Vous êtes sur la page 1sur 8

Physique - chimie 2eme année S.

Ex- Sciences Physiques


Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 1

- Exercice1-
Partie I :
-
1- Le nom de l’électrode où se forme le gaz Br2 : C’est l’anode ( qui attire l’anion Br )
2- * Equations des réactions :
- Au niveau de la cathode : Pb 2+ ( aq ) + 2. e − →
← Pb( s )
- Au niveau de l’anode : 2.Br − ( aq ) →
← Br2 ( g ) + 2. e −
* Equation bilan :
Pb 2+ ( aq ) + 2.Br − ( aq ) → Pb( s ) + Br2 ( g )
3- Détermination de l’intensité I :

Demi- équation Pb 2+ ( aq ) + 2. e − →
← Pb( s ) Quantité de
Avancement matière des e-
Etat du système Quantités de matière (mol) échangés :
x (mol)

Etat initial 0 n0 ( Pb 2+ ) ≈ 0 0
m
E. intermédiaire x n0 ( Pb 2+ ) − x ≈ x= n (e − ) = 2.x
M (Pb)
Quantité d ' électricité Q
- On sait que I = = avec Q = n(e − ) × F
Durée du temps ∆t
m
- D’après le tableau d’avancement : n (e − ) = 2.x et x = n ( Pb) =
t M ( Pb)
2.m.F
- En combinant ces relations on aboutit à l’expression : I =
M ( Pb).∆t
2 × 20,72 × 9,56.10 4
- A.N : I = ≈ 5,36 A
207,2 × 3600
4- Calcul du volume V du gaz dibrome formé pendant Δt :
- Tableau d’avancement :

Equation de la réaction Pb 2+ ( aq ) + 2.Br − ( aq ) → Pb( s ) + Br2 ( g )


Avancement
Etat du système Quantités de matière (mol)
x(mol)
Etat initial 0 n0 ( Pb 2+ ) n0 ( Br − ) 0 0
V
Etat intermédiaire X n0 ( Pb 2 + ) − x n0 ( Br − ) − 2.x x x = n ( Br2 ) =
t Vm
m V
- D’après les deux tableaux : x = et x = n ( Br2 ) =
M (Pb) t Vm
m.Vm
- On en déduit que : V =
M ( Pb)
Physique - chimie 2eme année S.Ex- Sciences Physiques
Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 2

20,72 × 70,5
- A.N : V = ≈ 7,05 L
207,2
Partie II :
1- Réaction de l’acide lactique avec l’hydroxyde de sodium :
1-1- Equation de la réaction du dosage :

CH 3 − CH (OH ) − COOH ( l ) + HO − ( aq ) → CH 3 − CH (OH ) − COO − ( aq ) + H 2O( l )

1-2- Coordonnées du point d’équivalence :

En utlilisant la méthode des droites


Parallèles ; on trouve graphiquement :

- VBE = 10mL ;
- pHE ≈ 8.

1-3- Calcul de la concentration CA :


- A l’équivalence ; on applique la relation : C A .VA = C B .VBE
VBE
- On en déduit que : C A = CB .
VA
10
- A.N : C A = 3.10 −2 × = 2.10− 2 mol.L−1
15
1-4- L’indicateur adéquat pour repérer le pont d’équivalence :
C’est le rouge de crésol ; car sa zone de virage [7,2 ; 8,8] contient pHE ≈ 8.
-
1-5- * Calcul du rapport [A ] / [AH] :

- On applique la relation : pH E = pK A + Log


[A ]

E

[AH ] E

- Cette relation s’écrit : Log


[A ] −
E
= pH E − pK A ⇒
[A ]

E
= 10( pH − pK A )
= 10 pH ×10 − pK
[AH ] [AH ]
E E A

E E

- Finalement on trouve :
[A ]

E
= 10 pH × K A
[AH ]
E

- A.N :
[A ]−
E
= 108 ×10 −3,9 ≈ 1,26.10 4
[AH ] E
Physique - chimie 2eme année S.Ex- Sciences Physiques
Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 3

* L’espèce chimique prédominante :

-
[A ]

E
= 1,26.10 ⇒
4 [A ]−
E
>> 1 ⇒ [A− ] >> [ AH ]
[AH ] E [AH ] E

- Donc l’espèce prédominante est la forme basique : A− .


Rmq : on peut utiliser l’échelle pH de prédominance :

2- Réaction de l’acide lactique avec le méthanol :


2-1- Deux caractéristiques de cette réaction :
- La réaction est lente ;
- La réaction est limitée.
2-2- Deux facteurs cinétiques pour accélérer la réaction :
- Augmenter la température ;
- Utiliser un catalyseur ;
- Ou encore augmenter la concentration d’un réactif.
2-3- Equation de la réaction :

2-4- Calcul du rendement r de la réaction :


nexp (ester ) nE
- Par définition : r= =
nthéo (ester ) n0
6.10 −4
- A.N : r= = 0,60 = 60 %
10 −3

- Exercice2-
1- Une onde sonore est-elle longitudinale ou transversale ?
Une onde sonore est longitudinale, car la direction de déformation du milieu de propagation
est parallèle à la direction de propagation de l’onde sonore.
2- Le retard temporel entre les deux ondes :
On trouve graphiquement : τ = 2 × (2ms) = 4ms
Physique - chimie 2eme année S.Ex- Sciences Physiques
Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 4

3- Montrons l’expression voulue :


- Le pétrole est plus dense que l’air, donc Vpétrole > Vair
- En comparant les durées mises par les deux ondes sonores entre l’émetteur et le récepteur ;
on écrit : tp < ta
L L
- Le retard temporel entre les deux ondes est τ = ta − t p ; avec ta = et t p =
Vair Vp
L L 1 1
- Finalement l’expression est : τ = − ou τ = L .( − )
Vair V p Vair V p
3- La valeur approchée de Vp :
1 1
- On sait que τ = L . ( − )
Vair V p
1 1 τ 1 1 τ 1 L − τ .Vair
- Elle s’écrit également : − = ⇒ = − ⇒ =
Vair V p L V p Vair L Vp L.Vair
L.Vair
- Finalement : V p =
L − τ .Vair
1,84 × 340
- A.N : V p = ≈1303m.s −1
1,84 − 4.10 × 340
−3

- Exercice3-
I: Détermination expérimentale de la capacité d’un condensateur :
1- En utilisant un générateur de courant :
1-1- Intérêt de monter les condensateurs en dérivation :
C’est pour augmenter la charge électrique, et par conséquence augmenter la valeur de la
capacité.

1-2- Détermination graphique de la capacité Ceq du condensateur équivalent :


- On sait que q = Ceq . U AB ; q = f ( U AB ) : fonction linéaire ( y = a. x )
- Le coefficient Ceq représente le coefficient directeur de la droite indiquée sur la figure2.
∆q
- Graphiquement on a : Ceq =
∆U AB
(20 − 0).10−6
- A.N : Ceq = =10−5 F
2−0
1-3- Déduction de la valeur de la capacité C2 :
- Les deux condensateurs sont en dérivation ; et d’après la loi d’association : Ceq = C1 + C2
- On en déduit que : C2 = Ceq − C1

- A.N : C2 = 10−5 − 7,5.10−6 = 2,5.10−6 F


Physique - chimie 2eme année S.Ex- Sciences Physiques
Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 5

1- En étudiant la réponse du dipôle RC à un échelon de tension :

2-1- Equation différentielle vérifiée par la tension uC2 :


- D’après la figure1 ; uC = − u R ⇒ u R + uC = 0 (1)
2 2

dq d (C 2.uc ) duc
- Dans la convention récepteur : u R = R . i = R . = R. 2
= RC 2. 2
(2)
dt dt dt
- En remplaçant (2) dans (1), on obtient l’équation différentielle vérifiée par la tension uC2 :
duc duc 1
RC 2. 2
+ uc = 0 ou 2
+ . uc = 0
dt 2 dt RC 2 2
2-2- Expression de la constante de temps ԏ :
−t
- La solution de cette équation est de la forme : uC 2 (t ) = E.e τ

- Portons cette expression dans l’équation différentielle précédente :


d  − τ  1  − τ 
t t
E.e + . E.e = 0
dt   RC 2  
   
E − t
E − t
⇒ − .e τ + .e τ = 0
τ RC 2
 
−t  1 1 
⇒1E.2
e3 τ − + =0
 τ
≠ 0  14243 
RC 2

 =0 
⇒ τ = R .C2
2-3- Détermination de la valeur de la capacité C2 :
τ
- D’après la relation précédente ; on a : C 2 =
R
−3 4.10 −3
- A.N : τ = 4ms = 4.10 s ( graphiquement ) ; C 2 = = 2,5.10−6 F
1600
Physique - chimie 2eme année S.Ex- Sciences Physiques
Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 6

II : Etude d’un circuit RLC série :


1- Pourquoi les oscillations pseudopériodiques ?:
La présence de la résistance r de la bobine dans le circuit étudié, conduit à la dissipation
d’énergie par effet Joule.
2-1- Equation différentielle vérifiée par la charge q :

di q di q
- D’après la figure1 ; ub + uc = uG ⇒ L. + r. i + = k{
. i ⇒ L. + ( r − k ). i + = 0
14dt243 { C u dt C
G
ub uc

dq d 2q dq 1
- En remplaçant i par , on aura : L. 2 + (r − k ). + .q = 0
dt dt dt C
d 2 q (r − k ) dq 1
- D’où l’équation différentielle : 2
+ . + .q = 0
dt L dt LC

2-2- Détermination de la valeur de R :


- Le paramètre k = 5 S.I , est ajusté de manière que les oscillations deviennent sinusoïdales ;
(r − k ) dq
- Dans ce cas le terme . doit être nul dans l’équation différentielle précédente ;
L dt
- Finalement r − k = 0 ⇒ r = k = 5Ω

2-3- Recherche de la valeur de l’inductance L :


d 2q 1
- L’équation différentielle est de la forme : + .q = 0
dt 2 LC
- La période propre du système oscillant est : T0 = 2.π LC
T0 2
- Cette relation conduit à l’expression : L =
4.π 2 .C
( 2,5.10−3 ) 2
- A.N : T0 = 2,5ms ( graphiquement ) et L = −6
≈ 6,3.10 −2 H
4.π .2,5.10
2
Physique - chimie 2eme année S.Ex- Sciences Physiques
Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 7

- Exercice4-
Partie I : Etude du mouvement de chute verticale :
1- Equation différentielle vérifiée par la vitesse vG :
- Système à étudier : {bille}

- Repère d’étude R (O ; j ) supposé galiléen ;
- Bilan des forces extérieures :

* Poids du corps : P = m.g j
→ →
* Force de frottement fluide : f = − k . vG
→ →
* La poussée d’Archimède : Fa = − ρ .g.V j
→ → →
- La 2ème loi de newton s’écrit : P + f + F a = m. aG
- Projection de cette relation vectorielle sur l’axe Oy : Py + f y + Fa y = m.a y (*)
dvGy
- Les expressions sont: Py = P = m.g , f y = − k . vGy , Fa y = − ρ .g .V et a y = .
dt
dvG
- La relation (*) devient : m.g − k . vG − ρ .g .V = m.
dt
dvG k ρ .V
- Finalement l’équation différentielle est : + . vG = g (1 − )
dt m m
m ρ .V dvG 1
- On pose : τ = et A = g (1 − ) ; l’équation devient : + . vG = A
k m dt τ

2- Détermination graphique de vG lim et de ԏ :


-1
- La vitesse limite : vG lim = 0,5 m.s ;
- la constante de temps : ԏ = 54 ms
3- Valeur de k et celle de A :
m 2.10 −2
- k= A.N : k = −3
≈ 0,37 Kg .s −1
τ 54.10
 dvG  1
- Au régime permanent ; l’équation différentielle s’écrit : A =   + . vG t → ∞
 dt t → ∞ τ
 dvG 
- On a :   = 0 et vG t →∞ = vG lim ;
 dt t →∞
v 0,5
- Finalement : A = Glim A.N : A = −3
= 9,26 m.s −2
τ 54.10
Physique - chimie 2eme année S.Ex- Sciences Physiques
Correction du sujet de l’examen national du Baccalauréat
Session normale : 2018
KACHICHE MUSTAPHA - Madariss Maria - Temara page 8

4- Calcul de la valeur approchée de a3 et celle de v4 :

* A l’instant tn l’équation différentielle peut s’écrire : (aG ) n = 9,26 − 18,52 . (vG ) n (1)
* Au même instant ; la méthode d’Euler permet d’écrire : (vG ) n = (vG ) n−1 + (aG ) n −1 × ∆t (2)
* D’après le tableau, on remarque que le pas du calcul est :
∆t = 0,020 − 0,015 = 0,025 − 0,020 = 0,005s
(aG )3 = 9,26 − 18,52 . (vG )3
* Par application de (1) : = 9,26 − 18,52 × 0,126
(aG )3 ≈ 6,93m.s −2

(vG ) 4 = (vG )3 + ( aG )3 × ∆t
* Par application de (2) : = 0,126 + 6,93 × 0,005
(vG ) 4 ≈ 0,161m.s −1

Partie II : Etude énergétique d’un oscillateur mécanique :


2.π
1- Détermination des valeurs de Xm , T0 et φ : x(t ) = X m . cos( .t + ϕ )
T0
* D’après la figure4 : X m = 6cm = 6.10−2 m et T0 = 0,5s
* A t = 0, on a : x(0) = X m (condition initiale ) ; Or x(0) = X m . cos(ϕ )
Donc on peut écrire : X m . cos(ϕ ) = X m ⇒ cos(ϕ ) = 1 ⇒ ϕ = 0
Finalement la solution est : {x (t ) = 6.10−2. cos(4.π . t{ )
en m en s
2- Energie potentielle élastique à la date t1 = 0,5s :
- A cette date la position est maximale ; donc la vitesse est nulle et par suite : Ec(0,5s) = 0
- Energie potentielle (0,5s) = Energie mécanique (0,5s) – Energie cinétique (0,5s)
1
- Or l’énergie mécanique est constante d’expression : Em = K .X m2
2
1
- Finalement : E pe (0,5s ) = K .X m2
2
1
- A.N : E pe (0,5s ) = × 35 × (6.10 −2 ) 2 = 6,3.10−2 J
2
3- Calcul du travail Wx = X → x =− X (F ) :
A m B m

1
On applique la relation : WxA = X m → xB =− X m ( F ) = − ∆E pe = − .( xB2 − x 2A )
2
1 1
Wx A = X m → xB = − X m
(F ) = .((− X m ) 2 − ( X m ) 2 ) = .( X m 2 − X m 2 )
2 2
On trouve : WxA = X m → x =− X ( F ) = 0
B m

Vous aimerez peut-être aussi