Vous êtes sur la page 1sur 11

www.eifa-football.

com

MOTIVEZ VOS JOUEURS


EN 4 ETAPES

Les
clés de
l'assiduité de
vos joueurs

Et le secret de leur réussite


PAR COACH FRANCK CHAGNON PREFACE DE CEDRIC ESSERMEANT
• Head Coach du camp d'été de • Directeur de l'EIFA
football américain EIFA • Consultant pour les clubs de sport
• Entraîneur au sein de la plus vieille amateur (Opteam Conseil)
équipe de football au monde (Mc • Président de club (Les Centaures,
Gill, Canada) France)

[1]
AVANT PROPOS
Bonjour et bienvenue dans ce guide pratique destiné aux coachs et joueurs de
football américain.
Trop souvent, les coachs constatent un manque d'assiduité flagrant de leurs
joueurs à l'entraînement. Certainement la faute à cette fichue société de
consommation. C'est vrai quoi, les jeunes ne s'impliquent plus du tout de nos
jours ...
En effet, les jeunes ne s'impliquent plus aussi facilement qu'avant. Cependant, il
est possible voir une très bonne assiduité de ses joueurs, sans trop forcer, si on sait
comment faire.
Si vous ne savez pas comment motiver vos joueurs, ne vous en faites pas.
Probablement que personne ne vous a enseigné jusque-là quels étaient les secrets
de l'assiduité. Mais - bonne nouvelle - vous êtes sur le point de remédier à cela !
Le coach Chagnon vous a préparé un guide qui se veut pratique et utile !
MAIS ATTENTION :
Il reste une dernière condition pour voir vos joueurs fréquenter en masse vos
entraînements :
Si vous nʼavez pas vos joueurs à vos entraînements, ce nʼest pas parce que vous
avez besoin dʼAPPRENDRE quoi que ce soit.
Cʼest parce quʼil vous faut APPLIQUER ce que vous savez déjà !
Préparez-vous donc à un livret vite lu et orienté "concret" avec des exemples à
APPLIQUER immédiatement dans votre club.
Il est certain que - quel que soit le niveau sportif de votre club - vous aurez
quelque chose de bon à tirer de ce livret.
Alors, laissez vous guider par Coach Franck !
Cédric Esserméant

[2]
L ' AS S I DU IT E . .. G AGE DE O re go n Du cks
SU C C ES ?
Quʼest-ce que lʼassiduité?
Selon le "Petit Larousse" :
1.Présence régulière à un enseignement, un
travail, etc., ponctualité
L’entraînement quotidien est à
2.Application constante, zèle 6h30 du matin. À 8h30, les
joueurs sont en classe. À
Mmmm … présence régulière à un enseignement, 17h00, ils ont une rencontre
ne pourrait-on pas y lire le mot "entraînement" au avec leur coach d’unité. Ils
passent en revue l’entraînement
lieu de "enseignement"? Au niveau universitaire et du matin et apportent les
professionnel, si tu manques un entraînement, tu correctifs nécessaire et
préparent l’entraînement du
manques une partie. A McGill, il y a quʼune seule lendemain.
exception à cette règle, ta formation académique. La rencontre dure rarement
Mais ailleurs, lʼexception nʼexiste pas, que tu sois plus d’une heure et après, les
joueurs partent pour faire leur
partant ou 3ème, tu dois être présent aux travaux scolaires. Est-ce qu’il
entraînements et aux rencontres dʼéquipe. manque un joueur? Jamais.
C’est ça l’assiduité. Les joueurs
Je vous entends déjà dire : y croient car les entraîneurs y
croient. C’est toujours plus
"Mais ces joueurs nʼont que ça à faire ! facile de croire en quelque
Nous, on bosse le jour et on joue le soir ! " chose lorsque tout le monde y
croit aussi.
Vrai … mais faux ! Les Ducks sont invaincus en
Les joueurs universitaires nʼont pas que ça à faire. 2010. Ils sont classés 2ème au
AP avec seulement 9 points de
Il est faux de penser quʼils sʼentraînent 15 heures par retard sur Aubur n et au
jour, 6 jours semaine. Ils doivent étudier leurs classement BCS, ils sont aussi
2ème à 0,142 point (!!) et
matières académiques, ils doivent visiter la salle de joueront pour le titre national.
muscu et ils doivent analyser les vidéos de leurs
adversaires. Donc, en gros, «  ils bossent le jour et Est-ce que l’assiduité est
jouent le soir ». un gage de succès?
La grande différence est lʼassiduité aux
entraînements. Ces joueurs sont présents à chaque Poser la question c’est y
entraînement, ils ne trouvent jamais dʼexcuses pour répondre!
manquer. Avec lʼassiduité vient la qualité et la
compréhension du jeu.

[3]
MOTIVEZ VOS J O U E U R S E N 4
ETA PE S T R E S S IMP L E S
Pour être assidu, il faut avant tout être motivé.
Comment motiver vos joueurs pour quʼils soient assidus?
Voici 4 étapes simples mais efficaces :

1) Organisation
Soyez organisé! Cʼest LA base.
Ce qui suit est la situation optimale, celle que vous devriez aspirer à atteindre, car
elle facilitera le travail de tous les intervenants dans le club et sera une autre source
de motivation de la part de vos joueurs.
Comprenez qu'il nʼy a rien de pire que de voir un entraîneur arriver à
lʼentraînement, de nʼavoir rien de planifié et dire aux joueurs : « Bon … euh … jʼai
rien de préparé, donc … euh … pourquoi ne pas faire ça. Quʼen dites-vous? » Ce
genre dʼentraîneur ne coacherait pas longtemps dans mon équipe cʼest sûr! Cʼest
sans doute la meilleure façon de démotiver vos joueurs.

A - Organisation idéale
Il existe 3 rôles dʼentraîneurs :
•Entraîneur-chef (HC)
•Coordonnateur Offensif (OC) Défensif (DC) Unités spéciales (ST)
•Position
Le HC est ultimement responsable de son équipe, de ses performances et de la
qualité de son organisation. Il a un plan et le communique aux autres coaches, aux
joueurs et au club. Cʼest sa responsabilité dʼorganiser les entraînements. Le
contenu relève des coordonnateurs (voir plus loin).

[4]
Cʼest au HC de faire le découpage des 2 heures dʼentraînements. Il planifiera des
périodes techniques, des périodes dʼéquipe, des périodes de synchronisme, etc. …
Il est de sa responsabilité de communiquer ce plan à ses adjoints pour quʼeux aussi
puissent sʼorganiser. Cʼest aussi sa responsabilité de bien balancer la charge de
travail sur lʼensemble des entraînements prévus hebdomadairement.
Si vous démontrez que vous êtes organisés, vos simplifierez la préparation des
Coordonnateurs.
Pour les Coordonnateurs, lʼorganisation passe par lʼanalyse du plan
dʼentraînement. Selon le temps prévu à la période dʼinstallation, il déterminera quels
jeux il voudra introduire avec son unité. Cela guidera alors les coaches de position
sur les techniques quʼils devront couvrir pendant la période technique. Le OC et le
DC devront se contacter pour que tout le monde travaille avec un but commun. Le
DC ne peut travailler ses blitz si le OC ne travaille pas son blitz pickup. La période
dʼopposition sera perdue pour tout le monde par un manque dʼorganisation. Encore
une fois, la qualité de lʼorganisation des coordonnateurs facilitera grandement le
travail des entraîneurs de position car ceux-ci sauront quelles techniques enseigner
aux joueurs.
Pour les Coaches de position, ils doivent sʼassoir avec les coordonnateurs pour
bien comprendre le plan dʼentraînement et bâtir leurs drills/éducatifs pour supporter
ce plan. Si le plan du coordonnateur est de travailler les blitz, alors il ne faudrait pas
que le coach des LB travaille les couvertures aériennes avec son unité!
Cette communication entre les entraîneurs démontre une saine organisation.
Cette organisation démontrera aux joueurs que vous, les entraîneurs, avez un plan
et lorsquʼil y a un plan, cʼest toujours plus facile dʼy adhérer et de se motiver pour les
entraînements.

A - Organisation minimale
Mais voilà, votre réalité fait que vous êtes le HC, le CO ET le coach de position…
comment fais-je pour motiver mes joueurs?
La réponse demeure la qualité de votre organisation personnelle. Dans ce
contexte, il y a 2 façons de bien organiser vos entraînements :
1. Soit vous organisez votre entraînement pour permettre de combiner
votre travail de coordonnateur et celui de coach de position.
ATTENTION  : ceci ne veut pas dire de délaisser lʼenseignement technique pour
vous concentrez sur le collectif, loin de là!

[5]
Cela veut dire que vous apportez les correctifs techniques durant une phase
dʼéquipe (phase dʼintroduction/timing de jeu). Cette technique demande une grande
rigueur car vous devez ABSOLUMENT limiter votre temps (minutes) pour corriger
un point technique dʼune position précise.
Exemple  : Ce soir, vous introduisez 3 jeux. Vous avez planifié 30 minutes pour
cette phase. Donc, le découpage est simple, cʼest 10 minutes par jeu, pas 12 ou 8,
mais 10 minutes! Vous êtes le chef dʼorchestre, à vous de bien jouer la partition.
Pendant ces 10 minutes, vous corrigerez 3 positions. Pour les besoins de
lʼexercice, disons que nous introduisons un DIVE. Vous devez prendre le temps
dʼexpliquer le jeu. Vous avez 1 minute! Ensuite, qui sont directement impliqués dans
un DIVE? Le QB, les RB (FB, H/TB) et les OL. Dommage pour les receveurs, mais
dans lʼintroduction du jeu, demandez-leur de courir des FADE pour que les DB
ouvrent les épaules vers lʼextérieur du terrain et ainsi tourner le dos au jeu.
Donc, vous avez 3 minutes pour faire les correctifs pour chaque position; pas
plus. Pendant que vous corrigez les OL, il est impératif que vous gardiez un œil sur
les QB et les RB, mais sans les corriger, car ce nʼest pas leur tour, ne volez pas du
temps dʼune position au profit dʼune autre. Pour vous aider dans lʼintroduction de
jeu, vous devez bien planifier vos introductions et en faire la distribution à vos
joueurs pour quʼils sachent sur quoi ils vont travailler et à quel moment ils vont le
faire. Vous pouvez procéder à un rappel en début dʼentraînement.
2. Soit vous procédez à un découpage en une portion technique
individuelle et une portion collective / dʼéquipe.
Si vous allez dans cette direction et que vous êtes le seul entraîneur offensif ou
défensif, vous devrez faire confiance à vos joueurs car vous ne pouvez être partout
en même temps. Cette façon de faire demande une plus grande préparation, car
vous devez planifier des drills pour chaque position et dʼexpliquer au leader du
squad ce que vous vous attendez de lui et de lʼunité pendant que vous travaillez
avec un autre groupe. Mais cʼest faisable! En passant, en prenant cette façon de
faire, vous formez de futurs entraîneurs sans quʼils ne le sachent … mais chut!!! Ne
leur dites surtout pas  ;o) Mais encore là, cela vous demandera une rigueur de fer
car vous ne pouvez passer plus de temps que prévu avec une position car la
suivante se sentira mise de côté et cela démotivera vos joueurs. Ce quʼil faut retenir,
cʼest que votre enseignement technique doit TOUJOURS venir supporter les jeux
que vous allez introduire dans la phase dʼéquipe, sinon, votre enseignement est
perdu.

[6]
Tout revient à la qualité de votre organisation. Dotez-vous dʼun plan et suivez-le.
Présentez votre plan à vos joueurs pour quʼils sachent à quoi sʼen tenir. Votre plan
peut changer en cours de route, mais vous devez communiquer ces changements,
sinon vos joueurs penseront que vous ne les prenez pas au sérieux. Parfois, des
forces majeures vont vous empêchez de faire une communication, mais cela doit
être lʼexception, pas la règle.
Aussi, dans votre organisation dʼentraînement, surtout si vous êtes seul, vous
devez prévoir une période de jeu (amusement éducatif - fun comme un drill de
combat collectif), cela vous enlèvera une certaine pression, cʼest un 10 minutes
facile à organiser, cela détendra lʼatmosphère et fera rigoler vos joueurs. Ensuite, ils
seront mieux concentrés pour poursuivre lʼentraînement.
Soyez organisé, ayez un plan et les joueurs se feront un plaisir de venir à
vos entraînements.

2) Diversité
Rien ne tue plus rapidement que la routine! Rien ne démotive plus rapidement
que de faire et refaire les mêmes choses jour après jour après jour.
Pour conserver vos joueurs motivés, vous devez faire preuve de diversité,
dʼimagination. Vous voulez enseigner une technique, dites-vous quʼil existe
multiples façons dʼenseigner cette technique. Si vous utilisez toujours la même
pédagogie, les joueurs se désintéresseront de lʼentraînement, car rien ne les attirera
au stade. La meilleure façon dʼêtre meilleur dans cette catégorie, est de se
documenter.
Oui, la presque totalité de la documentation existante est en anglais, mais si vous
prenez un livre comme «  101 Drills for Linebackers  », vous trouverez que le texte
est minimal et que les graphiques/dessins expliquent tout. Vous remarquerez que ce
genre de livre suit une progression logique, du premier pas au mouvement final et
vous trouverez plusieurs façons différentes dʼenseigner la même technique. Cʼest
tellement bien fait que les joueurs ne se rendront même pas compte quʼil exécute la
même technique, ce quʼils retiendront cʼest le mouvement mais surtout quʼils font
quelque chose de différent du dernier entraînement.
En amenant une bonne diversité sur les drills/éducatifs, les joueurs
réaliseront que vous être bien organisé et prendront beaucoup plus de plaisir
à venir aux entraînements.

[7]
3) Plaisir
Le plaisir…lʼélément le plus important à la pratique de toutes activités. Sʼil nʼy a
pas de plaisir, il nʼy a pas dʼintérêt, pas de motivation, pas dʼéquipe.
En tant quʼentraîneur, il est de votre devoir de rendre les entraînements et même
les parties, plaisant pour tous.
Malheureusement, beaucoup trop dʼentraîneurs oublient cet aspect du jeu … ai-je
bien dis jeu? Oui, le foot est un jeu, ne lʼoubliez pas. Ceux qui lʼont oublié ne feront
pas de vieux os comme entraîneur mais surtout feront des ulcères, car ils se
prennent trop au sérieux.
Comme entraîneur, vous êtes un membre de lʼéquipe au même titre que le QB ou
le DL. Votre contribution est aussi importante quʼun joueur. Vous montrez les
techniques, ils les appliquent; vous appelez un jeu, il lʼexécute; vous préparez votre
pratique, il sʼentraîne au gym. Si vous comprenez cela, vous avez compris 80% de
la "game". Vous devez créer un milieu dʼapprentissage apaisant ou la bonhommie et
la jovialité existe. Mais vous devez aussi faire comprendre aux joueurs quʼil y a un
moment pour bosser et un moment sʼamuser. Toutefois, nʼoubliez pas que vous
pouvez bosser et avoir du plaisir.
Un exemple concret quʼavoir du plaisir cʼest faisable durant un entraînement :
Les Ducks de lʼUniversité de lʼOregon (oui encore eux…) ont trouvé un moyen
tout simple pour avoir du plaisir. Souvent les équipes vont faire jouer de la musique
à tue-tête durant les entraînements pour simuler le bruit dʼune foule hostile; à
« OU », eux aussi font jouer de la musique, mais par pur plaisir. Ce sont les joueurs
qui choisissent quel musique est joué. Au dire du HC des Ducks, "cʼest tellement
mauvais comme choix musical que ça revient à être du bruit de toute façon!". Mais
ils le font pour que les joueurs puissent avoir du plaisir durant les entraînements.
Ce nʼest pas parce que tu prends du plaisir que tu ne travailles pas fort, que tu nʼes
pas assidu sur lʼexécution. Vous lʼais-je déjà dis … ils nʼont pas perdu une seule
partie cette saison … et jouent pour le championnat national, donc ça doit
fonctionner!
Si vous avez des entraînements diversifiés, les joueurs auront du plaisir à
venir aux pratiques.

[8]
4) Discours / Respect
Vous voulez démotiver vos joueurs? Cʼest simple : criez et manquez-leur de
respect ! Cʼest la meilleure façon de vider votre équipe.
Messieurs, le respect nʼest pas un dû, il est gagné. Un entraîneur qui crie sur ses
joueurs est souvent un entraîneur qui manque dʼassurance, qui nʼest pas sûr de
faire les bonnes choses, en gros, il ne sait pas ce quʼil fait ni ce quʼil a à faire.
Il est normal de sʼéchapper une fois de temps en temps, lorsque la qualité
dʼexécution nʼest pas au rendez-vous ou lorsque le garde à droite vient de
provoquer une 3ème procédure illégale de suite…Mais si lʼexcès est la norme, je
vous conseille fortement de changer de métier, vous nʼêtes pas un entraîneur!
Un entraîneur est un pédagogue, un pédagogue enseigne. Il est normal que les
joueurs ne soient pas au même niveau, cʼest votre travail de les faire progresser.
Sʼils ne progressent pas, peut-être que vous nʼenseignez pas les bonnes techniques
et si en plus vous croyez quʼen criant, les joueurs apprendront mieux et plus
rapidement, je vous le garantie, cʼest tout le contraire qui arrivera. Car en criant,
vous allez perdre le respect des joueurs, la confiance ne sera pas au rendez-vous,
les joueurs nʼauront plus de plaisir, ils seront démotivés, ils ne seront pas assidus …

Cette technique a peut-être fonctionné dans les


années 60, mais ne fonctionne plus aujourdʼhui.
Aussi, soyez conséquent de votre discours. Par cela je veux dire  : si vous
annoncez à lʼéquipe en début de saison que tout joueur qui manque un
entraînement ratera la prochaine partie et que le temps venu, le joueur joue …
ouch! Personne ne vous croira à partir de ce moment et si vous exécutez votre
sanction à un autre moment ou avec un autre joueur, non seulement vous venez de
perdre le respect de vos joueurs, mais vous venez de perdre votre équipes car de
toute évidence, votre équipe fonctionne à 2 vitesses, la vitesse des joueurs à
exception et à la vitesse des autres. Pas trop bon pour le moral dʼune équipe.
Chaque drill/éducatif que vous faites doit supporter une technique précise et/ou
une phase de votre système. Nʼayez pas peur de communiquer ces éléments à vos
joueurs. Sʼils vous posent une question, répondez! Si vous ne répondez pas, cʼest
que vous faites une action pour juste faire une action, celle-ci nʼayant aucun but.

[9]
Vos joueurs ne sont pas idiot, sʼils vous demandent pourquoi ils tapent sans
cesse dans le mur et que vous leur répondez que cʼest pour augmenter leur force
de frappe et la rapidité à laquelle la frappe sʼexécute, alors ils taperont avec joie car
vous venez de leur démontrer quʼils effectuent une action qui les rendront meilleur.
Si vous respectez vos joueurs, que vous tenez un discours cohérent avec
eux, ils seront plus motivés à venir aux entraînements; si vous avez des drills/
éducatifs diversifiés, vous joueurs viendront et reviendront. Si vous leur
démontrez que vous êtes organisé, alors les mecs iront à la guerre pour vous,
car vous avez un plan!

E t m ai nte nant voic i

LE S EC R ET
d e l a r é u s s ite à co up sûr de c e s c onse ils :

« APPLIQUEZ-LES ! »

«Le succès va à celui qui met une idée en application»


W. BENTON (sénateur américain)

[10]
P ré s e n t a ti on d u H e ad Coach de l’EIFA –
Fr an c k C hagnon
Coach Franck amorce sa carrière dans le football
américain voilà plusieurs années comme joueur au
sein de son équipe “high school”. Il sera titulaire
comme Safety dès sa première campagne. A sa
2ème saison, il passe du côté offensif comme QB
partant. Il poursuivra sa carrière au sein des
Cougars de Champlain-Lennoxville. Cette équipe
performe au niveau AAA de la ligue Collégiale. Une reconstruction du genou et une
blessure au cou mettent fin à sa carrière de joueur à sa 2ème année avec les
Cougars.
Il commencera sa carrière de coach au hockey sur glace (il est québécois, faut
pas lʼoublier!). Après une 10aine dʼannées dans le hockey, il se réoriente vers le foot
US tout en continuant à être impliqué au hockey. Après 5 années à coacher le
hockey, le soccer et le foot US, Coach Franck se concentrera exclusivement au
Foot. Pendant 10 ans, il sera coach au club des Panthères de lʼARFLL. Le plus
grand club de foot au Canada. On parle ici dʼun club ayant plus de 40 équipes et
pas loin de 1800 joueurs. Il est “recruté” par le Collège St-Jean-Vianney (équipe
high school) où il coachera les Dragons pendant 5 années. Il fait ensuite le saut
dans la ligue Collégiale AA en 2006 avec les Cavaliers de Champlain-St-Lambert
comme coordonnateur défensif et en 2007 et 2008, il coachera les QB pour les
Triades du Collège de Lanaudière, toujours au Collégial AA. En 2009, cʼest avec la
plus vieille équipe de football au monde quʼil poursuit sa carrière, les REDMEN de
lʼUniversité McGill. En 2010, lʼéquipe a participé à sa 130ème saison de football.
En 2010, avec la participation de Cédric Esserméant, ils créent lʼEIFA, lʼÉcole
Internationale de Football Américain. Le but de ce camp est simple, permettre à des
joueurs Européen de développer leurs techniques au contact dʼentraîneurs
universitaires Canadien. Dans le cadre de lʼEIFA, Coach Franck voit au volet sportif:
préparation des entraînements, préparation des playbooks, supervision et
coordination des entraînements et recrutement des entraîneurs Canadien.

www.eifa-football.com
[11]