Vous êtes sur la page 1sur 10

CHAPITRE III : LE TABLEAU D’INPUT-OUTPUT

Un tableau d’Input-Output symétrique est un tableau produit*produit ou industrie*industrie


décrivant les processus de production domestique et les échanges des biens et services de façon
très détaillées. Un tableau d’IO combine les tableaux des ressources et des emplois en un seul
tableau (Eurostat 2008, P. 27). Dans ce cours nous présentons un tableau d’IO
industrie*industrie, au prix de base de l’économie ivoirienne pour l’année 2012.

I- Présentation d’un tableau d’IO

Le tableau 1 présente le tableau IO de l’année 2012 pour l’économie ivoirienne à prix constant.

Tableau 1: Tableau d’Input-Output industrie*industrie, au prix de base, en milliard CFA


constant, Côte d’Ivoire 2012, Modèle D du manuel Eurostat (2008)

1
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
1 135 6 158 2 2
2 14 337 27 4 34 32 2 144
3 8 39
4 3 5
5 10 78
6 36
7 2 2 310 1 3
8 17 1
9 33
10 1 73
11 1 2 2 2 243 40 2 12 1
12
13 7 3 2 6 9 21 4
14 20
15
16 3 1 12 1
17 1
18 1 3 7 3
19 1 1 1 1 5 15 2 1
20 23 1 1 3 3 9 4 1 5 11 2 2 2 2 21 1 8 5 6 1 1
21 13 38 1 11 1 5 1 4 5 1 5 1 31 14 1
22 7 4 1 1 4 11 2 3 1 1 1 1 5 1 12 139 1
23 19 5 6 38
24 18 23 3 4 18 3 4 1 1 1 3 3 1 2 2 2 10 33
25
26
27 1
28 12 8 1 2 7 9 2 3 2 5 12 1 3 2 9 6 1
29 3 6 3 3 8 6 1 7 3 3 2 7 3 1 5 7 4 1
30 23 8 1
31 1 2 4 3 1 2 1 1 2
32 2 21 2 1 1 3 4 2 1 1 1 7 4 2 1 15
33 1 1
34 16 115 1 2 3 16 2 4 1 2
35 4 44 3 1 1 1 1
36 2 4 2 1 1 1 2 3 2 3 4 1 3 1 1
37 3 1 42 3 3 1 2 3 2 2 2 1 1 1
38 5 11 1 17 1 67 1 2 20 32 1 4 7 4 5 4 5 7 15 6 4 17
39
40
41
42
Total CID 205 235 28 4 171 8 147 132 174 482 381 108 64 50 45 74 12 148 42 348 109 336 70 77
importations 66 132 10 35 7 30 81 20 34 53 68 33 18 7 22 11 17 25 510 78 72 44 53
VAB au pb 1 452 1 372 220 4 50 14 729 36 26 207 354 33 198 53 14 55 24 64 50 90 113 124 81 68
taxes nettes + ma 26 56 4 6 4 11 24 15 103 45 11 13 10 12 21 5 23 14 7 33 74 14 12
Intrant primaire 1 545 1 559 234 4 92 25 770 142 62 344 453 113 244 81 33 98 40 104 89 606 224 270 139 133 2
Input 1 750 1 794 262 8 263 33 916 274 236 826 833 221 308 132 77 172 52 252 131 954 333 606 209 210
25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 Total CI Export. CM CG CISBL FBCF VSTK Output
6 308 8 1 296 137 1 750
594 936 181 21 60 1 794
1 48 211 6 -3 262
8 8
1 2 91 14 203 8 -51 263
36 4 24 -30 33
5 68 7 4 2 1 408 348 1 11 148 916
19 44 196 16 274
35 11 134 56 236
77 539 61 149 826
306 264 211 52 833
1 1 18 202 221
1 1 54 38 221 -4 308
9 29 5 107 -10 132
1 12 64 77
4 23 71 84 -6 172
3 20 28 1 52
43 55 1 116 78 4 54 252
7 1 9 1 1 2 50 10 63 8 131
2 4 6 17 6 1 75 4 2 6 19 4 2 2 266 787 131 -230 954
6 1 2 2 1 1 3 150 57 106 20 333
2 2 3 1 1 17 1 1 2 2 2 227 342 39 1 -3 606
3 93 1 2 1 172 10 15 1 11 209
2 1 2 29 6 6 5 1 184 18 10 -3 210
3 4 2 1 5 12
0 0
1 1 4 1 1 12 2 8 3 2 27
1 3 8 30 1 6 10 65 1 6 4 4 10 3 240 3 71 166 -153 327
5 48 2 16 1 5 7 11 6 2 3 79 8 18 8 291 24 92 1 2 410
5 2 10 1 2 53 1 33 680 -54 713
1 1 2 219 3 6 6 2 4 1 2 266 1 698 31 11 10 -1 2 015
5 4 4 42 2 1 21 9 7 5 44 10 14 1 237 19 34 291
1 6 11 84 95
2 2 1 158 1 4 1 14 29 3 3 381 54 383 817
1 2 3 19 1 1 2 17 5 21 2 6 5 142 40 828 1 011
1 2 3 1 3 347 1 1 7 399 57 128 584
1 8 1 7 41 9 3 16 4 14 1 11 12 10 9 1 220 6 479 704
1 2 17 25 53 194 6 3 37 153 40 2 25 33 10 19 3 859 98 34 992
- 122 80 990 1 192
1 1 56 437 494
0 52 178 230
0 2 185 69 257
4 6 100 166 285 758 34 44 204 260 464 6 97 252 65 89 36 6 320 5 765 6 171 1 616 70 918 164 21 025
5 5 25 134 152 74 18 8 98 32 87 1 21 161 15 23 6 2 290 1 198 1 600 210 351 378
2 13 191 103 228 1 371 233 37 461 698 16 697 866 740 408 108 211 11 817 0 0 0 0 0 0
1 2 12 7 49 -188 6 6 54 21 18 8 39 6 10 3 597 -622 1 178 306 -17
8 20 227 243 428 1 258 257 51 613 751 120 698 895 940 429 141 220 14 704 6 341 8 949 1 827 70 1 575 524 3
12 27 327 410 713 2 015 291 95 817 1 011 584 704 992 1 192 494 230 257 21 025
Source : calcul de l’auteur, à partir du TRE 2012
1- Les identités du tableau d’Input-output

Ici nous présentons d’abord les identités essentielles du tableau d’IO, puis les correspondances
entre les valeurs du tableau d’IO et les comptes nationaux. Nous nous intéressons
particulièrement au calcul du produit intérieur brut (PIB) selon les trois optiques traditionnelles.

1-1- Les identités essentielles du tableau d’IO

Sur les lignes nous avons :

CI + DF= output

DF = X + CM + CG + CISBL + FBCF + VSTK

Sur les colonnes : CI + MCI + VAB + TXNM = input

L’équilibre ressource-emploi : input = output

D’où DF= MCI + VAB + TXNM = intrants primaires,

Avec :

X= exportations ;

CFM = consommation finale des ménages ;

CAPU = consommation finale des administrations publiques ;

CISBL = consommation finale des institutions sans but lucratif ;

FBCF = formation brute du capital fixe ;

VSTK = variation des stocks ;

CI = consommation intermédiaire d’origine domestique ;

DF = demande finale ;

MCI = importations de biens de consommation intermédiaire ;

VAB = valeur ajoutée des branches au prix de base ;

TXNM = taxes nettes des subventions + marge de commerce ;

Input = total des intrants ; et


Output = total des extrants.

4
1-2- Calcul du PIB à partir du tableau d’IO selon les optiques, production,
revenu et dépense.
 PIB optique production de l’année 2012 en FCFA constant

Total production au prix de base = 21 024, 520

- Consommations intermédiaires d’origine domestique CI = 6 320, 407

- Consommations intermédiaires importées MCI = 2 289, 731

- Taxes nettes + marge de commerce sur consommations intermédiaires = 596, 938

= valeur ajoutée brute au prix de base (VAB) = 11 817, 445 milliard de franc CFA

+ Total taxes nettes sur produits + marges sur CI et DF = 1 441 568

= produit intérieur brut = 13 259, 013 milliard de franc CFA

PIB optique revenu de l’année 2012 en FCFA constant

Rémunération des salaires

+ Autres taxes nettes sur production = 11 817, 445 milliard de franc CFA

+ Excédent brut d’exploitation

+ Total taxes nettes sur produits + marges (taxes nettes + marges sur CI et DF) = 1 441 568

= produit intérieur brut = 13 259, 013 milliard de franc CFA

PIB optique dépense (ou optique demande) de l’année 2012 en FCFA constant

Exportation de biens et services = 6 341 440

+ Consommation des ménages = 8 948 749

+ Consommation des administrations publiques = 1 826 508

+ Consommation des Institutions sans but lucratif = 70 220

+ Formation brute de capital fixe = 1 575 446

+ Variation des stocks = 523 990

5
-importations totales de biens et services (MCI + MF) = 6 027 340

= produit intérieur brut = 13 259, 013 milliard de franc CFA

Avec MF = importation des utilisateurs finals

Ainsi donc le tableau d’IO donne des valeurs conformes aux données des TRE à prix constant
publiées par l’INS pour 2012.

II- Le modèle IO des quantités de Leontief de l’économie ivoirienne

Miller et Blair (2009, P.1-2) présentent le modèle Input-Output comme « un système


d’équations linéaires, chacune décrivant la distribution des produits d’une branche dans
l’économie ». Pour Robinson (2009, P. 6) un modèle IO est une représentation des flux
monétaires dans une économie, prioritairement entre les branches d’activités, mais en tenant
compte aussi du gouvernement, des ménages, des importations et des exportations ; une fois le
flux représenté dans le modèle, un utilisateur (de ce flux) peut introduire des évènements qui
stimulent les effets de ce flux sur chaque branche et sur toute l’économie. Quant à Stone (1961,
P. 14), il définit le modèle IO comme « un moyen de description et d’analyse du processus
productif d’un système économique entier ».

Le modèle Input-Output tire ses origines du "tableau économique" de François Quesnay qui
décrit au 18e siècle les relations de ventes et d’achats entre producteurs et consommateurs dans
l’économie. Leontief développe plus tard la méthodologie IO et la transforme en un outil
pratique d’analyse économique (Burrows et Botha (2013, P. 2). Ce sont ses efforts dans ce
domaine qui feront de lui le Prix Nobel de l’économie en 1973 (United Nation, 1999, P. 3).

De nos jours, l’analyse IO est une partie importante de la science économique moderne et est
devenue une partie du système comptable national (SCN) de l’Organisation des Nations Unis
(United Nations, 1999, P.3). Les gouvernements des pays développés utilisent dans diverses
domaines les modèles IO pour les analyses économiques et ces modèles servent de base dans
d’importantes décisions de politique économique dans plusieurs pays, dont le nombre est de 90
en 1999 (United Nations (1999, P.3)). A titre d’exemple, le gouvernement américain a utilisé
l’analyse IO après la seconde guerre comme base de planification pour éviter le chômage massif
d’après-guerre qui résulterait de la démobilisation de combattants (Miller et Blair, 2009, P.
731).

6
Le modèle IO des quantités de Leontief est basé sur l’identité horizontale du tableau d’Input-
Output qui égalise la production à la somme des consommations intermédiaires et des demandes
finales. Le modèle de Leontief s’avère adéquat si non efficace dans les analyses des effets
directs et indirects des variations de la demande finale sur la production d’une économie
(Steenge, 1990, P. 377)1.

Il existe deux types de modèle Input-Output : le modèle statique et le modèle dynamique. Dans
ce cours nous nous nous limiterons au modèle statique.

1- Présentation du modèle Input-Output statique de Leontief

Le modèle statique de Leontief permet calculer les effets multiplicateurs d’une demande
ponctuelle d’un type de bien donné sur la production domestique d’une économie.

1- Les hypothèses du modèle

Selon Mc Lennan (2006, P.24), le modèle des quantités de Leontief est fondé sur cinq
hypothèses de base :

- les rendements d’Echelles sont constants, d’où une fonction de production linéaire ;
- il n’existe pas de contrainte sur l’offre, ce qui signifie que les facteurs de production
sont illimités, la production ne peut être limitée que par la demande;
- la structure des intrants est fixe : les changements économiques se reflètent dans le
niveau de la production et non dans la composition des intrants. Les variations des prix
n’entrainent donc pas d’effet de substitution quant à l’utilisation des intrants ;
- la production de chaque branche est homogène : la structure des produits est supposée
fixe quel que soit le niveau de production de la branche ;
- une branche a une seule technologie pour produire tous ses biens (primaires et
secondaires).

1
Leontief input–output economics derive their significance largely from the fact that output multipliers
measuring the combined effects of the direct and indirect repercussions of a change in final demand
were readily calculated (Steenge, 1990, P. 377).

7
2- Formulation du modèle

Dans ce modèle, les branches (ou industries) sont endogènes et les secteurs institutionnels que
sont les ménages, le gouvernement, les entreprises, les institutions sans but lucratif et le reste
du monde sont exogènes. Ainsi, l’augmentation des dépenses publiques sera traduite par une
hausse des éléments du vecteur des demandes finales.

2-1- Le modèle

Le modèle des quantités de Leontief est basé sur un raisonnement horizontal sur les lignes du
tableau d’IO : la production est égale aux ventes intermédiaires augmentées des ventes destinées
à la consommation finale pour chaque branche:
𝑛

𝑥𝑖 = ∑ 𝑧𝑖𝑗 + 𝑓𝑖 (1)
𝑗=1

Le coefficient technique 𝑎𝑖𝑗 associé au bien intermédiaire i est donné par 𝑎𝑖𝑗 = 𝑧𝑖𝑗 /𝑥𝑗

𝑎𝑖𝑗 représente la production de la branche 𝑗 résultant de l’utilisation d’une unité d’intrant acheté
avec la branche 𝑖 .

D’où 𝑧𝑖𝑗 = 𝑎𝑖𝑗 𝑥𝑗 . (1) devient ainsi :

𝑥𝑖 = ∑ 𝑎𝑖𝑗 𝑥𝑗 + 𝑓𝑖 (2)
𝑗=1
𝑛

𝑥𝑖 − ∑ 𝑎𝑖𝑗 𝑥𝑗 = 𝑓𝑖 (3)
𝑗=1

Pour toutes les branches nous aurons :


𝑥1 − 𝑎11 𝑥1 − ⋯ − 𝑎1𝑗 𝑥𝑗 − ⋯ − 𝑎1𝑛 𝑥𝑛 = 𝑓1 (4)
… … …
𝑥𝑖 − 𝑎𝑖1 𝑥1 − ⋯ − 𝑎𝑖𝑖 𝑥𝑖 − ⋯ − 𝑎𝑖𝑛 𝑥𝑛 = 𝑓𝑖 (5)
… … … …
𝑥𝑛 − 𝑎𝑛1 𝑥1 − ⋯ − 𝑎𝑛𝐽 𝑥𝑖 − ⋯ − 𝑎𝑛𝑛 𝑥𝑛 = 𝑓𝑛 (6)

En mettant 𝑥1 en facteur dans la première équation, 𝑥2 en facteur dans la seconde et ainsi de


suite, puis 𝑥𝑛 dans la nième équation, nous avons :

8
(1 − 𝑎11 )𝑥1 − ⋯ − 𝑎1𝐽 𝑥𝐽 − ⋯ − 𝑎1𝑛 𝑥𝑛 = 𝑓1 (7)
… … … …
−𝑎𝑖1 𝑥1 − ⋯ + (1 − 𝑎𝑖𝑖 )𝑥𝐽 − ⋯ − 𝑎𝑖𝑛 𝑥𝑛 = 𝑓𝑖 (8)

−𝑎𝑛1 𝑥1 − ⋯ − 𝑎𝑛𝐽 𝑥𝐽 − ⋯ (1 − 𝑎𝑛𝑛 )𝑥𝑛 = 𝑓𝑛 (9)

La forme matricielle du système est : (𝐼 − 𝐴)𝑥 = 𝑓 (10)

𝑥 = (𝐼 − 𝐴)−1 𝑓 (11)

𝑥 = 𝐿𝑓 (12)

Ainsi les effets de la variation de la demande finale sur la production domestique peuvent
s’obtenir à l’aide de l’équation (13):

∆𝑥 = 𝐿∆𝑓 (13)

Avec 𝐴 = matrice des coefficients techniques dont les éléments sont 𝑎𝑖𝑗 ; 𝑥 = vecteur colonne
de la production des branches ; 𝑓 = vecteur des demandes finales adressées aux branches i ; 𝐼=
matrice unité ; et 𝐿=l’inverse de Leontief d’éléments 𝑙𝑖𝑗 = 𝜕𝑥𝑖 /𝜕𝑓𝑗 .

𝑙𝑖𝑗 représente la variation de la production de la branche i suite à une variation d’une valeur de
1 F CFA de la demande finale adressée à la branche j.

Le multiplicateur de la branche j s’obtient par sommation des éléments de la colonne 𝐿𝑗 . C’est-


à-dire :
𝑛

𝑚𝑗 = ∑ 𝑙𝑖𝑗 (14)
𝑖=1

Ce multiplicateur 𝑚𝑗 représente l’effet d’une variation de la demande finale d’un montant de


1 FCFA adressée à la branche j sur la production domestique (Miller et Blair, 2009, p. 245).

9
3.1- Multiplicateur brut

Le multiplicateur brut (ou interconnexion amont brute) représente l’effet de la variation unitaire
de la demande adressée au secteur j sur la production totale domestique. C’est le multiplicateur
de la demande finale des produits du secteur j. Il s’agit donc de la sommes des éléments de
chaque colonne j de la matrice inverse de Leontief (𝐿𝑗 ). Plusieurs mesures d’interconnexion
amont brute ont été proposées dans la littérature IO (qui ne sont que normalisations). Nous
retenons celle de (Rasmussen, 1957).
𝑛

𝐵𝐿𝑗 = 𝑚𝑗 = ∑ 𝑙𝑖𝑗 (15)


𝑖=1

10

Vous aimerez peut-être aussi