Vous êtes sur la page 1sur 2

Droit social

Évolutions et sources du droit du travail


Les sources professionnelles du droit du travail

Cas Legrand - Corrigé

Rappel des faits


Depuis huit ans, l'entreprise Legrand accorde à ses salariés deux jours de congé le vendredi et le samedi
qui suivent le jeudi de l'Ascension, ces deux journées n’étant pas décomptées des congés payés.

Compte tenu de la conjoncture, l’employeur a décidé de supprimer cette mesure afin d'améliorer la
compétitivité de l'entreprise. Il a informé les représentants du personnel de sa décision.

Problèmes de droit

a) Quelle est la nature juridique de l’avantage accordé aux salariés ?

b) L’employeur peut-il supprimer un tel avantage et de quelle manière ?

Règles juridiques applicables

a) Les usages professionnels sont des pratiques spontanées qui créent un avantage pour les salariés
et qui, du fait de leurs caractéristiques, ont pris un caractère obligatoire.

En effet, dès lors qu’une pratique est générale, fixe et constante, elle engage l’employeur et
constitue un droit pour les salariés :

• Une pratique est générale lorsque l’avantage est accordé à l’ensemble des salariés ou à
l’ensemble d’une catégorie de salariés.

• Une pratique est fixe lorsque les modalités de l’avantage sont toujours les mêmes.

• Une pratique est constante lorsqu’elle se répète de manière régulière.

b) On admet néanmoins qu’un employeur puisse dénoncer un usage, c’est à dire revenir sur un tel
avantage s’il respecte trois conditions cumulatives :

• Il doit en informer personnellement chaque salarié concerné. En cas de litige, il doit pouvoir
prouver qu’il a accompli cette formalité, ce qui suppose une lettre adressée en recommandé
avec avis de réception ou remise en mains propres contre décharge.

• Il doit en informer le comité social et économique s’il en existe un dans l’entreprise.

• Il doit prévoir un délai de prévenance suffisant.

Application au cas

a) Dans cette affaire, l’avantage accordé aux salariés est général puisque l’ensemble du personnel
est concerné du fait de la fermeture de l’entreprise.

Il est également fixe puisqu’il s’agit toujours de deux journées de congé supplémentaires.

La pratique est également constante puisqu’elle se répète sans interruption depuis huit ans.

On peut donc affirmer qu’il s’agit d’un usage professionnel qui engage l’employeur et constitue un
droit pour les salariés.

© COMPTALIA – Reproduction interdite Cas Legrand – Corrigé - 1/2


Droit social

b) L’employeur peut malgré tout envisager de revenir sur cet avantage en dénonçant l’usage qui
s’est mis en place.

Pour cela, il doit respecter les formalités exigées par la jurisprudence, donc informer
personnellement chacun des salariés de l’entreprise ainsi que le comité social et économique, le
tout dans un délai suffisant.

En l’espèce, monsieur Legrand s’étant contenté d’informer le comité social et économique, l’usage
n’est donc pas dénoncé.

Faute d’avoir été informés personnellement, les salariés pourront encore bénéficier de cet
avantage.

© COMPTALIA – Reproduction interdite Cas Legrand – Corrigé - 2/2

Vous aimerez peut-être aussi