Vous êtes sur la page 1sur 15

Ministère de l'enseignement supérieur et de la

recherche scientifique
Faculté des sciences et technologies
Département génie des procédés

3éme année Gp

Exposé sur: Corrosion

Préparer par :

MIMOUNI ABDELMALEK G :01 9L39083809


BABAOUSMAIL MOUHAMED G :01 191939082674
MOSBAH KACEM G :01 181839082858

Enseignant : Mr.AGOUN

Année Universitaire : 2021/2022


SOMMAIRE:
I. INTRODUCTION.

II. COMMENT FONCTIONNE LA CORROSION DE MÉTAUX.

III. CATÉGORISATION DE LA CORROSION DE MÉTAUX.

IV. FACTEURS DÉTERMINANT LA FORME ET LA VITESSE

DE CORROSION.

V. ATTAQUE CHIMIQUE DIRECTE ET L'ATTAQUE

ÉLECTROCHIMIQUE DE LA CORROSIO DES MÉTAUX .

VI. COMMENT ÉVITER LA CORROSION.

VII. COMMENT ENLEVER LA ROUILLE.


I. Introduction :
La corrosion désigne l'altération d'un matériau
par réaction chimique avec un oxydant (le
dioxygène et le cation H+ en majorité). Il faut
en exclure les effets purement mécaniques (cela
ne concerne pas, par exemple, la rupture sous
l'effet de chocs) mais la corrosion intervient
dans certaines formes d'usure des surfaces dont
les causes sont à la fois physicochimiques et mécaniques.

Les exemples les plus connus sont les altérations chimiques des métaux dans
l'eau, telles la rouille du fer et de l'acier ou la formation de vert-de-gris sur le
cuivre et ses alliages (bronze, laiton). Cependant, la corrosion est un domaine
bien plus vaste qui touche toutes sortes de matériaux (métaux, céramiques,
polymères) dans des environnements variables (milieu aqueux, atmosphère,
hautes températures).

L'étude fondamentale des phénomènes de corrosion relève essentiellement de


l'électrochimie. L'étude appliquée des phénomènes de corrosion est un domaine
de la science des matériaux, qui comporte à la fois des notions de chimie et de
physique (physico-chimie).

La corrosion est un problème industriel important : le coût de la corrosion, qui


recouvre l'ensemble des moyens de lutte contre la corrosion, le remplacement
des pièces ou ouvrages corrodés et les conséquences directes et indirectes des
accidents dus à la corrosion, est estimé à 2% du produit brut mondial). Chaque
seconde, ce sont quelques 5 tonnes d'acier qui sont ainsi transformées en
oxydes de fer...
La corrosion des métaux est un phénomène naturel.En effet, à quelques rares
exceptions près (l'or et plus généralement tous les métaux nobles (platine,
or, iridium, osmium, ruthénium, rhodium, palladium et argent) que l'on trouve à
l'état natif naturellement, ce qui est dû à leur potentiel standard d'oxydo-
réduction positif, (cuivre, argent, fer de provenance météoritique), le métal est
présent sur Terre sous forme d'oxyde, dans les minerais (bauxite pour
l'aluminium, hématite pour le fer). Depuis la préhistoire, le travail
de métallurgie a consisté à réduire ces oxydes dans des bas-fourneaux puis des
hauts-fourneaux pour fabriquer le métal. La corrosion n'est qu'un retour à l'état
d'oxyde naturel.

La corrosion des métaux est dans la grande majorité des cas une réaction
électrochimique (une oxydo-réduction) qui fait intervenir la pièce manufacturée
et l'environnement.

Exemples : de corrosion de contact (à propos de ce phénomène, voir la page )

Le matériau dont est fait la pièce n’est pas le seul facteur conditionnant la
vitesse du processus d’oxydation, puisque la forme de la pièce et les traitements
subis (mise en forme, soudure, vissage) jouent un rôle primordial. Ainsi, un
assemblage de deux métaux différents (par exemple deux nuances d’acier, ou le
même acier traité différemment) peut créer une corrosion accélérée ; on voit
d’ailleurs souvent des traces de rouille au niveau des écrous. Si la pièce présente
un interstice (par exemple entre deux plaques), cela pourra former un milieu
confiné qui évoluera différemment du reste de la pièce et donc pourra aboutir à
une corrosion locale accélérée. Toute hétérogénéité peut conduire à une
corrosion locale accélérée, comme par exemple aux cordons de soudure.
L’hétérogénéité de l’environnement auquel est soumis une pièce métallique de
composition régulière peut susciter une corrosion dite par ‘pile de
concentration’. Il en est de même pour une pièce métallique localisée dans une
solution de composition identique mais connaissant des agitations non-
uniformes. Une plaque métallique partiellement immergée subira une corrosion
localisée dite ‘à la ligne d’eau’.

II. .Comment fonctionne la corrosion demétaux:

Dans la nature, la plupart des métaux existent sous forme stable de composants.
Pour atteindre une forme stable avec moins d’énergie, un atome de métal perd
un ou plusieurs électrons de sa structure. Ces électrons se combineront à
d’autres éléments, comme l’oxygène, le soufre ou les chlorures de
l’environnement. Pendant ce processus électrochimique, le métal s’oxyde. Pour
que les électrons puissent se transférer, il doit exister une différence de potentiel
entre deux points.

La corrosivité d’un métal dépend de :

 sa tendance à perdre des électrons


 conditions externes qui favorisent le transfert d’électrons (température,
pression, friction, etc.)

III. .Catégorisation de la corrosion demétaux:

La corrosion peut se produire dans des ampleurs différentes. Elle peut être
observée sous la forme d’une légère décoloration ou une désintégration totale
du métal.

La corrosion peut être classifiée de la manière suivante :

 Formation de tache: forme légère de corrosion se produisant dans des


environnements secs et entraînant une légère coloration ou un léger
ternissement. Les taches peuvent être limitées à la surface et cela a
n’affecte généralement pas la solidité structurelle du matériau.
 Corrosion : attaque plus intense sur la surface du métal, entraînant la
modification des propriétés métallurgiques.
 Rouille: corrosion des matériaux ferreux comme le fer et l’acier. Les
matériaux ferreux sont particulièrement exposés à la corrosion.

IV. .Facteurs déterminant la forme et la vitesse de corrosion:


La forme et la vitesse d’apparition de la corrosion sont déterminées par le type
de métal et les conditions environnementales, notamment les gaz et autres
fluides en contact avec le métal.La forme et la vitesse d’apparition de la
corrosion sont déterminées par le type de métal et les conditions
environnementales, notamment les gaz et autres fluides en contact avec le
métal.

 TYPES DE MÉTAUX:

Il y a différents types de métaux classés généralement en quatre groupes :

– Basics : Cuivre, plomb, zinc, étain.

– Ferreux : Fer, manganèse, molybdène, cobalt, tungstène, titane, chrome.

– Précieux : Or, argent, platine.

– Radioactifs : Plutonium, uranium, radium, thorium.

Pratiquement tous les métaux tout au long de leur vie peuvent subir les
conséquences de la corrosion et devenir des matériaux dangereux. Parmi tous
les types de détériorations, l’oxydation du fer est la plus connue, car il s’agit de
l’un des métaux les plus corrosifs.

Cependant, il existe des métaux non oxydants, appelés nobles ou précieux ; En


raison de leur faible degré de réactivité, il est leur est presque impossible de
subir une corrosion. Ces métaux sont rares dans la nature, ce qui explique
pourquoi leur valeur est si élevée et leur utilisation si faible dans l’industrie.

 AGENTS CORROSIFS:

Beaucoup d’entre vous, vous demandez comment l’humidité participe à la


détérioration des objets. Il est vrai que l’humidité est l’un des principaux agents
de corrosion des métaux. La détérioration commence devient importante lorsque
l’hygrométrie dépasse 60 %.

Non seulement l’humidité dégrade les métaux mais, il existe d’autres agents
corrosifs qu’il est nécessaire de connaître :

– Températures élevées : Plus les températures sont élevées, plus la corrosion


est intense.

– Présence proche de la mer : Les zones côtières ont une concentration plus
élevée de sel dans l’environnement, entraînant une plus grande détérioration des
métaux.

– Pollution industrielle : Dans ces zones, la teneur en dioxyde de soufre est


élevée.

 TYPES DE CORRSION :

Corrosion uniforme ou généralisée : C’est la forme de corrosion la  


plus classique. La surface entière du métal sert à l’oxydation et à la
.réduction
Corrosion localisée : Elle est divisée en trois sous-catégories :

 Par piqûres : Localisée ponctuellement, elle peut progresser en


profondeur en provocant de petits trous dans le métal. Les aciers
inoxydables sont particulièrement sensibles à cette forme de corrosion.

Corrosion galvanique : Un métal se corrode lorsqu’il est en contact avec un


type de métal différent (plus noble) dans un environnement humide. Cette
présence provoque le passage des ions métalliques d’un métal à l’autre,
.provoquant l’oxydation des moins nobles


I

n
t
ergranulaire : Dans certaines conditions, les joints de grains sont le
siège d’une corrosion localisée très importante alors que le reste du
matériau n’est pas attaqué (appauvrissement ou enrichissement de l’un
.des constituants)
Par crevasses : Nécessite un temps d’incubation relativement long. Elle
apparaît dans les trous, tels que les contacts métal-métal ou matière plastique,
sous les dépôts, sous les salissures marines.

Effet électrolytique : L’eau douce corrode très lentement la plupart des


métaux, car elle contient uniquement des molécules H2O. L’ionisation de l’eau
douce est un processus très lent. Quand des sels, acides ou composés alcalins
sont ajoutés à l’eau, la concentration ionique et la conductivité électrique du
fluide augmentent. Cela entraîne une accélération du processus de corrosion.
C’est la raison pour laquelle l’eau de mer entraîne une corrosion plus rapide que
l’eau douce.

Corrosion par piqûre:La corrosion par piqûre est une attaque localisée sur la
surface d’un métal, créant de petits trous. Elle se produit quand une zone
corrosive reste petite et à un seul endroit. Un exemple est la corrosion par
piqûre de l’acier inoxydable par des chlorures. La surface de l’acier inoxydable
est une couche d’oxyde, qui protège l’acier. Quand une petite rayure se produit
à la surface, elle peut être une source de gradient potentiel entre la couche
d’oxyde (cathodique) et la rayure (anodique), résultant en une piqûre.

Corrosion caverneuse localisée :Découvrez comment la corrosion peut se


former dans les anfractuosités et les espaces restreints d’un système fluide.
Corrosion sous contrainte :Découvrez comment la corrosion sous contrainte
peut aboutir à une défaillance d’un composant.

Corrosion sous contrainte due aux gaz sulfureux :Les gaz sulfureux peuvent
entraîner une corrosion sous contrainte due aux ions sulfure. Découvrez
comment se forme ce type de corrosion.

Fragilisation par l’hydrogène :L’hydrogène a la capacité de diffuser dans les


métaux, ce qui tend à fragiliser ces derniers. Choisir des matériaux résistants
peut aider à remédier au problème.
V. .Attaque chimique directe et l'attaque électrochimique deLa
corrosion des métaux :

ATTAQUE CHIMIQUE DIRECTE: toute corrosion qui se produit sans


passage sensible de courant électrique d'induction à travers le métal. La réaction
est relativement uniforme sur la surface entière exposée et une croûte ou un
dépôt d'épaisseur égale se forme sur la surface. Exemples de l'attaque chimique
directe: rouille du fer et de l'acier, patine des toits en cuivre et ternissage de
l'argent.
ATTAQUE ELECTROCHIMIQUE: caractérisée par la formation de petites
plaques de cellulles électriques. Le métal et la solution corrosive servent de
conducteurs entre les deux poles d'une cellule, ce qui permet le passage du
courant électrique d'induction. Ici, l'attaque est locale, contrairement à l'attaque
chimique directe qui est uniforme. Selon les circonstances, l'attaque
électrochimique que peut être provoquée par une galvanisage ou par une
concentration des cellules.
Une cellule galvanique se rencontre lorsque deux métaux différents sont
assemblées par un procédé électrique et sont immergés dans une solution
électrolytique. Le métal ayant le plus fort potentiel individuel d'électrode ou
venant en tête de l'autre dans l'échelle électromotrice (voir tableau) est attaqué,
alors que l'autre est protégé. L'intensité de l'attaque diminue graduellement
grâce à la polarisation, en d'autres termes, parce que les électrodes recueillent
certains produits de l'électrolyse. L'intensité de l'attaque dépend également des
surfaces respectives des métaux qui servent de bornes positives et négatives.
Ainsi, les clous ou vis d'acier utilisés sur des solins en cuivre sont attaqués très
rapidement alors que la corrosion des clous en cuivre utilisés sur les solins en
acier est négligeable.
Une cellule de concentration apparait lorsque deux surfaces d'un même type de
métal sont soumises à différentes concentrations d'oxygène dissout ou de liquide
excitateur. L'attaque se produit à la surface, aux endroits où la concentration
d'oxygéne ou de liquide excitateur est faible. Ainsi, dans les régions
industrielles ou du bord de mer où les joints de chevauchement métalliques sont
imbibés d'eau ou exposés à la pluie, ces derniers sont attaqués au point de
chevauchement où la solution agit, empêchant ainsi la concentration
d'augmenter.
ALLIAGE DE FER ET D'ACIER: il existe deux méthodes courantes pour
diminuer l'attaque atmospherique
des métaux ferreux lorsque le titre de l'alliage est inférieur à la teneur en
substance inoxydable. Première méthode est de couvrir le métal d'une couche
protectrice métallique (comme le zinc, l'étain, le plomb, le nickel, le chrome) ou
non métallique telle que la peinture. La deuxième méthode consiste ajouter au
fer des métaux d'alliage qui en favorisant la formation d'une couche de rouille
plus épaisse et
adhérente, donc plus protectice, ralentit l'attaque.
CUIVRE: La patine, ou mince couche protectrice, se forme lentement et est
accélérée par des
atmosphères industrielles ou du bord de mer. Après une lonque période
d'expositions, la composition
de la patine se stabilise ou se minéralise et ne subit plus aucun changement, à
moins qu'elle ne soitendommagée. Un manque de précaution relativement aux
mesures à prendre pour ménager du jeupour la dilatation et la contraction par
exemple, conjugué à une légère corrosion atmosphérique peutprovoquer une
corrosion due à la fatigue des métaux.
Bien que le cuivre ne soit pas normalement sujet à la corrosion, des
complications peuvent produire uneattaque corrosive active. A titre d'exemple.
la corrosion peut se produire là ou l'eau a été retenue parun gros bourrelet de
soudure ou par une capillarité le long d'un bardeau. L'eau qui dégoutte d'une
structure saillante peut provoquer l'érosion et la corrosion d'une surface en
cuivre, particulièrement.
dans les endroits industriels où cette eau est probablement contaminée par des
produits decombustion.
ZINC: L'intensité de la corrosion est pire lorsqu'il y a mouillages et séchages
fréquents dans uneatmosphère industrielle où l'humidité est nettement acide, ce
qui empêche la formation de la pellicule
protectrice de base. Presque tous les métaux ont une protectrice de base.
Presque tous les métaux ont3une protection importante ou complète lorsque mis
en contact avec le zinc. On devrait éviter de mettredes petites surfaces de zinc
en contact avec de grandes surfaces de métaux qui sont électropositifs.
Lecontact de petites surfaces d'autres métaux avec de grandes surfaces de zinc
est relativement sansdanger.
Les matériaux galvanisés seront attaqués s'il y a présence du cuivre. Les joints
de matériau galvanisé etde zinc devraient être évités lorsqu'ils sont destinés à
être exposés car le zinc du joint pourrait êtreattaqué dans le cas où ce dernier
comprend un pont d'eau (électrolyte) à l'effet de réaliser un circuit decellule
galvanique.
PLOMB: La protection ou le revêtement du plomb avec d'autres matériaux
n'est pas nécessaire lorsqu'ily a exposions atmosphérique en raison de la
pellicule protectrice. Cette pellicule protectice étantélectriquement isolante, le
plomb ne cause pas ordinairement de corrosion galvanique assez
importantepour qu'on s'en préoccupe lorsque mis en contact avec
d'autresmétaux.

? IV . COMMENT ÉVITER LA CORROSION


Maintenant que nous savons ce qu’est la corrosion, quels types de métaux
affecte-telle ? Quels sont les agents corrosifs ? et quels types de corrosion
existent, nous pouvons voir comment résoudre le problème.

Si nous voulons éviter tous types de corrosion, nous pouvons mener une série
d’actions préventives qui ralentiront son apparition ainsi que la détérioration des
métaux.

L’eau et l’humidité créent des environnements favorables à la corrosion, évitez-


les tout en gardant les surfaces métalliques sèches. Dans la mesure du possible,
le métal doit être sec pour empêcher la stagnation de l’eau et la détérioration du
métal.

Si vous avez des outils stockés pendant une longue période, protégez le métal de
l’humidité à l’aide de déshumidificateurs ou d’autres produits absorbant
l’humidité.

Si les produits à traiter sont à l’extérieur, exposés de l’humidité et des


intempéries, il est préférable que ces produits soient fabriqués dans des
matériaux tels que l’aluminium ou l’acier inoxydable, beaucoup plus résistants à
la corrosion que le fer ou l’acier.

Nettoyez les composants électriques : Câblage, interrupteurs, etc. Si ces


matériaux ne sont pas séchés ou si leur maintenance n’est pas effectuée
correctement, ils peuvent subir les conséquences de la corrosion.

Protéger les matériaux : Il existe de nombreux apprêts contenant du zinc qui


forment une excellente protection contre l’oxydation des métaux. Le zinc
contenu dans l’apprêt agit comme protection cathodique galvanique, empêchant
le métal de s’oxyder.

VII. COMMENT ENLEVER LA ROUILLE ?


Une fois la corrosion installée, il existe des méthodes et des produits pour
éliminer la rouille.

On peut trouver des solutions maison et certaines astuces comme le citron


pouvant éliminer l’oxyde mais leur effet à des limites. Mais les plus efficaces
restent les produits professionnels ainsi qu’une bonne préparation la zone
oxydée en éliminant la rouille au préalable avec une brosse en acier inoxydable
et en utilisant des disques pour le meulage ou le ponçage.

Comme nous vous le montrons dans la vidéo suivante, vous pouvez utiliser un
désoxydant, un produit acide approprié pour éliminer la rouille des surfaces
métalliques, ou un convertisseur d’oxydes qui réagit avec ces derniers en le
transformant en un composé homogène qui protège la surface.

BIBLIOGRAPHIE:

1 .Corrosion et chimie de surface des métaux, Diter Landolt, édition

presses polytechniques etuniversitaires romandes.

2. blikergroup.com/fr.fr/http://www.cdcorrosion.com/corrosion-fr/html/
index-fr.htm

3.diagnostic et expertise en corrosion et conservation des patrimoines

Conception et réalisation : agence Canopée.

4.La corrosion des métaux format kindle –hache. André- Amazon.

5.La corrosion des métaux(Que sais-je) Broché-1janvier-Amazon.

6. ASSOCIATION CANADIENNE DES ENTREPRENEURS EN


COUVERTURE.

Vous aimerez peut-être aussi