Vous êtes sur la page 1sur 4

WAKALA mandat (formalisé sous la forme d'un contrat) par lequel, très fréquemment, une banque

ou autre institution financière, est chargée de réaliser des investissements pour le compte d'un client
qui paie en contrepartie une rémunération indexée sur les résultats.

Mudaraba partenariat d’investissement. Technique de financement utilisée par les banques


islamiques dans laquelle le capital est intégralement fourni par la banque tandis que l’autre partie
assure la gestion du projet. ...

Pourquoi dit on que les banque islamiques sont des banques participatives Une Banque
islamique doit obligatoirement prendre une part plus ou moins active dans les projets
financés, elle doit participer aux projets ! Ces pourquoi elles sont aussi appelées parfois
Banque Participative. La finance islamique est un compartiment de la finance éthique.
Elle respecte donc un certain nombre de règles qui seront ensuite audité par un comité
indépendant appelé le charia board.

 Qu’est-ce que la finance islamique ?

 La Finance Islamique est une autre approche de la Finance fondée sur le respect de la
CHARIA encore appelée loi islamique.

 La finance islamique s’adresse-t-elle uniquement aux musulmans ?

Non, la finance islamique ne s’adresse pas uniquement aux musulmans. C’est une pratique,
mieux une technique  bancaire et comme telle, n’importe quel investisseur peut se
l’approprier pour le développement de ses affaires.

 Quels sont les principes de la finance islamique ?

   Prohibition de l’intérêt

Ici au sens conventionnel l’intérêt n’est pas accepté. La banque ne vend pas de l’argent. Elle
ne se positionne pas comme un simple bailleur de fonds qui prête de l’argent et, quelque soit
le résultat de l’affaire, attend les intérêts produits par son argent en fonction du temps et d’un
taux d’intérêt prédéfini. La finance islamique propose que la banque participe à la
construction de la richesse pour justifier son gain. Le seul placement d’argent ne suffit pas.
Toute transaction permettant à la banque de gagner de l’argent doit se baser sur un actif
tangible. C’est la promotion de l’économie réelle au détriment de l’économie virtuelle.

b-    La prohibition de l’incertitude

Techniquement les juristes de confession islamique ont donné plusieurs définitions à ce terme.
Cependant on peut retenir qu’il y a incertitude dans une transaction lorsque l’un des
contractants est désavantagé à cause d’une ignorance sur le prix, sur l’article ou sur la date de
livraison. Un exemple d’incertitude : la vente d’un oiseau dans le ciel ou d’un poisson dans la
mer. Il existe plusieurs formes d’incertitude. :
 La difficulté de mettre l’objet de la vente à la disposition de l’acheteur. Par exemple,
la vente d’une bête perdue;
 Le manque d’information concernant l’objet de la vente ou son prix. C’est le cas
lorsque quelqu’un dit : « Je te vends ce qui est sous la manche de mon habit »;
 Manque d’information sur la qualité ou le prix de l’objet.

c-   Interdiction des activités illicites

Selon la loi islamique, le bien qui est l’objet du contrat peut être une marchandise, un service
ou un usufruit. Cependant, pour que le contrat soit valide, l’objet doit être licite. C’est ainsi 
que le vin, le porc, les jeux de hasard entre autres ne peuvent pas être l’objet d’un contrat
puisque la charia interdit au musulman d’acquérir ou de transférer pareils objets dans le cadre
d’une transaction.

d-   Partage des pertes et profits

La banque et le client sont sur le même pied d’égalité. Lorsque le client gagne dans la
transaction il partage le gain avec la banque. En cas de perte la banque doit également perdre.

e-   Tangibilité des actifs

Ce principe renvoie à la notion de l’économie réelle évoquée ci-dessus. Toute transaction doit
se baser sur un actif réel. En principe, aucun financement ne doit se faire sur des choses
inexistantes.

 A quoi renvoie la responsabilité sociale de l’investissement ?

En effet l’Islam encourage le commerce et condamne la thésaurisation. Le détenteur d’un


capital doit s’employer à l’introduire d’une façon légale dans un circuit productif de richesse
comme le commerce. Ce qui participe à la création de la richesse et donc au bénéfice de la
communauté. Toute velléité de thésaurisation est sanctionnée en réalité par le paiement
d’un « impôt » appelé ZAKAT. 

 Qu’est-ce qui a motivé Afriland First Bank à ouvrir un volet de banque islamique
?

D’abord l’innovation : Afriland  First Bank est la banque qui innove pour créer de la vitalité au sein de
l’économie. C’est en cela qu’elle a toujours su mettre à la disposition de ses clients des produits
adaptés à leurs besoins. La mise en œuvre de la finance islamique procède de la volonté d’offrir des
alternatives à sa clientèle, étant donné que la finance islamique est une finance alternative. Nous
avons perçu le besoin d’une pratique financière alternative dans notre société. Et nous avons
immédiatement entrepris de le combler.  La finance islamique offre un choix supplémentaire dans la
gamme des choix utilisés par les entrepreneurs. Ensuite la responsabilité de bancariser la société
camerounaise : l’amélioration du taux de bancarisation par la satisfaction  des besoins de nombreux
clients de confession musulmane était aussi une motivation suffisante pour nous permettre de nous
jeter à l’eau.

 Quelles conditions faut-il remplir pour adhérer aux services de finance islamique
de Afriland First Bank ?
Il suffit simplement d’être librement consentant et capable de conclure un contrat. Les
produits s’adressent à tout le monde. Aux clients musulmans et aux non musulmans.

 Concrètement que se passe-t-il quand un client ouvre un compte d’épargne dans


le volet islamique de Afriland first Bank ?

Quand il ouvre un compte d’épargne, il est considéré comme un apporteur de capitaux et la banque
utilisera ces capitaux pour les investir dans le respect de la loi islamique. Il devra s’attendre à une
rémunération non pas sous la forme d’intérêts mais plutôt sous la forme d’un profit à partager entre
la banque et lui sur la base d’une clé de répartition convenue d’avance. 

 Quand le client a besoin d’un crédit, que fait-il ?

Il formule sa demande de financement. Mais au préalable, il a certainement besoin d’être entretenu


par un gestionnaire de fonds de commerce qui lui donnera les conseils sur les choix de mode de
financement, étant donné qu’il y en a plusieurs.

 Y a-t-il des agences dédiées à la finance islamique ?

Pour les opérations classiques telles que les versements, les retraits, bref les opérations inter agence,
le client peut les effectuer dans n’importe quelle agence du réseau. Mais, pour ce qui est des
ouvertures de compte, des demandes de financement et conseils, le client devra se rendre dans
l’agence dédiée à la finance islamique sise à la Retraite, Yaoundé. Bien évidemment, c’est pour un
début. Le réseau étant appelé à s’étendre, les clients pourront dans l’avenir effectuer toutes leurs
opérations, y compris les opérations interbancaires dans toutes les agences de la banque.  

Le prêt avec intérêt étant interdit, la finance islamique procède différemment. Ainsi, «si vous
voulez acquérir un appartement, c’est la banque dite islamique qui l’achète d’abord puis vous
le revend à un prix nécessairement plus élevé avec un crédit échelonné selon un échéancier
déterminé. Cette opération est censée être commerciale, alors que si vous empruntez à une
banque normale et remboursez le prêt avec un taux d’intérêt, vous commettez un acte illicite»,

Une Banque islamique doit obligatoirement prendre une part plus ou moins active dans les projets
financés, elle doit participer aux projets ! Ces pourquoi elles sont aussi appelées parfois Banque
Participative. La finance islamique est un compartiment de la finance éthique. Elle respecte donc un
certain nombre de règles qui seront ensuite audité par un comité indépendant appelé le charia board. .
Taf pourquoi dit on que les banque islamique sont des banque participative ?
Qu’est-ce que la finance islamique ?

La finance islamique s’adresse-t-elle uniquement aux musulmans ?

Quels sont les principes de la finance islamique ?

A quoi renvoie la responsabilité sociale de l’investissement ?

Qu’est-ce qui a motivé Afriland First Bank à ouvrir un volet de banque islamique ?

Quelles conditions faut-il remplir pour adhérer aux services de finance islamique de Afriland First
Bank ?

Concrètement que se passe-t-il quand un client ouvre un compte d’épargne dans le volet islamique
de Afriland first Bank ?

Quand le client a besoin d’un crédit, que fait-il ?

Y a-t-il des agences dédiées à la finance islamique ?

Vous aimerez peut-être aussi