Vous êtes sur la page 1sur 13

Cours de Durabilité Pr Said Kenai

BETONNAGE PAR TEMPS CHAUD

1. Définition
Le climat chaud est défini comme la combinaison des facteurs climatiques défavorables au
béton frais et durci: la température élevée de l’air, l’humidité relative faible, la vitesse du vent
et le rayonnement solaire. Ce cas se présente durant l’été principalement. Exemple : Variation
de T et HR dans la région de Blida.
- L’évaporation : paramètre synthétique

45
Temperature °C

40
35
30
25
0 30 60 90
Jui Juil Aou Sep

Variation des températures dans la région de Blida durant la période d’été.

2. Paramètres climatiques différents

- Température de l’air
Température augmente → Evaporation augmente. (20 °C double de celle à 10 °C).

- Humidité de l’air
Humidité relative diminue → Evaporation augmente.
H.R 90% → 50% → Evaporation → 5 fois.
- Vent
V = 15 km/h → V = 50 km/h → Evaporation x 9 fois.

- Rayonnement solaire et précipitation

- Climats concernés et régions correspondantes


P/E < 1. (P : précipitation, E : évaporation).

Page 1 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

Page 2 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

2. Effet de climat chaud sur le béton frais

2.1. Ouvrabilité
- L’hydratation est accélérée par la chaleur,
- La perte d’ouvrabilité est aggravée par l’évaporation.
 Kiliager a montré que le slump diminue de 2,5 cm chaque fois que la
température augmente de 11 °C.
 Pour maintenir l’ouvrabilité constante, il faut augmenter le dosage en eau.
 Ex : pour ΔT = 15 °C → on doit augmenter le dosage en eau de :
 6% pour la même consistance après 5 min,
 9% pour la même consistance après 15 min.

Effet de la température sur le slump et besoins en eau pour slump = 25 mm

Perte d’ouvrabilité avec le temps pour T= 22Cet t = 32 C .

Page 3 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

2.2. Temps de prise


- chaleur accélère la prise de ciment,
- réaction chimique est doublée avec chaque augmentation de 10 °C,
- l’accélération de la prise est importante dans le cas de béton prêt à l’emploi,
- temps de prise à 40 °C est la moitié de celui de 20 °C.
2.3. Chaleur d’hydratation
- On peut assumer que si la température de béton est diminuée de 1 °C, le peak de T
durant le durcissement est réduit de 1,5 °C,
- le flux de chaleur est maximal après 5 h à 40 °C et égal à 5 cal/g.h, par contre à
10°C, le flux ne dépasse pas 1 cal/g.h après environ 20h.

2.4. Retrait avant prise (retrait plastique)


Le retrait plastique s’effectue pendant les premières heures après le coulage et dépend
de l’évaporation et les propriétés rhéologiques du béton. Le ressuage et le tassement du
béton frais après mise en place sont aussi des facteurs importants.
Par exemple : Shalon a montré que la température chute dans la première demi-heure et
continue de baisser pendant deux à trois heure puis remonte :
- à 20 °C, 40% H.R, V = 20 km/h → la chute = 6,5 °C,
- à 30 °C, 25% H.R, V = 20 km/h → la chute = 8 °C.

2.5. Fissures de préprise (tassement)


- Elles apparaissent après environ 20 min après coulage,
- Elles se fermeraient toutes seules à la fin de ressuage à moins que le béton ne soit
exposé à un séchage rapide. Il est de bonne règle de talocher à ce moment là, tous les
dallages,
- Ces fissures sont causées par une prise non uniforme du béton due aux différents
obstacles (Gros granulats, acier,…).

2.6. Fissures du retrait plastique


- Apparaissent quelques heures après coulage lors du début de raidissement,
- Profondeur peut aller de quelques millimètres à quelques centimètres,
- Elles sont transversantes dans le cas des dalles,
- Elles sont dues à l’évaporation qui donne une contrainte de traction qui peut dépasser
la résistance du béton à la traction,

Page 4 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

- Peuvent être effacées (avant fin de prise) par talochage, mais celles plus profondes
nécessitent une revibration.

3. Effet de climat chaud sur le béton en cours de durcissement

3.1. Retrait thermique et hydraulique


Le retrait augmente en fonction de T, H.R et E/C.
- H.R diminue → retrait augmente ;
- T augmente → retrait diminue,
- E/C augmente → retrait augmente (mortier plus dense).

3.2. Fluage
En général, température élevée → fluage élevé.

3.3. Résistance à la compression (Rc)


La résistance (Rc) augmente avec la température à jeune âge en raison de l’augmentation de
taux d’hydratation, mais en générale diminue à long terme en raison des produits
d’hydratation plus volumineux et non homogènes.
CEBTP → R7j = 0,7 R28j à 20 °C
R7j = 0,8 R28j à 30 °C
 En raison de la dessiccation, L’Hermite a montré que la résistance du béton de peau (≈
3cm) est de 20 à 30% plus faible que celle du béton situé à cœur.
 Il est préférable d’avoir une teneur en C3A faible pour avoir un effet faible sur les
résistances à long terme.
 La cure (durée et méthode) est très importante et elle doit commencer très tôt.

Page 5 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

Effet de la durée de cure humide sur RC à 90 jours (Yahiaoui, 2018)


 Rc90 ( 0 jour de cure) représente 77 et 74% de Rc90 ( 28 jours de cure)
un gain de Rc90 de 24 et 26% , pour 0,15 et 25 % laitier .

Effet du retard dans l’application de la cure humide

- On remarque l’intérêt d’effectuer la cure dès les premiers ages,


- La durée minimale est 3j pour les mélanges riches et 7j pour les mélanges maigres.

Page 6 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

Price
Rc de béton (cure humide) à 6mois > de 42% Rc béton exposé à l’air sec dès mise en place.

Samir Alani (1988)


1,21 ..............si C = 240 kg/m3
R91cure 1 j
 (1)
R91non cure
1,33...............si C = 360 kg/m3

1,55………...si C = 240 kg/m3


R91cure 28 j
 (2)
R91cure 1 j
1,11…………si C = 360 kg/m3

Un retard de 1 jour donne toujours une réduction de Rc car :


- Perte d’eau dès le premier jour égal à 56 à 64% de l’eau d’hydratation,
- Petre d’eau entre 1 et 14 jours égal à 15 à 25% de l’eau d’hydratation.
AJ. AL Tayyib (1990)
- T max du mélange doit être < à 32 °C pour faire le bétonnage,
- Réduction de E peut atteindre 17,5% à 45 °C (perte de précontrainte, déformation
(E LS)).
EC T
Il propose  0,4775  0,0145TC . (3)
EC
Carrier et Cady
- Cure effective si le béton reste à H.R > 80%.
- Après 28j, le béton à 50 mm au dessous de la surface est à :
95% H.R échantillon curé,
80% H.R échantillon non curé.
Ho et al (1989)
- Hydratation du ciment se fait à H.R > 84%, 1 an d’exposition à H.R = 84% donne
une qualité inférieure à celle d’une cure standard à 3j,
- La qualité est doublée si on augmente la période de cure de 1 à 7j et quadraylée à 28j
(qualité = 1 / sorptivité),

Page 7 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

- A 94% H.R la qualité de 7j est réalisée en 1 année (durée de cure doit être
augmentée de 7j à 365j pour avoir la même qualité).
- Exemple : Absorption capillaire et perméabilité à l’eau augmentent si la durée de
cure est faible (Yahiaoui, 2018) avec effet bénéfique du laitier et autres ajouts
cimentaires

Page 8 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

4. Altération par temps chaud

La température joue un rôle important sur l’accélération des cinétiques des réactions
chimiques de dégradation du béton.
Explication
- perte d’eau au jeune age provoque une hydratation insuffisante du ciment et donc
donne un accroissement de la perméabilité du béton,
- La vitesse de carbonatation augmente aussi en fonction de la température,

Page 9 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

Courant électrique

0,1

0,01

0 Température (°C)
-20 10 30

Effet de température sur la réaction de corrosion

- Corrosion très rapide en climat chaud,


- Une fissure large de l’optimum semble être une valeur critique.

5. Conclusion

Il existe deux familles de facteurs qui sont à prendre en considération pour bétonner par temps
chaud :
- Conditions climatiques (T, H.R, Vent, Rayonnement solaire) → Evaporation.
- Constituants, matériels de fabrication, dimensions des pièces, ….
Pour améliorer les propriétés du béton, il faut :
Béton frais
- Apport d’eau supplémentaire ou ajout d’adjuvants,
- Talochage pour éviter fissures plastique.

Béton durci
- Résistance augmente à jeune age mais diminue à long terme (5 à 10%°).

6. Recommandations

1- Etablir un dossier météorologique du chantier.


2- Limiter la température du béton à la fabrication.

Page 10 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

 Limiter la température du béton frais à 35 °C (à mesurer lors de la décharge)


 Pour éviter les fissures, on doit avoir une différence de température ΔT (intérieur –
atmosphère) de :
 30 °C pour ouvrages dont e ≤ 0,60 m,
 20 °C pour ouvrages dont e > 0,60 m.
 Utiliser des adjuvants pour éviter le risque de joints froids, diminution de slump et
accélération de prise.

3- Choix des constituants


 Ciment : ciments à faible chaleur d’hydratation sont les mieux adaptés (Ex :
CHF, laitier). Ciment au laitier (70%) selon Bamforth (1986) diminue la chaleur
d’hydratation de 40%. La quantité d’eau est réduite de 8% environ, le temps de
prise est augmenté d’environ 1h et la température résultant de la chaleur
d’hydratation est réduite de 15 à 20%,
 granulats doivent être protégé contre les rayonnements solaires,
 Eau de gâchage doit être propre,
 Canalisations amenant l’eau doivent être enterrées ou protégées par peinture,
 Refroidir l’eau de gâchage. (De l’eau à 20 °C on peut maintenir le béton à moins
de 30 °C à température ambiante de 35 °C).
Adjuvants
 Eviter accélérateurs de prise,
 Retardateurs et plastifiants sont bénéfiques,
 Effectuer des essais de convenance sur chantier avec et sans adjuvants.

4- Refroidissement de matériel et matériaux (central à béton – camions malaxeurs –


coffrages,…) :
G E
0,22GTg  CTc   E a Ta Tc 
C
Tg  5 a Ta
C
Tbéton  
0,22G  C   E a
(4)
G Ea
1  5
C C
G/C = 6
Tc  6Tg  3Ta
Exemple :  T
10
E/C = 0,6

Page 11 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

Si la température de chaque constituant est de 10 °C → agrégats contribuent de 6, l’eau de 3


et ciment de 1. Donc pour réduire la température de béton de 1 °C, il faut réduire la
température de l’eau de 3,3 °C ou la température des agrégats de 1,7 °C ou bien réduire la
température de ciment de 10 °C. D’où l’importance de stockage des granulats et l’eau à
l’abri de chaleur.

5- Fabrication, transport et mise en œuvre :


- bétonner tôt le matin ou de préférence fin de journée,
- réduire le temps de transport de 1h30 (usuelle) à 1h
- talocher les dalles,
- faire une bonne cure pour au moins 7 jours contre l’évaporation (arrosage, couche de
sable humide, toiles de jute, coffrage).

6. Contrôle
- Température de béton doit être contrôlée en permanence,
- Constituants de béton,
- Contrôle plus fréquent que cas des pays à temps froid,
- Compléter les essais sur éprouvettes par des essais non destructifs.

7. Ce qu’on doit faire et ce qu’on doit éviter

On doit
- Avoir une température de béton frais inférieur à 30°C,
- Mettre les agrégats à l’abri du soleil,
- Utiliser l’eau froide,
- Utiliser un dosage en ciment faible (le minimum pour résistance et durabilité),
- Utiliser des plastifiants et superplastifiants appropriés,
- Arroser le coffrage et les aciers avant coulage,
- Placer le béton sous forme de couche de faibles dimensions,
- Utiliser des brises vent,
- Couvrir les surfaces planes exposées,
- Peintre les équipements.

Page 12 sur 13
Cours de Durabilité Pr Said Kenai

Eviter (à ne pas faire)


- Placer le béton quand sa température est supérieure à 40 °C,
- Placer le béton (couler) durant les périodes chaudes de la journée,
- Utiliser un dosage en ciment supérieur à 480 kg/m3,
- Utiliser un ciment à température supérieure à 75 °C,
- Utiliser un ciment à haute chaleur d’hydratation initiale (faible C3A ou avec
ajouts comme laitier, pozzolane, CHF),
- Prolonger le temps de malaxage,
- Laisser le coffrage non protéger des variations de température,
- Retarder le coulage du béton après malaxage,
- Utiliser l’eau froide pour la cure,
- Exposer le béton à jeune age à un climat sec et chaud.

Page 13 sur 13

Vous aimerez peut-être aussi