Vous êtes sur la page 1sur 60

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère de l’enseignement supérieur et de


La recherche scientifique

Université Mohamed Boudiaf - M’sila

Faculté de technologie

Département de GENIE CIVIL

Polycopie du cours
Mécanique des fluides
Licence Génie Civil

Réalisé par : Dr. Zitouni salim


Table des matières
Avant propos ............................................................................................................................... 4
Chapitre I : statique des fluides, (Hydrostatique). ......................................................................... 5
I.1. Généralités. .......................................................................................................................... 5
I.2. Définitions ......................................................................................................................... 5
- Forces de volume ................................................................................................................ 5
- Forces de contact .............................................................................................................. 5
I.3. Fluide parfait .............................................................................................................. 5
I.3.1. Pression en un point d’un fluide parfait. ................................................................... 5

I.3.2. Répartition des pressions à l’intérieur d’un fluide incompressible au repos ............. 7

I.3.3. Unité de pression. ....................................................................................................... 7

I.3.4. Définitions : surface de niveau, surface libre, pression relative, pression absolue..... 8

I.4. Calcul des forces de pression. .......................................................................................... 8

I.4.1. Cas d’une paroi plane................................................................................................ 8

I.4.2. Position du centre de la force de pression agissant sur une paroi plane..................... 9

I.4.3. Cas d’une paroi courbé (surface gauche). ................................................................. 10

I.5. Equation fondamentale de la statique des fluides. ............................................................. 11

I.5.1. Equilibre dans le cas général...................................................................................... 11

I.5.2. application de l’équation générale d’équilibre en hydrostatique. .............................. 13

I.5.3. application de l’équation générale d’équilibre a un vase tournant uniformément. .. 13

I.6. Exercices d’application (Hydrostatique)............................................................................15

Chapitre II : dynamiques des fluides parfaits incompressible, (Théorème de Bernoulli). .......... 17


II.1. Equation générale du mouvement (équation d’EULER) . ............................................ 17
II.2. Ecoulement permanent d’un fluide incompressible non visqueux (Th de Bernoulli) ...17

II.3. Définitions ligne de charge, ligne piézométrique.......................................................... 19

II.4. Application du théorème de Bernoulli.......................................................................... 19

II.4.1 Vidange d’un réservoir............................................................................................ 19

II.4.2. Tube de Venturi. ................................................................................................... 21

1
II.4.3. Déversoir (théorie simplifiée). .............................................................................. 22

II.4.4.Tube de Pitot. ...................................................................................................... 23

II.5. Théorème de quantité de mouvement (théorème d’Euler)................................................ 24

II.6. Exercices d’application (Dynamique des fluides). .............................................................25

Chapitre III. Equation de Bernoulli d’un courant d’un fluide réel.............................................. 28

III.2.Equation de Bernoulli pour un fluide réel............................................................... 29

III.3. Expérience de Reynolds (régime d’écoulement). .................................................. 29

III.3.1. Nombre de Reynolds .................................................................................... 30

III.4 Perte de charge (notion générale).............................................................................. 31

III.4.1. Pertes de charge linéaire (pertes de charge réparties) ................................... 31

III.4.2. Pertes de charges singulières (perte de charges locales)................................ 32

III.4.3. Exemple. ........................................................................................................33

III.5. Ecoulement à travers les orifices ............................................................................34

III.6. Ecoulement à travers les ajutages ...........................................................................36

III.7. Influence de la rugosité des parois sur les pertes de charge (courbe de Nukeradse) 37

III.8. Calcul d’une conduite simple................................................................................... 38

Chapitre IV : Calcul des réseaux .............................................................................................. 41

IV.1. Types de réseaux ............................................................................................................... 41

A/ Réseau ramifié.................................................................................................................. 41

B/ Réseau maillé .................................................................................................................. 41

IV.2. Tracé d’un Réseau maillé .................................................................................................. 42

IV.3. Calcul d’un Réseau.............................................................................................................. 42

IV.4. Méthode de Hardy-Cross..................................................................................................... 43

I.V.5. Exercice (calcul des réseaux) ............................................................................................ 46

Chapitre V : Ecoulements à surface libre et Hydrologie ..............................................................47


V.1. Type de cours d'eau. ..............................................................................................................48

2
V.2. Définitions. ..........................................................................................................................48
V.3. Charge totale et charge spécifique. ......................................................................................50
V.4. Lois de frottement. ...............................................................................................................50
V.5. Hauteurs caractéristiques. ....................................................................................................51
V.6. Résistance à l'écoulement. ................................................................................................51
V.7. Ressaut hydraulique. ...........................................................................................................52
V.8. Hydrologie. ...........................................................................................................................53
V.8.1. Définition. .........................................................................................................................53
V.8.2. Le cycle de l'eau. ...............................................................................................................54
V.8.3. Représentations cartographiques. ......................................................................................54
V.8.4. Les précipitations. .............................................................................................................55
V.8.5. L'évaporation/l'évapotranspiration. .................................................................................. 55
V.8.6. Les écoulements. .............................................................................................................. 55
V.9. Le bilan hydrique. ................................................................................................................56
Bibliographie ............................................................................................................................... 59

3
Avant propos

Ce polycopié de cours, intitulé : Mécanique des fluides, est destiné pour les
étudiants de 3eme année Génie Civil, de l’université de Mohamed BOUDIAF –M’sila. Le contenu
de ce polycopié est compatible avec le programme de formation de la licence Génie Civil, donné
au niveau du département de Génie Civil de l’Université de M’ sila. Des connaissances de base
en mécanique des fluides sont présentées dans ce cours, afin de mieux comprendre et d’assimiler
le contenu de ce polycopié pédagogique.

La mécanique des fluides (l’hydraulique) est constituée par la branche de la mécanique appliquée
qui traite le comportement des fluides au repos et en mouvement. En hydrostatique c »est le
poids spécifique qui est la propriété la plus importante, en hydrodynamique, la densité, la
viscosité sont les propriétés dominantes.

Le but de ce polycopié pédagogique est d’initier l’étudiant aux techniques permettant la


résolution des équations aux dérivées partielles, en relation avec l’équation générale de
mouvement en utilisant les variables d’Euler, Les équations d’Euler sont utilisées dans ce cours
pour établir l’équation général du mouvement et l’équation général d’équilibre dans le cas des
fluides au repos.

Ce document pédagogique est divisé en quatre chapitres, le premier chapitre est consacré à
l’hydrostatique, le deuxième à la dynamique des fluides parfaits, le troisième chapitre est
consacré à la dynamique des fluides réelles, le quatrième au calcul de réseaux de distribution
d’eau.

à la fin du polycopié on présente une bibliographie, incluant les références des documents
utilisées pour la rédaction de ce polycopié de cours.

4
CHAPITRE I : Statique des fluides (Hydrostatique)

I.1. Généralités.
La mécanique des fluides (l’hydrostatique) est constituée par la branche de la mécanique
appliquée qui traite le comportement des fluides au repos et en mouvement.
Certaines propriétés des fluides jouent un rôle important dans l’établissement des principes de la
mécanique des fluides :
- En hydrostatique : c’est le poids spécifique qui est la propriété la plus importante.
- En hydrodynamique : la densité et la viscosité sont les propriétés dominantes.

I.2. Définitions

Les fluides sont des substances susceptibles de s’écouler, ils prennent la forme du récipient qui
les contient. On réparti les fluides en liquides et en gaz :

- Les liquides sont pratiquement incompressibles, les gazes sont compressibles.


- Les liquides occupent des volumes bien définis et présentent des surfaces libres, le gaz
occupe toutes les parties du récipient qui le contient (expansible).
Pour appliquer à l’étude des fluides, les principes fondamentaux de la mécanique, nous
considérons le fluide comme un milieu homogène et continu, pouvant être décomposé en
éléments de volume infiniment petits, chacun de ces éléments est soumis aux forces suivantes :
- Forces de volume : Due au poids de l’élément et aux forces d’inertie (chaque élément
influe sur les autres par son poids et son inertie).
- Force de contact : transmise à la surface de l’élément par les éléments environnants.

I.3. Fluide parfait

On appelle fluide parfait, un fluide pour lequel les forces de contacte sont toujours normales aux
éléments de surface sur lesquelles elles s’exercent, (cad : le fluide ne subit des parois que des
forces normales et n’exercent que des pressions normales).

I.3.1. Pression en un point d’un fluide parfait.

Considérons un petit prisme triangulaire de liquide au repos, soumis à l’action du fluide qui
l’entour. Les valeurs moyennes de pression sur les trois surfaces sont P1, P2, P3, les forces de
pression correspondantes sont F1, F2, F3.

Dans la direction (oz), les forces sont égales et opposées, elles s’annulent.

5
Y Y

dY F3 X

F3 o

F2 dS F2 dZ

o X

dW F1 dW dX

Z F1

Exprimons que ce prisme est en équilibre sous l’action des forces extérieures, ces forces sont :

a/ Les forces de volume :

dW = Ŵ dv = Ŵ (½ dx dy dz)

Avec Ŵ : poids de l’unité de volume (poids volumique)

dv = volume de l’élément considéré = ½ dx dy dz

b/ Les forces de contact : (normal aux surface)

soit F1, F2, F3 avec F1= P1dx dy ; F2 = P2 dy dz ; F3 = P3 ds dz

Projetons l’équation d’équilibre sur les axes OX et OY

∑ Fx = 0 → F2 – F3 cos (π/2 – θ) = 0 → F2 – F3 sin θ

P2 dy dz - P3 ds dz sin θ = 0 ......................................................(1)

∑ Fy = 0 → F1 – F3 sin (π/2 – θ) – dW = 0

P1dxdy - P3 ds dz cos θ - Ŵ (½ dx dy dz) = 0 ................................(2)

On a dy = ds sin θ et dx = ds cos θ

Equation 1 → P2 dy dz - P3 dy dz = 0 donc P2 = P3

Equation 2 → P1 dx dz - P3 dx dz - Ŵ (½ dx dy dz) = 0

On divise par dx dz on trouve : P1 - P3 - Ŵ (½dy) = 0

Si le prisme triangulaire tend vers un point dy = 0 et les pressions moyennes deviennent des
pressions ponctuelles. dy → 0 donc P1 = P2 et P2 = P3 donc P1 = P2 = P3

Donc la pression en un point est la même dans toutes les directions.

6
Remarque :

Le quotient P = dF / dS de la force par la surface sur laquelle elle s’exerce est appelé pression
du fluide au point considéré, c’est une grandeur scalaire, dF est appelée force de pression.

I.3.2. Répartition des pressions à l’intérieur d’un fluide incompressible au repos.

Projection sur OZ, ∑ Fexterieur = 0 Z

F0 = Force due à la Pression atmosphérique F0 Patm

W = Force massique (poids de l’élément choisi) Z1 h

F = Force de poussée hydrostatique de l’élément Z2

∑ F/ z = 0 F – W – F0 = 0 F dW

Avec W = m g et F = P ds donc o X

Pds – W – P0 ds = 0 (1) ds

Le poids de l’élément W = m g = ρ .V .g = ρ .h ds .g h

Equat (1) → P ds – P0 ds – ρ h ds .g = 0

Donc : P – P0 - ρ h .g = 0

D’où P = P0+ ρ h. g = P0 + ρ .g (Z1 – Z2) = P0 + Ŵ h; (2)

Avec : Ŵ = ρ .g et h = Z1 - Z2

La formule (2) nous permet de calculer la pression en n’importe quel point d’un fluide au repos.

La grandeur (P0) est la même pour toutes les surfaces libres, c’est pourquoi on peut dire que la
pression agissante sur la surface libre d’un liquide est transmise sans changement à tous les point
de ce liquide ( c’est le principe de pascal ).

𝑷 𝑷
P = P0 + ρ .g (Z1 – Z2) + 𝒁𝟏 = + 𝒁𝟐 = HZ (hauteur piézométrique)
𝛒 .𝐠 𝛒 .𝐠

Comme il est possible de recommencer la même démonstration pour tous les points, nous
𝑷
pouvons écrire que la hauteur piézométrique reste constante + 𝒁𝟏 = 𝑪𝒕𝒆
𝛒 .𝐠

I.3.3. Unité de pression.

Dans le système international (SI), l’unité de calcul de pression est le pascal (Pa) ou newton / m2
(N/ m2) , on utilise aussi le Bar.

1 bar = 105 Pa = 105 N/ m2 = 1 kg f / cm2 = 760 mm hg

7
En industries, la majorité des manomètres à colonne de liquide sont gradués directement en
hauteur de liquide manométrique.

1 mm d’eau = 9.81 Pa et 1 mm Hg = 13.6 mm d’eau 133.3 Pa (Hg : mercure)

I.3.4. Définitions : surface de niveau, surface libre, pression relative, pression absolue.

1/ Surface de niveau :

On appelle surface de niveau, le lieu des points de fluide soumise à la même


𝑷
pression, + 𝒁𝟏 = 𝑪𝒕𝒆
𝛒 .𝐠

Si P = Cte → Z = Cte , les surfaces de niveau sont donc des plans horizontaux.

2/ Surface libre :

A la surface de séparation du liquide et de l’air ambiant, la pression est constante


et égale à la pression atmosphérique, cette surface est dite libre.

3/ Pression relative (effective), Pression absolue :

On effectue les mesures de pression à l’aide de différents types de manomètre, les


manomètres nous indiquent la pression relative (effective) C.à.d. les valeurs au-dessus de la
pression atmosphérique.

Pabs = Prelative + Patm avec Patm = 105 Pa = 1 atmosphère.

I.4. Calcul des forces de pression. P0 x

I.4.1. Cas d’une paroi plane. h dF O

Utilisons l’équation fondamentale hc c

De l’hydrostatique pour déterminer A

La force de pression totale d’un fluide y dS

Sur une paroi plane de section S, faisant

Un angle α avec l’horizontal. S

Sur une section infiniment petite dS plan OA projeté sur xoy

Agit une force élémentaire dF, on a :

dF = P dS = ρ .g h dS

Avec h : profondeur de la section dS, intégrant suivant toute la surface S

Fp = ∫ 𝑑𝐹 = ρ . g ∫ h dS avec h = y sin α

Fp = ρ . g sin α ∫ y dS , y : coordonnée du centre de l’air dS.

∫ y dS = S. yc , ou yc : coordonnée du CDG au point C

8
Fp = ρ . g yc sin α .S, avec yc sin α = hc, alors Fp = 𝛒 . 𝐠 hc .S
Avec : hc : profondeur du centre de gravité.

S : surface de la paroi.

ρ ∶ Masse volumique du liquide.

C.à.d. : la force de pression sur une paroi plane est égale au produit de l’air par la pression au
centre de gravité de cette paroi.
I.4.2. Position du centre de la force de pression agissant sur une paroi plane.
Même schéma on ajoute le point D sur le plan de position hD, on utilise l’équation des moments
pour le point D, par définition on a : le moment de la résultante par rapport à 1 axe quelconque,
est égale à la somme des moments des forces composantes.

Fp * YD = ∫𝑠 𝑦𝑑𝐹 p ........................... (1)

Fp = ρ . g hc. S ........................... (2)

Et on a dFp = ρ . g hc .dS et Fp = ρ . g yc sinα . S

Avec hc = yc sin α et h = y sinα

Donc Fp = ρ . g yc sinα . S et d Fp = ρ . g y sinα .d S

En remplaçant dans l’équation (1) on trouve :

Fp * YD = ∫𝑠 𝑦𝑑𝐹 p = ∫𝑠 𝑦 ρ . g y sin α .d S = ρ . g y sin α ∫𝑠 𝑦2 ds

Par définition on a : ∫𝑠 𝑦2 ds = Ix moment d’inertie de la surface S par rapport a l’axe OX

1 𝐼𝑥
YD = ∫𝑠 𝑌 2 𝑑𝑆 d’où YD = .................... (3)
𝑌𝑐 𝑆.𝑌𝐶

Le théorème de Huygens nous permet de calculer le moment d’inertie de la surface S par rapport
à l’axe OX passant par le centre de gravité CDG (IXG).

On a IX = IXG + 𝑌𝐶2 * S

𝑰𝒙𝑮
En remplaçant dans l’équation (3) on trouve: YD = YC + = YC + Δ Y
𝑺 𝒀𝑪

Cad : le point d’application de la force totale Fp qui est YD se trouve plus bas que le centre de
gravité de la surface, la distance entre ces deux points est égale a Δ Y.

9
I.4.3. Cas d’une paroi courbé (surface gauche).

Surface libre A dSxy C X

h
dF
ddF

dSzy dS

Le Principe reste le même : sur chaque élément de surface s’exerce une force dF = P dS ;
normale a cet élément.

Considérons la paroi cylindrique (AB) à plan vertical (Cad : ¼ de cercle), soit AB une paroi
cylindrique perpendiculaire au plan du dessin.

Pour déterminer la force de pression totale Fp qui s’exerce sur la paroi AB on décompose en
général la force élémentaire dF en projection horizontal dFx et vertical dFy.

dF = ρ . g h .dS dFZ
dFx =d F sinα = ρ . g h .dS sinα dF

dFz =d F cosα = ρ . g h .dS cosα dSZY dFx

On a dS XY = dS cosα (projection sur le plan xoy) α dS

Et dSZY = dS sinα (projection sur le plan yoz) dS XY

FX = 𝛒 . 𝐠 ∫𝒔 𝒉𝒅𝒔yz = 𝛒 . 𝐠 Soy = 𝛒 . 𝐠 hc Szy

Avec Soy : moment statique de la surface Szy par rapport a l’axe oy

hc : profondeur du CDG de la projection vertical Szy de la paroi AB

FX = 𝛒 . 𝐠 hc Szy ................ (1)

FZ : composante vertical

d FZ = ρ . g h d S cosα ) = ρ . g h dSXY

FZ = 𝛒 . 𝐠 ∫𝒔 𝒉𝒅𝑺XY = 𝛒 . 𝐠 ∫𝑾 𝒅𝑾AB = WAB (volume AB)

Cad : la force de pression verticale est égale au poids du volume WAB

10
FZ = 𝛒 . 𝐠 . WAB ................ (2)

Résumé
1/ soit un fluide au repos dans un réservoir de forme quelconque, la poussée FX sur une paroi S
dans une direction horizontal quelconque, est identique à la poussée s’exerçant sur la projection
SX de cette paroi sur un plan vertical YZ perpendiculaire à la direction horizontal considérée.
(Résultante et centre de poussée).
2/ la poussée Fz sur une paroi S, dans la direction vertical est égale au poids de la colonne fluide
vertical s’appuyant sur le contour de la paroi limité vers le bas par la paroi et vers le haut par la
surface libre, (poids réel ou imaginaire) Fz passe par le CDG de cette colonne .

Equations 1 et 2 → F = √𝑭𝟐𝑿 + 𝑭𝟐𝒁

I.5. Equation fondamentale de la statique des fluides.


I.5.1. Equilibre dans le cas général. Z

Supposant un volume infiniment petit


𝜕𝑃
Sous forme de parallélépipède élémentaire P P+ 𝜕𝑥 𝑑𝑥

de coté dx ;dy,dz. Avec dW = dxdydz

Sur ce volume considéré agissent les forces dx

Massiques et les force de contact O X

- La force massique est proportionnelle Y


A la masse du fluide considéré dFm = 𝛾𝑚 = 𝛾ρ dW = 𝛾 ρ dxdydz

Avec m : masse du volume considéré m = dW . ρ

𝜸 ∶ Accélération du volume dW dans l’espace 𝜸 ( 𝑿, 𝒀, 𝒁).

1/ Les projections des forces massique, qui agissent sur le parallélépipède considéré dans
les directions des axes du système de coordonné sont égale à :

dFmx = X . ρ. dxdydz

dFmy = Y. ρ .dxdydz

dFmz = Z. ρ. dxdydz

11
2/ Soit (p) la pression au point (M) (au centre de la facette 1.2.3.4) en passant au point
(N) au centre de la facette (5.6.7.8) la coordonnée X varie d’une variation dx, et l’augmentation
𝜕𝑃
correspondante de la pression sera : 𝜕𝑥 𝑑𝑥

𝜕𝑃
Soit PN = PM + 𝜕𝑥 𝑑𝑥

𝜕𝑃
Du point M au point N, la pression augmente d’une valeur 𝑑𝑥.
𝜕𝑥

Les forces superficielles (force de contacte) qui agissent sur les faces (1.2.3.4) et (5.6.7.8) sont :

𝜕𝑃
(𝜕𝑥 𝑑𝑥) 𝑑𝑦𝑑𝑧.

dF1.2.3.4 = Pdydz , la force élémentaire au point N, facette (5.6.7.8) devient :


𝜕𝑃
dF5.6.7.8 = (P + 𝜕𝑥 𝑑𝑥) dydz

L’équation d’équilibre du parallélépipède en projection sur l’axe des x sera

dF1.2.3.4 - dF5.6.7.8 + dFmx = 0

𝜕𝑃
Pdydz - (P + 𝜕𝑥 𝑑𝑥) dydz + X . ρ. dxdydz = 0

𝜕𝑃 𝜕𝑃
dydz [ 𝑃 − 𝑃 − 𝑑𝑥 + 𝑋 ρ. dx] = 0 ; dydz ≠ 0 𝑑𝑥 = 𝑋 ρ. dx
𝜕𝑥 𝜕𝑥

1 𝜕𝑃 𝟏 𝝏𝑷
X = 𝜌 𝜕𝑥 donc X- =0
𝝆 𝝏𝒙

De même si en fait la projection sur les axes Y et Z nous obtenons les équations d’Euler:
𝟏 𝝏𝑷
X- =0
𝝆 𝝏𝒙

𝟏 𝝏𝑷
Y- =0 (équations d’Euler)
𝝆 𝝏𝒚

𝟏 𝝏𝑷
Z- =0
𝝆 𝝏𝒛

C’est l’équation fondamental d’équilibre (équation d’Euler).


Pour établir l’équation fondamentale de l’hydrostatique, en utilise l’équation d’Euler en
multiplions chacune de ces équations respectivement par dx , dy, dz et en faisons la somme.
1 𝜕𝑃
X- =0 * dx
𝜌 𝜕𝑥

1 𝜕𝑃
Y- =0 * dy
𝜌 𝜕𝑦

1 𝜕𝑃
Z- =0 * dz
𝜌 𝜕𝑧

12
𝟏 𝝏𝑷 𝝏𝑷 𝝏𝑷
Xdx + Y dy + Z dz = 𝝆 [ 𝝏𝒙 𝒅𝒙 + 𝝏𝒚 𝒅𝒚 + 𝝏𝒛 𝒅𝒛 ] ; équation générale d’équilibre.

I.5.2. application de l’équation générale d’équilibre en hydrostatique


1 𝜕𝑃 𝜕𝑃 𝜕𝑃
Xdx + Y dy + Z dz = 𝜌 [ 𝜕𝑥 𝑑𝑥 + 𝜕𝑦 𝑑𝑦 + 𝜕𝑧 𝑑𝑧 ]

En équilibre ou en hydrostatique, les composantes de l’accélération de la force massique sont :

X = 0, Y = 0, Z = -g l’équation générale d’équilibre devient :


1 𝜕𝑃 𝜕𝑃
-gdz = 𝑑𝑧 -𝜌𝑔 = dp = -𝜌𝑔 𝑑𝑧
𝜌 𝜕𝑧 𝜕𝑧

𝑧
En intégrant on trouve : P = ∫𝑧 1− 𝜌𝑔 𝑑𝑧 = −𝜌𝑔 𝑧 + 𝑐
2

On calculant la constante à partir des conditions initiales, on trouve

P = P0 + 𝝆𝒈𝒉

Avec P0 : pression au niveau de la surface libre (N/ m2)


H : profondeur du point considéré (m)
𝜌 : Masse volumique du liquide (kg/ m3)
I.5.3. application de l’équation générale d’équilibre à un vase tournant uniformément

Soit un vase cylindrique verticale de rayon R R Z

Contenant initialement un liquide dont la surface

Libre est à la hauteur h.

Faisant tourner ce vase autour de son axe (oz)

A une vitesse angulaire (W), on choisi le plan zox h W2x

Comme plan de symétrie. g F X

Soit une particule fluide à la distance (x) de l’axe oz O

Les composantes de la force active par unité de masse sont : W

X = W2 x, Y = 0, Z = -g

L’équation d’équilibre devient : dP = 𝜌(X dx + Y dy + Z dz)

𝑊2𝑥2
dp = 𝜌( W2 x dx – g dz) P=𝜌 ( − 𝑔𝑧) + 𝑐 𝑡𝑒
2

Les surfaces d’égale pression ont pour tracé dans le plan (ZoX), des courbes d’équation dP = 0

13
(P = Cte à la surface libre donc dP = 0)

𝑊2𝑥2
P = Cte − 𝑔𝑧 = Cte ,𝜌≠0
2

Ces surfaces sont donc des paraboloïdes d’axe oz

𝑊2𝑥2 𝐶 𝑡𝑒
Z= - pour z = 0, x = 0 on a Cte = 0
2𝑔 𝑔

La valeur de la constante, s’obtient en écrivons qu’il ya conservation du volume initial ∶ π𝑅 2 ℎ

𝑊2 𝑥2 𝐶 𝑡𝑒
dV = 2π x dx * z = 2π x dx ( 2𝑔 - )
𝑔

π W2 R2
V = ∫ 𝑑𝑣 = ∫ 2 π x dx = [ − CR2 ] = π R2 h
g 4

𝑊 2 𝑅2 𝐶 𝑊 2 𝑅2
h = − C= − 𝑔ℎ
4𝑔 𝑔 4

L’équation de la surface libre sera :


𝑊 2 𝑅2
W2 x2 – 2gz = − 2𝑔ℎ ..................... (1)
4

Equation (1) devient :


𝑊 2 𝑅2
Pour x = 0 z=h– 4

𝑊 2 𝑅2
Pour x = R z=h+ 4

L’abaissement du milieu de la surface libre est égale au relèvement sur les cotés.

14
I.6. Exercices d’application (Hydrostatique)
air
2
40 kN/m

Exercice N°1 : 40 m -22 cm hg

Pour le système ci-contre :


Calculer la dénivellation ( h) du manomètre 37 m
𝒌𝒈
A mercure en forme de U ρ = 800 kg/m3 ρ = 1000
𝒎𝟑

les cotes des surfaces libres sont


Indiquées sur le schéma .

35m
h
a b

Exercice N°2 :
Calculer la force de pression P exercée
Par mètre de longueur du barrage B
(Trapèze rectangulaire). H=20m
𝑘𝑔
Données : ρ = 1000 , g = 10 m/s2 h= 18m
𝑚3

Exercice N°3 :
On considère le système ci-contre, h
Déterminer l’intensité de la force A
Hydrostatique résultante appliquée 𝜶
Sur la plaque AB, calculer le point
d’application. B L
𝑘𝑔
Données : h = 2m, L = 4m, ρ = 1000 𝑚3

g= 10 m/s2, l = 1 ml (largeur de la paroi)

15
Exercice N°4 :

Dans un barrage en béton, la sortie de l’eau


H = 13.5 m F
est contrôlé par un portail glissant, que l’on
peut ouvrir ou fermer verticalement, le portail

3m

Est de 1m de large et 3m de hauteur.

Si le centre de gravité du portail est à 15 m de profondeur et la masse du portail M = 250 kg,

Déterminer la force (F) nécessaire pour ouvrir le portail, en supposant que le coefficient de
frottement f = 0.25.
𝑘𝑔
On donne : ρ = 1000 , g = 9.81 m/s2
𝑚3

Exercice N°5 :
Déterminer la composante horizontale des forces B o
de pression agissant sur la vanne secteur AB α
de forme circulaire. h
Déterminer la composante verticale.
Déterminer la force résultante et son inclinaison. A
Données : α = 45°, la largeur l = 1 ml ( mètre linéaire)
h = 10 m.

16
CHAPITRE II : dynamiques des fluides parfaits incompressible
(Théorème de Bernoulli)

II.1. Equation générale du mouvement (équation d’EULER)


Dans un courant permanent d’un fluide parfait, prenons un point M (x, y , z)
Et construisons un parallélépipède droit Z
Infiniment petit avec les arrêtes dx, dy, dz
L’équation d’Euler s’écrit pour un fluide au
∂P
Repos (statique): p P+ ∂x 𝑑𝑥
1 ∂P
X –ρ . ∂x = 0
1 ∂P
Y – ρ . ∂y = 0 Y o dx X
1 ∂P
Z– . =0 ( les forces de contacts équilibrent les forces massiques)
ρ ∂z

En dynamique des fluides pour un fluide parfait incompressible en mouvement, l’équation


d’Euler (équation de mouvement) devient :
1 ∂P 𝑑𝑉𝑥
X - ρ . ∂x = 𝛾𝑥 = X, Y, Z : Composantes de la force massique.
𝑑𝑡
1 ∂P 𝑑𝑉𝑥
Y –ρ . ∂y = 𝛾𝑦 = 𝛾𝑥, 𝛾𝑦 , 𝛾𝑧 : Composantes de l’accélération du
𝑑𝑡
1 ∂P 𝑑𝑉𝑥
Z– . = 𝛾𝑧 = mouvement du parallélépipède.
ρ ∂z 𝑑𝑡

II.2. Ecoulement permanent d’un fluide incompressible non visqueux (Th de Bernoulli) :

Pour un filet élémentaire d’un fluide parfait, utilisons les équations de mouvement

(Euler)
1 ∂P 𝑑𝑉𝑥
X - ρ . ∂x = * dx
𝑑𝑡
1 ∂P 𝑑𝑉𝑦
Y –ρ . ∂y = * dy
𝑑𝑡
1 ∂P 𝑑𝑉𝑧
Z – ρ . ∂z = * dz et on fait la somme des trois équations.
𝑑𝑡

𝑑𝑉𝑥 𝑑𝑉𝑦 𝑑𝑉𝑧 1 ∂P ∂P ∂P


dx + 𝑑𝑦 + 𝑑𝑧 = 𝑋𝑑𝑥 + 𝑌𝑑𝑦 + 𝑍𝑑𝑧 − . ( ∂x 𝑑𝑥 + ∂y 𝑑𝑦 + 𝑑𝑧)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 ρ ∂z

∂P ∂P ∂P
𝑑𝑥 + ∂y 𝑑𝑦 + 𝑑𝑧 = dP (différentiel totale exacte de la pression)
∂x ∂z

on a : Xdx+Ydy+Zdz = dU ; ( dU : différentiel totale exacte d’une fonction massique U(x,y,z)).

Par définition on a : dx = Vx dt , dy = Vy dt, dz = Vz dt

17
Donc :

𝑑𝑉𝑥 𝑑𝑉𝑦 𝑑𝑉𝑧 𝑑𝑉𝑥 𝑑𝑉𝑦 𝑑𝑉𝑧 𝑉2 𝑉𝑦2 𝑉2


dx + 𝑑𝑦 + 𝑑𝑧 = Vx dt + Vy dt + Vz 𝑑𝑡 = d( 2𝑥 )+ d( 2 ) + d( 2𝑧 )
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡

𝑉2
On a les dérivées : d( 2𝑥 ) = VxdVx

𝑉𝑦2
d( 2 ) = Vy dVy

𝑉2
d( 2𝑧 ) = VzdVz

𝑽𝟐 𝟏
L’équation d’Euler devient : d( ) = 𝒅𝑼 − 𝒅𝑷 ...................... (1)
𝟐 𝛒

Avec V : vitesse d’écoulement, U : La force massique, et P la pression dans le liquide.

Considérant le cas du mouvement d’un fluide parfait incompressible :

- Les forces massiques agissant sur ce fluide se réduisent à la force de pesanteur


X = 0 , Y = 0 et Z = - g donc dU = - g dz

L’équation (1) devient :

𝟏 𝑽𝟐 𝟏 𝑽𝟐
-g dz - 𝛒 𝒅𝑷 - d ( )=0 dz + 𝛒𝐠 𝒅𝑷 + d ( 𝟐𝒈) = 𝟎
𝟐

𝑷 𝑽𝟐
d(z + + )=𝟎 ......................... (2)
𝛒𝐠 𝟐𝒈

Le groupe des trois termes est une grandeur constante le long d’une ligne de courant,
l’équation obtenue s’appelle « Equation de BERNOULLI » d’un fluide parfait pour une ligne
de courant donnée.
𝑷 𝑽𝟐
Z + 𝛒𝐠 + = Cte
𝟐𝒈

Chaque membre de cette équation à une dimension linéaire (m):


Z : hauteur de position (cote du point considéré)
𝑷
: Hauteur due à la pression (hauteur d’une colonne du fluide considéré qui mesure
𝛒𝐠

La pression P à la section considérée.

𝐕𝟐
: Hauteur cinétique (hauteur due à la vitesse)
𝟐𝐠

𝑷
Z + 𝛒𝐠 : Hauteur piézométrique.

18
II. 3. Définitions ligne de charge, ligne piézométrique :

1/ La ligne de charge :

La ligne de charge est une représentation graphique de l’énergie en chaque section par rapport à
𝑃 𝑉2
un plan de référence, on peut reporter l’énergie totale (Z + ρg + ) comme valeur linéaire en
2𝑔

mètre de fluide pour chaque section représentative.


2/ La ligne piézométrique :
C’est une ligne située en dessous de la ligne de charge à une distance égale à la hauteur de
V2
vitesse ( ) en mètre à la section considéré.
2g

Remarque 1 : Les deux lignes restent parallèles pour toutes les sections dont l’air est égale.
Ligne de charge
𝑽𝟐
𝟏 𝑽𝟐
𝟐
𝟐𝒈 𝟐𝒈

𝑷𝟏 /ρg Ligne piézométrique


𝑷𝟐
1 𝛒𝐠

𝑷 𝑽𝟐
Z+ + 2
𝛒𝐠 𝟐𝒈

Z1

Z2

Plan de référence

Remarque 2 :
Dans l’étude des fluides réels à cause des pertes d’énergie due aux frottements, le tracé
du plan de charge ne sera plus un plan horizontal mais une courbe décroissante, on dira
qu’il ya perte de charge.

II.4. Application du théorème de Bernoulli.


Le théorème de Bernoulli est utilisé dans le résolution de la majorité des problèmes
de la dynamique des fluides, nous présentons ici quelques application de ce théorème.

II.4.1 Vidange d’un réservoir

Soit un réservoir S de grande dimension ouvert à l’air libre et comportant un orifice S.

19
De section (s) a la partie inférieure (s <<< S) 1

A/ calcul de la vitesse théorique d’écoulement : v2

appliquons l’équation de Bernoulli entre les h

sections 1 et 2 : 2
𝑉12 𝑉22
Z1 + 𝑃1 /ρg + = Z2 + 𝑃2 /ρg + s
2𝑔 2𝑔
P1 = P2 = P atmosphérique v2
Z1 = h et Z2 = 0

𝑉12 𝑉22
s << S donc V1 << V2 (on considère que 𝑒𝑡 𝑛é𝑔𝑙𝑖𝑔𝑒𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑒𝑣𝑎𝑛𝑡 )
2𝑔 2𝑔

L’équation de Bernoulli devient :

𝑉22
h= ↔ V2 théorique = √𝟐𝒈𝒉 Formule de torecelli
2𝑔

Le débit théorique qui correspond à la vitesse V2 est : QV théorique = s √𝟐𝒈𝒉


B/ Calcul du débit réel :

- En réalité a cause des frottements ( due aux parois), la vitesse réelle est plus petite que la
vitesse théorique
VRéele = φ1√2𝑔ℎ ; φ1 < 1 appelé coefficient de vitesse.
- La forme des lignes de courant indiquée sur la figure est tel que le liquide ne pouvant
tourner brusquement, la section réelle du jet est inférieure à la section de l’orifice
S réelle du jet = φ2 S orifice
Avec φ2 < 1 appelé coefficient de contraction.
Le débit réel sera :
QVréel = sréel. Vréele = φ1 φ2. s. √𝟐𝒈𝒉

QVréel = α s. √𝟐𝒈𝒉 S jet

Avec : s : section de l’orifice

h : hauteur du liquide s orifice

α = φ1 φ2 coefficient du débit.

Le coefficient α dépend de la forme de l’orifice

α = 0.60 pour un simple trou aux bords amincis (ajutage en paroi mince)

α = 0.98 ajutage en forme de tuyère moulée.

20
C/ calcul du temps de vidange :

A un instant donnée on a :
−𝒅𝑽
QV = = α s. √𝟐𝐠𝐙 .............................................. (1)
𝒅𝒕

Le signe (-) indique une diminution de volume

Z : cote de la surface libre par rapport à l’orifice

V : volume de fluide contenu dans le réservoir à l’instant (t).

Pendant un temps (dt), Z varie de dZ, le volume perdu sera : dV = S dZ

On supposant la section du réservoir constante S = Cte


𝑑𝑍 −𝑆 𝑑𝑍
L’équation (1) implique : -S = α s. √𝟐𝐠𝐙 ↔ dt = 𝛂 𝐬√2𝑔 ∗
𝑑𝑡 √𝑍

0 −𝑆 𝑑𝑍 𝑆 ℎ
t = ∫ℎ . = . (2)√𝑍0
𝛂 𝐬√𝟐𝐠 √𝑍 𝛂 𝐬√𝟐𝐠

𝟐𝑺𝒉 𝟐𝑽𝟎
t= ou encore t=
𝛂 𝐬√𝟐𝐠𝐡 𝑸𝑽𝟎

Avec (S) : section du réservoir ; s : section de l’orifice ; h : section de l’orifice.

Remarque : Si la section (S) n’est pas constante :

Exemple : L

S (z) = b(z) . L b(Z)

dv = b(z). L.dz Z

(b(z) : calculée par les triangles semblables).

II.4.2. Tube de Venturi :

Le tube de Venturi est une conduite circulaire horizontale comportant un convergent, un col et
un divergent, il sert à calculer la vitesse en différentes sections d’une conduite.

A convergent C divergent

col

21
Pour calculer la différence de pression entre le convergent et le col en applique l’équation de
Bernoulli pour une ligne de courant entre les points A et C :

𝑉𝐴2 𝑉𝐶2
ZA + 𝑃𝐴 /ρg + = ZC + 𝑃𝐶 /ρg + ........................ (1)
2𝑔 2𝑔

Soit SA : la section d’un tuyau à l’entrée (section du convergent)

SC : la section du col.

La conservation du débit entrant et sortant nous donne :


𝑆
QV = VA SA = VC SC VC = VA. 𝑆𝐴
𝐶

𝑃𝐴 −𝑃𝐶 𝑉𝐶2 𝑉𝐴2 𝑉𝐴2 𝑆 2


L’équation (1) devient : =h= − = [( 𝐴) − 1]
ρg 2𝑔 2𝑔 2𝑔 𝑆𝐶

𝑉2
La dépression du col est donc égale à la hauteur dynamique ( )
2𝑔

𝑺 𝟐
[(𝑺𝑨 ) − 𝟏] : Coefficient de Venturi
𝑪

La mesure expérimentale de la hauteur du liquide dans le piézomètre (h) permet de calculer la


vitesse V et donc le débit QV dans la conduite.

II.4.3. Déversoir (théorie simplifiée)

Un déversoir est un barrage établi en travers d’un canal, il est utilisé comme moyen de mesure
du débit QV, ou pour relever le niveau d’eau à l’amant du canal.

1 V1 2

V2

Z=0 h h/

Seuil

Pour une hauteur (h) donnée, le débit s’établi d’une manière stable, pour une valeur (h/), tel que
le débit soit maximal.

On admet que les filets au dessus du seuil sont horizontaux et on applique le théorème de
Bernoulli entre les sections (1) et (2) pour un filet de courant supérieur on a : P = P Atmosphérique

22
𝑉12 𝑉22
Z1 + 𝑃1 /ρg + = Z2 + 𝑃2 /ρg +
2𝑔 2𝑔

𝑉12 𝑉2 𝑉22
V1 est trop faible devant V2 donc 2𝑔
≅0 ; 1
(2𝑔 𝑛é𝑔𝑙𝑖𝑔𝑒𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑒𝑣𝑎𝑛𝑡 2𝑔
)

𝑉2 𝑉22
h + 0 = h/ +2𝑔 ; h = h/ + ; V = √𝟐𝒈(𝒉 − 𝒉^ )
2𝑔

On admet aussi que tous les filets au dessus du seuil ont la même vitesse, alors :

V = √2𝑔(ℎ − ℎ/ ) ................................. (1)

Si (b) est la largeur du seuil, donc :

QV = V.S = V.b.h/ = bh/√2𝑔(ℎ − ℎ/ )

Alors QV = b h/√2𝑔 √ℎ − ℎ/ ................................... (2)

𝒅𝑸𝑽
QV = maximum, si =𝟎
𝒅𝒉/

𝒅𝑸𝑽 𝒉/
= 𝒃√𝟐𝒈 [√𝒉 − 𝒉/ − ]=𝟎
𝒅𝒉/ 𝟐√𝒉−𝒉/

𝟐
Après résolution de l’équation on trouve , Soit : h/ = 𝟑 𝒉

On remplaçant (h/) par ca valeur dans l’équation (2) on trouve :

QV max = 0.385 bh√𝟐𝒈𝒉

Avec b : largeur de seuil

h : hauteur du liquide par rapport au plan de référence à l’amant du déversoir.

II.4.4.Tube de Pitot :

On l’appelle aussi tube de pression total, si on dispose un tube recourbé à angle droit contre le
courant dans une conduite et en relie se tube à un manomètre, celui-ci indiquera la pression :
𝑃 𝑉2
Ht = ρg + 2𝑔

Exemple : h

On cherche la vitesse d’écoulement PB / ρg = 5.58 m

Dans la conduite : PA / ρg = 4.65 m

𝑃𝐴 𝑉𝐴 2 𝑃𝐵
+ +0= +0 +0 •A • B
ρg 2𝑔 ρg

23
𝑉𝐴 2 𝑃 𝑝𝐴 𝑃 𝑃
= ρg𝐵 − VA = √2𝑔( ρg𝐵 − ρg𝐴)
2𝑔 ρg

VA = √2.10(5.58 − 4.64) = 4.18 m/s

𝑃𝐴 𝑉𝐴 2 𝑃𝐵
Donc 5.58 = + =
ρg 2𝑔 ρg

II.5. Théorème de quantité de mouvement (théorème d’Euler)

Le théorème de quantité de mouvement permet de déterminer les forces agissantes sur un


volume de fluide, quand on connait seulement les vitesses des éléments situées sur les surfaces
limitant le volume du liquide.
Ce théorème n’applique pas la conservation de l’énergie mécanique (équation de Bernoulli), il
est applicable aussi bien aux fluides parfaits qu’aux fluides réels.
Le théorème dit :
La variation de la quantité de mouvement linéaire = l’impulsion linéaire.

Ou encore :

∑𝑀𝑆𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡 •
- ∑𝑀𝐸𝑛𝑡𝑟𝑎𝑛𝑡 = ∑ 𝐹𝐸𝑥𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠

𝑴• = 𝛒.s.v2 ; quantité de mouvement

𝛒 : Masse volumique du liquide.

v = vitesse d’écoulement du liquide.

s = section du jet
On a plusieurs types de forces extérieurs, comme la force de gravité, la force de pression, les
forces exercées par des parois mobiles etc.
• •
Remarque : les quantités de mouvements : 𝑀𝑆𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡 ,𝑀𝐸𝑛𝑡𝑟𝑎𝑛𝑡 , 𝐹𝐸𝑥𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 , sont des grandeurs
vectorielles et doivent être ajoutées ou retranchées en conséquence. 𝑴𝟐 •

Exemple : Force exercée par un jet d’eau sur une plaque plane

Un jet d’eau en forme de lame horizontale R

De section s0 , de vitesse v0 , frappe une

Plaque carré homogène faisant un angle M0 α M0

α avec la direction du jet. M0sin α M0 cos α

∑𝑀𝑆• - ∑𝑀𝑒• = ∑ 𝐹𝐸𝑥𝑡


𝜋
Suivant ox : 0 + 0- 𝑀0• cos ( – α) = R 𝑴𝟏 •
2

24
𝝅
Suivant oy : −𝑴𝟏 +M2 – M0 sin (𝟐 – α) = 0

On posons 𝑴• = 𝛒 .v. Qv , on trouve une relation entre les débits entrant et sortant.
Note : on trouve une deuxième relation entre les vitesses V0 , V1 et V2 on utilisons l’équation de
Bernoulli entre (0-1) et (0-2).

II.6. Exercices d’application (Dynamique des fluides)


Exercice N° 1 :
Un réservoir rempli d'eau, de très large section R ,dont le niveau Z0 est maintenu constant.(figure
ci-dessous), AC est une conduite de diamètre D. En C se trouve une courte tuyère de diamètre d.
C et D sont sur la même horizontale.
1- Etablir l’expression de la vitesse vD de l’eau à la sortie de la tuyère (justifier les
approximations effectuées). Exprimer le débit volume q en fonction de vD , d, et g ;
En déduire l’expression de la vitesse v dans la conduite AC.
A.N : Z0 = 4,0 m ; D = 5,0 cm ; d = 2,0 cm. Calculer vD , q et V.
2- Un tube est placé en B en liaison avec la conduite.
2.1- En utilisant la relation de Bernoulli, exprimer littéralement la pression au point B.
2.2- Par application de la loi de l’hydrostatique dans le tube vertical, calculer littéralement la
pression pB .
2.3- En déduire l’expression de h, différence des niveaux des surfaces libres du réservoir et du
tube en fonction de v et g. Pouvait-on prévoir aisément ce résultat ?

3- Représenter la ligne de charge et la ligne piézométrique effective de l’installation.

25
Exercice N° 2
On étudie l'écoulement de l'eau à travers un tube de Venturi vertical.
(Schéma ci-contre). On supposera le liquide comme parfait et le régime d'écoulement permanent.
1- Ecrire l'équation de continuité et exprimer la relation littérale entre les vitesses moyennes v A ,
vB et les diamètres DA et DB . Calculer vA et vB .
2- Appliquer la relation de Bernoulli entre A et B en précisant clairement la signification des
différents termes. Calculer p = pA - pB
Données numériques :
Débit-volume : qv = 200 L / s. A 1.25 m
DA = 30,0 cm, DB = 15,0 cm.
eau = 1000 kg.m-3 . 0.5 m
Les côtes ZA et ZB des points A et B sont B
indiquées sur le schéma. ZA= 1.25 m
et ZB = 0.5 m.

Exercice N° 3
Une conduite amène de l’eau à la température moyenne de 10 °C , de masse volumique constante
, d’un barrage vers la turbine d’une centrale hydroélectrique. La conduite cylindrique, de
diamètre constant D = 30 cm et de longueur L = 200 m, se termine horizontalement, son axe
étant situé à H = 120 m au-dessous de la surface libre de l’eau dans le barrage de très grande
capacité. Le départ de la conduite est à H0 = 20 m au dessous du niveau pratiquement constant.
On néglige tout frottement et on prendra les valeurs numériques suivantes :
g = 9.81 m.s-2,  = 1000 kg.m-3, patm = 1,01 bar.

26
Schéma :

B
+ H
H0

eau

+ Z
M
+
A 0

1- Calculer littéralement la vitesse vA du fluide à la sortie A (extrémité à l’air libre) ; faire


l’application numérique.
Calculer le débit-volume qv à la sortie.
2 - Pour éviter ce problème dans la conduite, on dispose à l’extrémité A de la conduite une
tubulure de section décroissante (injecteur), de diamètre de sortie d et d’axe horizontal.

Expliquer qualitativement comment est modifiée la pression à l’intérieur de la conduite.

D A d

27
CHAPITRE III. Equation de Bernoulli d’un courant d’un fluide réel.

III.1 Répartition des vitesses a l’intérieure d’un liquide en mouvement.

En passant d’un fluide parfait à un courant d’un fluide réel ou un courant de fluide visqueux il
est indispensable de tenir compte de l’irrégularité de la répartition des vitesses dans les sections
considérées, et des pertes d’énergie ou de perte de charge entre ces sections.
Pour établir l’équation de Bernoulli pour les liquides réels, il faut connaitre la notion de
puissance de courant.
- La puissance d’un filet élémentaire est égale au produit de l’énergie spécifique total du
fluide au point considéré par le débit massique élémentaire en poids.
dN = H ρ g dQ
𝑃𝐴 𝑉𝐴 2
Avec H = Z + +
ρg 2𝑔

𝑃𝐴 𝑉𝐴 2 𝑃𝐴 𝑉𝐴 2
dN = (Z + + ) ρ g dQ = (Z + + ) ρ gvds ........................ (1)
ρg 2𝑔 ρg 2𝑔

La puissance du courant total est l’intégrale de l’équation (1) prise dans toute la
surface.
On tenant compte que pour le mouvement d’un fluide parfait dans tout point de section
transversale du courant, la hauteur hydrostatique (Hp) est constante, donc pour un fluide réel on
𝑃𝐴
à : Hp = Z + = Cte ( ce qui varie c’est la vitesse).
ρg

𝑃𝐴 ρg
N = ρ g (Z + ) ∫𝑠 𝑣𝑑𝑠+ 2𝑔 ∫𝑠 𝑣 3 ds
ρg

On à Qv = ∫𝑠 𝑣𝑑𝑠

𝑃𝐴 ρ
N = ρ g (Z + )Qv + 2 ∫𝑠 𝑣 3 𝑑𝑠
ρg

Pour déterminer la valeur de l’énergie totale dans une section donnée, on divise la puissance
totale par son débit massique :
𝑁 𝑃𝐴 1 𝑣2
H = ρ g Qv = [(Z + ρg
)+ 2𝑔𝑄𝑣
∫𝑠 𝑣 3 𝑑𝑠] 𝑣𝑚
2
𝑚
Avec : N = H ρ g Qv ; Qv = vm.s

Vm : vitesse moyenne, s : section d’écoulement

2 ∫ 𝑣 3 𝑑𝑠
𝑣𝑚
𝑃 𝑠
Donc H=Z + + 3𝑠 Avec Qv = vm . s
ρg 2𝑔 𝑣𝑚

28
𝑃 𝒗𝟐𝒎
H=Z + + α. 𝟐𝒈
ρg

α: coefficient sans dimension qui tient compte de l’irrégularité de la répartition des vitesse, il
dépend du régime d’écoulement.
En pratique pour les régimes turbulents : α t = 1

Pour les régimes laminaire : α l =2


III.2.Equation de Bernoulli pour un fluide réel.
En tenant compte de la perte de charge entre les deux sections pour un fluide réel, et la loi de
répartition des vitesses, l’équation de Bernoulli entre deux points 1 et 2 d’une ligne de courant
𝑃1 𝒗𝟐 𝑃2 𝒗𝟐
s’écrit : 𝑍1 + + 𝜶𝟏 . 𝟐𝒈𝟏 = Z2 + + α2. 𝟐𝒈𝟐 + ∆𝒉𝟏−𝟐
ρg ρg

Avec ∆𝒉𝟏−𝟐 : perte de charge entre les sections 1 et 2

H1 = H2 + ∆𝒉𝟏−𝟐

𝒗𝟐𝟏
𝟐𝒈

𝑃1
L.P L.Ch ∆𝒉𝟏−𝟐
ρg

𝒗𝟐𝟐
𝟐𝒈

𝑃2
ρg

Z1 Z2

Plan de référence

L.P : ligne piézométrique. L.Ch : ligne de charge.

III.3. Expérience de Reynolds (régime d’écoulement)

Pour le système de Reynolds présenté dans la figure, on observe l’allure de l’écoulement en


faisant varier La vitesse d’écoulement (débit) à l’aide d’une vanne.
Liquide coloré
A/ aux faibles vitesses : le filet coloré
Conserve son individualité jusqu'à
L’extrémité du tube.

Eau Vanne

Réservoir Tube en verre transparent

29
Le régime d’écoulement est dit « Laminaire ».

B/ A partir d’une certaine vitesse d’écoulement,

le filet fluide du colorant commence à onduler

un certain temps (court) avant de se mélanger QV Filet coloré

au reste du fluide. Eau

Le régime est dit « transitoire »

C/ Si on augmente encore la vitesse (le débit),

Le tourbillon augmente d’amplitude et

Le filet coloré se mélange au reste du fluide. Eau

Le régime est dit « turbulent ».

III.3.1. Nombre de Reynolds

Le changement du régime dans une conduite se produit à une vitesse bien déterminée du courant
qui est appelée vitesse critique (Vcr), la vitesse critique est proportionnelle à la viscosité
cinématique (υ) et inversement proportionnelle au diamètre de la conduite.
𝜐
Vcr = K.
𝑑
𝑑
On peut écrire cette relation sous la forme : K = Vcr
𝜐

Avec K : coefficient sans dimension appelé nombre critique de Reynolds (Re critique), on écrit
𝑑
alors : Re critique = Vcr . (Coefficient sans dimension)
𝜐

L’expérience montre que le nombre critique de Reynolds est égale à :

Re critique = 2000 ............................ pour les sections circulaires.

Re critique = 580 ............................. Pour les sections demies circulaires


𝒅
En générale on a : Re = V.
𝝊

Avec V : vitesse moyenne de l’écoulement (m/s).

d: diamètre de la conduite (m).

𝜐 : viscosité cinématique (m2/s)

30
Remarque : 𝜇
𝝁
On a 𝝊=
𝝆

𝝁: viscosité dynamique. 𝝆: Masse volumique du liquide.

Alors si Re = 2000 le régime est critique.

Re < 2000 le régime est laminaire.

Re > 2000 le régime est turbulent.

III.4 Perte de charge (notion générale)

Les pertes de charge ou bien les pertes d’énergie spécifique dépendent de la forme, des
dimensions, de la rugosité de la conduite, de la vitesse d’écoulement et de la viscosité du fluide.
L’expérience à montré que les pertes de charge sont proportionnelle au carré de la vitesse et à la
langueur de la conduite. En général il existe deux types de perte de charge :
- Perte de charge linéaire.
- Perte de charge singulière.

III.4.1 Pertes de charge linéaire (pertes de charge réparties)

La perte de charge linéaire est donnée par la formule empirique :

𝝀𝒍 𝑽𝟐
𝜟𝒉𝒍 = Formule de Darcy
𝒅 𝟐𝒈

Avec : 𝝀: coeficient de perte de charge linéaire, (coefficient de frottement dans la conduite).

l : longueur de la conduite (m).

d : diamètre de la conduite (m).

v : vitesse d’écoulement dans la conduite (m/s).

Détermination de la valeur de 𝝀 :
𝟔𝟒
- Régime laminaire : 𝝀 = 𝐑𝐞 pour Re < 2000

- Régime turbulent : pour Re > 2000 on a deux cas :

1/ Re < 105 la conduite est dite lisse.


𝟎.𝟑𝟏𝟔
𝝀 = ; (Formule de Blasius)
𝑹𝟎.𝟐𝟓
𝒆

2/ Re > 105 la conduite est dite conduite rugueuse.


𝟏
= 𝟐 𝐥𝐧( Re √𝝀 – 0.8) ; (Formule de Karman)
√𝝀

31
Remarque : Des abaques et des tableaux ont étaient élaborés afin de déterminer la valeur de 𝝀
Généralement on utilise les tableaux ou abaques de Colebrook pour déterminer
la valeur de 𝝀.
III.4.2. Pertes de charges singulières ( perte de charges locales).
La perte de charge singulière est donnée par la formule empirique :

𝒗𝟐
hs = ξ (Formule de Weisbach)
𝟐𝒈

Les pertes de charges singulières sont due à une modification du contour du courant de fluide.
ξ: est appelé coefficient de perte de charge singulière, c’est un coefficient sans dimension ne
dépendant que de la forme de l’obstacle comme les coudes, l’élargissement brusque, le
rétrécissement brusque, les vannes, etc.
La valeur de ξ pour les divers organes sont données par des formulaires et des catalogues de
constructeurs, ces valeurs sont approximatives.

Quelques valeurs de ξ :

1) Coude brusque à angle droit : ξ = 1 ξ •

2) Elargissement progressive de la section

𝑺 𝟐
ξ = (𝟏 − ) sin α α Eau
𝑺′

S’

3) Entrée des tuyauteries (rétrécissement brusque) :


𝟏
ξ= (pour un simple orifice) v
𝟐

ξ=0 (pour orifice à bords arrondis et poli) ξ

32
4) sortie des tuyauteries (élargissement brusque)

ξ= 1 v ξ= 1
(Pour une sortie brutale l’énergie cinétique est totalement perdu)

5) Les vannes :
Vanne ouverte : ξ= 0.05 à 0.4 selon le type de vanne.
Quand on ferme la vanne progressivement ξ varie

Progressivement de 0.4 à ∞.

Vanne fermé ξ = ∞ vanne

III.4.3. Exemple :

Soit l’écoulement d’huile de viscosité cinématique 𝝊 = 0.1 stocks et de vitesse v = 0.05 m/s

Soit les pertes de charge singulière ξ1 = 0 , ξ2 = ξ3 = 0.8 , ξ4 = 10, déterminer la perte de


charge totale du circuit si le diamètre de la conduite d = 20 cm , L1 = 30 m , L2 = 12 m,
L3 = 70m.
L3 ξ4 d

ξ3
L1 L2

ξ1 ξ2
Δh totale = ΔhS + Δh L

𝝀𝒍 𝑽𝟐 𝒅 𝟎.𝟓∗𝟎.𝟐
𝜟𝒉𝒍 = . On a Re = V. 𝝊 = 𝟎.𝟏∗𝟏𝟎−𝟒 = 1000
𝒅 𝟐𝒈

Avec: 1 stocks = 1 cm2/s = 10-4 m2/s, donc 𝜐 = 0.1 stocks = 0.1 *10-4 m2/s

Re = 1000 < 2000 l’écoulement est laminaire.

𝟏𝟏𝟐 (𝟎.𝟎𝟓)𝟐
𝜟𝒉𝑳 = 0.064 ∗ 𝟎.𝟐 𝟐∗𝟗.𝟖𝟏

𝑽𝟐 𝟎.𝟎𝟓𝟐
𝜟𝒉𝑺 = (ξ1 +2 ξ2 + ξ4) 𝟐𝒈 = 12.3 *
𝟐∗𝟗.𝟖𝟏

Δh totale = ΔhS + Δh

33
III.5. Ecoulement à Travers les orifices:

Les orifices peuvent être exécutés dans une paroi mince ou épaisse.

Si l’épaisseur de la paroi e = (2 à 3) d0, avec d0 = diamètre de l’orifice, dans ce cas cette paroi est
dite paroi mince.

Le problème est de déterminer la vitesse d’écoulement et le débit du fluide.

(0-0) V0 = 0 P0

H0

V1 d0 d jet

(1-1)

Soit un réservoir contenant un fluide, le fluide s’écoule à travers l’orifice (1-1) dans un espace
avec la pression P1, l’orifice se trouve à la profondeur H0, le jet du fluide prend une forme
cylindrique avec une section Sj.
Pour déterminer la vitesse d’écoulement du jet on écrit l’équation de Bernoulli pour les sections
(0-0) et (1-1).
𝑃0 𝒗𝟐 𝑃1 𝒗𝟐
𝐻0 + + 𝜶𝟎 . 𝟐𝒈𝟎 = + α1. 𝟐𝒈𝟏 + ∆𝒉𝟎−𝟏
ρg ρg

𝑽𝟏 𝟐
V0 = 0, ∆𝒉𝟎−𝟏 = ξ 𝟐𝒈

𝜶𝟎 = 𝜶𝟏 = 𝟏 , régime turbulent.

𝑃0 −𝑃1 𝑽𝟐 𝑽𝟐 𝑽𝟐
H0 + = 𝟐𝒈 + ξ 𝟐𝒈 = 𝟐𝒈 (𝟏 + ξ)
ρg

𝟏 𝑷𝟎 −𝑷𝟏
V= ∗ √𝟐𝒈 (𝑯𝟎 + )
√𝟏+𝛏 ρg

1
On pose : φ1 = (coefficient de vitesse)
√1+𝛏

𝑷𝟎 −𝑷𝟏
V = φ1√𝟐𝒈 (𝑯𝟎 + )
ρg

34
Vréelle = φ1√𝟐𝒈𝑯𝟏 (V : vitesse d’écoulement par les orifices)

Le débit réel sera :

QV = Sjet . V = φ2. S0. V = φ1 φ2 S0√𝟐𝒈𝑯𝟏

On pose 𝜶′ = φ1 φ2 (coefficient de débit)


𝑸𝒓é𝒆𝒍 𝑸𝑽
𝜶′ = 𝑸 =
𝒕𝒉é𝒐𝒓𝒊𝒒𝒖𝒆 𝑺𝟎 √𝟐𝒈𝑯𝟏

Qréel : calculé en mesurant une certaine quantité du fluide pendant un certain temps.

Qthéorique : calculé par l’équation de Bernoulli.

III.5.1. Ecoulement à travers un orifice noyé (écoulement sous niveau)

(1-1)

H1

c H2

d0 ξ c (0-0)

Pour déterminer la vitesse d’écoulement et le débit qui travers l’orifice noyé, on choisi les
sections (1-1) et (2-2) ,
L’équation de Bernoulli s’écrit :
𝑃1 𝒗𝟐 𝑃𝑐 𝒗𝟐
𝐻1 + + 𝜶𝟏 . 𝟐𝒈𝟏 = + αc. 𝟐𝒈𝒄 + ∆𝒉𝟏−𝒄
ρg ρg

P1 = Patmosphérique
Pc = Patm + ρgH2 (l’écoulement dan le réservoir de droite est très faible, on peut appliquer
la loi de l’hydrostatique)
V1 = 0, réservoir de grande dimension.

𝑽𝒄 𝟐
∆𝒉𝟏−𝒄 = ξ 𝟐𝒈

𝑽𝒄 𝟐
H1 – Hc = (1+ ξ)
𝟐𝒈

35
𝟏
V= ∗ √𝟐𝒈(𝑯𝟏 − 𝑯𝟐 )
√𝟏+𝛏

Vréele = φ1√𝟐𝒈(𝑯𝟏 − 𝑯𝟐 )

QV réel = 𝜶′ S0 * √𝟐𝒈(𝑯𝟏 − 𝑯𝟐 )

Avec: 𝛼 ′ = φ1 φ2 appelé coefficient du débit

III.6. Ecoulement à travers les ajutages

Par définition on appelle ajutage cylindrique extérieur un tube court dont la langueur l = (2-6)d

Fixé sur l’orifice afin de modifier le coefficient de débit 𝜶′ .

1/ ajutage cylindrique extérieur :

3d < 𝑙 < 4𝒅 l

𝛼 ′ = φ1 φ2

φ1 = 0.82 coefficient de vitesse.

φ2 = 1 coefficient de contraction à la sortie.

2/ ajutage cylindrique intérieur :

1.5d < 𝑙 < 2.5𝑑

𝛼 ′ = φ1 φ2 = 0.5

3/ ajutage conique

Pour un angle d’inclinaison 𝛹 = 12°

𝛼 ′ = 0.95 ajutage conique

4/ ajutage de Weisbach

𝛼 ′= 1

36
III.7. Influence de la rugosité des parois sur les pertes de charges (courbe de Nukeradse).

L’expérience de Reynolds ne permet pas de faire apparaitre l’influence de la rugosité des parois
sur les pertes de charge, la figure ci-dessous montre les résultats d’essais effectués par
Nukuradse sur des conduites rendues rugueuses artificiellement par des grains de sable collés.

Ces courbes représentent en coordonnées logarithmiques le coefficient de perte de charge (𝝀 )


En fonction du nombre de Reynolds, elles sont tracées pour diverses valeurs de la rugosité
relative 𝜖 / D
𝜖 : diamètre des grains de sable collés.
D : diamètre de la conduite.
L’examen de ce réseau de courbe montre que :

a/ la rugosité n’a aucune influence pour le régime laminaire, la valeur de 𝝀 est trouvée seulement
en fonction de Re

37
𝟔𝟒
𝝀=
𝐑𝐞

b/ la forme des courbes pour Re >Re critique est doc l’importance des pertes de charge dépend
beaucoup de la rugosité et aussi du nombre de Reynolds.
C’est un régime transitoire qu’on appelle aussi régime turbulent lisse : l’écoulement est turbulent
à l’intérieure du tuyau mais il existe le long de la paroi une couche laminaire.
Dans cette région on peut vérifier la loi empirique de Blasius :
𝝀 = 0.316 𝑹−𝟎.𝟐𝟓
𝒆

Représenté par une droite inclinée de pente – ¼, dite droite de Blasius .

c/ pour Re >>>Re critique le régime est dit turbulent rugueux, la valeur du coefficient de perte de
charge linéaire (𝝀) est indépendante du nombre de Reynolds, elle est uniquement fonction
de la rugosité relative des patois 𝜀 / D, on utilise généralement les formules :
𝜀
- Formule de Blunche pour une conduite industrielle : 𝝀 = 0.709 √
𝑫

𝟏 𝑫
- Formule de Prandt et Karman pour conduite expérimentale : - 2 ln𝟐𝜺 = 1.74
√𝝀

L’utilisation directe de ces formules demande un calcul par approximation successive assez
compliqué, l’utilisation de représentation graphique telle que l’abaque de Colebrook suffit pour
la plupart des applications.
III.8. Calcul d’une conduite simple
Dans le calcul d’une conduite simple on a besoin des formules suivantes :

𝑃1 𝒗𝟐 𝑃2 𝒗𝟐
𝑍1 + + 𝜶𝟏 . 𝟐𝒈𝟏 = Z2 + + α2. 𝟐𝒈𝟐 + ∆𝒉𝟏−𝟐
ρg ρg

QV = V.S

𝝀𝒍 𝑽𝟐 𝑽𝟐
Δh totale = ΔhS + Δh L = ∑ ( 𝒅 . 𝟐𝒈 + ξ 𝟐𝒈)

𝜀 𝒅
𝝀 = f (Re, ) et Re = V.
𝑫 𝝊

Dans la pratique pour les conduites industrielles on rencontre 3 types de problèmes :


1/ QV , L, 𝝊 , 𝜺 , d : connus on cherche a calculer Δh.
2/ Δh , 𝝊, 𝜺, L, d : connus on cherche a calculer QV
3/ Δh , 𝝊, 𝜺 , L , QV : connus on cherche a calculer d
Type N° 1 :
QV , L, 𝝊 , 𝜺 , d : connus on cherche a calculer Δh.

38
𝒅
a/ on calcul le nombre de Reynolds Re = V.
𝝊
𝜀
b/ On calcul la rugosité relative .
𝑫
𝜀
c/ de l’abaque de Colebrook on trouve la valeur de 𝝀 en fonction de 𝝀 = f (Re, )
𝑫

𝝀𝒍 𝑽𝟐
d/ finalement en trouve la perte de charge linéaire : Δh L = .
𝒅 𝟐𝒈

Type N° 2 :

2/ Δh, 𝝊, 𝜺, L, d : connus on cherche a calculer QV

On se reporte à l’abaque de Colebrook et on procède par ittération.

Exemple :

Ecoulement d’eau à 15 C° dans une conduite de diamètre D = 30 cm, fabriqué en acier rivé

(𝜺 = 3 mm), langueur de la conduite L = 400 m, la perte de charge admise est Δh = 7 m ,

Calculer QV.

Solution :

A 15 C° la viscosité cinématique 𝝊 = 0.012 stocks ( 1 stock = 1 cm2/s)

𝜀 𝟑 𝜀
= = 0.01, a partir de la valeur de 𝑫, on trouve 0.03 < 𝝀 < 0.05
𝑫 𝟑𝟎𝟎

(Limite supérieur et inférieur de la courbe)

En prend la moyenne : 𝝀 = 0.04

𝝀𝒍 𝑽𝟐 𝟐𝒈𝒅Δh L
Δh L = . V1 = √ = 1.6 m/s
𝒅 𝟐𝒈 𝝀𝑳

𝑉𝑑 1.6∗0.3
Re = = = 4.105
𝝊 0.012∗10−4
𝜀
(Re = 4.105; = 0.01) 𝝀𝟐 = 0.038 V2 = 1.64 m/s
𝑫

𝑉2 𝑑 𝜀 𝟐𝒈𝒅Δh L
(Re = = 4.1*105; = 0.01) 𝝀𝟑 = 0.038 V3 = √ = 1.64 m/s = V2
𝝊 𝑫 𝝀𝑳

𝜋
Donc on prend V = 1.64 m/s de la on calcul QV = V* S = 1.64 * 0.32 = 0.116 m3/s.
4

Type N° 3 :

Δh , 𝝊, 𝜺 , L , QV : connus on cherche a calculer d

Dans le 3eme type, on trouve que dans l’équation de Darcy- Weisbach nous avons 3 inconnus

39
(𝜆, L et d) et il y à deux inconnus dans l’équation de continuité (V et d) et également 3 inconnus
dans le nombre de Reynolds (V, Re et d) en plus , la rugosité relative est inconnue.
On utilisant l’équation de continuité on peut éliminer la vitesse dans l’équation de Darcy-
Weisbach et dans l’équation du Reynolds et ainsi on peut écrire :
𝑄𝑉
QV =VS V= 𝑆
𝝀𝒍 𝑽𝟐 𝝀𝒍 𝑸𝟐𝑽 𝐿 16𝑄𝑣2
Δh L = . = 𝒅. 𝝅𝑫𝟐
=𝜆
𝒅 𝟐𝒈 𝟐𝒈( ) 𝐷 2𝑔𝜋2 𝐷4
𝟒

2
8𝐿𝑄𝑉
d5 = 𝜆 = C1 𝜆 ...................... (3-1)
∆ℎ𝑔𝜋2

𝟖𝑳𝑸𝟐𝑽
Avec : = C1 : constante connue.
∆𝒉𝒈𝝅𝟐

𝑉𝑑 4𝑑𝑄𝑉 𝐶2
Re = = = ........................ ( 3-2)
𝝊 𝜋𝝊𝒅𝟐 𝑑

𝟒𝒅𝑸
Avec : C2 = 𝝅𝝊𝒅𝟐𝑽 : constante connue.

Méthode de résolution :

1/ on suppose une valeur de 𝜆

2/ on remplace dans 3-1 la valeur de 𝜆 et on trouve le diamètre correspondant.

3/ on remplace dans 3-2 et en détermine la valeur du nombre de Reynolds Re.


𝜀
4/ on détermine la rugosité relative : ........... (3.3)
𝑫
𝜀
5/ avec (Re et ) on détermine dans le diagramme de Moody une nouvelle valeur pour 𝜆2.
𝑫

6/ avec la nouvelle valeur de 𝜆 = 𝜆2, en répète l’opération précédente.

7/ on continue la procédure jusqu’a ce que la valeur de 𝜆 ne varie plus.

8/ avec la valeur de 𝜆 trouvée on calcul (d) par la relation (3-1).

40
CHAPITRE. IV. CALCUL DES RESEAUX
IV.1. Types de réseaux :
Il existe deux types de réseaux qu’on peut utiliser pour l’alimentation en eau d’une localité ou
d’une agglomération ; un réseau de distribution peut être soit ramifié, soit maillé, prenons par
exemple la configuration d’une petite agglomération.
A/ Réseau ramifié :

Une canalisation maitresse sera prévue dans la rue principale (a, b, c, d, e) , sur cette conduite
principale seront branchées des canalisations secondaires (f, g, h, ,j, k) , ces canalisations
secondaires alimentent elles mêmes des canalisations tertiaires (1,2,3,4,5,6,7,8,9,.......) , sur
lesquelles seront piquées des canalisations ᾰ, β, γ, Ω, μ.
Ce réseau est dit ramifié, il présente un défaut, c’est que l’écoulement s’effectue dans le réseau
constamment dans le même sens, si un arrêt se produit en un point quelconque, toutes les
conduites placées en avale se trouvent privées d’eau.
B/ Réseau Maillé :
Dans ce type de réseaux l’alimentation est assurée dans les deux sens, les canalisations
primaires et secondaires peuvent recevoir l’eau dans les deux sens , a cet effet il ya lieu de
prévoir deux nouvelles canalisation : a , g , i , k , e et a, f, h, j, e voir schéma ci- dessous

41
Les canalisations tertiaires et quaternaires de petites artères continueront a recevoir l’eau par une
seule extrémité, ce réseau est dit réseau maillé, il s’impose surtout pour les moyennes et grandes
agglomérations.
Remarque : si la charge disponible en (e) est faible, il est avantageux quand le relief du terrain le
permet d’installer un second réservoir (R’) de petite capacité, dit réservoir d’équilibre à un
niveau inférieur à celui de R , ce réservoir se remplira par la conduite R, a, b, c, d, e, R ’ pendant
la nuit.
IV.2.Tracé d’un Réseau maillé :
On doit chercher à obtenir le tracé qui permet l’alimentation de l’agglomération avec le
minimum de langueur de conduites. Ci les bâtiments a desservir sont ceinturés par deux
canalisations ABC et ADC, on doit s’assurer qu’au point de jonction C les niveaux
piézométriques calculés compte tenu des pertes de charges dans chaque conduite ABC et ADC,
sont presque les mêmes (inférieur à 0.5 m) sinon il faut retoucher les diamètres des conduites.
B
Réservoir
C
QV QV
D A
IV.3. Calcul d’un Réseau
Les conduites constituantes un réseau doivent satisfaire aux équations suivantes :
1) L’équation de charges :
H0 – H1 = ∑ (L. j)
L : longueur de la conduite.
J : perte de charges linéaire unitaire
Cette relation exprime que la perte de charge totale entre deux points donnés est égale à la somme des
pertes de charges unitaire (L .j) entre ces deux points.

0
H0 – H1 = ∑ L. j

QV 1

2) L’équation de continuité (1er loi de Kirchhoff)

42
∑ Qi = 0
Qui indique qu’en chaque nœud de conduites, le débit qui arrive par une ou
plusieurs d’entre elles, s’écoule par les autres. Q = Q1 + Q2

Q1
Q
Q2

3) L’équation ∑ (L. j) = 0, équation de perte de charge, (2ème loi de Kirchhoff)


Qui doit être vérifiée pour chaque circuit fermé du réseau et qui exprime que le long d’un
tel circuit, la somme algébrique des pertes de charges générales
(Compté positivement dans le sens du courant et négativement en sens contraire est nulle.

IV.4. Méthode de HARDY- CROSS

Appelée méthode d’égalisation des charges, permet par ajustement successifs d’obtenir le débit
exacte qui circule dans chaque conduite d’un réseau maillé est le sens de la circulation dans cette
conduite.
- Base de la méthode :
La méthode est une application des deux lois de kirchhoff en considérant comme positif le sens
des aiguilles d’une montre.

A
q1

B
q3 q2
F + C

q6 E
q7 q5 q4

On peut écrire :

43
- pour le nœud B : q1 = q2 + q3
- pour la maille BCDF : J2 + J4- J5- J6 - J3 = 0
Il est donc possible de résoudre le problème en écrivant pour chaque nœud les équations
exprimant que les deux lois de Kirchhoff sont simultanément vérifiées.
La première série d’équations serait de 1er degré, la deuxième série (équation des pertes de
charges) sera du second degré.
Considérant la maille suivante ;
Recevant en A un débit Q, se répartissant en deux débits supposés Q1 et Q2, donnant à nouveau
le débit Q après le nœud D.
Q
F A B
J2, Q2 + Q1, J1
E D C
Q

Les pertes de charge sont égales à J1 dans la branche ABCD et J2 dans la branche AFED.
On peut écrire d’après DARCY
J1 = K1 Q12
J2 = K2 Q22
Admettant que les débits supposés Q1 et Q2 soit erronés de la quantité (x) , Q1 ayant été trop
faible et Q2 trop fort.
L’égalité des pertes de charge pour les débits vrais permet d’écrire :
K1 (Q1+ x)2 - K2 (Q2- x)2 = 0
En développant et en négligeant les termes en x2 il vient :

−(𝐽1 +𝐽2 )
X= 𝐽 𝐽
2(𝑄1 + 𝑄2 )
1 2
−∑ 𝐉
Cas général : X= (Formule de FAIR)
𝟐 ∑𝐉/𝐐

Cette valeur (X) sert à corriger les débits supposés pour s’approcher des débits exacts.
Remarque :
𝐉
On prend (J) en valeur algébrique, et | | en valeur absolue.
𝐐

44
Prenons Q0 les débits supposés pour chaque branche ; puis on calcul ∑ J/ Q et ∑ J, si ∑ J est
trop grande cela veut dire que les débits ne sont pas bien équilibrés et on doit corriger les débits
−∑ 𝐉
QABCD et QAEFD par le débit corrigé (X), avec : X=
𝟐 ∑𝐉/𝐐

On dresse le tableau suivant :


Exemple
Nom de la D L Q0Supposé j unitaire J totale J/Q0 X Q1 (l/s)
branche (m) (m) (l/s) (m) (m) (l/s) 1er correction
ABCD 0.3 1500 150 0.02 30 0.2 -29.8 120.2

AEFD 0.4 900 -306 -0.017 -15.3 0.05 -29.8 335.8

∑ Q = 456 ∑J = 14.7 ∑ J/Q = 0.25

X = -14.7/ 2* 0.25 = -29.8 l/s.


X est appelé débit correcteur, il peut prendre des valeurs positives ou négatives.
La valeur de ∑J = 14.7 est trop grande, on continu donc les itérations en répétant le même calcul
avec les débits corrigés Q1 = Q0 + X

Nom de la D L Q0Supposé j unitaire J totale J/Q0 X Q1 (l/s)


branche (m) (m) (l/s) (m) (m) (l/s) 1er correction
ABCD 0.3 1500 120.2 0.011 16.5 0.137 3.93 124.14

AEFD 0.4 900 -335.8 -0.02 -18 0.054 3.93 331.87

∑ Q = 456 ∑J = -1.5 ∑ J/Q = 0.191

1.5
X= ∗ 0.191 = 3.93 𝑙/𝑠
2
Si l’abaque de Dariès était plus précise on aura continué jusqu’à ∑J = 0.

Donc les débits réels qui circule dans les branches sont :
QABCD = 124.14 l/s et QAEFD = 331.87 l/s.
Remarque:
Il existe d’autres abaques pour la détermination des pertes de charges comme l’abaque de
HAZEN Willams et autres.

45
IV.5. Exercice (calcul des réseaux)

Exercice N° 1 :
Calculer le débit volumétrique d’un écoulement d’eau à 20 C° avec une viscosité cinématique
υ = 0.01 10-4 m2/s, dans une conduite de diamètre d = 150 mm, fabriquée en acier rivé ε = 4.5
mm, si la perte de charge linéaire dans cette conduite est de 8 m, et la langueur de cette conduite
350 m, g = 10 m/s2.
Exercise N°2: 400 l/s 40 l/s
Pour le schéma de distribution d’eau
Ci-contre, calculer les débits exacts
qui circulent dans les différents
Branches du réseau, on utilisons
la méthode de Hardy – Cross. 160 l/s
Utilisez l’abaque de Hazen- Williams 60 l/s 140 l/s
(une seule itération) .
Calculer les charges HC et HD, si la charge en A : HA = 75 m.

46
Chapitre 5 : Ecoulements à surface libre et Hydrologie

• Notion de perte de charge hydraulique


• Régime permanent uniforme
• Régime permanent non uniforme
• Courbes de remous et écoulements critiques

Photo. EPFL. Christophe Ancey

47
V.1. Type de cours d'eau
Il existe plusieurs classifications. Une distinction des cours d'eau peut se faire en fonction de la
pente i :
• i < 3 % on parle de rivière,
• 3 < i < 6 %, on parle de rivière torrentielle,
• i > 6 %, on parle de torrent ;

V.2. Définitions
* Périmètre mouillé X :
Longueur de la surface d'écoulement en contact avec le lit
* Section d'écoulement (ou section mouillée) S :
Partie de la section du canal limitée par les parois et la surface libre.

• hauteur d'écoulement : hauteur moyenne d'eau, par définition c'est h = S / B


• hauteur normale hn : c'est la hauteur d'un écoulement permanent uniforme dans
un bief. La hauteur normale est fonction du débit Q, de la rugosité K, et de la
pente moyenne i
• tirant d'eau : profondeur maximale d'une section d'écoulement
• largeur au miroir B : largeur de la section d'écoulement au niveau de la surface
libre
• rayon hydraulique : c'est une longueur caractéristique définie par
𝑺
RH = 𝑿

• Régime uniforme : régime d'écoulement le long d'un bief ou les caractéristiques


D’écoulement sont constantes (dh/dx = 0)
• Régime permanent : régime ou l'écoulement ne dépend pas du temps (dh=dt = 0)

48
• Courbe de remous : la courbe de remous est la courbe décrivant la variation de la
hauteur d'eau dans un bief pour un écoulement graduellement varie.
L'équation de cette courbe est appelée équation de la courbe de remous

• Ressaut hydraulique : variation brutale de hauteur d'eau


(passage d'un régime torrentiel a un régime fluvial).
• Pente moyenne : pente moyenne longitudinale i = tan θ d'un bief exprimé en % ou
en %0
• Régime torrentiel : régime supercritique (Fr > 1), forte vitesse, faible hauteur
• Régime fluvial : régime subcritique (Fr < 1), faible vitesse, hauteur élevée
• Débit Q : flux d'eau par unité de temps _a travers la surface d'écoulement
• Vitesse moyenne V : vitesse
𝑄𝑉
V=
𝑆

• Lit mineur : lit occupé ordinairement par un cours d'eau par opposition au lit
majeur qui correspond à l'emprise maximale historique d'un cours d'eau ou à la
plaine inondable. On parle aussi de niveau des plus hautes eaux (PHE) pour
designer la cote maximale atteinte par la surface libre d'un cours d'eau
la berge ou rive est le talus qui sépare le lit mineur du lit majeur.

Tagliamento (Italy) : Lit à miandres. (Photo. EPFL.)

49
V.3. Charge totale et charge spécifique :
La charge totale hydraulique s'écrit :
𝑽𝟐
H = yl + h +
𝟐𝒈

Avec : Yl la cote du fond, (h) la hauteur d'eau, et (V) la vitesse moyenne de l'eau
𝑄
(V = 𝐻 si Q désigne le débit par unité de largeur). Hs s'appelle la charge spécifique.

Yl
X

Si on écrit la charge spécifique comme une fonction de la hauteur, on a :


𝑄2
HS (h) = h +
2𝑔ℎ2

D’ou l'on tire que le débit par unité de largeur q = V. h vaut :

Q (h) = √𝟐𝒈𝒉𝟐 (𝑯𝑺 − 𝒉)


Ou sous forme adimensionnelle :
𝑸(𝒉)
Q* = = √𝟐𝝃𝟐 (𝟏 − 𝝃)
√𝒈𝑯𝟑𝑺


Avec : 𝜉 =
𝐻𝑆

V.4. Lois de frottement.


Plusieurs lois empiriques ont été proposées pour établir la relation entre τp et les variables
d'écoulement V et h. Ces lois expriment les pertes de charge régulières dues aux frottements le
long du lit (dissipation dans la couche limite) et par dissipation d'énergie turbulente. La loi la
plus employée car valable pour une large gamme de débits et de rugosité est la loi de Manning-
Strickler ; la contrainte pariétale s'écrit :

50
𝝆𝒈 𝑽𝟐
τp =
𝑲𝟐 𝒉𝟏/𝟑

Avec K : le coefficient de Manning- Strkler souvent relié à la rugosité du lit, par exemple la loi
de Meyer-Peter
𝟐𝟔
K= 𝟏/𝟔
𝒅𝟗𝟎

- Loi de Manning- Strickler

La condition d’équilibre donne : τp = ρghsinθ


𝝆𝒈 𝑽𝟐
Et on à la loi empirique de Manning-Strickler : τp =
𝑲𝟐 𝒉𝟏/𝟑
On déduit alors la vitesse et la hauteur (normale) en régime permanent ( Q = V.h)
𝑸 𝟑/𝟓
V= K√𝒊𝒉𝟐/𝟑 et la hauteur normale hn = ( )
𝑲√𝒊

Les valeurs de K sont tabulées en fonction du type de cours d'eau :


• Canal en béton lisse : K = 55 - 80 m1/3s-1 ;
• Canal en terre : K = 40 􀀀 60 m1/3s-1;
• Rivière à galet, rectiligne, section uniforme : K = 30 􀀀 40 m1/3s-1 ;
• Rivière avec méandre, sinuosité, etc. : K = 20 􀀀 30 m1/3s-;
• Rivière végétalisée ou torrent : K = 10 m1/3s-1.

Remarque : La formule de Manning-Strickler ne s'applique pas sur des fonds très lisses
(béton lisse par exemple). On pose parfois la relation suivante
K < 78.V-1/6
V.5. Hauteurs caractéristiques :
Pour les écoulements à surface il existe deux hauteurs caractéristiques :
• La hauteur normale, qui correspond à la hauteur d'écoulement en régime
permanent uniforme ;
• la hauteur critique, qui est la hauteur d'écoulement pour laquelle le nombre de
Froude vaut 1.
Ces deux hauteurs jouent un rôle clé.
V.6. Résistance à l'écoulement :
La résistance _a l'écoulement traduit l'effet de la géométrie d'écoulement sur ladissipation
d'énergie. On distingue deux processus :

51
• Dissipation locale contrôlée par la rugosité du fond (rugosité de peau) ;
Le coefficient de Manning-Strickler est donné en fonction de la granulométrie.
• Dissipation à plus grande échelle due aux structures morphologiques (rugosité de forme).
Ces deux processus peuvent varier dans le temps (pavage, déplacement des structures du lit).
Lorsque le lit présente des structures morphologiques (comme des dunes), une sinuosité
(méandres), et un fond mobile, la résistance à l'écoulement peut croitre de façon notable.
La dissipation d'énergie est due aux grandes structures turbulentes générées par les formes du lit.
V.7. Ressaut hydraulique :
Ressaut hydraulique : c’est variation brutale de (h) lors du passage super- à subcritique.

Rivière Zavragia (Tessin) en août 1987. (Photo. EPFL.)

Dans les ouvrages hydrauliques, il est essentiel de contrôler la position des ressauts
Hydrauliques et de dimensionner les ouvrages pour qu'ils résistent à leur action érosive.
Les ressauts peuvent aussi provoquer un vieillissement des conduites et provoquer leur rupture.

Les ressauts se forment lors du passage supercritique vers subcritique, souvent lors d'un
changement de pente, mais parfois aussi lorsqu'il y a contraction puis élargissement de
l'écoulement (p. ex. au passage des piles d'un pont).

52
V.8. Hydrologie :
V.8.1. Définition :
L'hydrologie est la science de la terre qui s'intéresse à la branche terrestre du cycle de l'eau, c'est-
à-dire aux échanges entre l'atmosphère, la surface terrestre et son sous-sol. On parle
d'hydrosphère pour désigner la partie de la planète dans laquelle l'eau se trouve.
La météorologie, c'est la branche atmosphérique du cycle hydrologique et concerne par le
transport de l'eau dans l'atmosphère, principalement sous forme de vapeur. Ces deux branches du
cycle de l'eau permettant de maintenir un état de quasi-équilibre du système climatique.
L'hydrologie de surface étudie le ruissellement, les phénomènes d'érosion, les écoulements et le
stockage des eaux sur la terre et dans l'océan.
L'hydrologie de subsurface ou hydrologie de la zone non-saturée étudie les processus
d'infiltration, de flux d'eau et de transport de polluants au travers de la zone non saturée (encore
appelée zone vadose). Cette zone a une importance fondamentale car elle constitue l'interface
entre les eaux de surfaces et de profondeur.
L'hydrologie souterraine ou hydrogéologie porte sur les ressources du sous-sol, leur captage,
leur protection et leur renouvellement.
L'hydrologie urbaine constitue un « sous-cycle » de l'eau lié à l'activité humaine : production et
distribution de l'eau potable, collecte et épuration des eaux usées et pluviales.
Bien que ces domaines soient intrinsèquement liés les uns aux autres, il est utile de distinguer ces
différents aspects de l'hydrologie car les phénomènes physiques en jeu diffèrent grandement
entre eux, ce qui implique des échelles de temps distinctes de plusieurs ordres de grandeur.

Cycle de l’eau (photo Wikipedia)

53
V.8.2. Le cycle de l'eau

L'eau est présente dans trois grands réservoirs distincts : l'atmosphère, le stock continental et le
stock océanique. Des flux perpétuels permettent des échanges entre ces trois réservoirs.
Le réservoir océanique est le plus volumineux avec 1 338 millions de kilomètres cubes.
L'évaporation océanique est le seul flux sortant de ce réservoir avec 0,505 million de kilomètres
cubes par an. En termes d'apport, les océans reçoivent 0,458 million de kilomètres cubes par an
de précipitations et 0,047 million de kilomètres cubes d'écoulement depuis les continents.
Les stocks continentaux sont composés de 47,961 millions de kilomètres cubes, ce réservoir
s'évapore dans l'atmosphère à raison de 0,072 million de kilomètres cubes par an, et perd 0,047
million de kilomètres cubes d'eau par an d'écoulement dans les océans. Les précipitations
continentales apportent 0,119 million de kilomètres cubes d'eau par an.
L'atmosphère est le moins volumineux de ces trois réservoirs avec 0,017 million de kilomètres
cubes, néanmoins les quantités d'eau échangées y sont très importantes. L'évaporation apporte
0,505 million de kilomètres cubes d'eau par an depuis les océans et 0,072 million de kilomètres
cubes depuis les continents. Les précipitations continentales se montent à 0,119 million de
kilomètres cubes d'eau par an, les précipitations océaniques à 0,458 million de kilomètres cubes.
V.8.3. Représentations cartographiques

Les cartes et atlas hydrologiques1. Les données hydrologiques varient dans l'espace et dans le
temps en fonction de nombreux facteurs. Des moyennes sont établies et utilisées pour produire
des cartes, mais les minima et maxima sont également utiles pour cartographier l'aléa
(sécheresse, inondation décennales, centennales, etc.). Ce sont souvent des cartes à grande
échelle (1/100 000, 1/150 000). Les cartes concernent les eaux de surfaces et/ou de nappes.
Les données cartographiables sont de type scientifique ou d'inventaire, et d'application ou de
vulgarisation. Les données qu'elles décrivent sont de 3 types :
• les données de terrain
• les données hydrologiques quantitatives
• les données hydrographiques
Ce sont par exemple1:
• des cartes pluviométriques et hydrométéorologiques
• des cartes hydrographiques
• des cartes hydro géographiques
• des cartes géo hydrographiques
• des cartes hydrologiques de surface ou hydrométriques

54
• des cartes hydrogéologiques
• des cartes hydro chimiques
En dérivent le cas échéant des cartes d'aléas ou de vulnérabilité des nappes, des cartes de zones
inondables..

V.8.4. Les précipitations :

Sont dénommées précipitations toutes les eaux météoriques qui tombent sur la surface de la
terre, tant sous forme liquide (bruine, pluie, averse) que sous forme solide (neige, grésil, grêle) et
les précipitations déposées ou occultes (rosée, gelée blanche, givre,...). Elles sont provoquées par
un changement de température ou de pression. La vapeur d'eau de l'atmosphère se transforme en
liquide lorsqu'elle atteint le point de rosée par refroidissement ou augmentation de pression. Pour
produire la condensation, il faut également la présence de certains noyaux microscopiques,
autour desquels se forment des gouttes d'eau condensées. La source de ces noyaux peut être
océanique (chlorides, en particulier NaCl produit par l'évaporation de la mer), continentale
(poussière, fumée et autres particules entraînées par des courants d'air ascendants) ou cosmiques
(poussières météoriques). Le déclenchement des précipitations est favorisé par la coalescence
des gouttes d'eau. L'accroissement de poids leur confère une force de gravité suffisante pour
vaincre les courants ascendants et la turbulence de l'air, et atteindre le sol. Enfin, le parcours des
gouttes d'eau ou des flocons de neige doit être assez court pour éviter l'évaporation totale de la
masse. Les précipitations sont exprimées en intensité (mm/h) ou en lame d'eau précipitée (mm)
(rapport de la quantité d'eau précipitée uniformément répartie sur une surface).

V.8.5. L'évaporation/l'évapotranspiration
L'évaporation se définit comme étant le passage de la phase liquide à la phase vapeur, il s'agit de
l'évaporation physique. Les plans d'eau et la couverture végétale sont les principales sources de
vapeur d'eau. On parle de sublimation lors du passage direct de l'eau sous forme solide (glace) en
vapeur. Le principal facteur régissant l'évaporation est la radiation solaire.

V.8.6. Les écoulements :

De par la diversité de ses formes, on ne peut plus aujourd'hui parler d'un seul type d'écoulement
mais bien des écoulements. On peut distinguer en premier lieu les écoulements rapides des
écoulements souterrains plus lents. Les écoulements qui gagnent rapidement les exutoires pour
constituter les crues se subdivisent en
Écoulement de surface : (mouvement de l'eau sur la surface du sol)
Écoulement de subsurface : (mouvement de l'eau dans les premiers horizons du sol).

55
L'écoulement souterrain : désigne le mouvement de l'eau dans le sol. On peut encore ajouter
à cette distinction les écoulements en canaux ou rivières qui font appel à des notions plus
hydrauliques qu'hydrologiques (à l'exception des méthodes de mesures comme nous le verrons
ultérieurement).

Au-delà de cette distinction simpliste – ces notions seront réexaminées plus en détail au chapitre
consacré à l'étude des processus de génération des crues – on remarquera que les écoulements
peuvent aussi se signaler par leur domaine d'application. L'écoulement de surface caractérise un
écoulement sur une surface et s'exprime généralement par un rapport volume / surface / temps
[L3/L2/T]. Il est ainsi souvent exprimé en millimètre par année hydrologique dans les études de
bilans ou encore en litres par secondes et par hectares dans le cadre de projet d'aménagement des
terres et des eaux (drainage ou irrigation). Les écoulements souterrains et en rivière font
explicitement référence à la notion de débit, à savoir à un volume d'eau traversant une section par
unité de temps [L3/T].
Pour conclure sur le cycle hydrologique, on peut dire qu'il est caractérisé par l'interdépendance
de ses composantes, par sa stabilité et son équilibre dynamique. Si un processus est perturbé,
tous les autres (cycle de l'azote, cycle du phosphore, etc.) s'en ressentent ! En particulier, le cycle
hydrologique peut être influencé à des degrés divers par les activités humaines. En effet,
l'homme agit directement sur le processus de transformation de l'eau, et cela de plusieurs façons :
la construction de réservoirs, le transport de l'eau pour des besoins industriels, le captage des
eaux phréatiques, l'irrigation, le drainage, la correction des cours d'eau, l'utilisation agricole des
sols, l'urbanisation, les pluies provoquées, etc., sont des exemples de l'intervention humaine

V.9. Le bilan hydrique :


On peut schématiser le phénomène continu du cycle de l'eau en trois phases :

• les précipitations,
• le ruissellement de surface et l'écoulement souterrain,
• l'évaporation.

Il est intéressant de noter que dans chacune des phases on retrouve respectivement un transport
d'eau, un emmagasinement temporaire et parfois un changement d'état. Il s'ensuit que
l'estimation des quantités d'eau passant par chacune des étapes du cycle hydrologique peut se
faire à l'aide d'une équation appelée "hydrologique" qui est le bilan des quantités d'eau entrant et
sortant d'un système défini dans l'espace et dans le temps. Le temporel introduit la notion de
Année hydrologique. En principe, cette période d'une année est choisie en fonction des
conditions climatiques. Ainsi en fonction de la situation météorologique des régions, l'année

56
hydrologique peut débuter à des dates différentes de celle du calendrier ordinaire. Au niveau de
l'espace, il est d'usage de travailler à l'échelle d'un bassin versant (entité structurelle définie en
détails au chapitre 2) mais il est possible de raisonner à un autre niveau (zone administrative,
entité régionale, etc.).
L'équation du
Bilan hydrique se fonde sur l'équation de continuité et peut s'exprimer comme suit, pour
une période et un bassin donnés :

(1.1)

Avec :
P : précipitations (liquide et solide) [mm],
S : ressources (accumulation) de la période précédente
(eaux souterraines, humidité du sol, neige, glace) [mm],
R : ruissellement de surface et écoulements souterrains [mm],
E : évaporation (y compris évapotranspiration) [mm],
S + DS : ressources accumulées à la fin de la période [mm].

On exprime généralement les termes du bilan hydrique en hauteur d'eau (mm par exemple), on
parle alors de lame d'eau (précipitée, écoulée, évaporée, stockée, etc.). Cette équation exprime
simplement que la différence entre le débit d'eau entrant et le débit d'eau sortant d'un volume
donné (par exemple un bassin versant) au cours d'une période déterminée est égale à la variation
du volume d'eau emmagasinée au cours de la dite période. Elle peut s'écrire encore sous la forme
simplifiée suivante :

(1.2)

Avec : E : évaporation [mm] ou [m3],


I : volume entrant [mm] ou [m3],
O : volume sortant [mm] ou [m3],
DS : variation de stockage [mm] ou [m3].

Si le bassin versant naturel est relativement imperméable, la variation de stock sur une période
donnée peut être considérée comme nulle (DS=0). Dès lors, on peut introduire le déficit
d'écoulement D dans l'équation qui s'écrit :

(1.3)

57
Le déficit d'écoulement :
Représente essentiellement les pertes dues à l'évaporation. Il peut être estimé à l'aide de mesures
ou de méthodes de calcul. A titre illustratif, les formules de Turc et Coutagne sont les suivantes :

1. Formule de Turc

(1.4)

Avec :
D : déficit d'écoulement [mm],
P : pluie annuelle
T : température moyenne annuelle [°C].
L = 300 + 25 T + 0.05 T3.
2. Formule de Coutagne

(1.5)

Avec :
D : déficit d'écoulement [mm],
P : pluie annuelle [mm],
m= 1/(0.8 + 0.16 T) : coefficient régional (m=0.42 pour la France).
La connaissance du déficit d'écoulement permet d'évaluer le comportement du système ou la
fiabilité des données sensées le décrire, par comparaison entre les valeurs du déficit calculées
directement et les valeurs estimées dans un bassin versant plus grand.

58
Bibliographie

1/ Mécanique des fluides appliquée 3e édition Roger Ouziaux, Jean Perrier


2/ Mécanique expérimentale des fluides. R. Comolet. Tome 1, Statique et dynamique des
fluides non visqueux, 5ème édition 06/2002.
3/ Mécanique des fluides. Cours et exercices corrigés de R Ben Hamouda - 2008.
4/ Mécanique des fluides et hydrauliques, cours et problèmes, série Schaum,
Groupe Mc Graw- Hill, 1985.
5/ Armando Lencastre, "Hydraulique générale", Edition: Eyrolles.
6/ Michel Carlier, "Hydraulique générale et appliquée", Edition: Eyrolles.
7/ Alain Giret, Hydrologie fluviale, Paris, Éditions Ellipses, 2007 (ISBN 978-2-7298-3226-1)
8/ Cours Hydrologie Wikepedia.

59

Vous aimerez peut-être aussi