Vous êtes sur la page 1sur 54

Physiologie respiratoire

Chapitre 2
Physiologie respiratoire
Objectifs :
• Identifier les organes de l’appareil respiratoire
• Décrire les étapes de l’inspiration et de
l’expiration
• Définir les volumes pulmonaires et débits
ventilatoires
• Expliquer les mécanismes de la respiration
externe et interne
• Expliquer la façon dont les gaz respiratoires sont
transportés par le sang
La physiologie respiratoire
Plan
• Introduction
• Structure du système respiratoire
• La mécanique respiratoire
• Echanges gazeux
• Transport de l’O2 et du CO2 dans le sang
La physiologie respiratoire
• La vie cellulaire
nécessite de l’énergie
• L’énergie produite par
les mitochondries:
- consomme de l’O2
- produit du CO2
• C’est la respiration
cellulaire
Les étapes de la respiration
• la ventilation pulmonaire : échange d’O2et de CO2
entre atmosphère et alvéoles

• La respiration externe : échange d’O2 et de CO2entre


alvéoles et le sang des capillaires pulmonaires

• Respiration interne: échange gazeux entre sang des


capillaires systémiques et les cellules : respiration
cellulaire
• Le sang assure le transport des gaz
Structure du système respiratoire
voies aériennes
 Voies aériennes
supérieures VAS
• Fosses nasales
• Pharynx
• Larynx
 Voies aériennes
inférieures VAI
• Zone de conduction
• Zone respiratoire
Voies aériennes inférieures
Voies aériennes inférieures
Les alvéoles
•Sacs remplis d’air (humide, chaud), en grappes
•Très nombreuses (300 millions) → Grande surface
d’échange (70 m²)
•Paroi mb alvéolaire : fine (<1 µm), 1 seule couche
cellules épithéliales (pneumocytes de type 1)
•Très vascularisées (capillaires pulmonaires)
• Lieu des échanges des gaz respiratoires par diffusion
(O2 et CO2)
•Macrophages = défense contre agents pathogènes
Certains Pneumocytes type II sécrètent surfactant
Epithélium alvéolaire
• Pneumocytes de type I:
95°/° de la surface
alvéolaire

• Pneumocytes type II :
secrètent le surfactant

• Macrophages alvéolaires:
Défense immunitaire
les alvéoles
Le surfactant
Interface mb alvéolaire/air alvéolaire
• Sécrété par pneumocytes de type 2
• Présent dès la fin de la grossesse
• Composition = complexe
phospholipoprotéique
• Rôle : – ↓ tension superficielle (force qui
s’oppose à la dilatation)
→ Empêche rétraction alvéolaire à
l’expiration
→ Permet aux alvéoles de rester dilatées
Structure du système ventilatoire:
les poumons
• Les poumons sont constitués par un abondant
tissu conjonctif
• Le poumon droit présente 3 lobes
• Le poumons gauche présente 2 lobes
Structure du système ventilatoire:
la plèvre
• Le poumon est enveloppé
dans une séreuse: la
plèvre
-la plèvre viscérale : (1)
recouvre face externe des
poumons
-la plèvre pariétale: (2)
recouvre la face interne de
la cage thoracique
• Entre les 2: espace pleural
(3)
Structure du système ventilatoire:
la plèvre

Rôles de la plèvre:
• Facilite le glissement des 2 feuillets au
cours des mouvements respiratoires
• Exerce une force qui tend à coller les
poumons à la paroi thoracique →
maintien distension alvéoles
Structure du système ventilatoire:
les muscles respiratoires
Structure du système ventilatoire:
les muscles respiratoires
La ventilation pulmonaire

• Phénomène périodique, succession de


mouvements : Inspiration/Expiration

• Apporter de l’O2 dans les alvéoles et éliminer le


CO2 des alvéoles

• Les courants gazeux s’établissent d’une zone de


haute pression vers une zone de basse pression

• Toute variation du volume entraine une variation


de pression : P x V= constante
Principe de la diffusion
L’inspiration
L’inspiration
•L’inspiration est un phénomène actif au cours duquel
le volume thoracique augmente suite à la contraction
des muscles inspiratoires
• La pressions alvéolaire diminue. (Cette pression
devient inférieure à la pression atmosphérique).
•Ce phénomène va permettre l’entrée de l’air dans les
alvéoles :c’est inspiration
• Ce phénomène agit selon un gradient de pression
(c'est-à-dire par différence entre les pressions à
l’intérieur et à l’extérieur du poumon).
L’expiration
L’expiration
L’expiration de repos est un phénomène passif
-Relâchement des muscles inspiratoires
- Diminution du volume à l’intérieur du poumon
-Pression intra alvéolaire va devenir supérieure à la pression
atmosphérique.
Sortie de l’air des poumons vers l’extérieur par gradient de
pression: c’est l’expiration
-L’expiration forcée est un phénomène actif.
Elle met en jeu les muscles de la paroi abdominale et les
intercostaux internes
-Lorsque ces muscles se contractent, ils poussent le diaphragme
vers le haut.
-Augmentation de la pression intra- pulmonaire .
Volumes et capacités pulmonaires
Au repos (respiration calme), un certain volume
est inspiré puis expiré : Volume Courant (VC) ≈ 0,5
L

• En forçant sa respiration, on peut mobiliser un


volume supplémentaire = Volume de Réserve
(inspiratoire et expiratoire)

• A la fin d’une expiration maximale, il reste encore


de l’air dans les poumons: volume résiduel (VR)(≈
1200 mL)
Les volumes et capacité pulmonaire
• La spirométrie permet l’exploration
fonctionnelle respiratoire (EFR)

• Mesure des volumes respiratoires en faisant


respirer le sujet dans un appareil
(spiromètre)

• Outil de diagnostic des troubles respiratoires


: Asthme, emphysème
Volumes et capacités pulmonaires
Volumes et capacités pulmonaires
Volumes et capacités pulmonaires
Volumes et capacités
pulmonaires:VEMS
Volumes et capacités
pulmonaires:VEMS
Volumes et capacités
pulmonaires:VEMS
• VEMS: volume expiré maximal par
seconde

• Coefficient de TIFFENEAU: VEMS x 100


CV
• Indice du bon état des poumons ( sup ou
égal à 80°/°)
Echanges gazeux
Echanges gazeux
• Membrane alvéolo-
capillaire où s’effectuent
les échanges gazeux en
O2 et CO2
• Aucun rôle actif: le sens
de la diffusion et la
quantité diffusée
dépendent du gradient
de pression
• Diffusion des zones de
hautes pression vers
zones de basse pression
Echanges au niveau pulmonaire
Echanges au niveau des tissus
•Les échanges un niveaux des tissus
fonctionnent suivant le même principe que
pour les échanges alvéolo-capillaires.

•L’O2 sort des capillaires en direction des


cellules et le CO2 produit par le tissus
rentre dans les capillaires
Echange gazeux au niveau des tissus
Echanges gazeux : résumé
Transport de l’oxygène
L’oxygène (O2) est transporté des poumons → tissus,
sous deux formes:
 2°/° de l’O2 transporté sous forme dissoute dans
le plasma (0.3 ml / 100ml de sang)
(qualitativement plus important)
 98°/° de l’O2 lié à l’hémoglobine des globules
rouge (quantitativement plus important)
Transport de l’oxygène
Transport de l’O2
Transport de l’O2:courbe de dissociation de
l’oxyhémoglobine
Courbe de dissociation de
l’oxyhémoglobine
Transport de l’O2:courbe de
dissociation de l’oxyhémoglobine
Concernant la courbe représentant la saturation en O2
(SaO2) par rapport aux pressions en O2
Deux pressions importantes à retenir :
La pression à la sortie du capillaire pulmonaire (ou
pression artérielle) : PaO2 maximale donc SaO2 max.
(98%)
 La pression à la sortie du tissu (ou pression veineuse) :
la pression étant plus faible, il n’y a plus que 75% de l’O2
qui se fixe à l’Hb (de l’O2 est cédé aux tissus)
Le premier facteur qui modifie la fixation de l’oxygène sur
l’hémoglobine c’est donc la pression partielle en oxygène
Transport de l’O2: modification de
l’affinité de l’Hb pour l’O2
Transport de l’O2
Certaines situations physiopathologiques ou
physiologiques peuvent modifier la courbe de
dissociation de l’oxyhémoglobine :modification
de l’affinité de l’hémoglobine pour l’O2.
• pH
• CO2
• Température tissulaire
• 2,3 Diphosphoglycérate (DPG): métabolite de la
glycolyse anaérobie dans le globule rouge
Transport del’O2
Transport de l’O2
Transport del’O2
• L’affinité de l’Hb pour l’O2 est diminuée par
l’augmentation:
- Température
- Concentration de H+
-CO2
-2,3 DPG
• Affinité Hb diminuée : libération O2 augmentée
• Affinité Hb diminuée: P50 augmentée
Transport du CO2
CO2 transporté sous deux formes:
Sous forme dissoute : 5 à 10 °/°
Sous forme combinée:
• 60 à 70°/° sous forme d’ions bicarbonates

• 25 à 30°/° sous forme carbamino-hémoglobine


( lié à l’hémoglobine) :HbCO2
A retenir
• L’inspiration, temps actif. Elle résulte de la contraction des muscles
inspiratoires (diaphragme, intercostaux) conduisant à une augmentation
du volume de la cage thoracique et donc du volume alvéolaire (baisse de
la P alv ) entraînant une entrée d’air dans les poumons P alv < P atm.
• L’expiration, temps passif. L’inactivation des muscles inspiratoires et
l’élasticité pulmonaire tend à rétracter le poumon avec élévation de la P
alv entraînant l’expulsion de l’air P alv > P atm
Echanges gazeux
• Les poumons permettent d’oxygéner le sang veineux et d’en retirer le CO 2,
grâce à des échanges gazeux entre le sang et l’air contenu dans les
alvéoles pulmonaires
• Les échanges se font par diffusion des gaz à travers la membrane alvéolo-
capillaire
– La différence de pression d’un gaz entre le sang et l’air alvéolaire
conditionne la vitesse de diffusion
A retenir
Volumes pulmonaires et débits aériens : EFR ( Spirométrie)
- volume courant (VC) : c’est la quantité d’air mobilisée lors inspiration ou expiration
normale : 500 ml.
- Volume de réserve inspiratoire (VRI) : quantité d’air maximale pouvant être
inspirée après une inspiration normale : 2500 ml.
- Volume de réserve expiratoire (VRE) : quantité d’air pouvant être expirée après une
expiration normale : 1500 ml
-Volume résiduel (VR) : volume d’air restant dans les poumons à la fin d’une
expiration forcée (non mobilisable).
- Capacité vitale (CV) : quantité d’air contenue dans les poumons entre une
inspiration forcée et une expiration forcée : 4500 ml: CV = VRI + VC + VRE
- Capacité pulmonaire totale (CPT) : quantité d’air contenue dans les poumons à la
fin d’une inspiration forcée : 6OOO CC. CPT= VRI+ VC+VRE+ VR
- Capacité résiduelle fonctionnelle( CRF): quantité d’air contenue dans les
poumons après expiration du volume courant VR+ VRE
VEMS : volume maximal expiré lors d’une expiration forcée en une seconde suivant
une inspiration forcée : 3000 ml.
- Coefficient de TIFFENEAU = VEMS/CV > 80 %
A retenir
Transport de l’O2
Il est transporté de l’alvéole vers les tissus sous 2 formes :
• dissous : faible quantité (0,3 ml pour 100ml de sang)
• combiné à l’hémoglobine
L’O2 alvéolaire va se transformer en O2 dissout une fois la paroi Capillaire traversée,
puis se fixer à l’HB (oxyhémoglobine = HbO2), une fois arrivé au niveau des tissus
auxquels il est destiné il va retrouver à nouveau la forme dissoute
Une molécule d’HB peut fixer jusqu’à 4 molécules d’O2, mais en situation normale la
fixation d’O2 n’est que partielle, définissant la notion de Saturation artérielle en
oxygène (SaO2) qui est supérieure ou égale à 95%
SaO2= HBO2/ HB totale ≥ 95%
Transport du CO2
Il est produit au niveau des tissus et transporté vers l’alvéole sous trois formes:
• dissous dans le plasma
• combiné à l’HB : faible quantité
• combiné à l’eau (H2O) : constituants les bicarbonates qui jouent un rôle tampon
pour le PH et l’équilibre acido-basiques

Vous aimerez peut-être aussi