Vous êtes sur la page 1sur 10

EXPOSE

THEME: PEUT-ON SE DEVELOPPER SANS


POLLUER ?

 EXPOSANTS







 PROFESSEUR

SOMMAIRE

INTRODUCTION
I-LE DEVELOPPEMENT
II-LA POLLUTION
III- COMMENT LE DEVELOPPEMENT POLLUE L’ENVIRONNEMENT
IV- LES CONSEQUENCES DE LA POLLUTION LIEE AU DEVELOPPEMENT
IV- LES CONSEQUENCES DE LA POLLUTION LIEE AU DEVELOPPEMENT
V-COMMENT LUTTER CONTRE LA POLLUTION CAUSEE PAR LE
DEVELOPPEMENT
CONCLUSION
INTRODUCTON
La pollution devient de plus en plus visible et elle devient une des
principales préoccupations de nos dirigeants, et de l'ensemble des
populations. Elle est une destruction de l’environnement par des
produits qui se diffusent dans plusieurs milieux (l'air, l'eau, le sol)
composant notre univers.
Ainsi on la retrouve aussi bien dans l’eau et dans l'air, que dans le sol.
Le plus souvent, elle est due à une activité humaine... .
Elle a peut avoir des impacts non négligeables sur notre santé ; aussi
faut-il l'identifier et la limiter. Heureusement, les choses avancent et
nous avons pris conscience de ses dangers. Les états et les pays
commencent à s'organiser pour limiter son développement. Mais
peut-on vraiment limiter le développement de la pollution quand on
constate que des pays se développent et s’industrialisent à une
vitesse exponentielle ? De cette contradiction nait la problématique
suivante : peut-on se développer sans polluer ? Qui, est le thème de
notre exposé
La résolution de cette problématique nécessite l’élucidation des
questions suivantes : qu’est-ce que le développement ? Qu’est-ce
que la pollution ? Comment le développement pollue l’atmosphère ?
Quelles sont les conséquences de pollutions liées au
développement ? Et comment lutter contre la pollution liée au
développement 

I – LE DEVELOPPEMENT

Le mot développement fait référence à l'ensemble des mutations


positives — techniques, démographiques, sociales, sanitaires — que
peut connaître une zone géographique (monde, continent, pays,
région). Il ne doit pas être confondu avec la croissance économique.
Celle-ci est habituellement nécessaire ou consécutive au
développement mais elle n'en est qu'un aspect

II-LA POLLUTION
La pollution est la destruction ou dégradation d'un écosystème ou de
la biosphère par l'introduction, généralement humaine, d'entités
(physiques, chimiques ou biologiques), ou de radiations altérant le
fonctionnement de cet écosystème. On distingue les pollutions en
fonction des milieux sur lesquels elles agissent. Ainsi, on parle de
pollution de l’air, des sols, de l’eau ou d’un écosystème en particulier,
la pollution des mers ou des rivières, par exemple.

III- COMMENT LE DEVELOPPEMENT POLLUE L’ENVIRONNEMENT

Le bien-être, l’aisance, la progression du niveau de vie, le


développement tout-court, sont des idéaux auxquels l’homme aspire
et mets tout en œuvre pour atteindre cet état de prospérité sans
oublier que l’on vit sur une planète avec des ressources limitées. Les
activités de l’Homme sont responsables de la dégradation ou de la
destruction des écosystèmes (par exemple, par la déforestation).
Tous les secteurs d’activité ont leur part de responsabilité dans la
dégradation de l’environnement et dans la destruction des
écosystèmes. Voici quelques exemples :
 L’agriculture intensive émet de grandes quantités de méthane, un
puissant gaz à effet de serre. L’extension des surfaces agricoles
(par déforestation, assèchement de zones humides, etc.) détruit
les écosystèmes. L’utilisation d’engins motorisés très lourds
détruit la structure du sol. Les engrais et les pesticides non
naturels polluent l’eau et le sol. La généralisation de la
monoculture appauvrit la biodiversité.
 La pêche intensive décime les poissons et transforme certaines
zones maritimes en désert écologique.
 L’industrie utilise massivement les ressources naturelles comme
les énergies fossiles (coresponsables du réchauffement
climatique), les matières premières et l’eau. Elle rejette des eaux
usées, des fumées dues aux combustions et des déchets
contaminés qui polluent l’eau, l’air et le sol.
 Le secteur des transports consomme les énergies fossiles sous
forme de carburants et est ainsi coresponsable des changements
climatiques. Les gaz d’échappement ajoutent à la pollution de l’air.
Le bruit des véhicules constitue une nuisance sonore pour les
Hommes et les animaux. La construction des infrastructures
routières consomme des ressources, de l’espace et détruit des
écosystèmes.
 Les ménages sont indirectement responsables des impacts
générés par les secteurs d’activités qui produisent les biens de
consommation. En outre, ils consomment de l’énergie pour le
chauffage, les déplacements et les appareils électroménagers. La
consommation de biens produit des déchets. L’utilisation de
produits dangereux, comme, par exemple, les huiles, les
détergents, les solvants ménagers (peinture, thinner…), les piles,
etc. provoquent des pollutions de l’air, de l’eau et du sol s’ils ne
sont pas traités de manière adéquate. La construction de l’habitat
consomme des ressources et de l’espace.
 Énergie — production, distribution, traitement, gestion et
consommation / utilisation (pétrole, gaz, énergie nucléaire, autres)
 Ressources naturelles — exploitation, gestion et utilisation (p. ex.
pêcheries, aquaculture, forêts, chasse / piégeage, mines, etc.)
 Infrastructures matérielles — construction ou utilisation
d'infrastructures, comme des routes, des logements, des ponts,
des ports, des entrepôts, des chemins de fer, des réseaux de
conduites d'eau et de traitement des eaux usées.
 Substances et matières toxiques ou dangereuses — production /
fabrication, utilisation, gestion, réglementation, transport ou
élimination (p.ex. des substances toxiques, des pesticides)
 Nouvelles substances et nouveaux organismes — mise au point,
diffusion et réglementation (p. ex. nouveaux produits chimiques,
organismes génétiquement modifiés)
 Nouveaux produits et nouvelles technologies — mise au point et
diffusion
 Activités industrielles — par exemple, transformation des
ressources et fabrication
 Expansion urbaine
 Activités militaires — entraînement, équipement, matériaux,
activités liées aux catastrophes naturelles et aux autres situations
d'urgence (p. ex. préparation et intervention)
 Production et gestion des déchets (y compris des déchets
dangereux)
 Circulation des biens et des services (à l'échelle locale, régionale,
nationale, internationale)
 Commerce international (exportations et importations)
 Approvisionnement en biens et consommation

IV- LES CONSEQUENCES DE LA POLLUTION LIEE AU DEVELOPPEMENT

Les conséquences de la pollution sont multiples, non seulement elles


impactent l’environnement mais aussi la santé des êtres humains
1. Les conséquences environnementales

1.2 Effets environnementaux de la pollution sur l’air

 émissions de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre


(qui aggravent le réchauffement de la planète);
 Appauvrissement de la couche d'ozone;
 détérioration de la qualité de l'air;
 smog (notamment particules et ozone troposphérique);
 effets sur la vie sauvage
 acidification des lacs et des rivières (pluies acides);
 dépôt de polluants atmosphériques sur les terres et les plans
d'eau.

1.3 Effets environnementaux de la pollution sur l’eau :

 diminution de la qualité de l'habitat des poissons et d'autres


organismes aquatiques;
 accroissement des eaux de ruissellement et de l'érosion;
 décroissance des populations de poissons;
 dégradation de la qualité de l'eau (polluants, agents
pathogènes, bactéries, nutriments);
 nécessité de développer les infrastructures et les activités de
traitement de l'eau;
 prolifération des algues;
 diminution de la biodiversité;
 empiètement d'espèces exotiques envahissantes (p. ex. la
moule zébrée).
 baisse de la qualité de l'eau souterraine (polluants / toxines,
hydrocarbures, agents pathogènes, bactéries, etc.);
 dégradation de la qualité de l'eau potable;
 nécessité de développer les infrastructures et les activités de
traitement de l'eau;
 diminution des réserves d'eau souterraine disponibles;
 effets sur l'eau de surface (qualité et quantité);
 explosions (dues aux hydrocarbures et aux carburants)
 altération ou dégradation de l'habitat des poissons et d'autres
habitats marins;
 décroissance des populations de poissons;
 augmentation des cas de maladie chez les poissons et du
nombre des agents pathogènes qui les touchent;
 dégradation de la qualité de l'eau ? par exemple : polluants (y
compris les hydrocarbures), agents pathogènes, bactéries,
nutriments;
 espèces exotiques envahissantes;
 effets socioéconomiques;
 réduction de l'activité touristique.

1.4 Effets environnementaux de la pollution sur le


sol :

 appauvrissement des ressources renouvelables et non


renouvelables;
 contamination des sols et de l'eau souterraine;
 érosion / désertification;
 dégradation / destruction d'habitats sauvages;
 dégradation / destruction de terres humides;
 réduction de la biodiversité (organismes du sol, plantes,
animaux sauvages);
 accroissement des ruissellements de surface / des eaux
pluviales;
 déchets miniers (résidus);
 développement de zones reculées.

V-COMMENT LUTTER CONTRE LA POLLUTION CAUSEE PAR LE


DEVELOPPEMENT
Malgré les dégâts que cause le développement l’on peut toujours
espérer atteindre un niveau haut niveau de progrès sans détruire
notre environnement. Cela est réalisable dans la mesure où les pays
industrialisés se réunissent pour débattre et trouver des solutions au
problème de la pollution. Il s’agit des sommets ’’cop’’ qui se tiennent
chaque année. De même, l’interdiction de certains pays, notamment
la Côte d’Ivoire, d’utiliser des sachets non biodégradables sont là des
mesures qui visent à réduire sinon lutter effectivement contre la
dégradation de notre environnement. Aussi, à cela s’ajoute la
limitation de l’âge des véhicules importés. Autrement dit, l’État de
Côte d’Ivoire a décidé que désormais, des véhicules d’un certain
nombre d’années ne sont plus autorisés à être mis en circulation
dans notre pays. Et pour l’immobilier il est possible d’avoir des
maisons écologiques. En effet, La construction écologique, appelée
aussi construction durable ou construction verte, propose différentes
possibilités dans le but de réduire l’impact écologique des bâtiments.
La construction verte réunit un ensemble de techniques, de
matériaux et de technologies qui, intégré adéquatement dans une
construction, contribue à en rehausser la performance
environnementale. Dans son incarnation idéale, la construction
écologique optimise l’efficacité énergétique, limite la consommation
d’eau, fait un usage maximal de matériaux recyclés, recyclables et
non toxiques et permet de générer le moins de déchets possible au
cours de la construction comme de l’occupation. Quant au transport,
il y a des voitures électriques qui sont très peu polluantes. Il s’agit des
véhicules qui ne produisent pas (ou très peu) d’émissions polluantes
lors de leur utilisation. En ce qui concerne les industries et l’utilisation
d’énergies, il est possible d’utiliser des énergies renouvelables qui
sont non polluantes et illimitées à l’échelle humaine. Effectivement,
Les énergies renouvelables (ou EnR) désignent un ensemble de
moyens de produire de l’énergie à partir de sources ou de ressources
théoriquement illimitées, disponibles sans limite de temps ou
reconstituables plus rapidement qu’elles ne sont consommées.
On parle généralement des énergies renouvelables par opposition
aux énergies tirées des combustibles fossiles dont les stocks sont
limités et non renouvelables à l’échelle du temps humain : charbon,
pétrole, gaz naturel… Au contraire, les énergies renouvelables sont
produites à partir de sources comme les rayons du soleil, ou le vent,
qui sont théoriquement illimitées à l’échelle humaine.

CONCLUSION
Peut-on se développer sans polluer ? Au terme de notre analyse,
nous retenons que développement et pollution vont de pair et que
L’homme dans son comportement, n’a fait que polluer la nature au
fur et à mesure que son niveau de vie s’améliorait et cela a eu des
répercussions non seulement sur l’environnement, mais aussi sur sa
santé. Mais ces dernières décennies, une prise de conscience
collective a conduit L’homme à se pencher sur ses relations avec la
nature et son environnement ainsi, à décider de changer de
d’attitudes pour ne pas compromettre l’avenir des futures
générations qui viendront vivre sur cette planète. Par conséquent,
lutte pour sauvegarder cette planète. De ce fait il utilise des solutions
de plus en plus écologiques pour subvenir à ses besoins. Ce qui nous
permet d’affirmer qu’il est quand même possible de se développer
sans polluer ou très peu la planète en adoptant des attitudes et des
gestes écologiques au quotidien. Les Etats non plus ne sont pas en
marge de cette révolution puisqu’ils travaillent de pair pour garantir
la sauvegarde des ressources naturelles et en assurer une utilisation
responsable. Par ricochet, la protection de notre planète.

Vous aimerez peut-être aussi