Vous êtes sur la page 1sur 54

Licence Professionnelle

CESAG

Normalisation comptable internationale

Avril 2012

Baye Babou NDIAYE


Expert comptable Stagiaire – Auditeur Manager au Cabinet Mazars Sénégal
Sommaire

1. LA NORMALISATION COMPTABLE INTERNATIONALE

2. LE CADRE CONCEPTUEL

3. PANORAMA DES NORMES IFRS

4. LES ÉTATS FINANCIERS (IAS 1, 7, 10)

5. LE RÉSULTAT DES ACTIVITÉS ORDINAIRES (IAS 18)

 6. IMMOBILISATIONS CORPORELLES ( IAS 16, 17, 20, 23, 36,40)

7. IMMOBILISATIONS INCORPORELLES ( IAS 38, 36)

8. EVALUATION DES PASSIFS NON FINANCIERS (IAS 19, 37)

2
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Module 6 :
Immobilisations Corporelles

3
Reconnaissance des actifs

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels :

Contrôlés

IAS 16

En propre Soit pour être utilisés dans la production ou la


(propriété juridique) fourniture de biens ou de services
Soit pour être loués à des tiers

Via des contrats de Soit à des fins administratives


location-financement

Dont on s'attend à ce qu'ils soient utilisés sur plus d'un exercice

4
Reconnaissance des actifs

 De cette définition, ressortent deux notions principales :

Le critère à prendre en compte pour déterminer le patrimoine comptable n’est


plus celui de propriété, mais celui de contrôle.
Le transfert de contrôle :
Contrôle  Transfert de l’essentiel des risques (dommages à autrui, entretien)
 Transfert de l’essentiel des avantages
Exclusions :
 Risque de non recouvrabilité ou de remboursement

Les éléments utilisés à moins d’un an sont considérés comme rentrant


Durée d’utilisation dans le cycle d’exploitation normale de l’entreprise et donc comme
supérieure à un an charge

5
Reconnaissance des actifs

 En plus des critères évoqués, il y a les critères liés à tout élément rentrant dans la
définition des actifs :

Définition : potentiel de contribuer directement ou indirectement à des flux


nets de trésorerie au bénéfice de l’entité .
L’avantage économique s’apprécie :
Avantages  Par accroissement de profit, ou
économiques  Par réduction de coûts
futurs Les flux peuvent provenir :
 Soit de l’exploitation de l’actif
 Soit de sa sortie

Acquise à titre Produite par Acquise à titre


onéreux l’entreprise gratuit

La valeur à Comptabilisée Comptabilisée


Estimation fiable retenir est le
coût à son coût de à sa valeur
d’acquisition production vénale

6
Reconnaissance des actifs

Répartir le coût total d'un actif entre


ses différents éléments constitutifs
&
Comptabiliser chaque élément séparément
(Approche par composants)
Déterminer
la nécessité !
de
Regrouper des éléments
individuellement non significatifs
&
Appliquer les critères d'immobilisation
à leur valeur globale

7
Coût d’entrée

Au coût d'acquisition : immobilisation


acquise à titre onéreux

Évaluation initiale

Au coût de production :immobilisation


corporelle produite par soi-même

Coût d’entrée

Immobilisation corporelle acquise par voie


d'échange

Cas particuliers Immobilisation corporelle reçue à titre gratuit

Immobilisations louées via un contrat de


location-financement

8
Coût d’entrée

Prix d'achat (y compris les droits de douane et les taxes non récupérables)

+
Frais directement engagés pour amener l'actif à l'endroit et en l'état
nécessaire pour son utilisation prévue

-
Coût Remises, rabais, ristournes
d’acquisition
-
: Traitement optionnel

Escomptes de règlement

+
Coût de démantèlement et de
remise en état
-
Subventions d’investissement

+
Quote-part d’intérêts financiers (pour les actifs exigeant une longue période
de préparation ou de construction)

! Actualisation systématique du prix d'achat en cas de paiement différé


au delà des conditions habituelles de crédit

9
Coût d’entrée

Mêmes règles que le coût d'une immobilisation acquise

Coût identique au coût de production des actifs similaires


Coût de destinés à la vente dans le cadre de l'activité normale (Stocks)
production
Incorporation au coût de production des frais administratifs et
généraux dédiés

Immobilisation
produite par
l’entreprise

Interdiction d'incorporer au coût de production tous les frais


administratifs et généraux
Hors coût de
Comptabilisation obligatoire en résultats des produits et
production charges liés à des activités accessoires à la production
d'une immobilisation

10
Coût d’entrée

Frais directement attribuable : à immobiliser Frais non directement attribuable : charges


- Frais de livraison et de manutention initiaux -Coûts d’ouverture d’une nouvelle installation
(engagés spécialement pour l’immobilisation)
- Coût des rémunération et autres avantages au -Coûts d’introduction d’un nouveau produit ou
personnel résultant directement de l’acquisition service
- Coûts de préparation du site et frais de démolition
nécessaires à la mise en utilisation de
l’immobilisation -Frais non nécessaires directement à la mise en
place de l’immobilisation, tels que :
- Honoraires de professionnels comme les experts,
évaluateurs, conseils, etc.

- Frais de transit, assurances-transport  Frais de formation du personnel à l’utilisation


- Droits de douane et à l’entretien des machines
- TVA non récupérables par l’entreprise  Pré-loyers versés pour la location d’un terrain
en vue d’y installer une installation, dans la
- Indemnité d’éviction payée par l’acquéreur des mesure où les loyers continueront à être versé
locaux au locataire afin d’obtenir la libération de lorsque l’installation sera utilisée
ces locaux.
 Frais de transport et d’installation exposés
pour donner en location une immobilisation
acquise

11
Coût d’entrée

Frais directement attribuable : à immobiliser Frais non directement attribuable : charges

- Coûts administratifs et frais d’une structure dédiée -Coûts administratifs et frais généraux (structure non
- Les frais de réception et de transport par dédiée
l’entreprise comprenant la rémunération du -Abonnements aux réseaux d’énergie
magasinier et l’amortissement du matériel de -Assurances
manutention
-Entretien et amortissements des bâtiments
industriels
-La rémunération du chef d’atelier ou du personnel
d’entretien
-Frais administratifs du service achats
-Frais de siège
-Autres coûts administratifs et frais généraux

12
Période d’incorporation des frais

Phase Phase Phase Fonctionnement


préliminaire d’acquisition de démarrage à plein régime

Décision de la direction Rendement minimal Fonctionnement à plein


acquérir l’immobilisation garanti atteint régime atteint

Mise en place et en état de


fonctionner selon l’utilisation
prévue par la direction

Charges Coût d’acquisition * Charges


* Si les coûts sont directement attribuable

13
Coût d’entrée

► Comptabilisation obligatoire de tous les échanges à la juste valeur

Immobilisation
 Évaluation à la juste valeur du bien remis en échange
acquise par  Évaluation à la juste valeur du bien reçu en échange (ajustée de la soulte
Voie éventuelle) si détermination plus fiable
d’échange
► Lorsque la juste valeur des biens échangés ne peut être déterminée de
manière fiable et lorsque la transaction manque de substance
commerciale, alors coût de l’actif acquis = valeur comptable de l'actif cédé
► Constatation d'un gain ou d'une perte

Immobilisation A la juste valeur


corporelle
reçue à
titre gratuit Ou
A la valeur symbolique

14
L’approche par composant

 Les différents composants d’un actif doivent obligatoirement être valorisés et


comptabilisés séparément lors que:

Ils ont des Ils procurent


durées d’utilités des avantages à l’entreprise
différentes selon un rythme
différent

15
L’approche par composant

►Cas du siège social

Terrain Terrain Terrain


Enveloppe
Structure
Façade
Enveloppe Toiture
Menuiseries ext.
Equipements
standards
Chauffage
Plomberie
Equipements Electr. cour forts
Bâtiment standards Electr. cour faibles
Cablage informat.
Ouvrages compl
Equipements
spécifiques
Equipements
Ascenseurs …
spécifiques
Climatisation
Gr. électrogène
Autocom
Agencements Agencements Agencements

16
L’approche par composant

 Cas d'un magasin

Fondation réseau
terrassement Assainissement
Accès/Parking Couche de Structure
roulement fondation
Coque dallage
Portage

Gros oeuvre Mur Poteau

Etanchéité Charpente
Poutre
Toiture Coupole
Electr. cour faibles
Electricité Cablage informat.
Lots techniques Chauffage
Ouvrages compl

Sanitaire
Plomberie
Ria
Sprinkler
Aménagement
cloison
Second oeuvre Carrelage intérieur
Peinture Extérieur

17
Evaluation à la clôture de chaque exercice

Il existe deux modèles d’évaluation à la clôture :

Modèle du coût Modèle de réévaluation

 Comptabilisation d’une immobilisation  Comptabilisation d’une immobilisation


en tant qu’actif à son coût diminué des en tant qu’actif à son montant réévalué
amortissements et des pertes de diminué du cumul des amortissements
valeurs et des pertes de valeurs

 Le montant réévalué représente la


juste valeur du bien

18
Evaluation à la clôture de chaque exercice

Principe général

La réévaluation se fait par catégorie d’immobilisation corporelle. Chaque catégorie


peut être évalué selon un modèle

Juste valeur

Terrains et Installations de
constructions production

Valeur de marché déterminée


Evaluations professionnelles
par l’estimation d’un expert

Traitement des amortissements

 Ajustés proportionnellement à la valeur modifiée de la valeur brute comptable. La


valeur comptable suite à la réévaluation est égale au montant réévalué
 Déduits de la valeur brute comptable. Dans ce cas on retraite la valeur nette en
affichant sont montant réévalué

19
Evaluation à la clôture de chaque exercice

Mode de comptabilisation

Principe La réévaluation est enregistré en principe par capitaux propres

Réévaluation  Si cette réévaluation permet de compenser une


positive réévaluation négative antérieure

Réévaluation  Imputé sur l’écart d’évaluation créditeur. L’écart résiduel


négative est enregistré en résultat

20
Amortissement et durée d’utilité

Facteurs à prendre en compte pour l’amortissement

Valeur
Montant Date de début
résiduelle
amortissable d’amortissement

Détermination des plans


Mode
d'amortissement pour
chacun des composants d'amortissement
distincts identifiés en
fonction de :

Conséquences d'une
Durée d‘utilité dépréciation sur les
amortissements
Révision des plans
d'amortissement

21
Amortissement et durée d’utilité

► Durée d'utilité = durée attendue d'utilisation par l'entreprise

Durée
► Durée d'utilité ≠ durée sociale ≠ durée fiscale ≠ durée économique

d’utilité
► Réexamen de la durée d'utilité au minimum à chaque clôture
► Approche par composant : Obligation de définir un plan d'amortissement
spécifique (donc une durée d'utilité) pour chaque composant significatif
d'une immobilisation

Doit refléter le rythme selon lequel les avantages économiques futurs liés
à l'actif sont consommés par l'entreprise

Mode
Répartition du montant amortissable de façon systématique sur la durée
d’amortissement d'utilité

Mode linéaire, mode dégressif ou mode des unités de production

! Amortissements poursuivis tant que les actifs ne sont pas classés en


actifs destinés à être cédés

22
Amortissement et durée d’utilité

Réexamen annuel obligatoire de la durée d‘utilité, du mode


d'amortissement et de la valeur à la fin de l'utilisation

Révision des
Modifications éventuelles à comptabiliser
plans en tant que changement d'estimation
d’amortissement

Immobilisations corporelles temporairement inutilisées


ou retirées du service actif en attendant leur mise au rebut

23
Amortissement et durée d’utilité

Base d’amortissements
Valeur brute – Valeur résiduelle estimée
Valeur résiduelle = montant net des coûts de sortie attendus que l’entreprise obtiendrait de la
cession de l’actif sur le marché à la fin de son utilisation
Valeur résiduelle retenue si significative et mesurable

Démarrage des amortissements :


Lors du début de consommation des avantages économiques, c’est-à-dire mise
en service

24
Mises hors service, sorties d’immobilisations

 Cession (destruction)
Sortie du bilan  Écart par rapport à un inventaire physique
 L'entreprise n'attend plus d'avantages économiques futurs de
sa sortie

Résultat de
cession

 Comptabilisation en compte de résultat


 Gain ou perte sur cession = produits sortis nets estimés - valeur comptable
 Prix de cession
 Obligation de l'évaluer à la juste valeur de la contrepartie reçue ou à
recevoir
 Implique une actualisation en cas de différé de paiement significatif
consenti à des conditions avantageuses

25
Actifs destinés à être cédés

⌦Ces actifs doivent être cédés dans un délais de moins d’un an

⌦Ils sont présentés de manière distincte au Bilan

⌦Evaluation au plus bas entre la valeur comptable et la juste valeur nette des frais
de cession

⌦La comptabilisation de leur amortissement s’arrête lors de leur classification mais


pas son calcul

⌦Critère de reclassement:
L’actif est disponible pour une cession immédiate dans son état actuel

La cession est hautement probable

26
Dépenses ultérieures

 Appréciation des coûts au moment où ils sont encourus

Coûts encourus Il s’agit de coûts dans le but d’acquérir ou de construire une


initialement immobilisation

Il faut distinguer entre trois catégories de dépenses ultérieures :


 Celles destinées à accroitre la valeur du bien
Coûts encourus
ultérieurement  Celles qui permet de remplacer partiellement une
immobilisation

 Celles qui servent à l’entretien de l’immobilisation

27
Dépenses ultérieures

Comptabilisation en charge au moment où la


Entretien courant
Dépense est encourue

Capitalisation obligatoire du coût de remplacement


Remplacement de tout des composants
ou partie des Comptabilisation en charges de la VNC des composants
immobilisations remplacés
Dépenses
ultérieures
Autres dépenses Existe-t-il une probabilité d’avantages
ultérieures économiques futures ?
oui Non

Ajoutées à la valeur
comptable de l’actif.
Charges de l’exercice
Immobilisées en tant
que composant

Coût de rénovation Coût de réparation

28
Dépenses ultérieures

Identification d’un composant « coût des


Coûts des inspections inspections majeures » distinct des
majeures composants physiques

Cas particuliers

Dépenses de mises
Immobilisations
en conformité

29
Tests de dépréciation des immobilisations

Test de dépréciation Obligatoire

Immobilisations corporelles et Immobilisations incorporelles à


incorporelles amortissables durée de vie indéfinie et Goodwill

Test de dépréciation uniquement en Test de dépréciation


cas d’indice de perte de valeur systématique et annuel

Indicateurs Indicateurs
externes internes

30
Tests de dépréciation des immobilisations

► Quoi ?
Tous les actifs corporels et incorporels et les titres de participations (principales
exclusions : stocks, actifs impôts différés)
► Quand ?
Dès qu’un indice (externe ou interne) peut laisser penser qu’il y a perte de valeur

Externes Internes
Changements technologiques Détérioration du bien
Changement de réglementation Obsolescence
Baisse significative valeurs marché Performances techniques < attentes
Conjoncture dégradée

Un indice de perte de valeur peut n'entraîner qu'une révision de la durée, du mode
! d'amortissement ou de sa valeur résiduelle, sans nécessairement entraîner une perte
de valeur.

31
Tests de dépréciation des immobilisations

Test de dépréciation

►Nécessité de comparer valeur comptable et valeur recouvrable qui est la plus


élevée

Prix de vente net

Valeur d'utilité
• Prix de vente conditions normales moins (valeur actuelle)
les coûts directs de sortie
Valeur actualisée des flux
• Prix du marché de trésorerie futurs
• Meilleure information disponible

32
Tests de dépréciation des immobilisations

Valeur d'utilité (valeur actuelle)

1ere étape : Estimation des flux de trésorerie

Hypothèses  Fondées sur budgets  Au delà de 5 ans de


financiers les plus récents projection, application d'un
raisonables, documentées taux de croissance stable ou
de la direction décroissant
pendant la durée d'utilité  projection à 5 ans maximum
restant à courir

Estimations incluent
• projections d'entrées de trésorerie futures
• projections de sorties de trésorerie
• flux de trésorerie nets reçus lors de la sortie de l'actif

Estimations excluent
entrées de trésorerie indépendantes
 sorties de trésorerie déjà comptabilisées
 Restructuration future non engagée
 Dépenses d'investissement qui accroitront les performances d'un actif
 Entrées / sorties de financement
 Entrées / sorties d'IS
33
Tests de dépréciation des immobilisations

Valeur d'utilité (valeur actuelle)

2ème étape : Flux de trésorerie futurs en monnaie étrangère

 Les flux de trésorerie futurs sont estimés dans la monnaie dans laquelle ils
seront générés puis ils sont actualisés en appliquant un taux d'actualisation
approprié à cette monnaie (cf. 3ème étape : Taux d'actualisation). Une entreprise
convertit la valeur actualisée obtenue en utilisant le cours au comptant à la date
de calcul de la valeur d’utilité.
3ème étape : Taux d'actualisation
 Taux avant impôt reflétant les appréciations actuelles du marché de la valeur
temps de l'argent et des risques spécifiques à l'actif pour lesquels les estimations
de flux de trésorerie futurs n'ont pas déjà été ajustées.
= taux de rendement que des investisseurs demanderaient s'ils avaient à choisir
un placement qui générerait des flux de trésorerie dont le montant, l’échéance et le
profil de risques seraient équivalents à ceux que l'entreprise s'attend à obtenir de
l'actif.

34
Tests de dépréciation des immobilisations

Valeur recouvrable d'un actif isolé non estimable,

Soit parce que la valeur Soit parce que l'actif ne génère pas
d'utilité ne peut être estimée d'entrées de trésorerie indépendantes
des autres actifs

Exemple : desserte Exemple : exploitation ligne


ferroviaire de camions

35
Immobilisations incorporelles

Arborescence de la dépréciation
Non
Existence d’un indice
de perte de valeur ?
Oui
Non
Le prix de vente net
peut être déterminée ?
Oui
Non
VNC > PV ?
Oui
Non
Valeur vénale >
valeur recouvrable ?

Non
Oui VNC > Valeur
recouvrable ?
Oui

Dépréciation = Dépréciation = Pas de dépréciation


VNC – prix de vente net VNC – Valeur
recouvrable
36
Contrats de location financement et location simple

Définitions

Contrat de Accord par lequel le bailleur cède au preneur pour une période déterminée,
Location simple le droit d'utilisation d'un actif en échange d'un paiement ou d'une série de paiements

Contrat de
location- Contrat de location ayant pour effet de transférer au preneur la quasi-totalité des
financement risques et des avantages inhérents à la propriété d'un actif
(«Finance Le transfert de propriété peut intervenir ou non, en fin de contrat
lease»)

37
Contrats de location financement et location simple

Classifications

Bien considéré comme Location simple


reçu en location

Deux En fonction
du transfert
catégories de
des risques et
contrats avantages

Bien considéré comme Location


acheté à crédit financement

Le transfert de risques et avantages s’apprécie au travers d’exemples et d’indicateurs de situation

38
Contrats de location financement et location simple

Transfert de Oui
propriété à la fin du contrat
Non
Option de rachat Oui
préférentielle

Non
Période de location pour la
Oui (US GAPP : > 75 %)
majeure partie de la durée de
5 exemples vie du bien

de situation Non
Valeur actualisée des loyers Oui (US GAAP : > 90 %)
Représente la quasi-totalité
de la juste valeur du bien
Non

Bien tellement spécifique que Oui Il faut examiner le mode


seul le locataire peut l’utiliser Opératoire du contrat
sans modification significative
Non
«Operating Lease» Finance lease

39
Contrats de location financement et location simple

Comptabilisation d’un contrat de location


financement

Actif = Dette

plus faible

Juste valeur Valeur actualisée


des paiements
minimaux

Taux d’intérêt Taux


implicite d’endettement
marginal

40
Contrats de location financement et location simple

Le taux d'intérêt implicite du contrat de location est le taux d'actualisation qui donne,
au commencement du contrat de location, une valeur actualisée cumulée :
►des paiements minimaux au titre de la location ; et
►de la valeur résiduelle non garantie (part de la valeur résiduelle de l'actif loué dont la
réalisation par le bailleur n'est pas assurée ou qui est garantie uniquement par une partie
liée au bailleur). La valeur résiduelle non garantie est égale à la somme (i) de la juste
valeur de l'actif loué et (ii) des coûts directs initiaux du bailleur.

Le taux marginal d'endettement du preneur est le taux d'intérêt que le preneur aurait
à payer pour un contrat de location similaire ou, si celui-ci ne peut pas être déterminé, le
taux d'intérêt qu'obtiendrait le preneur, au commencement du contrat de location, pour
emprunter sur une durée et avec une sûreté similaires les fonds nécessaires à
l'acquisition de l'actif.

41
Immeuble de placement

Définition

Bien immobilier détenu :


 pour en retirer des loyers
 pour valoriser le capital
ou
 les deux.

⌦ Bien immobilier occupé par son propriétaire,


⌦ Bien immobilier en construction,
⌦ Bien immobilier destiné à être vendu dans le cadre
de l’activité ordinaire de l’entreprise.

42
Immeuble de placement

Exemples

Terrain
Terrain +
bâtiment
Titre de
propriété Partie de bâtiment
Bâtiment
Contrat Louée
Location
Financement
Occupée
par propriétaire

Bâtiment

43
Immeuble de placement

Arbre de Bien détenu Oui


décision en vue de sa vente dans
le cadre de l‘acti-
IAS 2
vité ordinaire

Non

Oui
Bien occupé par le
propriétaire ?
IAS 16

Non

Bien en cours Oui IAS 16 jusqu‘à


de construction ou l‘achèvement
d‘achèvement ?

Non

Bien =
Immeuble de placement Coût IAS 16, traitement de
Quel modèle d‘évaluation ?
référence + info
sur JV
Juste valeur
IAS 40
44
Immeuble de placement

Coût de l’immeuble
Acheté Construit

Prix d’achat
Coût de production à la date d’achèvement
Dépenses directement attribuable

Exclusions

coûts de démarrage

Pertes d’exploitations initiales

Dépenses anormales

45
Immeuble de placement

► Il est probable que des avantages économiques futurs iront à


l’entreprise, et
Actif ► Le coût peut être évalué de manière fiable

ex : système de vidéo-surveillance
étages supplémentaires

Sinon, car dépenses de réparation ou de maintenance :


Charges
ex : remplacement des poignées de porte

46
Immeuble de placement

► La juste valeur est habituellement la valeur de marché


 à la date de clôture de l’exercice (ni date passée, ni date future)
 meilleur prix pouvant être obtenu par l’acheteur et par le vendeur
 dans des conditions de concurrence normale
 après des actions de mise sur le marché appropriées
 sans déduction des coûts à encourir pour la vente ou la sortie de l'actif

► La juste valeur doit refléter l'état réel du marché et les circonstances


prévalant à la date de clôture

► La juste valeur ne correspond pas à la valeur d'utilité c'est à dire qu'elle ne


prend pas en compte des facteurs spécifiques à l'entité qui détient l'immeuble
de placement

47
Immeuble de placement

Quel est l’amortissement d’un immeuble en juste valeur ?


► Il n’y en a plus ! La valorisation de l’immeuble est sensée tenir compte des pertes
de valeur éventuelle liées à l’usure du bâtiment ou à un défaut d’entretien.

Les évaluations de la valeur des immeubles doivent-elles être faites par des experts externes
?
La norme est muette sur ce point. On peut penser qu’elle ne rend pas obligatoire le recours
à des tiers à chaque clôture mais uniquement à intervalles réguliers, les évaluations
intermédiaires pouvant alors être faites en interne (à condition d’être fondées sur des
éléments d’observations externes (indices d’évolutions publiés…).

Comment dois-je calculer la plus ou moins-value en cas de cession ?


De la même façon, toutefois, dans le modèle de la juste valeur, les résultats de cession
deviennent résiduels, car calculés par différence entre le prix de vente et la valorisation
réalisée et comptabilisée lors de la clôture précédente (et donc, a priori, assez proche du
prix de vente)

48
Divergences IFRS/SYSCOA

DIVERGENCES IFRS-OHADA

►En IFRS, une immobilisation corporelle est une ressource contrôlée, indépendamment
du critère juridique de propriété.

►L’approche par composant qui consiste à dissocier les parties de l’immobilisation ayant
un coût significatif et à traiter chacun d’eux séparément est obligatoire en IFRS, mais non
évoqué par le système comptable OHADA.

►Contrairement au système comptable OHADA, les normes IFRS préconisent d’incorporer


dans le coût de l’immobilisation les coûts de démantèlement actualisés et d’actualiser les
flux en cas de différé de paiement si le montant est significatif.

►Selon les IFRS, à la clôture de l’exercice, l’évaluation est faite au choix, selon la catégorie
de l’immobilisation, soit par la méthode du coût historique amorti, soit par la méthode de
la juste valeur (réévaluation périodique), alors que le système comptable OHADA ne
retient que la méthode du coût historique, mais une réévaluation est possible dans la limite
de la valeur actuelle du bien.

►L’escompte obtenu est comptabilisé en produit financier selon le système comptable


OHADA alors qu’il vient en déduction du coût d’acquisition en normes IFRS.
49
Cas d’application N°1

La firme GINA a acquis en N un matériel industriel dans les conditions suivantes (il sera
fait abstraction de la TVA). Le matériel a été livré le 12 février N et mis en service le 1er
avril N.
►Prix d’achat du matériel : 130 000 000
►Frais de transport : 5 000 000
►Droits de douane : 2 000 000
►Frais de formation des opérateurs : 8 000 000
La durée d’utilisation prévue de ce matériel est de 3 ans. Les frais de démantèlement de la
machine sont estimés à 3 000 000. Elle devrait être revendue au prix de 40 000 000.
Ce nouveau matériel devrait permettre à la société d’accroître la production dans les
proportions suivantes :
►N : + 100 000 unités ;
►N+1 : + 230 000 unités ;
►N+2 : + 180 000 unités ;
►N+3 : + 20 000 unités.
Travail à faire :
►Pour quelle valeur le matériel sera-t-il inscrit à l’actif ?
►Déterminer la base amortissable.
► Présenter le tableau d’amortissement du bien, sachant que la méthode d’amortissement
choisie est le mode des unités de production (arrondir les valeurs au millier de francs
inférieur).
50
Cas d’application N°2

Une entreprise achète, le 01-01-N, un four qui permet de chauffer à très haute
température.
Prix d'achat total 420 000 HT
Dont prix des parois 60 000 HT
Durée d'utilisation des parois 6 ans
Durée d'utilisation du four 10 ans

Les parois sont changées le 1 / 1 / N+6 pour 65 000. La durée théorique d’utilisation des
nouvelles parois serait de 6 ans mais elles sont amorties sur la durée résiduelle
d’utilisation du four, soit 4 ans.

Travail à faire :

Passer les écritures nécessaires.

51
Cas d’application N°3

Un camion a été acheté le 1 / 1 / N. le moteur n’avait pas été identifié comme composant.
Le 1 /1 / N+2, le moteur casse.
Prix d’achat du camion 60 000
Durée d’amortissement du camion 5 ans
Mode d’amortissement Linéaire
Prix de remplacement du moteur 6 000
Estimation de la valeur d’origine du moteur remplacé 3600

Travail à faire :
Passer les écritures nécessaires.

52
Cas d’application N°4

Une entreprise (le preneur) a conclu le 2 janvier N un contrat de crédit bail avec une
société spécialisée (le bailleur) portant sur un matériel industriel. A cette date, la juste
valeur du matériel est estimée à 200 000 000. Les modalités du contrat sont les suivantes :
►Versement initial (dépôt de garantie restituable si l’option n’est pas levée) : 10 000 000
► 8 loyers semestriels de 26 000 000 versés à terme échu
► Option d’achat du bien à la fin de la 4e année : 25 000 000.
► Le bien a une durée estimée de 5 ans.
►On estime que sa valeur résiduelle à l’issue du contrat sera de 40 000 000.

Travail à faire :
► Pour quelle valeur le bien doit-il être comptabilisé à l’actif du preneur le 2 janvier
N?
►Dresser le tableau des flux monétaires liés au contrat (en décomposant les intérêts et
le capital remboursé), puis proposer les écritures nécessaires au 31/12/N.

53
Cas d’application N°5
Début N–2, une clinique privée a acheté pour 500 000€ un appareil à résonance magnétique. Elle prévoyait d’utiliser
cet équipement pendant 8 ans et de le revendre pour 15% de sa valeur d’achat.
Au 31-12-N, la multiplication des appareils de ce type dans la région fait craindre à l’entreprise que les objectifs de
rentabilité future ne soient pas atteints.
Elle décide par conséquent de pratiquer un test pour juger de la nécessité de pratiquer une dépréciation.
Le taux d’intérêt moyen des emprunts de l’entreprise est de 8%.
La rentabilité exigée par les actionnaires de l’entreprise est de 10%.
A fin N, l’entreprise prévoit d’exploiter l’appareil jusqu’en N+5 et de le céder ensuite pour 40 000 €. Les prévisions
d’exploitation sont les suivantes :
PRÉVISIONS N+1 N+2 N+3 N+4 N+5
CA 120 000 115 000 110 000 100 000 95 000 Travail à Faire
Charges de personnel 30 000 31 000 32 000 33 000 34 000
►Evaluer la nécessité ou non de
Autres charges 5 000 6 000 7 500 9 000 11 000 passer une dépréciation de cet actif
Cash flow 85 000 78 000 70 500 58 000 50 000
►Le Cas échéant, calculez cette
Le bilan simplifié de la clinique se présente comme suit au 31-12-N (en k€) : dépréciation et passer les écritures
Actifs 10 000
– Dettes d’exploitation (2 000)
– Emprunts (3 000)
= Capitaux propres 5 000

Le prix auquel pourrait être revendu l’appareil à fin N est estimé à 280 000 €. Les frais de vente (commissions,
transports, etc.) sont estimés à 15 000 €.

54

Vous aimerez peut-être aussi