Vous êtes sur la page 1sur 8

Lycée pilote de Tunis

Sujet de révision Terminales Maths


temps nécessaire 3 h

Mr Ben Regaya. A + éléments de corrections www.ben-regaya.net

Exercice1 « déplacements & antidéplacements »



Le plan est orienté dans le sens direct, ABC est un triangle rectangle en A tel que CA, CB    3
 2  et O le milieu de
 BC  .
1. a) Montrer qu’il existe un unique déplacement f qui transforme O en A et B en C.
b) Montrer que f est une rotation. On note I son centre.

   
c) Donner une mesure de chacun des angles IB, IO et IO, IA . Déduire que I appartient au segment  AB 

et que I est le barycentre des points pondérés (A, 2) et (B, 1).



2. a) Soit r la rotation de centre C et d’angle . Caractériser l’application f r .
3
b) On note C’ l’image de C par f. Montrer que les points O , I et C’ sont alignés.
3. Soit g l’antidéplacement qui transforme O en A et B en C.
a) Déterminer les images des droites (OI) et (OA) par g.
b) Donner la nature de g et ces éléments caractéristiques.

Exercice2 « Dérivations & fonctions réciproques »


 
Soit f la fonction définie sur  2,  par : f ( x)  1  sin  .
x

1. a) Etudier la dérivabilité de f à droite en 2.


b) Etudier les variations de f puis tracer sa courbe C dans un repère orthonormé du plan.

2. a) Montrer que f admet une fonction réciproque g définie sur J   0,1 .


b) Construire la courbe C’ de g dans le même repère que C.
 2
3. a) Déterminer g ' 
 2  .
 
'
1 1 2
b) Montrer que est dérivable sur J puis vérifier que x ∊ J ;
  ( x)  .
g g  2 x 2

1 n  1 
4. Soit u la suite définie pour n entier naturel supérieur ou égale à 2 par un  g  .
n k 0  n  k 
n 1  1  n 1  1 
a) Montrer que pour tout n entier naturel supérieur ou égale à 2 ; g    un  g .
n  2n  n n
b) Déduire la convergence de la suite u vers un réel que l’on calculera.
1
5. Soit h la fonction définie sur  1,1 par h( x)  et H la primitive de h sur  1,1 qui s’annule en 0.
 2  x2
a) Prouver que H est impaire.
2
b) Montrer que pour tout x de  0,1 on a : 1  4 H ( x)  .
g ( x)
c) Etudier les variations de H puis construire sa courbe dans un autre repère orthonormé.
Exercice 3 « Dérivations & fonctions réciproques »
 x
 f ( x)  si 0 x 2
A- Soit la fonction f définie sur  0, 2 par :  2 x  x²
 f (0)  0

1. a) Etudier la continuité et la dérivabilité de f en zéro.
b) Etudier les variations de f sur 0, 2 .

2. Montrer que f admet une fonction réciproque g définie sur  0,  .

3. a) Montrer que pour tout x ∊  0, 2 : f ( x)  x .

b) Tracer dans un même repère orthonormé, les courbes représentatives  et ’ de f et g .On précisera la demi

tangente au point d’abscisse zéro.

4. Soit n un entier naturel non nul.


1
a)Montrer que l’équation f ( x)  admet dans  0, 2 une solution unique  n .
n
b) Montrer que la suite (  n ) est décroissante. En déduire qu’elle est convergente.

c) On désigne par l la limite de (  n ).Montrer que f (l )  0 et déduire la valeur de l .

  1
B- Soit h la fonction définie sur  0,  par : h( x)   f (2 cos ² x) .
 2 sin(2 x)

 
1. a) Montrer que pour tout x ∊  0, ,on a : h( x)  cot  2 x  .
 2 
 
b) Montrer que h est une bijection de  0,  sur ℝ. On désigne par  sa fonction réciproque.
 2
c) Calculer  (0),  (1) et la limite de  quand x tend vers +∞.
1
2. Montrer que  est dérivable sur ℝ et que pour tout réel x, on a  '( x)  .
2(1  x²)
1 3
3. Montrer que  ( x)      pour tout x ∊ 0,  .
 x 4
1 2n
4. Soit un    (k ) .
n  1 k n

a) Montrer que, pour tout n ∊ ℕ, on a :  (n)  un   (2n) .


b) En déduire que la suite (un ) est convergente et donner sa limite.
Lycée pilote de Tunis
Sujet de révision Terminales Maths
temps nécessaire 3 h

Mr Ben Regaya. A Eléments de corrections www.ben-regaya.net

Exercice1


1. a) OA= OC et CA, CO   3
 2  , donc OAC est équilatéral de plus OA = OB (Car ABC rectangle en A).
Donc AC  OB  0 . Il existe donc un unique déplacement f qui transforme O en A et B en C.
2 2
   
b) OB, AC  CB, AC    CB, CA  2     3
2  . Donc f est une rotation d’angle .
3

c) Comme (IO) médiatrice de  BC  alors  IB, IO    IB, IC    2  ou bien
1
2 3

 IB, IO   2  IB, IC   3   2  le deuxième cas étant impossible donc  IB, IO   3 2  .
1

2
A étant l’image de O par f alors  IO, IA   2  .
3
2 
    
d) IA, IB  IA, IO  IO, IB  2       2     2  .Donc I appartient au segment  AB  .
3 3
AI AI 1
cos AIC     IB  2IA . Comme I ∊  AB  alors IB  2 IA  2 IA  IB  O et par suite I est
IC BI 2
le barycentre des points pondérés (A, 2) et (B, 1).
2. a) f r est un déplacement comme composée de deux rotations l’angle de ce déplacement est  donc f r est

une symétrie centrale et comme f r  A  A  f r  S A .

 2
     
b) IO, IC '  IO, IC  IC , IC '  2   IO, IC '    3

3
2    2  .Donc les points O , I et C’
sont alignés.
3. a) On sait qu’une isométrie conserve l’orthogonalité.
 OI    OB  et g(O) =A et g   OB     AC  donc g   OI   est la droite perpendiculaire à (AC) passant par
A. Donc g   OI     AB  .
On sait qu’un antidéplacement échange les mesures des angles orientés en leurs opposés.
2 2

On a OB, OA    3
 
 2  et donc si A’ = g(A) alors AC, AA '   2  mais comme
3

 AC, OA  23 2  . D’où g OA  OA .


b) g est un antidéplacement med OA  med  BC  alors g est une symétrie glissante, il existe donc une droite
 unique et un seul vecteur u directeur de  tels que g  S tu  tu S .
g(B) =C donc le milieu O de  BC  est un point de la droite  .
A  g (O)  tu S  O   tu  O   u  OA .
Finalement g  S AO tOA  tOA S AO .
Exercice2
 
f la fonction définie sur  2,  par : f ( x)  1  sin   .
x
1. a) Dérivabilité de f à droite en 2.
   
1  sin   cos  
f ( x)  f (2) f ( x)  f (2) x  x  1  2
lim  lim  lim  lim  . Donc
x  2 x2 x  2 x2 x  2 x2 x 2  x2   8
1  sin  
x
 2
f est dérivable à droite en 2 et f d' (2)  .
8
b) Variations de f puis traçage de C .
 
u:x 1  sin   est dérivable sur  2;  et x 2; u( x) 0 donc f  u est dérivable sur 2;  et
x

      
cos   1  sin   1  sin  
x   x x   
2
x
f '( x)   2 1  sin  
   2x   x
2
2x
2 1  sin   1  sin  
x x
Calculons lim f ( x) .
x

  
lim  0  lim sin    0 et donc lim f ( x)  1
x x x x x

f est donc strictement croissante sur  2;  et elle est a valeurs dans  0;1 . Voir courbe ci-dessous.

2. a) Montrons que f admet une fonction réciproque g définie sur J   0,1 .

f est continue et strictement croissante sur  2;  donc f réalise une bijection de cet intervalle sur son image

0;1 , par suite f admet sur  2;  une fonction réciproque notée g définie sur J  0,1 .

b) Construction de la courbe C’ de g dans le même repère que C.


Compléter la figure.

 2
3. a) Calcul de g ' 
 2 
.
 
2
Vérifier que f (6)  .
2
 2 1 1 24 6
g '      .
 2    2  f '(6) 
f ' g   

  2 
1
b) Dérivabilité de .
g
Remarquons que g est a valeurs dans  2;  , donc g ne s’annule pas sur  0;1 .
f est dérivable sur  2;  et f ' ne s’annule pas sur cet intervalle alors g est dérivable sur  0;1 et pour tout x
'
1  g '( x)
réel de 0;1 ;   ( x)  avec x  f ( y) .
g  g ( x) 2
'
1 1 1 2
Donc   ( x)  2   .
g y f '( y )     
y2 1  sin    1  sin  
2 y2  y  y
'
      1 2
Or x  1  sin    x  1  sin    sin    1  x . D’où   ( x) 
2 2
. (Vérifier que ce
 y  y  y g  2  x2
résultat reste valable pour x = 0).

n 1  1  n 1  1 
4. a) Pour n entier naturel supérieur ou égale à 2 ; g    un  g .
n  2n  n n
1 1 1
On a 0  k  n  n  n  k  2n  0   1 .Or g est strictement croissante sur  0;1 alors
2n n  k n
n n
 1   1  1  1  1  1  1
g  g
 2n 
 g 
nk   n  k 0  2n 

g    n un 
k 0 n

g    (n  1) g    n un  (n  1) g   .
 2n  n
n 1  1  n 1  1 
Finalement g    un  g .
n  2n  n n
b) Convergence de la suite u et sa limite.
n 1  1  n 1  1 
On a g    un  g 
n  2n  n n

1 1
lim  lim  0 et lim g ( x)  2
n 2n n n x0

n 1 1
lim lim 1   1 . Donc par comparaison la suite u converge et sa limite est 2.
n n n n
5. a) H est impaire.
Si x est dans  1;1 alors –x est dans  1;1 . Posons t ( x)  H ( x)  H ( x) .
t est dérivable sur  1;1 et t '( x)  H '( x)  H '( x)  h( x)  h( x)  0 car h est paire.
Alors t ( x)  t (0)  H (0)  H (0)  2H (0)  0  H ( x)  H ( x) et H est impaire.
2
b) Pour tout x de  0,1 on a : 1  4 H ( x)  .
g ( x)
'
1 1  1
On a h( x)     ( x)  H ( x)   c ; c ∊ ℝ.
2 g  2 g ( x)
1 1 1 2
Or g(0)=2 donc H(0)= 0 et par suite c   H ( x)    1  4 H ( x)  .
4 2 g ( x) 4 g ( x)
c) Variations de H et courbe.
1
H '( x)  h( x) 0 et lim H ( x)  . Compléter ce qui reste.
x 1 4
y

1 y =2

C
-1 0 1 2 3 4 5 6 7 x

-1

-2

-3

Exercice 3
x 1
1. a) x 0 ; f ( x)   et donc lim f  0  f (0) ; f est alors continue en 0.
2 2 0
x 1 1
x x
f ( x) 1 f ( x)
Pour x 0;  et donc lim   donc f n’est pas dérivable à droite en 0.
x 2x  x 2 x 0 x

b) f est dérivable sur 0, 2 ( 2 x  x 2  x(2  x) 0 sur 0, 2 ).

2  2x
2x  x2  x
x  0, 2 f '( x)  2 2x  x2  x
0 . f étant continue sur  0, 2 et
2x  x    
2
2x  x2 2x  x2

x  0, 2 , f '( x) 0 alors f est strictement croissante sur  0, 2 .

2. f est continue et elle est strictement croissante sur  0, 2 donc elle réalise une bijection de  0, 2 sur

f 0, 2   ℝ +. f 1 existe définie sur ℝ + .

 
 1   1  2 x  x2   1  2x  x2 
3. a) Pour x ∊  0, 2 , f ( x)  x  x   1  x    x 
 2x  x
2
  2x  x2




2

 2x  x 1 2x  x
2
 

 
x 1  x 
2
 
f ( x)  x    . Donc x  0, 2 ; f ( x)  x  0 .
 2x  x 1 2x  x

2 2
  

f ( x)  x  x  0 ou x  1 y

4. a) f est une bijection de  0, 2 sur ℝ+. Pour n 5


(C) y =x
1
entier strictement positif, ∊ ℝ+ donc
n 4
1
l’équation f ( x)  admet une solution
n 3
1
unique  n ∊  0, 2 . Ainsi f  n   .
n
2
1 1
b) f  n   et f  n 1   comme f (C')
n n 1
1
est strictement croissante sur  0, 2 alors
n  n1 et la suite  n  est décroissante
-1 0 1 2 3 4 5 6x
comme de plus elle est minorée par 0 elle
converge.
-1
Soit l  lim un On a f est continue sur  0, 2 et
n 

1
f  n   par passage à la limite on aura f (l )  0  l  0 .
n

2cos 2 x
B- 1.a) h( x) 
1
sin  2 x 

 f 2cos x 
2

1
sin  2 x 
 
1

cosx

1

cosx
4cos x  4cos x sin  2 x 
2 4
sin x sin  2 x  sinx
2

avec sinx 0 donc

1 cosx 1 2cos 2 x cos 2 x


h( x )       cotan  2 x  .
sin  2 x  sinx sin  2 x  sin2 x sin2 x

   
b) h est dérivable sur  0, 
 2

et h '( x)  2 1  cotan2  2 x   0 , h est une bijection de  0,  sur son image qui est ℝ.
 2

  h1 existe définie sur ℝ.


    k
 (0)  x ; x   0,   h( x)  0  cotan2 x  0  2 x   k , k , k∊ ℤ  x   , k  ℤ.
 2 2 4 2

D’où  (0)  .
4
    k
 (1)  x ; x   0,   h( x)  1  cotan2 x  1  2 x    k , k , k∊ ℤ  x    , k  ℤ.
 2 4 8 2
3
D’où  (1)  .
8

lim  ( x)  car lim  h( x)   .
x  2  
x  
2

 
2. h est dérivable sur  0,  et h’ ne s’annule pas sur cet intervalle donc  est dérivable sur ℝ et x ∊ℝ
 2
1 1
 '( x)   avec y   ( x)

h '( y) 2 1  cot 2 2 y 
  1
y   ( x) , x ∊ℝ x  h( y ) , y   0,   x  cot 2 y . D’ou  '( x)  .
 2 2 1  x2 
1 1 1
3. Posons g ( x)   ( x)     . g est dérivable sur 0,  et g '( x)   '( x)   '  
 x x2  x 
1 1 1 1 1
g '( x)   2   0.

2 1 x 2

x  1  2 1 x
2 1  2  2
2 1  x2

 x 
3  1  3
g '( x)  0, x ∊ 0,  donc g(x) = cste = g(1)= 2 (1)  . Donc x ∊ 0,  ,  ( x)      .
4  x 4

4.  est strictement croissante sur ℝ. Donc si n  k  2n alors  (n)   (k )   (2n) et par sommation

2n 2n 2n


k n
 (n)    (k )    (2n)  (n  1) (n)  (n  1)un  (n  1) (2n)   (n)  un   (2n)
k n k n

  
lim  ( x)  donc lim  (n)  lim  (2n)   lim un  .
x  2 n n 2 n 2

Vous aimerez peut-être aussi