Vous êtes sur la page 1sur 32

rojet de Béton Armé

Influence de l’environnement sur un


projet de Béton Armé
Impact des classes d’exposition du béton armé sur le
dimensionnement et le coût d’une structure

– LE CAS DE LA RÉSIDENCE SERVICE À DAX:

SOURCES DE GASCOGNE -

LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2


Projet de Béton Armé

Sommaire
Présentation du projet :.......................................................................................................................................3
1. Généralités...............................................................................................................................................3
1.2. L’attaque du béton et des armatures par le CO2...................................................................................3
2. Plan de masse..........................................................................................................................................4
3. Conditions environnementales................................................................................................................4
3.1. Etude géologique.............................................................................................................................4
3.2. Analyse de l’eau dans le sol.............................................................................................................4
I. Etude dans un environnement normal........................................................................................................5
I.1. Etude d’une longrine................................................................................................................................5
I.1.1. Définitions.........................................................................................................................................5
I.1.2. Actions...............................................................................................................................................7
I.1.3. Sollicitations......................................................................................................................................7
I.1.4. Justifications vis-à-vis de la flexion................................................................................................11
I.1.5. Dispositions constructives...............................................................................................................12
I.2. Etude de la dalle.....................................................................................................................................12
I.2.1. Description : localisation et géométrie............................................................................................12
I.2.2. Actions.............................................................................................................................................12
I.2.3. Sollicitations....................................................................................................................................12
I.2.4. Vérifications....................................................................................................................................12
I.2.5. Dispositions constructives...............................................................................................................12
II. Etude dans un environnement agressif : classe d’exposition XA2.......................................................12
II.1. Etude d’une longrine.............................................................................................................................12
II.1.1. Définitions......................................................................................................................................12
II.1.2. Calculs............................................................................................................................................14
II.1.5. Dispositions constructives..............................................................................................................14
II.2. Etude de la dalle....................................................................................................................................15
II.2.1. Définitions......................................................................................................................................15
II.2.2. Calculs............................................................................................................................................15
II.2.5. Dispositions constructives..............................................................................................................15
III. Comparaison des deux modèles : Influence sur le prix de l’ouvrage...................................................15
III.1. Prix de la longrine...............................................................................................................................15
III.2. Prix de la dalle.....................................................................................................................................15

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

IV. Conclusion.............................................................................................................................................16
V. Annexes.................................................................................................................................................16
V.1. Extrait de l’Etude géotechnique...........................................................................................................16
V.2. Extrait du Rapport d’analyse................................................................................................................16
V.3. Plans et coupes......................................................................................................................................16
V.3.1. Plan de repérage.............................................................................................................................16
V.3.2. Plan de fondations..........................................................................................................................16
V.3.3. Coupe d’une longrine.....................................................................................................................16
V.3.4. Plan de ferraillage supérieur des dalles..........................................................................................16
V.3.5. Plan de ferraillage inférieur des dalles...........................................................................................16
V.4. Ferraillage des longrines.......................................................................................................................16
V.5. Ferraillage des dalles............................................................................................................................16
V.5.1. Plan et détail des panneaux de ferraillage supérieur des dalles.....................................................16
V.5.2. Plan et détail des panneaux de ferraillage inférieur des dalles......................................................16
V.6. Extrait de réglementation......................................................................................................................16
V.7. Note de calcul des descentes de charges par ECCTA..........................................................................18
VI. Bibliographie et remerciements............................................................................................................18

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Introduction

A. Les classes d’exposition

1. Pourquoi définir les classes d’exposition ?


Lors de la conception d’un bâtiment en béton armé, on utilise, pour le calcul de la dimension des éléments
porteurs, différentes valeurs de référence pour un béton donné, par exemple, sa résistance à la compression à
28 jours.

Dans la réalité, lé béton en service peut être soumis à un environnement plus ou moins agressif. Nommons
par exemple les intempéries, l’exposition aux sulfates ou aux chlorures…

Ainsi, lors de sa vie, les caractéristiques du béton peuvent être altérées (y compris via la corrosion des
aciers). C’est pourquoi il est nécessaire de définir les conditions dans lesquelles chaque partie de l’ouvrage
en béton armé sera au cours de sa vie.

La norme NF EN 106-1 crée donc les classes d’expositions qui sont au nombre de 18, que l’on peut classer
en 6 catégories distinctes :

- XO : Aucun risque de corrosion ou d’attaque


- XC : Risque de corrosion par carbonatation
- XD : Risque de corrosion due à des chlorures d’origine non marine
- XS : Risque de corrosion liée a l’eau de mer (chlorures)
- XF : Risque d’attaque liée au gel/dégel
- XA : Risque d’attaque chimique

On détaillera les classes ci-dessous.

2. Responsabilité
La responsabilité dans le choix des classes d’exposition de chaque partie d’un bâtiment est celle du
PRESCRIPTEUR. Ainsi, si au cours de la vie de celui-ci, il y a un litige concernant les dispositions mises en
œuvre concernant l’exposition, c’est lui que l’on pourra venir chercher pour expliquer ses choix.

Selon la nature de l’ouvrage et en particulier la durée de vie prévue, le prescripteur définit la classe
structurale qui s’applique à l’ouvrage. Celle-ci permet de préciser le degré de protection à adopter pour
l’ouvrage. Dans le cas le plus courant, qui sera également le cas de notre étude, c’est la classe S4 qui
s’applique pour une durée de vie attendue de 50 ans.

3. Détail des classes d’exposition

- XC : Carbonatation
Cette classe d’exposition est relative à la présence d’eau / d’humidité à laquelle l’élément en béton
armé est soumis.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

La pire des situations est l’alternance successive humide/sec.


Le classement est le suivant :

Dans notre projet, on sera en particulier en présence de la XC2 : Humide, rarement sec

- XD : Chlorures non marins

La classe XD s’applique lorsque le béton est soumis au contact d’eau autre que marine contenant des
chlorures, y compris des sels de déverglaçage entraînés par des véhicules.
On a cette fois deux classes existantes :
XD2 : humide, rarement sec
XD3 : alternance humide/sec

L’image ci-dessous illustre le problème :

- XS : Chlorures d’origine marine (S=Sea)


Le béton est soumis aux chlorures présents dans l’eau de mer ou à l’action de l’air véhiculant du sel
marin.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Le classement est le suivant :

- XF : Gel/dégel (Freez)


Les classes XF concernent les bétons soumis aux attaques des cycles gel/dégel avec ou sans agents
de déverglaçage.
On se réfere pour classer la partie en béton à un carte des zones de gel et de salage (agent de
déverglaçage). Par exemple, la quasi-totalité de la France se trouve en zone de gel faible ou modéré
sauf la frontière Est (montagnes…). Le niveau de salage varie d’Ouest en Est de peu fréquent à très
fréquent.

- XA : Attaques chimiques


C’est dans ce cas que se trouve le bâtiment que l’on va étudier dans la suite du projet. Le béton est au
contact d’un sol naturel et peut être exposé à des éléments chimiques agressifs. Le classement est le
suivant :

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Il faut maintenant définir ce que l’on entend par faible, modérée et forte.

La norme NF EN 206-1 nous donne les seuils a considérer au niveau du classement des XA :

Caractéristiques chimiques Méthode d'essai de référence XA1 XA2 XA3


Eaux de surface et souterraines
≥600 et
SO42- en mg/l EN 196-2 ≥200 et ≤600 >3000 et ≤6000
≤3000
pH ISO 4316 ≤6,5 et ≥5,5 <5,5 et <4,5 et ≥4,0
≥5,5
 CO2 agressif, en mg/l PrEN 13577:1999  ≥15 et ≤40 >40 et >100 jusqu'à saturation
≤100
 NH4+, en mg/l  ISO 7150-1 ≥300 et ≤1000 >1000 et >3000 jusqu'à saturation
ou ISO 7150-2 ≤3000
Sols
SO42-, mg/kg total EN 196-2 ≥2000 et ≤3000 >3000 et >12000 et ≤24000
≤12000
Acidité ml/kg  DIN 4030-2 >200 Bauman Gully N'est pas rencontré dans la pratique

Tableau n°2 de la norme NF EN 206-1

Dans notre projet, on sera dans le cas d’un XA3 (le détail sera donné plus loin)

Après avoir définit la classe d’exposition, nous en déduirons les paramètres particuliers à prendre en compte
dans la conception et les calculs. Ainsi l’enrobage minimum sera déterminé par la classe d’exposition en
corrélation avec la classe structurale d’après le tableau suivant :

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

ÉTUDE DE LA CORROSION DES ARMATURES

Comme nous allons le voir, la corrosion des armatures dans le béton constitue un des problèmes majeurs de
la construction moderne.

INTRODUCTION ET CORROSION EN GENERAL

Du point de vue économique, la détérioration des ouvrages en béton

armé engendre des problèmes importants en terme d’entretien et de réhabilitation. Parmi les ouvrages les
plus affectés, on retrouve les ponts et les viaducs, qui sont exposés à l’action combinée des intempéries et
Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne
LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

des sels fondants, et les structures océaniques qui sont soumises à un environnement salin. Bien que les
facteurs mécaniques aient une influence significative sur le comportement des infrastructures, la
détérioration des éléments de béton armé est d’abord et avant tout attribuable à la corrosion des armatures
induite par la pénétration des ions chlore (cas de corrosion le plus courant).

La réaction de corrosion est un processus électrochimique qui se manifeste par la transformation graduelle
du fer en oxydes de fer.

Les effets et conséquences de la corrosion sont divers et peuvent être représentés par la Figure 1.

En premier lieu, cette réaction engendre une perte de section d’acier. Cette perte de section se manifeste
selon deux phénomènes : soit la corrosion par piqûre (locale), soit par la corrosion généralisée sur toute la
longueur de la barre. Dans un premier temps, la corrosion provoque une dégradation de l’interface acier-
béton. Cette dégradation fait diminuer l’adhérence entre les deux matériaux. L’expansion volumique des
produits de corrosion provoque d’une part, la disparition des nervures et d’autre part, la fissuration du béton
de recouvrement. Dans un second temps, ces pertes de section peuvent mener à une diminution de la
ductilité et de la résistance des éléments armés.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Figure 1. Effets de la corrosion sur le comportement mécanique de structures corrodées

Tel que présentée à la Figure 2, la principale réaction de corrosion consiste en la formation d’une anode où
le fer est dissous Fe donne Fe2+ + 2e-. Les électrons ainsi relâchés sont consommés par la cathode par la
réduction de l’oxygène H2O + 1/2O2 + 2e- donne 2HO- (noter l’importance de l’apport de l’eau et de
l’oxygène). Les ions ferreux réagissent ensuite avec les ions OH- pour former des

hydroxydes : Fe2+ + 2OH- donne Fe(OH)2. En présence d’oxygène, la réaction continue pour former

Fe(OH)3, Fe2O3 et Fe3O4. Ce sont les oxydes typiques qu’il est possible de retrouver dans les structures de
béton. Cependant, comme la section suivante le démontre, cette représentation du processus de corrosion est
une simplification du phénomène de corrosion.

Figure 2. Processus de corrosion

Influence des fissures

Les fissures jouent un rôle très important dans la cinétique de corrosion pénétration d’agents agressifs. La
fissuration transversale (fissures de flexion, de retrait ou de variation thermique) est le principal moteur pour
l’initiation de la corrosion des armatures en formant un chemin privilégié favorisant le transport des ions
chlore. La rouille formée exerce alors une pression sur le béton qui peut engendrer une fissuration

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

longitudinale. Cette fissuration longitudinale donne aux agents agressifs un accès important aux armatures,
favorisant ainsi la propagation de la corrosion.

II.CORROSION DES ARMATURES DUE AU CO2

Dans le cadre de notre projet, nous souhaitons étudier un cas de corrosion particulier, celui de l’attaque du
CO2 dissous dans l’eau, eau en contact avec le béton et les armatures, puisque notre dalle de béton se situe
dans le sol. Le phénomène de corrosion par le CO2 est analogue à celui produit par le chlore. Considérant
des armatures de béton armé, nous assimilons notre cas à celui d’un acier faiblement allié en milieu confiné.

Les étapes de la corrosion des armatures

La corrosion avec formation de rouille des armatures dans les bétons comporte deux phases.

Dans une première phase (ou stade), les éléments agressifs, tels que le dioxyde de carbone (CO2) ou les
chlorures (Cl-), présents dans le milieu environnant, pénètrent dans le béton. C'est le stade d'incubation.

La seconde phase est celle dite de propagation qui commence lorsque ces corps agressifs se trouvent à des
concentrations assez fortes au niveau des armatures. Elle correspond à la croissance de la rouille, qui peut
ensuite faire éclater le béton d'enrobage.

Ainsi, pour décrire la corrosion des aciers dans les bétons, il convient de préciser, d'une part, la pénétration
des agents agressifs à travers le béton et, d'autre part, les conditions de dépassivation de ces armatures, puis
la vitesse de dissolution du métal et la croissance de la rouille.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Le dioxyde de carbone (CO2) est sous forme gazeuse dans l'atmosphère. Il peut être dissous par la solution
interstitielle du béton, et réagir avec certains composés calciques pour former des carbonates
(carbonatation).

La pénétration du dioxyde de carbone dans le béton est un phénomène de diffusion. Elle est rapide lorsque le
béton est assez sec. Mais la réaction de carbonatation n'a lieu que s'il reste de la solution interstitielle dans le
béton. C'est pourquoi, les conditions les plus favorables à la pénétration du dioxyde de carbone
correspondent à une humidité relative moyenne, de l'ordre de 65%. Ce qui peut être le cas pour notre dalle
en sous sol, si la teneur en eau du sol est relativement élevée.

La corrosion des armatures commence, lorsque les produits formés à leur surface ne les protègent plus
(dépassivation), car ils deviennent plus poreux.

Un premier critère d'amorçage de la corrosion correspond donc à la modification de la nature de ces


produits. Ce processus passe par des stades intermédiaires qui donnent des produits plus ou moins stables,
les " rouilles vertes ". Un critère, plus opérationnel, correspond à la modification significative de la vitesse
de dissolution métallique (changement de l'activité de la corrosion).

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Figure 3 Etapes de la corrrosion

Dans le cas classique, d'un béton relativement sec, les produits de corrosion gonflent en déformant fortement
l'enrobage et, sous l'effet d'une pression, finissent par fissurer le béton ou par provoquer des éclatements
(épaufrures).

Enfin, la diminution de section de l'armature et le gonflement simultané de la rouille entraînent une


diminution plus ou moins notable de l'adhérence entre l'acier et le béton.

On constate donc, par l’ampleur du phénomène, la nécessité de protéger nos armatures de la corrosion due
au CO2.

Présentation du projet :

1. Généralités
Le projet consiste en l’étude d’une longrine et d’une dalle dans la construction d’une résidence de services
exposée à des contraintes chimiques importantes dans son sol dues à la présence de sources d’eaux
thermales chargées en minéraux et en CO2 dit agressif.

Il s’agira d’un bâtiment de type R+4 partiel avec 1 niveau de sous-sol.

L’étude consiste à dimensionner une longrine puis une dalle du sous-sol à usage de parking et directement
en contact avec le sol. Puis une estimation sera faite sur l’impact de la contrainte environnementale sur le
prix, ou tout au moins une partie du prix de l’ouvrage, en comparant le dimensionnement réalisé avec et sans
cette contrainte.
Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne
LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

L’objet de la présente étude porte sur le dimensionnement de la longrine Lo10 sur 4 appuis (des
pieux), et de la dalle P2 réalisées en béton armé dans la partie de bâtiment A2 (cf. plan en annexe),
selon des conditions d’environnement difficiles faisant intervenir la classe d’exposition XA3 du béton
armé en comparaison avec un environnement normal (classe XC2 correspondant à une surface de
béton soumise au contact à long terme de l’eau).

1.2. L’attaque du béton et des armatures par le CO2.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

2. Plan de masse

3. Conditions environnementales

3.1. Etude géologique


Niveau R-1 : +8.00 NGF ;

Niveau Rdc : +11.00 NGF.

Le sous-sol est situé dans un terrain constitué d’alluvions de l’Adour et du Luy surmontés par endroits de
sable des Landes.

La nappe d’eau se situe à 2,01m de profondeur ce qui entraîne une pression hydrostatique dirigée vers le
haut d’environ 2 tonnes.

Cf. annexe I pour plus de détails.

3.2. Analyse de l’eau dans le sol


Le rapport d’analyse (cf. annexe II) a mis à jour le problème de la concentration élevée en CO2 agressif qui
atteint 88,2mg/l. Ce test doit être fait en respectant la norme NF EN 13577 (Août 2007) : Attaque chimique
du béton - Détermination de la teneur en dioxyde de carbone agressif de l'eau.

Cette concentration étant située entre les valeurs 60mg/l et 100mg/l, cela confère au sol la classe
d’environnement A3 qui impose l’adaptation de la composition et de la mise en œuvre aux conditions du
milieu avec action spécifique sur la nature et le dosage du ciment, rapport E/C.

Concrètement, d’après la norme en vigueur (NF EN 206-1), la classe d’exposition du béton est la classe
XA2.

Cependant, compte tenu des indications du rapport d’analyse, on considérera pour l’étude et conformément
aux plans d’exécution que la classe d’exposition est la classe XA3. Cette majoration d’une classe va dans le

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

sens de la sécurité en prenant en compte le caractère ponctuel dans le temps et l’espace de la mesure qui a
révélé un taux de C02 proche du seuil des 100mg/l qui détermine la classe XA3.

Cela impose un rapport E/C maximal de 0.45, une classe de résistance minimale de C35/45, une teneur
maximale en ciment de 360kg/m3.

Les conséquences directes sont un béton plus compact donc plus résistant mais avec une ouvrabilité plus
faible. La compacité du béton assure une meilleure protection contre la corrosion en diminuant les
possibilités d’infiltration de l’eau dans le béton pouvant attaquer les armatures métalliques. De plus la
qualité d’enrobage est améliorée.

I. Etude dans un environnement normal

I.1. Etude d’une longrine

I.1.1. Définitions

I.1.1.1. Géométrie
Cnom est déterminé avec la classe d’exposition X0.

Les longrines concernées sont Lo 10-1, Lo 10-2, et Lo 10-3. Elles sont associées à des dalles de portée 5m.

Dimensions : 60x50 ht
60mm
40mm

50mm 5000mm

Lo 10 (1) Lo 10 (2) Lo 10 (3)

4,44m 6,90m 4,44m

I.1.1.2. Matériaux
La classe d’exposition est XC2 donc le béton est un C25/30. Sa résistance mesurée sur cylindre est fck=25
MPa.

Les aciers ont une limite d’élasticité fyk=500 MPa.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

I.1.1.3. Conditions d’exploitation


 Classe d’exposition

Dans le cadre du premier chapitre, on tient compte de la classe d’exposition XC2 qui correspond à un
contact à long terme entre le béton et l’eau. Ceci permet de tenir compte de la présence de la nappe d’eau
sans tenir compte de son caractère agressif. En tenant compte de la présence de la nappe on justifie le calcul
qui tient compte de la poussée de l’eau prédominante pour le dimensionnement des éléments du sous-sol
(celle-ci s’élevant à 2.02t/m²).

 Classe structurale

C’est un bâtiment courant de classe structurale S4. On a donc Cmin,dur=25 mm.

 Durabilité

Le bâtiment est conçu pour une durée de vie de 50 ans.

 Type d’armatures

Les armatures utilisées seront de type HA à Haute Adhérence.

 Contraintes particulières

Sans objet.

 Contraintes d’adhérence

L’enrobage minimal devra être au moins égal au diamètre de la barre la plus épaisse.

 Enrobage minimal

Cmin = max [Cmin,b; Cmin,dur + Cdur,y - ∆Cdur,st - ∆Cdur,add; 10mm]

Avec :

 Cmin,b : enrobage minimal vis-à-vis des exigences d’adhérence (béton/armature).


 Cmin,dur : enrobage minimal vis-à-vis des conditions environnementales.
 Cmin,dur tient compte de la classe d’exposition et de la classe structurale (qui est fonction de la
durée d’utilisation du projet)
 Cdur,y : marge de sécurité (valeur recommandée 0) ;
 ∆Cdur,st : réduction de l’enrobage minimal dans le cas d’utilisation, par exemple, d’armatures
inox ;
 ∆Cdur,add : réduction de l’enrobage minimal dans le cas de protections complémentaires.

(BA Cortex, 2009)


Soit Cmin = max [Cmin,b; Cmin,dur ; 10mm]=Cmin,dur=25mm en prenant des barres de Ø<25mm.

 Enrobage nominal (tolérance d’exécution)

Cnom= Cmin+10mm = 35mm, les 10mm correspondant à la tolérance d’exécution (coffrage, précision,
…)

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

I.1.2. Actions

I.1.2.1. Permanentes
La longrine reprend les efforts exercés sur la dalle de portée 5m. A ce titre elle est calculée comme une
poutre normale qui assure la stabilité de la dalle, notamment vis-à-vis de la poussée hydraulique.

Poids propre de la longrine et de la dalle reprise : G=(0,60-0,20)x0,50xLxρ + 5,00x0,20xLxρ, avec


ρ=25KN/m3

g=(0,60-0,20)*0,50*25 + 5,00*0,20*25=30KN/ml

Longrine Lo 10(1) Lo 10(2) Lo 10(1)


133,2KN 207KN 133,2KN

I.1.2.2. Variables
La charge hydraulique est considérée comme variable du fait des variations du niveau de la nappe
susceptibles de se produire tout au long de l’année et sur des durées variables modifiant ainsi la charge.

q= (2,5-20,2)*5= -88,5 KN

Lo 10(1) Lo 10(2) Lo 10(1)


Charge d’exploitation 55,5KN 86.3KN 55,5KN
Q :2,5KN/m²
Charge hydraulique H: - -448,5KN -696,9KN -448,5KN
20,2KN/m²
Total -393KN -610,6KN -393KN

I.1.3. Sollicitations

I.1.3.1. Méthode de Caquot


A cause de la surcharge importante et de la fissuration qui est très préjudiciable, on va calculer par la
méthode de Caquot.

On peut le faire car :

 l’inertie est la même dans toutes les travées,


 les sollicitations sont estimées dans l’hypothèse de la non solidarité avec les pieux supportant la
longrine,
 et la longrine est considérées comme soumise aux seules actions des charges permanentes et charges
d’exploitation uniformes.

I.1.3.2. Portées fictives


Les portées de calcul sont les portées entre nus d’appuis : 4.44m, 6.90m, 4.44m,

Les portées fictives sont : 4.44m, 0.8x6.90=5.52m, 4.44m.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

I.1.3.3. Organisation du calcul

1 3 5

2 4

M1 M2 M3 M4 M5 V1D V3G V3D


G 0,00 e a e’ a’ i m q
Qw 0,00 f b f’ b’ j n r
Q0 0,00 g c g’ c’ k o s
Qe 0,00 h d h’ d’ l p T

Où la section 1 est celle de l’appui de rive, la section 2 à 0,4l de l’appui de rive, la section 3 sur appui
intermédiaire, la section 4 au milieu de la travée intermédiaire, la section 5 sur le second appui
intermédiaire.

I.1.3.4. Moments sur appuis


Méthode de Caquot
'3 '3
−p w .l w + p e . l e
Charges uniformes : M= ' '
8,5.(l w +l e )

Par symétrie :
'3 '3
−g .l w + pe . l e −0,030. 4,443 +0,030 . 5,523
 a=a’ = ' ' = = -0,0906 MNm
8,5.(l w +l e ) 8,5.( 4,44+5,52)
−0,0885. 4,44 3
 b=d’ = = -0,0915 MNm
8,5.(4,44 +5,52)
3
−0,0885.5,52
 c=c’ = = 0,1758 MNm
8,5.(4,44 +5,52)
−0
 d=b’ = = 0 MNm
8,5.(4,44 +5,52)

I.1.3.5. Sollicitations en travée

Moments en travée :

( )
x x
M ( x )=m0 ( x ) + M w 1− + M e avec m0 ( x ) =p . x .
l l
l−x
2
 Travée de rive :

 e = M ( 0,4.4,44 )=0,030.1,78.
4,44−1,78
2
−0,0906. 1−
1,78
4,44 (
=+0,0167 MNm )
4,44−1,78 1,78
 f =0,0885.1,78 . −0,0915. =+0,1728 MNm
2 4,44
Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne
LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

1,78
 g =0,1758. =+0,0705 MNm
4,44
 h = 0 MNm

 Travée centrale :

( )
2
6,90 3,45 3,45
 e’=0,030. −0,0906. 1− −0,0906. =+0,0879 MNm
8 6,90 6,90


'
f =−0,0915. 1−(3,45
6,90 )
=−0,0458 MNm


'
g =0,0885.
6,902
8
−0,1758. 1−
3,45
6,90 (
+0,1758. )
3,45
6,90
=+ 0,5267 MNm

' 3,45
 h =−0,0915. =−0,0458 MNm
6,90

Efforts tranchants :
M −M w l (l−x)²
V ( x )=t 0 ( x ) + e avec t 0 ( x )=g .( −x) et t 0 ( x )=q .
l 2 2l
 Travée de rive – Appui de rive
4,44 −0,0906
 i=0,030. + =+0,0462 MN
2 4,44
4,44 −0,0915
 j=0,0885. + =+ 0,1759 MN
2 4,44
0,1758
 k= =+0,0396 MN
4,44
 l=0 MN
 Travée de rive – Appui intermédiaire :

(
 m=0,030.
4,44
2 )
−4,44 +
−0,0906
4,44
=−0,0870 MN

n=0,0885. ( −4,44 )+
4,44 −0,0915
 =−0,2171 MN
2 4,44
0,1758
 o= =+0,0396 MN
4,44
 p=0 MN
 Travée centrale – Appui intermédiaire :
6,90 0,0906−0,0906
 q=0,030. + =+0,1035 MN
2 6,90
0,0915
 r= =+ 0,0133 MN
6,90
6,90 −0,1758+ 0,1758
 s=0,0885. + =+0,3053 MN
2 6,90
−0,0915
 t= =−0,0133 MN
6,90

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

I.1.3.6. Courbes enveloppes :

Combinaisons et valeurs du minimum ELU :


  M2   M3   M4   M5   V1D   V3G   V3D
1 0,0167 1,35 -0,0906 1 0,0879 1,35 -0,0906 1 0,0462 1,35 -0,087 1 0,1035

0 0,1728 1,5 -0,0915 1,5 -0,0458 1,5 0 0 0,1759 1,5 -0,2171 0 0,0133

0 0,0705 0 0,1758 0 0,5267 0 0,1758 0 0,0396 0 0,0396 0 0,3053

0 0 1,5 0 1,5 -0,0458 1,5 -0,0915 1,5 0 1,5 0 1,5 -0,0133

  0,0167   -0,25956   -0,0495   -0,25956   0,0462   -0,4431   0,08355

Combinaisons et valeurs du maximum ELU :


  M2   M3   M4   M5   V1D   V3G   V3D
1,3 0,0167 1 -0,0906 1,35 0,0879 1 -0,0906 1,35 0,0462 1 -0,087 1,35 0,1035
5
1,5 0,1728
0 -0,0915 0 -0,0458 1,5 0 1,5 0,1759 0 -0,2171 1,5 0,0133
1,5 0,0705
1, 0,1758 1,5 0,5267 1,5 0,1758 1,5 0,0396 1, 0,0396 1,5 0,3053
5 5
1,5 0 1, 0 0 -0,0458 0 -0,0915 1,5 0 1, 0 0 -0,0133
5 5
  0,387495   0,1731   0,908715   0,1731   0,38562   -0,0276   0,617625

Combinaisons et valeurs du minimum ELS :


  M2   M3   M4   M5   V1D   V3G   V3D
1 0,0167 1 -0,0906 1 0,0879 1 -0,0906 1 0,0462 1 -0,087 1 0,1035
0 0,1728 1 -0,0915 1 -0,0458 1 0 0 0,1759 1 -0,2171 0 0,0133
0 0,0705 0 0,1758 0 0,5267 0 0,1758 0 0,0396 0 0,0396 0 0,3053
1 0 1 0 1 -0,0458 1 -0,0915 1 0 1 0 1 -0,0133
  0,0167   -0,1821   -0,0037   -0,1821   0,0462   -0,3041   0,0902

Combinaisons et valeurs du maximum ELS :


  M2   M3   M4   M5   V1D   V3G   V3D
1 0,0167 1 -0,0906 1 0,0879 1 -0,0906 1 0,0462 1 -0,087 1 0,1035
1 0,1728 0 -0,0915 0 -0,0458 1 0 1 0,1759 0 -0,2171 1 0,0133
1 0,0705 1 0,1758 1 0,5267 1 0,1758 1 0,0396 1 0,0396 1 0,3053
1 0 1 0 0 -0,0458 0 -0,0915 1 0 1 0 0 -0,0133
  0,26   0,0852   0,6146   0,0852   0,2617   -0,0474   0,4221

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

I.1.4. Justifications vis-à-vis de la flexion

I.1.4.1. Etat limite ultime de résistance


On se trouve ici dans le cas peu ordinaire où le moment fléchissant est positif. C’est donc la fibre supérieure
qui est tendue et la table intervient dans la résistance de la section.

I.1.4.2. Etat limite de service de résistance à la flexion simple


On se situe dans le cas de la classe d’exposition XC2, c’est donc le calcul à l’ELU qui est dimensionnant.

armatures Vérification fissuration déformation


classe Dimensionnement
section min. 7.3.2 des contraintes 7.3 7.4
d’exposition
vérification de la contrainte compression
de traction 7.2(5) non
déterminante du béton 7.2(2)

X0 w k limite =0,4 mm tableau 7.4


XC1
ELU prépondérant
XC2à 4 w k limite =0,3 mm¿ ¿
μu ≤μul

XD1 à 2
Il peut être w k limite =0,2 mm¿ ¿
pertinent de

vérifier l’ELS de

compression du

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

béton
Fissuration
(ce n’est pas
XS1 à 3 Prépondérante
une obligation)
XD3 ELS prépondérant

XF1 à 4

XA1 à 3

Condition de fissuration :
La fissuration n’est pas ici considérée comme préjudiciable, et on estimera pour l’exemple que le calcul de
l’état limite d’ouverture des fissures n’est alors pas demandé par les Documents Particuliers du Marché.

I.1.5. Dispositions constructives

I.1.5.1. Armatures longitudinales

Dispositions minimales
Condition de non fragilité :

f ctm
A s ,min ≥ 0,26 b d où bt est la largeur moyenne de la zone tendue.
f yk t

Ferraillage

Epure d’arrêt des barres

I.2. Etude de la dalle

I.2.1. Description : localisation et géométrie


La dalle concernée est la dalle P2 portée par les longrines Lo 08 et Lo 10.
15,78m
20mm

5m

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Dalle unidirectionnelle car elle est plus longue que large. Elle est sur appuis continus.

Epaisseur > 1/30 portée = 0,519m et d = 0,9 x ep = 0,467m

Le plancher étudié est constitué de deux dalles rectangulaires de 0,20 m d’épaisseur dont une charpente
incorporée de 0,04 m reposant sur des appuis continus de 0,20m de largeur.

Matériau

Béton C30/37 donc fck = 30 MPa

Acier S500 donc fyk = 500 MPa et classe de ductilité B.

I.2.2. Actions

I.2.2.1. Permanentes

Poids propre : Go=25 x 0,20 = 5 kN/m².

Équipement : G1= 1,00 kN/m².

I.2.2.2. Variables

elles sont uniformes : q=2,5 kN/m². (il s’agit de la surcharge d’exploitation de logements)

Charge hydraulique H: -20,2KN/m²

I.2.2.3. Combinaisons

à l’ELU :

ρu = 1,35 ( go + g1) + 1,5 (q+H) = -18,45 kN/m².

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

à l’ELS :

ρs = ( go + g1) + (q + H) = -11,7 kN/m².

I.2.3. Sollicitations

Moment fléchissant

Dalle isostatique associée :

ρ = Lx/Ly =0,32 < 0,4 donc la dalle n’est soumis qu’a des charges réparties donc elle sera calculé comme des
poutres.

Ainsi le moment Mu= ρu L2/8= 0,594MNm

I.2.4. Justifications vis-à-vis de la flexion

dx = d - cnom – épaisseur chape = 0,146 m

Moment réduit : µx = Mu / (bw x dx² x fcd) = 0,333 > 0,056 donc on a un pivot B

Position de l’axe neutre : α = 0,527 d’où x = α x dx = 77 mm

Bras de levier : β = 0,789 d’où z = β x dx = 0,115 m.

Allongement de l’acier : εs = 3,5 ‰ x (1 – α)/ α = 3,14 ‰ car nous sommes en pivot B.

Contrainte de l’acier : σs = fyd x (1 + 0,08 (εs – 2,17 ‰ )/ (εuk – 2,17 ‰ )) = 436 MPa.

As1 = Mx / (z x σs ) = 118,4 cm²/ml

I.2.5. Dispositions constructives

Armatures longitudinales minimales

Asmin = 0,26* fctm/fyk *b*d= 9,71 cm2/mL

Il convient que la section minimale d’armature Asmin respecte la condition

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Asmin > 0.0013*b*d=9.49 cm2/mL

Ferraillage

On doit disposer

- 17 HA 20 en lit inferieur soit 53,71 cm2/mL


- 17 HA 16 en deuxieme lit soit 34,16 cm2/mL
- 17 HA 16 en lit superieur soit 34,16 cm2/mL

II. Etude dans un environnement agressif : classe d’exposition


XA2

II.1. Etude d’une longrine

II.1.1. Définitions

II.1.1.2. Matériaux
La classe d’exposition est XA3 donc le béton est un C40/50. Sa résistance mesurée sur cylindre est fck=40
MPa.
Tableau E.1.1 NF : Annexe Nationale Classes indicatives de résistance minimales

Classes d'exposition selon le Tableau 4.1


Corrosion

Corrosion induite par les chlorures


Corrosion induite par les chlorures de
Corrosion induite par carbonatation
l'eau de mer

XC1 XC2 XC3 XC4 XD1 XD2 XD3 XS1 XS2 XS3
Classe indicative
de
C20/25 C20/25 C25/30 C25/30 C30/37 C35/45 C30/37 C35/45
résistance

Dommages au béton
Aucun
Attaque par gel et dégel Attaque chimique
risque

X0 XF1 XF2 XF3 XA1 XA2 XA3

Classe
indicative de - C25/30 C25/30 C30/37 C30/37 C35/45 C40/50
résistance

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Les aciers ont une limite d’élasticité fyk=500 MPa.

I.1.1.3. Conditions d’exploitation


 Classe d’exposition

Dans le cadre du premier chapitre, on tient compte de la classe d’exposition XC2 qui correspond à un
contact à long terme entre le béton et l’eau. Ceci permet de tenir compte de la présence de la nappe d’eau
sans tenir compte de son caractère agressif. En tenant compte de la présence de la nappe on justifie le calcul
qui tient compte de la poussée de l’eau prédominante pour le dimensionnement des éléments du sous-sol
(celle-ci s’élevant à 2.02t/m²).

 Classe structurale

C’est un bâtiment courant de classe structurale S4. On a donc Cmin,dur=25 mm.

 Durabilité

Le bâtiment est conçu pour une durée de vie de 50 ans.

 Type d’armatures

Les armatures utilisées seront de type HA à Haute Adhérence.

 Contraintes particulières

Sans objet.

 Contraintes d’adhérence

L’enrobage minimal devra être au moins égal au diamètre de la barre la plus épaisse.

 Enrobage minimal

Cmin = max [Cmin,b; Cmin,dur ; 10mm]=Cmin,dur=25mm en prenant des barres de Ø<25mm.

 Enrobage nominal (tolérance d’exécution)

On définit trois types d’enrobage :

 l’enrobage latéral
 l’enrobage inférieur
 l’enrobage supérieur

Cnom= Cmin+10mm = 35mm, les 10mm correspondant à la tolérance d’exécution (coffrage, précision,
…)

La géométrie est la même qu’au chapitre I.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Cnom est déterminé avec la classe d’exposition XA3.

Cnom,vert,sup=7mm

Cnom,horiz=4mm

II.1.2. Calculs
Les calculs ont été fais par le bureau d’étude ECCTA, selon une méthode similaire à celle appliquée dans le
premier chapitre.

C’est pourquoi nous ne les refaisons pas, mais nous présentons les hypothèses de calcul et le
dimensionnement trouvé par le bureau ECCTA. Le but étant bien de comparer les dimensionnements pour
estimer l’impact de la condition d’environnement sur le coût du projet.

II.1.4.1. Etat limite ultime de résistance


Comme il a été remarqué au chapitre I, on se trouve ici dans le cas peu ordinaire où le moment fléchissant
est positif. C’est donc la fibre supérieure qui est tendue et la table intervient dans la résistance de la section.

De plus la fissuration est très préjudiciable, par conséquent le calcul se fera aux états limites de service par
un calcul direct selon l’usage courant des règles BAEL dont on suppose ici qu’elles respectent l’eurocode 2
dans leurs marges de sécurité.

II.1.5. Dispositions constructives


En annexe sont donnés les plans de ferraillage de la longrine Lo8 qui est presque identique à la longrine
Lo10 étudiée (seule différence : Lo8 supporte d’un côté une dalle de portée 5m et de l’autre une dalle de
portée 4,95m au lieu de 5m pour Lo10)

II.2. Etude de la dalle

II.2.1. Définitions
Ce sont les mêmes qu’au chapitre précédent (chap.I).

II.2.2. Calculs
De même que pour la longrine, nous ne présentons ici que le résultat des calculs, c’est-à-dire le
dimensionnement.

II.2.5. Dispositions constructives

As1 = 128,1 cm²/ml

Ferraillage

On doit disposer

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

- 18 HA 20 en lit inferieur soit 56,55 cm2/mL


- 18 HA 16 en deuxieme lit soit 36,19 cm2/mL
- 18 HA 16 en lit superieur soit 36,19 cm2/mL

III. Comparaison des deux modèles : Influence sur le prix de


l’ouvrage

III.1. Prix de la longrine

Environnement normal Environnement agressif Différence entre les


deux
Volume de béton
Prix du béton
Poids des aciers
Prix des aciers
Prix global

III.2. Prix de la dalle


Environnement normal Environnement agressif Différence entre les
deux
Volume de béton 15,58 m3 15,58 m3
Prix du béton
Poids des aciers 95,57 kg 101.196 kg 5,622 kg
Prix des aciers
Prix global

Dans le cas du présent projet, la classe d’exposition XA3 ne s’applique que sur une partie du bâtiment, le
parking en sous-sol, qui est la partie en contact avec l’eau agressive du sol.

L’excédant de prix engendré par un tel sol sur le bâtiment ne s’applique que sur une partie (environ 1/5ème)
du prix global de la structure.

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

IV. Conclusion

V. Annexes

V.1. Extrait de l’Etude géotechnique

V.2. Extrait du Rapport d’analyse

V.3. Plans et coupes

V.3.1. Plan de repérage

V.3.2. Plan de fondations

V.3.3. Coupe d’une longrine

V.3.4. Plan de ferraillage supérieur des dalles

V.3.5. Plan de ferraillage inférieur des dalles

V.4. Ferraillage des longrines

V.5. Ferraillage des dalles

V.5.1. Plan et détail des panneaux de ferraillage supérieur des dalles

V.5.2. Plan et détail des panneaux de ferraillage inférieur des dalles

V.6. Extrait de réglementation

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2
Projet de Béton Armé

V.7. Note de calcul des descentes de charges par ECCTA

VI. Bibliographie et remerciements


BA Cortex. (2009). BA-CORTEX, Le calcul des structures en béton selon les Eurocodes - Enrobage :.
Consulté le avril 10, 2009, sur BA-CORTEX, Le calcul des structures en béton selon les Eurocodes:
http://www.ba-cortex.com/pages/cours/a3-ouvrages-et-environnement/a3.3-enrobage.php

Remerciements aux ingénieurs du bureau d’étude ECCTA à Bordeaux qui ont fournit les plans du bâtiment
et permis d’accéder aux documents nécessaires à notre étude et d’en photocopier certains.

Mu
α =1,25 ×(1−√ 1−2 μu ) où μu= est le moment réduit à l’ELU
bd ² f cd

Projet de Béton Armé – Sources de Gascogne


LABEDAN Benoît, LAHOUSSOY Thomas, LEE Johan, BOURIOT Jacinthe – B2

Vous aimerez peut-être aussi