 0.4
en fonction de la nature des sols avec n=0.8 (d’après Esfehani [1999]).
La formule hyperbolique traduit très correctement les résultats expérimentaux réalisés sur les
rouleaux de Schneebeli avec: a = 0.2, et b = 0.8 (C.E.TU [17])
R
S max H
=
S clé R
a +b
H
Atkinson [1977] propose une formule en fonction de la hauteur de couverture du sol et de
diamètre du tunnel :
S max C
= 1− k
S clé D
avec :
k=0.57 pour les sables denses
k=0.13 pour l’argile surconsolidée.

II.7.4. Détermination empirique des volumes de sol en mouvement

Après l’excavation, les parois de la cavité se déforment et le sol a tendance de se déplacer


vers le tunnel. « La perte de volume » ou Vt représente la différence entre le volume initial et
le volume de sol après déformation. (Figure 22). La perte de volume dépend de plusieurs

40
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

paramètres : type de sol, présence d’eau, méthode de construction, rythme d’avancement du


tunnel, diamètre et profondeur de la cavité.

Vt

De
Dt

Vt

Figure 21 :Mouvements de sol. Perte de volume Figure 22 : Schéma du diamètre initial et


(Uriel [1989]).
final d’un tunnel excavé
En considérant un cas simple avec les déplacements symétriques par rapport à l’axe du tunnel,
le déplacement en surface a deux composantes (Figure 22): verticale (tassements) et
horizontale. Les tassements dans le plan transversal définissent le volume, noté Vs ou
«volume de tassement». Ce volume comprend l’aire entre la surface du massif dans l’état
initial et la surface déformée. D’après la formule de Peck [1969] en connaissant les
paramètres «i» et Smax le volume de la cuvette de tassement peut être déterminé par :
Vs = 2π × i × .S max ≈2.5 × i × Smax

En général dans le cas de sol cohérent et saturé, il est admis qu’à court terme le volume de
tassement Vs est similaire à celui de perte de volume du tunnel Vt. Par contre dans les sols non
cohérents et/non saturés, le volume Vs peut être plus faible ou plus grand que Vt suivant les
propriétés du sol. (Mestat [1999]).

L’amplitude des déformations dépend de la nature du sol et des conditions de creusement. Il


est vraiment difficile d’estimer la « perte de volume » en ne se basant que sur l’approche
empirique. Comme alternative à la « perte de volume », Lee & Rowe [1989] proposent
d’utiliser un bouclier avec un paramètre de « GAP » en déformation plane. Ce paramètre
prend en compte deux processus : la perte de volume liée à la surexcavation et à la variation
de volume dans le sol remodelé (Figure 23):

Figure 23 :Paramètre « GAP » (Lee & Rowe [1989]).

41
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Le paramètre « GAP» peut être présenté sous la forme suivante (d’àpres Uriel & Sagaseta
[1989]):
GAP = 2∆ + δ + U

Avec : ∆ déplacement radial dû à l’épaisseur de la jupe


δ déplacement radial dû au vide annulaire entre le bouclier et le tunnel
U déplacement radial dû à la consolidation de la zone perturbée autour du tunnel, au
labourage par suite de prise de virage et à la perte de sol au front de taille.

Volume de sol
Indice de
perdu dans le Remarques
stabilité
tunnel
Vs
N≤2 <1% La méthode de creusement n’a pas d’influence
Vt Comportement élastique du massif

Vs L’utilisation d’un bouclier permet de réduire le volume


2≤N≤4 < 10 % de 2 ou 3%
Vt Comportement élastique du massif
Un bouclier est nécessaire et suffit à limiter la
4≤N≤5 - pénétration du sol par le front de taille
Les déplacements sont importants. Il convient
N≈6 - d’appliquer une pression au front de taille.
N≈7 - Le bouclier peut devenir instable
Tableau 7 : Ordre de grandeur du volume de sol perdu dans un tunnel creusé dans l’argile en fonction
de N (d’après Clough & Schmidt [1977])

Le Tableau 7 regroupe des données expérimentales concernant le volume de sol perdu dans le
tunnel Vt en fonction du volume du tunnel V et de l’indice de stabilité N :

γH − σ t σ v0 − σ i
N= =
cu cu

Où : σi pression interne due au tunnel


σv0 contrainte verticale dans le sol avant creusement
cu cohésion non drainée du sol

En basant sur les relations présentées par Peck [1969] & Schmidt [1974], Mitchell [1983]
propose une expression empirique qui prend en compte la raideur du sol (Eu) et la cohésion
non drainée (cu):

cu ⎛σ −σi ⎞
Vs = exp⎜⎜ v 0 ⎟⎟
Eu ⎝ 2c u ⎠

42
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Indice de stabilité N

Figure 24 : Approche empirique de la perte de volume


en fonction du facteur de charge (Mitchell [1983])

La Figure 24 montre la relation de Mitchell [1983] pour des valeurs extrêmes du rapport Eu/su.
(les valeurs normales étant comprises entre 200 et 700). Mitchell [1983] a estimé que pour les
argiles très sensibles la « perte de volume » Vt doit être multipliée par un facteur de 3, en
revanche, son expression ne tient pas compte de la taille du tunnel.

Clough & Schmidt [1981] à l’aide d’une analyse élasto-plastique proposent une relation
similaire à celui de Mitchell:
c ⎛σ −σi ⎞
Vs = 1.10 u exp⎜⎜ v 0 ⎟⎟
Eu ⎝ cu ⎠

Pour estimer la « perte de volume » dans les sols argileux, les facteurs suivants doivent être
pris en compte : les propriétés des sols, surconsolidation (avec la profondeur), le rapport
profondeur (H) / diamètre (D), et les taux d’avancement. D’après une analyse des données
disponibles sur le chantier, Uriel [1989] propose une nouvelle expression :

cu ⎛ D⎞
Vs (%) = m exp⎜ 3 N ⎟
Eu ⎝ H⎠

Le coefficient m prend en compte de nombreux paramètres (viscosité, consolidation, type de


sol), une valeur raisonnable est comprise dans la gamme 0.1 à 0.3. Le volume Vs peut être
relié au « volume de sol perdu au niveau du tunnel » Vt. (Tableau 8) :

Auteurs Expression proposée


Vs 2 ⎛ i ⎞⎛⎜ S max ⎞⎟
Attkinson & Potts [1977] =2 ⎜ ⎟
Vt π ⎝ D ⎠⎜⎝ S clé ⎟⎠
Laboratoire de l'EPFL Vs ⎛ i ⎞⎛ H ⎞
= 0,009⎜ ⎟⎜ − 0,6 ⎟
(cité par Bernat [1996]) Vt ⎝ ⎠⎝
D D ⎠
Tableau 8 : Relations empiriques permettant l’estimation de Vs/Vt.

Ortigao [1996] propose d’utiliser le rapport de perte de volume afin de classer les sols
dilatants et contractants :

43
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Vs
si < 1 sols dilatants
Vt
Vs
si > 1 sols contractants
Vt
Dans le cas des sables, Attewell [1977] a proposé les règles suivantes (Tableau 9) :

Volume de sol perdu


Type de sol
dans le tunnel
Vs sable dilatant (cas d’un
<1%
Vt sable dense)
Vs sable contractant (cas
< 5%
Vt d’un sable lâche)

Tableau 9 :Classification de Attewell [1977]

II.8. Méthode analytique

Cette méthode se base sur l’étude de façon analytique des déplacements dans un massif du sol
pendant l’excavation. Le calcul analytique est d’autant plus utile qu’il permet d’obtenir des
ordres de grandeur et de réaliser les études paramétriques suivantes (d’après Dias [1999]):
la géométrie : le tunnel est supposé à section circulaire et d’axe horizontal.
la stratigraphie : on ne prend en compte qu’une seule couche de terrain supposée
homogène.
la loi de comportement du sol : supposée élastique linéaire ou élasto-plastique (type
Tresca ou Mohr-Coulomb).
l’état initial de contraintes est supposé isotrope et homogène.
les conditions aux limites : le tunnel est supposé être creusé à grande profondeur ( H/R >
10 afin que la variation de contrainte sur la hauteur de galerie soit supposée négligeable),
le sol est considéré comme non pesant (hypothèse nécessaire afin d’utiliser la symétrie
cylindrique), les formules sont exprimées dans le plan et dans le cadre des petites
déformations.
Plusieurs chercheurs ont travaillé afin de développer ces méthodes de calcul destinées à
évaluer les mouvements dans le sol, parmi eux : De Beer & Buttiens exposés par Poupelloz
[1984], Panet [1969], Berry [1977], Resendiz[1979], Sagaseta [1987].

II.9. Méthodes numériques non empiriques

Actuellement les méthodes numériques deviennent un moyen très courant pour étudier les
ouvrages souterrains. Elle est basée sur la discrètisation du problème en éléments et sur un
modèle de comportement. Ces méthodes permettent de calculer le champ de déplacements et
de contraintes en tout point du massif et de prendre en compte divers facteurs :
hétérogénéité des terrains
état mécanique et hydraulique initial
dimension et profondeur de l’ouvrage creusé
technique d’exécution adoptée et succession des étapes de construction
comportement non linéaire du sol et du soutènement

44
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

géométrie complexe
Les codes de calculs les plus utilisés dans le domaine de la géotechnique sont basés sur des
éléments finis ou sur des différences finies. On pourra citer comme exemple des codes de
calculs qui sont actuellement utilisés dans des centres de recherche : le code de calcul
CESAR, basé sur une formulation en éléments finis, FLAC basé sur les différences finies.

II.10. Modélisation des techniques de creusement des tunnels

La modélisation de la technique de creusement du tunnel au bouclier est un processus très


complexe. L’analyse de cette technique permet de définir les principales étapes de
modélisations correspondantes, Boulon & al [1996] propose une description de la
modélisation tridimensionnelle des phases de creusement à l’aide d’un bouclier (Tableau
10) :
Phases Description des travaux Modélisation
Initialisation des contraintes et des
Etat initial du massif ou état
1 du cycle précédent.
pressions interstitielles. Annulation des
déplacements
Etapes de creusement et Rigidité nulle pour les éléments
remplacement progressif excavés. Application progressive des
2 de la pression des terres forces de déconfinement et de la
par une pression de boue pression de boue
Rigidité nulle pour tous les éléments
Fin du creusement.
3 Avancement du bouclier
excavés. Cisaillement longitudinal pour
simuler l’avancement du bouclier.
A l’arrière du front passage Déconfinement au niveau de l’espace
4 du bouclier annuaire
Pose des voussoirs en Poids propre de voussoirs. Contact
5 béton préfabriqué partiel antre les voussoirs et le sol
Variation de volume de l’espace
Injection de coulis entre le annuaire. Remplissage de l’espace par
6 sol et les voussoirs un fluide pesant (caractéristiques du
coulis)
Consolidation du coulis et
Variation des propriétés du coulis avec
du sol. Réduction du
7 volume entre le sol et les
le temps. Augmentation de la résistance
d’interface sol - coulis
voussoirs
Passage aux propriétés mécaniques à
Fluage du sol, états à long
8 terme de l’ouvrage
long terme pour les matériaux.
Viscoplasticité ou effet différé.
Tableau 10 : Phases de modélisation du creusement d’un tunnel. (adapté par Boulon [1996])

II.10.1. Modélisation tridimensionnelle

Les mouvements du sol pendant le creusement d’un tunnel se manifestent non seulement au
front de taille mais aussi en avant et en arrière de celui ci sur une longueur d’environ un
diamètre. Pour réaliser de manière réaliste des simulations numériques l’aspect
tridimensionnel doit être respecté. Cependant, ce type de calcul est encore assez difficile à
réaliser à cause de la complexité du maillage, des chargements à appliquer ainsi que de la
durée de calcul. (Mestat [1999]).

45
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Certains chercheurs ont abordé cette approche tridimensionnelle en utilisant les hypothèses
simplificatrices. Shahrour [1999] propose une méthode simplifiée qui est fondée sur
l’hypothèse que le chargement complexe induit avant l’activation des éléments de revêtement
peut être modélisé par un déconfinement partiel appliqué sur la périphérie d’une zone situé au
voisinage du front de taille. Cette méthode a été implantée dans un code de calcul par
éléments finis PECPLAS 3D (Shahrour [1992], Mroueh [1998] ). Le comportement du sol est
supposé non linéaire. Les résultats obtenus par ce modèle sont en accord avec ceux observés
sur le chantier.

Figure 25 :Maillage utilisé pour le calcul (Shahrour [1999])

Grant & Taylor [1999] (Figure 26) ont réalisé des simulations tridimensionnelles a l’aide d’un
code basé sur des éléments finis afin de valider avec les résultats observés lors d’essais sur
modèle réduit dans un appareil centrifugeuse. Le modèle de comportement du sol développé
par Stallebrass & Taylor [1997] a été implanté dans un code de calcul CRISP (CRItical State
Program). Ils observent un bon accord avec les résultats sur le modèle physique. Dias [1999] a
utilisé le code de calcul FLAC (Fast Lagragian Analysis of Continua) basé sur des différences
finies afin de réaliser une étude tridimensionnelle du renforcement d’un front de taille par
boulonnage.

Figure 26 : Maillage tridimensionnelle Figure 27 :Modèle physique centrifugeuse


Grant & al[1999] Grant & al[1999]

II.10.2. Modélisation bidimensionnelle

D’après les difficultés qu’on vient de noter sur la simulation tridimensionnelle, dans la plupart
des cas les bureaux de recherche utilisent l’approche bidimensionnelle. Les avantages
d’utilisation d’un modèle bidimensionnel sont suivants :
moins coûteux en durée des calculs
l’interprétation des résultats plus facile

46
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

le modèle de comportement est plus complexe

Trois catégories de modèles peuvent être distinguées (d’après Mestat [1999]):


en conditions axisymétriques dans un plan méridien (Figure 28). Cette modélisation permet
de représenter le front de taille en respectant les conditions de symétrie pour le champ de
contraintes et de déformations, c’est à dire dans un ouvrage souterrain modélisé dans tout le
massif l’état de contraintes est homogène et isotrope, cette approche ne peut être appliquée
qu’à des ouvrages circulaires pour lesquels l’effet de la gravité et l’influence de la surface
sont négligeables (Rowe & Lee [1992], Eisenstein et Ezzeldine [1994])

Figure 28 : Modèle axisymétrique

en déformation plane dans un plan parallèle à l’axe du tunnel (Figure 29). La modélisation
dans la direction longitudinale permet de calculer les mouvements au front de taille en tenant
compte de l’effet de la gravité et de la proximité de la surface. Par contre, cette approche est
limitée puisqu’elle considère l’ouvrage simulé comme une tranchée horizontale de très grande
longueur dans la direction perpendiculaire au plan du modèle. Chaffois [1991] a démontré que
cette approche peut surestimer les déplacements dus au creusement du tunnel.

Figure 29 : Schéma du modèle longitudinal Figure 30 : Comparaison calcul – mesure


(d’après Clough & Leca [1993])

en déformation plane dans un plan transversal. Cette méthode permet seulement d’effectuer
la simulation des mouvements transversaux du sol, elle peut être adaptée pour la
détermination du champ de déplacements et de déformations provoquées dans une section
courante après le passage du front (Figure 31), et également aux phases suivantes de
creusement : remplissage de l’espace annulaire de coulis, consolidation de coulis et pose du
revêtement. Cette modélisation est très couramment utilisée : Adachi [1985], Al Abram
[1998], Panet & Guenot [1982]).

47
Mouvements de sol lors du creusement d’un tunnel

Figure 31 :Schéma de modèle transversal Figure 32 :Comparaison mesure – calcul


(d’après Clough & Leca [1993])

Aucune de ces approches n’est vraiment satisfaisante, ainsi certains auteurs proposent
d’effectuer des simulations bidimensionnelles en tenant compte de l’aspect tridimensionnel.
La modélisation des phases de construction d’un ouvrage souterrain nécessite :
l’emploi de lois de comportement adaptées pour le sol et pour les structures
lois d’interface entre les matériaux
l’utilisation d’éléments spéciaux pour traiter la discontinuité
la détermination des chargements, des conditions aux limites
les mesures in situ, des données géotechniques

II.11. Conclusions

Dans ce chapitre nous avons étudié les mouvements de sol créés par le creusement d’un
tunnel. Les mouvements dans le sol sont liés aux différentes phases de construction, donc la
connaissance de ces phases permet de contrôler et de limiter les mouvements de sol qui
peuvent affecter les ouvrages existants. Nous avons étudié le tassement, qui peut être bien
décrit par une courbe de Gauss. La formule de la cuvette de tassement est influencée par deux
paramètres : le tassement maximum Smax et l’abscisse du point d’inflexion de la courbe de
Gauss « i ». Les lois empiriques reliant ces deux paramètres et les paramètres géométriques
sont présentées.
Il est nécessaire de savoir par avance la norme du tassement en surface, pour cela nous avons
étudié les méthodes de prévision des tassements: analytiques, semi-empiriques et numériques.
On pourra constater que chacune de ces méthodes demande une vérification par rapport aux
données expérimentales sur un site urbain.
La méthode analytique est basée sur les approches analytiques simplifiées qui sont assez
difficiles à adapter aux conditions réelles, mais ces approches peuvent être d’une grande aide
pour les études paramétriques d’un futur projet.
La méthode numérique est un outil de plus en plus courant se présente en deux approches :
bidimensionnelle et tridimensionnelle. L’approche bidimensionnelle est plus utilisée de part
sa relative simplicité (possibilité d’implanter une loi de comportement assez complexe,
facilité et la rapidité d’exploitation des résultats de calcul). Mais, finalement, la représentation
de la modélisation des étapes de creusement en deux dimensions fait de cette approche une
simplification par rapport à la réalité. Seule l’approche tridimensionnelle permet de
représenter dans toute sa complexité un massif de sol et l’ouvrage souterrain, cependant, cette
technique n’est pas assez développée aujourd’hui à cause de la complexité du maillage, le
temps de calcul, et du manque de codes de calcul fiables pour pouvoir largement appliquer
cette méthode de prédiction, le calcul tridimensionnel reste pour l’instant un objet de
recherche pour les bureaux d’étude et n’est employé que lors de situations bien spécifiques.

48

Vous aimerez peut-être aussi