Vous êtes sur la page 1sur 29

Rapport de

Présenté par :
ISSADOUNENE KAMILIA stage
SASSANE HOUDA
BENAHMED ASMA

ENCADREUR:
GHOUDJIL BOUBEKEUR

MARS 2021
Remerciement
Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparait important de
commencer notre rapport de stage par des remerciements. on tiens à exprimer nos
remerciements tout d’abord à l’ensemble de personnel de CEVITAL pour leur accueil
sympathique et pour nous avoir permis nous sentir à l’aise au sein de l’entreprise et surtout
leur coopération professionnelle, l’expression de notre gratitude pour tous les renseignements
utiles qu’ils nous ont fournis.
On tient à remercier tout particulièrement monsieur BOUBEKEUR GOUDJIL qui nous a
accordé sa confiance et attribué des missions valorisantes durant notre stage au niveau
CEVITAL. Aussi on remercie le directeur des ressources humaines LARBI OULARBI.

Merci également à toute l’équipe de l’entreprise car chacun d’entre eux a su trouver un peu de
temps pour nous aider dans nos missions
Sommaire

Introduction.................................................................................................................................1
1. Présentation de l’entreprise CIVITAL ...................................................................................2
1.1. Historique du complexe..................................................................................................2
1.2. Situation géométrique.....................................................................................................2
1.3. Activité de CIVITAL........................................................................................................3
1.4. Commercialisation............................................................................................................4
1.5. Organisation de l’entreprise..............................................................................................4
1.6. Missions et objectifs..........................................................................................................4
1.7. Présentation de l’unité de la margarinerie.........................................................................5
1.7.1. Présentation de la margarinerie...................................................................................5
1.7.2. Présentation de palettiseur..........................................................................................6
1.7.2.1. Principe de fonctionnement..................................................................................6
1.7.2.2. Système d’automatisation du palettiseur..............................................................7
1.7.3. Navette...........................................................................................................................7
1.7.4. Bande rouleuse à bras tournant......................................................................................8
1.7.5. Fabrication de la margarine............................................................................................8
2. Les automates programmables................................................................................................9
2.1. Système automatisé...........................................................................................................9
2.2. Objectif d’un système automatisé.....................................................................................9
2.3. Définition d’un API..........................................................................................................9
2.4. Structure des systèmes automatisés ..............................................................................10
2.5. Description des automates programmables industriels...................................................10
2.6. Principe de fonctionnement............................................................................................10
2.7. Communication d’API....................................................................................................11
2.8. Les automates programmables utilisés dans l’usine.......................................................11
3. Les capteurs...........................................................................................................................14
3.1. Définition........................................................................................................................14
3.2. Les différents types de capteurs......................................................................................14
3.3. Types de capteurs utilisés dans l’usine...........................................................................15
4. Exercice pratique…………………………………………………………………………..16
5. SIMATIC STEP 7 Basic (TIA Portale)................................................................................18
5.1. Définition de logiciel STEP 7.........................................................................................18
5.2. Les caractéristiques principales de STEP 7....................................................................18
5.3. L’utilisation du STEP 7...................................................................................................18
5.4. Comment travailler avec STEP 7....................................................................................18
5.5. Les objets importants de STEP 7....................................................................................19
5.6. Configurer et paramétrer le S7-300................................................................................19
5.7. Programmation des blocs avec STEP 7..........................................................................20
5.8. Les différant langages de STEP 7...................................................................................20
5.9. Structure de programme STEP 7....................................................................................20
5.10. Blocs existants sur STEP 7...........................................................................................20
5.11. Mémentos......................................................................................................................21
5.12. Mnémoniques................................................................................................................21
6. Logiciel TIA Portale.............................................................................................................21
6.1. Description de logiciel....................................................................................................21
6.2. Langage orienté tâches et utilisateurs.............................................................................22
6.3. Présentation cohérente pour tous les éditeurs de programmation...................................22
6.4. Configuration flexible de l’écran pour un poste de travail optimisé...............................23
6.5. Gestion de données communes et mnémoniques cohérentes..........................................24
Conclusion................................................................................................................................25
Introduction :
Il est impératif pour tout finaliste du cycle de graduat d'achever sa formation par un exercice
de stage ; lui permettant de relier la théorie vue à la réalité sur terrain.

Ce rapport présente le travail que nous avons effectué tout au long de notre stage au sein de
l’entreprise « CEVITAL», il s'est déroulé du 07 mars au 17mars 2021. Pendant cette période,
nous nous sommes familiarisés avec les concepts utilisés et tout l'environnement technique du
Fonds de Promotion de l'Industrie. Ceux-ci nous ont permis ensuite de mieux appliquer nos
connaissances sur terrain grâce aux différents outils mis à notre disposition. Les techniques
utilisées sont l'observation participante et la recherche documentaire joint à la pratique sur
terrain. Le travail réalisé s'est avéré très intéressant et très enrichissant pour notre expérience
professionnelle.

Et pendant cette période on a fait :

Premier jour : présentation générale

Deuxième jour : les automates programmables

Troisième jour : les capteurs

Quatrième jour : Exercice pratique sur la machine QIMAROX

Cinquième jour : SIMATIC STEP 7

1
1.Présentation de l’entreprise CEVITAL
1.1 Historique du complexe
CEVITAL est parmi les entreprises algériennes qui ont vu le jour dès l’entrée de notre
pays en économie de marché. Elle a été créée par des fonds privés en 1998. Son complexe
de production se situe dans le port de Bejaia et s’étend sur une superficie de 4500m².
CEVITAL contribue largement au développement de l’industrie agroalimentaire nationale.
Elle vise à satisfaire le marché national et à exporter le surplus en offrant une large gamme
de produits de qualité. En effet, les besoins du marché national sont de 600 T/J de margarine.
Les capacités actuelles de CEVITAL sont de 3000 T/J . Les nouvelles données économiques
nationales dans le marché de l’agroalimentaire font que les meilleurs sont ceux qui
maîtrisent d’une façon efficace et optimale les coûts et les charges et ceux qui offrent le
meilleur rapport qualité/prix. Ceci est nécessaire pour s’imposer sur le marché que
CEVITAL négocie avec les grandes sociétés commerciales internationales. Ses produits se
vendent dans des différentes villes africaines (Lagos, Niamey, Bamako, Tunis, Tripoli...)
1.2 Situation géographique
Le complexe CEVITAL est implanté au nouveau quai du port de Bejaia, à 3 km sud-ouest
de la ville, à proximité de la RN 26 ; cette situation géographique de l’entreprise lui profite
bien étant donné qu’elle lui confère l’avantage de la proximité économique en effet elle se
situe très proche du port de Bejaia

FIG.1. Situation géographique et les bâtiments du complexe CEVITA


2
1.3 Activité de CEVITAL

a commencé son activité par le conditionnement d’huile en décembre 1998. En févier 1999,
débutent les travaux de CEVITAL de génie civil sur la production de la raffinerie d’huile. Cette
dernière est devenue fonctionnelle en Aout 1999. L’ensemble des activités de CEVITAL sont
concentrées sur la production et la commercialisation des huiles végétales, margarine et sucre.
Raffinerie d’huile (1800t/j) :
Elle a été mise à chantier en Mai 1998, l’adaptation d’une technologie en dernière génération
lui a permis de rentrer en production en un temps record soit Aout 1999. Elle est considérée
parmi les plus modernes au monde. Actuellement sa capacité de production est de 1800 tonnes
par jour. Cette raffinerie est conçue pour traiter toutes les qualités d’huile comestible tel que :
le colza, le tournesol, le soja, le palme…etc.
Production de margarine (600t /j) :
Mise en chantier en Mars 2000, puis rentrée en production en Juillet 2001. Cette margarinerie
construite par le groupe lui-même représente une offensive considérable sur le marché à grand
publique. Sa capacité de production est de 100T/J pour chaque chaine de production qui sont
au nombre de six.
Raffinerie de sucre :
Elle est mise en chantier en octobre 2000, devenue fonctionnelle en octobre 2002.Elle est
dotée d’un équipement industriel très modernisé qui répond aux besoins du marché, sa capacité
de production actuelle est de 1600T/J dépassant ainsi les 500000T/an. Cette dernière couvrira
les besoin nationaux en sucre blanc. Une nouvelle raffinerie de suce d’une capacité de 3000T/J
est actuellement mise en service en période de démarrage et d’essais.

Stockage céréales (120 000 tonnes) :


Les silos de stockage sont opérationnels depuis Juin 2003. Ce sont de gigantesques récipients
cylindriques construits en béton, destinés au stockage des céréales et des graines oléagineuses.
Au nombre de 24, la capacité de stockage de chaque cellule est de 5000 tonnes. Ce qui offre
une capacité de 120000 tonnes (la plus grande capacité de stockage en Afrique). o Fabrication
d’emballage (PET) : (9600 unités par heures).
Energie:
L’unité d’énergie sert essentiellement à produire de l’électricité à l’aide d’un système
d’installation qui se compose d’une chaudière dont le rôle est de produire de la vapeur sèche
qui va se transformer en électricité en fonction d’autres éléments principalement l’alternateur.

3
1.4 Commercialisation
Un immense budget est consacré à la publicité pour amener un nombre considérable de
commerçants dans les différentes wilayas du pays à se faire agréer par CEVITAL et pour gagner
la confiance du consommateur qui devient de plus en plus exigeant. CEVITAL présente et
rapproche le maximum de ses produits aux consommateurs dans toutes les régions du pays en
offrant le meilleur rapport qualité/prix.
1.5 Organisation de l'entreprise
Le complexe compte à son effectif plus de 3600 employés (permanents et contractuels),
répartis sur les différentes structures. Son organigramme est présenté comme suit :

Direction
générale
Direction sécurité et Hygiène Secrétariat de Direction

Direction des ressources humaines Direction Projet

Direction des finances et comptabilité Direction Commerciale

Direction logistique Direction Technique

Direction énergie électrique Direction des silos

Direction de la raffinerie d’huile Direction conditionnement d’huile

Direction de la raffinerie de sucre Direction conditionnement sucre

Direction Margarinerie Direction Contrôle de qualité

Figure 2: L’organigramme de CEVITAL

1.6 Missions et objectifs


L’entreprise a pour mission principale de développer la production et d’assurer la qualité et le
conditionnement des huiles, de margarines et du sucre, à des prix nettement plus compétitifs et
cela dans le but de satisfaire le client et le fidéliser.

Les objectifs visés par CEVITAL peuvent se présenter comme suit :

❖ L’extension de ses produits sur tout le territoire national.

4
❖ L’importation des graines oléagineuses pour l’extraction directe des huiles brutes.
❖ L’optimisation de ses offres d’emplois sur le marché du travail.
❖ L’encouragement des agriculteurs par des aides financières pour la
production locale des graines oléagineuses
❖ La modernisation de ses installations en termes de machines et
techniques pour augmenter le volume de sa production.
❖ Positionner ses produits sur le marché étranger par ses exportations.

1.7 Présentation de l’unité de la margarinerie


1.7.1. Présentation de la margarinerie
Cette unité est mise en production en novembre 2001, avec une Capacité de production : 600
tonnes/jour. Elle produit essentiellement MATINA, FLEURIAL, Elio2, Margarine de
Feuilletage, SMEN et les Shortening .
Le bloc est composé de deux étages où se fait le parcours de la margarine à partir de la matière
première aux produits finis. Il est de dimensions : 55 m de longueur, 35m de largeur et 15m de
hauteur.
a) Rez-de-chaussée :
Dans ce niveau se déroule plusieurs étapes. On trouve les bacs d’émulsifiants qui contienne
la matière première (les ingrédients nécessaires à la fabrication de la margarine) et les étapes
de palettisation et de conservation dans la chambre froide .
b) Le premier étage :
Dans cet étage, se fait le conditionnement de la margarine. On trouve six linges de
production :
Ligne N°1 : pour la production des barquettes de 400 grammes de Mâtina, barquettes de
500 grammes Elio2, barquette de 500 grammes de Smen
Ligne N°2 : pour la production des plaquettes de 250 grammes de Fleurial, plaquettes de
500 grammes de Feuilletage
Ligne N°3 : pour la production des plaquettes de 500 grammes de Feuilletage.
Ligne N°4 : conditionnement de la margarine en plaquettes de 5Kg.
Ligne N°5 : production de graisse 100% végétale.
Ligne N°6 : production de SMEN.

Les produits qui sortent des lignes 1, 2, 3 et 6 sont déjà mis en cartons, car ces dernières
contiennent des cartonneuses. Les produits qui sortent des lignes 4, 5 passent directement à
l’étape suivante

5
c) Le deuxième étage :
C’est à ce niveau que s
e trouve la salle de contrôle chargée de la préparation et des suivis des paramètres de
fabrication de la margarine et le laboratoire pour assurer sa bonne qualité. Afin d’avoir une
margarine bien conservée, des échantillons sont envoyés dans un laboratoire pour un
contrôle de qualité.
1.7.2 Présentation de palettiseur
La machine est faite pour mettre les cartons de margarine dans des palettes selon un
programme mise en place bien déterminé. Les cartons sont transportés à partir des machines
de conditionnement vers le palettiseur à l’aide d’un convoyeur à rouleaux

Convoyeur
à rouleaux Moteur
asynchrone

Descenseur
des Cartons

Armoireél
ectrique

Panneau Automat
deCommandes e
(Pupitre tactile)
S5-95U

Figure 3 : le palett iseur

1.7.2.1 Principe du fonctionnement


La descente des cartons de premier étage ce fait à l’aide d’un descenseur. Ces derniers sont
transportés vers le palettiseur par l’intermédiaire des rouleaux jusqu’au tapis roulant, où se
trouve une photo cellule de comptage. Les cartons sont directement mis sur les rouleaux
performateurs. Un tourne boite est placé à l’entrée du tapis performateur. Dés qu’il reçoit un

6
signal, il sort pour tourner le carton. Des espaciateurs sont actionnés pour provoquer un vide
entre les cartons, selon la technologie de la couche. Une fois la mise en couche est faite selon
un programme, on aura l’évacuation vers le plat mobile à l’aide d’un pousseur. Le plat mobile
se déplace au même temps que la descente du chariot. Une fois la couche est positionnée au
milieu de la palette, les presseurs latéraux et frontaux maintiennent les cartons en position
pendant que le plat mobile se retire et revient à son état initial. Dés que la dernière couche est
mise sur la palette, on aura l’évacuation de la palette vide par l’intermédiaire des rouleaux
d’entrée. Le palettiseur est équipé d’un translateur qui permet au palettiseur de recevoir deux
produits différents
1.7.2.2 Système d’automatisation du palettiseur
Le palettiseur étudié est équipé d’un automate S5-95U qui est installé en 1998. Ce dernier est
un API de faible encombrement, rapide et puissant. Il est conçu pour des applications complexes
nécessitant des entrées et des sorties TOR ainsi que des entrées et des sorties analogiques. Il est
adapté à l’exécution de tâches de commande structurées.

1.7.3. Navette
Elle se charge des trois palettiseurs. Elle les alimente en palettes vides à l’entrée et récupère
les palettes pleines à la sortie de chaque palettiseur et les transporte vers la banderoleuse

Figure 4 : Navette évacue une palette pleine

7
1.7.4 Banderoleuse à bras tournant
Elle a pour but de plastifier et stabiliser les charges palettisées avec un film
extensible. Ensuite, elle fait sortir des palettes prêtes pour la manutention.

Figure 5 : Banderoleuse a bras tournant


1.7.5 Fabrication de la margarine
1) Préparation des huiles (raffinage, traitement de modification des
huiles)
2) Préparation de la charge :
o Préparation de la phase grasse.
o Préparation de la phase aqueuse.
o Préparation de l’émulsion.
(Elle se fait avec une pompe à haute pression pour bien homogénéiser les deux
phases.)
Phase aqueuse : 16% à 18%déeau ou lait
3) Obtention du produit fini :
o a ) refroidissement et cristallisation( considérée comme la
dernière étape de la fabrication )
o b ) malaxage : malaxer le mélange en lui donnant consistance,
souplesse et homogénéité.
c ) conditionnement : on a deux types
o En barquette PVC
o En papier aluminium

8
4) L’oxydation de la margarine :
o MATINA : elle se compose de 30% de phase aqueuse et 70% de
phase grasse dont 50% représente des graisse animales et 50%
représente des huiles et des graisses végétales.
o FLURIAL : 16% phase aqueuse
84% phase grasses
100% végétale

2. Les automates programmables


Dans le deuxième jour l'encadreur nous a montré les différents types de automates
programmables utilisés dans l’usine qui sont S7-200, S7-300,S7-400 ,S7-1500, pl7 schneider
electric et TSX premium aussi il nous a expliqué que on deux type de communication entre le
système d’automatisation (maitre) et les périphérique déscentraux (communication verticale et
communication horizontale).
2.1 Système automatisé
Les systèmes automatisés sont des mécanismes qui effectuent le travail de façon autonome.
Capables de gérer des projets complexes, ils sont utilisés pour gérer les tâches répétitives. Leur
utilisation permet une augmentation considérable de la production.
2.2 Objectif d’un système automatisé
L’automatisation est un moyen permettant d’accroître la compétitivité du produit élaboré. Cet

rentabilité,
d'une meilleure compétitivité.
Améliorer la flexibilité de la production.
Perfectionner la qualité du produit.
S’adapter à des contextes particuliers.
Augmenter la sécurité.

2.3 Définition d’un API


Un automate programmable est un système électronique fonctionnant de manière
numérique, destiné à l’environnement industriel. Il utilise une mémoire programme pour le
stockage interne des instructions pour la mise en œuvre des fonctions spécifiques, telles que :
des fonctions logique, mise en séquence, temporisation, comptage et calcul arithmétique. Il
peut commander, au moyen des entrées/sorties (de type tout/rien ou analogiques), de divers
types de machines ou de processus.
L’API et les périphériques associés sont conçus pour pouvoir facilement s’intégrer à un
système d’automatisme industriel et être facilement utilisé dans toutes leurs fonctions prévues.

9
2.4 Structure des systèmes automatisés :
1-Partie opérative : Agit sur le procédé industriel afin de lui donner sa valeur ajoutée. Elle est
divisée en deux :
- L’ensemble des capteurs qui donnent les informations à la partie commande sur l’état du
processus.
- L’ensemble des actionneurs qui reçoivent les ordres élaborés par la logique de la partie
commande.
2-Partie commande :. Elle est considérée comme le « cerveau » du système, Elle remplace
l’opérateur humain. Ceci est garanti en traduisant le savoir-faire de l’operateur sous la forme
d’un programme informatique. Elle donne des ordres à la partie opérative en fonction :
du programme qu’elle contient
des informations reçues par les capteurs
des consignes données par l’utilisateur

3-Poste de contrôle : Composé des pupitres de commande et de signalisation, il permet à


l’opérateur de commander le système (marche ou arrêt) et de visualiser les différents états du
système à l’aide de voyants

2.5 Description des Automates Programmables Industriels


Un API reçoit des données. Celles-ci sont ensuite traitées par un programme. Les résultats
obtenus forment des sorties. Un API est donc un instrument de calcul et de commande qui est
relié physiquement, d’un côté, par une interface d’entrée à des capteurs et de l’autre côté, par
une interface de sortie à des actionneurs. Il contient une unité centrale (CPU) qui gère
l’ensemble du processus. Celle-ci contient le processeur, les mémoires vives et des mémoires
mortes pour une taille débutant de 40K octets. Le programme contient des variables spéciales
permettant de représenter les entrées et les sorties. Ces variables, comme nous le précisons dans
la section suivante, sont mises à jour par l’API selon une procédure précise.
2.6 Principe de fonctionnement
Un API comporte essentiellement un microprocesseur et une mémoire programmable par un
utilisateur à l'aide d'un langage adapté et des modules de communications (entrée/sortie).
Matériellement, c'est un boitier lié à l'extérieur par deux flux de signaux: les signaux d’entrée
et les signaux de sorties
Lorsque l’automate est en service sur la machine, il émet à chaque instant les signaux de sortie
nécessaires, en tenant compte de l’état des signaux d’entrée, et de l’avancement du cycle. Pour
cela, il a comme référence le programme qui a été donné avant la mise en route de la machine.
Chaque automate doit donc pouvoir stoker dans sa mémoire le volume d’informations
nécessaire pour exécuter le programme.

10
2.7 Communication d’API
L’automate doit pouvoir se connecter et dialoguer avec d’autres matériels et les agents
d’exploitation. L’API ne se limite pas à communiquer avec le processus qu’il pilote via ses
modules d’E/S. Parmi les autres types de relations susceptibles d’être assurées, on cite :
La communication avec un opérateur par un pupitre ou un terminal industriel.
L’affichage local de valeurs numériques ou de message.
Les échanges d’informations avec d’autre API ou système de commande.
Les échanges d’informations avec des capteurs et actionneur intelligents.
Les échanges d’informations avec un superviseur.
Les échanges d’informations avec un processeur maitre, ou avec des esclaves, dans le
cadre d’un réseau.
2.8 Les automates programmable utilisés dans l’usine :

L’automate programmable S5-95U :


L’API utilisé dans ce processus est S5-95U lancé en 1979, de la firme allemande
SIEMENS. La caractéristique principale de cet API c’est qu’il est conçu pour des applications
de faible ou de moyenne envergure et pour des applications nécessitant des entres/sorties
TOR ainsi que des entres/ sorties analogiques.
Montage :L’automate S5-95U peut être fixé directement a un mur ou sur une plaine –
support . Quatre supports muraux sont nécessaire .ils devront être glisses dans les quatre
rainures ménagées a l’arrière de l’automate puis visses au mur.
Alimentation Le S5-95U est raccordé directement a une tension de 24v, pour le raccordement
a la tension du secteur 115/230V des modules d’alimentation de 1A a 10A (sous 24V) sont
placé.

S7-200 Automate de type compact


Le micro-automate S7-200 est de type compact. Il intègre le processeur, l'alimentation, les
entrées et les sorties. Selon les modèles et les fabricants, il pourra réaliser certaines fonctions
supplémentaires (comptage rapide, E/S analogiques ...) et recevoir des extensions en nombre
limité. Ces automates, de fonctionnement simple, sont généralement destinés à la commande
de petits automatismes

L’automate programmable S7300


Nous avons opté pour cet API S7300, plus performant et plus puissant, facile à manier et qui
a les caractéristiques suivantes :
Souplesse d’utilisation grâce à des architectures décentralisées simples et aux multiples
possibilités de mise en réseau
Facilité et confort d’utilisation grâce à une configuration simple
Evolutivité permettant l’intégration de nouvelles tâches
Haut niveau de performance procuré par les nombreuses fonctions intégrées
L’API S7-300 est de conception modulaire, nous pouvons le composer en fonction de nos
besoins à partir d’un vaste éventail de modules qui comprend :
des CPU de différents niveaux de performance

11
des modules de signaux pour entrées et sorties TOR et des modules analogiques
des modules d’alimentation pour le raccordement du S7-300 sur secteur 120/230 V
des coupleurs pour configurer un automate sur plusieurs profilés-support

Figure 6 : API S7-300

1- Module d'alimentation
2- Pile de sauvegarde
3- Connexion au 24V cc
4- Commutateur de mode (à clé)
5- -LED de signalisation d'état et de défauts
6- Carte mémoire
7- Interface multipoint (MPI)
8- Connecteur frontal
9- Volet en face avant

12
Les trois gammes des anciens SIMATIC S5 et celle des nouveaux S7 comprend les systèmes
d’automatisation évolutifs avec une classification de la gamme d’entrée, de la gamme
milieu, et le haut de gamme.la figure 7 illustre bien cette répartition

Figure 7 : Systèmes d’automatisation SIMATIC.


Les API peuvent être compacts ou modulaires :
Le type compact (monobloc) possède un nombre d’entrées et de sorties restreint et son jeu
d’instructions ne peut être augmenté. Ce type a pour fonction de résoudre des automatismes
simples avec la logique séquentielle et utilisant des informations TOR.
Le type modulaire : est adaptable à toutes situations. Selon le besoin, des modules d’E/S
analogiques sont disponibles en plus de modules spécialisés tels : PID, BASIC, Langage C,...
La modularité permet un dépannage rapide et une plus grande flexibilité.
Le réseau profibus DP est spécialement adapté à la communication entre le système
d’automatisation (maitre) et les périphérique déscentraux (esclave) tels que les capteurs
et les actionneurs.
Le maitre DP interroge cycliquement l’un après l’autre chaque esclave configuré de la
mémoire de sortie .

13
3. Les capteurs :

3.1 Définition :
Un capteur est un composant électronique qui fournit une image d’une grandeur physique de
l’environnement physique d’un système de contrôle de processus. Cette image permet
d’appréhender l’environnement avec une certaine précision.
Les capteurs sont les premiers éléments d’une chaîne de mesure ou chaîne d’acquisition de
données. On a :
Capteur actif : Source qui produit un signal électrique traduisant le mesurande aussi fidèlement
que possible. La sortie "s" est une:
• charge
• tension
• courant
Capteur passif : Impédance dont la variation traduit le mesurande et qui est mesurable que par
un circuit approprié (conditionneur) alimenté par une source extérieure. La sortie "s" est une:
• résistance
• inductance
• capacité
3.2. Les différents types de capteurs :
Il existe trois types de capteurs :

1) Capteurs analogique : Le signal élaboré par le capteur, est de nature analogique. Dans le
cas où une électronique de conditionnement du signal est incluse dans le boîtier même du
capteur analogique, on parle de capteurs transmetteurs. Par exemple : le voltmètre,
tachymètre…
2) Capteurs logique : Le signal ne comporte que deux états ou valeurs possibles. La transition
correspond au franchissement d'un seuil de la part du mesurande. Ces capteurs de type tout ou
rien portent le nom de détecteurs. Par exemple : Capteur de fin de course de vérin
3) Capteur numérique : Le signal élaboré par le capteur, est directement codé sous une forme
numérique au sein même du capteur. Par exemple : Roue codeuse.
3.4. Types de capteurs utilisés dans l’usine
Capteur de position :On utilise les capteurs de position pour obtenir une position absolue. Les
capteurs de positions relatives seront traités comme capteurs de vitesse, et pour connaitre la
distance.
Capteur de pression Il existe deux types de capteur de pression : les capteurs de pression
absolue, et les capteurs de pression différentiels

14
Capteur de niveau Le capteur de niveau est utilisé dans de nombreux et divers domaines, qui
permettent de mesurer la hauteur du matériau, en général du liquide, dans un réservoir ou un
autre récipient.

Figure 8 : L’image du capteur de niveau [8]

Capteur de température Les capteurs sont constitués d’éléments sensibles, isolés


électriquement et sont protégés. Ils permettent de mesurer la température dans un but : de
régulation de la puissance de systèmes chauffants et de sécurité. Ils utilisent une sonde à
résistance ou un thermocouple.

Figure 9 : Exemple du capteur de température

Capteur inductive (numérique) : Un capteur inductif a pour tâche de déterminer sans contact
l’intervalle par rapport à un objet de mesure
Capteur de masse

15
4 . Exercice pratique :
Dans la quatrième jour on a fait un exercice pratique sur la machine QIMAROX tels que
l’encadreur nous a montré comment ça fonctionne cette machine et son grafcet .
A propos de la machine QIMAROX :
Machine : Elévateur Rotatif
Marque : QIMAROX
Fournisseur : TMG PACKAGING
QIMAROX est un fabricant leader de composants pour les systèmes de manutention des
marchandises. Parmi d’autres spécialités, en tant que fabricant de palettiseurs, d’ascenseurs à
produits, d’ascenseurs à palettes, de filme uses et de systèmes d’enceintes de protection,
QIMAROX se détache par la modernité de sa vision et de son approche. L’innovation, la qualité
et la valeur ajoutée revêtent une importance primordiale.

Figure 10 : L’image de la machine


Mode : manuelle et automatique et elle a 7 moteurs
Grafcet :

16
𝑀1 = 0
0
𝑀7 = 0

𝑐1 = 1

𝑀1 = 1 ;𝑀2 = 0

1 𝑀6 = 1; 𝑀7 = 0

𝑐2 = 1

𝑀1 = 1 ;𝑀2 = 1

2 𝑀3 = 0; 𝑀7 = 0

𝑐4 = 1

𝑀2 = 1

3 𝑀3 = 1

𝐶3 = 0 𝑒𝑡 𝐶5 = 1

𝑀2 = 1

4 𝑀3 = 1; 𝑀4 = 1

𝑐6 = 1

𝑀2 = 1 ;𝑀3 = 1; 𝑀4 = 1

5 𝑀5 = 1; 𝑀6 = 1

𝑐7 = 1

𝑀2 = 1 ;𝑀3 = 1 ;𝑀6 = 1; 𝑀7 = 1

6 𝑀4 = 1; 𝑀5 = 1 ;

17

𝑐8 = 1
5. SIMATIC STEP 7 Basic (TIA Portal)
Durant notre stage dans le complexe CIVITAL on a découvrit que l’automate est considéré
comme un maitre car c’est lui qui donne l’ordre pour démarré. Les automates sont des objets
programmés, donc pour la programmation de ces derniers on utilise un logiciel qui s’appel
«STEP 7».
5.1 Définition du logiciel STEP 7 :
STEP 7 est logiciel d’ingénierie de Siemens qui permet de programmer des automates de la
gamme Siemens. La nouvelle version de STEP 7 est fournit dans le logiciel d’ingénierie de
Siemens TIA portal (Totally Integrated Automation).
STEP 7 est le nom de logiciel de programmation pour les systèmes SIMATIC.
5.2 Les caractéristiques principales de STEP 7 :
Le nouveau STEP 7 fonctionne sous Windows 95 et son utilisation est tout aussi simple
que les autres applications Windows.
STEP 7 autorise une programmation orientée objet. Tous les objets sont représentés à
l’écran par les icônes.
Les objets de STEP 7 sont familiers: ce sont par exemple les stations, les modules et les
programmes.
STEP 7 épaule avec une aide en ligne qui informe et qui propose une aide confortable
et contextuelle.

5.3 L’utilisation du STEP 7 :


Le logiciel STEP 7 renferme un programme SETUP qui exécute automatiquement
l’installation. A chaque fois qu’il a besoin que vous interveniez ; il affiche à l’écran une
demande et vous conduit ainsi pas à pas à travers toute la procédure d’installation.
5.4 Comment travailler avec STEP 7 :
Lancer le logiciel: pour lancer le logiciel, le plus simple est de double-cliquer sur l’icône
SIMATIC Manager.
SIMATIC Manager: est l’écran d’accueil de la programmation avec STEP 7.

Depuis le SIMATIC Manager, on peut:


- Configurer et paramétrer le S7-300.
- Programmer le S7-300.
Création d’objet: pour créer des objets, on utilise la commande 𝐅𝐢𝐜𝐡𝐢𝐞𝐫 → 𝐍𝐨𝐮𝐯𝐞𝐚𝐮.
Représentation des objets: différents boites de dialogue permettent de définir la
représentation des objets et leurs propriétés.
Manipulation d’objets: on peut intervenir sur les objets de STEP 7 avec toutes les
fonctions d’édition:

- on peut couper, copier et insérer des objets.

18
- on peut éditer et enregistrer des objets.
- on peut créer et ouvrir des objets.
- on peut renommer et effacer des objets.
- on peut imprimer et archiver des objets.
L’objet le plus important est le «projet»: avec STEP 7 on peut scinder une installation
en projets. Un projet comprend toutes les données appartenant à un automatisme.par
conséquent, la création d’un projet ou d’une structure de projets est une condition
essentielle pour travailler avec STEP 7.

5.5 Les objets importants de STEP 7:

5.6 Configurer et paramétrer le S7_300:


Au sens logiciel du terme, on entend par configuration l’organisation des modules dans une
table de configuration.
A l’image de la réalité matérielle le S7-300, il s’agit de ranger les modules sur un châssis de
façon virtuelle avec le logiciel STEP 7. L’emplacement dans la table de configuration doit
correspondre à l’emplacement réel sur le profilé-support. Dans la table de configuration, STEP
7 affecte automatiquement une adresse à chaque module. Par paramétrage, on entend le fait de
choisir et de fixer les propriétés et le comportement des modules paramétrables.

19
5.7 Programmation des blocs de code avec STEP 7:
Avec STEP 7, la programmation des blocs est simple et confortable.
On peut programmer un automate très simplement, en créant un programme utilisateur qu’on
charge ensuite dans la CPU de S7-300. Ce programme utilisateur à créer comprend différents
blocs avec lesquels on va pouvoir structurer le programme.
Le bloc (OB): est un bloc d’organisation constitue l’interface entre le système d’exploitation de
la CPU et votre programme utilisateur. L’OB spécifie l’ordre selon lequel sont traités les blocs
du programme utilisateur.
La fonction (FC): est un bloc de code qui est sans « mémoire », mais qui peut transmettre des
paramètres. L’utilisation de ce bloc est particulièrement intéressante pour programmer des
fonctions qui reviennent fréquemment.
5.8 Les différents langages de STEP 7:
o LIST: est l’abréviation de liste d’instructions. C’est un langage de programmation
littéral, intégré dans STEP 7. La syntaxe des instructions est très proche du langage
machine : les ordres ou les opérations sont suivis par les opérandes. Ceci vous permet
d’obtenir des programmes optimisés en place mémoire et en temps d’exécution.
o CONT: est l’abréviation de schéma à contacts. C’est un langage de programmation
graphique, intégré dans STEP 7. La syntaxe des instructions ressemble à un schéma
des circuits et vous permet de suivre sans difficulté le parcours des signaux entre les
barres d’alimentation, à travers les contacts, les éléments complexes et les bobines.
o LOG: est l’abréviation de Logigramme. Il s’agit du second langage graphique de STEP
7. Les instructions y sont représentées sous la forme de boîtes fonctionnelles logiques
connues de l’algèbre booléenne. Tout comme dans le schéma à contacts, il est possible
de suivre le trajet du courant parcourant les fonctions.

LIST, CONT et LOG sont tous trois intégrés dans le logiciel de base STEP 7. Par conséquent,
dès qu’on installe STEP 7, on dispose de toutes les fonctions d’édition, de compilation et de
test des langages LIST, CONT et LOG.
5.9 Structure du programme STEP7
La programmation structurée permet la rédaction claire et transparente de programmes. Elle
permet la construction d'un programme complet à l'aide de modules qui peuvent être échangés
et/ou modifiés à volonté. Pour permettre une programmation structurée confortable, il faut
prévoir plusieurs types de modules : (OB) Bloc d‘organisation, (FB) Bloc fonctionnel, (FC)
Fonction, (SFB) Bloc fonctionnel système, (SFC) Fonction système, (DB) Bloc de données

5.10 Blocs existant sur step7

Le système d‘automatisation utilise différents types de blocs dans lesquels peuvent être
mémorisés le programme utilisateur et les données correspondantes. Selon les exigences du
processus, le programme peut être structuré en différents blocs.

20
Bloc d‘organisation Les blocs d‘organisation (OB) constituent l‘interface entre le
système d’exploitation et le programme utilisateur.
Fonction [10] : Une fonction (FC) assure une fonctionnalité spécifique du programme.
Les fonctions peuvent être paramétrables.
Bloc fonctionnel : Du point de vue du programme, les blocs fonctionnels s‘apparentent
aux fonctions FB et SFB, mais ils disposent en plus de zones mémoires spécifiques,
sous forme de blocs de données d‘instance. Les blocs fonctionnels conviennent pour la
programmation de fonctionnalités récurrentes encore plus complexes (e.g., assurer des
tâches de régulation).
Blocs de données : Les blocs de données (DB) sont des zones de données du
programme. DB utilisateur, mise à la disposition d’espace mémoire pour les variables
de types données. Il existe deux types blocs de données
Bloc de données globales ;
Bloc de données d’instance.

5.11 Mémentos
Des mémentos sont utilisés pour le fonctionnement interne de l’automate pour lesquelles
l’émission d’un signal n’est pas nécessaire. Les mémentos sont des éléments électroniques
bistables servent à mémoriser les états logiques ‘’0’’ et ‘’1’’. Chaque automate programmable
dispose d’une grande quantité de mémentos. On programme ces derniers comme des sorties
5.12 Mnémoniques
Les mnémoniques sont les noms que l’on attribue aux variables globales de l’API. L’emploi
des mnémoniques à la place des adresses absolues améliore considérablement la lisibilité et la
clarté d’un programme et aide à isoler des défauts éventuels. Les mnémoniques ainsi définies
sont utilisables dans tout le programme utilisateur d’un module programmable

6. Logiciel TIA PORTAL


6.1. Description de logiciel
SIMATIC STEP 7 Basic (TIA Portal) est une version économique et allégée du logiciel pour
contrôleur STEP 7 Professional Controller Software dans le TIA Portal, pouvant être utilisé à
la fois pour l'ingénierie des microcontrôleurs SIMATIC S7-1200 et la configuration des
SIMATIC HMI Basic Panels, étant donné que Win CC Basic fait partie intégrante de l'ensemble
des logiciels [11].
Grâce à son intégration au Framework d'ingénierie du TIA Portal, SIMATIC STEP 7 Basic
offre les mêmes avantages que le logiciel d'ingénierie professionnel STEP 7, par exemple le
diagnostic direct en ligne, l'adjonction aisée d'objets de technologie ou encore le concept de
bibliothèque permettant un travail rapide, efficace et permettant la réutilisation de données.
STEP7 Basic (TIA Portal) offre les langages de programmation IEC KOP (plan des contacts),
FUP (plan des fonctions).et SCL (texte structuré)

21
6.2.Langage orienté tâches et utilisateurs
• Temps de formation réduit
• Accès rapide aux outils pertinents
• Tâches de sécurité et tâches standard dans un même processus d’ingénierie
Au début d'un projet, on peut choisir entre la vue Portal qui vous guide intuitivement à travers
les différentes étapes de l'ingénierie, et la vue Projet qui vous procure un accès rapide aux
outils pertinents. Ainsi, le TIA Portal aide les nouveaux utilisateurs comme les utilisateurs
expérimentés à travailler de manière aussi productive que possible.
6.3.Présentation cohérente pour tous les éditeurs de programmation
La conception des éditeurs logiciels du TIA Portal s'appuie sur une présentation commune et
sur un concept de navigation commun. La configuration d'un matériel, la programmation
logique, le paramétrage d'un variateur ou la conception d'une image IHM chaque
environnement reprend le même design pour les éditeurs, conçu délibérément dans un esprit
d'utilisation intuitive, qui permet d’économiser du temps et de l’argent. Les fonctions, les
caractéristiques et les bibliothèques sont affichées automatiquement dans leur vue la plus
intuitive en fonction de l'activité souhaitée pour tous les composants de sécurité également

Figure 11 Interface de logiciel a l’ouverture.

22
Figure 12 Création d’un projet sur TIA ORTAL

6.4 Configuration flexible de l’écran pour un poste de travail optimisé


Le TIA Portal offre une architecture logicielle moderne dont la conception repose sur un
schéma de navigation simple. Son ergonomie aboutie permet une efficacité maximale et une
économie de temps. Tous les éditeurs sont disposés de façon claire, aisément accessibles et
ajustables individuellement. L'utilisateur a toujours un aperçu de l'ensemble du projet, sans
devoir passer par des menus ou des structures compliquées.

23
6.5. Gestion de données commune et mnémoniques cohérents
La configuration de l'ensemble de la partie matérielle et de sa mise en réseau s'effectue dans
une vue graphique intégrale des appareils et du réseau. En effet, la mise en réseau du contrôleur,
des IHM ou encore du PC et des entraînements s'effectue par simple configuration graphique.
à cet effet, on utilise des fonctions confortables telles que la fonction glisserdéposer de variables
ou de composants matériels, ou encore le simple copier-coller de parties de programme.

Figure 13 Gestion de données pour un automate S7-1500

24
Conclusion
Ce stage a été très enrichissant pour nous , car il nous ’a permis de découvrir le domaine de
l’automatique, ses acteurs et ses contraintes. Il nous ’a permis de participer concrètement à ses
enjeux au travers nos missions.

Cette expérience nous ’a permis de répondre aux questionnements que nous avions en ce qui
concerne les moyens utilisés par les entreprises pour s’adapter au changement de leur
environnement. L’entreprise qui nous ’a accueilli pendant ce stage faisait face à une période
charnière, et nous sommes très fier d’y avoir contribué. L’évolution des usages et l’adaptation
de l’entreprise au changement de son environnement m’ont permis de comprendre l’importance
des enjeux économiques dans la définition des stratégies à adopter.

25

Vous aimerez peut-être aussi